AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Kané || Mary & André ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Kané || Mary & André ♥ Mer 29 Oct - 0:48



See our world is slowly dying
I’m not wasting no more time
Don’t think I could believe you.
« Putain y caille. »

Mary frotte ses bras avec ses mains, ces derniers croisés sur sa poitrine. A ses pieds, un sac plastique, rempli de divers trucs à manger. Elle se trouve devant l'épicerie où elle travaille, sortant de son service du jour un peu plus tôt. Le patron, toujours aussi prévenant avec elle, lui avait donné quelques « surplus » du jour, ce qui pourrait toujours lui servir au vu de l'état de son frigo. Dans le froid de l'automne, la jeune fille frisonne légèrement. Il faisait encore jour, mais la brume envahissait la ville depuis le matin, et on ne voyait pas grand chose à 3 mètres. Elle reste là un moment, finissant sa clope de « fin de service ». Ses traits, un peu tirés, un peu fatigués, semblaient pourtant apaisés. Certes, elle dormait toujours aussi peu, toujours agitée par le cauchemars de son père -A cette pensée elle grimace spontanément-, ce qu'elle avait vécu le jour où son innocence était morte.

En ce moment, sa vie était assez calme. Enfin, « calme », aussi calme qu'une étudiante de la Heroe's qui bosse en parallèle de ses études. Sa clope fini, elle la jette puis en reprit une. Une voix au fond d'elle lui hurle que c'était pas bien, qu'elle avait pas masse de thunes et puis que ses poumons prennent déjà assez cher. Mais elle fait la sourde oreille, et l'allume en se calant contre le poteaux près de l'épicerie. Pourquoi restait-elle ici ? Elle attend un peu, hésitante. Aujourd'hui, cela fait environs 2 à 3 semaines qu'André avait fait son petit « séjour » à l'hôpital, et il était revenu depuis peu chez lui. Et elle savait que, sans même lui dire, il l'attendait. Mais elle avait prit quelques jours pour peser le pour et le contre ; devait-elle y aller ou non ? Elle qui ne voulait pas s'engager, elle se retrouvait à prendre le « cadeau » de son patron pour le ramener à André. Sans parler qu'elle va céder, elle va retourner chez lui. Elle se frotte l'espace entre ses deux sourcils avec son doigts, comme prit d'une grosse fatigue et lassitude

« J'ai vraiment aucune volonté … »

Elle soupire. Bon. Elle prit le sac d'une main, et fût étonné de sa légèreté. La clope au bec, elle se mit en route vers l'appartement d'André, marchant parmi la brume comme des centaines de riverains qui vaquaient à leurs occupations. Tout en marchant, elle réfléchit à ce qu'elle allait lui dire ; elle ne peut décemment pas poser la bouffe chez lui et repartir sans un mot. Au fond, elle a envie de le voir,  de savoir comment il va. Bien sûr, elle était venue le voir plusieurs fois à l'hôpital, séchant même parfois ses cours, mais petit à petit elle avait tenté de reprendre de la distance. Parfois elle pensait à ce qu'elle avait entendu ou rêvé le matin juste après l'opération d'André ; elle ne savait pas si c'était vrai ou si c'était un rêve un peu trop beau et trop parfait, et elle n'a pas osé lui demander non plus. Alors elle reste sur le fait que c'était juste un rêve.

Elle arrive au pied de son immeuble, jette son mégot par terre avant de rentrer, profitant qu'un habitant sorte de l'immeuble. Elle croise la gardienne, qui lui fit un sourire assez évocateur, et elle se contente de baisser la tête sans un mot, serrant encore plus son sac de course. Une fois arrivée devant chez lui, elle frappe à la porte. Elle entend une voix un peu étouffée, mais ne comprenant pas, elle essaye d'ouvrir la porte. Tiens tiens, cette dernière était ouverte … Cela lui rappelait un vieux souvenir, et elle ne pu retenir un sourire. Elle entre, refermant la porte derrière elle. L'appartement était plutôt pas si mal rangé pour quelqu'un qui n'était pas venu depuis un moment. Elle reste devant la porte, puis elle se racle la gorge avant de dire d'une voix qui se voulait naturelle

« André, c'est moi. Euh … Je me suis permise d'entrée, la porte était ouverte. »

Elle laisse quelques secondes de silence, puis elle entre plus loin dans l'appartement, ajoutant

« … Qu'est ce que tu fais ? »



Tenue :
- Tee-shirt
- Pantalon
- Chaussures

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Marilyne C. Owens le Jeu 30 Oct - 1:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Mer 29 Oct - 12:14



Hey Soul sister.
Trois semaines, ça parait peu sur l’échelle d’une existence en pleine force de l’âge, mais pas tellement, en fait. André l’avait compris au moment où il avait manqué de clamser comme un vulgaire animal dans une ruelle sombre en essayant d’enquêter sur la disparition d’une de ses co-équipière – qui, au passage, n’avait toujours réapparue. Rien que de se souvenir de ce moment déplaisant lui fit remonter un frisson mauvais sur l’échine. Chose extrêmement rare et étonnante lorsqu’on le connaissait, il se surprit même à avoir froid, un peu. Pas des masses, mais suffisamment pour que l’envie de prendre une douche bien chaude – voir brulante dans son cas pour qu’il puisse en ressentir vraiment les effets – le prenne au corps.

Heureusement qu’il était de retour chez lui, maintenant, après son hospitalisation et les quelques jours supplémentaires durant lesquels il dû être gardé en observation. Mais bon, même s’il haïssait ce genre d’endroit, il n’oubliait pas non plus qu’il avait été nécessaire à sa survie. Et puis bon, les gens y étaient aimables et Maryline venait le voir…. Un peu. Ainsi il n’avait pas eu l’impression d’avoir été abandonné dans un coin sans rien de plus qu’une petite pensée pour lui loin d’ici. Son moral n’avait donc pas été autant affecté qu’il aurait pu le craindre. Mais bon, être chez soi était tout de même plus revitalisant que n’importe quel traitement.

Il s’observa dans le miroir, avisant ses cicatrices. Il ne restait plus grand-chose des fils qui avaient été mis en place pour refermer les plaies que son corps avait encaissées à cause des projectiles poudrés. Il faut dire que la température constante de son corps qui culminait à quarante degré y était sans doute aussi pour quelque chose. La chaleur stimulait les productions de bonnes cellules et augmentait considérablement la rapidité de recouvrer tous ses moyens dans un délai plus que correct. Bien plus que pour un être humain ‘lambda’, du moins.

Sa douche prise – il fit tout de même attention à ne pas trop harceler les restes de l’opération, ne tenant pas à les abîmer, c’aurait été trop bête -, André se sécha très sobrement, prenant simplement une serviette pour la nouer autour de sa taille tandis qu’une autre vint se percher sur sa tête trempée, presque dégoulinante à ce stade. C’est là qu’il entendit du mouvement chez lui. Cependant, il ne s’affola pas, sachant pertinemment de qui il s’agissait. Il avait laissé la porte ouverte exprès et savait que personne d’autre à part elle n’oserait s’introduire chez lui de la sorte.

Un sourire sur les lèvres, il apparut donc dans le salon, à a peine deux mètres de là. Ça lui faisait plaisir de la voir, comme à l’accoutumée.

« Hey, comment tu vas ? »

Il s’approcha et osa l’embrasser sur la joue avant de se redresser face à elle, la serviette toujours sur le haut de son crane – mais ne dissimulant pas pour autant le bel éclat vert de ses yeux.

« Tu dois avoir froid, tu veux quelque chose à boire ? Un café par exemple ? »

Ça aussi, c’était devenu une routine, essayé de faire en sorte que Maryline se sente comme chez elle… mais chez lui.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Mer 29 Oct - 21:39



'Cause I'm broken
when I'm lonesome
And I don't feel right
when you're gone away.
You're gone away
You don't feel me anymore.
Alors que Mary attend dans le salon, le sac toujours à la main, elle entend du bruit à deux mètres de là. Elle tourne la tête et, avec un visage surpris et les yeux ronds, vit un André à moitié à poil sortant de la douche, une serviette sur les cheveux et une autour de la taille.

« Hey, comment tu vas ? »

Gros blanc. Elle reste plantée là, les yeux toujours aussi rond et la bouche très légèrement entre-ouverte. A vrai dire … Elle ne s'attendait pas du tout à ce genre d'accueil. Déjà, elle restait dubitative de voir André l'accueillir avec autant de naturel alors qu'il oscille entre le ridicule et la beau-gossitude total. Et puis elle se rend compte qu'elle rougissait depuis au moins deux bonnes minutes, minutes durant lesquelles André était venu l'embrasser sur la joue, et elle continue à rester là, comme si son cerveau avait décidé de prendre quelques vacances. Puis, secouant la tête comme pour se réveiller, elle bredouille quelque chose d'inaudible, pour finalement se raviser. Elle caresse d'une main la joue qu'avait embrassé André, puis finalement elle s'avance sans un mot vers la table où elle pose le sac. Elle n'ose pas regarder dans la direction d'André parce que là, clairement … Elle n'arrive pas du tout à contrôler son horrible rougissement.

Farfouillant dans son sac, elle commence à poser sur la table ce qu'elle avait ramené, de façon totalement mécanique afin de ne pas regarder André. Elle entendit un bruit venant de la cuisine et elle ne peut se retenir de lever les yeux dans cette direction.

« Tu dois avoir froid, tu veux quelque chose à boire ? Un café par exemple ? »

Petit blanc. Elle le regarde, puis son sac, puis quand elle relève de nouveau les yeux elle rougissait jusqu'aux oreilles et elle réussit à dire d'une voix un peu trop tremblante pour sembler naturelle

« Euh … Un chocolat chaud plutôt. »

Petit silence.

« S'il te plaît. »

La demoiselle faisait des efforts pour être plus gentille et un peu plus polie, surtout. Elle finit de vider le sac, puis, osant enfin se déplacer elle s'approche de la fenêtre pour regarder un peu l'extérieur. A ce moment précis, elle donnerait n'importe quoi pour se mettre la tête dans un seau de glaçons, pour calmer ses joues qui lui donnaient l'impression d'être en feu. Foutu hormones à la con. Elle souffle sur la fenêtre, créant une petit buée dessus. Dehors, il commençait à faire un peu plus sombre, la brume toujours présente cachait le paysage et l'horizon. Près de l'immeuble, on voyait quelques passants vivre leurs vies … Et elle, elle est là, dans l'appartement d'un homme qu'elle aime, qui sait qu'elle l'aime, mais elle ne peut s'empêcher de fuir dès que leur relation devient trop … Trop normal, au fond. Et déjà, l'ambiance qui s'installe à la fois lui plaisait et en même temps lui donnait envie de prendre la porte, là maintenant. Elle ouvre la fenêtre, s'allume une clope -Histoire de se calmer un peu-, puis, regardant de nouveau André, le visage toujours aussi rouge -Ce qui lui donne un air presque mignon-, elle dit d'une voix plus proche de sa voix normale

« … Tu voudrais pas enfiler un pantalon ? Ça serait con que tu chopes la crève alors que tu sors de l'hôpital. »

Oui. C'est ça. L'excuse de la crève. Bien trouvée, bécasse. Même elle trouve son excuse absolument ridicule et hyper bancale … Mais elle n'ajoute rien de plus dans les minutes qui suivent. Puis, essayant de faire comme si tout allait bien, là où son cœur continuait de battre comme si elle avait couru un marathon, elle reprit la conversation sur un ton qui se voulait le plus léger possible.

« Et sinon … Comment tu te sens depuis ta sortie ? Tu fais attention quand même hein ? »

Elle se tourne dans sa direction, clope au bec et sourire au coin des lèvres, puis elle croise les bras sur sa poitrine.

« J'aimerais pas que t'y retournes déjà. »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Marilyne C. Owens le Jeu 30 Oct - 1:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Mer 29 Oct - 23:40



Let's pretend that all it's okay, my dearly beloved.
Elle le fait rire, un peu. Mais il doit bien s’arrêter – un peu trop vite à son goût cela dit – à cause de la douleur ressentit encore un peu dans son poumon lésé. Bordel, le mal n’allait certes pas disparaitre en un jour mais il n’empêchait que cela lui cassait sévèrement les arpions, tout ça. Vivement qu’il soit parfaitement guérit et en pleine forme, faire du sport tous les matins pour se mettre en forme ça lui manquait. En plus il ne se sentait pas productif. Enfermé chez lui toute la journée ça le rendait dingue. Mais bon, son chef avait été sévère et inflexible à ce sujet. Tant qu’il ne serait pas totalement remit, on ne le laissait pas renfiler l’uniforme.

Rah, c’était rageant. Bien sûr qu’il comprenait la nécessité pour lui comme pour les autres qu’il soit dans son assiette et au top de sa forme ; dans son boulot et pour le bon exercice de ses fonctions sécuritaires, c’était le minimum syndical, mais bon… André était ainsi fait. C’était quelqu’un d’actif, qui ne se prélassait jamais. Ou alors très rarement et avec une raison en béton pour ce faire. Alors fatalement, de se dire qu’il allait encore passer une semaine à rien faire entre les quatre murs de son appartement - dans le meilleur des cas, en plus – ça ne l’enchantait pas tellement. Pas du tout, même. Très franchement, pour les parties de morpions imaginaires au plafond, on repasserait.

Il marchait donc vers sa cuisine pour préparer la boisson de la demoiselle – il avait déjà eu l’occasion de boire un café en se réveillant t n’éprouvait quant à lui pas le besoin immédiat d’en reprendre un – lorsqu’elle lui proposa d’enfiler un pantalon. Nouveau sourire. Lui, ça ne le dérangeait pas d’apparaître de la sorte devant elle. Mais en soit, il comprenait le point de vue de la jeune femme et décida, pour une fois depuis longtemps de ne pas insister et partie donc à l’assaut de sa garde-robe pour enfiler boxer, jean et chemise – qu’il ne boutonna pas entièrement pour autant. Miracle, il devrait aller à l’hôpital plus souvent si ça le rendait si obéissant, d’un coup ! Ahah, private joke. Ahem.
Revenu dans son salon, il s’arrêta devant Maryline et releva son menton vers lui du bout des doigts pour confronter leurs regards.

« Tu m’as manqué. »

Un baiser délicat sur les lèvres et André fit de nouveau le chemin jusqu’à sa cuisine pour récupérer la boisson requise par celle qu’il aimait – même si leur situation n’était pas la plus simple du monde. La lui ramenant, il prit par la suite place sur le canapé présent dans la pièce et lui signe à Mary qu’elle pouvait prendre place à côté de lui.

« Que me vaut cette visite ? Uniquement un remplissage de frigo ? »

Rire fugace, encore. Ça lui faisait du bien – la présence de l’américaine autant que de se laisser un peu aller sans lutter indéfiniment contre la lourdeur de l’instant.

« Tu restes un peu ? Ça fait longtemps qu’on a pas passé un moment ensemble. »

Il termina sa phrase, la retourna dans sa tête, avant d’ajouter autre chose.

« Un vrai moment, j’entends. »

Oui, pour un André amoureux, ça faisait longtemps. Il était comme ça, dépendant d’une nouvelle forme de drogue dont il ne chercherait pas à taire l’addiction, cette fois. L’Owens était quasiment devenu le centre de gravité de son monde et le métis ne pouvait s’imaginer autrement qu’avec elle. Mais ça, il faudrait qu’elle puisse l’admettre, aussi, ce qui n’était pas aisé à obtenir. Peut-être qu’avec une déclaration comme celle de l’hôpital, lorsqu’elle dormait comme une masse aiderait à la situation mais pour le coup, ce serait à Loukas de prendre un peu sur lui et de rassembler le courage de réitérer ce genre de propos. Error system.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


LA CHEMISE ♥ http://www.jekyll-hype.com/media/catalog/product/cache/1/thumbnail/370x402/f63dc5ec28f3175f8a7f615bd217eb71/f/i/file_17_66.jpg
LE JEAN (NOIR) http://www.carrehomme.fr/wp-content/uploads/2012/10/jean-slim-pp.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Jeu 30 Oct - 0:43



This night forever
No morning will come
Love me,
Love me to the end
Love me,
Love me to the end
Pendant que le jeune homme partait s'habiller, après un rire qui fit rater un battement à son cœur, elle se tourne de nouveau vers la fenêtre qu'elle ouvre d'une main, afin d'aérer un peu. Ses doigts toujours serrés autour de sa clope, sur lesquels se dessinait un vernis noir qui commence sérieusement à s'écailler, elle essaye de calmer un peu les battements de son cœur. Merde, des mecs à poil elle en avait déjà vu, pourquoi elle réagit comme une adolescente en pleine puberté ? Elle se trouvait ridicule à agir comme ça. Mais il faut se rendre à l'évidence … Elle est complètement amoureuse de lui et tout son corps la trahit. Même son cerveau la laissait en plan face à son désarroi, quel connard celui-là. Elle se frotte de nouveau le front avec deux foits libre de sa main qui tenait toujours sa cigarette, comme pour essayer de se calmer.

Elle ne vit pas André revenir, et lorsqu'elle sentit ses doigts sur son menton, son cœur se remit à battre encore plus vite, encore plus fort. Ses yeux vairons croisèrent les yeux verts émeraude du jeune russe, et lorsque leurs lèvres se touchèrent, la jeune fille avait l'impression de connaître une mini-mort tellement son cœur s'emballait.

« Tu m’as manqué. »

C'est un miracle que ce dernier n'explose pas, ou qu'André ne l'entende pas vu sa proximité. Elle recule la main qui tenait sa clope, comme pour éviter de le gêner, car ses poumons sont encore fragiles de l'opération. Elle ferme les yeux, avant de les rouvrir lorsqu'il s'éloigna. Elle ne réussit pas à retenir un sourire entre la niaiserie et simplement la joie, avant de se retourner de nouveau pour prendre le frais de l'extérieur ne serait-ce que quelques secondes. Lorsqu'elle fit de nouveau face au salon, André lui tend son chocolat qu'elle prit des deux mains, avant de le remercier en bredouillant. Elle finit sa clope puis jette le mégot par la fenêtre avant de la refermer.

« Que me vaut cette visite ? Uniquement un remplissage de frigo ? »

Elle sourit lorsqu'elle l'entendit rire et, voyant qu'il lui faisait signe de venir près de lui, elle fit une moue un peu hésitante avant de venir s’asseoir à côté de lui dans le canapé. Son épaule touche la sienne et cela lui donne une drôle de sensation, comme si la distance qu'elle essaye de mettre petit à petit entre-eux … Venait de disparaître en un claquement de doigt. Mais elle essaye de ne pas y faire attention, pour le moment, elle ne voulait pas déjà s'enfuir. Elle tourne la tête vers lui, l'observant un peu ; sa chemise ouverte sur sa grande cicatrice -Vestige de la présence de Fenrir- lui permet de voir également l'état de ses cicatrices liées à l'opération et, vu de près elles semblaient plutôt propres. Sans trop réfléchir elle touche du bout des doigts les dites cicatrices, et, en pleine réflexion, elle dit à voix-haute

« … Ça va, tu fais attention à tes sutures. D'ici quelques semaines on verra presque plus rien. »

Lorsqu'elle releva les yeux, elle vit qu'elle touchait carrément le torse d'André et elle retira aussitôt sa main comme si elle avait été subitement brûlé, ce geste étant accompagné d'un gros rougissement de sa part. Faisant tourner un peu son verre, comme pour se concentrer sur autre chose, elle reprit d'une voix plus forte

« Non non je suis pas juste venue pour ça … Tu … Ahem, je m'inquiétais un peu pis … »

Elle regarde son verre de façon pas du tout naturel

« … Tu me manquais un peu aussi. »

Elle bu une gorgée sans rien rajouter, laissant un petit silence s'installer, silence rapidement briser par le jeune homme

« Tu restes un peu ? Ça fait longtemps qu’on a pas passé un moment ensemble … Un vrai moment, j’entends. »

Oula. Comme une alarme sourde dans sa tête, Mary sent que la discussion prenait une tournure qui ne la rassurait pas beaucoup. Mais … Pour une raison qui lui est inconnu sur le moment, elle n'avait pas envie de partir. Oui, c'est vrai, André lui manquait beaucoup, oui elle l'aimait et elle ne souhaitait pas de nouveau « l'abandonner ». Alors, elle prit sur elle pour ne pas partir en courant comme une grosse trouillarde et, bien que ses mains qui tremblent trahissent un peu son malaise, elle acquiesce de la tête en ajoutant

« … Si … Si tu veux. Je … Je compte pas partir déjà. »

Gros blanc.

« … Mais je suppose que si tu dis ça … C'est qu'il y a une raison. N'est-ce pas ? … »

Elle inspire un grand coup, puis finit par terminer sa phrase

« … Je t'écoute. »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Jeu 30 Oct - 22:55



I'm in love with you. It's the first time to me. Teach me how to love you correctly.
Rien que le fait d’entendre de la bouche de Maryline qu’il lui avait manqué avait éveillé en André des sensations salvatrices, très appréciables. Il aurait été sous sa forme de loup, autant le dire – même si c’est un poil humiliant pour son espèce -, il aurait remué la queue de contentement. Et ce fut encore ‘pire’ lorsqu’elle lui annonça qu’elle allait rester un peu et ne pas repartir. Un élan de bonheur eut tôt fait d’emplir les veines de Loukas et pour exprimer cela, un regard brillant de mille étincelles ainsi qu’un sourire de débile sur le visage. Il se sentait… bien. Étrangement bien, même. Bien plus que ce n’avait été le cas ces dernières semaines.

Il oubliait présentement tous ses problèmes. De l’arrivée – ou du retour, pour être plus précis – de Mischa, son cousin – dont il ne comptait pas parler à Mary, elle avait suffisamment de soucis comme cela – dans sa vie à la disparition toujours aussi mystérieuse de sa coéquipière, plus rien n’importait. Il n’y avait qu’elle, elle et encore elle. Toujours elle. Mary. C’était dingue de voir à quel point il l’aimait, à quel point elle le changeait à chaque fois un peu plus dès qu’elle venait le voir. Avec elle, André se sentait revivre, devenir quelqu’un de nouveau, de meilleur. Il échappait à son passé, c’était son objectif et l’américaine lui permettait d’accélérer d’autant plus ce processus – parfois plus douloureux qu’il ne l’aurait souhaité. Que demander de mieux ? Il était déjà comblé parce qu’il avait, parc que la vie avait bien voulu lui accorder. Une seconde chance.

Et tout aurait pu continuer comme cela, sans qu’il ne trouve rien à redire. La brunette était venue s’installer près de lui, c’était parfait, il ne demandait pas davantage pour l’heure. Mais son sourire parut s’élargir encore un peu au contact des doigts de Maryline sur sa peau. Un léger frisson se fit ressentir mais il n’en fit guère part à sa partenaire, le silence était d’or. Mais les paroles de la jeune femme, elles, ne lui échappaient pas. Il sourit en la voyant essayer de s’occuper l’esprit à autre chose ; Mary était vraiment unique, sans doute était-ce pour cela qu’il en était si éprit. Il allait d’ailleurs se laisser aller à l’embrasser tendrement lorsqu’elle prononça ce qui était peut-être, dans cette situation, la parole de trop.

Oups. Une raison pour lui dire une chose pareille ? Eh bien, oui et non. Il est vrai qu’André aurait bien aimé mettre les choses au clair, comme il l’avait fait avec de la morphine dans le sang et deux balles sorties de plaies tout juste bandées mais là… présentement, comment dire… il lui manquait ce fameux courage des héros dont il fait partie bien malgré lui. Il se redressa sur le canapé, regardant ailleurs et avalant difficilement sa salive.

« Euh… Non, pas particulièrement… »

Et en soit, ce n’était pas forcément un mensonge. Il était aussi très vrai qu’il n’avait pas vraiment besoin d’une quelconque argumentation pour vouloir Maryline avec lui. Une visite de ce genre n’avait pas besoin d’être motivée spécialement par quelque chose, n’est-ce pas ? En tout cas, c’était ainsi qu’André raisonnait. Il toussota, ne confrontant toujours pas les yeux de Maryline. Puis, se pinçant l’arête du nez, il enchaina.

« Je sais pas euh… J’pourrais t’apprendre deux-trois mots de russe, si tu veux… Ou alors on pourrait sortir, ensemble ? »

Préciser qu’il se sentait ridicule n’était pas nécessaire, n’est-ce pas ?


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Ven 31 Oct - 0:59



Farewell, farewell, my own true love
blurred are the fields, we've been dreaming of.
hazy the days I tried to foretell
farewell, my love, farewell.
« Euh… Non, pas particulièrement… »

Subitement, les rôles étaient inversés. C'était au tour d'André de se râcler la gorge bruyamment, de détourner le regard ailleurs que vers Mary et surtout d'avoir l'air mal à l'aise. Elle, elle tient toujours son chocolat, dont elle bu de nouveau une gorgée, ne pouvant retenir un petit sourire en coin. Étrangement, elle se sent un peu moins « bête » de voir qu'elle n'est pas la seule qui patuge dans cette situation. Bien sûr, elle ressentait tout l'amour d'André pour elle, et son cœur battait toujours aussi vite, ses joues toujours teintés d'une jolie couleur rouge. Elle entendait d'ici son cœur, elle voyait dans ses yeux cet éclat si particulier qui lui est entièrement destiné. Et oui, même si cela peut sembler un peu « vilain » de sa part, elle s'amusait de le voir être aussi penaud devant elle.

Il y a un peu plus de deux ans, jamais elle n'aurait pensé être là, aux côtés d'André ; pire, si quelqu'un avait dit à la « jeune » Mary qu'elle finirait par tomber amoureuse, qui plus est du jeune Russianov, soit elle aurait fait une grimace de dégoût, soit elle aurait éclaté d'un rire moqueur. Mais non. La vie a parfois un drôle d'humour. Alors elle continue à faire tourner sa tasse, en faisant semblant de ne pas voir la gêne sur le visage du jeune homme. En même temps, Mary commence à bouger ses pieds comme si elle battait un rythme, sans se rendre compte qu'elle les battait au même rythme que le cœur d'André, comme si elle n'entendait plus rien d'autre. D'ailleurs, elle sursaute légèrement lorsqu'il reprit la parole

« Je sais pas euh… J’pourrais t’apprendre deux-trois mots de russe, si tu veux… Ou alors on pourrait sortir, ensemble ? »

Le verre de Mary failli lui échapper des mains, mais elle le rattrape de justesse. Pardon ? Mary est soudainement partagée entre deux sentiments ; celui de trouver ça plus que suspect de lui demander de rester « juste » pour apprendre quelques mots en Russe -Excuse encore plus étrange que celle qu'elle avait donné quelques minutes plus tôt-, et de l'autre côté d'être complètement surprise par la demande pas du tout subtile du jeune homme. Au fond, elle ne savait pas quoi lui répondre. Oui, elle avait envie de sortir avec lui … Pourquoi pas, après tout. Elle l'aime, Mary, alors bien sûr qu'elle a envie de sortir, de faire des choses « normales » pour son âge et sa situation. Mais, paradoxalement, elle avait autant envie d'accepter que de refuser, parce qu'elle ne pouvait ignorer l'angoisse sourde qui bat près de ses oreilles et dans sa gorge.

Cette angoisse, celle d'avoir peur de ne pouvoir tenir une promesse. Elle le regarde, avec une moue un petit peu plus triste. Elle ne voulait pas accepter, par peur de ne jamais pouvoir réellement le faire -Pourquoi elle ne savait pas et oui c'est ridicule- mais aussi parce qu'elle ne se sentait pas très à l'aise avec ça. Elle n'était jamais sortit avec quelqu'un, en tout cas en amoureux. Et elle avait l'impression qu'elle serait absolument ridicule aux côtés d'André ; son manque de confiance en elle frappe de nouveau. Laissant le silence s'installer un petit moment, elle prit la parole, sans regarder André dans les yeux, fixant ostensiblement son verre

« … Qu'est ce que tu voudrais m'apprendre en russe ? »

Oui. Elle évite totalement la question de la sortie. Qu'elle grosse froussarde. Elle bu de nouveau une gorgée et, après s'être gratté la joue du bout de son ongle, trahissant sa tentative de changer de sujet, elle réussit à lever ses yeux vairons vers André.

« J'ai jamais été très douée en langue, mais j'te promets de faire un effort. »

Silence.

« Parce que j'aimerais bien comprendre ce que tu m'as déjà dit quelques fois en russe. »

Léger sourire. Puis, comme une confession qui, elle le savait, risquait de le blesser, elle dit d'une petite voix penaude, une voix que seul André connaît

« … Et sinon … J'ai peur de pas être très très à l'aise si on sort ensemble, André. Pardon. »

C'était des excuses sincères, mais elle le savait, il risquait de mal le prendre. Elle se mordille la lèvre, comme regrettant déjà ses paroles.

« Tu … Tu es sûr que tu voulais pas me dire quelque chose d'autre ? »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Ven 31 Oct - 11:05



Sometimes,  I hate the life I made, my love.
La suite de la journée aurait très bien pu se passer de la même manière et continuer sur un rythme doucereux sans que cela ne dérange Loukas le moins du monde. Quitte à être enfermé chez lui, cloitré avec impossibilité formelle d’aller au boulot, autant que ce soit en plaisante compagnie, non ? Et pour une fois, il n’abordait pas là l’aspect pervers de la chose. Du tout. Uniquement le fin plaisir de pouvoir sentir le parfum particulier de Maryline se déverser dans ses poumons. Seulement, autant le destin et la vie avaient pu lui accorder cette visite imprévue de la part de sa ‘petite amie’, autant ce qui suivit fut loin d’être agréable.

Les mots qu’elle avait employés lui firent l’effet d’une nouvelle balle, mais dans le cœur, cette fois. Il ne comprenait pas. Oh, bien sûr, André n’était pas aveugle et était bien conscient que sa situation sentimentale n’était pas la plus simple qui soit mais justement, c’était ce qui le motivait à toujours s’accrocher et ne jamais arrêter de ‘lutter’, à sa façon. Il savait que l’on obtenait rien sans rien au cours de l’existence, qu’il fallait justifier sa façon d’être tout le temps. C’était dégueulasse, mais c’était ainsi. C’était être humain. Point. Et il ne s’était jamais senti aussi humain, justement, depuis le début de sa « relation » hachurée avec Maryline, quand bien même elle n’était pas la plus parfaite du monde.

Pourtant, ça aussi, ça comportait des retours de pédales pas toujours agréables en pleine gueule.

S’il était plus humanisé que jamais, il ressentait aussi les effets pervers du processus. Comprendre par là qu’il avait mal au cœur, réellement. Il savait bien que Maryline l’aimait, au fond, ça se sentait, mais le doute s’insinuait en lui par le sillons d’un mal du genre de celui qu’il ressentait actuellement. Il n’avait pas fallu grand-chose ; juste quelques mots et basta. La construction en son interne était de nouveau toute branlante. Il en vint même à se dire que trois ans auparavant, ce genre de chose ne l’aurait même pas affecté le moins du monde, qu’à l’époque, il était plus fort qu’aujourd’hui, mentalement parlant.

Non, stop, il ne devait pas raisonner comme ça car là était la vérité preuve de faiblesse. Avant, il n’était pas fort, il était vide, nuance. Il n’avait rien à protéger et forcément, lorsque l’on ne possède rien, on a peur de rien, on ne craint ni les lames ni les mots. Mais il avait grandi depuis, changé. Ces pensées-là ne voulaient pourtant pas s’envoler de son crâne. Dingue comme l’ambiance était retombée d’un coup.

André se pencha un peu en avant, appuyant ses coudes sur ses genoux et supportant ainsi sa tête dans la coupe formée par ses mains. Il se sentait tout de même un peu déprimé maintenant, inutile de mentir. Les dires de sa camarade dotée l’avait atteint plus loin qu’il ne l’aurait imaginé, le poussant à vouloir, sinon rétablir la vérité, tirer les choses au clair.

« C’est moi le problème, c’est ça ? »

Puis il se rendit compte de l’imbécilité dont il venait de faire preuve. S’insultant mentalement, il tiqua avant de se redresser, se tenant l’arête du nez.

« Hum, oublie ça, c’est pas grave. »

Au fond, c’était un peu vrai, il n’avait pas envie de la blessée, surtout pas comme ça. Mais voilà, les choses étaient lancées maintenant et c’était un peu tard pour rattraper le mords des paroles prononcées. Ceci étant dit, Loukas n’était pas homme à se laisser faire. Du tout. Même par lui-même. Alors, sans pour autant regarder la brunette, il réenchaina sur un sujet étudier un peu plus haut.

« J’sais pas, on pourrait commencer par les banalités du genre ‘Bonjour’, ‘Au revoir’, qu’en penses-tu ? »

Quel plan mal affirmé.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Dim 2 Nov - 2:16



I was alone, falling free,
Trying my best not to forget,
What happened to us, what happened to me,
What happened as I let it slip.
« T’es incroyable, tu le sais, ça ? »

Tout en posant son front contre celui d'André, elle ne pu retenir un sourire un peu triste. Non, elle ne l'est pas. Elle ressentait bien sa tristesse, mais aussi sa colère contre lui-même. Le contact de sa peau contre la sienne la faisait de nouveau frissonner, en plus de cette vague de sentiments qu'elle sent couler sur elle. La colère, la tristesse, l'inquiétude et surtout, l'amour qu'il lui porte. Toujours en se mordant la lèvre, elle ne peut nier que ses agissements et son refus de prendre une vraie décision influence beaucoup sa relation avec le jeune russe ; la tension qui montait parfois venait en grande partie de cette instabilité. Mais voilà, parfois elle se regardait dans un miroir, se faisant la promesse d'être clair et vraie avec lui, lui dire tout, la vérité, mais non. Elle finissait toujours par fuir, de moins en moins subtilement d'ailleurs.

Lorsqu'André recula de nouveau, et qu'il exprima un rire, elle rit avec lui. Bien sûr, une espèce de sourire un peu triste restait toujours sur son visage, mais elle prenait sur elle pour ne pas de nouveau plomber l'ambiance comme il y a quelques minutes auparavant. Elle le regarde, essayant de reprendre un sourire plus naturelle et, en fixant ses yeux, elle réussit tant bien que mal à reprendre un visage un peu plus calme et posée. Et oui, c'est beau parfois l'amour hein. Elle garde sa position très scolaire, puis, une fois André devant elle, elle l’écoute avec beaucoup d'attention.

« Bon, on va commencer par des choses simple comme par exemple ‘Bonjour’. Si en Russie tu veux débuter une conversation ou saluer, il faut commencer par ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}. Les russes sont tout à fait disposés à te partager du temps de parole, mais il faut tout de même savoir dire au moins bonjour pour ne pas risquer de se faire jeter d’une discussion ; c’est rare mais ça peut arriver, nous ne sommes pas les plus antipathiques qui soient mais… la dernière fois que l’on a remporté un prix de sympathie baaaaah, j’devais même pas être né, c’est dire. »

Mary ne pu retenir un rire franc. Et oui, faut dire qu'au début de sa relation avec André -Hors relation amoureuse j’entends-, ce dernier n'était pas connu pour sa plus grande sympathie. Bien qu'il ait changé, elle le croyait sur parole quant à ses dires, et c'est bien pour cela qu'elle riait ; ce n'était pas tant moqueur que juste drôle de son point de vue. Elle le regarde s'accroupir, tout en commençant à murmure à voix basse ce mot-là, avec une certaine difficulté ; et oui, pour une Américaine pur et dur, la prononciation lui semblait assez difficile.

« Répètes après moi et ne t’inquiètes de rien ; ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}’

D'accord … »

Oui, Mary n'était franchement pas hyper rassurée. Déjà, elle ne voulait pas écorcher la langue maternelle d'André -Quand même, elle a un minimum de respect-, et ensuite elle se sentait pas super à l'aise avec les langues. C'est bête, elle qui pendant un temps aurait aimé voyager partout. Lorsqu'elle sentit la main d'André sur la sienne, elle la prit doucement entre ses deux mains à elle, comme si elle ne voulait plus le lâcher.

« Здр … »

Elle ravala un peu sa salive, tentant une deuxième, troisième puis quatrième fois. Elle ne s'énervait pas, mais elle se trouvait décidément très très mauvaise élève. Léger soupir. Puis, prenant son temps, elle recommença une dernière fois.

« Здра …  Здравствуйте. J'ai réussi ! »

A ce moment précis, Mary sourit véritablement comme une enfant qui avait enfin réussit une tâche très difficile pour lui. Le genre de sourire que seul André pouvait voir, car il n'y avait qu'avec lui qu'elle se sentait si décomplexée. Oh, bien sûr, elle se sentait très à l'aise avec beaucoup de gens, mais cette forme de candeur ne pouvait être destiné qu'à la personne qu'elle porte dans son cœur. Bien sûr dit comme ça, c'est affreusement niais, mais faites un effort : ça ne lui arrive pas souvent. Secouant un peu la main d'André de joie, elle le répéta une deuxième fois. Bien sûr c'était un peu maladroit et la prononciation n'était pas parfaite, mais cela lui suffisait. Puis, elle regarda André dans les yeux, et avec un joli sourire, elle lui dit

« Здравствуйте. »

Puis elle ajouta

« C'est bien maintenant je pourrais te saluer en Russe, c'est trop cool je trouve ! Bon c'est pas parfait j'uis toujours aussi pas douée en langue mais … »

Elle sourit de nouveau

« Je trouve ça vraiment chouette de partager ça avec toi. »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Marilyne C. Owens le Lun 3 Nov - 20:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Dim 2 Nov - 16:00



Come, where no one goes, in my heart.
Et voilà, il savait qu’il aurait juste dû fermer sa grande gueule. C’avait été plus fort que lui, de dire la première chose qui lui était passé par la tête – douloureuse, en plus. Mais ça n’arrangeait pas la situation, au contraire. Un frisson désagréable s’empara d’André qui fit en sorte de dissiper le malaise qu’il ressentait, non sans mal ceci étant dit. Mais Maryline n’était pas fautive, il savait bien que son passé la poursuivait toujours. Il n’en connaissait pas les détails et ne cherchait pas à forcer le dialogue si elle ne le souhaitait pas mais… mais il aurait réellement voulu qu’elle comprenne définitivement qu’elle pouvait lui faire confiance maintenant, qu’il était là pour elle. Lui ne possédait pas de don d’empathie exacerbé. Il pouvait certes ressentir les émotions des gens mais ce n’était qu’en surface ; comme tout humain un tant soit peu normal avec une faculté un peu plus aiguisée que la moyenne de voir quand les autres ne vont pas super bien. Rien de très florissant, en somme. Mais Maryline pouvait sentir tout ça et bien plus encore. Il le savait, il le sentait. Et ça le bouffait. Il n’ignorait pas qu’elle allait être touchée de plein fouet par sa douleur ici présente et André était passablement énervé par sa propre faiblesse.

Il soupira un peu mais, voyant que sa tentative de changement de sujet marchait plutôt pas mal, il fut tout de même satisfait de son initiative. En plus, la main de l’américaine sur la sienne était parvenue à la calmer, maintenant. Il la regarda un instant, lui sourit et secoua la tête tout en venant coller un peu son front au sien, se retenant de l’embrasser malgré tout.

« T’es incroyable, tu le sais, ça ? »

Il parvenait à rire, maintenant. Un progrès notoire. Mais il faut dire que de voir Mary positionnée de la sorte lui tirait des rictus non négligeable. Pourtant ils n’étaient pas moqueurs pour un sou, loin de là. C’était juste qu’elle était surprenante en arborant l’allure d’une étudiante studieuse et ayant envie d’apprendre sans discontinuer. Loukas s’imagina un instant en tant que véritable professeur. Error system 404. Impossible, il n’aurait jamais eu la patience de s’occuper d’élèves. Surtout qu’il n’aurait pas été bien plus vieux qu’eux, au fond. Du coup ça n’aurait pas collé, son autorité en aurait très certainement prit un coup dans l’aile.
Mais soit, en qualité d’instructeur privé, il voulait bien faire l’effort de se glisser dans la peau d’un personnage pareil. Il verrait bien ou ça allait le mener, de toute manière. Se relevant du canapé, André se plaça devant Maryline, debout.

« Bon, on va commencer par des choses simple comme par exemple ‘Bonjour’. Si en Russie tu veux débuter une conversation ou saluer, il faut commencer par ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}. Les russes sont tout à fait disposés à te partager du temps de parole, mais il faut tout de même savoir dire au moins bonjour pour ne pas risquer de se faire jeter d’une discussion ; c’est rare mais ça peut arriver, nous ne sommes pas les plus antipathiques qui soient mais… la dernière fois que l’on a remporté un prix de sympathie baaaaah, j’devais même pas être né, c’est dire. »

Il avait songé que, peut-être, terminé sa diatribe par une note humoristique allégerait encore un peu plus l’ambiance déjà bien lourde qui était actuellement en place, malgré les efforts de Mary – en plus des siens – pour supprimer cette impression. Se raclant la gorge, André s'accroupit devant celle qu’il aimait et, avec un sourire qui se voulait avenant, répéta sa consigne, plus doucement cette fois et en décomposant le mot concerné par ce premier ‘cours’.

« Répètes après moi et ne t’inquiètes de rien ; ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}’ ».

Pour essayer de la détendre, il lui prit même la main. L’orage commençait à passer avant même qu’un éclair n’ait eu à frapper le sol de son âme. Une bonne chose, en somme.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Lun 3 Nov - 20:25



I was alone, falling free,
Trying my best not to forget,
What happened to us, what happened to me,
What happened as I let it slip.
« T’es incroyable, tu le sais, ça ? »

Tout en posant son front contre celui d'André, elle ne pu retenir un sourire un peu triste. Non, elle ne l'est pas. Elle ressentait bien sa tristesse, mais aussi sa colère contre lui-même. Le contact de sa peau contre la sienne la faisait de nouveau frissonner, en plus de cette vague de sentiments qu'elle sent couler sur elle. La colère, la tristesse, l'inquiétude et surtout, l'amour qu'il lui porte. Toujours en se mordant la lèvre, elle ne peut nier que ses agissements et son refus de prendre une vraie décision influence beaucoup sa relation avec le jeune russe ; la tension qui montait parfois venait en grande partie de cette instabilité. Mais voilà, parfois elle se regardait dans un miroir, se faisant la promesse d'être clair et vraie avec lui, lui dire tout, la vérité, mais non. Elle finissait toujours par fuir, de moins en moins subtilement d'ailleurs.

Lorsqu'André recula de nouveau, et qu'il exprima un rire, elle rit avec lui. Bien sûr, une espèce de sourire un peu triste restait toujours sur son visage, mais elle prenait sur elle pour ne pas de nouveau plomber l'ambiance comme il y a quelques minutes auparavant. Elle le regarde, essayant de reprendre un sourire plus naturelle et, en fixant ses yeux, elle réussit tant bien que mal à reprendre un visage un peu plus calme et posée. Et oui, c'est beau parfois l'amour hein. Elle garde sa position très scolaire, puis, une fois André devant elle, elle l’écoute avec beaucoup d'attention.

« Bon, on va commencer par des choses simple comme par exemple ‘Bonjour’. Si en Russie tu veux débuter une conversation ou saluer, il faut commencer par ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}. Les russes sont tout à fait disposés à te partager du temps de parole, mais il faut tout de même savoir dire au moins bonjour pour ne pas risquer de se faire jeter d’une discussion ; c’est rare mais ça peut arriver, nous ne sommes pas les plus antipathiques qui soient mais… la dernière fois que l’on a remporté un prix de sympathie baaaaah, j’devais même pas être né, c’est dire. »

Mary ne pu retenir un rire franc. Et oui, faut dire qu'au début de sa relation avec André -Hors relation amoureuse j’entends-, ce dernier n'était pas connu pour sa plus grande sympathie. Bien qu'il ait changé, elle le croyait sur parole quant à ses dires, et c'est bien pour cela qu'elle riait ; ce n'était pas tant moqueur que juste drôle de son point de vue. Elle le regarde s'accroupir, tout en commençant à murmure à voix basse ce mot-là, avec une certaine difficulté ; et oui, pour une Américaine pur et dur, la prononciation lui semblait assez difficile.

« Répètes après moi et ne t’inquiètes de rien ; ‘Здравствуйте’ { Zdravstvuyte}’

D'accord … »

Oui, Mary n'était franchement pas hyper rassurée. Déjà, elle ne voulait pas écorcher la langue maternelle d'André -Quand même, elle a un minimum de respect-, et ensuite elle se sentait pas super à l'aise avec les langues. C'est bête, elle qui pendant un temps aurait aimé voyager partout. Lorsqu'elle sentit la main d'André sur la sienne, elle la prit doucement entre ses deux mains à elle, comme si elle ne voulait plus le lâcher.

« Здр … »

Elle ravala un peu sa salive, tentant une deuxième, troisième puis quatrième fois. Elle ne s'énervait pas, mais elle se trouvait décidément très très mauvaise élève. Léger soupir. Puis, prenant son temps, elle recommença une dernière fois.

« Здра …  Здравствуйте. J'ai réussi ! »

A ce moment précis, Mary sourit véritablement comme une enfant qui avait enfin réussit une tâche très difficile pour lui. Le genre de sourire que seul André pouvait voir, car il n'y avait qu'avec lui qu'elle se sentait si décomplexée. Oh, bien sûr, elle se sentait très à l'aise avec beaucoup de gens, mais cette forme de candeur ne pouvait être destiné qu'à la personne qu'elle porte dans son cœur. Bien sûr dit comme ça, c'est affreusement niais, mais faites un effort : ça ne lui arrive pas souvent. Secouant un peu la main d'André de joie, elle le répéta une deuxième fois. Bien sûr c'était un peu maladroit et la prononciation n'était pas parfaite, mais cela lui suffisait. Puis, elle regarda André dans les yeux, et avec un joli sourire, elle lui dit

« Здравствуйте. »

Puis elle ajouta

« C'est bien maintenant je pourrais te saluer en Russe, c'est trop cool je trouve ! Bon c'est pas parfait j'uis toujours aussi pas douée en langue mais … »

Elle sourit de nouveau

« Je trouve ça vraiment chouette de partager ça avec toi. »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Mer 5 Nov - 20:28



Every day when I talk to you, I feel myself like if I could fly.
Voir Maryline essayer de faire des efforts pour parler correctement sa langue natale était réellement plaisant. Ce n’était pas une histoire de satisfaction de parvenir à lui faire apprendre quelques mots dans le vent mais plutôt une sorte de fierté personnelle ; qui n’avait pas lieu d’être mais qui ressortait maintenant. Un peu comme un relent nationaliste qui le prenait maintenant au corps. Au bien sûr, Loukas s’était promis de ne plus remettre un pied en Russie, mais cela ne voulait pas dire, pour autant, qu’il exécrait la nation l’ayant vu naître. Il ne fallait pas trop déconner non plus. Il avait un certain attachement à son pays, mais tant que son père et les autres mafieux qui entourait ce dernier serait en vie, hors de question d’y retourner. JA-MAIS.

Pour autant, cela lui faisait rudement plaisir d’entendre du russe. A part avec Mischa, ça faisait une éternité qu’il n‘en avait plus vraiment entendu. A force de baigner dans un pays étranger, on finit par gommer un peu ses propres racines, parfois. Pour André c’était totalement vrai, d’autant qu’il avait été naturalisé, en plus. Bon, il se foutait un peu d’avoir la nationalité américaine mais bon, ça ne faisait que l’éloigner un peu plus de la Mère Russie. Un brin de nostalgie passait dans son regard, bientôt succédé par un sourire lumineux. Sa compagne ne ménageait vraiment pas ses efforts pour bien faire. Le cœur du métis battait à tout rompre, presque. Il était heureux, de nouveau. Comme si rien n’était arrivé précédemment, comme si la brunette n’avait jamais prononcé les mots qui l’avaient tant blessé. C’était réellement le space mountain des émotions. Mais bon, ainsi était bâti le Russianov et on ne le changerait plus, maintenant.

« Moi aussi ça me fait plaisir de pouvoir te faire partager ça. »

Il prit le temps de la réflexion pour se pencher un peu sur son cas personnel. Un instant, il se demanda même si Mary pourrait lui apprendre quelque chose à son tour, histoire que l’échange se fasse dans les deux sens – puis que de son point de vue, il n’y avait réellement apprentissage que si les deux personnes apprenaient de ce genre de petite séance. Pour André, un bête cours théorique n’étais pas la solution, au contraire. Enfin, lui, c’avait toujours tué sa motivation. Son paternel lui faisait apprendre en lui collant une arme à feu dans les mains en même temps. C’est sûr que c’était tout de suite beaucoup plus ludique, les cours d’anglais tout en collant des balles dans des cibles en papiers histoire de se faire la main. Notre protagoniste secoua un peu la tête, il ne devait pas repenser à ça. Il étouffa un frisson avant de féliciter Maryline.

« Tu es sur la bonne voie, en effet ! Bon la prononciation n’est pas encore tout à fait là mais si tu t’entraines devant ton miroir un peu tous les jours, par exemple, ça devrait venir rapidement. »

C’était logique que son accent américain soit à découper au couteau, après tout elle n’avait jamais parlé russe de sa vie. Mais Loukas aurait volontiers parié qu’elle s’y prendrait rapidement bien mieux ; elle en avait les capacités, il en était certain.

« Tu veux arrêter pour aujourd’hui ou tu veux un autre mot, tant qu’on y est ? »

Là, une nouvelle idée lui vint. Une fois qu’elle aurait assimilé quelques bases de russe, il l’initierait bien au français, tiens….

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Jeu 6 Nov - 22:16



And my thought to my saint
I'm so tired but I fight
Sleep with me tonight
Sleep with me
Sleep with me
Sleep with me tonight.
« Moi aussi ça me fait plaisir de pouvoir te faire partager ça. »

Blush. Mary se mit à rougir d'un coup, se frottant la joue d'une main comme pour cacher ce rougissement soudain. Diantre. Bien que cela faisait un peu plus de deux ans qu'elle s'était déclarée à lui, elle avait toujours autant de mal avec ses réactions spontanées. Non pas que c'était spécialement désagréable -Au contraire- mais cela ne lui ressemblait pas tellement … Mais au fond, Mary ne ressemble plus vraiment à la Mary « d'avant ». C'est ce qui est paradoxal ; elle cherche à fuir son ancienne image et, en même temps, elle ne peut s'empêcher de s'y rattacher en comparant ses nouvelles « réactions » à celles qu'elle aurait eu il y a quelques années. Mais voilà, elle ne voulait plus être aussi froide, et peut-être que s'autoriser à réagir de façon plus naturelle l'aiderait à se libérer du boulet qu'est son passé.

Mais pour le moment, la jeune fille n'y pensait plus. Elle ne voyait qu'André, ses yeux perçants les siens. Elle lisait la fierté, la joie et l'amour qu'il lui portait dans son regard, sans même utiliser son don. Ce don, qu'elle maîtrisait si mal jusqu'à présent … En faite, depuis qu'elle était clean -Tout du moins au niveau des drogues dures-, son pouvoir avait été beaucoup plus … « Docile ». Elle avait apprit avec une vitesse impressionnante à le maîtriser, ne laissant les sentiments l'envahir réellement que quand elle le désirait. Au quotidien, elle restait un peu plus sensible, mais elle n'avait pas eu de maux de têtes depuis longtemps, en dehors des missions bien sûr. Malgré cela, elle avait comme un lien particulier avec certaines personnes, et son intuition et sa perception n'en était qu'accrue avec eux.

Mary remarqua un léger frisson et comme une vague de froid qui dura qu'une seconde à peine, avant de voir le visage d'André s'illuminer en la félicitant. Bêtement, elle se sentait beaucoup plus flattée lorsque cela venait de lui que de n'importe qui d'autre … Sauf Serren et Rox', peut-être.

« Tu es sur la bonne voie, en effet ! Bon la prononciation n’est pas encore tout à fait là mais si tu t’entraînes devant ton miroir un peu tous les jours, par exemple, ça devrait venir rapidement.

Okay, je prend note. C'est vrai que l'accent américain c'pas le plus pratique pour parler Russe … »

Elle tira légèrement la langue avec un air un peu rieur sur le visage. Certes, elle était loin, même trèèèèèès loin de maîtriser ne serait-ce que la prononciation, mais au fond … Pourquoi pas ? C'était une langue plutôt jolie -De son point de vue- et puis … Cela l'amusait beaucoup de partager quelque chose de différent avec André.

« Tu veux arrêter pour aujourd’hui ou tu veux un autre mot, tant qu’on y est ? »

Boum. Son cœur rate un battement avant de se mettre à battre encore plus fort. Comme subitement emballée par ses propres émotions et celles d'André, elle se remit à rougir encore plus fort et encore plus violemment. Effectivement, il y avait quelque chose qu'elle aimerait apprendre. Mais au fond, elle se sentait mal de lui demander ça, après le coup de couteau qu'il s'était prit en plein cœur. Mais voilà, Mary, parfois, ne réfléchis pas, ou plus, et elle se laisse envahir par les sentiments qui l'assaille et qu'elle essaye tant bien que mal de contrôler : son amour inconditionnel pour cet idiot.

« Ben … En faite … Je … Je … »

Elle se racle la gorge, comme pour faire disparaître cette boule de gêne, puis elle se mit à jouer avec ses doigts, preuve qu'elle était excessivement gênée et mal à l'aise avec ce qu'elle allait dire.

« Tu … Comment … »

Allez, lance-toi, pour maintenant. De sa voix presque éteinte par la timidité, elle dit enfin

« … Comment on dit « Je t'aime » en russe ? »

Et voilà, la bombe était de nouveau lâchée.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Dim 9 Nov - 1:43



I need youso much. I think you can't figure my point of view.
Il s’était attendu à a peu près toutes les demandes de la part de Maryline et avait été prêt à y répondre sans réserve ni autre réponse de ‘oui’ ; tout simplement parce qu’elle régentait sa vie sans doute bien plus qu’elle ne l’imaginait et que lui refuser quelque chose, clairement, André ne s’en sentait pas capable. Il était déjà très heureux de la voir s’intéresser ainsi à sa langue maternelle, alors qu’au fond, rien ne l’y obligeait – si ce n’est leur ‘couple’, et encore, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus convaincant comme argument. Le cœur du russe s’était réchauffé un peu à l’entente d’un simple petit mot de russe venu de la bouche de sa ‘gente dame’, pour parler courtoisement.

C’était peut-être bête, mais ici, il voyait ce qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’avoir ; un semblant de vie normal. Le Russianov jamais n’avait pu se stabiliser comme ça avec quelqu’un en ayant vraiment l’envie de construire quelque chose qui lui taraudait l’interne. Xia ne comptait pas non plus vraiment puis que lorsqu’il était avec elle, l’idée même de projets futurs ne lui avait pas traversé l’esprit un seul instant. Ici, avec Mary, c’était tout à fait différent. Peut-être était-ce pour cela que Loukas avait parfois l’impression d’agir comme un schizophrène de temps à autres.

Parfois il se montrait très entreprenant en voulant essayer de faire comprendre à celle qu’il aimait à quel point elle comptait pour lui et à quel point il injectait de l’espoir dans leur relation. Et puis, dans un autre temps, il savait qu’il ne devait pas chercher à la retenir, alors il ne le faisait pas, même si ça lui faisait mal.

Deux formes de personnalités bien distinctes pour une seule et même personne malgré tout. Il eut un sourire en coin en pensant cela, alors que son regard vert se délectait de l’image de sa présumée compagne. Même de là où il se trouvait, André se surprit à se sentir comme envoutée par son parfum. Un instant il ferma les paupières, continuant d’écouter attentivement l’américaine sans jamais perdre le fil de leur conversation.
Et puis crac. D’un coup, comme ça, sans prévenir, il se sentit refroidit. Ca ne dura pas longtemps, car au fond il attendait cette question très certainement sans osé se l’avouer à lui-même, mais l’effet que cela produisit sur lui fut des plus… étrange.Contradictoire. Paradoxaux. Il prit une grande inspiration pour prendre sur lui. Il devait se relever, être fort. Prouver à Maryline qu’elle pouvait compter sur lui, que ses épaules à lui était largement assez larges pour eux deux et que si d’aventure elle avait besoin de se reposer dessus, qu’elle ne devait en aucun cas ni aucune mesure hésiter à le faire. Il serait heureux de pouvoir lui être utile, il se sentirait vivant, de la sorte.

Secouant la tête, le métis se redressa et revint vers sa belle camarade, qu’il dévorait du regard. D’un geste plein de douceur, il remonta le menton de la jeune femme vers lui et rapprocha leurs visages l’un de l’autre.

« On le dit comme ceci. »

Puis il l’embrassa avec un mélange de passion et de candeur, ce qui donnait un résultat plutôt étrange mais pas forcément désagréable pour autant. Du moins, pour lui. Rompant leur embrassade, il vint ensuite murmurer dans un souffle chaud à l’oreille de Maryline le complément de la réponse attendue.

« Я люблю тебя { YA lyublyu tebya}. »

Il ne comptait pas s’arrêter là pour autant. Aussi, il repartit, galamment tout de même, à l’assaut des lèvres de la femme qu’il aimait de tout son être. Le baiser se fit plus entreprenant, cette fois. De son autre main, André caressait doucement les jambes de la jeune femme, essayant de faire usage de sa carrure pour la mettre en confiance et faire ne sorte qu’elle s’allonge sur le canapé derrière eux. Bien sûr, il ne forcerait pas si elle ne souhaitait pas en arriver là mais il aurait été mentir de dire qu’il n’en avait pas réellement envie. Et ce, en dépit de ses blessures.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Jeu 13 Nov - 0:02



Like a rising monster
All veiled in grey
See the walls of dawn
They warn you of the day
Come back my dream
Into my arms into my arms.
A ce moment précis, Mary aurait aimer avoir comme don la possibilité de voler. Comme ça, elle aurait pu sauter par la fenêtre et s'enfuir sans finir en steak-tartare sur le trottoir en face de l'immeuble d'André. Mais ce n'était pas le cas. Oh, elle ne regrettait pas ce qu'elle venait de dire -loin de là-, mais disons que ses pensées un peu trop « intimes » et « cachées » venaient d'exploser au nez d'André sans trop prévenir. A ce moment précis, elle oublie totalement son apparence froide et dure pour laisser apparaître la « vraie » Mary, celle qu'elle a toujours été au fond, prisonnière de sa propre image de prostituée, droguée et, plus récemment, associable au possible. Elle se cache le visage derrière ses mains, non pas pour pleurer mais pour cacher son rougissement qui se faisait si intense que cela transparaissait même sur son front pâle. Ses longs doigts, rongés par le stress et l'ennui, les ongles inégaux mais légèrement jauni par sa consommation abusive de cigarette, cachaient ses beaux yeux vairons.

Ses cheveux noirs de jais, un peu plus long qu'il y a deux ans -Le coiffeur ça coûte cher pour une étudiante fauchée comme elle-, toujours en carré légèrement plongeant, cachant son cou blanchâtre et une partie de son visage lui chatouillait un peu les doigts. Dans l'immédiat, elle faisait abstraction de tout, même avec son don ; elle ne ressentait que ça propre gêne et un peu sa « honte » de n'avoir su fermer sa grande bouche. Mais bon. Il faut assumer et, n'ayant aucun regret, elle l'assume comme elle le peut, avec sa propre image négative d'elle-même qui n'aide pas beaucoup. Alors qui lui semblait qu'elle était restée dans cette position durant de longues minutes, elle sentit une main sur son poignet, et elle retira les siennes de son visage, doucement. Près, très près d'elle, elle vit les yeux verts et brillants d'André qui transperçaient ceux de Mary. Elle tenta de dire quelque chose mais ses lèvres semblaient figées.

« On le dit comme ceci. »

Une main sous son menton, et la seconde d'après elle se retrouvait lèvres collées à celles d'André. Pour une fois, elle ne lutta même pas, se laissant totalement aller à la douceur et la tendresse qu'elle ressentait à ce moment précis. Alors que quelques secondes auparavant, elle ne ressentait que gêne et un petit fond d'angoisse, maintenant elle se sentait bien plus légère et bien plus … Heureuse. Oui, c'est ça, heureuse. Elle posa une main sur la joue d'André, lui rendant son baiser avec toujours autant de douceur que lui, comme si elle cherchait à s'excuser des précédents propos, ceux qui l'avaient tant blessé. Puis, elle sentit ses lèvres près de son oreille, son souffle sur son cou, et elle eu subitement beaucoup de mal à déglutir, comme si elle manquait soudainement d'air.

« Я люблю тебя { YA lyublyu tebya}. »

Elle n'essaya même pas de répéter car, de nouveau, son amant l'embrassait, avec plus de passion cette fois-ci. Elle s'abandonne de nouveau, serrant ses bras autour de son cou, avec douceur et sans aucune force. Elle sentit sa main sur sa jambe, puis sur sa cuisse et de nouveau ses joues prirent une couleur rouge vive. Elle ne le cachait plus, tant pis, car maintenant elle ne pensait plus qu'à lui. Son visage, son souffle, ses lèvres, ses yeux, tout cela prenait toute la place qu'elle avait dans la tête. Sans même lutter, elle se trouva allongée sur le canapé du salon du jeune russe, le corps étant bien plus proche l'un de l'autre maintenant. Elle lui rendait ses baisers, baisers qui se faisaient presque impatient, des baisers qui trahissaient son envie irrémédiable de lui.

Puis, comme si subitement son cerveau avait décidé de se réveiller pendant quelques minutes, elle se sépara des lèvres d'André, puis elle dit d'une voix un peu à bout de souffle

« Dis … Ça va aller … Avec tes blessures ? »

Elle poussa un petit rire plein de candeur, puis elle passa sa main sur sa chemise à moitié ouverte.

« … C'est pas très raisonnable hein ? »

Mais comme pour confirmer qu'elle ressentait la même chose que lui, elle reprit passionnément leur baiser. Aujourd'hui, elle était plus fatiguée que d'habitude de faire semblant, de créer de la distance avec celui qui faisait battre son cœur. Alors pour une fois, elle abandonne, parce qu'elle en a marre de cette image si sordide qu'elle a d'elle-même.

Elle a envie de dépasser tout ça.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Ven 14 Nov - 15:53



It's time to embrace our destiny. The common one, my dearest.
Inutile de mentir à ce sujet, André adorait lorsque Maryline cédait à ses avances, les plus innocentes comme celles qui l’étaient bien moins. Un sourire apparut sur ses lèvres, entre deux baisers langoureux.

« Ne t’en fais donc pas pour ça, je maîtrise. Ce n’est rien. Je n’ai même pas mal. »

Et c’était vrai. Il faut dire que la présence de la brunette devait sans doute grandement aider le jeune homme à dépasser le stade des maux physiques. Elle avait sur lui un effet de tous les diables et pouvait balayer, d’un revers de la main, tout ce qui aurait pu être dit auparavant, que ce soit blessant ou non.

Les mains d’André passèrent alors sous le haut que portait sa dulcinée, l’enlevant en deux temps et trois mouvements – il était un expert dans ce domaine, après tout, ne le nions pas. La peau de l’américaine était tiède et toujours aussi agréable au toucher. Presque immédiatement après, le métis détacha ses lèvres pour mieux aller picorer de baisers papillons le cou de la jeune femme, se délectant des frissons ainsi offerts.

Ils passèrent plusieurs heures ainsi, à s’ébattre jusqu’à se retrouver dans le plus simple appareil, les murs de l’appartement pour seuls témoins. André finit par se coucher aux côtés de sa camarade prodige, essoufflé au possible. Cette séance très privative lui avait fait un bien fou. Il souriait encore plus que tout à l’heure, l’adrénaline lui martelant tant les veines que l’esprit d’un plaisir non feint.

Sa peau frissonna quelque peu mais il n’avait pas vraiment froid malgré tout ; ce n’était qu’une réaction au voile de sueur dont elle était recouverte, signe probant que les derniers instants furent productifs et gourmand en énergie. Ronronnant presque, il enlaça Maryline avec tendresse, la ramenant contre lui pour mieux lui embrasser le front. Il dut faire un effort considérable pour donner un semblant de rythme cohérent à sa respiration, humant sans modération la senteur des cheveux noir de jais dans lesquels il vint enfouir son nez. C’était agréable, il se sentait bien.

« Comment tu sens, trésor ? »

Ceci était sans doute l’une des très rares démonstrations verbales et amoureuses de la part d’André. Prononcée consciemment et qui sortait du lot, tout du moins. Car s’il était assez entreprenant avec Maryline, ce n’était jamais en public. Uniquement chez lui et avec un schéma assez ‘basique ‘. Il variait rarement les ‘plaisirs’, pour parler de manière imagée.

Seulement, actuellement, il avait tout de même une idée qui continuait de lui trotter en tête. Quelque chose qui ne s’évanouissait pas avec juste un peu de chaleur humaine et de fusion corporelle. Il ne pouvait pas non plus constamment tout garder pour lui, c’était impossible. Plus maintenant, en tout cas, maintenant qu’il avait ouvert son cœur à d’autres. On ne pouvait plus revenir en arrière.

« Tu.. restes ? Enfin, j’veux dire, je peux m’endormir sans la crainte de me retrouver tout seul en me réveillant ? »

Il resserra un peu plus sa prise sur la jeune fille avant de se rendre compte qu’il avait peut-être été un peu maladroit dans ses propos. Soit, il allait réparer cette petit chose qu’il voyait comme une bévue. Son cœur battait toujours aussi vite. Il se détacha un peu à regret de son âme-sœur et se redressa au-dessus de l’américaine, ses deux mains posées de chaque côté de la tête de la demoiselle. Là, il confronta son regard sans ciller.

« Je… Enfin, je suis désolé si je te parais égoïste, Mary… Je dois sans doute l’être mais… »

Avec douceur, l’une des mains vint trouver perchoir sur la joue la plus proche d’elle, il faisant courir des phalanges chaudes bien que quelque peu calleuses.

« Mais je voudrais vraiment quelque chose pour toi et moi… un vrai ‘nous’. »

Il n’osa pas venir l’embrasser, de peur d’en avoir déjà suffisamment fait. André l’aimait terriblement, mais il avait peur constamment de mal agir. C’était là sa croix.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Sam 15 Nov - 18:39



I've been thinking
Thinking about you, about us..
Our hearts beat so fast.
I've been dreaming, dreaming about you
About us.
La voix d'André résonne dans sa tête. A ce moment précis, elle oublia, tout ; son père, sa famille, ses angoisses, ses terreurs. Tout. Elle s'abandonnait totalement à lui, aux plaisirs qu'elle dissimulait sans grande réussite sous sa peau et dans sa tête. Lorsqu'il lui dit que « Tout irait bien » pour lui, elle se contenta de hocher la tête, les joues toujours rouges et les yeux légèrement humides et brillants à cause de son souffle court. Saisissant avec douceur le crâne d'André de ses mains, ses doigts parcourant ses cheveux pendant que ses lèvres étaient collées aux siennes, elle poussa un léger soupir de contentement. Soupir qui se transforma plus en petit bruit de surprise puis en gémissement lorsqu'il lui retira son haut avant de déposer de légers baisers sur sa peau. La sensation des lèvres de son amant sur sa peau puis sur son cou lui arrache de nouveau un petit gémissement, alors qu'elle resserra son étreinte autour de lui.

Les heures passaient dans ce petit appartement qui n'était pas le sien mais, où il faut l'avouer, elle se sentait plutôt bien. Contre les murs se mit à résonner la voix de Mary et d'André, ses soupirs, ses petits cris et ses gémissements. Une fois leurs tendres câlins terminés, la jeune fille se glissa à côté de son amant, le serrant comme on serrait une peluche, contre son cœur. Entre-temps, ils avaient rejoins le lit -Plus confortable et avec plus de place-, mais malgré tout Mary restait nue, ne se couvrant pas du drap car elle avait terriblement chaud. Elle sentit les caresses d'André sur son corps, puis sur ses cheveux en bataille. Ses lèvres touchèrent son front, et elle ne pu réprimer un léger frisson de bonheur. C'était plus qu'agréable comme sensation. Son souffle, quant à elle, était encore saccadée, et sa poitrine se soulevait suivant les mouvements de sa respiration. Petit à petit, elle se calma, un peu plus rapidement qu'André.

« Comment tu sens, trésor ? »

Étrangement, elle ne réagit même pas lorsqu'elle entendit le mot « trésor ». D'habitude, soit elle aurait rougit, soit au contraire elle se serait figée, sans savoir comment réagir. Mais sa tête était à la fois légère du bonheur qu'elle ressentait et lourde d'une forme de fatigue post-ébat qu'elle connaissait que trop bien depuis qu'elle fréquentait le jeune russe. Elle se contenta d'enfouir encore plus son visage, contre le torse nu du jeune homme, l'utilisant totalement comme un oreiller. Elle frotta un peu son visage, presque comme une enfant qui se cachait et, à cette pensée, elle ne pu retenir un petit rire léger. Puis, elle répondit d'une voix encore légèrement essoufflée

« Comme au paradis. »

Et c'était vrai. Dans l'immédiat l'idée même de se lever ou de partir lui semblait une absurdité sans nom. Elle était bien, dans les bras de l'homme qu'elle aimait. Ses craintes habituelles ne semblaient pas l'affecter à ce moment-là, et d'ailleurs elle n'y pensait même pas. Puis, elle retira sa tête de son torse, quittant temporairement ses bras puis elle se mit sur le ventre. Mary était honnête avec elle-même ; elle savait qu'elle est loin des canons de beauté des magasines. Hormis sa poitrine qui est toujours restée assez bien formée jusqu'à maintenant, elle avait des bras assez maigres, un dos qui cambrait énormément -ce qui faisait ressortir un peu ses côtes-. Mais malgré tout, à ce moment-là, elle se sentait presque mignonne. Agitant ses jambes comme une pseudo pin-up, ce qui la fit rire de nouveau, elle se figea cependant assez vite de nouveau.

« Tu.. restes ? Enfin, j’veux dire, je peux m’endormir sans la crainte de me retrouver tout seul en me réveillant ? »

Mary ne pu retenir une expression un peu triste et une légère grimace, comme si quelque chose lui avait soudainement mordu le mollet. Le bras d'André autour de ses épaules se resserra, et elle se laissa de nouveau entraîner vers lui, coller contre son torse, sans prononcer un mot. Le silence s'installa, avant qu'il poursuive, se mettant au-dessus d'elle, ses mains posées sur ses joues, les yeux dans les yeux.

« Je… Enfin, je suis désolé si je te parais égoïste, Mary… Je dois sans doute l’être mais… »

Elle ne l'interrompt pas, le laissant continuer. Elle sentait, à ses yeux, sa voix, son visage, que c'était déjà assez difficile pour lui ; elle ne voulait pas risquer de le couper et de le voir se fermer définitivement.

« Mais je voudrais vraiment quelque chose pour toi et moi… un vrai ‘nous’. »

Mary poussa un soupir. Pas un soupir d'agacement, plutôt … Comme si elle s'attendait à cette discussion. Redressant légèrement sa tête, elle vint embrasser d'elle-même doucement les lèvres d'André, sans un mot dans l'immédiat. Elle caressa un peu ses cheveux, puis, finalement, elle s'assit, toujours aussi nue, faisant face à André. Au fond … Mary attendait justement qu'André lui en parle. Elle-même n'osait pas aborder le sujet, de peur de le vexer ou pire, de le blesser réellement. Bien sûr, ce genre de discussions l'angoissaient à fond, car elle préférait les fuir plutôt que d'affronter une réalité parfois un peu dur. Mais il avait fait l'effort de lui ouvrir son cœur, alors, elle voulait être honnête avec lui.

« Pour répondre à ta première question, non, je ne compte pas partir une fois que tu seras endormis. Je … Je comprend ton angoisse vis à vis de ça … »

Elle prit une grosse respiration et une bonne dose de courage.

« Parce que jusqu'à présent, j'ai pas été réglo. Je suis partie pleins de fois sans rien dire, je le sais. Et que tu flippes à l'idée que je parte, je le comprends totalement. Mais je vais être franche … »

Pour la première fois depuis le début de la conversation, elle détourna les yeux de ceux d'André.

« … Et peut-être que tu ne comprendras pas ou que ça va te rendre un peu triste. Et j'm'en excuse d'avance. »

Elle laissa un petit silence d'installer, puis elle regarda de nouveau André dans les yeux.

« Tu n'es pas égoïste et je pense qu'au fond … Moi aussi j'aimerais bien quelque chose de plus stable. Mais j'ai peur. Horriblement peur. De faire une connerie. De pas savoir quoi faire, quoi dire. Te blesser ou quoi que ce soit d'autre. Et … J'ai des trucs à régler, qui m'bouffe et je peux pas avancer à cause de ça. Je … Je préfère pas te dire ce que c'est pour le moment … Ce n'est pas contre toi, juste, j'ai pas encore le courage de t'en parler. Ça viendra, je peux t'le promettre, mais pas pour l'instant. »

Elle déglutit un peu difficilement avant de reprendre.

« … Du coup j'peux pas te promettre que je repartirais pas. Je … Je me sens bien avec toi, et je t'aime. Ça n'a pas changé. Mais … J'arrive pas. Je … Je me sens pas encore de taille à tenir une telle promesse, que j'le veuille ou non. Donc, en attendant … Je peux juste te promettre que je partirais plus sans te le dire. »

Son visage était triste, mais elle étira cependant un sourire tout en prenant la main d'André.

« Droit dans les yeux. Et, pour le moment, je partirais pas. … Pardon. »

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Lun 17 Nov - 22:07



I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you   I love you  I love you  I love you I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you  I love you
Voilà, il avait tout dit, tout lâché à propos des choses qui tiraillaient quelque peu son cœur en ce moment. Et si d’aventure il devait rester quelques résidus en son interne, André avait au moins la sécurité d’être certain qu’il était allé à l’essentiel, sans se perdre en phrases superflues ni rien de ce genre. C’était déjà une grande étape de franchie. Mine de rien, ce petit couple qui n’en était pas encore réellement un, au final, passait par toutes les étapes d’un duo qui se respecte. Des hauts et des bas. Tout ceci, malgré l’épuisement sentimental que cela pouvait parfois occasionner, ne faisait que renforcer les bases qui pourraient, dans un futur – espérons-le pour eux – prochain, les maintenir fiers et droits, ensembles, contre vents et marées de toute sorte et de toute couleur. Mais cela, bien sûr, ils ne le voyaient pas encore vraiment. Ce serait un résultat sur la durée, chose présentement en train d’être durement éprouvée par les fantômes d’un passé un peu trop sombre par rapport à ce lumineux présent.

Loukas écoutait avec attention les dires de celle dont il souhaitait faire sa compagne de vie à jamais ; buvant ses paroles comme si elles étaient le miel amer qui savait satisfaire ses trop nombreuses interrogations. A bien y penser, c’était réellement le cas. Par le prisme des aveux de Maryline – assez inattendus, pour dire vrai, tout de même -, il commençait à voir les choses un peu plus clairement. Ayant pris place en position assise devant l’américaine, il ne pipa mot, ne souhaitant en aucun cas l’interrompre ; trop heureux que pour une fois, ce soit elle qui s’ouvre à lui de cette manière, avec cette spontanéité qu’il appréciait un peu plus chaque jour. En dépit de ceci, pourtant, il ressentait un peu la tristesse de sa camarade prodige. Il est vrai qu’un tel discours, ce n’est jamais évident à sortir, au contraire.

Lui-même ne se souvenait plus du temps qu’il lui avait fallu pour s’ouvrir de la sorte à autrui. Il se souvenait juste que c’avait été dur. André ne doutait pas que cela coutait beaucoup à Maryline que de parler de la sorte ; il respectait donc d’autant plus la démarche qu’il savait pertinemment ce que ça faisait au cœur, à l’âme.

Lorsqu’elle eut fini sa longue tirade, affichant un petit sourire teinté de tristesse, le cœur du métis rata un battement. Il voulait l’aider. C’est donc tout naturellement qu’il attrapa doucement son visage entre ses deux grandes mains pour venir coller son front au sien. Il ne l’embrassa pas mais lui répondit tout de même, autant qu’il put être en mesure de le faire, avec des mots aussi choisis que possible. Ce n’était pas des plus évident puisque l’endorphine commençait à faire son effet sur lui mais il batailla comme il le put contre cette sensation traitresse, cette envie de sommeil imminente, ou presque.

« Écoutes, Maryline… »

Il prit une inspiration avant de poursuivre.

« Je ne chercherais pas à te harceler pour en savoir plus. Déjà, ce que tu viens de me dire, ça me fait plaisir… ‘Fin pas dans le sens premier du terme, mais je suis ravi que tu t’ouvres à moi, comme ceci. C’est vraiment plaisant, ça me fait me sentir bien, utile, pour toi. »

Il ne mentait pas, c’était réellement comme cela qu’il se sentait. Il n’aurait su mentir à propos de son ressentit à cet instant-là. Il ne nageait certes pas dans le bonheur mais au moins, la brunette avait réussi à le mettre en confiance en quelques phrases seulement. Il avait cette impression délicate et ô combien précieuse qu’elle lui faisait confiance, maintenant plus que jamais.

Elle lui avait dévoilée ses démons et il était prêt à les combattre à ses côtés si elle le désirait. André se jura qu’il ne l’abandonnerait pas, jamais. Il ne voulait pas de ça. Trop de fois dans sa vie, les choses avaient ainsi périclitées de la sorte et il était évident, pour lui, qu’il ne désirait pas remarcher sur ce genre de chemin. Un cheminement parsemé de morceaux de verres n’était plus pour lui. S’il devait s’y aventurer, ce serait pour une cause bel et bien définie. Pas autrement. Et il comptait bien le faire comprendre à celle pour qui son être tout entier brulait d’une flamme passionnée, à chaque heure du jour ou de la nuit.

« Je… Si jamais tu le souhaites, peu m’importe les fantômes qui te poursuivent malgré tout ce que tu as fait pour t’en tenir éloigné, je suis là et je serais là pour t’aider à faire front. Je sais que c’est ton combat, ta bataille, par conséquent je ne chercherais pas à m’imposer en son sein mais… Sache que tu as un allié, en ma personne. »

Suite à cette sulfureuse déclaration, il l’embrassa chastement, comme pour faire passer tous les sentiments qu’ils possédaient alors. Un mélange savoureux de ressentis positifs en tout genre.

Maryline avait rallumé chez lui l’étincelle des premiers jours, celle qui se cache dans les cœurs mais peut ressortir à tout instant. Et cela faisait un bien fou à Loukas. Il avait eu réellement besoin de ce genre de chose pour remonter la petite pente sur laquelle il s’égarait jusqu’alors quelque peu.

Rassuré qu’il était de savoir que sa chérie n’allait pas partir dans l’instant, il s’étira, roulant des mécaniques par la même occasion.
« Alors, on fait quoi maintenant ? On va prendre une douche ? »

Il avait ajouté cela avec un sourire enjôleur, chose qu’il ne montrait de cette explicite manière qu’a l’Owens. C’était là le signe qu’il était bien mieux, à tous les niveaux.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Lun 22 Déc - 0:11



No use in waiting no more
It's a timing tragedy
I think it's nine
When clock says ten
This girl wouldn't wait
For the out of time, out of time man
« Je ne chercherais pas à te harceler pour en savoir plus. Déjà, ce que tu viens de me dire, ça me fait plaisir… ‘Fin pas dans le sens premier du terme, mais je suis ravi que tu t’ouvres à moi, comme ceci. C’est vraiment plaisant, ça me fait me sentir bien, utile, pour toi. »

Laissant un sourire triste apparaître sur son visage, lui donnant subitement un air si fragile et si calme, elle resserra son étreinte sur la main d'André.

« Si ça peut te rassurer t'es bien plus utile que tu le penses André. Je suis juste pas douée pour te le dire ou te l'faire ressentir. »

Et c'était vrai. La sensation du front du jeune homme contre elle lui faisait le même effet qu'un vent frai lors de trop grosses chaleurs, mais pour autant elle sentit son cœur se serrer. Pourquoi c'était aussi compliqué, au fond ? Elle l'aime, c'est réciproque, point. Mais non, car à chaque seconde son passé-boulet la rattrape, s'accrochant à elle comme une tumeur, une maladie qui continue à tout ronger sur son passage ; son bonheur, son amour, sa joie, tout. Une maladie qui ne laisse que tristesse et colère sur son passage.

« Je… Si jamais tu le souhaites, peu m’importe les fantômes qui te poursuivent malgré tout ce que tu as fait pour t’en tenir éloigné, je suis là et je serais là pour t’aider à faire front. Je sais que c’est ton combat, ta bataille, par conséquent je ne chercherais pas à m’imposer en son sein mais… Sache que tu as un allié, en ma personne. »

Elle tourna la tête vers la fenêtre, cet air toujours triste sur le visage. Elle ne voulait pas se faire passer pour une victime -tout le monde peut avoir un passé difficile-, mais elle avait eu besoin, à ce moment précis, de lui dire ce qu'elle avait sur le cœur, tout en gardant une certaine réserve, cette putain de réserve qui l'empêche de parler franchement. Elle poussa un léger soupir, ni d'agacement ni de lassement, plutôt de dépit. Elle sentait toute la sincérité d'André, mais au fond … Au fond, elle avait plus peur d'entraîner André avec elle dans ses démons plutôt qu'elle n'était réellement rassurée. D'un effort surhumain, elle tourna de nouveau la tête et elle laissa un sourire à la fois beau et triste se dessiner sur les lèvres

« … Merci, André. »

Elle l'embrassa, avec la même chasteté que lui. Puis, elle se posa à côté de lui, posant sa tête sur son épaule, fixant le vide de la chambre et, surtout, le bordel légèrement ambiant après leurs ébats.

« Alors, on fait quoi maintenant ? On va prendre une douche ? »

Elle leva un sourcil, puis ses yeux vers lui, avec un air un peu mutin, résolument bien moins triste.

« Dis donc … L'endorphine ne fait pas effet cette fois-ci ? »

Elle tira légèrement la langue, puis s'étirant doucement, elle se leva du lit toujours en tenue d'Eve, puis elle tendit une main vers le jeune russe, toujours le sourire aux lèvres.

« J'accepte l'invitation, tant que tu me promets que tu n'essayeras pas de me sauter de nouveau dessus. »

Elle resserra ses longs doigts fins autour de la main du Russianov, avec douceur, tout en se tenant droite devant lui, le dos légèrement courbé

« Promis, Monsieur Loukas Russianov ? »

C'était rare qu'elle l'appelle par son deuxième prénom, mais au fond elle l'aimait autant que son premier prénom, André.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥ Lun 22 Déc - 15:43



Let's this love blossoming again.
Malgré le contexte et la lourdeur de l’ambiance présente, André trouva le moyen de sourire sincèrement. Les mots de Marilyne n’étaient certes pas les plus clairs mais il y décelait une pointe d’espoir, une lueur de phare dans les obscures abysses ou elles étaient plongée malgré elle. Il se jurait de guetter cette lueur, cet infime accroche qui pouvait tout renverser s’il s’en saisissait convenablement. Il avait juré d’être là pour celle dont il était éperdument amoureux et il ne trahirait pas sa parole. Plutôt sauter du haut d’un toit que de l’abandonner. Il avait connu – et continuait de connaître encore aujourd’hui par certains aspects – ce type de miasme, de marasme ambivalent qui colle à la peau et à l’âme et dont on ne s’extraie pas en un claquement de doigts.

Alors il laisserait le temps au temps et ne brusquerait plus les choses. Maintenant qu’il avait apporté lui-même les précisions de son soutien et ne pouvait plus qu’attendre que la belle vienne d’elle-même le trouver. Il répondrait présent, pour sûr. Le poids sur ses épaules parut alors bien moins lourd alors que Mary lui renvoyait une petite pique pas bien méchante. Ahah, oui, elle marquait un point, l’endorphine mettait son temps pour agir, cette fois… Quoi qu’André commençait à se sentir de plus en plus engourdit, aux extrémités des mains et des pieds. Raison de plus pour se lever et aller prendre une douche et achever la détente.

Il suivit donc sa compagne en lui donnant la main jusqu’à la salle de bain et actionna l’eau de manière à la rendre tiède et agréable pour Marilyne – lui avec ses quarante degrés pouvait bien se contenter d’une douche froide mais il savait que cela ne prévalait que pour sa propre personne aussi il faisait attention à elle.

L’odeur du savon qui se répandait de plus en plus le faisait se sentir comme sur un nuage, aux côtés de la personne pour qui il brulait d’un amour insondable. Toutefois, il tint sa parole silencieuse de ne pas lui sauter dessus une fois encore. De toutes les manières, la douche achevée, il bailla à s’en décrocher la mâchoire, ce qui le fit quelque peut rire malgré tout.

La tête trempée – et donc la chevelure ramenée contre son crâne sans épis aucun -, il retourna se coucher, ravi du temps qu’il avait pu passer avec l’américaine. Un sourire ne quitta d’ailleurs pas son visage alors qu’il plongeait profondément dans les mélodies de Morphée. Loukas profitait pleinement du moment présent, sans se douter que pour lui, le pire était encore à venir. C’était très bien ainsi.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

FIN ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Kané || Mary & André ♥

Revenir en haut Aller en bas

Kané || Mary & André ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Les vieux quartiers :: Le quartier résidentiel :: Les appartements-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit