.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Shake thyself from dust, and rise !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Shake thyself from dust, and rise ! Sam 13 Aoû - 1:49




étudiants



Je me ferai héros... Voilà, vous êtes content ?

Swan Melenthil
____________________________________________________________________
J'adore ces plantes carnivores !! Vous auriez le nom de leur jardinier ?


❝ Âge : 322
❝ Sexe : féminin
❝ Origine : Transylvanie
❝ Race : Humain
❝ Orientation : Bisexuelle
❝ Job d'étudiant : Légiste à mi-temps
❝ Statut social : Comme tout un chacun, elle est un peu dans la dèche en fin de mois, et ce malgré sa fortune. Merci la tutelle !!!
❝ Situation amoureuse : Rien à l’horizon, cap’tain !
❝ Nombre d'année scolaire : commence sa première année à la Heroe’s Sup.
❝ Date de naissance : 15/09/1694


Caractère
____________________________________________________________________
Il est toujours bon d'apprendre de ses erreurs, mais je préfère apprendre de celles de ton cadavre.





- rapport sur le patient n°24 576 B : Swan Melenthil
« Patiente fascinante.
Swan est une personne rusée et ambitieuse. Il nous a fallu des semaines avant de pouvoir l’approcher et commencer à ouvrir un dialogue à peu près franc et honnête.
Elle a réussi à sortir de sa cellule d’isolement à plusieurs reprises en manipulant les gardes, leur promettant monts et merveilles, voire même de retrouver un proche disparu ou de coucher avec elle lorsqu’elle remarquait qu’ils étaient intéressés. Nous avons perdu au total une dizaine de soignants et militaires par sa faute, homme comme femmes.
Son ambition la pousse à commettre toutes les folies dans le seul but de satisfaire sa soif de pouvoir et de puissance. Si nous avons réussi à l’attraper à chaque fois, c’est uniquement grâce à nos robots de garde. Finalement, il s’avère qu’elle a une peur déraisonnée des machines. Nous pensons que c’est simplement parce qu’elle se retrouve totalement impuissante devant tout ce qui n’est pas organique et corruptible.
Dans nos archives, nous avons trouvé de nombreux petits amis, mais aucun n’est encore en vie à ce jour. Swan les a tous tués,  se servant d’eux pour apprendre à comprendre son pouvoir.
Pour ce qui est des liens d’amitié, nous n’avons aucune idée de si elle a pu en nouer avec qui que ce soit. Et nous savons que nous ne lui arracherons pas cette information : cela pourrait nous donner un avantage sur elle. Et un moyen de pression. Ce qui nous laisse penser qu’elle peut avoir des relations sincères et fortes avec autrui.
Dernier détail : pour rencontrer Swan, assurez-vous qu’elle soit droguée, ou enfermée dans une pièce hermétique. Si elle n’a aucun contact direct avec vous, elle ne peut pas utiliser son pouvoir et devient extrêmement anxieuse.
Mais sincèrement, ne perdez pas de temps à essayer de faire quelque chose de cette fille. Elle est un poison vivant.
En vous adressant, madame, mes salutations distinguées,
Dr Bluestork. »

=> Annexe : Rapport du psychiatre de l'asile de Laurel
« Swan est une femme intrigante et passionnante.
J'ai eu la chance de pouvoir l'approcher et dialoguer avec elle à maintes reprises sans jamais pâtir de cette promiscuité, alors qu'elle n'était ni droguée, ni entravée.
C'est une jeune fille très mature pour son âge (22 ans cette année), et pleine d'espoirs. Elle semble un peu perturbée -elle affirme en vouloir personnellement au Diable pour sa situation-, mais en dehors de ce fait, c'est une personne tout à fait apte à se voir insérer dans la société après un encadrement sérieux dans un lieu et un cadre plus propices à son évolution.
C'est pourquoi je recommande une intégration à la HSSUP. Car non content d'avoir écrit un tissus d'insanités, mon prédécesseur a aussi été le responsable indirect de toutes les morts causées par la jeune fille.
En effet, il semble que ce soit une demoiselle agréable et relativement saine d'esprit.
Elle est encline à nouer des relations avec les soignants qui agissent avec elle comme avec un être humain et a même participé à une sortie sans causer le moindre problème. Pour vous dire, elle nous a même aidé à en résoudre un et a protégé une de nos soignantes lorsqu'un problème avec un patient est survenu.
Elle a un esprit de groupe très fort. J'ai bon espoir de faire d'elle un de nos futurs héros et vous prie, encore une fois, de bien vouloir prendre cette jeune fille sous votre aile.

En espérant une réponse prompte de votre part,
cordialement,
Dr. Haoz »



❝ Particularités : Les marques laissées par son pacte avec le Diable pour garder sa jeunesse.
❝ Tics et manies : Se promène toujours à l’abri de son ombrelle quand il fait soleil, mais sort totalement découverte les jours de pluie ou d’orage.
❝ Passions : Apprendre ce qui a changé dans le monde depuis qu’elle a été enfermée. Et la musique.
❝ Phobies : Les robots et les espaces fermés et étroits.  En gros : être impuissante face à quelque chose.
Ah, et la vieillesse. Bien qu'elle y soit immunisée, tout illusion ou reflet d'elle la montrant vieille la fera sombrer dans un état second.
❝ But : Devenir la plus puissante. Et vaincre Satan aussi. Accessoirement.
❝ Rêve : Revenir sur les erreurs de son passé.


Identité secrète ❝ Mordren
____________________________________________________________________
Regarde ! Il est quand même bien vaillant pour son état !!


❝ Origine : Prodige
❝ Don : Maîtrise des énergie nécrotiques : corruption, animation des morts. Jeunesse éternelle due à un pacte avec le Diable
❝ Maîtrise : 4/10
Sur tout ce qui est de la partie corruption, Swan n’a aucun problème. Elle est même très doué quand il s’agit de corrompre un corps vivant. Mais dès qu’il s’agit d’animer un mort, elle perd rapidement le contrôle de la situation si tout n’est pas en place…

=> La corruption se manifeste sous la forme d'une vague d'énergie. Une fois qu'elle touche sa cible, il lui faut environ dix à quinze minutes pour atteindre un point vital, puis quinze autres pour détruire le cerveau.
=> Elle peut stopper elle-même l'avancée de la corruption mais est incapable de la guérir complètement.
=> Si une créature Sacrée (Archangel ?) touche le point d'origine de la corruption, elle disparaît peu à peu, ne laissant aucune séquelle.
=> Un héros avec un don de soin peut aussi guérir la corruption, mais laissera des séquelles.

=> Animer un mort prend du temps suivant son état de décomposition.
-Pour les mort de moins d'un jour, il lui faut cinq minutes et elle ne peut en tenir qu'un à la fois
-Pour les morts d'entre un jour et une semaine, il lui faut deux minutes et elle peut en tenir deux
-Pour les morts d'il y a entre une semaine et un mois, il lui faut une minute et elle peut en tenir quatre.
-Pour les anciens morts, elle le fait quasi-instantanément et elle peut en tenir une dizaine. (cinq si il y a un mort d'une autre catégorie)
-Pour les morts d'il y a moins d'une heure, elle doit réutiliser sa corruption pour leur détruire le cerveau si elle ne veux pas se faire attaquer. Compter donc vingt bonnes minutes en plus.

=> Un mort n'ayant plus à réfléchir ou autres, ses capacités deviennent purement physiques. Il est ainsi aussi rapide qu'un humain normal tout en étant bien plus fort. Cependant, il ne peut rester "éveillé" que 30 minutes par jour et tout membre coupé ou tout dommage causé peut l'affaiblir ou la ralentir.
=> Un squelette est plus rapide qu'un cadavre, mais bien plus faibles. Ils ne peuvent pas DU TOUT porter d'objets plus lords qu'un petit livre de poche.
=> Les animaux morts ont leurs caractéristiques inchangées. Méfiez-vous de l'écureuil qui dort !!

❝ Points forts : Peut infliger de gros dégâts à des corps vivants, au point d’étendre sa corruption nécrotique à leur cœur. Ceci fait, elle peut –en théorie- se servir de sa victime comme d’un combattant à ses ordres et l’envoyer se faire réduire en charpie.
Fonctionne aussi avec les morts qu’elle n’a pas causé !
❝ Faiblesses : D’abord, il faut savoir que son pouvoir ne peut pas corrompre les créatures de la nuit… Ni les créatures sacrées. Par extension, ce qu’elle ne peut corrompre, elle ne peut pas l’utiliser. N’allez donc pas lui demander d’animer le cadavre d’un ange ou d’un vampire, elle aura beaucoup de mal.
Ensuite, si elle peut ranimer un mort, elle ne peut en AUCUN CAS lui rendre la vie. La mort, c’est définitif.
Enfin, il se peut que celui qu’elle ranime se retourne contre elle si la corruption n’a pas détruit le cerveau: Swan n’a pas encore une maîtrise parfaite de son don. Elle peut donc se retrouver gravement blessée… PAR ELLE-MEME !!!
PS : bien entendu, sa jeunesse éternelle ne lui donne en aucun cas accès à l'immortalité ou à l'invulnérabilité, tout comme son don. Elle peut toujours tomber malade ou se faire tuer par quelqu'un... Ou même se briser la nuque en tombant ! (c'est un peu con, la mort, parfois...)

■■■ Si tu devais avoir un(e)... ■■■

❝ Costume : Un masque du Carnaval de Venise, et une robe en soie violette de très haute couture
❝ Arme :  Un bâton de marche digne du sceptre d'un Roi, mais qui cache une lame faite d’un métal sacré (au cas où son Zombie se retourne contre elle !)
❝ gadget : Une lentille qui détecte les matières organiques non vivantes. Super utile si on n’a pas d’humains à tuer sous la main !!
❝ Véhicule :  Quand t'as pas les moyens de vivre et qu'on t'a bloqué ton compte en banque... Bah t'es comme beaucoup de jeunes : à pieds !!!


Histoire
____________________________________________________________________
C'est l'histoire du monstre qui avait un grand coeur.




Transylvanie, 18 août 1707

Swan n’avait que faire des mises en garde de la Mère Supérieure du couvent. Ni des menaces de ses consœurs. Elle ne voulait qu’une chose : en savoir plus. Sur elle-même, sur son Don –sa malédiction comme l’appelaient les Soeurs du couvent- et sur l’étude des corps.
Pourquoi à chaque fois qu’un malade arrivait au couvent, on le portait à ce vieillard, enfermé dans la tour qui trônait au centre du couvent ? Pourquoi n’avait-elle jamais le droit de les voir ? Tout ceci était injuste ! Ce vieux débris pouvait les approcher à volonté alors qu’elle était coincée à ramasser des fleurs et à faire la cuisine… L’ennui.
Alors, cette nuit, elle allait prendre la décision qui allait influencer toute sa vie. Celle qui allait faire d’elle quelque chose d’autre.
Doucement, sans bruit, la jeune fille se leva et profita du couvert de la nuit pour se glisser hors du dortoir. Puis, à pas de loup, elle se faufila dans la cour du couvent, en direction de la grande tour. Là, elle ouvrit la porte et escalada les escaliers quatre à quatre. En haut, épuisée, elle trouva la porte derrière laquelle se tenait le vieil homme.
« Vieil homme » chuchota la jeune fille à la porte « je suis là pour apprendre vos secrets ! »
L’homme ne répondit pas. Alors elle cogna contre la porte et répéta sa demande.
« Vieil homme !! Apprenez-moi à soigner les mourants ! »
L’homme s’appuya contre la porte, et lui répondit
« Mon enfant, sache que je ne puis t’apprendre quel secret que ce soit tant que je serai enfermé ici… »
La jeune fille sortit de sous sa soutane une clef qu’elle glissa dans serrure, et déverrouilla la porte. Derrière, le vieil homme était retenu dans sa cellule par une chaîne en Argent Béni.
« Je vous visiterai tous les soirs, et vous ferai sortir quand vous m’aurez tout appris. D’accord ? »
Le vieil homme sourit gentiment à l’enfant.
« Ne t’en fais pas, je t’apprendrai tout ce que je sais sur le soin des mourants. Je vais t’apprendre comment te servir de ton don. »
La jeune fille pris place dans la cellule du vieil homme, et lui fit face, prête à suivre ses enseignements.

Transylvanie, 7 janvier  1712

Swan se leva, comme à son habitude depuis maintenant cinq ans, et se glissa jusqu’à la cellule du vieil homme. Il lui avait appris tant de choses ! Maintenant, du haut de ses  17 ans, elle était devenue une grande guérisseuse. Elle pouvait même faire parler ceux qui s’étaient éteint et apprendre ainsi leurs dernières volontés, ou encore repousser une maladie qui était entrain de tuer son hôte… Elle avait même réussi à guérir un nourrisson de la Peste quand celle-ci avait fait son apparition dans son village. Les nonnes du couvent lui avaient demandé comment elle avait fait, et Swan avait simplement répondu « j’ai eu de la chance ! »
Mais ce soir était bien différent des autres soirs. Ce soir, elle allait enfin tenir sa part du marché. Ce soir, elle allait libérer le vieil homme, après sa dernière leçon. Ce soir, il allait lui apprendre comment ramener un mort à la vie.
Quand elle entra dans la cellule, au sommet de la tour, l’homme l’attendait. Il lui sourit et lui fit signe de s’assoir, comme tous les soirs. Elle s’exécuta, et se mit en place, prête à recevoir sa leçon. Mais il ne lui enseigna rien. Rien sans condition.
« Libère moi de ma chaîne et je t’apprendrai ce que tu désires. » Devant l’air hésitant de la jeune fille, il renchérit. « Dis moi, ma petite, ce secret, celui d’un pouvoir que même Dieu refuse de partager, ne vaut-il-pas quelque sacrifice ? »
« Mais si je fais ça, tu ne m’apprendras rien !! »
L’homme posa délicatement sa main sur le bras de la jeune fille.  
« Je Tu as ma parole. Je t’apprendrai à guérir les gens de la mort et à reprendre au Diable et aux Cieux ce qu’ils volent aux innocents et aux méritants. »
Swan hésita un court instant. Le jeu en valait-il la chandelle ? Pouvait-elle croire en cet homme qui lui en avait tant appris ces dernières années ? Pourtant, ce savoir qu’il lui avait transmis, cet apprentissage de la Nécromancie et de la maîtrise de son Don… Tout cela était vrai ! Alors pourquoi mentir ce soir ? La jeune fille hocha la tête.
« Bien, alors libère-moi. »
La jeune guérisseuse-nécromancienne sortit de sa manche une toute petite clef, et la glissa dans la serrure qui ornait le collier du vieil homme. Elle la tourna une fois, deux fois, et le collier lâcha prise, tombant sur le sol.
« Brave mais pauvre enfant… Sais-tu ce que tu viens de faire ? »
Elle  le regarda avec dédain.
« Oui. Je viens de m’ouvrir une porte sur le savoir. Sur le pouvoir. »
L’homme éclata de rire et se saisit de la jeune fille.
« Tu veux ce savoir ?! Tiens ! »
Il fit un geste, désignant le  vide et ajouta
« Tu sais tout maintenant. Ce pouvoir-ci n’existe pas. Allez gamine, file d’ici. Et reprends les clefs. A l’aube, je partirai. »
Folle de rage, Swan se jeta sur le vieillard. « Menteur !!! » Elle fit pourrir tout son corps, au point de réduire son bras en poussière. « Ce pouvoir, tu peux me le transmettre !!! Je veux rendre aux familles les gens qu’ils ont perdu !! » Elle continua à libérer son pouvoir sur l’homme au point de le changer en cadavre desséché. Celui-ci éclata alors d’un rire fou, avant de se régénérer et de se jeter sur son apprentie.
«  Sais-tu qui je suis, gamine ? Non, j’en doute… Tu ne peux me tuer. Et tu viens de me libérer à nouveau sur le Monde ! Alors ne t’en fais pas, je vais veiller à ne pas gâcher cette liberté ! Après cent ans passés enfermé dans cet endroit, j’ai du temps à rattraper, du Mal à distribuer et des pactes à lier ! »
Il passa sa main au dessus de l’enfant qui entra dans un état second.
« Allez, maintenant, va. Retourne te coucher, mon enfant. »
Sous l’emprise du vieil homme, Swan s’exécuta et repartit dormir.

Transylvanie, 7 janvier  1712, sept heures.

Des hurlements résonnèrent dans tout le couvent.  Swan se leva, encore fatiguée de son expérience nocturne, et se rua dans les couloirs, encore vêtue de sa robe de nuit. Tout était redevenu silencieux. Elle descendit alors dans la cour et s’arrêta net devant le spectacle qui s’offrait à elle. Au pied de la tour, les cadavres des nonnes étaient empilés, véritable charnier humain. Certains avaient des membres arrachés, d’autres étaient intacts, simplement… morts.
« Vois donc ce que tu as fait !! »
Derrière elle, la mère supérieure se tenait droite, une croix dans une main, une chaîne en argent dans l’autre. Elle pointa son doigt vers l’amoncellement de cadavres.
« Tu as libéré le Mal, le Démon… Tu as rendu à Lucifer toute sa liberté !! »
Swan ne l’écoutait même plus : devant elle, un jeune homme sortit de la tour. Beau, jeune, plein de grâce et d’élégance.
« Merci, mon enfant.  Merci pour ce que tu m’as apporté, pour ce que tu as fait pour moi. Et ne t’en fais pas, tu pourras exercer l’ensemble de ton pouvoir sur ces cadavres et en comprendre la complexité… Et Amuse toi bien à les « ramener à la vie ! », si tu t’en sens capable. »
Il passa à côté de Swan, se dirigeant vers la Mère Supérieure.
« Vous, en revanche, je me souviendrai longtemps de ce que vous m’avez fait subir. De vos insultes, de vos ordres, de vos menaces… De vos coups, aussi ! »
Lucifer se saisit du bras de la nonne qui tenait encore la chaîne et le lui arracha. Son hurlement résonna dans la cour du couvent et dans la tête de Swan, la poussant à réagir.
« Eloigne-toi de cette vieille harpie, Démon. »
La jeune nécromancienne anima les cadavres de ses sœurs et le envoya se jeter sur le Démon en question. Surpris, il s’écarta de sa cible qui se retrouva ensevelie sous une dizaine de cadavres de nonnes remuant péniblement. Swan libèré les cadavres de son emprise puis se tourna vers Lucifer.
« Tu as eu ce que tu voulais, maintenant, pars. Pars ou je trouve un moyen de t’enfermer à nouveau. »
Lucifer éclata de rire puis pris son envol.
« Je te suis redevable, gamine. Si un jour tu as une requête… UNE SEULE ! j’y répondrai. Quelle qu’elle soit. »
Une fois le démon parti, Swan anima à nouveau les cadavres des nonnes et les dégagea loin de la mère supérieure. Celle-ci gémissait, souffrante et folle de rage.
« Espèce de monstre !!! Tu as libéré le Diable, tu nous as tous condamnés !! »
Swan ne réagit pas. Elle ramassa le bras de la bonne sœur et le lui déposa sur son corps.
« Vous souffrez de multiples blessures et fractures. Je ne pourrai pas vous sauver… Mais je peux vous achever, si vous le voulez. »
« Fais-le… Je préfère mourir des mains d’une sœur que de celles d’un Démon, et ce même si cette sœur a pactisé avec le Malin. »
Ce furent ses derniers mots. La magie nécromantique l’atteint directement au cœur et au système nerveux, rendant sa mort indolore et instantanée. La bonne femme s’éteint alors en silence…
Puis s’éveilla, dans un hurlement.
« Silence, la vieille. J’ai encore besoin de votre savoir. Ouvrez-moi votre bureau, et donnez-moi toutes les archives que vous avez sur Lucifer. J’ai encore quelques petites choses à régler avec lui. »

Swan passa ainsi les trente années suivantes à étudier et à pourchasser le Diable.

France, 5 novembre 1745

C’était là que l’on avait dit l’avoir vu pour la dernière fois. Dans un petit bourg du sud de ce pays si raffiné qu’était la France. Il était vrai que le Diable avait toujours eu bon goût, mais de là à se cacher dans un bourg perdu dans les montagnes… Swan, du haut de ses quarante sept ans, comptait bien en finir cette-fois ci. Il lui avait échappé en Norvège, en Angleterre, en Italie, en Prusse… Mais maintenant, elle allait le renvoyer dans les tréfonds des enfers, et ce à tout jamais.
Comme à chaque fois, le village où il avait été signalé était vide : il n’y avait pas âme qui vive, ni personne pour troubler sa Mission. Elle descendit donc de sa calèche et retira son emprise de sur le corps du cocher. Celui-ci avait refusé de se rendre à destination dans un premier temps… Mais dans la mort, son avis avait bien changé. Son droit d’en avoir un aussi.
Elle pénétra sans hésiter dans l’église du village. Le Diable avait un certain sens de l’humour.
« Tu me sembles moins jeune. Et moins belle. Il faut dire qu’il s’en est passé des choses depuis notre première rencontre, gamine. »
Swan tira de sa canne de marche une fine rapière en Argent Béni, puis se mit en garde.
« Combien d’années as-tu perdues depuis la dernière fois ? Quatre ? Cinq ? Regarde-toi gamine…  Chaque fois que l’on se bat, tu vieillis… Tu ne seras bientôt plus qu’une vieillarde fragile et gâteuse, alors que moi… »
Il sortit de derrière l’autel, beau, jeune… et terriblement séduisant.
« Moi, je resterai ainsi tant que je le désirerai. »
Il s’approcha doucement de son adversaire, posa délicatement sa main sur le bras qui tenait la rapière… Et embrassa tendrement Swan qui retrouva instantanément sa jeunesse.
« Et dire que je n’ai toujours pas réussi à te tuer… »
« Et dire que je ne t’ai toujours pas renvoyé dans les tréfonds des enfers… »
Ils rirent ensemble un long moment, puis se dirigèrent vers une habitation quelconque.
« J’imagine que demain, tu seras encore parti et que je devrai te chasser encore pour retrouver ma jeunesse perdue… »
Elle lui retira sa chemise et posa sa main sur son torse.
« … et ce corps de rêve. »
Ils passèrent la nuit ensemble, dans ce village éteint… Seuls les cris de leurs ébats troublaient le silence des lieux.

France, 8 novembre 1745

Au petit matin, Swan s’éveilla et constata, comme d’habitude, que son amant n’était plus là… Depuis combien de temps cette comédie durait-elle ?
Pendant qu’elle se rhabillait, elle se remémorait leur premiers ébats. Elle l’avait retrouvé dans un petit village en Suisse, et allait lui planter sa rapière forgée dans la chaîne qui le retenait prisonnier auparavant… Mais au dernier moment, elle hésita. Ce fut le moment fatidique : il se jeta sur elle, la plaquant au sol, et l’embrasse avec fougue. Sans se débattre, elle lui rendit son baiser et lui arracha ses vêtements. Ils passèrent ainsi la nuit à faire l’amour dans un village mort, et au petit matin, il avait disparu, laissant simplement son médaillon autour du cou de Swan. La femme, vieillissante, redevenait jeune à chaque fois qu’ils se voyaient, et retrouvait son corps vieilli chaque fois que le Diable partait.
Elle descendit  dans le salon de la maison et se regarda dans un miroir. Elle était vieille, et peu désirable. Des rides lui rongeaient le visage, sa chevelure grisonnait, et son pouvoir faiblissait. Elle, qui avait pu lever des armées de morts afin de combattre les pires créatures qui soient, se retrouvait réduite à ne plus pouvoir animer qu’une poignée de serviteurs. Et encore, la qualité de leur service déclinait d’années en années.
« Je le lui demanderai la prochaine fois…  Je lui demanderai la jeunesse éternelle… »
Elle sortit de la maison, remonta dans la diligence, ranima le cheval et le cocher, puis repartit en chasse.

Les années passèrent, et Swan n’eut plus aucune nouvelle de son amant. Elle dépensa des sommes colossales à la recherche du moindre petit indice, mais rien n’y fit.

Transylvanie, 5 septembre 1778

Swan était devenue vieille. Faible. Fragile. Elle ne pouvait presque plus user de sa magie… Et le diable n’était toujours pas revenu. Alors, avant qu’il ne soit trop tard pour elle, la vieillarde mit en place un rituel afin d’invoquer son bien aimé. Et avant même qu’elle ne le commence, celui-ci apparût, un sourire narquois aux lèvres.
« Tu sais que ce n’est pas vraiment dans les règles de notre jeu, Swan ? »
« Tu m’avais promis d’obéir à une de mes requêtes, mon cher. Alors je vais te faire ma demande maintenant. »
Le diable perdit son sourire. Il n’aimait pas qu’on lui rappelle ses engagements…
« Soit. Mais fais vite, j’ai à faire, ma chère. »
« Rends-moi jeune. Éternellement. »
Lucifer la regarda avec mépris, puis s’exécuta. La peau de la vieille femme se craquela, et tomba au sol, laissant apparaître la jeunesse de Swan. Cette dernière se sentit alors revivre, pleine de Pouvoir et de possibilités… Mais quelque chose clochait. Il y avait comme… Des runes, gravées dans sa peau.
« Qu’est ce que c’est, Démon ?! Que m’as-tu fait ?! »
« Je t’ai rappelé que l’on ne se joue pas du Diable. Ce sera ta malédiction. Ces runes ne te feront rien, si ce n’est ternir ta beauté. Et rien au monde ne les fera disparaître. Sur ce… Messieurs, si vous voulez bien entrer… »
Deux colosses entrèrent dans le bureau de l’ancienne mère supérieure, armés de chaînes et une étrange flasque à la main.
« C’est mon tour de te condamner. Tu m’as traqué à ta guise et pris tout le plaisir que tu as voulu ces soixante dernières années… Maintenant, c’est à moi de m’amuser. »
Swan ne pouvait pas bouger, l’emprise du Démon faisant d’elle une marionnette. Un des hommes lui ouvrit la bouche et lui fit avaler le contenu de la flasque. L’autre l’enchaîna.
« Tu vas passer le restant de tes jours enfermée dans des sanatoriums, avec les les pires choses que la Création ait engendré. Je veillerai personnellement à ce que tu y restes. Tu as des dossiers dans tous les établissements de l’histoire sous ton vrai nom… Mais j’effacerai ce nom de l’histoire. Seul persistera ton héritage, celui que tu as laissé en suisse.  Ce sera ta punition. Tu as plus de deux cent ans de souffrances et d’horreurs à vivre. »
La jeune femme perdit connaissance.
« Bienvenue en enfer, gamine. »

Etats-unis – Nouvelle Orléans, 19 mai  1840

Attention passage déconseillé aux moins de 18 ans:
 

Depuis ce jour, Swan n’eut plus aucune occasion de sortir. Lucifer y veilla jour et nuit personnellement. Elle avait contrarié le mauvais Démon, et elle allait passer à côté de son vœu pour le restant de son éternité. Bien sûr, il veilla jour et nuit à ce qu’elle ne soit jamais blessée ou malade, désireux de la laisser le plus longtemps possible dans cette situation.
Son enveloppe charnelle vécut les pires abominations des sciences humaines et des désirs de leurs petits cerveaux malades et étriqués. Lobotomie –que le diable s’empressait de guérir afin qu’ils recommencent plus tard, électrochocs, bains glacés, cellules insonorisés, étouffements… Tant de méthodes de « guérison »traversèrent le corps de la jeune femme, tant de fois elle fut brisée, mais jamais le Diable n’était rassasié. Il voulait toujours plus de malheur, de souffrance, de hurlements…
Il ne quitta le chevet de sa victime qu’après s’être assuré qu’elle ne reviendrai jamais le pourchasser, ni troubler sa quiétude. Il voulait pouvoir ravager la Terre, et il allait s’y remettre sans tarder. Nous étions le 10 septembre 2001, et le Diable allait refaire plonger l’humanité dans une détresse totale.


Laurel, 18 aout 2017
Une faible lumière passait à travers une petite fenêtre grillagée dans la cellule de Swan. Depuis combien de temps n’avait-elle pas senti le soleil caresser sa peau ? Combien d’années ? Elle ne s’en souvenait plus. Des siècles de médecine psychiatrique avaient largement endommagé sa mémoire. Bien sûr, elle se souvenait de certaines chose : qui elle était, son pouvoir -largement affaibli par ces années de torture, ou encore pourquoi elle était là… Mais elle devait être passée à côté de tant de choses qu’elle avait oubliées ces 300 dernières années. Il ne restait plus qu’elle. Elle, et son désir de liberté.
Oh oui, elle avait essayé de sortir. Oh oui, bien entendu ! Elle avait tué pour ça. Depuis qu’elle avait été envoyée ici, où les médecins refusaient la moindre pratique « barbare et inhumaine », elle avait pu se retrouver un peu, mais ce n’était pas encore ça. Elle n’était plus aussi puissante qu’auparavant. Plus aussi vive non plus. Elle avait besoin de liberté, d’exercice… Et de vengeance. Oh oui, elle allait retrouver le Diable quand elle sortirait… Et là, elle mettrait fin à ses jours sur Terre et le renverrait en enfer. Il ne perdait rien pour attendre. Et un siècle de plus n’était pas quelque chose qui effrayait la nécromancienne.
Elle fixa le rayon de lumière un moment, inspira, puis ramassa la lettre qu’on lui avait déposé la veille. Comment pouvait-on lui écrire ? Elle avait du mal avec certains mots, elle qui pourtant maîtrisait l’allemand, l’anglais et le français, elle butait à presque chaque phrase. Tout comme le monde, les mots semblaient avoir évolué. Les caractères étranges devaient provenir des machines qui suivaient chaque médecin qui venait la voir pour traiter sa santé mentale… Comme si elle en avait besoin…

« Mademoiselle Melenthil,

Après analyse de votre dossier et de vos compétences, nous vous proposons une réinsertion dans la société moderne actuelle afin de servir et protéger et servir l'Humanité.
Cependant, au vu de nombreux rapports sur votre conduite, bien que cela était défensif la plupart du temps, sachez que le moindre écart vous enlèvera la liberté que nous vous offrons. Il vous faudra donc suivre les codes qui régissent le Monde d'aujourd'hui.
La coopération de votre part est donc une priorité si vous souhaitez découvrir le Monde du 21ème siècle ainsi que continuer votre lutte contre le Mal, nous prenons cela très au sérieux.

Vous trouverez ci-joint nos conditions et termes, ainsi qu’une charte faisant état de nos codes sociaux.

Veuillez agréer, madame, l’expression de mes sentiments distingués.

Astrid Randi, Directrice de la Hssup.

PS : j’espère que le petit présent, gage de notre bonne foi, saura vous convaincre de nos intentions »


Swan réfléchit un instant, puis se saisit des documents annexes. Ils demandaient simplement à ce qu’elle mette son pouvoir au service du péon moyen, et qu’elle le fasse gratuitement… En échange de sa libération. Sa libération… Liberté… Ce mot sonnait si bien dans sa tête. Elle posa doucement la feuille sur laquelle les conditions étaient rédigées, puis entama la lecture d’un autre document. Celui-ci contenait des instructions de vie, certaines banales, d’autres pour le moins étranges… Et une dernière des plus amusantes.
Ainsi donc, elle devrait vivre comme une enfant de 22 ans, classique, sans jamais faire état de son âge réel, ni de son passé. Elle était donc devenue Swan Melenthil, fille de Rita et John Melenthil, deux grands banquiers aujourd’hui décédés, tués par l’attaque d’un monstre sur leur lieu de vacances… Elle ne put s’empêcher de rire devant un scénario aussi pathétique… Mais le pire, était qu’il reste probable !
Enfin, elle se saisit du document promis en post scriptum. C’était ni plus ni moins qu’un relevé de son compte en suisse. Tout y était ! Sa fortune, ses bijoux, sa robe de soie violette, le masque qu’elle avait acheté à Venise, pour le carnaval… Tout ce qu’elle avait entreposé était encore là, et prêt à être remis en circulation. Cependant, une petite note attira son regard. « L’argent vous sera versé sur un autre compte petit à petit, tous les mois. Vous ne devez en aucun cas attirer l’attention. Mlle Randi. »
Elle haussa les sourcils, puis remis la lettre en ordre avant de se diriger vers la porte.
« Gardes ! Pourriez-vous appeler une certaine Astrid Randi pour moi ? »

Laurel, 19 août 2017

« Madame, ainsi donc vous acceptez de rejoindre notre école ? »
Swan ne pouvait s’empêcher de dévisager la femme qui lui faisait face. Bien que jeune, elle semblait savoir ce qu'elle voulait et extrêmement sûre d'elle.
« Sans hésiter, madame Randi. Je dois avouer que ces derniers... Siècles de détention m'ont un peu secouée, et que je suis extrêmement rouillée. Il me faudra un petit moment pour retrouver ma fraîcheur d'antan et mes pleins pouvoirs. Alors s'il vous plaît... retirez ces horreurs qui me maintiennent attachée. Nous savons toutes les deux que si j'avais décidé de tuer qui que ce soit, ce serait déjà fait !»
La directrice de la Heroe's Sup fit signe à l'infirmier de libérer Swan. Celui-ci hésita surpris, et poussa un soupir de soulagement quand les entraves tombèrent et que la patiente le remercia simplement.
« Je vous ai apporté de quoi vous changer. Au vu des locaux de cet hopital, vous n'avez pas dû prendre de bain depuis longtemps, vous aurez accès aux douches dés votre installation en dortoir. Vous serez intégré à votre classe uniquement dans une semaine, ainsi vous aurez le temps de prendre vos repères!»
Swan ne put retenir un fou rire. Bien qu’un peu intimidante, cette drôle de femme lui plaisait bien dans sa façon d’être.
« Ne vous en faites pas, je suis habituée à tout cela. Mais puisque vous me le proposez, un bon bain brûlant me ferait le plus grand bien. Cela me changera des méthodes barbares dont abusaient vos psychiatres il y a quelques dizaines d’années de cela… D’ailleurs, en quelle année sommes-nous maintenant ? J’ai perdu le fil vers 1945, quand une grande guerre a été gagnée. L’asile où je me trouvais était en fête, et j’ai pu obtenir cette information là… »
« En ce cas, bienvenue en 2017, ma chère. Et bienvenue à la Heroe’s Sup… Ah, et une dernière chose. Pour vos tatouages, évitez d'en dire la véritable origine, bien que nous ayons des pensionnaires hotes de créatures divines et d'autres plus exotiques, il est préférable qu'ils n'en sachent rien. Bien sûr, vous dormirez dans le campus, bien moins cher à payer qu'une maison ou un studio, vous vous y plairez, j'en suis sûre! »
Elle s’arrêta devant la porte, et fit signe à la demoiselle de le suivre.
« Et tant que j’y pense… Je vous ai trouvé un poste de légiste à mi-temps en ville, pour vous apporter un peu d'argent. Il me semble que vous n’avez rien contre les cadavres, je me trompe ? »
Swan était aux anges.



Toi, derrière ton écran

❝ Pseudo : Antoine, AKA Swan ou SWAAAANNYYYYYY !!!!
❝ Âge : 22 ans !
❝ Avatar : Liliana Vess
❝ Passions & Hobbies : Magic, WoW, LoL, la cuisine, les cocktails, les comics... Je dois vraiment tout mettre ?
❝ Découverte du forum : Naya Thompson. C'est sa faute. Brûlez-la !!
❝ Un petit mot pour la fin : Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fait "vous êtes de la famille ?" C'était sa soeur ! Bonjour l'approche...






Dernière édition par Swan Melenthil le Mar 23 Aoû - 11:05, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 815

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise ! Sam 13 Aoû - 20:45

Bonjour petit poussin,

On va se pencher ensemble sur ta fiche pour te mener jusqu'à la validation.

D'abord ton nom, Beleren, je ne peux pas laisser ton personnage porter le même nom que son avatar. De même que le nom du plan d'origine ainsi que celui du maitre de ton personnage sont tous des noms venant de Magic the Gathering. Le plus embêtant étant évidemment que ton personnage semble presque être un copié collé de son équivalent dans l'univers Magic. Je vais donc te demander de changer au moins ces noms pour la forme, je ne vais pas te demander de refaire un personnage.

Ensuite passons au premier champ. Le champ "date de naissance" est à remplir, même pour la forme, cela nous permettra et te permettra aussi de savoir lorsque ton personnage prendra de l'âge sur le forum.

Pour ce qui est de ton caractère, il présente des qualités et des défauts ce qui est une bonne chose. Cependant il est très court, un peu de détail ne ferait pas de mal. Je te demande donc d'étoffer un peu tout ça et te conseille de lire d'autre fiche si tu doutes de la marche à suivre.

À propos de ton pouvoir le staff a été unanime, il est bien trop puissant. "Tout faire subir à l'esprit de n'importe quelle personne non entrainée", je ne sais pas si tu te rends compte à quel point c'est déséquilibré par rapport aux autres joueurs, même si cela n'est que les possibilités de son don. Je vais donc te demander de modérer cela un peu. Il serait aussi bon que tu détailles les pouvoirs qu'il a su retrouver durant cette année, que l'on sache bien qu'elle sont ses capacités pour le moment.

Petit plus, il te faut impérativement un masque afin de dissimuler ton identités en tant que super étudiant.

Pour ton histoire j'ai plusieurs questions. D'abord d'ou vient sa capacité à transplaner ? Si Swan est un nom "d'emprunt" dans le monde d'Hssup est-ce que cela veut dire que tu joue le personnage de Jace tel quel ? Ensuite si durant le braquage il a libéré tout son potentiel, pourquoi a-t-il affecté uniquement les criminels ?

Enfin, je te demanderai une relecture pour corriger les quelques coquilles qui parsèment ta fiche.

Bon courage petit poussin

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise ! Dim 14 Aoû - 0:24

Merci !

J'ai en effet fait un C/C de la SL de Jace en la retapant vite fait parce qu'il me fallait un aiguillage sur comment créer mon personnage, et sur ses pouvoirs, capacités, limites, etc.

Je repasse tout ça maintenant que j'ai ce dont j'avais besoin.... Et on va changer le pouvoir :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans mon bureau, sirotant mon thé
❝ POINTS : 286

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise ! Dim 14 Aoû - 21:25

Ah moi j'aime bien son pouvoir. Comment ça "mauvaise idée" ?


Sinon bienvenue à toi ! ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise ! Lun 15 Aoû - 10:15

C'est trop puissant la télépathie, et c'est ingérable en fin de compte. Du coup, je pars sur autre chose qui devrait être plus simple à gérer n.n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 815

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise ! Mar 23 Aoû - 12:32

tu es validée


Tu es dès à présent une étudiante Epsilon au niveau 16. Tu peux disposer de ton costume et ton arme.

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don, ton métier et ton super-pseudo ainsi que réserver ton avatar.

Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Si tu veux faire des rencontres totalement imprévues tu peux également t'inscrire dans la random roulette!

Sache également, que tu as été placée dans la chambre numéro N°4, je te laisse aller voir qui est en colocation avec toi! ♥


Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros!


_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Shake thyself from dust, and rise !

Revenir en haut Aller en bas

Shake thyself from dust, and rise !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Paperasse :: Les Inscriptions :: Les admis-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit