AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mer 9 Nov - 21:05

Il y a un mois, j'apprenais la vérité sur mes parents et l'on essayait de me tuer, j'ai bien cru que j'allais réellement mourir d'ailleurs. Et puis cet étrange voyage dans le temps ou j'ai encore cru qu'on allais tous mourir... Pourtant... Malgré cela rien n'a changer... Je suis toujours la gamine dont on se méfie à la sup, mon don est toujours aussi incontrôlable et je souhaite toujours me venger... Enfin si, deux choses ont changé : je veux encore plus me venger qu'avant et il y a des gens qui comptent vraiment pour moi... Cette mésaventure aura au moins eu ça de positif... Je me dis que tenter de m’intégrer ici serait une bonne idée.
Cependant m’intégrer va devoir attendre un petit peu, j'ai appris qu'un des hommes que je recherche étais en ville pour un séminaire, j'ai déchiqueté le papier journal quand j'ai vu ça, lacérant l'article, Comment ces mecs peuvent-ils exercer ? Comment peut-on encore les laisser faire après leurs actes ? Et puis son visage souriant... Comment peut-il sourire avant autant de mort sur la conscience ?
En lisant l'article... En voyant son sourire et les commentaires élogieux... Mon cœur s'est mis à brûler de haine, cette fois encore, j'ai été d'accord avec la bête furieuse en moi... Cet homme doit mourir et s'il souffre, c'est encore mieux...

J'ai donc commencé à préparer quelques affaires afin de me rendre à ce séminaire, je suis sûre que personne ne remarquera mon absence, c'est l'affaire de quelques heures après tout, je vais au séminaire avec le visage masqué, j’attends qu'il sorte et je lui saute à la gorge en m'arrangeant pour qu'il se vide de son sang, avant de partir aussi vite que possible. Le plan me semble bon et je serais de retour à l'école pour la reprise des cours. Pour une fois, le goût du sang me semblera la meilleure des choses, il aura un goût de justice, un goût de travail accompli...

Je quitte donc ma chambre laissant le journal déchiré sur mon lit et me dirige vers le parc, il y a un endroit où personne ne passe jamais qui est idéal si on veut faire le mur, personne ne me verra et puis bon ce n'est pas comme si les surveillants d'ici faisaient consciencieusement leur travail. Je commence à escalader le mur de l'école comme j'en ai l'habitude.


Dernière édition par Aidan Auditore le Mar 3 Jan - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Lun 21 Nov - 1:22

Aidan n'était pas venue en cours, cela aurait dû me faire hausser les sourcils mais depuis que je m'intéressais aux monologues des profs, j'avais cessé de dévisager tout le monde du fond de la salle, un carnet et des crayons à dessin à la main, bien que je continuais encore à exercer ce hobby. Lassie couchée en face d'une fenêtre, elle dorait au soleil en poussant des petits grognements inaudibles aux vivants, quant aux esprits qui me suivaient, ils somnolaient dans leur coin, visiblement KO par le cours de Maths, il faut bien avouer que la prof avait une façon de parler assommante! Heureusement, les élèves étaient d'humeur bavarde et ne cessaient de causer, d'exercices comme de leur vie privée, ce qu'ils ne faisaient pas d'habitude. Pourtant, ce n'était pas bientot les vacances! J'eus très vite ma réponse lorsqu'un de mes petits protégés parti se promener dans l'école entra au pas de course dans la salle en hurlant mon nom a plusieurs reprises, quelques élèves sursautèrent à son contact et eurent un frisson mais ne réagirent pas pour autant. Jacassant en un vague polonais braillard, bientot je ne pus l'entendre à cause des autres qui lui posaient milles questions, les oreilles bourdonnantes, je lachai un flot de jurons anglophone et germain, heureusement que j'avais cette habitude de murmurer plus que de ne parler. Très vite, les enfants se turent, me laissant le temps pour demander au garçon ce qui se passait.

-La fille-renarde a quitté l'école!

Sans attendre, le groupe se mit à geindre, visiblement ébranlé par la nouvelle tandis qu'elle me glaçait le sang. Si le petit disait cela, alors ça voulait dire qu'il avait fouillé toute l'école, il n'y avait pas besoin de l'interroger donc. D'un bond qui fit glisser ma chaise avant qu'elle ne s'étale par terre dans un fracas assourdissant réveillant les dormeurs, je me tournai vers la fenêtre et l'ouvris, la claquant contre le bord au risque de la briser. Penchée à moitié dans le vide, je regardais la rue plus loin, sourde aux cris de la prof qui me menaçait de me coller si je ne me rasseyais pas. Avant de partir à sa recherche, le mieux était de savoir où elle était partie, de plus, sauter par la fenêtre aurait été une mauvaise idée... Ignorant royalement la classe qui me dévisageait comme si je venais de perdre la boule, je m'agenouillais en face du polonais et le pris par les épaules.

-Sais tu où elle est partie?
-N-non, mais il y a un journal déchiré sur son lit...
-On va la retrouver d'accord?


Sans plus attendre, je laissais le cours en plan, traversant une colonne de tables, je me fis glisser sur celles du milieu pour éviter de bousculer l'adulte, faisant tomber au passage trousses et feuilles. Un bras fantomatique s'extirpa de mon corps et planta ses griffes dans l'encadrement de la porte qui, heureusement, était ouverte, m'envoyant dans le couloir en une micro-seconde, sans perdre mon équilibre une seule fois, je courus jusqu'aux dortoirs, une horrible douleur aux cotes et avec la sensation que mon coeur allait exploser. Depuis ma rencontre avec Carnage, je ne pouvais plus courir sans avoir l'impression de bruler de l'intérieur. Bon, on m'avait dit aussi que la rééducation serait longue mais quand même... Une fois arrivée devant la porte de sa chambre, pliée en deux, je grognai en voyant que c'était évidemment ouvert, elle qui pourtant n'oubliait jamais de fermer... Boitillant, je me trainai jusqu'au lit en soupirant d'aise, ce que c'était bon de s'assoir! Comme l'avait dit le bambino, il y avait bien un amas de confettis en guise de journal sur la couverture avec à coté un article. Le type sur la photo ne me disait rien et encore moins son rang dans la société, pourtant, cela avait l'air d'être sa cible vu que les autres articles étaient déchiquetés. Sans un mot, je fermai les yeux et laissai le voile se déchirer contre mon corps, m'entrainant dans ce cher royaume que j'adorais tant par son ambiance et sa vitalité. Les mots  qui sortirent de ma bouche se formèrent dans l'espace avant de disparaitre en fumée, une question, une demande, trois mots, puis un flot discontinu, grave comme aigu, la réponse ne tarda pas à venir, me faisant ouvrir les yeux. Aidan comptait se venger, c'était certain, et après? Après, elle ne pourra plus venir ici...

Sans m'en rendre compte, mes bras fantomatiques me portèrent jusqu'à dehors comme mû par une volonté qui leur était propre alors qu'ils ne faisaient qu'obéir à mes pensées. Empêcher Aidan de faire l'erreur du siècle, ne pas la perdre, la convaincre d'arrêter cette folie... Bon sang, mais qui suis je pour penser ainsi? Elle n'est qu'une ame parmi tant d'autres! Pourquoi est ce que je veux l'arrêter? Pourquoi est ce que j'ai protégé les civils dans la rue? Pourquoi je veux sauver la vie de cet homme qui pourtant le mérite? Toutes ces questions me laissèrent pantoise et, à l'image de leur hote, mes bras cessèrent tout mouvement, comme attentifs au cours de mes pensées. Lassie se mit alors à aboyer comme les meilleurs chiens dans les films qui semblent convaincre leurs maitres que c'est la bonne solution, sauf que je comprenais vraiment Lassie, tout comme les petits qui nous rattrapèrent bien vite, acquiesçant tous ses paroles. Bien que j'avais encore du mal à comprendre ce que voulait vraiment dire l'amitié, je devais bien avouer qu'ils avaient raison. Bien sûr, si j'avais été là avant qu'ils ne meurent, je les aurais sauvé, et Aidan, elle aussi je l'avais sauvé ce jour-là. Ce n'était pas clairement de l'amitié mais cette volonté d'aider était nouvelle chez moi, j'en étais certaine à présent... Un cri me sortit de mes songes, Jérome, l'enfant Polonais, venait de repérer la fugueuse, volant bien haut dans le ciel, laissant mes bras d'ectoplasmes pendre sur les cotés, je courus jusqu'au mur qu'une silhouette semblait grimper.

-Aidan...

Avec une voix aussi faible, elle ne risquait pas de m'entendre, j'étais bien trop loin mais si je ne l'interpellais pas, elle partirait avant que je ne la rattrape, et alors, ce serait fichu!

-A-aidan... Aidan!... AIDAN?!

Ma voix se brisa, la gorge irritée par ce nombre de décibels franchit d'un seul coup sans échauffement, surprise d'avoir... crié? Oui, c'est ça, d'avoir crié, je plaquai mes mains sur ma bouche, louchant dessus, manquant au passage de tomber, heureusement, mes bras prirent le relais car j'étais épuisée de toute façon, me transportant jusqu'à mon... amie. Une fois les deux pieds à nouveau sur le plancher des vaches, je me pliai en deux, tachant de retrouver mon souffle sans m'étrangler avec ma toux qui mettait à vif mes cordes vocales. Une main sur mon flanc droit, je regardais Aidan.

-Il.. Il faut pas que tu!

Mon ton me semblait trop fort, c'était dérangeant, pourquoi est ce que je ne murmurais plus comme avant? Ne pas paniquer, surtout ne pas paniquer! Bon sang mais qu'est ce qui m'arrivait? Déjà, je voulais empêcher un être vivant de suivre le chemin qu'il s'était tracé, et maintenant, ma voix était... "normale"! Oh et puis zut, cesse de réfléchir un peu! Après une grande inspiration, je chassai toutes ces questions parasites et pris un air sérieux.

-Il ne faut pas que tu y ailles, Aidan. C... C'est pas la vengeance qui ramènera tes parents à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Lun 21 Nov - 21:56

Alors que je suis presque au sommet du mur un faible son fait pivoter mes oreilles, mais je n'y réagit pas plus que ça, jusqu'au moment où ce son insignifiant devient un cri, je reconnais la voix de Blue, je me retourne et l'aperçoit, elle semble mal en point, je descend malgré moi, je tente de rester impassible mais mes oreilles trahissent mon inquiétude, je ne veux pas qu'elle se blesse ne me coursant.
Le fait qu'elle est criée me déstabilise également, je ne pensai pas qu'elle en était capable, elle tente de me parler, mais a du mal, elle prend dont le temps de récupérer son souffle.

- Il ne faut pas que tu y ailles, Aidan. C... C'est pas la vengeance qui ramènera tes parents à toi !

Mes parents ? Je ne peux m'empêcher d'avoir un sourire à la fois triste et froid

- Ce n'est pas de mes parents qu'il s'agit... Mais de beaucoup plus... Tu ne sais pas ce que ce mec à fait, il a joué avec des vies humaines, s'en ai servit comme de vulgaires objets, il a accepté de couvrir les crimes de ses amies et le pire... LE PIRE dans tout ça, c'est que malgré ce qu'il a fait, on le laisse courir, on le laisse libre, on le laisse en vie et il peut encore exercer son métier malgré ce qu'il a fait. Alors qu'il a volé la liberté et la vie de tant de monde, il a brisé un nombre incalculable de rêve également. Ce mec est une ordure de la pire espèce, mais la justice fait rien pour qu'il paye, alors c'est moi qui vais m'en charger... Il va payer pour ses crimes, pour les vies qu'il a oté et celles qu'il a brisé.

J'ai parlé d'une traitre sans respirer, la colère et la détermination se ressente dans ma voix, bien sûr que j'ai peur, mais vu que ceux chargé de punir les criminels ne font pas leurs boulots, c'est moi qui vais m'en charger peut importe le prix que je dois payer pour cela.

- Après ça, j'essaierai de régler le souci avec mon pouvoir mai d'abord, je veux le voir mort, tu devrais attendre tranquillement ici et te reposer, t'est encore blessée...


Je ravance vers le mur et recommence mon ascension tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mar 13 Déc - 2:11

Ses oreilles couchées sur les cotés trahissaient son inquiétude, comme d'habitude. Lire ses pensées à travers son corps était devenu facile avec le temps, elle était très expressive après tout. Bien plus que les autres vivants, je ne comptais pas les morts évidement, eux étaient volontairement transparents à mes yeux. Elle finit par avoir une grimace, un sourire mais pas ce genre de sourire qu'on aime voir sur quelqu'un, généralement, je voyais ça sur les nouveaux défunts encore marqués à vif par leur décès mais elle n'était pas morte visiblement...

- Ce n'est pas de mes parents qu'il s'agit... Mais de beaucoup plus... Tu ne sais pas ce que ce mec à fait, il a joué avec des vies humaines, s'en ai servit comme de vulgaires objets, il a accepté de couvrir les crimes de ses amies et le pire... LE PIRE dans tout ça, c'est que malgré ce qu'il a fait, on le laisse courir, on le laisse libre, on le laisse en vie et il peut encore exercer son métier malgré ce qu'il a fait. Alors qu'il a volé la liberté et la vie de tant de monde, il a brisé un nombre incalculable de rêve également. Ce mec est une ordure de la pire espèce, mais la justice fait rien pour qu'il paye, alors c'est moi qui vais m'en charger... Il va payer pour ses crimes, pour les vies qu'il a oté et celles qu'il a brisé.

Ah c'était donc ça... une crise de justicier masqué à la Ghost Rider... Je ne parvenais hélas pas à me mettre à sa place. Peut-être parce que j'avais accepté la part sombre de l'Humanité, tout simplement. Il était égoiste de sa part de ne s'en prendre qu'à un seul malfaiteur. Que dire des hopitaux illégaux? Des mafias? Des asiles non réglementées? Des parents incapables de s'occuper de leurs enfants? De la misère mondiale? Voyons, pourquoi s'en prendre à un seul monstre? Et les créatures qui s'amusent à posséder les enfants et les pauvres naifs incapables de se défendre contre des esprits avides d'ames? Vas tu les combattre aussi? Non, la Justice ne fait rien pour toutes ces personnes mais ce n'est pas toi et ta seule vie qui arriverez à faire quelque chose, dommage pour toi, tu risques au contraire d'aggraver les choses...

La colère se ressentait mais si quelqu'un était capable de voir nos auras, il virait que j'étais moi aussi animée par cette émotion violente et impulsive. Pas aussi importante qu'à San Fransisco, certes, mais elle faisait vibrer mon ame autant qu'elle. Si elle avait été plus mature et plus consciente de toutes les conséquences de ses futurs actes, peut-être l'aurais je alors laissé partir sans la retenir, mais ce n'était pas le cas...

- Après ça, j'essaierai de régler le souci avec mon pouvoir mais d'abord, je veux le voir mort, tu devrais attendre tranquillement ici et te reposer, t'est encore blessée...

Je serrais les poings en la regardant escalader à nouveau le mur. Etais je donc devenue un poids mort pour qu'on me dise de me reposer alors qu'avant, on s'en fichait éperdument? J'avais un poumon en moins, je n'agonisais pas pour autant! Comme les mots ne semblaient pas l'atteindre, je fis quelques pas avant de lancer un de mes bras jusqu'à elle, faisant disparaitre le deuxième afin de ne pas gaspiller mon énergie pour rien, mes cotes me faisaient suffisamment souffrir comme ça. Lorsqu'il atteignit son épaule, je commençai alors à tirer sur le tissu, l'empêchant d'aller plus loin. Je n'avais hélas pas assez de puissance pour pouvoir la soulever et la ramener jusqu'à moi, je comptais donc sur le contact glaçant de mon bras pour qu'elle descende en vitesse car je ne comptais pas lacher, quitte à me faire trainer par terre.

-Après, tu vas surtout avoir les autorités sur ton dos oui. Pas mal d'enfants de la hssup ont eu droit à un petit séjour dans la crasse des rues d'une ville quelconque ou alors ont eut droit à un passage dans un hopital psychiatrique. Vas tu massacrer des infirmières et des clochards pour autant? Arrête de faire ton hypocrite et tourne la page. Les morts l'ont fait et ils sont heureux maintenant, même cette femme que tu as tué il y a quelques années. Ne pleure pas les morts, pleure plutôt les vivants, ce sont eux qui sont les plus à plaindre car ils n'ont justement qu'une vie physique, ils sombrent bien plus facilement que les morts au pouvoir malsain de vie et de mort sur les autres...

Je continuais de parler tout en m'avançant, sourde aux jappements de Lassie qui n'aimait pas la tournure des événements.

-Et puis, t'as pensé à ce que deviendrait ce type après sa mort? Non, évidement, vous les vivants, vous pensez que les fantomes ont une vie toute rose ou qu'ils n'existent pas. Les esprits qui s'en prennent aux mortels sont des raclures comme ta cible, leur ame est pervertie et c'est en provoquant leur mort qu'ils prennent leur véritable aspect, abject et affamé. Qui te dit que tu seras tranquille? La justice ne le punit pas? Est ce qu'elle sait au moins ce qu'il a fait? Nous sommes des dotés, Aidan. Contrairement aux autres, nous avons d'autres moyens pour faire éclater la vérité au grand jour! Bientot, les médiums auront enfin leur importance en tant que témoins et bien d'autres procédures sont en cours, bien qu'elles ne semblent pas prêtes à être appliquées, alors cesse de faire l'enfant et réfléchis un peu. Sinon... Je te forcerais à ouvrir les yeux et là, t'auras vraiment une raison de rester ici sans tuer inutilement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mar 13 Déc - 18:34

Blue répond à mes paroles en me faisant la morale, je continue de monter en l'écoutant à peine, qu'est ce qu'elle en sait de si mes amis sont heureus ou pas a présent ? Ils avaient des rêves et à cause de cet homme, ils sont partis en fumée. Ils pourront plus jamais les réaliser, tous comme les miens, on pourra plus jamais jouer au soleil ensemble comme on se l'était promis. Elle me pose la question de si la justice est au courant ou pas, je me retiens de lui rappeler que la police avait chargé quelqu'un de me protéger avant qu'ils essaient de me tuer, donc oui, ils savent toute l'histoire.

Alors que j'ai presque atteint le sommet du mur, je sent quelque chose me retenir, le poids n'est pas très important mais suffisant pour m'obliger à descendre, je me toure vers elle mes oreilles se plaquant sur mon crâne à mesure que la colère monte:

- Tu sais aussi bien que moi que ce mec est dans la catégorie des ordures qui seront jamais punies pour ce qu'ils ont fait peu importe combien de temps on attend ! Au lieu de me sortir des banalités, tu  veux pas plutôt me foutre la paix et t'occuper de tes affaires pour une fois ? C'est ma vie j'en fait ce que je veux ! Tu dis que mes amis sont heureux à présent, mais t'en sait rien ! T'étais pas avec nous dans le centre et encore moins lors de l'explosion, tu ne sais rien de nous... Alors garde tes discours pleins de niaiserie et de bons sentiments pour les autres, y'a longtemps que je crois plus au monde des bisounours. De toute façon, t'as rien à me dire, t'est personne !

Je tremble, ma colère est plus violente que ce que j'aurais voulu, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi elle fait ça, pourquoi elle s'entête à vouloir me retenir, allant jusqu'à forcer sur son don alors que son corps est encore faible. Pourquoi elle me sort des banalités pour me convaincre de ne pas agir ? Qu'est-ce que ça peut bien lui foutre, je fais ce que je veux, c'est ma vie pas la sienne.

Voyant que je ne peux pas escalader mon mur tranquille, je pars devant moi en la bousculant à moitié au passage ne pensant pas qu'elle était si près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Jeu 22 Déc - 23:39

- Tu sais aussi bien que moi que ce mec est dans la catégorie des ordures qui seront jamais punies pour ce qu'ils ont fait peu importe combien de temps on attend ! Au lieu de me sortir des banalités, tu veux pas plutôt me foutre la paix et t'occuper de tes affaires pour une fois ? C'est ma vie j'en fait ce que je veux ! Tu dis que mes amis sont heureux à présent, mais t'en sait rien ! T'étais pas avec nous dans le centre et encore moins lors de l'explosion, tu ne sais rien de nous... Alors garde tes discours pleins de niaiserie et de bons sentiments pour les autres, y'a longtemps que je crois plus au monde des bisounours. De toute façon, t'as rien à me dire, t'est personne !

Ces mots, maintes fois entendus, maintes fois ignorés, faibles à mes oreilles, sans importance, pourtant de sa bouche, ils avaient l'effet d'une gifle pour moi. Tu n'es personne, tu ne sais rien, qui es tu déjà? Mon coeur s'emballe comme si mon sang ne parvenait plus à circuler dans mes veines, pourtant c'était le cas, la sensation d'étouffer vint très vite me saisir à la gorge, oppressante. Pourquoi n'arrivais je pas à ignorer ses paroles alors que je l'avais toujours fait jusque là? L'envie de m'isoler de tout commence à m'envahir mais pour une fois, je parvins à refiler ces "crises" qui me prend de plus en plus depuis mon altercation avec Carnage, sans oublier la douleur fantome dans mon poumon droit inexistant... Assez de vivre dans le passé, mon enfance en maison pour fous est loin à présent, mon détachement de la réalité aussi, je ne suis plus enfermée dans une cellule matelassée avec pour seuls compagnie ma famille, Lassie et les suicidés de l'hopital! Et c'est grâce à Aidan si je suis parvenue à aller aussi loin, bon, grâce au massacre de San Fransisco aussi... et grâce à Carnage... Même si être aidé par un criminel est plutôt bizarre, ils ne sont pas sensés ne pas aider justement? Bah, de toute façon, il devrait faire acrobate, il a l'air agile au niveau des pattes, mais pas en lanceur de couteaux, faut penser aux blondes sur la roue... Bref, revenons à Aidan, bien que ce ne soit pas mon style, j'ai vu assez de série pour comprendre qu'on aidait les amis mais pas forcément en les soutenant, au fond, j'aimais bien le faire mais là... J'avais une folle envie de lui remettre les idées en place... Aussi quand elle me bouscula en voulant partir, ma main, ou plutôt mon poing, est parti tout seul, frappant durement sa joue, enfin aussi durement que je pouvais le faire en tout cas. Sous un ordre mental, quatre bras fantomatiques surgirent de mes épaules, attrapant Aidan par le col avant qu'elle ne s'étale par terre, leurs forces respectives conjuguées ne me permettaient pas de la soulever à bout de bras mais quand je mis mes deux bras vivants à l'oeuvre, cela fut facile à faire, la tenant suffisamment haut pour que ses pieds effleurent à peine l'herbe. Cet exploit me poussait à aller plus loin pour exprimer ma colère.

-Bon, je ne vais rien dire au sujet de ce type car franchement, de un, je m'en fous complètement, de deux, c'est peut-être un connard et alors? Des connards, y en a partout, j'ai vécu avec des connards, j'ai dormi avec des enflures, j'ai cotoyé les plus ignobles spécimens vivants sur terre et même contribué aux exploits de certains même si on ne voit jamais mon nom dans les faits, cela ne m'a pas empêché de dormir et ce n'est pas maintenant que je vais faire ma petite princesse de service hurlant à l'injustice. PAR CONTRE, je refuse de t'entendre dire que je sais rien sur les morts! C'est mon rayon tandis que le tien, c'est les puces, OKAY?! Tu oses te plaindre de ta condition et de celles de tes anciennes connaissances mais au fond TU SAIS QUE DALLE! Le pire c'est que tu n'as pensé qu'à une infirmière quand tu es venue me voir la première fois, tes amis? Le sont ils vraiment pour que tu ne m'aies pas demandé s'ils allaient bien? Les affaires des défunts me concernent autant que les affaires des vivants qui y sont liées et c'est le cas pour toi. Oui, ils t'en ont voulu de n'avoir rien pu faire pour eux mais comme tout les défunts, ils ont chassé leurs mauvais souvenirs et ont vécu des années heureuses avec les autres fantomes pendant que toi, tu croyais vitale de les venger, les morts en ont strictement rien à foutre de ce genre de sacrifices!

Obéissant à mes ordres muets, les bras d'ectoplasme repoussèrent Aidan plus loin, je la regardai un moment avant de m'approcher.

-T'auras beau croire que ce ne sont que des balivernes, tu devras bien admettre que j'ai raison, je n'ai jamais menti sur les morts et ce n'est pas maintenant que je vais le faire, surtout pas à une amie.

Je m'arrêtai à quelques pas d'elle, espérant qu'elle allait changer d'avis quand je remarquai que quelque chose clochait. Son bandeau n'était plus noué à l'arrière de son crane! Du coin de l'oeil, je le vis tomber doucement un peu plus loin. Mince! C'était probablement quand je l'ai poussé qu'il s'est détaché! Prudente, je fis un pas en arrière.

-Hey... Aidan, ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Ven 23 Déc - 14:56

Alors que je projette de fuir la conversation, Blue vient me cueillir avec un coup-de-poing et me soulève sans que je ne sache trop comment avant de m'incendier. Je sens la colère monter plus vite que d'ordinaire. Comment elle peut se permettre de dire que mes amis n'en étaient pas vraiment ? Si j'ai demandé principalement des nouvelles de Mademoiselle Rose, c'est parce qu'elle est morte de mes mains.

- Hey... Aidan, ça va ?


La voix de Blue résonne bizarrement à mes oreilles et ce n'est pas seulement à cause du pain qu'elle ma collé... Son discours aussi à eu, une consonance étrange à mes oreilles faut dire que je ne l'avais jamais vue avec une telle expression de colère... Vue ?!

Je percute enfin ce qui se passe, sous la surprise et le choc de sa réaction, je n'avais pas percutée, mais je peux voir, mes yeux ont déjà viré au rouge alors que je tourne la tête pour voir mon bandeau tomber doucement au sol, je jure dans ma langue natale, je tente de lutter en respirant profondément comme me l'a appris miss Keegan, mais ça me permet juste de retarder l'inévitable de quelque seconde !

- Barre-toi ! Maintenant ! Et vite !

Je la vois reculer, mais je sais au fond de moi qu'il est trop tard, la bête prend le dessus sur moi et se jette sur Blue alors que je tente de me retenir en vain.

Pour l'instant, je me contente de la valdinguer un peu dans tous les sens, comme le ferait un chat avec une souris. Je sais que mon côté animal prend généralement le temps de voir si ses proies sont résistantes ou pas avant de jouer réellement avec.

- Sauve-toi !


Malheureusement, mon dernier avertissement est remplacé par un grondement bestial et un ricanement. Mes cheveux ont un peu poussé, mes griffes sont prêtes ainsi que mes crocs. La bête est libre et je ne peux rien faire pour la stopper, une fois encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mer 28 Déc - 1:53

Voir ses yeux écarlates me fait l'effet d'une douche froide dans le dos, je venais de faire une énorme erreur mais je m'en rendais compte que trop tard! Lentement, je reculais, incapable de quitter son regard ne serait ce qu'une seconde. Comme moi, elle semblait avoir compris la situation et se mit à jurer en espagnol, à moins que c'était de l'italien?

- Barre-toi ! Maintenant ! Et vite !

Alors ça, c'est ce que je voulais faire, mais alors vraiment, du plus profond de mon coeur, hélas je n'y parvenais pas. Son expression me terrifiait autant que les histoires de mes parents fantomes sur les esprits capables de posséder et de dévorer les ames des mortels et des défunts, plus communément appelés Poltergheists, bien que l'on garde surtout en tête leurs capacités à nuire et à hanter les maisons... Une sensation atroce d'être pris à la gorge et de se déplacer dans de la confiture, pour la seconde fois dans ma vie, je ressentais la vraie Peur, l'autre fois étant avec le criminel nommé Carnage qui m'avait charcuté le poumon. Aidan ne mit pas longtemps à perdre le controle sur ses instincts et me bondit dessus, me plaquant violemment au sol. Visiblement, l'animal ne semblait pas prêt à me boulotter, préférant me faire rouler à droite ou à gauche, comme un gros chat... Instinctivement et ce, malgré le froid qui commençait sérieusement à envahir mes membres, je me protégeais avec mes bras fantomatiques, serrant les dents à chaque fois que ces derniers prenaient des coups.

Soudain, elle se mit à grogner, visiblement tentant de me lancer un avertissement mais elle semblait totalement submergée par son coté bestial, qui est avant tout un renard. La langue humaine, c'est pas leur truc... Le sang battait à mes tempes et mon coeur cognait lourdement contre ma cage thoracique. Comme dans la rue commerciale, mon instinct de survie fit tourner mes méninges, cherchant un moyen d'échapper à cette furie, mais si je fuis, elle attaquera les autres non? L'interrogation me fait perdre quelques secondes précieuses alors qu'elles auraient pu me permettre de filer sans me retourner. Une nouvelle idée vient alors. Si je ne veux pas que des civils soient en danger, alors autant faire en sorte qu'aidan reste ici et d'avertir le personnel. Mon regard se pose sur Lassie qui nous observaient avec des yeux fous, aboyant comme jamais, elle était si excitée que même un vivant pouvait la voir, aussi terrorisée que moi... Un vivant pouvait la voir!

Sans hésiter, je pris Aidan par les épaules avec mes six bras avant de l'expédier avec le reste de mes forces dans un buisson à quelques mètres, arrachant quelques morceaux de son aura au passage. Joignant toutes mes mains ensemble, j'intimai à Lassie et aux enfants de foncer avertir le personnel de ce qui se passait, en espérant que les pions les suivront sans perdre de temps. Une fois les petits et la chienne partis au pas de course, j'entrouvris mes mains pour finalement les écarter tout simplement, lachant un nuage de papillons orangés sur Aidan. Si elle agissait vraiment comme un animal, ces papillons allaient attirer son attention et elle allait jouer avec pendant un moment, instant où j'allais profiter qu'elle me fiche la paix pour réfléchir à la suite et me reposer. Enfin c'est ce que j'aurais prévu de faire si mon nez ne s'était pas mis à saigner, j'ai dû trop utiliser mon don pour venir ici et pendant la discussion il faut croire... Au moins, je n'ai pas mal à la tête, mais l'odeur risque d'attirer la bête! D'un geste rageur, je tentai d'arrêter le saignement avec ma manche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mer 28 Déc - 22:08

je tente en vain de me contrôler, je peux sentir l'excitation de cette boule de haine que j'ai crée alors que je valdingue une énième fois Blue au loin. Elle utilise son don pour se protéger mais je sait que c'est inutile, elle devrait fuir. Pourquoi elle le fait pas d'ailleurs ? C'est pourtant évident... Si elle fuit je vais la suivre et je risque d'attaquer des gens qui peuvent encore moins se défendre.

Elle finit par me valdinguer dans un buisson, je glapit de colère... La bête ne veut plus jouer. Je vois alors des papillons orangé, je me concentre alors autant que je pour pour tenter de reprendre le contrôle et de l’intéresser a ces "jouets", cela semble fonctionner une fraction de seconde, je reprendrais presque espoir, malheureusement une odeur familière vient flatter mes narines et je bondit vers Blue. Je lèche son nez et ronronne. Intérieurement j'ai envie de vomir, extérieurement j'en veux plus. Je commence a la lacérer avec l'espoir de faire couler le plus de sang possible ne m'arrêtant que pour me délecter du nectar carmin interdit.

Je me supplie d'arrêter sans succès alors que ma fourrure vire à l'écarlate. Je ne veux pas faire de mal à quelqu'un que j'aime, pas encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Lun 2 Jan - 1:07

Comme je m'y attendais, elle se désintéressa complètement des papillons orangés pour se jeter sur moi. Mes bras ne purent me soutenir et je m'affalai par terre, avalant de travers une bouffée d'air, ce qui me fit tousser violemment. Je m'attendais à me faire croquer la main ou autre chose mais le contact d'un bout de viande baveuse sur mon nez me fit ouvrir les yeux de surprise alors que je les gardais fermé depuis mon atterrissage dans l'herbe pour ne pas voir le carnage. Elle me léchait le nez! La sensation était étrange, à la fois attendrissant car c'est ce que faisait généralement Lassie le matin, et horrifiant car ce n'était que pour le sang qui coulait de mes narines! J'étais autant fascinée par l'énergie que mettait l'animal dans la tache que perturbée, jusqu'à ce qu'elle commence à me taillader la joue. La peur me submergea et je me débattis automatiquement, serrant les dents à chaque fois que ses griffes me tranchaient la chair.

Lorsqu'elle commença à s'intéresser à mon abdomen, et donc les tripes derrière, je ne réfléchissais plus, abrutie par la douleur et tremblante comme une feuille. Je me concentrai sur mon coeur en imaginant une flamme y naitre puis grandir pour ensuite m'envelopper comme une seconde peau, mon ame, mon aura, répondit à mon ordre muet et se matérialisa d'un bleu vivifiant, contente un instant car j'avais réussi à le faire après des semaines à essayer de comprendre comment ça marchait après m'être réveillée en plein milieu d'un cauchemar, aussi bleue qu'un stroumpf super sayen, mais la bonne humeur fut très vite chassée par la situation. Ce n'était pas de vraies flammes mais si Aidan en était vraiment réduit à être qu'un simple animal, l'image même de ce feu vivant allait la faire reculer. Bien évidement, je m'attendais au contrecoup pour cette utilisation de mes dernières forces, qui ne tarda pas à venir avec violence, me donnant l'impression d'avoir la tête explosée. Alors qu'un liquide chaud coulait de mes oreilles et à nouveau de mon nez, je tentai de repousser Aidan d'un coup de pied dans l'estomac, incapable d'utiliser mes bras fantomatiques qui s'étaient désagrégés comme mon aura, redevenant invisible aux mortels. J'étais à présent aussi faible qu'un chaton venant de naitre, et ça me déplaisait beaucoup. Obéissant à mes instincts, je tentais piteusement de m'éloigner le plus possible d'Aidan en tachant de ne pas m'évanouir quand j'eus l'impression d'entendre des aboiements et des bruits de pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans une bibliothèque ou une ruelle sombre
❝ POINTS : 243

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Lun 2 Jan - 2:01



Deus Ex Machina


Feat Aidan Auditore & Blue Anderson

Une journée normale comme je les aimes. Ma bibliothèque est calme, les rares étudiants à ne pas être en cours et qui choisissent d’étudier ici se tiennent bien. Je peux moi même feuilleter un intéressant polar moderne puisque tous les livres sont déjà à leur place. Vraiment tout se passe pour le mieux. Les fenêtres de ma bibliothèque laissent entrer le soleil qui recouvre une grande partie des jardins. Les fenêtres sont ouvertes pour laisser passer un courant d’air. Certes il fait frais à cette époque de l’année mais je trouve qu’un peu de fraicheur ne fais jamais de mal. Ce qui n’est pas forcement au goût des élèves mais je n’en ai cure.

Soudain, un jappement, non, un aboiement me tire de ma lecture. À l’entrée de ma bibliothèque se trouve un chien bien étrange. Ses aboiements incessant dérangent les élèves présents entre mes murs tant et si bien que je me force à me lever pour le chasser. De toute manière depuis quand les animaux, autres que les créatures liés aux étudiants, sont admis à l’école ? Je m’approche donc de l’animal avec un regard tout sauf amical sur le visage mais je remarque un fait étonnant. Cet animal est transparent. Du moins en partie.

C’est donc bel et bien une création d’un élève et soit il s’agit d’une mauvaise blague, soit de quelques chose de plus « important ». À l’échelle humaine évidemment. Le caractère pressant de ses aboiements, qui semblait presque appeler à l’aide, interpellent ma curiosité. Je quitte donc mon domaine tout en toisant d’un air entendu les élèves que je peux voir. C’est presque comme s’il s’apprêtent à faire le salut militaire pour faire comprendre qu’ils ont bien reçu l’ordre. Qu’ils sont sympathiques.

Le chien me guide jusque dans les jardins avant de finir par s’effacer. Mais son aide n’est plus nécéssaire à ce moment car j’ai déjà plus ou moins cerné le soucis. Entre les cris de douleur, les grognement et la fuite des oiseaux, il ne pouvait y avoir plus évident. J’active mon pouvoir, le sentiment familier de l’énergie qui se répand depuis mes doigts dans tout mon corps me fait frissonner. Quelques mètres plus loin, que vois-je ? Une pathétique jeune demoiselle au prise avec la miss je régurgite.

« Miss. Auditore. N’avons nous pas discuté de tout cela auparavant ? Je sais bien que l’école n’est pas le meilleurs des soutient mais ne pas réussir à garder un semblant de conscience après ce temps là fais plus preuve de sabotage de votre part qu’autre chose. »

Je sais bien que l’animal en face de moi ne peut me comprendre et ne réagira pas à mes paroles mais depuis la dernière fois je sais que la gamine à l’intérieur elle m’entends depuis sa cage. Cage imaginaire évidemment. D’une manière assez surprenante le « renard » me prête déjà une certaine attention si bien qu’il arrête de s’en prendre à la demoiselle vers qui je tourne mon regard.

« Je ne vous félicite pas mademoiselle. Je n’ai pas envie de savoir ce qu’il s’est passé ici mais votre état prouve que vous avez échoué. Et miss Auditore ne prendrait pas le risque de libérer son pouvoir dans l’enceinte de l’école. J’en déduis que vous êtes aussi la cause de son état. »

Sur ce, je fais face à la petite renarde. Il ne reste plus qu’à savoir si oui on non elle va coopérer sous cette forme.

© code by Lou' sur Epicode


_________________

cadeaux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Lun 2 Jan - 12:19

Arrête-toi ! Stop ! Je me répète ces mots en boucle, mais sans autre succès que de ralentir très légèrement mon corps, je continue de m'en prendre à Blue, l'odeur de sang se fait de plus en plus forte. Les cris me rappellent d'autres accidents du genre. De son coté Blue tente par tous les moyens de se débarrasser de moi, notamment avec un genre de feu, mais c'est peine perdue, même si j'ai un mouvement de recul en le voyant, je remarque rapidement qu'il n'a pas l'odeur d'un feu et reprend de plus belle avec une fureur augmentée. Si je ne reprends pas le dessus, si personne n'intervient, si elle ne fuit pas, alors je vais sans doute... Non, je ne veux pas y penser. Je continue de lutter pour le contrôler, mais c'est inutile tant que les choses resteront comme ça.

Des bruits de pas me font tourner la tête, je reconnais facilement miss Cyrene, la bête en moi aussi et elle n'a pas l'air ravi, après un dernier coup ayant pour but de faire voltiger Blue, elle se tourne vers sa nouvelle proie en grondant. J'ai beau savoir que je ne peux pas lui faire de mal, je ne peux m'empêcher d'être inquiète. Elle me fait la morale tout en tentant en sous-entendus de me ramener à la raison. Elle sait que même sous cette forme, je peux l'entendre. Je suis presque vexée qu'elle me dise que je fais du "sabotage" même si c'est qu'une fraction de seconde, j'ai quand même fait quelque progrès au niveau de mon contrôle et puis lorsque je suis en colère, c'est actuellement impossible que je me contrôle. Bon... Elle a pas tort cela dit, je suis l'une de ceux qui ont le moins progressé parmi les élèves de ma classe, enfin au niveau de la maitrise du don, pourtant, j'essaie, j'essaie vraiment, c'est pas comme si ça m'amusait de blesser des gens, surtout des gens que j'aime.

Elle fait aussi une réflexion à Blue, comme quoi, c'est sa faute si elle se retrouve dans cette situation, je doute que Blue percute vraiment ce qu'elle dit. J'ai envie de protester de dire que Blue a pas fait exprès de retirer mon bandeau, qu'elle voulait m'empêcher de faire quelque chose qu'elle considérait comme une bêtise, mais mes grognements seraient incompréhensibles. Elle ferait mieux de mettre Blue à l'abri, enfin ça c'est si je me tenais pas entre les deux. C'est assez ironique quand j'y pense, je "protège" ma première cible dans le but de finir le boulot plus tard.

Intérieurement, j'adorais obéir, que le cauchemar se termine, mais extérieurement, je tourne autour d'elle analysant la situation et cherchant une faille. Cela dit étant donné que je ne peux lui faire de mal, je devrais cesser de me focaliser sur le combat afin de me concentrer sur comment redevenir moi-même, mais si je fait ça, je perdrais le peu de contrôle que j'ai sur mon corps, enfin, je suppose que je vais devoir prendre le risque bien que je doute des chances de réussite de la manœuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mar 3 Jan - 0:53

Je n'avais pas besoin de relever la tête davantage, je pouvais sentir la présence de Lassie contre moi, léchant mes plaies comme le ferait un chien avec un autre, ce n'était malheureusement pas spécialement agréable à pas me faire frissonner de froid qu'autre chose! Ses jappements m'irritaient aussi mais j'étais trop heureuse de l'avoir auprès de moi pour la gronder, et puis je n'étais pas en état pour ça. Et bien trop intéressée par la personne qu'elle avait pu ramener, et bien... ce n'était pas un surveillant. Je ne sais pas si ça me rassurait que ce soit la bibliothécaire mais je ne pouvais pas en vouloir à ma chienne, j'allais souvent au CDI ces derniers temps, mais je communiquais très peu avec la propriétaire des lieux.

« Miss. Auditore. N’avons nous pas discuté de tout cela auparavant ? Je sais bien que l’école n’est pas le meilleurs des soutiens mais ne pas réussir à garder un semblant de conscience après ce temps là fait plus preuve de sabotage de votre part qu’autre chose. »

Ses propos m'amusaient mais la douleur qui transperçait ma chair comme des millions d'aiguilles. A l'entendre, on pourrait croire que la Hssup était inutile, de la part d'un membre du personnel, c'était drole. Bon, je n'étais pas spécialement bien placée pour dire une telle chose vu que je n'avais rien foutu pendant deux années entières. Bon, j'avais peaufiné ma technique en dessin mais ce n'était pas grand chose et surtout pas lié à mon don! C'est alors qu'elle posa ses yeux sur moi, pour ma part, je ne pouvais guère lever les yeux plus haut qu'à la hauteur de son ventre, j'avais trop mal pour faire plus et puis je n'avais pas besoin de voir ses traits pour comprendre le fond de sa pensée.

« Je ne vous félicite pas mademoiselle. Je n’ai pas envie de savoir ce qu’il s’est passé ici mais votre état prouve que vous avez échoué. Et miss Auditore ne prendrait pas le risque de libérer son pouvoir dans l’enceinte de l’école. J’en déduis que vous êtes aussi la cause de son état. »

C'est ce qu'on appelle l'hopital qui se fout de la charité et un revers de la main violent. Voilà que j'étais victime de snobisme, ou de dédain, voir de mépris, bref, de mon propre comportement envers les mortels. Cela m'énervait autant que me faisait mal. Ce n'était tout de même pas de ma faute si Aidan ne savait toujours pas faire des noeuds! D'ailleurs, les bandeaux, c'est dépassé et pas fiable, Scott des X-mens l'a compris lui! Dire que j'étais restée uniquement pour empêcher la petite de faire plus de dommages qu'actuellement... J'aurais mieux fait de fermer ma grande bouche et de la laisser faire couler le sang tiens, au moins, je n'aurais pas raté de cours et je ne serais pas dans un sale état. "Mais tu t'en aurais voulu aussi..." Je chassai la petite voix dans ma tête sans attendre. Non sérieux... M'en vouloir pourquoi? Est ce que je m'en voulais à chaque fois que je croisais des enfants victimes d'infanticides ou des victimes de meurtres en tout genre? Non... non, vraiment, je ne m'en voulais pas, enfin, c'est ce que je pense... Les paroles dures de la femme me revinrent en mémoire et chassèrent toutes mes interrogations et pensées futiles. Bon sang mais qu'elle aille se...

Avec le peu de force que m'accordait l'adrénaline dû à la peur, je me redressais légèrement et levais à moitié mon bras qui était en meilleur état que l'autre, faisant un geste obscène à la brunette.

-F-franchement... Allez vous faire foutre, Miss...

Je n'eus pas le temps de lui dire tout ce que je comptais dire, ma tête, lourde comme une pastèque, retomba par terre avec mon bras, incapable de réfléchir, je me sentais partir vers les ténèbres que je cotoyais autant que le royaume des morts, plongeant dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans une bibliothèque ou une ruelle sombre
❝ POINTS : 243

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mar 3 Jan - 11:51



Deus Ex Machina


Feat Aidan Auditore & Blue Anderson

Je n’attends pas vraiment de réponse de la part des deux demoiselles. Enfin, je sais que la petite renarde ne pourra pas me répondre, c’est surtout que je n’ai que peu d’espoir en la seconde. Au vu de son état. Et pourtant elle parvient à se « relever » et à lancer une double insulte, physique et sonore. Impressionnant bien que vulgaire. Comme je l’ai dit auparavant, il semblerait que cette école n’aide que peu ses étudiants. Mais bon, ce n’est pas mon soucis même si je « dois » arrêter cette gamine afin de jouer mon rôle, puis j’emporterai l’autre à l’infirmerie.

Je peux donc enfin me concentrer sur la « menace », aussi ridicule soit-elle. Je fais un premier pas. Elle a un mouvement de recul et grogne de plus belle. Tient donc. Cet animal n’est-il pas censé être insensé et agressif ? Il l’était durant notre première rencontre. Peut-être que les souvenirs de celle ci ne lui plaisent guère ? Je fais un nouveau pas. Pas de mouvement de recul cette fois ci, mais toujours plus de menaces animales.

« Vous m’excuserez pour ces mauvais souvenirs. Et pour votre aller simple à l’infirmerie. »

Heureusement, il n’y a plus de jardinière pour condamner ce que je m’apprête à faire. Je m’approche encore, mettant bien en évidence ma main incandescente, moins de deux mètres me séparent de l’étudiante. Et elle finit par faire l’erreur. Peut-être à cause du stress ?  Je n’en sais rien et cela ne m’intéresse que très peu. Elle saute, pour tenter de me blesser. Le but est certainement de me distraire le temps de prendre la fuite. Mais elle ne va pas très loin.

Au milieu de son saut je libère la chaleur qui n’a pas pu s’exprimer depuis que j’ai commencé à utiliser mon pouvoir. L’onde de choc encore une fois n’est pas très impressionnante, mais elle est assez puissante pour envoyer voler une aussi petite créature. Le mur l’accueille avec joie. Sonnée par le choc elle ne peut pas m’empêcher de l’attraper. Pas d’inquiétude, même si j’ai relâché mon pouvoir je suis pleinement capable de m’empêcher de la faire bruler vive. La chaleur a de nouveau disparue.

L’animal se débat une fois son esprit clair de nouveau mais il n’est pas question de lui laisser le temps d’abîmer mes vêtements. Un petit coup à l’arrière du crâne et l’histoire est terminée. Je ne sais exactement comment elle retrouvera sa forme originelle mais je suppose que commencer par la couper du soleil est un bon début. Je récupère donc le bandeau abandonné au sol et le noue de nouveau autour du crâne de la gamine renarde. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire.

Je la prend ensuite sous le bras et fait de même pour l’autre gamine. Direction l’infirmerie. De plus il se trouve qu’ils viennent de trouver un remplaçant pour l’autre imbécile. Ils le disent morts, quelle bande d’idiots. Il a surtout pris la fuite pour profiter de son plaisir bien aimé, je peux le comprendre dans un sens. Mais bon, là n’est pas la question.

Une fois arrivé dans ladite infirmerie je pose lourdement les deux enfants sur des lits avant d’interpeller la médecin scolaire.

« Voilà deux patientes pour vous. L’une des deux est certainement bonne pour l’hôpital mais je vous laisserai juger. »

Pas de réponses ? Elle n’est peut-être pas là. En tout cas mon travail ici est terminé et je vais devoir vivre la fin de ma journée avec des traces de sang. Je laisse mon pouvoir s’éteindre avant de retourner vers ma bibliothèque puis une question m’assaille : n’aurai-je pas déjà vu cette seconde étudiante ? Mais je l’efface bien vite, ça n’a que très peu d’importance.

© code by Lou' sur Epicode


_________________

cadeaux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ecole
❝ POINTS : 729

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mar 3 Jan - 14:15

La bête n'apprécie pas du tout la suite des évènement, surtout quand on finit brutalement contre un mur, son envie de tuer déteindrait presque sur moi alors qu'en vrai, j'ai surtout envie de remercier miss Cyrene de son intervention. Je me débats avec rage quand elle nous chope par le col puis le trou noir.

(quelques heures plus tard, début de la nuit)

J'ouvre les yeux, je me demande où je suis, j'ai mal partout, l'air empeste le sang de Blue... J'empeste le sang de Blue. Tout me revient en quelques secondes, je me redresse et retire mon bandeau brusquement, de toute façon, je suis trop fatiguée pour devenir une bête furieuse, au pire, je deviendrai le bébé renard en quête d'affection.
Heureusement, la nuit est tombée, je remarque avec horreur ce que j'ai fait : Blue semble mal en point dans le lit à côté du mien, il semblerait qu'on lui a administré les premiers soins, mais les bandages sont en partie écarlate, tout comme mes mains. Je recule doucement jusqu'au mur les oreilles en arrières. Si personne n'étais intervenu, elle serait ...
Un gémissement s'échappe de ma gorge, je retiens mes larmes, je n'ai pas le droit de pleurer pour un acte qui est de ma faute, elle voulait seulement m'empêcher de tuer quelqu'un, m'empêcher de commettre un crime de sang-froid, de prendre le risque d'avoir des ennuis à nouveau.
La peur m'envahit tout autant que la culpabilité, et si je blessais d'autre gens à l'avenir ? D'autres élèves, et que cette fois, on n'avait pas la chance que quelqu'un intervienne ? Je dois me rendre à l'évidence, je suis un danger pour les autres, plus je reste ici et plus je prends le risque de blesser quelqu'un.
Pourtant, une partie de moi ne veut pas s'en aller, elle veut rester avec Blue. Mais c'est impossible à présent, je pense, même si ce n'est pas son genre de juger, elle a vu quel monstre je pouvais être, elle va certainement m'en vouloir et refuser que je l'approche, elle aussi elle va me fuir comme pas mal d'élèves de l'établissement.
Mes larmes se décident à couler alors que je lui rédigé une lettre d'excuse dans ma langue natale avec une compresse et un stylo trouvé dans un coin. C'est peut-être ridicule, mais je lui laisse aussi le bon pour une glace que m'avait donné la fille étrange croisée dans cette maison abandonnée, comme si une glace pouvait réparer ce que j'ai fait. J'aimerais remercier miss Cyrène, mais je ne sais pas trop comment, je laisse simplement une feuille avec merci, en italien écrit dessus. C'est étrange, quand je suis submergé par l'émotion, je ne sais plus parler autrement qu'en italien.

Je ne veux pas partir, mais je le dois... Sans prendre la peine de faire mon sac, j'ouvre la fenêtre et quitte le bâtiment, alors que je vais pour escalader le mur, je remarque le sol taché de sang sur le lieu de l'affrontement, je tourne les talons et me mets à courir passant par la porte, par chance, je ne croise aucun surveillant. Je cours aussi longtemps que mes jambes peuvent me porter pour finalement m'arrêter près d'une fontaine. J'essaie alors frénétiquement mes mains jusqu'à en avoir mal, mais c'est peine perdue, l'odeur de sang refuse de partir.
Je me blottis contre la pierre de la fontaine sur la place déserte me demandant ce que je vais bien pouvoir faire à présent, ce que je vais devenir, on dirait bien que je retourne à la case départ, livré à moi-même et solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue) Mer 4 Jan - 1:27

Je me sentais... libre. Libérée de la douleur, je ne sentais plus rien à part un profond bien-être dans l'obscurité qui m'enveloppait. Flottant dans un lieu étrange et inconnu, je n'étais même pas effrayée, peut-être que mon cerveau s'était habitué à être déconnecté de la réalité à force de prendre cher. Je devrais sincèrement faire une pause. Il parait qu'Hawai c'est bien, peu d'enfants et de belles nanas qui aiment danser la nuit d'après des touristes. Me lacher au milieu d'une ribambelle de femmes peu vêtues et fleuries comme un cimetière, sérieusement, ça me tentait! Dommage que mes pensées actuelles ne me suivront pas quand je reprendrais conscience, mais bon, rêver, c'était bien aussi non? Ou alors le Pole Nord, certes, on se les gèle, mais la Paix y règne comme nulle part ailleurs... Non, mieux, l'Espace! Ah oui mais les morts peuvent ils aller là bas? Hmmm le moyen age me suffisait comme expérience pour les séparations brutales. Ah, voilà finalement la lumière, pas trop tôt!

La pénombre régnait dans la pièce mais ce qui attirait mon attention était le poids énorme qui pesait sur mon corps. J'étais morte de fatigue, les paupières entrouvertes, incapable de bouger ne serait ce que le petit doigt, ce qui m'étonnai aussi était l'absence de douleur. Ah, je devais être abrutie par la morphine... Pourquoi d'ailleurs? Je me souvins alors de tout en remarquant Aidan se lever, les oreilles en arrière, une expression aussi facile à traduire que de l'anglais sur la figure. C'est vrai qu'elle m'avait bien amoché, est ce pour ça que je ne peux rien bouger? Et avec toute cette obscurité, je dois ressembler à un cadavre! Bon, c'était déjà le cas avant mais je pense que c'est pire cette fois ci, évidement. Elle se met alors à pleurer, ce qui m'aurais fait tiquer. Hélas, dans mon état, j'étais incapable de lui lancer une remarque sur le fait que ses larmes effaceront pas ses bêtises ni celles des autres. Je la regardai donc écrire son fichu mot, que je parie être en italien, sur une compresse, je crois, bah voyons! Ca sera vachement lisible! Surtout avec toute la flotte que tu laisses couler dessus... Elle glisse quelque chose dedans, un papier plastifié que je n'ai pas pu reconnaitre à cause du peu de luminosité présente dans l'infirmerie. Après ce moment galère, elle finit par ouvrir la fenêtre et sauter dehors, je l'entendis pendant un moment descendre en se servant de la gouttière, puis de courir dans l'herbe, jusqu'à ce que la nuit finisse par l'engloutir.

Une fois de plus une personne à qui je tenais m'est arrachée, comme ça, comme si je devais continuer seule, encore et toujours. Ca en devient presque désespérant. Non, c'était pitoyable. Pathétique et misérable. Moi qui fais le lien entre les vivants et les morts est incapable de cotoyer ces premiers comme une mortelle, comme je devrais. Egoiste, je n'ai que juré par ceux qui me comprenaient sans voir qu'en faisant cela, je m'isolais des autres et empêchais mon entourage de s'ouvrir et de me comprendre autant que je pouvais les connaitre. Comme avec les vieillards à la maison de retraite, ils m'acceptaient eux, sans crainte ni peur, sans méfiance ni mépris. J'étais naturelle là bas, je vivais, vivais comme une vivante dans cette société tachetée de milles et une couleurs, d'émotions, de secrets, de monstruosité, et de paix. Aidan était partie par ma faute et, comme d'autres, allait tacher les rues de rouge, pour la première fois, penser à cette couleur me dégoutait, elle était sale. Les vivants n'avaient pas le droit de la répandre ni de l'admirer. Le tableau chaotique de San Fransisco voila me regard un court instant. Oui, voilà ce qui arrivait quand on chamboulait l'équilibre entre le Bien et le Mal, la Mort et la Vie. Les deux devenaient destructeurs et ravageaient tout ce qui se trouvaient sur leur passage tant que l'un d'eux ne retournait pas au repos... Mais tout cela pouvait être évité, je comprenais maintenant l'utilité des personnes comme moi, les dotés, des surhommes en quelque sorte, mais pas juste là pour taper des gens et vivre tanquillou une vie paisible. Chaque personne avait un role à jouer dans la vie. Pour ma part, je pense avoir compris maintenant, mais pour y arriver, il fallait que je retrouve ce que j'ai perdu... Et c'était bien plus important que ces foutues pensées philosophiques qui me torturaient l'esprit, franchement, il y avait quoi dans les calmants?!

Un contact froid sur ma main me fit baisser les yeux, Lassie était là, assise, le museau contre ma peau, ses grands yeux fixés sur moi. Avec de gros efforts, je parvins à poser mes doigts sur sa truffe. T'inquiète pas ma grande, on va la retrouver... Sur cette réplique que je pensais avoir réussi à prononcer à en croire la réponse de Lassie, encourageante, je me laissais sombrer dans un repos réparateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue)

Revenir en haut Aller en bas

Ce n'est pas à toi de décider pour moi ! (pv blue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: La cour et les jardins :: Les jardins-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit