.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Dim 7 Fév - 20:49



Allô Houston ! On a un problème.
J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Le seul sentiment qui habitait ton cœur était celui du désespoir. Tu venais de perdre toutes les choses que tu aimais. Tu venais de te rendre compte qu’en vrai, tu aimais les humains et ceux que tu aimais le plus, ils te manquaient. Tu venais seulement de t’en rendre compte. Et malheureusement pour toi, il était trop tard. Le mal avait été fait et tu ne pouvais plus revenir en arrière. Tes camarades de classe ne méritaient pas cette chance : ils t’avaient prises pour une folle pendant des années, c’était moqué de toi à chaque fois qu’ils en avaient l’occasion et d’une certaine façon, tu leur avais pardonné. Après tout, tu étais resté en cours. Tu vivais ta vie, sans leur faire de mal – sauf pour une, mais elle était un cas particulier à elle toute seule. Elle était la seule personne qui arrivait à faire naître un sentiment de haine au point d’avoir envie de voir le mur de ta chambre, repeint avec son sang. Un sentiment dont tu n’avais pas l’habitude de côtoyer avant de connaitre le nouvel utilisateur de ton pouvoir : Iwan. En parlant de lui, Kiyo disait souvent que tous vos malheurs arrivaient depuis qu’il était là. Et à chaque fois, dans ce genre de moment-là, Iwan s’empresser de lui rire au nez en répliquant que ce n’était pas de sa faute si les gens étaient trop stupides pour accepter la petite propriétaire avec ses qualités, mais aussi ses défauts. Une réplique qui faisait réagir ton cœur, mais tu ne savais dans quel sens.

Tu marchais dans les vieux quartiers quand tu remarquas quelque chose : il faisait déjà nuit. Il était rare que tu restes aussi tard, dans le noir. Tu devais vraiment être dans un grand désespoir pour en oublier ta peur. Quoique… tu avais pris l’habitude, avec Kiyo, de trainer tard la nuit. Quelques fois, tu faisais même des nuits blanches. Vous passiez vos nuits à côtoyer le monde de la nuit, avec ses putes, ses dealers, ses gens ivres qui essayaient de coucher avec des femmes dont une seule nuit coûteraient toute une vie pour un ouvrier. Tu avais connu ce monde grâce à Kiyo et tu l’avais aussi aimé grâce à lui. Même s’il n’était pas le meilleur des partenaires, parce qu’il préférait vivre comme un bon vivant plutôt que de sauver la veuve et l’orphelin, c’était cette facette de lui qui te faisait sourire. Il n’était pas parfait, oh non, mais son imperfection faisait qu’impossible n’était pas une réalité, mais seulement une idée néfaste. Il t’avait aussi appris qu’il ne servait à rien de combattre sa peur, mais qu’il fallait vivre avec elle. Elle était ton échelle de vie et tant que tu l’escaladais, même en tombant de plusieurs barres, il ne fallait pas abandonner. C’était de cette façon que tu avais rencontré Jonas. Le joker qui allait redevenir le père que tu n’avais jamais eu. Non pas que tu étais orpheline, non, mais parce que tu arrivais à te confier à lui et lui, il faisait l’effort d’essayer de te comprendre. Tu te remémoras même votre première rencontre. Plus les images défilaient dans ta tête, plus tes yeux laissaient le barrage ouvert pour tes larmes.

Les larmes aux yeux ruisselant sur tes joues de petites filles, tu observais les gens. Certains te disaient bonjour, d’autres essayaient de te vendre des trucs plus ou moins louches ou illicites. D’autres même, voulaient t’emmener avec eux parce que tu étais jeune et jolie et que les enfants comme toi se vendait à un très bon prix au marché noir ». Tu te mis à courir comme si tu courrais pour sauver ta vie, alors que cette personne ne te poursuivait pas. Elles étaient trop occupées à essayer de tenir sur leurs deux jambes pour pouvoir courir, voire même marcher. Ce fut lors de cette course que tu percutas une personne. Sur le coup, tu ne vis pas qui c’était. Le choc de la collision t’avait fait tomber en arrière, par terre. Et d’après ce que Kiyo et Iwan voyait, c’était la même chose pour lui. Tu te frottas le front, les yeux toujours brillant. Tu le pleurais plus à cause de la douleur de ton cœur, mais à cause de celle de ton front. Sur le moment, elle était plus forte et plus douloureuse. La vision du garçon faisait naître des petites rougeurs sur tes joues. Depuis que tu vivais avec Ilias, tu devenais plus sensible aux charmes des garçons. Un détail qui faisait rager Kiyo et vomir Iwan. Tu te mis à légèrement rougir quand le garçon se releva. Tu remarquas qu’il semblait perdu et surtout apeuré. Cependant, quelque chose n’allait pas : ta vision commença à se troubler. Sans même comprendre ce qui venait de se passer, tu tombas dans les pommes. Le truc qui t’arrivait semblait faire de l’effet sur Kiyo et Iwan aussi puisqu’aucun des deux n’avaient pris le relais pour casser la gueule à ce gamin.

Les seules pensées que tu eus sur le coup, ce fut que tu espérais ne pas mourir. Malgré ta situation, tu ne voulais pas passer l’arme à gauche… Il était encore trop tôt, pour toi, que cette chose arrive maintenant. Et l’une des choses était de tuer une demoiselle dont le pouvoir ne pourra jamais fonctionner sur elle.
© Grey WIND.


Dernière édition par Naya K. Thompson le Lun 7 Nov - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 8 Fév - 9:36



Allô Houston ! On a un problème.
J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire.
Naya, Kiyo & Iwan

Le réveil fut très difficile et très douloureux. Tu ne savais pas si tu étais morte ou vivante et tu ne voulais pas le savoir. Tu ne voulais pas savoir non plus où tu te trouvais. Tu avais vu assez de film d’horreur pour te douter que tu n’étais pas dans ton lit. Le sol était aussi dur que du béton et la texture te faisait penser à du pavé… le même pavé qui se trouvait dans la rue que tu te trouvais avant de tomber. Tu reconnaissais bien ce sol puisque tu y étais tombé quelques secondes avant de t’évanouir. Tu ne voulais toujours pas ouvrir les yeux. Ta peur était beaucoup trop grande pour avoir la curiosité d’ouvrir les yeux. Toutefois, tu utilisas tes autres sens pour essayer de satisfaire la curiosité des deux autres âmes. Kiyo et Iwan ne comprenaient pas pourquoi le produit ou la chose qui avait fait évanouir Naya avait aussi fonctionné sur eux. Ils étaient que des âmes dans ce monde. Pour le moment, elle savait qu’elle était dans un endroit où le sol était semblable à celui de la rue des casinos. Tu supposas que tu n’étais pas prisonnière d’un quelconque psychopathe vu que tu pouvais bouger tes membres, autant tes jambes que tes bras. Tu pouvais même te lever. En te touchant le corps, tu souris de bonheur en sentant tes vêtements. Toutefois, tu n’étais pas rassurée. Si ton touché, ton odorat et ton goût étaient opérationnels – et que tu n’avais pas testée ta vision – tu remarquas que ton ouïe ne l’était pas. Tu ne comprenais pas les bruits qui t’entouraient. La seule façon de savoir, c’était d’ouvrir les yeux.

Contrairement à ce que tu pensais, cette action fut assez difficile à faire. Tes paupières ne voulaient pas se lever. Tu ne pouvais même pas demander de l’aide à Kiyo ou Iwan, ils n’étaient pas dans un meilleur état que toi. Entendant les bruits, tu te frottas le front avant de t’assoir par terre. A ce moment-là, comme si tu ne pouvais pas faire deux actions en même temps, tes paupières s’ouvrirent. Tu ne comprenais absolument pas. Tu étais au même endroit. Tu étais toujours dans cette ruelle et pourtant, beaucoup de gens étaient autour de toi pour savoir comment tu allais. Tu ne comprenais pas. Tu essayais de prononcer des mots, mais la seule chose qui sortait de ta bouche, ce fut du sang. Tu n’eus pas le temps de voir de quelle couleur était ton sang que tu retombas dans les pommes. Non pas que tu ne supportais pas la vue du sang, mais tu ne supportais pas la vue de ton propre sang. La dernière fois que tu l’avais vu, il était noir. Tu avais du sang de démon dans les veines. Kiyo avait beau te rassurer en disant que ce n’était qu’un effet secondaire de ton imagination, de ta paranoïa, tu ne le croyais pas. C’était pour cette raison, d’ailleurs, que c’était lui qui devait occuper le corps de la jeune fille, une fois par mois, pendant ses règles. Une tâche qu’il n’assumait pas. Mais au moins, ça lui donnait une bonne excuse pour frapper les gens : «excusez-moi les gens, j’ai les hormones qui montent en flèche »[i], disait-il, le trois quart du temps, en même temps que de frapper ses victimes.

Ce fut donc Kiyo qui reprit le flambeau. Le garçon venait de faire un échec critique contre toi. Cependant, contre toute attente, il eut les mêmes difficultés que toi. Aucun d’entre vous ne comprenez. Maintenant que ses yeux étaient ouverts, il se leva. Mais à ce fut avec stupeur qu’il se rendit compte qu’il avait du mal à tenir en équilibre. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’il récupérait ton corps dans un piteux état. Quelque chose n’allait pas. Il se releva doucement, attendant que les vertiges passent pour pouvoir grogner comme un porc sur le mec qui se trouvait en face de lui. Parce que oui, le garçon qui les avait bousculés était toujours en face d’eux. Malheureusement, ses grognements ne faisaient aucun effet quand il se trouvait dans ton corps. Peut-être étais-tu trop mignonne ? Dans tous les cas, Kiyo indiqua qu’il allait bien en faisant un signe de la main, même si tu crachais un peu de sang [i]rouge
. Ce signe eut pour effet de rassurer tous les gens autour de toi, sauf un. Toujours ce garçon qui ne voulait pas les lâcher. Il vous regardait comme s’il se posait des questions sur votre cas. Kiyo ne supportait pas son regard. Alors qu’il voulait le prendre par le col, il eut un moment de vertige. Il décida de prendre son corps. Peut-être que l’effet n’était que sur ton corps. Maintenant, il pouvait mieux choper ce mioche par le col, même s’il se rendait compte que les sensations de vertige n’avaient pas disparu.

Kiyo - « Je te laisse une chance de t’expliquer avant que je ne te tue ! Qu’est-ce que tu nous as fait ? », demanda-t-il, énerver. « Je te laisse 5 secondes pour me répondre. », ajoute-t-il en comptant avec ses doigts. Alors qu’il arrivait au chiffre 1 et demi, le garçon paniqua.

??? – « Je… Je ne voulais pas vous faire du mal, mais j’ai été obligé de vous emmener dans mon monde. Il est sur le point d’être détruit et j’ai besoin de l’aide de quelqu’un comme vous. », dit-il à moitié en pleure. « On m’a dit de prendre cet appareil et d’aller chercher, comme on vous nomme dans votre monde, un joker ou une légende. On m’a dit que vous étiez un super héros et que vous pourriez nous aider. », ajoute-t-il en priant intérieurement pour sa vie.

Mais à ce moment-là, Kiyo était trop choqué pour pouvoir se défouler sur lui. Ce mec venait de lui dire qu’il venait d’un autre monde et surtout, qu’il avait besoin d’un joker ou d’une légende comme eux ? La première réaction de Kiyo fut de lui rire au nez. Il rigola tellement fort qu’il faillit s’étouffer. Comment pouvait-on les prendre pour des héros ? Leur tuteur était un héros, même une légende. Mais eux ? Absolument pas. Ils étaient des vilains petits canards que tout le monde a battu, moralement, pour se défouler. Comment pouvait-il croire qu’ils étaient des héros ? ce garçon s’était sans doute tromper de personne et c’était malheureux pour lui. Parce que sans même consulter Naya ou Iwan, il connaissait déjà leur réponse : non. Il n’était pas des héros et ils en seraient jamais.

Kiyo - « Arrête de dire des conneries mon pti gars », dit-il en essuyant ses larmes de joie. « Je sais pas ce qui se passe dans ton monde, mais tu t’es trompé de personne. Nous ne sommes pas des héros et on ne le sera jamais… que ce soit dans ton monde ou dans le nôtre. Je te conseille de me ramener dans mon monde et de choisir une autre personne. », ajoute-t-il en le lâchant.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 785

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 8 Fév - 20:51



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■


Ahlalala, le moins que l'on puisse dire, c'est que ça en a causé, de la pagaille! Mais les gens se dispersent bientôt, comme apeurés. Bientôt seul toi - vous - et le garçon subsitez ici. Il baisse la tête.

"Je... Je suis désolé. Je ne voulais pas vous causer de tort mais... l’appareil que j'ai utilisé s'est cassé. Il me faudrait plusieurs heures pour le réparer, mais on ne dispose pas de tout ce temps. Enfin, pas si on ne reçoit pas d'aide. Levez la tête, qui que vous soyez, et vous verrez en quoi la situation ici est urgente."

Et, effectivement, te voici confrontée à un immense vaisseau en stationnement au dessus de la ville. Tu ne l'a pas remarqué tout de suite car il fait nuit noire et seules les lumières de positionnement sont visibles. Il est immense, énorme! L'enfant reprend alors.

"Je... Je suis navré de vous avoir entrainé là dedans, mais i lfaut que vous nous aidiez! Vous être notre dernier espoir! Les aliens veulent détruire notre monde et, selon toute probabilité, s'ils y parviennent, alors... Alors le votre aussi, risque de disparaitre."

Il ne paie pas de mine, mais on peut au moins lui reconnaître son courage. Et maintenant, que vas-tu faire? Il ne s'agit pas de chasser quelques souris, cette fois...

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Ven 26 Fév - 16:10

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

La situation était trop surréaliste pour qu’il puisse croire que c’était la réalité. Il ne pouvait pas l’accepter. D’ailleurs, aucune des trois âmes n’acceptaient cette vision. Naya n’acceptait pas cette image puisque si cela était vrai, elle allait mourir dans un monde qui n’était pas le sien. Kiyo lui, ne croyait pas au fait qu’il avait pu être transporté dans un monde qui n’était pas un jeu vidéo. Quand à Iwan, lui, ce monde n’était que le fruit de l’imagination débordante de Naya. Même s’il aimait cette enfant, d’une certaine manière, il la considérait quand même comme quelqu’un de pas très net. Comment pouvait-on être sain d’esprit avec deux autres âmes dans sa tête si on ne l’était pas de base ? Une vision qui rejoignait un peu celle d’une autre personne connu des autres âmes, celle de Fanny. C’était pour cette ressemblance qu’il ne disait rien et qu’il préférait se taire, ne pas s’occuper d’eux plutôt que de se les mettre à dos. Naya n’était pas une fille ordinaire, quand elle s’y mettait, elle pouvait être forte. Kiyo lui, quand il le voulait, il pouvait faire preuve d’une noblesse digne de celle d’un roi. Deux atouts dont ils n’étaient pas conscients et qu’il ne voulait pas réveiller par peur de repartir dans son monde sans la possibilité de repartir un jour. Un fait qu’il ne voulait pas voir naitre un jour. Il avait trop de projet pour ces deux âmes corrompues pour partir. Toutefois, cette non-présence d’Iwan ne résoudrait pas le problème que le morveux venait de leur annoncer : l’appareil qu’il avait utilisé pour les faire venir était en panne, même pire, il était cassé.

En plus de ne pas croire qu’il était dans un autre monde, ce gamin venait de lui annoncer que l’appareil qu’il avait utilisé pour les emmener ici était cassé et qu’il lui faudrait plusieurs heures pour le réparer. Cette annonce le déprima. Ils allaient donc mourir dans cette dimension, sans même pouvoir baiser la plus belle créature de la terre et sans trouver sa marguerite. Pour ne pas hurler sur le gosse et faire peur à Naya, montrant qu’il ne contrôlait pas la situation, il frappa un mur. Du moins, c’était ce qu’il allait faire quand le gamin lui avait expliqué la situation en disant que ces aliens voulaient détruire leur monde et s’attaquer à le leur. Et quand tu levas les yeux, tu sifflas de stupéfaction. Le vaisseau était immense, très immense. Et là, tu pris le gamin pour un attardé profond. Ce gamin voulait l’aide d’une seule personne alors que le vaisseau était rempli de soldats. Il avait un pète au casque. Suite à ça, Kiyo soupira. D’après ce qu’il disait, il n’avait pas le choix : soit il les aidait et il pourrait ramener tout le petit monde chez eux ou dans l’autre cas, il allait mourir avec cette dimension en condamnant leur monde aussi. Il n’était pas spécialement enclin à l’aider.

●●● Kiyo … tu crois que si on sauve tous ces gens, Jonas nous pardonnera de nous être enfuis ? ●●●, demande-t-elle, avec une voix un peu triste. ●●● J’aime pas quand il est énervé et encore moins quand c’est contre nous… ●●●, ajoute-t-elle avec la même voix.

Cette réflexion de Naya le fit réfléchir. Il était vrai qu’au fil du temps, il avait appris à apprécier son tuteur. Il était peut-être un peu dingue, surtout quand il le forçait à aider des grand-mères à traverser les passages piétons alors qu’elles étaient sur le point de mourir et dont il pourrait abréger leur souffrance en les balançant devant les voitures. Mais ce qu’il appréciait le plus, c’était le fait que Naya l’appréciait aussi. Elle qui détestait les humains, elle commençait à les apprécier et la première qu’elle avait vraiment apprécié, c’était lui. Il avait réussi à la corrompre avec des bonbons et en utilisant ses compétences, son amour de l’informatique pour la faire devenir une héroïne. Quand il repensa à leur première mission, il se mit à pester comme un vieux grognon face à des gosses. Même ici et maintenant, ce con arrivait encore à le faire choisir l’option qui le faisait le plus chier. Il regarda en l’air, puis regarda le gamin qui, malgré sa tête d’abruti profond, avait un sacré courage. Il n’était pas parti alors qu’il l’avait menacé de mort.

Kiyo – « Je sais pas si ça va nous aider Naya. Il en saura rien et même si tu lui dis, il ne va pas nous croire… à cause de nos crises, il risque de penser qu’on est des fous. », dit-il pour répondre à Naya. « Toutefois, je dois t’avouer qu’il me manque aussi. Mais tu gardes ça pour toi… tu te la fermes aussi Iwan, ok ? », demande-t-il. En guise de réponse de celui-ci, il eut un grognement. Kiyo le prit pour un « oui ». Ensuite, il baissa la tête vers le gamin. « J’y ai bien réfléchit et de toute façon, je n’ai pas trop le choix. J’accepte. », dit-il en soupirant un peu, juste assez pour lui dire que cela le faisait chier. « Mais avant, faudra que tu m’expliques comment ça se passe. Parce que t’es bien gentil, mais avec mon pouvoir, je suis incapable de tuer tous ces soldats tout seul et sans arme… », précise-t-il en attendant une très bonne réponse de la part du garçon.

Mais avant que le garçon ne donne sa réponse, celui-ci se mit à pleurer de joie. Ses yeux se mettaient aussi à pétiller de joie et d’admiration.

??? – « Ne… ne t’inquiète pas pour ça. On est un groupe et on a de quoi se défendre. On est venu chercher un super héros pour mener les troupes et surtout pour nous aider. », dit-il sans comprendre que pour Kiyo, il venait de dire de la merde. « Nous avons des armes comme des armes comme des blasters, mais aussi de très bon ordinateur. On pourra vous aider à distance. », ajoute-t-il pour le rassurer.

Les dernières informations qu’il venait de prononcer venaient de le faire sourire, mais aussi de faire sourire Naya. Et sans prévenir, Naya prit la place de Kiyo. Le garçon tomba à la renverse quand il vit la transformation.

Naya – « Pas besoin d’aide à distance. », dit-elle, les yeux pétillants. « Il aura seulement besoin de quelques personnes, une petite équipe et on pourra vous aider. Et surtout, il me faudra un ordinateur que je pourrai emmener sur place. », dit-elle avec de l’excitation dans la voix. « Le plus puissant des ordinateurs que vous ayez. », ajoute-t-elle en souriant.

Les deux garçons étaient surpris de cette annonce, mais sans vraiment l’être d’un autre côté. Naya était très peureuse, mais dès qu’on lui mettait un ordinateur entre les mains, sa peur disparaissait. Un groupe de troll ? elle s’en foutait. Un groupe d’assassin ? Elle finissait d’abord ce qu’elle faisait avant de partir en courant. Cette motivation fit plaisir au garçon.

??? – «Pas de soucis. Je vous emmène là où se trouvent les autres. Ils seront contents de voir que je vous ai trouvé. Par contre… est-ce que tu pourrais faire revenir le garçon ? Ils sont assez macho et s’il te voit en fille, ils risquent de se moquer de toi.» En guise de réponse, Naya laissa place à Kiyo sans protestation.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 29 Fév - 11:37

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Les deux humains marchèrent pendant que l’inconnu expliqua à Kiyo les pourquoi du comment de cette invasion pour lui expliquer le contexte dans lequel, il devra se battre. Si Naya, elle, écoutait à peu près, Kiyo, lui, n’écoutait absolument pas. Il respectait très bien le stéréotype du bourrin qui ne réfléchissait qu’après avoir tapé ou tué ses ennemis. Cependant, il écoutait quand même d’une oreille distraite puisqu’il connaissait très bien les enjeux de cette affaire, même s’il avait du mal à y croire. Quand il eut fini d’expliquer la situation, Kiyo et l’inconnu commencèrent à discuter de tout et de rien. Finalement, ce mioche n’était pas si chiant que Kiyo le pensait. Dans un sens, il était un mélange de lui et de Naya. Il était aussi courageux et stupide que Kiyo, mais à l’inverse, sa motivation et sa passion égalisaient celle de Naya vis-à-vis des ordinateurs. Ce fut peut-être pour cette raison que sans s’en rendre compte, il se mit à le décoiffer. Un geste sur le jeune garçon prit bien. Il se mit même à sourire. En discutant, Kiyo se présenta à lui et présenta aussi Naya et Iwan en lui expliquant son pouvoir. Le garçon en fit de même en lui disant qu’il s’appelait Jilano. Le brun ne fit aucun commentaire sur son prénom. Il semblait être trop jeune pour porter un prénom de ce genre. Une réaction stupide qu’il oublia rapidement.

Le trajet mit quand même une bonne heure et demie pour rejoindre les autres personnes. Quand ils arrivèrent, Kiyo les regardait un par un, en les observant attentivement. Le premier soldat qui croisa le regard de Kiyo était assez balèze. Il n’était pas spécialement plus grand que Kiyo, peut-être dans les 1m85 contre 1m80 pour notre asiatique, mais niveau carrure, il faisait le double de Kiyo. Un détail qui faisait légèrement sourire Kiyo. Le second était plus petit, sans doute dans les 1m70, et aussi plus fin. Même s’il semblait se faire charrier par les autres, Kiyo savait très bien que ce n’était pas la taille, ni la carrure qui faisait de quelqu’un un bon soldat, mais sa motivation. Chaque personne était douée dans un domaine du combat. Peut-être que celui-ci était doué dans l’infiltration. Le troisième homme n’était pas plus grand, ni même plus carré que le premier, mais il dégageait quelque chose de spécial. Ce mec devait être le chef. Kiyo le regarda un peu plus longtemps que les autres avant d’observer les autres membres. Au total, ils étaient une petite vingtaine. Mais avant même qu’il eut fini de regarder le dernier membre, le chef s’avança pour lui parler.

??? – « Bonjour à toi, jeune héros. », dit-il en lui montrant sa main pour le saluer. « Je m’appelle Gernon et je suis le chef de cette petite expédition pour aller tuer ce vaisseau. J’imagine que Jil t’a expliqué la situation donc pas la peine de te dire que ton aide nous sera très précieuse. », ajoute-t-il en retirant sa main quand Kiyo le salua. « Mais avant de discuter un peu plus de la mission, j’aimerai savoir quel est ton pouvoir. Pour savoir si tu seras plus utile sur le front ou derrière. », finit-il de dire.

Kiyo – « Comment vous expliquez sans vous perdre… », se demande-t-il. Mais avant de retrouver une réponse, Naya l’avait déjà fait en se permutant. Elle était la meilleure pour expliquer « Ce n’est pas lui le doté, mais moi. », dis-tu en croisant les bras. « J’ai le don de permuter mon âme et mon corps avec des personnages d’autres mondes. Pour le moment, je peux permuter avec Kiyo, le garçon que vous venez de voir et avec Iwan, un autre personnage qui viendra se présenter plus tard. Pour le moment, il est un peu occupé. », finis-tu d’expliquer. « Chacun d’entre nous a… comment dire… des capacités spéciales. Je suis douée en informatique : je peux hacker n’importe quel système du moment qu’on me donne un ordinateur avec une puissance suffisante et Kiyo, lui, il est plutôt au combat. Pour le moment, c’est le plus fort guerrier que je connaisse. », ajoutes-tu. « Quant à Iwan, il est doué pour le combat, mais il est aussi très discret. », dis-tu pour finir.

La présentation de Naya ne fit pas l’effet qu’elle espérait ; si les capacités de chacun d’entre eux étaient vraies, le chef ne semblait pas convaincu. Kiyo reprit la place de Naya et observa le chef. Le gamin l’avait fait chier pour le faire venir et maintenant, ils rechignaient sur la marchandise ? Kiyo le toisa avec l’impudence dont il savait faire preuve.

Kiyo – «  J’ai rien demandé moi. J’voulais pas vous aider, c’est le mioche qui m’a forcé de venir. Alors soit je vous aide et vous serez… » commence-t-il à dire avant de se faire couper la parole d’un signe de la main par le chef.

Gernon – « C’est bon. Deux combattants et une hackeuse, même si on peut pas vous dispatcher, ça fera l’affaire. De toute façon, on a pas le choix. Même si j’aurai préféré que mon fils me ramène quelqu’un avec un don plus utile. », dit-il pour clôturer la conversation.

A ce moment-là, il commença la réunion pour expliquer le plan de bataille : il existait plusieurs groupes comme le leur, avec une dizaine ou une vingtaine de personnes et chaque bataillon avait un rôle spécifique à accomplir : faire un atterrissage forcer au vaisseau-mère, dégommer un maximum de vaisseaux d’attaque, trouver un poison pour les tuer d’un coup, … bref, chaque bataillon avait sa spécialisation et il expliquait que la leur, c’était de détruire le vaisseau-mère de l’intérieur. Pour ce faire, ils avaient pris des uniformes et des armes ennemis et – suite à un appel de Jilano – un ordinateur d’un autre bataillon pour qu’il ait une grande puissance pour infiltrer le vaisseau.  ̉••• Rien que ça ••• pensait Kiyo en voyant les plans. Alors qu’il eut fini d’expliquer, Kiyo le regarda avec une expression d’incompréhension sur le visage.

Kiyo – « Comment va-t-on faire pour détruire le vaisseau de l’intérieur si on peut pas y entrer ? », demande-t-il. Le chef le regarda et soupira de désespoir. Mais avant qu’il ait le temps de le faire, le chef comprit que la gamine venait de lui expliquer. Finalement, son désespoir se transforma en sourire, très léger sourire que personne ne vit.

••• C’est simple Kiyo : Nous avons déjà des uniformes ennemis et comme ils envoient aussi des soldats sur terre, puis en ramène d’autres dans le vaisseau. Nous allons nous infiltrer de cette manière. Une fois à l’intérieur, je prendrai possession de ton corps, pour éviter de perdre trop de temps, pour nous frayer un chemin dans le vaisseau grâce aux plans que je piraterai et on avancera de cette manière. •••, expliques-tu à Kiyo. ••• Mais ce qui me fait peur, c’est le fait que si on fait tomber le vaisseau… on aura aucun moyen pour survivre à la chute. J’ai peur Kiyo.••• dis-tu en tremblant un peu. Tu ne voulais pas mourir.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 785

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 29 Fév - 12:48



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■


Le chef vous regarde, toisant votre personne sans s'en rendre compte lui-même, probablement. Il vous tend ensuite une sorte de clef USB très fine et ajoute "Elle contient le plus puissant virus que nous avons pu créer ici, en laboratoire. Nous avons déjà pu le tester sur des armes venant de là-haut, donc il marche. Problème? Il ne peut être activé que depuis l'unité centrale du vaisseau. Sans passer par la base des armes que nous avons hacké, il n'y avait pas de résultats concluants. Tu devras donc le planter directement dans l'unité centrale. Il te sera d'une aide précieuse et vice-versa. Après... Nous ferons de notre mieux pour t'aider à atteindre le coeur du vaisseau mais je ne te cache pas que ce ne sera pas simple."

Puis, tout en se retournant vers une carte holographique, il ajoute "Nous serons très pris avec nos missions sur la terre ferme. Nous allons faire évacuer tout le monde dans un rayon de dix kilomètres. Les gens nous suivrons. Vous allez devoir faire preuve d'un courage hors du commun, les jeunes. Bonne chance."

Une tape sur l'épaule et s'en était fini de son speech. Jilano voulu pourtant rajouter un petit quelque chose "Je... Je ferais de mon mieux pour t'aider à distance avec cette oreillette!" dit-il tout en tendant vers vous ladite perle technologique.

Bon, eh bien, let's go!

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Mer 18 Mai - 11:14

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

La peur de Naya ne fit naître aucune réaction chez Kiyo. Il avait tellement l’habitude de la voir paniquer pour rien que maintenant, c’était même un signe qu’elle était d’attaque pour la mission. Il en était encore plus convaincu puisqu’elle lui avait sorti cette réplique après d’avoir expliqué les aboutissements de la mission. Raison de plus pour lui de ne pas s’inquiéter. Suite au discours de la jeune demoiselle, qui semblait ravir le général, puisqu’il n’avait pas à expliquer des choses évidentes, ce même général vous passa une clef USB. Il vous expliqua alors que cette clef contenait un virus informatique très puissant, mais qu’il ne fonctionnait seulement que s’il était mis dans l’unité central du vaisseau. Un détail qui fit grimacer Naya mais faisait sourire Kiyo. Iwan, lui, s’en foutait complètement. Tout ce qui lui importait, c’était le combat qui allait venir dans le vaisseau. C’était la seule et unique chose qui importait à ses yeux. Ensuite, le général ajouta qu’il allait quand même les aider à atteindre le cœur du système. Un détail qui ne fit ni chaud, ni froid à Kiyo. Honnêtement, il n’en avait rien à faire de l’aide. Il savait très bien qu’il aurait été capable de le faire tout seul. Mais ce détail rassura Naya.

Si Kiyo se sentait capable de faire la mission tout seul, il savait très bien que c’était impossible. Ce fut donc avec stupeur qu’il prit les instructions suivantes : ils allaient vraiment faire la mission tout seul. C’était quoi ce bordel ? ce mec lisait dans les pensées et il pensait Kiyo capable de le faire ? Le pire, c’était qu’il avait demandé à son fils, le boulet qui les avait emmenés ici, d’être leur guide pour marcher à travers le vaisseau. Kiyo se tapa la paume de sa main droite contre son front. C’était une blague, il n’y croyait pas. Pourquoi n’avaient-ils pas de technologique pour que ce soit Naya son guide ? Il aurait été plus rassuré, beaucoup plus. Il regarda le Général, puis le gosse, et encore le général. Il attendait la chute de la blague. Mais d’après les mouvements des autres soldats et des mots du gosse, ce n’était pas une blague. Le visage de Kiyo se décomposa. Il allait être guidé dans un lieu inconnu par un boulet, un gros boulet même. Il ne savait pas quoi penser et surtout, il ne savait pas quoi dire. D’habitude, il aurait rigolé en disant que c’était une bonne blague. Cependant, il avait bien compris que s’en était pas une. Ce n’était donc pas une bonne idée de rire.

« Euh … c’est une blague ? », répondit-il quand même. « Vous vous rendez compte que vous allez confier une mission de guidage à votre fils alors qu’il a été incapable de prendre un héros pour cette mission ? », ajouta-t-il. « C’est pas pour te vexé petit, mais je veux pas être guider par un casse-couille comme toi.», finit-il de dire en le regardant.

« Parce que tu crois que je vous laisse le choix ? », répondit-il. « Si vous pensez être incapable de remplir cette mission ou que mon fils est un imbécile parce qu’il vous a choisi, je vous conseille fortement de me prouver le contraire. Même votre petite camarade a plus de couilles que vous ! Vous devriez avoir honte de gueuler de la sorte. Si vous êtes un homme, un vrai, prouvez-le moi en accomplissant cette mission avec des handicapes. » ajoute-t-il sans hausser la voix. Toutefois, on pouvait sentir qu’elle était sévère. Ce général ne plaisantait pas.

La seule réponse de Kiyo fut un soufflement. Sur cette action, le général repartit, laissant son fils lui expliquer le reste des informations pour leur mission en équipe. Quand il disparut, Jilano se sentit gêner par le regard que Kiyo lui portait. Mais il prit son courage à deux mains en lui donnant une petite oreillette. Il lui explique aussi que cet objet fait aussi GPS. De cette façon, il pourrait le guider en temps réel dans le vaisseau. Et avec un peu de chance, il pourrait aussi lui indiquer les soldats. Kiyo écoutait ce que Jilano lui disait même si c’était plus dans les compétences de Naya, le domaine informatique. Mais maintenant que tout était prêt, ils allaient enfin pouvoir partir. Kiyo mit son oreillette et testa le fonctionnement de celle-ci avec le gamin. Le test fini, les choses allaient pouvoir commencer !
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Dim 22 Mai - 17:42

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

La mission allait enfin pouvoir commencer. Enfin. Sans s’en rendre compte, Kiyo était content de pouvoir participer à cette mission, elle lui permettait de se défouler à propos de tous les évènements qui s’étaient déroulés pendant ces derniers mois : la montée en pouvoir excessive du pouvoir de Naya, leur abandon de la HSSUP, mais aussi de leur tuteur et surtout, l’arrivée du nouveau personnage : Iwan. Même si Kiyo n’était pas un humain idéal dans sa façon de penser ou de faire et surtout, qu’il faisait un piètre héros, Iwan était bien pire que lui, surtout dans le fait qu’il n’était pas un héros et de ce fait, posséder un code moral bien différent du sien ou de celui de Naya. Toutefois, il l’acceptait quand même. Le pouvoir de Naya fonctionnait essentiellement dans l’inconscient. Si elle l’avait choisi, c’était une bonne raison et il respectait ce choix, même s’il ne l’approuvait pas spécialement. Il allait pouvoir se défouler contre les gardes sans avoir « sa morale » derrière lui. Parce que oui, même s’ils avaient fui tous les gens qu’ils aimaient, il en restait une – ou du moins, sa voix - qui restait dans leur tête, une qui n’arrêtait pas de leur dire de ne pas faire ci ou ça. Une voix qui se taisait toujours en combat, par contre.

A l’annonce du plan et des détails de la mission furent que Kiyo en resta sur le cul. En plus d’avoir été choisi par erreur par un mioche incompétent, il était traité comme une merde par le père de ce mioche et accessoirement le général de l’opération. Il soupira avant de partir. Cette mission s’annonçait mal, très mal. Surtout que d’après ce qu’'il avait compris, ils ne seraient que tous les deux. Le reste de l’équipe partait pour une autre mission. Heureusement pour lui, il cachait des cartes en réserve, qui se comptaient au nombre de deux. Il se dirigea donc vers le lieu où se trouvait un uniforme de garde pour le mettre. De cette façon il allait pouvoir infiltrer plus facilement le vaisseau ennemi. Cependant, lors de l’essayage, il grimaça. La tenue le moulait un peu trop. Elle était à la bonne taille, mais vu qu’il avait l’habitude de porter des vêtements un peu large, pour être à l’aise, il se sentait un peu serrer dans ce vêtement.

« Fais chier ! Pourquoi c’est moi qui dois le porter ce vêtement de merde ? », rétorque-t-il en pestant. « Iwan, t’aurait pu faire un effort et mettre ce truc. C’est tellement moulant que t’aurais pu chauffer les gardes pour les sauter ensuite ! », ajoute-t-il de mauvaise foi.

••• Le vêtement sera trop large pour moi. Et de toute façon, pourquoi est-ce que je me sacrifierai pour toi ? •••, demande-t-il sur un ton méprisant. ••• C’est ton problème, pas le mien… Je veux bien le faire pour Naya, parce que je lui dois la permission d’être ici, mais j’te dois rien à toi donc tu peux toujours crever. •••, ajoute-t-il sans hausser la voix.

Kiyo grimaça encore plus. Il avait raison, c’était son merdier et tant que ça ne touchait pas Naya, il n’avait pas à s’en mêler. Iwan réagissait comme Kiyo : chacun sa merde sauf quand ça concernait la little princess. Kiyo s’habilla donc, en essayant de ne pas briser ses bijoux de famille. En voyant la scène, Naya ne pouvait pas s’empêcher d’avoir mal pour lui, mais aussi de rire. Les grognements et les grimaces de Kiyo la faisaient rire. Un détail qui calma un peu l’ours. Elle était la seule chose qui pouvait le calmer dans ce genre de moment. Alors qu’il venait de s’habiller, il se dirigea vers Jilano pour lui montrer qu’il était prêt. Il mit l’oreillette, la réessaya pour savoir si elle fonctionnait toujours et partit en direction du champ de bataille. Comme il s’en doutait, le paysage n’était pas beau à voir. Sans rien dire, Iwan cacha les yeux de Naya pour qu’elle ne puisse pas voir l’horreur qui se trouvait en face d’eux. Même si elle ne le voyait pas, elle s’imaginait la scène et frissonna. Kiyo se dirigea vers la bataille. En pénétrant dedans, il avait l’impression de revenir dans son monde et afficha des yeux presque désolé devant les gens qu’il tuait. Il devait cacher son identité, même si cela impliquait de tuer des alliés.

Alors que tu allais te faire frapper par un allié, pour sauver ta couverture, un autre garde t’appelle pour te dire de rentrer au vaisseau. Sans rien dire, tu mis un coup de coude dans le visage de la personne qui allait se réveiller et tu partis vers le vaisseau. Si la guerre était une chose atroce, elle était pratique pour l’infiltration. Tu te rangeas dans les rangs de l’autre soldat qui t’avait demandé de venir. La mission venait réellement de commencer. Tu entendais déjà ton partenaire flipper dans l’oreillette. Un détail qui t’énerva. Mais tu passas sur ce détail. Tu devais avoir pleines possessions de tes nerfs. Tu suivais donc le groupe et là, tu entras dans le vaisseau. Les ennuies allaient pouvoir commencer et Kiyo affichait un sourire jovial à cette idée.

••• Ça va aller Kiyo ? On va entrer dans le vaisseau … •••, demande-t-elle, inquiète.

••• T’inquiète pas Naya ! Dès qu’on y sera, on les lâchera pour mettre le virus dans l’ordinateur machin truc. •••, dit-il pour la rassurer. ••• Et ce n’est pas comme si on avait jamais fait de mission. •••, ajoute-t-il pour la rassurer.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Jeu 30 Juin - 15:29

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Maintenant que vous étiez sur le vaisseau, les choses amusantes allaient pouvoir commencer, enfin pour Kiyo puisque les deux autres ne ressentaient pas la même chose ; en ce qui concernait Naya, les ennuies allaient commencer et pour Iwan, l’ennuie continuait toujours. Chacune de ces trois âmes vivaient et ressentait la mission de façon indépendante. Et dans le lot, Kiyo semblait être le seul à prendre son pied dans cette mission. Un sentiment qui allait surement changer au fur et à mesure de la mission. Parce que oui, il ne fallait pas oublier qu’ils étaient – théoriquement – que deux à faire la mission : Kiyo et sa triple capacité et Jilano, l’enfant abruti. Autant dire qu’ils faisaient une bonne paire les deux garçons. Un duo qui pouvait en déprimer plus et Naya et Iwan en premier. Les deux autres âmes ne comprenaient pas pourquoi, ni comment Kiyo faisait pour être heureux d’être là. Après tout, ils étaient coincés dans un monde parallèle, sans possibilité de retourner dans leur monde pour dire un dernier mot aux gens qu’ils aimaient. Et ce fut grâce à ce raisonnement que Naya comprit les raisons du comportement de Kiyo : de base, même si de caractère, il était un gros con, il n’en restait pas moins un héros. Son rôle, son but dans la vie était de sauver des gens ou du moins, de faire en sorte que personne ne souffre, qu’ils soient en bonne santé ou mortellement blessé. Un rôle qui lui tient particulièrement à cœur. Mais en plus de ça, il avait très bien compris qu’ils allaient manquer à personne dans le monde de Naya. Ils avaient perdu les seuls liens qui pouvaient les retenir.

A cette pensée, Naya ne parla plus. Elle comprenait le comportement de Kiyo et il était vrai qu’au lieu de stresser pour les gens, il fallait voir la réalité en face : mise à part ses parents, ils allaient manquer à personne. Ni même leur ancien professeur. D’ailleurs, en pensant à lui, Naya avait eu vent grâce à Internet de sa promotion comme légende. Mais ce n’était pas le moment de se perdre dans ses pensées et Iwan la rappela la réalité quand il lui indiqua qu’on aurait besoin d’elle et de toute sa concentration. Elle répondit positivement à la remarque d’Iwan en faisant un signe de la tête à la verticale. Il lui expliqua les prochaines étapes qui étaient de suivre les instructions de guidage de Jilano dans l’oreillette. Malheureusement pour eux, sans comprendre pourquoi, alors qu’ils suivaient les instructions, le réseau commença à avoir un problème. Ils entendirent le jeune garçon par intermittence, ne comprenant pas le trois quart des mots qu’il prononçait. Ils avaient l’impression de parler dans un téléphone dont le réseau n’arrêtait pas de sauter. Naya était toujours, à moitié perdu dans ses pensées quand elle entendit Kiyo gueulé comme un taré.

« PUTAIN ! MAIS FERME TA GUEULE DEUX MINUTES LE MIOCHE ! », hurla-t-il dans le micro, en s’adressant à Jilano. « Je sais pas si tu m’entends mais moi, je t’entends quasiment plus. Et comme Naya ne semble pas aller bien et surtout pas avec nous, je vais essayer de régler le problème tout seul. », dit-il en tapant sur l’oreillette comme si ça allait mieux la faire fonctionner.

Puis, il eut la plus mauvaise idée au monde, celle de toucher la molette du réseau. Dans un sens, ce n’était pas si idiot que ça, mais comme il ne connaissait pas le numéro du réseau, ce n’était pas une idée intelligente dans ce contexte. Après plusieurs essaie peu fructueux, il réessaya une dernière fois.

« Allo connard ! Tu m’entends ? », demanda-t-il sur un ton très aimable. Malheureusement pour lui, cette fois-ci, quelqu’un lui répondit. « Vous êtes sur un canal privé. Merci de vous identifier. », demanda la voix.

A ce moment-là, Kiyo eut une autre bonne idée : il balança l’oreillette. Une idée qui était tout aussi brillante que la précédente. Heureusement pour eux, à ce moment-là, Naya se réveilla. Ou du moins, elle était un peu plus apte à gérer la situation. Elle demanda alors ce qui s’était passé et pourquoi Kiyo avait retiré le seul mode de communication avec l’extérieur. Iwan lui raconta en quelques secondes l’histoire. Même si la seule chose dont elle avait envie, c’était de paniquer, elle ne le fit pas. Avant même qu’elle eut le temps d’y penser, Kiyo et Iwan avaient switcher et Kiyo avait pris Naya dans ses bras et lui tapota le haut de la tête pour la rassurer. Dans ce genre de moment, il n’y avait que ça qui pouvait la rassurer. Elle se mit donc à réfléchir sur comment faire, mais Iwan interpella la demoiselle.

« Les papouilles pour chaton seront pour un autre moment… Naya, va falloir que tu répares l’oreillette pour qu’on puisse retrouver la communication avec Jilano. Je n’aime pas dire ça, mais sans lui, on est dans la merde. », dit-il en soupirant. Il détestait vraiment dire ça. « Je t’aurai bien … », commença-t-il à dire avant de se faire interrompre.

Alors qu’il n’avait pas eu le temps de switcher avec Kiyo pour avoir le costume d’un soldat, Iwan entendit des pas. Il se cacha dans un petit renfoncement. Heureusement pour lui, il était tellement mince que cela lui suffit pour se cacher. Même Naya et Kiyo n’auraient pas pu s’y mettre. Mais cette cachette ne put le sauver de la vue de la seconde troupe de soldat qui les vit. Sans attendre une quelconque réaction des soldats ennemis, il dégaina son épée et commença à les tuer. Malheureusement pour lui, non pas qu’il fut touché, mais plusieurs préférèrent s’échapper pour donner l’alerte. Le pire scénario venait de se produire : ils étaient découvert et surtout, seul. Iwan soupira une autre fois, même si changement dans les plans lui firent plaisir. Grâce à cette alerte, il allait pouvoir s’amuser un peu.

●●● Quand tu le pourras, essaye de te mettre dans un endroit où on pourra se poser et surtout, où je pourrai me connecter au réseau. ●●●, demanda-t-elle. ●●● Je vais essayer de dessiner un plan pour atteindre le cœur informatique du réseau et dès qu’on pourra, on fera un check point pour savoir si on est bien dans la bonne direction… ●●●, explique-t-elle. ●●● est-ce que ça vous va comme plan ? ●●●, demanda-t-elle.

Les deux garçons répondirent oui de la tête et Iwan partit à la recherche d’un endroit qui convenait aux demandes de Naya.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 785

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 29 Aoû - 20:05



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■


Mettre la pagaille, c'est une bonne idée, bien sur. Mais ne pas s'y laisser prendre bêtement, c'est bien aussi, non? Alors que vous étiez en train de fuir pour ne pas vous faire trucider d'une manière idiote, vous vous faites prendre au piège par une trappe ouverte juste sous vos pieds. Qui a pu faire cela? Pour le moment, vous l'ignorez encore, mais le plus important n'est pas là. Vous tombez finalement dans un liquide aussi poisseux que nauséabond, plongés dans le noir comme i cela ne suffisait pas.

Magnifique, la fosse du vaisseau. Bon courage pour vous sortir de là! D'autant que dans ce marasme, vous avez perdu l'oreillette. Oh, elle ne doit pas être bien loin, mais pour la retrouver, il faudrait... fouiller un peu la vase répugnante autour de vous.

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Ven 9 Sep - 16:49

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

« Allô ? Allô ? Est-ce que vous m’entendez ? Kiyo ? Naya ? Ya quelqu’un ? », dit-il en essayant de communiquer avec les trois âmes. « Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi vous ne répondez pas ? », demande-t-il sans aucune réponse de l’autre côté l’oreillette. Sans comprendre pourquoi, il avait perdu la communication avec les deux agents par intérim. Heureusement pour lui, un des agents de la rébellion trouva l’origine du problème : la communication avait été coupée par le vaisseau à cause d’un brouilleur d’ondes. Même si au sol, la situation était critique, le jeune n’était pas seul pour guider Naya et Kiyo. Imaginez un peu la catastrophe que cela pourrait créer. Cependant, la catastrophe tant craint commença à naitre puisqu’ils avaient perdu la communication. Les deux humains continuèrent à parler, dans l’espoir qu’ils puissent retrouver le contact.

*******

Pour le moment, la seule chose qu’ils leur restaient à faire, c’était d’essayer de trouver un endroit où ils pourraient trouver une solution. Pour le moment, la seule chose qu’ils leur restaient à faire, c’était de sortir vivant de cet endroit. Pour les deux âmes masculines, et surtout pour Kiyo, la priorité était la sécurité de Naya. Chose qui était fortement en danger puisqu’ils avaient été repérés. Toutefois, le fait d’avoir été repéré n’était une si mauvaise chose en soi, si Naya arrivait à trafiquer le système du vaisseau : quand un territoire était en danger, le plus important était de protéger ce qui était le plus important ; un instinct que même Kiyo et Iwan ne pouvaient corrompre puisque leur but premier n’étaient plus la mission, mais la protection de Naya. Le grabuge qu’ils avaient provoqué allait donc pouvoir leur servir pour trouver le système de vaisseau. Les ennemis n’étaient pas stupides, ils devaient se douter de leur venu dans le vaisseau. Ils allaient donc tirer de ce contretemps comme un avantage. Les ennemis allaient leur montrer leur point faible. Une stratégie donc Naya et Iwan étaient fiers, et Kiyo aussi, même s’ils étaient plus sceptique qu’eux ; généralement, les stratégies aussi parfaites qu’ils semblaient la présenter, possédaient de grosses failles dont personnes ne pouvaient soupçonner. Mais cela ne le dérangeait pas, puisque les failles annonçaient des combats improvisés, chose qu’il appréciait fortement.

Entendant des pas arriver, Iwan eut le réflexe de partir dans l’autre sens. Ils n’avaient plus la mission en tête pour le moment puisque leur vie était en danger. Courant de couloir en couloir, cherchant un endroit, il dut s’arrêter plusieurs fois, faire plusieurs fois demi-tour pour ne pas se faire prendre. Cette mission était devenue un vrai cauchemar. L’idée d’un génocide, de l’extinction d’une planète entière ne le dérangeait, mais il ne voulait pas mourir en même temps qu’eux. Le mioche les avait mené à la mort… il devait donc les sauver pour se sauver. Triste ironie pour lui. Iwan était plus le genre de personne à créer un génocide plutôt que de l’éviter. La mort de cette planète et de ces gens ne l’auraient pas empêché de dormir… malheureusement, en ce triste jour, il devait se ranger du côté des gentils. Malheureusement, en voulant échapper à des ennemis, il ne fit pas attention et il tomba dans un piège. Avant même qu’il eut le temps de faire quoi que ce soit, une trappe s’ouvra sous ses pieds. Quand il se rendit compte de la chose, il avait déjà son corps plongé dans un élément visqueux et très peu agréable à la texture et à l’odeur. Naya et Kiyo étaient bien heureux d’être dans un autre monde à ce moment précis. Tandis que Naya frissonnait d’horreur à l’idée d’une texture visqueuse sur elle et que Kiyo se moquait royalement de sa tête, Iwan pestait comme pas possible. Lui qui était le seigneur de son monde, le boss final, il se retrouvait dans une cave, ou dans un autre endroit sombre, plongé dans une substance visqueuse, une substance qui lui donnait même la nausée.

Mais il ne pesta pas longtemps. Si le lieu était sombre, c’était le meilleur moyen de trouver une porte de sortie grâce à la lumière de celle-ci. A l’autre bout de la pièce, il vit au plafond une porte de sortie. Ou dans ce cas, une trappe de sortie. Et par chance, une échelle était juste en-dessous de cette trappe, qui menait directement dans la substance visqueuse. Il nagea donc jusqu’à ce lieu et attrapa avec difficulté les barres de l’échelle. La matière ne lui permettait pas d’avoir une bonne accroche sur les barres qui étaient – elles aussi – recouvertes de la même chose. Dès qu’il put s’extraire de celle-ci, Iwan pris le corps de Kiyo. Le sien ne pouvait pas tenir. Et de cette manière, Kiyo allait se rendre compte de ce que c’était que cette … chose. Maintenant remontez, Iwan relaissa place à Naya.

« Vu qu’on est dans la merde à cause de ce gros lourdaud de Kiyo, je préfère te laisser la place pour la suite des opérations. », dit-il avec une point d’amertume dans la voix. « De plus, aussi grâce à lui, nous avons plus d’oreillette pour communiquer avec le mioche sans cervelle. », ajoute-t-il. « Cela veut dire que nous sommes et dans le noir. Aussi, Kiyo, je te prierai d’arrêter d’agir avant de réfléchir à partir de maintenant. Nous avons besoin d’un guide pour savoir où aller et sans calme et/ou sans aide, on ne pourra pas repartir d’ici. », continue-t-il de dire. « Naya, je te conseille de … », finit-il de dire. Mais Naya le coupa.

« Je sais ce que j’ai à faire. », dit-elle sur un ton moyennement sûr. « Il faut que je trouve un endroit tranquille pour pouvoir nous faire une carte du vaisseau et aussi pour que je puisse connecter le réseau à cette carte pour créer une sorte de radar pour savoir où se trouve chaque ennemi. », ajoute-t-elle. « Je sais pas pourquoi, mais cette mission me fait penser à celle qu’on avait fait avec Jonas … tu ne trouves pas Kiyo ? », demande-t-elle sur un ton Nostalgique. A cette pensée, Kiyo le devint aussi. « Iwan, je sais que tu n’as pas connu ce mec, mais il est super cool ! Un peu trop papa poule sur les bords, mais super sympa. J’espère que tu pourras le rencontrer ! »,dit-elle avec enthousiasme. « C’est d’ailleurs grâce à lui que … », commence-t-elle à dire avant de sombrer dans ses pensées. [color:68f4=006600]« Dites, vous pensez qu’on pourra aller le voir si on s’en sort vivant ? Il me manque énormément. », dit-elle en commençant à pleurer.

« Naya, c’est pas le moment de pleurer. On a besoin de toi et de tes capacités. », dit-il pour couper ses pleures. « Si tu souhaites vraiment aller le voir après cette catastrophe, on ira le voir. Mais sache que tu pourras aller le voir seulement si on s’en sort vivant. Alors magnes-toi le cul de nous sortir un magnifique radar digne de toi. », ajoute-t-il en sifflant légèrement.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 17 Oct - 18:24

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Jonas. Cela faisait bien longtemps que Naya et Kiyo ne l’avaient pas revu. Ils savaient très bien que s’ils le revoyaient un jour, ce serait pour combattre. Oui, ils savaient très bien que rien ne serait plus comme avant et cela leur faisait mal au cœur, surtout pour Naya. Il avait été la première personne à les voir comme des humains – en dehors des parents de Naya – à part entière et non comme une extension d’une maladie mentale. Beaucoup pensaient, à l’époque où ils pouvaient qu’échanger leur âme - que Kiyo n’était que l’expression de la maladie mentale de Naya. Jonas avait été la seule personne à réellement les comprendre. Et surtout, à savoir que leur problème n’était pas la discipline ou les études, mais le fait d’être incompris et pris pour ce qu’ils n’étaient pas. Il avait essayé de les aider comme il le pouvait, en leur inculquant une éducation de super héros, que toutes qualités étaient bonnes du moment qu’on les utilisait à bon escient. Toute qualité, même le piratage informatique était une bonne chose, il suffisait de comprendre comment l’utiliser pour faire le bien. Et après tant de temps, Naya venait seulement de comprendre les leçons de son ancien tuteur.

Pour beaucoup de monde, Iwan était la folie qui avait provoqué la descente en enfer de Naya. Mais ce que les gens ne comprenaient pas, c’était le choix des âmes qu’elle abritait : même si Iwan était un démon, le roi des enfers dans son monde, chaque âme venant dans ce monde était une faille dans celle de Naya. Kiyo était apparu parce qu’elle avait besoin de se sociabiliser, d’être protégée des autres. Iwan, lui, s’il est là, c’était pour faire un choix… devait-elle suivre la voix du héros et vivre avec cette folie meurtrière comme Jonas ou succomber aux ténèbres et le laisser faire ce qu’il voulait. Il était son choix de vie et elle avait choisie, en quelque sorte. Mais elle ne regrettait en rien son choix, même si elle devait mourir dans ce vaisseau de merde, dans ce monde de merde avec des gens de merde. Kiyo comme Iwan l’avait aidé à sa manière. Ils lui avaient appris beaucoup de choses sur la vie et elle les avait déjà remerciés. Il fallait absolument qu’elle le fasse aussi pour Jonas, qu’elle le remercie pour ses enseignements, mais aussi pour s’excuser pour son choix, de ne pas avoir été aussi forte que lui. Sa première mission avait été un test révélateur, elle le savait maintenant.

Toujours dans le vaisseau, Kiyo boudant pour l’engueulade d’Iwan, Naya était la seule qui pouvait faire quelque chose pour eux, pour ce monde. Toutefois, pourvoir et avoir les capacités étaient deux choses bien différentes et le problème de la jeune femme était là. Elle savait qu’elle devait faire un radar, mais dans la pratique, elle savait pas comment faire : comment s’introduire dans le système informatique ? Cette question lui trotta dans la tête quand elle eut une idée. Si elle avait un seul cerveau, elle possédait deux gardes du corps qui pourraient l’aider dans la tâche, surtout qu’ils étaient aussi dans la merde qu’elle. Elle leur proposa de choper un soldat pour lui demander des informations. Iwan était un dieu parmi les hommes en matière de torture, elle savait qu’il pourrait le faire parler. Et en cas de difficulté, Kiyo était là pour l’aider aussi. Les deux compères, même s’ils s’engueulaient beaucoup, formaient une bonne équipe. Elle laissa donc Iwan venir dans notre monde pour récupérer ce dont elle avait besoin. Il s’aperçut que finalement, leur intrusion révélé était un petit avantage : de cette façon, il avait le choix sur les personnes à torturer.

Parcourant pendant quelques minutes les couloirs, il se rendit compte qu’en vérité, la tâche allait être plus difficile que prévu : certes, le choix de victime était beaucoup plus nombreux, mais ils étaient tous en bande de deux ou trois personnes. Ce détail fit grincer des dents Iwan. Il prit l’apparence de Naya pour les attirer. Il savait très bien que ces soldats étaient stupides et ils allaient profiter que ce soit une femme pour l’attaquer. Les humains étaient des êtres stupides dans n’importe quel monde. Une chose qui le faisait sourire. Iwan se mit à découvert pour que le couple de soldat les trouve. Le plan était simple pour les attraper : se présenter avec le corps de Naya et attendre qu’ils arrivent pour les attaquer avec Kiyo en tuant l’un des deux soldats et blesser le second. Ils allaient ensuite le conduire dans un endroit tranquille pour le faire parler. Le plan était parfait, du moins, pour le moment. Le brun pâle se présenta donc devant les soldats en les interpelant avec le corps de sa partenaire. Comme prévu, ils arrivèrent tous les deux pour l’attaquer. Un petit sadique, une seconde d’hésitation de la part des soldats et Kiyo apparut en tuant le premier garde et en blessant presque mortellement le second garde. Le temps n’était plus à la délicatesse.

Maintenant que vous aviez votre pion, Kiyo laissa place de nouveau à Iwan pour transporter le corps dans un endroit calme où il pourrait travailler tranquillement. Sans prendre de pincette, Iwan prit un malin plaisir à jouer avec la douleur de sa victime. Naya avait un peu de mal à supporter la vision, les cris. Mais elle savait très bien qu’il n’y avait pas de choix : ils devaient le torturer pour qu’il dise ce qu’ils devaient savoir. Il avoua que le serveur central se trouvait au sous-sol, niveau moins deux. Et en arrivant à ce niveau, ils devraient faire attention au niveau des gardes : vu qu’ils étaient repérés, la sécurité avait été renforcée. Le haut commandement devait se douter que le but de cette mission suicide était le serveur central. Cependant, il avoua aussi dans la foulé qu’il était assez facile de déjouer le système de sécurité si on arrivait à pirater le système des portes. Un jeu d’enfant pour Naya.

Suite à ces informations Iwan le tua en l’égorgeant pour cacher leur trace.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Jeu 20 Oct - 11:52

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

La mission prenait enfin une tournure plutôt positive : ils savaient maintenant où ils devaient aller. Et limite, d’après les instructions, ils n’avaient même pas besoin de GPS. Toutefois, les trois âmes étaient d’accord pour dire quelque chose : les aveux de la victime étaient arrivés trop facilement pour pouvoir les prendre en compte avec légèreté. C’était pour cette raison que Naya avait quand même pris les devants en installant les plans du vaisseau avec un système de géolocalisation vis-à-vis d’eux trois, mais aussi des soldats dans le vaisseau. De cette façon, ils pourraient aller au niveau -2 plus rapidement. Surtout que son plan interactif affichait deux niveaux à la fois ; pour le moment, c’était le niveau 0 et le niveau -1. Elle pouvait régler pour voir le niveau en dessous ou au-dessus. L’informatique était vraiment une bénédiction dont elle vénérait l’inventer tous les jours. Mais maintenant qu’ils avaient toutes les cartes en main, la véritable allait pouvoir commencer et les ennemis allaient connaitre la raison pour laquelle, dans leur monde, les Twins K étaient de redoutable criminel, l’un des groupes criminels le plus dangereux. Peu de personne pouvait leur échapper et ce n’était pas des expérimenté comme eux qui auraient leur chance.

Lorsqu’Iwan tua le garde pour qu’il ne dise pas ce qu’il avait révélé, Naya eut mal au cœur. Elle eut la nausée pendant quelques secondes. C’était tellement rare qu’elle voit Iwan en action dans son état normal qu’elle en avait à chaque fois la nausée, surtout quand il révélait le niveau de son sadisme. Elle n’avait pas l’habitude. Contrairement à Naya, cette vision ne provoquait rien chez Kiyo. Il n’avait pas l’habitude de voir des scènes de torture, mais à force de prendre des douches avec des boyaux de monstres, de tuer pour survivre, plus rien ne pouvait donner la nausée. Du moins, rien relier à ce domaine parce qu’en réalité, il n’était pas aussi insensible qu’il le laissait croire. Mais ce n’était pas le sujet. Les informations en poche, les témoins inexistants, le GPS en route, les trois pseudo-héros allaient pouvoir massacrer de l’ennemi. Finalement, ils étaient les exemples parfaits des gens qu’ils ne comprenaient pas. Ils utilisaient le statut de « sauveur » pour tuer des gens. Même s’ils n’avaient pas réellement le choix, Naya se posait des questions. Comment pouvait-on faire le bien alors que l’acte de tuer en lui-même était mal ?

Perdue dans ses pensées, elle donnait les instructions automatiquement à Iwan. C’était comme elle était devenue un robot. Au point même où elle ne fit pas attention que des gardes se rapprochaient d’eux. Iwan eut juste le temps de s’adosser contre le mur, le protégeant de leur champ de vision quand il est aperçu furtivement.

●●● Putain Naya ! Mais qu’est-ce que tu fous !? ●●●, demande-t-il, furieux. ●●● Arrête d’avoir la tête dans les nuages. Si tu veux qu’on fasse tes projets, on doit sortir d’ici et surtout, en sortir vivant. ●●●, ajoute-t-il sur le même ton.

●●● Dé… désolé. J’étais juste dans mes pensées.●●●, répondit-elle en reprenant légèrement ses esprits. ●●● C’est juste que je me suis rendue compte d’une chose : pourquoi on est considéré comme des criminels alors qu’on fait la même chose que les jokers ?. ●●●, demanda-t-elle. ●●● Je pensais qu’on aurait peut-être notre chance, … de faire le bien.●●●, finit-elle de dire.

●●● On ne sera jamais des héros Naya. Désolé de casser tes rêves et tes espoirs. ●●●, répondit-il. ●●● On est pas du bon côté de la barrière, alors on sera toujours considéré comme des criminels. Et on doit vivre avec ça. ●●●, ajoute-t-il.

●●● La différence entre héros et criminel se joue sur les gens qu’on tue. ●●●, dit-il ●●● Si on tue des gens considérés comme « méchantes » comme ce qu’on fait ici ou qu’on tue des personnes dites « innocentes » comme on a fait dans notre monde, la vision qu’on aura de nous va changer. Dans mon monde, je suis considéré comme un héros parce que je massacre des êtres vivants qui tuent des humains pour survivre. Quant à Iwan, il est considéré comme un monstre parce qu’il tue des humains, des gens comme toi et moi. ●●●, explique-t-il. ●●● La seule différence est là, parce qu’en réalité, même si j’ai du mal à l’admettre, Lui et moi, on est pareil : on aime tuer, on aime faire couler le sang. Seul nos victimes changent. ●●●, ajoute-t-il.

●●● Je vois … donc on ne sera jamais libre ? Jamais on pourra essayer d’avoir une autre vie que celle que mon pouvoir nous a donné ?●●●, demanda-t-elle tristement. Les deux garçons répondirent non de la tête ensemble, dans une triste synchro.

Le petit dialogue intérieur avait fait patienter Iwan le temps que les gardes ne disparaissent du coin. Il pouvait de nouveau avancer tranquillement. Toutefois, cette discussion avait aussi fait réfléchir le « big bad wolf ». Que ce soit pour la bonne ou la mauvaise cause, il adorait torturer les gens, les voir souffrir. Il se demanda donc si ce n’était pas une bonne idée d’essayer de travailler de l’autre côté de la barrière. De cette façon, il pourrait exercer son art sans problème, sans avoir ces chiens de jokers sur le dos. Et surtout, il avait l’impression que Naya avait besoin de respirer, de s’éloigner de son statut de criminel. Un peu perdu dans ses pensées, il secoua la tête frénétiquement pour oublier ce qu’il venait de penser. Comment pouvait-il penser à une autre personne que lui, surtout si c’était une femme !? Jamais il n’irait de l’autre côté. Il prenait bien trop de plaisir à jouer avec de pauvres innocents. Il aimait trop lire l’incompréhension sur leur visage, l’expression qui leur demandait « pourquoi moi ? ». Ce plaisir ne pourrait jamais être reproduit avec des criminels comme victimes.

Contrairement à toute attente, la traversé du niveau 0  se passa assez facilement avec le GPS. Ils entrèrent donc dans le niveau -1. Et même si la sécurité était un peu plus élevée, la difficulté ne fut pas plus grande. Les gardes étaient plus nombreux en groupe, pour éviter les attaques surprises, mais le fait qu’ils n’avaient plus entendu d’eux devaient affaiblir leur garde. Après tout, l’homme était un animal et comme tout animal, dès qu’il sentait que le danger s’était éloigné sans pour autant disparaitre, la garde s’abaissait quand même. C’était le moment parfait pour essayer de passer sans se faire repérer. Surtout qu’à l’inverse de la chasse – qui utilisait la même technique pour tuer les animaux – eux, ne voulaient juste pas se faire prendre. Un détail qui arrangeait tout le monde. Le passage du niveau -1 sans trop d’encombre. Ils avaient dû tuer quelques gardes, mais ils allaient compromettre la facilité de l’infiltration.

Et c’était avec une certaine fierté qu’ils entrèrent au niveau -2.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 24 Oct - 16:17

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Ni Naya, ni Kiyo, ni Iwan ne savait s’ils venaient de passer le plus dur de la mission ou si le plus dur était à venir. Même s’ils avaient réussi à arriver au niveau des serveurs, aucune réelle action n’avait encore était faite ; ils n’avaient pas encore mis le virus dans le serveur, ni même de l’avoir trouvé. La mission était plus difficile qu’ils le pensaient. D’un côté, ils avaient un sacré handicap ; ils étaient dans un vaisseau ennemi, sans aide extérieur pour les guider. Ils ne connaissaient rien de l’espèce qu’ils combattaient. La seule chose qu’ils savaient, c’était que ces soldats étaient des ennemis de ce peuple qui semblait n’avoir rien demandé. Comment ils en étaient sûrs ? Parce qu’ils avaient l’habitude. Ils connaissaient le regard des peuples opprimés par d’autres civilisations ou d’autres espèces. Le changement de monde les avait habitués à faire la différence entre la simulation et la vérité. Personne d’autre qu’eux ne pouvait les croire, mais beaucoup de monde mieux qu’eux pouvaient les aider. Depuis qu’ils étaient fugitifs, ils avaient plus l’habitude d’aider des gens. Ils ne vivaient que par eux-mêmes, changeant de monde pour ne pas perdre foi en l’humanité, même si cette dernière était assez difficile. Même s’ils ne savaient rien, ils étaient quand même très heureux d’être enfin arrivé là. Ils se disaient que la mission allait enfin se finir. Ils allaient enfin pouvoir rentrer chez eux et faire ce qu’ils aimaient le plus : passer leur journée à flâner dans les souterrains en montrant leur dominance par rapport aux autres.

Posant un premier pied dans le niveau, Naya commença à sourire : elle allait enfin pouvoir s’amuser. Depuis le début, elle n’avait pas pu s’amuser comme elle le voulait, contrairement aux deux autres âmes. Kiyo avait pu « s’amuser » en faisant le con, Iwan avait pu s’amuser en tuant un maximum de personne et en torturant d’autres. Naya était la seule. Mais son heure était venue. Elle allait pouvoir jouer les héroïnes dans son domaine : l’informatique. Et contrairement à ce qu’elle aurait pensé, elle était heureuse. Plus ils avançaient, guider par la demoiselle pour ne pas se faire débusquer par les ennemis, plus elle se sentait heureuse. Contrairement à ce que les gens pouvaient penser, elle n’était pas bien méchante. Elle voulait seulement être libre, ne pas être dépendante des autres, de leur jugement. Elle voulait seulement qu’on la laisse tranquille. Malheureusement, elle savait très bien que ce n’était pas possible. Elle ne vivait pas dans un monde utopique. C’était pour cette raison qu’elle avait de décider de n’aider personne, de ne vivre que pour elle-même. Cependant, la sensation d’aider des gens lui faisaient plaisir. Un paradoxe était en train de naitre en elle.

Se perdant doucement dans ses pensées, elle fut de nouveau rappeler à l’ordre par Iwan et Kiyo. ce n’était pas un tort de se perdre dans ses pensées, c’était même une bonne chose pour seul psychisme. Toutefois, le lieu et le moment n’était pas le adéquat pour cet exercice. Elle devait se concentrer. Les deux comptaient sur elle pour savoir quand se préparer ou non au combat. Avançant très doucement, aussi discrète qu’un chat en chasse, elle avançait vers sa proie. Le GPS lui annonçait qu’elle s’en approchait de plus en plus. Et plus elle s’en approchait, plus elle sentait son cœur battre rapidement. Son rythme était tellement rapide qu’elle avait l’impression de faire un début de crise cardiaque. Un sourire doux et naturel s’affichait doucement sur son visage. La dernière fois qu’elle avait affiché un sourire comme celui-ci, ce fut lors de sa première mission, quand elle avait pu bosser sur son pc en buvant du Fanta. Elle ressentait un vrai bonheur en agissant de cette manière, même si elle savait très bien qu’elle n’avait pas les compétences pour devenir une espionne comme la veuve noir dans les Marvel. Elle n’était pas son modèle, mais elle reconnaissant le bonheur que cela provoquait.

Puis, quand elle remarqua que des points rouges – signe des soldats ennemis – arrivaient sur eux, elle switcha avec Iwan. On avait besoin de finesse. Heureusement pour eux, les soldats ne firent pas attention et passèrent devant eux dans les voir. Naya souffla de soulagement. Iwan relaissa la place à Naya pour avancer tranquillement. Marchant toujours de couloir en couloir, elle afficha un énorme sourire quand elle s’aperçut qu’ils étaient qu’à quelques mètres de leur but. Ils allaient pouvoir rentrer chez eux. Elle s’avança, faisant attention à ne rien déclencher. Personne ne voulait amener les gardes à eux. Par malheur, l’enthousiasme de Naya lui faisait oublier que le vaisseau était encore en état d’alerte et que la garde devait surement être encore sur leur garde. Elle s’en souvenue à ses dépens, quand, lorsqu’elle entra dans la salle, elle se fit attaquer par les soldats. Sur le point d’hurler le peur, Kiyo le relais et tuas les gardes sur place. Son épée lui permettait de faire cet exploit. Il y avait plein de sang partout. Un détail qui faisait un peu mal au cœur à Naya. La jeune demoiselle allait enfin pouvoir travailler : la salle était vide de présence humaine autre qu’elle.

Craquant ses doigts, elle prit son temps pour analyser le système informatique. Elle essaya de comprendre son fonctionnement. Malheureusement, n’ayant jamais vu ce genre de système informatique, elle mit quelques temps pour le comprendre. Elle était impressionnée par la complexité du système informatique. Malgré cette complexité et cette admiration, elle réussit à faire ce qu’elle avait à faire : installer le virus dans le système mère. Peu de temps après l’installation, elle mit une protection en plus pour éviter que le virus soit facilement enlever. Dès qu’elle eut finis de mettre cette protection, elle switcha avec Kiyo. Après cette attaque informatique, la finesse n’était pas de rigueur. Il fallait taper dans le tas pour se sortir de cette situation.

« Bon, c’est parti pour le show ! », lança Kiyo en affichant un magnifique sourire.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Dim 6 Nov - 12:22

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

La mission qu’ils étaient en train d’effectuer était le type de moment où les gens pouvaient se rendre compte de la puissance de leur pouvoir : sur le papier, le changement de corps, d’âme pouvait être un pouvoir stupide, peu efficace contre ceux qui pouvaient manipuler les esprits, les éléments, mais ils oubliaient rapidement une chose : ils ne combattaient jamais une personne, mais trois. Et chacune de ces trois âmes avaient sa particularité qu’ils développaient, travaillaient à travers le temps. Le domaine de Naya était celui de l’informatique. Elle était une princesse dans ce domaine, mais elle savait qu’elle avait encore des lacunes. Personne ne pouvait atteindre la perfection et à ses yeux, elle atteindrait cette perfection quand elle pourra entrer aisément dans tous les serveurs informatiques, humains, Aliens ou même inconnu, comme pour celui-ci. Kiyo, lui, son domaine de prédilection était le combat au corps à corps ; il était né pour le combat et vivait pour celui-ci. Toutefois, pour le moment, il existait de nombreux adversaire qui pouvaient le battre très facilement… dont son compère, Iwan. En parlant de ce dernier, lui, son domaine de prédilection était la torture. Cette activité était pour lui, plus un loisir qu’un travail. Il prenait un réel plaisir à torturer les gens. Mais il savait très bien que la perfection, qu’il serait un dieu dans ce domaine seulement quand – en un seul regard – il pourrait faire avouer n’importe quelle personne. Naya, Kiyo et Iwan avait chacun un but, un rêve dans leur vie et ils se rendaient compte qu’ils étaient loin de l’atteindre. Mais cette mission avait eu la chance de leur faire ouvrir les yeux. Ils savaient maintenant qu’ils avaient beaucoup de chemin à parcourir.

Kiyo se retrouvait en ce moment même dans une situation délicate, mais il adorait ça. Il savait très bien que le fait d’entrer dans le tas, de tuer un maximum de personne en se faisant toucher le moins souvent possible allait être une chose difficile. Mais c’était cette difficulté qu’il adorait. Derrière la porte se trouvait ses ennemis. Il ne savait pas combien ils étaient, mais il savait que ce combat allait être un test pour lui, pour connaitre ses limites. Il s’était rendu compte qu’il avait une vie plutôt sédentaire par rapport à avant, même s’il s’en plaignait pas vraiment.

« Les amis, j’peux vous demander une faveur ? », demande-t-il en souriant. Naya hocha positivement de la tête tandis qu’Iwan ne répondit rien. « Est-ce que vous pouvez me laisser combattre ces gars tout seul ? J’ai besoin de savoir si je suis rouillé ou pas en combat un contre plusieurs… », demanda-t-il de nouveau. « Tout en sachant que je risque d’utiliser vos corps suivant la situation ou pour reposer le mien si je sens qu’il se fatigue. », ajoute-t-il sans attendre une réponse de leur part. Ils savaient qu’ils allaient accepter, même si Iwan grimaça un peu. Ce combat était très important pour la brute. Kiyo prit donc son épée avant de partir au combat. Un sincère sourire heureux s’afficha sur ses lèvres. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas combattu autant d’ennemi en même temps, même si la difficulté n’allait pas être dans leur niveau en combat.

Il commença le combat en enfonçant son épée à travers la porte. Même s’il pensait plus à faire un effet de style pour son entrée en combat, il fut content de sentir que son épée embrocha une ou deux personnes au passage. Sur le plan psychologique et aussi physique, il venait de gagner quelques points. Deux ennemis en moins et surtout, les soldats savaient qu’ils n’avaient pas à faire à un débutant en matière de combat. Malheureusement pour Kiyo, sa plus grande erreur va être de sous-estimer ces mêmes soldats. Pour lui, peu de personnes pouvaient le battre, même s’ils étaient nombreux. Et c’est en ouvrant la porte, en enlevant son épée de dedans qu’il va s’en rendre compte : dès que la porte s’ouvrit, les soldats lui tirèrent dessus. Il se trouvait en très mauvaise posture et il ne voyait qu’une seule solution pour partir de cette merde. Il respira un bon coup, défonça la porte avec son pied et entra en scène. Comme il le savait, les coups qu’ils allaient prendre était inévitable, mais il allait essayer en prendre un minimum pour que Naya puisse soigner son corps sans que sa vie soit en danger. Essayant de courir, il se mit à tuer des soldats par deux voire plus. Sa longueur de son épée lui permettait de faire une grande purge en un seul tour et d’embroché les soldats deux par deux. Malheureusement, son corps imposant ne lui permettait pas d’éviter les coups. Il évita seulement ceux qui touchaient les organes vitaux et la tête. Lorsqu’il se sentit trop faiblir, il échangea son corps contre celui de Naya pour se faufiler entre les gardes en toute discrétion. Il profitait de cet avantage pour tuer des gardes tout en était assez rapide pour esquiver les coups. Certains gardes s’entretuèrent même entre eux.

Quand il eut fini le combat, il continua de garder le corps de Naya. Le sien était trop endommagé pour qu’il puisse l’utiliser. Pour évite d’autres combats, se rendant bien compte qu’il n’était pas assez puissant, il décida de passer par les conduits de ventilation pour ressortir du vaisseau. Ils se posèrent quelques minutes pour que Kiyo puisse reprendre du souffle et surtout pour qu’il puisse se soigner dans son monde tandis que Naya, elle, cherchait un moyen de sortir. Maintenant qu’ils avaient mis le virus, ils ne savaient pas ce qui allait leur arriver : le virus allait faire perdre le contrôle du vaisseau ? Est-ce qu’il allait les forcer à partir ? Ne connaissant pas la nature du virus, Naya ne pouvait pas prévoir les effets et elle voulait sortir de là au plus vite. Fort heureusement pour elle et pour eux, ils n’allaient pas être obligés de remonter tout le vaisseau : il existait une trappe ou plutôt un conduit qui menait directement dehors. Et pour éviter de faire un crash, ils allaient utiliser la cape de Kiyo pour faire un parachute. C’était une idée un peu stupide, mais pour le moment ils n’avaient que ça. Iwan, lui, depuis l’action de Naya, resta passif. Ne disant presque rien. Naya et Kiyo remarquèrent ce silence mais ne disaient rien, pour le moment.

Naya partit donc à la recherche de ce conduit, priant intérieurement pour ne pas mourir avant d’y arriver ou pendant la chute. Elle avait encore des choses à faire. La sortie n’était plus très loin quand ils entendirent une petite explosion, puis une secousse. Elle se mit à légèrement trembler, mais continua. La phrase du moment était « marche ou crève » et elle ne comptait pas mourir ici. Tandis que les secousses continuèrent, elle fut projeter violemment sur le côté, et tomba dans le conduit. Le vaisseau était en train de tomber. Heureusement ou malheureusement pour eux, le coup violent assomma Naya. Iwan reprit donc le relais, voyant que Kiyo s’occupait de son propre corps dans son monde. L’avantage avec la chute du vaisseau, c’était que la descente allait être moins haute que prévue, même si celle-ci allait être plus dangereuse. Voyant la petite lumière au bout du tunnel, Iwan explosa la trappe et sauta dans le vide. Il fit une chute libre jusqu’au moment où Kiyo reprit sa place dans notre monde, avec sa blessure à moitié soigner et utilisa sa cape comme parachute. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça et il essaya de se diriger à l’opposé du vaisseau, même si après, sur terre, ils allaient devoir courir rapidement pour ne pas se faire tuer par les ondes de choc.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 61

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo Lun 7 Nov - 12:09

Allô Houston ! On a un problème.

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Naya, Kiyo & Iwan

Une secousse, une douleur et du noir, voilà la seule chose dont Naya se souvenait. Le choc qu’elle avait reçu sur la tête lui avait fait l’effet d’une bombe et le choc l’avait rendue inconsciente. Elle ne savait pas où elle se était, mais elle se rendait compte que ce lieu était sympathique, remplis de chose qu’elle aimait bien, mais aussi de gens qu’elle aimait bien. Elle fut surprise d’y voir certaines personnes comme Fanny, Brune ou encore le jeune enfant qu’elle avait tabassé avant qu’elle ne fuit l’établissement. Mais ce qu’elle remarqua le plus, c’était qu’il n’avait plus de visage. Commençant à philosopher un peu, elle mit ce manque de visage sur le fait qu’elle ne se souvenait pas de son visage. Elle ne se souvenait même plus de cette scène. Des fois, elle avait juste envie d’aller au centre joker pour se rendre. Heureusement pour elle, ces deux amis étaient pour lui dire qu’elle ne devait pas le faire, elle perdrait sa liberté si elle le faisait. Pendant son voyage sur ce terrain, elle se demandait si elle était morte ou pas. Mis à part quelques personnes, ce lieu ressemblait au paradis. Du moins, ça ressemblait à l’image du paradis qu’elle se faisait.

Gravement blessé, Kiyo était obligé de revenir dans son monde pour se soigner. L’avantage d’être né dans un jeu vidéo, c’était la capacité de pouvoir se soigner sans faire grand-chose, mais aussi de pouvoir utiliser des objets qui allaient augmenter cette même capacité pour soigner comme des potions. Toutefois, pour le bien des trois, il avait dû revenir dans notre monde pour pouvoir sauter et faire du parachute avec sa cape pour ne pas mourir. Pendant la descente, Kiyo commença à tourner de l’œil. Si ses blessures se soignaient bien dans son monde, dans celui-ci, la blessure ne se soignait pas. Pire même, elle empirait à cause de la chute. Kiyo commençait à perdre pas mal de sang quand il fit une chute d’une centaine de mètres. Il était, lui-aussi, inconscient. Iwan prit donc le relais pour emmener les deux blesser dans un endroit sûr. Sur le chemin, il se retourna et vit le vaisseau dans lequel, ils étaient : les vaisseaux rebelles était en train de lui tirer dessus. Il n’y avait plus aucun champ de protection. Sans s’en rendre compte, il afficha un sourire du coin des lèvres. Finalement, lui aussi, il était heureux d’avoir fait exploser le vaisseau. Mais il revient vite à la réalité quand il sentit la détresse de Naya et de Kiyo. Les deux gosses étaient blessés et ils avaient tous les deux besoins de soin et en urgence. Il se mit donc à courir, tuant quelques ennemis sur le chemin pour aller plus vite.

Heureusement pour lui, le camp n’était plus très loin et beaucoup de rebelles l’aidèrent à atteindre le camp médical. Iwan – tout comme Naya et Kiyo – était vu comme un héros. Grâce à lui, les ennemis avaient été affaibli physiquement puisque toute la technologie était reliée au vaisseau et grâce au virus, tous les soldats avaient dû mal à utiliser leurs armes et psychologiquement. Sans arme qui fonctionne correctement, les ennemis commencèrent à comprendre qu’ils étaient en train de perdre. Beaucoup préféraient encore combattre jusqu’à la mort, mais une minorité se rendirent. Iwan afficha un large sourire à la stupidité humaine. Les humains étaient de faible créature qui, sans leur force morale, n’étaient faible, des moins que rien. Dans un sens, le virus avait permis de détruire psychologiquement une armée entière. Il était fier de sa petite protégée. Une fierté qui faisait qu’il courait pour trouver un médecin. Quand il arriva, personne ne le reconnu. Il s’allongea, menaçant les médecins pour le laisser prendre place dans un lit avant de laisser la place à Kiyo. Ils le reconnurent aussitôt. Ils commencèrent à faire les premiers soins avant de les emmener dans un vrai hôpital. Iwan switchait entre Kiyo et Naya pour que les médecins puissent soigner les deux. Même s’il était très indépendant, Iwan appréciait la présence des vrais Twins K.

Les deux enfants mirent presqu’une semaine pour se rétablir correctement : le pouvoir de Naya avait était un avantage, mais aussi un gros inconvénient pour les soins. Il avait permis de soigner les deux blessés en même temps. D’un autre côté, les mondes de Kiyo et d’Iwan n’étaient pas adéquats pour le repos qu’ils méritaient. Ils avaient donc mis plus de temps pour se reposer et panser entièrement les blessures. Naya était heureuse d’être en vie, même si elle était triste de quitter son monde, pendant lequel, elle avait vécue pendant quelques jours. Kiyo lui, était heureux d’être en vie, mais grognait sur le fait d’avoir été sauvé et surtout, de sa mollesse en combat. Il devait s’entrainer encore plus. Quand ils pouvaient s’asseoir, un petit groupe de visiteur s’installèrent près de leur lit : ils reconnurent le commandant, quelques rebelles et surtout, l’enfant honteux qui se cachait derrière son père.

« Alors les enfants ! vous êtes enfin réveillés !? », demanda le commandant. « Vous savez que vous nous avez fait peur ! ça fait une semaine que vous êtes là ! », annonça-t-il.

« Une … une semaine ? », demanda Naya, surprise par l’annonce. « Je … ce n’est pas possible ! ça fait pas une semaine qu’on est sorti du vaisseau … Qu’est-ce qui s’est passé ? », demanda-t-elle, un peu perdue.

« je vais laisser Jilano vous expliquez tout ça. On a encore de boulot, mais on est heureux de voir que vous êtes en vie. On va pouvoir fêter notre victoire avec notre héroïne avant de vous renvoyer dans votre monde. », dit-il en laissant son fils s’installer. Les visiteurs sortirent de la chambre, heureux.

Naya regarda Jilano et l’écouta attentivement. Quand ils tombèrent dans les pommes, elle et Kiyo, Iwan les avait emmené le plus rapidement possible à l’hôpital et il switchait les deux corps pour qu’ils puissent être soignés. Il lui raconta aussi qu’au moment où ils avaient réussi à mettre le virus dans le serveur du vaisseau, tout est passé vite et le basculement est aussi vite arrivé. Grâce à eux, les armes des soldats n’avaient plus de puissance pour pouvoir tirer et surtout, le champ de protection avait été détruit. Ils avaient pu donc bombarder le vaisseau pour le faire tomber. Il y avait eu beaucoup de morts, et la chute du vaisseau n’avait pas été à alléger le nombre, mais maintenant, les gens étaient plus heureux. Elle ne comprenait pas tout ce qu’il lui racontait. Toutefois, elle comprit parfaitement bien quand il s’excusa pour ne pas avoir pu faire son travail, de les guider dans le vaisseau. Pour cette remarque, ce fut Kiyo qui prit la relève et lui tapota le haut du crâne. Il lui expliqua que ce n’était pas de sa faute, mais de la sienne. Il avait perdu l’oreillette, mais que Naya l’avait remplacé. Cette dernière phrase rassura Jilano, même s’il faisait encore une mine boudeuse, triste de n’avoir pas pu faire son travail correctement. Après ces explications, avec quelques heures de repos et une dernière ration de test pour savoir s’ils pouvaient sortir, Naya sortie.

Heureuse. Elle était vraiment heureuse et fière d’elle.

Ils passèrent leur dernière soirée à fêter la victoire des habitants de la planète quand le commandant prit l’objet et les ramena dans leur monde. Quand ils arrivèrent chez eux, dans leur monde, Naya laissa Iwan les emmener chez eux et retombèrent de sommeil.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo

Revenir en haut Aller en bas

Allô Houston ! on a un problème. [mission - monde parallèle] | Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le centre ville-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit