.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

/!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Sur une scène, avec un petit public
❝ POINTS : 327

MessageSujet: /![NC-18]/! Last Refrain (ft.Thompson Twins) Jeu 23 Juin - 15:57


Last Refrain

feat. The Thompson Twins


Tu ne t’en doutais pas ce matin, lorsque le soleil du matin t’avait paisiblement reveillée. Tu ne t’en doutais pas lorsque comme à chaque déjeuner, tu sirotais ta boisson chaude torréfiée. Tu ne t’en doutais pas en te dirigeant aux studios d’enregistrement pour travailler et peaufiner ton prochain CD.

Non, tu ne te doutais pas que ce jour ci serait l’une des pires de ton existence.

Tes horaires étaient, comme d'habitude, très irrégulières, mais il était rare que tu partes le matin pour rentrer tard le soir. Non, généralement, pour revenir tard, il fallait que tu commences tard. Mais il existe des exceptions, celle-ci en est une. Il faut croire que tu mets du cœur à l'ouvrage pour cet album. Plus que tous les autres ? Pas forcément, mais avec ce qui t'es arrivé jusque la, tu as pris beaucoup de pause. L'ironie ? Tu n'avais aucune idée de ce qui allait t'arriver…

Ce qui allait faire de jour l'un des pires de ton existence.

Il faisait noir sur la route du retour. Les rues désertes étaient maintenant éclairées par les lampadaires. Tu aimes la nuit, Viviane, tu trouves qu'elle donne à l'environnement une aura mystique… Et elle est toujours différente selon les lieux. Clairement, Tokyo de nuit n'avait rien à voir avec Laurel de nuit. Enfin, tout dépend du coin ou l'on se trouve… Il est clair que le quartier vegga devait être en effervescence. Enfin, quoi qu'il en soit, tu voulais rentrer chez toi, et ce le plus rapidement possible. La nuit oui, seule, non. Déjà que ton arrivée dans la ville aurait pu être désastreuse sans ce… Hmm… Stephan Bird ? Oui, voila. Enfin, il ne risquait pas de faire grand-chose pour t'aider ce soir, de la ou il est.

« Qui est la ? »

Hmm ? Oh, oui, tu sentais une présence au fil de tes pas. Pourtant les rues que tu arpentais étaient désertes. Tu te sentais épiée. Enfin, comment dire… Plus que d'habitude ? On peut dire ça, oui. Enfin, je dis ça, j'ignore même si tu sais que j'ai une conscience… Ce qui est sûr, c'est que tu sentais quelqu'un qui te suivait, et depuis un moment déjà. Et cela ne te rassurait pas du tout. Tu étais restée la, figée, a regarder en tous sens, épiant le moindre mouvement, prête à fuir. Un bruit, un ricanement, tu pars au quart de tour et au pas de course. Hélas, inutile, futile, tu ne portais pas des chaussures adaptées pour la course, et tu finis à terre avant d'avoir pu changer de rue. Tu paniques, tu n'oses pas regarder derrière toi, mais tu entends ces pas, et puis…

… Plus rien. Ta conscience s'évanouit subitement, d'un coup. Un coup dans la tête, certainement. Et tu ignores alors tout ce qui t'arrive entre ce moment et ton réveil prochain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 336

MessageSujet: Re: /!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins) Dim 26 Juin - 9:57

Last Refrain

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Viviane & Iwan

La folie était un élément avec lequel, Naya avait réussi à vivre. Même mieux, elle jouait de ça pour essayer de vivre comme tout le monde en faisant croire aux gens qu’elle était bonne à interner. Le temps lui avait aussi appris la raison pour laquelle, la folie se dissipait petit à petit, la raison pour laquelle, elle – et même Kiyo et toi - avaient des trous de mémoire : la folie venait de toi. Ou plus précisément du contraste trop grand de niveau général entre vos deux âmes qui bordaient les extrémités ; si Naya arrivait à te contrôler, le contrechoc était cette folie qui pouvait même emporter les trois âmes en même temps. Un contrechoc assez violent vu ce qu’il pouvait manipuler les trois humains. Et malheureusement pour vous et votre prochaine victime, cette folie allait renaitre mais pas dans le corps de Naya, mais dans celui dont le sadisme se sent même dans son aura, son visage. Aujourd’hui, cette âme qui fera office de défouloir à cette folie n’est qu’autre que toi. Le pire dans cette histoire, c’était que le trou noir allait – tout comme Naya – te faire mettre en application tes envies, tes fantasmes les plus profonds.

Ce soir-là, vous vous battiez pour savoir ce que vous alliez vous regarder : toi et Kiyo, vous vouliez vous mettre un film d’horreur tandis que Naya, elle, voulait plutôt un film d’action. Mais même entre les deux garçons, le choix du film n’allait pas : tu voulais te regarder un film du genre Psychose d’Alfred Hitchcock tandis que Kiyo, lui, voulait un truc bien sanglant comme la colline a des yeux non censuré. Des choix de film qui firent naitre un conflit entre les trois âmes. Un conflit qui allait permettre à la folie de s’imprégner un peu des trois âmes. Et malheureusement pour tout le monde, à ce moment-là, ce fut toi qui étais dans notre monde. Un détail qui changea la donne. Si la folie avait permis à Naya de battre à mort un autre élève, elle te permettait d’élever ton niveau d’imagination en matière de sadisme à son maximum. Une imagination qui plaisait fortement aux deux autres dans ce genre de moment. La folie leur permettait de supprimer une de leur caractéristique fondamentale : la morale. Sans elle, Naya et Kiyo pouvaient être aussi sadique que toi dans tes bons jours. Ce déblocage de la morale permit la libération de trois psychopathes.

Marchant tranquillement dans la rue, après avoir conclue qu’il vous était impossible de vous mettre d’accord sur un quelconque film, vous aviez décidé de jouer votre propre film : Si Naya voulait de l’action et vous deux du sang, vous alliez vous amuser à jouer un film d’horreur dont les deux hommes allaient jouer les tueurs et Naya, elle, allait jouer à l’exploratrice. Mais pour que tout ça fonctionne, il fallait une autre personne. Une personne extérieure à eux qui allaient jouer la victime. Pour le choix de cette victime, vous étiez tous les trois d’accord pour prendre une demoiselle assez frigide, simple à effrayer. Pourquoi ? Parce qu’elle devait bien s’entendre avec Naya pour l’exploration du labyrinthe dans lequel, elles allaient se retrouver piéger. Mais aussi parce que Kiyo n’avait pas envie de se prendre des coups de poing face à un mec. Il avait trop la flemme de se battre aujourd’hui. Il avait juste envie de s’amuser. Et ce fut à ce moment-là que tu vis la victime parfaite : dans la nuit, elle semblait paniquer. Avait-elle peur du croquemitaine ? À cette vision, il se mit à sourire. Pour le moment, elle avait peur pour rien, mais tu allais lui apprendre à avoir peur pour quelque chose.

Ce fut sans grande difficulté que tu arrivas à kidnapper cette jeune demoiselle. Malheureusement pour toi, sur le trajet pour l’emmener dans un entrepôt, une autre personne te vit avec la demoiselle dans les bras. Elle ne semblait pas convaincu par ton excuse du « ma femme est bourrée, je la ramène chez nous. ». Une sensation qui lui coûta chère puisqu’Iwan laissa place à Kiyo pour assommer cette autre personne sans pour autant l’emmener. Même si ce détail n’était pas pour déplaire à Iwan, Naya ne voulait pas jouer avec un garçon. Il était plus grand et plus fort que lui. Et surtout, sa tête ne lui revenait pas. Ces arguments n’étaient pas très convainquant même étant la reine de ce navire, vous vous deviez de l’écouter. Tu emmenas donc cette demoiselle dans un petit lieu secret dont seul toi en connaissais le lieu : une maison abandonnée dans les basfonds de la ville basse avec deux sous-sols. Le lieu parfait pour jouer avec elle. Tu préparas le terrain de jeu après avoir déposé l’inconnue dans le second sous-sol. Tu regardais bien que chaque fenêtre avait bien des barreaux, que les portes étaient bien verrouillées avec plusieurs cadenas.

Maintenant, tu y enregistras une vidéo explicative pour Naya et l’inconnue ; le but était simple : à partir du visionnage de la vidéo, elles auraient 20 min pour trouver un moyen de sortir d’ici. Si au bout des 20 min, elles y arrivaient, elles étaient libres. Si elles n’y arrivaient pas, les deux jeunes femmes allaient être à sa merci. Bien sûr, pour pimenter un peu le jeu, lors de ces 20 min de recherches, elles allaient devoir aussi trouver les clefs qui permettent d’ouvrir les différents cadenas. Un petit jeu qui allait plaire à Kiyo autant qu’à toi puisqu’il mélangeait sang et réflexion. Et avant que l’invité ne se réveille, tu pris l’apparence de Naya, t’encordas les mains avant de laisser Naya prendre le contrôle de son corps. Elle faisait semblant de dormir en attendant le réveil de la belle au bois dormant.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
❝ LOCALISATION : Sur une scène, avec un petit public
❝ POINTS : 327

MessageSujet: Re: /!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins) Ven 23 Sep - 12:33


Last Refrain

feat. The Thompson Twins


Combien de temps as-tu erré dans les ténèbres de l’inconscience? Quelques minutes? Quelques heures, peut-être. Il n’y avait strictement aucune manière de le savoir pour toi. Le brouillard se dissipait lentement, contrairement à ton mal de tête alors que tu reprenais tes esprits. Tu observes les environs en te massant le crâne pour apaiser la douleur. Rien a faire, tu devras te débrouiller avec ça. Deux détails t’ont interpellée lors de ton rapide examen des lieux, tu n’étais pas seule, mais la jeune fille qui partageait les lieux avec toi était clairement une autre victime, et non ton ravisseur. L’autre détail était une télévision. Mais tout d’abord, il fallait s’occuper de la jeune fille. Enfin, cette dernière n’avait pas non plus l’air d’une gamine, cependant, elle était certainement plus jeune que toi. Détail étrange qui t’interpelle, elle est ligotée par des cordes. Tu ne l’étais pas de ton côté. C’était étrange, en effet, mais il y avait bien plus important à faire, comme sortir de cet endroit. La jeune fille n’avait pas l’air blessée et semblait toujours vivante. Tu la réveillas calmement et lui délia les mains, sans même noter qu’elle était plutôt mal attachée, si bien qu’elle aurait pu se libérer seule. Après des présentations plutôt brèves ; elle semblait ignorer tout comme toi ce qui se passait, ton attention fut redirigée sur la télévision. Une image fixe, une flèche au centre, une invitation a presser un bouton pour jouer une vidéo. La télécommande n’était pas loin, te permettant ainsi de répondre à la demande silencieuse du téléviseur, qui dévoila l’extrait qui fut enregistré.

20 minutes, vous aviez vingts petites minutes pour vous échapper de cette bâtisse avant que votre ravisseur ne décide d’assouvir ses desseins sadiques et pervers… Tu te forçais à paraître froide et insensible pour la plus jeune personne en ta compagnie, mais dans ta tête tu étais terrifiée, non seulement par le ravisseur, mais aussi par le sort qu’il vous réservait. Il fallait te dépêcher lors de cette course contre la montre, ton prix est la liberté. En cas de défaite, qui sait ce qui pourrait t’arriver ?

Qui peut prédire ce que feraient les souvenirs d’une telle personne en rejoignant les tiens, ou plutôt les nôtres ?

« Nous n’avons pas de temps à perdre. Il faut qu’on s’échappe. »

Sans attendre ta partenaire improvisée, tu te mis à la recherche des cadenas et des clés. Après tout ça n’est pas très utile de trouver une clé sans savoir ou se trouve la serrure correspondante. Et dire que ce genre de jeux ou il faut chercher des choses insolites sur fond d’image fixe est aussi banal et ennuyeux, d’habitude, alors que dans cette situation il y avait un enjeu, et pas des moindres. Toujours en cachant comme tu le pouvais ta peur, ta nervosité était quand même présente dans ta démarche rapide, et dans ton regard, qui balayait les lieux rapidement tout en cherchant ces morceaux métalliques qui refermaient ta liberté. Dans un recoin de ton esprit cependant, tu envisageais le pire, que tu réussisses vite à remplir ta partie de ce « contrat » mais que de son côté, le ravisseur n’aie menti et qu’il fasse ce qu’il veut de toi. Après tout, qu’importe les promesses quand on est en position de force… Tu avais réussi a ouvrir quelques cadenas, passer quelques portes ce qui élargissait ton temps d’action, mais le temps pressait… Tu n’avais pas de montre et rien qui pouvait te dire combien de temps était passé. Était-il déjà trop tard ? Ton ravisseur était-il déjà en route pour te retrouver ? Et ou est passée la jeune fille qui était avec toi?Tu n’avais pas plus envie que ça de connaître les réponses à toutes ces questions, bien que ces dernières risquent de s’imposer à toi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 336

MessageSujet: Re: /!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins) Sam 15 Oct - 12:13

Last Refrain

J'ai tout ce qu'il me faut pour être bien en cet instant sauf si je laisse mon présent être dominé par les regrets d'un passé mort ou d'un futur imaginaire
Viviane & Iwan

Ne pas rire, ne pas rire. Voilà ce que tu pensais quand tu sentais que Naya était sur le point de rire. La situation la faisait rire : elle sentait votre victime s’inquiéter pour elle, essayer de la libéré et de la réveiller parce qu’elle était une bonne âme, parce qu’elle voulait sortir de ce cauchemar. Des trois âmes, qui était la plus sadique ? Tu souriais à l’idée de la faire souffrir, Kiyo se foutait de ce qui allait arriver – il voulait et puis, il y avait Naya. Elle, elle avait juste envie d’exploser de rire en voyant cette situation, mais surtout en voyant cette demoiselle. Comment pouvait-elle être aussi altruiste dans ce genre de situation ? L’être humain était une créature bien curieuse pour Naya. Quand tu observais les choses, tu te demandais si Naya était vraiment humaine. Tu la voyais tellement détacher de ce monde, de ces gens que tu te posais réellement des questions. Mais ce genre de questions faisaient que vous étiez proche tous les trois : aucune des trois âmes n’étaient à sa place dans ce monde, dans cette dimension. Donc, essayant de ne pas rire, Naya fit semblant de se réveiller lentement quand elle entendit la vidéo.

En l’écoutant, elle se disait que l’aventure pouvait que bien commencer : de ce qu’elle voyait, la jeune faisait semblant d’être stoïque pour elle, pour pas qu’elle n’ait peur. Dans d’autres circonstances, elle aurait salué cette prestation, elle l’aurait limite remercié pour sa compassion. Mais la situation n’exigeait pas de compassion, elle ne ressentit donc rien. Finissant la vidéo, la femme en face d’elle vous regarda en annonçant que vous n’aviez que 20 min pour trouver les cadenas et les clefs. 20 minutes. 20 minutes de pur bonheur, 20 minutes de jeu d’aventure. Dès que la vidéo fut terminée, l’inconnue lui annonça qu’elles n’avaient pas de temps à perdre et qu’elles devaient s’échapper le plus rapidement possible. Quand vous l’entendiez dire ça, tu avais le sourire aux lèvres. Tu avais un très large sourire. Tandis que Naya, elle, se concentrait pour ne pas rire. Toutefois, Naya lui répondit de manière positive en hochant la tête à la verticale. Elle ne devait absolument pas parler, sinon, elle allait se trahir elle-même en explosant de rire, en lui disant qu’elle était stupide. Juste après sa réponse, l’inconnue partit à la recherche des clefs et des cadenas. La maison était horriblement grande. Comment allait-elle réussir ?

Viviane semblait partie pour aller chercher une sortie. Mais quand elle sortit de la pièce de la télévision, Naya y resta quelques instants de plus. Elle devait garder son calme. Elle avait tellement envie de rire, de la voir souffrir que son visage se crispa. Tu étais donc obligé d’intervenir et de prendre possession du corps de Naya. La demoiselle profita d’être dans le monde d’Iwan pour exploser de rire. Elle n’en pouvait plus. L’inconnue allait la faire mourir de rire. C’était donc Iwan qui allait jouer le rôle de la victime. C’était une autre façon de jouer, de voir les choses : la victime allait travailler avec son agresseur pour trouver la sortie. A cette idée, Kiyo commença à se ré intéresser à l’affaire. Ils allaient vraiment s’amuser, pour une fois. Naya, enfin toi, repartit en direction de l’inconnue. Cette femme te donnait de l’urticaire. Comment pouvait-on aimer le sexe faible, le sexe de Satan ? Enfin bon, la question était de savoir ce qui allait se passer. Surtout pour l’inconnue. Comment allait-elle s’en sortir ? Naya la rejoint en affichant une expression de peur.

« E… est-ce… est-ce que ça te dérange si je reste avec toi ? », demande-t-elle en ayant la voix qui tremble. « Je… j’ai peur. J’ai peur de cet endroit. J’ai peur aussi qu’on nous retrouve, qu’il nous retrouve. », ajoute-t-elle en laissant couler quelques larmes.

Il fallait mettre en confiance la victime, qu’elle nous prenne pour une victime plus fragile qu’elle. Il fallait aussi que tu restes avec elle pour voir comment elle s’en sort, voir si elle allait trouver une solution. Avant de commencer le jeu réel, Naya avait expliqué aux deux autres âmes que pour éviter de se faire prendre, elle avait tout mis sous contrôle informatique : elle pourrait régler le compte à rebours à distance pour assurer à la victime qu’elles n’étaient pas seules. D’ailleurs, tu commenças à appuyer pour la première fois. A ce moment-là, un « ding-dong » comme dans les prisons se mit à émettre.

« Il reste 5 minutes mes chéries. Je sais où vous êtes, je vous vois. Je commence à venir vous chercher.», annonça la voix.

A ces mots, tu fis semblant de trembler de peur et de pleurer. L’avantage quand on était un très bon comédien, c’était que quand on avait un bon corps, on pouvait tout faire. On devenait le maitre des illusions. Surtout quand le spectateur était dans un état de peur et qu’il ne faisait pas attention aux micros expression.

La maison était tellement grande, mais aussi en bordel qu’elles n’avaient pas pu voir le temps passer. Tu ne savais même pas si ça faisait vraiment 15 minutes qu’elles avaient commencé à faire les recherches. Mais peu importe. Le plus important n’était pas le temps de recherche, mais ce qui allait se passer par la suite. Comment ne pas attendre ce genre de chose quand on était aussi malsain et pervers que toi ? Tu étais pressé de faire goûter le corps de ton amie à ton meilleur ami.

Marchant toujours dans les ruines de la maison qui ressemblait vraiment à une maison de film d’horreur, tu mimas l’expression d’une personne qui avait entendu du bruit. Tu devais faire disparaitre le corps de Naya avant de pouvoir t’attaquer à Viviane. De cette expression, tu refis semblant de pleurer, de trembler de tout tes membres.

« Je… j’ai entendu du bruit par là. », dit-elle en ayant la voix qui tremble. « Je vais aller voir ce qui se passe. Est-ce que tu peux rester là, pour surveiller et crier si tu vois quelque chose ? », ajoute-t-elle en avançant.

Lentement, mais surement, elle s’avança vers le lieu dont elle avait parlé à Viviane, l’inconnue. Elle s’approcha et quand elle ne fut plus dans son champ de vision, elle attendit quelques minutes – une ou deux – avant de se mettre à hurler. Dès que les cris s’arrêtèrent, tu repris son corps et se cacha. Tu savais très bien qu’elle irait voir ce qui se passait, voir si Naya allait bien.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: /!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins)

Revenir en haut Aller en bas

/!\[NC-18]/!\ Last Refrain (ft.Thompson Twins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit