.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Oh Shit... • • • Laura Richter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 119

MessageSujet: Oh Shit... • • • Laura Richter Ven 6 Mai - 14:17


OH SHIT... | Feat Laura Richter


La lumière me détruisait inlassablement les yeux. Alors que je me retournais encore et encore dans ces draps, je commençais à me dire qu'il était temps de se lever. Malheureusement, mon corps me hurlait de rester allongé car dans le cas contraire, je vomirais. J'avais cette sale impression d'être rentré d'une soirée un peu trop arrosée mais je n'arrivais décidément pas à me rappeler de mes aventures de la veille.

Les yeux toujours clos mais illuminés par le brin de lumière qui s'échappait d'entre les volets, je me décidais finalement à les ouvrir. De toute façon, j'étais bien trop agitée pour me rendormir.

... Une femme. Il y avait une femme à mes côtés. Je ne la connaissais ni d'Adam, ni d'Eve mais elle était là. Allongée et encore assoupie. Je me redressais presque aussitôt et c'est à ce moment que je réalisais que mon corps était nu. Mais bon sang, qu'avais-je pu faire de ma soirée ? J'enfilais aussitôt un t-shirt qui traînait au sol sans me soucier d'à qui il appartenait. Peut-être y avait-il d'autres femmes ? Alors que je scrutais à présent la miteuse chambre dans laquelle je me trouvais, je remarquais que non : Nous étions uniquement toutes les deux et que seulement nos fringues gisaient sur le sol.

Je n'eus pas le temps d'observer le reste que mon corps me pressa pour me conduire aux toilettes. Là, j'y déversais toute la boisson alcoolisée ingurgitée la veille. Lorsque ma remontée d'acide un peu trop violente s'estompa, je tirais la chasse d'eau et retournais dans la pièce où j'avais visiblement passé la nuit.

Silencieusement, j'enfilais mes vêtements, récupérais mon sac et m'apprêtais à sortir jusqu'à ce que je vois un petit papier voler devant mes yeux. Il était posé sur la table et en attrapant mon sac, il avait atterri là. Peut-être était-ce quelque chose d'important, je le regardais donc.

« Vendre l'enregistrement au plus vite »

Alors que j'apprenais les mots qui étaient écrits dessus, mon visage se décomposa. C'était un cauchemar, un simple cauchemar et il fallait que je me réveille. Tandis que je m'asseyais sur le lit, me sentant soudainement impuissante, je regardais ma partenaire dormir. Nous avions été victimes d'un piège... J'espérais sincèrement que ce ne soit pas ce don je pense mais il était difficile de croire autre chose. Me réveiller nue dans une lit, un hôtel qui plus est, avec une inconnue... Non, ce ne pouvait pas être autre chose.

Puis soudain, l'idée que cette blonde y soit pour quelque chose me traversa l'esprit. Je lui sautais aussitôt de dessus afin de la réveiller :

- « Debout miss ! Allez ! Tu vas tout de suite me dire où se trouve la cassette, le CD ou tout ce que tu veux mais il est hors de question que tu gâches ma carrière ! » Hurlais-je tandis que je la secouais.


Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 158

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Dim 15 Mai - 12:39



«Oh bordel!»

Je détestais tout simplement d'être réveillée par une tierce personne. Je remarquais que j'étais nue. Encore une de mes amantes qui voulaient bouffer ou se tirer d'ici. Et en plus elle braillait. Est-ce moi ou elle ? Non, c'était moi qui l'avait ramené ici. Quoique... Ce n'était pas chez moi. Rien à voir entre la décoration de mon salon et de cette chambre. J'avais le chic pour les choisir! Bon qu'est-ce que je me souvenais de ma soirée à part le chiffre approximatif de verres que je m'étais enfilé? Puis c'était quoi ce charabia? Je m'étais faite une chanteuse ou une fille de ce même genre? Je n'avais quand même pas raconté des cracks sur le fait que j'allais l’amener à un studio d'enregistrement ou une connerie dans ce genre? Et puis c'était quoi cette façon de me hurler dessus comme ça le matin? Elle pouvait pas faire commet toutes les autres, être mignonne, demander des câlins et préparer le  petit déjeuner ou un truc dans ce genre? Tous des pressés ces jeunes! Putain, dans un sens, heureusement que ma soeur ne s'était toujours pas réveillée! J'aurais pas supporter des réveils comme ça! Je me levais et pointait mon doigt sur sa poitrine en appuyant plusieurs fois dessus. Si elle voulait mon attention, elle allait l'avoir!

«Non mais ça va bien? Dès le matin de me réveiller de cette façon? Où l'on a pu t'élever? Et puis de quoi tu parles? T'es une chanteuse ou quoi? Articules au lieu de me hurler dessus comme ça!»

Ou alors je possédais des choses compromettantes contre elle. Pourtant c'était bien la première fois que je la voyais. Enfin la deuxième fois si on comptait notre rencontre d'hier soir et mon réveil forcé. Elle n'avait rien à m'apporter de plus dans ma vie. Elle ne semblait pas avoir mon statut social au vu de ce t-shirt.J'haussais un sourcil à la vue de celui-ci et ôtais mon doigt de là. On ne savait pas où ça avait traîné. Où avais-je bien pu foutre mes affaires? Ah par ici, je commençais à me rhabiller avec les vêtements de la veille.

«Maintenant répètes calmement, t'as p'être perdu ton CD dans la chambre. Jettes un coup d’œil de nouveau, ça pas dû partir loin. Regardes sous le lit particulièrement, ça se coince souvent là-bas. C'est pas moi qui irait te piquer tes chansons, j'ai pas que ça à foutre de ma vie. Je suis avocate, pas une voleuse comme tu sembles le penser!»

Enfin,ça c'était mon discours. Surtout pour les clients. Et j'ajoutais même un, je ne veux que vous aider. Parce que criminelle, ça je l'étais. Voleuse professionnelle,oh que oui! Tueuse à gage, aussi. Mais c'était jamais bon de dire qu'on tuait des gens à une personne qu'on venait à peine de rencontrer. Peut-être qu'elle était tout comme moi une criminelle, mais il valait mieux se taire dans la vie et attendre. J'aurais pu me retrouver face à une policière et j'aurais dû la tuer par la même occasion.

Y'avait un miroir dans la pièce? Oui dans un coin de la pièce. Je me regardais dedans, les cheveux étaient emmêlés mais avec un coup de peigne je pouvais facilement arranger tout ça. La robe me posait problème, je ne pouvais sortir comme ça! J'avais du mal à faire remonter. Et il n'y avait que cette jeune femme avec moi pour pouvoir m'aider. Je la hélais donc, peut-être qu'elle serait de meilleure humeur!

«Hey, viens m'aider avec la fermeture éclair dans le dos de la robe, remontes-la moi!»

H.S.:
 


Dernière édition par Laura Richter le Ven 20 Mai - 22:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 119

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Dim 15 Mai - 16:19


OH SHIT... | Feat Laura Richter


- « Non mais ça va bien? Dès le matin de me réveiller de cette façon? Où l'on a pu t'élever? Et puis de quoi tu parles? T'es une chanteuse ou quoi? Articules au lieu de me hurler dessus comme ça! »

Je fusillais du regard cette femme. Si j'avais fait quelque chose avec elle, j'avais dû être dans un sale état. Je détestais ce genre de personne et lorsqu'elle me répondit, je reculais simplement. Au moins, j'étais sûre d'une chose, elle n'était pas au courant pour la vidéo.

- « Maintenant répètes calmement, t'as p'être perdu ton CD dans la chambre. Jettes un coup d’œil de nouveau, ça pas dû partir loin. Regardes sous le lit particulièrement, ça se coince souvent là-bas. C'est pas moi qui irait te piquer tes chansons, j'ai pas que ça à foutre de ma vie. Je suis avocate, pas une voleuse comme tu sembles le penser ! »

Je soupirais en lui tendant simplement le papier que j'avais trouvé. Je ne cherchais même plus à tenter de lui expliquer, elle semblait mal lunée. Peut-être que ces simples mots éclairciront ses lumières, si elle en a. « Vendre l'enregistrement au plus vite ». Cette écriture plutôt jolie me donnait la nausée. Je n'arrivais pas à me souvenir de ce que j'avais fait mais mes doutes étaient fondés. Cet enregistrement devait détenir de sacrées informations, qui si elles étaient révélées au public, briseraient mes dernières chances de rester à la S.A.D.

Sans regarder la jeune fille, que j'ignorais totalement pour être honnête, je commençais à retourner la chambre. Si elle ne voulait pas m'aider, tant pis, je trouverais. Je préférais faire cela seule, au moins j'étais sûre du résultat. Qui plus est, le caractère de cette grognasse me tapait sur le système.

- « Hey, viens m'aider avec la fermeture éclair dans le dos de la robe, remontes-la moi ! »

Non. Là, c'était trop. Je fis volte-face, fusillant la blonde du regard en m'approchant dangereusement. Alors que nos visages n'étaient plus qu'à quelques centimètres, je me mettais à articuler :

- « Je ne suis pas ton chien. Démerdes-toi. J'ai des choses plus importantes à trouver. » Je me reculais finalement puis je continuais à fouiller dans les moindres recoins de la pièce sans jamais trouver ce que je cherchais.

Lorsque j'en eu marre, et je préférais ne pas abandonner ma partenaire totalement. Je lui remontais donc la fermeture éclair mais sans réelle délicatesse. Je n'aimais pas qu'on me donne des ordres, encore moins quand il n'y avait aucune formule de politesse.

- « Et merci, c'est pour les chiens ? » Grognais-je.

Oui, j'étais énervée par l'attitude de la blonde. Oui j'étais énervée par ce petit bout de papier. Oui j'étais énervée à l'idée de perdre le seul travail qui avait su m'intéresser toute ma vie.


Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 158

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Ven 20 Mai - 23:55


Si elle croyait m'impressionner, c'était peine perdue. Ce n'était pas de cette façon que j'allais me pisser dessus. J'avais vu bien pire dans ma vie! Je pouvais presque l'applaudir pour l'effort de prononciation. D'ailleurs, je l'applaudissais même, étouffant quelques ricanements.Elle commençais à m'amuser. Peut-être était-ce l'une des raisons pour lesquelles j'avais passé une nuit avec la rouquine. Je la laissais fouiller. On aurait un petit chien cherchant son nonos ou son bâton. Elle en était presque mignonne comme cela!


«PUTAIN!»

Oh l'empotée! Elle pouvait faire gaffe! Son deuxième prénom c'était Brutus ou quoi? J'avais envie de lui montrer de quel bois je me chauffais! Mais ce n'était pas le moment de faire une scène! Surtout depuis que j'avais lu le papier qu'elle m'avait passé. Je lui réglerais sûrement son compte après que cette histoire soit finie! Mais je comprenais nettement mieux. Bon on nous avait apparemment filmés. Vu que j'étais nue, c'était sûrement une partie de nos débats. Mais qui était cette personne qui nous avait filmés? Ou du moins nous avait enregistrés? Peut-être que ce n'était pas une partie de jambes en l'air, mais des informations plus que juteuses que la personne allait vendre. Pourtant je ne me rappelais pas d'une discussion, ni même de joyeuses galipettes. D'ailleurs, si l'abruti avait laissé ce mot, c'était probablement qu'il était dans le coin. Y avait-il eut une troisième personne à nos côtés? Je tentais de fouiller dans mes maigres souvenirs de la veille. Je ne me souvenais de rien. Klynn n'était quand même pas passé par là? Il ne me ferait pas une blague dans ce genre quand même ?


«Ouais, tout à fait. Au moins les chiens ils viennent pas te faire chier comme ça le matin.  Mais si tu veux je pourrais te dégoter une petite friandise pour te récompenser.»

J'abordais un sourire narquois et m'asseyait sur le rebord du lit, relisant ce mot. Cette écriture... On aurait dit une écriture de femme. Sans être sexiste bien entendu. Mais j'avais vu des écritures bien dégueulasses et qui appartenaient pour la plus grande majorité aux hommes. Les femmes avaient la main moins lourde et s'appliquaient un maximum à leur tâche. Tu te rappelles d'une autre personne qu'on aurait invité? Non, sûrement que non. Si elle m'avait hurlé dessus comme ça, c'était qu'elle ne voyait que moi comme coupable légitime! Homme ou femme, alien ou être humain, il allait falloir chercher qui était cette personne si mystérieuse. Même si, au vu de ce mot, je pencherais plus pour une femme. Si c'était un homme je lui demanderais de donner des cours d'écriture à Klynn. Au moins il n'écrirait plus comme un manche!

«Bon réfléchissons. Une personne sensée ne laisserait pas un mot comme ça. On peut donc prendre en compte plusieurs hypothèses. Elle se serait réveillée avant nous et se trouverait dans les environs de notre chambre ou du moins de l'hôtel. Elle aurait commis un oubli involontaire et vient tout juste de partir. Et à partir de là, il faudra être rapide. Cependant, comme pour l'instant nous n'avons aucun indice sur son identité, la tâche risque d'être plus que compliquée. Je pencherais plus pour une femme si tu veux mon avis. L'écriture est d'une beauté qu'un homme n'aurait pas ce même doigté. De plus, les femmes aiment faire des coups dans le dos, au contraire des hommes qui sont plutôt franc. Ou du moins ils attaquent plutôt de devant.»

J'aurais même pu ajouter que les femmes étaient plus belles que les hommes. Je trouvais même qu'au fil des siècles elles embellissaient. Les hommes avaient du mal à rattrapper leur retard. Et nous, les femmes, nous les détrônions dans un certain sens. Je ne vouais pas un culte à la femme mais je trouvais qu'elle possédait autant de qualités que les hommes. Mon point de vue était certes subjectif mais c'était là ma pensée.

«Ou encore, ce mot est volontaire et a été écrit pour que nous sortions de nos gonds. Et alors son intérêt premier est de nous voir se foutre de  notre gueule et celle-ci doit nous observer. Et si elle peut nous voir, on peut penser que cet enregistrement est toujours là, ou du moins l'objet en question. À partir de là il faudra être maligne! Ce peut être un objet banal comme un simple stylo. Beaucoup de gadgets dans ce genre existent.»

J'allais en direction d'une petite commode où était posé un téléphone fixe. Le genre d'appareil où l'on pensait à installer bien des choses. Je le soulevais pour vérifier qu'on n'y ait pas installé un quelconque objet espion. Je le regardais scrupuleusement, il n'y avait rien à signaler.

«Ou alors une autre possibilité. Il n'y a pas d'enregistrement. Je veux dire que ce qui s'est certainement passé cette nuit entre nous n'a pas du tout été enregistré. Et quelqu'un nous fait tourner en bourrique. Ou du moins voir comment nous pouvons nous sortir de ce mauvais pas. Pourquoi? J'en ignore la ou les raisons pour le moment.»

Je réfléchissais un moment. Et j'eus une illumination. La clé! Nous avions certainement une clé! J'allais vers l'entrée saisissant la clé, et j'y regardais le chiffre. 567. Si la personne s'était échappée, ce ne devait pas être de notre fenêtre! On pouvait peut-être téléphoner du fixe pour obtenir les informations sur les occupants de la chambre. Et donc sur notre connard ou connasse de service. Je revenais dans la chambre et lui jetais les clés.

«Appelles le room service. Mon nom est Richter, Laura Richter donc tu m'élimines d'office s'ils me nomment. Tu demandes si la troisième personne qui était avec nous est partie. Et éventuellement s'ils veulent pas te dire, informes-les que la femme de ménage a trouvé quelque chose qui lui appartient ou un truc dans le genre. Moi je vais sms un voir des collègues pour leur demander de vérifier un ou deux trucs. Si on est dans la merde l'un d'entre eux viendra nous tirer de la merde dans laquelle on se trouve.»

Ou du moins il l'éliminera en deux temps trois mouvements. J'avais jamais aimé les cafards. Si possible je les écrasais et les détruisais jusqu'au dernier. Ou alors Klynn avait eu la très bonne idée de me faire une blague de mauvais goût. Et là je ferais marcher pendant un moment la rouquine. Juste assez pour m'amuser de ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 119

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Ven 27 Mai - 9:57


OH SHIT... | Feat Laura Richter


Je regardais cette femme avec une expression... Incertaine. Juger une personne à son écriture ? Que faisait-elle dans la vie pour arriver à une telle conclusion. La preuve étant, j'étais une fille mais j'avais l'écriture pittoresque d'un médecin. Cependant, je voyais mal un homme jouer à ce genre de jeux. Même un pervers narcissique préférait se dévoiler plutôt que de se cacher. En plus,les femmes avaient tendance à empoisonner, être subtile et au grand jamais je n'aurais accepté d'aller dans une chambre avec un homme.

Minute. Et si la personne qu'on cherche ne nous avait pas suivit ici ? Et si elle avait simplement installé une caméra au préalable ? Et si regarder une partie de jambes en l'air ne l'intéressait pas mais qu'elle voulait s'en prendre directement à nous ?

Tandis que je réfléchissais à diverse hypothèse, mon interlocutrice, elle, pensait à voix haute. Cela me permettait également de voir si elle était intéressée ou non par l'affaire. J'étais rassurée de la voir ainsi impliquer, peut-être qu'en sortant de cette chambre, mes à priori sur elle s'effaceront. En attendant, elle venait de me donner un ordre, ce qui ne me plaisait pas.

- « Appelles le room service. Mon nom est Richter, Laura Richter donc tu m'élimines d'office s'ils me nomment. Tu demandes si la troisième personne qui était avec nous est partie. Et éventuellement s'ils veulent pas te dire, informes-les que la femme de ménage a trouvé quelque chose qui lui appartient ou un truc dans le genre. Moi je vais sms un voir des collègues pour leur demander de vérifier un ou deux trucs. Si on est dans la merde l'un d'entre eux viendra nous tirer de la merde dans laquelle on se trouve. »

Je la dévisageais un long moment. Était-elle sérieuse ?

- « Bon, je vais être claire. La prochaine fois que tu me donnes un ordre, tu te démerdes. Je ne suis pas ton chien, pas ta chienne même si nous avons coucher ensemble. Si tu veux que je te respecte, ça va dans les deux sens. Bon... Je vais les appeler mais je pense qu'ils n'auront aucune info. Si tu veux mon avis, la personne qui nous a foutue dans la merde n'est pas entré avec nous dans l'hôtel. »

Je m'asseyais dons sur le lit, près du téléphone. Je composais le numéro inscrit juste à côté pour appeler le service et celui-ci me répondit. Après quelques minutes de conversation à tourner en rond, je raccrochais finalement le téléphone.

- « Il n'y a que nous qui sommes entrées ici cette nuit. »

Cette nuit... Mais pour cacher une caméra, il fallait peut-être avoir séjourné dans cette pièce un peu avant. Je regardais ma partenaire avec un léger sourire satisfait et appelais une nouvelle fois le roomservice.

- « Euhm, désolé de vous déranger encore une fois. Pouvez-vous me dire s'il y a eu une personne dans notre chambre hier, ou avant-hier ? Hein, hein... D'accord, merci. »

Je raccrochais une nouvelle fois puis soupirais longuement. Aucune nouvelle information.

- « Apparemment, plusieurs personnes sont venues dans la semaine, mais on refuse de me dire les identités. Il faudrait que nous soyons de la police. Et même ainsi, il faudrait que l'affaire soit en rapport avec un enlèvement ou un meurtre. »

Je m'allongeais sur le lit en soupirant longuement. Si seulement je pouvais me rappeler de ma soirée. Je tentais de reconstituer mes souvenirs tandis que je fermais les yeux. Hier, j'étais sortie du boulot vers 17 heures environs. Je suis allée faire des courses puis je suis rentrée à la maison. Ensuite... Rick mon coéquipier m'a appelé pour sortir.... Rick ! Oui, lui il devait savoir !

- « J'ai peut-être une piste. Essaye de te souvenir de ce que tu as fait hier, tout ce que tu as fait hier, jusqu'à ce qu'il y ait un trou noir. Moi, j'appelle un ami avec qui je suis sortie, peut-être qu'il en sait un peu plus que moi. »

Je souriais doucement à ma partenaire avant de me lever et de m'éloigner un peu plus loin. Là, je choppais mon téléphone et appelais le concerné.


Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 158

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Dim 5 Juin - 20:30

Qu'est-ce qu'elle était soûlante celle-ci. Peut-être que c'était finalement ça que j'avais voulu oublier. J'ai couché avec elle pour qu'elle se la ferme. Elle était franchement ennuyante. Cependant, elle semblait avoir un peu d'esprit.  Si elle n'était pas entrée dans l'hôtel, de quelle façon pouvait-elle obtenir un enregistrement? Si cette nuit nous n'avions été que deux, qui cela pouvait ce bien être? La rouquine me souriait, d"un seul coup. Une idée peut-être? Après qu'elle ait fini de les appeler une seconde fois, elle m'informa que plusieurs personnes étaient venues là auparavant et que l'hôtel ne voulait pas décliner leurs identités. Forcément, c'était un hôtel, ça accueillait beaucoup de monde. Ils tenaient à la discrétion. Pas à faire partir les personnes d"ici.

«C'est ce que je fais depuis tout à l'heure.»

Abrutie n'aurait pas été de trop mais elle serait partie en boudant dans un coin. Et si elle trouvait une solution, cela pouvait nous sauver toutes les deux. Je grommelais.. Bon dieu, y'avait rien qui me disait quelque chose. Je pianotais sur les touches de mon téléphone portable. Autant demander à celui-ci s'il pouvait me dégoter quelqu'un pouvant pirater le système d'ici pour obtenir mes informations. J'aimais rarement lorsqu'on me disait non. J'aimais encore moins lorsqu'on me tendait un piège. Ni même lorsqu'on me tenait tête. Tiens. Et si c'était un maître d'hôtel qui était en fait l'auteur de ce mot? Il a accès à la plupart des chambres. Comme les femmes de ménage. L'écriture semblait féminine... Alors pourquoi pas. J'allais sortir quand je me rappelais qu'il devait y avoir des caméras, en-dehors de la chambre. Je n'allais certainement pas pouvoir aller en prendre une dans une chambre et la tabasser pour la faire parler. À moins que... À moins que n'use que de la ruse. Je pouvais éventuellement aller voir où se trouvait l'une de ces femmes avec l'un de ces chariots remplit de produits de tous genre et vérifier les chambres de faites. De cette façon, j'allais très certainement pouvoir connaître l'identité d'une des femmes qui avait nettoyé notre chambre avant notre arrivée. Peut-être que je la ferrais questionner par un intermédiaire, qui sait? Je sortais alors de la chambre, n'oubliant pas de regarder notre numéro avant d'aller à la recherche de mon élue. Et non, je n'allais certainement pas prévenir l'autre femme. Ce n'était pas nécessaire. Et comme elle le disait elle n'était certainement pas ma chienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 695

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Dim 12 Juin - 17:49

Pardon pour le retard les poussins!



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■


Une femme passe près de toi, mais elle semble étrange, malgré sa tenue d'employée. Son regard est inexpressif et elle donne presque l'impression... de ne pas être présente réellement.

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oh Shit... • • • Laura Richter Aujourd'hui à 2:34

Revenir en haut Aller en bas

Oh Shit... • • • Laura Richter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit