AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Laurel City
❝ POINTS : 151

MessageSujet: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Mer 31 Aoû - 18:31

Il ne manque plus que la pluie



La ville basse était crasseuse, écœurante même. Crime, violence, sang, parfois quelques cadavres. Souvent en fait. Elle avait également failli oublier la prostitution. Cet endroit avait le don de lui donner le cafard. Il avait également le don de cacher beaucoup de choses. Mafia, sectes, laboratoires secrets… À croire que le monde se crevait les yeux pour ne pas voir. À croire que le monde pensait qu’en se crevant les yeux, il vivrait un jour de plus. Peut-être. Ou peut-être pas. C’était difficile à dire en réalité, tout dépendait de ce que le monde voyait. Et il était clair que voir New Eden était signé son arrêt de mort. Si ce n’était pas elle qui y veillait, ce serait Mitsuko.

Elle tourna un peu la tête pour regarder sa fille aînée. Le masque kabuki sur son visage lui allait à ravir. De même que le manteau à capuche qui recouvrait son corps, empêchant de voir ses pistolets-mitrailleurs. Elle avait même mis un logo de serpent à plusieurs têtes sur le dos. La tenue la masculinisait beaucoup à cause de son côté ample, d’un autre côté ce côté ample en avait trompé plus d’un. Il était dur de ne pas oublier que sous ce costume se cache une ballerine, une danseuse gracieuse maîtrisant chacun des mouvements de son corps.

« Je suis si jolie que ça Mother ? » Plaisanta sa fille avec une pointe d’amusement. Elle avait toujours été très fière de son physique, ce même physique qui amenait moult hommes et femmes dans son lit. Elle n’appréciait pas forcément. Même si c’était la vie de sa fille, dans son for intérieur, elle se disait qu’un jour, elle tomberait sur quelqu’un avec un esprit plus puissant que ses victimes. Ou au contraire plus instable, si instable que son enfant ne pourrait rien prédire. Peut-être que ce jour était proche. Ou peut-être qu’il était loin. C’était une variable si imprécise, s’en était effrayant...

« Aussi jolie qu’un sac de patate avec ce manteau. » Répondit-elle avec un certain mordant. Elle pouvait entendre un sifflement de serpent venant de sa fille. C’était vrai que sa fille se comportait comme un serpent sous ce costume. Elle avait choisi un charmant nom de code d’ailleurs. Hebihime. Princesse serpent. Elle se demandait souvent pourquoi sa fille gardait sa fierté sur ses origines asiatique. La mode de la pop-culture ou le pouvoir que cette mode lui donnât ? Voir, peut-être, un désir de connaître parfaitement ses racines ? Ou de savoir jouer de ces racines ? Sa fille était parfois un mystère.

« Je ne voudrais pas t’alerter, mais ton costume n’est pas mieux niveau sac de patates, sauf que le tien, on peut directement connaître la provenance. Le Mexique. » Rétorqua-t-elle. Oh, un petit jeu de qui à la pique la plus sale. Et elle commençait fort avec son poncho. Mais la fille allait vite apprendre que la mère était un vieux singe. Et les vieux singes n’ont pas besoin d’apprendre la grimace.

« Pardonnes-moi, parfois, j’oublie que ton ensemble de qualité est également du made in china. » Elle sourit sous son masque, sa fille se crispant visiblement au commentaire avant de soupirer. Toucher. Fin de la bataille alors qu’elles marchaient pour rejoindre le complexe sous-terrain. C’était un petit jeu quotidien. Parfois, elle gagnait, parfois, c’était Mitsuko. Souvent, elles étaient match nul. Mais ce n’était pas un problème. C’était juste une relation mère-fille.

La ruelle lui sembla bien longue alors qu’elles marchaient, côte à côte. Avant que sa fille ne l’arrête. Elle la regarda alors qu’elle pointa le bout de la rue. Un homme, se tenant au bout de la rue, semblant les attendre. Ou du moins les observer avec attention. Au début, elle ne comprit pas pourquoi elle fut stoppée avant de regarder avec un peu plus d’attention l’homme… Oh, en voilà une visite intéressante.

« Purple Haze. En voilà rencontre palpitante. »

Elle pouvait entendre le petit sifflement si distinctif sortir de la bouche de sa fille. Elle savait déjà à quoi penser son enfant. Que c’était quelque chose de palpitant, peut-être même la rencontre de sa vie. Elle avait des articles sur lui dans un de ses tiroirs. C’est dans ces moments là où elle se souvient que sa fille aînée était une dangereuse psychopathe.

« Et je vais supposer que ce n’est pas un hasard. Que voulez-vous ? » Sa voix était moins enjouée que celle de sa fille. Elle était terre-à-terre. Il n’y a pas de hasard avec un homme comme Purple Haze qui attend au bout d’une ruelle.


@ pyphi(lia)


Dernière édition par Hillary Ecks le Sam 3 Sep - 21:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans les poubelles.
❝ POINTS : 72

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Mer 31 Aoû - 19:38



Break my mind
your chance to act is short enough to turn your mind insane
Laurel City regorgeait de mystères et de dangers. Pour certaines personnes, ces dangers s'arrêtaient aux divers agresseurs qu'il était possible dans rencontrer dans une ruelle un peu trop sombre à une heure avancée de la nuit. Pour d'autres, ces dangers étaient justement ceux qui avaient adopté comme objectif de faire respecter la loi, ce concept prônant l'inégalité et engloutit sous la corruption et les complots. Le cas du Purple Haze était un peu particulier, concernant sa vision des choses. Lui qui avait passé toute son existence dans ces mêmes ruelles sombres, à observer cette crasse qui tapissait les mêmes murs et cette odeur de pisse qui ne lui était pas étrangère, il apprit à s'adapter. A s'adapter dans une société aveugle de sa propre maladie, qui le traitait comme un virus alors qu'il était tout simplement l'un de ses enfants, même si certainement pas le plus beau. Alors il se posa des questions : pourquoi ma mère refuse elle de m'accepter, moi qui ne suis que le reflet de son mal-être ? Moi qui ne suis que le résultat de ses choix, la victime de leurs conséquences. C'est pourquoi, petit à petit, il découvrit peu à peu tous les secrets que cachait cette ville et ses habitants. Les secrets de ce pays et des autres. Les mystères qui dormaient là, bien trop hideux et difforme pour qu'on prête de l'attention à eux. Mais la difformité et la mort n'ont jamais effrayé Spencer, lui qui en avait fait ses compagnons, ses amantes, ses armes.

Parmi ces secrets, il y en avait un tellement épais que même le fils des ombres de ces ruelles n'arrivait pas à percer. Une silhouette vague qu'il n'arrivait pas à saisir, qui lui filait entre les doigts pour finalement s'évanouir et s’éparpiller aux quatre vents, comme dans une énième moquerie. Un fantôme. Une organisation. Une organisation qui, si elle avait réussi à attirer l'attention du criminel, avait toujours fait en sorte de rester dans l'ombre sans jamais laisser filtrer la moindre information, si bien que les habituels informateurs du Purple Haze firent en sorte de lui faire cracher une somme inhabituel d'argent pour des renseignements toujours plus vague. Bien qu'il ne connaissait finalement ni la composition exacte de cette organisation ni ses moyens financiers et matériel, il avait apprit tout ce qu'il avait besoin de savoir lorsque l'objectif de "New Eden" parvint jusqu'à lui : briser le système actuel et le remplacer par quelque chose qui correspond à leur vision. Même s'il n'était pas sûr de complètement approuver la vision d'une société acceptable selon New Eden, il ne pouvait s'empêcher de penser à quel point son but et le leur était en tout point similaire, même si le sien beaucoup plus ciblé sur le système judiciaire et le principe des héros.

A l'aide de ses informateurs, de beaucoup de patience et de préparation, le criminel balafré parvint à organiser une rencontre improvisé avec ce qui semblait vraisemblablement être la personne à la tête de New Eden, accompagné de son bras droit. Un bras droit qui, quant à lui, était également la cible de nombreuses rumeurs. Elle était même décrite comme un monstre qui se baignait dans le sang de ses victimes, qui ne vivait qu'à travers les massacres qu'elle provoquait de manière somme toute parfaitement arbitraire. La stratégie de Spencer semblait avoir fonctionné car il se retrouvait dorénavant dans la même ruelle que les deux personnes que ses informateurs avaient formellement affirmé être les personnes qu'il recherchait. L'une d'entre elle agissait comme une sorte de garde du corps avait de d'identifier Purple Haze, à sa grande surprise. Il était bien rare pour lui d'être la personne dont on révélait l'identité en premier, comme si on avait eu un intérêt quelconque pour lui. Un frisson lui caressa le bas du dos, cette sensation d'être la proie plutôt que le prédateur, d'une situation qui lui échappait finalement bien plus qu'il ne l'imaginait. C'était excitant. Finalement, la personne sous la protection de celle qui l'avait identifié pris la parole. Les rôles étaient donc distribué et c'était cet individu masqué et vêtu de ce qui ressemblait à un poncho qui répondait au rôle de chef de l'organisation.

Il brisa rapidement la distance qui les séparaient tous les trois en s'avançant dans la ruelle, sans avoir ne serais-ce qu'un instant peur pour sa vie. Après tout, la peur n'a jamais été un sentiment capable de freiner les ambitions du Purple Haze. Une fois au niveau de ses deux interlocuteurs, qu'il n'arrivait pas à identifier comme étant des femmes ou des hommes, il balaya le vent à l'aide du bas de son long manteau avant de s'incliner respectueusement devant elles. « On raconte bien des choses sur vous, dans les bas-fonds. C'est un honneur d'être en présence des deux représentants de votre organisation. New Eden. Une véritable légende. » dit-il avec une articulation parfaite et un regard inexpressif, à la manière d'une véritable machine. Le haut de son corps se redressa avant que sa main vienne se poser sur le coin de sa nuque, commençant à se masser tout en décontraction alors qu'il reprit la parole. « J'ai ouï-dire que vous et moi aurions un objectif commun. C'est pourquoi je viens à votre rencontre, afin de vérifier que ceci ne serait pas une énième rumeur vous concernant. Après tout, il est toujours préférable de poser la question directement aux intéresser, n'est-ce pas ? Je ne vous ferait pas l'affront de me présenter, je crois qu'une organisation comme la votre devrait déjà savoir tout ce qu'il y a à savoir concernant moi et mes... Semblables. » Il ne douta pas un seul instant que le seul fait d'avoir été capable de provoquer un rencontre avec eux était suffisant pour prouver ses compétences en matière d'informations. Aussi, sa question retenait plus de la rhétorique que de la véritable interrogation.  
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Laurel City
❝ POINTS : 151

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Jeu 1 Sep - 12:03

Les enfants sont des animaux



Le sifflement de serpent venant de sa fille ne laissait aucun doute sur le train de penser de cette dernière. Manger, dévorer, s’accoupler. Le côté primale de son enfant avait le don de l’étonner à chaque fois. Elle était une manipulatrice hors pair, elle pouvait réduire psychologiquement à néant les autres, elle avait une culture largement supérieure à la moyenne. Mais pourtant, elle avait encore ce côté bestial, primale, cet animal en elle qui refaisait surface. Hillary restait au plus calme dans cette entrevue, elle ne voulait pas provoquer plus d’attention sur elle qu’elle n’en n’avait déjà. Que Purple Haze ait réussi voulait dire qu’ils avaient été compromis. Mais également qu’il savait se révéler compétent…

Elle pouvait voir sa fille commencer à se mouvoir avec grâce, avec les pas digne d’une danseuse, tournant autour de son objet d’attention. Le petit sifflement de serpent continuait toujours alors qu’elle passait doucement le bout de son doigt sur les épaules de l’homme bien plus grand. Hillary devrait peut-être la rappeler à l’ordre. Mais elle aimait avoir la main mise sur une conversation, avoir de quoi mettre une pression. Sa fille n’était peut-être pas la plus grande des pressions, mais elle supposait que d’avoir un être aussi confiant qui vous siffle à côté de l’oreille devait être suffisant pour provoquer des réactions incongrues du corps. Il était temps de lui répondre.

« Une légende ? J’ose espérais qu’elle n’est qu’urbaine. Il me déplairait que n’importe qui puisse m’intercepter dans les ruelles. » Commença-t-elle, notant intérieurement le côté machinal de Purple Haze. Cherchait-il à cacher ses émotions ? Ou bien juste à perturber ses analyses sur sa personne. Elle pouvait remarquer sa fille décalée juste un peu son masque afin que sa bouche soit en vue, juste à côté de l’oreille de l’homme. La longue langue serpentine de son enfant vint doucement faufiler contre la coquille de l’homme.

« Pour ce qui est de vous et votre genre, oui, nous avons des informations… Monsieur Jones… Comme ça, on aimerait faire sauter la ville pour que des ringards en spandex cesse de jouer les héros comme ils le font ? Prisonnier d’un système ? Ce serait presque noble. » Siffla son enfant, elle pouvait entrapercevoir le sourire malsain se dessiner sur ses lèvres. La sensation de pouvoir devait déjà monter à la tête de sa fille, cette impression de main mise. Elle ne pouvait s’empêcher de secouer la tête de désapprobation.

« Hebihime. Cesses de te comporter comme un animal. Je pense que Monsieur Jones souhaite parler affaires. » Ordonna-t-elle de sa voix de mère, la seule voix à laquelle sa fille obéissait. Elle pouvait entendre le râle enfantin de sa fille, comme lorsqu’on empêcher un enfant de finir sa partie car il faut aller à table. Sa fille se déplaça avec cette même grâce quasiment artistique, murmurant un oui Mother plein de déception tandis qu’elle se remettait à ses côtés.

« Donc, Monsieur Jones. Je suis tout ouïe de votre offre, mais je ne garantis pas que nos objectifs soient tant les mêmes que ça. Je ne vous garantis pas non-plus de pouvoir donner suite à votre requête. Mais s’il vous plaît. Épatez-moi, vendez-moi du rêve comme j’entends si souvent les jeunes dires. » Demanda-t-elle, restant la même, ne bougeant pas. Même si elle bougeait, l’ampleur de son poncho empêcherait de le voir de toute façon.


@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans les poubelles.
❝ POINTS : 72

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Jeu 1 Sep - 16:19



Break my mind
your chance to act is short enough to turn your mind insane
Toute sa vie Spencer avait côtoyé des personnes dangereuses. Que ce soit pour se nourrir et tout simplement survivre, il avait toujours été obligé de se retrouver en phase avec des escrocs et des criminels. Certainement que le meilleur exemple pour résumer ceci serait son ancienne partenaire qui n'était autre que l'incarnation du mal dans la mythologie grecque. Aussi, l'intimidation qu'il aurait dû ressentir à l'approche du bras droit de l'organisation n'eut pas grand effet sur lui. Il savait déjà pertinemment que les personnes qu'il allait rencontrer aujourd'hui n'étaient pas des enfants de chœur et tant mieux, car lui non plus. Sans un mot, il observa cette dernière se placer à ses côtés, son sifflement agaçant lui parasitant l'oreille. Il pouvait bien endurer ça, si cela lui permettait d'obtenir un entretien avec la boss de New Eden. Il agita la main avec un sourire factice qui disparu bien vite lorsque son interlocutrice s'exprima au sujet du statut de "légende" de son organisation. Cette fois, sa voix se fit bien plus sombre et roque qu'à ses déclarations précédentes. « Oh, croyez moi, votre secret est extrêmement bien gardé ! Peut-être même que le mot "légende" était mal choisi de ma part, après tout. J'aimerais cependant rectifier vos propos qui, malencontreusement, semblent insinuer quelque chose de très déplaisant : je vous ait bien intercepté dans une ruelle mais... Je ne suis pas "n'importe qui". » dit-il en employant une politesse bien trop académique pour être véritable sincère.

Son regard bifurqua en direction de la personne à ses côtés à l'occasion du contact avec la langue serpentine de la personne qui, au vu de sa voix, était une femme. Il avait l'habitude des serpents et pour cause il avait fait équipe pendant plusieurs années avec Belinda. Il connait la manière de jouer de ces créatures et ceux qui se plaisaient à les représenter. Malgré tout, il se dégageait d'elle une forte aura, de quoi mettre même quelqu'un comme le Purple Haze sur la défensive. Pour conserver les apparences, il adopta son allure décontracté, à l'écoute de ses propos. Et quels propos ! Elle avait su en une seule phrase aligner son véritable nom de famille ainsi que les motivations qui le poussait à agir. Enquête sur son cas ou simple déduction, elle connaissait son sujet. Passé ses sarcasmes, le plus impressionnant dans cette scène était probablement la manière avec laquelle elle fut recadrée avec fermeté par la personne en poncho. Elle n'avait vraisemblablement pas usurpé son titre, à New Eden. Attentif à ses propos alors que "Hebihime" reprenait sa place aux côtés de Mother qui, quant à elle, la plaçait dans la peau d'un jeune en recherche de travail. Il enfonça ses mains à l'intérieur des poches de son long manteau et fit retomber sa tête sur le côté, son regard braquer sur Mother. « Avec tout le respect que je vous doit, Mother, j'ai bien peur que vous ne me preniez pas véritablement au sérieux. Je ne suis pas un simple terroriste et je ne cache pas la portée de mes actes derrières de fausses revendications. J'ai une cause importante qui marquera de manière permanente ce monde crasseux. Je ne suis pas venu vous parler "affaires", Mother. Je suis venu vous parler d'avenir. » affirma il avec un ton on ne peut plus sérieux.

Il s'approcha à nouveau, brisant complètement la distance mise entre les deux protagonistes, jusqu'à se retrouver face à face avec la charismatique responsable de l'organisation New Eden. Son regard s'assombrit avant de reprendre de plus belle sa longue tirade. « Je suis à la tête d'une ligue dont les membres fondateurs sont les criminels les plus dangereux de tout Laurel. Ils possèdent tous des capacités unique qui font d'eux les parfaits représentants de l'ordre nouveau que je souhaite établir. Tous assemblés derrière une cause que nous jugeons juste, nous partageons nos capacités et nos ressources afin de venir à bout de ce système corrompu et manipulé qu'est celui de l'ordre mondial ainsi que de ses principaux représentants : les héros. Japon, Etat-unis, Europe, nous écraserons l'ordre établit sur tous les continents pour remettre à neuf cette société archaïque et difforme. » il marqua une courte pause avant de reprendre à nouveau, son visage et son regard cette fois-ci se voulant beaucoup plus doux. « Ce que je vous propose, à vous et à New Eden, c'est de prendre part à notre cause. La tâche est rude, même pour une organisation secrète comme la votre. C'est pourquoi une alliance entre nos deux camps ne pourrait que se montrer bénéfique pour chacun de nous. Je ne vous demanderait pas de me révéler quoi que ce soit concernant New Eden et vous pouvez en garder le contrôle absolu. Mais cet accort ne pourra voir le jour qu'à une seule condition : je souhaite votre intégration au sein de mon groupe ainsi qu'un partage de vos ressources financières et en armement. »

Une proposition qui se voulait dure et à juste titre, c'était de cette alliance que naîtrait le plus grand réseau criminel de Laurel. Décidé à ne pas démordre de ses conditions, il continua de soutenir le regard de Mother, dans l'attente de sa réponse. Les négociations étaient ouvertes. 
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Laurel City
❝ POINTS : 151

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Jeu 1 Sep - 18:01

Il ne faut pas écouter le chaos...



La tension. Elle n’avait plus ressenti une telle tension depuis si longtemps. Chacun de ses mots la frappaient comme… Comme une drogue. Ce n’était pas la voix, ce n’était pas la personne. C’était le texte, la tirade. Elle entendait tout ce qu’elle avait toujours voulu entendre. Elle avait conscience que son organisation manquait d’une chose, l’audace. Elle avait besoin d’agir avec fracas, mais elle ne pouvait pas. Elle devait attendre les événements chaotiques pour espérer agir avec force. Non, à la place, elle posait des pions. Elle avait la sensation que 10 ans de gouvernance venaient enfin de payer leur fruit. Non, ce n’était pas une affaire. Pas du terrorisme de bas niveau. C’était l’anarchie dont elle avait besoin pour détruire le système.

Elle n’avait aucune envie qu’on entende quoi que ce soit. Elle n’avait aucun désir que des oreilles indiscrètes viennent perturber cette chance, cette chance qui ne viendrait pas une seconde fois. Elle se tourna vers sa fille, dans un mouvement lent et délibéré. Des gens écoutaient sûrement. Des gens désiraient sûrement revendre cette information qui valait son pesant d’or. Des gens qui… Ne vivraient pas. Il remonte à bien longtemps depuis qu’elle a donné un ordre meurtrier, un ordre si meurtrier qu’il en a rasé un immeuble de ses occupants.

« Veilles à ce que personne n’entende parler de cette conversation. Tout de suite. » Commanda-t-elle d’une voix mortellement basse, celle qu’elle utilisait pour signaler la graviter d’une situation. Elle pouvait presque voir le sourire malsain qui se dessinait sur le visage de sa fille. Ils n’auraient aucune chance. Personne n’aurait la moindre chance face à ce que sa fille allait faire. Elle pouvait juste la voir s’éloigner près de la porte la plus proche tandis qu’elle retourna son attention vers Purple Haze. Les bruits commençaient, quelque chose qui brise du bois. Ces vieux immeubles n’offriraient aucune protection.

« Je dois admettre que cette association m’intéresse grandement. Cependant, vous devez comprendre que je tiens au secret entourant mon organisation. Elle vous aidera, mais juste assez pour garder le mystère qui l’entoure. » Elle pouvait déjà les entendre, les cris. Ils étaient morts dans ce quartier, personne ne pourrait les aider. Personne n’y prêterait attention. Elle jurerait entendre le bruit de la chaire qui se déchire. « Et, également, pardonnez ce malheureux spectacle, je préfère faire preuve d’une immense prudence. »

Le bruit, le bruit… Tout était dans le bruit. Les cris, les pleurs, les supplications. Elle jurerait à certains moments entendre des rires. Ils étaient condamnés, personne ne viendrait ici. Cet endroit était abandonné de tous, même de dieu. Il s’agissait d’un des nombreux endroits où sa grâce n’existait pas. Certes, ils étaient des civils. Mais cette occasion, elle ne pouvait laisser tout couler par imprudence. Ce n’était pas non-plus de la prudence ce qu’elle avait ordonné. Mais ça avait le mérite de mener vers de fausses pistes.

« Pour continuer sur ma lancée, je préfère rester aussi indépendante que possible. Je ne suis pas très douée pour les coups d’éclat, comme vous pouvez voir, j’ai toujours eu quelqu’un d’autre pour ça. Je suis une femme de l’ombre dirons-nous. » Continua-t-elle, encore plus de cris. Puis le silence. Un silence mort. Un silence qui n’est brisé que par de multiples sifflements de serpent anormalement fort. « Si nous sommes d’accord sur mon désir de rester dans les ombres, je pense que nous avons une alliance, Monsieur Jones. Que dis-je. Un vrai partenariat, qui j’espère durera. »


@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans les poubelles.
❝ POINTS : 72

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Jeu 1 Sep - 22:42



Break my mind
your chance to act is short enough to turn your mind insane
Un ordre fut donné à Hebihime, quelque chose prononcé avec suffisamment d'autorité pour que cette dernière s’exécute rapidement sans demander son reste. On pouvait dire que Mother savait s'entourer d'agents efficaces, un élément corroboré par les hurlement des victimes de la princesse serpent. Prêtant aux premiers abords une oreille attentive à la déclaration de son interlocutrice, il ne pouvait s'empêcher de songer à la brutalité dont faisait actuellement preuve le bras droit de New Eden. Si la plupart des gens pouvaient voir dans ces actes du simple sadisme ou une envie de sang pour marquer d'une pierre blanche l’association de New Eden et d'Injustice, le Purple Haze voyait en ces actes un entraînement militaire rigoureux ainsi qu'un pragmatisme primordial afin de conserver un semblant d'effet de surprise. La manière dont Mother ordonna le massacre de ces nombreux innocents était suffisante pour attester de son professionnalisme : calme exemplaire et politesse toujours de rigueur. Sans s'éloigner du sujet plus longtemps, l'interlocutrice du criminel témoigna de son approbation concernant une éventuelle alliance entre les deux parties. A la condition sine qua non que qu'elle conserve son droit de rester dans l'ombre tant qu'elle juge cela nécessaire. Toujours aussi froidement, elle s'excusa concernant le "malheureux spectacle" qu'elle lui offrait, se justifiant par la prudence. Le Purple Haze accompagna sa phrase d'un geste vertical de la tête, prenant à son tour la parole. « Votre professionnalisme vous honore, Mother. Je préfère prendre cette fantastique représentation comme une expérience enrichissante témoignant de votre bonne foi ainsi que de l'efficacité de vos agents. »

Il restait tout de même quelques détails à régler avant de véritablement parler d'association, ni lui ni elle n'étant désireux de se retrouver dans une position de faiblesse lors d'une éventuelle prise de bec à l'avenir. Mais son interlocutrice était forte, elle savait emballer ses paroles de velours et se montrer suffisamment respectueuse pour conserver le contrôle de la situation. Pas d'ouverture dans sa garde, un effet encore plus souligné par le spectacle morbide auquel s'adonnait son bras droit, les cris de douleur des habitants du quartier devenu le bruit de fond de cet entretien macabre. Il n'y pas encore si longtemps, il aurait pu se retrouver comme une victime de ce massacre. Des civils des bas-fonds, oubliés par la ville elle-même, des morts qui ne seront certainement jamais vengées tant que les dirigeants de Laurel et ceux en possession de l'autorité sur les super-héros de cette ville n'auront pas juger bon d'intervenir. Une parfaite démonstration de ce système inégalitaire et hypocrite qu'il s’empresserait d'écraser au creux de sa main lorsque le moment sera venu. Et ce n'était pas seulement Laurel mais bien tout le continent qui était remis en cause. Le continent ? Non, l'ordre mondial établit par les actions des super-héros à travers tous les endroits dit "civilisé".

A la dernière déclaration de Mother, il balaya l'air avec le bas de son manteau, éloignant ses deux bras de son corps, s'inclinant à nouveau en signe d'approbation. « Si ce sont là vos conditions, c'est d'accord. Bien plus que mon don ou bien la fougue de votre bras droit, c'est bien "l'information" l'arme la plus puissante. Aussi, je ferais en sorte de ne pas empiéter sur votre territoire. En revanche, j'exige aussi de vous de respecter l'intégrité de notre groupe ainsi que de faire preuve de bonne volonté en vous présentant à nos différents meeting et par dessus tout, aux diverses missions qui vous seront éventuellement confier. » dit-il toujours avec son air inexpressif avant de finalement ajouter un semblant de sourire sur son visage, cette fois-ci avec un ton plus humoristique. « Après tout, vous êtes des notre, dorénavant. Il nous reste cependant un petit détail à régler : celui de la communication. » marquant une courte pause le temps de se redresser, il reprit. « Vous êtes une femme occupée et j'ai, de mon côté, une bande de joyeux psychopathes à guider. C'est pourquoi, bien qu'ils n'aient pas besoin de moi pour changer leurs couches, je ne peux me permettre d'organiser ce genre de petit meeting à la volée dans une ruelle puante. Et puis, cela ne vous sied guère. C'est pourquoi, je me vois dans l'obligation de vous demander un moyen de communiquer avec vous de manière active, en temps réel ou avec un léger délais. Si vous êtes toujours aussi soucieuse de conserver votre anonymat ainsi que le mystère qui vous entoure, un porte-parole sera aussi suffisant. Je désire simplement un moyen d'échanger avec vous d'une manière pratique. Chose que, en bonne commerciale, vous comprendrez. Eheh.» 
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Laurel City
❝ POINTS : 151

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer] Ven 2 Sep - 16:01

Radio SENSUAL~



Le silence revenait enfin dans la rue. Pas même un sanglot. Pas même un chat qui saute sur une poubelle, ou un rat qui tente de s’échapper. C’était mort, encore une fois. Le silence dominait le fond tandis qu’elle l’écoutait mettre en place les derniers préparatifs. Oui, elle serait un membre à part entière de cet organisme. Elle participera à ces meetings, remplirait ses parts de contrat et de mission. Du moment qu’elle restait dans sa très chère ombre, celle-là même qui lui offrait la protection par le mystère et la tromperie, celle-là même qui lui permettait de monter des spectacles dignes des plus grands marionnettistes.

Quand sa fille revint, d’un pas léger et sans son manteau, elle savait qu’elle avait eu un agréable moment. Elle pouvait aisément supposer que le manteau a été avalé par le serpent géant qui n’était nul part où être vu. Le besoin de communication était effectivement nécessaire, et son enfant revenait à point nommé. Elle la regarda avec calme, toujours ce même côté détendu.

« Hebihime, je pense que tu sais comment régler ce petit problème de communication. » Dit-elle simplement, sa fille hochant la tête. Elle pouvait voir sa petite danseuse sortir une sorte de radio violette foncée d’une des pochettes sur sa ceinture, commençant à faire des choses dessus. Elle se retourna vers Purple Haze. « Je vous donne un accès direct pour contacter ma fille, je ne prends les communications directes qu’avec elle pour plus de sécurité. Cet appareil vous permettra de capter les fréquences radio aux alentours. Faites-en bon usage. »

Sa fille semblait avoir fini, se dirigeant vers l’homme avec des pas gracieux, rappelant toujours plus la nature de son sport de prédilection. Elle tendit la radio vers l’homme, riant un peu sous son masque tandis qu’elle expliquait son fonctionnement. « Alors, ici, c’est pour avoir la communication directe avec moi, je me chargerais de tout transmettre à Maman. Là, c’est pour le volume. Là, c’est pour couper la radio. Ici, c’est pour changer de fréquence. Et enfin pour l’alimentation, elle se recharge à l’énergie solaire. N’hésitez pas à utiliser la fréquence directe, j’adore les discussions. »

Sa fille avait usé d’une voix sensuelle, passant le bout de son doigt contre l’épaule de Purple Haze alors qu’elle s’avançait vers leur ancien objectif. Elle la suivit en toute tranquillité. Elles avaient un travail ce soir, c’est vrai. « Passez une excellente soirée, Monsieur Jones. » Dit-elle avant de disparaître dans un coin de la ruelle.


@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer]

Revenir en haut Aller en bas

Les idéologies, ça rassemble [PV Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com