AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Réunion de famille. || André

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Réunion de famille. || André Jeu 23 Oct - 18:30



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
D
epuis qu'elle était 'coincée', faute de meilleur terme, dans le corps d'un être humain, Bastet avait vu beaucoup de choses et constatée surtout combien le monde avait changé et continué de tourner pendant qu'elle était endormie au fin-fond de sa pyramide. Pyramide de laquelle Mischa l'avait fait sortir ‒ après quelques déboires et d'ailleurs elle ne voulait pas repenser à comment le jeune homme avait procédé. Le traumatisme était encore trop récent pour elle. Bon ça faisait presque deux ans déjà certes, mais pour une divinité âgée de plusieurs centaines de décennies, c'était l'équivalent d'un grain de sable dans le sablier de sa vie.

Bref. Le monde avait évolué. En bien comme en mal, constatait la déesse, qui se contentait de l'observer à travers les yeux de Mischa, son hôte malgré lui qui semblait prendre un plaisir étrange à lui faire découvrir le XXIème siècle. Cet humain était... étonnant. Et épuisant surtout, même si Bastet commençait à être plutôt habituée à son comportement par moment particulièrement excentrique. Les scènes de la vie un peu excentriques, c'était devenu son nouveau quotidien désormais et elle faisait avec, intervenant parfois ou bien laissant le jeune homme se débrouiller ‒ du moment qu'il n'était pas en danger de mort imminent et que donc elle non plus ne risquait rien, Bastet n'avait pas dans l'idée de surveiller le moindre de ses faits et gestes. Elle était de toutes manières encore bien trop faible pour prendre à sa guise le contrôle de son corps, d'autant que Mischa avait une maîtrise des plus aléatoires de ses nouvelles capacités acquises au passage quand il avait ''accidentellement'' accueillit l'esprit de la divinité égyptienne en lui.

Enfin, cette nouvelle scène en revanche, elle ne savait trop quoi en penser. Et c'est donc avec un air dubitatif que la déesse, installée aussi confortablement que possible dans un recoin de l'esprit de Mischa, observait tel une spectatrice devant un bon film ‒ en l’occurrence la vie de Mischa ressemblait plus à une parodie de comédie ou une série B qui aurait fait le bide ‒ les faits et gestes du jeune homme, dubitative. Actuellement occupé à arpenter les rues endormies et désertes de Laurel, Mischa profitait qu'il était le seul être vivant dehors à des kilomètres pour marcher au beau milieu de la route traversant les quartiers d'habitations, lesquels étaient légèrement excentrés par rapport au reste de la cité qui avait semblé bien animée à la déesse quand ils étaient arrivés. Elle avait encore un peu de mal à s'habituer à toute cette... vie.

Le regard de Mischa parcourt les numéros d'habitation avec fébrilité. Bastet peut presque le sentir trembler tant il est excité et impatient. Dans ses bras, précieusement tenu contre son torse, la 'Chose'. Non, l'urne corrige mentalement la déesse. Il faut dire qu'il n'y a guère que son hôte pour se promener avec un vase contenant des restes humains, à une heure du matin. Elle entends soudain Mischa s’exclamer à voix haute tandis qu'il s'arrête brusquement ‒ elle avait eu beau lui expliquer qu'il pouvait s'adresser à elle mentalement elle l'entendait du fait qu'elle était 'légèrement' à l'intérieur de sa tête, mais rien à faire il n'avait pas intégré le concept.

« Aha ! C'est là. Bast', on est arrivé j'ai réussi à trouver ! » s'exclama-t-il, en affirmant sa prise sur son bien d'une main tandis que son poing libre vient se poser sur sa hanche, fier alors qu'il contemplait l'immeuble devant lui.

La déesse leva les yeux au ciel ‒ enfin, façon de parler. " Magnifique. Cela fait juste une heure que tu tournais en rond dans ce labyrinthe d'habitations, tu en es conscient j'espère ? ". Mischa fit la moue, argumentant que ce n'était pas de sa faute si les rues étaient mal fichues dans ce pays. Et puis de toutes manières il faisait nuit et il voyait mal ‒ argument qui perd toute crédibilité quand on sait qu'il partage désormais de nombreuses caractéristiques avec les félins, dont une vision nocturne améliorée, même sous son apparence classique.

La porte de l'immeuble n'était pas fermée. En profitant, Mischa se faufila à l'intérieur et gravit les escaliers, cherchant le nom désiré sur les portes de chaque appartement. Quand finalement il le trouva, il était si excité que la déesse crû qu'il allait faire une crise cardiaque. Ce qui, de manière tout à fait personnelle, ne l’arrangeait pas. Elle n'était pas certaine que si Mischa mourrait, elle survivait du fait de leur 'lien' très particulier. Dans le doute donc, Bastet préférait éviter de voir son réceptacle ambulant crever inopinément, parce qu'il n'a pas fait attention en traversant la route ou bien à cause d'un surdosage d'excitation à l'idée de revoir son cousin/frère de cœur/protégé/qui que ce soit ce type.

Bastet ferma les yeux. Si en même temps elle était curieuse de rencontrer cet humain dont Mischa lui rabattait les oreilles depuis leur cohabitation forcée et qu'elle connaissait déjà à travers les brides du passé de son hôte, elle jugeait toutefois préférable de laisser un semblant d'intimité a leurs retrouvailles. Elle pourrait toujours accéder après sa sieste aux souvenirs de Mischa après sa sieste pour savoir comment la scène s'était déroulé.

Le Russianov prit une grande inspiration et toqua à la porte, sa précieuse urne bien calée contre son bras. Il entendit le bruit du verrou qui cède et vit la poignée faire une rotation tandis que celui qui était à l'intérieur ouvrait la porte. Un grand sourire d'abruti sur la gueule, et c'est parti.

« Coucou ! Devine qui c'est ? » s'exclama-t-il d'une voix bien joyeuse et pas tellement discrète. Cela faisait parti du plan de toutes manières. S'il gueulait suffisamment fort pour réveiller tout l'immeuble, normalement l'autre ne le laissera pas à la porte et le fera entrer. Normalement.
WILDBIRD

voila. keur sur toi en espérant que ça te convient.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 24 Oct - 0:55



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
D
Il  existait des soirs, comme ça, ou André n’avait pas envie de lutter. Juste de s’écrouler dans son lit après une douche brulante – qui aurait incommodé toute personne normale ne dégageant pas quarante degré en permanence – et ne plus réfléchir. Sauf que c’était plus dur que prévu. Beaucoup plus.

Même après tout ce temps et tout ce travail sur lui-même, des choses paraissaient encore lui glisser inexorablement entre les doigts. C’était désagréable, mais il savait que tout ne se ferait pas en un jour. Il avait déjà parcouru un chemin certain depuis son arrivée dans cette ville, il y a trois… quatre ans, maintenant, presque. Ça passait si vite et à la fois si lentement.

L’expatrié s’en était pris, des coups dans la gueule, des déboires de toutes les sortes, de toutes les saveurs. Et pourtant il s’était relevé. Il avait été bien plus battant qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer. Mais il n’était pas dupe. S’il en était arrivé là aussi aujourd’hui, c’était parce qu’il avait cessé d’être seul.

Seul dans sa vie.
Seul dans son cœur.
Seul dans sa tête.

André s’était attaché à des gens, il avait compris de nouveau ce que ça faisait d’être humain, de ressentir ce genre d’émotions épanouissantes. Un bon de plus de dix ans en arrière pour remettre en marche une mécanique qui avait rouillée à force d’atrocités, à force d’horreurs commises. Oh, bien sûr, Loukas ne se considérait pas comme saint, loin de là. S’il avait réussi à arrêter la drogue, d’en dealer comme d’en consommer, ses mains resteraient à vie tâcher du sang des victimes qu’ils avaient froidement abattues durant son entrainement et même après. Ils ne pourraient jamais se repentir suffisamment pour toutes les vies qu’il a prises autrefois. C’est précisément pour cela qu’il se sentait redevable envers le monde, envers la vie en elle-même. S’engager dans la police fut certainement ce qui lui arriva de mieux.

Il était maintenant cadré, entouré par une structure solide, tout ce qu’il lui fallait pour se sentir bien et s’épanouir. Il avait certes quitté la Heroes, les bancs de l’école ne lui convenant clairement pas, mais peu lui importaient, c’était son choix et il ne le regrettait pas. Son job, jamais il n’aurait cru l’aimer autant, mais en dépit de tout, plus qu’une occupation, c’était devenu une véritable vocation pour lui. Protéger et servir. C’était le nouveau credo auquel il s’était rattaché avec une hargne et une volonté rare, chez un jeune de son âge.

Sauf que voilà, André n’était, précisément pas comme tous les jeunes de son âge. Il avait été forcé de grandir trop vite et avait réfléchi trop longtemps comme un homme sans passer par la case adolescent, ce qui lui joua des tours. Heureusement, le puzzle est maintenant bien reconstitué et loin de vouloir repartir dans le sens inverse. Tout est pour le mieux, il se sent bien plus à l’aise dans sa peau, maintenant. Enfin, dans les grandes lignes car malgré tout, André restait humain. Il avait parfois des passages à vide, comme ce soir.

L’une de ses collègues avait disparue. Elle n’était pas rentrée après sa patrouille hier soir alors que rien d’étrange n’avait été signalé. On s’était rendu chez elle, rien trouvé. C’était comme si elle avait disparue dans la nature, fondue dans une ombre, purement et simplement. Pourtant Loukas ne pouvait l’accepter.

S’il ne la connaissait pas très bien, il partageait avec elle une relation courtoise – bien qu’il ait remarqué qu’elle aurait peut-être apprécié plus, venant de lui – et ne supportait pas que l’on s’en prenne de la sorte à l’un de ses nouveaux repères. Elle était au même grade que lui, en plus, ce qui le faisait s’identifier d’autant plus à elle, dans ce genre de moment un peu tangent.

Finalement, après un énième café qu’il avait laissé refroidir avant de le boire tout en regardant à travers sa fenêtre, André avisa sa montre. Minuit. Il devait aller se coucher s’il ne voulait pas ne pas assumer le réveil dans… six heures, maintenant. Un soupir, un main qui passe sur un visage fatigué par une lourde journée – qui n’avait pas été arrangée lorsqu’il avait vu le message de Mary, soi-dit en passant – et le voici qui éteint ses lumières et enlève ses vêtements pour aller se coucher, sans parvenir à réellement trouver les bras d’un sommeil réparateur immédiatement, cela dit.

Et c’est justement ou il se sentit partir que, bizarrement, le destin frappa à sa porte, dans tous les sens du terme. Prit d’un sursaut dû à une surprise mal contenue, il se redressa sur son matelas, jetant un regard intrigué à la porte. Soit, il n’avait pas rêvé, on avait bien martelé le pan de bois, il était au moins sur de ça. Attrapant son boxer, Loukas l’enfila et se leva en direction de la porte, passant une main dans ses cheveux – tic qu’il avait lorsqu’il était vraiment fatigué. Il était d’ailleurs tellement dans les vapes qu’il était persuadé que ça ne pouvait pas être quelqu’un d’autre que la demoiselle dont il était éprit. Aussi, déverrouillant la porte, il entama une petite phrase d’accueil qui se voulait sympathique – il est vrai qu’il aurait particulièrement apprécié sa présence, dans l’immédiat.

Mais non, la vie lui amenait un tout autre genre d’invité.

« Mary, tu sais que tu peux- »

Wow. Stop. Pause. Rembobinage. C’était quoi, ça ?! Oui, non, même pas ce type ou cet individu, mais ça. Le Russianov fit presque un pas en arrière en se redressant. L’épuisement l’empêchait de réagir de manière vive sinon l’abruti qui l’avait dérangé dans son pseudo repos aurait déjà son poing entre les deux yeux. En parlant de ces deux globes verts, d’ailleurs, ils fixaient étrangement celui dont il est ici question.

« Putain mais vous êtes qu-»

Minute. André vint de capter que l’autre lui avait parlé russe. Hors ici, trèèèèès peu de personnes parlent cette langue. Ou alors elles ne le font pas aussi naturellement. Il plissa les yeux, pas bien sûr de lui.

« ….Mischa ? »

Borde de merde, si c’était lui, Loukas n’aurait pas su quoi dire. En fait, pour être honnête, il aurait bien voulu refermer la porte – ne serait-ce que pour la vacarme que l’autre avant fait en gueulant dans la langue de Staline – mais il n’en fit rien. Pourquoi ? Parce que sa voisine so creepy choisit ce moment-là pour sortir la tête par l’embrasure de sa porte, avec charlotte et bigoudis sur la tête assortie d’un masque de beauté vert algue. A elle aussi, André savait qu’il faisait de l’effet. Et bizarrement, sur ce coup-là, il sentait de la sueur froide dévaler son dos. Bon, rester dehors était dangereux en fait. Il attrapa le type par le bras et le fit rentrer avant de bien verrouiller derrière lui.

Puis, fatalement, vint la question qui tue.

« Qu’est-ce que tu fiches ici, au juste ? »

Il ne le regardait même pas, appuyé contre sa porte, las. La soirée s’annonçait putain de longue, bizarrement.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 24 Oct - 12:54



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
I
l avait tellement changé. Mischa n'en revenait pas. La dernière fois qu'ils s'étaient vu, André était encore un adolescent, un gamin malmené par la vie et renfermé sur lui-même. Un loup solitaire. Bastet entrouvrit tout de même un œil, curieuse malgré tout. Le blond lui avait tellement rabattu les oreilles avec son cousin, la prunelle de ses yeux. Les souvenirs de leur enfance partagée, avec la femme nommée Marie qui avait prit soin de Mischa et dont ce dernier rêvait souvent ‒ Bastet était en lui ; elle savait tout, absolument tout, ce qui se passait dans sa tête ‒ étaient les plus heureux qu'il avait et le Russianov se les remémoraient souvent, si bien que la déesse à tête de chat les visitait avec lui, silencieuse tandis que Mischa s'enfonçait dans un silence tel qu'il en devenait assourdissant.

De ce fait, en réalité, il était difficile pour Bastet d'ignorer le flot de sentiments pêle-mêle qui envahissait Mischa et l'entraînait tel un tourbillon. La joie, l'excitation, le regret, la nostalgie... tout se mélangeait en lui et la déesse ne pouvait faire comme si elle ne le percevait pas. D'autant qu'un trop-plein d'émotions n'était pas quelque chose d'agréable à gérer, particulièrement quand on ne maîtrise pas ses transformations animales et qu'on peut se changer en un lion de plus de deux cent kilos. Et Bastet avait essayé d'être le plus clair possible ; moins les gens savaient pour son existence dans le corps de Mischa, mieux ils s'en porteraient.

Aussi jugea-t-elle bon de glisser quelques mots à l'oreille de ce dernier, l'autre ne pouvant soupçonner sa présence de toutes manières ‒ du moins tant que son réceptacle ne faisait pas de bêtises, ce qui était probablement trop lui demander ‒, doutant cependant que le blond ne l'entende vu comme il était prit par sa contemplation de ce qu'était devenu son cousin. " Mischa. Contrôles-toi. " intima la divinité égyptienne de ce ton impérial, à la fois doux et froid, qui la caractérisait. Le jeune homme cligna des yeux et pensa finalement à respirer ‒ car il en avait bloqué son souffle, cet idiot. Son sourire s’agrandit en entendant la voix d'André, incertaine, prononcée son prénom. Il l'avait reconnu ! Honnêtement, dans un premier temps le blond avait eu un doute, se demandant brièvement si l'autre allait se souvenir de lui.  

« Ouiii ! C'est bien moi, ça fait un bail hein ?» s'exclama Jude, aussi détendu et naturel qu'à son ordinaire. Fidèle à lui-même, comme toujours.

Bastet se renfonça dans les tréfonds de l'esprit de son hôte, lui laissant son temps d'intimité avec son cousin. Elle espérait simplement que cet André ne ferait rien qui risquerait de briser les illusions de Mischa à son sujet, quoiqu'il en fallait beaucoup pour mettre le moral de ce dernier à mal.

Les deux étaient désormais dans l'appartement, après que le plus jeune n'ait attrapé l'autre par le bras pour le faire entrer. Parfait, le plan avait fonctionné. Mischa se tourna vers André, son regard glissant sur la silhouette de ce dernier, l'étudiant sans en avoir l'air, cherchant à imprimer l'image dans sa mémoire. Il avait l'air d'aller bien, pas trop maigre signe qu'il mangeait à sa faim et aucune trace de blessures apparente. Il semblait juste las, mais c'était compréhensible considérant le fait que le blond l'avait tout de même tiré de son sommeil au beau milieu de la nuit. Il aurait pu attendre le petit matin ou la fin de journée pour leurs retrouvailles, comme toute personne normalement constituée à vrai dire, mais Mischa avait trop hâte de revoir André si bien que dès qu'il eu localisé l'adresse de ce dernier, il s'était précipité sans attendre et sans faire attention à l'heure locale.

« Bah. Je suis venu te voir pardi !» fit le jeune homme, comme si c'était l'évidence même ‒ et pour lui ça l'était. « Bon en fait c'est plus compliqué que ça, disons qu'il m'est arrivé il y a quelques temps un truc de dingue, je te jures je te raconterai tu me croirais pas je pense. Et puis bon après j'ai dû bouger un peu à droite à gauche et donc là comme c'est un peu le bordel en Russie, mais genre vraiment tu vois, bah j'ai décidé de partir. Du coup tadam !»

Moulin à paroles. Il avait conclut sa phrase en écartant un bras vers le ciel, visiblement ravi de son petit exploit personnel, l'autre tenant toujours l'urne. Officiellement, il était toujours rattaché à la Bratva après tout il n'était pas aussi aisé de se défaire des griffes de son oncle, bien que Mischa s'était toujours arrangé pour avoir le plus de liberté possible. Mais quand il avait apprit que pendant son petit séjour en Égypte qui s'était prolongé suite à quelques 'complications' ‒ le fait de s'enfermer dans une pyramide tout seul et de devenir le réceptacle d'une divinité n'était pas prévu ‒, son oncle en avait profité pour tenter d'aller chercher André, le blond avait comprit que rester en Russie et remplir le rôle que son cousin était censé accomplir de base ne suffisait plus pour le protéger.

C'est donc ainsi que le Russianov après avoir embobiné son oncle au sujet d'une branche de la mafia en Amérique pour « étendre leur pouvoir » avait prit ses affaires et était donc venu s'installer à Laurel sitôt qu'il avait su que c'était là que résidait désormais André. Tout cela dans le but de continuer à faire ce qu'il s'efforçait depuis des années ; le protéger.

Un sourire. Mischa s'approcha de manière à se placer bien en face de son cousin et leva sa main libre, la mettant au-dessus de leurs têtes pour comparer.

« Ouf ! J'suis soulagé, j'ai toujours quelques centimètres de plus que toi. Après tout je suis ton aîné donc c'est normal que ce soit moi le plus grand, sinon je perds toute ma crédibilité !»

…Parce que c'est pas déjà le cas ?
WILDBIRD

j'aime. mais mischa est tellement con putain.
   


Dernière édition par Mischa J. Russianov le Jeu 30 Oct - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Sam 25 Oct - 19:27



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
F
ranchement. C’était quoi, ce type, au juste ? André se posait cette question depuis longtemps mais ça ne lui revenait que maintenant en pleine face, comme un boomerang. Déjà, avant, lorsqu’il n’était que le chien de chasse de son paternel, il n’avait jamais vraiment réussi à comprendre cet individu qui, pourtant – au plus grand étonnement de tous et Loukas le premier -, partageait son sang, sa chaire, par un certain mystère de la vie et la génétique. Mais ça ne répondait pas à sa question pour autant. Et le châtain se retrouvait donc là, dans son appartement, en boxer et torse nu, faisant face à un autre être humain – du moins dans les grandes lignes, ne soyons pas trop méchants immédiatement non plus – qui n’était autre que son... cousin.

Non pas qu’ils s’entendaient mal ou quoi que ce soit du même genre, mais André n’avait que peu de souvenirs de sa petite enfance et donc, à fortiori, des possibles jeux qu’il aurait pu être tenté de partager, à la découverte du monde, avec le blond qui lui faisait face. Un court élan de nostalgie le prit au corps. Il avait une chevelure claire, comme celle de sa mère, à quelques nuances prés. Et puis cette façon d’agir, cette gentillesse ; on reconnaissait là l’influence plus ou moins directe de Marie sur le russe. Ah, ça y était, André commençait à regretter sa mère. Une boule se forma dans sa gorge. Putain de merde, il n’avait vraiment pas besoin de ça, en ce moment. Se pinçant l’arête du nez, le métis tâcha de réorganiser ses idées du mieux qu’il le put, faisant en sorte de ne pas se perdre inutilement dans ses réminiscences qui n’avaient pas lieu d’être. Du moins, pas dans l’immédiat. Il essaya de rester le plus calme possible, après tout il n’était pas en face d’un ennemi.

Quoi que bon, il aurait peut-être préféré, finalement.

Car alors qu’il s’apprêtait à essayer d’éclairer les choses d’une façon sympathique et non agressive – une technique d’approche qui avait fait ses preuves depuis qu’il l’avait sérieusement mise en application, deux ans auparavant -, l’autre abruti se tenait devant, le mesurant. Pardon ? Il était sérieusement sérieux ou c’était tout simplement une blague de mauvais goût ? La taille ? Sans déconner, qui s’occupait d’un détail pareil ? André inspira un grand coup, fusillant du regard cet étranger pareil à lui et eut même un sursaut de paupière, en prime.

« Pauvre tâche va. »

Et encore, il avait échappé de peu à un coup de boule monumental. Loukas était physiquement et mentalement fatigué – et pour une fois, pas besoin d’être Maryline, son adorable empathique pour le deviner – alors très honnêtement, ce genre de commentaire, il valait mieux s’en séparer de suite. Il repoussa le jeune homme lui faisant face, retournant vers son lit pour se rhabiller un tant soit peu correctement. Bien vite, sa chemise et son pantalon furent de nouveau sur son dos, bien que les froissements des tissus empêchent clairement de penser qu’il était fin prêt pour aller travailler. Nouveau soupir. André se dit que de toute manière, il n’était plus près de fermer l’œil, maintenant.

« Tu veux un café ? »

Avant même d’entendre la réponse, l’expatrié se prépara lui-même une tasse – à ce rythme, non seulement il allait finir son stock qui devait logiquement lui tenir le mois en une soirée mais en plus il pourrait en faire une overdose si c’était possible. Sentant les fragrances du liquide amer, il se calma quelque peu, ne manquant pas, pour autant de se frictionner les yeux pour se réveiller un peu mieux. La décoction faite – sans sucre ni lait, André buvait vraiment un truc immonde -, et de retour dans le salon, André avisa Mischa et son éternel sourire. Ouai, de ça, il en avait le souvenir. Un type bizarre qui lui collait toujours aux baskets – surtout depuis la mort de sa mère – en le collant et en essayant de lui faire des câlins. Tout ce qu’il arrivait à cajoler, c’était le mur, en retour, dans le meilleur des cas. Le brun secoua la tête, se demandant comment et pourquoi il avait voulu le voir après tout ce temps. Enfin, toute personne normale aurait surtout cherché à s’éloigner d’André le plus vite possible avec un souvenir pareil de lui.

Sauf que non, le français se souvint alors que Mischa était tout sauf une personne normal.

Il secoua la tête de nouveau et prit place sur le rebord de son lit, invitant en un geste son cousin à prendre place sur le canapé adjacent à ce dernier.

« Alors ? Pourquoi t’es là ? »

Oui parce que dans les faits, il n’avait toujours pas eut son explication. Au mieux il avait surtout eut matière pour se poser encore plus de questions qu’il n’aurait souhaité le faire en réalité. Cependant, il lui fallait, en son âme et conscience, mettre quelque chose au point tout de suite, dans l’immédiat, afin que les choses ne partent pas sur un énième quiproquo ; il en avait déjà eu bien suffisamment dans sa vie jusqu’à présent pour ne pas vouloir en rajouter encore.

« Si t’es venu bien gentiment pour me ramener au manoir, je te le dit d’office, tu peux repartir. Je ne rentre pas. Jamais plus. Ou alors ce sera pour coller une balle entre les deux yeux de Nikolaevich, pas autrement. »

Nikolaevich. Le nom de son père, qu’il ne considérait même pas ainsi. Son cœur rata un battement ; cette soirée devenait un peu désagréable à le faire penser à des choses pareilles. Il serra les dents, ne relâchant la pression de ses mâchoires que pour boire un peu de café brûlant et jeta un autre regard au membre si particulier de sa famille qui ne l’était guère moins.

« C’est quoi ça ? »

Avec un signe de tête, il désigna ce que son homologue Russianov tenait contre lui comme un précieux trésor, façon Gollum dans Lord of the Ring. Etrangement, ça ne lui disait rien qui vaille. Cette soirée allait sans doute inviter les maux de crânes – et pas qu’eux, très probablement, à se joindre à leur table. Bordel.
WILDBIRD

   [/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Lun 27 Oct - 11:35



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
L
e jeune homme n'arrivait pas à se départir du sourire qui lui mangeait la moitié du visage. Peu lui important qu'il ait l'air d'un parfait idiot ainsi, après tout Mischa avait l'habitude il cultivait même cet aspect de lui-même qu'il renvoyait aux autres. Simplement là, l'émotion était telle qu'il ne pouvait faire autrement que de continuer de sourire, même quand André le fusilla du regard et l'insulta au passage. Pas de doute c'était bien son cousin. Pas celui qu'il aurait voulu retrouver cependant, mais Bastet n'osait dire à son hôte qu'il y avait peu de chance pour qu'un jour il parvienne à faire revenir le « premier André ». Celui qui était encore un enfant innocent, avec qui Mischa jouait dans le manoir en compagnie de Marie, celui qui ne savait pas encore ce que la mort signifiait, qui n'avait pas encore du sang sur les doigts. Comme lui.

La déesse savait. Elle savait qu'André était l'éternel regret de Mischa, plus encore que Marie, plus encore que les gens innocents qu'il a dû tuer pour le compte de son oncle, simplement en pressant le doigt sur une gâchette. Bastet regardait cela de loin, comme détachée. Elle s'en fichait, les problèmes de cet humain n'était pas vraiment les siens après tout. Tant qu'il était vivant et en bonne santé, tant que personne ne savait pour elle, c'était tout ce qui l'important, se persuadait la divinité à tête de chat. Mischa était un idiot, sentimental et qui mentait à tout le monde, notamment lui-même. Bref un humain comme les autres...

« J'veux bien oui ! Mais tu sais tu pouvais rester comme ça si tu te sens plus à l'aise. Ça me rappelle l'époque ou on prenait notre bain ensemble ! D'ailleurs à ce niveau-là aussi j'ai toujours eu quelques centimètres de plus, tu te souviens ? »

Rectification. Mischa n'était pas du tout comme les autres membres de son espèce, il était probablement un genre nouveau, non-identifié. A l'intérieur de la tête de son hôte, Bastet eut soudain une brusque et terrible envie de se frapper la tête contre les parois imaginaires de l'esprit du russe. Même elle, avec ses quelques milliers d'années coupée du reste du monde et son manque de compréhension des nouvelles mœurs humaines, elle savait que ce n'était pas une phrase à sortir dans un tel contexte. Ou même à sortir tout court d'ailleurs. Bastet se détourna. Elle ne voulait pas en voir d'avantage. D'ailleurs pourquoi continuait-elle à s'intéresser à la conversation entre les deux cousins ?

Jude se dirigea à son tour vers la cafetière et se servit lui-même une tasse du liquide noirâtre, faisant comme chez lui. Après tout André avait dit qu'il pouvait. Enfin il ne l'avait pas dit techniquement, mais c'était tout comme. Le blond déposa son précieux bien le temps de se faire sur le comptoir, avant de la prendre de nouveau contre lui. Voyant le geste d'André, il s'empressa de rejoindre son cousin, sautillant presque comme un jeune cabri. Un cabri d'un mètre quatre-vingt et de vingt ans passés, donc vision plutôt ridicule surtout en considérant la tasse à café dans une main et l’urne calée sous son bras de l'autre côté.

Il s'assit, croisant ses jambes, sans se rendre compte d'un léger détail. Bastet décida de le faire pour lui., comme apparemment il avait décidé d'être abruti jusqu'au bout des ongles. “ Mischa. Je crois que c'était sur le canapé que tu devais t'asseoir. Pas sur le lit à côté de lui. “ fit remarquer la déesse depuis son poste d'observation ‒ et juré, c'était la dernière fois qu'elle intervenait qu'il se débrouille tout seul ensuite. Le blond cligna des yeux.

« Quoi, on s'en fiche j'ai bien le droit de m'asseoir près d'André depuis le temps ! » s'exclama-t-il à pour répondre à Bastet. Simple détail qui avait potentiellement son importance cependant, il l'avait fait à voix haute. Ou comment passer pour un schizophrène en deux secondes devant son cousin. L'égyptienne en aurait pleurer si elle n'avait pas eu sa dignité impériale de déesse.

Entendant la suite des paroles de son cadet, Mischa ligna des yeux et secoua la tête tout en se tournant vers ce dernier et lui fit un sourire qui se voulait rassurant et aimant. Mais que Loukas risquait de peu apprécier.

« Ah non non. Je ne suis pas là pour te ramener d’ailleurs Tonton Niko, » oui il avait réellement appelé le parrain ainsi et cela de la manière la plus naturelle du monde. Et ce crétin avait attendu pile le moment ou André reprenait une gorgée de café pour lui sortir ça, en plus. « ne sait absolument pas que je suis de nouveau en contact avec toi.  Je te l'ai dis je suis parti. Je suis venue m'installer ici, comme ça on va pouvoir être de nouveau ensemble ! Si c'est pas trop génial, hein ? »

Cela dépendait du point de vue. 'ça' ? Mischa baissa les yeux sur l'urne. Il releva la tête vers André et pencha la tête.

« Bah. C'est Maman. J'allais pas la laisser là-bas non plus, tu penses bien. Donc je l'ai ramené. Surprise ! »

Normal. Le blond s'était trimbalé depuis le fin-fond de la Russie jusqu'ic avec une urne contenant les cendres de sa tante dans les bras, mais tout était normal. Bah c'était Mischa en même temps, ça se passait de beaucoup plus d'explication. Jude prit une gorgée de café et fit la grimace.

« Dis André t'aurais pas du lait ? Et un sucre aussi parce que franchement ton café j'en ai bu des meilleurs en Egypte et pourtant je peux t'assurer que les égyptiens ne sont pas doués pour faire du café. » Bastet gronda un avertissement depuis les tréfonds de sa 'prison'. Qu'est-ce qu'elle avait dit a propos de l’Égypte ? Discrétion. Un mot qui apparemment ne faisait pas partie du vocabulaire de Mischa. « Et t'aurais pas des biscuits non parce que j'ai un peu faim tu vois. »

Non sinon il n'était pas chiant. Du tout même. Mischa s'installa plus confortablement sur le lit, se mettant en tailleur, l'urne de Marie calée dans le creux entre ses jambes. Ce con allait quand même pas l'ouvrir pour prouver à André que c'était bien leur mère-même-si-c'est-pas-réellement-ta-mère-Mischa ?
WILDBIRD

tu m'inspires. pardon pour André sa santé mentale en prends un coup là. ♥
   


Dernière édition par Mischa J. Russianov le Jeu 30 Oct - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Mar 28 Oct - 12:18



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
B
on, okay, qu’est-ce qui l’empêchait de le descendre de la pire manière qui soit, là, de suite, maintenant ? Genre, à la limite, même, de se débarrasser du corps dans un étang ou un container de l’état voisin – et même pas besoin de Siri pour trouver une bonne planque, ça, André savait le faire tout seul. Ah, oui, mais c’est bien sûr, il était rangé maintenant et il ne devait pas céder à la tentation de retourner à ses primaires instincts de mafieux, comme la bête sauvage qu’il avait été pendant pas mal de temps – jusqu’à son arrivée ici ou on l’avait pour ainsi dire… dressé. Mais bon, il se tairait à ce sujet, surtout devant Mischa ; ce couillon était foutu de déformer ses propos du tout au tout après tout.

Loukas prit grandement sur lui en voyant son blond de type familier se servir tout seul sa tasse de café. Il grinça des dents mais en même temps, il était partagé entre l’envie de lui en coller une – parce que non, l’autre Russianov n’était pas ici chez lui – et celle de s’en foutre parce que selon ses bons souvenirs, cet individu hors norme n’écoutait jamais rien de ce qu’on lui disait.

Ou alors il faisait tout comme. Ou alors ça rentrait par une oreille et ressortait par l’autre immédiatement. Mais dans tous les cas, il aurait vraiment fallu être un très bon comédien, extrêmement doué, pour se faire passer pour une telle personne. Et c’est peut-être très méchant à dire, mais André n’imaginait pas Jude être pourvu d’autant de neurone dans sa caboche. Et ce n’était pas parce qu’il était blond qu’il disait ça – enfin pas vraiment non plus, faut pas exagérer – mais tout simplement parce que de plus en plus de souvenirs de ses moments avec lui commençaient à remonter à la surface. Et à comparer cette image avec celle d’un criminel à la limite de la psychopathie, pour l’homme aux yeux verts, quelque chose n’allait clairement pas.

Il soupira, ce n’était ni l’heure, ni le moment de se laissant entrainer dans une telle conversation ni de pareilles réflexions. Il avait bien mieux à faire. Une fois que Mischa aura parlé un peu, il le mettrait dehors et point barre. Okay, il n’était pas spécialement celui qu’il ne voulait plus revoir par-dessus tout – son père d’un mètre quatre-vingt-quinze maintenant encore la première place du podium – mais le loup tenait tout de même bien plus à sa nuit de sommeil qu’a sa vie sociale. Surtout à une heure du matin. Comme présentement, en somme. Sauf qu’il ne savait pas trop comment le formuler, ayant encore la tête dans les vapes de la fatigue. Il bailla, même avant de prendre une gorgée, n’ayant volontairement pas relevé le commentaire du blond au sujet de leurs tailles respectives. Dugland, va, il n’y avait bien que lui pour faire une fierté de ce genre de détail. Bon, okay, André le faisait aussi vis-à-vis de Smile, mais là c’était encore différent. Le contexte n’avait rien à voir. Rien du tout même. Le châtain reprit une gorgée de café.

Il s’étouffa lamentablement avec, recrachant la moitié sur lui-même à cause de ce que venait de dire l’autre type qui, au passage, empiétait dangereusement sur son espèce vital. Okay, on n’avait pas du suffisamment e briefer sur la notion de survie, en Russie, ce con là. André s’essuya le menton et la bouche d’un revers de la main, constatant qu’il allait devoir mettre sa chemise au lavage dans l’immédiat s’il ne voulait pas perdre définitivement ce vêtement qu’il aimait bien – enfin actuellement plus que son cousin, en tout cas.

Il en profita pour jeter un rapide coup d’œil chez lui, quand bien même il connaissait parfaitement les lieux. Zut, rien pour pendre son invité nuisible. Pas un morceau de ficelle ou une corde à sauter ; merde, c’aurait été utile à autre chose que des plans d’évasion foireux, cette fois. Quelle vie cruelle pour le pauvre André. Nouveau soupir. Il se releva, enleva sa chemise et allait presque balancer un petit truc à mi-chemin entre l’insulte et l’appellation sympathique mais Mischa grilla tout, tout seul, encore une fois. Bravo mec. Paie la gueule des retrouvailles, franchement.

Là, Loukas était furax. Mais genre vraiment. Mais il prit sur lui, crispant tout de même les poings et les mâchoires tout en allant balancer le vêtement tâché par le café dans sa machine. Il en profita pour faire partir celle qui attendait le lendemain, justement. Heureusement qu’elle était silencieuse, mais bon, là n’était pas la question. Il revint avec un pas lourd dans son salon, à deux mètres de là et se tint debout devant Jude, le regard encore plus réfrigérant qu’il ne l’aurait probablement voulu. Sa cicatrice imposante sur son torse, en force de croix – preuve qu’il fut autrement le réceptacle de Fenrir – était également de nouveau pleinement visible, mais ça ne le gênait pas plus que ça.

« Écoutes moi bien espèce d’abruti. Je ne sais pas pourquoi tu tenais tant que cela à me voir mais moi j’ai fait une croix sur la Russie et tout ce qui s’y trouvait, est-ce que tu comprends bien ou je veux en venir ? J’espère pour toi que oui parce que je ne me répéterai pas, compris ? D’abord Diana qui vient me casser les couilles et maintenant toi. Sérieusement, tu veux pas faire juste comme elle et être porté disparu, histoire que j'ai la paix définitivement ? »

Il mentait, au fond, Diana, même s’il ne lui retournait pas ses profonds sentiments, il avait été peiné de ne pas la retrouver, ne sachant pas trop ce qu’il était advenu d’elle. Mais bon, André était ce qu’il est et il avait une fierté mal placée, somme toute. Il reprit, assassin jusqu’au bout de ses paroles.

« Et tant que j’y suis, non, cette chose n’est pas ma mère, pas plus qu’elle n’est la tienne. Je n’ai rien pour toi en plus du café et tu pues le chat en plus c’est une horreur alors dégages le plancher maintenant et que je ne te revois plus ! »
Le ton de sa voix était aller crescendo mais c’était parce que, surtout sa colère montait de plus en plus. Il commençait même à en trembler. Il n’avait vraiment pas eu besoin d’une visite pareille maintenant.

WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Mar 28 Oct - 19:27



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
Ç
a faisait mal. Évidemment. Personne ne pouvait encaisser de telles paroles sans ressentir quelque chose, un pincement au cœur, une envie de fondre en larmes, de répliquer par des mots tout aussi venimeux et chargés de colère. Personne... sauf Mischa. Le blond regarda son cousin s'énerver contre lui sans sourciller, ne réagit pas face aux insultes que l'autre lui crachait à la gueule comme il avait craché son café précédemment. Le regard  parti par ailleurs s'égarer sur le torse d'André, constatant la cicatrice – celle-ci puait la magie nordique et le canidé, ce qui fit hérisser le poil de Bastet . Cela en revanche, était bien plus douloureux pour le russe ; il savait que durant tout ce temps son cousin n'avait pas eu la vie rose, au contraire. Il ignorait beaucoup de choses sur ce qui s'était passé, n'ayant que des brides de conversation et de faits pour se dresser son propre avis. Mais les faits étaient que le plus jeune des Russianov avait souffert. Et lui n'était pas là à ce moment.

Bastet baissa les yeux. Elle savait que Mischa s'en voulait, énormément même. Pourtant, il n'était responsable de rien. Il avait protégé André à sa manière, en restant loin de lui et en acceptant de remplir le rôle de ce dernier auprès de son père suite à sa disparition. Cependant, cela n'avait pas été suffisant pour le préserver de tous les malheurs. " Suffit Mischa. Cesse de te reprocher tout à tord et à travers. " coupa la déesse pour mettre un terme au fil de pensées noires qui commençaient à se déverser dans l'esprit de son hôte. Pas bon, pas bon du tout même. Son mental était fragilisé, instable. En somme, il était dans le pire état possible pour un type ayant hérité de pouvoirs divins. Bastet serra les crocs, l'envie de les planter dans la nuque de ce sale gamin à la tignasse brune la démangeant fortement. Un coup bien placé, un craquement et tout serait fini ; rien de plus simple en somme. Sauf qu'elle doutait fortement que Mischa laisse quiconque faire du mal à son cousin, malgré tout ce que dernier pourra dire ou faire à son égard. Les humains et leur amour... tellement stupide.

Le blond caressa l'urne du bout des doigts, songeur. Il secoua finalement la tête, signe qu'il avait entendu ce que lui disait la déesse, et déposa le réceptacle contenant les cendres de sa tante bien précieusement sur la table basse à proximité, s'assurant qu'elle ne risquait rien ici. Avant de se tourner vers André, plantant son regard brun pailleté d'or dans le sien... et de faire la moue. Oui oui, vous avez bien lu.

« Nous sommes cousins. On a été élevés ensemble, c'est normal que je veuille te revoir. On est une famille après tout... Bon d'accord ton père est un psychopathe qui a mon avis aurait bien besoin de suivre une thérapie, mais sinon on est une famille tout de même. Enfin, toi, moi et Marie au moins. »

Il n'incluait pas sa propre mère dans le lot, parce que c'était déjà assez difficile pour lui d'admettre qu'il n'avait pas pu l'emmener également. Pour diverses raisons, la principale étant qu'Alexandra refusait de toutes manières de quitter sa chambre du manoir. Après tout, l'oiseau qui ne connaissait que sa cage avait beau envier le ciel bleu, la liberté restait cependant un concept terrifiant à ses yeux. Un regret supplémentaire qui venait s'ajouter à la liste déjà fort longue de Jude.

Le concerné releva d'ailleurs la tête, se souvenant dans le lot de paroles rageuses d'André d'un détail qui lui tenait particulièrement à cœur.  

« C'est pas très gentil ça ! C'est pas ma faute en plus si je sens le chat je te signale, apparemment c'est un effet secondaire. D'ailleurs comment tu peux sentir, je suis certain de m'être parfumé... » souffla-t-il en guise de réflexion personnelle. Il ajouta d'ailleurs au passage : « J'espère tout de même que t'es pas comme ça avec tout tes invités hein. Non parce que le côté ours mal-léché au réveil, y en a que ça ferait fuir. »

Mais pas lui apparemment, ce qui était bien dommage. Bastet frémit. Malgré son apparence calme et détachée, Mischa était nerveux et quelque peu tendu. Les paroles de son cousin l'avaient tout de même affectées et la vision de la cicatrice sur son torse le rendait mal à l'aise, le faisant replonger dans des souvenirs du passé peu agréable. Il suffisait de connaître le blond pour comprendre qu'il n'était pas aussi détendu et crétin qu'il le faisait croire ; hors ce n'était pas le cas d'André. Le brun ne savait rien. Et c'était très bien ainsi de toutes manières, du moins de l'avis de la déesse, qui sentait l'incident approcher.

Son sixième sens lui hurlait de se méfier et de faire quitter cet appartement à Mischa avant qu'il ne soit trop tard. Mais le blond ne l'écoutait pas de toutes manières. Celui-ci esquissa le geste de se lever pour faire face à son cousin. " Contrôle-toi. Mischa ! " intima la déesse, autoritaire. Mais c'était déjà trop tard. Les picotements familiers qu accompagnaient le changement de forme se faisaient déjà ressentir dans l'extrémité des membres du Russianov.

« André, écoute... » commença-t-il.

Le blond n'acheva toutefois jamais sa phrase. Ou plutôt il poursuivit son monologue, mais dans un grognement incompréhensible pour l'oreille humaine. Bastet enfoui sa gueule entre ses mains, retenant ses envies de meurtre envers son propre hôte et la stupidité de ce dernier. Oh non... des deux formes, il fallait que ce soit celle-là en plus.

Mischa se secoua, un peu désorienté. Sa crinière suivi le mouvement de sa tête. Il se tourna vers André, devant désormais légèrement lever les yeux pour regarder son visage. Un miaulement rauque interrogatif sorti d'entre ses crocs.

Ou comment André Louka Russianov, ancien mafieux désormais rangé et ne demandant rien à personne se retrouva avec un lion dans son salon.
WILDBIRD

   


Dernière édition par Mischa J. Russianov le Jeu 30 Oct - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Mer 29 Oct - 11:50



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
I
l ne savait pas ce qui était le pire, dans les faits. Qu’il commence très légèrement à regretter les paroles qui étaient rageusement sorties de sa bouche où que Mischa ait soudainement donné l’impression qu’il avait pris dix ans de maturité dans la tronche ? Difficile à dire. Enfin non, en fait la réponse se trouvait presque toute seule. Même si le blond avait tenu un début de discours pour le moins… vrai, André avait très rapidement constaté que ce n’avait été qu’une façade friable, comme tout le reste. Il leva les yeux au plafond. Une famille, ouai, c’est ça. Et le concept de la vie après la mort était tout aussi valable aux yeux du russe à ce moment-là. Le châtain s’enfonçait tout seul dans son erreur parce qu’en plus, il se doutait bien qu’une chose de cette sorte était tout à fait possible. Il ne voulait juste pas l’admettre.

Il y avait des restes de jalousies, sans doute, dans tout ce joyeux bordel qu’était sa tête à cet instant précis. Oui, c’était le terme exact. Parce qu’André ne voyait pas en quoi il avait réellement connu la notion de famille. Certes, jusqu’à ses neuf ans il avait eu la protection de sa mère et sa douceur sans fin pour le protéger mais et après ? Plus rien. Le néant. Alors, lorsqu’il devait écouter plus ou moins volontairement les récits des autres âmes qu’il croisait – au moment de son arrivée ici, du moins -, il n’avait été rendu à rien de plus qu’un amas d’envie de mal-être, bien qu’il n’en laisse rien paraitre. Certes, il avait combattu les plus noires parts de son être, mais ça n’empêchait pas à quelques lambeaux de ténèbres de s’accrocher aux rives de son âme non plus. Le travail était fort loin d’être terminé. Et Mischa venait comme mettre un coup de pied dans une construction en allumettes déjà branlante à la base, ce que Loukas n’appréciait pas vraiment.

Il n’avait plus envie d’écouter Jude. Mais genre, vraiment. Il ne voulait plus lui accorder davantage de temps. Il voulait juste être seul, était-ce donc trop demandé ? Pourquoi fallait-il que ce qui lui servait de « famille » - au sens large du terme bien sûr ,ce terme ne prévalant que dans la bouche du plus âgé des deux – soit un tel merdier, hein ? Entre les demi-frères et sœurs qui se baladent à gauche à droite – d’ailleurs André ne voulait même pas savoir ce qu’il en était à ce niveau-là, une rencontre de la sorte, mauvaise de surcroit, lui avait amplement suffit – et les cousins tout aussi nombreux comme Mischa – qu’il ne tenait pas plus à revoir, disons le franchement- c’était presque l’Apocalypse. Rah, ce que ça pouvait l’emmerder. Surtout que maintenant, dans la seconde, il n'avait ni suffisamment dormi ou réfléchit pour prendre les choses posément. Pour couronner le tout, Mary n’était pas là pour parvenir à le calmer. Magnifique, et sinon la prochaine étape, c’est quoi ? Son ‘cher’ cousin – insérez ici des toussotements mécaniques – va lui annoncer un super projet d’élevage de chats aliens ? Il ne manquerait plus que cela, tiens.

Le pire c’est qu’André l’en pensait bel et bien capable, en prime, ce con.

Nouveau soupire. Bon, il n’allait probablement pas le lâcher, son intuition première ne l’avait donc pas trahi, encore une fois, malheureusement. Putain il en avait marre d’avoir toujours raison, tout de même. Ça en devenait lassant. Non, ça l’était déjà, en fait. C’était usant, même. Encore une fois il allait lui falloir prendre sur lui – chose qu’il arrivait à faire bien mieux depuis qu’il était entré dans la police d’ailleurs.

« Ouai non toi écou- »

Ouai, seulement Houston, on a un big problème ici. Parce qu’André eut juste le temps de cligner des yeux avant de réaliser qu’un animal fort peu commun en ville – ou du moins pas dans un appartement comme le sien – statuait maintenant chez lui, bouffant la moitié de la taille de la pièce, au passage. Réaction immédiate après un léger blanc, le temps que l’information monte au cerveau, enfin m’voyez ce que je veux dire quoi.

« PUTAIN DE SA MÈRE ! »

Il s’était joyeusement exprimé de la sorte tout en se jetant lui-même dos contre le mur, faisant face à la créature. Bon, ooookay, on ne paniquait pas. Il n’y avait pas un milliard de solutions possibles. La première, un lion avait débarqué de nulle part pour manger son cousin. Idée tentante. La seconde, ce gros félin d’approximativement trois cent kilos – André n’arrivait pas trop à jauger là – était Mischa. Idée ridicule mais tout de suite plus crédible. Bon, apparemment, il s’en était passé, des choses, pendant son absence de la Russie. Pas de panique, on va faire comme si tout était normal. Après tout André avait bien été l’hôte d’une bête mythique et nordique pendant plus de quatre ans alors pourquoi être fermé à ce genre de possibilité ?

Tout simplement parce qu’on parlait ici de Jude, of course.

Mais bon, préjugés et a priori mis de côté, il fallait bien se dépêtrer de cette situation ô combien étrange. Encore plus que tout le reste. Loukas reprit une respiration à peu près normale et toisa l’animal du regard.

« Okay, toi, vas falloir que tu m’expliques deux-trois trucs, je crois… Et ferme ta grande gueule, tu vas ameuter les voisins ! »

C’était le cas de le dire, en plus. Le souci, c’est que ses hurlements en russes alliés aux ‘miaulements sauvages’ de la bête, reine de la jungle de tous les comptes pour enfants – théorie très surestimée si vous voulez l’avis en carton de l’auteure d’ailleurs – avaient déjà effrayés plus d’une personne et que les flics avaient déjà été prévenus. Ironie en sachant qu’André était lui-même un membre des forces de l’ordre. Mais bon, ceci, il l’ignorait encore. Et il valait mieux pour la santé physique de Mischa qu’il l’apprenne le plus tard possible, en plus. Ce n’était pas parce que Fenrir n’était plus là qu’André était maintenant incapable de défendre ses intérêts. Surtout en face d’une boule de poils pareille !


WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Jeu 30 Oct - 1:05



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
L
a toute première fois que Mischa s'était « accidentellement » métamorphosé en lion, c'était peu de temps après sa petite visite imprévue de la pyramide ou était retenue Bastet. La déesse lui avait expliqué en quoi consistait ses capacités ; cependant elle en prévoyait pas qu'il soit réellement capable de se transformer en félin. Surtout de façon aussi aléatoire. Quoiqu'il en soit le jeune homme avait créé une sacré panique en se métamorphosant ainsi, sans prévenir auparavant. Lui-même avait été surpris dans un premier temps et légèrement décontenancé par sa nouvelle apparence, mais cela ne dura guère longtemps. Attendez, un lion tout de même. Le roi des animaux, l'un des prédateurs au sommet de la chaine alimentaire. Pour Mischa, c'était comme s'il venait de vivre tous ses Noëls d'un seul coup.

Le blond s'était donc plutôt bien accommodé de ses nouvelles capacités au fil du temps, malgré effectivement quelques 'légers' petits effets secondes indésirables. Comme par exemple le fait qu'il était nu comme au premier jour de son existence lorsqu'il reprenait son apparence humaine. Un détail certes, mais qui pouvait avoir son importance selon le contexte – se retrouver vêtu du plus simple appareil en pleine rue principale du Caire n'était pas une situation confortable, peu importe que Mischa en rit aujourd'hui. Sur le coup, il ne riait pas du tout et Bastet non plus d'ailleurs.

Bref, on s'éloignait du sujet actuel. A savoir la transformation du Russianov au beau milieu du salon de son cher cousin. Au moins comme ça, André était plutôt bien au courant des changements intervenus dans la vie de son aîné pendant leur séparation plus ou moins désirée selon l'individu en question – très désirée dans le cas de Loukas, pas du tout pour l'autre crétin. Certes c'était une manière un peu 'brutale' d'annoncer les choses, mais Jude n'était pas franchement connu pour son tact et il venait de le prouver une nouvelle fois.

Mischa s'étira, les pattes un peu lourdes. A sa décharge, il était tout de même un magnifique spécimen de lion adulte en plein possession de tous ses moyens. Le poil lumineux et doré comme des grains de sable gorgés de soleil, la crinière épaisse et fournie et les yeux brillants ; il était superbe. Ses muscles de prédateur roulaient sous sa peau satinée. Il passa une langue rose et râpeuse sur ses crocs d'ivoires, goûtant l'air au passage, s'habituant de nouveau à toutes les sensations qui accompagnaient sa métamorphose, les sens en éveil. Ses moustaches frémirent et il se tourna vers André.

Dans un premier temps, ce fut le lion regardant sa proie. Le jeune homme suintait la surprise et la peur, l'incompréhension aussi. Il sentait comme une proie ; il en était une. Mais cela ne dura que le temps d'une seconde, et le regard à l'éclat convoitant de la bête fut remplacée par celui, doux et reflétant sa conscience humaine, de Mischa. Et de proie potentiellement envisagée, André était devenu être inestimable qui méritait toute sa dévotion et son affection.

Intérieurement, Bastet se rengorgea. Le jeune homme avait tout de même fait quelques progrès. Il arrivait désormais à garder son caractère d'humain même sous cette apparence, sans laisser l'animal le contrôler. Comme quoi, son cas n'était pas totalement désespéré se fit comme réflexion la déesse. Mais elle se reprit bien vite en se rappelant que là tout de suite, elle voulait juste étranger ces deux abrutis qu'étaient les Russianov. Son hôte pour avoir eu la stupidité de céder et de dévoiler ainsi ses capacités au grand jour et peu lui importait que cela soit indépendant de sa volonté. Et l'autre pour avoir déclenché tout cela. Inconsciemment peut-être, mais le résultat était là.

« Raaw [ André ! T'as vu, t'as vu ? Je sais faire ça maintenant ! ] » s'exclama – rugit plutôt – Mischa en s'approchant joyeusement de son cousin. Évidemment, il avait omit que son cousin ne pouvait, techniquement, plus le comprendre désormais.

Il voulut se frotter amicalement à lui, comme un chat le ferait. Sauf qu'il état un félin d'un mètre trente au garrot et pesant plus de deux cent kilos qui ne maîtrisait pas totalement sa force. Donc forcément, quand il vient frotter son énorme tête contre le torse d'André – qui n'avait toujours pas remit sa chemise d'ailleurs et qui, curieusement, sentait très fort le chien. Il pouvait bien parler niveau odeur du coup – Mischa renversa involontairement ce dernier sur les fesses. Le lion ne s'arrêta pas cependant dans ses câlins amicaux et un puissant ronronnement s'échappait désormais de son gosier tandis que sa queue remuait doucement. " Tu ne serais pas en train de légèrement profiter de la situation ? " fit remarquer Bastet, tout en se faisant une fois de plus la réflexion que son hôte n'était pas aussi idiot qu'il en avait l'air, parfois.

Alors que Mischa était occupé à essayer de débarbouiller son cousin d'un coup de langue en toute fraternité – instinct félin. Il avait besoin de faire la toilette de l'autre. Mais cela ne semblait curieusement pas trop au goût d'André – des coups à la porte, assez brutaux, se firent entendre. Le lion russe dressa les oreilles, curieux tandis qu'un grognement interrogateur lui échappait.

« Police. Ouvrez la porte s'il vous plaît ! »

Mischa cligna bêtement des yeux et se tourna vers André, les deux pattes toujours posées de par et d'autres de ses jambes, assis sur son postérieur face à lui et la queue enroulée autour d'eux.

« Mraaw ? [ tu crois qu'ils viennent pour Marie ? ] »

Après tout, ses passeports à elle n'étaient pas à jour.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Jeu 30 Oct - 13:23



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
Q
u’est-ce qui l’empêchait d’agir, là, de suite, et de foutre Mischa hors de chez lui après une bonne raclée – ou encore de se sauver lui-même ? Oh, trois fois rien, un léger petit détail qui a tout de même son importance. Enfin bon, c’est sûr qu’en fin de compte, un bestiau de plus de deux cent cinquante – on arrivera jamais à lui coller un poids définitif à c’te bête là je crois – kilos, c’était peut-être – et je dis bien peut-être car chez les Russianov, pas mal de choses sont relatives – un peu plus qu’un ‘léger détail’. Bon, okay, très bien, ça ne l’était pas du tout.
Loukas se demandait bien ce qu’il avait fait au bon dieu pour mériter un traitement pareil. Récemment, s’entends ; non parce que s’il commençait à faire une liste de tout ce qu’il a fait de mal dans sa vie, il n’était pas prêt d’arriver à la fin. Ou alors il lui faudrait une journée complète de RTT – oui des Repose-toi-tout-le-Temps, ce qu’il exècre, en gros – pour faire un tour global. Sauf que dans les derniers jours, sa mémoire ne paraissait pas attirer son attention sur un truc en particulier pour lequel il aurait pu –éventuellement – merder.

Ce qui voulait dire qu’il avait présentement sur lui un lion baveux et qui lui collait sa langue rugueuse partout sur la tronche pour des cacahouètes ? Non, gratuitement, pardon. Le destin était tellement généreux quand il s’y mettait. Ahahahaha. Albatard. Ouai, carrément. Bon, c’est vrai qu’on dirait un nom de Pokémon aussi – un savant mélange entre Albator et Tatar ?... déguelasse -, donc pas sur quel le concerné ait compris que ça lui était destiné mais pour le moment, ce n’était pas ça, le cœur du problème. Enfin, un petit peu mais il y avait plus grave. Du genre avoir les flics à la porte de son appart’ ; juste comme ça, à titre d’exemple.

Putain, quelle soirée de merde, franchement. André se répétait mais ce n’était pas simple d’agir autrement que comme un spam, vous en conviendrez. En plus…

« Oui oui, une petite minute, j’arrive ! »

Non pas qu’il ne serait pas allé leur ouvrir de suite – ça lui aurait fait de nouvelles têtes un tant soit peu appréciables à regarder – plus que celle de Mister « C’est moi Simba c’est moi le Roi » en tout cas, surtout maintenant - - mais voilà, le poids de la bête sur sa personne l’empêchait de faire ne serait-ce qu’un seul foutu mouvement. Bon, on se calme, comment se sortir de là ? La méthode Cauet ? Mais non pas l’émission de télé débile, enfin ! Celle du psychologue renommé – et décédé depuis.. je crois.. je sais pas. Pour faire simple, ce mec affirmait que même par moins douze au thermomètre, si l’on fermait les yeux et que l’on arrivait à se persuader d’être sur une plage de sable fin par quarante degré à l’ombre et bien la sensation de fraicheur disparait naturellement et ce, juste par la gymnastique du cerveau.

Ahahahhaha, non mais sans déconner, vous imaginez André s’adonner à un tel exercice ? Vous êtes mignons, tous autant que vous êtes, ce mec ne sait déjà pas faire la part des choses ou de la psycho’ lorsque ça le concerne mais alors se berner tout seul avec une idiotie pareille ? Non non, très peu pour lui. Ce n’était pas d’imaginer le félin devenu simplement un petit rat – ou le joli blasphème que voilà, ahha ! – qui allait arranger son problème, loin de là. Loukas, lui, il fonctionnait au concret. L’abstrait ? Merci mais non merci, on repassera.

Alors, c’est avec tout l’énervement qu’il put rassembler qu’il se dégagea de l’emprise du roi de la jungle, lui foutant deux-trois mandales au passage – car oui, il n’y avait pas de raison que ça se passe en douceur vu comment les choses étaient parties pour se compliquées encore plus maintenant. De colère, André se planta droit devant l’animal, s’essuyant le visage comme il pouvait – s’était répugnant, franchement. Il tenta de l’engueuler – à voix basse cependant, ce qui cassait un peu la crédibilité desdites remontrances.

« Bon alors surtout tu restes là et tu ne bouges pas, c’est compris ? Toi. Pas. Bouger. Crétin d’animal. »

Puis il fila ouvrir, gardant tout de même la porte à moitié ouverte seulement, au cas où Mischa serait tenté de venir dire bonjour.

« Bonsoir, je peux vous aider ? »
« Tiens, salut collègue ! On nous à signaler des cris et des rugissements de lion… Tout va bien ? »
« Ah oui, excusez-moi de vous avoir fait déplacer le gars, je regardais simplement un film un peu trop fort, c’est tout. »
« Oh, très bien, donc nous allons repartir, fais gaffe quand même, ça le fait pas de se faire remonter les bretelles comme ça quand on est dans la police. »
« Ouai ouai j’me doute. Aller, bonne soirée. »

Et voilà, faux sourire et mascarade tenue de justesse – un pied humain était maintenant posé sur le front d’un puissant lion qui avait tout de même voulu venir voir ce qu’il se passait. Heureusement que Loukas était suffisamment souple pour l’en avoir empêché. Très comique, comme scène, malgré tout le bordel que c’aurait pu engendrer par la suite.

André soupira une fois encore – à croire qu’il n’allait faire ça de sa soirée, pire que quand il coursait Elliot – et reporta son attention sur son cousin – oui plus de doute, c’était bel et bien Mischa sous cette forme ô combien… sauvage. Se pinçant l’arête du nez, le plus jeune des deux posa tout de même une main sur sa propre hanche avant de demanda à l’animal, le plus normalement du monde ;

« Non mais sinon, tu veux pas te retransformer normalement ? Pour discuter il me semble que ce sera encore plus simple si tu ne minaudais pas dans un dialecte que je ne peux pas comprendre…. Enfin pas comme ça. »

Il laissa une petite seconde de flottement avant d’ajouter.

« Et je préférerai éviter que les voisins pense que j’ai un loup et un lion chez moi qui prenne le thé, tu vois le genre ? »

C’était… imagée, comme exemple mais il espérait qu’au moins, le blond pourrait ainsi mieux comprendre où il souhaitait en venir. Et surtout, allait-il comprendre qu’il était –presque- dans le même cas qu’André ?

WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 31 Oct - 1:46



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
I
l passait une super soirée. Non franchement, de quoi se plaignait-il ? Il venait de débarquer en Amérique pour démarrer une nouvelle vie, était parvenu à embarquer sa tante et presque mère dans ses bagages sans se faire repérer à l'aéroport au passage – enfin si, mais un flingue braqué sur la tempe et un billet dans le revers de la poche avait suffit à convaincre le personnel – et surtout il avait retrouvé son précieux cousin qui lui avait tant manqué. Non franchement Mischa était drôlement satisfait pour le moment. Qu'il soit un lion ne changeait rien à cela, au contraire comme ça il pouvait se permettre de câliner un peu André, chose qui le démangeait depuis qu'il avait ouvert cette porte.

Le brun en revanche, ne semblait pas partager le bonheur de son aîné. Ce qui pouvait se comprendre si on considère qu'il était tout de même prit en otage entre les pattes d'un félin gigantesque qui avait décidé de prendre les initiatives et de rendre cette histoire un peu plus intime – Mischa, gros dégueulasse on mets pas la langue au premier rendez-vous. Heureusement pour Loukas, un quelconque dieu avait entendu ses prières et ses râles d'agonie et s'était présenté à sa porte pour le tirer d'affaire, sous forme de potentiels nouveaux ennuis. Génial.

« Raaaw [ c'est qui ? C'est tes amis ? Mais laisses-moi voir aussi ! André ! Calin ! Manger ! ] » fit Mischa, entre ronronnement de tondeuse à gazon et miaulement rauque de chat obèse, les oreilles pointées vers l'avant pour capter les voix inconnues et la queue fouaillant l'air avec impatience.

Il voulut s'approcher pour venir voir de lui-même, ignorant ainsi totalement l'ordre précédemment d'André qui lui avait pourtant bien fait comprendre de rester à sa place – en vain. Le pied de son cousin vint rencontrer son front pour l'empêcher de faire un pas de plus tandis que le brun réglait ses affaires avec ses collègues et cherchait à se débarrasser d'eux le plus rapidement possible. Mischa fut tenté de pousser un autre rugissement, histoire de se faire remarquer d'avantage, mais cette fois c'est Bastet elle-même qui l'en empêcha. " Tais-toi maintenant et maîtrises tes ardeurs. Si tu te fais repérer, je ne donne pas cher de nous deux. Déjà qu'il a fallut que ton.. cousin voit cela. "  marmonna la déesse, l'humeur sombre. Le russe eut donc l'intelligence de ne pas le faire, ne voulant pas se foutre les deux à dos – être un lion développait son instinct de survie également.

Finalement les policiers partirent, laissant de nouveaux les deux Russianov seuls entre eux. Mischa s'approcha et vint frotter sa tête contre André d'un geste tout à fait affectueux, avant de s'asseoir sur son séant face à lui, étudiant sa réflexion. Se retransformer, ce n'est pas qu'il ne voulait pas. Au contraire même c'est certain que cela serait plus pratique pour discuter parce qu'il est vrai que cette forme n'était pas préférable pour tenir une conversation – mais en même temps... c'était tellement fun d'être un lion ! Mischa pencha la tête sur le côté et cligna des yeux d'un air interrogateur, pas certain de comprendre les sous-entendu de son cousin. Bastet en revanche, était bien plus réactive à ce niveau-là.

La déesse fronça les sourcils. Elle commençait à comprendre. Cette cicatrice, cette impression pesante qu'elle avait depuis que son hôte avait croisé le regard d'André, cette explication un peu détournée... pas de doute. Cet humain avait déjà eu l'occasion de rencontrer un dieu, lui aussi. S'il avait été également un hôte divin, il ne l'était plus à l'heure actuelle cependant ; elle l'aurait déjà senti sinon. Sa puissance avait certes fortement diminuée, mais pas au point de ne pas repérer un de ses semblables s'il était en face d'elle. Au vu de ce qu'elle ressentait et des dires de l'humain, Bastet dirait divinité nordique, lupin sans nul doute. Cela réduisait assez les possibilités déjà. " Hati et Skoll... Ou bien Fenrir. Plus probable. Et plus agaçant aussi. " souffla la déesse à mi-voix, plus pour elle-même que pour Mischa.

Ce dernier d'ailleurs tentait toujours de faire montre de ses débordements affectifs envers André, ce qui fait qu'il ne prêtait pas trop attention aux élucubrations de la déesse à tête de chat, plus occupé à essayer de finir de faire la toilette de son cousin. Même s'il conservait sa personnalité et était donc inoffensif – théoriquement du moins et tant qu'on n'était pas un ennemi bien défini sur la liste de Mischa ; dans le cas contraire, il était tout sauf non-dangereux – Mischa avait tendance à laisser ses instincts animaux déborder un tantinet. Ce qui expliquait que malgré les rejets en bloc du brun, il persévérait à vouloir lui témoigner son amour en le plaquant au sol et en le barbouillant de bave tout en ronronnant allégrement.

C'est précisément ce moment que choisis sa métamorphose pour se s'annuler, redonnant au blond son apparence humaine, avec cheveux, ongles et service trois-pièces que cela incluait. Totalement nu, cela va de soit, car il n'avait nullement encore la maîtrise nécessaire pour parvenir à changer de forme tout en conservant ses vêtements et les inclure dans l'équation. Donc on avait un Russianov a moitié avachi sur un autre, dans le plus simple appareil qui plus est.

« Ah. J'suis revenu. » constata platement Mischa, presque déçu – il venait juste de parvenir à immobiliser André pour lui faire des léchouilles ( et cette phrase devait absolument rester dans son contexte. Ne l'en sortir sous aucuns prétextes ).

Le jeune homme se releva, nullement gêné de son apparence actuelle, étant plutôt à l'aise avec son corps. Et encore c'était un euphémisme cela. Il se contempla un instant avant de tourner la tête vers son cousin, souriant bêtement tout en esquissant le geste de ramener une mèche de cheveux derrière son oreille – bien que c'était inutile vu la longueur de sa tignasse masculine.

« T'as vu c'est plutôt cool sinon hein ? Bon c'est juste un chiant parce que ça se déclenche sans prévenir, Bast' dis que c'est parce qu'elle est trop instable et moi trop désespérant. C'est pas très gentil d'ailleurs. Ah tu feras gaffe, t'as une trace de bave, juste là. »

Noooon tu crois ? Crétin. Et sinon, il serait peut-être intéressant d'envisager de remettre des vêtements. Éventuellement.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 31 Oct - 11:53



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
I
l se demandait très sérieusement quel était l’âge mental de l’individu qu’il avait en face de lui ; qu’il soit sous forme longiligne et féline ou humaine. A vrai dire, les deux ne devaient pas avoir trop de différences au niveau de cerveau.

Probablement. Et même si ce n’était qu’une supposition, Loukas n’allait pas perdre son temps à essayer d’aller fouiller lui-même. Rédiger une thèse sur l’intelligence brillamment absente de la caboche de ce crétin juste au-dessus de lui – de nouveau- ? Hum, merci mais non merci, il allait gentiment céder sa place au premier pecno de service qui accepterait de prendre sa place sous la langue râpeuse – c’était très désagréable comme sensation ne riez pas ! – de ce prétendu Roi de la Jungle.

Il avait beau essayer de se débattre en silence – très conceptuel comme fait, essayez donc un jour chez vous pour vous occuper en combattant un coussin en polyester, vous verrez c’est marrant…. Enfin moi j’ai ris – pour ne pas provoquer de nouveau l’apparition des policiers chez lui. Car si ce devait arriver une fois encore, il n'était pas certain de pouvoir contenir le fauve une fois encore, comme il l’avait fait jusque-là. Et c’aurait été problématique. Sans doute davantage pour Mischa que pour lui car au fond, il n’aurait pas été inculpé pour du trafic de bêtes sauvages, tout simplement parce que, même s’il pouvait avoir la tronche du parfait petit bandit, il n’en demeurait pas moins qu’il n’avait pas les infrastructures nécessaires pour accueillir des bestiaux pareils chez lui. Un lion était déjà énorme mais alors un trafic ? Non non, impossible, la cohérence des faits n’était pas respectée si on partait sur cette voie-là. Du coup ça voulait dire que l’autre tête de pioche – pour rester poli et puis bon il ne méritait pas un gueule de vomi, c’était trop méchant… pour le moment – se serait soit fait abattre par les forces armées, soit endormi pour être transporté au zoo le plus proche. Misère, le foutoir si ç’arrivait !

Le truc, c’est que pendant qu’André était perdu dans ses pensées – et avait donc fermé les yeux pour mieux se concentrer -, le blond avait repris sa forme normale, celle d’un humain tout ce qu’il y a de plus basique. Enfin basique… on va dire basique moins les options, voilà, comme une Twingo mais sans tous les trucs qui pourraient la rendre sympa. C’est ça, quatre roues et un peu de taule pour faire genre c’une bagnole et… pourquoi cette comparaison ? Bonne question. Je sais pas, dans ma tête, ça paraissait cool, formulé comme ça. Mais bon.

Quoi qu’il en soit, lorsque le métis brun rouvrit les paupières et constata qu’il avait un mec à poil juste au-dessus de lui, la réaction fut immédiate. Après un léger frisson de la paupière, peu importe ce que l’autre pouvait lui dire, il se mangea une mandale monumentale en pleine poire. Juste histoire de le faire reculer de l’espace vital d’André. Et puis parce que ça faisait du bien au susnommé de lui en retourner une de la sorte. Dah, welcome back in Russia juste le temps d’un micro-passage à tabac. Des beignes comme ça, on n’en voit pas partout et certainement pas en Amérique, ce dont Loukas s’amusait bien, d’ailleurs. C’était bien l’une des rares choses que sa naissance en territoire hostile lui avait apporté. Mais bref, là n’était pas le souci.

Parce que oui, les problèmes avaient fait des petits le temps qu’il réfléchisse posément plus d’une demi-seconde.

Bon, ne pas s’énerver – pas encore ou l’autre allait être foutu de lui sortir une connerie du genre ‘ la colère c’est mauvais pour le teint !’ – et il estimait avoir entendu suffisamment d’âneries – ou de lionneries - ? - , okay je sors -  pour aujourd’hui. Déjà, une autre chute du poing sur le sommet du crâne blond, histoire de lui faire comprendre qui était le boss entre ces quatre murs, au cas où il l’aurait oublié.

« Dis donc, gros dégueulasse, va donc t’habiller en piochant dans mon armoire plutôt que de te trimballer à poil, tu veux ? »

Il désigna de concert sa chambre, à deux mètres de là. Logiquement, même avec deux centimètres de plus, Mischa devrait être en mesure de trouver un truc qui pourrait lui aller au moins le temps de la soirée, pour dépanner. Non pas que Loukas soit spécialement pudique mais bon, quand même. Lui-même ne se baladait pas de la sorte, sauf exceptions qui ne seront pas citées ici.

Envoyant donc son cousin dans ladite pièce et fermant la porte lui-même – comme on l’aurait fait avec un gosse, en l’occurrence… - Loukas se tint la tête, soupirant encore une fois – je vous avais prévenu qu’il n’allait faire que ça, ne venez pas vous plaindre ! Bon sang mais… Pourquoi lui, sérieusement ? Bon et puis au final non, il n'avait même pas envie de savoir, ça lui pourrirait encore plus son karma que tout le reste réuni, sans doute. Alors, retournant dans le salon tout en terminant d’essuyer la bave qui était resté accroché à sa joue – bwark-, André remarqua cependant que l’urne – ou le vase Ming, il ne savait pas trop - que Mischa avait ramené avec lui s’était un peu couchée sur le côté et qu’un peu de cendre s’était déversée sur le parquet.

Silence.

Il s’approcha, sans un mot. Ses doigts, comme mouvant seuls, vinrent toucher la texture souple qui eut tôt fait d’épouser la forme de sa paume. Sa main se retourna alors, le laissant regarder un peu de cendre au creux de cette dernière. Il se sentait étrangement mal, maintenant.

« …Maman ? » chuchota-t-il, sans doute plus pour lui que pour quelqu’un d’autre.

Au fond, il aurait beau dire ce qu’il voudrait, si Mischa disait vrai et que ces cendres étaient bel et bien celles de sa mère alors… André ne savait pas du tout comment réagir. Beaucoup de souvenirs, comme un flot, se pressèrent à la porte de son esprit, soudainement ; comme désireux de le noyer dans son passé ; encore une fois.


WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 31 Oct - 17:28



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
D
e son point de vue, Mischa ne voyait guère ou était le problème d'être nu. Soyons objectif, il était tout de même foutrement bien foutu et il le savait donc ce n'était pas si dérangeant au final. Même Bastet de son point de vue de divinité qui méprise l'espère humaine de manière générale, reconnaissait qu'il était un spécimen plutôt décent – ce qui venant d'un être supérieur comme elle était un sacré compliment. Et heureusement, elle avait une réputation à tenir après tout et que son hôte soit agréable à regarder c'était un minimum tout de même. Imaginer Bastet coincé dans le corps d'un obèse de cinquante ans avec du poil dans les oreilles ? Error 404, on est d'accord. Non sur ce point, Mischa n'avait pas trop à se plaindre c'était certain. Une peau douce et satinée sous laquelle roulait des muscles finement dessinés, parsemées de quelques cicatrices diverses, plus ou moins visibles... et sur laquelle André allait se faire une joie de rajouter quelques ecchymoses.

Bon, honnêtement il s'y attendait un peu, de se prendre un coup de poing en peine face. Mischa était même surpris que son cousin ne l'ait pas fais avant. Comme quoi André avait réellement apprit à se contrôler un tant soit peu et avait gagné en maturité durant ces dernières années où ils ne s'étaient vus – contrairement à un certain blond qui avait pourtant passer le cap de la vingtaine il y a un petit moment déjà mais avait le mental d'un gosse de huit ans. Cela n'empêchait que c'était un tantinet douloureux et Mischa poussa un gémissement plaintif en se frottant la mâchoire, juste là ou André l'avait cogné. Bastet fronça les sourcils, partagée en l'amusement tandis qu'elle se disait qu'il ne l'avait pas volé tout de même, cet idiot, et une légère pique de colère possessive.

Aussi crétin soit-il, Mischa restait tout de même son hôte et cousin ou pas, elle n'appréciait pas que l'autre se permette de le frapper à sa guise. La docilité du blond envers son cadet était d'ailleurs écœurante du point de vue de la déesse. Car docile en réalité, Mischa ne l'était pas tant que cela ; pas du tout même. Donc le voir se comporter comme un félin apprivoisé pire, un toutou avec le brun, c'était une vision peu agréable du point de vue de Bastet pour avoir déjà eu l'occasion d'admirer le Russianov en plein « travail » ; arme à la main, regard vide de compassion et sang sur les doigts. Le concerné s'était d'ailleurs relevé, pas mécontent d'être de nouveau debout sur deux jambes humaines, pour mieux se manger un nouveau poing sur le sommet du crâne. Mischa porta ses mains à la tête et se frotta la zone douloureuse, les yeux plissés.

« Aïeuh ! C'est pas mal faute je te signale si je me retrouve comme ça à chaque fois que ça m'arrive ! » se défendit-il avant de se faire chasser vers la chambre d'André.

La porte se referma derrière lui et Mischa gonfla les joues tel un enfant boudeur. Il adorait son cousin – et encore c'était un foutu euphémisme géant ça, même un lion avait l'air d'une peluche miniature en comparaison – mais des fois ce serait bon que son cadet se détende un peu tout de même. A ce rythme il allait avoir des rides et des problèmes cardiaques avant l'âge, ce qui n'était pas très réjouissant comme idée. Peut-être accepterait-il que Mischa lui fasse des masques pour le visage, ça l'aiderait à se détendre " Je ne crois pas que le problème réside réellement là. " fit remarquer Bastet depuis son poste d'observation. Mischa haussa les épaules et la rassura d'un sourire, avant de se diriger vers l'armoire et de piocher dedans un t-shirt blanc et un jean. Le t-shirt était quelque peu trop court et dévoilait légèrement son bas-ventre, mais sinon cela lui allait correctement.

Le russe se contempla un instant dans le miroir, caressant au passage du bout du doigt une de ses cicatrices ; celle qu'il avait reçut lors de sa première mission en solo, à Vladivostok. Un couteau planté  sur sa main pour l'immobiliser et l'empêcher de reprendre son pistolet qu'il avait laissé tombé dans l'adrénaline. Aujourd'hui il gardait une fine trace blanchâtre sur le dessus de la main. Discrète, mais bien présente, comme un rappel. Un voile passa un instant devant son regard, profitant qu'il était seul et qu'André ne le voyait pas. Il n'y avait que lui, sa noirceur cachée... et Bastet. Évidemment. Mais la déesse était une part de lui-même désormais ; ils étaient indissociables. " Tu n'as pas l'intention de le laisser maintenant, n'est ce pas ? " Ce n'était même pas une question. Mischa ferma les yeux, rassurant Bastet d'un sourire. Tout irait bien. Elle avait beau avoir accès à ses souvenirs et ses sentiments, elle ne connaissait pas André pour autant... et ne le voyait pas avec ses yeux à lui.

Le blond ressortit de la pièce silencieusement et se figea en voyant le spectacle qui s'offrait à lui. Une partie des cendres de Marie s'était renversée et André se tenait là, devant elles, comme s'il réalisait enfin. Entendant son murmure étranglé, Mischa eu l'impression fugace que, pendant un cours instant, son cousin était redevenu ce petit garçon d'autrefois. Ça ne dura que le temps d'un battement de cils, mais c'était suffisant pour le russe qui sentit son cœur fondre. Et forcément... quand Mischa était ému, peu importe le risque imminent de se prendre une nouvelle mandale dans la gueule, il fallait qu'il fasse quelque chose – de stupide, de préférence. Pour changer. Bastet soupira d'avance.

Les bras de Mischa se refermèrent sur les épaules d'André tandis qu'il prenait son cousin dans les bras, profitant de l'effet de surprise d'être arrivé par derrière.

« Tu peux pleurer, promis c'est entre nous. Lâches-toi ça fait du bien des fois. »

Une pause. Il poussa le vice jusqu'à lui tapoter le sommet de la tête affectueusement et jeta un regard aux cendres.

« En tout cas elle a l'air de se sentir déjà comme chez elle ! T'es contente, hein Marie ? Par contre faudra qu'on la remette dans le vase. Je voudrais pas qu'on l’éparpille partout non plus. »

Oui il venait bien de s'adresser directement à la cendre. Normal. Il avait passé les trois-quarts du vol depuis la Russie à converser avec elle d'ailleurs. Lâchant son cadet – enfin –, le Russianov s'agenouilla devant les cendres pour les prendre entre ses paumes et les reverser délicatement dans le vase qu'il avait 'emprunté' au manoir avant de partir, jugeant que ce serait tout de même plus joli et confortable ainsi pour sa chère Marie qui méritait ce qu'il y avait de meilleur. André avait peut-être reconnu le récipient servant d'urne d'ailleurs... et tiens, se demanda brièvement Mischa alors qu'il invitait son cousin à l'aider à « ramasser leur mère » – c'était glauque dit comme ça et même à voir c'était tout de même spécial. Ces Russianov alors. Est ce que son oncle regrettait le vase de son bureau du coup ? Si oui, tant mieux.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Dim 2 Nov - 13:59



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
A
ndré avait toujours pensé que le destin se foutait de sa gueule. Mais genre royalement. Puissamment, même. Un peu comme un bon gros troll qui s’amuse à malmener son entourage simplement pour le plaisir de les voir s’arracher les cheveux. Sauf que le métis lui répondait directement par la violence… avant. A l’heure actuelle, il s’était peut-être adoucit mais rien n’empêchait un bon coup de poing de repartir instamment façon fusée. Surtout si l’on faisait partie de sa famille. Surtout si l’on s’appelait Mischa. Et si vous combiniez les deux, considérez dès à présent votre vie comme un capharnaüm infernal aux côtés de Loukas parce qu’il n’était pas prêt de vous traiter gentiment.

M’enfin, heureusement, le concerné direct par ces mots-là paraissait plutôt bien vivre la situation donc autant en profiter un peu, non ? Ahaha, lole nope. Du tout. Cela agaçait le sang-mêlé français plus qu’autre chose. Pourquoi ne pouvait-il donc pas comprendre ce que ressentait Bonk plutôt que de lui courir après sans cesse ? Si le brun avait voulu couper les ponts d’avec la Russie et tout ce qui pouvait s’en rapprocher, c’était qu’il y avait bien une raison, non ? André ne voyait pas où il avait merdé dans ses explications. Il prit le temps de réfléchir avant de se rendre compte qu’effectivement, lui avait été très clair. C’était la blondasse qui ne pigeait rien, voilà tout. Come d’habitude depuis qu’ils se connaissaient – soit toujours.

Le plus jeune des Russianov se souvenait parfaitement des moments où on l’envoyait tuer avec Mischa ; de ces mots ou lui parvenait à rester impassible en abattant six hommes à la suite alors que son ‘camarade’, lui, peinait déjà à tenir correctement son arme. Déjà, à l’époque, il lui avait laissé un sentiment de dédain, sinon de répugnance, sur le bout de la langue. Ce n’était pas le seul de ses cousins, certes, mais c’était celui qui lui avait laissé le souvenir le plus marquant, maintenant qu’il s’arrêtait un peu sur son passé – chose très désagréable, soit dit en passant. Et il ne sera pas dit à haute voix que de tous ses liens de sang, Mischa restait tout de même celui qu’il tolérait le plus. Revoir les autres ? Même pas en rêve, pour le coup il sortirait le pistolet pour les éliminer sans autre forme de procès ; car si Mischa était un imbécile, les autres étaient dangereux et il le savait parfaitement pour les avoir côtoyés pendant tout ce temps.

Quinze ans avec eux et l’on comprend pourquoi certain ont une haine viscérale contre l’humanité. Ça lui avait suffi, maintenant il voulait se reconstruire, ne plus penser à tout ça.

Mais comment faire lorsque l’on a les cendres de sa mère au creux de sa main ? André ferma les yeux, essayant de se remémorer le dernier souvenir qu’il avait d’elle et de sa douceur incroyable. Mais il n’eut pas le temps de s’émerveiller tout seul là-dessus qu’il se sentit soudainement cerclé par une force pour le moins détestable. C’était un peu comme lorsque le serpent du Livre de la Jungle de Disney – Kâ, pour ne pas le nommer – vous attrapait dans ses anneaux ; sauf que là au lieu du traditionnel ‘Aie confiaaaanceuuuuuh’ c’était un discours ô combien niais qui sortait de la bouche dudit prédateur. Ahahah. Il était marrant celui-là ; tellement drôle que Loukas en eut une veine d’énervement qui pulsa sur le milieu de son front. Si Mischa ne voulait pas mourir instamment, il avait tout intérêt à s’écarter dans les trois secondes qui suivaient. Raté. Apparemment ce mec avait un instinct de survie extrêmement aléatoire. Le métis tâcherait de s’en souvenir, pour sûr.

André ne sut même pas ou est-ce qu’il avait été cherché le self-control qui lui avait permis de ne pas clouer le blond aux lattes du plancher juste en dessous d’eux ; très sérieusement. Ça devait être l’action de l’ange gardien de son imbécile de cousin ; pas d’autre explication logique. Il faudrait décerner une médaille à ce piaf avant la fin de la soirée en tout cas parce que vu toutes les bourdes qu’il faisait non-stop, c’était étonnant qu’il n’ait pas déjà été refroidi et servit à des cannibales comme un vieux steak congelé. Soupire.

André se releva, plus irrité que jamais.

« Mais bordel tu t’arrêtes jamais de dire des conneries ?! Tu parles pour la cendre maintenant, magnifique. Je te savais taré mais pas à ce point quand même. »

Silence. Il reprit.

« Et puis comment tu peux savoir qu’il s’agit de ma mère en plus ? N’importe quelle cendre aurait cette couleur et cette texture, ça ne veut rien dire. »

André observa alors le récipient dans lequel étaient parfaitement conservées lesdites cendres.

« …Puis c’est marrant, j’ai l’impression nette d’avoir déjà vu ce truc là quelque part… »

Oui, mais où ? Loukas en avait le souvenir mais rien de plus pour le conforter dans ses repères temporels. Il espérait simplement que Mischa n’at pas fait une énième connerie en allant voler un truc rare dans un musée réputé – il en était parfaitement capable et ce, sans prendre en compte les sécurités et tout le bordel qui allait avec.

Bon, chaque chose en son temps, plus ça allait et plus André avait l’impression de s’éparpiller. Déjà, il devait trouver une explication concrète à la soudaine transformation de son cousin. Et pour ce faire, il lui paraissait judicieux de lui montrer aussi de quoi il était capable.

Alors, s’éloignant un peu, Loukas partit dans la salle de bain, prenant soin d’ôter ses vêtements avant de se métamorphoser à son tour – parce qu’il tenait tout de même à sa garde-robe, lui. Ses pouvoirs ne tardèrent pas à s’activer et il revêtit bientôt l’apparence d’un loup-garou sur deux pattes, façon Van Hellsing. Non, il ne voulait pas montrer directement sa forme primaire, quand bien même elle était magnifique.

Il revint dans son salon, un grondement significatif sortant de ses babines à cet instant-là. Son pelage était somptueux, entièrement blanc et ses yeux toujours aussi verts paraissaient pouvoir percer l’âme lorsqu’ils se posaient sur vous.

« On reprend de zéro. Moi aussi je peux faire des trucs cool. Explique-moi comment tu fais et je te dirais ce qu’il en est pour moi, okay ? »

Quitte à avoir un cousin collé aux baskets pour le moment, autant savoir ce qui lui était arrivé.



WILDBIRD

   

André version loup garou ♥ (sauf qu'il est tout blanc lui) https://33.media.tumblr.com/9366bb179f63e9eac1d76c2a61d81b97/tumblr_mywepmYkHA1rbrys3o1_500.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Lun 3 Nov - 13:09



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
B
ien évidement, Mischa était inconscient de l'aura de tueur qui entourait André tandis qu'il le prenait dans ses bras. Ou plutôt il l'ignora savamment, plus concentré sur le fait qu'il avait enfin réussi à prendre l'autre contre lui, enfin. Des années qu'il ne l'avait pas fait – l'instant précédent, quand il était encore sous sa forme féline, ne comptait pas, ce n'était pas exactement la même chose. Le blond était heureux, incroyablement même. Certes il lui en fallait probablement peu d'ordinaire pour sourire comme l'idiot bête qu'il est, mais là c'était tellement parfait à ses yeux. Son cousin, son presque-frère. Toutes ces années à le veiller de loin, à ne pouvoir l'approcher comme il le voudrait. A cause de son oncle, à cause de tout ce qui s'était passé. Il savait parfaitement ce qu'André pensait de lui. Si le brun ne le détestait pas purement et simplement – ce qui était probablement le cas – au moins le méprisait-il au plus haut point possible. Tant mieux.

Le sourire de Mischa prit une brève tournure triste, profitant qu'André ne pouvait le voir pour le moment, ce dernier étant de toutes manières sur le point d'imploser, probablement. C'était très bien ainsi. Aussi longtemps que le blond resterai le 'cousin bon-à-rien qui mérite de prendre des baffes' aux yeux de son cadet, il pourrait le protéger dans l'ombre. André n'avait pas besoin de savoir qui était réellement Mischa et ce qu'il avait fait. La folie était une affaire de famille chez les Russianov, mais fort heureusement André en avait réchappé, protégé par la bienveillance de Marie – et également par les actes peu saints de son cousin. Il avait réussi à se défaire de ce nom et menait désormais une vie exemplaire ou du moins s'en efforçait-il. Mischa ne gâcherait pas cela et ne laisserait personne le faire. Qu'André le frappe à sa guise, cela lui important peu, au contraire ça le rassurait. " Tu te fais du mal pour rien " murmura Bastet en secouant la tête. Le sacrifice de Mischa était stupide à son sens... mais c'était son problème. Elle le désapprouvai, mais elle n'allait pas le laisser tomber pour autant – pas comme si elle pouvait réellement de plus.

L'aîné des deux jeunes hommes s'écarta et alla 'ramasser' sa tante. Il se tourna vers André.

« Bah évidemment que c'est elle ! Je te signale que je l'ai déterré moi-même d'ailleurs c'était pas simple hein, de profaner une tombe à trois heures du matin par moins trente degrés ! » il ajouta d'ailleurs au passage ; « J'aime bien lui parler moi. Je le faisais souvent déjà au cimetière, tu devrais essayer d'ailleurs ça lui ferait plaisir et ça la changerai, elle t'entends que râler depuis tout à l'heure. »

Entendant ensuite la réflexion à voix-haute de son cousin, Mischa détourna le regard brièvement. Oh, une chenille qui vole... Il ne pût s'empêcher toutefois de pouffer en imaginant la tête de son oncle lorsque ce dernier avait découvert l'absence de son vase ming favori qui ornait son bureau. Fier de lui tout de même, il ne pût s'empêcher de faire partager à André.

« Ah, je savais que t'avais encore des souvenirs de la maison ! C'est celui de tonton, tu te souviens ? Il l'avait fait venir de Chine je crois, une vieille histoire de contrebande, je sais plus bien... m'enfin, disons que je lui ai emprunté pour l'occasion. C'est plus joli et la couleur des arabesques dessus me rappellent les yeux de Marie. »  

Sourire un peu nostalgique en coin. Tandis qu'André se relevait pour aller dans la salle de bain – une envie pressante peut-être, il espérait que son cousin n'avait tout de même pas déjà des problèmes gastriques à son âge, il avait assez de Didi, le pauvre –, le blond acheva de remettre les cendres dans l'urne. Il caressa un instant la porcelaine du vase, les yeux dans le vague. Marie serait-elle fière et heureuse de voir ses deux 'fils' enfin réunis et devenus des hommes ? Ou bien désapprouverait-elle Mischa pour ses actes immoraux... le cœur du blond se serra à la simple idée de décevoir la femme qu'il avait aimé comme une deuxième mère, un modèle même.

Il tourne la tête en sentant quelqu'un s'approcher. Premier réflexe en voyant la bête. Ouvrir grand des yeux ronds et se pencher en direction de la porte de la salle de bain, un main en porte-voix.

« André, il y a un loup géant dans ton appartement ! Je sais pas si t'es au courant, t'es autorisé au moins à avoir des animaux ici ? »

Puis se prendre une claque mentale de la part de Bastet. " Ouvre les yeux. Cette... bestiole répugnante c'est ton cousin me semble-t-il ", l'informa la déesse en réprimant un frisson de dégoût. Les chiens et elle ce n'était pas une grande histoire d'amour, elle avait déjà assez d'avoir dû supporter Anubis, ce chacal pourrissant, ce n'était pas pour maintenant qu'elle était loin de l'Egypte et ses semblables divins, se retrouve à devoir fréquenter un gamin qui n'a rien trouvé de mieux à faire que fricoter avec quelques résidus de la mythologie nordique – le doute n'était plus permis, le gosse-loup était clairement lié à Fenrir désormais, ça empestait le chien mouillé et la neige à des kilomètres à la ronde désormais et même de là ou elle était, Bastet pouvait le percevoir. Le loup géant en lui-même n'était pas présent, mais des résidus de son pouvoir et de sa présence restaient accrochés au gamin, lui collant à la peau et à l'aura.

Mischa cligna des yeux en entendant la bête mi-loup mi-homme s'exprimer. La voix bien que caverneuse lui était familière et le sentiment chaud qui étreignant son cœur en le regard également. Un sourire lui mangea la moitié du visage en comprenant qu'il s'agissait bel et bien du cadet Russianov. Aucune trace d'effroi, pas à un seul instant d'ailleurs. Juste une brève surprise, désormais remplacée par la curiosité et l'excitation.

« Oh, c'est toi ? » il s'approcha sans hésiter et se mit à tourner autour de son cousin pour l'admirer, les yeux brillants. « J'ignorais que tu pouvais faire ça c'est sympa ! Toi aussi tu t'es cassé la gueule dans une pyramide alors ? »

Probablement pas, non. Il n'y avait guère que Mischa pour réussir ce type d'exploit. Le blond enchaîna, répondant ainsi à la question de l'autre.

« Mais je t'avais dis que c'était un truc de dingue ! C'est arrivé il y a environ deux ans quand j'étais parti pour une histoire de dettes à régler pour la братва {Bratva} en Egypte. Je sais pas trop comment, mais depuis c'est grâce à Bast', enfin Bastet je veux dire, que je peux faire des trucs comme ça. Elle te dit bonjour d'ailleurs. »

Un grondement dans son esprit. " Ne me mêle pas à ça. Et je ne lui dis pas bonjour du tout, à ce chien galeux. " Ahaha. Qu'elle était tendre, la déesse égyptienne.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Jeu 6 Nov - 21:48



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
A
ndré avait déjà eu l’occasion de se rendre compte à quel point Mischa était un abruti fini. Ca, okay, c’avait été dit, compris et rabâché aussi par la même occasion – au cas où le second Russianov serait aussi réactif que le premier cité, sait-on jamais. Après tous les tares génétiques, tout ça. Le loup remerciait le ciel qu’ils ne soient que cousins, après. Ahah mec, sérieusement si tu savais. Oui, je vais me mettre à parler à mon personnage à partir de maintenant parce qu’en temps qu’auteure, il me casse les ovaires et que bordel je fais ce que je veux avec mon connard de service merci ! Enfin bref, nous avons un peu dérivé, je crois…

Après ce léger craquage, reprenons. Ahem.

Donc oui, messire le bâtard de service qui a toujours une gentillesse sous la main pour les gens qu’il côtoie – vous saisisse l’ironie de la phrase ou il faut que je vous la surligne ? – hésitait entre rire et pleurer. Oui, encore une solution merdique. Mais bon, c’était déjà mieux qu’un soupire toutes les trois putains de secondes ; je crois que j’aurais fini par l’embrocher moi-même s’il avait persisté là-dedans. Très franchement, comment faisait le blond pour ne pas comprendre la situation ? Un peu plus et André aurait pu songer que tout ceci n’était que de la mascarade pour se faire passer plus bête qu’il n’y paraissait. Il avisa un instant ses neurones, reporta ses yeux verts sur l’autre russe eeeeeet…. Définitivement ne put pas donner crédit une seule seconde à cette hypothèse-ci.

Bon, au moins un point positif depuis le début de la soirée, il ne s’était pas barré en courant en voyant le plus jeune que lui revenir sous sa forme mi- bestiale mi- humaine ( si tant est que l’on puisse formuler la chose ainsi….). Okay, c’aurait pas été très crédible d’agir de la sorte vu que monsieur Simba ici présent s’était juste transformé un peu avant pour refaire un ravalement de façade avec bave intégrée au propriétaire des lieux mais avec lui, Loukas n’était jamais sûr de rien, en fin de compte. Le loup-garou vint prendre place à côté de son lit, s’asseyant à même le sol. A le voir comme ça, c’était assez comique, quand même. Qui pourrait croire qu’un pépère – oui, parfaitement, j’emploi ce terme et j’ai même pas mal pour sa fierté déjà presque entièrement détruire – pareil pouvait agir de manière si naturelle, pas vrai ?

Il faut dire qu’il avait l’habitude de cette musculature et de ce corps en général. Il avait eu quelques difficultés au départ – se transformer en plein milieu de la chaussée quand on fait la circulation pour la toute première fois, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus pratique à garder en tête – mais s’était rapidement accoutumée. Ce don faisait maintenant partie intégrante de lui. Merci Fenrir. A charge de revanche… ou pas. S’il voulait vraiment tenir ce genre de parole, il lui aurait fallu aller en Helheim puis que c’est là que la créature divine avait dit se rendre une fois qu’elle fut extrait du corps du Russianov. Hors, seuls les morts peuvent y pénétrer. Et très franchement, une partie de Uno en plein cimetière mystique n’était pas ce qui tentait le blafard actuellement. On verrait plus tard. Genre dans un siècle, voilà, c’est bien un siècle. Un chiffre rond, ou presque. On ne prend jamais suffisamment en compte ces putains de chiffres ronds moi j’vous dis. Et ? De quoi ? Que je ferme la gueule pour reprendre l’histoire ?... Effectivement, c’est une idée qui me parait bonne.

L’un des inconvénients-avantages de ce pouvoir là c’était qu’une fois transformé, les sens de l’hôte étaient multipliés par trois ou quatre en termes de puissance et de portée. Exactement comme ceux des lupins, en somme. Joie, paix et amour dans le cosmos. Le problème que ça occasionnait là, tout de suite, maintenant ? Oh, trois fois rien, juste que cette puanteur féline paraissait trouer les naseaux du transformée avec un marteau piqueur surmonté de griffes – SI C’EST POSSIBLE JE SUIS SURE, LES CHATS N’EN SONT QU’AU PREMIER STADE DE LEUR INVASION DU MONDE HUMAIN APRES TOUT. Somptueux. Non, très désagréable, en vrai.

Surtout que bon, l’intelligence profonde d’André – insert private joke here – lui faisait dire ce qui lui passait par la tête, de temps en temps. Non pas qu’il soit con, comme un certain blond que l’on connait bien maintenant, mais parfois, lui aussi aurait ut besoin d’une muselière. Fermer sa bouche avec un cadenas et jeter la clef de temps à autre ça ne faisait de mal à personne. Et l’ancien mafieux allait devoir l’apprendre sous peu. Ou du moins, à faire en sorte que ses pensées primaires ne prennent plus le dessus ce qui serait déjà en soit un exploit à part entière.

« Bastet… ? Tu veux dire la déesse qui a enfanté avec son propre paternel ? »

Magnifique. Mischa hébergeait une incestueuse. Bwarf, André eut soudainement envie de vomir. Ou de cracher une boule de poils, au choix selon ce qui vous parait le plus glamour en tant que lecteur avisé. Il ne manquait plus que ça. Mais bon, au fond, il ne savait pas trop de quoi il en retournait et si ça se trouve pour une fois dans sa vie, Jude n’était responsable de rien de dramatique quant aux tenants et aux aboutissants de cette situation. Bon, c’était difficile à croire mais on allait faire comme si.

Un sursaut humain prit André au corps et il ne put s’empêcher d’ajouter de sa voix calleuse et épaisse désormais ;

« ….Désolé pour ton père en tout cas. »

Il s’adressait directement à la déesse et espérait bien que Mischa l’aurait compris. Loukas avait côtoyé Râ, le vrai Dieu Antique qui avait autrefois été une Légende Mythologique de renommé. Mais bon, apparemment il avait disparu et jamais retrouvé. Déclaré mort, donc. Joie, cotillons et serpentins. C’est la fête du slip quoi.

Tout ça pour dire qu’il avait un peu de peine pour la féline qui au fond n’avait rien demandé, il en était certain. Et puis bon, avec sa propre expérience avec Fenrir, il savait bien que ce n’était jamais une vraie partie de plaisir que d’être coincé dans le corps d’un humain pour des entités pareilles. C’était même tout le contraire. Parfois il les prenait volontiers en pitié avant de se rendre compte qu’il n’en avait rien à carrer, en fait, ça ne le concernait même pas un peu. Enfin, plus maintenant.

André ? La rancune un tantinet tenace face à ce qu’il voyait un peu comme un abandon de la part de Fenrir ? Si peu, si peu, vous vous faites des idées je vous jure. Si si je vous promets que c’est vrai !...Enfin, je crois. Oh, un cacatoès qui nage comme un dauphin.




WILDBIRD

j't luv, pardon pour le craquage atomique
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Lun 10 Nov - 11:00



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
I
l y eut un léger blanc suite à l'annonce d'André. Dans leur 'pièce mentale', Mischa se tourna vers Bastet. " Non mais tu sais, c'est pas grave hein ce genre de choses. T'étais peut-être bourrée en plus. " Un grondement d’outre-tombe répondit à sa tentative et la déesse darda un regard noir sur la silhouette de son hôte, les oreilles rabattues sur son crâne. " Cesses de suite et dis à ton cousin de fermer sa bouche d'impertinent avant que je ne le croque ", l'informa-t-elle. Cet humain présomptueux ne méritait rien de plus et si elle n'était pas complètement coincée dans le corps et l'esprit du blond, il y a longtemps qu'elle se serait permis de mettre fin à ses jours, peu importe qu'il soit important pour Jude ou qu'il fasse parti de sa famille.

« Elle te dit merci et au passage t'es mignon à croquer. »

" MISCHA " rugit la divinité égyptienne. Jude eut un sourire d'excuse et se frotta la nuque en rigolant doucement. Des vacances. Elle avait besoin de vacances. Pourquoi le principe du RTT n'était pas encore en vigueur chez les dieux ? Franchement les mecs, sur ce point là ils étaient vachement en retard par rapport aux humains. Bastet avait vraiment besoin d'un Repose-toi Tout le Temps là. Loin de son humain qui lui filait la migraine et du cousin de ce dernier qui puait le chien mouillé et qui lui donnait des envies d’écartèlement.

N'empêche. C'était légèrement perturbant de voir son cousin être transformé en créature lupine d'environ deux mètres de haut. Enfin disons plutôt que, techniquement, ça aurait dû l'être. Mais pour Mischa c'était juste... normal. André pouvait se transformer en loup humanoïde ? Cool. Il faut dire que le russe à la tignasse dorée n'était plus à une bizarrerie près désormais et puis franchement c'était tout de même la classe. Et depuis le temps ça devrait être clair et entendu que monsieur Mischa ne fait jamais rien comme personne et qu'il est un gag sur pattes – enfin là présentement il n'avait pas ses pattes, mais avec lui ça restait tout de même approprié – à lui tout seul. Donc voilà, là ou environ 99% de la population aurait pousser un hurlement d'effroi en voyant ce super-prédateur dans le salon, Jude lui se demandait plutôt que shampooing son cousin utilisait pour avoir la fourrure aussi soyeuse.

Le Russianov n'avait pas eu beaucoup l'occasion de rencontrer d'autres dotés, ou en tout cas pas des comme lui. Il faut dire que même dans le milieu des personnes à pouvoir, son cas restait quelque peu particulier.  Donc imaginez un peu, découvrir que son petit André chéri qu'il aime de tout son cœur – insérez ici un arc-en-ciel et des poneys roses et bleus – pouvait faire comme lui et se métamorphoser, c'était comme Noël avant l'heure pour Mischa. Donc dans son esprit là présentement, le cadet Russianov s'apparentait ni plus ni moins qu'à un gros paquet cadeau. Avec un joli ruban et tout. Et qu'est-ce qu'un gosse a envie de faire en premier avec son cadeau ? De jouer avec. Évidemment.

C'est donc tout naturellement que Mischa, qui s'était rassit sur le bord du lit pour se trouver à la bonne hauteur, tendit la main et se mit à tapoter le sommet du crâne d'André. Normal. Le mec est en train de grattouiller un loup-garou et tout est normal. Sinon, l'instinct de survie chez les Russianov ? Ah bah c'est très variable voyez-vous. Chez certains c'est ancré très profondément et chez d'autres comme ce blond abruti par exemple, ça fait effet yoyo. Ça monte et ça descend.  

« Bon, parlons sérieusement. » déclara Mischa, l'air soudain grave.

Il redressa la tête et planta son regard dans celui d'André. Même Bastet eut un frisson en sentant peser la lourdeur de ces yeux ocres sur la silhouette de son vis-à-vis. Cependant, la déesse commençait tout de même à suffisamment bien connaître son hôte pour se douter que ce n'était pas un avis de décès qu'il s'apprêtait à balancer, mais plutôt une bonne connerie bien de chez lui.

« Du coup, tu préfères que je t'appelles Loulou, ou bien Mon Petit Loup ? » silence. « J'avoue que j'aime bien Loulou, mais l'avantage de l'autre c'est qu'on marque bien le pronom possessif. » il était sérieux là ? Nan ça devait être une caméra cachée. « Enfin je supposes que l'un des deux s'imposera naturellement de toutes manières. N'est-ce pas Loulou ? Oh bah tu vois, ça marche déjà ! »

Si elle avait put, Bastet se serait exploser la tête contre les parois du cerveau de Mischa, en espérant provoquer une hémorragie interne à ce dernier au passage. Ce type ne pouvait pas être réel. Ce n'était quand même pas possible d'être aussi abruti, c'était irréaliste là. Et pourtant. Jude était malheureusement on ne peut plus réel.
WILDBIRD

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Mar 11 Nov - 14:49



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
L
e loup-garou immaculé ne crut que très moyennement les paroles prononcées par son cousin. Ça lui paraissait bien trop sympathique pour être vrai, ce genre de dires. Surtout venant d’une déesse, égyptienne, de surcroit – et à tête de chat. Très important, la précision sur la tronche de l’animal, en effet. Quelque part en lui, le plus jeune des Russianov aurait plutôt eut tendance à croire le contraire. Mais bon, il secoua la tête en levant les yeux au plafond et essayant de ne rien montrer. Après tout, c’était peut-être juste un ressentiment instinctif du fait d’avoir eu Fenrir en lui- façon de parler, on se barre les yaoistes psychopathes, merci – qui le faisait réagir de la sorte.

La bête mythologique avait peut-être une identité de divinité plutôt controversée mais elle n’en restait pas moins ce qu’elle était à la base ; un loup. Soit, un animal de type ‘presque’ canin – le presque est important là aussi pour éviter de se faire arracher la tête à cause de ce qui aurait pu être vu comme une insulte par le concerné de ces termes. Et quel est l’ennemi séculaire des animaux de ce genre ? Les félins, bien sûr. Et plus exactement, les chats. Hors, Mischa en hébergeait un mystique dans son foutu corps, ce qui n’aidait en rien les envies arbitraires d’André à se calmer.

D’ailleurs, le précédent châtain allait pour reprendre la direction de la salle de bain afin de retrouver un aspect normal, mais il n’en eut pas le temps. Minute ; error system. Jude qui parle sérieusement ? Est-ce donc dieu possible ? Non, si tel était le ca alors l’Atlantide aurait déjà été ressortie des flots, sans rester une ruine nous l’océan et on aurait déjà pu taper la causette avec les étoiles, au sens propre du terme. Mais les deux faits étant encore impossible, cela résumait assez bien l’idée que ce faisait André vis-à-vis de l’air sérieux et prometteur de son camarade slave.

Mais forcément, comme il avait fallu s’y attendre, ceci n’appartenait qu’à l’ordre de la chimère et du rêve, rien de plus. André soupira  en affichant un air aussi blasé que possible – même si avec les poils qui le recouvraient, ce ne devait pas être des plus simples de le voir. Parfois, il se demandait vraiment comment Mischa avait fait pour survivre dans le monde de la Mafia pendant tout ce temps. Il n’était pas spécialement protégé, pourtant, alors pourquoi et surtout comment ? De temps à autre, des mystères existe pour l’humanité, il fallait bien l’admettre. A l’instar du triangle des Bermudes, le blond était un bloc entier d’incompréhension totale pour son cadet. Ce dernier agita sa main transformée devant lui, en signe d’agacement, comme s’il chassait une mouche de son champ de vision.

Sauf que là, la mouche elle faisait un mètre quatre-vingt – ô rage, ô désespoir – et qu’elle avait un sourire de débile de nouveau collé à la face. Okay donc le coup du ‘je deviens sérieux’ était une réelle blague. Soit. Dans un sens, ça rassurant un peu Loukas. L’image qu’il avait de son cousin, par le passé, n’était pas totalement erronée. Il souffla avant de se redresser, courbant l’échine pour ne pas aller donner un coup de boule au plafond – pauvre plafond, c’est vrai quoi, il n’avait rien fait le pauvre. Puis, tout en rendant son regard à Mischa, il lui répondit, de sa voix toujours rauque ;

« Tu ne m’appelles pas du tout, ça me conviendra parfaitement. A vrai dire, ça m’arrangerait, même. »

Sur ces mots fort peu commodes, il contourna blondie et revint dans sa salle de bain, ou il reprit forme humaine avant de se rhabiller sommairement, ne fermant même pas les boutons de sa chemise. Passant une main dans ses cheveux et se replaçant les mâchoires en les faisant craquer, André profita de se regarder dans le miroir pour réfléchir à la présente situation. Il ne voulait rien avoir à faire avec la mafia mais là, pour le coup, c’était elle qui se ramenait chez lui, le plus normalement du monde, en plus. Bon, qu’importe, décida-t-il, il irait au feeling. Sa fatigue, d’autant plus harassante qu’il s’était transformé maintenant, ne lui permettait pas de prévoir des plans sur la comète, de toute manière.

De retour dans le salon, il partit s’adosser au mur le plus proche, faisant face à Jude depuis l’autre côté de la pièce. Laissant ses bras reposer le long de son corps, il commença donc à parler.

« Bon, j’imagine que tu ne vas pas m’en dire plus si je ne passe pas aux aveux en premier. Soit. »

Prenant une grande inspiration, André laissa ses esprits un peu divaguer alors qu’il expliquait clairement comment les choses s’étaient passées pour lui.

« J’avais quinze ans à ce moment-là. Le Boss m’avait envoyé avec quatre fanatiques récupérer des dettes dans un village voisin. Les gens ne pouvaient pas payer. Alors on a commencé à les ‘punir’, comme l’exige le putain de protocole qu’on est supposé respecter, aux yeux du patriarche, en tout cas. Je me souviens que j’avais mal dormi la veille et que la seule chose que je voulais, c’était retourner me coucher le plus vite possible. Seulement, alors qu’on avait presque fini, avec les autres, il y a eu cette masse étincelante qui est tombée du ciel, comme ça, comme par magie. Boum, ça a explosé le sol et crée une onde de choc qui nous plaqua tous au sol, au point d’assommer les autres et moi-même. Je fus en revanche le premier à me réveiller. Tout ce que je vis à ce moment-là, ce fus une colonne de flamme qui s’élevait là ou auparavant, il y avait une église. J’ai voulu aller voir. Et j’ai vu. C’était une sorte de grosse boule blanche, qui avait tout détruit alentours. Je me suis approché encore. Ce n’était ni chaud, ni froid. Alors j’ai voulu la touché et là tout dégénéra. A vrai dire, je n’ai même pas eu le temps de bien me rendre compte de ce qui se passait que je suis tombé inconscient. La seule chose dont j’étais sûr, c’avait été d’avoir entendu un hurlement de loup avant que je ne ferme les yeux. »

Il fit une pause avant de reprendre.

« Je me suis réveillé tout proche de la frontière ukrainienne, le corps vidé de toute énergie. Et ça sur le torse, déjà cicatrisé. »

Il désigna la marque croisée qui lui mangeait la peau sur tout l’abdomen.

« Il m’a fallu du temps pour comprendre ce que c’était réellement. Et encore, je n’ai pas voulu y croire, au début. C’est vrai, qui accepterait de croire que le grand Fenrir des contes nordiques squatte maintenant le corps d’un humain tout ce qu’il y a de plus normal, hein ? »

Pas lui, en tout cas. Enfin, pas à l’époque.



WILDBIRD

<333333333333 gauchedroite
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Jeu 13 Nov - 14:03



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
B
ien évidement, les tentatives de Mischa pour son opération 'trouver un surnom affectueux à André' se heurtèrent à un mur. Un mur grognon, mais dont l'agacement était parfaitement justifié malgré tout, quand on voit la stupidité des actes et des paroles du blond. Enfin, si André se figurait qu'il allait échappé au fameux 'Loulou', c'est qu'il connaissait bien mal son cousin. Sérieusement, ce type était pire qu'un spam, avec fonction boomerang intégré et débitage de conneries à la minute. Si demain matin on ne lisait pas dans le journal « un flic poignarde un membre de sa famille » – bah quoi je m'inspire des faits divers du jour, allez donc ouvrir le journal au lieu de lire ce rp –, ce serait certainement grâce au miracle de Noël. Bon on est pas encore en décembre ok, mais faisons comme si. On n'a qu'à dire que le miracle est arrivé en avance parce qu'il n'y avait pas de bouchons sur l'autoroute et je fais ce que je veux c'est moi qui écris je vous signale.

Bref, on s'égare. Mais fort heureusement donc, André n'avait pas cédé à ses pulsions et n'avait fait montre d'aucune tentative de meurtre à l'égard de son cousin. Il n'aura donc pas à servir à ses collègues une excuses foireuse du style ; « j'ai crû qu'il se transformais en zombie du coup dans le doute j'ai préféré agir avant ». Mais un jour je suis certaine que cette excuse justifiera un meurtre, suffit d'être patient. Et donc le brun s'était contenté de se lever de sa place, plantant son cousin pour aller rejoindre la salle de bain et apparemment revêtir sa forme humaine. Mischa était légèrement déçu, parce que c'était cool n'empêche de voir la queue lupine du jeune homme s'agiter en même temps qu'il parlait. Bastet en revanche, était soulagée. Ça puait le chien et même de là ou elle était elle pouvait le sentir – me demandez pas comment je peux pas expliquer tous les mystères du monde non plus. Il fit la moue en le voyant revenir, habillé et s'installer contre le mur en face de lui. Pourquoi diable André s'acharnait-il à mettre de la distance entre eux ? Probablement parce qu'il avait du bon sens, contrairement à toi Mischa.

Et ensuite il y eut un deuxième miracle. Quand je vous disais que c'était Noël avant l'heure. Parce que franchement, même le blond en resta sur le cul. C'était bien la première fois qu'il entendait son cousin parler autant. Même quand ils étaient enfants et pourtant Jude avait le souvenir qu'André à l'époque ou il apprenait à parler était un pire moulin à paroles que lui – ça fait peur je sais, mais pour la défense du petit, il était mignon lui au moins quand il babillait non stop pour se mêler des conversations de Marie et Mischa et faire en sorte qu'on s'intéresse à lui –, le brun n'avait jamais débité autant de mots à la minute.

Quoiqu'il en soit, l'aîné des Russianov resta étonnamment sage durant tout le long de la tirade de son cousin. Une fois que ce dernier eut achevé son récit, il ne sût quoi dire dans un premier temps, un peu déboussolé il faut le dire. " Mischa ? Réagis tout de même ", souffla la déesse à tête de chat, se demandant ce qui lui prenait. Elle comprit mieux en sentant la point de tristesse mêlée à la culpabilité qui envahit le cœur du concerné quand son regard s'égara sur la cicatrice du brun. Cette sensation de n'avoir rien pu faire... mais qu'aurait-il put y changer après tout, qu'il eut été là ou non n'aurait probablement pas changé la donne.

Le blond chassa ces pensées et releva les yeux vers son cousin. Bastet pouvait sentir la connerie qu'il allait sortir d'ici. Un moyen comme un autre de se redonner contenance et de ne pas laisser André apercevoir la fissure.

« … Je t'avais déjà dis que consommer des fraises avec de la poudre blanche qui ressemble à du sucre là, c'était pas bon pour la santé mentale. »

On ne dira rien de plus à ce sujet, il n'y absolument rien à ajouter à une bêtise pareille d'ailleurs. Mischa secoua les mains, un grand sourire au visage.

« Mais c'est génial n'empêche ! Toi aussi t'as une bestiole dans le corps, comme moi ! On est assortit du coup. »

Dit comme ça, non seulement c'était glauque, mais en plus c'était très rabaissant pour Bastet et Fenrir. La déesse se promit de le traumatiser mentalement plus tard pour cet affront. Le blond se leva ensuite de sa place assise, étirant ses bras derrière sa tête. Le geste eut pour effet de soulever légèrement le bas du t-shirt qu'il portait et avait donc emprunté à son cousin, révélant son bas-ventre. Ou comment refoutre inconsciemment à André les deux centimètres qui les séparaient et faisaient toute la supériorité du Russianov blond – lol.

Il balaya la pièce du regard tout en faisant craquer ses cervicales, tout en parlant, à son tour.

« C'est un peu différent dans mon cas. J'étais parti pour une mission en Egypte, une affaire d'argent sale pour tont- je veux dire ton père. je me suis légèrement égaré (euphémisme ça) et je me suis retrouvé dans une pyramide. C'est affreusement mal fléché ces trucs là, j'ai tourné en rond pendant des heures, avant de déclencher un genre de mécanisme contres les intrus certainement et de tomber dans un genre de caveau enfoui. Il y avait un truc, un de ces sarcophages là, avec plein de bandelettes marquées de dessins bizarres. Je me suis demandé s'il y avait pas à mangé dedans comme j'avais faim, donc j'ai arraché les bandes de papyrus et j'ai ouvert le sarcophage. Y a eu un genre de lumière blanche, j'ai dû perdre connaissance deux minutes et quand je me suis réveillé, Basty était dans ma tête. C'était il y a presque deux ans maintenant, dingue comme le temps passe vite ! »

En clair, il avait non seulement pénétré dans l'enceinte d'une pyramide sacrée et donc interdite au commun des mortels ou en tout cas à un pauvre touriste russe paumé, mais avait également profané ce qui était certainement des hiéroglyphes investit de magie et destinés à retenir la déesse à tête de chat dans son précédent réceptacle, provoquant ainsi le 'transfert' de cette dernière jusque dans son corps. Magnifique.

Le tout dit avec un grand sourire bien évidemment. Et c'est bien évidemment ce moment précis que choisi l'estomac de Mischa pour gronder. C'est qu'avec tout ça, il avait rien mangé depuis ce matin lui.

« Dis t'aurais pas quelque chose à manger ? Ou alors on se commande une pizza ? »

Bah voyons. A trois heures du matin, t'as raison.
WILDBIRD

keur sur toi <3
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Ven 14 Nov - 13:44



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
B
ordel de… Non. Pas possible. Il ne pouvait –ni ne voulait, aussi – y croire. C’était tout simplement trop lui demandé que d’admettre posément et consciemment que l’individu qui lui faisait face n’était autre que son cousin. Demeuré, soit, mais cousin quand même. Sérieusement, déjà, comment est-ce que l’on pouvait décemment laisser un illuminé pareil officier dans une mission ‘dangereuse’ en Egypte ? Ceci échappait totalement à André. Mais genre, vraiment. Comme s’il était perdu dans le cosmos intersidéral et que présentement, il tapait la discut’ avec un concombre mutant. Voilà. Ça lui faisait un peu le même effet. Sauf que là, en lieu et place d’un crudité – enfin, c’est bien un crudité le concombre, non ? – il avait un blond à l’air ahurie et puant la joie de vivre sur le visage.

Loukas ne comprenait pas à quel point il se trouvait dans le déni, actuellement. Quelque part en lui, probablement ne voulait-il pas admettre la possibilité que Mischa soit, tout comme lui, un tueur sans merci sitôt qu’on lui donnait un ordre précis. Alors il faisait ‘comme si’ ça ne pouvait pas être vrai et pour le moment, ça lui convenait parfaitement – le pauvre mec aura la claque de sa vie le jour où il aura la vérité sous les yeux… Genre Nyan-monstre quoi. Mais bref, nous n’y sommes pas encore alors, sadiques que nous sommes, pour le moment, continuons de brandir son illusion comme un jolie petit fanion de majorette et ce sera très bien comme ceci. Tout ce qu’il retenait, cependant, c’était que le blond n’avait pas perdue son habitude de bouffer ses fraises avec de la cocaïne. Quel abruti. André se souvenait de a première fois que c’était arrivé. Lui devait avoir autour des treize-quatorze ans lorsque Vladimir durent prendre un Mischa complétement shooté en charge, le temps que le mec arrête d’être en plein bad trip.

Bref, un ‘bon souvenir’ de Mama Russia, quoi.

Et comme je sais qu’ils vous manquaient tant ceux-là, voici le retour des soupirs pour un rien et ô combien chiant à entendre. Oui, André en laissa filer un alors que ses épaules s’affaissaient et que l’une de ses mains vint se poser sur son visage, comme si cela aurait pu le tirer d’affaire. Mais lol nope, try again, on est pas dans un Mode Troll d’Amnesia, là. Bon courage Loukas. Vraiment. T’imagines pas à quel point tu vas en avoir besoin prochainement, en prime.

Quoi qu’il en soit, la première réaction du châtain fut de tiquer légèrement à l’une des phrases prononcées par cet abruti de sa famille. Aussi, une fois qu’il eut terminé son explication – tout aussi loufoque qu’il pouvait l’être lui-même, au passage -, son cadet trancha net l’ambiance qui s’était un tantinet améliorée jusque-là. J’ai bien dit ‘un tantinet’.

« Moi j’suis tout seul maintenant, connard. »

C’était sorti tout seul. Il n’avait pas pu s’en empêcher. Sa condition avait été tellement bien soulignée qu’un petit point au cœur vint même le titiller quelque peu. Nice job, Mischa. Bon, il est vrai qu’André n’avait pas précisé que Fenrir était parti depuis lors, il était donc tout de même pas mal fautif dans un sens mais… Juste non. Ceci était l’un des points sensibles à ne surtout pas chercher chez le russe. Ça lui faisait mal, ça le bouffait intérieurement. André n’était pas du genre réellement démonstratif, sauf exception. Pourtant, ce n’était pas parce qu’il ne le montre pas qu’il ne le pense pas, bien au contraire. Il avait toujours été comme cela, trop maladroit dans ses sentiments et leurs expressions pour être capable de les faire connaitre clairement. Ça lui avait déjà pris un bon bout de temps d’admettre ses ressentit vis-à-vis de Mary, mais pour Mischa… Ahah, cette blague. L’autre était l’incarnation de tout ce qu’André détestait à présent ; c’allait donc forcément compliquer les choses. Un peu. Juste parce qu’on aime bien faire nos sadiques, nous, grandes déesses de l’illogisme et du mindfuck, cachées derrière nos écrans. ‘Lol’.

Bref.

Évitant de se facepalmer encore une fois – oui se verbe existe, je vous jure, nah – il se redressa et termina de boutonner sa chemise, dissimulant le vestige du loup mythique sur sa propre personne. Des cernes affreuses cerclaient ses yeux et l’on voyait très clairement qu’il n’avait pas envie de faire autre chose que dormir, d’un sommeil lourd et passablement bien mérité.

« Bon, et sinon après ton histoire de fous, t’es arrivé à Laurel, c’est ça ? T’es tout seul ? Ou le Boss a envoyé quelqu’un avec toi ? »

Non, André ne pouvait appeler Nicholaevich ‘père’, c’était beaucoup trop significatif pour lui. Cet homme n’avait rien de tel, au contraire. Il avait tué sa mère, n’avait jamais montré d’intérêt pour lui, l’avait fait torturer dans le but qu’il résiste un peu plus longtemps que la moyenne à la douleur, l’avait utilisé comme un vulgaire chien de chasse, l’avait traumatisé en tentant de venir le récupérer ici même deux ans auparavant…. Passons. La liste était bien trop longue mais un seul de ces faits suffisait aux yeux du plus jeunes des Russianov pour justifier son manque d’envie d’appeler cet homme par le titre qui lui revenait pourtant naturellement –et nous tairons la violente ressemblance physique que Louas cultivait avec ce dernier, ce n’était pas le moment de l’agacer de la sorte.

Il partit se resservir un café avant de revenir dans le salon, mettant toujours une certaine limite entre lui et Mischa, mais cette fois de manière totalement inconsciente – il n’avait pas l’habitude de voir sa famille de sang, après tout.

« T’aurais pas pu y rester dans cette foutu pyramide, non ? Ça t’aurais rendu service je pense. A toi comme au reste du monde. »

Sur ces dires, il avala une gorgée de sa tasse, se brulant un peu les gencives mais ne râlant qu’à peine. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, bien qu’ayant un fond de vérité, cette phrase-là n’était pas une pique méchante. Juste une raillerie somme toute acide, mais qui n’allait pas plus loin.

« Bon, si je te file une pizza, tu promets de dégager avant quatre heure du mat’ ? »

Parce que oui, André aurait voulu retourner se coucher, mine de rien, ahah.




WILDBIRD

AGNAH ♥️  Arrow  
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Dim 16 Nov - 16:38



       
       Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

   
B
astet s'en doutait. Si Fenrir avait encore été là, elle l'aurait senti, mais il ne restait que des résidus de la présence de la créature mythologique. Cependant ce dernier n'avait apparemment pût s'empêcher de laisser à son ancien hôte un petit 'souvenir' et lui passer une partie de ses pouvoirs. Ridicule, songea la déesse. Est-ce que le loup géant avait développé des sentiments affectifs envers l'humain. Certes elle tolérait Mischa, mais la première chose qu'elle attendait était de trouver le moyen de se barrer de son corps le plus rapidement possible et retrouver sa liberté. En attendant, elle prenait son mal en patience, tout bonnement. Et si elle s'efforçait de préserver la vie de son hôte, c'était uniquement parce qu'elle n'était pas assurée que sa mort à lui n'aurait pas répercussion sur sa propre personne. Et comme disparaître ne l'enchantait pas des masses comme perspective d'avenir, voilà.

De son coté, Mischa ne pouvait s'empêcher de se sentir légèrement coupable pour sa bourde – le 'légèrement' était important, car vu qu'il se senti coupable H24 avec André et que ça le ronge de l'intérieur, ça ne faisait qu'en rajouter une petite couche, mais il le cachait très bien donc c'est pas grave. Lui ne saurait dire comment il se sentirait si Bastet devait quitter son corps, il était tellement habitué à sa présence désormais, c'était normal et même presque indispensable pour lui d'entendre la divinité égyptienne lui parler. La concernée ravala sa salive, ne sachant comment réagir à cette aveu d'affection. Certes elle savait comment était Mischa et comment il se sentait vis-à-vis d'elle, mais l'entendre le dire – ou plutôt le penser mais bon on va pas chipoter hein – c'était tout de même autre chose. Mais le Russianov n'eut pas le loisir de l'attendrir et la perturber d'avantage car l'instant suivant bien évidemment, il fit une nouvelle boulette... en voulant se rattraper. Mais Mischa était ce qu'il était ; un crétin qui ne réfléchit pas la plupart du temps avant d'agir.

« Mais t'es pas tout seul, tu m'as moi maintenant ! Et Marie aussi d'ailleurs, comme ça on est tous réuni en famille, t'es content hein ? »

Magnifique, un abruti tapant l'incruste et une urne, paie la tronche de la réunion de famille. Manquait plus que la folle dingue qui enge,dré l'autre abruti cité plus haut à moitié alienne mais oh c'est vrai on le sait pad encore que c'est une métisse. Si André ne commettait pas un meurtre avant l'aube, ce serait même plus un miracle là, mais la preuve qu'on a passé la troisième dimension. Mais bon on sait très bien qu'il le fera pas parce que s'il tuait Mischa maintenant il le regretterait parce qu'on sait très bien qu'au fond il l'adore son cousin, va juste falloir lui faire avouer, mais les auteurs sadiques que nous sommes, actuellement occupées à nous frotter les mains et à trinquer derrière nos écrans tout en exprimant notre joie avec un evil laugh magistrale, allons nous charger de le lui faire avouer, avec plein de feelz et tout d'ailleurs. Bref.

Le blond se leva également et parti se rechercher un café, pour revenir se placer à moins de deux pas de son cousin. Le félin n'avait toujours pas comprit le principe d'espace vital apparemment, ni même celui d’instinct de survie. Inconscient du fait qu'André voulait conserver visiblement une certaine distance physique avec lui, le Russianov touilla sa cuillère dans sa tasse avec trois sucres – il détestait l'amer – avant de se tourner vers son interlocuteur.

« Bah nan j'suis venu avec Didi. » répondit-il comme si c'était l'évidence même. Il avala une gorgée. « Aoutch, c'est chaud ! Et pour tout te dire j'aurais bien débarqué plus tôt, mais j'avais encore pas mal de travail à faire pour le vieux -dixit ton père. donc j'ai dû régler certaines affaires mais maintenant j'suis là ! »

Super, joie et cotillons partout. Et maintenant qu'il avait débarqué, il n'avait pas l'intention de s'en aller de si tôt en plus, parasite qu'il était. Un sourire étira les lèvres de Mischa en entendant la petite pique de son cadet, qui ne l'affecta nullement. C'était du André typique et honnêtement, peu importe ce que pourrait jamais lui dire ce dernier, le blond était incapable de jamais s'énerver contre lui – enfin ça c'est ce qu'il croyait, mais on va réussir à foutre les nerfs de Jude à vif suite à une connerie de l'autre là, après tout c'est de famille chez les Russianov d'être des crétins.

« Tiens c'est marrant, le vieux m'a dit exactement la même chose ! »

Il en riait, mais Mischa était parfaitement conscient que cela arrangerait pas mal de monde dans la famille s'il pouvait accidentellement décédé dans l'exercice de ses fonctions. Seulement, dommage pour eux, le slave avait apparemment une foutue bonne étoile qui s'amusait à troller le monde entier en faisant survivre ce dernier, on se demandait comment d'ailleurs parfois. Jude acheva son café et se frotta la nuque en riant doucement, semblant sur le point d'annoncer une bonne nouvelle. Enfin, pas sûr qu'André apprécie autant.

« Bah en fait j'ai pas encore de logement, j'ai filé directement chez toi en sortant de l'aéroport et j'ai laissé Didi s'occuper du reste. Donc je me disais que je pourrais rester dormir chez toi cette nuit. Ça serait sympa en plus, tu te souviens on dormait souvent ensemble avant ! »

Oui, quand vous aviez moins de huit ans tous les deux certes, mais on ne dormait pas avec son cousin à vingt ans passé en revanche. Il prit soin d'ajouter, signant son arrête de mort au passage ;

« D'ailleurs tu devrais plus dormir la nuit, t'as une mine affreuse Loulou. »

Il n'y a probablement pas de mots assez forts pour définir la stupidité du russe. On va dire qu'il  est lui et que ça explique pas mal de choses déjà, parce Mischa voilà.
WILDBIRD

amour sur toi en espérant que ça te convient
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Mar 18 Nov - 23:16



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
« Et selon toi, Sherlock, à cause qui je ne dors pas, là, tout de suite, maintenant, hein ? »

Il avait levé les yeux au plafond avant de se facepalmer la tronche tout seul. C’était tout ce qu’il avait pu trouver pour exprimer son désespoir envers les paroles de son abruti de cousin. Décidément, il apparaissait au regard du métis que plus il allait essayer de dialoguer avec Mischa et moins ce dernier comprendrait ou il souhaitait en venir. A en devenir chèvre. Enfin brebis. Enfin bref, ahem. On est pas là pour théoriser la relation ‘animaux et expressions’ courantes sinon on n’en aurait pas fini de sitôt. Je vous rappelle qu’on a un loup-garou et un chat mythologique dans ce putain de salon ; c’est donc déjà suffisamment bordélique pour ne pas en rajouter avec un animal brouteur d’herbe. Euh. Minute, je viens pas de me perdre en explication foireuse, là ? Ah. Si. Oups. Pardon. Reprenons.

Je disais donc que le plus jeune des Russianov essayait très sincèrement de peser le pour et le contre de sortir son arme de service pour mieux faire en sorte que son vis-à-vis admette qu’il n’était pas le bienvenue ici. Putain, entre ça et le pot de fleurs – de cendre, mes excuses les plus plates à la poussière – on pouvait dire sans se tromper que le blond lui aurait fait toutes les surprises possibles et imaginables, ce soir. Tout d’un coup, aller hop là, tarif de groupe. Et attention, ce n’était que les ‘retrouvailles’. Le châtain voyait bien dans le regard de l’autre qu’ils allaient forcément se recroiser à un moment ou un autre. C’était obligé. Juste pour l’emmerder en plus ; il en était certain.

Bordel, dire qu’il avait tout fait pour se détacher de son passé, voilà qu’il lui revenait ne pleine face. Non pas comme une claque mais plutôt une tarte à la myrtille, avec plein de sucre glace. Ou un flan, oui voilà, un bon grand flan trop sucré. Cette image va vous rester en tête maintenant quand vous pensez à Jude. Ne me remerciez pas, je l’ai fait de bon cœur vous savez ?

Ainsi donc, tout en se massant les tempes, André tâcha de remettre un peu d’ordre dans les informations qu’on venait de lui jeter à la figure. Bon, sa mère dans un vase ming volé à son paternel, ça, c’était bon, c’était admis. Mais ce n’était que la partie immergée de l’iceberg, bien sûr. Parce qu’il y avait tout un tas d’autres trucs à prendre en compte après, forcément. Le contraire aurait été trop simple, n’est-ce pas ? Alors oui, c’est vrai, la vie de Louas ne l’était déjà pas, simple. Entre le débarquement de l’autre russe soudainement en pleine nuit et sa relation sentimentale un poil bancale avec Maryline – dans le genre ‘la-potentielle-petite-copine-mais-c’est-compliqué-du-héros’- il avait de quoi tenir un livre sur son existence. Et attention, pas un livre de trente pas ; nan ça c’est pour les faibles. Lui il visait le format encyclopédique en quinze volume, avec tout ce qu’il avait à raconter, minimum.

Bon, okay, dans la mafia, la notion de famille, c’est sacré. Au moins une chose positive à cette pieuvre harceleuse de plusieurs nations autour du globe, en somme. Toutefois, si c’était là le seul côté non obscur qu’André voyait à sa faction de naissance, ce n’était pas pour autant qu’il l’acceptait pleinement. Surtout pas maintenant alors qu’il avait enfin trouvé un équilibre. Il retint un soupire – pour une fois – et reprit la parole.

« Didi…. ? Tu parles de Vladimir, là ? »

Oui, le mec qui n’avait jamais fait que chaperonner André et Mischa durant tout une partie de leur enfance commune. Le châtain le soupçonnait même d’avoir eu des sentiments plus qu’amicaux envers sa tante et sa mère. Mais il n’avait jamais rien dit, ce genre de choses étant encore assez flou pour lui à l’époque. Puis au final, ce n’est pas comme si cela importait vraiment en une quelconque mesure.

« Bon, finalement ne me réponds pas, ça sert à rien. »

André se passa les deux mains sur le visage. Il était fatigué, il voulait dormir le plus vite possible. Hors, tant qu’il n’aurait pas céder aux caprices de son ‘cher’ cousin, il savait que ceci ne tiendrait que de la chimère et rien de plus. Il avisa sa montre d’un regard furtif.

« Putain, j’me lève dans quatre heures. »

Ils avaient passés deux heures à discuter de tout e de rien. Cent vingt minutes à supporter Mischa, André comprenait un peu mieux pourquoi il avait les nerfs en pelotes, maintenant. Finalement, il céda, allant se jeter presque comme une souche sur son lit.

« Bon fais comme tu veux, mais j’veux que tu ais dégagé demain matin aux aurores. De toutes manières, j’dois aller bosser donc t’auras pas le choix. Sauf si tu tiens à ce que je t’embarque au comico pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions. »

Il laissa un petit silence s’étendre dans l’espace avant de se redresser et d’ajouter vers son squatteur du jour ;

« Et tu prends le canapé. Si je te sens venir te pieuter avec moi, je te jure que je te colle une balle entre les deux yeux, style troisième œil, okay ? »

Et le tout, avec un regard vert et perçant. André ? Aimable ? Toujours, toujours. Pourquoi, vous en doutiez encore ? Ahahah, bande de petits naïfs que vous êtes. Vous savez au fond, André, c’un tendre !... Très au fond. Genre dans le donjon quoi. Ah bah j’ai pas dit que c’était la porte à côté non plus, hein.



WILDBIRD

gauchedroite I love you  
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Sam 22 Nov - 0:52



     
      Kitten & Puppy
Family" means "no one gets left behind. Even the urns.

 
I
l faut bien savoir que contrairement à la croyance populaire, Mischa n'était pas con. Enfin si, techniquement il l'était, mais sur le fond c'était tout de même plus compliqué que cela. Disons qu'il était con sans vraiment l'être et me demandez pas comment il fait, même moi je ne le comprends pas toujours et pourtant c'est moi qui l'ai créé. Sale gosse qui prends son indépendance et qui échappe même à sa créatrice non franchement les jeunes d'aujourd'hui j'vous jure, plus de respect. Bref, je m'éloigne un peu du sujet je crois. De quoi on parlait ? Ah oui, le potentiel intellectuel de Mischa. Oulà j'aurais pas assez de place sur la feuille je crois.

Mais quoiqu'il soit, sachez juste qu'aussi con soit-il, le jeune homme pouvait aussi avoir des éclairs d'intelligence et s'employait à entretenir cette image de débile mentale et d'imbécile heureux qu'il renvoyait à son cousin. Méthode comme une autre pour le préserver de son côté sombre à la Dark Vador, sauf que désolé mon chaton mais ta couverture va pas tenir longtemps. Vu que nous autres derrières notre écran on sait déjà ce qu'on va vous faire subir comme crasses, à toi et ton cher cousin. Ah ça vous allez en manger des feelz dans la tronche, mais on adore ça donc tant pis, pleurez en silence sur votre sort – ne pas prêter attention aux divagations de l'auteur, elle est en plein craquage et à juste besoin de se défouler un peu pour décompresser donc pas de bol c'était tomber sur vous les Russianov.  Donc à la question d'André, il se contenta de sourire, en mode 'ampoule de 3000 watts qui vous éblouit la gueule'.

« Si je suis Sherlock, ça fait de toi mon Watson ? Cool. J'suis sûr que d'ici quelques années, ça t'ira bien en plus la moustache, faudra que t'essaie. Bon pas maintenant, ça va trop de vieillir par contre. »

...Nan mais je vous promets il fait exprès hein. Dans le cas contraire ce serait foutrement inquiétant. Mais André ne le savait pas lui, donc l'aîné des russes venait de donner un nouveau coup de pelle sur sa propre réputation, en mode tape-grain de beauté là – oui parfaitement, les anglais qui liront ceci comprendront, au moins. Quoiqu'il en soit, il allait pour confirmer qu'il s'agissait bien de Vladimir, alias l'équivalent russe de 'Super Nanny' pour les enfants mafieux, celui qui est chargé de surveiller vos mômes quand ils ont un flingue dans la main et veille à ce qu'ils apprennent à nettoyer leurs vêtements tâchés de sang et ramasser les douilles de leurs balles tous seuls comme des grands. Mais apparemment André ne voulait pas savoir. Tant pis, il était certain que Didi aurait adoré le revoir. Surtout qu'il avait vachement pleurer aussi à la mort de Marie, tout seul dans sa chambre en train de tricoter des moufles, ça leur ferait un sujet de conversation.

Mischa jeta un coup d'oeil à son portable pour vérifier l'heure. A oui tout de même, ça faisait un moment qu'ils étaient en train de causer. Il sourit.

« C'est génial on voit pas le temps passer quand on est ensemble, faut dire qu'on s'amuse bien ! »

Il entendit Bastet toussoter mais n'y prêta pas attention, trop content de voir André céder et le laisser rester ici. Il hocha vigoureusement la tête, ignorant cependant la partie ou il n'avait pas le droit de venir dans le lit. André avait bien dit que c'était s'il le 'sentait'. Donc techniquement, s'il arrive à se glisser sous les draps sans réveiller le louveteau – paie le nouveau surnom mon ptit loulou d'amour – l'autre ne le tuera pas. De toutes manières il peut pas, même s'il en crève d'envie, parce qu'ils ont encore trop de choses à subir de notre part donc André tiens le coup et ronge ton frein – ou ton os vu que t'es un chien (insérer ici un jingle de merde).

« Pas de souciiis ! On pourra prendre le petit déjeuner ensemble du coup demain. » il laissa filer un petit silence, avant se se tourner vers son cousin. « Mais attends t'es flic ? C'est pour ça que l'autre t'as appelé collègue tout à l'heure, d'accord d'accord. Dis je peux venir te voir au travail demain ? Je t'apporterai ton déjeuner si tu veux. »

Mais bien sûr, sinon la femme au foyer, ça va t'as pas l'impression de déranger ? Nullement apparemment, ou en tout cas s'il était conscient que sa présence n'était pas vraiment désirée et très légèrement tolérée, il s'en foutait. Limite on pourrait entendre son rire mental de chouette psychopathe mais classieuse parce que je le vaux bien – essayez de visualiser si vous le pouvez, c'est plutôt... chouette OH LOL BLAGUE DE MERDE BALANCE LE JINGLE. Hahem pardon. En meme temps j'avais prévenue que l'auteur de ces lignes craquait complètement hein. Fallait être plus attentifs les enfants, attention Bastet vous surveille en plus. Bon je sais vous vous en foutez, elle peut rien faire de là ou elle est, mais voilà vous êtes prévenus quand même.

Bref, Mischa dormirait donc sur le canapé. André espérait probablement que ses ennuis seraient désormais finis, mais lol nop, try again mon poussin. T'as oublié que t'avais Jude en face de toi, avoue. Donc le blond commença tout d'abord par ôter son haut. Puis son pantalon. Et se retrouva de ce fait en boxer devant son cousin. Boxer qui appartenait à ce dernier d'ailleurs puisque rappelons-le, le blond avait eut la bonne idée de se transformer en lion et de déchirer ses fringues au passage.

« Ah voilà c'est mieux. Tes fringues sont bien mais c'est un peu serré tout de même pour moi. Puis de toutes manières j'allais pas dormir habillé non plus. T'as des couvertures à me passer ? Et un oreiller aussi, que ce soit plus confort tout de même. Et t'es vraiment sûr que tu veux pas que je dorme avec toi ? Marie approuverai pourtant. »

N'utilise pas ta mère de substitution comme monnaie de chantage, Mischa. C'est très mal-élevé. Et fais gaffe tu vas encore te prendre une paire de baffes dans la tronche. A moins qu'André n'utilise son arme de service pour mettre fin à ses souffrances. Ou descendre l'auteur de ces lignes. Merde, j'suis en danger je crois là. J'ai tout intérêt à partir me planquer en Laponie élever des autruches.
WILDBIRD

 
craquage total pardon j'me suis égarée. love sur toi  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André Sam 22 Nov - 13:47



       
       Wolf & Lion
Who are you... again? It's weird, it's like if I'd forget something really important to me.

   
Le monde entier devait le détesté. Ou avoir juré sur la tombe d’un feu-roi déchu qu’il allait pourrir la vie d’André jusqu’à en faire un enfer sans nom au moment précis où ce dernier s’était enfin senti bien dans cette dernière. Cruauté, tristesse, blablabla, on sort les mouchoirs, je vais pleurer. Il ne pouvait y avoir d’autre explication à ce genre de chose. Déjà, laisser Mischa le retrouver, c’était un bon gros coup de pute du destin. Il savait bien qu’il aurait dû changer de nom quand on le lui avait proposé en intégrant la police. Mais non, Monsieur avait voulu faire genre ‘ je vis en harmonie avec mon passé, plus rien de ce qu’il contient ne pourra jamais m’atteindre ! ». Allo la terre, triple con ! Sérieusement, il regrettait de ne pas avoir saisi l’opportunité. Mais bon, c’était trop tard maintenant. En plus il était certain – mais genre vraiment beaucoup – que même en changeant de logement et d’identité, Jude parviendrait à ce retrouver quand même, maintenant qu’il lui avait foutu le grappin dessus –c’est une image, pitié.

Un bon gros soupire passa les lèvres d’André, venant mourir dans l’oreiller ou il avait enterré sa tête. Non mon poussin, désolée de te dire ça, mais en tant que maman dévouée, depuis mon écran, je me dois de t’informer que tu ne pourras pas décéder comme ça de toi-même. Pourquoi ? Parce que tu as ce qu’on appel dans mon jargon des ‘putain d’instinct de survie’ qui vont t’empêcher de pouvoir mourir en paix. Et comme tu n’es pas suicidaire, toi, au moins, bah forcément, tu vas être condamnée à supporter les niaiseries de ton cousin encore un moment. Profites, ça c’est le moment cool avant les feels de la mort, les larmes, le sang, la joie, les cotillons, tout ça quoi.

Pour enchainer sur un truc qui n’a rien à voir, présentement, Loukas se demandait combien de putain de litres de café – quoi je suis vulgaire ? j’vous zut je suis dans mon rp je fais ce que je veux d’abord – il allait devoir engloutir pour tenir la distance le lendemain. Enfin tout à l’heure. Ouai, ça fait mal, dit comme ça, pas vrai ? Comme je te comprends mon pauvre. Je veux dire, moi quand je me réveille et que je regarde mon portable m’annoncer que je vais me lever dans cinq minutes alors que je pensais avoir deux heures encore de sommeil, ça me fait la même. Quoi tu t’en branles de ma vie ? Pas de bol, c’est moi qui tiens la barre, mon grand. Tu vas devoir composer avec. C’est ça ou rien. Et crois-moi, le rien, t’as pas encore de le tester maintenant. T’aurais l’occasion d’en faire l’usage, t’inquiète donc pas, ma bécasse russe.

Putain, merde, Mischa a rouvert la bouche. Tu as l’impression que le peu de cerveau qui restait encore à flotter dans ta boîte crânienne, sur cet océan de fatigue, s’est évaporé en un instant. Gruh, c’est contrariant tout ça. Surtout pour dire ce qu’il déblatère, tout fier, cet abruti. Ah, Loukas, mon chéri, quel dommage que tu ne vois pas au-delà de l’évidence, ahah. Ça te jouera des tours pour le moment, mais comme tu ne le sais pas encore, tu ne réponds rien. Ni pour Watson, ni pour la moustache – lol nope toi la moustache ? Jamais, t’es pas italien avec une salopette et un chapeau de plombier, merde.
Quoi ceci n’avait rien  à voir avec le problème ? Rien à foutre, t’as le droit, t’es mon bébé. Bouh.

Oh, enfin une POTENTIELLE sortie de secours à cette conversation sans queue ni tête. Comment ? Oh et bien tout simplement parce que ton homologue slave a retiré ses vêtements – enfin les tiens, même si tu ne songes même plus à les récupérer maintenant. Du coup, en boxer, il parait plus à l’aise. Il l’est. Enfin, encore plus que ce n’était le cas auparavant. Mais sa réplique, pour le coup, tu ne peux pas ne pas y répondre.

« Fais gaffe, les deux centimètres que tu me prends, moi je les ai ailleurs, ducon. »


Fierté masculine mal-placée ? Sans doute un peu. Après tout, c’est ton territoire et il n’a pas à y jouer le caïd. Il peut déjà s’estimer heureux de ne pas avoir fini la tête dans le mur. En gros, il peut remercier le mur que tu l’aime autant. Voilà. Paie la formulation de cette phrase qui peut être interprété n’importe comment, ahah. J’aime ça. Mais bon, là n’est pas la question.
Quoi qu’il en soit, tu te retournes, lui tournant le dos après ‘être toi aussi dessapé jusqu’à être en boxer.

« Oui j’suis flic putain et non tu ne viens pas sinon je te fous en taule. J’ai déjà quelqu’un pour s’occuper de moi de la sorte alors laisse-moi vivre ma vie tranquille. »

Un petit poil de mensonge ne faisait pas de mal. André n’avait clairement pas envie de se prendre la tête maintenant. Éteignant les lumières, finalement et plongeant donc l’appartement dans le noir total, il finit par ajouter, après un bâillement de monstre ;

« Oh et si dans la nuit je sens des poils de chat dans mon dos, j’te jette par la fenêtre. Aucune pitié. T’es prévenu. »

Suite à cela, il jeta un oreiller et une des couvertures qu’il possédait à Blondie. S’installant bien confortablement lui-même, le métis se positionna de manière appréciable et ne tarda pas à s’endormir de plus en plus.

« …Bonne nuit quand même, connard. »

Ah, les joies de la famille. Comme quoi, même les mafieux – et les ex- mafieux – peuvent être gentils et tendres comme des marshmallows quand ils le veulent ! C’est ainsi que se clôturent de sympathiques retrouvailles. LOL. La blague carambar quoi.




WILDBIRD

Arrow  
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Réunion de famille. || André

Revenir en haut Aller en bas

Réunion de famille. || André

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Les vieux quartiers :: Le quartier résidentiel :: Les appartements-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit