AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : dans la rue
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Mutation


 : B

MessageSujet: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Mer 22 Mar - 0:10


22 mars 2018.

- Que le bal commence!!!

Le psychiatre était devenu tellement fou. Pourquoi s'acharnait-il sur moi? Je n'étais qu'une paumée à l'époque et non dotée. Je n'ai rien demandé. Je n'ai jamais voulu avoir ces pouvoirs mais j'ai fait avec et même si j'ai juré de me venger un jour de celui qui m'a transformé en Miss Hulk. Mais lui? Qu'est-ce qui lui est arrivé? Pourquoi il était comme ça?

-POURQUOI!!!?

L'homme arrêta son mouvement alors qu'il allait une énième fois me charcuter mais avec finesse pour que mon supplice dure plus longtemps.

- C'est vrai ça, pourquoi? Pourquoi es-tu là? Pourquoi suis-je comme ça? Je pourrais me psychanalyser en disant que c'est parce que j'étais été harcelé par des dotés, que j'ai eu une enfance difficile, que je ferais tout pour te faire pleurer d'émotion mais je te mentirais. Non, je suis juste quelqu'un de froid et déterminé dans mes actions de torture. Tu crois être l'unique expérimentation du projet Reborn? AHA, tu es naïve, Neith. J'adore torturer les gens, faire des expériences avant de les tuer et de les couper en morceau. Je me demande si mes chiens vont apprécier ta viande, aha.


Qu'il me tue mais qu'il arrête de parler, pitié....C'est insupportable. Que ce soit un tyran torturé ou juste un sadique mal-baisé, il était un cliché à lui tout seul.

- Tais-toi, putain! Va torturer quelqu'un d'autre alors si je ne "suis pas la seule"! Fous-moi la paix!

L'homme en blanc s'approcha à nouveau prêt à planter à nouveau ses outils en guise de punition pour insubordination mais d'un geste vif je lui saisis sa main pour la retourner contre lui et planter le scalpel juste au dessus de sa clavicule. A son tour de pisser le sang.

-Crève enflure!!

Il recula et sorti rapidement me laissant enfin en paix. Je me rallongeais dans le lit et m'assoupit presque automatiquement. Je mourrais à petits feux.

"le dernier jour du reste de ma vie"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : 63.771285, -18.171796
❝ PT. EXPERIENCE : 1772
Mutation


 : ✘

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Lun 25 Déc - 12:30

Meknes dépliait un petit bout de papier dans lequel diverses indications étaient griffonnées.

Il n’était pas complexe pour lui de les déchiffrer, en dépit de leur aspect erratique et anormalement appuyé. Une pression énorme, exercée par une main trop grosse ou inadaptée, était responsable de ce rendu étrange.

Cette même main avait fracturé plusieurs os et mis fin à des vies peu de temps auparavant. La gantelet Archaon était vraiment destiné à un usage particulier.

Meknes ajouta quelques notes supplémentaires sur sa feuille à la taille ridicule. Il n’eut qu’à user de l’index de son gantelet pour rédiger quelques signes avec le sang encore frais de son dernier meurtre.

Il s’agissait d’informations que le géant avait recueilli après ses multiples escarmouches. User de son éclair aurait été suffisant pour obtenir tout ce qu’il voulait, mais par moment le colosse éprouvait le besoin de casser de la matière, en raison des vertus relaxantes et thérapeutiques apportées par cette pratique (qu’il ne connaissait que trop bien).

Seule une personne, une figure un petit peu plus remarquable que les autres qui avaient été massacrées, n’avait pas péri sous le poing mécanique de l’Ambassadeur.

Elle était charismatique, élancée et borgne, c’est pourquoi cela avait interpellé Meknes, lequel pensait avoir à faire à une pâle copie de lui-même, chose dont il n’avait absolument pas besoin…

Cette confrontation lui avait permis d’avancer dans son enquête afin de retrouver Neith. En échange disons, de la performance que cet adversaire avait rendue, Meknes avait décidé de l’épargner. Ses jours n’étaient pas en danger mais sa période de récupération pour les multiples blessures qu’il avait subi se comptaient en mois et même possiblement en années.

Une anecdote qu’il n’était pas nécessaire de prolonger plus longtemps, d’ailleurs. Meknes venait de finir les nouvelles ébauches de son plan et se préparait donc à foncer vers son prochain objectif.

Rien de bien méchant. Une sinistre affaire d’organisation criminelle, d’expériences interdites, de comportements déviants… Rien que le colosse n’ait croisé durant son séjour sur Terre. Peut-être connaissait-il ses horreurs même d’avant, qui sait. L’histoire du peuple kherrr est loin d’avoir révélée tous ses secrets.

En revanche, ceux que l’Ambassadeur s’apprêtait à dévoiler manquaient un petit peu de piquant. Les moyens déployés pour construire ses mystères et les protéger n’étaient pas de taille face au géant. Le poing fit encore une fois entendre sa colère, car en dépit de la petitesse des opposants, un puissant investissement émotionnel secouait Meknes.

Il savait que ces ordures retenaient son amante en otage. Cela s’était produit pendant un moment d’égarement du colosse, ces fameux instants longs de plusieurs jours voire plusieurs mois, durant lesquels il se perdait entre la gestion de sa secte, les plans machiavéliques préparés avec Swan, les entraînements intensifs qu’il continuait toujours et les courses au magasin pour acheter des jouets à Saturnin.

C’était une chose qui devait cesser impérativement. S’il se laissait aller ainsi, Meknes allait peu-à-peu perdre tout ce en quoi il tenait. En soit, c’était déjà quelque chose qui était en train de se produire. Il n’y avait qu’à voir ce qui se passait avec Brooke, Roxane, Strider, Mary-Lune…  

S’il voulait se reconstruire, l’Ambassadeur devrait faire des choix, définir des priorités… Et parmi ces besoins essentiels, il souhaitait poursuivre sa relation avec Neith, gérer des orphelinats et aider le petit Saturnin à devenir grand.

Le gantelet Archaon vient d’enfoncer un mur et par la même occasion d’exploser un crâne situé sur son passage. Meknes était très impatient de retrouver sa belle.

Par contre, il allait devoir agir de manière un peu plus douce s’il ne voulait pas que les choses tournent mal. Cela dit, personne ne connaissait les raisons de sa venue et rien ni personne n’était en mesure de l’arrêter.

Un coup de poing thérapeutique, encore une fois…

Il était sur la bonne route, dans un bâtiment dont il pouvait facilement exploiter les failles et avec un personnel incapable de comprendre ce qui était en train de lui tomber sur la tête.

C’était le moment de profiter de la confusion pour filer à travers la matière jusqu’à la cellule de la prisonnière. Dans quel état allait-il la retrouver, la pauvre…

_________________




Dernière édition par Bloodshed le Dim 11 Mar - 9:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : dans la rue
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Mutation


 : B

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Mer 28 Fév - 18:02



Des cris, des coups, une alarme stridente. Toute cette agitation soudaine me réveilla en sursaut.
-Qu'est-ce...qui s'passe... ? Lincoln ? Ah j'ai mal...

Mon petit bébé était toujours là, en piteux état et à côté de moi.

« Putain, on est repéré, vas-y sonne l'évacuation, on va mettre en place le protocole de sécurité et destruction des preuves. »

« Toutes les preuves ? »

« Bah oui, allez, scelle donc tous les cobayes, qu'ils crèvent tous en enfer, on a d'autres bases de toute façon. »

« Viva OSAM. »

Des bruits de cohue, de pas, d'armes, de cliquetis. Visiblement la menace devait être suffisamment grande et importante pour qu'ils décident de faire sauter leur bunker souterrain.

-Permettez ? Elle, j'vais juste l'amocher encore un peu avant...pour le plaisir.

Le psychiatre fou était à nouveau là, les yeux injectés de sang et un bandage étrange sur son bras.

-Dommage que tu sois qu'une dotée, j't'aurais baiser sans contrainte, aha. À la place,  je vais juste te faire souffrir avant de te laisser brûler dans ta cellule avec ton fils.

Il m'attacha, enleva la couverture et mes vetements et commença à découper ma peau au scapel tous le long de mon corps, au cou, à la poitrine, aux cuisses. Il lécha les plaies avec une envie folle. Je hurlais et pleurais de douleur, de dégoût. J'avais envie de mourir. Je me sentais souillée.

« Oh le beau sang verdâtre. »

Puis une nouvelle alarme sonna et le psychiatre lâcha son emprise sur moi avec un grand sourire de contentement.

« C'est pour moi de partir et pour toi. De mourir. »

Il ferma la porte à clé et quelques minutes plus tard, une bombe incendiaire sortie du plafond atterrissait au milieu de la pièce et un feu commença à se déclencher.

- AU SECOUUURS...qu'on m'aide...j'en peux plus...Lincoln, Lincoln...Aka...Meknes...Isis...Chiyo...p..par...don...


"quel est le pire entre mourir par torture ou par brûlure?"
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : 63.771285, -18.171796
❝ PT. EXPERIENCE : 1772
Mutation


 : ✘

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Dim 11 Mar - 11:15

Un pied gigantesque marcha sur un bras et le broya en deux.

Son propriétaire poussa un cri difforme, avant d’être rapidement ramené au silence par les gros doigts d’acier qui plongeaient dans sa gorge.

Le gargouillis ne dura pas plus longtemps que nécessaire. Ainsi, la mort avait été rapide et la bienséance respectée. En dépit de toute la haine que Meknes pouvait éprouver pour ces petites personnes qui étaient du côté du mal, le colosse ne souhaitait pas prolonger cet affrontement avec des fioritures inutiles.

L’objectif était simple et les étapes pour y parvenir clairement définies. Il ne restait plus qu’à appliquer les tâches de manière procédurale.

C’était quelque chose de bien pratique pour l’envahisseur car cela déchargeait légèrement sa conscience à propos du principe moral de ses actes. Ici pourtant, il faisait quelque chose de « bien » : sauver sa promise et la tirer des griffes des méchants scientifiques avait tout de la quête épique qui se terminait joyeusement à la fin.

Pour autant, l’ambassadeur Klong ne sentait pas vibrer en lui la fibre justicière. Il souhaitait simplement venir en aide à ses proches et trouver un moyen efficace pour que l’on arrête de lui casser les pieds sur le long terme. Ainsi son entreprise avait beau être noble, elle n’avait aucun poids dans la balance des crimes perpétrés jadis par le géant, tout simplement parce que les intentions n’y étaient pas.

Et puis, surtout, Meknes n’allait pas arriver devant la justice et leur dire : « oui mais euh, j’ai sauvé ma copine d’un tas de gros vilains quand même. Quoi, c’est une hors-la-loi ? Ah ? Bon… ». Ça ne pouvait pas fonctionner.

Cela dit, ces réflexions tenaient de la bonne nouvelle dans la mesure où le poids des remords avait complètement disparu des épaules de Carnage. Il avait fait ce qu’il avait fait, des réussites, des erreurs, des choses contestables à une certaine époque, mais désormais cela appartenait au passé, et le futur était droit devant lui.

Il restait cependant évident que l’ampleur des méfaits commis par le titan faisait que le monde allait garder encore longtemps des cicatrices que l’on raconterait avec émotion aux générations futures. C’était le problème quand on jouait dans la cour des grands au sein d’un monde qui était trop petit. Tant pis, après tout. Il valait mieux se tromper sur Terre que sur Havöck.

En dépit de ce fil de pensée qui se déroulait tout seul dans le cerveau du géant, ce-dernier avait le sentiment d’avoir la tête vide. Pas dans le sens bête, pas dans le sens vidée, fatiguée.

Dans le sens neutre. Rien d’important. Rien de grave non plus.

Même le son de ses massacres ne lui provenait aux sens que par le biais de faibles ondes et d’échos étouffés. Meknes s’en moquait. Il cherchait, guettait avec impatience le moment où il allait retrouver Neith et où il allait pouvoir la prendre dans ses bras.

Entre deux meurtres, il fallait un peu de logistique : contrôler les esprits avec l’éclair, récupérer des informations top secrètes, et faire exprès que les personnes devenues poupées commettent des erreurs terribles qui mettaient fin à leur vie ou bien donnaient aux forces de police des renseignements intéressants.

Comme ça Meknes rasait tout, mais de façon constructive. Et puis ça allait donner du boulot aux autorités et leur faire plaisir car l’affaire était déjà réglée et servie sur un plateau.

C’est là qu’il trouva Neith. Même si cela avait été facile, le géant éprouva un grand soulagement au moment de retrouver son amante.

Les flammes tout autour et l’alarme insupportable n’étaient que des détails. L’élément important et inattendu était le lardon situé aux côtés de la jeune femme au corps meurtri. Carnage ne s’en embarrassa cependant pas et embarqua les deux victimes sans perdre plus de temps. Une simili-serviette autour de la pseudo-princesse et une simple paire de bras pour récupérer le garnement.

Tout de suite les choses devenaient meilleures, avec un goût, une tonalité supplémentaire. Le feu n’était plus fade et inoffensif. Il était inutile mais il était beau. L’alarme n’était plus un souci assourdissant. C’était le signal triomphant qui indiquait que les adversaires avaient perdu et que Meknes et sa famille allaient pouvoir s’en sortir et couler des jours heureux.

Néanmoins cela allait demander un peu de temps, du repos et de longues discussions. Il était évident que Neith n’était pas dans le même état d’esprit que Carnage et qu’il allait falloir gérer astucieusement ce contraste. Il allait falloir aussi comprendre qui était cet enfant que l’ancienne jardinière trainait avec elle. C’était quelque chose qu’il était possible d’arranger avec un coup d’éclair mais Meknes allait faire l’effort de jouer dans les règles, c’est-à-dire en récupérant ces données par le biais d’une conversation normale.

Utiliser le Dash n’était pas possible dans les circonstances actuelles. Ainsi l’envahisseur s’ancrait un peu plus dans la réalité parce qu’il devait faire attention à des personnes qui n’avaient pas les mêmes dispositions que lui. Mine de rien c’était la chose la plus difficile à gérer dans cette histoire. Les sauts gigantesques et les courses effrénées dans lesquels le colosse pouvait se lancer ne devaient pas être bien agréables à vivre pour les passagers situés à son bord.

Ce fut un travail d’équilibriste que Meknes réalisa avec soin, et finalement il y arriva.

Le trio était maintenant à l’extérieur, loin des lieux mal famés aux expériences terribles, et hors de portée des survivants dont le cerveau avait été lessivé par l’impressionnant éclair psychotique.

Il était temps de se reposer. De se parler aussi, car l’intensité de l’action avait rendu tout échange extrêmement difficile.

Avant, le colosse jeta un regard en arrière pour évaluer les distances.

Tout allait bien. Ils étaient loin et le protocole d’autodestruction ne pouvait pas les atteindre. A voir à quel point celui-ci allait être efficace, puisque Carnage avait saboté un maximum d’esprit afin de faire tourner toutes les équipes de malfrats en bourrique.

Enfin qu’importe.

Meknes posa son grand œil jaune sur son aimée, et vint lui adresser une caresse réconfortante, en faisant bien attention à ne pas toucher ses plaies sans pour autant minimiser l’intensité émotionnelle qu’il cherchait à diffuser au sein de Neith.

« C’est bon Neith. C’est bon. Je suis là. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : dans la rue
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Mutation


 : B

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Lun 14 Mai - 15:46



Je pleurais. De douleur, de peine immense mais aussi à cause des fumées qui me brûlaient la rétine. Il y avait énormément de bruit, j'aurais voulu être sourde pour ne plus subir ses sons, j'aurais voulu avoir les yeux crevés pour ne plus me voir dans un miroir, j'aurais voulu ne jamais naître tant je trouvais ma vie plus merdique d'une mouche à viande. Même si je survivais par n'importe quel miracle, aurais-ce vraiment la foi pour survivre?

-Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? J'ai fait quoi au monde pour mériter tant de sévices? Soufflais-je inconsciemment.

Je sentais que je commençais à partir, c'était fini. Pourtant, comme des films de super-héros, mon sauveur vint. Je toussais faiblement et j'avais cédé de me battre contre les liens qui me cloitrer au lit.

-Qui...est...là?

Dans ce nuage de cendres opaque, je ne l'avais pas reconnu de suite, il était très grand et d'une délicatesse à mon égard presque surprenante après tout ce que j'avais vécu.

-Prend Lincoln s'il te plait, sauve-nous et tu auras tout ce que tu voudras.

Non, je ne l'avais toujours pas reconnu malgré tant d'indices mais mon esprit était fatigué, ma capacité de réfléchir et de raisonner aussi. J'étais rongée par la douleur. D'ailleurs, je ne puis m'empêcher de grimacer quand il me souleva et m'enveloppa dans une serviette. Je sentais mon pauvre cœur tenter de pomper le peu de sang qui circulait encore dans mes veines. L'homme marcha vite et puis je sentis enfin l'air extérieur d’Égypte, le Soleil aveuglait ma vue déjà floutée.

-Me...Meknes? Je suis morte maintenant? C'est le film de ma vie que je vois défiler devant mes yeux?

Un long silence, une caresse chaude et réconfortante et un frisson me parcourait l'échine.

*Boom*


Le son du retour à la réalité. Je jetais un rapide coup d’œil par dessus l'épaule de l'Ambassadeur et vit une énorme explosion. Le laboratoire certainement.

-C'est fini? Je...merci Amour...je...

J'avais repris peu à peu mes esprits mais j'avais autant de questions que lui devaient aussi en avoir.

-Co...Comment m'as-tu retrouvé? J'ai l'impression que ça fait des siècles que je sers de cobaye la-dedans...Je...Hum...Tu dois certainement te poser plein de questions aussi je crois...déjà à commencer par Lincoln...

Je respirais un grand coup. Je ne savais pas qui était vraiment le père de cet enfant mais je n'avais pas envie de m'étaler sur la question, là tout de suite.

-C'est ton fils.

C'était lui ou Akainu de toute façon, une chance sur deux.

-J'ai tellement souffert à sa naissance, si tu savais...je...suis...traumatisée...

Je pleurais encore.
"totalement vidée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : 63.771285, -18.171796
❝ PT. EXPERIENCE : 1772
Mutation


 : ✘

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Dim 8 Juil - 20:05

Meknes ne disait rien. Meknes écoutait.

Il observait aussi.

La mine de sa compagne, l'éclat terne de ses yeux, ses traits tirés, ses blessures, ses cicatrices.

Plus bas se trouvait le petit individu qu'elle avait voulu emporter avec elle afin de le sauver des flammes. C'était quelque chose d'important aux yeux de Neith, quelque chose d'insignifiant aux yeux de Meknes.

Cela gagna légèrement en intérêt quand la rescapée s'empressa d'expliquer qui était ce petit être auquel elle accordait tant de valeur.

C'était un enfant de Carnage. Un de plus.

Allait-il être bien élevé celui-là ? Manifestement l'affaire était mal partie.

Ce n'était peut-être pas le pire cas de la collection, cela dit. Frankie Päffgen, enfermé dans une dimension parallèle pour devenir un tueur de divinités donnait bien dans le spectaculaire. La petite Mary-Lune, si douce et attachante en dépit de ses origines horribles, avait elle-aussi ses petits contrastes intéressants.

Maintenant c'était le fils inattendu issu de la misère et de la torture. Pourquoi pas. Restait à voir quels étaient ses dons afin que ceux-ci puissent être rapidement aiguillés dans le bon sens.

Son histoire sans doute tragique lui donnait toutes les chances de devenir un individu extraordinaire : il n'allait pas falloir décevoir les parents, et c'est là où son équilibre mental, sans doute instable, devenait problématique pour la correcte mise en place de sa carrière.

Ces questions-là devraient néanmoins être tranchées un peu plus tard. Neith était en état de choc et quand bien même elle déblatérait des propos particulièrement cohérents, ce n'était pas le bon lieu pour ça.

Meknes lui conseilla gentiment de ne rien dire et de se reposer jusqu'à ce qu'ils arrivent dans un environnement plus confortable : le soleil dardait sans pitié ses rayons brûlants sur le petit groupe, et il n'était pas parti pour apaiser ses efforts quand bien même il importunait les proches du plus terrible criminel terrestre.

Neith était cependant trop faible pour tenir la cadence. Il fallut s'arrêter une nouvelle fois afin de ne pas mettre sa santé en danger.

Carnage, toutefois, s'impatientait. Il avait envie de voir sa femme sous un toit, dans un lit à l'ombre à se reposer et à recevoir des soins. Comme ça, pendant ce temps-là, le géant apprendrait à connaître le petit Lincoln, et ainsi peut-être serait-il capable d'éprouver pour lui un semblant d’amour, ou mieux, un début.

Alors il sortit les grands moyens. Le colosse s'empara d'un premier passager pour le transporter à travers l'espace dans le petit lieu de ses pensées, avant de revenir quelques instants plus tard pour récupérer l'autre et ainsi réunir la famille dans un cadre convivial et tranquille.

Satisfait, Meknes put panser correctement les blessures qui constellaient le corps de Neith. Il la laissait lui raconter ce qu'elle voulait bien lui dire, puisqu'elle était d'humeur à parler de son calvaire. Le récit était cependant souvent interrompu par des remarques qui n'apportaient rien mais qui permettaient à la jeune femme d'exprimer ses émotions. Comme quoi c'était horrible, dégoûtant, traumatisant, etc. Au moins en faisant cela elle ne bougeait pas trop.

En retour Meknes voulut bien lui expliquer par quel moyen il l'avait pistée et traquée afin de lui venir en aide. Il ne parla pas de la raison qu'il l'avait fait agir seulement maintenant parce que ça n'était pas utile. Son histoire fut claire même si elle contenait de nombreuses omissions.

Il s'était un jour demandé où était passée Neith, et c'était tout. La présence sensuelle et charmante de sa compagne lui manquait. Ses cuisses, aussi. Il avait interrogé ceux et celles qui la connaissaient, puis torturé un ou deux ennemis avant de surprendre Akainu et de tirer de lui les informations qui lui permettrait d'avancer dans ses recherches. L'accent ne fut pas mis sur le fait que Meknes avait manqué de brutaliser cet individu jusqu'à la mort, afin de ne pas inquiéter Neith plus que de raison.

Tout se passait bien dans cette petite maison que le criminel avait réquisitionné pour la bonne cause. Personne n'était en mesure de formuler un avis contraire, de toute façon.

Neith était soignée, une bonne chose de faite. Meknes allait pouvoir se pencher plus en détail sur l'improbable lardon qui était surgit des entrailles de sa précieuse amante. Il était sans doute tout retourné par les derniers évènements, entre sa période en laboratoire et le sauvetage miraculeux dont il était été l'objet.

Qu'importe, l'Ambassadeur allait voir ce que ce garçon avait dans le ventre. Ici, pour commencer, puis à Laurel, une fois que tout serait rentré dans l'ordre.

Meknes comptait bien ramener tout ce petit monde dans son terrain de jeu préféré, soit la cité de la justice et de la décadence, où les grands principes ne sont que des phrases bancales prononcées par des personnes incapables de les faire respecter.

C'était un environnement sans conteste plus profitable pour toute la famille, car au lieu d'être entourés de bourreaux, le trio serait cerné de victimes. Raison de plus cependant pour que l'éducation de Lincoln soit dépourvue de tout laxisme. Il ne fallait pas qu'il devienne un citoyen parasite ou pire, un étudiant de la Heroe's Sup.

Meknes irait chercher. Il devait bien exister une école privée de super-héros, oui, il comptait bien aller vérifier dans l'annuaire...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : dans la rue
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Mutation


 : B

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Jeu 19 Juil - 16:44



Je me demande encore comment ai-je réussi à survivre...il y a à peine une heure, je voyais ma vie défiler, je pleurais Lincoln, pauvre être à peine né et déjà mort et voilà que Meknes, mon doux amour me sauva. Cependant, mes blessures m'affaiblissaient de minutes en minutes surtout sous le soleil accablant égyptien et puis...en un instant, je me retrouvais dans une pièce climatisée et dans un lit moelleux, tant pis pour les draps blancs devenus rouges, tant pis pour le romantisme du sauvetage tel le chevalier sauvant la princesse d'un grand danger. Meknes était doué d'un grand pouvoir et même s'il n'a pas toujours fait le bien avec,  je sais qu'il me fera jamais aucun mal ni à Lincoln.

J'entendais son récit, il est vrai qu'il est intervenu tardivement mais lui a tout de même fini par arriver contrairement à Akainu. S'il voulait me contacter, il pourra le faire mais j'avais un incroyable sentiment d'amertume à son sujet. La voix de Meknes, ses soins et les petits gazouillis de joie de Lincoln me fit presque oublier l'horreur que j'avais subis. Quand l'Ambassadeur se pencha pour observer son fils, Lincoln lui prit le doigt et lui fit un sourire à faire fondre le plus plus cruel des hommes.

- Chéri...Essayons de faire de ce petit homme une personne respectable et dans la loi. Après, je pense que tu es d'accord avec moi pour dire qu'il ne faudra pas le scolariser à la Heroes Sup. De toute façon, il n'aura peut-être jamais de pouvoir...

J'essayais de me redresser pour me lever mais les nombreuses plaies et blessures, même soignées, me tiraient et me fit faire une horrible grimace m'obligeant à relâcher mon effort.

- Je...j'ai...beaucoup trop mal...Peux...tu soulager mon esprit... ?

Il avait de nombreux talents et je l'admirais aussi pour ça. Il pouvait soulager mes maux, me rassurer et me donner un maximum de plaisir, j'avais besoin de tout ça et lui seul en était capable à mes yeux. Évidemment, il était loin d'être parfait. Il m'avait soigné de façon arbitraire pour éviter l’hôpital et les questions de la Police mais malheureusement, c'était trop grave pour laisser cicatriser naturellement, la chirurgie était nécessaire. Les nombreux pansements et bandages étaient déjà rougies et n'absorbaient plus rien.

- S'il te plaît...emmène-nous à l'hosto, explique ce que tu sais d'après ce que je t'ai raconté...J'aimerais être sûre que mon bourreau est bien mort dans l'explosion sinon j'en ferais sûrement des cauchemars pendant de longs mois, sans compter la boule au ventre permanente qui risque de s'installer...

"calme et souffrances..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : 63.771285, -18.171796
❝ PT. EXPERIENCE : 1772
Mutation


 : ✘

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes Dim 7 Oct - 16:40

Le sourire du gamin fit sourire Carnage en retour.

Ce n’était pas parce que c’était mignon, ni parce que c’était touchant.

C’était parce que c’était ridicule. Si le colosse décidait d’appuyer son pouce sur le nez du bambin, il pouvait aisément lui enfoncer le cartilage jusqu’au cerveau et le tuer.

L’ignorance de l’enfant sur sa propre condition et sur la personne à qui il s’adressait étaient les raisons qui avaient arraché à Meknes sa mimique.

Cela dit, l’expression du géant n’en restait pas moins sereine et sincère, dépourvue de malveillance. Sa pensée n’était qu’une anecdote, qu’un fait vérifiable : rien de sérieux qu’il ne souhaiterait mettre en pratique. Du moins pas sur cette cible.

Il allait être important d’assurer à ce Lincoln la connaissance du droit chemin pour qu’il ne devienne pas le même désastre qu’étaient ses deux parents. Voilà un défi complexe que le titan n’avait encore jamais réalisé, en dépit de ses plusieurs tentatives. Ce nouvel essai commençait mal, mais comme d’habitude, Meknes ferait de son mieux en compagnie de sa demoiselle pour fournir au garçon une éducation complète.

S’il était important de veiller sur l’enfant, il ne fallait pas non plus négliger la mère, blessée et épuisée par ses récentes aventures.

Meknes opinait à ses dires. Il avait tendance à négliger la fragilité du monde environnant et il était important qu’il aiguise son attention sur ce point.

Dans un geste qui se voulait réconfortant, l’extraterrestre posa sa main sur celles de sa promise juste avant que son éclair psychotique ne vienne se plonger dans le cerveau de la donzelle. En réalité Meknes n’avait pas besoin de bouger pour lancer son pouvoir : l’essentiel était de mettre sa moitié en confiance.

Il joua avec ses sensations et tordit sa perception du monde pour la mener dans un état d’esprit plus paisible. Son corps devait maintenant paraître plus léger, et la douleur était partie.

Ce n’était cependant qu’un confort et pas un véritable traitement de fond. Meknes n’était pas médecin et la situation de Neith n’avait rien de stable.

Pas le temps de traîner. Il glissa ses bras sous la silhouette frêle de sa belle afin de la transporter à nouveau en fendant la matière. Ce n’était pas le grand luxe, mais c’était toujours plus rapide que n’importe quel autre moyen de locomotion.

Restait le problème du bébé…

Carnage le jugea du regard pendant quelques secondes. La réponse à la situation ne tarda pas à s’imposer à lui avec une évidence élémentaire. L’enfant fut à son tour foudroyé pour être plongé dans un profond sommeil. De quoi laisser suffisamment de marge afin de confier Neith à des professionnels.

L’instant d’après, le géant et sa femme étaient partis.

Neith était dans un état semi-conscient. Elle avait continué de parler à Meknes mais sa locution était anormalement lente et exagérée. La jeune femme cherchait à s’adresser à son amant mais son regard rencontrait plusieurs fois le vide. Elle ne tarda pas à perdre connaissance.

Pour accompagner son sommeil, le criminel avait confié à sa compagne quelques souvenirs, quelques visions transmises par le biais de son pouvoir. Histoire de la rassurer, de lui montrer qu’elle avait bien été vengée, que personne de ce groupuscule n’avait survécu, qu’elle pouvait maintenant dormir tranquille. Restait à voir si cela allait fonctionner en pratique. L’idée de devoir utiliser son éclair pour modeler la mémoire de Neith de façon permanente tentait le colosse, mais elle ne lui plaisait pas.

Même s’il avait apporté son soutien, sauvé sa vie et son enfant, elle allait devoir surmonter cette épreuve seule. Tracer son propre chemin. Surmonter son passé pour se reprendre, et construire quelque chose de nouveau avec Meknes et son enfant. Des belles choses qui vendaient du rêve sur le papier…

L’ambassadeur modifia encore une fois la réalité aux yeux du personnel soignant pour leur faire prendre en charge le cas de sa femme sans poser de question, sans dénoncer Neith ni divulguer des informations sur son identité. La pauvre allait devoir passer un moment en convalescence. Cela laisserait le temps au géant de passer du temps pour s’occuper du bambin.


Dors bien, Neith, dors bien. Ton enfant est en sécurité. Il ne peut rien lui arriver, car il est sous la protection du plus puissant criminel vivant sur Terre.

Tout est sous contrôle. Tout va bien se passer.

A ton réveil, nous chanterons et danserons, nous serons une famille heureuse.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes

Revenir en haut Aller en bas

L'avénement de l'ordre et du chaos [SUITE ET FIN] ft. Meknes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Le reste du monde :: Les autres pays-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit