AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Put that cookie down ! [ft. Mitsue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : HQ de la SAD
❝ POINTS : 212

MessageSujet: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Jeu 6 Avr - 16:10



Put that cookie down !


Feat Mitsue

La fatigue tant mentale que physique me fait le plus grand bien. Elle me procure une sorte de sentiment de satisfaction, comme un signe qui indique « tu as bien utilisé ton corps ». Je sais que quelques années plus tôt, sur un champ de bataille, j’aurai certainement pensé le contraire. J’aurai haïs, mon corps, repoussant cette sensation de lourdeur pour pousser toujours plus loin. Mais aujourd’hui tout est différent et en sortant du dojo, la fatigue est réconfortante.

« À la semaine prochaine sunsengnim. »

La voix des disciples du dojo résonne légèrement avant de s’éteindre pendant que je range mes propres affaires. Il est quelque peu perturbant au départ de voir de jeune figure porter un respect si grand à sa personne mais je suis certain que durant mes premières années, j’agissais comme eux. Je suis donc simplement heureux d’aider le maitre de ce dojo à transmettre son savoir. Il faut dire que progresser toujours plus loin dans notre art martial n’est plus réellement mon objectif, je continue par passion et enseigner n’est pas si terrible que cela.

J’éteins les lumières derrières moi, ferme la porte à clef, je n’ai rien oublié. Je prend ensuite la direction de ma voiture, garée de l’autre côté des jardins suspendus. C’est une sorte de rituel. À la fin de ma séance, après la douche prise dans les locaux du dojo, je fais une petite marche dans ce lieu paisible. Cela ne m’empêche pas de laisser mon esprit de penser à mon travail, mais mon corps lui peu profiter de ce moment. Je sors d’ailleurs d’une main, l’autre tenant le sac contenant mon dobok, mon carnet noir. Je connais le chemin par coeur, un peu de lecture à propos de mes dernières affectations et des agents qui leur sont liés ne me fera pas de mal.

Il n’y a aucune chance pour que quelqu’un puisse lire ou comprendre ce qui est annoté sur ces pages. Peu de monde aux états-unis sait lire le coréen et mes notes sont assez… évasives dira-t-on. J’ai parfaitement confiance en moi en ce qui concerne ce carnet. Le regard rivé sur les caractères, je ne profite pas du paysage qui m’entour. Les arbres dont les fleurs naissent petit à petit ne portent plus les séquelles de ce qu’il s’est passé ces dernières années. L’attaque des Knightmares appartient au passée et depuis les évènements du japon et de Los Angeles, leur souvenirs semble doucement s’effacer des mémoires.

Mes yeux ne peuvent peut-être pas apprécier mon environnement mais il ne sont pas mes seuls repères. Après tout, depuis mon « accident » j’avais appris l’importance des autres sens. C’est mon nez, par exemple, qui m’indique que les fleurs naissent dans les jardins, l’hivers peine encore à abandonner son emprise mais le printemps prend inéluctablement ses droits. Mes oreilles, quant à elles, m’indiquent lorsque je dois ralentir, me décaler afin de laisser passer un couple et sa poussette, un groupe d’étudiant terminant sa journée ou éviter un groupe de tourterelle paisiblement nourri par une personne âgée.

Il ne me reste plus longtemps avant d’atteindre l’autre bout du parc. Cela fait, dix minutes, quinze peut-être que je marche. Je n’ai pas traversé l’intégralité des jardins suspendu, certainement pas, mais il n’existe pas seulement deux entrées.

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Best vava:
 


Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 314

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Lun 10 Avr - 16:11

Give this man a cookie !

A gauche. Et à droite. On saute. Et on rampe. On escalade. Et on descend. La seule constante, le seul fait qui ne change pas, c'est qu'il faut courir plus vite encore si tu ne veux pas qu'ils te rattrapent. Et la seule inconnue, c'est de savoir qui de toi ou eux aura le souffle coupé en premier. Tu as l'avantage du terrain et de l'agilité. Ils ont l'avantage du nombre et de l'endurance. Tu avais tout essayé pour les semer – les toits, les allées bondées de la ville, les ruelles sombres et labyrinthiques. Décidément, ils étaient hargneux ceux là aujourd'hui. Alors que l'oxygène commence à manquer sérieusement à tes poumons et que tu ne réfléchis même plus à où tu es et où tu vas, tes jambes finissent par te mener au niveau du quartier d'Aselus.

Tu permets à ton corps exténué une demi seconde de pause. C'est pendant cette demi seconde de pause que tu te demandes ce qu'il t'a prit de te balancer à un contre cinq, sans équipement, sans arme et sans pouvoir. Enfin... Sans pouvoir, pas exactement. Il y a bien cet homme qui a allumé sa cigarette juste en claquant des doigts que tu as réussi à frôler, mais ce n'est pas avec cette triste flamme de briquet qui sort de ton doigt que tu vas pouvoir combattre grand monde. Mais bon, on ne peut pas aller contre ses propres pulsions justicière, n'est-ce pas ? Au moins, ce pauvre gamin a pu s'enfuir.

Un coup d’œil en arrière. Ils sont toujours là, la rage aux tripes, et bizarrement plus nombreux qu'à la base. Quoi ? Parce qu'en plus, ils en profitent pour se reproduire sur la route et ramener d'autres potes. Tu réessayes pour voir. Claquement de doigt. Frottement. Étincelle. Petite flamme de briquet inutile (et encore plus ridicule que les précédentes, tu dois commencer à manquer de gaz). Allez, pas la peine de s'acharner, on ne peut vraiment compter que sur ses propres capacités, dans ce monde.

A gauche, à droite, tu sautes, rampes, escalades, descends. Peut-être que quelqu'un finira par avoir pitié de toi et te viendra en aide. Peut-être un policier, un héros, une âme charitable qui se mettra en travers de leur chemin. C'est ce que tu continues d'espérer jusqu'à ce que, ne voyant même plus ce qui défilait devant tes pupilles pourpres, ton corps ne choque contre quelque chose et que tu te retrouves ventre à terre. Troublée, tu mets un temps avant de comprendre, et te redresse d'un bond sur tes deux jambes. Tu cherches. Devant, derrière. Plus rien. Plus personne.

Tu les as distancé.

« WOUH ! Sauvée ! », hurles-tu dans une pose victorieuse alors que les gens autour se demande encore si l'homme à terre va bien.

Tu ris, recroquevillée sur toi même, les mains sur les hanches, parfaitement essoufflée et pantelante. Ah ça, elle est belle, notre puissante héroïne qui ne craint rien ni personne. Tu n'es pas bien fière de toi actuellement, mais tu te rassures en te disant que quelqu'un a été sauvé (espérons le) et que tu es toujours en un seul morceau (un poumon en moins peut-être). Puis, quand le sang afflue enfin correctement à ton cerveau, tu finis par te souvenir que tu ne t'es pas retrouvée à embrasser le sol pour rien, et croise finalement dans ton champ de vision l'homme que tu as percuté plutôt.

Il s'est déjà relevé, et s'atèle à épousseter sa tenue en te jugeant. Soudainement moins rieuse, tu t'apprêtes à t'excuser quand tu remarques à tes pieds à petit carnet. Il a dû être victime de la collision lui aussi. Tu le ramasses et le secoues pour le dépoussiérer quand tu remarques une écriture étrange sur les pages blanches. Curieuse et sans gène, tu te permets de jeter un coup d’œil à l'intérieur, et reconnaît alors bien vite du coréen. Tu souris et regarde alors l'homme face à toi, un brin trop sérieux à ton goût.

« Anyoung Oppa~ »

Tu as vécu avec douze ans avec une adepte des dramas, tu balbuties donc ces deux pauvres mots que tu as appris, pas peu fière d'étaler tes connaissances. Tu rigoles en te disant que comme ça, tu le mettras peut-être un peu plus à l'aise. Tu lui présentes le carnet, mais le ramène à toi aussitôt qu'il tend la main pour le récupérer. Ah la la... C'est comme ça que tu passes ton temps à t'attirer des problèmes, Mitsue. Tu ne sais pas lire les atmosphères autour des gens, et tu ne sais pas quand une blague doit commencer ou s'arrêter.

« Non, non, je te le rends seulement contre un joli sourire. »

Tu essayes d'amener un peu de joie dans son cœur, mais tout ce que tu vas réussir à récolter au final, c'est la colère d'un adulte agacé.

Idiote.

ft. Han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : HQ de la SAD
❝ POINTS : 212

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Dim 30 Avr - 11:03



Put that cookie down !


Feat Mitsue

Le choc cause plus de surprise que de mal. J’étais perdu dans mes pensées, dans ma lecture, c’est en partie de ma faute si ce petit incident arrive, du moins je suppose. Dans ma chute, je laisse tomber mon carnet dans une tentative d’attraper quelque chose qui maintiendra mon équilibre. Malheureusement mes mains ne trouves que les dalles qui pavent le sol, pas de support à porté semble-t-il. Le sol est froid, mon premier réflexe avant de tenter de me relever est de vérifier que mes lunettes sont bien en place. Il serait fort dommage de perdre un peu plus d’acuité visuel sur un évènement aussi mineur.

Mais tout va bien, les verres protecteurs se trouvent toujours devant mes iris. Je me relève donc, toujours un peu surpris parce qu’il vient de se passer. Je m’époussète pour chasser quelques feuilles qui se sont accrochées à mon manteau avant de me tourner vers le perturbateur, ou la perturbatrice dans ce cas, qui m’a bousculé. C’est une jeune femme, visiblement à bout de souffle, et elle n’a pas l’air de m’avoir remarqué plus que ça. Peut-être sorte-t-elle d’une course poursuite endiablé ? Ou peut-être ai-je juste « interrompu » sont jogging ?

Cependant, même en considérant que je sois en tord -ce dont je doute-, son manque d’intérêt pour les débat qu’elle pourrait causer est décevant. Je m’attend à ce que la jeune génération soit meilleure que la précédente. Je ressemble certainement à un vieil aigri en pensant de cette manière, mais je ne suis pas si âgé que cela et disons que j’ai certainement été élevé dans un milieu plus strict que les jeunes de ce pays. Je suppose que je devrai être tolérant.

Mais je me perd en vaines reflexion, je ne remarque que trop tard qu’elle a ramassé mon carnet. J’ai manqué de sérieux et d’attention. Je sais que je ne souris que rarement mais l’expression « le sourire s’efface de mon visage » aurait pu être représentatif de la scène. Mon air sérieux se transforme certainement en expression sévère. Mais tout va bien, elle me le tend après une tentative de coréen qui me rassure quant à sa capacité à lire le contenu de ce qu’elle tient. Certes il s’agit de coréen mais sa prononciation et son sourire satisfait quelque peu idiot sont tant de…

Elle retire sa main. Je serre les dents. Je doute qu’elle voit plus loin que le bout de son nez ou serve autre chose que son propre amusement. Mais c’est affreusement désagréable et je me rend compte que j’ai bien de la chance de pouvoir éviter ce genre de comportement au quotidien.

« Jeune fille. Rendez moi mon carnet je vous prie. »

Je fais un pas inquisiteur en avant mais face à son manque de coopération je continue, voix clair, ton sec.

« Je ne sais pas si le manque de respect et l’amusement au dépend des autres font parti de votre éducation mais je ne suis pas de ceux qui rient face à ce genre de situation. »

Je me contente ensuite de tendre de nouveau la main, espérant que le message passe de façon clair. Sinon, la situation risque de devenir de moins en moins agréable.

hrp:
 

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Best vava:
 


Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 314

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Ven 12 Mai - 22:19

Give this man a cookie !

« Jeune fille. Rendez moi mon carnet je vous prie. »

Mi stupéfaite, mi déçue, tu le fixes de tes grands yeux. Au ton froid qu'il utilise et à la poker face qui s'est gravée sur ton visage, tu comprends vite que tu n'as pas choisis le bon partenaire de bonne humeur aujourd'hui. Il s'avance, l'aura menaçante et l'air impassible, la main tendue. Et tu te recules d'un pas par réflexe. Disons qu'il fait quand même un peu peur, même si tu as tendance à décrédibiliser un peu les binoclards au style d'employés de bureau.

« Je ne sais pas si le manque de respect et l’amusement au dépend des autres font parti de votre éducation mais je ne suis pas de ceux qui rient face à ce genre de situation. »

Moins de déception, plus de moue boudeuse, et trois clignements d'yeux plus tard, tu décides que tu ne vas pas te laisser faire. Bon, allez chercher des noises à des petites frappes des bas quartiers, puis à un pauvre adulte fatigué sortant probablement du travail, tu as visiblement aussi décider de choisir les pires décisions ce soir, pas vrai ? Mais tu t'en fiches bien, au final.

« Tu n'es... Absolument pas mignon comme garçon. », balances-tu en fourrant le carnet dans la poche arrière de ton pantalon (mesure de sécurité, il n'a pas l'air d'être du genre à mettre des mains aux fesses).

Et sûrement qu'il ne cherche pas à être mignon, et sûrement qu'il est trop vieux pour être traité de garçon, et sûrement que le tutoyer ne va pas l'aider à te trouver sympathique, et sûrement que tu te mets dans la merde toute seule par pur masochisme. A cet instant, plusieurs idées plus ou moins mauvaises traversent ton occipital.

La première (et la pire) étant de te remettre en route pour un petit footing en espérant qu'il te courrait après. Mais même une idiote comme toi sait que faire ça ne t'attirerait que des ennuis, et une grande déception s'il décide surtout de te laisser filer. La seconde (et la plus intelligente), lui rendre ce qui lui appartient, t'excuser, et rentrer chez toi te faire un seau de pâte au beurre en oubliant bien vite l’existence de ce bésiclard.

Mais bien entendu, ce n'est pas ça que tu as envie de faire, pas vrai ? Tu te remets à rire en venant taper sur son épaule, amicale. On va dire que tu as dû vider toute ta jauge d'instinct de survie dans ta précédente course. C'est le seul moyen d'expliquer ta bêtise en cet instant.

« Okay quat'yeux ! Mais on va faire un petit pari avant alors ! Je te le rends si tu gagnes. Et si tu perds... Ah ! J'ai grave faim ! Tu devras m'offrir un cookie. »

En fait, en y rependant, l'homme reste beaucoup trop calme face à cette situation. Il lui aurait juste suffit de t'attraper le poignet, de récupérer son carnet illisible et de repartir.

« On va dire une connerie comme... La couleur du prochain vélo qui passe devant nous ! Moi je dis noir ! »

Je suis à peu près persuadé que s'il t'avait vu à l’œuvre, Darwin n'aurait pas juger ton espèce digne de survivre. Mais c'est une motivation fort étrange (et parfaitement noble, quand on y pense) qui te fait agir à ce moment précis.

J'ai très très envie d'apporter un peu de joie dans la vie de cette personne.

ft. Han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : HQ de la SAD
❝ POINTS : 212

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Jeu 1 Juin - 14:33



Put that cookie down !


Feat Mitsue

Comme c’est désagréable. Ma réponse, calme bien qu’autoritaire et composée, ne semble pas plaire à la jeune femme. Pas plus que sa réaction ne me plait. Je fais clairement face à une enfant. Ce n’est pas une très bonne nouvelle pour ma fin de journée. Ma patience ne risque pas de tenir très longtemps. La journée est censée se terminer calmement mais elle se tient là, face à moi, tel un panneau « stop » sur mon chemin.

Je la regarde fixement, mes yeux traduisent certainement très bien ma pensée. Dire que je ne peux pas juste passer mon chemin car elle vient de mettre mon carnet dans la poche arrière de son pantalon. Ne peut-elle pas lâcher prise et comprendre que ce n’est pas un comportement responsable ? Elle semble réfléchir. Peut-être est-ce un instant de remise en question ? Va-t-elle revenir sur sa décision. J’avoue que j’espère cela du plus profond de mon coeur en ce moment. J’ai plus besoin de mon canapé que d’une course.

Son rire brise le silence relatif des jardins suspendus et sa main vient de nouveau titiller mes nerfs. Je ne pousse même pas un soupire. Comment peut-elle sauter du coq à l’âne aussi aisément ? Ne sait-elle pas lire un minimum l’ambiance ? Il semble que non. De plus son vocabulaire familier est-quelque peu… provocateur. « Quat’yeux » n’est pas le titre que les personnes à lunettes aiment porter. Surtout lorsqu’elle portent leurs verres afin d’éviter que leur rétines ne brûlent.

Je perd mon calme. Je le sens.

Mon pied glisse sur le sol, comme si je m’apprête à jouer son jeu. Mais en réalité seule la partie inférieur de mon corps pivote, mon regard reste rivé sur elle. Droit sur elle. Toujours inquisiteur. Peut-être a-t-elle cru que j’allais réellement regarder la couleur du prochain vélo, toujours est-il qu’elle détourne le regard. Certainement dans l’espoir de gagner son cookie. Je pose ma main sur son épaule afin de capter de nouveau son attention incertaine et avant que nos regards ne se croisent mon pied glisse sur le sol afin de faucher les siens.

J’admet agir sous de multiples signaux négatifs, mais je ne suis pas une brute décérébrée pour autant. J’accompagne de ma main fermement accrochée à son épaule sa chute en la poussant à pivoter, du moins légèrement, pour qu’une fois au sol je puisse récupérer mon carnet. Le choc n’est pas terrible, mais la surprise est certainement de mise de son côté.

À moitié penché, d’un geste leste je saisi mon livret noir. Loin de moi l’idée d’attarder ma main. Une fois de nouveau droit comme un piquet je sors mon porte-feuille. J’en tire un billet de cinq dollar que je laisse diligemment tomber sur la demoiselle au sol.

« Pour votre cookie. En vous souhaitant une bonne journée. »

Peut-être aurai-je du regler cette situation de manière plus pacifique. Mais la diplomatie avec les têtes de mules est tellement chronophage. Je serai bien heureux d’être de retour chez moi plus tôt tout à l’heure. Toujours est-il que désormais je dois bien ranger ce carnet…

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Best vava:
 


Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 314

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Mer 30 Aoû - 23:35

Give this man a cookie !

Et ça... Ne se passe bien entendu pas comme prévu. Les fesses maintenant posées sur le sol -dans un mouvement plutôt classe et soigné, tu l'avoues, un billet entre les mains et la vision de l'asiatique qui s'éloigne de toi. Déçue et surprise, tu restes un petit instant comme ça, par terre, seule au monde dans ta déception.

Un vélo noir passe à côté de toi.

Tu retires tes gants.

Le gars dessus te regarde d'un drôle d'air en continuant son chemin, et tu décides encore que tu n'en as pas finis là.

« Manger tout seul, c'est pas drôle ! », hèles-tu en te redressant -l'homme sur le vélo pense que cette exclamation lui est dédié et te juges d'autant plus en s'éloignant.

Tu fuses en boitant jusqu'à l'asiatique qui semble avoir accéléré le pas et te calque difficilement à sa vitesse -c'est qu'il n'a pas été des plus délicat, le bougre. D'un pas vif, tu te mures devant lui et tend sous son nez le billet de 5$.

« Allez ! Je t'invite ! Même si en fait c'est ton argent... Mais ça te fera du bien ! Les cookies, ça offre du bonheur ! »

En toute innocence, tu claques tes mains sur ses joues -plus dodues que tu ne l'aurais cru- et les malaxe un peu, sous la pokerface invariable de ton nouvel ami.

Règle n°1 - un don peut être révélateur de la nature profonde d'une personne.

Ça fait parti des choses que tu as à décidé de toi-même au moment où tu as découvert que ton pouvoir était de pouvoir calquer ceux des autres.

Une seconde.
Deux secondes.

Tu restes ainsi, dans cette position étrange, les mains collées au visage d'un inconnu. Lui non plus de doit pas beaucoup comprendre ce qu'il se passe, vu qu'il ne réagit pas plus que ça.

Tu t'éloignes d'un pas. Regarde tes mains. Regarde sa tête. Puis tes mains. Puis sa tête.

« AH. »

Il est donc de ce bord là, songes-tu gênée et troublée.

ft. Han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : HQ de la SAD
❝ POINTS : 212

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Mar 3 Oct - 12:46



Put that cookie down !


Feat Mitsue

Elle revient.

Encore.

J’avoue ne pas savoir trop quoi penser sur l’instant. Pourquoi tant d’acharnement ? Je veux dire, dans notre XXIème siècle il n’est pas surprenant de croiser dans les rues du centre-ville de Laurel des individus qui ne trahissent que le sérieux et l’implication dans leur emploi. Mon cas ne doit pas être si surprenant que ça ? Alors pourquoi dois-je être son bouc émissaire ? Cela me fatigue toujours autant de la voir se trémousser devant moi mais je lui accorde un regard un peu plus curieux.

N’y a-t-il pas un détail qui me permettrait de mieux comprendre cette énergumène ? En ignorant la présence d’un billet de 5$ flottant devant mes yeux je ne remarque rien de surprenant. Elle semble simplement particulièrement attaché au fait de me faire perdre mon temps. Une jeune femme comme elle doit faire des études, je ne la voit pas déjà en possession d’un emploi. Mon attention disparait au moment ou elle se met à me tripoter les joues pour… me dénouer les traits je suppose ?

Elle tente, après tout, de me « donner le sourire » depuis notre rencontre. Jeux, goûter, tant de moyens pour les jeunes de prendre du bon temps je suppose. Même si je pense que si elle se met à malaxer les joues des gens dans la rue elle trouvera un succès bien moindre qu’en proposant une partie de bowling. Le contact, à ma grande satisfaction, ne dure pas longtemps. Je n’ai pas la motivation de l’arrêter moi même. Je me dis qu’elle devrait se lasser bien vite et je sais qu’au vu de ma dernière initiative, je risque d’être de moins en moins tolérant dans mes actions.

« AH. »

Elle semble déçue. Plus que ça d’ailleurs. Cherchait-elle tant que ça à me faire sourire ainsi ? Elle commence presque à me faire de la peine, tout ces efforts alors que je ne me sentirai jamais obligé par son comportement. Elle est tombé sur la mauvaise personne, malheureusement.

« Excusez moi mademoiselle mais ma journée n’est pas finie. Mais je suppose que vous n’abandonnerai. Si j’accepte de manger un cookie, me laisserez-vous tranquille ? »

Un accord qui se veut pacifique. Je ne lui offre aucune autre garantie que de partager ce gâteau pendant quelques minutes, rien d’autre. Je l’espère assez adulte pour se satisfaire de ça. Cela ne m’enchante guère, à vrai dire. L’ignorer serait certainement efficace sur le long terme, cependant je ne pourrai pas supporter le long terme. Ne me fais pas regretter ma décision jeune fille.

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Best vava:
 


Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ POINTS : 314

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Jeu 12 Oct - 12:14

Give this man a cookie !

« Excusez moi mademoiselle mais ma journée n’est pas finie. Mais je suppose que vous n’abandonnerai pas. Si j’accepte de manger un cookie, me laisserez-vous tranquille ? »

Stupide jeune fille que tu es, cette réponse sonne comme la plus douce des mélodies à tes oreilles, et tu te retrouves à afficher le plus satisfait des sourires. Une grande gamine à qui on aurait finalement accordé le jouet qu'on lui refuse depuis des temps immémoriaux. Oh. Cela ferait-il de cet homme ton jouet ? L'idée t'amuse. L'idée l'amuse moins lui, probablement. Mais tu ne prêtes déjà plus attention à son air fatigué, blasé, et une pointe agacée par tes actions. Tu es trop occupée à fêter là un victoire personnelle.

Il dit qu'il n'a pas finit sa journée. Menteur. On le voit bien à ton costard tout droit et à ta gueule de commercial que tu bosses dans un bureau. Et les mecs qui bossent dans un bureau, ils ont déjà finit leur journée à cette heure ! Une victoire à double tranchant qui laisse supposer qu'il tentera à nouveau de s'enfuir dès le all mighty -et tant mérité- cookie dévoré. Mais tu n'abandonnes pas là, évidemment. Tu ne le laisseras pas faire comme il le souhaite.

C'est ton problème, Mitsue. Tout se passe toujours tellement comme tu le veux que tu finis par oublier que le monde ne suit pas forcément ton courant.

Une étincelle fait briller ton regard, que tu plonges dans le sien, et tu lui fais comprendre qu'il ne s'en tirera pas aussi facilement qu'il l'espère. C'est un combat entre vous deux qui commence, un combat qui déterminera lequel aura l'ascendant sur l'autre.

Non sans une certaine force -c'est qu'il était résistant pour un mec à lunettes- tu entoures son bras des tiens et le traîne joyeusement derrière toi.

« T'inquiète pas, y paraît que je suis de très bonne compagnie ! Et puis je connais un très bon coin pas trop loin d'ici et aussi... Ah ! »

Tu t'arrêtes brusquement dans ta course, le stoppe et te mures de nouveau devant lui -l'une de tes techniques de prédilection, dirons-nous. Tu pointes à quelques centimètres de son nez un doigt accusateur et plein de reproches.

« Je jure que la prochaine fois que tu me vouvoies, je te les fais bouffer, tes putains de lunettes. Je suis peut-être majeure, mais pas encore là de me faire vouvoyer par des mecs qu'on trente piges de plus que moi. »

La moue étrange et pincée semble le mettre au défi de recommencer. « I double dare you, motherfucker » pourrait-on lire sur ton visage à ce moment là. Une fois qu'il te paraît clair qu'il a comprit, ou bien que tu en as marre de traîner là, attirée par l'appel de la nourriture, tu emprisonnes de nouveau son bras et te remet en route. T'attacher à lui comme ça, c'est tant une mesure de sécurité pour éviter qu'il se fasse la malle qu'une manière de le motiver à passer un bon moment.

On ne le répétera jamais assez, mais dans un cas comme dans l'autre, ce n'est probablement pas le genre de techniques qui fonctionnent avec ce genre d'individu là. Mais tu ne te démontes pas, ce n'est pas dans ton dictionnaire ça.



Comme promis, la petite boutique dont tu lui avais parler plus tôt ne se trouve effectivement pas trop loin dans le quartier Aselus même. Ça devrait le rassurer au moins sur un point : c'est que tu ne l'as pas volontairement traîné à l'autre bout de la ville juste pour le plaisir. Tu n'en n'aurais de toute façon pas eu besoin, car c'est un plan bien plus diabolique qui avait fait vibrer l'étoile dans tes pupilles.

La Chocolatine, c'était un café connu et populaire parmi les étudiants et jeunes adultes. L'ambiance y était très sympa, la carte variée et surtout profitant de tout le charme apporté par le propriétaire français -le nom viendrait d'une viennoiserie populaire en France. Même s'il n'était pas situé dans le centre ville même, ou quelque peu expatrié par rapport aux établissements scolaires de la ville, cela ne l'empêchait pas, une fois la journée de cours terminée, d'afficher à ses clients réguliers une queue envahissant toute la rue.

On ne peut pas combattre le charme français.

« Ah la la. Mince alors. Il y a vraiment beaucoup de monde aujourd'hui. En pleine semaine comme ça, je ne m'y attendais vraiment pas. » balances-tu d'un ton parfaitement monocorde et non convainquant. « Tant pis ! »

Tu le tires jusqu'au bout de la file grouillante de vie, et t'apprêtes à patienter sagement en sa compagnie. Il y en avait bien pour une demi heure là, ça te laisserait largement le temps de pratiquer le personnage. Et puis il t'avait promis un cookie. Hors de question de revenir sur une promesse, pas vrai, monsieur l'asiatique ?

« Sinon, moi c'est Mitsue. Pour l'instant, tu ne me connais pas, mais bientôt je serai une super Légende. »

On entend des pouffements plus loin dans la file -sûrement des élèves de l'école déjà trop habitué à ton discours- mais tu les ignores royalement. Tu te dis que te présenter, ça serait un bon moyen pour commencer une discussion. Et puis tu ne pourras pas l'appeler indéfiniment « le bésiclard » hein ?

ft. Han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : HQ de la SAD
❝ POINTS : 212

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue] Lun 23 Oct - 16:55



Put that cookie down !


Feat Mitsue

Son regard ne me dit rien qui vaille. Je sens qu’en tentant d’être avenant et civilisé je m’embourbe dans une situation que je vais regretter dans moins d’une demie-heure. Pourtant j’espère pouvoir finir la tant attendue pâtisserie en moins de trente minutes. Elle semble satisfaite, ou du moins elle semble fier comme un enfant qui remporte sa première bataille, puis me prend le bras afin de me tirer toujours plus loin dans ses plaisirs égoïstes. Mon corps se raidit plus que d’habitude face à tant de familiarité -pourquoi suis-je surpris- mais je suis tout de même le mouvement. Je n’ai pas accepté sa proposition pour faire de la résistance passive par la suite suite. Il faut que cette histoire se termine rapidement.

« Je jure que la prochaine fois que tu me vouvoies, je te les fais bouffer, tes putains de lunettes. Je suis peut-être majeure, mais pas encore là de me faire vouvoyer par des mecs qu'on trente piges de plus que moi. »

Je la toise un instant, cette fois ci ses yeux transpirent de défi. Je suis prêt as accepter de perdre une partie de mon après-midi mais il ne faut pas non plus qu’elle se sente trop pousser des ailes. Je l’ai déjà repris quelques minutes plus tôt sur son comportement et ce n’est pas une situation qui risque de changer, des deux côtés visiblement.

« Mademoiselle, je ne tutoies que les personnes que je connais personnellement. Ne voyez pas dans mon vouvoiement une marque de respect. »

Une fois ce petite détail mis au clair et quelques secondes de duel de regard supplémentaire, nous nous mettons de nouveau en route. Je me laisse guider tant bien que mal, après tout je ne suis pas celui qui nous guidera jusqu’à une pâtisserie digne de ce nom. Nous ne mettons pas longtemps, à mon grand soulagement, à rejoindre le lieu dont la demoiselle a évoqué plus tôt. Mon soulagement est bien trop court, il disparait sitôt que mes yeux quittent l’enseigne pour se poser sur la foule de jeunes gens qui attendent impatiemment leur tour.

« … »

« Ah la la. Mince alors. Il y a vraiment beaucoup de monde aujourd'hui. En pleine semaine comme ça, je ne m'y attendais vraiment pas. Tant pis ! »

Elle ne tente même pas de cacher ses manigances. Je ne soupire même pas, me contentant de regarder l’heure à ma montre. Peut-être aurais-je du simplement continuer mon chemin jusqu’à mon véhicule, lui claquer la porte au nez et ne jamais la revoir. Il s’agit toujours d’une possibilité. Après tout, même si nous nous sommes quelques peu éloigné de ma voiture, nous n’en somme pas si loin. Croit-elle vraiment qu’une promesse obtenue par harcèlement a un tel poids ?

« Sinon, moi c'est Mitsue. Pour l'instant, tu ne me connais pas, mais bientôt je serai une super Légende. »

Je lève un sourcil. Visiblement je ne suis pas le seul dubitatif alors que d’autres jeunes gens laissent échapper des rires à moitié contenus plus haut dans la file. Intéressant. « Mitsue », ce nom me dit-il quelque chose ? Pendant que je fouille ma mémoire je me prend un instant au jeu.

« Enchanté, je ferai un effort pour m’en souvenir. Après tout, éliminer de potentiel héros est une bonne assurance pour le business. »

Mon regard est dur lorsque je la toise à travers le verre de mes lunettes pendant quelques instant. Les gens autour de nous se sont un peu tus, notamment les jeunes gens moqueurs. Elle ne se défile pas visiblement et je fini par tendre la main afin de me présenter convenablement.

« Han. Prenez cette blague comme un véritable conseil, le principe d’identité secrète n’est pas à prendre à la légère dans ce milieu je pense. »

Être « Super-Héros », avoir une image publique à travers son masque et son pseudonyme amène de nombreux danger. C’est une vie bien souvent solitaire puisque les criminels que ces gens affrontent ont souvent bien peu de scrupule à s’en prendre aux familles innocentes pour assouvir leur vengeance sur une héros un peu trop retord.

« C’est tout de même une bonne chose de voir de jeunes gens viser si haut. Ces dernières années les sièges des Légendes n’ont été que trop vides. Je suppose que vu votre âge vous devez êtres à l’école des héros ? »

© code by Lou' sur Epicode


_________________
Best vava:
 


Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Put that cookie down ! [ft. Mitsue]

Revenir en haut Aller en bas

Put that cookie down ! [ft. Mitsue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le quartier Aselus :: Les jardins suspendus-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit