AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Lun 22 Mai - 3:43

A Laurel, rien ne va comme ça devrait, un peu comme en Bretagne, si j'en crois mes contacts de là bas. Déjà, c'est jamais calme, les potins affluent aussi facilement que l'eau dans les rapides. Mais ce qu'il faut noter aussi, c'est le temps. Y a des jours de beau temps et d'autres sans. Aujourd'hui, c'est un jour sans faut croire! Les nuages sont bas, les oiseaux ne volent pas ou peu, et il pleut des cordes. Bon, étant en cours, cela ne me dérange guère, mais ça me plombe le morale quand même un peu, comme tout le monde, surtout en musique. Bon, c'était une matière que j'appréciais, mais avec un tel paysage, difficile de rester concentrée. Et puis c'était un train de vie que j'avais pris au monastère -il y a beaucoup de choses que j'ai gardé de là bas, je m'en rends compte que maintenant...-: quand il fait beau, on travaille dans les champs, quand il fait un temps de chien, rentre le tien. Bref, c'était pas une super journée... Heureusement, il y avait les fantomes pour rendre ce vendredi plus joyeux, comme Lassie qui hurlait à la mort dés que j'appuyais sur une touche du piano. Déconcertant mais amusant. Et... c'est tout. Non vraiment, il n'y avait qu'elle aujourd'hui. Ce qui était étonnant d'ailleurs...

J'ai finalement découvert la raison de leur absence en sortant de cours, baillant à m'en décrocher la machoire. Le prof m'avait regardé d'un drole d'air en me voyant rater deux morceaux de partitions que je connaissais pourtant par coeur mais je m'en fichais car à peine sortie que je me retrouvai avec trois bambins d'ectoplasme dans les bras. Le contact entre leur étrange matière et ma peau me fit l'effet d'une douche glacée fortement appréciée. On avait un temps de chien et pour couronner le tout, il était poisseux, j'avais l'impression de coller et c'était désagréable à souhait! Remarquant leurs grands sourires, je pris un air boudeur par jeu.

-Et bien alors les enfants! Depuis quand vous m'oubliez?

Riant comme s'ils avaient fait une bêtise, ils finirent par me lacher. Me voir parler dans le vide n'était plus une situation bizarre pour les autres étudiants qui passaient à coté de nous comme si de rien n'était. L'un des garçons finit enfin par tout me raconter.

-Tu vas pas nous croire! On a trouvé un enfant déprimé trop drole! Il est tellement collé contre la fenêtre qu'on dirait qu'il va la traverser! Oh et puis il dessine super bien! Tout le monde est avec lui!

Des ses propos, je n'avais retenu que la fin. Généralement, quand des morts s'attroupent autour d'un vivant, c'est qu'il est soit lié à eux ou à la Mort par un pouvoir, soit un futur décédé. C'était leur façon à eux de soutenir la personne quand elle passerait de l'autre coté, bien que beaucoup n'ait pas cette chance. Mais je ne pense pas que cet étudiant mourra de vieillesse. Savoir qu'il y avait un autre nécromant dans le coin, ou même l'hote d'un Psychopompe, me faisait plutot plaisir, on avait toujours quelque chose à apprendre de l'autre dans notre domaine.

Curieuse, je les ai suivi jusque dehors, ce que je leurs fus reconnaissante, pour eux il était facile de traverser les murs, moi.... j'ai beau essayer, ce n'est pas encore ça! Heureusement, les arbres au niveau du batiment des cours sont assez hauts et larges pour grimper à hauteur des fenêtres. Si mes souvenirs étaient bons, le mystérieux medium devait se trouver en salle de couture, une matière que je n'avais pas encore, et que je n'avais pas spécialement envie d'avoir -sérieusement, coudre? Ils sont sérieux? Le seul arbre pouvant me permettre de regarder dans cette pièce était un peu trop loin cependant, je dus grimper un peu plus haut -c'était surtout pour ne pas me faire repérer, le règlement interdisait ce genre de grimpette, mais moi et le règlement... c'est toute une histoire! Confortablement installée sur une branche épaisse, je me penchais en avant pour voir le centre d'intérêt de la communauté fantome. Il ne fut pas bien difficile à trouver, collé contre la fenêtre, la tignasse brun-roux et... c'est tout. De là où j'étais, je ne voyais pas grand chose... Et regarder son ame dés maintenant était hors de question, ce serait trop dépendre de mes pouvoirs. Déçue, je croisai les bras derrière ma tête et m'appuyai contre l'écorce, prête à roupiller.

-Tu me réveilles quand il bouge ok?

Je n'attendis pas sa réponse pour rejoindre les bras de Morphée, Jean le fantome avait dû retourner embêter le Iota, enfin, si on peut dire cela comme ça, il devait juste sentir un vent assez frais dans son coin. Par contre le réveil fut assez rude, une fois de plus résumé en une douche glacée au contact des mains des gamins qui étaient revenus me voir. Le ciel était un mélange de couleurs étonnant, ce qui annonçait le coucher de soleil, mais ce que je remarquais surtout était l'excitation des esprits, le fameux Jean, l'ainé des trois, montrant un point derrière moi du doigt.

-Ah bah enfin! Regarde! Il est là, tu le vois?

Il disait vrai, à une dizaine de mètres de moi, assis dans l'herbe, se trouvait la tignasse chatain que j'avais identifié dans la salle, plongé dans un carnet ou un cahier. Visiblement, il aimait la solitude. J'avais l'impression de me regarder dans une glace... Non vraiment, ça ne pouvait être qu'un médium, notre lien avec les morts a tendance à nous isoler des autres, ou alors à nous faire agir de façon étrange. Avide d'en savoir plus, je me penchais sur le coté et tendis la main vers une branche, un second bras bleuté et translucide ne tarda pas à apparaitre, rattaché à mon épaule, et prendre ce qui m'intéressait, un gland. Après avoir jonglé avec, je le lançai dans la direction du gamin. N'étant pas douée dans ce sport, je ne m'attendais bien évidement pas à atteindre sa tête, ni encore de rester éternellement cachée là haut jusqu'à ce qu'il lève la tête, c'est que l'écorce, ce n'est pas spécialement confortable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 30

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Mar 23 Mai - 3:26





Unlucky boy
Blue & ErikWhat if Death, was a real person...


Par quoi commencer ? Je venais tout juste d'intégrer cette école. Je venais à peine de débarquer dans ce nouveau monde, enfin, c'est ce qu'il me semblait, à voir tout ces héros partout. Comme si ici, le seul mot du dictionnaire, c'était "Héros".
"Tu as entendu parler de ce héros ?", "Oh regarde, c'est un héros !", "Bienvenue à l'école des Héros.", "Tu vas devenir un héros !".
J'avais envie de faire ravaler ce ramassis de bullshit aux habitants de cette ville. Depuis mon arrivée, que ce soit à l'école, ou dehors, j'ai l'impression de ne pas être à ma place... Encore moins qu'avant, quand j'étais tranquillement chez moi, en Suède.

Quand je suis arrivé ici, on m'a posé plein de questions. Pour mieux cerner mon "potentiel", ce genre d'histoire. Un potentiel inexistant. Suite à ça, on m'a attribué une chambre. Apparemment, c'est censé être une chambre pour plusieurs élèves, mais je suis actuellement tout seul, et je ne vais clairement pas m'en plaindre. Si cette situation pouvait durer, ça serait quelque chose d'extrêmement bien pour moi, ne pas avoir à subir les petits tracas quotidiens d'autres adolescents. Et ce qu'il y a de marrant, ce que par subir, j'entends vraiment subir ça... Quelle joie d'avoir cette connerie en moi.

Enfin bon, les cours avaient commencé et j'avais déjà un peu de travail à rattraper. Et quoi de mieux pour commencer mon "incroyable" aventure de "Héros" qu'un beau jour de pluie... Histoire de me rappeler que partout où j'aille, t'es là pour me dire "Et oui la malchance".
Du coup, on était Vendredi, et pour commencer les cours, j'avais eu dans la journée :
Cours de Ténébritude... Comme première impression de cette école... C'est incroyablement mauvais, un cours où on t'apprend à ressembler à un méchant de Shonen. Très peu pour moi, même si apparemment, d'après le prof, j'aurais un certain talent. Grand bien lui fasse, à penser que je suis apte à devenir un méchant.
Cours d'Apprentissage de pouvoirs, ce pourquoi je suis apparemment ici. Mais bon, ça s'est résumé à :
"Bon c'est quoi ton pouvoir le nouveau ?"
"J'attire la malchance..."
"Comment ça ?"
"Bah... J-Je suis malchanceux pour les autres"
"Hem... Ok, mets-toi sur le côté, je vais voir ce que je peux faire de ton pouvoir"
Rien de bien intéressant, je n'ai pas de pouvoir, donc rien à entraîner.
Cours de Défense, le cours où tu apprends à encaisser, et je n'avais pas vraiment envie... D'encaisser, pour les autres.

Et puis l'après-midi, de l'Anglais, de la victimisation... Pour finir sur la goutte d'eau qui fait déborder le vase... De la couture.
On ne m'avait pas dit qu'être un Héros il fallait être capable de tenir un pressing. Enfin bon, une bonne matière inintéressante. Où t'apprends à te faire un costume plein de style.
Un costume... Déjà qu'on me force à avoir un masque pour faire genre je suis un "HEROS", que ce mot là à la bouche hein... Je vais finir par être contaminé aussi. Mais si en plus on me force à me coudre un costume... Tout ça pour dire que je pense que je vais pas tenir un semestre sans me faire virer de cette école, pour mauvaises notes, et mauvais volonté surtout.

Ce cour de couture était tellement passionnant, que j'avais calé un côté de mon casque sur une oreille pour écouter de la musique tout en dessinant. Prétextant que c'était une ébauche de costume... J'étais plutôt en train de dessiner un paysage céleste... Des îles volantes.
J'avais finalement passé toute la journée à dessiner, des orages, des paysages, des personnages colorés. Histoire de m'évader un peu, de pas voir le temps pesant.

Enfin, j'ai été extrêmement satisfait de finir cette journée de cours... En espérant que toute la semaine n'était pas aussi nulle. Je regardais un peu dehors, la pluie s'était arrêtée... Et le ciel se dégageait un peu, le paysage était beau, en tout cas, plus beau que la chambre dans laquelle je me trouvais. Autant en profiter un peu et finir mon dessin dehors, sur l'herbe humide.

"Bah... C'est toujours mieux que de rester sur mon lit à ne rien faire..."

Je suis donc sorti dans les jardins, puis je me suis installé,
non loin d'un arbre. J'ai lancé la musique dans mon casque,
et je me suis plongé à nouveau dans mon dessin.

Laissant mon crayon détailler les nuages, les oiseaux et les reliefs des îles. Je me perdais, coupé du monde, dans cette scène de papier.
Je sentais presque le vent soufflait dans mon dos. Le bruissement des feuilles ainsi que les chutes d'eau, tombant dans le vide dans un grand bruit apaisant.
Pourquoi mon univers était si loin ? Pourquoi je ne pouvais pas avoir un ciel bleu ici ? C'est à cause de toi ça... Tu préfères t'acharner pour que je ne vois qu'un ciel noir. J'ai froncé les sourcils, appuyant un peu plus de le crayon... Je venais de dessiner une grande ombre,
surplombant l'île, d'une façon menaçante...
Même ici, tu viens me hanter ? Un frisson se fit sentir le long de mon corps, me plongeant dans une grande mélancolie...

"Je n'ai pas d'échappatoire..."

Je regardais de façon profonde mon dessin... Jusqu'à être dérangé par une légère sensation au niveau de la cuisse. En regardant,
un gland venait d'arriver là... Pourtant, je n'étais pas directement sous l'arbre... Et le gland n'a pas pu tomber jusqu'ici... Je levé les yeux doucement vers l'arbre, sans m'attendre à trouver une réelle réponse à la question "Pourquoi le gland ? Pourquoi la vie ?".
Et pourtant, à mon étonnement totalement visible, la réponse se trouvait bel et bien dans cet arbre.

Une élève, apparemment, était accrochée dans l'arbre, suspendu à une branche, comme un singe... Enfin... De mon point de vue,
c'est à ça que ça ressemblait... Je ne savais pas trop quoi penser...
Mais en tout cas, on aurait dit qu'elle essayait juste d'embêter le plus faible, malgré la posture assez ridicule...
Que faire ? Je n'avais nullement envie d'adresser la parole à quelqu'un... Mais je ne pouvais pas non plus ne rien dire, maintenant que j'ai levé la tête... Pourquoi les gens ne peuvent pas juste rester dans leur coin et ne pas embêter les autres ? Au final, ma chambre aurait été bien aussi... Personne ne serait venu me déranger là-bas.

Bon... Je ne vais pas m'embêter non plus... On va répondre brièvement pour éviter d'éterniser l’interaction... Non parce que je vois bien la branche d'arbre se casser, mais au final non, parce que je suis là, et donc malchance pour ma pomme. Et j'avais pas vraiment envie de me casser la gueule dans la boue. Donc finissons-en,
et vite.

"Hem... Oui ?"

Je regardais à présent fixement la demoiselle, avec un air soulé et bien dépité.
© Mleh Copyright & © 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Mer 24 Mai - 2:22

Voir autant de fantomes les uns contre les autres sans se traverser, c'était un phénomène que je ne parvenais pas à comprendre ni à expliquer. Le pire c'est qu'ils ne se gênaient pas entre eux, ça frolait le contorsionnisme pour certains! Mais ce que je notais, c'est que l'étudiant n'était pas affecté par leur présence. Il n'était donc pas un Médium. Le savoir me rassurait autant que me décevait, d'un coté car je suis plutot possessive quand il s'agit des morts, de l'autre car il était toujours réjouissant de voir qu'on n'est pas la seule à parler à des êtres venant de l'Au-delà, et donc, on pense moins qu'on est juste fou à lier...

Le regard sombre, je ne pouvais voir ce qu'il ressentait à cause de la hauteur, mais à en croire l'affaissement de ses traits, il était blasé en apprenant qu'il n'était pas tout seul comme il l'espérait. Il était malheureusement difficile de se faire discret dans l'école avec mes informateurs que sont les fantomes. Rien ne leur échappe et ils adorent raconter des potins, alors un élève blasé au point d'attirer l'attention des morts... Evidement que je n'allais pas laisser ce ragot passer sous mon nez! Surtout si ce n'est pas un médium... A moins qu'il ne l'est indirectement? Est ce que les fantomes pouvaient ressentir les maladies? La présence de la Mort pas loin des mortels? Est-il possible de voir une chose pareille déjà? Ah... 20 ans et incapable de trouver une réponse à ces questions pourtant importantes, comme quoi, jeunesse ne rime pas avec sagesse.

"Hem... Oui ?"

La voix de l'inconnu me ramena dans le présent, visiblement, il voulait faire vite. Dommage pour lui, j'étais curieuse de savoir ce qu'il était, et je ne suis pas du genre à lacher prise, surtout maintenant que je n'utilise plus mes pouvoirs n'importe quand pour n'importe quoi. Consciente que ma hauteur risquerait de lui donner un sévère torticolis, je changeais de position pour avoir les deux jambes dans le vide du même coté puis me laissait tomber. Par réflexe, mes bras surgir et prirent la place de mon corps sur la branche avant que deux d'entre eux n'enfoncent leurs griffes dans le tronc. Ce genre de déplacement était devenu assez facile avec le temps et je ne risquais pas un mal de tête pour un aussi court. Une fois les pieds sur terre, ils retournèrent à la chair comme si de rien n'était. De la frime? Peut-être un peu, il faut dire que mes mentors n'étaient pas des tendres, surtout celui qui m'a entrainé à escalader avec uniquement mes bras spectraux comme sécurité -difficile de ne pas se vanter d'être encore en vie après ça...

Tranquillement, je le rejoignis, répondant au passage à sa question.

-Salut, excuse moi de te déranger, je sais qu'il est préférable d'être seul pour dessiner. Mais j'ai des amis qui m'ont fait croire que tu étais un médium! Vu que c'est pas le cas et que tu les attires toujours, j'aimerais qu'on discute un peu. Je peux m'assoir?

Attendant une réponse de sa part, je sentis mon poil se hérisser sur mes bras dénudés. Un coup d'oeil bref vers les fantomes me confirma que leur nombre ne cessait de croitre, certains hurlant "Hey Truc, viens là! On a trouvé un dépressif!". Ca pouvait sembler horrible à voir, limite cruel, frolant le harcèlement, mais que voulez-vous? Pour eux qui prônent la joie et le rire pour couvrir leur perte et sembler plus "vivant", en découvrir un vrai ressentant uniquement du désespoir et de la solitude, c'est comme découvrir une perle rare! Et donc le nouveau sujet de discussion. La température commençait à chuter à cause de leur surnombre, heureusement, on avait un sale temps de base donc ce n'était pas surprenant. Choper la crève n'est tout de même pas une bonne idée! D'un geste de la main, je leurs fis signe de partir.

-Du vent les enfants! Laissez le donc respirer, promis, je vous raconterais tout après!

Déçus, ils s'éloignèrent en grognant, mécontents de perdre leur seule distraction de la journée. Certains ne partirent pas cependant, préférant se percher dans les arbres, un air innocent comme si ils ne m'avaient pas entendu. Je reportai mon attention sur le garçon, trouvant inutile de me répéter, la température avait cessé de chuter.

-Ils sont un peu lourds mais ils ne sont pas méchants, faut pas leur en vouloir. T'étais un peu leur star du jour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 30

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Dim 4 Juin - 3:55





Unlucky boy
Blue & ErikWhat if Death, was a real person...


Je fixais l'élève, soupirant discrètement pendant qu'elle descendait de l'arbre. Quelle plaie... J'ai doucement refermé mon carnet avant de le ranger dans mon sac. C'est dans ce genre de moment où une personne asociale devrait se dire "Pourquoi ça n'arrive qu'à moi ?". Moi je me contenterai de faire mon Caliméro légitime en sortant un "C'est trop pas juste".

Je réfléchissais déjà à comment j'allais pouvoir mettre fin à al conversation pour pouvoir partir au plus vite. Même si la personne n'est pas méchante. Elle peut être très gentille et agréable,
par contre, son karma ne me pardonnera pas. Et rester proche d'autres personnes ne fera qu'aggraver mon cas, c'est tout bête,
c'est idiot, mais je préfère vivre une vie tranquille seul, qu'une vie dangereuse et pleine de mauvaises expériences, mais avec de la compagnie. L'appréciation reste à chacun, de mon côté, je ne suis pas un aventurier, je n'aime pas l'inconnu. Je préfère rester dans ma zone de confort. Et mon confort actuellement, je le trouve principalement en étant seul. Et c'est pour ça que je n'avais pas envie d'entamer une discussion dans cette école qui n'était pas vraiment faite pour moi.

"Salut, excuse moi de te déranger, je sais qu'il est préférable d'être seul pour dessiner. Mais j'ai des amis qui m'ont fait croire que tu étais un médium! Vu que c'est pas le cas et que tu les attires toujours, j'aimerais qu'on discute un peu. Je peux m'asseoir?"

Je n'avais pas vu qu'elle s'était rapprochée. Le temps que je range le carnet et que je me perde dans mes pensées, elle en avait profité... Bon, et bien tant pis. Le dessin attendra, parce qu'en effet, c'est mieux d'être seul pour dessiner...
Par contre... Le reste de la phrase n'avait rendu assez perplexe. Des amis qui lui ont fait croire que j'étais un médium ? J'ai detourné quelques secondes le regard vers les bâtiments de l'école.

Déjà des rumeurs par rapport à moi ? Eh bien, il ne perdait pas leur temps dans cette académie. Je suppose que c'est un autre monde, les futurs Supers ne veulent pas de concurrence, et le bizutage et plutôt répandu, ça semblait logique, pourtant, j'osais espérer que ma discrétion et l'aura puante de malchance que je dégage allait me permettre d'être un peu tranquille, à croire que non. Bon... Le bizutage, ça dure en général... Une semaine. On a vu pire, on survivra. Enfin, la confusion générale venait quand même de la suite. Je les attire toujours ? J'avais beaucoup de mal à cacher mon incompréhension face aux paroles de mon "interlocutrice". Pourquoi ? Parce que je n'avais pas croisé, ni attiré qui que ce soit depuis mon arrivée, et je ne comprenais pas le sens de cette phrase.

L'incompréhension plus la question à la fin, ça avait réussi à me retourner le cerveau, je ne savais pas trop comment réagir... Je ne comprenais rien à ce qu'elle racontait. Et je n'avais clairement pas envie de savoir, donc je ne voulais pas qu'elle vienne s'asseoir... Mais par politesse, je ne peux pas refuser... Enfin je crois, puis pourquoi médium ? C'est qui les amis dont elle parle ? Je...

"Non... J-Je... Euh... Enfin oui, si tu veux... Je pense."

Ah bah c'est bien Erik, super pour la tranquillité, génial, je te remercie... Elle est foutue c'est pas grave.
Mais apparemment, elle semblait prise ailleurs, et elle n'avait pas entendu ce que je venais de dire... Tant mieux, parce que je n'avais pas envie de rester là plus longtemps.
Encore moins quand elle a commencé à faire des signes de la main et parlant au vide.

"Du vent les enfants! Laissez le donc respirer, promis, je vous raconterais tout après!"

Je regardais la scène avec des yeux grands ouverts... Qu'est ce qu'elle faisait... Soit c'est un bizutage particulièrement gênant, soit cette élève est complètement folle. Dans les deux cas, je n'avais vraiment, mais alors vraiment, aucun intérêt à rester ici.
J'ai donc, très discrètement, avec mon air toujours aussi choqué, commencé à rapprocher mon sac pour me lever et partir.
Mais bien sûr, ce n'était sans compter sur mon amie de toujours... La malchance, qui a trouvé bon de dire à la demoiselle de reporter son attention sur moi.

"Ils sont un peu lourds mais ils ne sont pas méchants, faut pas leur en vouloir. T'étais un peu leur star du jour!"

Je m'étais stoppé net, je la fixais d'un air troublé, et extrêmement gêné. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien raconter ? De qui elle parle ?
J'espérais presque que ça soit un bizutage, pour éviter de me dire que la première personne que j'ai rencontré dans ce bahut de malheur est une grosse folle à lier digne de se faire interner à l'Asile d'Arkham à côté de Harley Quinn et de Poison Ivy.
Je n'arrivais même plus à réfléchir correctement, j'étais stressé,
elle me foutait une pression dingue... Je veux dire, je n'étais pas serein du tout à l'idée qu'elle puisse être folle. Je n'avais vraiment qu'une envie, c'était de rentrer chez dans ma chambre, me prendre une douche, boire un soda, et me mettre dans mon lit pour oublier.

Mais malheureusement, pour l'instant, ce n'était pas possible,
il fallait que j'arrive à partir, pour éviter une quelconque discussion,
quelle qu'elle soit avec cette personne... Mais je ne pouvais pas dire "Bon tu me soules j'ai pas envie de te parler.", déjà parce que si elle est folle violente, j'ai aucun moyen de me défendre, et ensuite parce que c'est pas forcément la meilleure façon de faire. Dilemme sur dilemme, j'en peux plus.

"Hem... Je... Ouais, je pense que je vais partir, parce qu'en fait, je... Euh..."

Je n'étais vraiment pas bon pour mentir... Et avec ma grande confiance en moi, forcément, c'est le combo gagnant pour être crédible...

"Il commence à faire frais, je trouve. Je... Je veux pas trop attraper froid... En fait."

Je... N'étais pas du tout crédible. L'échec critique va me retomber sur la gueule. Elle va se rendre compte que j'essaie de me casser d'une façon totalement discrète, ça se voit. Et là, je pense que ça va mal tourner pour moi. Unlucky.
© Mleh Copyright & © 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Hssup
❝ POINTS : 207

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Ven 25 Aoû - 13:47

En posant mes yeux sur lui, je me rendis compte qu'il était mal à l'aise, limite choqué, il ne comprenait clairement pas de quoi je parlais. Ah, avec les autres médiums, c'est tellement plus évident de communiquer à ce sujet! Mais quand il s'agit des autres, c'est bien différent. Je perdis rapidement mon sourire et ma bonne humeur en prit un coup. Je pouvais presque lire ses pensées sur sa face, comme bien d'autres, il me prenait pour une folle, comme mes parents, il se refusait de croire à autre chose que ce qu'il voyait. La colère commençait à me gagner malgré moi, moi qui avait toujours exprimé de la passivité en guise de défense contre l'ignorance des Vivants, je commençais à en avoir marre. Je pris néanmoins sur moi avant de faire une bêtise, je risquais de le regretter.

"Hem... Je... Ouais, je pense que je vais partir, parce qu'en fait, je... Euh..."

Je gardais le silence, préférant me taire. Quand on est en colère, on peut dire bien des choses cruelles et injustes, je ne voulais pas me rabaisser au niveau des ignorants, je valais mieux que ça! En réalité, je cherchais un moyen de lui ouvrir les yeux. Il existait bien des hotes de dieux et des vampires, pourquoi pas des esprits? Je m'en fichais s'il fuyait après, tant qu'il se rendait compte de son erreur! Conscients que j'allais prendre une décision importante -je ne parlais de mon don qu'à de très rares personnes en qui j'avais confiance après tout, lui, ce n'était pas le cas-, les esprits qui nous avaient quitté revinrent, moins nombreux mais assez proches pour refroidir considérablement l'atmosphère, faisant trembler le Voile entre nos deux mondes. Je la sentais, cette barrière, prise entre deux forces qui n'allaient pas tarder à la faire céder, pour mon voisin, ce devait être une sensation très désagréable de froid qui lui glaçait les os, une température très étrange pour un été particulièrement chaud.

"Il commence à faire frais, je trouve. Je... Je veux pas trop attraper froid... En fait."

Ce n'est pas froid que tu risques d'avoir, mais en soit, je m'en fiche. Quelque chose l'effrayait dans le contact social, peut-être était-ce son don? Il était nouveau après tout, il ne savait probablement pas user de ses pouvoirs et craignait de faire du mal. Je voulais lui montrer qu'il y avait plus terrifiant qu'un don, mais aussi plus beau, et qu'il suffisait d'ouvrir les yeux pour y croire. Ce que j'allais faire, je le faisais uniquement pour certaines personnes proches des Portes de la Mort qui voulaient savoir ce qu'était le Paradis. J'avoue ne pas savoir moi-même, mais montrer une partie de cet étrange univers qu'est l'Au-delà est déjà bien non? Conscients qu'il risquait de fuir en voyant ce que j'allais faire, les esprits ne tardèrent pas à poser leurs mains sur les épaules du nouveau. Ils n'avaient pas besoin de moi pour qu'il sente qu'un poids l'empêchait de se mouvoir, il allait sans doute paniquer mais bon, la peur de l'inconnu, on le vit tous une fois dans sa vie après tout. Lentement, je faisais ressortir mes bras spectraux qui, avec mes mains de chair, rejoignirent les nombreuses petites mains visibles que pour moi pour l'instant, et enfin, le Voile se brisa. Il n'allait pas traverser le Pont avec moi, uniquement voir ce que pouvait montrer le Voile une fois ses pans écartés, des fantomes, grands, petits, jeunes, vieux, intacts, blessés. Il ne verra pas non plus leurs auras, n'ayant pas la Vue Spectrale comme moi qui rendait mes yeux plus lumineux, non, il ne verra qu'un quart de ce que je vis depuis ma naissance, une toute petite partie de ce qu'est le Royaume des Morts.

-Ce sont eux, mes amis. Et j'espère que tu as plus de respect pour les morts que pour les vivants, surtout quand tu es dans une école où l'impossible devient possible, et que la folie n'existe pas.

Je le laissai digérer tout cela, le lâchant une bonne fois pour toute, laissant mes bras spectraux reprendre leur place dans ma chair, brisant par la même occasion le lien entre nous. Doucement, les fantomes reprirent leurs aspects translucides, sans auras, et le monde reprenait ses couleurs sous mes yeux. La Mort n'avait même pas eu le temps d'engourdir mes membres de sa Présence, me faisant prendre conscience que j'avais changé, que j'avais progressé. Je finis par me relever, prête à partir, à moins qu'il était maintenant ouvert à la discussion? J'avais de gros doutes et son comportement me confirmait que la bêtise humaine existait partout, même dans le meilleur des endroits. Lassie s'était collée à moi, couinant en quête de caresses que je ne tardais pas à lui donner du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 30

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance) Sam 14 Oct - 16:18





Unlucky boy
Blue & ErikWhat if Death, was a real person...


Pourquoi les gens ne pouvait pas tout simplement me laisser seul ? Est-ce que j'ai l'air de vouloir discuter avec les gens...
Je fais tout pour éviter ces contacts là, et pourtant, j'ai l'impression que les gens ne le comprennent pas. Ils sont toujours là à essayer de me faire parler, de lancer les discussions.
Elle avait dû comprendre que je la prenais pour une folle, vu son changement d'expression. Vraiment un gros niveau du côté du joueur Suèdois en tout cas. Elle s'est énervé, la malchance, bim bam boum. Le karma va encore frapper.

Je poussai un soupir, qui voulait juste dire "Vas-y, fais ce que tu veux, de toute façon, j'suis désespéré, un peu plus un peu moins, qu'est-ce que ça change ?"
Dans tout les cas, j'avais dit que j'allais partir, donc bon, à vrai dire, c'était mieux pour moi de retourner dans ma chambre au lieu d'attendre ici dans le vide, elle est énervée, elle semble un peu dérangée. Et moi j'veux pas discuter, encore moins quand je comprends pas, donc ça semblait être logique de mettre fin à la conversation.

Pourtant, j'ai pas réussi à me relever. J'avais beau essayer, j'étais bloqué. Une force étrange m'empêchait de bouger.
C'est donc ça, les fameux dons ? Encore une fois, j'ai lâché un soupir. C'était comme ça que mon premier jour ici allait se passer ?
Direct avec un conflit avec une autre personne ? Qu'est-ce que c'était exactement ? La capacité de figer les gens en leur parlant ? En fait, ça ne m'intéressait pas plus que ça, je n'avais de toute façon aucun moyen de me défendre, aucun don pour riposter. Juste un talent pour attirer la malchance, et voilà où elle a décidé de me mener aujourd'hui, j'espère que tu es content de toi.

La température venait de descendre d'un coup ? Je sentais mes poils se hérisser, ainsi que des frissons le long de ma colonne vertébrale.
Pourtant je n'avais pas l'impression d'avoir peur, ce n'était pas son regard énervé qui allait me faire peur, vu le nombre de problème comme ça que j'ai déjà eu, comme je dis, c'est une fois supplémentaire qui va me faire peur.

Bon quoi maintenant ? J'allais sûrement me prendre des coups sans même pouvoir riposter. Mais à quoi bon chercher à riposter après tout. Je ne peux pas m'opposer à la malchance. N'est-ce pas ?
Je pense même que chercher à m'opposer à ma nature même n'entraînerait que plus de malchance.

Rah et pourquoi j'suis là ? A quel moment de ma vie je me suis dit que c'était quelque chose d'intelligent d'accepter d'étudier dans cette école pour Super ? J'ai pas l'étoffe pour ça. A quoi bon ?
"Regardez ! C'est le Héros qui apporte la malchance !" Nan mais ça rime à quoi ? Je... Je dois pas m'énerver, c'est ce qu'il veut,
je. Nan... Ok souffle.

Comme si ça suffisait pas, la demoiselle venait de faire un truc bizarre, je comprenais pas ce qu'il se passait. Mais je crois qu'elle venait de poser ses mains sur ma tête ou quelque chose comme ça.
Et là maintenant, je voyais pleins d'autres personnes.
C'était quoi au final ? Une illusion ? J'arrivais même plus à..
Je-je.

...

Tout a disparu et j'en ai profité pour fermer les yeux. C'était trop en même temps. J'avais juste pas envie d'être là, et on venait me faire subir autre chose que ce que j'ai déjà à subir au quotidien.
Je n'aimais pas la tournure des événements. J'aurais mille fois préféré me faire taper dessus. Plutôt que de subir quelque chose d'horrible sur ma couche de malchance quotidienne.

Il fallait que je me calme, sinon c'est lui qui va prendre le contrôle...
Je, je veux pas. Souffle, souffle.
J'essayais difficilement d'expirer et d'inspirer doucement, sans faire gaffe au reste, je n'étais même plus concentré sur l'interlocutrice qui venait clairement de perturber mon monde.

"Ce sont eux, mes amis. Et j'espère que tu as plus de respect pour les morts que pour les vivants, surtout quand tu es dans une école où l'impossible devient possible, et que la folie n'existe pas."

Je restais silencieux, tentant toujours de réguler ma respiration pour ne pas craquer. Mais j'avais bien écouté, et j'avais déjà une réponse à ça, quelque chose que je ressens depuis mon arrivée ici,
et quelque chose que je ne cacherai de toute façon pas indéfiniment.

Il m'a fallu quelque seconde pour réussir à marmonner de façon mélancolique et un peu vexé.

"C'est... C'est bien beau de me parler d'impossible qui devient possible... Oui, c'est facile pour vous ça."

Je me suis redressé pour reprendre ma place initiale, la respiration lourde et le regard fixe.

"J'arrive déjà pas à rendre le possible, possible dans ma vie. Et on vient me parler d'impossible..."

Mon main était en train de se resserrer sur l'herbe pour montrer mon mécontentement.

"Je le savais, j'ai rien à faire là."

J'ai ensuite récupéré mes affaires pour partir. A quoi bon ? Je suis pas un héros.
Je me suis levé sans même regarder à nouveau la demoiselle, elle pouvait bien m'arrêter, mais pour me dire quoi ? Vu la situation, elle va pas me faire un discours sur la confiance en soi. Et même si elle le faisait, c'est bien la dernière chose que j'ai envie d'entendre.
©️ Mleh Copyright & ©️ 2981 12289 0


Soz pour le retard, j'avais laissé le gaz allumé... J'espère que ça te dérangera pas de reprendre le RP, je l'aime bien ce RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance)

Revenir en haut Aller en bas

Quand la Poisse et la Mort se rencontrent, c'est pas pour causer fleurs et nain de jardins (feat Erik Lachance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: La cour et les jardins :: Les jardins-
Partenaires
bouton partenariat