.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 145

MessageSujet: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Jeu 14 Jan - 12:57

Never alone • • • Arthur A. St. John
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Prométhée était impatiente et à la fois inquiète. Elle trépignait sur place bien que son visage soit toujours figé d'une expression détachée. Mais qu'est-ce qui pouvait donc rendre notre héroïne, d'habitude si calme, dans un état d'excitation certain ? L'arrivée de ses parents. Elle ne les avait pas vus depuis près d'un an et aujourd'hui, ils avaient profité d'une petite semaine de vacances pour rendre visite à leur fille. Habillée d'un uniforme de lycéen - elle avait préféré mettre sa tenue de super-héros de côté - et posé une perruque rousse, elle attendait sa famille sur le quai de la gare.

Un coup de sifflet, annonçant l'arrivée du train, fit reculer la jeune fille. Les portes s'ouvrirent et une multitude de personnes descendirent du véhicule. Quelques minutes plus tard, elle aperçut ses parents et leur fit un signe. Ils avaient pris une valise légère, ne restant que deux jours. Une fois retrouvée, elle les enlaça puis les conduire à son appartement afin de déposer les bagages. Lorsqu'ils furent installés, Prométhée leur promit de leur faire une petite visite guidée, mais qu'avant cela, elle avait prévu de les emmener dans un restaurant. Ce dernier était réputé et semblait être géré par un joker, ils y seraient en sécurité en cas de conflit. Toujours vigilante, la jeune femme avait tout de même prévu un sac pour y mettre sa tenue de héros ainsi qu'une dizaine de peluches. Ils se mirent donc en route vers ce dernier.

À leur arrivée, un serveur les installa à une table en leur déposant une petite carte pour chacun. Que des spécialités françaises, elle fut ravie en lisant cette dernière. Elle savait déjà ce qu'elle allait choisir. Elle attendit que ses parents en fasse de même pour ensuite prendre commande. Après une dizaine de minutes, on leur servit enfin les plats. Ils commencèrent à manger en se racontant leurs vies respectives. Le repas commençait plutôt bien. Ce fut au moment de la nourriture chaude que la journée se corsa. En effet, un homme accompagné de deux femmes était arrivé peu après eux et ils s'étaient également installés à quelque tables d'eux. On aurait pu les prendre pour de simples clients, mais lorsqu'ils se levèrent en pointant des armes sur les serveurs, tout le monde se mit à couvert. Heureusement, Prométhée était allé faire une halte aux toilettes juste avant l'incident. Elle était donc encore cachée et lorsqu'elle se rendit compte du danger, préféra se cloîtrer. Parce qu'elle avait oublié une chose : son sac où se trouvait son costume. Elle n'espérait qu'une chose : son partenaire joker intervienne.



Codage Utauko


Dernière édition par Prométhée de Brisay le Mar 31 Mai - 20:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : à l'étage de son restaurant, dans le bar cossy, buvant un diabolo-violette
❝ POINTS : 103

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Dim 31 Jan - 17:45


Never Alone.

ft Prométhée de Brisay.

« Addition salée!»


C'était une journée tout à fait ordinaire pour moi. Je cuisinais toujours avec passion et souvent seul. Il est vrai qu'on a rarement besoin de personne quand la vaisselle se lave toute seule et que les couteaux épluchent tous seuls les légumes. Évidemment, c'était faire preuve de facilité mais c'est toujours agréable de temps en temps. Je doute que Merlin apprécie mais bon ! Après tout mes pouvoirs sont là pour protéger les gens pas pour faire les tâches ménagères !

Bref, une journée tout à fait classique en somme, oui. Je travaillais dès 10h du matin et je terminais parfois mon travail vers 23h mais bon sang qu'est-ce que j'aimais ça ! C'était toujours vers 11h30 que venait les premiers clients mais le service ne commençait vraiment qu'à midi. Les formules proposées étaient tout à fait ordinaires et se comptaient au nombre de trois :

- Formule Élégance (midi uniquement) : 25$ Entrée ou Dessert, Plat du jour ou suggestion du chef, café ou thé.

- Formule Prestige : 36$ Entrée, Plat, Dessert, café ou thé et un verre de vin américain.

- Formule Merveille : 45$ Entrée, Plat, Dessert, café ou thé et sa mignardise-maison et une demi-bouteille de vin français.

Je regardais les gens peu à peu afflué depuis le hublot de ma cuisine. Les serveurs, toujours bien habillés prenaient les commandes au fur et à mesure, il était alors temps de faire chauffer les fourneaux.

« Hey Arthur ! Voici la commande de la table 15, ce sont des français il me semble. »
« Aha, sacré Bastien, il me semble que tu as toujours l'air enthousiaste quand tu sers des français. »
« Bien évidemment ! Ils sont toujours en général polis et généreux avec le pourboire ! »

Bastien s'en alla le sourire au lèvre. Il avait le don de me donner de l'énergie et de la bonne humeur ce garçon. Et c'était quelqu'un de brillant.

Je passais la tête à travers la porte de la cuisine afin de repérer cette fameuse tablée française. En effet, on discutait bien français. Je retournais en cuisine et je commençais par préparer les quinze entrées, heureusement, le choix est assez limité et il est très facile pour moi de les composer rapidement et en moins de dix minutes garantis.  

Mon plus grand plaisir c'était quand les assiettes revenaient vides, c'était pour moi déjà un gage de qualité et que donc ma cuisine était bonne. Les plats chauds ont été envoyés quasiment immédiatement, également dans les dix minutes. Je déteste faire attendre les gens en règle générale.

Quelques minutes passa, un remue-ménage se produisit dans la salle et ensuite un calme quasiment olympien.
« Que se passe-t-il ? »
Je lorgnais discrètement à travers le hublot...

« Allons bon..un braquage dans mon restaurant ? » Je constatais qu'il manquait quelqu'un dans la salle. « Où est passé la française rousse ? »

Après avoir éteint rapidement les fourneaux, je montais discrètement au vestiaire où je troquais ma tenue de chef cuisinier pour mon manteau  marron de Joker et je vérifiais que j'avais toutes les fioles disponibles, j'avais toujours refusé de porter un masque car je ne pensais pas qu'un braquage se passerait sur mon lieu de travail et il y avait bien trop de monde qui pouvait me reconnaître. Mais je passa outre et de simplement protégé mon visage avec une écharpe et de détacher mes cheveux devenus longs maintenant.
Je me téléporta dans ma cuisine pour surveiller ce que les braqueurs faisaient. Visiblement, le pauvre Bastien a été pris en otage et les braqueurs menaçaient de lui faire sauter la cervelle si on ne leur donner pas l'argent et les bijoux rapidement. Je souriais, ils n'avaient pas l'air bien effrayant et je me téléportais juste derrière l'homme qui tenait Bastien en otage.

« Excusez-moi. Voulez-vous bien le lâcher s'il vous plait ? » L'homme surprit se retourna et lacha Bastien qui tomba par terre. J'en profitais alors pour lui affermir un violent coup de poing au visage et il tomba à la renverse. Les deux femmes surprises par mon arrivée reprirent rapidement leur esprit et pendant que l'une me faisait des clés de bras la dernière pointa son pistolet sur ma tempe.

« Tu bouges, tu meurs. Ce deal te plaît ? » Elle passa sa main le long de mon visage.
« Mais vois-tu, tu sembles puissant, je vais donc te...diminuer un peu. »

PAN-PAN

« Voilà. Une balle dans la cuisse, une dans l'épaule. Aha. Lâche-le ma sœur, il ne sert plus à rien. »

Je ne savais pas si je ne servais plus à rien mais c'était très douloureux et mon bouclier s'est déclenché une nanoseconde trop tard. L'homme se releva aidé par ses deux sbires.

« Permettez et vous tous admirez comment une vengeance s'opère ! » Il tenta de me donner de violents coups de pieds mais le bouclier toujours enclenché, le pied du malfrat s'écrasa comme contre un mur de pierre et hurla de douleur. Cette scène était tellement hors-norme que tout le monde nous regardaient sans exception. Il fallait que je parte. Un claquement de doigt et me voici téléporté dans les toilettes...des femmes.

« Houlà. Désolée Mademoiselle, je me suis trompé de destination... »

© Kinotto de LG.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 145

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Lun 8 Fév - 11:33

Never alone • • • Arthur A. St. John
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

La jeune femme avait été quelque peu surprise de l'apparition de l'homme, puis son expression reprit aussitôt un ton neutre, même blasée.

- Sérieusement ? Il y a une attaque et vous, vous excusez pour entrer dans les toilettes des dames ?

Il était rare de voir Prométhée dans un état aussi froid, mais ces parents étaient en danger. Elle préféra se détourner vers la scène. Il était certain que les agresseurs se sentaient déconcertés. Celui dont le pied avait été brisé, agonisait toujours au sol en espérant que la douleur passe, tandis que les deux autres se pressèrent pour s'avancer vers la caisse. D'ailleurs, leur tâche n'en fut que plus rapide, elle avait presque terminé leurs affaires. Puis elle se rappelait les gestes du magicien et sa soudaine apparition derrière elle. Aussitôt, elle se retournait pour ajouter :

- Tu peux te téléporter ? Okay, j'ai besoin d'un service pour virer cette pourriture et que je puisse enfin terminer mon repas de famille. Sans attendre une réponse, elle continua : Tu vois le sac là-bas ? Elle démontrait un cartable au pied du table, celle où mangeaient ses parents avant d'être interrompus. Tu peux me le récupérer ?

C'était une demande bien pressante et peu polie, puis elle se souvenait que la gentillesse était d'or. Alors elle se racla la gorge, prit un air qui ne lui allait pas du tout, et termina sur un petit ton timide :

- S'il te plait..?


HRP:
 


Codage Utauko


Dernière édition par Prométhée de Brisay le Lun 29 Fév - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : à l'étage de son restaurant, dans le bar cossy, buvant un diabolo-violette
❝ POINTS : 103

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Mer 10 Fév - 11:28


Never Alone.

ft Prométhée de Brisay.

«Téléportation en chaîne!»


-Sérieusement ? Il y a une attaque et vous, vous excusez pour entrer dans les toilettes des dames ?

-Et alors ? Est-ce pour autant qu'il faut oublier ses valeurs et son éducation ?

Cette demoiselle semblait un peu impertinente sur les bords. Était-ce de la panique ? Probablement mais c'était bien le cadet de mes soucis pour l'instant. Je sortis une fiole de ma poche de manteau et la posa sur le rebord du lavabo.

-Tu peux te téléporter ? Okay, j'ai besoin d'un service pour virer cette pourriture et que je puisse enfin terminer mon repas de famille. Sans attendre une réponse, elle continua : Tu vois le sac là-bas ? Tu peux me le récupérer ? S'il te plait..?

Étrange requête..
-Permettez que je me soigne avant ? Fit-je en montrant du doigt la blessure à l'épaule et à la cuisse. De toute façon, ils ne risquent pas de partir, j'ai verrouillé toutes les issus avant de me téléporter ici.

Je sortis une pince de la poche de mon pantalon et j'étais déterminé à enlever les balles logées dans ma chair.

-Rhaaaaaaaaaaaaa. Et d'une ! J'admirais fièrement dans une demi-grimace la balle sortie que je déposais dans le lavabo. Je m'apprêtais à retirer la seconde logée dans mon épaule et qui me faisait atrocement mal. Elle a du traversé un nerf et chaque mouvement me donnait l'impression de recevoir un coup de jus.

-Allez..du courage mon ami. Murmurais-je. Aïe, Aïe, Aïïïïïïïeuh. RHAAAAAA. Ah enfin...Je compressais mon épaule pour essayer de calmer la douleur et essayais de stopper momentanément l’hémorragie. J'ouvris la fiole et je l'avala d'un trait. Quelques secondes plus tard, les plaies se refermèrent et je repris pleinement possession de mes moyens. Je fis un sifflement et balai, brosse, éponge, serpillière et seau s'animèrent pour nettoyer le sang par terre et dans le lavabo ; des éponges se collèrent à moi pour tenter de nettoyer mon manteau couvert de sang. Je sentais presque que j'avais l'air ridicule ainsi.

Je me tournais vers la demoiselle.
-Bien revenons à nos affaires. J'entrebâillais la porte des toilettes et je vis une des deux femmes vider le tiroir-caisse.

-Bon, une diversion d'abord. Je me concentrais sur le tiroir-caisse et quand cette dernière remis les mains dedans je fis un mouvement brusque avec mon index et le tiroir-caisse se referma brutalement sur ses doigts. Elle poussa un énorme cri de douleur. L'autre femme qui tenait en joue les otages et l'homme qui boitillait en se mordant les doigts se retournèrent pour savoir ce qu'il se passait.

-C'est le bon moment ! Je fis un claquement de doigts et je disparu des toilettes abandonnant la demoiselle. Les éponges, elles, ne s'étaient pas téléporter et retournèrent dans le seau d'eau avec presque une attitude de résignation.

Je me saisis du cartable que la demoiselle voulait et je me retéléporta à nouveau dans les toilettes.

-Voici Mademoiselle.

Les éponges, me voyant sortirent du seau et tentèrent de se jeter sur moi en « courant ».

-Ah mais ça suffit ! Et d'un geste les éponges s’arrêtèrent et retournèrent dans le seau avec le balai et compagnie et allèrent se ranger. L'endroit était à nouveau parfaitement propre.
-Bon, j'y retourne. A toute à l'heure.
Je me retéléporta et dégaina mon épée devant eux.

-La plaisanterie a assez duré maintenant. Toi là fis-je en interpellant Bastien. Emmène-les clients dans le restaurant à l'étage. Ça risque de devenir dangereux !

Pendant que les clients montèrent à l'étage, un couple cria. « Notre fille !! Où-est-elle ?!! »

-Ne vous inquiétez pas, elle est en sécurité !

Une des femmes qui n'était pas encore blessée en profita pour tirer avec son pistolet mais j'esquivais la balle avec aisance avant de la trancher en deux  en plein vol avec mon épée.

-Ahaha, en garde mes mignons !

© Kinotto de LG.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 145

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Lun 29 Fév - 15:35

Never alone • • • Arthur A. St. John
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Prométhée avait plissé les yeux. C'était un homme étrange... Très étrange. Sa répartie était déconcertante même en cas de danger. Il était vrai que l'éducation était une chose, mais était-ce réellement nécessaire de la mettre en avant durant une attaque ? La jeune fille préféra détourner les yeux et se concentrer sur l'action. Elle attendait que le magicien saute dans le tas, récupère son sac et revienne pour lui rendre, mais il ne le fit pas. Elle n'avait pas réalisé, pas encore, que ce dernier était blessé et tentait de se soigner en fond. Elle soupira doucement et s'approcha de celui-ci. Elle le regardait traiter les balles une à une, il avait l'air de s'y connaître, la bleuette n'avait donc pas besoin de l'aider. Ensuite, il pansa ses plaies, les épongea et... Des balais, des sauts, des serpillières et des éponges s'animèrent pour laver le sol, le lavabo et même les vêtements qui étaient tachés de sang. Était-ce réellement le moment de faire le ménage alors que d'autres coups de feu semblaient résonner à travers la pièce ? Prométhée croisait les bras sur sa poitrine en tapant du pied au sol, cette comédie allait durer encore longtemps ? Elle attendait que l'homme se libère mais cela ne lui plaisait pas, il était très probable que des innocents ainsi que ses parents se fassent blesser pendant que le magicien terminait sa petite toilette.

Elle ne fut rassurée que lorsque l'homme avait enfin disparu et réapparu pour lui apporter son sac. Sans une réelle gêne, elle se changea sans se poser de question, préférant la rapidité à la réflexion. Une fois son costume revêtu, elle retira soigneusement sa perruque et rangea ses affaires dans son sac. Elle les cacha sous le lavabo des toilettes, afin de pouvoir se changer une nouvelle fois après la bataille. Avec cette excitation, Prométhée n'avait pas remarqué que le magicien l'avait déjà quitté pour mettre les clients en sûreté. « Enfin quelque chose de censé ! » pensa la jeune fille qui intervenait. Elle avait avec elle des peluches de tailles différentes (allant de trois petites d'environs une quinzaine de centimètres tandis que les cinq autres étaient bien plus grosses et grandes.) qui s'attaquèrent immédiatement à la deuxième femme qui avait tantôt fracturé ses doigts. Face à la situation et malgré la douleur, elle avait rit en crachant la même routine à Prométhée :

- Tu comptes vraiment me faire mal avec ça ?

Sa phrase venait à peine de se terminer qu'un des plus petits jouets explosa près de sa gorge. Lui arrachant ainsi un râle ensanglanté. Elle cracha effectivement du sang au sol, tombant sur ce dernier. Elle semblait tenir son cou qui commençait à s'ouvrir pour laisser le sang s'échapper. Elle avait une belle entaille et certainement profonde, si elle ne se soignait pas, elle mourrait.



Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : à l'étage de son restaurant, dans le bar cossy, buvant un diabolo-violette
❝ POINTS : 103

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Dim 6 Mar - 17:11


Never Alone.

ft Prométhée de Brisay.

« Retour quasi à la normale?»


J'esquivais les balles avec aisance jusqu'à ce que le chargeur de la demoiselle se vide. Excalibur n'avait rien de magique en soit mais c'était une arme que je manie depuis ma tendre enfance et je suis donc capable t'anticiper les mouvements de mes adversaires.

"Putain!"

Elle lança de rage son arme par terre et tenta de sauter sur moi de manière agressive ; poignard à la main. J'en profita pour lancer un sort somatique et verbal.

"Electris Fulguia!"

Un rayon électrique se forma de mes mains et transperça la demoiselle qui s'écroula dans son élan et dans un long râle ignoble.

"Bien, en voici une qui ne nous dérangera plus pendant quelques minutes."

Je regardais un instant autour de moi, Bastien avait conduit tout le monde dans la salle de jeux et c'était parfait.

"The Plush Lady ?"

Qu'est-ce qu'elle faisait là ? D'où sortait-elle ? Des toilettes ? Mais alors cela existait bien des mystères. Je me disais bien que je l'avais déjà vu quelque part  et son histoire de sac à ramener pour sauver ses parents s'expliquaient plus aisément maintenant. Elle s'était attaquée à la deuxième demoiselle qui m'avait servi de diversion et un ourson en peluche lui ouvrit la gorge. L'homme tenta de s'enfuir en boitillant mais il trouva porte close. La magie de l'animation d'objets en quelque sorte. Il tambourinait la porte afin de tenter de la défoncer et de fuir mais je lui lança également un sort d'électricité et il tomba évanoui.

"Tenez !" Fis-je à The Plush Lady en posant une fiole sur le comptoir. "Il s'agit d'un baume de réduction des plaies. Soignez-là. Je ne veux pas de morts sur les bras. Assommez-là si vous le souhaitez mais qu'elle ne meurt pas ici."

Je me retournais la femme avait disparu. Enfin pour être exact elle essayait de fuir avec l'argent de la caisse en se déplaçant sur le plafond telle une araignée.

"Voulez-vous bien descendre ? Il n'y a aucune issue par là-haut."

"Tu crois que je vais t'écouter ? Tu te fous le doigt dans l’œil."

"Flamia, flamma, flamium !!" Je concentrais la boule de feu entre mes mains afin qu'elle puisse suffisamment grossir afin de décrocher cette grosse araignée du plafond.

"Bien, voici un bon argument pour vous faire descendre". Je lançais la boule de feu en sa direction, elle s'enflamma et tomba à terre mais elle semblait résistante au feu. Je sifflais et des seaux remplit d'eau sortant de nulle part se déversa sur la demoiselle pour éteindre le feu. Elle était totalement trempée et très en colère cela se voyait à son regard.

J'écoutais attentivement les bruits autour de moi.

"Oh. Vous n'avez pas de chance, la Police est en route pour vous cueillir. Vous ne voulez pas vous rendre ? Cela nous facilitera la tâche."

© Kinotto de LG.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 145

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John Mar 31 Mai - 20:56

Never alone • • • Arthur A. St. John
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Prométhée attrapait la fiole, avec ce visage toujours aussi détaché. Tuer quelqu'un ? Oui, ça la dérangeait mais elle n'avait pas pour habitude de montrer ses émotions. Elle s’exécuta donc à la tâche tandis que la plaie cicatrisait à vue d’œil. Une fois terminé, la jeune femme attrapait sa cible afin de l'adosser contre un mur et lui lier les mains. Ainsi, même si elle venait à se réveiller, elle ne pourrait pas agir.

Pour ce qui était de sa collègue, coriace, avouons-le, Prométhée se faufila derrière elle afin de lui asséner un coup derrière le crâne. Parfois, la magie n'était pas réellement nécessaire et de bonnes vieilles stratégies suffisaient pour faire taire l'individu. Tout comme son acolyte, Prométhée traîna celle-ci contre le même mur et lui lia les mains. Maintenant que tout le monde était inconscient, il fallait juste attendre les forces de l'ordre.

Au vu de la facilité à gérer la situation, Prométhée constatait qu'il s'agissait de novice et que des simples personnes auraient également pu gérer la situation. Dans l'immédiat, elle était plus contente d'avoir pu protéger ses parents.

[...]

Voilà que maintenant, la police venait d'embarquer les trois malfrat qui venaient, d'ailleurs, tout juste de se réveiller. Alors que la coriace jetait des jurons à l'égard des deux légendes, Prométhée ordonna à l'une de ses peluches de suivre les agents et de lui envoyer un signal si un problème survenait. Celle-ci s’exécuta et se posa sur l'épaule d'un agent. Ce dernier fut légèrement décontenancer mais ne dit rien, lorsque la bleuette lui afficha un "okay" de la main.

Alors que le restaurant se vidait, la joker se retourna près de son coéquipier du moment.

- Bien joué.

Sur ces mots, elle disparaissait dans les toilettes pour se changer. Là, ses parents, qu'on libéra de la salle de jeu, la rejoignit afin de s'assurer qu'il ne lui était rien arrivé. Elle leur répondit avec un très léger sourire puis il quittèrent le restaurant. Pour sur, Prométhée avait adoré les performance de son collègue.


HRP:
 


Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John

Revenir en haut Aller en bas

TERMINE ▬ Never alone • • • Arthur A. St. John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le centre ville :: La rue commerciale :: Le Lys Blanc-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit