.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

|SOLO| ♦ Rock, Paper, Void. (NC16(?))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
Invité

MessageSujet: |SOLO| ♦ Rock, Paper, Void. (NC16(?)) Mer 5 Avr - 2:58






[• - Killer - •]

Ça avait pris du temps et beaucoup d'efforts mais c'était finalement fait : Emily avait maintenant sa propre place au sein de son nouveau lieu de travail. Exactement : pour une fois il était productif, et ce dans de bonnes conditions. Il avait méticuleusement refait faire ses papiers d'identité aux bonnes anciennes enseignes illégales comme on lui avait appris dans le tutoriel. Après avoir eut quelques aventures avec quelques potentiels employeurs et suivre atypiquement l'éternel parcours intérimaire pour être un membre acceptable de la société ; il était enfin en mesure de se tenir devant le building avec un petit sourire aux lèvres. L'enseigne était grande, lumineuse, attirante, et pourtant très chic et discrète dans son propre style. Un énorme volant stylisé pour une entreprise de classe moyenne, ni trop tape-à-l'oeil ni trop modeste ; le concessionnaire Missan. Enfin.. bien que son sourire était à moitié fait pour illustrer son auto-fierté ; il y avait bien entendu un twist à ce soudain revirement en tant que bon membre de la société. Emily, travailler honnêtement, vraiment ? Nah. Qui a besoin d'argent lorsque dieu vous a choisi pour effacer absolument tout ce qui vous déplaît sans la moindre répercussion ? Il avait une autre idée en tête, et celle-ci se manifestait sous la forme d'une magnifique jeune femme au visage innocent, conseillant à des clients de moyenne-classe des modèles de voitures familiaux avantageux.. ou non. Amanda Siscuan, 32 ans, a étudié dans une école catholique jusqu'à ses seize ans, déménagé cinq fois pour raisons familiales et venait de débuter une ample carrière en tant que conseillère au concessionnaire. Cheveux roux comme les flammes, yeux vairons. Vous l'aurez compris : le regard qu'Emily lui adresse à travers la vitre et les trente mètres qui les séparent, n'ont rien de sain. La chaleur qui semblait inonder tout les pores de sa peau ne lui était pas inconnue, et la façon dont il se mordait la lèvre inférieure avec ses dents pointues en constituaient une conclusion évidente :  il était tombé amoureux. Et pourtant, seulement cinq jours, vingt-cinq minutes et trois secondes s'étaient écoulées depuis que ses yeux de lavande s'étaient pour la première fois posés sur la silhouette de la grande jeune femme. Il était patient, discret et très observateur. Après quelque histoires amoureuses qui avaient « malheureusement pas fonctionné » et plus ou moins mené au meurtre infortuné de ses exs, Emily avait fait les efforts nécessaires pour à la fois se construire une situation légalement stable, ainsi qu'une proximité confortable entre lui et les « Belles personnes » dont il ne peut s'empêcher d'attirer vers lui. Ses paupières s'abaissèrent quelque peu, et ses sourcils montrèrent une expression désormais ennuyée : ces deux clients prenaient largement trop de temps avec elle. Oui, Emily pouvait clairement voir que ce « père de famille » n'était pas très fidèle à sa femme, ou en tout cas, pas suffisamment loyal pour s'empêcher de laisser son regard traîner sur ce qui attire les hommes depuis bien des millénaires. Peut-être était-il temps pour lui de rentrer à l'intérieur, pour sa seconde semaine de travail. Serrant les poings et transformant sa frimousse haineuse en un magnifique sourire angélique, Emily entra à l'intérieur du building tel un papillon à travers une fenêtre. Toute l'intention meurtrière qui émanait de lui fut quasiment complètement annihilée à partir de la seconde où sa botte franchis le pas de la porte automatique. Une transformation instantanée entre un monstre et un nouvel employé pour le moins banal. Enfin... si « Banal » inclus dans vos termes qu'un garçon portant des vêtements et coiffure de fille est quelque chose de normal. Il se dirigea immédiatement vers la ligne d'attente pour s'occuper des clients impatients de dépenser le peu d'argent qu'ils ont dans un carrosse métallique.

Et il faisait son travail à merveille : une voix chaleureuse, un ton suffisamment clair pour être entendu, mais pas suffisamment criard pour être insupportable. Aux yeux des clients, ce ne devait être rien de plus que ce qu'on appellerait « une jeune étudiante en travail d'été ». Combien de fois est-ce qu'il avait essayé de faire ça et misérablement loupé ? Il ne s'en rappelait plus réellement. Quelque chose viens toujours se jeter entre lui et sa tentative à vivre paisiblement avec ses propres péchés mignons. Quelqu'un le surprenant être un peu trop proche d'un client et appelant la police, résultant à une soudaine disparition d'une volée de personnes impossible à retrouver où que ce soit ; et bien d'autres cas similaires. Mais cette fois il ne se fera pas avoir. Il n'avait pas l'intention de s'approcher à moins de cinq mètres de sa cible avant d'être parfaitement sûr d'avoir pris toutes les précautions nécessaires. Emily gagnera le cœur d'Amanda et continuera à exercer cette profession de classe moyenne, sans devenir bruyant, sans alarmer qui que ce soit. Rien qu'un honnête, travailleur et horrible sociopathe.

Le cinquième client de la journée expédié sur sa propre voie, il ne semblait pas avoir réellement compris la métaphore d'Emily lorsque celui-ci usa « Vous pouvez au moins loger dix cadavres dans ce coffre là! » comme un argument positif pour décrire ce camping car neuf et chromé. Ses lèvres commencèrent à le gratter. Ça recommençait. La seule chose qui pouvait mettre le role-play d'Emily sur la ligne rouge, étaient ses horribles pulsions à faire un saut astronomique dans la piscine des criminels. Et ces pulsions étaient aussi rapides et insoutenables qu'une envie de pisser. Il se mordit les lèvres à plusieurs reprises, couvrant le bas de son visage avec sa main pour empêcher quiconque de voir ce qui se tramait à cet endroit. Mordille, Mordille et mordille... il devait se contenir. Ça faisait quelques jours déjà, et il n'arrivait pas à contenir cette attraction qu'il avait pour la jeune adulte. Son parfum, il pouvait le sentir rien qu'à l'imaginer. Il ne tenait plus, il devait tourner les yeux vers elle à l'autre bout du magasin. « Juste pour quelques secondes » il murmurait dans sa tête, alors que ses crocs se retirèrent de sa lèvre. Et la belle demoiselle souriait en savourant son café de mi-journée, ignorant complètement que deux voitures plus loin, un nabot d'un mètre cinquante-neuf l'admirait obsessivement avec un regard sortit tout droit de la plus cruelle place au monde.

----

[• - Blacklight - •]

Les criminels, cependant, ne sont en aucun cas liés, contrairement à ce qu'on pourrait croire. Bien sûr, il y a des organisations.. mais.. confierez-vous vraiment votre dos à une personne qui pourrait y planter un poignard sans le moindre regret ? Emily n'en avait aucunement l'intention, et probablement la plupart des autres malfaiteurs préféraient également jouer à ce jeu en mode solo. Mais la raison pour laquelle l'androgyne aux yeux de lavande s'était mis à refléter sur ce comportement, était parce que la belle dame semblait avoir quelques soucis avec ces personnes qui ont décidé de faire un 90° sur les normes humaines. Assise à une table, la belle rousse semblait partager ses problèmes avec une collègue proche. Un lycéen s'était apparemment mis à la suivre il y a quelque jours auparavant , et l'impression qu'il lui avait donnée était pour le moins inquiétante. Emily, balais en main et l'oreille perchée, semblait suer quelque peu après avoir empilé ces informations les unes avec les autres : Lycéen inquiétant, serais-ce lui ? Est-ce que sa couverture était déjà bonne pour être renvoyée au tailleur ?

Alors qu'il pesait ses options en serrant le ballais presque suffisamment fort pour le briser en morceaux ; la dame apporta des précisions à son témoignage, toujours sans savoir qu'une personne tout aussi dangereuse que celle à laquelle elle faisait référence, se trouvait tout aussi près d'elle.

- «Ce garçon.. c'est étrange, vraiment. Je l'ai rencontré dans une chatroom la première fois et ai voulu lui porter soutient pour ses problèmes adolescents – une fille de sa classe qu'il trouvait jolie. Mais elle l'a rejeté, et depuis, il s'est mis à apparaître aux alentours de ma maison.. j'ai reçu quelques messages mais je n'ai pas le cœur de prévenir la police... »

La collègue bien entendue conseilla à la jeune femme de rester sur ses gardes mais... bien sûr, elle n'ira pas le faire d'elle même. Emily s'était complètement arrêté de balayer la poussière laissée par les chaussures des clients pour se concentrer complètement sur les visages de ces deux femmes. Par son manque d'activité, il ne laissait que peu de place à la discrétion, et son boss vint sans tarder lui tirer les bretelles pour « flâner au lieu de travailler ».

Et avec ça, une poignée d'heure plus tard, et la fin de la journée de travail s'annonça par un coucher de soleil. Résultat des ventes : zéro voitures vendues. Au moins il avait eut deux pièces en guise de pourboire pour avoir un « beau boule ». décidément il n'était pas fait pour travailler. Il était temps de rentrer « à la maison » … et la maison n'est aucun endroit en particulier. Bien sûr il avait du soumettre des notifications d'habitation et loyers pour être employé, mais bien sûr aucune de ces locations ne lui appartiennent réellement. Suivre Amanda et l'observer toute la nuit jusqu'à l'heure du travail était bien sûr tentant, mais il savait que ce ne serait pas la chose à faire : il pourrait devenir le potentiel suspect, et il tenait à garder ses chances de conquérir son cœur au dessus de 98%. C'est avec une lourde conscience et une terrible pression dans la partie basse de son corps , que le trap ravala ses pulsions et tourna le dos à ses collègues de travail, direction le parc pour ce soir ; en espérant que les gamins ne squattent pas suffisamment longtemps pour l'empêcher d'avoir ses heures de sommeil minimum. Sur le chemin, alors que les passants défilaient à droite et à gauche sans jamais attirer son attention ; Emily murmurait à lui-même ses projets de la soirée.

«- Je pourrais m'acheter du pain et des cookies. Hmm... ah, nan, ceux au café me donnent mal au ventre. Mais la fille de l'accueil est tellement mignonne...aah.. peut-être que je devrais acheter quelques boites et juste...  vomir le reste. Qu'est-ce qu'on ferait pas pour une f----... »

[• - Look at me - •]

Ce fut comme un coup de couteau dans le cœur. Un instant précis où Emily s'arrêta en plein milieu du croisement ; sans qu'un seul cheveux de son corps ne se mette à bouger. Tout les sons semblaient avoir été réduits à néant pour une seule et unique seconde ; où il tourna immédiatement ses yeux dans une direction précise. Ses iris semblaient tellement petites sur le moment qu'il ne pouvait que regarder à un endroit exact ; sans la moindre hésitation ; comme un aigle ayant repéré un rat à l'heure du dîner. La silhouette au dernier étage de l'appartement de cette petite ruelle semblait avoir laissé traîner par ici le même genre de signaux qui serait repéré par un chien. De mauvaises intentions ; et tout particulièrement, une haine redirigée vers Emily. Pas un simple « mauvais regard »... c'était le même genre de sentiment d'être observé qu'Emily laissait stupidement trainer vers ses premières victimes avant de comprendre à quel point il était facile de les rattraper au vol. Leurs regards se croisèrent durant cette seconde ; les yeux lavandes d'Emily, et les billes noires de cette personne qui regardait à travers des jumelles de basse qualité. L'homme, immédiatement surpris, tomba en arrière dans un certain fracas ; le bruit des assiettes cassées firent réagir les animaux du voisinage qui tous se mirent à hurler par leur propres onomatopées respectives. Cependant.. n'exagérons rien. Une seconde n'est qu'une seconde, et peu importe à quel point Emily peut être habitué à ce genre de sensations, ce n'était clairement pas suffisamment de temps pour identifier cette personne, ni voir s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme. En réalité, il n'avait pas réellement compris de quel étage cela provenait non-plus. Rien de plus qu'un stupide pressentiment qui lui avait collé quelques sueurs dans la nuque. Il regarda dans cette direction pour encore une minute complète, avant de reprendre sa route.

----

Amanda rentrait chez elle calmement. Elle avait quelques difficultés à s'ôter de la tête ses problèmes, mais faisait de son mieux pour ne rien laisser paraître. Soupirant, elle arriva sur le pas de son appartement et plongea sa main dans son sac, s'apprêtant à ouvrir la porte... mais comme elle pouvait s'y attendre, celle-ci était déjà ouverte ; et doucement grinçait d'une manière angoissante. Les couleurs quittèrent son visage pour quelques secondes, alors qu'elle pénétrait doucement dans l'appartement en fermant derrière elle. Sa mère lui avait toujours répété qu'avant de déménager dans une grande ville, elle devrait prendre soin de s'équiper correctement.. malheureusement, bien trop gentille, elle n'avait pas suivi ce conseil. Elle n'avait aucune arme à portée de main, rien de plus qu'un bête porte-manteau en osier qu'elle était trop effrayée de saisir correctement à cause du bruit qu'il émettrait. Elle avança alors, doucement mais sûrement, prête à hurler si quoi que ce soit avait l'air différent d'habitude.

C'est avec soulagement qu'elle constata que son appartement ne semblait pas avoir été touché. Peut-être avait-elle simplement oublié de fermer la porte en sortant ? C'est en tout cas ce qu'elle semblait vouloir se faire croire. Elle laissa s'échapper le plus profond soupir rassuré, avant d'enlever ses vêtements de travail et prendre place sur le sofa. Cependant... elle s'était réjouie bien trop rapidement. L'appartement, en lui même, était intacte. Mais ce qu'il y avait sur la table, en revanche, ne l'était pas. Ses yeux s'agrandirent alors qu'elle faisait maintenant face à un fin livre qui semblait avoir été fait maison, par quelqu'un. Plastifié, mais toujours de basse qualité ; la mise en page avait été faite sans l'aide d'un professionnel, par les soins misérables d'une personne bien passionnée.

« - Medusa Artbook »

La jeune femme était terrifiée. Et il y avait de quoi : sur le livre était écris à l'encre bleu « Pour Pearl25 » ; le pseudonyme que la jeune femme utilisait sur un certain réseau social. Elle était bien trop effrayée pour ouvrir le livre et se mit simplement à saisir son téléphone, s'apprêtant à composer le numéro de la police. Il était temps pour elle de se protéger, cela ne pouvait plus durer... ou en tout cas.. c'est ce qu'elle aurait fait, si elle n'était pas autant contre l'idée de faire du mal à quelqu'un pour privilégier sa propre sécurité. Oui, aussi stupide que cela. La jeune femme posa son téléphone et rongea ses ongles, poussée par la curiosité, la peur et la culpabilité. Elle allait l'ouvrir, et regarder le contenu du livre qui lui avait été « offert ». Sur la couverture se trouvait une tablette de pierre, représentant une femme vêtue d'un corset fantaisiste. Extrêmement détaillée, si détaillée en réalité qu'on pourrait presque penser qu'elle vous regarde. Prise par la peur, elle commença à faire défiler les pages, avec cette curiosité l'empoisonnant. Des pierres, des statues, des tablettes, colonnes, meubles, plein d'éléments qui étaient référencés comme des « pièce d'art » fournis avec de nombreux détails. Cependant, toutes ces œuvres étaient plus horribles et inconfortables les unes que les autres. Parfois les membres des statues étaient séparés et remis en place dans diverses formes, afin de les transformer en chaises, tables, ou autres. Aucune de ces œuvres n'avaient de noms spécifiquement donnés à des objets... c'était tous des noms de femmes. « Sophia » , « Clémence », « Nathalia »... quinze pages de ça. Elle en était sûre maintenant ; ces statues n'étaient pas simplement faites de pierre ; il y avait quelque chose de terrifiant à propos d'elles ; quelque chose qui obligea la jeune femme à approcher son visage du livre. « Pourquoi je n'appelle pas simplement les flics !? » elle s'écria dans sa tête. Ce serait simple, taper quelques chiffres et sauver votre vie.. mais cette femme n'en était tout simplement pas capable. Et c'est ce qui provoquera la fin d'une vie bien courte.

[• - Answer me - •]

«A-A-A-A-A-A-A-Amanda, quel est ton genre de meuble pp-p--p-préféré ? »

Elle cria de toutes ses forces. Elle avait reconnu la voix de cet homme, et également son tic nerveux à répéter les premières lettres de ses mots. Elle ne l'avait jusqu'ici entendu que deux fois , au téléphone.. ce qui rendait le manque de résonance mécanique bien plus horrifiant que ça ne l'aurait normalement été. Elle glissa et écorcha son mollet contre la table basse. Cette « personne » à qui elle faisait maintenant face... pouvait-on seulement la qualifier de « personne » ?

Non. C'était un monstre. Un jeune homme au visage défiguré ; un œil bien plus grand que l'autre, une tête dont la forme s'approchait d'un cône inversé. Un duvet non-rasé et de longs cheveux noirs sales ; il portait l'uniforme d'une école de bas-étage dans les environs. Mais un autre détail était son bras gauche, enveloppé dans le plâtre. À sa ceinture se trouvaient des outils de sculpture, notamment un maillet particulièrement usé. La monstruosité semblait tout aussi angoissée que la personne à qui elle infligeait cette crainte. Amanda paniqua et tenta de reculer aussi vite qu'elle le pouvait ; mais son mollet ralentissait sa fuite rampante.

«- Kevan !?... qu'--qu'est-ce que tu fais chez moi ?! »
«  T-t-t-t-tu m'as dis … à 14:52, le 10 mars ; qu—que je pourrais v-v-v-venir ch-chez toi quand je veux p-p-p-pour fêter t-t-t-t-ta promotion Amanda. Je sais p-p-parce que tu avais un avatar de Lucky B-Bunny ; et tu as dis qu—qu-qu-que Lucky Bunny reflète ma p-personnalité p-p-parce que je suis une b-b-bonne personne. Alors je veux aussi t-te faire un cadeau ; le plus b-beau cadeau que tu p-p-puisse recevoir Amanda. Je t'aime tu-tu sais ! »

Elle était terrifiée, en sueur. Ses pensées défilaient dans sa tête à une telle vitesse qu'elle ne savait plus qu'est-ce qui devait être sa priorité à ce moment là. Perdue dans la confusion, l'idée d'appeler au secours était maintenant loin derrière elle : elle était choquée et incapable de penser rationnellement. Elle ravale sa salive, alors qu'elle tentait de ramper vers l'arrière sans quitter le contact visuel avec cet odieux personnage.

« - Tu as TOUT noté !? Toutes nos conversatio--- non... qu—qu'est-ce que tu veux dire par le plus beau cadeau ?.. s—s'il te plait va t'en--- »

Les mots qui sortaient de la bouche de la jeune femme ne semblaient cependant pas être aux goûts du jeune homme, qui fronça ses énormes sourcils et se mis à hurler avec une voix d'outre-tombe, angoissante et aggressive.

[• - Nemure - •]

« - PEARL25 N'AURAIT JAMAIS DIS UNE CHOSE PAREILLE !! TU N'ES PAS DANS TON ETAT D'ESPRIT HABITUEL, QU'EST-CE QU'IL T'ARRIVE AMANDA !! »

Il semblait avoir déjà perdu contrôle de lui-même. Amanda tenta de se lever, mais en vain : le jeune homme abattit le maillet contre sa cuisse ; la faisant tomber contre le sol misérablement après avoir hurlé une seconde fois. Pourquoi est-ce que personne ne venait ? Pourquoi personne ne l'avait entendue crier ? Ce n'était pas normal ; les murs étaient-ils si épais ? Pourquoi faisait-il si sombre soudainement ?

« - ….. !!! »

Les larmes apparaissaient au coin de ses yeux. Mais dans cette obscurité, il serait difficile de le voir. Seulement une très feinte lumière éclairait cette pièce : c'était celle du réfrigirateur mal refermé dans la cuisine. Tout s'était passé en un battement de cil : le soleil avait disparu, et avec lui, le sentiment que l'air lui-même pénétrait dans cette pièce. Et ce sentiment n'était pas une illusion. La fenêtre, les conduits d'aération, tout ce qui pouvait possiblement rendre cette pièce capable de reporter les pleurs de la jeune femme à l'extérieur de la pièce, étaient maintenant recouverts d'épaisses masses rocailleuses de diverses compositions. Plâtre, roche, carrelage.. Tout ça semblait se créer aux pieds du jeune homme aux yeux révulsés. Ne pouvant être entendu à l'extérieur, il se mit tout simplement à hurler sur la jeune femme ; sans jamais s'approcher d'elle ; alors qu'elle essayait vainement de s'enfuir, ou de retrouver son téléphone.

« 2 Mars à 2h du matin, quand j'ai été rejeté par Shirley, tu m'as dis que ma pp—pp-personnalité est tout ce qui---qui-qui-qui compte !! Tu---Tu as dis que si les gens voy—voyaient comme je suis b-b-eau à l'intérieur j---j--»
«  Mon téléphone, tt—t-téléphone... Police !! un héros, quelqu--- »
«  DEUX JOURS PLUS TARD TU AS DIS QUE TU ME DONNERAIS AUTANT DE CALINS QUE JE VEUX !! NUZZLE HUGS, C'est marqué ici !! Pourquoi est-ce que tu m'as mentit hein !?! D-d-donne moi les C-Ca-calins !! »
« J—Je vais te faire un câlin d'd'accord, alors juste... laisse mo--- »
« Non non non non non non non non nonononononononononon.. Je vais t'offrir la vie éternelle. Tu vas devenir une pièce d'art !! Je veux te regarder pour l'éternité, avec toutes les au--- »
« ….Hein !?.... »
« Shhh.. »

-------  Pearl25 s'est déconnecté(e) – 22:14 -----------

Dans le parc, couché à l'intérieur d'un escargot en pierre ; les yeux d'Emily étaient rivés sur ce message rouge qui s'affichait sur le smartphone de son travail...


Dernière édition par Emily Ashford le Mer 5 Avr - 23:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: |SOLO| ♦ Rock, Paper, Void. (NC16(?)) Mer 5 Avr - 20:47






[• - Artist's Work - •]

TOC. TOC. TOC. Un son répété, insupportable, mais qui ne pouvait être entendu par personne. Des gravas s'éclatèrent contre le carrelage, suffisamment petits pour ne pas provoquer un boucan. Les gouttes de sueur coulaient le long du visage de l'artiste qui abattait sans cesse son maillet contre sa création. "Parfaite"; c'est ainsi qu'il la voulait. Mais il était maintenant difficile pour lui de contenir sa frustration. Ces mots résonnaient dans sa tête comme une horrible berceuse, destinée à être chantée à un enfant pour lui donner des cauchemars. Dans un excès de rage, il avait frappé un peu trop fort; et une partie bien trop épaisse de la pierre s'était affaissée. Il se mordit la lèvre, anxieux. Le manque d'air dans la pièce devait certainement commencer à lui monter à la tête. N'étais-ce pas trop tôt pour laisser la lumière entrer à l'intérieur de cette pièce? même s'il ne s'agissait que d'un centimètre de contact avec l'extérieur. Il jeta un oeil à sa montre digitale; celle-ci affichant vingt-deux heure quarante. Encore trop tôt. Pour une journée comme celle-ci, le soleil ne devait être couché que depuis récemment, et avec les marchés nocturnes à quelques rues d'ici; les chances que quelqu'un d'autre regarde par le balcon mettrait sa position sur le fil du rasoir. Il transpirait à grosses gouttes, mais il devait encore tenir quelque peu. Elle n'était pas encore parfaite. Alors que l'homme épongea son front avec le revers de sa main, il poursuivi son élancée vers la perfection, un "TOC" à la fois. Son regard se perdait dans les yeux grisâtres de la belle Amanda. Sur son visage, il pouvait voir l'expression qui pesait sur lui lors de ses premiers pas vers la déchéance.

---

[• - Made of rock & tears - •]


Il n'y a pas d'âge pour devenir un meurtrier. Pour certains, cela ne se révèle qu'à une certaine étape de leur vie, dans des conditions difficiles. Pour d'autres, cela arrive dans leur tête avec autant de rapidité et de signification qu'un besoin d'aller aux toilettes. Ces pulsations, il les avait toujours ressentit. En classe d'arts plastique, il admirait ces statues plus que n'importe quels autres enfants. Il n'avait pas d'intérêt à jouer avec eux, après-tout ils ne comprenaient pas sa vision des choses. Bientôt, ils développerons tous leur dons, et deviendrons de grandes personnes sur qui on peut compter. Et peut-être avait-il lui aussi un avenir similaire. Ses connaissances de l'anatomie humaine étaient bien plus poussées que n'importe quel autre enfant de son âge. Mais vint le jour de "l'éveil".. L'un après l'autre, les enfants commencèrent à montrer les premiers signes de leurs capacité surnaturelle. Ils avaient presque tous un bel avenir. Mais ce n'était pas son cas.

"....!!! AAAAHHH!!!"

Se lever un matin et voir son visage recouvert d'une épaisse masse de pierres. C'est une horreur qu'il est difficile d'imaginer dans une fiction aussi idyllique. Ces pierres n'étaient pas simplement posées sur son visage : elles étaient complètement fusionnées avec sa peau, elles étaient une partie de lui-même. Dans la panique, il tenta de les enlever par force, se débattant dans tout les sens, tentant de trouver diverses manières pour quitter la maison avec une face normale.. jusqu'à ce que la pression devienne trop grande, et que sa seule solution s'illustrait par une lame de cutter sur sa commode. Un hurlement, des gouttes des filets de sang, et la naissance d'un nouveau criminel en voie de grandir.

Défiguré, le jeune homme ne put avoir une existence normale. Il dût faire face à de nombreuses opérations afin d'arranger sa condition, mais celles-ci ne rendirent les choses que plus grave encore. Des roches apparaissant sur son visage en plein milieu des opérations, rendant celle-ci impossible, et le corps du jeune homme de plus en plus difforme à chaque tentative. Jusqu'à ce que finalement, aucun autre essai ne soit fait. Et avec sa laideur externe, son coeur lui-même ne tarda à être recouvert de pierre.

Moqueries passives ou directes, farces ou humiliations; il les avait toutes connues. Il était devenu la risée de son établissement, et de tout ceux auquel il s'en alla par la suite. Les pierres avaient démolis ses espoirs de devenir un artiste. Pas seulement pour son incapacité à sculpter quoi que ce soit, mais également parce que ce pouvoir se mettrait en travers de chacune de ses actions, rendant chaque chose de son quotidien impossible. Jusqu'au jour où; le premier "Accident" arriva.

Amoureux d'une jolie jeune fille en classe d'école intermédiaire, il fit l'erreur de s'embarquer dans une aventure émotionnelle, s'approchant d'elle et commençant à discuter. Elle souriait, donnait des compliments rassurants et encourageants. "N'abandonne pas", elle disait; "La véritable beauté des gens se trouve à l'intérieur d'eux". Tendez une main accueillante à quelqu'un au fond du gouffre, et elle la saisira sans se poser la moindre question. Mais si cette main est faite de polyester; elle se brisera, et telle cette jeune femme, vous finirez détruits par vos propres mensonges.

ça s'était produit. le jeune homme faisait maintenant face à une sculpture dont il avait quelque difficultés à regarder. Une sculpture humaine, une statue identique à la jeune fille dont il était tombé amoureux. Mais elle était plate comme une tablette, ne faisant plus qu'un avec le mur contre lequel il l'avait poussée.

Elle avait mentit.

Elle avait fait l'erreur de mentir. Ces mots qu'elle lui avait envoyé n'avaient rien de plus en eux qu'une atroce pitié. Peut-être étais-ce la faute de Kevan pour avoir hacké son compte et lire ses messages privés. Mais ces mots qui s'alignaient contre les compliments qu'elle lui avait donné, étaient aussi distincts que le soleil et la lune. "N'abandonne pas" était devenu "Ce monstre n'a aucune chance"; "La beauté est dans le coeur des gens" s'était transformé en un hideux "Le regarder me rend malade". Et pour avoir commis l'irréparable, cette jeune fille paya de sa vie; scellée dans la pierre, condamnée à refléter sur ses actions pour le restant de ses jours.

à ce moment là, le jeune homme défiguré avait un rictus satisfait.

Il venait de réaliser que son don n'était pas une malédiction destinée à faire de lui un martyr. Non, c'était un cadeau du tout-puissant. On lui avait donné la chance de sauver l'humanité; et les aider à expier leur traîtrise, en les rendant pures comme la pierre. à jamais scellés sous leur plus belle image; personne ne saura jamais rien de leurs hideuses personnalités, à moins que quelqu'un n'en parle. Ces personnes ne seraient rien de plus que "de magnifiques objets d'art" pour les siècles à venir. Il n'était pas une victime : il était le héros qui n'était pas venu lui porter secours lorsqu'il en avait besoin.

Mais cette noble intention, doucement, tourna à l’obsession et au fanatisme. Suffisamment discret pour ne pas être découvert, mais suffisamment bruyant pour instaurer une crainte énorme au sein de ses environs; il commença à distribuer la "purge" partout où il pouvait la trouver. Il punissait les menteurs, mais sauvait leurs âmes en les scellant dans la pierre la plus pure qui soit. Un simple touché, c'était tout ce que ça demandait. Un simple et bête contact, pour qu'en quelques secondes, un cœur s'arrête de battre.

---

Le manque d'air lui faisait perdre patience. Il tapait et tapait de plus en plus fort, alors que de plus en plus de parties de la statue s'effondraient sur le sol. Il n'allait plus être en mesure de continuer à se concentrer sur son travail dans ces conditions. Et pourtant, pas plus de dix minutes s'étaient écoulées entre le "sauvetage" et le travail d'embellissement. Il recula de quelques pas. Un tout petit trou dans la pierre, au niveau du balcon, serait suffisant. Il jeta un dernier coup d'oeil à sa création, avant de marcher jusqu'à la zone rocailleuse près de la fenêtre. Posant sa main contre celle-ci, il y inséra son indexe et creusa un trou à l'intérieur. La pierre semblait se rétracter doucement comme s'il s'agissait d'un être vivant. C'était sa capacité, son don, ou plutôt, le pouvoir que la chance lui avait donné.

Il allait continuer à sauver des gens; sauver les personnes de leurs propres saleté.

Ou en tout cas, c'est ce qu'il avait prévu de faire, jusqu'à ce qu'il ne retire son doigt de la masse rocheuse. Car ce qui filtra de l'extérieur n'était pas la feinte lumière orangée des lampadaires à l'extérieur... non, c'était une lumière violette, fluorescente, et à l'intérieur du trou..

[• - Hydra of hearts - •]

Un oeil.

L'homme n'eut aucune seconde pour exprimer sa surprise, qu'une main soudain brisa complètement le mur de pierre, sans laisser le moindre éclat de roche apparaître, tout simplement comme s'il avait été gommé de l'existence. Cette main enveloppée dans une épaisse énergie brillant de rouge et de noir alla s'écraser contre son visage avec une brutalité indescriptible. Projeté en arrière par le choc, son corps s'effondra contre la statue d'Amanda qui se brisa en morceaux sur le sol du salon. L'air frais entrait dans la pièce, et avec lui; une jeune fille (?) aux cheveux blonds ébouriffés et mal coupés. Dents serrées a s'en faire saigner; cette personne pouvait foudroyer la vessie du meurtrier par son seul regard. Car oui, c'était la deuxième fois que leurs yeux se croisaient aujourd'hui; à la différence que cette fois, Lesser Star l'avait trouvé.

L'homme tenta de reculer en rampant, mais les gravas de la statue rendaient son escapade aussi difficile que celle de sa précédente victime. Pour la première fois il était celui qui était chassé, et ce par une personne qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. Oh, pour une fois, Emily n'était pas amusé, loin de là. Ouvrant doucement la bouche, il entama la conversation sur une voix basse.

"- ....Est-ce que tu as une idée de depuis combien de temps et d'efforts j'ai du accumuler pour me mettre dans une position sécuritaire?..Oy."

Emily posa sa main contre son visage en dépit. Il n'était pas bon pour lui d'agir impulsivement,et il le savait. Oui, il avait fait le vœu de mener une vie simple et silencieuse, laissant suffisamment d'espace pour profiter du pouvoir que le ciel lui avait donné. Un simple souhait, et pourtant si difficile à mettre en place. Il murmura, sa voix tremblante étouffée par la frustration qui grandissait dans son petit corps.

"- ...Se lever à 5h du mat' tout les matins pour arriver plus tôt au travail que les autres. Servir le café à chaque occasion; mais pas tout le temps, ou je serais considéré comme un lèche-cul. Aimer quelqu'un mais rester suffisamment loin pour ne rien laisser paraître. être suffisamment présent pour avoir des scores de ventes maintenu entre haut et moindres. Devoir écraser Willy pour étouffer mon envie de la plaquer sur une voiture et lui révéler mon amour pour elle..."

C'était peut-être un peu tard pour que Kevan réalise qu'il n'y avait absolument aucune issue derrière lui. En réalité, il le compris lorsqu'il sentit une certaine sensibilité dans son dos. une sensation similaire à être adossé à un bac emplis de lave en fusion, ou bien un iceberg... ou tout simplement parce que son dos était en train de baigner dans une épaisse couche de "néant". L'énergie noire qui émanait du poignet d'Emily s'était fait un chemin à travers les plaques de carrelage et soigneusement limité la zone de déplacement de l'homme défiguré. Il hurla de toutes ses forces, ses muscles dorsaux exposés à l'air; ce devait être un terrible sentiment. Mais Emily se fichait de ça. Ouvrant doucement les yeux; il observa le corps de pierre ruiné au sol, apercevant le visage d'Amanda. La pierre saignait. C'est alors qu'Emily sembla soudainement se calmer; retirant sa main de son visage, et plaçant celle-ci dans sa poche.

"- Rend lui sa forme d'origine et je te laisserais partir."

Kevan semblait abasourdit par ce soudain revirement de situation. Mais effrayé, et sans la moindre option, il fut obligé de cracher la vérité.

"-E-E-Elle n'est pas vivante, elle est en pi--"
"- Elle saigne, il y a encore du sang dans cette statue, pas vrai? rend lui sa forme normale."
"- Mais elle est en morc----!"

Le visage d'Emily se transforma à nouveau en un masque bestial; plus proche d'un démon que d'un humain. Et ses paroles, tout comme son faciès, avaient un montant égal d'inhumanité.

"- Je m'en tape qu'elle soit vivante ou pas! Je veux simplement sa peau, ses muscles, son visage, ses yeux! En pièce ou non, je l'aime suffisamment pour accepter n'importe quelle partie d'elle!! J'suis pas ton régulier petit-ami qui dis des conneries à sa copine pour se faire mieux voir!! Rend lui sa forme humaine! Amanda m'appartient!!"

L'homme frémissait. C'était comme regarder sans un mirroir : cette personne était tout aussi tordue que lui. Emily fit un pas en avant, et l'homme se mit à hurler de terreur

"J-JE PEUX PAS !! C'EST IMP-IMPOSSIBLE!! JE PP-PEUX PAS FAIRE MARCHE ARRIERE"
".....Hah?..."

Emily se figea sur place. Yeux grands ouverts et iris fixées sur ce grossier personnage. Le voila qui se mettait à éclater en sanglots et baignant dans ses propres sueurs froides. Il se mettait à déblatérer des trucs incompréhensibles, alors qu'Emily était lentement en train d'empiler dans sa tête les informations qu'il venait d'obtenir. "Morte"? Ce n'était pas un problème. "En pièces", pourquoi pas; ce n'était pas la première fois que ça arrivait. Cependant la partie qui bloquait était le détail suivant :

"...En pierre? En pierre....TU CROIS QUE JE SUIS UN WEEB DE SECONDE ZONE, QU'UNE FIGURINE VA ME SATISFAIRE!? Je suis sensé faire quoi avec un putain de bout de pierre !? HAH!?"

Emily dissipa le mur de néant derrière le meurtrier en sanglots. Il avait besoin de récupérer un peu de cette énergie sombre qui s'amassa désormais à la base de ses phalanges, prenant la forme d'une énorme griffe noirâtre, métallique, pourvue de trous irréguliers ressemblant à des mâchoires de requin. L'homme au don de pierre se mis à ramper jusqu'à Emily, en panique, pour implorer son pardon.

"- L-Les gens m'ont toujours mm--m-mmentit!! ils disent d-des belles choses p--p--puis ils reviennent sur l--l--leurs décision--décisions!!! c'es---c'est pas juste-!! La pierre!! ils sont p--p-arfaits dans la pierre!! tu m---me comp--comprend pas vrai--? tu n'aime p-pp-pas Amanda mi-mieux comme ça? tu-- tu comprends hein?!"

L'homme n'était maintenant qu'à un mètre d'Emily et s'apprêtait à poser sa main contre sa chaussure. C'est exact : il avait prévu de transformer l'hydre en pierre également. Cependant.. Emily avait beau montrer un côté impulsif et extrêmement naif; il n'en restait pas moins un paranoïaque avec un sens très tordu de la proximité avec le danger. Alors il se mit à sourire jusqu'aux oreilles, alors que sa botte se mis à écraser lourdement la main du meurtrier d'Amanda. Ce dernier hurla, alors qu'il était toisé par le regard moqueur de l'étoile inférieure.

"- Te comprendre? Non non non... Sous quel angle est-ce qu'on est comparable?.. Tu sais.."

[• - Stay Down - •]

Emily perdit rapidement son sourire alors qu'il augmentait la pression qu'il exerçait sur la main du meurtrier, jusqu'à ce que quelques sons osseux se fassent entendre dans un certain concerto de cris.

"Tu es un déchet. Ta face est plus insoutenable à regarder qu'un putain de Kardashian après une opération menée par un chirurgien qui a convulsé du début jusqu'à la fin. Ta voix me tape sur le système et me donne envie de crever mes tympans avec des crayons de maternelle. Ton odeur me soulève presque autant le coeur que ton entretiens horrible de tes fringues. Tu sens la merde et ton existence est une insulte à ma présence. Tu piges? T'es une erreur. On a rien en commun tout les deux."

Le visage de l'homme de pierre commença à s'emplir de roches; les larmes coulant sur son visage plus rapidement qu'il n'était capable de ravaler sa frustration. Mais comme ce n'était pas suffisant pour apaiser la colère de l'hydre, il se sentit responsable de faire passer le message aussi clairement que possible. Il se pencha alors légèrement en avant et attrapa l'homme par les cheveux, renforçant sa pression contre sa main, jusqu'à ce que les doigts du lycéen se retrouvent suffisamment disloqués pour ne plus avoir quoi que ce soit entre eux. Emily profitait pleinement de laisser s'échapper toute cette frustration amassée au fil des semaines : être politiquement correct le rendait malade.

"Oh... allez. Ne me dis pas que tu pensais qu'elles étaient sérieuses? Bienvenue dans le monde réel, gamin. Les humains ne disent pas ce qu'ils pensent. Ils t'ont tous trouvé repoussant et perturbant; aucune d'elles n'a jamais pensé quoi que ce soit de bien de toi. Des mensonges réconfortants. Mais tu as de la chance, je suis une personne honnête!!"

Son sourire s'agrandit encore plus, alors que maintenant leurs iris se trouvaient presque complètement ancrées.

"J'ai fait le souhait de vivre une vie calme et paisible. Je veux trouver l'amour réel et adopter un petit chien, vivre dans la campagne et avoir des enfants, les élever jusqu'à ce qu'ils puissent aller à l'université et faire leur propre vie. Mais il y a des trucs qui se mettent en travers de ma route. S'asseoir à une table et observer de loin les gens qui dévorent leurs plats comme des porcs, avec leur horrible face.. tu pense pas que c'est dégoûtant? Ils me soulèvent le coeur. Je crois avoir trouvé leur leader, alors je vais m'assurer que cette face dégueulasse soit complètement lavé de cette planète; loin de mes chances de trouver l'amou----"

Mais son speech sembla s'être écourté: il ne semblait plus être capable de forcer contre la main de Kevan. Lorsqu'il baissa les yeux, Emily compris que son pied était en train d'être tourné en masse rocailleuse, et cette masse se faisait de plus en plus épaisse au fil des secondes qui passaient. épris par une adrénaline démentielle, Kevan profita de l'instant d'hésitation d'Emily pour écraser une masse rocheuse contre sa tempe, une grande éclaboussure de sang peinturlurant le sol et les murs alors que le corps du serial killer aux yeux de lavande basculait en arrière.

"-FOUTUS JOKERS !!! VOUS NE SAVEZ PAS CE QUE C'EST DE VIVRE AVEC UN DON MAUDIT!! Brûlez en enfer!! tous autant que vous êt--"
"Joker?..."
"- !!"

Une personne normale serait sûrement morte sur le coup après un choc aussi violent; mais.. cette personne n'était pas ce qu'on pourrait appeler "Normal". Le sang d'Emily était clairement en train de s'écouler sur le sol à une vitesse alarmante, mais il semblait être encore éveillé, et avait même conservé sa balance de justesse en plaçant son autre pied derrière lui. Le nabot aux cheveux blonds semblait être de nouveau en colère.

[• - No More Heroes - •]

"....Est-ce que j'ai l'air d'un putain de héros à tes yeux?.."
"Q-Quo--!!!"

Tout ça s'était passé en un instant : une vague noirâtre se mis à surgir du sol, dévorant la jambe d'Emily toute entière. Cette goule reptilienne allonga son cou jusqu'à également dévorer le bras et une partie de l'épaule du meurtrier d'Amanda. La bête noire se mis à planter ses dents jusqu'aux tréfonds de l'épaule de l'homme au don de pierre, comme un lion sur sa proie. Quand à Emily, il ne semblait pas si dérangé que ça que sa jambe se fasse doucement dissoudre. Et il y avait une raison a cela : comme Kevan l'avait précédemment dit, il n'y a aucun moyen de retirer la pierre d'un corps... tout ce qu'il avait à faire était donc de dissoudre toute la peau changée en pierre; et ce jusqu'à ce que la jambe d'Emily ne soit rien de plus qu'un morceau d'os et de tissus musculaires vaguement attachés les uns aux autres. Il souffrait le martyr, bien sûr, mais son était mental était bien plus bruyant que ses maux. Alors que la tête d'hydre continuait sa progression dans la viande; Emily expliqua son raisonnement.

" Tu vois la situation du mauvais angle. Je ne venge pas Amanda, je te casse la gueule seulement parce que tu m'as piqué ma bouffe. C'était ma cible, mon ange, MA future femme. On s'aimait; elle ne le savait juste pas encore!! tu connais que dalle à l'amour et tu pense que tu peux simplement leur ôter la chance de le faire?! SOIT PAS TROP SÛR DE TOI"

L'hydre commençait à être difficile à contrôler. Bien trop grande et épaisse, il avait besoin de réduire sa consommation sans dissiper la griffe : elle était son moyen de s'assurer qu'il n'allait pas complètement tourner en produit d'art-plastique. La bête reptilienne se mis alors à soulever l'étudiant à moitié inconscient et le projeta par la fenêtre, l'envoyant s'écraser en plein milieu de la rue. Des cris se firent entendre, des voitures se stoppant en plein milieu de leur route dans un fracas assourdissant. Emily était en colère et avait encore une fois laissé loin de lui l'idée de limiter ses acts à la pure discrétion. Ce n'était maintenant rien de plus qu'une question de payement pour lui. Marchant lentement à cause de sa seconde jambe à moitiée dévorée par son don, Emily fit surgir deux hydres au nez pointu et tordu hors de ses omoplates, les planta dans le sol et les fit se déplier d'un seul coup pour le projeter quelques mètres plus loin, là où il avait laissé l'étudiant s'éclater la face un peu plus contre la route.

Il pouvait maintenant être pleinement vu à la lumière de la nuit naissante. Lesser Star; le criminel utilisant le don du néant. Arborant une veste rougeâtre à capuche; un masque noir sur les yeux, et des bouts de tissus déchirés flottant comme quatre ailes au gré du vent. Il semblait complètement ignorer les passants qui s'alarmèrent et commencèrent à faire bruit insoutenable. Non, il allait s'assurer qu'aucun joker ne soit capable de confirmer qui cette personne est, et qui il est non-plus. Marchant dans la direction de l'étudiant au milieu de la route, Emily poursuivit là où il s'était arrêté, calmement.

" On est pas des étoiles brillantes comme les jokers. Et j'ai aucune intention d'en être une. C'est chiant, utiliser ses dons pour perdre ton temps à protéger des personnes qui vont probablement glisser sur leur brique de savon et se péter la nuque contre leur baignoire la nuit suivante. Attendre pour avoir le plaisir est chiant, et cultiver une relation basée sur le mérite va seulement montrer à ton partenaire le bon côté des choses. Je vais me répéter encore une fois... je veux une vie simple et paisible, calme, et facile. Et il n'y a pas de place à l'intérieur pour des braconniers à la con qui piquent dans mon troupeau!!"

Emily dissipa les deux hydres dorsales; celles-ci avaient dévoré une certaine quantité de tissus musculaires au niveau des omoplates; mais rien de suffisamment important pour être inquiétant. L'énergie noire se cumula alors plutôt dans son arme de prédilection : son gantelet noirâtre; si se vit maintenant accompagné d'une magnifique tronçonneuse silencieuse et presque plus grande que son utilisateur. Il était temps de gommer ce gamin emmerdant.

"-Fuck!"

Juste à temps pour réaliser que le goudron était en train de se lever à une vitesse alarmante autour du corps présumé "mort" de Kevan. Emily sauta maladroitement en arrière, ayant quelque peu oublié que sa jambe n'était plus en état d'utiliser la moindre force. Il tomba alors à la renverse, alors qu'un pillier de roche se mis à le propulser comme une météorite de l'autre côté du trottoir. Avec la chute, quelques gravas de grosse taille s'écrasèrent en prime sur son petit corps, l'obligeant à pousser quelques complaintes haineuses. Un cratère se trouvait maintenant au milieu de la route; là où des voitures étaient entrainées par leur propre poids à l'intérieur.

"-....Yeah, c'était un peu con de ma part, Merde."

Au moins il avait pu faire une mini-introspective alors qu'il se relevait misérablement sur le pavé, entre deux crachats de sang. Ce lycéen était capable d'utiliser la pierre comme don; il serait stupide de penser qu'il aurait pu être si "facilement" tué par un impact pareil. Emily leva les yeux un moment; alors que le meurtrier d'Amanda s'élevait dans les airs comme une sorte de messie se tenant sur un pilier de goudron. Il avait l'air d'avoir transformé la partie coupée de son corps en roche pour stopper l'hémorragie. Emily se releva alors péniblement, tenant fermement son énorme tronçonneuse dans sa main; commençant à marcher calmement en direction du criminel de pierre. Celui-ci jeta des projectiles de diverses compositions : plâtre, goudron, pierre; les projectiles volaient dans tout les sens et étaient projetés avec la puissance de véritables balles. Ce qui était touché était instantanément transpercé; ce qui résultat à de nombreuses explosions de voitures et beaucoup de cris de la part des spectateurs. Les projectiles qui fonçaient dans la direction d'Emily, en revanche, n'eurent pas le même succès : l'énorme tronçonneuse les réduit à néant au contact, alors qu'il se trouvait maintenant à quelques mètres du pilier de pierre. Lesser Star n'était pas plus paniqué que ça, contrairement à la mauvaise situation dans laquelle il se trouvait.

[• - So Help Me God - •]

Car, toutes choses considérées, il n'était pas celui qui allait mourir, ce soir. Son corps le faisait souffrir de pares en pares, et spécialement en niveau des jambes et du dos. Mais il n'avait aucune raison de paniquer parce que son adversaire avait déjà complètement perdu la tête et n'agissait maintenant que part ses réflexes et non par son intelligence. La moitié des projectiles passaient au dessus de la tête d'Emily. Ce dernier commença alors a progressivement marcher de plus en plus vite, forçant sur sa jambe en étouffant à l'intérieur de sa bouche les sacres de douleur qui menaçaient de sortir. Car ses lèvres se retroussèrent; révélant un sourire tranchant et inhumain.

"- T'as raison, dieu t'as donné ce pouvoir. Il m'a donné le mien aussi.. je crois. Et le plus marrant là-dedans c'est que tu ne vas même pas pouvoir avoir accès au paradis; l'enfer non-plus."

Ses iris rapetissèrent et s’illuminèrent d'une clarté violette et rosâtre, alors que la tronçonneuse se mettait à vrombir; poussant un hurlement monstrueux rappelant ceux des bêtes mythiques.

"C'est des colonies de vacance comparé à là où j'envois les merdeux dans ton genre!!"

Il posa le pied contre la colline de goudron et débris , avançant de plus en plus rapidement vers sa cible qui hurlait de toutes ses forces et détruisait les environs pour jeter un peu plus de débris. Une colonne de plâtre fonçant droit sur Emily qui protégea son corps avec le gantelet de néant, souffrant malgré tout les coupures des éclats de pierre qui avaient filtré à travers la gomme vivante. Il s'élança de plus belle, coupant un énorme rocher d'un coup de tronçonneuse rapide; perdant à moitié l'équilibre sur son avancée. Foutue jambe, foutu gamin, et foutu travail. mais rendu là, il n'aura plus besoin de s'embêter à se défendre : Il était temps de finir le travail pour de vrai.

"C'est pas noir, c'est pas un vide blanc non-plus! c'est pas un royaume de nuages ou un camp de torture en flammes! C'est impossible à décrire, parce qu'il y a QUE DALLE là bas!!"

Tranchant rapidement trois autres projectiles, il était maintenant au pied de la tour de roche sur laquelle l'homme de pierre s'était élevé primitivement. Emily tendit alors le bras et pris une grande inspiration, portant son autre main près de son coeur.. car avant toute chose, il est temps de prier.

"Et en ce royaume matériel, j'implore mère et père d'accueillir un nouvel habitant dans la demeure où ni lumière ni ténèbres ne subsistent. Parce qu'il a pris le mauvais tournant à l'intersection et a dérivé là où enfer et paradis ne peuvent l'héberger. Ô Hydra, Pour tout ce qui est imparfait, désintègre tout pour ma volonté..."

Emily ouvrit alors subitement les yeux et laissa aller toute cette démence accumulée en un bruyant rire tordu comme vos classiques villains de dessins animés voudraient le faire; excepté que sa voix aigue de nabot rendaient tout cela bien plus angoissant que ça devrait l'être. Il trancha la colonne de pierre d'un seul coup; celle-ci s'effondrant sur elle-même et faisant lourdement tomber le doté de pierre. Alors que le vent et la poussière s'adonnaient à une danse spectaculaire; Emily attendit le moment où ses yeux croiseraient à nouveau ceux de cet imbécile. Braquant son bras en arrière; serrant les dents dans un sourire dément; Emily s'apprêtait à boucler cette histoire hors de sa vie pour de bon.

"BYEEEEEEE!!!!"

Et tel une épée damoclès au dessus de la tête du meurtrier, le jugement par le pécheur s'exécuta. L'immense tronçonneuse noire se planta fermement dans le crâne de sa victime, les chaines rougeâtres de celle-ci étaient même encore plus grandes que sa tête; et c'est utilisant toute sa force et adrénaline; qu'Emily se mis à gommer de l'existence, le lycéen connu sous le nom de "Kevan"; ou par son dossier criminel, "Stone Artist". Pas d'éclaboussure de sang, pas de cri, absolument rien. Au fur et à mesure que la tronçonneuse mastodonte progressait de haut en bas dans le corps du meurtrier, il ne restait rien de plus que de feintes poussières de tissu qui éventuellement se dissipèrent; et ce jusqu'à ce que le criminel Lesser Star, élance son bras sur la droite sous les yeux terrifiés des passants. La tronçonneuse noire n'était aucunement tachée de sang ou de peau, absolument rien ne restait de cette personne qui, quelques secondes auparavant, se trouvait devant Emily. Kevan venait d'être complètement rayé de l'existence, sans aucun retour possible.

Emily dissipa la tronçonneuse dans une explosion d'énergie noire et rouge, qui révéla sa main droite complètement dépourvue de peau et de muscles; rien de plus qu'un squelette vaguement rattaché en un morceau. ça faisait mal, très mal, mais rien ne pouvait égaler le plaisir qu'il ressentait. Oui, il avait craqué, mais au moins... il avait tenu deux semaines.

Le serial killer aux cheveux blonds laissa sa main blessée pendre , alors qu'il se retournait doucement vers la foule tétanisée. Lui qui s'attendait à simplement kidnapper sa bien-aimée et avoir un peu de fun avec elle par la suite; il se retrouvait maintenant en plein milieu d'une foule d'humains paniquant et appelant les jokers et la police à la rescousse. Il n'était clairement pas suffisamment doué, ni en bon état, pour s'occuper de tous les faire disparaître. Il allait devoir opter pour une autre alternative. Regardant à droite et à gauche, il examina ses options calmement, alors que son expression sadique devint celle d'une gamine tête-en-l'air.

"....Welp. J'imagine que ça sert à rien d'aller au boulot demain..."

Un meurtre rapide et sans aucune possibilité de le relier aux deux victimes; il avait au moins ça de son côté. Maintenant il était temps de se faire la malle. Calmement il leva sa main squelettique et sa mis à saluer la foule avec une expression idiote et enfantine.

".......BAAI!"

Avant que trois hydres noires sortent de son dos et se mettent à soudainement dévorer le sol, entamant la cavale de Lesser Star. La raison pour laquelle Kevan fut aussi rapidement tué était en partie pour la même raison pour laquelle le criminel avait eut autant de facilité à s'échapper : Le contrôle du vide semblant épargner quelque peu les choses dotées de vie; ce n'était pas le cas de bêtes objets ou matériels comme la pierre. le Doté avait creusé sa propre tombe en fusionnant avec ses pouvoirs; et il n'y avait rien de plus facile pour Emily que de jouer à Prison Break dans les sous-sols... même si on raconte qu'une semaine plus tard, une gamine aurait aperçu un squelette marchant sur la plage. Personne ne l'a cru, cependant.

Peut-être était-il le temps pour Emily de prendre un peu de temps en tant que célibataire avant de trouver une nouvelle personne à aimer.
Revenir en haut Aller en bas

|SOLO| ♦ Rock, Paper, Void. (NC16(?))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Le reste du monde :: Les autres pays-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit