AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 1 Fév - 20:17

Solitude. Je pense que c’est le terme qui corresponds le mieux à ce lieux. Un endroit que tout le monde à délaissé, y compris la nature. Seul le vent, se frayant un passage à travers les bâtiments éventrés,accompagne ce silence en le transformant en une vague symphonie. Une composition spectrale, funèbre et effrayante. Une musique orchestrée par l’obscurité, et exécutée par les débris d’un conflit puissant. Le sifflement du vent était tel que l’on pourrait le comparer à une voix angélique et mortifère.
Le paysage était lui aussi grandiose. un véritable cirque rocheux, composé de ruines s’offrait à moi. Cette vue faisait ressentir plusieurs sentations. L’une s’opposant à l’autre, à la fois une sensation de grandeur et de liberté, et l’autre d’isolement et d'emprisonnement. L’endroit était si vaste que l’on y respirait comme dans une montagne. Du moins, plutôt un volcan. Il y avait à la fois une forte fraicheure mais également un air sec et aride. Définir ce que l’on ressent ici est presque impossible. Tout est si calme que l’on ne peut s’y sentir à l’aise, mais également se désintéresser de cet endroit.


Si je suis ici, c’est que j’avais aperçu dans les dossiers du patron, qu’un de nos labos abandonnés avait montré des signes d’activités. Je profite donc de ma journée de congé, pour aller mener mon enquête par moi même. Car si demande à cool d’y aller, il risque au mieux de me refourguer la vieille, au pire de me faire remplir des papiers. Au moins, ici, je suis seul et n’ai de comptes à rendre à personne.
J'étais passé par les chantiers de constructions, puis avait longé la ville immergée. J’avais cette sensation d’explorer un monde perdu depuis des années. J’avais souvent dans ma vie vu des ruines, mais jamais de cette ampleure là. Mais je devais être attentif, un autre agent pourrait être sur les lieux, ou pire un doté. Au moins, cela me ferait de l’exercice, et personne ne l'entendrais hurler ici.

Le soleil commençait déjà à décliner à l'horizon, lorsque j'arrivais aux abords du laboratoire. Le chemin était impraticable, je du donc escalader quelques débris pour m’y frayer un chemin. Le sol s’affaissais sans cesse sous mes pieds, et les débris les plus fragiles se brisaient sous mon poids.
Avant de rentrer dans le périmètre, je me suis placé en hauteur, pour observer la topographie du site. Il ne me fallut que quelques minutes pour dresser un plan succinct dans ma tête, et surtout me faire une idée de l'environnement. Il s'agissait d’une vieille bâtisse délabrée, aux allures de maison de maître, située à l’écart de la rue. Même si j’avais farfouillé dans les données, aucune des données auxquelles j’avais accès ne détaillent les activitées de cette succursale. Peu importe, mais j'espérais ne pas tomber sur du contenu hautement explosif ou toxique en bas.
J’avançais prudemment, la main sur mon couteau, prêt à me défendre en cas de besoin. M'adossant à chaque coin, chaque piliers ou murs de débris, j’avais entrepris une progression de type CQC (Close Quarter Combat), comme on me l’avait appris à l’armée. Au bout de quelques minutes, je me rapprochais enfin de la porte du laboratoire, qui d’ici, me paraissait totalement éventrée de l'intérieur, ce qui n’envisageait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 1 Fév - 21:20


Memory

Feat. Osvaald Dorian.

Je ne sais pas vraiment pourquoi j'y retourne... Cet endroit que je déteste le plus... N'est plus. Alors pourquoi ce besoin d'y retourner. Parce que je n'ai rien de mieux à faire peut être ? C'est vrai que j'aime bien resté à la maison avec Daddy. Mais bon. J'ai plus de crayons de couleurs pour continuer mes dessins. Et puis, j'aime pas rester enfermé. Je l'ai été bien trop longtemps... Dans ce labo vers lequel mes pas semblent me mener.

Je revois encore la scène. Je suis recroquevillé dans ma cellule noire. La porte s'ouvre. Mais pour une fois, ce n'est pas la silhouette d'un de ce connard de scientifiques. Non. Il est immense et il est classe. Comme un grand guerrier sortant tout droit d'une bande dessinée. Je m'approche. J'ai l'impression, que je peux enfin sortir de ces quatre murs de ma propre volonté. Je crois il me souris. Et quand je sors... ce que je vois me réjouis pleinement. Du sang... des blouses ensanglantées, des cadavres... les cadavres que j'ai souhaité voir gésir sur le sol comme des jouets cassés toutes ses années. J'ai aimé tous ce rouge qui était synonyme de liberté pour moi. Il y'en avait encore un qui bougeait. Il était juste blessé. Sûrement que son heure était compté mais l'occasion était bien trop belle. Je me suis approché de lui. Je souris. Il est sans défense. Je sens encore le regard de Daddy glissé dans mon dos. Il m'observe. Qu'allais je faire ? C'est bien simple. De ce pouvoir dont il voulait tant savoir l'origine... De ce pouvoir dont il voulait tant me punir... De ce pouvoir il allait périr. J'arrache une poignée de cheveux sans douceur. Il hurle à peine. Il a du avoir bien plus mal juste avant. Je bourre touffe dans Rommy. Je sens mon œil droit chauffer. Il est en mon pouvoir. Complètement. Je le manipule comme une marionnette. Et là, je lui fait saisir un scalpel non loin de lui. Patiemment, le temps qu'il comprenne qu'il n'est plus maître de son corps, je jubile.


*Vas y Saturnin !!! Il mérite ce que tu vas lui faire subir ! *

- Je sais Rommy … Je suis si content de pouvoir jouer à nouveau avec toi.

Il se plante le scalpel dans l'oeil. Il hurle. Oh oui … ça fait bobo n'est ce pas ? Alors, continuons un peu. C'est rigolo. Le deuxième œil est crevé. Il est à présent aveugle. Mais mon propre œil droit me brûle. Sur le temps de mon maléfice, cette sensation est désagréable. Autant en finir. Un simple geste sur le bras de Rommy … Et le médecin se tranche la gorge de toute sa largeur. C'est fini. C'est fini et ça fait du bien.

*Haaa … C'était un chouette jeu ! Hein Saturnin ? *

Oh … Voila. Je suis arrivé. La bâtisse. Pour la première fois je prête vraiment attention à son aspect extérieure que je n'avais pas vu. Quand je suis partis avec Daddy, je ne m'étais pas retourné. Là, elle est devant moi. Mon cauchemard terminé. Je suis venu une dernière fois pour tourner la page. Pour me rappeler pourquoi je hais les non-dotés du plus profond de mon être. Pour me rappeler pourquoi j'ai subi tout ça. Oui.


Je contourne les débris. Je fais doucement le tour du bâtiment. Je prend mon temps, j'observe silencieusement. J'ai comme un léger mal de tête. Trop de souvenir veulent franchir le seuil de ma mémoire en même temps. Arg … Je sens comme une certaine colère revenir et grimper en moi. Cette baraque, je la brûlerais si je le pouvais. Je pourrais peut être demander à Daddy de le faire pour mon anniversaire ?

(c) Mellusa ~
Wanna play ?



Dernière édition par Saturnin Laforêt le Mer 8 Fév - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Jeu 2 Fév - 0:24

J’avançais dans la pénombre. Tout mes sens étaient en alerte. Chaque son, bruit, crissement ou vibration dans l’air pouvait cacher un danger. Le son d’éclatement de mes rangers sur les débris du sol m’aggacaient, car ils pouvaient, pour une oreille attentive, révéler ma présence.
Je m’approchais en silence de la lourde porte éventrée. Seule des explosifs ou quelque chose du genre auraient pu effectuer un tel travail. J’entrepris ma descente dans le centre de recherche. Même si sa destruction n’était pas récente, l’on pouvait encore sentir l’odeur qui y régnait. Un mélange d’odeur d'hôpital et de cimetière. L’odeur des maccabées était restée imprégnée dans les murs autrefois de la blancheure d’un établissement médical.
Je n’aime pas les hôpitaux et autres établissements de recherche. L’odeur, l’ambiance, tout me déplait. Il n’y a pas de raison particulières, mais je ne les apprécies pas. Mes différentes convalescences dans les hôpitaux n’avaient pas été particulièrement affreuse, mais bon, on ne peut pas avoir de bonnes raisons pour tout.


Les différentes données que j’avait pu acquérir étaient seulement que ce laboratoire était un centre illégal de recherche, détruit par un puissant doté il y’a quelques mois. Si cela concernait les dotés, il me fallait le savoir.
Les marches métalliques grinçaient sous mes pas, jusqu'à ce que j’arrive au sol. Arrivé en bas, je fut un rapide constat du lieu. L’endroit était éclairé par les lampes d’urgences, ce qui signifiait que l’endroit à été nettoyé le plus rapidement possible. Les traces de sang montrent que les maccabés ont étés évacués avec la même céléritée. Je comprends que les forces de l’ordre de Laurel n’aient pas tenues à rester ici plus longtemps. C’était tant mieux, ce qui voulait dire que toutes les informations n’avaient pas étés trop altérées.
J’ai commencé mon périple dans le complexe, après m’être assuré de trouver une carte des lieux. J'avais un objectif en tête, le premier était de trouver les archives, et le second de voir si il restait des données entreposées dans les labos. Ceux-ci étants plus proches, je m’y suis rendu en premier.
Mais une fois là-bas, c’est une vision plus macabre que j'aperçu. Aucun cadavres, mais quelque chose que je connaissais bien. Le premier “Laboratoire” indiqué sur ma carte était, disons particulier. Il s’agissait de petites cellules de confinements, rattachées à une table, d’opérations ou de torture. Cela me rappelait les conditions dans lesquelles nous avions extraits des otages en Syrie par le passé, la seule différence étant ici les moyens.

Je déteste les dotés, je les hais du plus profond de mon coeur, mais la torture n’a jamais été quelque chose que j’ai cautionné. Même dans la guerre il faut savoir faire preuve d’humanité, c’est quelque chose qui nous différencie des animaux. Ici une table médicale, ornée de sangles et immaculée de sang, accompagnait un petit bureau sur lesquels étaient disposés des instruments disons archaïques.
Je commençais à douter du professionnalisme et de l’objectif de ces études. Pour moi, l’endroit ressemblait plus à un centre de torture qu'autre chose.
C’est un petit dossier blanc qui attira mon regard. Il s'agissait d’un gros document, partiellement endommagé. J’ai rapidement lu la première page. Un matricule de sujet de tests, ainsi que toutes les informations de ce dernier. Il n’avait pas 15 ans. Pourquoi introduire de si jeunes personnes dans ces combats, ce n’était pas mieux que les tortures des années 40, ou encore des bambins équipées de ceintures explosives au Moyen-Orient.
Quelques descriptions de “tests” avaient presque réussi à me donner la Nausée. Une chose était sûre, peut importe la nature des “sujets”, j'espère qu’ils avaient réussis à se faire la malle. Mais mon travail reste ce qu’il est, et ce ne sont pas les premiers enfants dont je retire la vie. Je suis un professionnel, c’est pour ça que je suis un Traqueur, je n’ai aucun états d’âmes quand il s’agit de chasser.

Mais au moment de quitter la pièce, un bruit retentit à l’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Jeu 2 Fév - 15:28


Seul ?

Feat. Osvaald Dorian.

Je trouve l'entrée. Défoncée. Elle n'a pas bougé. Je ne crois pas. Je sens comme un vent glacé dans mon dos. Un frisson des plus désagréable. J'entre. Il fait sombre. Cela ne me dérange pas. En dehors de ces affreuses lumières aveuglante dévorant mon visage quand j'étais sanglée sur la table d'opération... J'étais plongé constamment dans la pénombre. Je traverse doucement les découvre pour m'enfoncer dans la ruines. Mon cœur se serre. Mais j'ai besoin de ça pour me rendre compte que tout est fini.

*Est ce vraiment la raison pour laquelle tu remets les pieds ici ?*

- Pourquoi je reviendrais sinon ?

*Peut être que ton rôle de martyr te manque ?*

- C'est le monde entier à présent qui deviendra mon martyr.

Je plongerai ce monde dans un tourbillon de souffrance. Je les ferais hurler autant qu'ils m'ont fait hurlé moi. J'attendrais qu'ils me supplient de les achever comme je l'ai supplier de tout mon petit corps. Puis je retournerais prendre le goûter avec Daddy ! Je suis sûr que d'ici là il m'aura acheter des nouveaux crayons. Des pastels ! Oh oui ! Je veux des pastels. Avec du beau papier de couleur. Oui, je pourrais décorer ma chambre et celle de Daddy comme ça. Je suis sûr il sera content.

*Tu crois ?*

- Bien sûr ! Pourquoi il aimerais pas ?!

*C'est pas ton père huhu*

- Si ! C'est Daddy!

J'ai peut être parlé un peu fort là. Bah... Qu'est ce que ça peut faire de toute façon ? Cet endroit est désert depuis bientôt trois mois sûrement. Tout a été laissé dans un état d'abandon complet. Il ne reste plus grand chose. Daddy avait fait un sacré bazar là dedans. Il a tout massacré huhu. Mais … Maintenant que j'y pense. Quand il m'a libérer, je ne me rappel pas avoir vu d'autres personnes s'échapper du bâtiment... J'étais le dernier en vie ? Etais je le plus jeune ? Ont ils été plus « gentil » avec moi ? J'ose pas imaginer alors. Les autres seraient mort sous leurs tortures et opérations ?... Où alors j'ai été le dernier que Daddy à sortit de sa cellule et les autres sont partit sans dire merci. Les méchant. C'est mal polis. Mais bon, comme ça je suis le seul que Daddy à accepter à ses côtés. Et ça ben … J'suis trop content.

J'arrive dans une autre pièce. Ici, ça devait servir de bureau. Le meuble est renversé, les tiroirs vidés. Il n'y a plus rien. Est ce qu'après le massacre de Daddy les policiers sont venus fouiller ? Ils arrivent jamais au bon moment. Toujours en retard. Ils servent à rien... Alors si ils servent à rien... On peut les supprimer non ? Je demanderais en rentrant à Daddy si un jour on pourra aller s'amuser avec eux ! Peut être pour mon anniversaire.

Bon, je cogite je cogite mais … Comme a dit Daddy, il faut que je reste prudent et que j'en profite pour vérifier si il y'a rien de compromettant qui traîne dans le coin. Autant en profiter qu'il m'a dit. « Il serait gênant qu'un curieux tombe sur quelques infos gênante ». Pour l'instant, cela me semble plutôt désert. Dommage, il m'aurait plût de croiser quelqu'un et de le faire souffrir à petit feu ! Ici … personne nous entendrais jouer huhu...

(c) Mellusa ~
Wanna play ?



Dernière édition par Saturnin Laforêt le Mer 8 Fév - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Ven 3 Fév - 3:02



Le mur contre lequel je suis collé est froid. Il est glacial, et fait de métal. Aucun revêtement n’y est appliqué. Seulement un grosse architecture d’acier, semblable à celles des navires du 21e siècle.
Je me focalise sur mes sens. J’entends très clairement marcher. Des pas lourds mais légers à la fois, comme lorsque l’on sautille quand on est enfant. Les pas se rapprochent, et s’ajoutent avec le temps des sons. Ceux-ci sont ceux d’une voix. Aiguë, enjouée et amusée. Chantonnante même.
Je suis quelqu’un de plutôt rationnel et que l’on effraie difficilement. Mais dans ce cas présent, c’est presque fantomatique. Un spectre victime de tortures qui se promène dans les couloirs. J'aurais pu me demander qui était-ce ou bien encore qu’est ce qu’il faisait la. Était-ce un humain ? Un Alien ou encore un fantôme ? Qui était-ce et qu’est-ce qu’il faisait la ? Mais là n’était pas la question. La question était, comment vais-je le neutraliser. Certains diront que cela pourrait être un civil, mais les civils ne viennent pas par ici. La piste de l’agent était elle aussi à exclure, le rythme des pas et la voix allaient en contradiction totale avec cette hypothèse. La seule restante était que c’était quelque chose de probablement dangereux.


Ma respiration était suspendue, ma main sur le mange froid de ma lame, prêt à bondir tel un chasseur. Dix mètres, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un. C’est parti.
Je bondit de derrière ma cachette pour surprendre ma cible. Ce n’est pas de l'étonnement mais de l’incompréhension qui m'envahit à ce moment là. Un enfant, peluche dans les bras, visiblement surpris de ma présence. J’hésite, je ne devrais pas. Il est devant moi, ce n’est qu’un enfant… mais j’ai déjà vu des enfants causer des dégâts. J’ai déjà perdu des hommes … des amis à cause d’eux. Ce petit “click” survenant juste avant une attaque kamikaze, perpétrée par des bambins d'à peine 10 ans. S’en suivent le chaos et la mort.
Mais j'étais à Laurel, dans un pays ou les guérillas d’enfants n’existent pas. Mais, c’était peut être pire. Mon intégrité d’humain me hurle de l’esquiver, de le laisser. Mais mon coeur froid et dur comme la roche de traqueur m’ordonne de l’abattre. Je savais que je jouais ma vie. Mais bon, comme une vieille dame me l’a un jour dit “Tu fais peur, tu devrais arrêter d’être sur la défensive, surtout à la caffet, sinon tu finiras vieux con.”
Je recule d’un pas, fixant le gamin devant moi et lui dit

- Tu devrais t’en aller, ce n’est pas un endroit pour les gosses ici” d’un ton sec et froid.

L’idée qu’il soit un rescapé de ce centre me traversa l’esprit. Mes sens étaient en alerte. Prêt à abattre ce môme au moindre faux pas. Mais au fond de moi, et dieu m’en est témoins je ne voulais pas. J’avais déjà abattu trop d’enfants dans ma vie. Pas un de plus, s’il vous plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mar 7 Fév - 14:03


Les pleurs du mensonge

Feat. Osvaald Dorian.

Oh … Finalement, il semblerait que j'ai été un peu trop imprudent. Il a surgit devant moi tel un loup sortant du bois. Il à l'air peu commode. Il me toise avec une grande méfiance. Moi, je tremble. Je profite de son effet de surprise pour jouer le rôle du petit garçon perdu tout apeuré. Car après tout, je ne sais pas sur qui je suis tombé. Mais il y'a fort à parier que cet homme n'est pas étranger à ce qu'il c'est passé ici. Sinon, pourquoi viendrait il jouer ici ? Peu de personne viennent dans ce coin pour une promenade de santé.

J'ai les yeux presque mouillé. Je suis plutôt bon comédien et l'homme face à moi ne semble pas être un inconnu lambda. Il a la silhouette athlétique, plutôt grand. La police ? Un proche d'une des ordures qui opérait ici ? En tout cas, si c'est un non-doté, il va regretter sa journée. Je lui casserais bien un bras ou deux. Il est armé ? Ce pourrait être encore plus rigolo après tout. Ce ne serais pas la première fois que je fais ce retourner un flingue contre son propriétaire. Olala, il y en aurait des bavures à cause de moi. Ou des accidents du travail. Un jour, je devrais aller fouiller dans une poubelles au hasard et récupérer pleins de trucs !! Et de là … pleins de gens au hasard qui en comprendrais pas ce qu'il leur arrive. Ce serais si rigolo. Je n'aurais qu'à lire le journal du lendemain pour connaître mes victimes et la cause des décès. Il faudra que je demande à Daddy si il est d'accord pour que je fasse ça ! Pour mon anniversaire peut être ?

Pour l'instant, l'heure est à cet homme avec sa grosse voix grave. Voila qu'il me met en garde. Il n'en faut pas plus pour « m'effrayer » et me mettre à pleurer. Je me frotte les yeux rougit et joue mon rôle comme il se doit.


- Mais …. Buhuuuu …. Je … je sais pas où je suiiiiiiiiiiiiissss …

Je m'approche de l'homme , jouant l'enfant perdu qui va s'accrocher à sa jambe. Tout adulte responsable ne chercherait pas plus loin que de voir un enfant effrayé. Je continu donc en sanglotant contre lui.

- Je sais pas où je suis Monsieur … et j'ai perdu mon mouchoiiiiiiiiiiiir !!! Mon mouchoir de ma maman !!!!

* Oh … mais quel comédien tu fais ! Tu mériterais un véritable oscar pour une telle interprétation*

Oh non, ce n'est pas le moment Rommy. Tu la fermes et tu regardes. Je vais aplatir cet adulte trop curieux en un rien de temps. Il ne va rien voir venir je te le dit. Celui est au mauvais endroit , au mauvais moment et je vais le lui faire comprendre. Il n'a pas pu venir ici sans arrière pensée... Non. Il a forcément un lien avec cete endroit et tout ceux ayant une relation quelconque avec ce lieux ne mérite aucune pitié et surtout pas la vie. Je vais lui faire voir la mort bien en face et lui faire payer pour tout ce qu'ils m'ont fait subir. Puis je rapporterais un doigt en cadeau et souvenir à Daddy ! Il sera content que j'ai pensé à lui. Oui …
(c) Mellusa ~
Wanna play ?



Dernière édition par Saturnin Laforêt le Mer 8 Fév - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 8 Fév - 0:42

Le temps se suspend l’espace d’une dizaine de secondes. Aucun son, aucun mouvement. Je suis la, au dessus de lui. Le silence est brisé par des bafouillements suivis d’un chouinement insupportable.
En théorie je ne déteste pas foncièrement les enfants, ni les gens d’ailleurs. Mais les chouineurs me font sortir de mes gonds. Je n’aime pas entendre des gosses pleurer, quelque soit la raison. En réalité, je ne sais pas comment réagir avec les enfants, c’est pour cela que ça m’énerve. Mais ici rien à voir, ce môme semble dangereux. Tout ce qui est dans cette zone est dangereuse, et mérite qu’on y fasse attention.
Je l’entends balbutier qu’il est perdu, et en réalité, ça me fait une belle jambe. Il s’est perdu, c’est sa faute, ça lui apprendra. Sauf qu’on ne se perds pas aussi loin. Chaque rue, tunnel, route est un parcours risqué. Ce truc, est donc venu ici de son plein gré. Il connaît également la présence d’une porte dérobée dans un bâtiment en ruines totalement anodin, donc il faut escalader les paroies pour rentrer ? … Il connaît cet endroit. Deux hypothèses s’offrent à moi. Soi il à été envoyé là par quelqu’un ? Ou alors il a vécu ici, et sa vie entière est consignée dans l’énorme dossier dans mon sac.
Un autre détail me semble étrange. Dès qu’il parle, il semble attentif à une réponse. Son regard change de manière rapide, comme si il se disputait et jubilait ensuite. Il est pas net. J’ai été trop clément, il faut que je fasse attention.
Mais à peine ai-je eu le temps de terminer mon schéma de pensée, que je sens le marmot se coller à ma cuisse, et tirer sur mon vieux tee-shirt. Par réflexe, je le pousse et me recule.
Un regard rapide. Pas de sang, ni de sensation de piqûre. Je ne suis pas à l’aise. J'effraie tous les enfants du monde, et même les adultes. Je l’ai effrayé, aucun enfant ne viendrait se coller à moi, sauf par intérêt, et encore. Mais c’est bon, je pense avoir compris.


-”Alors gamin, c’est de là que tu viens c’est ça ?” dis-je d’un ton sec, presque sévère mais sans aucune agressivité ou moquerie.

Si c’est un doté, je l’embarque voir le patron, en évitant de trop le casser. Ce morveux à déjà du asser en baver, mais je présents qu’il ne me laissera pas l’emmener comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 8 Fév - 9:57


Wanna play ?

Feat. Osvaald Dorian.

Je ne reste pas coller bien longtemps à sa jambe. L'homme est méfiant. Ce n'est pas un citoyen lambda, j'en suis certain. Il met son nez un peu trop loin dans ce qui ne le regarde pas. Et c'est bien connu …

*La curiosité est un vilain défaut*

Je souris. Avant qu'il ne me repousse, j'ai pu récupérer un fil de couture de son vieux t-shirt. Bien heureux ces gens qui restent attaché a un vêtement trop vieux. Je souris. Pendant un peu plus d'une dizaine de minute, il allait être en mon pouvoir. Je place le fil de couture autour du cou de Rommy. Rommy est content je crois.

J'avais vu juste. Il a fouillé. Il a deviné que je viens de cet endroit sordide. Je le toise alors et me met à rire doucement.


- Huhu … Huhuhuhu … HAHAHAHAHA... Alors Monsieur ?! On est un peu trop curieux ?! C'est pas bien de mettre son nez dans ce qui ne le regarde pas. Daddy il aime pas ça ! Et si Daddy aime pas ça ! Alors moi non plus !

Je me met alors à serrer Rommy très très fort contre moi, effectuant une pression dans le dos de ma poupée. De cette action, l'homme doit ressentir alors une pression et une étreinte étouffante. Plus je serre, plus il aura mal et ne pourra nullement bougé. Mon œil droit brille légèrement. Il va commencer à me brûler dans quelques minutes. Je toise ma victime d'un regard mauvais, la voix changeante.

- Oui … Effectivement j'étais encore ici il y a pas deux mois. Je ne sais pas ce que tu es venu faire ici mais tu n'aurais pas du... Daddy n'aime pas les curieux et moi non plus ! Alors je vais faire en sorte que tu n'ais pas envie de poursuivre ton investigation hihihi !!!

Je serre Rommy d'avantage tout contre moi. Je m'attend à ce que l'homme devienne tout bleu ! Ça serait rigolo ! Et si il remue un peu trop … Et bien c'est pas grave, je vais lui casser le bras. Ou une jambe plutôt ! Ça lui évitera de me poursuivre si le maléfice s'annule ! C'est pas une mauvaise idée ça !

- Tu n'as pas idée de ce que des personnes comme toi m'ont fait subir ici pendant cinq ans !!! Le supplice que tu supportes actuellement est bien tendre en comparaison de ce que j'ai supporté ! TU VAS PAYER POUR EUX !!!!

Je serre à nouveau ! Je lui casserais bien la colonne vertébrale mais … Je suis patient.
(c) Mellusa ~
Wanna play ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 8 Fév - 18:49

En l’espace d’un instant, je me sens manipulé comme une poupée. Une lourde pression sur mon torse et mon dos surgit. Mes bras sont comme tirés par des cordes. Mais m’attendant à quelque chose sa part, je contracte mes muscles à la première sensation. Qu’est-ce qu’il était en train de faire ? Et surtout qu’est ce qu’il racontait ?.
Qui était Daddy ? Sa poupée ? Son père ? Un ami peut être. Aucune idée, par contre, il semble justifier toutes ses actions grâce à ce Daddy, il doit être important pour lui. Il était fou de rage. Il déversait sa haine pour les scientifiques, et je le ressentait. Physiquement parlant, j'arrivais à faire en sorte de rester sur place, comme indifférent. Par contre, ça faisait un mal de chien, comme si essayait de me casser en deux. J'étais heureux d’avoir passé plus de temps en entraînement commando à me faire péter la gueule par les sergents majors, plutôt que de roupiller. Durant ses années dans ma belle patrie, j’ai appris à résister à la torture. A me taire même lorsqu’un tisonnier me brûlait le torse. A garder mon souffle lorsque l’on essayait de me noyer, et surtout, à me servir des mots pour esquiver la torture.
Ce cas là n’était pas différent. Toutes mes ressources étaient mobilisées pour paraître de marbre, maintenant, je devais trouver quelque chose. Je n’arrivais pas à trouver l’origine de son pouvoir. Son oeil ? Sa poupée ? Un esprit ? Quelque chose de mental ? Aucune idée. La seule chose dont je suis sur, c’est qu’il avait besoin de se coller à moi pour ça. De toute façon, je ne pourrais pas le neutraliser si il continue de m'entraîner comme il le fait.


Je devais analyser ce qu’il me disait. Quelques points étaient récurrents dans ce qu’il disait. Il n'aimait pas les gens comme moi… les arabes ? Non, trop jeune pour être aussi raciste. Qu’est ce qui pouvait me définir à première vue. Réfléchis, réfléchis… Je suis humain, et pas alien. Si il est doté, il doit probablement détester les non dotés ? Comme moi je déteste les dotés. J’espère avoir raison, car je ne pourrais pas me retenir assez pour sortir une tirade explicative d’une heure et demie. Ensuite, je me rends compte qu’il me tient pour responsable de ce qui lui est arrivé. Je dois donc lui faire comprendre que ce n’est pas le cas. Mais je ne pense pas qu’un simple “c’est pas moi” suffira.
Je respire un coup, et le regarde, de marbre, pendant qu’il rigole et lui dit:

Me faire quoi ? De quoi tu parles gamin ? M’infliger quoi ? Je sens bien que tu essaie de faire un truc maiiis. Comment te dire. Tu sais garder un secret ? “


Je ressens que je capte son attention, je continue donc en forçant pour m’incliner vers lui.

“ -  Je devrais pas te le dire, mais en réalité j’ai un don, qui m'empêche de ressentir la douleur, d'où ma venue ici. Je m’explique. Je suis comme toi. J’ai été enlevé enfant, et ai passé plus de dix ans de ma vie dans un laboratoire, en Arabie Saoudite. J’ai réussi à m’enfuir, et en faisant cela, j’ai volé un plan de touts les laboratoires dans le monde. J’ai fait aussi vite que j’ai pu pour retrouver celui-de Laurel”.

A ce moment, je me suis efforcé de prendre un visage compatissant et triste.

“ - Je suis désolé que quelqu’un d’autre ai souffert, vraiment. Si j’avais pu me libérer avant, j'aurais pu aller plus vite, mais à moi aussi il m’ont fait du mal tu sais ?....”

J'étais parfaitement convaincant. La douleur que je ressentais passait pour de la tristesse et de la colère. Je lui est donc fait signe de lever mon tee-shirt, pour qu’il voie mes dizaines de cicatrices, et marques de brûlures sur le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Dim 12 Fév - 21:13


Lying or not lying ?

Feat. Osvaald Dorian.

Ce devait être amusant. Ça doit être amusant !!! Alors pourquoi ça ne l'est pas ?! Pourquoi il n'a pas mal ?! Pourquoi son visage ne ce déforme pas sous la douleur ?! Pourquoi il ne se courbe à mesure que je resserre mon étreinte sur Rommy. Ce n'est pas juste. Non ! PAS JUSTE !!!! Il devrait … Oui … Il devrait souffrir ! Me supplier d'arrêter ! Me demander de l'achever !!! Me demander pardon ! Oui !!! Il devrait me demander pardon pour ce qu'ils m'ont fait !!!! POURQUOI IL NE DEMANDE PAS PARDON !!!?

* Parce que tu le méritais ?*

- NOOOOOOON !!!! Non non non non !!!! Je ne le méritait pas !!!! Non !!!!! J'ai rien … j'ai rien demander !!!!!

Je serre davantage Rommy, comme pour l'étouffer au plus prêt de moi. Comme si je voulais le faire taire , le faire pénétrer ma poitrine. Puis... Il parle. La voix grave. L'autre. L'homme. Il parle. Un secret ? Pour quoi faire ? A quoi ça sert des secrets ? Je crois que même Daddy il a pas de secret avec moi... Hummm ? … Un doté ? Qui ne ressent pas la douleur ?!!! RAAAAAH mais voilà pourquoi !!!! C'est pas juste c'est pas juste c'est pas juste. Il triche ! … Hum ? Il … Lui aussi ? Un laboratoire ? En Arabie-Saoudite ? Comment il s'est échappé ? Il faut dire qu'il semble grand et costaud. Puis je ne crois pas que Daddy ait libéré d'autre personnes de laboratoire. Il me l'aurait dit. Non … Daddy c'est mon sauveur à moi. Oui. Mon sauveur à moi tout seul et a personne d'autre !

Il semble signe d'approcher. Vérifier moi même ses dires. Je m'approche. Hésitant. Je ne sais pas quoi faire. Non … je ne sais pas quoi faire. Si il dit vrai ? Je ne serais pas mieux que ces méchants de scientifiques... Oui … Je doit arrêter. Je ne suis pas méchant moi.


* Tes parents aussi ne l'étais pas … Pourtant... C'est à cause d'eux que tu as subit tout ça !*

Je me stop d'un coup. Je fronce les sourcils. C'est vrai ! Je ne peux plus faire confiance à qui que ce soit. Sauf à Daddy ! Je recule de nouveau et le regarde, les yeux vide. Rommy toujours contre moi, je saisis une de ses jambes et commence à la tordre et regarde l'homme.

- Si ce que tu dis est vrai … Alors je peux te casser la jambe ? Tu n'aura pas mal comme ça... Et si c'est vraiment vrai et que t'as pas mal, alors je te croirais. On fait comme ça ?! Si t'as pas mal … Ton rythme cardiaque ne devrait pas s’accélérer… Tu ne devrais pas transpirer … Et bien sur, ne pas crier. Alors ? On y va ?
(c) Mellusa ~
Wanna play ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Jeu 16 Fév - 20:06

Cet instant est interminable. Chaque minutes, non chaque fragment de secondes me paraît une éternité. Je sens, de plus en plus, cette étreinte surnaturelle appuyer sur mon torse. Mon corps commence à fléchir. Cela doit faire trois minutes que ma respirations est en difficultée.
Je me rends compte que mes mots l’affectent. Il ne semble pas très stable depuis le début. Son regard trahi un manque cruel de concentration. Il fixe sa peluche, il semble attendre une réponse de lui. Ses mots ne me semblent pas tous destinés.

Je le sens, au gré des secondes, se calmer de plus en plus. Il me fait confiance. En même temps, je suis plutôt fier de moi. Il semble en confiance pour regarder mes cicatrices. Si il le fait, il sera persuadé de la véracité de mes propos. Elles sont immenses et bien profondes. Mais quelque chose se passe. Il se bloque, se crispe. Comme si quelqu’un venait de lui adresser la parole. Ses yeux s'écarquillent et il se met à beugler comme quoi il n’y est pour rien, enfin je n’ai pas bien compris.

Ile se retourne vers moi en souriant et me propose de vérifier ce que je dit en me brisant la jambe. Perspective m'enchantent moyennement. Je dois réfléchir, inventer inventer. Trouvé, j’ai cru comprendre qu’il détestait les scientifiques.


“Bon petit, il faut qu’on parles. Je t’ai pas tout dit sur mes pouvoirs. Mon don est le résultat des expériences pratiquées sur moi. Il consistait en un Sérum inhibant les connection nerveuses jusque dans le cortex droit. En simple, mon corps crée une sorte de puissante aspirine. Le problème, c’est que j’ai du mal à le contrôler, et les fortes douleures, et bien je les ressens. A un degré assez minime certes, mais ça me blesse.”[/b]

Je prends une respiration, comme soupirant de ce que j’avais à lui dire.


“Si ça peut te calmer, vas y, mais brise moi le bras plutôt, si c’est pas trop demandé. Mais si tu fait ça, tu ne vaudrait pas mieux que les scientifiques qui nous ont fait du mal. Mais, je comprends ta colère, donc si me casser le bras peut te calmer et t’aider, vas y, je suis habitué à bien pire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Chez Daddy
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Mer 22 Fév - 21:34


Once upon a lie

Feat. Osvaald Dorian.

Tiens... Encore quelque chose ? Il y'a encore quelque chose qui s'ajoute à son histoire ? Est ce que c'est vrai ? Est ce que c'est faux ? Je ne sais pas... Je ne sais plus... Mais je crois que je m'en fiche non. Cet homme... Je ne le connais pas. Et les personnes que je ne connais pas... Et bien je m'en fiche. Oui... Seul Daddy, lui, je ne m'en fiche pas. Car lui... Il a pris le temps de me sauver. Oui. Lui il est important. Mais ce mec en face de moi. Il change de version tout le temps. Il en rajoute comme si il racontait une histoire qui était écrite que dans sa tête ! Comme quand on fait croire que l'histoire elle continu alors qu'elle est finie !

*Mais oui... c'est un menteur ! C'est sûr ! Il arrange comme il lui convient !*

Je tremble... je serre encore plus la jambe que je m'apprête à lui casser. Je vais lui casser... Il va s'écrouler. Il va perdre ses deux têtes de plus que moi. Il va avoir mal... Très mal. Comme moi j'ai eu très mal. Mais … lui... Il a peut être vraiment eu mal comme moi. Et moi je lui fais encore plus  mal ? Peut être ? … Mais il ne ressent pas la douleur je crois.

C'est alors qu'une phrase me transperce l'esprit. Je ne vaudrais … pas mieux que ces scientifiques ? Je ne vaudrais pas mieux que ceux qui m'ont gâcher la vie ?! Co... Comment peut il un instant dire cela ?...


- Tu oses … Me dire que je ne vaudrais pas mieux ? … Alors que tu te trouveras seulement avec une jambe cassée ?! Une jambe cassée qui se rétablit en seulement un mois !!!? Mes cicatrices qu'ils m'ont faites... NE SE GUERIRONT JAMAIS !!!!!

Et d'un coup sec, je tords la jambe de Rommy. Un gros « KRAK » ce fait entendre chez l'homme en face, la jambe pète visiblement devant moi. Mon sourire s'élargit... ça fait mal, même un peu. Et dans tout les cas ! ÇA LE FERA BIEN CHIER CE POV' CON !!

Soudain je siffle de douleur. Je porte ma main libre à mon œil. Il me lance … Il me brûle. Je ne dois pas rester là. Le maléfice va s'interrompre bientôt... Et même si il ne peut plus courir... Je ne peux pas rester là une seconde de plus. J'observe encore l'homme à genoux, qui devait prendre conscience de ce qui venait de lui tomber dessus.


- Je vais le dire à Daddy … Oui …

Puis je fit demi tour et sortit rapidement de la bâtisse, ne prenant même pas la peine de me retourner. Je vais pouvoir raconter une nouvelle histoire à Daddy ce soir. Il va sûrement aimer. C'est l'histoire d'un Monsieur qui avait « peut être » mentit à un enfant. Et il a eu la jambe cassée.
(c) Mellusa ~
Wanna play ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin Dim 5 Mar - 18:18








La curiosité est un vilain défaut
Ft. Sat




Je l’ai ressenti. Au moment ou ma bouche s’est fermée pour déclarer ma dernière palabre, je l’ai senti. Ma représentation théâtrale venait de vaciller sous le poids de mes mots maladroits. J’ai été beaucoup trop suggestif dans mes mots, et cela allait me retomber sur le coin de la figure. Ou alors ce serait de l'agressivité qui provoque cet état chez lui ? De toute façon ce pauvre gamin à l’air totalement détraqué.
Je l’observe, il est presque dans une transe macabre. Il se parle à lui même, il commence à pleurnicher. Bon, la question est, quel membre va sauter ? Mon bras ? Ma jambe ? ou bien les deux ?
Je n’ai pas eu le temps de finir de me poser cette question que j’ai entendu, et ressenti un énorme craquement au niveau de ma jambe. En laissant échapper un hurlement entre mes dents, je m'effondre au sol. Ce petit connard à choisis ma jambe. Il a intérêt à se casser, car je même avec une jambe en moins, je vais l’attraper, et ce misérable doté va connaître ce que je réserve aux gens de son espèce. En tout cas, il a l’aisance d’esprit de s’enfuir très rapidement.



Après quelques minutes pour reprendre mes esprits, j'entame les premiers secours. Ce n’est pas ma première jambe cassée, et ce ne sera pas ma dernière. En tout je dois être à mon dixième membre brisé. L’avantage avec le monde d’aujourd’hui, c’est que la médecine est vraiment efficace. En faisant gaffe, et en écoutant pas trop le docteur, dans deux semaines c’est réglé. Mais bon, je peux continuer à bosser avec une jambe en moins, mais on va éviter l’escalade.
Après ce petit temps de premiers soins, je me suis calmé. C’est moi qui ai fait n’importe quoi. J'aurais dû l'abattre à vue, le tordre le cou, ou au moins l’immobiliser. Bon, au moins la bonne nouvelle, c’est que le machin s’est barré, et que ça me laisse le temps de continuer à fouiller.
Je me hisse sur une barre de fer qui traine, et fixé correctement mon attelle de fortune, avant de passer rapidement en revue les données qu’il reste. Mais malheureusement, rien de spécial, j’ai déjà mis la main sur la majorité des données, le second élément intéressant, c’est que je suis persuadé que ce dossier corresponds à cette petite m**** de sale gosse de …




Après une bonne dizaine de minutes à fureter dans le complexe, je regagne non sans mal l'extérieur, mais une chose me brouille l’esprit. Quelle excuse vais-je trouver ? Il faut que j’y réfléchisse. Si Cool apprends que je me suis blessé en explorant un laboratoire en fouillant dans ses dossiers, il risque de me passer un savon monumental.
En à peine plus de temps qu’il ne m’a fallu pour partir de chez moi au laboratoire, je suis de retour au bercaille. Ma jambe à été particulièrement douloureuse, mais la blessure semble relever plus de la grosse fracture qu’autre chose, je vais donc essayer de tout corriger ça, ou j’appellerais une connaissance medecin. Enfin, pour le moment, je dois analyser tout ce que j’ai trouvé. Une grosse soirée en perspective donc.


© Jawilsia sur Never Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin

Revenir en haut Aller en bas

La curiosité est un vilain défaut. - Avec Saturnin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La zone abandonnée :: La rue de la gare-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com