AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 6 Avr - 13:35

How I met your... Nah, nevermind.

Doucement. Tout doucement, les premiers rayons du soleil se glissent à travers la ville, ondulent entre les maisons, traversent les rideaux, et réveillent peu à peu les habitants encore sagement endormis. Certains déjà levé depuis un temps sirote calmement leur café en écoutant les nouvelles à la télévision. Rien de bien grave, rien de bien intéressant. Des nouvelles d'autres villes, d'autres pays, pas de catastrophe ni d'attaque. Chacun part vaquer à ses occupations aux quatre coins de la ville, sans se soucier d'aucun mal. Ce jour là, la ville s'est éveillée sereinement, et il aurait semblait que rien n'aurait pu venir bouleverser tout ça. Mais l'histoire voudra que cela se passe autrement, dirons-nous.

Mitsue, toi aussi, tu lèves en même temps que le soleil. Plus besoin de la sonnerie stridente d'un réveil depuis longtemps déjà. Ton corps s'est habitué à tes horaires scolaires, et tu faisais confiance au mécanisme bien rodé de ton horloge interne. Sept heure sonne. Tu ne te presses pas. Tu as bien le temps devant toi. Ce samedi était un jour différent ; tu partais pour rencontrer ton nouveau tuteur exerçant le métier de Joker. Celui qui t'accompagnait jusque là lors des heures de perfectionnements à malheureusement était victime d'un triste accident face à un vilain... Tu profites alors de tes heures de patrouille hebdomadaires obligatoires pour pratiquer un peu en avance avec ce partenaire tout neuf.

Sur le papier, un certain Mealann A. Ooly.
Seul Dieu sait alors que le nom de ce pauvre Joker aura était victime d'une faute de frappe ma foi honteuse, mais excusable.

Le rendez-vous prévu bien plus tard dans la journée, tu remplis tes heures creuses en préparant ta tenue, vérifiant ton arme, te nourrissant d'aliments qui tiennent bien au corps, te chamaillant bruyamment avec ton colocataire pour savoir lequel aura le droit à la dernière gorgée de coca. Il est bien seize heure passée quand tu enfiles enfin des gants à tes mains et que tu quittes ton doux foyer. La rencontre est prévue devant l'école.

Parapluie sur l'épaule, un air chantonnant en tête, tu t'y rends doucement à travers les toits de la ville quand croisent ta route plusieurs véhicules de police. Tu les suis du regard un temps, fixe la route menant à l'école, hésite quelques minutes avant que ton corps ne soit propulsé de lui-même en direction des sirènes criardes des voitures. Le rôle d'un héros est de maintenir la paix au sein de la ville, du pays, du monde entier même. Pas même une seconde tu n'aurais dû te demander quoi faire à ce moment là.

Tu pestes contre ta stupidité, peinant à rejoindre les policiers. Lorsque tu arrives enfin auprès d'eux, dans les fins fonds pourris de Laurel, plusieurs agents observent un immense trou creusé dans un immeuble. Tu les questionnes rapidement. Qui a fait ça ? Pourquoi ? A quoi ressemble-t-il ? Est-ce un vilain ? Un échappé de la prison ? Un simple accident ? Mais à ton grand dam, personne ne semble pouvoir répondre à cette question.

Les badauds de la ville basse s'attroupe un peu en retrait. Habitués à ce genre de manifestation criminelle, ils semblent plus là à la recherche de ragots qu'autre chose. Tu te diriges vers eux. Sûrement pourront-ils aider.

« Excusez-moi. Est-ce que l'un de vous aurez un don qui pourrait nous être utile ? Un traceur, un détecteur, un télépathe même, n'importe quoi qui puisse nous aider. »

Les dons sont nombreux et variés, et tu ne serais même plus surprise dans croiser un qui puisse te permettre de lire dans les souvenirs des objets. Mais il semblerait que ces derniers n'aient pas bien l'intention de coopérer, se dégageant de la route après t'avoir jugé d'un œil mauvais. Tu soupires. Tu sais que tu ne seras pas bien utile pour le moment, les policiers étant déjà assez nombreux sur l'affaire sans que tu n'aies besoin de venir les déranger.

Sans te laisser abattre, tu décides de parcourir les ruelles de la ville basse à la recherche d'un indice quelconque, d'une trace, d'un témoignage utile, en attendant qu'un héros peut-être plus expérimenté que toi ne fasse son apparition.

ft. Meal


Dernière édition par Mitsue Y. Tsukito le Jeu 6 Avr - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 6 Avr - 19:20

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Lé dysléxiks







Samedi matin. Tôt. Bien trop tôt. La sonnerie du réveil fit retentir son douloureux son dans l'espace vide qui composait ma chambre.
Péniblement, j'ouvrais les yeux. J'avais dormi... Quoi, maximum quatre heures cette nuit. Les patrouilles de nuit sont les plus importantes, et je ne manquais jamais la possibilité de me mobiliser  pour une quelconque intervention.
Forcément, je rentre chez moi à des heures incroyables et je me retrouve à grommeler chaque matin, ne voulant pas assumer ce manque de sommeil que j'alimente chaque jour. Que veux-tu Mae' ? C'est plus important de s'occuper des autres.
Je stoppe le réveil, avant de me frotter les yeux, le soleil se lève à peine. J'arrive à entendre un petit oiseau matinal à l'extérieur. Une fois le réveil éteint, ma chambre est bercé dans un silence paisible qui me donne le sourire. Cela semble futile, mais c'était rassurant de ne pas entendre des sirènes gronder au loin pour annoncer une alerte.

Je me suis levé, grattant le haut de mon dos nu, avant de me diriger avec nonchalance vers ma cuisine. Pendant que j'avance, je me refais le planning de la journée. L'avantage d'être un héros officiel, c'est qu'il y a des plannings et des responsabilités à respecter, et pour quelqu'un d'aussi peu organisé que moi, ça force à faire un travail sur soi-même.
Ce matin, j'étais d'accueil dans la boutique d'informatique. C'était la dernière période de travail avant le week-end du vrai petit informaticien.
Ensuite, ça c'est parce que je me l'impose, rendez-vous snack, pour manger un délicieux Burger. En profiter pour rendre service là-bas, c'est gratuit, ça fait plaisir.
Ah, cet après-midi... J'étais relativement libre, jusqu'à seize heure en tout cas. Je pourrais enfin me décider à passer au QG des Jokers, ça fait des mois que je me dis qu'il faudrait que j'aille y faire un tour un peu, de façon sérieuse, pour rencontrer les collèges. Mais bon, je suis meilleur sur le terrain que dans les relations sociales, donc je suppose que je vais encore repousser ça à la semaine prochaine. Du coup, j'allais juste me balader en ville pour rendre des petits services aux gens. Mais le plus important, c'était cette convocation qui traînait sur une étagère depuis deux semaines environ. La convocation officielle qui est envoyée aux Jokers discrets.
Cette lettre avait réussi à me foutre un sacré stress quand je l'ai reçu, j'avoue que je ne m'attendais pas à ce que l'on me confie un élève de classe Alpha. Par habitude, je préfère travailler de façon solitaire, comme ça, si je prends des risques, je n'implique personne d'autres. En tout cas, je voyais bien la vengeance du QG, les grands patrons réunis autour de leur grande table pour dire en pouffant de rire.

"Ahahaha, foutez un élève de classe Alpha au StormChaser, comme ça il va galérer, ça lui apprendra à jamais venir nous dire bonjour"

La pensée de mes patrons en train de dire ça me fit sourire, la réelle situation est que, je suppose, tout les Jokers doivent passer par là.
Je continuais à sourire comme un idiot en me servant mon verre de jus d'orange accompagné de petites tranches de pain grillé.

Du coup, je devais être à l'heure pour ce fameux rendez-vous. Et vu l'appréhension que j'avais face à cette rencontre, il n'y avait pas moyen que je puisse être en retard. Même si je n'ai pas la carrure pour ce genre de rôle. Il faut que je sois au maximum exemplaire.
Je posais mon verre sur le plan de travail de la cuisine dans un soupir légèrement désespéré. Cette Mitsue Y. Tsukito, comme le disait si bien le courrier, était à présent la principale raison de la boule qui s'amusait à rebondir à travers mon estomac.

Quoiqu'il en soit, ce n'était pas le moment de s'occuper de ce problème, la journée était déjà chargée avant d'en arriver à cette complication. Et si je continuais à traîner devant mon verre vide, j'allais finir par devoir utiliser mon pouvoir pour être à l'heure.
Prenant, cette fois de façon plus active, le chemin de ma salle de bain, afin de prendre une douche bouillante et me préparer pour le travail en boutique.
J'aurais le temps de passer chez moi vers treize heure pour récupérer mon costume et mes affaires pour l'après-midi. Donc j'ai enfilé un T-Shirt gris, et un short bleu. Le temps avait commencé à se réchauffer, et comme ça n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd, je me suis empressé de jeter tout mes vêtements d'hiver dans une caisse fermée à double tour.

La matinée fût particulièrement ennuyante. Qui sort un Samedi matin pour faire réparer un PC, ou pour venir commander des pièces, surtout aujourd'hui, tout passe par internet. On s'occupe plutôt de monter des ordinateurs, ou de s'occuper de l'ordinateur des personnes âgées. Et aujourd'hui c'était vraiment calme. J'en ai profité pour m'occuper à démonter les épaves qu'on avait dans l'arrière boutique.
L'heure, ne s'arrêtant pas pour faire une petite pause, a fini par arriver à midi, l'heure pour moi de fermer la boutique et de suivre la suite de mon prototype de planning.
Ce qui consistait à aller manger, la décision fût rapide, comme tout les jours, j'allais manger à côté de la boutique. Il y avait ce snack, l'ambiance était toujours familiale, et les burgers, de toute ma vie, je n'avais jamais mangé une malbouffe aussi saine. Comme à mon habitude, je suis rentré avec le sourire, j'ai salué tout le monde. Et j'ai savouré le repas agréable que m'offrait cette journée. Ce genre de moment, ça te fout la pêche pour n'importe quelle épreuve.

Et pour le coup, l'épreuve de la journée était encore à venir. Je suis rentré chez moi, un peu précipité par le stress montant, pour me changer et mettre mon costume.
J'étais décidé à prendre de l'avance sur mon planning en me rendant directement à l'école. Je n'étais pas particulièrement prêt à soutenir un élève, à le conseiller, à l'entraîner et toutes ces choses que font un bon tuteur, à vrai dire, je n'y avais même pas réfléchi. J'avoue que j'avais un peu honte de moi.
Avant de sortir et de fermer à clé la porte de mon appartement toujours autant plongé dans le silence, j'ai attrapé ma paire d'écouteur pour faire passer plus agréablement le temps.
Je n'avais jamais mis les pieds dans cette école pour Super, c'était une première. J'en avais beaucoup entendu parlé par contre, et j'en connaissais la structure interne, Classe Alpha, Espilon, Iota et d'autres suivant l'âge et le niveau. La Classe Alpha étant celle des futurs Jokers, j'allais donc avoir une étudiante talentueuse devant moi. C'était à la fois beau et terrifiant.

La trajet fût bien plus court que prévu, et une fois devant l'imposante structure scolaire, je n'ai pas pu contenir mes frissons. La première question que je me suis posé, c'était de savoir quel niveau de maîtrise j'aurais eu si j'avais été dans cette école. Tout respirait l'envie de devenir héroïque ici.
J'étais tellement ébloui par les bâtiments, avec de belles étoiles dans les yeux, que je me suis installé en haut d'un mur pour rester à regarder chaque détails d'architecture, en écoutant la musique.
De toute façon, il me restait encore deux heures à attendre ici.

J'ai fini allongé le long du mur, à attendre ma future partenaire, à réfléchir à comment j'allais bien pouvoir me présenter, et à ce que j'allais bien pouvoir lui donner comme conseil.
L'heure du rendez-vous approchait à grand pas. La tension était monté d'un cran. Le moindre bruit aurait pu me faire sursauter.
Et c'est à ce moment, que bien entendu, des sirènes ont commencé à se faire entendre de partout, me faisant tomber de mon mur. Par réflexe, j'ai réussi à tomber sur mes pieds.
Une alerte ? Vu le nombre de sirènes, ça semblait être du sérieux... Je détestais déjà le choix qui s'imposait.
Rester pour attendre ma nouvelle partenaire ? Ou me précipiter vers la cause des sirènes ?

Un grognement, quelques arcs électriques pour montrer que mon pouvoir était actif. Et je me suis envolé dans les airs sous forme de boule électrique.
Je suis un Joker, pas un professeur, j'expliquerai la situation.

L'épicentre des sirènes était un grand bâtiment, autour duquel se trouvait beaucoup de personnes des forces de l'ordre. Je me pose au sol pour observer la situation, le bâtiment montre un énorme trou sur la facade, quelque chose d'assez important apparemment.
Je m'approche des officiers en me présentant pour leur poser les questions les plus évidentes.

"Y'a t'il des blessés ? Des gens sont encore à l'intérieur ? Est-ce que le bâtiment risque de s'effondrer ?"

Quelle peut bien être la cause de ça ? Une arme ? Un vilain ? Un accident ? Il semblerait qu'on ne puisse pas obtenir plus d'informations des agents, ils en savent autant que moi.

Dans ce cas-là, il n'y a pas une multitude de solutions, je m'approche de l'agent le plus gradé pour lui demander d'éloigner au maximum les civils de la zone.

"Je vais aller vérifier le bâtiment, mais il est possible que la cause de ce trou ait laissé quelque chose de plus grave à l'intérieur"

Suite à ça je me suis avancé vers le bâtiment, pour rentrer et me rendre compte par moi-même des dégâts.

Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 6 Avr - 22:25

How I met your... Nah, nevermind.

Une minute. Deux minutes. Tu marches droit devant toi. Tu enchaînes les pas et les rues délaissées, à croire que tous ont décidés de fuguer cette partie de la ville. Evidemment, dans ce quartier où les malfaiteurs pullules, les gardiens de la paix et autres héros plus ou moins en formation ne sont pas les bienvenus. Tu soupires mais ne te décourage pas. Tu continues ta ronde dans un périmètre proche de l'accident -assumons pour l'instant que ce n'est pas un acte criminel, ont précisés les agents- en croisant de temps à autre les regards malaisants des gens.

Quelque part, cela ne t'atteint plus depuis un long moment. Alors tu t'affirmes, tu plonges tes pupilles dans les leurs, tu leur montre que tu ne les crains pas, et qu'ils n'ont pas à te craindre. Et dès qu'ils comprennent, ils tournent les talons et t'ignore, souvent.

« C'était un Klong, moi j'vous dis. Ces saloperies ont pas fini de venir nous péter les couilles. »

Cet homme, il avait soutenu ton regard, et t'avais incité à avancer vers lui. Il était mal rasé et empestait la cigarette, mais il disait avoir vu de loin une forme trop immense pour être un simple humain, mais trop humaine pour être autre chose. Tu peines à croire à ses explications, mais, poliment, tu le remercies et continues ta route. Plus que le fait qu'il pense avoir vu un Klong, c'est la partie « trop immense » qui te titille un peu.

Rapidement, trop rapidement peut être, différents scénarii t'assaillent. Une nouvelle race extra-terrestre ? Non, pourquoi attaqueraient-ils spécialement Laurel dans ce cas ? Un doté de type mutation qui aurait perdu le contrôle de son pouvoir ? Non, il y aurait eu plus de dégâts que ça. Une guerre de gang peut-être ? Mais d'où viendrait cette idée de forme trop immense alors ? Réfléchir plus que nécessaire ne t'apportera rien, penses-tu alors. Il te faut plus d'informations.

Sans réellement de but, tu te laisses errer encore un temps. Dix minutes. Vingt minutes. Sûrement plus, peut-être moins ? C'est lorsque tu décides de retourner sur les lieux de l'accident qu'une vieille femme, au coin d'une porte entrouverte, te fais signe d'approcher. Tu vois autour quelques  policiers qui, comme toi, ont dû décidé de se renseigner auprès des habitants proches. Est-ce le hasard que ce soit toi qu'elle appelle ou évite-t-elle la police, cela ne t'intéresse pas plus longtemps que ça quand te dirige vers elle. Tu n'as pas l'occasion de la questionner que déjà, elle te parle à un débit trop rapide pour être honnête, et de te claquer la porte au nez.

« J'ai vu un robot. Un gros robot. Il est passé très vite, mais j'ai eu le temps de le voir. C'était un gros robot ! »

Est-ce que les gens de cette ville ont tous quelque chose à se reprocher ? Sont-ils tous aussi étranges ? Te massant doucement les tempes, tu retournes vers le bâtiment, et essaye de digérer cette information. Un robot... Type technologique ? Dans la ville basse ? Un héros ? Quand tu arrives sur place, le crâne remplit encore d'un tas de question sans réponse, tu te fais attraper par l'un des agent.

Un Joker est arrivé sur place, annonce-t-il. Il serait rentré dans le bâtiment, sans en être encore sorti. Non pas qu'il semble s'inquiéter pour sa survie. Juste, il le signale. Bien entendu, s'il est doté, il s'en sortira forcément, même si quelque chose de mal se passe. Evidemment.

Tu te tapes doucement les joues, et décide de prendre toi aussi ton courage à deux mains en pénétrant dans la bâtisse. Peut-être bien qu'elle te tombera sur la tête à un moment, ou que des bombes ont été placées de manière à piéger les pauvres gens qui auraient le malheur d'entrer là. Mais un vrai héros ne doit pas craindre ça, quand bien même son pouvoir serait complètement inutile...

Mais dans ton malheur et ton inquiétude sagement dissimulé, tu retrouves rapidement la trace de ton partenaire héros, et quelle heureuse surprise de reconnaître face à toi le fameux StormChaser, dans son bel attirail de Joker en fonction, que tu étais censée avoir lâchement abandonné face à l'académie.

« Ah ! Monsieur Mealann ! Je suis contente de vous voir ici. Je peux vous appeler Meal ? Ça ira plus vite pour moi. Je peux vous tutoyer aussi ? Oui, on va faire comme ça, ça sera plus simple. J'ai voulu voir auprès des habitants, mais à part avoir entendu parlé de Klong et de robots, je n'ai pas obtenu grand chose... Mais je saurais me rendre utile ! Laisse moi t'accompagner s'il te plaît ! Quelque chose t'a interpellé ici ? »

On ne te le dit pas assez souvent Mitsue, mais tu parles beaucoup trop quand tu es excitée par un événement. Et pouvoir enfin jouer à l'héroïne sur une affaire aussi complexe après tout ce temps, cela fait bouillonner le sang dans tes veines.

ft. Meal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Sam 8 Avr - 2:19

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Lé dysléxiks







Face au bâtiment, je me retourne pour voir si les policiers ont commencé à s'activer pour évacuer la zone. J'ai beau ne pas avoir de coeur à sentir battre au fond de ma poitrine, je ressentais une certaine pression. La zone était bondée par des gens à la recherche de quelque chose à raconter... De mon côté, j'avais un mauvais pressentiment, j'imaginais le pire des scénario, comme une bombe, une arme biologique ou un nouveau prototype extrêmement dangereux.

Je me faisais peut-être des idées, peut-être que j'allais juste trouver un doté qui a perdu le contrôle, un nouveau mutant qui découvre ses capacités. Quoiqu'il en soit, la situation était tellement floue qu'on ne pouvait pas imaginer que ça soit un problème simple, qui se réglerait d'un simple claquement de doigts.
Non... Bien sûr que la situation était instable et imprévisible, quelque soit ce que j'allais trouver à l'intérieur de cette structure. Il fallait que je me prépare à affronter l'inconnu. Je faisais bouger mes doigts continuellement, créant un léger crépitement électrique le long de mes bras.

Il était temps de rentrer.

Je saute à travers le trou en vérifiant qu'il n'y ai rien de dangereux sur les parois du bâtiment. Une fois à l'intérieur, je regarde les lieux.
Il y avait beaucoup de matériel entreposé... Peut-être que la personne qui a refait la façade venait chercher quelque chose.
C'est vrai que j'avais évincé la possibilité que ça puisse être un vol. Une fois cette idée en tête, je commençais à fouiller parmi tout ce qu'il pouvait se trouver dans ce bâtiment, quelque chose qui aurait pû être enlevé, une caisse ouverte brutalement, se trouvant maintenant sans contenu. Un détail cassant la nomenclature de ce bâtiment.
Je me déplaçais lentement le long du matériel entreposé, des caisses et des bâches, à la recherche d'un bruit, d'un élément montrant la cause du trou.
Ma main gauche était naturellement en train de bouger, créant des petits arcs électriques peu puissant, gravitant autour de mon bras, l'éventualité de se retrouver face à quelqu'un d'hostile n'était pas écarter, malgré le silence plus que troublant de la zone. Et si c'était le cas, le StormChaser allait accueillir cette menace comme il se doit, un festival d'étincelles chargées.

Je me déplaçais à tâtons, me rendant le plus discret possible, continuant à analyser les moindre recoins de l'endroit, en me faisant une liste de tout ce qui pouvait être une piste vers notre coupable. J'arrivais au bout des rangées de matériel entreposé, alors je me dirigeais à présent vers le centre de la salle. Cet endroit était beaucoup plus vaste et espacé, on y trouvait des palettes au sol, du matériel de chantier apparemment, soit ce bâtiment servait à stocker du matériel de construction, soit on voulait cacher quelque chose de plus important au milieu de tout ça.
J'essayais de me diriger à un quelconque bip sonore pouvant indiquer la présence d'une bombe ou d'un minuteur, mais jusqu'à présent, je n'entendais pas grand chose, mis à part le léger bourdonnement des mes arcs électriques.

Une fois arrêté au centre du bâtiment, j'ai regardé au plafond, on ne sait jamais ce que l'on peut trouver là-haut aussi, chaque parcelle de l'endroit peut compter pour nous permettre d'avancer. Je réfléchissais à ce que j'avais pu louper... Les idées folles qui ne viennent pas directement à l'esprit...

Je me suis penché pour regarder le sol, quand quelque chose a titillé mon oreille. Je n'étais plus tout seul dans cet endroit. Ou alors la personne qui était cachée dans l'endroit avait décidé de bouger. Je me suis relevé doucement, me préparant à l’éventualité d'être face à face avec quelqu'un de potentiellement malveillant.

J'ai fait machine arrière, revenant sur mes pas pour trouver la personne qui était dans le bâtiment, enfin, surtout pour être le plus discret possible si...

« Ah ! Monsieur Mealann ! Je suis contente de vous voir ici. Je peux vous appeler Meal ? Ça ira plus vite pour moi. Je peux vous tutoyer aussi ? Oui, on va faire comme ça, ça sera plus simple. J'ai voulu voir auprès des habitants, mais à part avoir entendu parlé de Klong et de robots, je n'ai pas obtenu grand chose... Mais je saurais me rendre utile ! Laisse moi t'accompagner s'il te plaît ! Quelque chose t'a interpellé ici ? »

La voix venait de derrière moi, je me suis retourné instinctivement en levant mon bras chargé d'électricité vers mon... Interlocutrice ?
Pardon ? Je me suis stoppé en réfléchissant... Elle venait de m'appeler par mon prénom ?! Personne ne connait mon identité, hormis les bonhommes qui m'emploient, je suis même pas sûr que les autres Jokers soient au courant pour ça... Alors, soit j'avais affaire à un vilain super doué pour l'espionnage, soit, c'était un allié.
Avec la suite de son monologue, j'ai opté pour la deuxième solution. Cette demoiselle prenait vraiment ses aises avec moi. Me tutoyer ? Faire équipe ?
Un nouveau Joker peut-être... Après tout, j'aurais très bien pu louper l'information, mais si il y avait vraiment un nouveau Joker, ça aurait dû tourner un peu partout en ville, je ne peux pas avoir été coupé du monde à ce point.
Sans baisser mon bras, je me suis adressé à la jeune dame qui se trouvait devant moi... Ne cachant pas mon incompréhension.

"Euh... Vous êtes qui ?"

Puis je me suis gratté l'arrière de la capuche avec ma main droite, la question était un peu maladroite, mais elle m'avait appelé par mon prénom ! J'ai regardé son costume, ça ne me disait vraiment rien... Un costume reprenant beaucoup la culture Japonaise, à première vue, rien qui pouvait m'aider sur la nature de ce nouvel arrivant. Je me suis repris, en prenant un air plus agressif cette fois.

"Je n'ai jamais vu ce costume, alors tu vas vite me dire si je dois te griller ou non. Et si je ne dois pas t'envoyer parmi les étoiles, je te prie de décliner ton identité."

Si c'était elle la cause de ce grand trou, elle n'aurait pas avoir le temps de dire "ouf" qu'elle serait déjà paralysée dans une voiture de police, alors j'espère pour elle qu'elle a des arguments en béton.

Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Sam 8 Avr - 19:48



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■

« Boum ! Boum ! Boum ! Boum ! »
Des coups répétés proviennent du fond de l’entrepôt.
« Boum ! Boum ! Boum ! Boum ! »
Le robot se trouve là il tape encore et encore sur le mur.
« Boum ! Boum ! Boum ! Boum ! »
Cherchant sans nul doute à le briser également. D’ailleurs il commence à se fendiller.
« Boum ! Boum ! Boum ! Boum ! »
Entièrement dirigé vers son objectif il ne vous prête aucune attention.

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 20 Avr - 0:45

How I met your... Nah, nevermind.

« Euh... Vous êtes qui ? »

Tu hésites. Un instant. Une seconde. Un rien. Est-ce que tu es à ce moment là vexée ou indifférente ? Est-ce que tu le tapes pour lui faire mal ou pour rire un peu ? Est-ce qu'il est sérieux ou il te taquine ? Ah. Et est-ce réellement important en fait ? C'est un Joker, un héros, il a bien d'autre chose à faire que de s'occuper d'une simple étudiante comme toi, quand bien même il est censé te tutorer. Peut-être même en fait n'est t-il pas venu à la rencontre organisée par l'école. Et peut-être même n'a t-il pas lu les renseignements te concernant. Toi tu sais, car toi tu t'es intéressée au héros que l'on appelle StormChaser. L'idée d'avoir un nouveau partenaire t'étais très excitante. Apprendre à maîtriser des pouvoirs qui te sont inconnus t'est toujours très plaisant. Et ce Meal possède alors un pouvoir amusant. Tu soupires, souris, replaces calmement ton masque, et reprends ton sérieux de future grande héroïne.

« Alice, étudiante à la Heroe's Sup, légende en devenir. J'ai une capacité de copie des pouvoirs, donc je peux être à la fois très utile ou très inutile. »

Tu tends la main vers lui, en signe de pacte de non agression et de coopération entre deux personnes ne voulant que le bien des citoyens de leur ville. Une main sans gant, qui te permettra aussi d'emprunter pour un temps la capacité de ton camarade. Mais il n'a pas le temps de la tendre en retour que dans le batîment résonne un grondement assourdissant. Trêve de mondanité et de politesse, l'action commence déjà alors que le deuxième joueur vient à peine de rejoindre ton équipe.

Figé pendant un souffle, ton corps se met à bouger dans un battement de cœur. Ton sang bouillonne sous ta peau et l'excitation empli ton regard. Le murmure des pas pressés à tes côtés te confirme que le héros officiel a suivi la même route que la tienne, et la présence alors au fond de l'entrepot d'une énorme machine martelant contre le mur vous annonce que vous avez probablement trouver le coupable que vous recherchiez alors.

Mais on t'a apprit au long de ta vie à ne pas juger trop vite. Acte criminel ou machine défectueuse, il fallait d'abord s'assurer à quelle catégorie il appartenait avant de mettre fin à ses actions. Tu t'avances sans crainte, voulant devancer ton tuteur pour lui prouver ta valeur, et pointe ton doigt vers l'humaoïde tout de métal vêtu.

« Annulation de l'ordre en cours ! »

Probablement que tu avais déjà vu ça dans un film, ou que tu croyais que ça allait te donner un air beaucoup trop classe devant un Joker, mais le fait que le robot ignore complétement ton existance pour continuer à exploser de pauvres briques fait voler en éclat ton pauvre égo. Mais tu ne te démontes pas pour autant, il t'en faut bien plus pour te mettre au tapis. Un brin vexée (le « vous êtes qui » ne tantôt n'étant pas encore complétement digéré), tu sors directement la fine rapière cachée au sein de ton parapluie et te jette directement sur celui que tu considères, un peu précipitemment ma foi, comme un ennemi dangereux.

Tu agis bêtement, voyant également que le mur se dégrade bien plus vite que tu ne l'aurais espéré, et que raisonner cet entité n'était visiblement pas efficace. D'un coup simple et vif, tu fais sauter la tête du robot qui s'en va rouler un peu plus loin. La machine se stoppe alors, et bien que les fissures épaisses du mur peuvent sembler inquiétantes, une moue fière vient se graver sur ton visage. Tu te tournes alors vers Meal, victorieuse. Même sans pouvoir offensif, tu restes forte en combat et tu réagis vite. Est-ce que tu cherches à gagner l'admiration de cet homme pour qu'il te pistonne un peu dans le monde merveilleux des Jokers ? Parfaitement. Est-ce que tu en as honte ? Parfaitement pas.

Mais bien entendu, il n'y a pas plus vulnérable qu'une personne pensant avoir vaincu, et dos à ton adversaire, tu es maintenant une cible parfaite. Sans entendre les couinements et grincements suppliants de sa carcasse se relevant, son poing robotisé vient te cueuillir en plein dans les côtes, et ton corps valse contre des caisses dans un fracas. Un coup ni assez puissant pour te briser, ni pour t'assommer, la douleur qui te traverse à ce moment te paralyse malgré tout un temps alors que tu gémis au milieu du bois fracasser.
Finalement... Te voilà au tapis...

ft. Meal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 20 Avr - 4:05

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Lé dysléxiks







Son air assez indifférente fait l'effet d'une provocation à mes yeux, s'en est suivi un soupir. Puis un sourire, je ne comprenais pas trop l'intérêt de passer par un tel spectre d'émotions pour répondre à une simple question. Surtout une réaction aussi désinvolte face à une menace. Soit cette personne était extrêmement inconsciente, soit elle n'était pas là pour faire copain-copain, soit elle n'avait absolument aucune connaissance des dangers d'un arc électrique. Quoiqu'il en soit, son attitude face à la situation assez floue, ne me laissait pas beaucoup de solution. L'appréhender pour avoir sur le lieu de l'incident été le plus juste. Je m'apprêtais à doser les arcs électriques qui gravitaient autour de ma main afin de la paralyser assez longtemps pour la remettre à la police, quand...

"Alice, étudiante à la Heroe's Sup, légende en devenir. J'ai une capacité de copie des pouvoirs, donc je peux être à la fois très utile ou très inutile."

Je me suis stoppé. Une étudiante, ou un piège ? En tout cas, son égo et son insouciance était quand même assez impressionnant. En tout cas, si c'était vraiment son pouvoir, c'était très peu judicieux de me le donner comme ça. Mais dans le doute, je devais rester sur mes gardes. Même si le pseudo Alice me disait quelque chose.
Elle venait de me tendre la main... Si c'était une tentative pour copier mon pouvoir, il faudrait passer par la décharge qui va avec, et vu que ce bâtiment n'est pour l'instant pas sûr, je n'avais pas vraiment l'intention de baisser la tension parcourant mon corps. Je regarde les yeux avec un regard évasif et indifférent.

L'espace d'une seconde, le bâtiment tremble dans un grand bruit répétitif. Je cherche la source du bruit et me dirige de façon fulgurante vers celle-ci, sans même chercher à comprendre si cette Alice me suit ou est à côté de moi.
Mais Alice... Je sais que j'ai déjà ce nom quelque part.

J'arrive au fond de l'entrepôt pour voir un robot assez imposant devant moi. Donc ça serait lui le responsable de toute cette agitation ? Je dois d'abord jauger le potentiel ennemi, savoir si il est vraiment un ennemi, et si il en est un, de quantifier sa puissance pour éviter de déclencher quelque chose qui pourrait mettre en danger les civils. Après, si c'est un robot, il a des composants électriques, donc ça reste assez facile pour moi de le mettre hors d'état de nuire. Je laisse apparaître des arcs électriques tout autour de mon corps, me préparant à un assaut.

"Annulation de l'ordre en cours !"

Qu'est ce que ... ? Je me tourne pour voir cette Alice pointer du doigt le robot... Soit elle est idiote à souhait, soit c'est vraiment elle qui a provoqué tout ça avec ce robot. Dans tout les cas, elle reste assez stupide dans ces agissements.
Mais je suppose face à la réaction inexistante du robot, qu'elle est juste idiote. Qu'est ce qu'elle cherche à accomplir ? Cette élève a cru que les interventions, c'était une partie de plaisir ? Que tu pouvais faire n'importe quoi sans te soucier du danger ?
Tandis que je m'approchais d'elle pour la stopper et lui demander de retourner à l'Académie des Supers, elle s'élança, rapière à la main, sur le robot.
Sans connaître sa puissance. Cette écervelée m'avais figé sur place tant je ne savais pas comment réagir face à une telle réaction aussi aberrante.
Alice... Un léger flashback sur la lettre du Centre. Mes yeux s'écarquillèrent tandis qu'elle venait d'arracher la tête du robot sans trop de difficulté, stoppant ce dernier.

C'était... Ma partenaire... Elle me regardait avec fierté, comme si elle voulait que je la félicite pour le ramassis d'actions absurdes qu'elle venait d'effectuer... Je n'avais pas les mots.
Je n'ai même pas eu les mots quand le robot l'a envoyé valser contre des caisses, de façon assez violente. J'ai repensé à ce qu'elle m'avait dit plus tôt. Je peux être à la fois très utile ou très inutile.
Principalement inutile apparemment, sans connaissance du robot, c'était normal de s'attendre à une riposte de sa part.
Le bruit des caisses m'a sorti de ma paralysie dû à ce déferlement d'erreurs de débutant déraisonnable.
La situation devenait plus tendue, je devais protéger cette étudiante, tout en empêchant le robot de détruire la structure dans laquelle nous nous trouvions, cela en protégeant les civils qui se trouvaient dehors.

Action, réaction, sans réfléchir plus longtemps, la vitesse prodiguée par mon pouvoir me fit rejoindre ma "partenaire" qui était au sol.

"Mitsue, c'est ça ? Tout va bien ?"

Il fallait qu'elle sorte de là, elle risquait de me mettre des bâtons dans les roues plus qu'autre chose. Je suis responsable d'elle à partir de maintenant, chaque erreur qu'elle pourra faire sera de ma faute. Alors autant qu'elle me laisse gérer la situation seul. Déjà que je n'aime pas être accompagné, mais si je dois surveiller ses moindres faits et gestes, tout en empêchant le robot d'agir, ça devient assez tendu.
Surtout que le robot en question est-il vraiment le responsable de tout ça ? Il est possible que ce soit un test d'une entreprise qui ai mal tourné. Si je le détruit, il nous sera impossible de le savoir, il faudrait que je puisse le désactiver sans le mettre en pièces.

Ce qui veut dire qu'il faut que mon arc électrique soit parfaitement bien dosé. Trop léger et ça risque de le rendre encore plus fou et défectueux. Trop fort et il risque d'exploser.

Les dégâts collatéraux peuvent toucher Mitsue et les résidents de la zone, donc c'est un pari risqué. Mais si je partais pour mettre l'idiote en sécurité, le robot aurait peut-être le temps de faire tomber le bâtiment, ce n'était donc pas très judicieux non plus. Ou alors le robot pourrait nous suivre à l'extérieur, ceci exposant bien plus de mon aux dégâts que la machine pourrait occasionner. Dans tout les cas, je risque quelque chose. la situation aurait été bien plus simple si j'avais été seul.

Je ne voyais pas d'alternative moins risqué.
Alors j'ai commencé à me concentrer pour doser au mieux l'énergie qu'allaient libérer chaque électrons rassemblés dans ma main gauche, en me focalisant sur le flux qui me traversait constamment, laissant les vibrations me dire si je me rapprochais ou non de ce que semblait déployer le tas de ferraille en face.
Une fois le niveau estimé correct atteint, j'ai effectué un rapide moulinet du poignet pour libérer tout l'électricité accumulée dans mon bras pour l'occasion. Les arcs ont commencé à graviter autour de ma mains, libérant des éclats de lumières bleuâtres. Je me suis redressé pour lancer mon bras vers l'avant, relâchant ainsi l'arc électrique qui se dirigea très rapidement sur le robot. Pendant quelques petites secondes, la machine fût prise de spasmes dû à l'arc électrique avant de tomber par terre sans explosion. Le robot était désactivé pour une durée inconnue.
Il pouvait très bien avoir une batterie de secours qui allait se lancer très vite pour le redémarrer. Ou alors mon arc électrique n'était suffisant pour le stopper que pendant quelques minutes, voire peut-être moins. Dans tout les cas, il n'y avait pas de temps à perdre, il fallait faire sortir cette élève du bâtiment.

Je lui ai tendu ma main pour l'aider à se relever en lui disant d'un ton sec et sévère.

"Ce que tu as fait était d'une inconscience sans nom. Tu aurais pu être blessée gravement. Si tu veux devenir une légende, agit comme telle."

Me rendant compte que j'étais peut-être un peu dur, j'ai laissé échapper un soupir avant de reprendre.

"Sors de ce bâtiment et préviens les forces de police d'activer l'évacuation de la zone, explique leur la situation et fais vérifier tes blessures. Il est possible que notre ami se réactive, alors s'il te plaît, ne reste pas dans mes pattes."

Je l'ai ensuite un peu poussé vers la sortie avec un signe un peu plus calme, pour la rassurer. Et je me suis ensuite tourné à nouveau vers le robot, qui allait sûrement se relever.


Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Dim 23 Avr - 19:35

How I met your... Nah, nevermind.

Bon. On peut se le dire, de toi à moi, sans se mentir : c'était carrément la honte. Tu as voulu te la jouer un peu, fière de capacité et de tes expériences, persuadée que tu pouvais facilement être au niveau d'un Joker alors que tu n'étais encore qu'une simple étudiante. Mais la Vie t'a rapidement ramené sur la terre ferme à grand coup de poing dans l’ego, et te voilà reléguée au rang de déchet. Pauvre de toi. Ta maigre tentative d'impressionner un professionnel se sera soldé par un échec cuisant en plus de l'avoir sûrement mit en difficulté. Confortablement installée entre les bouts de caisses explosées par la force de l'impact, tu te demandes alors si ça vaut réellement le coup de te relever. Petit checking rapide pour confirmer qu'aucune douleur ressentie ne laisse présager de fractures sous-jacentes et que tu pourras retourner au combat au plus vite.

Au final, pas même le temps d'essayer de te redresser que Meal arrive à ta hauteur, non sans en avoir profité pour balancer un petit coup de jus en direction de la machine qui t'avait attaquée. Au moins maintenant, on était à peut près sûre que cette bestiole ne devrait plus profiter de votre éventuel manque d'attention pour vous briser discrètement les côtes (ou au moins vous laissez une légère pause avant de se remettre en route...). Sous ton masque, tu souris d'ailleurs doucement. Voilà que monsieur daigne enfin reconnecter ses derniers neurones pas trop cramé pour se souvenir de toi. Mais trop honteuse pour le moment, tu décides sagement de ne pas le notifier, et te contente juste de dépoussiérer ta tenue.

« Ça va, rien de cassé. Ç’aurait pu être pi... »

« Ce que tu as fait était d'une inconscience sans nom. Tu aurais pu être blessée gravement. Si tu veux devenir une légende, agis comme telle. »

Quoi ? Quoi ?

« Sors de ce bâtiment et préviens les forces de police d'activer l'évacuation de la zone, explique leur la situation et fais vérifier tes blessures. Il est possible que notre ami se réactive, alors s'il te plaît, ne reste pas dans mes pattes. »

Pardon ? Plaît-il ?

Pas bien sûre de comprendre, tu le regardes d'un air incrédule. Pas bien sûre plutôt de vouloir comprendre qu'il venait de décider de te virer de l'enquête pour pouvoir gérer ça tout seul quand que tu ne sois « dans ses pattes ». Oh. Très bien. Excusez moi moooosieur le beau et grand héros de n'être qu'un insignifiant petit moucheron gênant dans l'avancement de votre mission ! Je libère votre air de ma présence néfaste de ce pas ! C'était plus ou moins ce qui résonnait en ton esprit à cet instant là, sans pour autant passer la barrière de tes lèvres. Digne et droite, tu le toises longuement avant d'aller récupérer ton cher bouclier et te dirige vers la sortie...

Pour finalement faire volte face et lui asséner un coup de parapluie rageur dans le bas du dos pour récupérer son attention, attendant que ton visage ne se lève vers le tien pour lui donner ta réponse pour le moins... Piquante.

« Mais va bien te faire foutre ! Pour qui tu te prends là ? Tout ça parce que monsieur est un Joker reconnu par l'état, ça y est, il peut se permettre de prendre les apprentis pour de la merde ? Je te signale que ton taf, monsieur StormChaser, c'est de m'apprendre comment être un bon héros, pas me faire récurer tes chiottes pendant que tu t'éclates dehors ! Et que je suis encore debout et opérationnelle ! Et puis quoi, monsieur est si parfait, si fabulous, qu'il peut se vanter de ne jamais avoir fait une petite erreur pendant une intervention ? C'est ça ? Oh ! Mais dans ce cas je m'incline et je ferme ma pauvre gueule ! »

Le visage rougit de colère, tu ne te démontes pas. Bien décidée à rester jusqu'au bout rien que par pur esprit de contradiction, quand bien même tu serais un poids, quand bien même tu y risquerais ta vie, tu le colleras aux baskets jusqu'à ce qu'il reconnaisse ta valeur. Un silence un rien pesant flotte pendant un instant. Un instant qui te semble durer plusieurs minutes, quand un « bip » puissant retentit. Tu fronces les sourcils, mais tu ignores. Un deuxième « bip ». Un troisième. Une série de « bip » régulier donc tu reconnais alors la sonorité spécifique et qui t'inquiète.

Ton regard passe de l'homme face à toi au robot précédemment mis hors circuit. Aucun doute que le bruit venait de lui, et aucun doute aussi qu'il ne bougeait plus. Ayant complètement effacé de ton esprit la présence du Joker, tu t'approches, bien plus prudemment cette fois, de la carcasse supposée morte du robot, et vois alors au travers de sa nuque un écran digital affichant des chiffres.

01:23.
01:22.
01:21.
01:20.

Un magnifique décompte prenant visiblement fin dans un peu plus d'une minute. Tu reportes ton attention sur Mealann en pointant la machine.

« Une bombe. C'est une bombe. T'as déclenché une putain de bombe. »

Oui, à ce moment là, tu assumes totalement que c'est la décharge électrique qu'il a envoyé qui a déclenché le mécanisme de la bombe, et absolument pas la tête que tu avais arrachée juste avant. De toute manière, si ça avait été de ton fait, la bombe se serait activée tout de suite, sans que le robot ne décide avant de t'attaquer.

Aussi, tu assumes totalement que c'est une bombe. Bien qu'elle en ait toutes les caractéristiques à première vue, il valait mieux cette fois agir prudemment, mais agir vite. Si c'était vraiment une bombe, et tous les indices convergeaient dans cette direction, il n'y avait pour l'instant aucun indice de la force présumée de l'explosion. Si elle n'était vouée qu'à détruire le bâtiment, ou alors tout le quartier. Évacuer les civils maintenant était la meilleure solution, mais sur quel périmètre ? Est-ce que déclencher un mouvement de foule et de panique maintenant était la chose à faire ? En auriez-vous seulement le temps...? Tu as déjà affronté une bombe, dans tes jeunes jours de héros, au près de ton ancien partenaire, mais de là à dire que tu saurais gérer ça pour la désamorcer.

« T'as un plan Sherlock ? », demandes-tu le plus posément du monde à ton ami le professionnel.

ft. Meal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 1 Mai - 5:01

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Lé dysléxiks







Bon… Le robot est désactivé, je regarde la carcasse figé au sol. Au moins, ça avait l’air de l’avoir calmé.

J’avais à peu près réussi mon coup, par contre, la situation n’était pas vraiment adapté pour une rencontre tuteur/élève. Tant pis, il y avait plus important, et si j’ai été blessant, il faudra s’y habitué, la vraie vie est bien différente d’un comic ou de l’apprentissage théorique. Et il fallait bien faire comprendre ça aux futurs Jokers. Donc si elle n’avait pas compris la raison de cette réprimande, c’est qu’il y allait avoir un paquet de boulot.

Un soupir… Si j’avais précisé que je ne voulais pas particulièrement de partenaire au centre, c’était pas pour avoir un gamin ingérable sur les bras… Même si c’est une étape nécessaire pour un Joker. Bon, allons observer ce robot pour récupérer des infos sur son origine.

Tout à coup, une douleur se fait ressentir au bas du dos… Qu’est ce qui a bien pu me toucher sous cette forme ? Je pose ma main sur la zone concernée en me retournant, un air surpris et méfiant.





Mitsue.
Encore une fois.
Je vais commencer à désespérer face à la connerie à laquelle je fais face, je me redresse directement en prenant clairement un air énervé. Cette fois, elle dépassait les bornes.

Elle commençait même à s’énerver verbalement.

"Mais va bien te faire foutre ! Pour qui tu te prends là ? Tout ça parce que monsieur est un Joker reconnu par l'état, ça y est, il peut se permettre de prendre les apprentis pour de la merde ? Je te signale que ton taf, monsieur StormChaser, c'est de m'apprendre comment être un bon héros, pas me faire récurer tes chiottes pendant que tu t'éclates dehors ! Et que je suis encore debout et opérationnelle ! Et puis quoi, monsieur est si parfait, si fabulous, qu'il peut se vanter de ne jamais avoir fait une petite erreur pendant une intervention ? C'est ça ? Oh ! Mais dans ce cas je m'incline et je ferme ma pauvre gueule !"

Bon, il fallait clairement que j’ai une discussion avec cette idiote. Parce que vouloir faire l’intéressante en montrant qu’elle est forte, malgré le danger, c’est une erreur de première impression. C’est pardonnable du moment que la leçon est retenue, mais quand même après la leçon, on continue d’en faire qu’à sa tête parce qu’on a l’impression de se faire rejeter alors que BORDEL DE MERDE.

T’es inutile. Ton pouvoir est inactif sauf si tu touches un autre doté. Donc je suis le seul doté, si tu me touches, tu te prends une sale décharge, ET, quand bien même tu me touches, il faudrait que tu arrives à gérer l’afflux d’énergie qui va se déverser le long de ton corps. Et pour avoir pratiquement perdu ma mère à cause de ça, JE SAIS QUE PUTAIN, c’est pas possible à contrôler au premier essai. Je ne compte donc pas prendre le risque de te donner mon pouvoir, pour que tu deviennes encore plus dangereuse que le robot. Je compte pas te laisser te mettre en danger ici alors que la seule arme que tu as, c’est ton parapluie. Si tu n’es pas capable de comprendre que tu es plus utile pour moi en dehors du bâtiment, c’est que tu es mille fois plus conne que ce que je pensais.

Je bouillonnais tellement que je n’arrivais pas à répondre. Clairement, le débrief une fois la situation géré ici allait être sportif. Elle n’allait clairement pas s’en sortir comme ça. Si elle était en classe Alpha, je commençais clairement à douter du niveau de cette école. Comment une élève de la meilleure classe peut volontairement s’en prendre à un Joker sous le coup de la colère et de la revanche ? Dans quel monde on laisse une élève qui réagit aussi mal s’approcher du rang de Joker ?

J’ai pris une grande inspiration. On redescend. La situation n’avancera pas comme ça. Alors autant recommencer, en expliquant calmement cette fois.

"Bon… Du coup…"

Tu commençais un monologue dans le vide, Maelann… Elle avait tourné la tête vers le robot qui émettait un bip qui me fit direct frissonner… Le mauvais feeling.
Je m’avançais en même temps que l’élève vers le robot. En espérant du plus profond de mon être que ce n’était pas ce que je pensais, même si je ne voyais que très peu d’autres possibilités.

"Une bombe. C'est une bombe. T'as déclenché une putain de bombe."

Je me décomposais… Merde merde merde. Manquait plus que ça. Le timer s’écoulait petit à petit, les chiffres défilant au niveau de sa nuque… Nuque ? Pas le temps d’y penser, on avait une minute et demi pour réagir et évacuer les alentours, et essayer d’éviter que le bâtiment s’effondre.

"T'as un plan Sherlock ?"

Je me tourne avec beaucoup de pression vers elle, elle avait dit ça comme si de rien était. Comme si le danger n’était pas présent. Vraiment incroyable de devoir subir une idiote notoire comme nouvelle partenaire. Sérieusement. J’hésitais entre lui foutre une claque et lui faire comprendre qu’il faut pas qu’elle pousse avec une décharge assez puissante pour l’assommer pendant la prochaine heure. Mais ça finirait très vite par me retomber dessus. Il faut donc que je gère la situation de crise, plus l’incompétence de l’élève qui s’efforçait de me mettre des bâtons dans les roues au lieu de m’aider.

Calme calme calme.

En y repensant, je cours vers la tête du robot pour l’observer, si il y a un câble ou un branchement qui pourrait expliqué la bombe, parce qu’une bombe au niveau de la nuque, c’est assez improbable. Surtout que si la tête a été arraché, la bombe aurait déjà dû exploser en toute logique, et en approchant la tête de la nuque, j’ai compris. Il y avait un câble qui connectait la tête à la bombe, tant que le câble était connecté, la bombe n’était censé s’activer. Mais elle ne s’est pas activé directement… Pourquoi ? Parce que le courant traversait encore la bombe peu après que la tête soit tombé, plus mon arc électrique, il a fallu attendre un peu avant que la bombe capte qu’elle n’était plus connectée à la tête.

En tout cas, la bombe n’était pas de mon fait. J’avais même ralenti son activation… Et j’avais également désactivé le robot, parce qu’une bombe mobile, c’est bien plus destructeur. Quoiqu’il en soit, encore une erreur à foutre sur le compte de l’élève. Et elle était toujours là, avec son air condescendant.
BON, malgré tout, pas de temps à perdre. Il faut évacuer la zone pendant que je cherche un moyen d’évacuer la bombe ailleurs.

"Élémentaire mon cher Watson, tu vas écouter gentiment ce que je t’ai dit précédemment hein, et tu vas sortir vite du bâtiment pour aider les policiers à évacuer la zone, ok. Je vais chercher un moyen d’évacuer la bombe par les airs, ou en tout cas, de contenir son explosion à l’entrepôt."

Je commençais à chercher un moyen de transporter le robot sous ma forme électrique qui est me permet de déployer bien plus de force, mais qui m’empêche de porter directement le robot. Puis je vois que Mitsue est encore là à traîner.

"T’es encore là ? Je te demande de te rendre utile là, si tu veux prouver ta valeur, c’est le moment."

Je continuais à chercher dans l’entrepôt, il me fallait quelque chose d’isolant dans lequel je pourrais peut-être transporter la machine. J’avais fouillé l’endroit déjà… Je pouvais trouver facilement quelque chose… Mon regard venait de se poser sur une bâche de chantier… Et bien voilà notre objet isolant qui allait tenir le robot. Ces bâches étaient faites pour supporte de lourdes charges, ça tombait bien.

J’en prenais une et je me dirigeais vers le robot pour commencer à l’enrouler dedans. Le temps était assez critique, et il était très peu probable que je réussisse à sécuriser entièrement la zone. Mais je devais essayer. Pour protéger les citoyens aux alentours, je n'avais pas vraiment le droit à l'erreur.


Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 1 Mai - 17:15

How I met your... Nah, nevermind.

Tu t'énerves (violemment). Il s'énerve (plus calmement). Vous vous énervez mais ne faites pas avancer l'histoire. Il faut se reconcentrer, se repositionner. Il a raison, ce n'est pas comme ça que tu deviendras une grande Légende, Mitsue. Ce n'est sûrement même pas comme ça que tu arriveras à te faire connaître. Et c'est probablement aussi parce qu'il avait raison sur ce point que tu t'es enflammée aussi vite. Ah ! Avouer tes tords, ce n'était pas dans tes habitudes. Tu as peut-être un sale caractère sur les bords, mais tu n'en restes pas moins pleine de bonne volonté.

Se reconcentrer, se repositionner, se recentrer. Vous n'avez qu'un but tous les deux pour l'instant, et c'est de faire en sorte que l'explosion du robot (si explosion il y a) fasse le moins de dégâts physiques et matériels autour de vous. Si vous pouviez en plus maintenir debout l'entrepôt dans le but de trouver pourquoi sa destruction semblait une priorité, ce serait parfait. Le Joker semble s'être calmé aussi et ne réagit pas à ton coup de sang. Et c'est pour le mieux, car tu aurais été capable de remonter sur tes grands chevaux tout aussi vite.

« Élémentaire mon cher Watson, tu vas écouter gentiment ce que je t’ai dit précédemment hein, et tu vas sortir vite du bâtiment pour aider les policiers à évacuer la zone, ok. Je vais chercher un moyen d’évacuer la bombe par les airs, ou en tout cas, de contenir son explosion à l’entrepôt. »

Allez ma grande. Pour l'instant, il n'est pas ton ami, il n'est pas ton partenaire, il n'est qu'un inconnu qui a plus d'expériences et de notoriété que toi, et c'est normal qu'il te donne des ordres. Ravale donc cette fierté qui est la tienne, pour ton bien et le bien d'autrui. C'est mieux comme ça. Laisse le gérer la bombe, puisque lui le peut, et va mettre les habitants en sécurité. C'était aussi ça, le devoir d'un héros. Sans être forcément au premier plan, sans être forcément dans la bataille, c'est pour protéger les gens qu'ils ont vu le jour.

Ton corps se tourne vers la sortie, mais se bloque une fois de plus avant d'avoir fait le moindre pas. Tes doigts se serrent autour du manche de ton parapluie et ton visage s'obscurcit.

00:53

Les secondes s'égrainent et sont précieuses. Mais entre nous, qu'est ce que tu pourrais bien faire en aussi peu de temps. A peine évacuer les rues entourant le bâtiment. Ce serait au moins ça de fait. Mais si l'explosion est vouée à souffler plusieurs pâtés de maison, ça n'aura servi à rien. De dizaines de personnes mourront, et toi avec.

00:52

Il faudrait que Meal réussisse sans faute à éloigner le robot. Et quand bien même ? L'envoyer voltiger dans les airs n'était-elle pas la pire idée à avoir ? Les déchets de métal retombant en pluie sur la ville pourrait blesser tout autant de gens que tu n'aurais pas forcément eu le temps de prévenir.

00:51

Il ne faut pas le laisser sauter.

« T’es encore là ? Je te demande de te rendre utile là, si tu veux prouver ta valeur, c’est le moment. »

Mais au moment où il parle, tu ne l'entends déjà plus. Le premier son qu'il a prononcé avait agit comme une décharge sur toi, tu rejoins les agents a l'extérieur du bâtiment. Le plus clairement possible, tu expliques la situation et leur demande de vider au plus vide les rues aux alentours, sur le plus grand périmètre possible. A pied et sans aucun moyen pour te déplacer rapidement, tu ne peux te contenter que laisser faire ceux qui pouvaient être efficace. Et bien que cette idée te débecte au possible, c'était la meilleure solution pour l'instant.

00:45

Mais tu ne resteras pas la les bras ballants à attendre que le temps passe, pas vrai ? Y retourner et risquer ta vie ou fuir pour sauver ta peau ? Lui donner toute l'aide dont il pourrait avoir besoin où n'être qu'un poids ? Apprendre et savoir travailler en équipe était aussi un prérequis pour être un bon héros, mais tu étais inutile sur ce terrain. Pétrifiée, tu hésites.

« Si c'est une bombe, alors je peux vous aider. »

00:42


Dans l'enceinte de l'entrepôt, il est entrain d'emballer grossièrement le cadavre de la machine dans un grosse toile de chantier. Il ne t'a pas encore remarqué, et tu sais qu'il te rejettera sûrement quand il te verra arriver. Oh. Tu risques de t'en prendre plein la tête si vous survivez tous les deux à ça. Et tu en viens même à souhaiter de te faire engueuler. Résolue, tu t'avances alors d'un pas déterminer vers lui.

Visualise une bulle. Une bulle de savon. Si la bulle éclate, tout le monde meurt. Si la bulle n'est pas assez grosse, tout le monde meurt. Si la bulle n'est pas assez solide, tout le monde meurt. Tu te répètes ça en boucle, encore et encore.

Tu t'approches de lui et l'empêche de continuer son papier cadeau bancal. Tu vires le tissu pour regarder le conteur. 16 secondes. C'est peu. C'est risqué. C'est incertain. Et étrangement, cette sensation de potentielle mort imminente étire tes lèvres dans un sourire excité. Il n'a pas le temps de siffler le moindre mot que tu répliques d'une voix forte et calme.

« Fais moi confiance. »

Oui. Tu es une sale gamine insolente, vulgaire, agressive, ignorante sur certains points et tu agis beaucoup trop sur un coup de tête. Mais tu n'as pas passé quatre ans à jouer l'héroïne pour plaisanter, et tu n'es pas dans la meilleure classe de la Heroes' Sup pour rien non plus. Et c'est le regard perçant que tu lui portes à travers ton masque qui lui fait passer le message plus que les mots.

Visualise une bulle, avait dit le policier à ce moment là. Une bulle de savon. 12 précieuses secondes pour s'habituer au pouvoir. Si la bulle éclate, tout le monde meurt. 10 précieuses secondes pour les premiers essais. Si la bulle n'est pas assez grosse, tout le monde meurt. 4 précieuses secondes pour rejoindre StromChaser. Si la bulle n'est pas assez solide, tout le monde meurt.

Tu te concentres au mieux et force de l'énergie entre tes doigts. Une sphère à peine plus grosse d'un ballon de basket se forme. Tu profites de ce court temps pour regarder au travers de la gorge ouverte de la machine si tu ne repères pas le mécanisme de la bombe. Tu pries intérieurement pour que ce ne soit pas la machine toute entière qui serve de bombe. Tu paniques. La bulle éclate. Tu recommences, et les explosifs croisent la route de ton regard. Ils sont juste sous la nuque, un peu plus enfoncer dans le corps du robot. Tu t'excites. La bulle éclate.

Si tu n'es pas concentré, tout le monde meurt.

Oui, tu aurais pu demander à ce policier d'y aller à ta place, de créer un champ de force plus grand et plus efficace qui aurait pu sauver tout le monde, et toi de ne retirer comme seul mérite dans cette aventure le fait d'avoir été une gène. Mais il a refusé avant même que tu ne lui propose.

« Je n'ai pas les épaules pour ça, je paniquerai pour sûr. C'est pour ça que je suis un agent de la paix, et vous des héros. »

00:08

La bulle prend forme et entoure au mieux la source de l'explosion. Si on arrive à contenir ça, on peut dire qu'on aura éviter le pire, tout en maintenant la bâtiment sur pied et sans tuer personne. Sinon... Non, n'imaginons pas de sinon. A peine concentrer sur Mealann, tu ne saurais pas dire s'il est resté là ou s'il a fuit, exaspéré et ne souhaitant que la mort pour t'achever. Le « bip » du décompte s'affole et rentre dans les dernières secondes de son existence. Étonnement, tu réussis à garder la tête froide au mieux, ta vie et celle de tout un tas de gens étant en jeu, après tout.

Tu souris.

C'est pour ça que je suis un héros, pas vrai ?

00:03
00:02
00:01


Quand tu ouvres les yeux, qui sait ô combien de temps après, des éclats métalliques gisent un peu partout sur le sol, mais les murs de l'entrepôt sont toujours debout. Ton corps a été soufflé contre un mur et dort au milieu des restes du robot.

L'explosion a eu lieu, mais a été contenue.

ft. Meal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 1 Mai - 19:21



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■

Les murs de l'entrepôt sont toujours debout. Un peu de poussière s'est détachée sur plafond, une ou deux étagères qui ont basculé et ces quelques morceaux du mur fragilisé par le robot.

D'ailleurs avoir détruit le robot est une chose, mais découvrir son but avant de le transformer en ferraille bonne pour la casse aurait été mieux. Ou pouvait-il bien se rendre ? Les entrepôts sont contigus à la grande usine peut-être serait-il bon d'aller y faire un tour pour vérifier que rien d'anormal ne s'y passe, non ?


_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Mar 16 Mai - 4:50

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Lé dysléxiks







Le tic-tac répétitif semblait se ralentir dans ma tête, devenant plus lourd et pesant.

Chaque seconde se marquait d'un gong violent qui résonnait, faisait trembler chaque particule qui composait mon corps... L'erreur m'était impossible ici, et même si cela semblait impossible, je devais le faire, pour protéger les citoyens.

La toile s'enroulait difficilement autour du robot. En même, temps, ce tas de ferraille pesait un sacré poids, et que pour le faire rouler sur cette grande bâche, j'avais besoin d'utiliser ma force pure et non mon pouvoir, qui m'empêche d’interagir de façon classique avec les objets conducteurs comme la machine.
Donc clairement, le poids de la machine se faisait ressentir.

Une fois ça fait, je suis allé chercher un corde pour finir de l'enrouler. Je regardais d'un oeil vif pour voir si Mitsue était encore dans le hangar, avec ce que j'avais vu plus tôt, je m'attendais à un peu plus de dissidence de sa part, mais à mon grand bonheur, elle avait compris que c'était dangereux pour elle de rester ici sans pouvoir.
Au détour d'une rangée, j'ai chopé une corde pour retourner au robot.
Il devait me rester 40 secondes, ça serait suffisant pour monter le robot assez haut dans le ciel, avec la vitesse de mon pouvoir, ça devrait être suffisant.
J'arrive devant le robot, je commence à préparer un nœud assez solide pour tenir la charge.

La tension montait de façon colossale, je sentais mon corps vibrer, le stress se manifestant par une agitation des électrons gravitant à présent autour de mon noyau. Ceci se manifestait par de petits arcs électriques émanant de mon corps. Il n'était clairement pas trop tard.

Pas trop tard pour sauver tout le monde, il ne me restait plus qu'à expédier le bout de métal dans le ciel. J'allais finir le nœud quand d'un coup, j'ai vu la bâche s'échappait du robot, comme animer par une autre force.
Tout est perdu. Je n'aurais clairement pas le temps de recommencer... Je tourne l'oeil vers la couverture pour voir la raison.

Inconsciemment, ma main s'était chargée d'électricité, à la vue de Mitsue en train de tirer la bâche, cette fois elle avait atteint le sommet de la connerie. Je lui avait clairement dit de rester dehors pour évacuer les gens et pour éviter de se mettre en danger.

MAIS NON, CETTE CONNE A DU REVENIR, POUR COMPROMETTRE MON PLAN. PUTAIN J'Y CROIS PAS.
Je n'arrivais même plus à savoir si elle était de mon côté ou non. C'était juste incompréhensible.
Ma main se dirigeait d'elle-même, dans un élan de rage vers elle pour l'assommer et l'évacuer, de toute façon, il ne restait plus que ça à faire en 15 secondes.

"Fais moi confiance."

Je m'étais stoppé. Net. Les éclairs autour de ma main avaient disparus, je venais de retrouver mes esprits... Je regardais ses mains, elles semblaient trembler, une sorte de boule transparente apparaissant au milieu de ces dernières.
Elle avait assimilé un pouvoir ? Où est-ce qu'elle avait bien pu le trouver ? Peu importe... Si elle s'occupait de la bombe, je devais faire en sorte d'éloigner les gens autour qui pouvaient encore traîner trop proche du bâtiment, avec ma vitesse, 500 mètres par seconde, je pouvais clairement éloigner les quelques personnes qui essayait de fourrer leur nez trop proche de la potentielle explosion.

Elle voulait que je lui fasse confiance ? Après tout ce qu'elle a fait, c'était pas facile, aussi, je me réservais deux secondes pour la sortir de là si elle n'arrivait pas à contenir le robot. J'allais clairement pas la laisser au milieu de se foutoir pendant que moi je peux résister à l'explosion.

C'était assez impressionnant de voir quelques personnes assez têtus pour s'approcher malgré les forces de police présentes sur le lieu. Assez déstabilisant de voir autant de gens n'avoir que très peu d'intérêt pour leur sécurité. M'enfin, quoiqu'il en soit, très rapidement, je les ai fait rejoindre la police qui avait éloigné tout le monde. C'était au moins ça.

Il ne restait que Mitsue maintenant, je suis retourné dans le hangar au maximum de ma vitesse, il devait me rester quatre secondes pour la sortir de là. Je ne pouvais pas lui faire confiance, clairement pas. C'est une élève, elle n'est pas totalement apte à gérer une situation de stress comme ça, pas encore en tout cas. C'est pour ça que je suis censé être là.
Il me restait deux secondes, j'étais à côté d'elle à présent, je lui ai attrapé le bras et j'ai commencé à partir.

Mais... Apparemment, j'avais mal fait le décompte.
Un grand bruit assourdissant, un grand flash. Et puis j'ai été sonné. J'avais perdu toutes notion de repère, mon corps tremblait de façon bizarre, sans que je comprenne pourquoi.

Ce qui était sûr, c'est que je ne tenais plus le bras de Mitsue.
Mes oreilles sifflaient, ma vue était troublée et je ne savais pas où je me situais. Mais vu le choc au niveau du dos, je pouvais clairement déduire que je n'étais pas mort, et que j'avais juste été propulsé par l'explosion. J'ai secoué la tête et je me suis concentré pour essayer de voir l'état de l'endroit, et pour chercher Alice du regard. Il m'a bien fallu quelques instants pour récupérer l'intégralité de ma vue. Et pour voir la jeune fille un peu plus loin, au milieu des débris. Je me suis relevé assez difficilement, voyant que la structure avait tenu... Elle avait donc réussi ? Pas entièrement, je dirais.

Et avec la douleur dans mon bras, qui résultait d'un débris de bois qui s'était enfoncé là durant l'explosion, je ne pouvais que le confirmer, sa réussite n'était que partielle.
J'ai retiré le pieu de mon bras droit dans un léger râle de douleur.

"Bordel..."

Un objet isolant hein, forcément. La douleur allait être présente pendant un petit moment en tout cas, même si mon enveloppe électrique s'était déjà reformé suite à l'extraction du morceau de bois.
Je me suis dirigé très rapidement vers les débris du robot, où se trouvait notre élève, il fallait que je vérifie qu'elle aille bien.

Une fois devant elle, j'ai vu qu'elle respirait aussi, elle avait été sonné, tout comme moi. Par contre, elle n'avait pas l'air blessée.

"Hey... Tout va bien ? Rien de cassé ?"

J'ai voulu lui tendre la main pour l'aider à se relever, puis je me suis rappelé de son pouvoir... Alors je me suis résigné, si elle copie mon pouvoir, je libère une autre bombe. Il ne faut pas qu'elle copie mon pouvoir. En aucun cas.

D'ailleurs, le moment n'est peut-être pas approprié, mais vu qu'apparemment, on va devoir travailler ensemble pendant un moment, il va être nécessaire d'en apprendre plus l'un sur l'autre, et donc, de faire une discussion et une présentation... Histoire de savoir à quoi s'attendre de notre coopération.
Je me suis assis à côté, en regardant le ciel à travers le trou qu'avait laissé le robot.

"Quel chance quand même d'avoir pu copier un pouvoir qui allait être utile dans cette situation... C'était tellement improbable"

Puis je me suis frotté la tête, avant de reprendre.

"Un petit débrief, ça te tente ? Avant de reprendre."


Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 22 Mai - 23:36

How I met your... Nah, nevermind.

Ça fait mal...

La joue reposant contre le sol froid de l’entrepôt, tu entrevois des images floues. Une sorte de flash-back. Une scène en particulier – le regard fou qu'il t'avait porté en tendant une main chargée d'électricité vers toi. Sur le coup, dans l'excitation, dans le stress, c'était à peine si tu l'avais remarqué. Trop concentrée à essayer d'assurer la survie de tout un tas de personne. Mais maintenant que l'adrénaline est redescendue, maintenant que tu peux réfléchir à tête reposée, cette image s'est imposée dans ton esprit. Et tu songes à quelle point tu as eu de la chance qu'il se calme à temps.

De la chance. C'est le mot oui.

Ça fait mal putain...

Le souvenir se laisse doucement remplacé par le présent. Il est arrivé à ta hauteur, tendant vers toi cette fois une main amicale. Face contre le sol, tu n'as pas le temps de te redresser qu'il la retire déjà. Mais tu comprends et tu lui souris. Groggy, tu tentes de te relever comme tu le peux, mais choisis bien vite de t'asseoir, adosser contre le mur, en attendant de retrouver complètement tes esprits. Lui à l'air d'aller bien. A priori, tu es entière et encore plus ou moins d'attaque.

A priori ?

En le fixant, tu vois ses lèvres bouger, mais les sons qu'il prononce ne t’arrivent que dans un écho lointain. Tu soupires en pouffant doucement. Un sifflement persistant et puissant te vrille affreusement les tympans et recouvre tout. Un contre-coup de la proximité avec l'explosion sûrement, on voit ça des fois dans les films. C'est bien la première fois que tu vis une telle expérience, mais sentant le sifflement s'adoucir peu à peu, tu ne paniques pas outre mesure. Dans quelques minutes tout au plus, ça devrait aller mieux...

A priori.

« Attends pause. Je crois que mon ouïe est encore endormie. », ris-tu.

En te concentrant un peu, tu arrives à comprendre son intention de débriefer un peu sur la situation. Tu sembles prier intérieurement pour qu'il ne te blâme pas trop pour... Toutes les conneries que tu aurais pu faire dans ce si court laps de temps. Ton regard scrute lentement les alentours. Un sacré capharnaüm de débris face à eux, la tête entière du robot qui a roulé un peu plus loin. Du coin de l'oeil, tu vois aussi la tâche de sang sur l'avant-bras de Meal.

« Débriefing. La principale menace a été éliminée, et le bâtiment semble sauf, donc on peut dire que c'est une réussite. »

A priori...

« On est un peu des bras cassés nan ? », te moques-tu à ce moment là.

Des bras cassés. C'était le mot. Les longues manches de ton kimono te permettent alors de le cacher (et tu n'oserais pour l'instant pas regarder), mais un mal affreux traverse tes mains. Tu arrives encore à bouger les doigts, au prix d'une délicieuse douleur. Et il ne t'en faut pas plus pour comprendre. Si le bouclier que tu avais formé avait réussi à contenir le plus gros de l'explosion, la deuxième vague était passé au travers de la bulle, et les flammes allant avec s'étaient fait un plaisir de te faire cuir avant de t'envoyer valser contre un mur. Ton kimono étant prévu pour te défendre un minimum avait résisté, mais tes gants signalés absents à cet instant n'avaient pas pu remplir leur rôle.

Ça fait putain de putain de mal...

Tu lui souris et te lèves enfin quand le sifflement disparaît et que l'équilibre te revient. Tu prends une décision idiote, mais à moitié réfléchie. Ça fait mal, mais tu peux encore bouger, et la petite sphère qui se forme dans ta main te confirme que tu peux encore utiliser le champ de force. Ça fait mal, mais tu es encore d'attaque. Sûrement que s'il savait, il t'enverrait te faire soigner et t'éloignerait. Oh. C'était la meilleure solution. Tu pourrais toujours revenir plus tard, au moins après des premiers soins.

Mais une force tort ton cœur. A la moindre blessure, au moindre coup, au moindre choc, tu perds contre la douleur, t’effondre comme un faible château de carte et prouve d'autant plus ton inutilité. La dernière fois que s'est arrivé, c'est un être cher que tu as perdu. Tes mains bougent. Elles bougent. Elles sont là, brûlées, mais entières. Tu es là, debout, alors tu peux continuer à te battre.

Fière sur tes deux jambes, prête à ne pas te laisser vaincre cette fois par les événements, tu te diriges vers la tête du robot. Tu profites d'être à ce moment dos au Joker pour enfiler discrètement les gants que tu avais enlever pour copier ton nouveau pouvoir plutôt. Tu ramasses la tête et la tend vers ton tuteur. Tu vas lui montrer. Tu vas lui montrer que tu es digne de te tenir à ses côtés. Au côté d'un héros. En tant qu'égal.

« Tu crois qu'on peut en retirer quelque chose ? La donner à la police pourrait être risqué non ? Ça pourrait aussi exploser. »

Première étape. Montrer que tu n'es pas qu'une enfant stupide qui agit sur des coups de sang, que tu peux aussi réfléchir des fois, et que t'en remettre à une personne supposée supérieure n'était pas en dehors de tes capacités.

Espérons juste que rien ne tourne mal...

ft. Baka Mealu-senpai kya~


Dernière édition par Mitsue Y. Tsukito le Ven 14 Juil - 14:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 29 Mai - 3:18

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Le duo Lidl







En attendant une réponse, je regardais la pièce. Une grande partie du matériel avait été soufflé par l'explosion, et l'autre était en miettes un peu partout dans le hangar. Il ne restait que la tête du robot, qui semblait relativement intacte. Enfin, l'explosion avait été contenu avec beaucoup de mal, et même si je pense que l'action était idiote de la part de Mitsue, sa réaction impulsive a quand même sauvé les gens, dehors, ainsi que le bâtiment.

Enfin, on peut dire qu'elle a bien rattrapé ses erreurs, cette bombe n'aurait pas dû se déclencher de base, et si j'avais été seul sur le coup, elle ne se serait probablement jamais déclenchée. A vouloir chercher la reconnaissance, elle nous a tous mis en danger, et même si elle vient de prouver qu'elle peut faire preuve de sérieux et qu'elle est capable de se mobiliser pour trouver une solution, même dans les plus improbables. Ce genre d'erreur ne doit pas se reproduire, elle se met en danger inutilement, et elle risque de mettre en danger la vie d'autres personnes sans s'en rendre compte, c'est encore une débutante.
Enfin bon, j'avais beau réfléchir, je ne savais pas trop comment je pouvais l'aider à s'améliorer, et quelles leçons je pouvais bien lui faire passer dans nos missions, surtout si elle se braque à chaque conseil ou ordre que je lui donne.

Oui, je pense que le débriefing ne pourra pas faire de mal.

Je me retourne vers elle pour voir si elle s'est redressée ou non. Et en effet, elle est maintenant contre le mur.

"Attends pause. Je crois que mon ouïe encore endormie."

Bon, au moins elle est encore capable de parler, c'est déjà pas mal. Comment je vais expliquer ça moi au centre ? Aïe aïe aïe, je vais me prendre des remarques. Enfin bon, c'est pas comme si je les avais prévenu que je préférai travailler en solo. Et qu'en plus, je pouvais pas prévoir l'instabilité de l'élève qu'ils m'ont attribué. Bon, c'est pas forcément le moment de penser à ce genre de choses. On a encore du pain sur le planche, enfin. J'ai encore du pain sur la planche.

"Débriefing. La principale menace a été éliminée, et le bâtiment semble sauf, donc on peut dire que c'est une réussite."

Et bien... C'était rapide comme débriefing... Pas vraiment ce que j'attendais, parce que mettre en avant des évidences, je pouvais faire ce travail tout seul... J'ai soupiré, j'allais répondre que ce n'était pas vraiment là où je voulais en venir, mais je n'ai pas eu le temps. J'ai été coupé dans mon élan.

"On est un peu des bras cassés nan ?"

On ? Je me suis retenu de réagir, pour éviter d'en rajouter une couche, mais bon. Pour l'instant on est pas une équipe, et pour conclure, je pense pas trop avoir participé au bordel qu'il y a dans ce bâtiment.
En plus, j'avais grandement l'impression qu'elle évitait le sujet crucial, la discussion sur le comment du pourquoi on en est arrivé là, et le petit sermon qui va bien, puisque apparemment, je suis là pour ça. Et que vu que je risquais d'être tenu pour responsable des dommages occasionnés ici, il fallait vraiment que je lui fasse comprendre de ne pas faire n'importe quoi pour faire n'importe quoi. Et que le cirque qu'elle a fait au début a sûrement déclenché la suite du bordel...

Enfin bon, faisons abstraction de la remarque et revenons au sujet, le débriefing. Encore une fois, j'allais prendre la parole, mais elle s'est levée, me coupant à nouveau dans mon élan. Elle avait l'air bien plus amochée que moi quand même, il aurait été préférable de rester contre le mur un petit moment. Après tout, elle vient d'encaisser une explosion.

Je ne lui ai pas fait remarquer, car mon oeil s'est focalisé sur un détail, quelque chose qui a tiqué, quand elle a essayé de créer une nouvelle orbe entre ses mains.
Déjà, elle avait toujours la possibilité d'utiliser le don qu'elle avait copié, pour combien de temps, je savais pas trop. Mais en tout cas, elle était pas totalement prise au dépourvu. Mais, et c'est plus important, vu l'état de ses mains, générer un bouclier devait être une torture.
Je suppose qu'elle n'a pas contenu la totalité de l'explosion, ce qui explique les débris de bois, le grand souffle et le désordre général. Et bien entendu, la vague est passée par ses mains qui étaient à proximité, et totalement vulnérables...
Bon. Vu la situation, des soins étaient totalement nécessaires pour elle. Forcément, elle avait bien plus morflé que moi, et c'est pour ça que son acte était idiot. Elle s'est mise encore une fois en danger inutilement.

Elle est ensuite allée chercher la tête du robot pour me la présenter, assez fière d'elle.

"Tu crois qu'on peut en retirer quelque chose ? La donner à la police pourrait être risqué non ? Ça pourrait aussi exploser."

J'ai regardé la tête du robot en poussant un soupir... Si cette partie du robot devait aussi exploser, elle l'aurait fait depuis longtemps. Surtout après l'explosion du reste du corps, c'est déjà assez invraisemblable que la tête ne soit pas amochée. Enfin bon... Il suffisait de réfléchir, si la tête était explosive, elle aurait explosé au moment où elle a été séparée du corps, ou alors au moment de l'explosion, où elle a volé à l'autre bout du hangar.

Je me suis relevé à mon tour. Puis j'ai réfléchi sérieusement à comment j'allais exprimer tout ce que j'avais à dire, de façon concrète et non violente.

C'est ce genre d'activité qui provoque un court-circuit dans ma tête, je n'ai pas l'habitude de ce genre d'activité sociale.
J'ai déjà récupéré la tête du robot, pour faire passer un léger courant dedans, la tête du robot a réagi en se réactivant. Même sans son corps, son but semblait le même, revenir au même mur pour taper dessus jusqu'à ce qu'il tombe. Mais... Dans cette incapacité à atteindre son but, il n'a activé aucun autre système de défense. J'avais à présent la certitude que la tête n'était pas explosive. Je l'ai donc posé au sol, laissant le reste d'électricité circuler dans le bout de métal qui s'est aussitôt éteint, retournant à l'état de tête morte.

"Elle n'est pas explosive. On peut la donner à la police."

J'ai ensuite fixé Mitsue dans les yeux, avec un air assez neutre, avant de reprendre.

"Bien, par contre, le débriefing. Comme tu t'en doutes sûrement, ce n'est pas vraiment ce que j'attendais. Vu que tu as apparemment retrouvé pleinement ton ouïe, on va pouvoir discuter, et mettre les choses bien au clair, comme il faut, vu qu'apparemment, on est voué à travailler ensemble pendant un moment."

Une pause, je regardais aux alentours, qu'aucun journaliste, qu'aucun témoin ne puisse être là pour écouter notre conversation.

"Tu connais déjà mon identité apparemment, mais voilà une présentation reste quand même pas mal. Je suis le StormChaser, mon pouvoir ne se résume pas juste à créer de l'électricité, il est bien plus vaste et complexe. Je suis un Joker, ce qui signifie qui si on doit travailler ensemble, il va falloir établir et se tenir à des règles simples. Je profite de ce moment de répit, pour qu'on se mette d'accord là-dessus."

Une autre pause, il me fallait un peu de temps pour mettre en ordre les règles qui allaient être importantes ici. Quelques courts instants où j'en ai profité pour bien réfléchir à comment aborder la chose.

"Premièrement, et ceci semble logique, si je te dis de faire quelque chose, tu le fais, et ce même si ça ne te plaît pas. Je peux comprendre ton envie de te mettre en avant, de prouver ton utilité. Mais je reste plus expérimenté, donc, si je te dis de me laisser gérer, tu me laisses gérer, c'est simplement que je considère que tu risques de te mettre en danger inutilement. Deuxièmement, n'essaie jamais, j'insiste vraiment là-dessus, de copier mon pouvoir. Troisièmement, et dernièrement je pense, si tu penses avoir une solution de dernier recours, qui peut nous sortir d'une situation désespérée, et qui peut permettre de sauver la vie de beaucoup de personnes, en te mettant en danger, tu as le droit d'outrepasser la première règle. Mais si tu le fais, estime bien les risques."

Bien entendu, je pensais à ce qui s'était passé plus tôt. Même si je suis convaincu qu'avec ma vitesse, j'aurais eu assez de temps pour éloigner le robot des citoyens et d'éviter que Mitsue soit blessée, elle avait réagi de son côté et même si c'était dangereux, ça nous avait bien sauvé.

Aucune autre règle ne me venait en tête à ce moment... On pourrait toujours en rediscuter une fois dans une situation plus calme et plus adaptée, mais il fallait au moins se mettre d'accord là-dessus maintenant, pour la suite... Savoir d'où le robot venait.

"Bien, je pense que c'est à peu près tout pour moi. Bien sûr, comme je ne suis pas tout seul, à ton tour de faire des suggestions. Je pense que c'est nécessaire pour qu'on évite de se gêner et d'être désorganisé, étant donné qu'on a pas trop eu le temps de le faire avant."


Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 324

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Ven 21 Juil - 23:09

How I met your... Nah, nevermind.

Il.
Parle.
Trop.

En réalité, tu n’étais pas habituée à ce genre de (bien trop pour toi) longs discours. Disons que ton ancien partenaire était plus… Etait trop occupé à dire des bétises et faire l’idiot pour s’embêter avec des “débriefings” de ce style. Tu fais mine un moment d’écouter et d’être intéressée, mais la fatigue post-adrénaline couplée à la douleur tiraillant tes mains te prend déjà beaucoup de ressources. Ceci dit, alors que tu voyais plus en cet homme une sorte de héros stoïque trop à cheval sur les réglements, le monologue qu’il t’avait sortit n’avait fait que confirmer ta première impression.

Règle n°1.
Règle n°2.
Règle n°3.

Oui grand chef.
Bon, entre nous, tu te la joues un peu là, mais en vérité tu ne peux t’empêcher de sourire à l’entente de la fameuse troisième règle. C’est comme s’il te félicitait indirectement d’avoir trouvé rapidement une solution (merci, Deus Ex Machina) malgré les conneries que tu avais pu faire avant, et comme s’il te donnait sa confiance pour les prochains éventuels problèmes. Dans ta tête à ce moment là, il passe de Monsieur-Mealann-Le-Joker-Pète-Cul à Monsieur-Mealann-Le-Joker-Pète-Cul-Mais-Sympa-Quand-Même-A-Priori. On dira ce qu’on veut, mais c’est une sacré promotion.

Tu continues d’écouter sagement, souriant deoucement. L’absence de réprimende et du danger de mort imminente t’apaise. Il te propose à ton tour de faire des propositions quant à la suite de cette palpitante aventure, si palpitante aventure il y a en devenir. Pur mimétisme, et profitant alors du calme que vous n’aviez pas plutôt, tu décides de te présenter à nouveau toi aussi. Tu poses ta main gantée sur ta poitrine comme pour donner un ton solennel à ce moment.

« Je m’appelle Alice… C’est mon identité secrète… Pas mon vrai prénom… Les gens ont tendance a être perturbé avec ça. Etudiante en classe Alpha, ta nouvelle “partenaire”. Je peux copier toute sorte de pouvoir, sans pour autant savoir les maitriser. J’ai besoin d’entrainement, comme tout le monde. Il me faut exactement douze secondes avant de pouvoir l’utiliser, et il disparaît généralement au bout d’une heure. Tout dépend de la puissance de base du don et de mon affinité avec. »

Ton regard pourpre se plante directement dans le sien, comme pour t’assurer qu’il enregistre à peu près les informations que tu lui donnes. Il l’a dit lui même : il est un Joker. Pour travailler en équipe avec lui correctement dès maintenant, et à l’avenir, il te semble important de partager tous ces petits détails pas forcément évident sur le fonctionnement de ton don. L’inverse n’est pas spécialement utile vu que… Règle n°2.

« Pour l’instant, j’ai emprunté le pouvoir de champ de force d’un policier. Il n’est pas très dur à utiliser en soi, mais je suis clairement incapable de protéger ne serait-ce qu’un humain comme ça. Donc considère que je suis toujours inutile, ris-tu en haussant les épaules. »

Petit point de stratégie pour lui faire comprendre que oui, tu peux avoir des coups de sang si on s’en prend un peu trop à ton égo, mais que l’auto dérision n’est pas hors de ta portée non plus. Ce n’est pas forcément complétement la vérité, mais ça ne fait pas de mal non plus de rire un peu après un tel coup de stress.

Remettre les choses à plat, à zéro, et partir du bon pied semblait la meilleure idée de toute façon pour pouvoir travaille efficacement ensemble.

Un silence plane quelques secondes. Vous vous êtes apparemment tout dit -ou l’essentiel tout du moins- alors tu reprends ta posture de grande héroïne en formation, récupère la tête du robot qu’il avait posé à terre, et prend un air fier (qui ne se voit sûrement pas sous ton masque (masque par ailleurs grandement fissuré mais ayant visiblement résisté au choc) mais qui se ressent dans ton aura, on va dire).

« Enfin ! Je pense qu’on a fait le tour. Je vais aller donner cette babiole aux flics. Et les tenir un peu au courant aussi peut-être… Je suppose qu’on va rester inspecter le batîment nan ? Histoire de voir ce que cette machine lui reprochait à ce point. »

C’était un peu ta manière de l’inciter à rester ici et à attendre. Déjà parce que toi, tu n’aimes pas rester quelque part à attendre sans rien faire, d’une. Et de deux parce que ça ne servait clairement à rien d’être deux pour ça. Sûrement qu’il va en profiter pour fouiner un peu la pièce, sans plus, car ce serait contre productif de partir devant sans toi (surtout vu comment tu as cette capacité d’attirer les catastrophes depuis que tu es là).

Jouant nonchalemment avec la tête détachée du robot, tu ’avances vers la sortie. Tu la fais rouler entre tes mains, non sans petits gémissements de douleur de temps à autre. T’arrêtes. Recommences. Te souviens que tu es accesoirement brûlée au 18e degré. Recommences…

Et finis par laisser tomber la tête qui roule au sol, jusqu’à l’encadrement de l’entrée de l’entrepôt. Idiote. Tu jettes un oeil derrière pour t’assurer que Meal ne t’a pas vu faire l’imbécile, t’actives pour récupérer la tête et checker rapidement si tu ne l’as pas abîmer. Checking un peu inutile vu que cette chose a quand même sacrément bien encaissé le souffle de l’explosion (contrairement à toi, pauvre tas de chair que tu es).

En tournant l’objet entre tes mains à la recherche de coup ou de griffure, tu remarques alors à la faible lumière du soleil quelques inscriptions en relief à l’intérieur de la tête, entre fils et autres composants divers constituant les androïdes. Tu t’avances un peu à l’extérieur pour mieux voir - une suite de chiffre, sûrement un numéro de série, ou une connerie comme ça, songes-tu immédiatement. Un indice inutilisable par toi pour l’instant, mais des spécialistes devraient pouvoir en faire quelque chose.

Je suppose…?

En trifouillant encore un peu l’intérieur, tu tombes sur d’autres caractères, des informations quelconques, comme le voltage ou le poids, et un peu plus en bas encore, trois lettres. Les dernières de la liste. Trois lettres qui tirent une moue sceptique sur ton visage. Trois lettres qui, sans que tu ne saches vraiment pourquoi, attirent ton attention plus que toutes les autres.


Tu reviens quelques minutes plus tard vers StormChaser, après avoir effectué ta mission de communication avec les forces de l’ordre. Tu rumines toujours, restes encore un peu en retrait, grattes l’arrière de ton crâne… Et décide finalement de balancer :

« Ca te dit quelque chose toi, les initiales T.M.H ? »

ft. Baka Mealu-senpai kya~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 137

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Lun 16 Oct - 0:29

Beginning of a Never-Ending Rivalry
Le duo Lidl







La discussion était assez pénible à y réfléchir, mais elle me semblait nécessaire, enfin je suppose que c'est ce qu'un tuteur doit faire. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser que ça devait être ennuyant comme discours.
Enfin, on apprend toujours de ses erreurs, et on apprécie rarement les remarques. J'espère néanmoins qu'elle arrivera à faire ce travail de remise en cause à un moment pour ne plus agir inconsciemment.

A la vue de son petit sourire, je pouvais confirmer que la discussion l'avait un peu soulé, et qu'elle cherchait un peu à me faire comprendre que j'étais lourd avec mes règles. Je rigolais un peu intérieurement, parce que si elle voulait vraiment devenir Légende, les règles et les restrictions, elle allait en bouffer. Et si c'était déjà énervant pour elle maintenant, elle allait sûrement se manger un mur de réalité à un moment. Après, la prise de conscience ne peut venir que d'elle. Moi j'suis là pour être chiant avec les règles et les enseignements à priori.

Suite à ça, elle s'est également présentée. Alice, c'était son nom de Super donc, sûrement une référence. J'ai jamais compris pourquoi les gens étaient aussi fasciné par le Pays des Merveilles. Mais pourquoi pas. Chacun à ses propres raison pour son pseudo. Elle continue à me donner des infos sur sa personne, ce que j'écoute bien entendu très attentivement, vu que l'initiative vient de moi.
La Classe "Alpha" soit, la dernière avant la fin du cursus, donc c'était une élève déjà relativement expérimentée. Je ne savais pas vraiment comment je devais prendre ses décisions jusqu'à présent du coup... Mais après cette discussion, elle devrait agir avec plus de discernement, je l'espère. On passait ensuite aux informations sur son pouvoir, ça se résumait donc à de la copie de don, elle gardait plus ou moins longtemps le pouvoir suivant la puissance de ce dernier et de son entraînement avec. Ce qui signifie que j'ai vraiment bien fait de lui interdire de copier le mien. Je ne veux même pas imaginer la catastrophe qui en résulterait.
J'ai ensuite subi une sorte de jugement insistant du regard, comme si elle voulait voir si j'écoutais bien. Quand bien même je regarderais ailleurs pour récupérer des informations sur la situation, je pourrais écouter ce qu'elle me dit. Mais là, j'avais fait moi-même cette pause pour discuter, donc j'allais pas vraiment regarder ailleurs.

Pour l'instant, elle avait copié un don de champ de force, ça explique donc pour la bombe, le flash m'avait empêché de discerner correctement. Sauf que du coup, elle était trop amochée pour s'en servir efficacement. J'en ai très vite déduis que ça allait être très dur de l'emmener en patrouille. Mon pouvoir demande du temps à contrôler, et sans pouvoir, elle se retrouve très vite désarmée.
Elle ponctua sa phrase d'une touche d'humour avec une attitude un peu décontractée, sûrement pour décompresser. Je peux comprendre, vu la situation qu'elle vient de subir.
De mon côté, je n'ai pas réagi, je commençais un peu à regarder un peu la salle pour chercher la raison de l'attaque. Notre discussion semblait à peu près terminée du coup.

Après quelques secondes de silence, elle venait de récupérer la tête en m'adressant qu'elle allait l'emmener à la police et leur faire un point. J'ai acquiescé de la tête en me tournant pour fouiller un peu l'endroit.
Elle commençait donc à partir vers la sortie. Tandis que je commençais par examiner le mur qui semblait être le problème de notre robot. Pourquoi cet endroit particulièrement ? Juste un erreur de fabrication ? Un robot défectueux ? Ou bien, il cherchait quelque chose ici ?
Le mur était amoché mais ne semblait pas plus renforcé que ça, et vu le bâtiment et sa structure, il menait à l'extérieur. Par contre, si le mur était tombé, le bâtiment se serait assurément effondré avec. Le but recherché était donc de détruire l'endroit avec les citoyens qu'il y avait autour ? On pouvait plus vraiment demander à la machine concernée à présent.

Bon, on va analyser la zone, rapidement, histoire de pas perdre de temps, pour voir si il y a un objet qui pouvait être convoité. Sinon, on aura plus qu'à observer les alentours.
Je m'active donc en fonçant d'étagères en étagères grâce à mon pouvoir, vérifiant au peigne fin chaque centimètres du lieu. J'avais fini avant qu'Alice revienne. Et rien, absolument rien.

Donc le robot était soit défectueux, soit c'était un acte terroriste. Dans mon élan fulgurant, je fis également le tour de l'extérieur du bâtiment. Les usines n'étaient vraiment pas loin, le robot peut-être venir de là-bas... Je vais aller vérifier ça. Mais d'abord...

Je vais rejoindre Alice qui n'est toujours pas revenue dans le bâtiment... J'ai du faire vraiment vite. Tant mieux à vrai dire. Comme ça on ne perd pas plus de temps pour résoudre cette intrigue là.

Elle a fini par me rejoindre, elle semblait pensive, comme si elle avait découvert quelque chose. Mais elle bloquait, il a bien fallu quelques secondes avant qu'elle finisse par en parler.

"Ca te dit quelque chose toi, les initiales T.M.H ?"

T.M.H ? J'étais pas calé au niveau des entreprises, j'ai réfléchi un peu avant de répondre.

"Je dois avouer que j'en ai aucune idée, c'est par rapport au robot ? Tu as demandé aux agents de police ?"

Bon... Je notais T.M.H dans un coin. Peut-être qu'une usine s'appelle comme ça. Je regarderai, ça fait toujours une petite piste en plus.

Elle avait à peu près fait tout ce qu'elle pouvait faire pour l'instant, vu son état, je voulais pas vraiment l'emmener avec moi. Et fallait bien lui expliquer que là, ça allait être compliqué.

"Je vais aller faire un tour du côté des usines, le robot doit venir de là-bas. Je vais regarder si je trouve un bâtiment annoté T.M.H en même temps, on sait jamais..."

Je me suis gratte l'arrière de la tête, c'était un peu compliqué à dire en fait, elle semblait plein de bonne volonté, et aussi assez facile à vexer.

"Tes mains, ça va aller ?"

J'ai fini par croiser les bras, avant de reprendre.

"Tu devrais aller faire soigner ça, je pense. Je vais gérer les recherches de mon côté. Je te dirais bien de me rejoindre plus tard, une fois que tes brûlures iront mieux, mais je pense pas que tu guérisses miraculeusement en un quart d'heure. Et c'est plus important que tu ne te mettes pas en danger inutilement. Je serais vâchement embêté si je te ramène à la HSSUP en pièces détachées."

J'ai esquissé un sourire, caché par mon foulard, avant de lui faire un signe de la main.

"On fera la prochaine patrouille ensemble du coup, repose bien tes mains. A la prochaine !"

Je partais vers la sortie pour prendre la direction des usines, un air bien plus sérieux sur le visage. Je priais pour que ça ne soit qu'un robot défectueux, au fond de moi. Il valait mieux pour tout le monde.


Made by Maester - Mleh Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission] Jeu 26 Oct - 17:19



■ SPOILER ALERT! -INTERVENTION PNJ ♥ ■

En voulant vous diriger vers les usines vous vous rendez comptes qu'en réalité le mur que le robot tentait de défoncer y mène directement. Et plus précisément à la zone abritant la centrale électrique.

En vous approchant des installations vous ne remarquerez aucune présence humaine. Mais par contre des bruits mécaniques attirent l'attention et entre les pilonnes électriques tout un essaim de robots en train de s'activer.

Et faites attention, avec toute la haute tension présente en ce lieu le moindre usage de l'électricité pourrais provoquer une panne qui impacterait toute la ville.

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission]

Revenir en haut Aller en bas

I'm leavin' for the Hardcore - ft Meal [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com