.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

[OS] Être Dirlo, ce n'est pas de tout repos!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ POINTS : 287

MessageSujet: [OS] Être Dirlo, ce n'est pas de tout repos! Jeu 18 Mai - 2:34

Etre Dirlo, c'est quelque chose, ce n'est pas un simple métier, c'est toute une vie. Je ne parle pas de directeur d'école, ça c'est juste un job, non, je parle de Directeur Idéaliste et Raisonné Lié à de grands Objectifs de la Heroe's Sup, dit Dirlo de la Hssup. C'est un peu comme être militaire, si vous n'avez pas les compétences requises, passées votre chemin! Il faut avoir des nerfs d'acier et un caractère bien trempé pour tenir cette école et ses élèves dotés, sans oublier un grand coeur, un Dirlo qui n'aime pas ses élèves ne tiendra jamais très longtemps. Et voyez-vous, il se trouve que j'ai ses qualités, du moins, c'est ce que pensait mon prédécesseur en me proposant son fauteuil, ce n'est pas à moi de dire si c'est le cas ou non. Mais vu que l'école est toujours debout et à peu près intact, il est difficile de dire que je suis une incompétente.

Mais avoir ces requis ne suffit pas, seul, le titre ne compte pas, et c'est de ça qu'on va parler: l'emploi du temps.

Déjà, laissez tomber les 35 heures par semaines, le double est généralement la moyenne de ce que vous ferez en 7 jours. Oui, 7, le week-end et les vacances, oubliez tout ça, vous êtes un Dirlo, les congés, c'est pour les faibles et les profs. Vous, vous êtes mieux que ça, vous avez des fonctions différentes et importantes. Ah et, la famille, maison, chien-chien, laissez tomber aussi, vous n'avez déjà pas de temps pour vous, vous croyez que vous en aurez pour les momes et la promenade du chat? Bien sûr que non! Ce n'est pas l'Enfer pour autant car vous avez déjà une famille, une grande et une superbe Famille: vos élèves. Certes, vous n'allez pas les voir tout les matins, vous ne les serrez pas dans vos bras ni ne les bordez le soir, mais n'est ce pas beau de les voir dehors? Discuter en petits groupes? Regarder la petite Kassandra courir après un de ses nouveaux amis, elle qui vivait dans un orphelinat il y a même pas un mois? De quoi verser une larme devant un tel bonheur pas vrai? Ca, c'est ce qu'on peut appeler votre pause matinale, et ça vous fait du bien, vous pouvez me croire, car après, le boulot n'attend pas! Mais voyons ensemble à quoi ressemble une journée de Dirlo, croyez moi, ce n'est pas de la tarte.

Tout d'abord, levée à 5 heures, du matin. Pas de grasse mat' ou de gros déjeuner. Ce qui est important avant tout, c'est l'image que vous renvoyez aux autres, celle d'un conquérant, d'un passionné de travail, d'un Grand parmi les Grands impossible à faire courber. Alors tout de suite après que votre portable ait sonné "Allumer le feu!" de Johnny Halliday, téléphone que vous avez manqué de peu d'envoyer contre le mur car vous ne l'aimez vraiment pas -oser vous déranger ainsi à une heure pareille, sérieusement...-, vous foncez aux douches... Qui sont à l'autre bout de l'établissement. Eh oui, pas de salle de bains dans les étages administratifs, d'ailleurs, vous pensez furieusement à vous en faire construire car c'est pénible de courir jusque là bas en regardant votre montre toutes les dix secondes, manquant de vous manger un mur à chaque tournant. Une oreille avisée entendrait vos petits pas contre le carrelage, mais heureusement pour vous, les étudiants dorment à poings fermés. Personne ne vous dérangera donc. Comme vous êtes encore fatiguée, vous prenez une demie-heure, mais c'est aussi à cause de vos cheveux ça. Habituellement, un Dirlo à les cheveux courts, plus rapide à laver et ça prend à peine 20 minutes à sécher, mais les miens sont longs, et les votres probablement, alors comptez une demie-heure. A 5h15, vous avez déjà votre premier coup de fil du jour, généralement un journaliste. Comme vous êtes Dirlo, vous avez tout ce qu'il faut en technologie, vous lui répondez donc sous la douche avec un kit mains libres amphibien, impossible pour lui de prendre l'eau. Les questions pleuvent mais cela vous réveille alors vous donnez des tas de réponses et de "sans commentaires" tout en vous séchant et vous préparant. Une tenue classique et sobre avant tout, pas de froufrous ou de couleurs, le noir et le blanc et c'est tout! Pas de cravate si vous êtes une femme, vous êtes déjà assez coincée comme ça dans votre jupe et votre veste, sans parler des talons aiguilles. Une fois prêt(e) -on résume: talons aiguilles -sauf si vous êtes un garçon-, jupe, chemise, veste, chignon serré-, vous retournez à votre bureau, toujours au pas de course, et en croisant les doigts pour ne pas casser une de vos godasses.

7h15, le café est devenu votre flux sanguin, votre coeur ne marche qu'avec ça à présent. Les cernes ont disparu et vous êtes souriant, consultant la tonne de factures d'hier. Vos élèves ont brulé une maison et vandalisé un magasin. Vous ne dites rien, il y avait des criminels, ils ont juste cherché à sauver des civils, pourquoi brimer un tel geste héroique? Vous hésitez à un moment entre bruler votre ordinateur ou lui apprendre à voler en le jetant par la fenêtre tant il est lent et obsolète. Les temps sont durs, seuls les élèves ont des ordis acceptables. Mais ce n'est que le début de votre matinée, le téléphone commence à peine à sonner. Dites vous que vous en aurez une trentaine entre les victimes du vandalisme qui vous menaceront de porter plaintes contre vous, ceux qui viendront vous casser la bouche et les ministres qui voudront savoir le fin mot de l'histoire. A cette heure-là déjà, vous vous dites que vous allez craquer, s'ouvre alors trois options devant vous:

La première, raccrocher ce ministre de l'Education qui ne fait que vous briser ce qui fait de vous un être vivant sexué avec son accent british et l'intonation choquée dans sa voix -"Comment osez-vous laisser ces pauvres enfants aller combattre la criminalité alors qu'ils ne savent pas se battre? Voyons, êtes-vous inconsciente?!" Non, je pense juste que le libre-arbitre, c'est important monsieur, mais ça,
vous ne le comprendrez jamais depuis votre bureau à la Maison Blanche...
. Puis vous vous réfugier dans le bureau de votre adorable psychologue aux doigts de fée. Ses massages vous manquent et rien ne vaut une oreille attentive et un dos détendue pour retourner combattre l'ennemi. Mais en faisant ça, vous vous mettez le Gouvernement à dos, ce qui n'est pas spécialement cool, et puis vous n'êtes pas assez masochiste pour aller volontairement vous faire taquiner physiquement et moralement par le psychologue, il est gentil mais il ne faut pas exagérer non plus.

La seconde est d'aller en salle de cours. Une petite inspection de routine, histoire de voir comment cela se passe dans le cours de Miss Cree. C'est votre job après tout, c'est votre école, vous devez savoir ce qu'il s'y passe. Et même si vous terrorisez certains car vous êtes limite un inconnu pour eux, et bien tant pis, en plus vous esquivez les appels. Mais vous n'allez pas laisser votre pauvre secrétaire et votre proviseur-adjoint répondre à votre place. C'est un nouveau avec qui vous n'avez pas encore l'habitude de travailler, qui sait ce qu'il pourrait dire aux politiciens?

La dernière est de vouer un culte à votre cafetière, ce que vous faites tout les jours à la même heure. Vous priez Nescafé et Senseo d'avoir une journée fantastique sans rageux, de ne pas vous choper une otite et encore moins une extinction de voix. Est ce qu'elle vous entend? Allez savoir, mais des fois vous avez l'impression qu'elle vous comprend, pire, il vous arrive de lui parler quand la solitude l'emporte et que personne ne vous a appelé au bout de 10 minutes. A ce moment-là, une pause s'impose et vous contemplez l'extérieur, savourant votre petit bonheur quotidien, un mug dans les mains. Que dis-je? Un thermos, la tasse, c'est pour l'après-midi, l'excès n'existe pas avant midi.

11h15, une heure en somme banale vous vous dites mais sachez qu'à la Hssup, on manque cruellement de personnel! Alors dans votre planning, vous vous accordez une heure de recherche et d'entretien. Ces derniers sont rares, peu postulent pour l'école, au point que parfois, vous vous dites qu'embaucher des immigrés, ce n'est pas si mal. Mais vous vous rappelez après qu'ici, tout le monde doit être dans les petits papiers du Gouvernement. Vous imaginez un peu si on vous accuse d'héberger des clandestins? C'est triste mais pour ne pas avoir plus d'ennuis que vous en avez déjà, vous pliez devant la Loi et vous regardez les candidatures. C'est à cette heure que vous croisez votre adjoint pour la première fois de la journée. Oh bien sûr, le personnel administratif vient vous dire bonjour quand ils arrivent, mais généralement vous ne leur répondez pas, occupé avec un homme diplomatique au combiné. Là, c'est différent car c'est à lui de prendre contact avec les candidats, avec qui ils fixent un rendez-vous pour le premier entretien. Le second avec les extra tel que le salaire, les horaires et la visite, c'est vous et personne d'autres. Étrangement à cette heure, personne ne vous appelle, pas de ministres ni de journalistes. A croire que c'est à ce moment-là que les gens mangent et pensent à vous ficher la paix, du coup, vous en profitez pour embaucher, malin.

Midi, la cafetière a eu le temps de se vider 8 fois mais plus vous en consommez et plus cela devient de la pisse de chat. Il est temps d'aller manger, le temps de laisser à votre précieux de se corser comme il faut. Pardon, j'ai dit manger? Je voulais dire "avaler tout rond votre plat de résistance avec l'assiette et les couverts en bonus". Et oui, même à midi vous n'avez pas de temps pour vous! Là encore, vous avez deux possibilités:

La première, que je ne recommande vraiment pas, est de manger au self, comme tout le monde. Ca donne envie pas vrai? Assise entre deux professeurs, le nez dans votre assiette, et les oreilles grandes ouvertes. Rire et discuter pendant vingt minutes de la pluie et du beau temps avec vos confrères. Pendant un court instant, vous n'êtes plus Dirlo, vous êtes juste un membre du personnel ayant une lourde responsabilité comme tout le monde mais qui sait profiter des bonnes choses. Mais... Il y a un Hic à tout ça voyez-vous? Vous n'êtes pas comme les autres, vous êtes LE Dirlo (ou LA si vous êtes une femme, on ne sait jamais). Et à midi chez vous, dans le reste du monde, ce n'est pas le cas. Il y a donc des appels... Et voilà comment ça finit:

On vous appelle brusquement, ce qui vous fait un peu grogner, vous décrochez et tombez sur votre secrétaire:

"-Monsieur, un Ministre chinois, monsieur Yao Peng, voudrait vous parler.

- Zut Très bien, je viens le prendre!"

Vous abandonnez alors tout, plateau, collègues, chaussures, sac à main. Limite, vous courrez pour sauver votre peau, ou plutot celle de la secrétaire, car un Ministre chinois, ça ne supporte pas d'attendre. La pauvre se fait probablement incendier à votre place, on est en train d'abimer votre poulain et ça, ça ne vous plait pas. Car plus de secrétaire, ça veut dire deux fois plus de boulot! Après avoir battu le record du monde de sprint dans les escaliers pieds nus, vous passez devant tout le monde d'une démarche digne. L'image passe avant tout, rappelez-vous! Vous marchez donc, le dos droit, croisant le regard de tout le monde. Pendant un moment, vous croyez incarner le Président des Etats-Unis mais le rêve retombe bien vite quand on vous dit que le Ministre s'impatiente. Du coup vous entrez dans votre bureau sans rien dire et là, là vous vivez le pire moment de la journée. 2 HEURES de charabia mandarin, heureusement, vous êtes polyglotte alors vous comprenez très bien que l'asiatique parle de votre mère et de votre soi-disant fainéantise héréditaire d'occidental(e). Vous ne pouvez pas protester bien sûr, les chinois sont très susceptibles et snobs, mieux vaut ranger votre dignité dans votre poche, ils ont les moyens de créer un incident politique. De quoi aggraver vos affaires. Pendant ce temps, votre réputation auprès de vos collègues en a pris un coup, vous êtes de plus en plus vu comme un proviseur distant. Le seul coté positif à tout ceci est votre adjoint qui aime beaucoup répondre à vos contacts que vous étiez sensés prendre en début d'après-midi.

Vraiment, ne mangez pas avec les autres.

Prenez votre plateau et retournez à votre bureau. Certes, manger tout en discutant, c'est impoli, mais au moins, le ministre chinois ne pourra pas vous gronder: il fait pareil de son coté.

Bon, maintenant vous avez le ventre plein et vous avez rassuré le politicien. L'après-midi, c'est la digestion, le repos, l'instant où le cerveau tourne au ralenti. Vos tympans ne souffriront plus comme ce matin et votre morale est remonté grâce à votre cafetière. Ah, qu'est ce que vous feriez sans elle? Si loyale et productive, et elle ne demande même pas un salaire! Le bonheur technologique à n'en pas douter. Mais ne pensez pas que vous allez pouvoir vous reposer, certes, vos communications téléphoniques ont chuté de 75%, mais maintenant, vous vous attaquez aux élèves... Et vous n'en avez pas une petite centaine. Convocations, mises à jour des dossiers, attributions des commentaires sur les bulletins et organisation des réunions parents-prof et du personnel. Vous avez 4 heures pour ça, pas une de plus. Etre attentif(ve) et savoir choisir les bons mots, c'est un travail épuisant mais que vous devez faire malgré votre envie d'être plus personnel(le), familial(e) avec vos étudiants. Vous n'êtes pas là pour faire ami-ami, encore moins remplacer leurs mamans alors retenez-vous et buvez un café. Parfois, vous aurez la visite d'un prof venant se plaindre d'un élève, généralement le même, celui que vous venez à peine de convoquer. Vous hésitez à l'envoyer balader, vos nerfs sont à vifs et vous avez juste envie de tout balancer par la fenêtre, mettre le feu aux dossiers, vous mettre à poil et courir dehors en hurlant "Vive les vacances, Put***!?". Mais rappelez vous: votre image est importante. Alors vous prenez sur vous, souriez, assurez que vous aller à nouveau inviter ce dissident dans votre bureau et que tout ira bien.

18 heures, les cernes sont là, vous êtes devenu(e) une loque sur votre bureau, répondant encore et toujours à des appels. Vous en oubliez de boire votre café, d'aller vous doucher, d'aller chercher votre plateau-repas. Mais vous vous reprenez et allez au Gymnase, plus personne n'y est et vous avez besoin de vous réveiller. Surtout de vous maintenir en forme au cas où on vous appelle sur le terrain. Car vous êtes un héros vous aussi, et oui! Protégez la veuve et l'orphelin, c'est dans vos fonctions! Vous voilà donc enfermé(e) dans la salle de sport pendant 3 heures, le kit mains-libres activé, répondant encore à des appels tardifs mais relativement matinaux dans certains pays. La caféine se réactive dans vos veines le temps de suer à grosses gouttes, vous profitez au maximum de ce moment tranquille que vous vous accordez que le Lundi et le Vendredi.

Minuit sonne, vous ne voulez qu'une chose, dormir, bien content(e) que ce genre de journée ne vous arrive qu'une fois par semaine, que les autres seront plus tranquilles. Du moins, "tranquilles", c'est un grand mot, car vous aurez beau planifier votre vie, il y a toujours des événements qui chambouleront tout. Mais ne pensons pas à ça car à cette heure, vous avez le droit à un second bonheur quotidien. Votre dîner, quelqu'un a pensé à vous et a déposé un plateau devant votre porte. Est ce votre adjoint? Votre secrétaire? Le concierge? Allez savoir mais vous le remerciez gracieusement en avalant votre soupe froide et vos haricots beurres. Las, vous mettez votre portable en mode réveil, allez chez vous dormir dans un bon lit bien moelleux est impossible, vous êtes trop fatigués pour ça. Et puis n'oubliez pas, votre premier appel est à 5h15, et votre maison n'est pas non plus à coté. Du coup, vous dormez dans votre fauteuil, votre kit toujours dans l'oreille au cas où si on vous appelle -tout le monde n'a pas le même horaire que vous, ni le même respect pour le sommeil-, et votre plateau sur le bureau. Demain, il ne sera plus là et vous aurez une couverture. Décidément, quelqu'un est aux petits soins avec vous mais qui? Vous n'avez malheureusement pas le temps de réfléchir à ça, quelqu'un vous appelle.

Voilà, vous savez à présent à quoi ressemble une journée en tant que Dirlo. Comme vous avez pu le voir, ce n'est pas de tout repos. Et c'était une journée "banale", généralement, cela ne se passe pas ainsi, heureusement car vous risquez de vous ennuyer sinon! Une vie impossible? C'est ce qu'on se dit aussi en voyant les militaires, mais comme eux, on a une volonté à toute épreuve. Et c'est ça qui fait de nous des Dirlos respectables, on aura beau faire des erreurs, on ne relache jamais la pression et on va de l'avant!

J'aimerais bien savoir qui dépose mon dîner tout les soirs et qui me mets une couverture la nuit quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[OS] Être Dirlo, ce n'est pas de tout repos!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: Le manoir :: Le grand bureau-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit