.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 25

MessageSujet: Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi Mer 13 Jan - 0:27




Criminel



Je trouve que mes flingues ont un vilain défaut, à chaque fois que je tire une balle elle termine sa route dans la chair de quelqu'un… Ah j'oubliais, ce n'est pas un défaut : c'est ce qu'ils font de mieux.

Estellise Éléonore Béatrice De BELLEFROI
____________________________________________________________________
Pardonnez-moi, mais je voulais vraiment ce vase *crash*, ou pas en fait.


❝ Âge : Vingt-quatre ans.
❝ Sexe : Femme.
❝ Origine : La Réunion.
❝ Race : Humaine.
❝ Orientation : Bisexuelle.
❝ Métier : Rentière.
❝ Statut social : Elevé.
❝ Situation amoureuse : Célibataire.


Caractère
____________________________________________________________________
Que dites vous de ceci : 50-50, et je garde les petits plus que l'on trouve sur le chemin.



Opportuniste : Mademoiselle apprécie prendre les opportunités qui se présente à elle telles quelles, comme la possibilité de braquer un petit magasin alors qu'une banque est en train d'être pillée à côté ou alors qu'un autre super-vilain est en train de semer la pagaille, qui ne se gênerait pas ?

Hautaine : De sa nature française d'une ancienne haute sphère de la société, Mademoiselle a tendance à se prendre pour bien meilleure que ce qu'elle est réellement. Elle n'hésite pas à se glorifier un petit peu quand elle le peu, après tout il faut soigner sa réputation.

Légèrement maladroite : Malgré qu'elle contrôle la plupart de ses mouvements avec précisions, elle a quelques problèmes gestuels de temps en temps, mais bon, ce n'est pas comme si cet objet fragile de grande valeur avait de la valeur… Ah si en fait, bah après tant que ce n'est pas à elle…

Flemmarde : Aussi incroyable que vrai, Corbeau n'aime pas se salir elle même les mains quand elle a l'occasion de le faire faire par quelqu'un d'autre. Cela vient sûrement de son petit côté hautain, en tout cas quand elle peut faire le moins possible et quand même empocher le gros lot, elle ne s'en empêche pas.

Rancunière : Elle apprécie la compagnie, enfin… Parfois. Cependant ce qu'elle n'apprécie pas, ce sont ceux qui lui font des crasses. Elle cherche toujours à se venger, quand ? Peut importe, tant qu'elle y arrive, si la personne cependant lui résiste, elle commence à s'y attacher et à l'apprécier. Quoi de mieux que de transformer cet ennemi en ton meilleur ennemi ?

Bonne joueuse : Oui, c'est sincère. Si elle se rend compte qu'elle est battue (quel que soit le « champ de bataille »), elle avoue sa défaite avec dignité. Elle n'hésiterait pas à se rendre calmement si il lui arrivait d'avoir été prise sans échappatoire possible. Cependant…

Menteuse : Vous vous attendiez à quoi ? Elle sera capable de monter le blanc en neige et brosser son adversaire dans le sens du poil, et ensuite utiliser l'opportunité qu'elle a pour se barrer ! Avouez qu'elle est détestable quand elle fait ça.



❝ Particularités : Situs inversus : Oui oui, vous avez bien compris : Mademoiselle a le coeur du côté droit et a tout son organisme inversé comparé aux humains normaux, bien pratique quand quelqu'un vise votre « coeur » et que surprise ! La personne s'est manquée.
Combat chorégraphié : Toute petite Estellise a eu de nombreux cours de danse classique payé par ses parents, dans sa nouvelle vie quand elle a décidé de combattre, elle commence à exécuter des pas de danse pour rendre son jeu plus imprévisible. Cela étonne la première fois, les suivantes un peu moins mais Corbeau fait toujours en sorte de rester originale et incorpore parfois d'autres style de danses, comme la danse orientale, voire même de la tecktonik.
Rivale : Elle s'oppose directement à ceux qui se proclament être de la bande à Robin. Non pas qu'elle les déteste, mais comme ils font en sorte d'aider les pauvres en volant aux riches, elle a moins de grosses poches à voler et elle doit se débrouiller à voler les moins que rien pour avoir son dû.
Faux yeux vairons : Son vrai oeil est vert, cependant celui qui a été remplacé tend vers l'orange.
Multilingues : Mademoiselle parle le Français, l'Anglais, et le Russe.

❝ Tics et manies : Faire pleins de moulinets avec ses revolvers, oui, elle adore faire ça avant de commencer à tirer, et si elle peut en faire pendant les tirs elle le fait.
Elle garde toujours son chapeau, où qu'elle soit et refusera de le retirer.


❝ Passions : La bonne cuisine : Elle aime beaucoup pouvoir manger de la nourriture de luxe, surtout si elle n'a pas payé.
Prendre du temps pour soi : Elle apprécie beaucoup avoir la possibilité de pouvoir se reposer, pouvoir recevoir un massage ou encore un bain chaud et moussant.
Réussir un casse : Rien de plus agréable que de mener à bien une opération, que ce soit avec une sortie catastrophique ou alors une opération rondement menée, Corbeau aime réussir, il n'y a aucun doute.

❝ Phobies : Elle déteste être touchée sans son accord, et elle déteste qu'on lui fasse des remarques sur ses yeux, et encore plus sur le fait qu'elle en a un nouveau. Elle déteste également qu'on approche quoi que ce soit de ses yeux, avec ou sans son accord.

❝ But : Faire questionner les choix et les actes des supers-héros. Les faire douter, et les tirailler jusqu'à ce qu'ils sachent si leur choix est un choix juste ou non.
❝ Rêve : Faire passer une légende du « côté obscur », et si cela s'avère trop difficile, au moins un héros… Ou deux.


Identité secrète ❝ Mademoiselle Corbeau
____________________________________________________________________
Pourquoi chercher un surnom pendant des heures alors que notre style vestimentaire peut le faire pour nous ?


❝ Origine : Technologique.
❝ Don : Solid-Glass : Mademoiselle a perdu son œil droit et l'a remplacé (avec beaucoup de chance) par un nouvel œil fonctionnel et en plus de ceci, a eu des lunettes très intéressantes.
❝ Maîtrise : 4/10 : Elle a conscience des fonctions les plus évidentes de ses lunettes : Vision nocture et thermique, visualisation de certains détails (comme les ventilations), et elles sont résistantes aux lumières vives comme les flashs de lumière (à l'exception bien sûr du soleil et de toutes les lumières qui lui ressemblent). Il doit exister d'autres fonctionnalités mais elle n'a jamais lu le manuel qui été offert, qui lit les manuels de toute façon ?
❝ Points forts : En premier lieu, les lunettes font amplificateurs pour les yeux et retransmet des informations supplémentaires. C'est son atout majeur dans son travail de criminelle puisque qu'elle voit mieux, dans le noir et d'assez loin, elle est plus précise et plus rapide pour analyser son environnement. En plus ses lunettes n'a pas de dépendance énergétique particulière : elles fonctionnent grâce à l'énergie solaire. En plus les lunettes sont très jolies et adaptées à sa vue, mais quand elle leur demande quelque chose, à ce moment là les verres passe à une couleur carmin
❝ Faiblesses : Cela dit, pour accéder aux fonctions souhaitées, il faut le demander oralement : les lunettes marchent par fonction vocale et uniquement sur sa voix, ce qui rend difficile de ne pas remarquer que les lunettes sont spéciales. Ensuite si elle donne la commande dans une phrase qui n'avait pas pour but d'activer la commande, elle s'active quand même, la gênant assez souvent. Enfin, il suffit d'une simple impulsion électrique (comme par exemple une grenade IEM, ou moins) pour désactiver les lunettes. Si la décharge est plus puissante cependant, cela pourrait lui exploser au visage.

❝ Origine : Prodige.
❝ Don : Déviation : Même si elle ne le sait pas encore, Mademoiselle Corbeau a en elle la capacité de dévier la plupart des projectiles pour qu'ils ne puissent pas la toucher, que ce soit une boulette de papier, une balle, un laser ou encore une carcasse de voiture voire même un être humain, elle arrive à les repousser par une sorte de pseudo champ de force, c'est à la fois assez impressionnant comme un peu dérangeant pour ceux qui lui veulent du mal.
❝ Maîtrise : 0/10 : En réalité, Corbeau ne sait même pas qu'elle possède ce don, ironique n'est-ce pas ? Elle est incapable de l'utiliser, que ce soit volontairement ou involontairement, il ne s'est jamais manifesté de toute sa vie et peut-être qu'il ne se manifestera jamais, enfin… Qui sait ?
❝ Points forts : Si il pouvait être utilisé, cela rendrait sa tâche bien plus facile, vu qu'elle serait à l'abri de la plupart des projectiles...
❝ Points forts (post-découverte) : Quand elle décide de se concentrer, Corbeau est capable de dévier les projectiles dont elle a conscience de leur présence, la rendant plus ou moins protégée de loin.

❝ Faiblesses : … Mais encore faudrait-il en avoir connaissance pour ne serait-ce qu'essayer de l'utiliser non ? Si on ne sait pas que l'on a ce genre de don, c'est comme si nous ne l'avions pas.
❝ Faiblesses (post-découverte) : A cause de la nature de son don, Corbeau ne peut plus tirer de balle vu qu'elle les déviera de sa trajectoire de base. De plus encore une fois à cause du don, tous les objets électronique proches se retrouveront brouillés et non fonctionnels, rendant la plupart des objets sur Corbeau inutile. Il ne faut pas oublier que les objets déviés n'arrêtent pas leur route et continue avec une nouvelle trajectoire, et donc peuvent frapper des innocents ou des choses qui ne devraient pas l'être.

■■■ Ton matériel du crime ■■■

❝ Costume : Un costume fait de morceaux d'autres vêtements de tissus, tous assemblés pour faire une sorte de grande cape ressemblant à des ailes de corbeaux, et un jean noir. Cela ne couvre pas franchement le corps.
❝ Arme : Deux revolvers customisés pour s'adapter au mieux aux mains de Corbeau et aussi pour faire jolis, tous deux ayant un chargeur de de quatre balles. Ils ressemblent énormément à des armes de poing mais uniquement pour avoir la taille adaptés aux mécanismes qui rendent les balles plus rapide et précise qu'un revolver classique, ils font cependant plus de bruits.
Un couteau de chasse classique à la ceinture au cas où.
❝ gadget : la ceinture que Corbeau porte est faite pour avoir un couteau de chasse et porter des balles supplémentaires. Sinon, Corbeau , n'a pas de gadgets particulier, elle trouve que cela manque de sérieux d'utiliser pleins d'objets en tout genre.
❝ Véhicule : Aucun, Corbeau se balade à pied, ou alors va voler un véhicule d'une personne lambda.


Histoire
____________________________________________________________________
Je suis venue, j'ai vu, j'ai perdu la vue, je l'ai regagné, et j'ai récupéré leurs argents en prime. Et je ne vais pas m'arrêter là.


Estellise est une jeune demoiselle née de parents chefs d'entreprise économique basée à la Réunion et en France. Ses deux parents sont d'origines françaises et par désirs de voyage se sont déplacés pour éduquer leur petite fille.
Ils lui inculquèrent premièrement des notions de la haute société, puis une éducation solide et rigoureuse. Il n'y a pas grand-chose d'intéressant dans la petite enfance d'Estellise à raconter, à part qu'à cause de son statut social elle se prenait déjà pour une petite princesse. À l'âge de 13 ans elle s'installa en France à Paris avec son majordome qui se devait de continuer à veiller sur elle à la place de ses parents. Cependant plus elle vieillissait, plus elle devenait rebelle, ceci aussi dû à l'influence de son nouvel environnement et de ses « amis » et des amis de ces derniers. Même si elle baignait dans un univers de haute société, elle était poussée par des pulsions de délinquances… Après tout c'était un tout nouveau monde à conquérir, à découvrir et à dominer, elle était déjà la reine de son petit monde et ce n'est pas un majordome qui va la pousser à ne pas tomber… Elle aurait dû l'écouter.

Vers l'âge de 16 ans elle et son petit groupe sont partis vers un des chantiers d'une multinationales quelconques, le bâtiment n'était encore qu'une sorte de construction en Jenga de métal pour elle, mais un parfait terrain de jeu pendant la nuit.
Alors que certains s'amusaient à faire les abrutis et à grimper le plus haut possible, d'autres fumaient de la drogue, et Estellise restait avec son copain. Tout aurait pu être une belle soirée avec ses potes, puis une magnifique soirée avec son mec si il n'y avait pas eu cet incident. Il y a eu ces deux personnes, elle a su plus tard que c'était un criminel et un pseudo héros des rues. Ils commencèrent à se battre ici et quelques balles fusèrent, plusieurs coups se lancèrent, et malheureusement le bâtiment prit des coups. La bande se dispersa rapidement, à l'exception bien sûr d'Estellise qui était paralysée par la peur, même si son copain essayait de la pousser à courir elle aussi, il était courageux, mais malheureusement pas téméraire et préféra garantir sa propre sûreté que celle de sa copine.

Ce héros avait un marteau, qui ressemblait beaucoup à ce genre de marteau à deux mains que pouvaient avoir certains guerriers au moyen âge, ou encore à ce genre de marteau qu'utilisaient ceux qui faisaient de la démolition, qui lui servait d'aide à la canalisation de son don : Il était capable d'amplifier les vibrations des coups qu'il portait, pas de beaucoup, mais à chaque fois qu'il touche les vibrations s'intensifient et se cumulent. Il suffit normalement d'un simple coup pour assommer quelqu'un de normalement constitué, comme le criminel qu'il combattait. Il maîtrisait en partie son don, et malheureusement, il avait en tête l'arrestation du criminel et ne réfléchissait pas à où il visait particulièrement, la plupart de ses coups se reflétèrent dans les fondations du chantier ou sur le sol, et coup après coup, les fondations devenait instable, jusqu'au moment fatidique, le coup de trop dans le pilier qui ne devait pas être touché.
Ce fut un véritable éboulement, et Estellise était juste en dessous. N'importe quelle personne normale serait morte, mais par une quelconque chance, elle survécut. Quand elle ouvrit les yeux pour voir le pourquoi du comment. Elle vit que c'était l'un des deux combattants (qui était après coup le soi disant criminel) qui l'avait protégé de son propre corps, cependant tous deux avaient eu une chance encore plus grande : Aucuns des deux n'avaient été touchés par les débris, tout avait miraculeusement attiré sur les côtés, formant une sorte de grand cercle de débris autour d'eux, même le criminel semblait surpris de ce qu'il venait de se passer.
Cependant, le danger ne s'arrêta pas là car le combat a quand même continué. Tandis qu'elle fut rapidement mise à l'abri du conflit qui avait déjà prit trop d'ampleur, il lui arriva un dernier malheur : Alors que les deux combattants se rapprochèrent l'un de l'autre, le criminel employa l'une de ses dernières cartes pour tenter de prendre la fuite : Il sortit son arme de poing et la pointa sur le héros. Il répliqua en envoyant un coup au moment même où l'arme fit feu. Une réaction assez violente se produisit : Le canon de l'arme et la balle tirée explosèrent en fragments, plusieurs se logeant dans la main et les vêtements du criminel, exaltant un gémissement de douleur, et un petit morceau de la balle, s'envola tout droit vers Estellise qui n'avait ni la vision nécessaire pour le remarquer, ni l'agilité suffisante pour tenter quoi que ce soit. Le fragment alla se loger directement dans son œil droit. Le choc lui fit perdre connaissance immédiatement.
Le héros, après avoir vu l'ampleur de ses dégâts, et après avoir cru tuer un innocent, prit la fuite tandis que le malfrat courut une fois de plus vers celle qu'il avait déjà protégé une fois, animé d'une peur et d'un remord plus que grand.

Elle ne se réveilla qu'une semaine plus tard, ses deux parents se trouvant à son chevet dans l'un des meilleurs hôpitaux de Paris. Son majordome lui raconta ainsi la semaine qu'elle n'avait pas vécue : Il fut appelé par une personne anonyme qui lui raconta les faits et qui demanda de l'aide en urgence, il avait déjà appelé les urgences mais il voulait aussi que la famille soit prévenue. Le majordome continua en racontant qu'il n'avait pas hésité une seule seconde à venir à son chevet, à appeler ses parents, et aussi à l'amener dans l'hôpital qui lui semblait le plus approprié pour l'horreur qu'elle avait subie.
A ce moment là, elle se rendit compte avec stupeur des bandages qu'elle avait au niveau de son visage, quand elle demanda quel était l'horreur qu'elle avait subie, ses parents ne purent répondre, et son majordome ne put le décrire avec des mots, il détourna le regard, puis fit un trait invisible au niveau de son œil droit. Le message était clair et précis : son œil était perdu. Elle n'avait même pas la force de pleurer, le majordome termina son récit par l'arrivée de ses parents il y a trois jours, la grandeur des soins qu'elle avait eu et le temps qu'elle avait rester à l'hôpital.

Elle n'était pas miraculée une fois, pas deux fois, mais trois fois : Elle n'était pas morte pour une obscure raison de l’effondrement du bâtiment en chantier, elle n'avait perdu que son œil dans l'opération alors qu'elle aurait pu perdre bien plus, et au maximum la vie, et, voyant sa détresse, ses parents décidèrent de faire en sorte de lui regagner le sourire, et la vue.
Elle pensait que ce n'était pas possible, après tout elle avait perdu son œil pour toujours et elle ne le récupérera plus jamais. Il lui fallut approximativement quatre à cinq mois de rétablissement et de rééducation, avec suivit de nombreux médecins et de nombreux médicaments et les meilleurs traitements. Elle plaqua son copain pour ne pas l'avoir aidé, elle lui rejeta en partie la faute de son malheur sur lui, et l'autre grande partie sur le soi disant super héros. Elle allait mieux, mais elle prenait la perte de son œil comme une fatalité et en quelque sorte la fin de sa vie pour elle.
Ses parents prirent contact avec l'un des meilleurs chirurgiens du monde et le supplièrent de faire recouvrir la vue à leur enfant. La tâche ne fut pas facile, trouver un œil compatible, et l'implanter n'allait pas être chose facile, mais ce n'est pas l'argent qui manquait et un jour la chirurgie put être faite.

Il lui fallut une journée entière pour se réveiller, et encore plusieurs jours avant qu'elle puisse ouvrir son œil, mais le résultat était là : elle avait retrouvé la vue. Ce fut sans aucun doute le meilleur jour de sa vie, une renaissance là où elle pensait qu'il était impossible de revivre. Il lui fallut cependant plus de 5 mois de traitements supplémentaires et de suivit pour s'adapter à son nouvel œil.
Elle reçu en plus une paire de lunettes, ce n'était pas une paire de lunettes classique, c'était un petit bijoux d'électronique. Elle les reçu comme une sorte de cadeau de rétablissement, et pour compenser sa nouvelle vue, ses parents ne pouvaient pas savoir à quel point ils lui avaient fait un cadeau venu du ciel.
Ces lunettes avaient été faites spécialement pour sa vue et elles étaient à la base faites pour l'aider dans sa vie de tout les jours.

Pendant sa longue rééducation quelque chose avait germé dans son esprit, son esprit s'était enfin décidé : Plus jamais elle n'allait être une gentille fille, ni une fille qui suit, elle allait devenir une vraie personne avec une vraie personnalité. Elle avait vu ce que les « gentils » faisaient et avait assimilé le fait que la perte de son œil était la faute de celui qui cherchait à protéger du crime. Une personne qui n'avait fait que détruire et blesser n'était pas une personne qui était une bonne personne. Elle s'était enfin trouvée.
Les années qui suivirent ne firent que consolider son caractère, et l'amener à devenir ce qu'elle est à présent : Une demoiselle du crime. À Vingt-deux ans elle débarqua à Laurel, elle avait envie de devenir quelqu'un, et pour devenir quelqu'un, il faut faire des grandes choses. Et c'est ce qu'elle allait faire, la ville avait un nouveau danger prêt à dévaliser tout le monde (et à prendre une petite revanche).



Toi, derrière ton écran

❝ Pseudo : Rionecnirp, mais appelez moi Rio
❝ Âge : 19 ans
❝ Avatar : L'image du personnage Par Ionen, création originale.
❝ Passions & Hobbies : Beaucoup de JdR, beaucoup de jeux vidéos, l'écriture, le RP et encore plus de JdR
❝ Découverte du forum : Clemi (Kacey Cree) a dit un truc du genre « Venez sur ce forum il est cool » alors j'ai suivit la masse
❝ Un petit mot pour la fin : La création du personnage a été longue et réfléchie






Dernière édition par Estellise E. De Bellefroi le Mer 13 Jan - 17:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 815

MessageSujet: Re: Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi Mer 13 Jan - 13:54

Bonjour ma petite,

Tu as un personnage très intéressent et une fiche bien écrite cependant il y a quelque petites choses à corriger.

Si tu es rentière ton statut social ne peut pas être seulement moyen. Il devrait être bon voir même très bon.

L’existence du SAD n’est pas connue du publique c’est une société secrète. Donc même si une rumeur circule sur l’existence d’une agence de surveillance des supers peu de personne y croient et surtout le nom de l’agence n’est pas connu.

Dans tes passions tu as noté « « Réussir un casse : » … Et tu as oublié l’explication qui va avec, non ?
Sur ton pouvoir prodige tu dis : « Vu qu'elle ne sait même pas qu'il existe, peut-on vraiment dire qu'il ne s'est jamais manifesté ? Sûrement. » C’était l’inverse, non ?

A propos de ton pouvoir prodige : il faut y rajouter des faiblesses car au moment où tu en prendras conscience celle mentionné pour le moment ne sera plus valide. Et lorsque tu voudras l’utiliser, même inconsciemment, il te faudra d’abord l’avoir acheter dans la boutique.

Passons à l’histoire : Le héro de ton histoire il avait une super force pour pouvoir faire s’effondrer le bâtiment, non ? Pourrais-tu rajouté une phrases ou deux qui mentionne ce point ?

Ensuite tu te prends une balle dans l’œil et… tout va bien ? Une balle même dans l’épaule c’est une blessure plutôt grave pour la quel les gens normaux vont à l’hôpital mais dans l’œil c’est pire encore car c’est proche du cerveau et le cerveau dés qu’il est effleuré c’est la catastrophe. Ce qui veut dire, en considérant que tu es une chance inouï et que tu t’en sorte « juste » avec un œil en moins, hôpital immédiat, opération d’urgence de plusieurs heures, guérison sous surveillance régulière d’un médecin…

Pour ton avatar il faut y noter le nom du personnage dont il est inspiré et la série d’où il vient. Ou si c’est une œuvre original il faut le dire aussi.

Tu n'es pas loin de la validation, courage ^^

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 25

MessageSujet: Re: Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi Mer 13 Jan - 17:05

Après réécriture voici tout ce qui a été changé :

Changement du statut social

Statut social : Moyen. → Statut social: Elevé


Changement de la particularité « Le S.A.D n'existe pas » en « Combat chorégraphié »

Le S.A.D n'existe pas : Oui oui, elle pense que cette rumeur qui circule n'est que de la connerie, elle est sûre à 100 % que cette histoire n'est qu'un mensonge là pour faire en sorte que les héros restent des héros et ne rejoignent pas les criminels.

Combat chorégraphié : Toute petite Estellise a eu de nombreux cours de danse classique payé par ses parents, dans sa nouvelle vie quand elle a décidé de combattre, elle commence à exécuter des pas de danse pour rendre son jeu plus imprévisible. Cela étonne la première fois, les suivantes un peu moins mais Corbeau fait toujours en sorte de rester originale et incorpore parfois d'autres style de danses, comme la danse orientale, voire même de la tecktonik.


La passion « réussir un casse » a été… Approfondie (en même temps tu avais oublié de l'écrire è_é)

Réussir un casse : Rien de plus agréable que de mener à bien une opération, que ce soit avec une sortie catastrophique ou alors une opération rondement menée, Corbeau aime réussir, il n'y a aucun doute.


La phrase « Vu qu'elle ne sait même pas qu'il existe, peut-on vraiment dire qu'il ne s'est jamais manifesté ? Sûrement. » est bien tournée, elle est là pour faire semer le doute quant à savoir si le pouvoir s'est déjà activé de lui même dans le passé, et donc faire réfléchir sur est-ce que l'on peut considérer avoir le don si on ne sait pas que nous l'avons et que nous ne savons même pas si il a déjà été utilisé. l'opération est réussie on dirait.

Changement de la phrase qui pose problème en un simple « Qui sait ? »


Rajout d'avantages/faiblesses pour l'après découverte

❝ Points forts (post-découverte) : Quand elle décide de se concentrer, Corbeau est capable de dévier les projectiles dont elle a conscience de leur présence, la rendant plus ou moins protégée de loin.

❝ Faiblesses (post-découverte) : A cause de la nature de son don, Corbeau ne peut plus tirer de balle vu qu'elle les déviera de sa trajectoire de base. De plus encore une fois à cause du don, tous les objets électronique proches se retrouveront brouillés et non fonctionnels, rendant la plupart des objets sur Corbeau inutile. Il ne faut pas oublier que les objets déviés n'arrêtent pas leur route et continue avec une nouvelle trajectoire, et donc peuvent frapper des innocents ou des choses qui ne devraient pas l'être.



Description rapide du pouvoir du héros de l'histoire, qui sera rajouté si besoin à l'intérieur de l'histoire :

Ce héros avait un marteau, du genre sledgehammer qui lui servait d'aide à la canalisation de son don : Il était capable d'amplifier les vibrations des coups qu'il portait, pas de beaucoup, mais à chaque fois qu'il touche les vibrations s'intensifient et se cumulent. Il suffit normalement d'un simple coup pour assommer quelqu'un de normalement constitué (soit notre cher criminel qui n'est qu'un simple bandit non doté avec un pistolet). Il maîtrisait en partie son don, ce qui explique pourquoi il a gaffé et a détruit le chantier sans le vouloir (en même temps des vibrations dans du métal ça fait jamais bon ménage)

et, par demande, voici le passage rajouté réécrit pour mieux coller à l'écriture de l'histoire :

Ce héros avait un marteau, qui ressemblait beaucoup à ce genre de marteau à deux mains que pouvaient avoir certains guerriers au moyen âge, ou encore à ce genre de marteau qu'utilisaient ceux qui faisaient de la démolition, qui lui servait d'aide à la canalisation de son don : Il était capable d'amplifier les vibrations des coups qu'il portait, pas de beaucoup, mais à chaque fois qu'il touche les vibrations s'intensifient et se cumulent. Il suffit normalement d'un simple coup pour assommer quelqu'un de normalement constitué, comme le criminel qu'il combattait. Il maîtrisait en partie son don, et malheureusement, il avait en tête l'arrestation du criminel et ne réfléchissait pas à où il visait particulièrement, la plupart de ses coups se reflétèrent dans les fondations du chantier ou sur le sol, et coup après coup, les fondations devenait instable, jusqu'au moment fatidique, le coup de trop dans le pilier qui ne devait pas être touché.


Explication plus approfondie du passage du coup dans l'oeil et du passage à l'hôpital et pour que ce soit bien plus réaliste.

Avant : Tandis qu'elle fut mit rapidement à l'abri il arrivera le dernier problème : Une balle déviée et brisée se logea dans son œil droit. Elle tomba dans l'inconscience sur le coup, et elle fut sauvée par le criminel, une fois de plus.

Quand elle reprit connaissance, son majordome était à son chevet, elle se sentait étrange, elle n'arrivait pas à ouvrit son œil droit, et quand elle comprit enfin elle n'avait même pas la force de pleurer, sa journée a été tournée en un clin d’œil en un cauchemar. En plus de ça le lendemain alors que son petit ami était revenu pour s'excuser elle le plaqua violemment en lui lançant tout ce qu'elle avait sous la main (tout en se ratant bien sûr).
Ses parents firent le déplacement jusqu'en France et prirent la décision de la soigner, ils prirent contact avec les meilleurs chirurgiens et dépensèrent beaucoup d'argent pour une chirurgie. Estellise était surprise de ceci, et elle ne pensait pas que ses parents lui feraient ça, cependant elle n'était pas au bout de ses surprises. Ses parents allait lui rendre un œil classique, mais elle reçu en plus une paire de lunette. Elle mit un long moment avant de s'habituer à son nouvel œil en contre partie, une rééducation de plusieurs mois.



Après : Tandis qu'elle fut rapidement mise à l'abri du conflit qui avait déjà prit trop d'ampleur, il lui arriva un dernier malheur : Alors que les deux combattants se rapprochèrent l'un de l'autre, le criminel employa l'une de ses dernières cartes pour tenter de prendre la fuite : Il sortit son arme de poing et la pointa sur le héros. Il répliqua en envoyant un coup au moment même où l'arme fit feu. Une réaction assez violente se produisit : Le canon de l'arme et la balle tirée explosèrent en fragments, plusieurs se logeant dans la main et les vêtements du criminel, exaltant un gémissement de douleur, et un petit morceau de la balle, s'envola tout droit vers Estellise qui n'avait ni la vision nécessaire pour le remarquer, ni l'agilité suffisante pour tenter quoi que ce soit. Le fragment alla se loger directement dans son œil droit. Le choc lui fit perdre connaissance immédiatement.
Le héros, après avoir vu l'ampleur de ses dégâts, et après avoir cru tuer un innocent, prit la fuite tandis que le malfrat courut une fois de plus vers celle qu'il avait déjà protégé une fois, animé d'une peur et d'un remord plus que grand.

Elle ne se réveilla qu'une semaine plus tard, ses deux parents se trouvant à son chevet dans l'un des meilleurs hôpitaux de Paris. Son majordome lui raconta ainsi la semaine qu'elle n'avait pas vécue : Il fut appelé par une personne anonyme qui lui raconta les faits et qui demanda de l'aide en urgence, il avait déjà appelé les urgences mais il voulait aussi que la famille soit prévenue. Le majordome continua en racontant qu'il n'avait pas hésité une seule seconde à venir à son chevet, à appeler ses parents, et aussi à l'amener dans l'hôpital qui lui semblait le plus approprié pour l'horreur qu'elle avait subie.
A ce moment là, elle se rendit compte avec stupeur des bandages qu'elle avait au niveau de son visage, quand elle demanda quel était l'horreur qu'elle avait subie, ses parents ne purent répondre, et son majordome ne put le décrire avec des mots, il détourna le regard, puis fit un trait invisible au niveau de son œil droit. Le message était clair et précis : son œil était perdu. Elle n'avait même pas la force de pleurer, le majordome termina son récit par l'arrivée de ses parents il y a trois jours, la grandeur des soins qu'elle avait eu et le temps qu'elle avait rester à l'hôpital.

Elle n'était pas miraculée une fois, pas deux fois, mais trois fois : Elle n'était pas morte pour une obscure raison de l’effondrement du bâtiment en chantier, elle n'avait perdu que son œil dans l'opération alors qu'elle aurait pu perdre bien plus, et au maximum la vie, et, voyant sa détresse, ses parents décidèrent de faire en sorte de lui regagner le sourire, et la vue.
Elle pensait que ce n'était pas possible, après tout elle avait perdu son œil pour toujours et elle ne le récupérera plus jamais. Il lui fallut approximativement quatre à cinq mois de rétablissement et de rééducation, avec suivit de nombreux médecins et de nombreux médicaments et les meilleurs traitements. Elle plaqua son copain pour ne pas l'avoir aidé, elle lui rejeta en partie la faute de son malheur sur lui, et l'autre grande partie sur le soi disant super héros. Elle allait mieux, mais elle prenait la perte de son œil comme une fatalité et en quelque sorte la fin de sa vie pour elle.
Ses parents prirent contact avec l'un des meilleurs chirurgiens du monde et le supplièrent de faire recouvrir la vue à leur enfant. La tâche ne fut pas facile, trouver un œil compatible, et l'implanter n'allait pas être chose facile, mais ce n'est pas l'argent qui manquait et un jour la chirurgie put être faite.

Il lui fallut une journée entière pour se réveiller, et encore plusieurs jours avant qu'elle puisse ouvrir son œil, mais le résultat était là : elle avait retrouvé la vue. Ce fut sans aucun doute le meilleur jour de sa vie, une renaissance là où elle pensait qu'il était impossible de revivre. Il lui fallut cependant plus de 5 mois de traitements supplémentaires et de suivit pour s'adapter à son nouvel œil.
Elle reçu en plus une paire de lunettes, ce n'était pas une paire de lunettes classique, c'était un petit bijoux d'électronique. Elle les reçu comme une sorte de cadeau de rétablissement, et pour compenser sa nouvelle vue, ses parents ne pouvaient pas savoir à quel point ils lui avaient fait un cadeau venu du ciel.



Rajout de l'indication de l'avatar :

L'image du personnage Par Ionen, création originale.

__________________________________________________

Voilà voilà, ça m'a prit un peu de temps, mais normalement j'ai corrigé et précisé tout les points qui posaient problèmes ^^
Je suis toujours prêt d'ailleurs à continuer à changer les points qui continuent de déranger, ou si il y a besoin d'un quelconque rajout de précision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 815

MessageSujet: Re: Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi Mer 13 Jan - 17:52

tu es validée!


Tu es dès à présent un criminelle de niveau 23. Tu peux maintenant disposer de ton costume , ton arme et ton gadget .

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don et ton métier ainsi que réserver ton avatar.
Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Tu peux également t'inscrire dans le sujet recherche de RP ou, si tu veux faire des rencontres totalement imprévues, dans la random roulette!

Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros!

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que l'on m'a appelé ? Non ? Alors me voilà. Estellise E. De Bellefroi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Paperasse :: Les Inscriptions :: Les admis-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit