AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mar 30 Mai - 23:26

Klaus se réveilla, en pleine forme. Cela faisait dix jours qu'il se reposait. Bien sûr, il n'omettait pas les cours pour autant, mais, à cause de sa côte fêlée, il lui était interdit de pratiquer des exercices physiques pendant un moment. Il aurait pourtant souhaité continuer, malgré la douleur, mais Lilou n'était visiblement pas de cet avis, et Karisu, qui habitait chez eux depuis une semaine, non plus. Résultat, il devait se contenter de la méditation depuis une semaine, mais, ne voulant pas rendre cela inutile non plus, il en avait fait des séances intensives dès le lendemain des évènements du karaoké. Ils avaient beau avoir réussi à secourir tout le monde, Klaus s'en voulait légèrement de ne pas avoir eu un pouvoir assez puissant pour protéger son ami. Alors il avait médité, médité, et médité, pendant des heures chaque jour, au point qu'il en avait mal à la tête le soir en se couchant. Mais cela lui avait été utile. En effet, il réfléchir autant à son pouvoir lui avait permis de le percevoir autrement. Il s'était rendu compte qu'il ne contrôlait pas simplement un liquide, mais que c'étaient bien les molécules d'eau qu'il contrôlait. Ainsi lui étaient venues des tas de nouvelles applications, comme décanter les liquides homogènes, ou encore modifier la température de l'eau, en agitant seulement les molécules.

C'est cette récente découverte qui l'avait sans doute mis de si bonne humeur ce matin. Ou alors c'était le fait qu'il pouvait dorénavant de nouveau s'entraîner physiquement. Sachant qu'il n'avait pas de cours, ni Lilou, ce jour-ci, il en profita pour organiser un entraînement commun entre elle, Karisu, et lui. De plus, Lilou lui avait parlé de la forêt de Laurel et du parc qui se cachait en son sein. Il s'agissait de l'endroit idéal pour que chacun des trois puissent s'entraîner convenablement. Et il se sentait prêt.

Il se leva, et sortit de sa chambre pour préparer le petit-déjeuner. Quelle drôle d'ambiance l'arrivée de Karisu avait provoquée. Karisu dormait encore sur le canapé du salon, et ses affaires trainaient plus ou moins un peu partout dans le bungalow, n'ayant encore aucun endroit où se ranger. Cela changeait beaucoup de ses premières années, où il avait dû vivre dans les chambres, seul. Cette fois-ci, son bungalow était plein, avec une personne qui n'avait même pas le droit d'y être, mais il était heureux. Ces personnes lui convenaient très bien. Ses amis.

Il leur prépara un petit-déjeuner conséquent. Ils allaient avoir besoin de prendre des forces aujourd'hui. Il prépara une omelette pour trois personnes, découpa des fruits de saison, prépara du thé noir pur, et fit revenir du bacon. Il découpa également quelques tranches de pain complet, qu'il fit griller. Il regarda sa montre. Il était sept heures du matin. Et lui était déjà prêt à manger pour partir s'entraîner. Alors il mangea, et partit en laissant sur la table un petit mot disant :

"Parti m'entraîner dans le parc de Laurel. N'hésitez pas à me rejoindre, comme convenu."


Puis il s'habilla avec un simple pantalon de jogging et un haut de jogging, et quitta le bungalow. Pour se remettre dans le bain, il courrait jusqu'au parc. Aussi se lança-t-il, à une allure de course, vers la ville.

C'était difficile, très difficile. Malgré que le temps restait frais, heure oblige, Klaus commençait à s'épuiser de courir. Peut-être avait-il eu les yeux plus gros que le ventre ? Traverser une ville aussi grande que Laurel en courant ? Il regarda sa montre. Sept heures trente. Cela faisant une demie heure qu'il courait, et il était arrivé au centre-ville. Ce qui signifiait qu'il lui restait à peu près vingt à trente minutes pour arriver à la forêt. Il ne s'arrêterait pas à la moitié du chemin, il en était hors de question.

Alors il continua, et continua. Il passa à travers la ville basse, les vieux quartiers, à travers les ruines de cette ville en pleine modernisation. A travers les vestiges de la piètre ville qu'elle devait être avant tout ça. A travers le passé. Il avait l'impression de remonter dans le temps, en courant, tant il passait de décors futuristes à des décors dignes de ces films noirs des années 70 qu'il affectionnait tant. Quelle étrange sensation cela lui faisait. Mais ça ne faisait que lui donner envie de continuer. Après tout, en rêvant un peu, il pouvait imaginer qu'il pourrait suffisamment remonter le temps pour ... mais pourquoi aurait-il besoin de tant remonter le temps ? Il était très bien, là où il est, à jouer les héros, non ? Bah, là n'était pas la question.

Enfin, il arriva dans la forêt. C'était un très joli coin de verdure, avec des arbres à perte de vue. S'il n'y avait pas une route centrale en son cœur, peut-être que Klaus s'y serait perdu. Mais il continuait à courir sur cette route, et, tandis qu'il observait les plantes, ce qui lui permettait d'oublier qu'il avait les jambes en compote, se dirigeait vers le fameux parc. Pour finalement y arriver.

Lorsqu'il pénétra dans le parc, ses jambes le lâchèrent, et il tomba par terre, essoufflé, en riant du peu d'air qu'il lui restait. Il avait vraiment poussé ses limites, cette fois-ci, et cela faisait trop longtemps qu'il ne l'avait pas fait. Il s'assit, et étira ses muscles, avant de continuer son entraînement. Cette fois-ci, fini de ne faire que du physique, ces sessions d'exercices musculaires seraient entrecoupés de séances de méditation et de manipulation d'eau, notamment pour s'essayer à ses nouvelles capacités. Il regarda sa montre. Huit heures et dix minutes. Il était prêt à commencer l'entraînement.

Mais il commencerait d'abord par un petit peu de méditation. Ce qu'il appelait "méditation" était en fait un exercice de concentration sur soi-même. Il consistait en la manipulation de l'eau les yeux fermés, et à en faire des formes. Interdiction de les voir. Il lui suffisait d'entendre que l'eau bouge. Il s'assit en tailleur, face au lac, et ferma les yeux. Il avait eut le temps de visualiser le décor qu'il avait devant lui, et se contentait de se le représenter mentalement. Une fois cette image conservée, il tentait de la modifier en y rajoutant l'eau qu'il contrôlait. Ainsi créait-il des tableaux mouvants dans sa tête. Et tandis que l'eau formait différents objets dans ce tableau, le vrai décor en face de lui se mouvait également, et l'eau y formait des figures représentant divers animaux, objets. Mais c'était fatiguant de trop le faire, et au bout de vingt minutes à jouer avec de l'eau, Klaus s'allongea par terre.

Il luttait contre le sommeil. Mais il devait gagner cette bataille là, car son entraînement risquait d'être raté s'il l'arrêtait de suite. Alors il se mit en position gainage, et commença une série de soixante pompes. Celles-ci étaient étonnamment assez faciles, ce qui le troublait légèrement.

Puis il se leva,et commença à se mettre dans des positions étranges, s'inspirant des vieux films sur les arts martiaux, ainsi que les livres qu'il avait lu à ce sujet. Il souhaitait en effet développer une façon de combattre au corps-à-corps, afin de palier à toutes les situations possibles. Il avait imaginé pour cela se servir de la force de ses coups, associée à ce long serpent aqueux qu'il avait crée sous le coup de l'énervement. Une technique alliant la force physique brute à la subtilité des mouvements aquatiques. Ainsi commençait-il à se positionner comme si ses bras étaient des serpents, et plaça de l'eau à l'extrémité de ceux-cis. Ils formaient alors une vraie figure de serpents aqueux, prêts à mordre les ennemis. Il donna ainsi plusieurs coups dans le vide, propulsant ses serpents juste après avoir frappé de la paume l'air. Ces coups, qui avec du recul lui semblaient assez clichés, avaient pourtant le potentiel de faire de très puissants coups.

Il s'entraîna ainsi pendant une bonne demie heure. Puis, il passa à la perfection pure de ses techniques de modification de la température de l'eau. Il mit de l'eau dans un container qu'il avait trouvé non loin, et s'amusa (c'est du moins l'impression que cela pouvait donner) à réchauffer et refroidir l'eau à l'intérieur. Chaque fois qu'il avait l'impression de l'avoir changé, il plongeait son doigt dedans, à défaut d'un thermomètre, pour vérifier si elle avait bien été modifiée. Il réitéra les opérations de refroidissement et de réchauffement pendant un bon moment. Puis il regarda sa montre. Neuf heures et cinq minutes. Il allait faire une pause, et attendre Karisu et Lilou.

Il s'assit sur un banc, et patienta. Ils devraient bientôt arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 162

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mer 31 Mai - 17:48

Une bonne odeur flottait dans l'air. Mais il était trop tôt... Lilou s'emmaillota dans sa couette oubliant la succulente effluve et se rendormit.

Les yeux de la brune papillonnèrent. Son estomac gronda, il était temps de s'éveiller. Elle prit son coussin avec elle, une drôle d'idée lui flottait derrière la tête; la nuit lui avait apporté des conseils intéressants.

Il semblait avoir terminé son déjeuner. Tant mieux car après ça il ne pourrai plus manger. Elle se glissa discrètement derrière lui.
Les secondes suivantes le pauvre Karisu se retrouve à la bouche scotchée dans tous les sens.
Elle lui envoya le coussin au visage, jusque-là elle portait un sourire fier, mais il disparut et ses sourcils se froncèrent.

"Estime-toi heureux que je ne te blesse plus que tu ne l'es déjà. La prochaine fois que tu joues les inconscients en te blessants alors que tu est invalide Je t'enterre vivant dans la toundra sibérienne."

Elle alla à la cuisine se chercher le petit-déjeuner de là-bas elle le prévint en riant

" Et ne t'avise pas d'enlever le sparadrap. J'ai eu une idée pour faire travailler tes méninges."

Elle rejoint avec un plateau débordant de victuailles et lui fit un clin d'œil. "Ça te changera de la dernière fois"

En dévorant son premier repas de la journée elle lui expliqua son idée.

"C'est étrange dit comme ça, mais cette nuit j'ai pensé à toi et aux moyens d'entraîner ton dos. J'ai remarqué qu'en combat tu te débrouilles très bien mais au niveau de ton pouvoir tu n'es pas du tout endurant. Il te suffit de griller 3 cerveaux et tu es à plat, en fait tu utilises une énorme quantité de pouvoir d'un coup, donc aujourd'hui tu vas apprendre la finesse et gagner en endurance. Je pense que tu n'as pas besoin d'utiliser tout ton pouvoir pour stopper quelqu'un, il suffit de le déstabiliser suffisamment pour l'arrêter physiquement."

Elle engloutit un gros morceau de bacon. Elle aimait tellement la viande !!!

" Et donc aujourd'hui interdiction de parler. Tu t'adresseras à nous dans nos esprits. Et en cas de migraine, j'ai un remède infaillible tu verras."

Son déjeuner terminé, elle alla dans la cuisine. Elle prépara sandwich, bouteilles d'eau, jus de fruits, fait maison bien sûr, une partie de son remède contre les migraines, et quelques serviettes pour s'éponger.
Lilou avait demandé à Klaus de lui enseigner quelques bases de combat, pour être capable de se débrouiller. Tel qu'elle le connaissait, elle allait transpirer.

Finalement elle décida d'aller s'habiller, elle ne pouvait pas rester en pyjama toute la journée, bien que ce soit très confortable.
Comme tenue d'entraînement elle choisit un short écarlate et un débardeur noir cela contrastait beaucoup avec sa peau porcelaine, mais peut-être allait-elle bronzer un peu.

Un taxi vint les chercher. Heureusement que Kari était blessé, sinon il aurait dû suivre l'exemple de Klaus, et Lilou n'y aurait pas survécu.

Arrivée au bord de la ville, le véhicule s'arrêta. Lilou régla, puis les guida au travers de la forêt. Il y a peu elle s'y était perdue et en faisant une singulière rencontre. Désormais elle ne se perdrait plus.

Durant le trajet elle expliqua à Kari les différentes idées qu'elle avait eu.

"Tu lis dans les esprits des gens tu pourrais donc explorer leurs peur les plus profondes et les projeter dans leur esprit. Ou même essayer de manipuler leur esprit pour qu'ils aient des hallucinations comme s'ils allaient devoir affronter une personne qu'ils aiment.
Pour cela tu t’entraînera sur moi, je ne te rendrai pas la tâche facile et c'est un vieux souvenir. Tu devras t'en servir contre moi, mais sans me cuir les neurones. Je me suis préparée alors ne t'en fais pas."


Revivre cela l'effrayait un peu. C'était il y a tellement longtemps qu'elle en avait presque oublié le goût amer. Mais cela irait. Il le fallait de toute façon, car il devait s'entraîner et Lilou ne permettrai jamais qu'il fasse souffrir des innocents.

Le chemin aboutit sur une clairière s'ouvrant sur le lac, c'était un décor magnifique! Lilou se stoppa d'un coup : il fallait qu'elle peigne ce décor. Elle sortit son téléphone est pris une photo. Klaus était dessus. Il ferait partie de son dessin.

Elle alla le saluer, posa ses affaires et lui expliqua pourquoi le rouquin avait les lèvres scellées. Une autre idée germa dans son esprit. Elle tendit une gourde au sportif et déclara :

"Kari, ne pourrais-tu pas aussi tenter de déstabiliser Klaus quand nous combattrons ? Mais ton défi sera de le faire sans qu'il ait peur ou qu'il soit triste."

Lilou leur fit son plus beau sourire en demandant :

" alors, on commence par quoi ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 83

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Jeu 1 Juin - 1:08

Karisu dormait a poings fermés, tandis que la douce lueur du soleil lui caressait le visage. Cette chaleur tendre, amicale semblait vouloir réveiller le criminel. Mais il n'en était rien. Il ne voulait pas se lever. Dormir sous un toit, entouré d'amis, rien n'était plus beau aux yeux de Karisu.

Cela faisait quelques temps que Karisu était revenu de sa « petite » escapade nocturne. Lilou était furax. Mais genre vraiment. Klaus lui, même si il ne le montrait pas devant Lilou, de peur de l'énerver d'autant plus, était particulièrement fier de son ami, qui avait risqué sa vie une fois de plus, alors qu'il était encore blessé, pour lutter contre le mal. Mais Lilou, elle ne l'entendait pas de cette oreille. A force de risquer sa peau a chaque combat, viendra le moment ou même la médecine ne pourrait plus rien faire.

Mais mine de rien, Lilou peinait a en vouloir réellement a Karisu. Elle était surtout très inquiète  et était continuellement aux petits soins pour lui , du moins quand elle ne lui criait pas dessus. Le télépathe ne lui en voulait pas lui non plus, il comprenait son inquiétude, ils étaient amis, pour le meilleur et pour le pire. Le chemin vers la rédemption allait être long, très long. Mais le criminel ne se décourageais pas.
Klaus l'aiderait dans cette voie. Oui Klaus serait le modèle de héros dont Karisu avait tant besoin. Tant qu'Herr Strom resterait sur le droit chemin, les héros vaudront encore la peine d'être épargnés. Herr Strom n'était autre que la volonté personnifié. Même lorsqu’il n’était plus la, sa volonté de fer subsistait et redonnait du courage même dans les situations les plus désespérés. Oui Klaus, malgré lui, était l'incarnation du vrai héro.

Karisu en était persuadé, ses amis était des personnes formidables. Il remerciait souvent le destin de les avoir placés sur son misérable chemin. Au fond de lui, il n'était pas réellement sûr de mériter des personnes tels que Lilou et Klaus. Mais tant que ce trio resterait soudé, Karisu serait dans d’excellentes conditions pour devenir quelqu'un de meilleur.

Karisu ouvrit les paupières, sentant une délicieuse odeur de pain grillé et d’œufs. Il se redressa, mais cogna violemment son bras droit contre la table basse.

« Aie, bordel, je vais jamais réussir a me faire a ces trucs » dit-il en pestant contre son plâtre.

Il se leva, penaud, et se dirigea en direction de la douche. Il se déshabilla en prenant soin d'enrouler son bras droit de sac plastique. Il ne valait mieux pas que son plâtre soit endommagé par l'eau, ou Lilou en refabriquerait un a l'aide des os de son crâne. Peu réjouissant. Cette douche fut particulièrement agréable.

Après s'être séché, Karisu ébouriffa ses cheveux de braises, enfila un jean noir délavé et troué, un T-shirt blanc, ainsi qu'une chemise a fleurs bleue et blanche. Il accrocha une paire de lunette aviateur a celle-ci. Non, il n'avait pas envie de porter de costume aujourd'hui. Il ne sortait pas en tant qu'Eristos, mais en tant que Karisu, ami de Klaus et de Lilou.

Le télépathe disposait d'une sacré classe, même avec ce style décontracté, cela accentuait même son coté barré et désinvolte. C'était par ailleurs assez déroutant.

Il se dirigea ensuite vers la cuisine et commença a avaler goulûment le succulent petit déjeuner qu'avait préparé Klaus. Décidément, c'était une chance d'avoir de tels cordons bleus comme colocataires, pour quelqu'un pour qui l'alimentation était a base de sandwichs triangles, de pause clopes dans les escaliers,et de plats instantanés et qui n'avait par conséquent jamais appris a cuisiner convenablement.

Puis il pensa a ce fameux entraînement que lui avait réservé Lilou. Elle avait l'air toute excitée, mais n'avait pas encore trouvée d'idée. Pourvu que cela ne soit pas un truc trop tordu. De toute façon, Karisu avait, pour se faire pardonner, promis de faire cet entraînement, peu importe de quoi il s'agissait. Le télépathe sentait qu'il allait le regretter. Lilou était aussi tarée que lui, et c'est peu dire. Il ne préférait même pas imaginer ce qu'elle lui avait concocté.
Karisu venait de terminer de déjeuner. Il tenta de prendre son assiette et ses couverts, avant de lamentablement échouer en les faisant lourdement retomber sur la table. Le télépathe abandonna, grognon et retourna s'allonger dans le canapé.

Soudain il sentit une présence se glisser peu a peu derrière lui. Un sourire se dessina sur son visage. Il aurait clairement pu se retourner et empêcher la jeune femme de faire quoi que ce soit, mais préféra la laisser faire, pour s'amuser.

Ce fut évidemment une très mauvaise idée. Lilou lui scotcha la bouche puis lui jeta un oreiller au visage. Dommage, si il avait eu un oreiller a proximité, cela aurait très probablement finis en bataille, et en retournement total du Bungalow.
Le sourire amusé de la jeune femme laissa place a sa si fameuse mine sévère. Karisu commençait a la connaître par cœur, cela le réjouissait d'autant plus.

"Estime-toi heureux que je ne te blesse plus que tu ne l'es déjà. La prochaine fois que tu joues les inconscients en te blessants alors que tu est invalide Je t'enterre vivant dans la toundra sibérienne." 

Elle avait ce don pour les formulations qui ne donnaient absolument pas envie de lui chercher des noises. Oui, quand elle le voulait, Lilou pouvait être effrayante.
La jolie brune se dirigea en direction de la cuisine pour prendre son petit déjeuner elle aussi.

" Et ne t'avise pas d'enlever le sparadrap. J'ai eu une idée pour faire travailler tes méninges."

Quelle genre d'idée farfelue pouvait bien lui être passé par la tête une fois de plus ? Peu importe elle allait sûrement lui apporter toutes les réponses a ses questions. Elle le rejoignit sur le canapé, accompagnée de son plateau de petit déjeuner.

"Ça te changera de la dernière fois" dit-elle en faisant un clin d’œil au criminel

Elle insinuait donc que Karisu était stupide. Celui ci fit une mine bougonne, visiblement vexé. Certes, le télépathe était impulsif, mais c'est ce qui faisait son charme.


"C'est étrange dit comme ça, mais cette nuit j'ai pensé à toi et aux moyens d'entraîner ton don. J'ai remarqué qu'en combat tu te débrouilles très bien mais au niveau de ton pouvoir tu n'es pas du tout endurant. Il te suffit de griller 3 cerveaux et tu es à plat, en fait tu utilises une énorme quantité de pouvoir d'un coup, donc aujourd'hui tu vas apprendre la finesse et gagner en endurance. Je pense que tu n'as pas besoin d'utiliser tout ton pouvoir pour stopper quelqu'un, il suffit de le déstabiliser suffisamment pour l'arrêter physiquement."

Améliorer le nombres de personnes pouvant être cramées, voir être capable d'en neutraliser plusieurs en même temps était quelque chose de tentant. Mais il faudrait a Karisu énormément d’entraînement pour y arriver.


" Et donc aujourd'hui interdiction de parler. Tu t'adresseras à nous dans nos esprits. Et en cas de migraine, j'ai un remède infaillible tu verras." 

Lilou n'avais pas s'en faire, Karisu n'utiliserai pas son remède. Il endurerait la souffrance. Les choses allaient être bien plus excitantes de cette façon.

Lilou se releva, et partit s'habiller et préparer leurs affaires pour partir. Elle portait un short rouge ainsi qu'un débardeur d'un noir profond. Karisu trouva que cela lui allait a merveille. Il se releva et ramassa son Zippo ainsi que ses cigarettes. Ils allaient emprunter un Taxi, mais avant cela, Karisu souhaitait fumer une petite cigarette, avant le départ.

Un taxi vint les chercher. Il montèrent a l'intérieur et commencèrent a discuter. Enfin discuter... C'était un bien grand mot, puisque d'un point de vue strictement extérieur, Lilou parlait toute seule.

"Tu lis dans les esprits des gens tu pourrais donc explorer leurs peur les plus profondes et les projeter dans leur esprit. Ou même essayer de manipuler leur esprit pour qu'ils aient des hallucinations comme s'ils allaient devoir affronter une personne qu'ils aiment. 
Pour cela tu t’entraînera sur moi, je ne te rendrai pas la tâche facile et c'est un vieux souvenir. Tu devras t'en servir contre moi, mais sans me cuir les neurones. Je me suis préparée alors ne t'en fais pas."


« Utiliser mon don sur toi ? Euh... J'veut bien essayer mais... Imagine une seconde que ça tourne mal ? Je pourrais te tuer ou t'envoyer dans le coma. Et après c'est moi qu'on engueule car je fais des trucs stupides ! C'est la meilleure !. » s'écria Karisu par télépathie a l'intention son amie.

Les deux éléments rejoignirent rapidement le troisième de leur incroyable trio. Klaus était près du lac, Lilou couru lui dire bonjour et lui expliquer l’entraînement si spécial qu'allait subir Karisu.


"Kari, ne pourrais-tu pas aussi tenter de déstabiliser Klaus quand nous combattrons ? Mais ton défi sera de le faire sans qu'il ait peur ou qu'il soit triste."

Karisu acquiesça d'un mouvement de la tête. Il n'avait pas le droit d'utiliser sa bouche, mais Lilou n'avait pas interdit les mimes.

Karisu sur le coté, les mains posées sur le pommeau de sa canne et commença a observer ses deux amis. Ils allaient en baver. Oh oui. Cela ne faisait aucun doute. Si la bouche de Karisu n'était pas scotchée, celle ci afficherait déjà le fameux sourire sardonique du télépathe.


" Alors, on commence par quoi ? "  demanda Lilou.

Karisu commença par communiquer dans l'esprit de ses deux amis simultanément.

« Bon, j'pense que vous allez commencer par un petit échange de coups . Klaus, ne t'ennuie pas a être sympa avec elle, si je vois que tu domine trop le combat, tu mangera de mon don. Idem pour toi Lilou, crois pas que je vais te ménager. Au contraire. » le télépathe conclua son discours par un rire malsain dans l'esprit des ses deux amis.

« Que le spectacle commence ! » leur cria Karisu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Ven 2 Juin - 20:37

Alors que Klaus était assis et regardait le lac, il vit Lilou et Karisu arriver vers lui. Lilou vint lui dire bonjour et lui expliqua l'entraînement, comment elle le voyait.

"Kari, ne pourrais-tu pas aussi tenter de déstabiliser Klaus quand nous combattrons ? Mais ton défi sera de le faire sans qu'il ait peur ou qu'il soit triste. Alors on commence par quoi ?"

Karisu répondit avant Klaus. Ce dernier déglutit. Il ne voulait pas vraiment subir le pouvoir de son ami. Pas après ce qu'il en avait vu. Il avait intérêt à se contrôler.

"Bon, j'pense que vous allez commencer par un petit échange de coups. Klaus, ne t'ennuie pas a être sympa avec elle, si je vois que tu domine trop le combat, tu mangera de mon don. Idem pour toi Lilou, crois pas que je vais te ménager. Au contraire. Que le spectacle commence !"


Klaus soupira.

"Bon, très bien, prépare toi, Lilou, j'y vais sans mon don pour commencer."

Il se mit en position, prêt à combattre.

"Viens sur moi, et frappe moi autant que tu le peux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 162

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Sam 3 Juin - 0:52

Lilou accepta le défis avec enthousiasme, il fallait qu'elle se donne à fond, que Klaus lui fasse dépasser ses limites, sinon grillage de neurones en perspective.
Elle mit le pied droit devant, fléchit légèrement les genoux et mit ses mains, points serrés, devant son visage. Et maintenant... Lilou avala sa salive, il fallait qu'elle le frappe. Enfin elle allait essayer.

Elle s'avança et tendit son bras. Trop lente trop faible tentative misérable, elle se retrouva les fesses dans l'herbe. Elle se releva, cette fois-ci elle osa beaucoup plus. Elle s'avança sans hésiter et le prit par le t-shirt. Sa poigne était primaire et elle souhaitait seulement le déséquilibré. Elle donna un coup de pied au niveau des siens. Elle s'imaginait déjà le faire tomber.

Mais c'était un roc. Elle venait de frapper un mur. Le sol accueilli son derrière avec élégance.

Les multitudes tentatives d'attaques qui suivirent, elle les finit au sol, à chaque fois elle essayait de nouveaux stratagème, mais rien. A chaque fois elle se relevait plus impatiente de relever le défit de nouveau. Ses mains légèrement éraflée elle ne sentait rien. Seulement la joie d'apprendre un sport si primitif et existant.

Au bout de quelques minutes elle comprit qu'elle ne pourrait lui faire de mal, même si elle le souhaitait très fort. Mais du coup, si elle le souhaitait. Où devait-elle frapper ?

Elle eu une idée. Mais pour cela il fallait fienter. Lilou se précipita sur lui en de multiples gestes désordonnés et inutiles, comme ses précédentes attaques. Elle trébucha, mais se reprit rapidement. Elle profita de l'élan de la chute pour propulser son point au niveau du sternum de son adversaire. Il fallait que cela réussisse.

Que faisait Kari à cette instant ? Fouillait-il dans son esprit ? ou parlait-il a Klaus ? Elle espérait de tout cœur qu'il s’exerçait son don. Les regarder se battre n'était peut-être pas le plus exaltant. Mais lui avait un boulot à produire avant la fin de la journée !

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha


~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 83

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Sam 3 Juin - 16:20

Les jeux avaient commencés. Lilou tentait désespérément d'infliger des coups a Klaus, qui restait calme, de marbre, face aux assauts de la jolie brune. Le combat était véritablement a sens unique. Karisu allait pouvoir s'amuser.

Un sourire d'une animalité effrayante commença a se figer doucement sur  le visage du télépathe, étirant peu a peu le scotch. Il leva sa canne avant de la replanter violemment dans le sol. Il fixa Klaus et commença a fouiller dans son esprit. Tout un tas de souvenirs lui apparurent, des souvenirs heureux, nostalgiques, des souvenirs d'un long voyage.

L'homme aux cheveux de feu naviguait dans des dédales de souvenirs au sein même de la psyché de son ami. C'était comme avancer a l'aveuglette dans un sentier a un millier de voies. Une sorte de labyrinthe mental. C’était assez dur pour le télépathe de se repérer au milieu de toutes ces images, et pensées.

Il commença cependant a distinguer une différence entre les branches. Certaines étaient plus sombres, moins accessibles et plus tortueuses. C'était comme si ces souvenirs avaient été placés la, comme dissimulés afin que personne ne puisse y accéder, ou difficilement. Karisu, y pénétra, il venait de rentrer dans le domaine des peurs, des regrets, de la souffrance.

Le criminel tremblait d'excitation. La partie allait être plus intéressante que prévue. Karisu continua son petit voyage au sein de cette branche horrifique.

Karisu s'arrêta. Il pouvait voir les souvenirs de Klaus comme a travers une grande vitrine. Deux enfants se battaient, ils avaient l'air assez jeunes, des adolescents visiblement. Karisu voyait a travers les yeux de Klaus, enfin plutôt a travers les yeux du Klaus de ce souvenir. Klaus semblait s’énerver contre cet enfant qui se moquait de lui et perdait peu a peu tout contrôle de lui même.

L'adolescent qui tenait tête a Klaus tomba inconscient. Karisu sourit. Klaus venait-il de tuer un de ses camarades ? Quel souvenirs intéressant et exploitable.
Karisu passa sa langue sur ses lèvres, excité comme jamais, avant de continuer, en s'enfonçant toujours plus profond au sein de l'esprit de Klaus.

Il s'arrêta devant ce qui s'apparentait a un océan, d'une profondeur inimaginable. L'eau était noire. Karisu distingua cependant quelqu'un. C'était Klaus. Il se noyait.
Le télépathe éclata de rire. Klaus aurait peur de l'eau, quelle ironie. L'homme aux cheveux de braises quitta les douloureux souvenirs de Klaus en rebroussant chemin. Il interrompit la recherche de souvenirs qui l'avait un peu essoufflé et s'adressa a Klaus par télépathie.

« Tu va moins faire le malin désormais. Prépare toi, a souffrir ! » S'écria le télépathe en riant aux larmes.

Soudain, le télépathe commença a faire germer un cauchemar dans l'esprit de Klaus. Il était seul,au beau milieu d'un océan infini, d'une profondeur effrayante et abyssale. Tous les gens qu'il connaissait tentait de lui mettre la tête sous l'eau, ses parents, ses camarades... Même Lilou. Le garçon qu'il avait failli tué s'accrochait a ses jambes pour le faire couler, lui aussi. Sa peau était livide,  ses yeux révulsés. Il fixait  Klaus avec son regard pénétrant et horrifique, pendant qu'il essayait de le noyer. Karisu produisait également un horrible sifflement strident dans la tête de son ami. Ce sifflement avait plusieurs but. Le premier, faire souffrir Klaus. Le deuxième se servir de l'intensité et de la montée dans les aigus du signal afin de doser les impulsions cérébrales. Trop aigu et trop fort ? Mort de Klaus. Pas assez aigu et trop faible ? Fin du cauchemar. Karisu devait a la fois se concentrer sur les images a fournir et cette balance mortelle, ce qui n'était pas chose aisée.

Le télépathe suait a grosses gouttes pendant qu'il riait machiavéliquement dans l'esprit de son ami. La difficulté était incommensurable, et l'homme aux cheveux de braises peinait véritablement a ne pas envoyer son ami dans le coma. Cependant, il trouva enfin un point de maintien du cauchemar. Klaus était prisonnier. Il profita de ce très bref moment de faiblesse de la part de Klaus pour communiquer avec Lilou.

« Profite en, frappe le, c'est bientôt ton tour. » lui expliqua le criminel, difficilement avant d'éclater de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Dim 4 Juin - 12:03

Lilou avait commencé à l'attaquer. Alors qu'il se tenait en position pour la contrer, elle lui donnait des coups, autant qu'elle le put, et lui la repoussait à chaque fois, évitant à tout prix de la frapper.

"Trop lent ! Essaie encore !" étaient la plupart des paroles qu'il prononçait, alors que les tentatives de Lilou se multipliaient.

Mais cela devait vite ennuyer Karisu qui, par télépathie lui annonça : "Tu va moins faire le malin désormais. Prépare toi, à souffrir !"

Il savait que cela n'allait pas être bon pour lui, et se mit aussitôt à crier : "Nein ! Nein !"

Soudain, sa vision se troubla, et il se retrouva au beau milieu de l'océan, entouré de gens qui voulaient le noyer, il n'y pouvait rien. Il était comme submergé par l'angoisse, tandis que tout le monde autour de lui était menaçant. Il ferma les yeux, puis baissa la tête pour y voir un garçon. Ce garçon était ... non, ça ne pouvait être lui. Il était comme pourri par le temps, un mort vivant à l'esprit vengeur qui voulait sa peau. Ce ne pouvait être réel, c'était forcément un cauchemar. Il aurait bien voulu se pincer le bras pour le vérifier, mais il était paralysé, tétanisé. Il n'en pouvait plus. Des larmes commencèrent à couler le long de ses joues. Il entendait les cris de ses agresseurs, les siens, le rire machiavélique d'une personne qui lui était familière, et ce son ... ce son, comme une onde, un son pur, très aigu, qui lui parvenait par pulsations. Il ressentait une douleur dont il ne saisissait l'origine le frapper à divers endroits du corps, comme si on le cognait, mais il ne comprenait plus rien.

"Mais où suis-je ? Arrêtez ça ! Bitte ! Entschuldigung, Alle Leute ! Ich will nicht sterben ! Jemand, bitte helfen mir !"
Traduction:
 

Sa tête commençait à résonner, comme si l'on sonnait des cloches dans son cerveau. Il était terrorisé, il fermait les yeux, et commença à prier n'importe quelle entité de lui venir en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 162

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Lun 5 Juin - 0:02

Soudain Klaus se mit à crier en allemand. Lilou s'était élancée dans une attaque avec un coup de pied. Elle y mit le plus de puissance possible. Mais il ne l’arrêta pas et ne l'esquiva pas et se prit le coup de plein fouet à l'abdomen.

La demoiselle l'observa, qu'est ce qui n'allait pas ? Il n'était plus...là ? Son esprit était trop occupé. Elle fronça les sourcils et tourna la tête vers Kari...Enfin Eristos....

Son sourire cruel l'avait complètement changé.
« Profite en, frappe le, c'est bientôt ton tour. »

Une colère sourde montait en elle. Comment avait-il osé ?! Il n'avait pas respecté la consigne et avait plongé dans son esprit pour le faire souffrir... Ne....

Une pensée l’effleura. Et si...? Non.

Elle ferma les yeux et se concentra sur elle. Sur sa respiration, sur l'odeur des végétaux les entourant, sur la brise soulevant sa chevelure. Elle inspira une dernière fois profondément.

Ses yeux azurs s'ouvrirent affichant un air plus décidé que jamais. Elle savait, elle sentait ce qu'elle avait à faire.
Elle s'avança jusqu'à Klaus, elle plaça ses mains de part et d'autre de son visage. Elle se laissa tout d'abord envahir par toute cette terreur. Son pouls s’accéléra elle sentait des larmes couler de ses propres joues. Puis soudain son corps dit stop et son esprit en fit autant. Un mur de pensée, d'image et de langage brouillés emplie ses méninges.

Elle n'accepta plus la peur la tristesse et le rejet. Elle fixa l'allemand dans les yeux. Tout ce qu'il ressentait était si intense et ... terrible. Mais cela suffisait, c'était terminé. Lilou "ordonna" aux sentiments de Klaus de se taire. Elle les diminua jusqu'à presque disparition.
Elle lui chuchota ce qu'eux seul pouvaient entendre.

" Klaus souvient toi de qui tu es. Je suis là. Je ne te laisserais pas. Je te le promet. Tu es le plus exceptionnel d'entre nous."

Elle sentit poindre en lui une toute petite, minuscule émotions positive. Lilou sauta dessus, enfin c'était une image, son pouvoir s'en empara et le fit grandir avec un feu de confiance et d'amour.

Une fois qu'elle sut qu'il était tiré d'affaire elle le lacha.

Son regard dur se dirigea vers le rouquin possédé. C'était ça. Exactement. Il ne semblait plus lui même.

Lilou s'approcha de lui et délivra toute sa force dans la gifle qu'elle lui infligea.

"Regarde moi !" Lui cria t-elle.

D'un coup elle retira les bouts de sparadrap. Lilou lui offrit un sourire chaleureux plein d'affection. Elle posa délicatement les doigts le long de ses tempes et sur ses joues. La brune approcha son visage du sien. Ses paupières se closent. Elle posa son front sur le sien.

De nouveau elle chuchota. Mais cette fois-ci pour son autre ami.

" Karisu, concentre toi sur moi. Aucun bruit, personne d'autre. Rien que moi." Sa voix était clame et douce, elle tenterait de le guider au mieux.

Elle laissa toutes les sensations de son ami l'envahir. Elle sentit la puissance, l'exaltation d'utiliser son pouvoir, cette envie d'aller toujours plus loin toujours plus fort. Et c'est ce qu'elle fit. Prise dans cet excès de notion elle analysa plus loin chaque émotions, sentiments, le moindre échange de sérotonine, de dopamine et d'adrénaline. Elle percevait beaucoup de chose. Tout.
Toujours les yeux fermés, un sourire ivre aux lèvres elle lui révéla :

" Je sais Kari, je sens tout. Je comprend tout."

Elle pressa ses mains contre sa tête, sans lui faire de mal.

" Mais tu es meilleur que ça. Tu es bon et puissant. Tu as une ombre, mais ce n'est pas elle qui te contrôle. "
A ces mots, elle baissa toutes ses émotions qui le torturaient, provoqué par l'utilisation de son dont. Cette cruauté, l’excitation cela se terminait. Lilou chassa la migraine qui pointait le bout de son nez. Pas maintenant ! Il fallait qu'elle l'aide encore. Elle diminua tout cela, encore et encore. Jusqu'à ce qu'elle les sentes minuscules.

" Le reste Kari, c'est a toi des les faire apparaître."

Elle le lâcha et tomba à genou devant lui, essoufflée. Elle venait de courir un marathon dans le cerveaux de ses amis, surfant sur les vagues de leur neurotransmetteurs. C'était la première fois qu'elle travaillait autant son don, il lui permettait maintenant des choses incroyables, mais il faudrait qu'elle le travail encore, pour qu'elle soit plus endurante, et plus puissante !

Il le fallait. Pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 83

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Lun 5 Juin - 14:54

L'homme est un loup pour l'homme, Eristos est un loup pour Karisu. Perdu dans les ténèbres,  dirigée par ses pulsions destructrices, oubliant , amis, ennemis et toute notion de bien et de mal, le sombre télépathe n'avait plus rien d'humain. Son cœur ne voulait plus se nourrir, si n’était que d'une profonde noirceur. Peu a peu, sa conscience disparaissait. C'était la fin. Karisu n'était plus, seul subsistait le monstre.

Le criminel souffrait, atrocement. Sa tête allait exploser, ses tympans sifflaient. Il maintenait le cauchemar de Klaus, tandis qu'il s'enfermait lui aussi inconsciemment dans une horreur similaire. Son cerveau ne pouvait pas tenir le choc, il allait devenir fou. Le criminel suait a grosse gouttes. Mais l'exaltation produite par tant de souffrance, aussi bien sa propre souffrance que celle de son ami était bien plus forte que tout. Rien ne pourrais plus sauver Karisu des immenses griffes de souffrance d'Eristos. Il débloquait complètement.

Tout devenait sombre autour de lui. Ses souvenirs disparaissait peu a peu. Les gens qu'il aimait auparavant perdaient leurs visages, ils devenaient lisses, sans bouches, yeux ou nez. Ce n'était plus qu'un amas de poupées sans âmes. Karisu était la, sous l'apparence qu'il avait lorsqu'il était enfant. Toutes ces poupées sans visages l'entourait, faisant un immense cercle d'horreur, dans une pièce infinie, au sol, murs et plafond totalement noirs.

Il n'y avait aucune sortie. Aucun échappatoire. La seule solution pour l'enfant télépathe était de se laisser aller a la folie. Il éclata de rire, avant de planter ses ongles dans son visage, pour lui aussi se l'arracher. Lui aussi, voulait être comme les autres. Il tomba a genou au milieu de la ronde de spectateurs sans vie.

Soudain, cette horrible foule se sépara en deux, pour laisser passer plusieurs personnes. Karisu reconnu d'abord son père et son sourire si rassurant. Ce sourire s’effaça peu a peu tandis que Keisuke tournait le dos a son fils. Karisu tenta de le rattraper, mais il ne pouvait plus bouger, maintenu dans une étreinte d'immonde tentacules d'ombre. Des larmes commencèrent a glisser le long des joues de l'enfant qui se changeait en jeune homme.
Vint le tour de sa mère et de sa petite sœur, qui elle aussi se changèrent en sans visages avant de disparaître, elles aussi au milieu de la foule.

Le jeune homme, devint un homme.Un homme en costume noir, portant un masque d'Oni. Mais il pleurait toujours autant. Il hurla de toutes ses forces. La noirceur l'écrasait. Tout le monde lui tournait le dos. Il serra ses poings. Un sourire naquit sur son horrible visage torturé. Il se leva en s'arrachant de l'emprise des tentacules de noirceur qui le maintenaient , empoigna sa canne et commença a foncer en direction de cette horrible foule.

Il dégaina sa rapière et commença a massacrer les sans visages avec une vitesse impressionnante. C'était un horrible carnage, le sang giclait dans tout les sens, les membres et les tripes volaient dans la terrible vendetta de l'escrimeur devenu fou.

Bientôt il ne resta plus que les sans visages de sa famille. Il se tenaient la, debout immobiles au milieu des corps déchiquetés de tout les autres. Le télépathe se dirigea vers eux en laissant traîner sa rapière sur le sol noir de l'endroit. Il était couvert de sang. Un horrible sourire sardonique était tatoué sur son visage.

Lui aussi était devenu un sans âme. Il s'arrêta quelques instant pour se recentrer sur le signal aigu qu'il maintenait tout de même malgré cela. Il ne savait même plus pourquoi il maintenait cet horrible son, mais cela le faisait souffrir c'était le principal. Une horrible pensée d'un océan abyssal persistait a rester gravée dans sa tête . Il la maintiendrait. Karisu resterait un monstre.C'était ce qu’il était au plus profond de son être.

Il se dirigea en courant vers son père, et lui planta sa rapière dans le ventre. Le Keisuke sans visage tomba a genou. Karisu lui trancha la gorge, d'un geste fluide, avant de se diriger vers sa mère, qu'il fit tomber au sol, en lui découpant les tendons de sa cuisse, puis l'acheva d'un coup de rapière dans le crâne tandis qu'elle était au sol. Le criminel riait a chaude larmes. Il dégoulinait de sang et de sueur.

Il ne restait plus que Juri, sa petite sœur, assise entre les deux cadavres mutilés de ses parents. Karisu avait encore une fois « grandi ». C'était un monstre ensanglanté, trapu, courbé et mutilé. Il baignait dans une atroce brume violette. La difformité de Karisu s'accentuait. Des membres lui poussait sur le corps, des tentacules d'ombres similaires a ceux qui le maintenaient auparavant perçaient la surface de sa peau, fouillaient dans son ventre et ressortaient de toute part de l'horrible corps du télépathe. Son visage était devenu un horrible visage cornu, noir, et rouge  d'une peau dure et écailleuse. Tel était le véritable visage de la part d'ombre de Karisu Ryuketsu.

Le criminel éclata de rire en dirigeant lentement, d'une démarche rampante, saccadée et arachnéenne vers sa petite sœur.  Il se rapprochait petit a petit. Bientôt il serait en mesure de massacrer l'être qui comptait le plus pour lui dans ce triste monde..

Il passa son horrible langue violette et pustuleuse sur ses lèvres, avant de lécher sa rapière. Il était surexcité. Il allait déchiqueter le petit être si fragile qui se trouvait devant lui, sans états d'âme.

Soudain il sentit une présence dans son dos. Une présence étonnamment lumineuse. Il se retourna.

C'était une jeune femme, aux yeux bleus, dont Karisu n'avait plus aucun souvenirs.. Elle se tenait face a l'horrible monstre tentaculaire et difforme. Elle couru a travers l'épaisse brume violette et s'approcha du démon couvert de cicatrices et de membres qu'était devenu Karisu. Elle lui infligea une immense gifle.

"Regarde moi !" lui cria la jolie brune a l'intention du monstre.

Elle pris l'immonde visage d'Oni entre ses mains et posa son front sur celui ci, entre les immenses cornes du démon. Ses doigts étaient délicatement posés le long de ses joues, et de ses tempes. Un joli sourire familier et chaleureux était gravé sur son visage.

«  Karisu, concentre toi sur moi. Aucun bruit, personne d'autre. Rien que moi. »

Karisu s’apprêta a repousser la jeune femme qu'il ne reconnaissait pas. Elle aussi elle devait mourir.  Aucun lien ne devait subsister. Le monde devait être anéanti. L'humanité devait être détruite, pour son propre bien. Oui, Karisu détruirait l'humanité pour lui offrir un nouveau départ, puis mettrait fin a ses misérables jours.

Soudain, la brunette fut pris de  tremblements et le même sourire que celui du monstre se grava sur son visage.

" Je sais Kari, je sens tout. Je comprend tout." 

Suite a ces mots, le criminel grogna. Non cette petite sotte ne savait rien. Elle finirait décapitée. Pourquoi ne fuyait elle pas ? Vas – t'en !.

" Mais tu es meilleur que ça. Tu es bon et puissant. Tu as une ombre, mais ce n'est pas elle qui te contrôle. "

Suite a cette phrase, la brume commença a se dissiper peu a peu. Non ce n'était pas ça. La jeune femme attirait a elle la brume, elle l'absorbait.
Elle tenait fermement le visage du monstre entre des deux mains. L'excitation diminuait peu a peu, les tentacules disparaissait, le visage de Karisu redevint normal. La salle, complètement noire, cédait peu a peu la place a un dégradé de blanc, pour ne laisser qu'un épicentre de noirceur, au niveau du criminel, au milieu d'une salle d'une blancheur éclatante et radieuse.

Eristos venait de céder sa place a Karisu. Le télépathe vengeur était de nouveau parmi nous.

" Le reste Kari, c'est a toi des les faire apparaître." rajouta la jeune femme avant de disparaître au milieu de petite particules de lumière.

« Li-Li-Lilou... Oui c'était Lilou. »

Le télépathe s'écroula au sol, en tombant sur les genoux. Il regarda ses mains ensanglantées. Quelques larmes commencèrent a couler le long des joues de l'homme aux cheveux de braises. Ces quelques larmes se changèrent en véritable torrent. Il posa ses mains au sol, et l'aggripa, laissant les tristes gouttelettes de souffrance s'écraser lourdement sur le sol.

La pièce blanche disparut elle aussi. Karisu était désormais a genou dans l'herbe. Il continuait de pleurer.

Il était de retour chez les vivants. Mais a quel prix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Lun 5 Juin - 17:04

Klaus n'en pouvait plus. Il souffrait atrocement. Mais que lui arrivait-il ? Il n'était plus là, seulement au beau milieu de nul part, en train de mourir, en train de souffrir. Y avait-il quelqu'un qui pouvait le sauver ? Personne autour de lui n'était là avec lui, ils étaient tous froids, extérieurs à tout ça, ils ne voulaient pas de lui. Il ferma les yeux, pensant bien ne jamais les rouvrir.

Soudain, il se mit à avoir une sensation différente. Malgré la douleur et la colère et la tristesse ambiante, il ressentait ... de la douceur. Quelque chose de doux se posait sur son visage. Il ouvrit les yeux, et vit un visage. Il n'était pas comme les autres visages, il le fixait de manière expressive. Ce visage, il l'avait vu quelque part, mais il ne savait pas où. Il lui était incapable de le reconnaître. Puis sa peur, sa tristesse se calmèrent lentement. Il se soulageait, petit à petit. Le cauchemar commençait à se dissiper.

Les personnes malveillantes et sans âme disparaissaient, et une plateforme apparaissait aux pieds de Klaus. Il sentait enfin quelque chose sous ses pieds. Le sol. Il reprenait le contrôle de lui-même. Le sol s'élargissait et de l'herbe commençait à pousser. L'océan devenait un lac. Et tout semblait prendre des couleurs, tout semblait enfin prendre vie.

Il entendit une voix pure, et reposante, qui lui chuchotait :

"Klaus souvient toi de qui tu es. Je suis là. Je ne te laisserais pas. Je te le promet. Tu es le plus exceptionnel d'entre nous."

Cette voix ... il la reconnaissait, elle appartenait au visage en face de lui. C'était celle de ...

"Lilou !"

Il fut envahi par une vague de chaleur tout le long de son corps. Mais elle ne le consumait pas, elle le réchauffait, le réconfortait. L'herbe autour de lui se mua en champ de fleurs, perlées par une rosée matinale. Il se sentait plein, et en même temps vidé. Soulagé de ses peines, et de son énergie.

Il tomba sur ses genoux, alors que Lilou s'en allait. Il garda les yeux ouverts, la bouche béante, tandis qu'il regardait le ciel. Ce dernier était d'un bleu magnifique. Il se souvint de tout, était revenu à lui, sur Terre. Bien vivant, en pleine forme, enfin, fatigué. Épuise, vidé de sa substance. Il devait s'allonger. Ce qu'il fit. Soudain, il se mit à pleurer. Il fallait que ses émotions sortent, maintenant qu'il savait qu'elles ne le tueraient pas. Comme des vermines il les évacua. Puis ses yeux se fermèrent, mais il ne dormait pas. Il avait simplement besoin de sentir l'herbe fleurie sous ses doigts. De sentir le sol, la vie grouillant sous son corps. Toute cette énergie. Il n'était plus seul contre tous. Il était tout. Et en même temps rien.

Il se laissa sur le sol, n'avait plus envie de bouger pour l'instant. Mais qu'en était-il de Lilou et Karisu ? Où étaient-ils ? Il se releva, et vit Lilou en train de poser son front sur celui de son ami télépathe. Puis ils tombèrent tous les deux à genoux, l'un en pleurs, l'autre épuisée. Il se releva, et accourut vers eux.

"Eh, vous allez bien ? Vous voulez de l'aide pour vous relever ? On peut rentrer si vous le souhaitez."


Il s'agenouilla entre les deux, et posa ses mains sur leur épaule. Il prit une grande inspiration. Puis s'efforça de penser à des choses positives. Ainsi, Lilou se sentirait un peu mieux. Mais il ne pouvait pas grand chose pour Karisu. Il posa simplement sa tête contre la sienne, et lui donna des petites tapes sur son épaule en lui répétant :

"Eh, ça va aller. Je te le promets. Ça va aller."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 162

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mar 6 Juin - 12:02

Lilou reprit son souffle petit à petit. Karisu pleurait à chaudes larmes. Klaus vint les rejoindre ils s'installa entre eux et posa sa tête sur l'épaule de son coloc. Il ne lui en voulait donc pas. Il c'était pourtant retrouvé dans une terrible situation et... et il lui pardonnait. Il était sage. Lilou était admirative fasse à tant de maturité.

Un sourire serein s'afficha sur le visage de la demoiselle. De bonnes émotions l'entouraient. Elle sentit une bouffé d'instinct de protection. Un sentiment chaud et rassurant, à ce moment précis. Ce n'était pas le siens, mais cela pouvait le devenir. Elle prit la main de Karisu. Elle observa ce qu'il ressentait.

La culpabilité était une bonne chose, mais trop c'était mauvais. La demoiselle baissa l'intensité de cette désagréable sensation chez Kari, mais juste la quantité qu'il fallait pour que cela ne lui fasse pas de tort.

Et puis soudain. Surement du au mélange d'émotion puissante qu'elle captait chez le deux hommes, elle sauta sur ses colocs les bras grand ouverts. Elle les serra contre elle.

" Je ne vous lâcherais jamais, jamais, jamais ! "

Respirer lui était presque douloureux, le bonheur d'être avec eux, de les avoir rencontré, lui écrasait la poitrine.

Elle était la Lilou la plus chanceuse et comblée de l'univers !

Elle distribua un baiser sur la joue de ses amis et se leva.

" Bon aller assez reposé les gars ! " Elle tendit les bras pour les aider à se relever.

" Klaus, je vais te battre à plate couture. Et Kari repose toi, tu n'auras qu'à lire dans nos penser simultanément, sans rien chercher ou tenter de faire apparaître. Quand j'aurais fini de rétamer Klaus nous nous occuperont de toi. Je resterais en contact physique avec toi pendant que tu fouilleras mon esprit. " Elle leur fit un grand sourire.

Une fois le brun debout, et près à "être battu" Lilou se mit en garde, les jambes fléchis, une en avant. Le regard fixe, droit, calculateur. Le moindre mouvement de Klaus était analysé. Elle repensa au parade et esquives qu'il avait effectué plus tôt. Lorsqu'elle attaquait il ne semblait pas effectuer d'esquive complexe. Elle pouvait l'avoir sur ça.

Elle avança en quelques bonds souples envoya directe droit et crochet gauche. Les mouvements qu'il avait engagé ressemblait exactement à ceux précédemment utilisés. Elle se tourna esquivant les futurs mouvements du brun, prit de l'élan et envoya son pied au niveau de son épaule.

La concentration était l'élément clé de toutes ses mises en scène. Sa vision, ses mouvements, ses intentions, tous étaient maintenant focalisé sur le fait de battre Klaus.

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha


~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 83

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mer 7 Juin - 13:18

L'immonde cauchemar venait de prendre fin. Mais Karisu demeurait toujours absent. Même si Lilou venait d’estomper momentanément les douloureuses pensées morbide du télépathe, celles-ci revenaient sans cesse, et d'une intensité de plus en plus forte.

L'inconsolable criminel pleurait toutes les larmes de son corps. Il venait enfin de réaliser, oui, enfin, qu'il ne pourrait jamais être quelqu'un de bien. Sa vie n'avait donc plus aucun sens puisque la seule chose qui le maintenait en vie était la possibilité qu'il puisse réparer ses erreurs passées.

Karisu serra fortement l'herbe dense et tranchante entre ses mains. Il voulait mourir. Mais a quoi bon. Mourir reviendrai a abandonner ses responsabilités. Non, Karisu ne devait pas mourir, mais souffrir.
Mais par dessus tout, il devait protéger ses amis. Les protéger de lui, pendant qu'il en était encore temps et que son coté sombre n'avait pas encore totalement pris le dessus. Le télépathe n'était qu'un monstre qui jouait au gentil et ce depuis le début. Quel idiot avait t-il été de croire ne serait qu'une seconde qu'il pourrais vivre une vie paisible, entouré d'amis.

Karisu serra la mâchoire, tandis qu'un flot de violence mêlé de douleur continuait de se déverser le long des ses joues. Ce flot amer, cette hémorragie de l'âme, donnait l'impression au télépathe qu'il était encore plus faible qu'il ne le pensait. Il pencha sa tête en direction du sol, il ne voulait pas croiser le regard de ses amis. Ses amis... Non il ne devait plus les nommer ainsi. C'était fini.

Soudain, Klaus interrompit une fois de plus les macabres méditations du criminel. Il posa sa tête contre l'épaule du télépathe. Comment ?! Comment pouvait t-il déjà avoir pardonné Karisu ?
Ce n'était pas de personne comme Karisu dont le monde avait besoin, mais de personne comme Klaus. C'était décidé, rien ne ferait plus changer l'homme aux cheveux incandescents d'avis.

Lilou empoigna prestement la main du télépathe. Elle souhaitait l'aider. Karisu sentit sa culpabilité diminuer, mais sa colère la remplaça rapidement. La jolie brune serra contre elle son ami et le monstre de toutes ses forces.

" Je ne vous lâcherais jamais, jamais, jamais ! "

Karisu sourit. Si seulement la réalité était si simple. Ce bonheur que ressentait Lilou... Cela conforta le criminel dans l'idée qu'il ne devait plus les faire souffrir.

« Bon aller assez reposé les gars ! » leur lança t-elle avec enthousiasme en les aidant a ses relever.


" Klaus, je vais te battre à plate couture. Et Kari repose toi, tu n'auras qu'à lire dans nos penser simultanément, sans rien chercher ou tenter de faire apparaître. Quand j'aurais fini de rétamer Klaus nous nous occuperont de toi. Je resterais en contact physique avec toi pendant que tu fouilleras mon esprit. " 

Suite a cela, la jolie brune se mit en position, Klaus également. Il étaient déjà prêts a continuer l’entraînement. Pourquoi étaient t-ils si fort ? Comment faisait t-ils pour ne plus jamais faiblir.

Karisu se leva. L'air déterminé, un grand sourire rassurant aux lèvres.

« Aucune chance Lilou. Je suis désolé. Je vais rentrer une dernière fois dans votre esprit. En réalité, plus jamais vous ne me reverrez.Enfin, que vous me reverrez tel que vous me connaissez. Je dois beaucoup trop pour me permettre de rester. Quitte a être un monstre, autant l'être jusqu'au bout. Je vais devenir le pire criminel que cette Terre n'ai jamais porté !! Je vais adopter un comportement contraire a mes valeurs dans l'unique but de me détruire ! Je vais me haïr, me punir.Oui je vais devenir complètement fou, en supposant que je ne le sois pas déjà. Jusqu'au jour ou un vrai héro viendra mettre fin a mes jours. »

Karisu ponctua cette dernière phrase par un regard en direction de Klaus.

« En attendant, je vous remercie infiniment vous deux. Vous m'avez enfin fait réaliser ou était ma place... Le plus loin possible de vous. »
rajouta Karisu en souriant.

« Je suis désolé. Pourvu que l'on ne revoit jamais. Ou alors préparez vous bien, cela risque de ne pas être très agréable.»

Suite a cela, Karisu planta sa canne dans le sol et commença a utiliser une technique qu'il s'était interdite. Mais il venait cependant de la mettre en œuvre quelques minutes plus tôt, c'est a dire maîtriser deux cauchemars a la fois. Mais cette fois, il allait tenter de créer des cauchemars interconnectés, un cauchemar a plusieurs en quelques sortes.

Une lueur violette commença a englober le télépathe, puis il projeta ses anciens amis dans son cauchemar. Klaus et Lilou était emprisonnés dans une cage en métal, a l'extrémité d'un grand pont en pierre, plat, qui séparait deux falaises, une assez lisse, couvertes d'herbe, illuminée par le soleil, l'autre escarpée, plongée dans l'horreur et la pénombre.

Le télépathe se dirigeait vers la seconde, dos a ses amis qui étaient au bord de la première. Avant qu'il ne disparaisse définitivement dans l'ombre, le télépathe s'adressa une dernière fois a ce qu'il considérait autrefois comme ses amis.

« Je vous aime, vous deux. » dit-il en se retournant une ultime fois, un sourire rassurant aux lèvres, avant de définitivement disparaître dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mer 7 Juin - 19:28

Klaus ne sentait pas vraiment que Karisu allait mieux. Il pleurait encore, mais après tout, que pouvait faire Herr Strom contre le sentiment de culpabilité, ce sentiment qui le rongeait encore lui-même après toutes ces années, comme Eristos avait réussi à lui faire comprendre ? Rien, il n'y pouvait rien, et cela avait tendance à l'énerver. Au moins Lilou allait mieux, elle. Il fallait s'en réjouir.

" Je ne vous lâcherais jamais, jamais, jamais ! " avait-elle dit alors. Et Klaus vit Karisu sourire en entendant cette phrase. Pas d'un sourire joyeux, d'un rictus empli de tristesse.

Lilou se leva et tenta de les remotiver.

" Bon aller assez reposé les gars ! Klaus, je vais te battre à plate couture. Et Kari repose toi, tu n'auras qu'à lire dans nos penser simultanément, sans rien chercher ou tenter de faire apparaître. Quand j'aurais fini de rétamer Klaus nous nous occuperont de toi. Je resterais en contact physique avec toi pendant que tu fouilleras mon esprit. "

Il fallait que Karisu se remotive, alors Klaus se releva et se mit en position, de nouveau prêt au combat. Il ne devait pas faiblir devant eux, il devait rester fort pour les soutenir mentalement. Mais Karisu se leva, et leur sourit de manière faussement rassurante, en leur disant :

"Aucune chance Lilou. Je suis désolé. Je vais rentrer une dernière fois dans votre esprit. En réalité, plus jamais vous ne me reverrez. Enfin, que vous me reverrez tel que vous me connaissez. Je dois beaucoup trop pour me permettre de rester. Quitte a être un monstre, autant l'être jusqu'au bout. Je vais devenir le pire criminel que cette Terre n'ai jamais porté !! Je vais adopter un comportement contraire a mes valeurs dans l'unique but de me détruire ! Je vais me haïr, me punir. Oui je vais devenir complètement fou, en supposant que je ne le sois pas déjà. Jusqu'au jour ou un vrai héro viendra mettre fin a mes jours. En attendant, je vous remercie infiniment vous deux. Vous m'avez enfin fait réaliser ou était ma place... Le plus loin possible de vous.  Je suis désolé. Pourvu que l'on ne revoit jamais. Ou alors préparez vous bien, cela risque de ne pas être très agréable."

Il regarda Klaus, puis planta sa canne dans le sol. Soudainement, une étrange lueur violette fut émise de son corps, et, avant même que Klaus put sortir un juron, ils se retrouvèrent avec Lilou pris au piège dans une cage, au beau milieu d'un pont. Ce pont séparait deux endroits bien différents, et Karisu semblait se diriger vers le moins accueillant des deux.

"Je vous aime, vous deux."

Puis il disparut dans les ténèbres. Klaus perdit pied à ce moment-là. Ces phrases, il s'en rappellerait toute sa vie. Elles resteraient gravées dans sa mémoire. Mais un sentiment le submergea. De la colère. Une profonde et intense colère s'emparait de lui. Il peinait à la contenir. Si bien qu'il se sentit obligé de foncer contre la cage, mais ses pieds refusaient de bouger. Il était comme tétanisé. Mais il ne supportait pas de devoir perdre un ami, alors qu'ils avaient à peine eu le temps de se rencontrer. Des larmes vinrent couler le long de ses joues, tandis qu'il criait, de toutes ses forces :

"Reviens ici et écoute moi, Karisu ! Je vais te traquer, te trouver, et te faire comprendre qui tu es réellement, tu m'entends ?! Je vais devenir le plus fort des héros, et te faire comprendre à quel point tu as tort de te comporter ainsi ! Je vais te ramener à la maison, même si je dois briser tous tes os un par un ! KOMM HER, KARISU !"

Il tomba à genoux, et éclata en sanglots. Pourquoi Karisu avait-il fait ça ? Pourquoi tant s'en vouloir alors qu'il avait plus ou moins fait ce qu'on lui avait demandé de faire ? Qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez lui ? Et pourquoi n'en parlait-il pas ? Klaus n'était-il pas assez bon pour pouvoir le comprendre ? Il commençait à sérieusement se remettre en question. Alors il attendit que le cauchemar se dissipe, la tête baissée, sans prononcer un seul mot. Puis, quand enfin Lilou et lui étaient libres, le seul mot qui finalement sortit fut :

"Désolé."

C'était la seule chose qu'il se sentait de dire. Il était effectivement désolé, de tout. Mais ne pouvait pas le dire, il n'y arrivait pas. Alors il vint simplement prendre Lilou dans ses bras, et cacha sa tête contre son épaule en répétant une deuxième fois ce mot qui voulait dire tant de choses à ses yeux. Et les larmes coulèrent de plus belle, coulant le long des bras de Lilou. Klaus trouvait ces larmes sales, mais ne pouvait les retenir. Il avait besoin de pleurer. Seulement besoin de pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 162

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Mer 7 Juin - 22:00

Lilou stoppa son mouvement. Elle fut déséquilibré et tomba. Elle semblait pitoyable. Si fragile et faible.

Mais.... mais non ! Il souriait. Son cœur cria et hurlait de douleur. Elle avait mal à la poitrine. non...

Pourquoi ? Mais enfin que... Non !

La demoiselle était paralysée. Muette. Comment faire et dire quoi que ce soit ? Sa main vint se poser sur sa poitrine, elle agrippa son t-shirt. Qu'elle était cette douleur si intense ? Faisait-elle un arrêt cardiaque ? Ce devait être moins douloureux, une hémorragie peut-être.

Non... Ce ne devait qu'un très mauvais rêve. Elle....Elle allait se réveiller. C'était si douloureux.

Ses derniers mots finirent de la tuer. Elle ne pouvait plus respirer. Ses poumons, ils... oh mon dieu non...

Elle entendait Klaus crier, hurler, tenter de se libérer, tenter de le rattraper de le raisonner. Mais rien n'y faisait, il n'était plus là. Son âme brisée en mille morceau.

Elle s'asphyxiait. L'illusion disparu laissant un goût amer derrière le mirage.

Klaus s'excusa. Il la prit dans ses bras et la serra fort. Il s'excusa encore. L'oxygène revint. Lilou s'accrocha à son t-shirt. Elle éclata en sanglot. Elle secouait la tête.

"Non ! Non !! Pourquoi ? "

Des perles de cristal salées gouttaient sur leur vêtement.

" Il n'avait pas le droit... on aurait du..." Elle fut reprise d'une crise de larme.

***

La suite elle ne s'en souvint pas très bien. Peut-être avaient-ils mangé ou étaient-il juste rentré en silence et en larme ? Ou peut-être l'avaient-ils cherché ? Lilou ne se souvenait de rien, ses méninges étaient torturés par la migraine la fatigue et l'immense tristesse qu'elle éprouvait de plus en plus a chaque seconde.

La seule chose dont elle était consciente était le noir. Une pièce vide, son lit, ses joues incessamment humides. Elle se leva et se précipita vers les toilettes.

A priori elle avait manger. Elle s'essuya la bouche, tira la chasse et se lava les dents. Elle essuya ses larmes, mais d'autre vinrent les remplacer trop rapidement.

Elle prit son coussin et se plaça devant la porte de la chambre de Klaus. Son poignet approcha la porte. Il se retint. Elle ne frappa pas. Elle se laissa glisser contre le mur et pleura de nouveau.

" Je suis désolé, c'est de ma faute, j'aurais du le sentir. J'aurais du faire disparaître toute cette noirceur. Je... Je n'aurais même pas du l’entraîner avec nous et lui proposer tout ça. Tu as souffert. Et maintenant.."

Ses pleurs reprirent.

" Je suis désolé. Tout est de ma faute Klaus. "

Elle enfonça sa tête dans son oreiller, tentant d'étouffer le son de sa souffrance. Jamais elle ne pourrait se rendormir. Elle l'avait laissé partir, elle l'avait abandonné. Elle n'était qu'un monstre. Elle ne méritait pas de devenir héroïne. Après tout. C'était pour eux deux qu'elle avait voulu le devenir...

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha


~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 83

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Dim 11 Juin - 13:54

Karisu s'en allait, il pleurait. Des larmes arides, d'une horreur sans précédent. Ce genre de larmes qui faisait souffrir, même le plus endurcis des hommes. Karisu réprima ces douloureuses larmes, et commença a rire. Un rire forcé... Non il ne pleurerait plus jamais. Il rirait de ses souffrances désormais.

Il sortit son fidèle compagnon de sa poche. Il ouvrit le petit clapet en métal du Zippo avant de l'allumer en claquant des doigts. Il empoigna ensuite la petite boite en fer qui alourdissait considérablement sa chemise a fleurs pour en sortir une fois de plus, une cigarette.

Cette cigarette, bien plus que toutes les autres avait un horrible goût de souffrance. Elle était immonde. Une fumée a l'odeur de dépression, animée comme un nuage d'âme en peines, et elle brillait d'une faible et mourante lueur d'enfer.

Karisu prenait de grandes inspirations sur cette macabre clope. Des larmes perlaient le long de ses joues pendant qu'il riait. Il tomba a genou, comme étouffé par les regrets.

« Je ne suis qu'un monstre. Pourquoi ai-je tant de mal a partir ? Si je reste, je leur ferais du mal.... »

Les pleurs de Karisu cessèrent, il se releva et jeta sa cigarette de toutes ses forces sur le sol. Le télépathe hurla, avant de commencer a courir du plus vite qu'il pouvait en direction de la ville.
Un horrible sourire illumina son visage. Il n'était plus le même.

« Ne méritaient-ils pas de souffrir ? Ils ont joué avec des forces qui les dépassaient. Ces crétins insolents on essayé de manipuler, que dis je ! De contrôler une puissance d'une noirceur qui les surpasse totalement. J'aurais du les tuer eux aussi, ils ont failli me faire oublier mon but principal, la purge de ce monde de toutes les engeances du mal. J'ai été stupide, ces deux idiots n'avaient qu'un seul but depuis le début, m'écarter du droit chemin. Ils sont comme tous les autres en fin de compte. Ils ne valent pas mieux qu'eux»

Le fou commença a courir de plus belle. Désormais, il était impossible a rattraper. Son avance et sa détermination étaient considérables. Il quitta la forêt et interpella un taxi, en levant son bras plâtré.
Une voiture s'arrêta, Karisu monta a bord.

« Je vous emmène ou ? » Questionna le chauffeur.


« Dans la ville basse.... » Lui répondit sèchement le télépathe.

Le retour de Karisu, dans sa chère ville basse, n'annonçait rien d'autre qu'un funeste présage. Une sombre et sanglante soirée s'annonçait.... Comme tant d'autres avant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Souvent en ville basse ou parti s'entraîner dans la forêt. Ou en cours, accessoirement.
❝ POINTS : 94

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu) Dim 11 Juin - 19:07

Klaus se sentait au plus mal, mais de voir Lilou pleurer, pour une raison qui lui était inconnue, le fit reprendre confiance. Il détestait la voir dans un tel état, et il ferait tout pour que ça ne se reproduise jamais. Il sécha ses larmes aussitôt, et se dressa droit, sans lâcher Lilou, qu'il tenait sur son épaule. La pauvre avait le regard dans le vide, avec pour seule expression un visage triste, perdu, que Klaus ne lui connaissait absolument pas. En cet instant, il aurait pu l'emmener n'importe où, elle n'aurait pas réagi, et il ne supportait pas ça.

"Allez Lilou, allons nous-en, ça ne sert à rien de rester ici. On continuerait à se morfondre."

Il lui parlait mais sentait bien que personne ne l'écoutait. Qu'importe, il se rassurait aussi lui-même en disant cela. Alors il la raccompagna chez eux, lentement, la soutenant, de peur qu'elle ne s'effondre, dans un silence total et froid. D'ailleurs était-ce lui ou le temps avait-il tourné à l'orage ? Il sentait de l'eau tomber, comme si le monde entier avait décidé de pleurer ce jour. Mais en quoi était-ce si grave ? Après tout, Karisu allait revenir, non ? Il ne pouvait tout simplement pas les avoir abandonné comme cela, ça ne lui ressemblait pas. Non, ce n'était pas Karisu. Celui qu'il connaissait était un héros, qui avait sauvé tous les gens de l'étage le plus périlleux d'un immeuble enflammé, pas quelqu'un qui abandonne ses amis après leur avoir fait subir l'enfer. Klaus sentait que quelque chose n'allait pas chez lui, mais ce ne pouvait être de sa faute. Peut-être était-ce un traumatisme qui ressortait ?

Soudain, sans qu'il s'en aperçoive, il se retrouva à marcher sur la route. Ce fut un klaxon qui le tira de sa torpeur.

"Eh ! Tu veux pas regarder où tu vas, non ? Oh, tu m'écoutes ? Casse-toi de la route, avec ta copine, abruti !" l'homme descendit de sa voiture, alors que les gouttes d'eau se multiplièrent. "Nan mais t'es sourd, ou bien ? Dégage de là !"

Le sang de Klaus ne fit qu'un tour, et une image lui vint en tête. Celle d'une masse d'eau qui fondait sur cet énervé, qui avait osé l'insulter en pareil moment. Il eut à peine le temps de se rendre compte de l'image qu'il avait visualisée que le pauvre homme vint frapper sa voiture, dans un bruit de fracture d'os. Il ne faisait plus de bruit. Klaus se précipita vers lui. Par chance, il n'était pas mort, mais le bas de son dos était peut-être cassé, et il avait perdu connaissance.

"Et merde ! J'espère que je l'ai pas rendu paraplégique, bordel !"

Ses mains tremblaient tandis qu'il sortit sa gourde et en bu une quantité plus qu'habituelle. Le liquide lui brûlait la gorge, mais il ne s'arrêtait pas. Il avait besoin de se détendre. Finalement la flasque était vide. Plus une goutte. Klaus la rangea, et se pencha vers le blessé. Il le souleva délicatement, puis le posa dans sa voiture, avant d'appeler une ambulance, puis de reprendre Lilou pour partir. Il n'avait pas envie d'être là à l'arrivée des secours.

Une fois éloigné de la lisière de la forêt de deux bonnes centaines de mètres, il appela un taxi qui passait par là.

"Bonsoir monsieur, je vous dépose où ?"


"A la Heroes, siouplait." l'alcool commençait à monter à la tête de l'étudiant, l'handicapant dans son expression.

Le voyage se fit sans un mot, le chauffeur devant sans doute avoir remarqué l'état pathétique de ses deux clients, l'un étant triste et saoul, l'autre simplement triste. Une fois arrivé, il les aida à sortir du véhicule.

"Vingt dollars, s'il vous plait."

Klaus lui donna les billets de sa poche.

"Eh, mais vous m'en avez donné deux fois plus, monsieur. Monsieur ?"

Klaus mit du temps à réagir et leva simplement la main en lui disant :

"Bah, gardez la monnaie. Auf Wiedersehen."

Ils rentrèrent dans le bungalow. Et Karisu n'était pas là, contrairement aux affaires qu'il n'avait pas prises avec lui. Klaus assit Lilou sur la table, et prépara deux œufs qu'il rata complètement. Il recommença, et les fit plus mangeables. Puis il les donna à Lilou.

"Tiens, mange. On ira se coucher après." ses paroles avaient beau sembler froides, il n'avait plus le cœur à réfléchir à quoi dire. En fait, il n'avait plus le cœur à quoi que ce soit.

Il attendit qu'elle eut mangé, puis il lui souhaita bonne nuit, si elle se sentait de dormir, avant de rentrer dans sa chambre. L'alcool lui tournait la tête, et il n'arrivait pas à s'allonger sans être pris de nausée. Il se sentait soudain très bête. D'avoir bu autant, d'avoir potentiellement paralysé le chauffeur à vie, d'avoir laissé Karisu s'échapper. Il tenta de donner un coup de poing contre son oreiller, mais frappa le sommier de son poing. Une douleur vive retentit dans toute sa main, tandis qu'un bruit sourd fit de même avec la pièce. Il avait peut-être réveillé Lilou, avec ses conneries. Décidément, il ne faisait que ça, aujourd'hui.

Il se leva, et se prépara à sortir pour vérifier, pour vérifier quoi, déjà ? Il ne le savait pas, mais il devait sortir. Quand il entendit Lilou lui parler à travers la porte.

"Je suis désolé, c'est de ma faute, j'aurais du le sentir. J'aurais du faire disparaître toute cette noirceur. Je... Je n'aurais même pas du l’entraîner avec nous et lui proposer tout ça. Tu as souffert. Et maintenant.. Je suis désolé. Tout est de ma faute Klaus."

Elle se mit à pleurer. Klaus n'en pouvait plus, il devait aller la consoler. Il ouvrit la porte, peut-être un peu trop brusquement, et vint s'asseoir à ses côtés. Il lui ôta l'oreiller le plus délicatement qu'il pouvait, et la prit dans ses bras. Il l'enlaça aussi fort qu'il put, comme s'il voulait essorer la tristesse qui imbibait le corps de cette fille. Il lui restait assez de lucidité encore pour s'efforcer de penser aux choses les plus joyeuses qu'il avait vécu. Cela le rendait heureux, comme d'enlacer cette personne, pour la consoler. Au moins se sentait-il utile ainsi. Et, par la présence de cette entité rassurante qu'il câlinait comme un enfant câlinerait un ours en peluche, il s'endormit, le cœur lourd, mais légèrement soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu)

Revenir en haut Aller en bas

A trois, c'est mieux (Pv Lilou + Karisu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Les alentours :: La forêt-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com