.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

[Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 232

MessageSujet: [Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann Sam 7 Jan - 15:18

Si on m'avait dit il y a quelques mois que je serais sujette à un kidnapping, je pense que j'aurais rigolé. Mais c'était bien le cas, on m'avait enlevé, et j'avais ri. Ironiquement bien sûr, ils étaient tout de même pas sérieux si? Les criminels sont de plus en plus stupides ma parole!

J'avais quitté l'école de bonne heure, un de nos profs était malade et un autre avait une réunion, j'étais donc libre pour la matinée. Bon, il y avait bien encore ces rendez-vous avec le psy, au moins une fois par semaine, mais je n'avais vraiment mais alors vraiment pas envie d'aller le voir. Et Lassie était parfaitement d'accord avec moi! Des fois je me demande si c'est moi qui la suit comme un toutou ou l'inverse... Aujourd'hui, je voulais rendre visite à mes camarades de jeux sexagénaires, une petite surprise qui allait leur faire plaisir, j'en étais certaine, surtout un en particulier. Son fils avait succombé à la maladie et j'avais pu le retrouver, ce matin, ils allaient pouvoir se parler comme avant, une dernière fois avant de chacun aller de l'avant. Enfin, c'est ce que je comptais faire quand une camionnette noire surgit de nulle part et s'arrêta devant moi alors que je m'apprêtais à traverser la route. La porte s'ouvrit et on me passa quelque chose sur la tête avant même que je ne voie les visages de mes agresseurs, puis c'était parti pour la dinguerie, saucissonnée au fond du véhicule entre pot de peintures et d'autres trucs pas très confortables. Il y eut des rires au sujet des étudiants super héros, enfin super zéros d'après eux, puis un choc m'expédia dans les bras de Morphée.

Mon repos fut de courte durée quand on me balança un seau d'eau à la figure, la cagoule bloquant ma respiration, je toussai en essayant de me relever mais mes bras et mes jambes ne me répondaient plus bizarrement. L'un de mes ravisseurs me retira ce qui était en fait un bête sac en toile noire épaisse, laissant la lumière vacillante me bruler les yeux. Après quelques clignements de paupières et la reconnexion de mes neurones, je compris enfin ce qu'attendaient de moi les gredins. Avec leur accent haché au couteau et leur impatience qui les poussait à beugler quasi en même temps, c'était compliqué de les comprendre. En fait, ils voulaient juste des infos sur l'école. Des noms de profs et leurs dons. Que je refusais de donner. Evidement... Calmement, je leur disais que je ne savais rien, que je n'étais qu'en seconde classe, donc pas dans celles où on apprenait des trucs vraiment intéressant. Ils ne crurent pas du tout à mes mensonges et employèrent la manière forte! Pffff pourquoi je m'y attendais? J'aurais mieux fait de simuler un évanouissement... Ou pas en fait. Après quelques claques et une tentative de noyade avec le sac à patates, ils cessèrent de jouer. Sonnée par le manque d'air, je les entendais sortir précipitamment en grognant, me laissant seule dans la pièce, mon sac sur la tête, la lumière éteinte.

-... Punaise mais quelle journée de merde...

Un jappement me fit redresser la tête tandis qu'une vague de froid me traversa lorsque Lassie me bondit dessus. D'autres voix me firent comprendre que ma chienne n'était pas seule. C'est vrai que les petits devaient m'attendre à la maison de retraite, c'est peut-être pour ça que je n'avais pas entendu Lassie dans la camionnette ni dans la pièce. Elle était partie chercher des renforts, brave petite! Bon, il n'y avait pas de temps à perdre, les filous sortis, je devais m'échapper en attendant, et je ne compte pas attendre la police ou même un joker. Si ça se trouve, personne n'a vu que j'avais disparu! Sous ma volonté, deux bras surgirent de mes épaules et retirèrent le sac de ma tête, me laissant enfin pleinement respirer, cherchant des yeux un quelconque objet utile dans la pièce miteuse, ce qui fut impossible à cause de l'obscurité. Bon, déjà, se libérer était la priorité avant de sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans mon bureau, sirotant mon thé
❝ POINTS : 286

MessageSujet: Re: [Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann Mar 7 Fév - 15:52

Bon, j'annonce, aujourd'hui, je ne bosse pas. J'ai passé, comme d'habitude, une nuit épouvantable. Pas de phobie, mais une envie irrépressible de bouger, de me balader et surtout, de ne pas rester enfermé dans mon bureau. Aujourd'hui, je veux faire du sport, je veux bouge, avoir de l'action.

Mais d'abord, on profite. Première étape, petit déjeuner en ville. L'avantage quand on est nourri et logé par son emploi, c'est qu'il est très facile de mettre des sous de côté. Donc, direction un salon de thé, cher et qualitatif de préférence !  

J'arrive dans la rue commerciale du centre-ville. Il est presque 7h du matin et, malgré tout, il y a déjà pas mal d'agitation. Ça me plait, étonnamment. D'ordinaire, je ne suis pas vraiment à l'aise dans la foule et le mouvement. D'où la douce quiétude que j'ai instauré dans mon bureau. Mais aujourd'hui, je suis comme un poisson dans l'eau. Aujourd'hui, je me sens carnassier. Je veux vivre à 200%. Je veux faire du sport; je veux me sentir en vie; je veux manger jusqu'à ce que je ne puisse plus marcher; je veux discuter avec tout le monde; je veux taquiner la directrice, voir plus si affinités; je veux aller en boite; je veux m'enivrer de tout. Je veux, et je suis bien décidé à avoir.


Je pénètre donc dans un salon de thé que j'avais repéré il y a quelques semaines. Un café, quelques viennoiseries et je m'installe. Mon regard s'attarde sur les gens présents dans le salon de thé pendant que je déguste ma première gorgée. Un homme d'affaire prend son café avec son croissant tout en lisant son journal et en pianotant sporadiquement sur son téléphone. Une jeune femme et son petit ami roucoulent devant des chocolats chauds et des muffins. Une dame d'âge plus avancé déguste son thé en regardant défiler le monde. Enfin, un jeune homme savoure un jus d'orange accompagné d'une assiette de cookie. Il passe de longs moments à regarder le plafond, puis note de temps à autre quelque chose sur un calepin posé devant lui.

En temps normal, si j'avais eu à choisir mon partenaire de discussion, j'aurais certainement rejoint la dame avec son thé. Mais nous sommes aujourd'hui, et aujourd'hui, je ne suis pas normal.

"Excusez-moi, ça vous dérange si je me joins à vous ?"

J'avais formulé cette demande le plus simplement du monde au jeune homme au jus d'orange. Il était blond, les cheveux mi-longs attachés à l'arrière du crâne. Il portait des lunettes et un casque avec un symbole de spirale sur le coté. Il sortit de sa torpeur et sourit en acceptant ma demande.

Nous avons parlé sans regarder le temps défiler.

Notre conversation fut certes plus superficielle que celles dont j'avais l'habitude au travail, mais toute aussi humaine et sincère. J'ai donc appris qu'il était le gérant d'un petit magasin des vieux quartiers, où il vendait principalement des dessins animés, des films ou des jeux vidéos. Il aimait bien venir ici pour décider des commandes qu'il devait effectuer afin d'approvisionner son stock pour le mois qui arrive. Je lui ai alors parlé de mon travail en temps que psychologue scolaire à la Heroe's Sup. Il fut assez surpris, dans le sens agréable du terme apparemment. Il m'expliqua en effet qu'il était un grand amateur des histoires de super-héros, réelles ou fictionnelles, et qu'il rêvait d'être au cœur de celles-ci.

Cette confession m'arracha un sourire bienveillant. Notre discussion continua ainsi sur cette lancée, où nous avions fini par évoquer tour à tour certains héros de fiction; et je dois avouer sur ce point que la connaissance de mon interlocuteur était assez impressionnante, car nous pûmes discuter des héros de mon enfance sans que je n'eus le besoin d'expliquer quoique ce soit; ou le statut des dotés dans  la société. La passion du jeune homme pour ces fictions s'illustra ici aussi car il fit montre d'une grande bienveillance vis-à-vis des dotés, voire une certaine admiration. Je ne pus m'empêcher de lui exposer que j'en étais un moi-même. Je perçus une légère tension émerger en lui. L'attention qu'il me portait était dès lors accrue et il me bombarda de questions enthousiastes.

Quel était mon don ? Comment il fonctionnait ? Comment je le vivais ? Est-ce que cela m'aidait dans mon travail ? Est-ce que j'avais déjà sauvé des vies ? Est-ce que j'avais une Némésis ? Mon passé était-il sombre ?

Je ne pus m'empêcher de rire à la plupart d'entre-elles, mais j'avais répondu avec honnêteté, sans livrer de détails trop importants.

Cependant, avant qu'il ne puisse m'asséner une nouvelle question, son téléphone se mit à sonner. Nos déjeuners étaient terminés depuis un moment. Il s'excusa en m'expliquant qu'il devait aller ouvrir son magasin et me donna une de ses cartes de visite en me priant de repasser à l'occasion.

Il est parti, et je me recommande un café.


9h25. C'est l'heure qu'affichait un écran en face du salon de thé quand je suis ressorti. Et si je faisais un petit tour à la salle de simulation de l'école ? J'ai envie de faire un peu d'exercice. Je ne sais pas si j'ai le droit de m'en servir, il me faut donc de quoi corrompre la directrice, ou l'enseignant chargé de s'en occuper pour le début de l'après-midi. Pour cela, je vais avoir besoin de chouquettes. De beaucoup de chouquettes.

Je décide donc d'entrer dans une boulangerie de renom et j'en commande une cinquantaine. Quelques minutes plus tard, je ressors, les bras chargés d'un sac contenant mes précieuses gourmandises. Il est donc temps de retourner à l'école.

Pour ne pas contrarier mon envie de papillonner, je décide de rentrer à pied.

Après quelques dizaines de minutes de marche, quelque chose d'étrange interpella mon attention. En effet, soit j'ai bu trop de café, soit une élève de la Sup vient de se faire kidnapper sous mon nez. Il s'agit en plus de la petite Blue Anderson si je ne me trompe pas. La camionnette démarre et vient dans ma direction. L'angoisse de Blue va en augmentant avant de disparaître instantanément. Ils l'ont donc assommée.

Très bien.

Je m'élance avec un air un peu naïf pour couper la route à la camionnette. Elle s'arrête juste à temps pour ne pas me percuter. Coup de klaxon. Je prends un air indigné et je commence à les engueuler. Au moment où la camionnette passe à côté de moi, je jette le paquet de chouquettes afin de brouiller la vue du conducteur. Ceci étant fait, je m'élance de toute ma hauteur en activant mon module d'adhérence pour m'accrocher à la camionnette. D'un mouvement vif, je me hisse sur le toit de la camionnette et j'attends.

Intérieurement, je bouillonne d'excitation. Il faut que je fasse attention à ne pas m'emporter mais enfin; enfin de l'action !

La camionnette déambule dans les rues jusqu'à arriver dans la zone abandonnée. Après quelques minutes à serpenter dans cet endroit sinistré, le véhicule semble ralentir. Il faut que j'en profite pour me cacher, donc je dois descendre avant que l'on ne s'arrête.

Au moment où je saute de l'espèce de fourgon, je sens une pointe de stress émerger de mon point de départ acrobatique. Apparemment, je suis repéré...

J'augmente le stress de celui qui m'a repéré pendant qu'il est encore à portée. Il faut que ce stress émerge dans toute l'équipe pour que je puisse les pister. Aussi, plus ils seront à cran, plus ils me seront vulnérables. Je décide donc de partir en courant et de tourner dans une rue adjacente pour être hors de vue. Ils génèrent de plus en plus de tension. Parfait.

Une fois à l'abri, je réactive mon module afin de monter sur l'immeuble à coté de moi pour avoir un meilleur point d'observation, ainsi qu'un chemin plus discret pour approcher mes cibles.
Plusieurs minutes se passent pendant lesquelles les ravisseurs tournent en rond, surement pour brouiller les pistes. Soudain, non loin d'ici, la voiture s'arrête. Trois d'entres-eux descendent et rentrent dans un bâtiment abandonné tandis que les deux autres repartent. Ils sont donc au moins cinq.

Les trois premiers semblent s'enfoncer dans le sol alors que les deux conducteurs entament une sorte de ronde. Encore une fois, ils tournent pendant quelques minutes avant de rentrer, en laissant la fourgonnette dans une rue non loin de leur planque. Prudents.

Je m'approche doucement par les toits. Nous sommes apparemment dans un quartier résidentiel, vu le nombre de maisons. Apparemment, leur cachette est l'une d'entre elle. C'est une grande demeure, toute en hauteur, coincée entre deux habitats du même type. Sans compter le sous-sol, elle présente quatre étages.


Je suis maintenant sur le toit de la maison en question. Comment rentrer ? Toquer à la porte serait certes poli, mais je doute que ces hommes soient sensibles à mon civisme. La meilleur idée qui me vient à l'esprit est de passer par une des fenêtres du dernier étage et de neutraliser chaque cible une par une, puis de procéder à l'extraction de la captive.

Il faudrait vraiment que je pense à investir dans un téléphone sans fil un jour. Ça me permettra d'appeler des renforts à l'avenir...

Pendant mes délibérations internes sur la manière dont j'allais procéder, l'anxiété générale de l'équipe diminua au profit d'une certaine d'une forme de colère et d'impatience, tandis que, d'un autre coté, une pointe de stress et de douleur émergea.

Je connais très bien ce schéma. Il s'agit de celui d'un interrogatoire musclé.

Mon sang n'a fait qu'un tour. L'idée de torture physique me répugne. On pourrait croire cela surprenant venant d'un ex-militaire, mais je pense que toute personne dotée d'une aussi grande empathie que la mienne aura certainement un sentiment similaire.

Je ne comptais pas être tendre avec eux, mais maintenant, c'est clair. Les cibles ne seront pas neutralisées. Elles seront éliminées.

Rapidement, je descends à hauteur du quatrième étage. Rapide coup d’œil. Les pièces accessibles sont vides, abandonnées. Ils n'utilisent apparemment pas cet étage. Bien. Une des fenêtres présente un trou. Parfait. Je vais pouvoir entrer discrètement.

Mais trop de discrétion me serait désavantageux. Je ne sais pas combien ils sont précisément. Il est temps de les secouer un peu.

Je prends tout le temps du monde pour ouvrir le plus discrètement possible la fenêtre du quatrième. Une fois cela fait, je descends au troisième, tout en restant à l’extérieur du bâtiment. Toujours aucun signe de vie. Serrant mon poing de toutes mes forces, je le balance dans la vitre. Bruit fracassant. Pour un bien, il faudrait que le résultat final ressemble à ce que ferait cette brute de Carnage. Il faut qu'il y ait de l'impact. Après quelques coups assez retentissants, je remonte au quatrième.

J'entre et referme le plus discrètement possible la fenêtre. Voilà. Il est temps de faire le point. Je me cache de manière à ne pas être immédiatement visible. Je compte le nombre de personnes qui ont réagi à mon ramdam.

2...3...4... Ça se répand comme une traînée de poudre... 5...6...7...

7 personnes, sans compter Blue. Il faudra la jouer fine. Ils sont sur mes traces, mais c'était le but. Ok.

Pour le moment, on va procéder de manière standard: Je vais jouer les croquemitaines et dégommer tout ceux qui se mettront à l'écart pour les éliminer un par un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: [Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann Lun 20 Fév - 3:18

M'exciter sur mes liens étaient inutiles, ça ne faisait qu'aggraver la situation. Je cessai donc de tirer sur les attaches en plastiques qui me sciaient les poignets. Lassie me tournait autour tandis que les petits s'agitaient, n'étant pas aussi calmes et réfléchis que des adultes, ils cédaient rapidement à la peur et l'inquiétude. Bon, commençons par le commencement! La chienne devait avoir compris car elle se dirigea aussitot vers les enfants, jappant pour avoir leur attention, ce qu'ils firent sans tarder, assez lucides pour savoir qu'on avait besoin d'eux. Tentant une nouvelle fois de me libérer en utilisant mes bras fantomatiques en renfort, j'abandonnai définitivement de continuer sur cette voie et posai mon regard sur les esprits. Connaitre le pourquoi du comment de mon enlèvement n'est pas très important mais pour quitter les lieux, il me fallait avoir une bonne connaissance du terrain.

-Les enfants, il ne faut pas que vous soyez effrayés, d'accord? Ca va aller et rappelez-vous, vous êtes des fantomes...

Cette information sembla les ragaillardir. Ils étaient dans l'Au-delà depuis peu et comme les adultes, il arrivait parfois qu'ils oublient qu'ils étaient comme qui dirait "invincibles" face aux vivants. Le plus agé des 4 souriait, trouvant leurs réactions droles. Tant mieux. Je répondais à son sourire pour les rassurer complètement avant de reprendre mon sérieux.

-Bien, si vous vous sentez d'attaque, j'aimerais que vous fassiez un petit tour des environs! Lassie, reste la, je vais avoir besoin de toi...

L'idée est hasardeuse, trop même, mais ai-je le choix? Pas vraiment... Pendant que les petits sortaient, je fixais Lassie qui en faisait autant. Je n'avais pas besoin de parler avec elle, on se comprenait aisément d'un simple regard. Dés que j'ouvris le passage entre le royaume des morts et celui des vivants, elle vint se placer dans mon dos, jappant doucement pour me dire qu'elle était prête. Alors je la rendis tangible autant que je pouvais le faire tout en faisant apparaitre une nouvelle paire de bras translucides. Comme lors de ma dernière tentative, je les utilisais pour tirer sur les liens, Lassie quant à elle chercha à enfoncer ses crocs dans la matière. Ne pouvant plus me traverser, ses crocs massacraient autant les liens que ma peau dans son acharnement mais je ne lui tenais pas rigueur, me concentrant sur le froid qui m'envahissait pour ne pas hurler de douleur. Ameuter mes ravisseurs ne serait vraiment pas une bonne idée! Au bout d'un moment, alors que je commençais à ne plus sentir mes poignets, les liens finirent par se détacher, libérant enfin mes bras. Je ne pouvais vraiment pas continuer comme ça, tant pis mes entraves aux jambes, je m'en occuperais toute seule!

Mes yeux perdirent leur luminosité et, avec eux, les murmures des morts s'évanouirent, me plongeant à nouveau dans l'obscurité totale et la solitude. Tremblant comme une feuille, je plongeais mes mains dans le corps de Lassie, soupirant d'aise en sentant ma chair à vif s'engourdir. Plus jamais ça, vraiment, plus JAMAIS ça. Le saignement était plutot important mais je n'avais rien pour bander le tout, hormis mon pull mais devais-je gaspiller mon temps pour ça? De ce que j'ai entendu des petits, mes kidnappeurs étaient assez occupés et inquiets, il y avait eu un bruit suspect du genre gros vacarme pas du tout discret, ils n'allaient pas revenir tout de suite donc. Enfin, espérons-le! Je retirai donc mon haut, arrachant les manches que je nouais à mes poignets. Un médecin regarderait ce travail de bucheron avec dédain mais quand on est enlevé, on a pas le temps d'embarquer une trousse de premier secours... Lassie couina pour s'excuser et vint me lécher le bout du nez, je n'étais pas la seule à ne pas avoir aimé l'expérience. Tant mieux, si ça n'avait pas été le cas, je me serais inquiétée! Maintenant il fallait que je m'occupe de mes jambes mais avant, j'avais besoin d'une petite pause, quelques minutes pour souffler. J'avais les mains libres, la porte en face était probablement fermée à clé, et les types loin de moi, pour l'instant. Oui, je peux m'accorder quelques minutes je pense, et à en croire le mal de tête qui commence à venir, c'est nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans mon bureau, sirotant mon thé
❝ POINTS : 286

MessageSujet: Re: [Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann Lun 29 Mai - 16:29

Bon, sur les sept, six sont remontés vers l'origine du bruit. Trois remontent jusqu'au troisième étage, tandis que les trois autres montent la garde aux étages inférieurs. Pas mal.
Ils inspectent, mais restent prudent. L'avantage qu'on affronte des personnes entraînées, c'est que quand on est soi-même un peu formé à leurs techniques, il devient très facile de prévoir leurs mouvements ou les stratégies qui vont être employées. Ainsi, même en étant efficaces et optimisées, elles deviennent très vite inutiles dès lors qu'elles rendent prévisibles. Et le double avantage, c'est que les mercenaires ou les guérilleros sont des as de la dissimulation et de la discrétion, mais pour ce qui est du raisonnement stratégique, il y aura bien souvent des progrès a faire.
L'un d'entre eux s'aligne avec moi, il est temps d'amorcer un nouveau mouvement. Augmentons un peu son stress, et sa paranoïa. Le gaillard semble être formé à ne pas avoir peur, mais pour être sûr, diminuons subtilement son appréhension.

J'hésite. Est-ce que je touche aux deux autres ou pas ? Mon but est d'en faire monter seulement un, afin de l'éliminer rapidement. Du coup, est-ce que les deux autres vont monter avec lui ? Si je les effraie trop, ce sera suspect et ils deviendront imprévisibles. Pas assez, et ils pourraient venir avec lui. Ou alors, ils la peur les pousseraient à rester soudés.

Pour le moment, augmentons très légèrement la peur des deux gêneurs, et diminuons leur stress. Ils seront moins sur la aguerris et plus enclins à battre en retraite.


La petite Anderson connait un petit pic de douleur, mais elle est seule dans la pièce. J'espère qu'ils ne lui ont pas injectés quelques drogues ou autres poisons. Il va falloir que je me dépêche. J'utilise mon module afin de m'allonger sur le plafond, juste au dessus de la porte qui donne sur la pièce. Le piège est tendu. Et une petite proie va bientôt tomber dedans.

Ma cible s'est séparée des deux autres et monte ici. Tout se passe admirablement bien jusque-là. Il fouille un peu l'étage, les deux autres continuent d'inspecter en dessous. Au moment où le soldat passe en dessous de moi, je désactive mon module et me laisse tomber sur lui, tout en prenant soin d'augmenter sa peur et sa surprise au maximum afin de le mettre dans les pommes.
Une fois immobilisé, je relâche un peu ma tension nerveuse et me met à l'écoute. Les deux zigotos d'en bas ont dû entendre et commence à paniquer très légèrement. Ils ne sont pas rassurés on dirait. Parfait, la peur est une arme excellente dans une guerre psychologique et plus ils paniqueront, plus je serai à mon avantage.

Soudain, un autre bruit attira mon attention. Celui du bois qui craque. Avant que je ne puisse me relever et faire quoique ce soit, le sol s'affaissa et nous fit passer du quatrième au troisième étage. Par chance, deux sac de chair ont amortis notre chute. J'en profite pour bidouiller un peu leurs esprits pour les laisser dans les vapes. Malheureusement, un des soldats restant monta du deuxième au premier étage et me mis en joue avant que je ne puisse faire quoique ce soit. Il appela ses camarades et, en dépit de tout mes efforts, je ne vis aucun moyen de m'en sortir. Rapidement, d'autres hommes arrivèrent, fusils pointés sur moi, et beau coup de crosse me mit K.O.


Que je revins à moi, j'étais attaché, à coté de la jeune fille que je devais sauver.


"Miss Anderson, comme on se retrouve. J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de ma piètre performance pour vous sauver, ni de mon apparence quelque peu poussiéreuse..."

L'heure n'était pas à la plaisanterie mais c'était plus fort que moi. Je ressemblais mes esprits, dans l'espoir de trouver une solution à notre problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann

Revenir en haut Aller en bas

[Mission] Puisque je vous dis que je ne sais rien, bande de taches! -feat Xann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La zone abandonnée-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit