AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Mer 24 Aoû - 1:20

Voilà, j'y étais, j'étais parvenue à entrer dans cette salle et aucun surveillant n'était dans les environs. Au grand bonheur des petits qui, comme d'habitude, n'avaient pas cessé une seule fois de me supplier d'aller leur jouer une berceuse, qui a été assez débile pour leur dire que je savais jouer du piano? Bon, ok, peut-être moi sans le vouloir un Mercredi à cause des pensionnaires de la maison de retraite, il faut dire que ce sont vraiment des gamins eux aussi...

Il m'a fallu bien sûr du temps pour parvenir à destination, surtout à cause des pions, bon, ils n'étaient plus aussi nombreux maintenant, une d'entre eux était au repos, allez savoir pourquoi. Mais ce soir, ils semblaient avoir oublié de vérifier les salles de classe, et grace à Lassie, les éviter fut assez facile, heureusement qu'elle était là car avec les gosses dans mon dos, ça aurait été l'enfer! Crocheter la serrure fut plus compliqué, j'ai dû casser le système de la porte pour entrer, faut dire que je n'avait pas le nécessaire pour l'ouvrir sans faire trop de dégâts... C'est donc avec une épaule douloureuse que j'étais parvenue à mon objectif: le piano. Si les autres pouvaient entendre les morts, ils auraient entendu une cacophonie de cris et de joie, vraiment saoulant. Mais je ne leur en voulais pas, cela faisait longtemps que je n'avais pas laissé mon ame s'exprimer à travers mes doigts et un instrument!

Je ne tardai pas à laisser mon talent musical retentir dans la pièce et dans le couloir, obéissant aux petits qui, même s'ils ne pouvaient plus dormir, souhaitaient écouter une dernière fois la chanson que leurs parents leurs chantonnaient mainte fois pour les laisser rejoindre Morphée. Je ne regardais plus les touches, à vrai dire, je n'entendais plus aucun son venant du piano, ou alors la mélodie se perdait, transcendée par mes émotions et celles complexes et divers des morts, je venais de franchir le Voile séparant ces derniers de nous et cela ne faisait qu'amplifier mon art, donnant un rythme fort différent de celle de base, les peurs, les joies et la détresse des morts de San Francisco étaient ce qui se faisaient le plus entendre dans ma composition. Les yeux bleu clair, je ne voyais plus ce monde tel qu'il était mais tel qu'il allait être si les conflits continuaient, sombre et tacheté de couleurs vives, claires ou sombres, tels des flammes d'espoir invisibles aux yeux de ceux qui en avaient grand besoin. Coupée du monde, si je n'étais pas si impliquée dans ce que je faisais, alors j'aurais pu voir cette ame étrange et fort différente des autres, ancienne, ainsi que la vivante à qui elle appartenait, dans mon dos, mais non, le monde dans lequel j'étais était bien plus intéressant et attirant, au point que le froid mordant de la Mort ne me perturbait point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Mer 24 Aoû - 8:06

J'erre dans les couloirs, sans but véritable. Peut être que l'excitation de tromper la vigilance de ceux qui les gardent me pousse à agir ainsi ? Ou peut-être est-ce un reste de mes vieilles habitudes... L'asile ne les auraient pas toutes détruites ?

Ou alors c'est simplement ce besoin de liberté qui me pousse à agir ainsi ? Tant de possibilités... Jamais je n'aurais cru un jour être à même de faire face à ce genre de questionnement à nouveau. Après plus de deux cent ans de captivité, d'horreurs, de barbarie et de situations douloureuses, je suis là, à errer dans une école, comme revenue à mon point de départ.

Voguant au fil de mes pensées, j'arrive devant une porte ouverte. Dans tout le couloir résonne une musique endiablée mais tellement apaisante... Et elle vient d'ici. Une salle de musique. Cette mélodie me rappelle le bon temps que je passais à la Cour de France, il fut un temps, à l'époque où je le pourchassais encore... Lui qui m'a gâché la vie...

Assise devant le piano, une gamine laisse ses doigts voguer sur les touches. L'air de la pièce est glacial, comme la mort... Cette atmosphère me convient amplement. Sans faire de bruit, je prends une chaise et m'installe comme on l'aurait fait pour écouter Mozart à l'époque. Bon, la gamine n'est pas aussi douée que lui, mais l'ensemble reste tellement agréable ! Tout cela me change de cette chose bruyante et vulgaire que les gens appellent "electro". Pourquoi s'embêter à se tuer les oreilles avec du bruit alors qu'un piano peut nous les remplir de tant de joie ? Non, vraiment, peu m'importait le morceau que cette enfant jouait, je me sentais à ma place en ce lieu et en ce temps. Il m'en fallait si peu ? Un air glacé et un piano ?

Un air si glacé qu'on aurait dit la Mort elle-même... Si froid, si entêtant... Comme un Requiem. Le sien d'ailleurs, si elle continuait à jouer par ce froid.

Je décide alors de défaire mon châle et de le lui poser sur les épaules, afin de la réchauffer un peu... Ce qui a pour effet de lui faire faire une fausse note. Vivement, elle se retourne vers moi. Je m'incline légèrement et lui sourit.

"Swan Melenthil, j'ai 22 ans et je suis en classe Epsilon, je crois..."
Hop, la soupe à servir à tout le monde était servie.
"Excuse moi, je ne voulais pas t'effrayer, mais je craignais que tu ne prennes froid."

Je ne voulais pas t'effrayer... En même temps, qu'est ce qui m'a pris de poser mon châle sur ses épaules sans même l'apostropher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Jeu 25 Aoû - 3:56

Sincèrement, pourquoi est ce que je jouais ce morceau? Ce n'était pas une berceuse, ni un classique, juste... Moi. Je n'étais plus Blue, je n'étais plus rien, j'étais un pantin, une marionnette qui laissait ses émotions imaginaires les controler et ainsi, hurler leurs ressentis. Etait ce de la douleur? De la détresse qu'on entendait? De l'incertitude? Comment savoir? Qui pouvait me le dire? Personne, j'étais seule, et cela me convenait!

Ou pas. Les cris, les cris étaient toujours là, puissants, douloureux, les odeurs aussi, et leurs visages... Ai je parlé de ça aux professeurs? Non, bien sûr que non, ni à Aidan, que pourrait elle faire pour moi après tout? Le gamin croisé dans ce massacre? Disparu comme un mirage, l'avais je rêvé? J'en doute. Sinon, tout cela ne serait pas là, coincé dans mon coeur, et je n'aurais pas été alité pendant quelques semaines à souffrir dans le silence de maux de tête et de saignements de nez. Mais assez de tout cela, non justement, non, il me faut comprendre ce qui s'est passé. Où ai je fait une erreur? Dis moi, où? Devais je les sauver? Les laisser mourir? Si c'était le cas, alors jamais je ne recommencerais, c'est bien trop douloureux, et puis, j'avais tenté de les sauver. Bon sang, y a t il quelqu'un dans ce monde, vivant comme mort, qui pouvait m'aider à comprendre tout ce bazar?! Soudain, je la sentis, son ame, comme si mon don venait de s'éveiller, ce qui était le cas, et de m'ouvrir les yeux. Je n'étais pas seule dans cette pièce mais toute les deux, nous souffrions d'un même mal, l'incompréhension du monde extérieur. Comme il est étrange de voir que l'on n'est pas seul dans cette galère. Elle semble agée, assagie même, et curieuse, mes yeux ne sont pas rivés vers elle et pourtant, je peux voir son aura tout autour de moi. Ce qui n'est pas étonnant puisqu'elle est juste derrière moi! Le contact chaud de la laine de son chale sur mes épaules me fait rater une note. Retour à la réalité, retour aux douleurs du passé et du présent, retour aux doutes et à l'impassibilité qu'est ma carapace face à ce monde ingrat et égoiste où chaque différence est un mal à soigner. Je me retournai vers l'imprudente, celle qui venait de m'empêcher de trouver une réponse à tout mes problèmes. Est ce de la colère que l'on peut voir dans mes yeux encore bleu clair et inhabituels? Peut-être bien mais qu'importe. Elle ne semble pas déroutée par mon regard qui la détaille brièvement, sondant son ame complexe sans aucune gêne, d'un joli lilas, il y avait cependant quelque chose de bizarre, comme une inscription, un sceau peut-être? D'un rouge comme la braise, ce ne pouvait pas être bénéfique pour elle, elle semblait extrêmement vieille pour un corps aussi jeune, était elle immortelle? Comme Lili? Non, elle avait encore son ame, et ce sceau bizarre devait bien signifier quelque chose. Je penchais la tête sur le coté pour voir si c'était bien ancré à son ame et pas un truc bizarre qui flottait entre nous mais non. Je voyais sa bouche remuer mais je n'entendais pas du tout ses mots, comme si j'étais sous l'eau, les oreilles bouchées. Je crus entendre "effrayer" et "froid" mais c'est tout. D'un bond un peu trop brusque à mon gout, je me levais, me retrouvant à la hauteur du sceau, pile au niveau du corps, c'était fort intriguant, assez pour que j'oublie qu'il y a un instant, j'étais perdue dans mes pensées incohérentes.

-Qu'est ce que c... Oh stercore*!

Ma voix semblable à un murmure était monté d'un cran vers la fin. Si je n'avais pas levé la main pour pointer du doigt le symbole, frolant légèrement le tissu de son haut, je n'aurais pas remarqué que je saignais du nez, une goutte, une seule, était parvenue à toucher la peau de mon bras nu -il faut dire qu'il faisait chaud dans la chambre, du coup je ne portais qu'un T-shirt sans manches et un short de pyjama-, glissant dessus pour continuer sa chute un peu plus d'un mètre plus bas. Il faisait trop froid pour que je ne m'en sois rendue compte avant. Quelle idée aussi d'user de mes pouvoirs alors que j'étais sensée me reposer! Mes jambes ne tardèrent pas à céder sous mon poids et c'est lamentablement que je m'effondrais dans les bras de l'inconnue, comme une larve, je n'allais pas m'évanouir, j'étais assez forte pour tenir le coups, mais le mal de tête qui n'allait pas tarder à suivre allait me faire douiller, c'était certain!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Jeu 25 Aoû - 8:33

Elle est pâle, si pâle... Généralement, les personnes dans son état sont soit mourantes, soit sur le point de... Hmmm... Va pour le deuxième choix. Tandis qu'elle se lève d'un bond, murmurant quelque chose que je fais mine de ne pas saisir, une goutte de sang perle de son nez, venant s'écraser sur son bras. Je la vois alors se dérober devant moi. Sans perdre une seconde, je tire sur mon châle et rattrape l'étrange gamine dans sa chute. Elle est encore un peu froide, mais a commencé à se réchauffer...

Le contact de sa peau est si doux, si agréable... J'avais presque oublié ce que c'était, ces derniers siècles, que la douceur  d'un corps qui n'essaie pas de vous détruire, ou qui n'est pas là, titubant, à attendre que vous l'envoyiez ailleurs. Un corps vivant, faible, fragile... Une étrange petite chose à protéger. Quelle sensation grisante ! Je pouvais la briser, la détruire, là, maintenant. Je pouvais la tuer, elle était tant affaiblie que je n'aurais qu'à viser directement le coeur... Mais tout mon être ne souhaitait qu'une seule chose : la protéger. Tant de pouvoir que l'on met à disposition de quelqu'un d'autre. Était-ce cela que l'on appelait la compassion ? J'avais un peu oublié ces dernières années.

Je passe ma main sur son front, puis y appose mes lèvres, seul moyen que j'avais de vérifier si elle n'était pas fiévreuse. Non. Elle semble simplement très fatiguée, comme si le récital qu'elle venait de jouer était un course effrénée... Alors je m'assied en tailleur, déposant sa tête sur mes jambes, et je lui passe ma main dans les cheveux.

"Tu vas bien ? Tu tiens le choc ? Ne t'en fais pas, je ne vais pas être pour toi une source d'ennuis. Je reste là le temps que tu ailles mieux, puis je pense que je t'accompagnerai jusqu'à ta chambre. Vu l'heure, je comprends que tu sois fatiguée.


Elle ne semble même pas m'avoir entendue... Alors, doucement, pour combler le silence, je me met à fredonner un air de mon temps. Le mouvement d'ouverture de la Finta Semplince. Je me souviens qu'à l'époque, Mozart m'avait demandé en personne de venir jouer parmi l'orchestre qui allait donner la première de son opéra. Je possédais un Stradivarius à l'époque. C'étaient des violons d'une grande beauté et dont le son était d'une beauté remarquable ! Je doute qu'on en trouve encore de nos jours... Et avec un peu de chance, le mien doit se trouver dans mon coffre... Je ne me souviens pas l'avoir vu sur la liste que m'avait donné la directrice... Enfin bon...

"Tu te sens bien, ma grande ? tu ne devrais pas sortir faire des folies de ton être à une heure aussi avancée de la nuit ! Et je dois t'avouer que si tu ne me réponds pas, je vais commencer à m'inquiéter, et je vais devoir aller trouver de l'aide... Mettant à mal cet instant privilégié que nous partageons actuellement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Ven 26 Aoû - 2:23

Décidément, j'ai pas de bol. Entre la muette dans le manoir, l'autre type zarbi à la peau bouillante sur un toit de San Francisco et elle, j'étais servie, manquait plus que le xénomorphe dans une déchetterie. Non, ne pas y penser, le Destin va m'exaucer sinon, et j'ai pas envie de vivre ça. Vivre ça... Depuis quand suis je aussi difficile? Froler la mort a t il un lien avec mon comportement actuel? Après tout, pourquoi ai je appeler de l'aide? Non, ça ne me ressemble pas, vraiment pas. Et pourtant, celle qui est venue ne semble pas différente de moi, bien au contraire. Est ce un signe? Celui de changer de page et de réécrire mon histoire? Tout reprendre à zéro? Oublier l'asile et ce que j'ai enduré? Y arriverais je seulement? Il est vrai que mes cauchemars ne sont plus constitués de liens m'entravant et de cachets qu'on me force à avaler, mais revoir tout ces morts dans cette ville de flammes... Et ce que j'ai été capable de faire. Suis je vraiment la Gardienne de l'Au-delà? Non, arrête d'y penser, c'est impossible que tu sois autre chose, cela voudrait dire qu'on t'ait menti, que tu t'aies menti... Non, c'est impossible ok?! Tu as toujours servi les morts comme il fallait, tu ne peux pas en être le mait...

"Tu vas bien ? Tu tiens le choc ? Ne t'en fais pas, je ne vais pas être pour toi une source d'ennuis. Je reste là le temps que tu ailles mieux, puis je pense que je t'accompagnerai jusqu'à ta chambre. Vu l'heure, je comprends que tu sois fatiguée.

Un sursaut et retour à la réalité. Je n'étais plus affalée contre elle, son chale m'enserrant contre sa poitrine mais allongée par terre, ma tête sur ses genoux, quelque chose de bouillant, comme si elle avait posé sa main, -ou ses lèvres?- sur mon front. C'était... étrange, comme contact. Et j'avais l'impression d'avoir déjà vécu ça mais où? Ah oui, avec ce Lesser Star, la même peau brulante qui se sent sous le tissu du pantalon, réchauffant ma joue glacée, la même douceur, par contre, ce n'était pas mon front qu'il avait effleuré. C'était troublant de revivre cette scène qui était comme un mirage dans mes souvenirs, fragile, prêt à disparaitre. Pourquoi avait il agi ainsi? Je me le demande encore.

Ah voilà qu'elle se met à chantonner, le silence devait lui être insupportable, dommage car là, c'était tout ce dont j'avais besoin. Du silence, mes pensées, et le plafond en paysage. Je ne voyais plus son ame, surement parce que mon don s'était rendormi, en même temps, je n'étais pas sensée user de mon don, mon malaise vient juste de ça. C'est dommage car je suis sûre que cet air, qui semble assez ancien, du Mozart je crois, aurait éveillé bien des voix dans le royaume des morts.

"Tu te sens bien, ma grande ? tu ne devrais pas sortir faire des folies de ton être à une heure aussi avancée de la nuit ! Et je dois t'avouer que si tu ne me réponds pas, je vais commencer à m'inquiéter, et je vais devoir aller trouver de l'aide... Mettant à mal cet instant privilégié que nous partageons actuellement."

Retour à la réalité, mes pensées sont décidément trop actives, elles partent dans tout les sens, ça me fatigue, et ses cuisses sont décidément fort confortables, bien plus que mon lit. Remarque, je dors la plupart du temps assise donc c'est peut-être normal. Elle parle d'aller chercher de l'aide si je ne parle pas, d'inquiétude aussi. Ca me trouble, c'est la deuxième, non, la trois... Quatrième personne qui s'intéresse à moi, enfin plus si je compte les médecins et les profs mais eux, c'est que du second plan. Non, ce qui est différent avec elle est qu'elle m'est totalement inconnue tout en étant familière, peut-être de par son age avancée, elle a transcendé la Mort que je cotoie chaque seconde de ma vie. Mais comment avait elle réussi? Elle n'était pas une vampire et son ame était entière, je comptais bien avoir mes réponses, et tant pis si elle ne voulait pas, après tout, elle semblait... apprécier cet instant, non? Pour ma part, je n'étais qu'indécision.

-Je crois que je vais bien mais ça ne répond pas à ma question, c'est quoi ce...

A peine les premiers mots, un gout métallique s'investit dans ma bouche, je n'étais pas hémophile, heureusement, mais mon sang était quand même bien liquide. Instinctivement, je passai ma main sur mes oreilles avant de toucher mes narines, le mélange d'hémoglobine, de globules et autres éléments importants du sang était plutot rouge clair. Fascinée un court instant par cette couleur, je cherchai du regard de quoi arrêter l'écoulement avant de finalement prendre un coin de mon T-shirt, il était vieux et bon à jeter de toute façon, trop petit, alors un peu de sang dessus... Bien, maintenant retour au sujet initial, la vieille gamine.

-Ce sceau, c'est quoi? Je n'en ai jamais vu sur les esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Ven 26 Aoû - 9:20

-Je crois que je vais bien mais ça ne répond pas à ma question, c'est quoi ce...

Elle s'arrête, comme dérangée par quelque chose. Le sang ? Elle passe sa main sur ses narines, et observe sa main, avant de s'essuyer avec son haut. J'aurais plus lui passer de quoi le faire, ça lui aurait évité quelques ennuis...

-Ce sceau, c'est quoi? Je n'en ai jamais vu sur les esprits.

Surprise, je me retiens pour ne pas me lever brusquement et fuir. D'abord parce que cela voudrait dire que je laisserais seule cette gamine entrain de se vider de son sang par le nez, et affaiblie qui plus est... Ensuite, parce que maintenant je risquerais de la recroiser presque tous les jours, m'exposant à plus de questions... et surtout en public. Non, j'ai d'autres solutions. Bien d'autres solutions.

"Je crois que la fatigue ne t'arrange pas ma pauvre petite. Je ne vois pas de quoi tu parles. Je n'ai aucun lien avec les esprits ou autres... Si tu as vu quelque chose, je pense que toi seule peut trouver la réponse."

Je lui caresse les cheveux, délicatement, comme si elle était entrain de s'endormir, et me prépare à lui fabriquer une nouvelle réponse. En même temps, balancer à une étudiante que j'ai plus de trois siècles ne lui ferait pas que du bien dans cette situation...  Quand elle ouvre la bouche, je l'embrasse, puis me redresse et la regarde avec un sourire à la fois tendre et narquois. Combien de fois ai-je agi ainsi pour éviter des questions ou des problèmes ? Quand j'étais enfermée, je l'ai fait avec tant de soignants... Maintenant, c'est à elle que je fais mon numéro de charme.

"Je te promet de répondre à toutes tes questions, mais pas maintenant. Demain. Ou plus tard. Je suis dans le bungalow numéro 4, et je suis seule. Passe me voir quand tu veux après les cours. Là, ce n'est pas le moment de se poser des questions sur moi. Pour le moment, il te faut regagner des forces et retourner dormir, tu ne crois pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Ven 26 Aoû - 23:05

Je sens les muscles sous ma tête se contracter, mon intérêt semble la déranger. Etonnant car ma question était naturelle, quand tu vois un truc que tu comprends pas, il est normal que tu demandes ce que c'est non? Je garde mes yeux rivés dans les siens, incapable de pouvoir suivre le cours de ses pensées, en attente d'une réponse donc. Cependant, même si je suis dénuée de don pour le moment, je peux deviner. Elle semble en intense réflexion mais au vu de ses muscles crispés, elle commence à angoisser... pour une simple question? Les humains sont hilarants!

"Je crois que la fatigue ne t'arrange pas ma pauvre petite. Je ne vois pas de quoi tu parles. Je n'ai aucun lien avec les esprits ou autres... Si tu as vu quelque chose, je pense que toi seule peut trouver la réponse."

Comme à mon habitude, je haussais un sourcil devant sa réponse parfaitement évasive, ne faisant que m'encourager dans mon élan. En fait, elle venait de me donner beaucoup d'infos sans le vouloir, ainsi donc, elle avait un pouvoir lié à la Mort et aux esprits, fort intéressant, peut-être une autre gardienne comme Alexia et moi mais c'est son ancienneté qui me perturbe et ce sceau qui fausse mon jugement, le pire c'est que, grace à une de mes facultés, je suis capable de comprendre les morts, même étrangers, mais là... J'ai l'impression de connaitre tout en ne connaissant pas cette langue, c'est perturbant. En fait, cette fille, c'était juste une énorme blague, rien d'autre. Même Aidan s'était mieux cachée qu'elle de ma monstrueuse curiosité. Comme si de rien était, elle caressait mes cheveux, cette fois ci c'était moi qui me tendait. Ce genre de gestes, je n'arrivais tout simplement pas à le comprendre, en plus ça me chatouillait beaucoup. Trop même! J'allais pour me redresser en lui disant d'arrêter quand elle se jeta littéralement sur moi, posant ses lèvres sur les miennes. J'écarquillais les yeux et la fixait sans trop savoir quoi dire ni bouger tandis qu'elle souriait. M'enfin c'était quoi ces manières? Jamais vu ça! En plus... Les morts embrassaient bien mieux qu'elle... Non, franchement, je ne comprenais pas son comportement, pourtant, les esprits ont bien essayé, je suis insensible à la société. Pourtant, il y avait quelque chose qui m'empêchait de la quitter, surement la curiosité, c'est vrai quoi... Je veux mes réponses.

"Je te promet de répondre à toutes tes questions, mais pas maintenant. Demain. Ou plus tard. Je suis dans le bungalow numéro 4, et je suis seule. Passe me voir quand tu veux après les cours. Là, ce n'est pas le moment de se poser des questions sur moi. Pour le moment, il te faut regagner des forces et retourner dormir, tu ne crois pas ?"

... Non, attends, faut pas que je rigole sinon elle va me croire folle. Ouais mais c'est dur de garder ça en travers de la gorge! Allez, retiens toi... Oh et puis zut, tant pis. Finalement, je quittais ses cuisses mais pas comme je le voulais, très vite, mon t-shirt reprit sa place initiale et c'est roulant sur le coté que je me tordais de rire. Retourner dormir et regagner des forces? Fatiguée? Non, vraiment c'était trop drole! Au final, si Lassie n'était pas aussi sourde que moi, on se serait fait choper, heureusement qu'elle était toujours là pour surveiller mes arrières! A peine se mit t elle a gronder que je me calmais pour tendre l'oreille, des bruits de pas, plutot rapide, un pion surement. Mince, je suis pas sensée être là, elle non plus. Un regard sur la classe me suffit pour me lever et la choper par le bras avant de la pousser dans un placard qui s'ouvrit d'un coup sec sous la force de mes amis esprits, la pièce était encore glaciale, le voile se refermait trop lentement pour affaiblir les capacités de mes camarades. A nouveau, un gout metallique s'imposa dans ma bouche, m'obligeant à pincer mon nez avant d'entrer dans la boite en bois, laissant les fantomes fermer derrière moi. Tel un rideau qu'on tire sur scène, l'obscurité nous enveloppa sans nous laisser la possibilité de voir, j'étais contre quelque chose de chaud et doux, un manteau probablement, on était donc dans une penderie, bon, au moins j'avais de quoi arrêter le saignement si ça empirait. Un faisceau de lumière jaillit a travers les deux panneaux, me prouvant que je me trompais complètement. Dans ma précipitation, je m'étais collée contre Swan et au vu de ma taille et de la sienne... Vraiment bizarre le manteau. Je ne perdis pas de temps pour m'écarte d'elle, hélas, le placard n'était pas si grand que ça et puis, je ne pouvais pas faire de bruit, le pion était dans la salle. Encore une nuit de malchance pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Dim 28 Aoû - 9:28

Non... Pitié pas l'arm... Trop tard. J'essaie de ne pas paniquer, de ne pas trembler, hurler... J'essaie de garder tout mon calme. Quand la gamine entre dans l'armoire à son tour, elle colle sa tête dans ma poitrine. Sa présence m'apaise un peu, je garde mon calme. Pour moi, chaque seconde devient une heure. Je suis là, enfermée dans cet espace si étroit. Des flashs de mon passé me reviennent... Ce temps où je n'étais qu'un corps, où je n'était que spectatrice de ce que l'on me faisait. Une goutte de sueur glacée parcours ma colonne vertébrale. Je me revois, incapable de réagir, enchaînée, bâillonnée, droguée... Je revois le moment où l'on me jette dans ce coffre, comme pour me torturer. Je le revis, à nouveau incapable de réagir... Si j'avais pu... Si j'avais pu, à ce moment là, n'en corrompre qu'un seul... Si j'avais pu...
Un faisceau de lumière passe à travers les panneaux qui maintiennent le placard fermé, me ramenant peu à peu à la réalité. Si jamais on nous trouve, nous sommes perdus. Je retiens ma respiration et m'interdis tout mouvement. Contre moi, ma camarade d'infortune fait de même. Si nous voulons nous sortir de là, il nous faudra...
La lumière s'éteint, la porte se referme, les bruits de pas s'éloignent de la salle de musique, la porte de la salle d'à côté s'ouvre... Puis se referme. Les bruits de pas s'éloignent un peu plus. En silence, je fais doucement coulisser le panneau en bois. Puis je m'extirpe de ce piège à souris. Plus jamais je ne retournerai là dedans.

"Bon, je te propose d'attendre un peu et de changer de crèmerie. Ce n'est pas que je craigne qui que ce soit, mais plus que je n'ai pas envie de me retrouver une fois de plus enfermée dans ce piège à rats. Du coup, qu'est ce qu'on fait ?"

Je m'étire un coup, puis me dirige vers la sortie.

Au fait, j'y pense... Ce serait pas mal de connaître ton nom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Lun 29 Aoû - 20:18

Les secondes devinrent des minutes et des minutes, des heures. Calme en apparence, mon coeur battait la chamade pourtant et j'enfonçais mes ongles dans mes paumes. Malgré le faisceau de lumière, je ne me sentais pas à l'aise, j'étouffais, il me fallait sortir, l'air commençait à manquer, de façon alarmante. S'il n'y avait pas eu le pion dans la pièce, je serais probablement sortie pour respirer un bon coup. Finalement, la lumière s'éteignit mais tout comme ma partenaire de placard, je n'osais pas sortir, il pouvait très bien revenir après tout. Le temps d'attente était insupportable et la douleur de mes mains n'atténuait pas la sensation d'asphyxie que j'avais.

Au bout d'un long moment atroce à rester debout contre le fond du placard, ma voisine sortit, visiblement dans le même état que moi, tandis que je me laissais tout simplement tomber de tout mon long, incapable de tenir plus longtemps sur mes jambes flageolantes. Je roulais sur le dos tout en respirant à fond l'air encore glacial des lieux, les yeux mi-clos et les mains poisseuses. Comme à son habitude, Lassie vint me faire la fête mais je ne réagissais pas spécialement à ses léchouilles, bien que ce soit agréable.

"Bon, je te propose d'attendre un peu et de changer de crèmerie. Ce n'est pas que je craigne qui que ce soit, mais plus que je n'ai pas envie de me retrouver une fois de plus enfermée dans ce piège à rats. Du coup, qu'est ce qu'on fait ?"

J'étais bien d'accord avec elle mais elle avait intérêt à me laisser du temps avant que je puisse faire quoi que ce soit. Quand à sa question, c'était évident, elle allait parler, quitte à ce que je ne la lache pas d'une semelle. J'ai bien réussi à faire parler une vampire alors elle n'allait pas tenir sa langue bien longtemps.

Au fait, j'y pense... Ce serait pas mal de connaître ton nom !

Ah, c'est vrai que je ne me suis pas présentée, mais elle non plus si? Peut-être quand j'étais dans le cirage... Après un petit moment à attendre que mes jambes se décident à se mouvoir, je m'assieds lentement en soupirant avant de me lever.

-Moi c'est Blue. Et toi? Si tu pouvais répondre à ma première question aussi, ça m'arrangerait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Mar 30 Aoû - 23:41

-Moi c'est Blue. Et toi? Si tu pouvais répondre à ma première question aussi, ça m'arrangerait...

Je ne prends pas le temps de lui répondre. Pas de suite, pas ici. Mais je lui répondrai. Elle a vu quelque chose. Quelque chose qui fait que je n'aurai pas la paix avant de lui avoir répondu, et qui lui donne un avantage. Si elle parle en posant des questions, elle peut faire naître des rumeurs... Alors que si je lui offre une réponse ce soir, elle me lâchera avec ça.
Sans mot dire, je me lance dans les couloirs, tirant la gamine par la main. Le but étant d'être discrets. Visiblement, les rondes sont terminées, mais on est jamais trop prudents. Comme des ombres, nous dévalons les escaliers, puis quittons le bâtiment de cours par une fenêtre mal fermée, celle que j'avais empruntée pour venir. Là, nous nous dirigeons vers les bungalows des élèves. J'accueille ma camarade nocturne dans le numéro 4. Je suis seule à y vivre, et il y a deux lits. Le mobilier y est encore simple : une grande table, deux chaises, une table de chevet par lit, une penderie dans laquelle se trouvent le peu d'affaires que l'on m'a autorisée à avoir et un pentacle que j'ai tracé au milieu de la pièce.

"Bon, pour te répondre, je m'appelle Swan, j'ai 322 ans, je suis nécromancienne et c'est le Diable qui m'a rendue jeune pour l'éternité. Je pourrais te parler longuement de mes 300 années précédentes d'existence, mais je les ai passées dans un asile, victime d'un mauvais tour de celui que je croyais maîtriser. C'est aussi à lui que je dois ces gravures dans ma peau. Enfin bon... Tu veux boire quelque chose Blue ? Ou tu as d'autres questions ?"

Je m'arrête un court instant, puis la regarde droit dans les yeux.

"Je sais que je peux te faire confiance, et compter sur ton silence, n'est pas ?"

J'ouvre le réfrigérateur et me sors une bouteille d'eau glacée, m'en sers un verre, puis m'installe face à Blue.

"Ah oui, et bienvenue chez moi, au fait ! Tu peux rester dormir ici cette nuit si tu veux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Mer 31 Aoû - 1:41

Elle attend un long moment avant de me saisir par la main et de me trainer dehors, sans un mot, que dalle. Elle tirait juste comme ça, me forçant à suivre son rythme malgré mes jambes en compote et ma tête lourde, sans même me donner d'instructions. De toute façon, j'étais bien trop désorientée pour comprendre quoi que ce soit de sa part comme des esprits. Peut-être avais je besoin de sommeil après tout... Sauf que je n'ai pas envie. Son silence n'était pas froid mais plutot... normal pour quelqu'un qui réfléchit, je m'attendais donc à ce que son secret soit gros, très gros, du lourd comme disent les jeunes, un truc qui déchire du style secret d'Etat reptilien.

Après plusieurs couloirs et escaliers dévalés, nous passâmes par la fenêtre que j'avais emprunté et surement elle aussi pour entrer dans les locaux. Mais au lieux d'aller vers les dortoirs, elle fonçait droit vers les bungalows, batiments que j'allais connaitre dans quelques mois comme nouveaux logements d'ici plusieurs mois, un peu de paix en guise de récompense après deux ans à supporter la marmaille. Elle me fit entrer dans le numéro 4 qui était vide, cela voulait donc dire qu'elle dormait seule, ou pas, la déco était assez sommaire, deux lits, une table, des chaise, deux tables de chevet et un placard pour les fringues et autres babioles. Seul détail dans la pièce qui attira mon regard fut le pentacle tracé au sol. Adorant tout ce qui était en lien avec les morts, j'avais bien évidemment exploré tout ce qui concernait la magie et en particulier la nécromancie, je n'eus pas trop de problèmes donc pour reconnaitre les symboles, du moins, leur role dans ce cercle, ainsi que sa fonction.

"Bon, pour te répondre, je m'appelle Swan, j'ai 322 ans, je suis nécromancienne et c'est le Diable qui m'a rendue jeune pour l'éternité. Je pourrais te parler longuement de mes 300 années précédentes d'existence, mais je les ai passées dans un asile, victime d'un mauvais tour de celui que je croyais maîtriser. C'est aussi à lui que je dois ces gravures dans ma peau. Enfin bon... Tu veux boire quelque chose Blue ? Ou tu as d'autres questions ?"

Je la regarde dans les yeux tout comme elle le fait avec moi. Ce n'était pas un duel de regard, en fait, si je pouvais, j'aurais regardé le pentacle en l'ignorant. J'étais... déçue par ce qu'elle venait de dire, du moins le début. Elle qui semblait assagie et puissante n'était en réalité qu'une sombre sotte qui avait cru pouvoir doubler le Diable. Son don était aussi totalement différemment du mien et de celui d'Alexia. Elle n'allait donc pas pouvoir m'aider, ce que j'avais fait avec le piano n'avait servi à rien à part me plonger plus dans le doute que nécessaire. Néanmoins, quelque chose me... perturbait dans ses propos, son passage à l'asile. On avait beau faire des erreurs, on ne méritait pas pour autant un tel abandon dans le pire des endroits, bien que cela faisait 7 ans que j'avais quitté cet enfer, le gout des cachets et les souvenirs étaient encore frais. Alors 300 ans... Je ne sais pas, je me sentais... bizarre. Sans que je ne puisse faire quoi que ce soit, mon corps agissait de lui même, comme si mon esprit venait de momentanément perdre le contact avec mon cerveau. En quelques pas, j'atteignis Swan et je la serrais dans mes bras, juste comme ça, sans raison logique, la joue inévitablement contre ses deux... hm hm melons. Elle avait parlé au moment où je m'étais approchée mais une fois de plus, je n'avais rien entendu. Elle avait dû faire quelque chose aussi mais c'était le trou noir, je ne me souvenais vraiment de rien! Il y avait quelque chose de froid qui avait cogné contre mon épaule, un verre je crois, mais je n'y prêtais pas attention. Sans un mot, je me redressais et m'éloignais, m'asseyant sur le le lit qu'elle ne semblait pas utiliser, le dos contre le mur et l'oreiller dans mes bras. La tête tournée vers la fenêtre, je crois m'être entendue lui dire que je voulais bien un café, toujours en murmurant, mais j'étais coupée du monde, ignorant tout ce qui m'entourait. Je ne lui en voulais pas d'avoir réveillé certains aspects de ma vie que je gardais enfoui au fond de mon ame mais... J'aurais aimé ne plus y penser. Ah, le contrecoup de mon don dans la salle de musique semblait avoir bien ramolli mon cerveau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Jeu 1 Sep - 23:04

J'ai froid, je grelotte. Mon corps nu ne m'obéit pas. M'a-t-il déjà obéit un jour ? Je ne sais pas. Je ne sais plus à vrai dire. J'aurais voulu bouger mes bras, sentir le flux d'énergie nécrotique traverser mon corps. J'aurais voulu mettre cet homme à mort avant qu'il ne touche mon corps. Mais je ne peux rien y faire, mon esprit est là, mais mon corps refuse de le suivre. Tout semble m'abandonner. Absolument tout. Je sens mon pouvoir sur le déclin.
Depuis combien de temps suis-je là, enfermée ? Et dans combien de temps vais-je être envoyée ailleurs ? Ils me croient folle, tous. Et dans un sens, ils n'ont pas tort. Je regrette chaque instant de ne pas avoir péri sous l'assaut des années. Je regrette le poids de mes actes, de ce pacte.
Mon corps plonge dans de l'eau glacée. Comme chaque heure. Comme chaque jour. Le choc est censé libérer mon esprit d'après eux... Pauvres prétentieux mortels et ignorants... Le froid de la Mort, ce pouvoir qui parcours mon corps, bien que sur le déclin, me protège de vos méthodes barbares. Comme si ce pseudo-choc allait me blesser... La seule consolation que j'ai en cet instant précis, celui où le garde, un vieux pervers complètement détraqué, profite de la froideur de mon corps pour assouvir ses besoins primaires, c'est qu'il mourra ravagé par les années, alors que moi je continuerai ma route sur les chemins du Temps. Pendant que sa semence, immédiatement réduite à l'état de poussière par mon pouvoir, se déverse en moi, j'essaie de penser à autre chose. Autre chose que les abus répétés depuis tant de temps, autre chose que cette liberté qui me manque... Autre chose que la barbarie humaines.
Un bruit de serrure, le garde se dépêche de se rhabiller, une voix masculine... Il sort. Je suis seule. Seule face à mon dépit et mon corps qui refuse de m'obéir. Seule face à une éternité de souffrances. Puis je me met à espérer. Un jour, je serai libre. Un jour, je me vengerai. Un jour, ces monstres, ces barbares seront exécutés. Un jour, le Diable sera enfermé. J'y veillerai. Oh oui... J'y veillerai.


Le contact de la peau de Blue est si chaud, si... agréable ? Je peine à me souvenir... Depuis quand ne m'a-t-on pris comme ça, dans ses bras, aussi simplement ? Depuis quand ne m'a-t-on pas considérée comme une femme, une humaine, une personne ? Depuis quand ne suis-je plus un objet ? Tout cela est derrière moi maintenant. Toutes ces horreurs... Les années les feront cicatriser. C'est si beau, les gestes simples et humains qui viennent du coeur. Je rend à cette enfant son geste affectueux. J'aimerais, en cet instant précis, que rien ne nous sépare. Sa tête entre mes seins, ses bras entourant mon corps...
Puis je sens quelque chose se briser en moi. La chaleur de son corps et l'étreinte qu'elle m'offre disparaissent, me laissant à nouveau seule. Mon regard se vide peu à peu. Le monde me paraît si froid, si... distant ? J'ai beau être libre, rien n'a encore pu guérir mon coeur. Et mon pouvoir est encore faible. Je pourrais... je pourrais... non. Ce soir, je ne pourrais plus rien faire. Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'elle. Qu'elle me reprenne comme ça, dans ses bras. De sentir le poids de son corps et la chaleur qui s'en dégage.
Elle s'allonge dans le lit, marmonne quelque chose que je ne saisis pas. Elle semble ailleurs elle aussi. Peut être est-elle aussi une victime de ce monde ? Peut être est-elle comme moi ? Sans dire un mot, je me glisse dans le même lit qu'elle. Je passe ma main sur son ventre, et pose ma tête sur son cou. Là, à nouveau, le monde me semble beau.

"Dis... ça ne te dérange pas si on dort comme ça ce soir ? Je crois...

Je m'arrête un instant. Lui dire ça comme ça sonnerait tellement faux. Et puis elle pourrait prendre peur... Je ne veux pas. Ce soir, je veux juste être humaine. Ce soir, je la veux juste elle.

"Je crois que j'en ai besoin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Mer 14 Sep - 2:39

Cette fois-ci ce fut elle qui s'approcha de moi, mais contrairement à moi qui ne savait pas exactement ce que je faisais, telle une somnambule, elle était en pleine possession de ses moyens. Le mur n'était plus présent contre ma colonne vertébrale mais je n'avais pas quitté le lit et vu comment mon cerveau moulinait, je pouvais supposer que j'étais morte de fatigue et que j'allais m'endormir d'ici peu, étalée comme une larve sur la couette. Instinctivement, mon regard erra sur la pièce afin de repérer les esprits qui ne cessaient de me suivre mais aucun n'était présent.

Un instant de panique traversa mon esprit avant que je n'entende des cris et des rires dehors. Pour les fantomes, le temps n'était plus aussi important qu'avant et les jeux pouvaient se faire continuellement. Je devais être soulagée mais mon coeur cognait contre ma cage thoracique, et pour cause, quelque chose de chaud et confortable venait de se coller contre mon dos. Je ne l'avais pas entendu se blottir contre moi, ni poser sa tête sur mon cou, à vrai dire, cela ne me dérangeait pas, pas même sa main sur mon ventre, je n'arrivais déjà pas à comprendre pourquoi les mortels avaient à ce point envie de se toucher ainsi entre eux alors qu'une immortelle le fasse avec moi était encore plus incompréhensible pour ma pomme!

"Dis... ça ne te dérange pas si on dort comme ça ce soir ? Je crois...

Elle se tut comme si elle semblait hésiter mais c'était trop tard, elle venait de piquer ma curiosité. Que voulait elle dire? Qu'elle voulait une peluche? Qu'elle avait peur du noir? Ah, si je n'étais pas aussi fatiguée, je l'aurais surement harcelé comme je l'avais fait avec cette vampire. Et j'aurais fini dans un placard ou une autre maison à ravager... mauvaise idée en soi donc, ah ce que les immortels sont compliqués! Elle ne parlait toujours pas, laissant le silence endormir mes derniers efforts pour rester éveillée, ou presque.

"Je crois que j'en ai besoin."

Le silence s'imposa à nouveau entre nous, peut-être s'était elle assoupie, ce que j'allais faire avant qu'elle ne pousse mes méninges à se remettre au travail malgré les efforts de Morphée pour m'attirer dans ses bras. Un besoin. Bien de mes clients avaient besoin de mes services et de mes pouvoirs pour parler à leurs tendres ou savoir si un tel avait souffert, mais jamais on avait eu besoin de moi comme telle. De ma personne. Ca... me troublait. J'étais détestable, immorale, parfois "inhumaine" dans mes propos et la plupart de mes choix ont fait bien plus de mal que de bien, je ne le nie pas et j'accepte parfaitement les regards des autres. Mais elle, depuis notre rencontre, je n'avais ressenti aucune haine ni dégout, que ce soit dans sa voix ou dans son regard. Pourquoi? Et surtout, en quoi est ce que je comblais son besoin? En tant que doudou? Un oreiller aurait pu faire très bien l'affaire, comme je le faisais actuellement. Non, c'était un concept qui m'échappait, tout comme le fait que Lassie me suivait partout sans retourner au Néant, et pourtant la réponse devait être simple! Mais il faut croire que la fatigue m'empêchait de trouver la solution à cette énigme.

Toutefois, je ne la repoussais pas. Pourquoi? Décidément, bien des questions envahissaient ma tête sans réponses pour assouvir ma curiosité! Mais je comprenais, sans pouvoir m'expliquer, que, pour une fois, j'allais enfin dormir sans être tourmentée par d'incessants cauchemars répétitifs, mon image squelettique qui m'observait actuellement par la fenêtre non plus. Bien que je sache que ce n'était qu'une illusion que mon cerveau détraqué reproduisait sans en avoir réellement conscience, je dormais de moins en moins à cause de ces hallucinations dont une m'avait valu une cicatrice plutot irrégulière sur ma main droite. Je ne comprenais peut-être pas le sens du terme "besoin" pour Swan, mais je parvenais à discerner le mien. Et je lui fis comprendre que c'était réciproque en posant une de mes mains sur la sienne.

-Bonne nuit, Swan.

Sur ces mots, qui était plutot droles puisque je le disais généralement aux futurs défunts, je laissais enfin mon esprit se reposer, me déconnectant de la réalité pour, j'espère, au moins 15 bonnes heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans la ville de Laurel
❝ POINTS : 107

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan) Lun 13 Fév - 20:00

Nous étions là, posées sur mon lit, seules dans ma chambre. Nos corps entrelacés, se réchauffant mutuellement. Je n'étais plus la Mort Rampante, elle n'était plus cette frêle petite chose glacée que j'avais trouvée dans la salle de classe. Nous étions deux pauvres humains perdus, qui s'étaient trouvés. Sa main posée sur la mienne... un détail qui donnait à la situation une ampleur toute autre.

-Bonne nuit, Swan.

Je la sens sombrer peu à peu dans le sommeil. Et je me sens la rejoindre.

-Bonne nuit, Blue. Et merci.

Le sommeil s'empare enfin de moi, je sombre, je...

Je revois ces images de mon passé, d'avant... D'avant que je ne devienne un monstre, d'avant que je ne tue à foison pour retrouver mon aimé. Je me revois jouer dans les champs, me battre avec les autres filles du couvent, aider les nonnes, me faire gronder par la mère supérieure. Je me revois enfant, innocente, libre, prête à dévorer le monde et à l'embrasser, à aider mon prochain... Alors, je comprends. Blue, la Sup, cette nuit... Sans le savoir réellement, tout ce que je faisais, tout ce que je souhaitais, au delà de mon désir de vengeance... tout ce que je désirais, c'était retrouver...

Une famille.


L'écho du mot famille me réveille, je me redresse en sursaut. Blue est là, endormie, à côté de moi. Tous mes sens sont aux aguets. Je concentre mon pouvoir dans ma main pour éclairer la pièce. La lueur verdâtre qui s'en dégage la rend peu accueillante et engageante. J'ai peur.

Je murmure.

Calme-toi, Swan... Calme toi... Ce n'est que ton imagination.

Je le sais. Ce n'est pas mon imagination. C'est bien plus que cela. C'est la conscience du danger qui rode sur ma vie, sur ceux que j'aime. Tant qu'Il sera là, et libre, je devrai me tenir sur mes gardes. Il pourrait revenir, et recommencer... Tout me prendre.

Non. Plus jamais.

Je me recouche, serre Blue fort contre moi. Jamais on ne me reprendra ceux que j'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan)

Revenir en haut Aller en bas

Pas besoin de gateaux pour réunir deux élèves ici, un piano suffit! (feat Swan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: Les bâtiments d'apprentissage :: Les salles de classe-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit