.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 108

MessageSujet: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Dim 26 Juin - 13:01


Se reposer. Du vin, quelque chose dans ce genre-là. Et les collègues qui m'emmerdaient plus qu'autre chose, c'était du jamais vu. Et cette chaleur! Personne n'avait réussi à réparer cette putain de clim. Seul soutien, des feuilles subtituant à l'effet d'un ventilateur. De l'eau, de l'eau, pitié! Le Saint Graal semblait m'être apparut car je vis une petite bouteille d'eau fraîche. Je la pris. Non, elle n'était pas à moi. Du tout. Et même qu'un paysan voulait récupérer son bien. Je lui faisais un regard noir, le regardant de haut. P'être que c'était un collègue, mais qu'est-ce que je m'en foutais.

«Toi, ta gueule.»

Clair et net. Il avait l'air ébahit. Je me concentrais plus sur la bouteille d'eau en question que l'air d'abruti qu'il devait avoir. Je débouchais le bouchon qui sauta je ne sais où. Et je buvais l'eau fraîche à pleine gorgée. Je me sentais mieux après un moment. Je reposais celle-ci sur le dit bureau où je l'avais pris.

«Tiens, je t'en ais laissé un fond.»

Je repars, telle une princesse mais l'air m'insupporte. Je tente de me fabriquer un putain d'éventails avec des feuilles trouvées sur le bureau d'un autre collègue. Je me dirge dans mon bureau à moi cette fois-ci et j'aère. Je ne sais pas ce que je préfère entre cette chaleur à crever ou l'air passable mais avec un bruit infernal, celui de la foule. Si les pigeons pouvaient faire preuve d'intelligence et en emmerder quelques-uns en leur déféquant dessus ça ne serait pas plus mal. Au moins ça leur ferait les pieds à ces gros fainéants. Je m’assois dans mon fauteuil, en m’éventant le visage. C'est alors que quelqu'un vient frapper à ma porte. Qui ça peut bien être. Je me retourne. Un employé me dit que quelqu'un veut me voir. Oho, peut-être un gros magot. Enfin une bonne nouvelle j'espère! Je me calme et apparaît avec un visage qui se veut sympathique.


«Vas-y, amènes-le jusqu'ici.»

Je me lève et range un peu mon bureau tout en ouvrant un dossier. Oui, il faut faire comme si quelques fois. Pour paraître occupé. Les clients aiment ça. Ils aiment voir qu'on bosse pendant qu'eux dépensent leur fric, ça les rassure. Et moi j'ai confiance en leur compte en banque. Et une belle affaire se crée. Je vérifie que ma tenue est correcte. Mais de toute évidence, celle-ci est parfaite. Je sens toujours aussi bon que ce matin. Ma robe me sied à merveille et je n'ais pas de tâches. J'entends du bruit, la personne en question doit être arrivée. Je me retourne, le dossier à la main, que je referme. Je montre ainsi qu'il a toute mon attention maintenant qu'il est devant moi. Je le posa sur la table.

«Ah, bonjour. Vous êtes là!»

Je lui fais le truc habituel, je me lève, venant à lui pour le saluer. Je lui tends la main avec un sourire dont j'ai le secret, le regardant dans les yeux. Toujours être souriante face à eux, toujours les saluer et être polie. Bien accueillir c'est une part du travail accompli.

«Laura Richter. Entrez ne soyez pas timide voyons! Et je vous en prie,asseyez-vous, la chaise est confortable,je vous l'assure! Alors je sais qu'il fait faut, quelqu'un viendra nous apporter un peu d'eau tout à l'heure!»

Pendant qu'il prend place, je prend la mienne à mon bureau.Un face-à-face normal. Maintenant il fallait aborder la raison de sa visite. Je devais faire une belle entrée. D'abord par l'apparence, ensuite par mon professionnalisme.

«Vous venez pour un procès futur? Un problème quelconque?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Dim 26 Juin - 17:10

Un danger publique en liberté... Je crois halluciner... à quoi cela sert d'avoir une ville avec des héros à dispositions si c'est pour libérer les fous furieux que l'on capture... Cette fois ça va trop loin, je doit aller voir cette foutue avocate du diable... Cette Laura Richter n'a qu'a bien se tenir, j'ai l'adresse de son cabinet, y a plus qu'à me rendre sur place...

Je suis arrivé finalement à ce cabinet, classique, aucunes extravagances, on pourrait presque croire qu'elle est honnête. Je me présente à l'accueille tout en gardant la capuche de mon sweat relevé...

- Bonjour, j'aimerais voir Mme Richter...

L'hôte d'accueille me demande mon nom mais je reste silencieux à ce sujet... Âpres avoir tenté de me le soustraire du mieux qu'il pouvait, il part finalement vers le bureau de Richter, Je l'entend m'annoncer, il revient vers moi et m'invite à entrer, Je m'exécute...

Elle est juste devant moi... Je pourrait la griller sur place mais je ne suis pas comme elle et ses congénères...

- Ah, bonjour. Vous êtes là!
Elle me tend la main, je lui tend la mienne en évitant de lui mettre le feu...
- Laura Richter. Entrez ne soyez pas timide voyons! Et je vous en prie,asseyez-vous, la chaise est confortable,je vous l'assure! Alors je sais qu'il fait faut, quelqu'un viendra nous apporter un peu d'eau tout à l'heure!

Elle me regarde dans les yeux comme si elle n'avait pas gouter à un homme depuis 2 ans, mais elle ne semble pas avoir remarqué mes bandages... Elle m'invite à m'asseoir, j'attend qu'elle le fasse elle même pour le faire...

- Vous venez pour un procès futur? Un problème quelconque ?
- C'est plus compliqué que ça, je soupçonne quelqu'un d'avoir falsifié des preuves lors du jugement d'un meurtrier...

J'hésite encore à révéler mon "visage"... Non, je vais encore garder l'effet de surprise... J'ai déjà assez réchauffer l'environnement... Littéralement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Dim 26 Juin - 20:29

«Pardon?»

Je crois avoir très mal compris. Il ne semble pas vouloir de mes services. J'hausse un sourcils. Ou peut-être veut-il m'engager pour son affaire. Mais dans ce cas il aurait peut-être se renseigner AVANT de venir me voir. Ou alors il venait me voir pour obtenir ses informations. Enfin c'est bon quoi, moi je ne suis pas la poste ou la mairie. Moi je bosse vraiment. Je me contiens tout de même et répond avec tact et diplomatie.

«Écoutez, pour cela il faut voir le procureur général. Si vous venez me voir pour porter un procès à la cour il faut avoir une preuve du méfait, quelque chose qui puisse renouveler l'affaire. Sinon le dossier ne pourra pas rouvrir de sitôt. Il devra y avoir une enquête aussi mais avec des preuves solides, il faut l'avouer. Car généralement on ne rouvre pas un dossier à moins d'avoir quelque chose. Pour le moment je ne pense pas vous être très utile.»

Je cherche dans mes affaires des sortes de cartes de visites. Des collègues qui travaillent bien. Et qui me remercient lorsque je les met sur la piste d'un client.

«Je pourrais éventuellement vous donner des noms d'enquêteurs. Ils sont très bons dans leur domaine mais leur tarif est assez élevé, je préfère vous prévenir»

Je pose les cartes sur le bureau, devant l'homme. Ces bandages m'intriguent. Brûlé au troisième degrés peut-être? Ou chirurgie esthétique peut-être. Y'en a qui payent des fortunes pour passer au bistouri. Alors que moi je pourrais leur refaire gratis le portrait. Bon, je les tuerais après et ils n'auraient pas le visage espéré mais c'est un travail comme un autre.

«Vous avez besoin d'autre chose?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Lun 27 Juin - 8:21

Elle me sort un blabla bureaucratique entier sur comment faire pour ma pseudo enquête, elle fini même pas me donner une carte de visite d'un de ses collaborateurs... Je n'y fait pas attention et ricane...

- Vous avez besoin d'autre chose ?

- En fait, les preuves pourrait être bien plus proches qu'ont ne le pense... Et oui j'ai besoins de quelque chose... Je rabaisse ma capuche et délivre donc mon identité à ses yeux
- J'ai besoin que tu te mettes à table Richter... J'ai vu cette raclure enfoncer son poignard dans cette femme !

Je pense la connaître assez pour pouvoir dire qu'elle n'a pas la mémoire courte... Elle devrait pas tarder à m'insulter normalement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Sam 2 Juil - 10:25

J'échappais une de ces grossièretés dont j'avais le secret.

«OH PUTAIN!»

Ma tête allait en arrière. Bordel, mais qu'est-ce qu'il foutait ici? Il n'avait pas des demoiselles en détresse à aller sauver? Ils avait vraiment que ça de foutre que de venir me faire coucou. Je mettais mes deux mains sur ma figure. Bon dieu! Comment allais-je pouvoir m'en débarrasser? Pire que les cafards.

«Premièrement  vous allez me vouvoyer. Nous n'avons certainement pas gardé les cochons ensemble! Et nous ne sommes point amis.»

Tout juste une affaire. J'avais faillit oublier sa gueule. Bordel. Il devait avoir la dent dure. Bon j'allais sortir le truc qu'on sortait d'habitude. Va savoir, p'être qu'il sortirait rapidement.

«Les preuves n'étaient pas suffisantes, point. Il faut savoir perdre dans la vie. Lorsque vous l'aurez accepté, vous verrez, la vie vous sourira. Quelques fois on perd, quelques fois on gagne. Il faut s'y faire. Sinon, trouvez de nouvelles preuves comme je vous l'ais indiqué auparavant.»

Il commence à m'échauffer. D'où qu'il a vu qu'il pouvait m'insulter de raclure. Et il n'avait pas trouvé mieux? Je me lève. J'ai envie de montrer qui c'est le patron ici. C'est mon cabinet, mon bureau. Il ne peut rien contre moi, de toutes les façons!

«Maintenant sortez. Je crois que c'est la seule chose pour laquelle vous êtes ici non? Le procès est fini, terminé, il n'y a rien d'autre à rajouter.»

Qu'il s'en aille vite, la chaleur et moi ne faisions pas bon ménage lorsqu'un cafard venait sur mon territoire. Sinon, il verrait de quel bois je me chauffais! Et ces bandages se seront rien, face à ce que j'allais lui faire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Lun 4 Juil - 1:05

Bon, l'effet de surprise, c'est fait, j'ai même eu droit à un magnifique "OH PUTAIN" face auquel je n'ai pu m'empêcher de rire...

- Je savais que tu te rappelais encore un peu de moi...

- Premièrement  vous allez me vouvoyer. Nous n'avons certainement pas gardé les cochons ensemble! Et nous ne sommes point amis.

Elle marque un point, j'ai beau être de la Heroes, j'ai aucun droit de tutoyer sans y être invité...

- Vous avez raison désolé... Je me suis laissé emporter par votre superbe réaction...

Je lui rafraîchi alors la mémoire au sujet de l'affaire...

- Une femme, la trentaine, lâchement poignardé dans le dos pour ses divers bijoux par la raclure de chiotte qu'était l'accusé, votre client si vous préférez, après avoir inspecté la scène de crime suite à la neutralisation du meurtrier par moi-même, le flics ont retrouvés le couteau ensanglanté avec en prime les empreintes digitales de votre client... Les preuves étaient largement suffisante pour que ce moins que rien finisse en taule... Mais, lors du verdict, plus d'empreintes... Et le couteau avait totalement disparu de la circulation... Vous allez franchement pas me dire qu'il y a pas anguille sous roche si ?

- Les preuves n'étaient pas suffisantes, point. Il faut savoir perdre dans la vie. Lorsque vous l'aurez accepté, vous verrez, la vie vous sourira. Quelques fois on perd, quelques fois on gagne. Il faut s'y faire. Sinon, trouvez de nouvelles preuves comme je vous l'ais indiqué auparavant. Maintenant sortez. Je crois que c'est la seule chose pour laquelle vous êtes ici non? Le procès est fini, terminé, il n'y a rien d'autre à rajouter.

D'accord, soit elle sait très bien ce qu'il s'est passé et elle cache ou a détruit les preuves avec X pot-de-vin soit cette femme s'est poignardé toute seule comme une grande... Lorsque elle m'invite à sortir en se levant comme si elle pensait m'impressionnait, je fais de même en frappant du poing sur le bureau

- VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI !?! Ont oublie pas un meurtre comme ça ! J'ai très bien vu ce que j'ai vu et si cela ne tenait qu'à moi, ce meurtrier serait déjà en train de grillé comme une côte de bœuf sur un barbecue ! Alors maintenant vous allez poser vous fesses sur votre fauteuil et vous allez me dire où sont ces foutues preuves !

J'ai haussé la voix, cela ne m'arrive pas souvent, mais je connais mon ennemie... Sous ses airs professionnels se cache en réalité une vipère au venin redoutable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Mar 5 Juil - 17:20

Non mais il se fout de ma gueule royalement. Personne n'élève la voix contre Laura Richter. Et qui s'y frotte s'y pique! C'est mon bureau, mon territoire! Où il se croit? Chez papi et mamie? Il croit que ça va arranger la situation en tapant comme un gorille?Et bien ça ne va pas se passer comme ça!

«ON NE CRIE PAS DANS MON BUREAU, C'EST CLAIR? ET DE DEUX JE FAIS CE QUE JE VEUX DANS MON BUREAU! Où avez-vous pu être élevé ? C'est quoi cette façon de frapper comme ça sur mon bureau? Vous faites la même chose chez vos parents?»

C'est plutôt paradoxal ce que je viens de dire. Mais qu'est-ce qu'on s'en fout! Alors là, sa menace ne fonctionne pas, qu'il essaye. Je n'ais certainement pas peur de lui. Ni même de la douleur! Je n'ais peur de personne. Et personne ne me contrôle ou donne des ordres. Il n'y avait que mes parents qui le pouvaient. Alors lui il peut bien aller se torcher le cul! On aurait pu penser qu je le réprimandais, certainement dans un sens. Mais j'étais surtout très énervée de voir ainsi malmener mon mobilier. Merde quoi, un bureau de cette qualité, on l'abîme pas!
Il m'indiquait qu'il avait très envie de tuer mon ancien client. Je lui parlais d'un air ironique pour lui montrer que ce n'était pas bien réfléchit tout ça. Le petit père avait besoin d'un peu d'aide. J'irais bien l'encourager de loin à faire sa connerie.

«Et bien allez-y grillez-le, et vous serez poursuivit par l'État pour meurtre. Et pas sûr que vous gagnerez.»

Surtout s'il avait un don. Là ça serait Jackpot. Et bam, les politiques qui verraient d'un mauvais oeil ces héros avec des pouvoirs. Et bam, on interdit aux gens d'user de leurs dons et bam on ferme cette école. Au moins je serais moins emmerdée par ces héros avec leur bonne morale. Bon après si c'est juste un crétin, il pourrait même éviter la prison et aller en asile psychatrique, avec un très bon avocat. Il me demande par la suite mes preuves, je ricane. Non mais où il se croit cet imbécile?

«Mes preuves? Je les ais présentées au tribunal. Qui les a jugées comme excellente au vu du verdict. Vous avez eu un avocat incapable voilà tout. Ce n'est pas de ma faute si vous n'êtes pas doués. J'ai été meilleure que vous voilà tout. Vous pouvez d'AILLEURS revoir les preuves. Seulement il faudra que vous ayez de très BONNES relations.»

Je soulignais certains mots et les articulais même, afin d'en souligner leur importance. Je le toissais de haut en bas. Au vu de ses habits, je ne pensais pas qu'il soit riche. La manière de parler aussi. Ou alors il devait avoir gagné au loto récemment.

«Et ce n'est visiblement pas ce que vous avez.»

Je pourrais lui cracher à la gueule, ça ferait le même effet. Visuellement, c'était ça que j'imaginais. Je le regarde avec un sourire plein de dédain. J'attends qu'il fasse une erreur. De toutes évidences, il semble avoir le sang chaud, laissons-le s'exprimer verbalement et physiquement, ça lui apprendra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Mer 6 Juil - 1:08

Comme bien souvent quand je suis en colère, je fais bien des erreurs... Ce coup sur le bureau n'était pas indispensable, même si il peut désormais me servir d'atout contre elle, elle semble y être bien attaché... Je n'aurais pas dû hausser le ton non plus... Mais ses dires m'obligent à réitérer cette action... Je l'a regarde dans le blancs des yeux... Je n'ai même pas remarqué que mon corps dégagé déjà quelques petites ondes de chaleur au niveau de mes épaules...

- Je ne vous donne....AUCUNS droits... De mentionner... Un membres de ma famille ! Surtout pas mes DÉFUNTS parents !!!

Elle pense vraiment être la seule à pouvoir souligné des mots en levant la voix ? Je reprend un peu mes esprits lorsqu'elle me met au défi de m'occuper personnellement du sort de l'ex-accusé... Je ne peux m'empêcher de lâcher un petit sourire aux coins des lèvres...

- C'est drôle quand ont y pense... Laura Richter... Avocate à la renommée naissante... Gagne bien souvent ses combats juridiques... Mais pourtant, sous ses airs très pro... Se cache en réalité une femme malhonnête aux adresses et contacts peu recommandables... Apres le jugement... Je n'ai pu m'empêcher de vous prendre en filature... Et vous m'avez menée droit au quartier où se terre les raclures du M.A.D ........ Donnez moi une bonne raison de ne pas vous refaire un peu la façade....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Mer 6 Juil - 16:24

Je soufflais tout en me massant mon crâne. J'allais pas m'en sortir avec cet abruti. Qu'est-ce qu'ils avaient tous à nommer leurs défunts parents? Allez hop on sort les violons et leur putain de chansons! Je faisais d'ailleurs min d'imiter cet instrument et d'en imaginer les paroles. OUIN OUIN ma mère est morte. OUIN OUIN mon père est mort. OUIN OUIN je suis orphelin. Et vas-y que je veux de l'attention. Et vas-y que je suis malheureux. Oh là là. Putain mais reprends-moi petit père, c'est la vie. Moi j'en faisais pas tout un foin de ne plus avoir mes parents auprès de moi! Et pourtant je pourrais le faire encore aujourd'hui. Il voulait peut-être qu'on fasse un concours de qui est la personne la plus malheureuse ? Je finissais par avouer mon ressenti sans trop y mettre les formes. Il me gonflait là.

«Ce que vous êtes sensibles. Prenez un psy, moi je ne peux rien faire pour vous. Allez chialez dans ses jupes et foutez-moi la paix tout simplement. On dirait un gamin qui pleure parce qu'il n'a pas eu ce qu'il voulait à Noël.»

Manquerait plus qu'il soit zinzin. Là ça ne m'amusait plus du tout, je feuilletais même le dossier que j'avais auparavant déposé sur mon bureau. Il commençait à me pomper l'air celui-là. Et l'air conditionné me manquait terriblement. Ce n'est que lorsqu'il mentionna mon organisation que je revelais de nouveau la tête vers celui-ci. Il voulait mon attention, il avait bien réussit.  Il était fort ce con. Putain il allait bien loin lui pour faire chier. Je pourrais même l'engager à mon compte.

«Vous êtes un abruti. Vous croyez quoi ? Que je vais vous dire de vous asseoir et que j'vais vous pomper comme il se doit ? Qu'après je pourrais gentiment écarter les jambes pour que vous me preniez sur mon bureau tout ça en murmurant que ça sera notre petit secret?»

Ce serait drôle je l'avoue. Tellement stéréotypé cette scène. Mais qui arrivait un peu trop souvent dans certains bureaux. Ce qui était assez navrant. Leurs affaires n'étaient pas les miennes cependant.

«Ou je dois jouer la blonde effarouchée, effrayée que vous l'ayez suivie? Ouhlàlà j'ai peur! Je ne suis pas de ce bord-là merci. En plus vous n'avez pas les bonnes informations. Vous le sauriez si vous aviez fait plus de recherches sur mon compte. Je suis avocate depuis un bon moment. J'ai de tout dans mes relations et bien entendu une bonne tripotée de clients. Beaucoup de rumeurs circulent à leur sujet. Et à vrai dire je m'en fous. Tant qu'ils me payent tout va pour le mieux. Ils n'en ont plus? Tant pis, qu'ils dégagent. Et ils le savent tous très bien. Je ne suis pas là par hasard. Je ne fais pas la charité. J'offre mes services aux plus offrants. Ce monde est fait ainsi et je l'ais accepté. Vous devriez en faire de même.»

Il fait encore plus chaud. Ce doit être mes nerfs. Et je m'énerve pour rien avec ce mec-là. J'ouvre la fenêtre. Je ne vais pas être polie et lui demander si ça ne le dérange pas. À ce train-là, c'est moi qui vais finir par le faire filler par quelqu'un et lui péter la gueule. On verra bien qui rira le dernier. Je referme le dossier et croise mes bras. J'échappe même un gloussement.

«Une bonne raison. Voyons voir...vous êtes dans mon cabinet. J'ai des avocats à mon service. Vous me démolissez, vous allez en taule. Et comme vous l'avez bien dit, j'ai des relations. Et je sais que certaines d'entre elles tiennent à mes fesses et viendront m'aider. Tiens, ça m'en fait deux. Content?»

Je n'avais rien dit de plus sur cette filature. Peut-être bluffait-il tout simplement. Certains avocats utilisaient cette technique pour faire avouer des choses à l'accusé ou à la victime. Souvent ces personnes se piégeaient elles-même, bafouillant. Même si elles n'avaient rien fait. Peut-être qu'il ment, peut-être qu'il dit vrai .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Mer 6 Juil - 18:21

Bingo ! Sa réaction confirme mes soupçons, elle fait bien partie du M.A.D, aucun doute là dessus, elle a bien trop été surprise que je mentionne cette organisation pour qu'elle ne soit seulement une intervenante extérieur... Elle vient à me dire que d'après mes réactions elle devrait me faire la cour, elle se rassoit et ricane en me donnant, malheureusement pour moi, deux bonnes raisons au lieu d'une... Décidément, moi et la colère, ça fait pas bon ménage... Mais finalement à quoi bon, j'ai déjà une belle info sur elle et je n'ai aucuns intérêts à lui faire de mal... Pour l'instant... Je respire un coup, elle ouvre la fenêtre, elle est en nage... Dommage pour toi ma grande, je vais faire monter le thermostat... Je ricane à mon tour et reprend place sur mon siège...

- ah ah... Ça vous arrangerait que je vous fasse du mal hein ? Et bien dommage pour vous... Je ne suis pas assez bête pour détruire à moi seul le peu de relation amicale que la Heroes a avec la société actuelle... Vous semblez avoir chaud, souhaitez vous que je rafraîchisse un peu l'atmosphère ?

Suite à quoi, je fait baisser la chaleur à température viable... Apres tout, mon pouvoir ne sert pas qu'à faire exploser les thermomètres...

- Voilà, bon, un service en vaut bien un autre non ? Avouez moi que vous avez falsifié mes preuves et que vous avez fait circuler quelques pots de vin par ci par là et je partirai aussi vite que je suis venu... dis-je en me craquant les doigts et en la regardant avec un léger rictus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Jeu 7 Juil - 1:25

Je n'attends que ça que tu me fasses du mal mon petit père. Là j'aurais gagné le gros lot. Il me parle de la Heroes? J'ai bien entendu Heroes? Il ne manquait plus que ça. Mais ça m'indiquait maintenant qu'il devait en faire partie. Personnel? Professeur? Non, vu le sang chaud j'aurais dit un élève. Il devait être bien jeune et quelque peu inexpérimenté. Il se ferait avoir un jour.

«C'était vous ?»

On va de surprise en surprise. Qu'est-ce qu'il va me dire bientôt? Que c'est mon demi-frère caché? Genre le truc bien cliché où l'on chiale devant un feuilleton. Son don concernait-il la température ambiante d'une pièce? Tiens tiens.. Cela me donnait une idée. Je me levais, montrant un visage énervé à l'homme.

«Et ça se dit héros. Et ça utilise son don sur les civils. Bel exemple que vous donnez de votre école.»

J'approche de la porte de mon bureau et ouvre celle-ci. Je préfère que mes collègues entendent la suite. Je sais qu'ils me défendront. Lui? Moins sûr. De toutes les façons ça les concerne. S'ils veulent garder leur boulot et toujours gagner du fric, beaucoup de fric. D'ailleurs, je viens de remarquer un truc. Il aime bien me nommer soit en tant que Richter ou nom et prénom compris. Qu'est-ce que ça signifie sur lui? Je n'en sais rien. Une façon de rester proche avec les êtres humains peut-être. Il a l'air tellement gniangnian que ça en serait possible. Il est l'intégrale de La Petite Maison dans la Prairie à lui tout seul. Je me demande qui peut le supporter ce type?

«Je ne rends jamais service. Ou alors il faut que j'y trouve un intérêt.»

Retour au monde des bisounours. Je devrais peut-être revenir chercher les cahiers de coloriage de Mon Petit Poney de ma soeur et les lui donner. Cette école leur bourre le crâne de conneries. Autant en mots qu'en matière d'intimidation. Ou alors c'est un petit jeune qui veut se la péter.

«Vous allez vraiment vous faire buter, vous. Vous êtes d'une sottise sans nom. Faut vous acheter un cerveau. Ou en louer un.»

Et ce n'est même pas une menace de ma part. Juste une affirmation. Je pense sérieusement qu'il va finir par se faire latter la gueule dans un coin. J'aurais peut-être même pas à aller le tuer finalement. Il était vraiment désespérant. On aurait dit Dora disant à Chipeur d'arrêter de voler. On avait quasiment la même situation, sauf qu'il voulait savoir si j'avais ou non magouillé le dossier de mon client pour qu'il puisse être libre. Cet homme doté avait besoin qu'on le secoue sérieusement! Le monde n'était pas noir, pas blanc mais bel et bien gris.

«Je ne vous dirais rien. Rien sur le dossier de mon client. Tout ce que mon client m'a dit, je le garde pour moi. De plus, les pots-de vins comme vous le dites ça ne se fait pas comme ça. Vous croyez quoi? Et falsifier des preuves c'est encore plus difficile que corrompre quelqu'un. Si vous voulez un autre procès parce que vous l'avez trouvé injuste ou justement, corrompu. Ayez des preuves. Et vous pourrez rouvrir votre dossier si chéri.»

Qu'il pense ce qu'il veut. Qu'il pense que j'ai falsifié les preuves, ou autre il ne trouvera rien. Peut-être tout simplement parce que je n'ais rien fait. Qu'il soit convaincu de mon innocence ou non je m'en fous. Par contre, il faudrait que je parle de ce qui s'est passé avec Klynn. Je n'allais pas lui lâcher une information de ce type. Surtout pas à lui. J'avais juste envie de lui donner une bonne leçon. Un couteau dans sa main par exemple. Je visualisais cette vision si lumineuse dans ma tête. Dans tous les cas j'étais prête à l'entendre m'hurler dessus car je ne lâchais pas le morceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 69

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Jeu 7 Juil - 10:10

Merde, pourquoi a-t-il fallu qu'elle ouvre la porte de son bureau, maintenant je suis coincé et je ne peux plus m'exprimer comme avant... Elle est forte, mais j'ai pas dit mon dernier mot... Je me lève et me dirige vers la porte, avant de partir je lui addresse mes dernières phrases...

- Je n'utilise mon pouvoir que sur les individus qui menace la justice, alors peut-être que cela vous passe au dessus de la tête, mais un jour ça vous retombera sur le coin de la gueule sans même que vous vous y attendiez... J'ai utilisé mon pouvoir seulement pour rafraîchir l'atmosphère... Mais maintenant que je me retire, ne pensez pas que je vais épargner votre bureau...

Je fais alors monter la température à un environs de 30 degrés uniquement dans son bureau, la salle d'attente n'a rien avoir dans tout ça et si des gens sont assez bête pour consulter une avocate frauduleuse... Et bien... C'est leur problème...

- Oh et, mes salutations au M.A.D.....

je me retire finalement de cette environnement qui pue la fraude et la malhonnêteté, je ne part pas totalement bredouilles... J'ai découvert l'identité d'un agent du M.A.D, ma mission principale et foiré mais au moins je ne repars pas complètement perdant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 108

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon Jeu 7 Juil - 17:35


Il se lève pour m'adresser ses dernières paroles. Moi menacer la justice, ça me fait bien rire. Mais il faut avouer qu'il a raison, la roue tourne. Il va falloir que je prenne un avocat, au moins pour eux. Je n'ais peur que d'une chose, et c'est la mort. La prison je peux l'éviter. Des alliés j'en ais, comme des clients. Il me laisse un cadeau empoisonné. Le saligaud! Je pense que ce n'est même pas la peine de travailler dans ces conditions. Son au revoir me fait penser que je n'ais malheureusement pas été assez convaincante. Cela m'embête mais il ne semble ne m'avoir filé qu'en tant que Laura Richter, pas sous mon identité criminelle. Ce qui me laisse penser qu'il ne sait pas tout. Ou alors il cache bien son jeu. C'est peut-être un avertissement de sa part, et j'en prends bien conscience. Je lâche ces derniers mots.

«Bon débarras.»

Il m'a eut et je déteste ça. Je suis énervée, tellement énervée que je casse mon verre. La femme de ménage ira ramasser les débris. De toutes les façons, c'est son boulot. Je ne peux pas fermer mon bureau au vu de la chaleur. Mais ça devrait s'en aller pendant la nuit. Je prends mes affaires et ferme la porte. Je me dirige vers la sortie, non pas pour poursuivre cet homme, mais pour rentrer chez moi. J'appelle mon compagnon. Il a intérêt à répondre rapidement car l'heure est grave!

«Ouais, Klynn, rammènes ton cul il faut que je te parle, c'est important. Viens chez moi pour qu'on en discute.»

Et les portes se ferment derrière moi.

HRP::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon

Revenir en haut Aller en bas

La Chaleur comme le ton monte d'un cran! Feat Jack Falcon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le centre ville-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit