AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Mar 27 Déc - 18:41



Quel style


Feat Fanny Sharp

Alors gamine, comment ça tu fout rien ces derniers temps ? Tu te concentres sur tes cours ? Y’a des exam de fin d’années avant les vacances de noël ? Ouais bon en tout cas tout ça c’est passé et t’as personne avec qui passer les fêtes. Donc qu’est-ce que tu vas faire ? Tuer le temps en tentant de jouer les héroïnes dans la ville alors que tu n’as ni ton diplôme ni une mission ? Bonne idée, je suis derrière toi sur ce coup là. J’ai jamais été fan de l’école de toute manière, tout le monde sait que c’est le terrain le véritable endroit ou tu apprend le plus de chose.

Tu enfile donc ton équipement, ta tenue de « héros » et… Qu’est-ce que c’est que ce truc ? Y’a un cadeau comme on les voit dans les pub avec le père noël dans tes affaires ? T’as vraiment des amis assez audacieux pour tenter de te faire ce genre de blague ? Hésitante, tu l’ouvre, espérant ne pas découvrir un Jack in the Box qui te sauterait à la figure. Mais non. Pas du tout.

Dans la boite colorée, après avoir enlevé le ruban tu trouves une cape rouge flamboyante. Pas trop ton style. Est-ce vraiment un blague ? Tu t’en fiche en fait, tu es censé te mettre en route, le ciel se teinte de orange, il est l’heure. Alors que tu refermes la boite SURPRISE. La cape se met à bouger et sort de son réceptacle. Tu la regarde flotter. Elle te regarde. Tu la regarde. Elle te regarde.

Tu décides de la porter sur tes épaules. Non pas que tu te dises « Tien, je vais pouvoir voler comme superman » c’est surtout qu’elle te regardait comme un chien errant. Et tu es trop gentille pour laisser un chien errant dehors.

Parée et affreusement kitch avec ta nouvelle cape qui te fait un peu plus ressembler à un super héros de bande dessiné, tu sors de chez toi. N’empêche, lunette de soleil, tenue tactique et cape rouge… ça donne un mélange… exotique.

Quelques dizaines de minutes de déambulations inutiles plus tard tu te retrouve dans le quartier abandonné. Tu n’as pas vraiment envie que tout le monde te voit avec cet accoutrement maintenant que tu y penses donc tu as opté pour l’endroit ou il y a le moins de civilisation possible. De toute manière tout le monde sait que là ou il y a le moins de civil se trouvent les repaires des pires bandits.

Tu te retrouve dans dans cet endroit détruit… enfin pas tout à fait. Tu arrives jusqu’au chantier qui a commencé cet année. Le but : reconstruire le quartier abandonné. Simple efficace, mais pour l’instant ça avance doucement et étrangement tu comprends pourquoi. Peut-être parce que c’est une période de fête, peut-être parce que les ouvriers sont bourrés, peut-être parce qu’un vilain à le pouvoir de faire apparaitre des animaux mais en tout cas, il y a un veau qui vient de traverser une bâche et qui te fonce dessus comme un mauvais caméo.

Un coup de saute mouton plus tard te dit que cette ville est vraiment pas normal. Et qu’il n’y a définitivement pas de vilain par ici.

© code by Lou' sur Epicode



Dernière édition par Sloane H. Colt le Sam 11 Mar - 14:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Sam 11 Mar - 14:05

La rencontre devait se dérouler sur le grand chantier de la zone abandonnée mais j’ignorais quand. C’est pourquoi cela faisait trois jours que j’y venais après le départ des ouvriers pour y guetter, jusqu’à là j’avais fait chou blanc. Les choses auraient été plus simples si seulement je connaissais la date du rendez-vous mais voilà je l’ignorais.

Tout avait commencé quelques temps plutôt alors que j’attendais le bus, deux hommes étaient arrivés devant l’abri et ne m’ayant pas remarquée ils avaient commencés à discuter de leur fortune prochaine à condition de réussir à écouler leur produit sans être prit par les autorités. J’avais tendu l’oreille mais ils s’étaient soudainement interrompu à l’approche d’une vielle dame et l’un des deux était partit sans prendre le bus. Toute cette histoire m’avait semblé louche aussi j’avais volé le portefeuille du second homme. Le temps du trajet j’avais appris qu’il se nommait Henry Lord, qu’il habitait le vieux quartier, qu’il avait quarante-trois ans, qu’il allait plus souvent que moi chez le coiffure, qu’il était vétérinaire et qu’il commandait toujours du poisson au restaurant. Je ne réussis à lui rendre ses affaires que lorsqu’il sortit du bus en provocant une légère bousculade. Mais l’autre homme était déjà descendu plusieurs arrêts auparavant et je ne savais rien de ce dernier. J’avais surveillé mon nouvel ami Henry durant plusieurs semaines sans découvrir d’éléments pertinents. Il fallait aussi dire que je ne pouvais le rejoindre chez lui ou à sa clinique que lorsque mon emplois du temps le permettait ce qui n’était pas des plus efficace… Pas de relevé pour repérer les opérations louche, pas de piratage de son ordinateur, pas de mouchard. Mes moyens étaient très limités. Mais j’étais persuadé que le bon docteur avait des liens avec une affaire louche et mes preuves étaient bien trop maigres pour un appel anonyme aux autorités.
Je me décidais donc à m’introduire chez lui pendant ses heures de travail. Je ne savais pas vraiment que chercher et son ordinateur était protégé par un mot de passe. J’en fut réduite à chercher des cachettes potentiels et a feuilleter d’un air distrait ses papiers de banque. La seule chose qui me marqua fut son intérêt pour les courses de cheveux. Les articles que je retrouvais étaient récents et surtout je n’avais trouvé aucun billet de pari dans son portefeuille. Et puis même si il était vétérinaire il n’y avait pas beaucoup de chevaux de course à Laurel et sans doute d’autres vétérinaires vivant plus proche des ranchs.
Après avoir remit en place tout ce qui avait été dérangé je décidais qu’il serait bon de faire un tour dans une écurie proche de Laurel et à laquelle s’intéressait le docteur Lord.

Un meuglement me sortie de mes pensés. Oui, oui un meuglement, en pleine ville. Un homme approchait tenant un veau en laisse. Il s’arrêta à l’ombre du bâtiment et consulta sa montre. J’étais un peu lion de l’action et décidais de me rapprocher, j’eu tout le temps de me ré-installer à une place stratégique et de patienter encore.
Je ne reconnaissais pas l’homme mais il semblait nerveux et de ce que je savais il s’agissait surement du patron de l’écurie. Je ne m’intéressais pas vraiment aux clients. Au fils des mois écoulés j’avais comprit qu’une nouvelle substance dopante avait vu le jour depuis peu et sont commerce finançait quelques mafias. Je poursuivais donc mon enquête afin de trouver le laboratoire de production et rassembler assez de preuve pour convaincre la police de le fermer. Jusqu’à maintenant je n’avais put pister que des distributeurs sans pouvoir remonter d’avantage la chaine. Le patron d’écurie était un futur gros client, il exigerait surement plus d’informations, en ça espionner sa rencontre pouvait se révéler intéressant.
Le veau semblait aussi nerveux que son propriétaire, pour autant qu’un veau puisse être nerveux … Il s’agita d’avantage lorsque plusieurs hommes débarquèrent. Eux semblaient surprit de le voir.
« - Qu’es-ce que c’est que ça ? » Questionna l’un d’eux.
« - Je … je veux être sûr de payer pour un produit efficace, j’ai amené de quoi tester votre … sérum. »
Le vendeur sembla septique et un homme armé doutant ce n’était jamais une bonne chose. Malgré sa justification la nervosité de l’acheteur sembla montée d’un cran. Surtout lorsque l’autre commença à agiter son flingue sous son nez.
« - Et vous allez le vérifier comment ? Vous allez faire courir le veau ? »  Sa remarque fit rire ses potes. « Et si vous estimé que ça l’est pas vous refuserez de nous payer ? De toute façon il n’y a pas besoin de vérifier, c’est efficace. Ou me traiteriez-vous de menteur ?  »
A son crédit le patron ne céda pas à la menace et rétorqua courageusement.
« - Si vous êtes sur de vous ce n’ai pas un petit teste qui vous fait peur, n’es-ce pas ? Donner moi une dose, faisons ça rapidement et nous réglerons les détails ensuite. »
Le gangster fini par accepté et il fit un signe au seul homme non armé du groupe. Le porteur s’avança et présenta une mallette. De ma planque je ne voyais pas le contenu mais le patron en sortit une seringue et un flacon puis se retourna vers son animal qui se mit à meugler puis s’enfuit en courant avant que quiconque est pût le rattraper.
« - Rattrapez-le, si je ne peux pas l’examiner il n’y aura pas d’échange ! » Exigea le dresseur de chevaux.
« - Je trouve qu’il court plutôt vite. » Fit remarquer le vendeur d’un air narquois avant de faire signe à ses hommes de partir à la poursuite de l’animal après un regard noir de son acheteur.

_________________


Indécision:
 
Cadeaux ♥:
 




Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Sam 11 Mar - 16:05



Quel style


Feat Fanny Sharp

Je t’ai déjà dit que tu vas plutôt vite en besogne gamine ? Oui ? Non ? Ça ne fait pas vraiment de différence de toute manière. Tu avais un apriori, tu t’es planté. Et ouais, faut pas chercher plus loin. « Il n’y a définitivement pas de vilain par ici » bla bla bla. Mon cul. Comment ça je raconte des conneries ? Regarde mieux devant toi, tend l’oreille. Même moi je les entends arriver. Deux voix semblent se faire de plus en plus proches, moqueuses, grasses.

Peut-être sont-ce juste deux gars qui viennent de se raconter une blague particulièrement drôle à propos d’un pigeon mort qui vole, te dis-tu innocemment dans un langage trop soutenu pour ton cerveau. Tu prends tout de même quelques précaution et tu sautes agilement derrière un mur à moitié affaissé en lisière du chantier. On ne sait jamais.

Et tu as bien fait gamine. De ta cachette digne des plus grands espions du monde tu regardes passer les deux hommes, quelle discussion interessante ils ont. Ça parle de veau qui part en courant, de propriétaire qui fait dans son pantalon, de pluie de billet vert. Donc ce sont eux les rigolo qui ont lâché ce veau ? Ceci explique cela et ça fait pencher la balance vers la blague finalement.

Enfin, si on oublie que ces deux gars portent des armes à feu automatique et ressemblent au stéréotype de gros bras des organisations criminelles basse qualité. Rien de très rassurant en effet. La situation l’est encore moins lorsqu’ils se demande si leurs autres copains ont retrouvé la piste du veau.

Pourquoi donc ? Demandes l’esprit forcé du lecteur qui est forcé de nous supporter. Parce que ça veut dire, de une, qu’ils ont réussi à perdre la trace d’un veau effrayé et faut le faire, de deux, qu’ils sont plus nombreux. D’ailleurs leurs copains sont certainement armés aussi. Mais il ne t’en faut pas plus, tu es visiblement tombé sur une bande de criminels de petites envergure et le sang chaud de héros commence à bouillir dans tes veines. Tu vas donc agir avec ta discrétion naturelle.

Tu attends qu’ils dépassent de quelques mètres ta planque, tu tires tes deux nouveaux petits bijoux de leurs réceptacle et là tu profites de ta position pour les prendre par surprise et les mettre hors combat et passer à la suite.



Vraiment ? Vous m’avez vraiment cru ? Vous avez vraiment imaginez Slo’ en train de se prendre pour Solid Snake ? Non, non, non. Elle a sorti ses armes, s’est mise derrières les deux gars sans faire gaffe au bruit des gravats qu’elle piétinait avant de les mettre en joue.

« Alors les gars, on a perdu son animal de compagnie ? »

Surpris, les deux hommes se sont immédiatement retournés et ont eux aussi aligné leur viseur sur sa petite bouille. Personne n’ose tirer, toi non plus gamine. Tu veux des réponses c’est ça ? Quelques informations avant de te lancer dans la gueule du loup. Mais tu te rend comptes que tu aurais peut-être du plus utiliser l’effet de surprise.

« Nan parce que je viens de croiser un veau par là. C’est pas sympa de laisser un truc comme ça sans laisse. »

« T’es quoi toi ? » grogna un des deux hommes. « Une héroïne ? C’est ça ? Le délire de la cape ? Qu’est-ce qu’elle est moche putain… »

Tout de suite ça insulte l’apparence. Bravo. Bien joué les gars, vous allez la blesser. T’inquiète pas Slo’, moi aussi je la trouve dégeu mais personne est là pour te juger.

« Et puis quoi ? Tu penses que c’est intelligent de se mêler de ce qui te concerne pas ? Retourne faire le clown en collant plus loin et y’aura de soucis pour personne. »

Les gars, je sais que je vous soutient pour la pousser à abandonner ce truc immonde, mais faut pas vous sentir pousser des ailes non plus. Elle a de la ressource la gamine. Faut pas croire, elle s’est déjà sortie de situation bien plus tendue qu’une rencontre comme celle ci…

« Ouais ! Et puis les gamines dans ton genre se sentent plus pisser. J’aimerai bien voir ce que tu comptes faire. C’est quoi ton nom de super « L’ado à la cape » ? »

C’est la provocation de trop, pas vrai gamine ? Je te vois bien fulminer, tenter de garder ton calme depuis tout à l’heure. Pourquoi est-ce qu’il ne me prennent pas au sérieux ? C’est ce que tu te dis pas vrai ? Je suppose que tu veux leur faire comprendre maintenant. Pas la peine de répondre, agit juste.

Tu appuis sur la gâchette. Deux fois. Tu vises les mains de ces deux bonhommes histoires de les désarmer, au moins un instant. Tu ne sais pas encore éviter les balles après tout. Le temps qu’il se remettent des tirs tu enfonces déjà la crosse d’une de tes armes dans le nez du premier. Il n’a pas l’air d’apprécier. Pas plus que son copain qui se retrouve avec ta chaussure à crampons dans l’entre-jambe. Deux coup de pieds plus tard leurs armes sont au loin.

« Donc, je disais. C’est pas sympa de laisser un truc comme ça sans laisse. Mais pourquoi vous vous baladiez avec un veau à côté du chantier ? »

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Mer 22 Mar - 17:29

Je restais près des deux hommes car il je ne voyais pas d’intérêt à partir à la poursuite d’un veau dopé.
« - C’est la faute de vos hommes si il s’est enfuit. Quel idée d’être venu si nombreux. »  Ronchonna le patron d’écurie.
Le malfrat l’observa avec un sourire ironique et s’approcha de nouveau pour lui agiter son arme son le nez. Il aimait bien faire ça apparemment, ou bien c’était le teint livide que prenait son interlocuteur qui lui plaisait.
« - Faites attention à ce que vous dite, si vous n’aviez pas ramené cet animal rien de cela ne serait arrivé. Vous auriez très bien put le tester directement sur l’un de vos chevaux. »
L’air outré du patron en disait long sur ce qu’il pensait, il se lança dans une longue tirade expliquant qu’il était hors de question de risquer la vie d’un de ses champions. Car si ils succombaient qui courrait pour son écurie ?

J’avais visité une de ces écuries après être aller chez le docteur Lord. C’était plein de boue, d’animaux et ça sentait le crottin. Je m’étais sérieusement demandé comment quiconque de sensé pouvait aimer travailler ici. Une fois de plus je ne savais pas vraiment que chercher et je déambulais donc le long des bâtiments lorsque quelque chose me tira les cheveux, un imbécile de cheval était tentait de les bouter.
« - Hé saleté lâche moi ! »
L’animal n’écouta rien continuant de baver de façon tout à fait inappropriée. Mes protestations alertèrent un garçon d’écurie qui vient me libérer. Je regardais mes cheveux luisant d’un air dégouté ce qui fit rire le jeune homme il me proposa de les rincer à un robinet extérieur et j’acceptais. Mieux valait avoir les cheveux mouiller que plein de salive d’équidé. Pendant qu’il me conduisait au point d’eau il me questionna sur la raison qui m’avait conduit dans le coin car de toute évidence je n’appréciais pas les chevaux. Oups. Je n’avais pas vraiment prévu d’être questionnée, et il n’était évidement pas question de donner mes véritables raisons. J’avais mentie prétendant qu’un ami m’avait entrainé ici puis abandonner et que j’étais à sa recherche. Il me posa des questions à ce sujet, me proposant de m’aider. Je refusais et il insista. C’était embêtant je n’avais pas besoin de quelqu’un dans mes pattes si… quand je tomberais sur un indice. Je me résolu donc à lui fausser compagnie à la première occasion et répondit au hasard à ses questions, mon ami était un homme, non ce n’était pas mon petit ami, non je n’avais pas de petit ami et je n’étais pas intéressé par lui car ce n’était pas parce que j’étais reconnaissante de son aide que j’allais sortir avec lui. Il protesta disant que ce n’était pas du tout son intention, mais il n’était pas franchement subtil. Il commença à me parler de lui en me disant que je pouvais poser toute les questions que je souhaitais. Je l’interrogeais donc au sujet des courses. J’appris donc que leurs scores n’étaient pas brillants malgré plusieurs chevaux qui n’étaient pas si mauvais et que le patron de l’écurie ne perdait pas espoir, d’ailleurs ils avaient un poulain de très bonne ligne qui devait commencer bientôt… Je me désintéressais de son baratin.
Je venais d’apercevoir le second homme du bus. A sa tenue il travaillait ici. Mon nouvel ami m’appris que c’était un de leur jockey. Il avait d’ailleurs remporté sa dernière course alors que lui et sa monture n’était pas très bien côté.
Un vétérinaire et un jokey qui montait un trafique de drogue ? Ça n’avait pas beaucoup de sens. Soit je m’étais trompée sur toute la ligne soit il me manquait un élément.

Bien entendu le trafique de drogue était la première idée à m’être venue à l’esprit mais il s’agissait là d’un trafique plus subtile, même si en voyant tout ces gars armé on ne l’aurait pas cru. D’ailleurs l’un d’un venait d’utilisé son arme et le coup résonna jusqu’à nous.
« - C’était quoi ça ? Un coup de feu ? J’espère qu’ils n’ont pas tirés sur mon veau ! »
Les deux hommes se précipitèrent en direction de la source d’émission. Je les suivis et nous voilà arrivé face à une héroïne en costume et deux hommes à terre.
« - Qu’es-ce que tu as fais à mes hommes salope !? Tu vas me le payer. Buttez-là ! »
Ne faisant pas dans la demi-mesure le dealeur fit signe à deux de ses hommes entrain d’arriver sur les lieux. Le reste de la bande n’allait sans doute pas tarder. Si je voulais la sortir de là c’était probablement notre seule chance…  Je tirais sur le chef du gang et sa tête explosa au moment où il allait tirer. J’aurais put éviter de le tuer, mais étant dans son dos le risque qu’il  tue tout de même la fille était trop élevé. Pour le second malfrat je visais son épaule puis sa jambe. La fille s’occupa du dernier. Le patron de ranch avait filé. Je grinçais des dents puis me précipitais vers la fille.
« - Il faut qu’on se casses d’ici. Viens. »
Sans vraiment lui laisser le choix je l’agrippais par un bras et commençais à l’entraîner plus loin.

_________________


Indécision:
 
Cadeaux ♥:
 




Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Mar 18 Avr - 21:57



Quel style


Feat Fanny Sharp

Mmh..? Ah oui, 2 pour Slo’, 0 pour les bras cassé. C’est ça ? J’ai rien loupé ? Parfait. M’enfin, je doute que ce score tienne longtemps la route gamine. Pourquoi ? Parce que tu viens de mettre au tapis deux mecs qui font certainement parti d’un truc plus gros en tirant avec tes jouets. Ça fait du bruit tu sais ? Tu peux parier que dans moins de 54 seconde, un type va débarquer.

« Qu’es-ce que tu as fais à mes hommes salope !? Tu vas me le payer. Buttez-là ! »

Qu’est-ce que je viens de dire. Le type tient même pas à entendre la réponse à sa question. T’aurai pu lui dire : c’est pas ma faute monsieur si je suis une fashion victim et vos gars des types insultants. Mais vous en faites pas c’est rien de grave, faudra juste un peu de soupe pour le premier et des papiers d’adoption pour le second - parce qu’il aura du mal à faire des enfants avec ce que tu lui as mis, t’as pigé gamine ? -.

Mais non, tout de suite la violence. Ils tentent même pas de paraitre civiliser pour pas se faire poutrer pas plus fort qu’eux « juste au cas où ». Après tout, c’est vrai, puisque ce sont visiblement des criminels quelle est la probabilité pour qu’un héros vienne leur casser les genoux un jour ? On est d’accord, les criminels sont stupides. Mais attention à pas les sous estimer quand mêm…

*bang* *bang* *bang*

Tu comprend pas tout de suite ce qu’il se passe mais il apparait rapidement qu’une inconnue s’est jointe à la fête. Et elle a l’air de plutôt bien manier son flingue. Le sale type aigri à la tronche qui éclate comme une baudruche et un des types censé te « buter » se retrouve au sol en train de pleurer sa maman, deux balles dans le corps. Tu ne comprends pas vraiment mais elle à l’air de ton côté et il reste une menace, donc faut pas hésiter.

*bang* *bang*

« Avant t’étais un crimo et puis tu t’es pris une balle dans le genoux. » souffles-tu tout bas.

3 pour toi, 2 pour l’inconnue et 0 pour les bras cassés, tu mènes toujours cette compétition fictive. Tu te laisses entrainer quelques secondes en regardant le cadavre du « chef », je suppose que c’était le chef. Quel gâchis, quoi qu’il le méritait peut-être penses tu. L’autre inconnue à l’air pressée de partir, y’a certainement encore plus de monde qui va débarquer et avec un mort sur le sol ça va pas arranger la situation.

« Hey… HEY ! »

Tu lui hurles un peu dans les oreilles pour qu’elle s’arrête un instant. Certes il est important de préserver sa santé en courant le plus loin possible d’une troupe de gars armé qui veut ta peau mais ça empêche pas de se poser douze secondes pour faire des présentations pas vrai ? Du moins tu penses ça.

« Déjà, merci, hein, commençons par le commencement. Ensuite, bonjour. Et puis euh… »

Son regard à pas l’air de franchement apprécier ce que tu fais. Elle a l’air de prendre tout ça très au sérieux. Non pas que tu ne prennes pas cette histoire au sérieux mais disons que tu t’autorises un peu de légèreté pour décompresser dans les moments stressant. Mais attention, tu ne dois pas perdre la face.

« Je suis EXPENDABLE ! Ravie de te rencontrer ! Ce n’était pas la peine d’intervenir tout à l’heure, j’avais la situation bien en main ! » tu tentes de la convaincre un minimum… et de te convaincre aussi en passant « Mais bon, maintenant que tu as froidement abattu ce criminel je suppose que deux options s’offrent à nous : soit on fait face à ces bandits pour mettre un terme à leur activité, soit on s’enfuit la queue entre les jambes. Je sais pour quelle décision mon coeur balance ! » dis-tu en remontant tes lunettes de soleil et ta cape à l’air d’accord avec toi.

« Mais dis moi, quel est ton nom ? »

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Mar 16 Mai - 17:50

L’héroïne se laissa entrainée ce qui était une bonne chose, on allait peut-être s’en sortir sans plus d’ennuis. Puis elle s’arrêta et se mit à crier. Et se mit à crier ! Mais à quoi pensait cette fille !? Sérieusement ? Elle cherchait à rameuter les autres ou quoi ? Je me retournai pour lui lancer un regard noir.
« - Déjà, merci, hein, commençons par le commencement. Ensuite, bonjour. Et puis euh… »
Elle faisait quoi là ? Mais… mais elle faisait quoi !? Elle faisait un putain de discours. Elle cherchait définitivement à se faire tuer et ça n’allait pas tarder.

J’avais pris de mon temps pour espionner le jockey et compris que pour gagner il dopait son cheval. J’avais trouvé son dealer, je l’avais suivit à son tour. Trouvé le fabricant, mais il n’était qu’une petite main, et j’avais reprit mon enquête. De fils en aiguille j’avais obtenue l’information que l’homme que je venais de tuer connaissait l’identité du boss. Et maintenant, à cause de cette fille, il ne me restait qu’à tout reprendre du début. Du moins… si elle ne me faisait pas tuer avant.

Je la poussais soudainement derrière une … un … heu… Je ne savais absolument pas à quoi servait cette machine en temps normal mais tant qu’elle nous permettait d’éviter d’être sous le nez des premières personnes qui approcheront.
« - Ecoute-moi bien. C’est pas parce que tu es à la Heroes’sup que tu es immortelle. »
Oui, oui, j’avais reconnue la fille qui était descendue dans les égouts avec le groupe de l’académie même si ce jour là elle ne portait pas cette … cape.
« - Les discutions attendront qu... »
« - Elle est là ! »
Hurla l’un d’eux et je jurais entre mes dents en lançant un autre mauvais regard à la fille. Pardon à Expendable. Bon au moins ils n’avaient pas encore remarqué ma présence ça pouvait jouer en notre faveur. Des balles ricochèrent sur la tôle, cela ne durait pas, il n’était pas très compliqué de faire le tour. Je l’entrainais au sol et l’y plaquais pour éviter toute action malencontreuse. Les détonations cessèrent, ils étaient entrain d’arriver. Je réfléchis à la stratégie qui nous offrait la meilleure stratégie. Si elle attirait leur attention je pouvais surement me glisser jusqu’à eux. Il lui suffisait de rester à l’abri et de tirer quelques coups de feu pour les distraire.
« - Ok, tu vas les tenir à distance, mais ne sors surtout pas a découvert. Je me charge du reste. »
A ses mots je retournais m’accroupir au bord de l’abri précaire. Augmentant autant que je pouvais mon effacement et attendant la première occasion pour faire une sortie. J’espérais que même si ma présence s’estompait de son esprit mes instructions y resteraient et qu’elle les appliquerait.[/color]

_________________


Indécision:
 
Cadeaux ♥:
 




Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Jeu 17 Aoû - 19:04



Quel style


Feat Fanny Sharp

« Ok, tu vas les tenir à distance, mais ne sors surtout pas à découvert. Je me charge du reste. »

Pas tellement bavarde ta nouvelle copine. Certainement beaucoup plus terre à terre que toi cela dit, au vu de la situation. C’est vrai que d’habitude t’es sérieuse et tout ce qui va avec mais là je pense que le fait de trouver enfin des criminels à arrêter pendant une de tes rondes t’émoustille un peu. voilà un verbe que je pensais jamais utiliser… bref.

On ne reviendra pas sur le comportement absolument pas sociable de la brune qui n’a même pas pris le temps de considérer l’option de répondre à ta question pour te mettre un simple râteau des plus secs. Ensuite elle a même complètement insulté tes capacités d’apprentie héroïne en « t’expliquant » que tu n’étais pas invincible. Si tu pensais ouvrir une nouvelle relation saine et constructive, c’était raté gamine. Mais bon, si tu tombe sur des vaches coincées, c’était pas ta faute.

Mais bon, l’inconnue ne te laisse pas vraiment le temps de répondre, elle se met de nouveau en mouvement pour s’approcher discrètement de gros bras qui vous poursuivaient. Visiblement elle ne va pas y aller comme une bourine, quand on y pense ce n’est pas très surprenant. Elle prônes la discrétion depuis votre rencontre, t’as demandé t’attirer l’attention et n’a pas exhibé de pouvoir ou de capacités extraordinaire. Peut-être est-elle une simple justicière ? Pas une héroïne. Une combattante de la paix non-doté dans un monde de brute. C’est presque assez pour rattraper son comportement.



Et donc ? Qu’est-ce que tu fais gamine ? C’est ton moment là !  Tu dois sortir tes armes, ta repartie et ta frimousse de ta planque ! Aller, on se bouge les fesses ! Presto !

Une, deux, trois secondes de préparation à respirer un bon coup, raffermir ta prise sur tes armes et souffler pour chasser la mèche rebelle qui a décidé de tomber juste maintenant et puis tu es partie.

« Alors les trous’duc ?! Pas capable d’arrêter une gamine qui vient perturber vos plan ? Je devrai même pas devoir me déplacer pour vous si c’est le cas. »

Cinq, avec ton petit coup d’oeil et ta tirade tu as vu cinq type s’approcher de ta planque de fortune. Maintenant que les préliminaires sont terminés, il faut passer au plan de résistance. Tu repères une poutre à moitié effondrée qui peut te servir de couverture de secours si tu commences à avoir froids et tu commences à les canarder. Tu sors quelques secondes à chaque fois, le temps de tirer quelques coups de semonce, les faire reculer un peu, calmer les audacieux qui tentent de te contourner.

Tu t’en sors pas mal, si t’étais pas sur la défensive tu t’en sortirais mieux moi je dis. Mais bon, tu penses que c’est une bonne idée de suivre le plan de l’autre nana qui a disparu tu ne sais pas trop ou. Donc je ne vais rien dire.

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 82

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Dim 17 Sep - 18:54

Je restais un instant immobile et attentive en attendant le bon moment. Les hommes guettaient le moindre mouvement provenant de notre cachette, même avec mon don si je sortais la première je serais grillée. Il me faut donc attendre que ma camarade prenne l'initiative.
« - Alors les trous'duc ?! Pas capable d'arrêter une gamine qui vient perturber vos plans ? Je devrai même pas devoir me déplacer pour vous si c'est le cas. »
Le mouvement qu'elle fait pour jeter un œil derrière la machine attire inévitablement l'attention, j'en profite pour faire ma sortie part l'autre côté, en courant bas on me confond avec les ombres. Je parcours rapidement l'espace dégagé puis longue un monticule de terre pour me retrouver dans le dos des assaillants. Des tires de mon alliée les ont forcés à se replier derrière divers obstacles. Je ne savais pas combien de munitions elle possédait, mais sans doute moins que les malfrats et c'était aussi ce qu'ils semblaient penser vu qu'ils économisaient leurs tirs attendant sans aucun doute qu'elle ait épuisée les siens. Je ne comptais pas les laisser faire. Commençant par le plus éloigné, il était trop grand pour que je puisse l'assommer à ma guise, je le frappais donc derrière les genoux et quand ils fléchirent je lui assenais un coup de cross sur la tempe. Il s'effondra, plus que quatre. Le second fut encore plus facile, plus que trois. Le suivant remarqua que son camarade s'évanouissait et lança un cri d'alerte.
« - Lanny ? Lanny et Dean ont un problème ! »
Il regarda autour de lui et je m'immobilisais, il m'ignora et quand il me tourna le dos je m'approchais, mais une fois de plus il était attentif à ce qui l'entourait et quand j'arrivais à son niveau il me fit face. Je réussis à détourner son canon de moi et nos deux armes volèrent plus loin.
Il restait trois hommes, deux étaient armés,  le troisième réparti son poids sur ses jambes pour me faire face. Il faisait une tête de plus que moi et ne semblait pas montrer d’inquiétude à l’idée de se battre à mains nues, signe d’une certaine habitude. De mon côté même si j’avais eu les cours de la Heroe’s SUP ce n’était pas mon style préféré et je risquais d’être désavantagée. Je sortie négligemment mon couteau sans qu’il le remarque.
Le combat s’engagea, fort heureusement les deux autres semblaient, pour le moment encore, trop préoccupés par Expendable.

_________________


Indécision:
 
Cadeaux ♥:
 




Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Au bar... derrière le bar.
❝ POINTS : 252

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny] Hier à 21:30



Quel style


Feat Fanny Sharp

Treize.

Et ouais gamine, t’as déjà tiré treize fois. Bon, t’as deux armes qui contiennent chacune douze munition donc t’as encore pas mal de marge mais faut faire gaffe. Heureusement tout ne semble pas se passer trop mal pour toi. Les cinq gusses qui tentaient de te coincer sembles de moins en moins nombreux. Certainement le boulot de ta partenaire te dis-tu. Même si t’as potentiellement raison je tiens à souligner le fait que tu viens de nommer « partenaires » une nana qui ne t’as respecté à aucun moment. Je sais que t’es pas difficile mais faut pas être si facile que ça, surtout si c’est pour une autre nana.

Quinze.

Tu tires deux balles supplémentaires. Tu te rends progressivement compte que ça t’éclate les oreilles mais tu n’y fais pas attention, tu es trop focalisé sur le fait de t’en sortir dans une état pas trop déplorable. Les oreilles ne font pas partie de la garantie. Durant ton dernier tir de couverture tu as du voir trois type sur les cinq et l’un d’eux était retourné. Tu avais tenté de lui tirer dessus mais tu n’es pas resté assez longtemps pour voir la fin du film, ni vérifier si la balle a bel et bien atteint sa cible. Soudain tu as une idée de génie pour arrêter d’être sur la défensive.

« Hey les gars ! C’est moi ou vous êtes moins nombreux que tout à l’heure ? Me dites pas que ma seule présence vous fait tomber dans les pommes quand même ! »

Une seconde d’incompréhension plus tard, les deux bonhommes qui continuaient de s’en prendre à toi mordent au panneau et tombent sur l’hameçon. Ils se retournent, curieux, surpris, anxieux de voir leur troisième compère faire face à quelque chose qu’ils ne peuvent pas voir depuis leur position et il ne t’en faut pas plus. Tu fonces, prends de l’élan, saute et dans un Slo-motion impressionnant effectue un double drop kick en plein dans le dos d’un des deux gangster. Tu n’as pas pris appuis assez haut pour le frapper directement à la tête, ce n’est pas bien grave si tu veux mon avis, le résultat est le même. L’homme est violemment propulsé contre le reste du mur à côté de lui et s’écrase le nez contre le béton.

Seize.

Dans une tentative de couvrir ta retraite tu tires de nouveau tout en jurant des insultes bien canadienne. Ce que ça fait mal de s’écraser sur le sol, surtout sur un sol aussi irrégulier et plein de débris que celui de la zone abandonnée. Tu arrives, en restant au sol, à t’abriter derrière l’espèce de poutre qui servait de couverture au gars que tu viens d’éclater.

« Je suppose que c’est plus qu’entre toi et moi mon gros. Laisse ton dernier pote s’occuper de ses affaires. »

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny]

Revenir en haut Aller en bas

Apprendre auprès des meilleur(e)s [ft. Fanny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La zone abandonnée :: Chantier de construction-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit