.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 816

MessageSujet: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Lun 18 Avr - 23:14

Une fois de plus je me ballade de nuit en quête d'informations, pourquoi de nuit ? Et bien parce que mes cauchemars m'empêchent encore une fois de dormir, que la lune est sublime ce soir et que vue qu'elle me tiens captive elle me doit bien de me laisser l'admirer quand elle aussi belle et parce qu'on ma dit que la personne que je cherchais se baladait souvent de nuit, pourquoi les médiums passent-ils leurs vies à rester dehors la nuit alors qu'ils sont libre de vivre le jour ? Enfin on pourrait me retourner la question en me demandant ce que je fou là.
Mes nuits sont plus agitée que jamais en ce moment, depuis ma rencontre avec Blue je revois constamment la mort de Rose, elle n'a pas pue m'en dire beaucoup plus mais m'a confirmée que ce n'était pas un nom d'emprunt, je n'arrive pas à m'ôter cette culpabilité, enfin bon Blue m'a dit qu'on pourrait aller au cimetière quand je me sentirai prête. De toute façon je ne suis pas là pour ça, la nuit a beau être bien clair avec une brise agréable je n'y prête aucune attention ou presque, je me dirige vers une silhouette seule dans la nuit, mes oreilles sont instinctivement rabattues en arrière, elle aussi empeste la mort tout comme Blue, je n'aime pas cette odeur, elle me rappelle le centre ainsi que mes crimes. J'interpelle la silhouette :

- C'est toi Alexia ? On m'a dit que tu aurais peut-être des infos pour moi !

J'essaie de paraître plus sure de moi que je ne le suis en réalité et plus vieille aussi même si c'est pas facile quand je fais déjà beaucoup plus jeune que mon âge, j’espère ne pas lui faire peur comme à beaucoup d'autre élèves, enfin bon elle est dans une classe supérieur elle à peut-être pas entendue parler de la renarde folle furieuse que je suis, d'Aidan le danger public, la captive de la lune bonne à enfermée tout court...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Mer 20 Avr - 21:12

Ce n’était pas la première fois qu’Alexia se promenait de nuit dans l’école. A vrai dire, elle le faisait même tellement souvent qu’elle en avait oublié les heures officielles du couvre-feu, si tant est qu’il y en avait un pour les élèves vivants dans les bungalows. La jeune femme était une habituée des insomnies. Pendant longtemps, elles avaient été causées par les fantômes qui venaient lui parler la nuit, puis lorsqu’elle avait fini par s’y habituer, la farandole de cachets des éminent psychiatres avait pris le relai, et puis les piqûres et traitements administrés pendant son séjour en hôpital psychiatrique avaient achevé de détruire sa santé et son rythme de sommeil, la laissant avec une nature à fleur de peau, qu’elle savait par ailleurs gérer honorablement.
Ainsi, ce soir-là, elle n’avait toujours pas réussi à s’endormir, malgré 3 heures à se forcer à garder les yeux fermés. Et pour couronner le tout,  elle avait récemment rencontré un fantôme qui avait été ménestrel en son temps, et qui, ravi d’avoir enfin trouvé un auditoire vivant, s’était mis en tête de réciter à l’infortunée jeune femme tous les récits médiévaux qu’il savait par cœur, même après près d’un millénaire d’errance. C’est vous dire le niveau d’intérêt du bonhomme.

Alexia, qui marchait d’un bon pas dans la nuit, tentait de faire abstraction du récit de Tristan et Yseult que lui déblatérait le spectre, afin de gouter un peu au calme du parc désert. Mais cela semblait être peine perdue. Même Daniel, son meilleur ami, et le seul fantôme qui ne venait jamais à bout de sa patience, se contentait de flotter silencieusement à côté d’elle, pour ne pas en rajouter une couche.
Résignée, la jeune femme s’était assise sur un banc au moment où le récit avait atteint le moment du pardon du roi. Elle avait fermé les yeux, croisé les jambes, doucement posé ses mains au creux de celles-ci, et avait entreprit des exercices de respiration dans le but de se vider l’esprit. Si elle arrivait à se calmer un peu, elle arriverait même peut être à s’enfermer dans son esprit pour ne plus entendre les rimes du fantôme ménestrel. C’était en tout cas vers cet objectif qu’elle tendait. Elle se concentrait d’ailleurs tellement qu’elle ne fit pas attention lorsqu’elle entendit son nom, mettant cela sur le compte d’un fantôme inintéressant de plus. Il fallut que Daniel s’adresse à elle pour la faire revenir.

« Alexia, on te parle. »

« hein ? »
 baragouina la jeune fille, surprise d’être interrompue dans sa méditation.

« La jeune fille en face de toi. Elle dit que tu as peut-être des informations pour elle. »

Alors seulement, Alexia sorti vraiment de sa torpeur, et avisa la petite silhouette aux oreilles rabattues qui se tenait devant elle. Aux oreilles rabattues ? La spécificité n’échappa pas au ménestrel, qui en interrompit son récit.

« Mais dites-moi, cette fille a des oreilles ! C’est cocasse ! C’est très cocasse ! ça me fait penser à ce récit du roman de renard qui… »

A ce stade-là, Alexia ne l’écoutait déjà plus,  et le fantôme se lançait dans un nouveau récit, sautant du coq à l’âne sans plus de logique. Le regard désabusé de la vivante passa sur le spectre comme au travers d’une vitre, pour se poser pour la toute petite personne qui lui faisait face. Des oreilles d’animaux. Décidément, on croisait de tout dans cette école. Mais l’heure était plutôt au business. Alexia lança un regard entendu à Daniel. Le regard qui signifiait « dit moi tout ce que tu sais sur cette personne ». Elle aimait bien savoir à qui elle avait affaire. Alors, tandis qu’elle s’adressait à la jeune élève, Alexia écoutait d’une oreille le discours de son ami fantôme, comme son cerveau habitué au bruit permanent lui autorisait de la faire.

« Il y a des chances en effet. J’ai pleins d’infos à ma disposition. Qu’est-ce qu’il te faut ? » demanda-t-elle, tandis que dans son oreille droite, bourdonnait la voix de Daniel.

« Cette fille-là à un truc avec le soleil d’après ce que j’ai compris. Une allergie, ou un truc du genre. Je sais pas très bien comment ça marche, mais ça lui active son pouvoir si j’ai bien compris. J’ai aussi saisi qu’elle a été utilisée comme cobaye pour des expérimentations illégales. Elle est très instable apparemment. Méfie-toi, elle est dangereuse apparemment. »

Alexia, pour toute réponse, se contenta de pencher légèrement la tête sur le côté. Si Daniel savait interpréter ça comme le signal qu’elle avait bien reçu le message, une personne extérieure n’y voyait généralement guère qu’un signe d’intérêt poli pour la conversation en cours. Néanmoins, la jeune fille prêtait attention à son interlocutrice de chair et d’os. Difficile de croire cette petite fille, qui semblait tout juste sorti de l’école primaire, puisse être dangereuse. Ses oreilles velues la rendaient plus mignonne qu’autre chose. Et justement, Alexia n’aimait pas se fier aux rumeurs. Elle jugeait sur ce qu’elle voyait, et il n’y avait là rien qui justifiât une quelconque hostilité, en conséquence de quoi elle adressait à sa jeune interlocutrice un sourire bienveillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 816

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Jeu 21 Avr - 19:09

Alexia me calcule pas tout de suite, je finit par me demander si je devrais pas la secouer mais c'est le moment qu'elle choisit pour remarquer ma présence, elle m'observe un petit moment comme si elle cherchais à tous savoir de moi rien qu'en me transperçant du regard, je ne sait pas trop quoi penser, elle finit pas daigner me répondre :

- Il y a des chances en effet. J’ai pleins d’infos à ma disposition. Qu’est-ce qu’il te faut ?

Je commence à me demander si je dois vraiment lui dire ma requête, ça va lui paraître étrange qu'une gamine de mon âge cherche de telles informations mais en même temps j'en ai besoin si je veux pouvoir me venger, après tout je peux lui demander sans préciser ce que je vais faire avec toutes ces informations, j'inspire un grand coup histoire de me calmer en redressant un peu mes oreilles :

- Et bien voilà … Je cherche des informations sur un homme membre de la mafia italienne nommé Al Capone, le même nom que le célèbre bandit, il doit être assez bien placé, quand je dit italienne je pense surtout à la mafia napolitaine. Je cherche aussi des informations sur des hommes qui ont autrefois gérés un centre de recherche, je sait pas combien ils sont exactement mais l'un d'entre eux est recherché par Interpol pour meurtre…


Je sait pas si j'ai été assez précise mais c'est tout ce que j'ai comme informations pour l'instant et j'espère qu'elle pourra m'en donner plus, je me souvient soudainement d'une autre chose qu'on m'a dit à propos d'elle, ces services ne sont pas gratuits, je me demande pourquoi tous est payant en ce bas monde, pourquoi il n’existe pas d'autre solutions pour ceux qui ne possède rien. J'inspire un grand coup réfléchissant à comment je vais tourner ma phrase, je choisit mes mots avec soin tout en jouant avec mon pendentif :

- Par contre j'ai pas vraiment d'argent mais je peux me débrouiller pour trouver de quoi payer enfin sauf si ça nécessite de tuer des gens à moins que ce soit des gens qui ont commis de mauvaises actions mais même si c'est le cas faut pas qu'ils aient de famille…

Mes oreilles se sont à nouveau plaquées contre mon crâne, voilà qu'elle va me prendre pour un assassin qui adore tuer, enfin elle aurait pas totalement tord je suis un assassin à la différence que je ne tue pas vraiment pour le plaisir enfin pas consciemment en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Mar 26 Avr - 2:23

Si on avait déjà sollicité Alexia pour des renseignements sensibles et potentiellement dangereux, c’était en revanche la première fois que ce genre de demande émanait d’une gamine de 14 ans à tout casser, qui plus-est équipée d’une paire d’oreilles velues qui lui donnaient l’air d’une peluche. Oui, la demande était surprenante. Alexia s’attendait plutôt à une renseignement de type « quel est le sujet du prochain devoir de telle classe » ou « est-ce que machin est vraiment amoureux de untel et trompe bidule ». Non, vraiment, ce n’est pas qu’elle voulait dénigrer, mais les demandes des étudiants de l’académie, surtout ceux qui étaient dans l’âge de l’adolescence, tournaient beaucoup autour de ça. Et notre informatrice aurait sans doute été ravie de rencontrer une maturité insoupçonnée, si la demande n’avait pas été par ailleurs aussi… sensible.

La mafia. Rien que ça. Même en faisant abstraction de la personne qui avait eu l’idée brillante de se donner le même nom que le célèbre bandit, ce qui était au choix du narcissisme extrême, ou un manque de confiance mal dissimulé, le simple fait qu’une gosse de 12 ans s’intéresse à ce monde avait de quoi surprendre. Et justement, Alexia était surprise. Son sourcil droit se haussa, mélange subtil de perplexité et de méfiance. Qui ne dura d’ailleurs pas longtemps, puisque dans la foulée, la petite rousse lui parlait de centre de recherche et d’hommes recherchés par interpol.
Alexia échangea un regard entendu avec Daniel. Avec ce qu’il lui avait dit, il ne fallait pas être un génie pour se faire une idée du tableau. Une personne sur qui on avait fait des expérimentations illégales, qui serait apparemment dangereuse, et qui recherchait des scientifiques crapuleux issus d’un mystérieux centre de recherche. Alexia doutait fortement que le but fût d’aller leur offrir des fleurs. Ça sentait la vengeance.

Déjà, l’idée en elle-même ne réjouissait pas tout à fait notre médium, qui était plutôt humaniste, et qui s’appliquait à respecter ses principes, mais la suite vint lui confirmer sa dérangeante impression.
Tuer des gens. Ha. Vous voyez cette sensation que vous avez lorsque vous marchez fièrement et que vous ratez une marche? C’était à peu près ce qu’Alexia ressentait. Pour sa défense, une gamine de 11 ans qui vous propose d’aller buter de la populace pour vous payer, ça a de quoi surprendre. Pour le coup, un silence stupéfait était tombé. Même le ménestrel, qui n’avait pas cessé de parler depuis 5 heures, en restait bouche bée. Une fois la stupeur un peu atténuée, Alexia échangea de nouveau un regard lourd de signification avec Daniel. Il allait falloir mettre quelques petites choses au clair. Et par quelques petites choses, Alexia voulait dire à peu près tout. Elle prit alors une grande inspiration, et posa les mains sur les épaules de la petite chose, non sans quelques hésitations, ce qui faisait de la scène un moment tout à fait inconfortable. Appuyant sur les épaules en question, Alexia fit asseoir la petite sur le banc.

« Alors… On va se calmer très vite. Personne ne tue personne, et surtout pas à ma demande. Je sais qu’on pense souvent que les gens qui donnent des infos ne sont pas très concernés par les autres, mais il va falloir changer d’image là ! hein ! »

Elle n’en revenait pas. Comment de telles pensées pouvaient bien venir de manière aussi naturelle à une gamine comme ça ? Passé sa stupeur, Alexia s’assit sur le banc à côté de la petite, décidée à lui sortir toutes ces histoires de meurtres de la tête. Toutes.

« écoute, je sais que je demande toujours au gens de payer les infos, mais je suis pas un parrain de la mafia hein ! Les représailles physiques pour impayés, c’est vraiment pas mon truc. Si je demande toujours aux gens de payer c’est juste parce que sinon, ils abuseraient et voudraient tout gratuit. Je suis bien placée pour le savoir ! »

Et en effet, c’était plus pour le principe, et pour se donner une réputation, mais dans les faits, il arrivait que le prix demandé soit plus symbolique qu’autre chose. Tout dépendait, elle s’adaptait. Déjà, grâce à ses fantômes, elle savait qui avait les moyen et qui ne les avait pas. Ensuite, son but «était juste de pouvoir vivre avec ce qu’elle gagnait, alors elle ne demandait pas de sommes trop astronomiques. Alexia n’avait jamais été vénale. Toutefois, ceci dit et comprit, restait un autre point à éclaircir : le but de la petite.

« Et d’ailleurs tant qu’on parle de violences, ce n’est pas très courant, une personne de ton âge qui veut des renseignements sur la mafia et des trucs d’expérimentations. Tu n’as pas franchement le profil pour ce genre de recherche. Pourquoi il te faut de tels renseignements ?»

A vrai dire, elle testait un peu la jeune fille à cet endroit. Voir si celle-ci allait lui dire que c’était une histoire de vengeance. Alexia n’en était certes pas sûre, mais les chances lui semblaient bonnes. Ça l’aiderait à voir à qui elle avait affaire. Et puis, si son interlocutrice s’obstinait, elle pouvait toujours sortir la carte du « je sais tout ».Ce qui n’était pas entièrement faux, du reste. Parce que non, définitivement non, Alexia ne donnait pas ses informations à la légère, et il n'était pas question de donner des renseignements qui pouvaient mener à une quelconque tragédie, que ce soit une gamine tuée par des mafieux, ou des mafieux tués par une gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 816

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Mar 26 Avr - 11:06

Alexia semble interloquée par mes paroles, non pire, choquée, enfin bon ce n'est pas étonnant vu ce que je viens de lui demander, elle semble longuement réfléchir avant de me prendre par les épaules pour me forcer à m'asseoir, je réprime un grognement suivi d'un violent mouvement de recul, je ne supporte pas qu'on me touche, c'est comme… un genre de réflexe… mêlé à de la peur peut-être, il faut dire que les seules personnes qui m’ont touchée jusqu’à présent l'ont fait pour m'attacher afin que je ne bouge pas trop quand ils me balancerais des radiations qui me forcerait à les supplier d'arrêter en pleurant ou bien pour m'attacher de nouveau mais à une table le temps de modifier mon ADN, en bref ceux qui m'ont touchée jusqu'à présent l'on fait pour me faire passer du statue d'être humaine terrifiée et désespérée à celui de cobaye même plus humaine sans identité et dont la vie ne n'a aucune valeur pourtant toujours terrifiée et désespérée. Bien sûr Rose à été la seule exception à cette règle, je savait que si elle me touchait ce n'était pas pour me faire du mal, elle ne m'aurait jamais fait de mal, la preuve elle m'a laissée lui en faire alors qu'elle avait sûrement une arme dissimulé sous son déguisement d'infirmière. Je secoue la tête… Ne pas penser à Rose.

Elle s’assoit à coté de moi pendant que je me retiens de la mordre, elle peut pas savoir que je n'aime pas le contact après tout, elle est pas médium…. Enfin si, c'est justement pour ça que je vais la voir.

La jeune fille semble choisir longuement ses paroles avant de s'exprimer d'un ton sérieux et un brin autoritaire, celui que prenne les adultes pour faire la morale à un enfant en bas-âge et innocent, je sait que j'ai l'apparence d'une gamine de 10 ans mais je pense pas qu'on puisse toujours me considérer comme une enfant avec ce que j'ai vue et vécue : les gens mourants, agonisants, hurlant qu'on les achèves à cause de la douleur, les scientifiques qui continuaient encore et encore leurs expériences s'en fichant de nous torturer, … Et même si on enlève ce point on peut clairement mettre en doute mon innocence avec tous ceux que j'ai tués :

- Alors… On va se calmer très vite. Personne ne tue personne, et surtout pas à ma demande. Je sais qu’on pense souvent que les gens qui donnent des infos ne sont pas très concernés par les autres, mais il va falloir changer d’image là ! hein !

Écoute, je sais que je demande toujours au gens de payer les infos, mais je suis pas un parrain de la mafia hein ! Les représailles physiques pour impayés, c’est vraiment pas mon truc. Si je demande toujours aux gens de payer c’est juste parce que sinon, ils abuseraient et voudraient tout gratuit. Je suis bien placée pour le savoir !

Et d’ailleurs tant qu’on parle de violences, ce n’est pas très courant, une personne de ton âge qui veut des renseignements sur la mafia et des trucs d’expérimentations. Tu n’as pas franchement le profil pour ce genre de recherche. Pourquoi il te faut de tels renseignements ?


Comme je le pensait elle me fait la morale, je commence à lui sortir une excuse toute préparée :

- Ba si je cherche un parrain de la mafia c'est parce que c'est mon tuteur et qu'on est séparés depuis longt….

Je m’arrêter en pleine phrase, elle a bien dit « expérimentation », je ne lui ai jamais parlée de ça pourtant, j'ai juste dit un centre de recherche, quelque chose me dit qu'elle en sait beaucoup plus sur moi que ce qu'elle veut bien dire et qu'elle à sûrement déjà tout deviné de mes intentions, je soupire, pourquoi il faut que je choisisse des médiums comme informateur aussi :

- Bon ok je cherche mon tuteur parce qu'il m'a vendue et les scientifiques pour m'avoir tout pris y compris mon humanité, mais si je les trouvent je pourrait les confier à la « justice » afin qu'ils répondent de leurs actes.

J'espère que mon mensonge va passer, enfin je peut-être dit « justice » avec un peu trop d'amertume pour ça, il est clair que je n'ai plus aucune confiante en eux après toute ces années, si ils faisant bien leur boulot on m'aurait confiée à un meilleur tuteur, si ils faisait bien leur boulot le centre n'aurait jamais pu commencer ses expériences et on les auraient arrêtés immédiatement, Rose, Eddy et Sora ainsi que le bijoutier ne seraient jamais mort. Alexia pourra me dire ce qu'elle veut je suis résolue à faire le travail de la justice même si je dois mourir, ne serait-ce que pour venger ceux qui m'ont été chers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Dim 29 Mai - 22:17

Note à soi-même : tout comme on ne touche pas les chiens qu’on ne connait pas avant de s’être assuré qu’ils ne sont pas agressif, penser à éviter de toucher les petites filles à oreilles qu’on ne connait pas avant de s’être assuré qu’elles ne sont pas agressives.
Non pas qu’elle ai tenté de mordre, mais Alexia avait eu la très nette impression que tout le corps de la petite s’était raidi, les muscles bandés, prête à bondir. Restons prudent. Daniel lui-même était d’accord. Tandis qu’Alexia s’adressait à la jeune fille, il lui souffla ses remarques à l’oreille. Un des nombreux talents de la médium étant de savoir se concentrer sur plusieurs choses en même temps, ce n’était pas si dur pour elle d’enregistrer ce que son ami lui glissait à l’oreille tout en parlant à une tierce personne.

« Elle a failli te sauter dessus là non ? Toi aussi tu as senti ? Si jamais ça se corse, tu ne te poses pas de questions et tu me matérialise, je pourrai la retenir un peu le temps que tu t’enfuis. »

A la fin de son discours, Alexia fit une légère moue, qui faisait office de réponse au jeune homme mort. C’était faisable, bien sûr. Elle savait matérialiser les fantômes, et Daniel était celui avec qui ça lui était le plus facile, grâce à leur entente quasi-parfaite. De plus, un fantôme matérialisé qui subissait une blessure mortel ne faisait rien d’autre que de revenir à son état de spectre. Daniel n’aurait donc pas été en danger. Néanmoins, il ressentirait alors la douleur, et Alexia n’avait pas trop envie d’infliger une douleur mortelle à son ami pour sauver sa peau. En plus, la matérialisation lui donnait des crises d’asthme particulièrement violentes, ce qui n’était pas le meilleur attribut pour une fuite couronnée de succès.
La chose aurait pu s’arrêter là, le duo gardant cette solution sous le coude au cas où, et Alexia retournant s’intéresser à la réponse de sa potentielle cliente, mais c’était sans compter le ménestrel, qui tout comme les murs, avait des oreilles. Et il n’entendait pas laisser ce point dans le brouillard, lorsqu’un mot aussi intéressant que « matérialisation » avait été lâché. A partir de ce moment, il se lança dans un long palabre, exigeant des détails et informations qu’Alexia comme Daniel auraient été bien en peine de lui fournir.

« Vous matérialiser. Comment cela ?... excusez –moi, m’ignorez-vous ? Je vous prie de me répondre. Cette jeune fille peut nous matérialiser ? Il est possible pour nous de toucher à nouveau ? Comment ça marche ? Qu’est-ce qu’il faut faire ?… » et autres questions du genre, qui n’en finissaient pas.

Et si Daniel ne voulait pas lui répondre, Alexia elle, ne le pouvait pas, d’abord parce qu’il s’agissait de garder un minimum de crédibilité devant ses camarades humains vivants (elle détestait leur faire savoir qu’elle voyait des fantômes), et ensuite parce qu’elle écoutait la réponse de sa camarade en question. Laquelle d’ailleurs, s’interrompit en plein milieu de phrase. Le ménestrel en profita pour décocher une nouvelle rafale de questions, qu’Alexia prit bien soin d’ignorer, trop occupée à attendre ce qui allait bien pouvoir suivre l’histoire de tuteur, et interloquée par cette soudaine interruption.

Un soupir plus tard, la jeune fille aux oreilles lui déballait une version 2 point zéro avec révélation sibylline et une amertume tellement évidente sur le mot justice que Daniel et Alexia se sentirent obligés d’échanger un énième regard dubitatif et appuyé.
La jeune femme aux fantômes prit son temps pour répondre. Elle lâcha elle-même un léger soupir, et se passa doucement la langue sur les dents, chose qu’elle faisait souvent lorsqu’elle cherchait quoi dire. Il faut dire que la situation était délicate. Pour commencer, le ménestrel continuait à lui parler de matérialisation sans s’arrêter, et si cela ne l’empêchait pas de se concentrer sur quelque chose d’autre, l’envie de lui fermer le clapet et de lui gueuler dessus en revanche, ne changeait pas. Ensuite, comment dire « salut salut, je te crois pas. Et puis de toute façon, si tu me dis la vérité et que c’est bien ce que je crois, je t’aiderais pas. Renonce à la vengeance si c’est bien ça que tu as en tête, merci, au revoir. ». Et enfin, sachant que la petite avait l’air un brin sur les nerfs, et qu’elle était apparemment dangereuse, il y avait intérêt à être diplomate.
Elle se résolut finalement à ne rien dire de cela. Au lieu de ça, elle tenta de s’intéresser à l’histoire de la fille aux oreilles. Ça pouvait peut-être mener quelque part. Comme on dit : on sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher.

« Ils t’ont pris ton humanité ? Tu m’as pourtant l’air plutôt humaine… A part peut-être les oreilles, mais je ne pense pas que ça ai vraiment de l'importance.»

Elle n’en dit pas plus. C’était une question un peu détournée, et avec un peu de chance, elle pourrait apprendre des choses qu’elle pourrait ensuite prétendre savoir depuis toujours. Et puis, le sujet l’intéressait vraiment, et elle pensait ce qu’elle venait de dire. En plus, quel besoin d’en dire plus ? Elle n’était pas la demandeuse ici, pas celle qui avait quelque chose à gagner, pas même de l’argent, puisque la jeune fille lui avait déjà dit être sur la paille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 816

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Lun 30 Mai - 2:05

- Ils t’ont pris ton humanité ? Tu m’as pourtant l’air plutôt humaine… A part peut-être les oreilles, mais je ne pense pas que ça ai vraiment de l'importance.

Je soupire

- Bien sur, mes oreilles c'est rien, les crocs et les griffes non plus. Les gens jugent l'humanité uniquement sur l'apparence de nos jours… Mais les actes comptent aussi et tu as certainement du entendre ce que l'on raconte à mon sujet, la plupart de ces histoires sont vraies et pas les moins sanglantes… Mon apparence est peut être humaine mais pas mes actes. L'ironie dans tout ça c'est que je voulais simplement aller au soleil sans en mourir et que maintenant si je vais sous le soleil c'est pour tuer.

Je préfère pas m’attarder sur les détails, je ne cherche pas non plus à l'effrayer, elle va surement se dire que j’exagère que je me suis auto-persuadée que je n'avait plus un comportement humain, peut-être qu'elle n'aurait pas tord mais en même temps comment pourrait-il en être autrement ? Quelqu'un de totalement humain ferait pas de mal au gens.
Je me lève et reprend:

- Que tu m'aide ou pas je trouverai un moyen de les retrouver et de rendre la justice...

Je reste parfaitement calme, je pourrait m’énerver après elle mais ça ne changerai rien, je vois bien qu'elle n'est pas dupe sur mes intentions réels et personne de saint d'esprit n'accepterait de participer de près ou de loin a un projet de vengeance aboutissant à une série de meurtre.

Je ne me rend même pas compte que j'ai juste l'air d'une gamine paumée qui joue à l'adulte, impression que je donne à tous ceux que je croise. Je ne me rend pas non plus compte de la pointe de détresse dans ma voix, comme si je cherchais une autre solution malgré moi, au plus profond de moi.

Mais pour l'instant je ne vois pas d'autre solution que la mort de mes cibles pour apaiser mon cœur et ma soif de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Jeu 9 Juin - 23:02

La renarde n’avait pas l’air enchantée par la discussion, néanmoins, elle daigna répondre de manière honorable, ce qu’Alexia pris le parti de voir comme une victoire, car l’optimisme n’a jamais fait de mal à personne, parait-il.

« Bien sur, mes oreilles c'est rien, les crocs et les griffes non plus. Les gens jugent l'humanité uniquement sur l'apparence de nos jours… »

Notre médium avait beau être tout à fait disposée à croire ça, un détail la titilla tout de même.

« De nos jours ? J’aurai plutôt tendance à croire que ça n’a rien de nouveau. »

A vrai dire, si elle avait dû jauger la chose, et bien qu’elle crût tout à fait en la détestable habitude des gens à juger sur les apparences (elle y comprit, par certains aspects), Alexia était loin de penser qu’il s’agissait de quelque chose de propres à l’époque. Peut-être même était-on pour la première fois en train d’envisager le fait que c’était mal. Peut-être bien que l’on était aux balbutiements d’une société qui saurait se baser sur autre chose. La tolérance avançait, au moins dans certains pays. De l’histoire du monde, est-ce que jamais auparavant on avait tenté à ce point d’être solidaires et tolérants ? Pas sûr. Bien sûr, on commençait, on était mauvais, très mauvais. Mais qui sait…

« Mais les actes comptent aussi et tu as certainement du entendre ce que l'on raconte à mon sujet, la plupart de ces histoires sont vraies et pas les moins sanglantes… » reprit la fille aux oreilles pointues.

Ce qui était bien loin de faire fuir Alexia, qui en avait déjà entendu d’autres, avec moultes détails s’il en est, tant les fantômes aimaient les histoires glauques et sordides, qu’ils romançaient toujours avec un raffinement malsain.

« J’entends tellement de choses que j’ai appris à prendre mes distances avec ce qu’on me raconte. »dit doucement la médium, en pensant à tous les récits ornés de perles noires des fantômes.  

Il faut dire que depuis le temps, elle avait appris à faire la part des choses entre ce qui appartenait au récit brut, et ce qui relevait de l’appréciation des spectres, de leurs jugements et de leurs envolées lyriques. De plus, elle était dotée d’une foi en l’humain plutôt importance, considérant sa génération. Bref, on pouvait lui raconter ce qu’on voulait, tant qu’elle ne l’avait pas vu, Alexia se retenait bien d’émettre tout jugement. De plus, elle n’était pas de ces gens qui ont toujours besoin de désigner un coupable pour tout.

« Mon apparence est peut être humaine mais pas mes actes. L'ironie dans tout ça c'est que je voulais simplement aller au soleil sans en mourir et que maintenant si je vais sous le soleil c'est pour tuer. »

Autant vous dire qu’Alexia, qui au final ne savait pas tant de choses que ça sur l’histoire de la renarde, ne saisissait pas du tout l’ironie dont il était question. Elle échangea un regard appuyé avec Daniel, et tout deux surent sans échanger un mot qu’il s’agissait sans doute d’une référence à sa maladie liée au soleil. Le fantôme avait parlé d’allergie après tout, et si Alexia se remémorait les quelques films larmoyants et débordants de bons sentiments qu’elle avait pû voir mettant en scène ce genre de pathologie, ça collait.
En tout cas, niveau foi en l’humanité, cette fille-là était plutôt proche du trou noir. Niveau foi en elle-même également. C’était à se demander comment elle se tenait encore debout, là devant Alexia, plutôt que d’aller s’enfermer dans une grotte pour éviter des déconvenues à chacun.
Ha oui. La vengeance. C’est ça.

« Que tu m'aide ou pas je trouverai un moyen de les retrouver et de rendre la justice... »ajouta-t-elle d’ailleurs à point nommé.

Alexia d’ailleurs, était loin d’être contre cette idée. La justice était plutôt un bon principe. Une seule chose l’embêtait.

« Très bien. » dit-elle, tout à fait prête à croire que la jeune fille partirait dans sa quête de justice avec ou sans elle. « Mais est-ce que tuer des gens est vraiment ton seul moyen de rendre la justice ?»

Et c’était une question tout à fait sincère. Pourquoi pas un autre moyen après tout ? Surtout que du point de vue d’Alexia, tuer quelqu’un n’avait aucune utilité lorsqu’il s’agissait de rendre la justice. Rendre la justice, c’était faire sentir à la personne le poids de ses actions, le faire se remettre en question regretter, s’interroger. Pouvait-on faire cela lorsque l’on était mort ? Non. Non car alors, mort, on n’était plus. On n’était plus ni regrets, ni remords, ni interrogations, ni remises en question.
Et alors s’il on devenait mort, mais fantôme ? Et bien là, Alexia ne savait que trop bien que les fantômes n’avaient pas de rédemption. Ils sont intouchables. Dans un monde où personne ne peut les atteindre. Alors pourquoi s’en faire pour les victimes laissées derrières ?
Lors de ses réflexions sur son don, Alexia avait déjà envisagé l’état de fantôme comme une sorte de purgatoire. Peut-être rester à errer jusqu’au repentir. Peut-être que c’était la sentence. Seulement, elle avait rencontré des fantômes mauvais autant que des bons, et certains spectres ne méritaient rien de moins qu’un aller direct pour le Paradis.
Alors elle ne savait pas le fin mot de la chose, mais voilà, pour elle, tuer des gens, quel qu’en soit l’issue, n’aidait et n’aiderait jamais en rien la justice. C’était une échappatoire, rien de plus. Elle ne savait trop comment l’expliquer à cette jeune fille, qui avait de toute évidence vécue des choses bien plus dures qu’elle. Mais elle espérait que sa phrase, son ton doux, peut-être, juste peut-être, lui donnerait matière à réflexion, à élargir le débat, qui sait…
Car tuer, c’était se venger. La justice, c’était différent.
Et puis, comment lui dire, que peut être, il existait une chance que ses agresseurs une fois tués, deviennent des fantômes sûrs d’eux, intouchables, hors d’atteinte de tout ce qui pourrait les faire souffrir, et qu’alors cette vengeance, n’aurait été que leur libération ?

« Les gens, quand ils meurent… Ils n’ont plus accès aux remords. » dit-elle.

Elle ne trouvait pas de meilleure façon de l’exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 816

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Ven 10 Juin - 16:31

La jeune fille étrange commence à me sortir un discours sur les vertus de la justice et sur le fait qu'une fois mort ils n'auront plus à assumer leurs actes… Si elle savait combien de fois je l'ai entendus ce discours, je serre les poings devenant soudain beaucoup plus dures que mon age le laisse supposer, je ne me rend pas vraiment compte non plus de ce changements d'aptitude :

- C'est bien beau de parler de justice mais concrètement elle fait quoi ? A part en avoir rien a foutre ! Trois ans ! Trois longues années, c'est le temps que j'ai passée enfermé a servir de cobaye pour ces mecs, trois années à me lier avec des gens qui devait finalement mourir suite à leurs expériences cheloues ! Et la justice elle à fait quoi ? RIEN ! Elle a rien fait la justice… Elle les a laissés faire et ils auraient continués si y'avait pas eu cet accident


Je reste plantée là, au clair de lune, tremblante de rage, les poings serrés au point  que mes phalanges apparaissent, la mâchoire crispée, les yeux brillants la colère et les souvenirs faisant monter mes larmes :

- Me venger n'est peut-être pas la meilleur solution mais au moins ils ne pourrons plus faire de mal à personne...


Je n'évoque pas la possibilité que moi aussi je risque d'y laisser la vie mais en même temps ça serait peut-être pas plus mal, au moins j’arrêterai de voir sans cesse leurs visages, ceux de mes amis et ceux de mes victimes, de toute façon elle peut dire ce qu'elle veux je ne changerai pas d'avis, ça fait deux ans que je tiens debout uniquement grâce à mon désir de les faire payer, deux ans que c'est ce qui m'empêche d'aller les rejoindre dans la mort.

Je sais qu'une fois calmée je regretterai amèrement mon agressivité vis à vis de cette fille qui tente seulement de m'aider et de me guider mais pour l'heure son discours empli de naïveté m'a exaspérée, si la justice servait vraiment ça se serait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour Aujourd'hui à 9:55

Revenir en haut Aller en bas

On ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: La cour et les jardins :: Les jardins-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit