AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

BAGDAD [OUVERT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: BAGDAD [OUVERT] Dim 21 Fév - 18:09

/!\ ATTENTION /!\

Ce RP veut et se doit d'être un gros bordel ! Y'a pas de but, c'est juste un défoulloir. Imaginez que votre personnage est niveau 100, qu'il est OVER PETE et qu'il est là pour tout casser.  Y'a pas d'ordre pour poster donc si vous voulez juste faire une apparition pour montrer votre E-Penis hésitez pas.

OUI JE SAIS J'AI DES IDEES DE MERDE EN CE MOMENT. Mais c'est pour ça que je m'aime.

AU FAIT ! Y'a deux camps, les BLEUS et les ROUGES, choisissez bien vot' couleur les gens !






Battle Royal !


Feat Bagdad

« KA-BOUM BABY ! »

Ca c’est le cri de guerre d’un conard avec son lance roquette qui venait de tirer son missile dans ta direction. Tu regardes à gauche, à droite. Tu repères un mur à moitié défoncé qui tiendra pas trois secondes et tu te jettes derrière. La projectile explosif de passe derrière de pas grand chose et tu te retrouve au calme. Quoi ? Pourquoi tu me regarde comme ça ? Moi aussi j’aime les blagues. Tu sors ton paquet de cigarette -depuis quand tu fumes gamine ?- et t’en sors une que tu te colle entre les dents. T’as pas de feu, sois pas deg. Tu profites de ton petit moment d’apaisement pour faire un point sur la situation.

En trois mots ? C’est Bagdad. Pas géographiquement bien sur, mais c’est tout comme. T’es perdue dans une No Man’s Land géant qui devait être une ville à un moment vu qu’il y a pas mal de bâtiment pas très frais. Et puis évidemment y’a des explosions de partout, si tu t’en sors pas sourde tu pourras t’estimer heureuse. T’es pas la seule dans ce merdier, y’a du monde comme si toutes les personnes qui cherchaient la bagarre c’étaient réunies au même endroit pour se fracasser la gueule joyeusement. Doté ou non ou s’en foutait. Mais attention, y’avait une convention pour l’événement : tout le monde portait un bandeau histoire de dire « ami » ou « ennemi ». Les rouges et les bleus. Basique.

Tu rages sur le fait que t’ai pas de feu et tu commence à compter tes balles avant de te rendre compte que tes flingues viennent de l’enfer et que la bas ils savent pas ce que c’est que les balles. Meh, c’est tant mieux pour toi. Et puis dans tout les films on sait que les héros ont munitions infinie. Bon t’as quand même ton lance flamme que tu dois économiser, ça c’est pas open bar. Tu hésite quand même à allumer ta clope avec et puis tu te dis que quand même ça peut servir un bon lance flamme. Dans cette situation tu te dis que Yumi te parlerais encore de son Bob le Pyro Barbare, que lui il allumerait ton cancer du poumon en claquant des doigts. Eureka ! Tu commences à claquer des doigts devant le bout de papier pour que ça prennent feu mais le déclic d’un nouveau missile t’arrête dans ton délire.

Heureusement pour toi que le tireur est un gros con et qu’il rate sa cible. La bombe volante passe au dessus de ton mur et part s’écraser contre un bâtiment un peu plus loin. Tu soupire et tu te dis qu’à la longue ce gars va être chiant. En même temps c’est ta faute gamine ! Tu t’es trop avancé dans les lignes rouges et maintenant y’a des psychopathe avec des gros canon qui te bloque la retraite, mais tu t’en fou pas vrai ? Faut regarder de l’avant. Tu soupire, tu te relève un pistolet à la main et tu crochètes une brique qui dépasse pour passer par dessus ton mur de protection. A peine passé tu tires deux fois vers le pyromaniaque qui pare avec son jouet qui devient inutile avec deux trous dedans. Tu remets ta cigarette en position entre tes lèvres en continuant ton sprint pour aller lui mettre un bon gros pain dans le nez mais quelque chose te semble bizarre. Le mec est penché en arrière comme si il cherchait quelque chose. La réponse s’impose à toi : un lance missile encore plus gros.

« KA-BOUM BAB- »

Tu tires trois fois sur l’arme et avant même qu’elle n’explose dans le nez de son possesseur tu te retournes pour repartir à l’assaut des lignes ennemies. Tu t’apprêtes à repasser le mur mais tu t’arrêtes deux secondes. Tu as oublié quelque chose non ? Tu retires ta cigarette de ta bouche et la tends sur le côté, un truc explose en arrière plan et viens projeter un bout de métal brulant sur ton mur qui finit par s’écrouler. Mieux. En plus il a allumé ta clope au passage. Si c’est pas merveilleux. Tu en profite pour resserrer ton bandeau bleu et tu repars droit dans les ennuis. Et l’action.


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: BAGDAD [OUVERT] Lun 22 Fév - 13:04



Battle Royal !


Feat Bagdad

Jonas attendait. Quoi ? Le signal, tout simplement. Et en attendant, il entendait ce qui se passait dehors. Pour le moment le champ de bataille qui s’étalait sur plusieurs kilomètres dehors lui semblait bien calme. Oui il pouvait entendre le bruit des balles et des explosions diverses mais pour le moment il n’avait entendu aucun rugissement monstrueux, aucun cyclone qui viendrait raser des centaines de vie en même temps. Mais bon, les orages n’ont pas toujours la même apparence n’est ce pas ? Il le savait bien ça vu qu’il allait finir par s’abattre sur ses ennemis.

Il écoutait mais il se posait une question. Enfin, cette question lui trottait dans la tête depuis quelques heures maintenant : qu’est ce qu’il devait faire pendant cette bataille ? Non parce que le Laughing Jack ne tuait pas les criminels, il les attrapait, les ligotait, les torturait, les défigurait à la limite mais à la fin ils étaient vivant lorsqu’ils se retrouvaient devant les forces de l’ordre. Mais là c’était différent, c’était la guerre.

« Il est l’heure monsieur. »

La voix d’Archimède résonna dans son oreillette, il attrapa sa mallette avant de se tourner vers les autres personnes (combattants ?) dans l’avion. Il était pas du genre à faire un discours pour encourager les troupes même si il était devenu un peu plus responsable depuis le temps… mais non. C’était pas aujourd’hui qu’il ferait un discours, il pouvait déjà plus supporter les interview. La trappe commença à s’ouvrir derrière lui, il resserra les bretelles du sac contenant son parachute, lança un grand sourire à ses compagnons d’infortune. Il vérifia la présence de son bandeau rouge sur son épaule gauche et puis il sauta dans le vide en lançant un grand cri qui mêlait la joie et l’excitation.

1. Il commençait à compter jusqu’à 10, l’ouverture du parachute qui l’empêcherait de s’écraser sur le sol. Il avait encore tant de chose à faire avant de rencontrer son créateur et la première commençait en bas. 2. Le champ gris se déroulait sous l’albinos comme un vieux rouleau poussiéreux agrémenté ci et là par des nuages plus foncé, des rubans rouges et bleus, tellement d’agitation. 3. Et pour quelles raisons ? Il n’en avait pas la moindre idée. 4. Mais bon à vrai dire il s’en fichait totalement. 5. Le sol se rapprochait de plus en plus, un de ses compagnons de l’avion était descendu à sa hauteur.

« Une bonne journée pour mourir pas vrai ? »

6. Mourir ? Non ce n’était pas dans ses plans. Il ne répondit pas. 7. Il se contenta de sourire. Le sol se rapprochait de plus en plus. 8. La tête de son compagnon explosa en vol, dans un réflexe Jonas place sa mallette devant son visage. 9. Elle était assez grande pour cacher l’intégralité de son corps en chute libre. 10. Le compte à rebours arrivait à son terme et si il attendait trop longtemps il serait transformé en purée mousseline. Il lâcha sa mallette qui restait en suspension devant lui pour le couvrir le temps qu’il tire sur la poignée d’activation de son parachute. Un coup sec suffit à relâcher le drap rouge dans les airs et Jonas avait déjà récupéré son précieux attaché caisse. D’autres parachutes ne tardèrent pas à s’ouvrir non loin de lui mais tous devinrent des cibles prioritaire pour les tireur sur le sol. L’albinos ne fit pas exception.

Quelques secondes seulement après avoir tiré sur la poignée le tissu était déjà criblé de trou. L’albinos soupira, au moins sa chute serait ralentie. Un rapide regard vers le sol lui indiqua qu’il s’apprêtait a tomber au milieu d’un groupe de bleu, il soupira de nouveau, cette journée commençait mal. Il ne restait plus que quelques secondes avant qu’il ne heurte le sol, d’un geste souple il se retourna pour faire face au parachute, tira un couteau de sa veste harnaché et coupa les cordes qui retenaient son sac. Inutile de se retrouver empêtrer au milieu des ennemis. La légende heurta le sol en minimisant le choc avec un roulade pendant que la toile s’abattait sur les soldat, une bonne diversion, il ne lui restait plus qu’à profiter de ces précieuses seconde pour…

*clic*

Le déclic de l’arme que l’on met en joue résonna dans l’oreille gauche de l’albinos, il avait visiblement oublié un bleu dans le tas. Game over ? Peut être. Fair-play comme toujours le blanc leva les deux mains en signe de défaite, mettant en évidente le couteau qu’il tenait toujours dans sa main gauche. Une voix rauque derrière lui lui intima de rester immobile le temps que tous ses alliés se soient libérés du drap rouge. Il ne comptait pas l’éliminer tout de suite ? Ce ne serait pas un game over alors…

« Les gars ! Regardez ce que les rouges nous envoient ! Des gamins qui ne jouent avec des armes de fillettes ! » son regard rencontra celui terrifié d’un de ses camarades alors que tous les autres venaient de remettre le rouge en joue. « Ben quoi les gars ? »

« Il faudrait peut être que tu les récupères. »

La voix de Jonas était atone et un lourd silence venait tomber sur la scène. Le soldat bleu regardait les yeux écarquillés ses mains qui reposaient tranquillement dans celles de l’albinos, l’une tenant le fusil d’assaut qui lui avait servit à menacer le rouge. Il semblait particulièrement stupide dans cette situation, sans compter le flot de sang qui s’écoulait par ses avant bras qui prenaient fin prématurément.

« FEU ! »

16+:
 

L’acier mordit sa carotide, libérant un torrent rouge qui n’attendait que ça. Le rouge ne regarda même pas le corps du soldat tomber, il cherchait simplement le dernier. Sans succès. Il avait dut s’enfuir des les premières secondes, c’était celui qui avait paniqué dès que le premier avait perdu ses mains. Jonas soupira, sauta pour atterrir sur le sol en souplesse et récupérer sa mallette. Il s’autorisa tout de même un dernier regard sur sa première action de la journée. Cinq soldat ne reposeraient pas en paix ici et déjà les cris de douleur commençaient à s’échapper des gorges encore entière. La vie ne les quitterait pas aussi facilement, après tout le Laughing Jack ne tue pas. Il n’y pas d’intérêt à faire souffrir un mort.

HRP:
 

© code by Lou' sur Epicode


_________________

Best Avava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: BAGDAD [OUVERT] Mar 23 Fév - 7:20


BAGDAD

La marche des vertueux est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin, surgir l’œuvre du malin. Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, au nom de la charité se fait le berger des faibles qu’il guide dans la vallée d’ombre de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés.
Des gens & Kiyo

Ready…

Tu étais dans un endroit que tu ne connaissais pas. Enfin si, tu savais très bien où tu te trouvais, mais c’était la première fois que tu atterrissais de cette façon. C’était la première fois que tu arrivais sur un champ de bataille par les airs et balancer d’un avion. D’habitude, tu te battais dans ton monde et les avions n’étaient pas chose courant, oh non. D’ailleurs, la première fois que tu en avais vu un, c’était avec Naya, quand elle jouait au Sims. Tu lui avais demandé ce qu’était cet objet volant qui ressemblait à un oiseau. Elle t’avait alors expliqué, sans préjugés. Votre relation se reposait sur cette notion et c’était pour cette raison que, quand tu souriais comme un gosse de 5 ans dans un parc Disney Land, elle ne disait pas que tu étais cinglé. Elle te faisait confiance, même s’il t’arrivait de sauter sans parachute. En parlant de cet objet très utile pour votre survit, un militaire te demanda où était le tien et il te précisa que sans ça, tu ne pouvais pas participer à la bataille. Tu soupiras. Sauter avec un parachute était aussi peu amusant que de jouer à un jeu vidéo avec les solutions, il n’y avait plus le plaisir, de peur de l’inconnu. Mon pauvre Kiyo, dois-je te rappeler que tu n’es pas dans un jeu ? Même si les horreurs qui s’y trouvaient pouvaient penser qu’on était dans ton monde, on était bien dans celui de Naya. Une pensée qui te fit encore plus sourire. Tu allais enfin pouvoir ressentir la notion de peur pour ta vie.

Steady…  

Tu regardais le champ de bataille à travers les vitres de l’avion avant que le signal ne te dise de descendre. A ce moment, comme à ton habitude, tu sautas sans savoir où tu devais atterrir, ni même connaitre le but de la mission. Heureusement que Naya t’avait rappelé de prendre ton bandeau pour indiquer aux autres dans quel camp tu étais. Ce fut donc au poignet, pour l’instant, que tu installas ton bandeau rouge. Tu aimais bien cette couleur. Elle signifiait beaucoup de choses qui te ressemblaient : la vie, la mort et l’amour. Elle était aussi la couleur de la colère. Une couleur qui vous ressemblait beaucoup dans le fond. Tandis que tu étais dans les airs, tu échangeas quelques secondes avec Iwan, pour ne pas perdre le parachute, pour aller dans ton monde et revenir avec ta tenue de combat. Elle était composée d’une immense et lourde épée qui te fit tomber encore plus rapidement que les autres membres de ton groupe et d’une tenue de chevalier, qui stopperait la lance la plus sanguinaire. Cependant, tout comme ton épée, elle était assez lourde. Mais tu t’en foutais parce que c’était ta tenue et aucune autre, même super sophistiqué, ne pourrait remplacer ta tenue de combat. Elle signifiait beaucoup de choses et surtout ta rage de vivre et… malgré les apparences, ton côté « héros » parce qu’après tout, dans ton jeu, tu étais un héros, même le héros.

Go !

Vu le poids que tu pesais, ta chute ne dura pas aussi longtemps que les autres. Tu pouvais donc enfin arrêter d’entendre Naya hurler dans ta tête. Parce que mine de rien, entendre quelqu’un gueulé alors que tu dois te concentrer sur un – ou des – combat, ce n’était pas chose facile. Quand tu posas tes pieds sur le sol, le sourire que tu avais dans l’avion se redessina sur tes lèvres. Tu étais heureux, très heureux d’être ici. Tu te sentais revivre. Tu allais pouvoir redevenir l’être que tu étais de base : un tueur. Parce que oui, tu ne te voilais pas la face et c’était pour cette raison que tu détestais les « héros » : pour rendre heureux les gens, tu tuais les monstres. Il t’arrivait même de tuer des gens. Et les gens applaudissaient et fêtaient tes exploits. Seulement, tu te retrouvais avec du sang sur les mains. Toutefois, quand un criminel tuait des gens, les gens hurlaient au meurtre et réclamaient vengeance. Une vision des choses que tu ne supportais pas. Les gens jugeaient tes actes en fonction de ta position. Si tu étais du bon côté de la barrière, tu pouvais tuer autant de gens que tu voulais, mais quand tu te retrouvais du mauvais côté, rien que le fait de posséder une arme était condamnable de pendaison. Une philosophie que tu ne partageais pas avec le commun des mortels.

Maintenant que tu étais sur le champ de bataille, tu allais pouvoir t’amuser et tu commenças avec un petit groupe de personne qui ne semblait pas avoir le même bandeau que toi. Tu leur tranchas la tête sans même vérifier tes suppositions. Si tes pensées étaient bonnes, ton geste fit réfléchir Naya. Elle te proposa de mettre ce bandeau sur un endroit assez visible pour qu’on puisse te voir avec d’assez loin. Tu décidas de le mettre au niveau de ton épaule droite. Le carnage allait pouvoir commencer et d’après ce que tu voyais, les gens étaient aussi motivés que toi et Iwan. Vos deux âmes allaient faire le concours de celui qui aura tué le plus de personnes.

Que le match commence !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train d'arpenter les rues ou d'innover à domicile.
❝ POINTS : 449

MessageSujet: Re: BAGDAD [OUVERT] Mer 24 Fév - 2:34

BOOOMBS OVER BAGDAAAAAD

________________________________________________
 
Saints Row 4 – "Meet the president" trailer music

All-Star

________________________________________________


La ville était belle vu d’en haut… Enfin, belle. Disons qu’elle me fait penser à Hokuto no Ken. Dans Ken le survivant y’a pas d’avion? C’est vrai. Je suis au sommet d’un immeuble pour avoir ce point de vue imprenable, le tout vêtue de mon costume d’intervention, au détail près que ma cravate au lieu de sa couleur sombre et sobre habituelle était cette fois d’un bleu voyant, limite pétant. Le bleu de Sonic, je trouvais ça plus stylé que de porter un brassard. Bref. Mon immeuble était des rares à être encore debout, par ailleurs. J’avais déjà un bon nombre de victimes derrière moi, la plupart étant actuellement étendus derrière mois empilés sur une jolie mare écarlate. J’appelle ça m’occuper des squatteurs. La guerre, que voulez-vous. Hm ? Un missile. On dirait que j’étais sensée le recevoir. Notez la nuance, car le mec visait comme un pied… Oh, je vois, son missile était téléguidé. J’amenais D.I.C.E. à ma main pour pianoter quelques touches. Hm ? Oh, c’est un ordinateur portable à interface holographique qui me permet de faire tout et n’importe quoi, et qui lévite pour être à portée de main sans devoir le tenir, ou bêtement un cube orange volant qui affiche une interface qui fonctionne sous le même principe que mes armes, des hologrammes tangibles. Bref, le missile piraté après cette manœuvre revint vers son propriétaire. Un coup de zoom dans les lunettes à zoom réglable (des jumelles en plus classe, si vous voulez) intégrées à mon masque pour voir la tête effrayée du bougre avant qu’un nuage de poussière ne vint masquer le spectacle brutal et probablement sanglant de son trépas. Note à soi-même, intégrer une fonction appareil photo quelque part.
Ceci fait je remarquais plusieurs avions qui amenaient d’autres challengers. Bleu ou rouge ? Les participants l’affichaient mais pas les avions. Compréhensible, ils se feraient pirater aussi, sinon, huhu. Me saisissant de l’une de mes armes pliées dans mon dos, je ne la déployais pour dévoiler une crosse, la gâchette, et la lunette du mode fusil de ma Sniper-scythe. Lunette à travers laquelle je jetais un œil en direction du débarquement. Des rouges ! Et quelques têtes connues parmi les parachutistes. Dont une figure aux cheveux blancs que je taquinais à ma façon en abattant le type juste à côté. Après, d’autres feront une chute plus violente que les autres une fois leurs parachutes troués, purée de tomate à l’arrivée garantie. Oh, je sais que j’aurais pu abattre la Légende, mais ça serait tellement moins drôle ! Le carnage effectué, je fis quelques moulinets de fusil avant de lui faire reprendre sa forme ‘rangée’, lui faisant reprendre sa place sur mon dos. Allez, fini de rêvasser, y’avait du monde en bas. Petit coup d’œil au pied de l’édifice… Tiens, réunion stratégique de rouges ? Six, tous équipés d’armes à feu. Du gâteau. Au bord du gouffre, je me laissais pencher en avant jusqu’à la chute. Quoi ? Non, je n’avais pas une subite envie de suicide, disons simplement que certaines améliorations de mes bottes me permettaient des sauts bien plus osés. D’ailleurs, j’avais le temps de faire ma plongeuse olympique. Pirouettes, galipettes, cacahuète… Bon, j’aurais aimé avoir le dernier, mais on peut pas avoir le beurre l’argent du beurre, et une gâterie de la crémière.
J’ai quand même fini par me redresser pieds vers le avant de finir ma chute, pour ne pas finir en masse informe dans un bain de sang à l’arrivée, vu que mes bottes m’évitaient cette sorte de fin. Bien sûr, les coups de feu retentirent. Ils avaient tous vidé leurs chargeurs sur moi ! Enfin, ce qu’ils pensaient être leurs cibles avant d’être forcés à recharger,  les cons. Héééé oui, un hologramme qui ne bougea pas d’un iota après la chute si ce n’est les déformations dues aux balles. Je ressortis de ma cachette de fortune que mes quelques secondes de furtivité post-invocation d’appât me permettaient de trouver, et après que ces deux autres fonctions de D.I.C.E. m’eurent permis de prendre mes ennemis dans une situation peu enviable, je souris derrière mon masque en piochant une carte. Un Joker. Note, l’accompagner d’un parapluie à l’avenir, je ne voudrais pas créer le confusion en m’aspergeant de sang, ce qui me rendrait bicolore dans tout ce bordel.
 
" Mauvaise pioche pour vous, les gars. "
 
Je vous ai dit que j’avais ajouté une particularité à chacune de mes armes, depuis ? Auparavant j’ai dû bidouiller et bricoler pour créer des contraintes suffisantes à contenir cette puissance, mais aujourd’hui, c’était différent ? Les mignons, certains voulaient me sauter dessus, d’autres essayaient de remettre des munitions dans leurs armes sans se douter de ce qui se passerait lorsque que ma faux virevolterait. Enfin, comment dire ? Je pense qu’ils s’en doutaient, qu’ils allaient finir en rondelles, mais certainement pas sans que j’aie à les toucher. Oui, la particularité de ma faux était d’avoir une seconde lame invisible par-dessus la première me permettant d’allonger ma portée et de porter des coups furtifs. Faisant aller ma faux dans le vide dans tous les sens telle une majorette, m’amusant même à danser lors de cette représentation macabre, jusqu’à ce qu’elle se finisse dans un bain de sang ou je restais seule survivante. Ce rouge pétant vous allait bien, mais ce rouge hémoglobine vous va tellement mieux.
 
" See ya in hell, suckers. "
 
Ceci fait, je continuais d’arpenter le no man’s land en attendant de voir qui serait ma prochaine victime… Ou de voir si quel qu’un arriverait à m’ôter la mienne. Si ça devait arriver, au moins je me serais bien éclatée avant le moment fatidique.  



(~#Yolo)
________________________________________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: BAGDAD [OUVERT]

Revenir en haut Aller en bas

BAGDAD [OUVERT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'illogisme du temps :: Les WTF-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com