.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 492

MessageSujet: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Jeu 21 Avr - 17:58

Je n'allais pas souvent dans les vieux quartiers, en fait si, trois fois par semaine, mais à peine quelques heures, néanmoins, je ne voulais pas non plus y passer mes journées. Le mercredi et le week-end, j'allais à la maison de retraite de Laurel. J'évitais de le crier sur les toits bien sûr, les vivants ont ce mauvais penchant pour la moquerie quand quelqu'un faisait quelque chose de nouveau, et je n'aimais pas ça, comme les morts. Dommage que les grand-mères n'ont pas cette notion du silence, j'en entendais des vertes et des pas mûres dans la résidence, et les regards des descendants sur ma personne... Hilarant. Si ça vous vexe qu'on me dit mieux que vous, vous n'avez qu'à vous occuper de vos vieux, hein, je ne les séquestre pas. C'est plutot l'inverse en fait! Ah, mon premier jour ici, je m'en souvenais comme si c'était hier. Le groupe de hippies que je n'avais pas cessé de suivre avait eu la chic idée d'aller "faire la bise à Mamie", la-dite "Mamie" était la femme d'un des types -chacun son orientation, y en a qui aime des jeunes, c'est pas mieux- autant dire qu'elle était très contente de le voir... jusqu'à ce qu'elle me découvre. Joli quiproquo, une bonne baffe, et me voilà la catin qui osait la cocufier, je devais avoir quoi... 14-15 ans? Y a que les vivantes qui ont l'idée de prendre le mec des autres! Finalement, vu que l'amoureux transi voulait raisonner sa femme, on est resté dans la maison, au grand dépit des assistantes, il faut dire qu'on était une bonne dizaine d'individus, ça fait beaucoup. C'était ce jour-là que j'avais appris à jouer au Bingo, c'est fou ce que c'est jouissif d'avoir les bons chiffres. Après une petite pause gouter, j'ai eu le privilège de me retrouver en face de "Mamie" pour la prochaine partie, son regard assassin sur moi, elle fut directe: "Je vais mourir, c'est ça? Bah tu peux toujours courir, je crèverais pas avant une bonne dizaine d'années! Elle mourut dans la nuit. On avait tous veillé sur elle, Mamie ne savait pas pour mon don, les autres si, même si la plupart du temps ils ne prenaient pas ça au sérieux. Pour une fois, ils me regardaient avec ce qu'on pouvait appeler un grand respect -je crois qu'ils avaient pris du cannabis avant d'aller voir Mamie. Depuis... J'étais restée ici pour veiller sur les "Mamies", ouais, y en a 5 en tout, et elles, elles tenaient bien le coup, tout le monde sait pour ma situation à présent mais les vieux n'ont pas l'air soucieux de ça, en fait, ils s'amusent à parier sur leur jour de mort à présent. Si j'ai raison, j'ai le droit à leurs fortunes, si j'ai tort, je leurs dois 5 dollars, un peu cinglés sur les bords mais la plupart sont délaissés par leurs enfants donc...

Ce soir, j'allais enfin savoir si je gagnais, Bill a 99 ans et c'est son anniversaire dans quelques heures, j'avais parié qu'il mourrait tout juste à ses 100 ans, ce n'était pas une facette de mon talent mais en observant bien les ames des gens, je pouvais deviner comment ils mourraient et quand, approximativement, et je cotoyais tellement ces personnes plus agés qu'un Caprice des Dieux, que j'étais sûre de mes dires. Les assistantes m'avaient dans le collimateur depuis mon arrivée, là où elles galéraient, j'excellais, y a qu'à voir les petits vicieux aux mains baladeuses, ils m'adoraient! Mais revenons à Bill, d'ordinaire, je restais qu'une ou deux heures, le temps de la bise et d'une partie de Bingo ou autre activité, cette fois ci, j'étais restée jusqu'aux alentours de 19 heures, je l'aimais bien Bill, c'était un peu mon "psy", drole, il éclatait d'un rire tonitruant quand je me plaignais un peu des morts, c'était limite s'il ne me prenait pas pour sa petite soeur disparue puis retrouvée, et tout ce que je disais, il le notait sur un cahier de Bingo, pourquoi? Je l'ai appris aujourd'hui. Un bouquin. Nom de Dieu, ce barge avait passé des nuits entières sur un ordinateur pour écrire mes mémoires, "héritage, ma p'tite, comme ça, si tu as perdu, tu auras quand même un truc de ma part!" Sacré Bill, t'inquiète pas, tu seras le bienvenu dans ma bande d'ectoplasme! J'étais partie avec une clé USB contenant son oeuvre, qu'il espérait que je publie un jour, mais bien sûr, t'étais peut-être un écrivain avant, je vais quand même pas bafouer ton nom avec mes bêtises. En quittant le centre, je vis le chat noir de la maison passer entre mes jambes, puis, avant de grimper les escaliers vers les chambres, nos regards se croisèrent. J'aimais pas les chats, j'avais toujours l'impression qu'ils savaient qui j'étais, j'en deviendrais presque parano.

-Te goure pas de portes, c'est la troisième à gauche, veille sur lui dans la soirée jusqu'à la fin ok?

Qu'est ce qui me prenait de lui parler? Bah, peu importe, j'avais autre chose à faire. Jonglant d'une main avec la clé USB, je sortis enfin, regardant le ciel s'assombrir, j'allais pour traverser la route quand une voiture klaxonna, oups. Sursautant, je lachai la clé par mégarde. Non! Par réflexe, je fis surgir une forme translucide de mon bras, forme reliée à ma chair, celle ci récupéra l'objet alors que je me penchais pour le faire, bien évidement trop tard, un froid étrange parcourait ma chair alors que le "bras" légèrement transparent posait mon cadeau dans ma main. J'avais eu chaud! Soudain, je sentis une présence non loin de là, elle me fixait, j'en avais les poils sur la nuque qui se redressait, je n'aimais pas avoir la sensation d'être observée. Je levai les yeux et nos regards se croisèrent, tout les deux foncés et différents. Un courant électrique remonta dans tout mon être et cette fois ci, je sentais qu'on était pareille. "Et pourtant, je ne la connais pas..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Sam 23 Avr - 13:20

La nuit tombait doucement, et Alexia marchait tranquillement dans les rues du vieux quartier, entourée d’un petit escadron fantôme composé de ses fidèles : Daniel, son ami de toujours, la Marquise, qui critiquait on-ne-sait-quoi, Ava, qui râlait, et le Professeur, qui marquait un détachement poli.
Toute cette petite équipe était réunie dans un seul but : trouver Charlie. Charlie n’étant pas ici un affable bonhomme en tenue rouge et blanche, mais un chat. Un chat qui s’était enfui de chez lui pour la énième fois. Ou sans doute serait-il plus juste de dire que si sa famille d’accueil avait bien voulu comprendre qu’il est normal pour un chat de sortir faire sa vie de temps en temps, celui-ci serait rentré de lui-même après quelques temps, et chacun s’en serait trouvé tout à fait heureux. Or non, cette famille ne pouvait s’empêcher de paniquer dès que le matou disparaissait des radars pendant plus de quelques heures. Le bon point étant que ceux-ci n’étaient pas loin de rouler sur l’or, et qu’ils avaient l’ouverture de portefeuille facile. Chaque restitution féline valait son pesant d’or, et Alexia en avait vite fait un business à part entière. Elle était attitrée à la recherche de Charlie, que grâce à ses fantômes, elle n’avait jamais trop de mal à débusquer. En plus, l’animal commençait à bien l’aimer, car elle avait tendance à amener des friandises à chaque fois. En plus elle savait qu’il avait l’habitude de venir trainer dans le vieux quartier.
Bref, ces quelques heures à chercher puis jouer avec le chat étaient toujours grassement payées par la famille persuadée qu’Alexia avait été récupérer le félin dans les limbes, au prix de sa vie. Ce qui n’était pas le cas.

Alors voilà, en gros, ce qu’Alexia faisait là, au milieu de cette rue, à écouter d’une oreille discrète la Marquise et Ava qui étaient lancées dans un grand débat sur la morale et la condition féminine, tout en fouillant les alentours du regard. Le chat était hors de vue, et le débat sur la nécessité ou non d’avoir des enfants pour une femme, lorsqu’Alexia s’arrêta net, comme frappée par la foudre, le regard fixé devant elle.
Est-ce qu’elle venait vraiment de voir ce qu’elle venait de voir ? Cette fille en face… Son bras. Il y avait eu un truc. Un truc fantomatique, bizarre. Qui à la fois relevait des spectres qu’Alexia voyait, et qu’à la fois elle n’avait jamais vu. Un bras de fantôme était sorti de cette fille. Et il avait attrapé quelque chose. Comment était-ce même possible ? N’avait-elle pas rêvé ? Un effet de lumière du aux phares de la voiture qui venait de passer ?

« Vous avez vu ce que j’ai vu ? » demanda Alexia à ses fantômes.

« Ce me semble en effet. » répondit le professeur, qui avait l’air tout aussi interloqué qu’elle, tandis que Daniel se contentait de hoche la tête.

« Vu quoi ? » demanda la Marquise, qui, absorbée qu’elle était par son débat, était passé à côté du phénomène.

« Nan mais si vous me coupez la parole aussi ! » s’exclama Ava, qui n’évait vraiment rien suivi, avant d’ajouter, en se rendant compte que tout le monde s’était tu : « Ben quoi ? »

A présent la jeune fille en face s’était relevée, et elle regardait Alexia. Celle-ci ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais ses mots restèrent en suspens, tant tout ce qu’elle pouvait dire lui semblait absurde. Etait-elle vraiment sûre de ce qu’elle avait vu ? Est-ce que la jeune fille en face en avait seulement conscience ? Est-ce qu’elle s’en était aperçue ?
Alexia referma la bouche et reprit une inspiration. Elle devait en avoir le cœur net, peu importe si elle devait passer pour une folle au passage (après tout, ce n’est pas l’habitude qui lui manquait.)

« Excuse-moi de te demander ça mais… ça va te sembler un peu bizarre comme question… heuuu… Est-ce que tu es vivante ? »

C’était sans doute la question la plus étrange qu’elle ai jamais posée. Si la jeune fille en face ne s’était pas rendu compte de ce qu’il venait de se passer, si elle ne savait pas, ça allait être bizarre. Mais si elle savait ? Ou si elle s’enn était rendu compte, mais sans savoir de quoi il s’agissait ?
De toute façon, Alexia ne pouvait pas penser à une autre manière d’aborder la question. C’était vraiment bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 492

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Lun 25 Avr - 15:41

Elle semblait ébahie par le phénomène, n'était elle donc pas médium elle aussi? Je me rappelai qu'à l'école, beaucoup d'élèves avaient le même don mais pas les mêmes compétences, ce devait être notre cas aussi. Je l'entendis parler aux êtres qui la suivait. Voir des morts suivre des vivants étaient quelque chose de normal pour moi, autant que voir des gens traverser le voile, ils étaient au nombre de quatres, assez étranges mais je n'étais pas mieux avec La... LASSIE MA VESSIE, TRIPLE BUSE!? Quand on parlait du loup! Grognant et jappant, on pourrait penser qu'elle défendait son maitre, mais si c'était le cas, elle ne m'aurait pas traversé, elle sait très bien que je perds mes moyens à cause de ça. Non, je sentais de la jalousie. "Chasse gardée, pas touche!" Je souriais intérieurement, les bambins nous rejoignirent peu de temps après quand l'inconnue s'adressa enfin à moi.

« Excuse-moi de te demander ça mais… ça va te sembler un peu bizarre comme question… heuuu… Est-ce que tu es vivante ? »

Je haussai un sourcil et regardai mon bras, la forme fantomatique était toujours là, attendant patiemment que je fasse quelque chose, que je lui donne un ordre. Finalement, il réintégra sa place initialement, ma chair. Je n'arriverais décidément jamais à m'habituer à cette sensation de baigner au pole sud... Puis je regardai à nouveau la gamine. Suis je vivante? Et bien, ma foi, je pense que oui, sinon je ne pourrais pas lui par... Si en fait, vu que c'était une médium, disons que si j'étais morte, ce saleté de cabot centenaire n'aurait pas pu me traverser. Lassie jappa, comme si elle m'avait entendu, ce qui était impossible, mais bon, parfois elle donnait l'impression d'être télépathe. Je haussais les épaules avant de lui répondre avec un sourire amusé.

-Si j'étais morte, je pense que je serais la première à le savoir, tu ne crois pas? Alors toi aussi tu peux voir les esprits? Je pensais être unique dans cette catégorie, tiens! Je dois pas avoir de bol.

Ma montre sonna et je commençais à avoir un petit creux, il y avait un petit resto dans le coin juste en face de la chambre du vieux Bill. Autant être aux premières loges et fêter son départ avec une collègue, enfin, si elle voulait, c'était à elle de voir. Sans attendre, je partis dans la direction opposée tout en continuant de lui parler.

-Tu viens? J'ai la dalle et un mourant à réceptionner dans peu de temps, je paie le repas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Mer 18 Mai - 22:20

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la bizarrerie de la question d’Alexia ne semblait pas choquer outre mesure la jeune fille qui lui faisait face. En revanche, Alexia, elle, n’était certes pas restée sans réaction lorsque le molosse fantomatique avait déboulé sans prévenir. Non pas qu’elle eu peur de se faire mordre ou quelque chose comme ça - aussi longtemps qu’elle ne matérialisait pas les spectres, ils n’avaient aucune interaction physique possible avec elle – mais tout de même, des aboiements aussi soudains que furieux, ça surprend. Puis ce fût au tour d’une bande de gamins fantomatiques débouler d’à travers les murs, soulevant des bruits de bouches exaspérés chez la Marquise et Ava, qui ne portaient pas vraiment les enfants dans leur cœur. Cela aurait d’ailleurs sans doute arraché un sourire en coin à Alexia, si elle n’avait pas été si occupée à rester perplexe devant ce drôle de bras fantomatique, qui ne se décidait pas à disparaitre.
Ha si, voilà que le membre spectral réintégrait le bras dont il sortait, sous le regard impérieux de sa propriétaire. Notre protagoniste n’aurait d’ailleurs pas été étonné d’entendre le bras s’excuser en réintégrant ce qui semblait être son écrin de chair.

-Si j'étais morte, je pense que je serais la première à le savoir, tu ne crois pas? Alors toi aussi tu peux voir les esprits? Je pensais être unique dans cette catégorie, tiens! Je dois pas avoir de bol.

C’est fou comme en quelques mots, on peut vous rendre une atmosphère glaciale et vous faire vous sentir comme un intrus.  Je dois pas avoir de bol ? sérieusement ? Pour Alexia, et si elle n’avait pas été coupée dans son élan par cette constatation glaciale, rencontrer une autre personne capable de voir les esprits des morts, c’était plutôt la joie. Toute sa vie, elle avait été seule avec ça, et rencontrer cette fille était un peu un élément majeur de sa vie.  Qu’est-ce qu’ils avaient tous, ces gosses avec pouvoirs, à se la jouer emo kid blasé ? ça la dépassait. D’ailleurs, cette froideur, alors que visiblement c’était aussi une première pour l’autre gosse, n’avait pas échappé aux fantômes, qui, connaissant bien Alexia, ne se privèrent pas de commentaire. D’autant plus qu’ils étaient peu habitués à ce que quelqu’un d’autre que leur amie les entende. Il allait sans doute leur falloir quelque temps pour s’habituer d’ailleurs.

« C’est tout ce que ça lui fait ? » s’interrogea Daniel à voix basse.

« Et bien Alexia, cette jeune fille à l’air ravie de cette rencontre. » ironisa la marquise, cette fois à voix haute.

« Marquise, elle vous entend ! » lui reprocha Alexia, qui n’avait pas envie de faire mauvaise impression si vite auprès de ce qui était jusqu’à présent sa seule semblable.
Ce à quoi le noble spectre répondit par un vague haussement d’épaules, visiblement peu concernée par les possibles sentiments de leur interlocutrice.

« Il va falloir que je m’y habitue. » déclara-t-elle pour toute excuse.

Néanmoins, malgré cette fraicheur, la réponse avait eu l’avantage clair de répondre à la question qu’Alexia n’avait pas su formuler. Et désormais, sa curiosité était piquée au vif. Il y avait environ un millier de question qui se pressaient à ses lèvres, bien qu’elle n’osât pas vraiment agresser son homologue avec.
Et milliers devinrent millions lorsque la montre de l’autre sonna, et qu’elle parla de mourant à réceptionner. Comment ça ? Elle avait juste rendez-vous avec un mort ? Ou est-ce que le mot réceptionner avait plus de signification que ça ? Et voilà qu’en plus de toutes les questions sur le quotidien, venait l’idée que l’autre en savait peut être plus sur le sujet. Alexia sentait l’excitation monter en elle. Elle était ravie, quoi que l’autre en pense. Autant vous dire qu’elle ne se fit pas prier pour la suivre lorsque celle-ci proposa d’aller s’installer à un restaurant.
Le trajet, bien que cours, ne fût pas de tout repos. En vérité, du point de vue d’Alexia, ça ressemblait plus à une fête. Les fantômes étaient nombreux et parlaient tous en même temps. C’était une sorte de joyeuse excitation causée par la découverte d’un poitn commun inattendu. Même la Marquise semblait presque de bonne humeur. Ava aussi, si ça n’avait été pour les gosses qui lui tapaient sur les nerfs de manière évidente.
A peine fûrent-ils, et surtout elles assises à une table, qu’Alexia, qui n’y tenait plus, lâcha les vannes.

« C’est vraiment la première fois que tu rencontres quelqu’un d’autre qui voit les morts ?  Tu les vois depuis combien de temps ? Est-ce que tu peux agir sur eux ? Pardon, je crois que je pose trop de question, mais c’est un peu l’un des événements les plus importants de ma vie là je crois ! »

Sans même s’en rendre compte, elle avait oublié la fraicheur de tout à l’heure, et Alexia était particulièrement chaleureuse, un grand sourire plaqué sur le visage, véritablement contente de cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 492

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Lun 23 Mai - 1:42

Ma réponse ne semblait pas l'avoir rassuré, pire, elle semblait perdue. Bah, tant pis pour elle, je n'allais pas changer simplement pour son bonheur, les fantomes me connaissaient ainsi, elle allait devoir s'y habituer... Depuis quand étais je aussi froide avec les mortels? D'aussi loin que je me rappelle, petite déjà, je m'isolais des autres. Je me savais spéciale, encore plus quand on m'avait appris que Dieu recueillait les morts dans un monde meilleur. J'étais donc devenue Dieu ou plutot une Déesse, car contrairement au Dieu Unique, je n'étais pas hermaphrodite. Omniprésente, je n'étais qu'une spectatrice dans ce monde pathétique où meurtre, viols et violence gratuite ne sont que des banalités. La paix? Elle n'existait point dans ce monde, seuls les morts y goutaient en ma présence, en mon monde. Puis, très vite, j'avais appris que je n'étais pas une divinité mais une gardienne, La Mort n'a point besoin de frère ou de compagnon pour régner dans son monde, elle n'a besoin que d'une clé, une porte vers l'autre monde, celui réel. J'étais cette porte, cette fenêtre vers ailleurs. Notre rencontre devint comique lorsque ses compagnons ouvrirent la bouche, donnant leurs premières impressions sur ma personne.

« C’est tout ce que ça lui fait ? »

« Et bien Alexia, cette jeune fille à l’air ravie de cette rencontre. »

« Marquise, elle vous entend ! »

« Il va falloir que je m’y habitue. »

Nous avions donc la déception et l'ironie, un joli mélange, étrange mais joli néanmoins. Je les ignorais, Lassie par contre grondait contre la dame, je ne pouvais que la laisser faire... Cela animait mes pas vers le resto, afin de voir la fenêtre de la chambre, je choisis une table dehors sur la terrasse, il n'y avait pas grand chose à voir à vrai dire à part un chien qui paraissait s'ennuyer, relevant l'oreille de temps à autres. J'avais bien fait de prendre cette table, des tas de morts se trouvaient dehors, jacassant sur tout et rien, la plupart était d'anciens amis de Bill, d'autres de simples connaissances, partis récemment. Les gamins ne perdirent pas de temps pour rejoindre les grandes personnes, jouant à chat entre leurs jambes. Une fois assise à table avec ma nouvelle connaissance, je commandais auprès d'un serveur deux cocas et une assiette de pates à la bolognaise à l'italienne -c'est à dire, la grosse assiette qui nourrit trois personnes. La petite devant moi ne perdit pas de temps à me poser des questions.

« C’est vraiment la première fois que tu rencontres quelqu’un d’autre qui voit les morts ? Tu les vois depuis combien de temps ? Est-ce que tu peux agir sur eux ? Pardon, je crois que je pose trop de question, mais c’est un peu l’un des événements les plus importants de ma vie là je crois ! »

Le silence régna sur la terrasse, les fantomes nous regardaient à présent, ou plus exactement me regardaient. Attendant ma réaction, me forçant presque à sauter le cap du mutisme et de l'isolement. Mes yeux se posèrent sur la fenêtre de Bill, je ne savais pas quoi dire ni penser, je venais de me rendre compte de ce pourquoi je me sentais bizarre depuis le début, comme un vide dans mon ventre. Bill ne sera plus pareil après sa mort... Est ce que ça m'effrayait? Peut-être bien... A vrai dire, j'aimais lui parler, il était peut-être le seul vivant avec qui j'aimais parler, il me comprenait, il savait que ce que je vivais n'était pas simple, sympa, extraordinaire, mais pas simple. Devais je me rabattre sur cette gamine dans ce cas? J'avoue que cela ne me plaisait guère... Elle semblait... Ignorante. Jeune. Inexpérimentée... Mais enthousiaste par cette rencontre. Et moi? Et bien... Je ne le savais pas vraiment, je ne savais même pas si ça me faisait plaisir de savoir qu'une gosse vivait les mêmes problèmes que moi. Un contact tiède me ramena à la raison, je baissai la tête sur Lassie dont le museau était posé sur ma cuisse, les yeux levés vers moi, patiente. Brave Lassie, sans mots ni gestes, elle savait trouver les arguments pour me faire céder, il n'y avait pas à dire, elle était très douée. Ma main effleura son pelage tandis que mes yeux croisèrent à nouveau ceux de la gosse en face de moi, répondant à ses questions avec le même ton que précédemment.

-Je crois que c'est pareil pour moi, enfin si on peut dire ça... Je pensais vraiment être la seule dans cette galère et ce paradis! Je dirais que depuis ma naissance je les vois, c'est presque une banalité pour moi de les voir à présent, et oui je peux agir sur eux, enfin, un peu, pas toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 43

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Dim 5 Juin - 18:16

Au grand soulagement d’Ava, les gamins fantomatiques s’en étaient allés jouer dans les pattes de l’assemblée réunie au milieu de la rue, rétablissant ainsi un calme relatif autour des deux médiums. Et si la marquise, en voyant tout ce monde, s’était précipitée parmi ses congénères pour aller glaner informations et ragots en tout genre, les trois autres étaient restés dans le restaurant, aux côtés d’Alexia. Ava parce qu’elle voulait garder de la distance entre elle et les gosses, et aussi parce qu’elle n’appréciait pas beaucoup la compagnie des autres morts, tandis que Daniel et le Professeur restaient plutôt par pur intérêt pour cette nouvelle médium, qui restait un inédit. Tous comme Alexia, ils étaient curieux de connaitre les similitudes et les différences dans leur pouvoir, dans leur histoire, et pourquoi pas quelques explications.

La seconde médium en question, avant de répondre à quoi que ce soit, prit soin de se commander une plantureuse assiette de pâtes, mettant fin au doute d’Alexia quant à son statut de personne vivante. Du reste, elle n’avait pas l’air vraiment encline à parler, et une sorte de silence pas dénué de malaise s’installa, plongeant Alexia dans une terrible tempête de doutes personnels. Est-ce qu’elle en avait trop demandé ? trop vite ? Décidément, cette fille ne partageait pas son enthousiasme. Et autant que notre médium tentait de ne pas se culpabiliser pour si peu, autant sa nature encline à se remettre en question la torturait. D’autant que le silence gênant, à vrai dire, n’existait pas qu’entre elles deux. C’était comme si tous les fantômes des environs avaient décidés de suivre cette conversation, et se retrouvaient suspendus aux lèvres des jeunes filles. Alexia y trouvait quelque chose de malsain. Bien qu’habituée, elle n’avait jamais vraiment aimé cette manie des spectres à se mêler de ce qui ne les regarde pas. Alors d’habitude, elle se résonnait en se disant que bon, cela ne changeait rien pour l’autre personne, qui ne pouvait en aucun cas être impliquée avec des fantômes. Mais ce jour-là, c’était différent. Et ce silence la mettait aussi ml à l’aise pour elle-même que pour l’autre. Bien que celle-ci n’avait pas l’air de trouver ça dérangeant.
Alexia tourna alors les yeux vers Daniel, qu’elle interrogea du regard. Pas vraiment parce qu’elle espérait une réponse. Qu’en savait-t-il, et comment aurait-il pu le lui confier alors que l’autre médium entendait ? En revanche, les échanges de regard avec Daniel étaient toujours un tranquillisant, et lui rappelaient qu’elle avait toujours quelqu’un sur qui compter, et qui saurait lui remonter le moral, même si les autres la piétinaient. Daniel se contenta de hausser les épaules. Signe qu’il n’en savait pas beaucoup plus sur ce qui pouvait bien se passer dans l’esprit de leur compagne, et signe qu’il ne fallait pas le prendre trop à cœur de toute façon. Alexia hocha doucement la tête en guise de réponse. Oui, il n’en fallait pas qu’elle angoisse juste parce que cette fille ne lui faisait pas des grands sourires. C’était certes désagréable, mais pas franchement de sa faute. C’était dans ces moments-là qu’Alexia se disait que son séjour en hôpital psychiatrique lui avait sans doute couté son aisance en société. Quoiqu’il y avait des gens timides et introvertis partout, même parmi les gens qui n’avaient pas vraiment eu de difficultés dans la vie, bien qu’Alexia elle-même considère que ses propres difficultés avaient été plutôt modérées, en comparaison de certaines personnes dotées.
Elle en était là dans sa réflexion lorsque sa comparse daigna lui répondre, avec une motivation qui crevait toujours plutôt le sol que le plafond.

Je crois que c'est pareil pour moi, enfin si on peut dire ça... Je pensais vraiment être la seule dans cette galère et ce paradis! Je dirais que depuis ma naissance je les vois, c'est presque une banalité pour moi de les voir à présent, et oui je peux agir sur eux, enfin, un peu, pas toi?

Un enfer, oui. Un paradis ? Alexia n’aurait pas été jusque-là, bien qu’elle ne pouvait nier les bons côtés, ainsi que son attachement à certains fantômes. Quoique, après tout, peut être pensait-elle ainsi parce qu’elle n’avait jamais vraiment envisagé sa vie sans spectres. Un paradis… après tout oui, pourquoi pas. Occasionnellement. Mais en vérité, cette partie de la réponse était loin d’être la plus excitante. Déjà, la jeune fille les voyait depuis sa naissance. Diantre. Alexia était à peu près sûre que son don n’était pas là à la base. Il était apparu vers ses 7 ans, et elle ne se souvenait pas d’avoir jamais vu un spectre auparavant. Daniel lui-même lui avait affirmé qu’il avait souvent vagabondé au domicile familial des Meldrown pendant un certain temps avant les événements, et qu’Alexia n’avait jamais fait mine de le remarquer jusqu’à ce fameux jour. Mais surtout, avant tout, l’information importante était : elle pouvait agir sur les fantômes ! Alexia en était tellement retournée et excitée qu’elle notât à peine le « un peu » qui suivit. Agir sur les fantômes. Notre médium imaginait déjà une personne capable d’imposer sa volonté aux spectres et de les faire obéir, exploit qu’elle était bien en peine de jamais accomplir.

« Non, je n’ai aucun contrôle sur eux, aucun moyen de leur imposer ma volonté. Bon, je sais que dit comme ça, ça semble inhumain de vouloir leur imposer ma volonté de toute façon, mais il y a des fois où j’aimerais pouvoir les forcer à se taire ! Comment est-ce que tu agis sur eux exactement ? »

A ces mots, un élément vint à l’esprit d’Alexia. Agir sur eux, c’était une manière de le dire qui englobait beaucoup de choses. Et si elle avait eu « leur imposer sa volonté » en tête en posant la question, elle réalisait qu’après tout elle aussi, d’une certaine manière, pouvait agir sur eux, puisqu’elle pouvait les matérialiser. Mais devait-elle le dire ? Elle ne se méfiait pas vraiment de la jeune fille. Qu’est-ce que cela pouvait bien changer, qu’elle le sache ou non ?
Elle se méfiait plutôt des fantômes. Jusque-là, elle avait gardé cette habilité plutôt secrète, ne la partageant qu’avec ses quatre fidèles, dont elle avait confiance en la discrétion. Sauf peut-être la Marquise, mais bon, c’était dur de l’exclure. En vérité, le problème venait bel et bien des fantômes. Elle n’avait pas envie d’ameuter toute la troupe du restaurant.  Rapport au fait qu’elle n’avait pas trop envie de se faire harceler par des dizaines de fantômes désireux de regouter à des bolognaises pour la première fois depuis leur mort. Elle comprenait leur envie, bien sûr. Beaucoup de choses manquent dans la mort. Mais elle ne voulait pas se retrouver à nouveau à deux doigts de perdre sa raison parce qu’elle était harcelée par les spectres.

Néanmoins, puisqu’elle avait enfin l’occasion d’en parler avec une personne vivante, elle décida de tenter le coup. Elle se pencha au-dessus de la table pour se rapprocher de sa compagne, et lui glissa, tout en coulant des regard méfiants vers l’attroupement fantômatique :

« A vrai dire, il y a un truc que je peux faire sur eux. Mais bon, je suis pas sûre que ce soit le meilleur endroit pour en parler, je préfèrerais attendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 492

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Sam 11 Juin - 4:53

A en croire ses yeux, ma réponse semblait la travailler, peut-être se disait elle que j'étais folle de trouver ma situation sympathique et paradisiaque. Peut-être était ce le cas après tout? Mais à force de vivre avec un handicap, on s'y habitue et on le vit bien, enfin si je pouvais considérer mon "talent" comme un handicap. Mon regard se posa à nouveau sur le chien qui commençait à s'exciter dans son coin, visiblement perturbé par quelque chose. Il était toujours surprenant de voir ces bêtes s'agiter en présence de la Mort, à croire que l'intelligence n'était pas lié à la perception et que même un idiot pourrait sentir Son souffle sur sa nuque. Un tintement de vaisselle me ramena à la réalité, un serveur venait de déposer nos collations et une assiette énorme pleine de spaghettis dégoulinantes de sauce à la tomate. Ecoeurant en apparence mais ce resto était celui qui faisait les meilleures et les moins cher je vous prie. D'une main experte, j'enroulais des pates sur ma fourchette tandis que la petite s'exclamait de façon enjouée.

« Non, je n’ai aucun contrôle sur eux, aucun moyen de leur imposer ma volonté. Bon, je sais que dit comme ça, ça semble inhumain de vouloir leur imposer ma volonté de toute façon, mais il y a des fois où j’aimerais pouvoir les forcer à se taire ! Comment est-ce que tu agis sur eux exactement ? »

J'enfournais la poignée de pates dans ma bouche en haussant un sourcil. Il ne me semblait pas avoir parlé de manipulation, m'enfin, ses propos me confirmaient mes doutes sur sa santé mentale. Elle semblait être plus jeune que moi en plus, elle n'allait pas faire de vieux os si elle trouvait déjà les morts insupportables. En machouillant ma bouchée bouillante, je réfléchissais à ce que j'étais vraiment capable, pas grand chose, même si j'étais certaine que mes compétences évolueraient avec le temps, en quoi, allez savoir... Mais imposer ma volonté aux morts non, et si j'en étais capable, je refuserais d'utiliser cette faculté, je respectais bien trop les défunts pour cela, et puis l'intérêt? Pour toute réponse, je haussais les épaules. Je reprenais une bouchée tandis que les morts reprenaient leur discussion, considérant notre émouvante rencontre comme passée, il faut dire que je n'étais pas la seule à faire des paris, eux aussi s'y étaient mis, pariant que je gagnais ou non, d'autres que le chien clamserait de chagrin, ils pariaient même que la stagiaire du personnel fuie le centre en découvrant le cadavre, des discussions très fleuries en somme. Soudain, la gamine se pencha au dessus de la table, manquant de renverser mon verre au passage, dix centimètres à gauche et pouf, plus de coca, elle regardait le troupeau d'esprits comme si c'était de dangereux adversaires qui nous trucideraient aux moindres propos déplacés.

« A vrai dire, il y a un truc que je peux faire sur eux. Mais bon, je suis pas sûre que ce soit le meilleur endroit pour en parler, je préfèrerais attendre. »

Je m'arrêtais dans ma dégustation italienne pou la regarder, je ne voyais pas spécialement pourquoi elle craignait les morts, ils étaient pourtant très ouverts. Il n'y avait qu'à les voir se serrer les coudes ici même, prêt à tendre les bras au prochain pensionnaire. Et puis, de toute façon, on avait beau avoir des secrets, ils les savaient toujours, heureusement qu'ils n'avaient pas la langue pendue, enfin pas tous en tout cas, m'enfin, ce genre de choses arrivent, de mon coté, ils savaient de quoi j'étais capable et ne s'en souciaient guère. Je lui répondis donc normalement, c'est à dire de mon ton spécifique semblable à un murmure.

-J'agis comme on me permet de le faire, enfin Elle. Autant dire que la Mort ne me permet pas de malmener ses sujets en les manipulant, je peux uniquement les rendre matériel, du moins autant que Casper le fantome et aussi influant qu'un esprit frappeur. De façon temporaire bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown) Aujourd'hui à 9:52

Revenir en haut Aller en bas

Papotage entre guides de l'Au-delà (feat Alexia Meldrown)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Les vieux quartiers-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit