.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Le pacte avec karisu et samael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ POINTS : 35

MessageSujet: Le pacte avec karisu et samael Jeu 20 Juil - 23:46

J'étais engagé sur un contrat un peut spécial. Parfois on pourrait éprouver des remords à tuer; mais avec la cible de ce contrat, aucun risque. L'homme se nommait Tino; d'origine colombienne, il trempait dans à peu près tout:
du trafique de drogue et arme en passant par l'esclavagisme. Et enfin il tyrannisait et exploitait un quartier. Une bonne ordure en somme.
Il m'a fallu à peine deux jour pour localiser celui-ci, il se rendait toute les nuits dans un entrepôt ou il abusait de femmes captives destinées à être vendues. C'est là que je frapperais
la nuit était étrangement calme. Je m’étais caché sur le toit, soudain les deux phares de sa voiture jaillirent de l'obscurité. Tino était escorté, impossible de l'attaquer, je pénétrais par la lucarne. Tino était en train de choisir une femme. En plus des 3 gardes du corps qui le suivaient, 2 autre étaient situés en hauteur. A l'aide du morceau de verre je m’ouvrit la main, puis créant une dague de sang je me faufilais dans le dos du premier, mis ma main sur sa bouche et trancha sa gorge. J'allongeais le corps et traînais celui dans l'ombre. J'avais peu de temps avant que son homologue ne le remarque; je changeais la dague en aiguille je visais la gorge et PAN, mort sans un bruit, ou presque, la chute du corps attira leur attention.
"C'est quoi ce bordel ?!"beuglait Tino.
Alors qu'ils étaient occupés à regarder du coté du bruit, j'était accroché aux poutres du plafond et progressais à l'aide de mes mains, malheureusement, la gymnastique n’était pas mon point fort et les poutres assez vielles grincèrent; j'eu juste le temps de bondir derrière une caisse mais j’étais repéré.
"Sort de là enfoiré, tu es foutu! Et ou sont mes hommes, bordel je les payes pas pour qu'ils se la touchent! "
je lâchais un léger rire depuis ma planque et dis :
"Si vous parlez des deux qui gardaient la partie supérieure, il sont mort, comme vous bientôt"
"Aha t'est un marrant,  et comment tu compte t'y prendre? On est 4 armés et tu es seul pris au piège. "
Il avait techniquement raison, et j'aurais pu me dire que j’étais foutu; mais au lieu de ça je préférais m'imaginer m'acharner sur le cadavre de cette enfoiré. Je créais de légères dagues, et d'un seul coup je bondit avec un saut vrillé lançant les deux dagues qui allaient aller se planter dans les têtes des gardes du corps, de chance les balles n’abîmèrent pas mon costume.  J’étais face à Tino, je fis revenir les dagues dans mes mains. La position dans laquelle j’étais n’étais pas idéale. Le dernier garde du corps pointait son magnum sur moi, tandis que je pointait ma première dague sur lui et la deuxième sur Tino, qui tenait une femme dans ses mains.
"Si tu approche je LA BUTE COMPRIS ?!!"
"pff pathétique. On sait tous comment ça va finir, je fais que mon boulot alors soit gentil dans la mesure ou tout le monde connait la fin abrège et passe direct à la partie ou je t’éventre. "
J’étais dans l'impasse je voyais pas trop comment finir ce job proprement là ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 73

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Ven 21 Juil - 18:24

Pour Karisu, rien n'est plus faux que le fameux dicton, la nuit porte conseil. Non, elle ne porte que désolation. Depuis qu'il avait quitté ses amis, le télépathe s'enfonçait peu a peu dans le cercle vicieux de la vengeance quotidienne qu'il connaissait pourtant si bien. Son idéal de justice n'avait plus aucune véracité, il tuait désormais par pur plaisir. Les cris d'agonie, les supplications de ses victimes, leurs hurlements de douleurs, leurs pleurs de désespoir.... Oui tout cela faisait désormais frémir le télépathe d'un indicible et malsain plaisir.

D'apparence aussi, le télépathe avait beaucoup changé, son teint était devenu pâle et livide, ce qui lui donnait un air cadavérique particulièrement effrayant. Ses cheveux, autrefois d'un roux flamboyant étaient devenus, d'une couleur terne, oscillant vaguement entre le rouge et le orange mat. Il n'avait plus aucune classe dans son fameux costume noir. Un costume plus excentrique irait bien mieux avec sont apparence de dégénéré.

Le criminel arpentait une fois de plus les ruelles sombres de la Ville Basse, son repaire. Cette nuit même la lune était absente, même le blafard astre nocturne avait décidé de tourner les yeux face a l'horrible spectacle qui allait se produire cette nuit.

Oui, Karisu éliminerait un criminel, mais pas n'importe lequel. Un gros poisson cette fois. Ces temps ci, en écoutant un peu les pensées des gens, l'escrimeur avait remarqué qu'un nom revenait bien trop souvent a son gout.

Tino.

Le télépathe marchait d'un pas pressé et assuré, aussi déterminé que amusé. Les vieux pavés, battaient au rythme rapide des pas de Karisu, comme une sorte de rythmique mortuaire, une dernière cérémonie avant l'acte.

"Personne n'a le droit de prendre de l'influence dans MON quartier !!" cria le télépathe au beau milieu de la nuit, avant d'éclater de rire.

"Aaaaahh douce nuit, sent tu cette brise te caresser le nez ? Non ? Ce n'est pourtant pas compliqué, ce n'est qu'un avant gout de l'odeur de mort qui se propage. Et moi tel un vautour, je m'en vais punir la charogne. Oh crois tu que je fais ça pour m'amuser ? Bien entendu. Il y a bien longtemps que j'ai abandonné l'idée de sauver cette foutue espèce humaine. Ils sont tous pourris jusqu’à la moelle. Rien a tirer de ce tas d'immondices que nous appelons plus communément l'humanité. Je vais plutôt tâcher de m'amuser le plus possible, avant que mon heure vienne !!" expliqua Karisu, en se parlant a lui même, avant de se mettre a rire.

Non, Karisu n'était plus, seul Eristos demeurait. Le télépathe qui avait mené un si long combat contre lui même, venait enfin de perdre, au dernier round, alors qu'ils dominait pendant tout le combat.

Il se dirigeait vers un entrepôt qui était dans toutes les têtes des pires ordures de la ville basse. Dans cet entrepôt, Tino perpétuait ses horribles méfaits, impuni. Plus pour longtemps.

Tandis qu'il avançait, Karisu passa devant une ruelle qui lui était très familière. Beaucoup trop familière. Il s'arrêta devant et s'y engagea. C'était une impasse, criblée de balle, au sol taché de sang. Un sourire tendre illumina brièvement l'horrible face d'Eristos, comme une sorte d'éclair de lucidité de Karisu, un appel a l'aide. Oui, c'était la qu'il avait rencontré Lilou. Ici même, il lui avait sauvé la vie, en la protégeant d'une rafale de mitraillette.

Karisu avança un peu plus dans la ruelle, en suivant le chemin que Lilou lui avait fait prendre, quand elle le tenait par la main. Une avalanche de souvenirs écrasèrent le télépathe, quand il atteint enfin ce creux ou ils s'étaient tous deux réfugiés. Le télépathe regarda le coin avec insistance, avant de sourire, l'air triste.

"Comment on avait fait déjà pour tenir a deux dans ce 1 mètre carré ? Ah oui...."

Karisu se souvint de tout, du souffle coupé de la pauvre Lilou, blottie contre son torse, des pas de leurs assaillants qui se rapprochaient de plus en plus, Les bras de la jolie jeune femme enroulée autour de son cou, ce fameux bisou.... Le télépathe se perdait dans ces agréables souvenirs... Mais il revint rapidement a la réalité. Ses amis n'était plus la. Et ne le comprenaient plus.

"Tout ça, c'est du passé, ils ne sont plus la. Et moi non plus"

Le criminel quitta la ruelle et continua de se diriger en direction de l’entrepôt. Après a peu près dix minutes de marche rapide, il arriva enfin sur les lieux. C'était un gigantesque entrepôt en tôles rouillées, d'une autre époque, aux vitres brisées et a l'allure imposante. Il y avait pleins de façons d'entrer, mais Karisu décida d'opter pour sa méthode favorite.

Il dégaina sa rapière et se dirigea vers la grande porte.

"Et c'est parti, prêt a danser mon petit Tino ?" murmura Eristos en se retenant de ne pas éclater de rire.

Soudain, Karisu entendit des hommes crier dans l’entrepôt.

"M'aurait t-on devancé ? Çà a l'air de pas mal chauffer a l'intérieur, tant pis je fonce !" dis Karisu en se précipitant vers la porte. Arrivé sur le palier il ne put retenir un fou rire. Il y avait quatre personnes a l'intérieur, le plus énigmatique, un homme en costume trois pièce, armé d'étranges lames rougeâtres a l'aspect ondulant, un autre homme, qui pointait notre justicier énigmatique avec un magnum et un troisième homme qui détenait une femme en otage pour se protéger, très probablement Tino.

Karisu enfila son masque de démon, puis fixa les individus dans l’entrepôt. Ceux ci commencèrent a trembler de peur, face a l'effrayant fou rire du télépathe. Enfin tous sauf l'énigmatique homme costumé, qui restait calme, bien que méfiant.

"Vous m'avez reconnus a ce que je vois, je sent votre peur...Alors alors.... Qui va tomber le premier ? Oh j'ai une idée ! Si on faisait un cache cache ! Nan, nan, j'ai mieux, un deux trois soleil. Ou un chat perché ? Une balle au prisonnier ? Bof. Vous n'avez pas l'air très joueur du coup...."

La seconde d'après, l'homme qui tenait la jeune femme en otage tomba lourdement au sol, en hurlant de douleur. Il tomba inconscient pendant que le télépathe fou éclatait de rire. L'homme au magnum lâcha son arme au sol, et se mit a genoux.

"Je-je-je...Pitié Eristos ! Je ferais ce-ce-que vous voulez....Bordel je savais que c'était devenu une mauvaise idée d'exercer dans la ville basse....Avec ce monstre fou a lier qui rode toutes les nuits...."

"Et toi la bas !" Dit Karisu a l'intention de l'homme énigmatique "Prouve moi que t'est dans mon camp, et bute le, ou vous y passez tout les deux, en même temps. Et vite j'ai horreur de perdre mon temps." Rajouta Karisu avant de sortir son Zippo, sa boite métallique et de s'allumer une cigarette en fixant l'homme en costume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ POINTS : 35

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Ven 21 Juil - 23:09

"En effet, le temps est un luxe dont on ne dispose pas. tu as l'air d’être connu et tu as permis à mon costume d’être intacte. Je te suis reconnaissant et te remercie de me laisser les achever. Quand à vous madame je vous demanderais de vous tourner et de fermer les yeux, quoi qu'il se passe ne bouger pas tant que je ne vous en ai pas donner donné l'ordre, compris? "

"Oui, oui d'accord, tout ce que vous voudrez. "


"Bien il est temps que je finisse mon travail."

Deux immenses ailes de sang jaillirent de mon dos et dans mes mains un glaive se formait.

"je suis Samael l'ange sanglant, et puisse que je ne pourrais assister à votre arrivée en enfer, en voila un personnalisé. Pour tout vos crime aujourd'hui le purgatoire descend vous voir; tu as tyrannisé un peuple dis moi ?!"

"je vous en supplie! Je ne ferais plus rien! Tout le monde m'oubliera y comprit vous "

" Evidemment, pathétique larve, tu veux être leur démon, mais regarde toi incapable de maintenir l'ordre, et aujourd'hui, aujourd'hui moi SAMAEL TE CONDAMNE AU NEANT !!"

Au moment ou ces paroles retentirent, le glaive disparu et un tourbillon de sang rongeait Tino. Je saisi alors la tête du garde du corps tétanisé, et le força à regarder ce spectacle.
"REGARDE LE !!Vois ce qui t'attends "

"aaaah aide moi j'ai maaaa.."

Il ne restait plus rien de lui, excepté quelques affaires personnelles.

"Des derniers mots? "

"Pardon.. "

L'homme était alors à genoux, j’étais derrière lui, agrippant ses épaules et telle un couperet libérateur mes ailes firent disparaître l'homme et sa culpabilité ; je l'avais libéré de son fardeau qu’était sa vie. Je me tournais ensuite vers la femme.

"Madame suivez moi, mais gardez les yeux fermés. "

Je conduisis la femme a l’extérieur :

"Pourriez vous m'attendre ici? Je reviens j'en ai pour quelques minutes."

un peu apeurée elle hocha la tête. Je me dirigeais vers l'homme que je supposais s'appeler Eristos, bien décidé à lui poser une question, nous étions alors face à face.

"Dis moi pourrais tu me prêter ton zippo? j'ai encore oublié de prendre un briquet et là, je dirais rien contre un cigarillo. Ah oui, et désolé je me suis peut être emporté mais je déteste les pseudo tyran qui sèment que lâcheté et misère, alors je me suis un peu défoulé; désolé si tu  voulais t'en faire un. Je me nomme Dzaka Rein dis Samael, et toi ?"

je tendais ma main vers lui afin de lui serrer la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 73

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Sam 22 Juil - 21:33

"En effet, le temps est un luxe dont on ne dispose pas. tu as l'air d’être connu et tu as permis à mon costume d’être intacte. Je te suis reconnaissant et te remercie de me laisser les achever. Quand à vous madame je vous demanderais de vous tourner et de fermer les yeux, quoi qu'il se passe ne bouger pas tant que je ne vous en ai pas donner donné l'ordre, compris? "

Karisu souri. Cet homme, il avait la tête sur les épaules. Ce regard froid déterminé, cette somptueuse envie de meurtre, couplée a une implacable volonté. Oui, Karisu avait l'impression de se regarder dans un miroir. Karisu, mais pas Eristos.

Soudain, l'homme se retourna vers Tino qui reprenait peu a peu ses esprits. Karisu avait volontairement envoyé une faible décharge de Choc Cauchemardesque afin de pourvoir le réutiliser dans l'instant sur notre mystérieux homme et l'homme au magnum en cas de problème.

Deux ailes de la même couleur rougeâtre sortirent du dos de l'homme en costume. De plus près, Karisu arrivait a distinguer que c'était en réalité un liquide épais qui s'animait selon la volonté de l'homme. Quel était ce liquide ? Le télépathe lut quelques instants dans les pensées de l'homme...

"Du sang ? Ce mec contrôle son propre sang. Quel don intéressant. D'autant plus qu'il le maîtrise a la perfection, puisqu'il est capable de lui donner des formes aussi complexes que des ailes ou des lames fines. Cet homme est de plus en plus intéressant."

Soudain, un horrible hurlement de douleur sortit le télépathe de sa torpeur, Tino était en train de se faire déchiqueter dans un tourbillon de sang, tandis que l'ange sanglant forçait le garde du corps a regarder. Un spectacle d'une cruauté sans nom... Eristos tremblait d'excitation, tandis qu'il tirait des inspirations de plus en plus grandes sur sa cigarette rougeoyante.

Quel fabuleuse tragédie, une pièce sensationnelle, d'une brutalité sans nom ! Eristos riait en dansant et en tournant sur lui même dans la fumée . Rien ne l'excitait plus que l'odeur de sang. Soudain, l'homme au magnum, s'écrasa lui aussi au sol. L'homme escorta ensuite la jeune femme dehors avant d'aller voir Karisu, qui s'était calmé depuis.


"Dis moi pourrais tu me prêter ton zippo? j'ai encore oublié de prendre un briquet et là, je dirais rien contre un cigarillo. Ah oui, et désolé je me suis peut être emporté mais je déteste les pseudo tyran qui sèment que lâcheté et misère, alors je me suis un peu défoulé; désolé si tu  voulais t'en faire un. Je me nomme Dzaka Rein dis Samael, et toi ?"

Cet homme n'avait aucune peur. Il venait tranquillement demander du feu a un fou qui dansait devant un double meurtre. Soit. Le télépathe lui serra la main, et l'invita a allez dehors.

"Moi c'est Karisu Ryuketsu dis Eristos. Mes amis m'app... nan oublie ça. T'excuse pas, j'ai trouvé ça très drôle. Tiens."

Karisu ouvrit son Zippo d'un grand geste de bras, avant de l'allumer en claquant des doigts et de l'approcher du visage de Samael.

"En effet, je commence a être plutôt connu dans le coin. J'ai éliminé des dizaines de criminels dans ce quartier. C'est mon passe temps, ça me fait bien marrer, puis ça a le mérite m’entraîner. Tu m'a l'air d'être quelqu'un de bien. C'est pour ça que je ne vais pas chercher a te causer des ennuis."

Karisu avait repris le dessus sur Eristos. Comme a chaque fois qu'il rencontrait des gens. Les relations humaines semblaient être la seule chose capable de le remettre sur le droit chemin.

"Au fond, je suis content de ne pas être le seul qui m'occupe de ce genre de raclures. Vois tu, la ville basse, qui est le quartier le plus souffrant, est également le quartier le plus oublié des héros. Ironique n'est ce pas ? Crois tu, qu'ils viendraient tâcher leurs jolis costumes dans le purin dans lequel nous vivons ? Comment je sais que tu n'est pas un héros ? Aucun héros ne se serait comporté comme tu l'a fait, les héros n'ont pas ce cran. Tu a assumé jusqu'au bout, tu a laissé éclater ta rage, et tu a laissé tomber le vrai glaive de la justice sur ces misérables, et juste pour cela je te respecte. J'aimerait bien, vois tu monter une organisation. Une organisation de criminels, ayant pour but, d'appliquer la justice véritable. Mais ce n'est qu'un rêve impossible pour le moment, je suis loin d'être assez puissant le faire ou de connaitre quelqu'un d'assez puissant pour le faire. Mais un jour viendra, un jour nous retournerons ce monde, et Laurel sera a nous. L'injustice ne sera plus maîtresse de bas monde.
J'ai récemment tout abandonné pour cet idéal.... Tu sais, j'avais deux très bon amis. Mais ils ont joué avec un feu bien trop grand. Et le feu s'est propagé. Tu vois ce que je veut dire ? Ma puissance, pour ne pas être dangereuse, doit être canalisée sur un but précis. Et je l'ai désormais ce but.... Enfin bref, et toi, dis moi, que fais tu la, et quel est ton idéal, pourquoi te bat tu ?"


Karisu jeta son mégot au sol, et sortit une deuxième cigarette, qu'il alluma prestement, avant de lancer un sourire amical a Samael.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ POINTS : 35

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Sam 22 Juil - 23:20

"Je suis tueur à gages, afin pouvoir financer plus tard mon projet. Car mon idéal est simple: devenir le diable de cette ville, afin de restaurer un équilibre ; être craint de tous, ce qui permettrait une paix durable. Et pour ça j'ai besoin de force, de pouvoir, et d'argent. Et alors mon glaive punira tous ceux qui pourrissent ce monde, et les hommes me haïront, moi, et uniquement moi: je deviendrais le centre de toute leur haine ce qui leur permettra de s'unir et d'en sortir grandi.
Pourquoi je me bat ? la vraie question est qu'est ce qui vaut la peine de se battre. Et je pense que ce je fais en vaut la peine, et si tu le souhaite, je peux t'aider dans ta quête de réelle justice, elle est complémentaire à la mienne, nous avons une chance de changer ce monde, alors saisissons la, mais devons trouver d'autres personne car seuls on ne pourra rien faire. "


Je me tournais vers lui, et à mon tour, je lui souris, j'eu soudain une idée ; je parti en courant vers  l’entrepôt, fouilla dans les affaires de Tino, je pris un billet abimé sur lequel j'inscrivais mon numéro à l'aide de sang, les clé de voiture ainsi que le magnum du garde du corps, j'allais ensuite voir la femme et lui dis :

"tenez voila une voiture et de quoi  vous défendre, si vous êtes en danger appelez moi. "

des larmes coulaient sur ses joues

"pourquoi m'aider ainsi?"

"contrairement aux héros j'assume mes responsabilités, je suis en partie responsable de ce qui vous arrive, il est donc normal que je vous donne les biens de votre geôlier, ce n'est que justice, maintenant partez. "

elle s'en alla lentement vers sa voiture, déboussolée. Quant à moi, je re-rentrais dans l'entrepos, je trouvais plusieurs jerricanes d'essence que je vidais sur le sol. J'attrapais de vieux journaux et quand je sorti allumant celui ci, je fis signe à la voiture, qui n'avait toujours pas démarrée puis je jetais le journal dans l'entrepôt; quand l'explosion retentit, la voiture démarra et, à mesure que la voiture s'éloignait, je me rapprochais de Karisu. Je m'assis par terre à ses cotés, et jetant mon cigarillo d'un air amusé, je me tournais vers lui.

"et maintenant on fait quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 73

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Lun 24 Juil - 21:02

"Je suis tueur à gages, afin pouvoir financer plus tard mon projet. Car mon idéal est simple: devenir le diable de cette ville, afin de restaurer un équilibre ; être craint de tous, ce qui permettrait une paix durable. Et pour ça j'ai besoin de force, de pouvoir, et d'argent. Et alors mon glaive punira tous ceux qui pourrissent ce monde, et les hommes me haïront, moi, et uniquement moi: je deviendrais le centre de toute leur haine ce qui leur permettra de s'unir et d'en sortir grandi.
Pourquoi je me bat ? la vraie question est qu'est ce qui vaut la peine de se battre. Et je pense que ce je fais en vaut la peine, et si tu le souhaite, je peux t'aider dans ta quête de réelle justice, elle est complémentaire à la mienne, nous avons une chance de changer ce monde, alors saisissons la, mais devons trouver d'autres personne car seuls on ne pourra rien faire. "


Karisu prit une longue inspiration sur sa cigarette, puis jeta son mégot au sol avant de cracher son énigmatique fumée blanche en direction du ciel.

"Je vois, un diable dis tu ? Devenir le seul et unique monstre, contre lequel l'humanité va pouvoir s'allier. Ainsi tu est de ceux qui pensent que l'homme ne peut coopérer que lorsqu'il est en danger. C'est très intéressant. Ne t'en fais pas, on fera route ensemble, je vais commencer a monter petit a petit mon organisation et je ferais appel a toi, quand ce projet commencera a aboutir. Que notre révolution sonne le glas de cette époque corrompue ! Nous allons retourner Laurel, et changer a jamais la face du monde. Non, Laurel ne sera plus la ville des héros... Laurel sera notre ville, a nous les criminels. Nous ferons régner la terreur. Une terreur d'une violence inimaginable et nous purifierons cette ville des escrocs qui la ronge. Ne t'en fais pas. Le sombre simulacre prendra fin, et nous apporterons la lumière aux gens... La lumière qui provient des ombres, ironique n'est-il pas ?"

Suite a cela, Samael sourit amicalement au télépathe et partit en direction du cadavre de Tino. Enfin ce qu'il en restait du moins. Karisu laissa échapper un rire amusé.

"T'aurais pu m'en laisser un bout au moins, enfoiré !" lança t-il a Samael.

L'ange sanglant se dirigea ensuite vers la jeune femme, qui était encore en état de choc. Il lui donna son numéro, ainsi que les clefs de l'énorme voiture de Tino.

"Et bien. Alors qu'il aurait pu garder cette caisse pour lui, et buter cette femme, puisque c'est un témoin potentiel, il a préféré lui donner la bagnole et lui laisser son numéro en cas de pépin. Plutôt sympa notre diablotin. Il n'a cependant pas intérêt a se laisser trop souvent emporter par de tels élans d’héroïsmes...."

Karisu regarda un instant ses bras, qui étaient recouverts d'un grand nombre de cicatrices circulaires...

"Jouer aux héros n'est pas une bonne solution. C'est une perte de temps. Espérons que ce gosse calme ses ardeurs, sinon je serais contraint de ne pas l'accepter dans cette future organisation."

Soudain, Dzaka s'empara de plusieurs bidons d'essences et commença a inonder le bâtiment du précieux liquide inflammable. Il fit un cercle d'essence supplémentaire autour de l’énorme cuve de fioul qui reposait au fond de l’entrepôt désaffecté. Karisu esquissa un sourire.

Malgré ses élans de justiciers quelques peu embarrassant, cet homme ne faisait pas les choses a moitié, et le télépathe trouvait ça particulièrement appréciable. Eristos se dirigea vers la porte de l'entrepôt, les vapeurs d'essence commençant déjà a lui monter a la tête.

Il lança un regard froid a la jeune femme qui était au volant de la voiture de Tino, puis s'approcha de la portière coté conducteur. Karisu fit signe a la jeune femme de baisser sa fenêtre.

"T'a pas encore démarré ? Tire toi de la. Et en vitesse. Ça ne va pas tarder a péter. Ah et une dernière chose..."

Karisu lança un regard en direction de l'entrepôt. Dzaka était toujours en train de s'atteler a sa tâche. Parfait. Le télépathe dégaina rapidement sa rapière, et plaça le tranchant sous la gorge de la jeune femme.

"Je vais être très clair avec toi. Si t'a le malheur de parler de quoi que ce soit qui s'est passé ce soir, je te traque, je te retrouve, je te décapite, et je viole ton cadavre. Compris ma belle ? Et donne moi ça au passage."

Karisu arracha le billet que la jeune femme détenait fermement dans sa main, et le rangea dans sa poche. Elle était en pleurs, face a l'animosité de Karisu.

"Donner son numéro a un témoin, putain d'amateur. Bon allez, tire toi ! Et n'oublie jamais ce que je t'ai dit, emmène tes secrets dans la tombe, ou tu y finira plus tôt que prévu."

Suite a cela , Karisu retourna devant l'entrepôt dos a la porte, tandis que le bâtiment commençait déjà a s'embraser, éclairant la nuit noire d'une lueur guerrière. Soudain, une énorme explosion retentit derrière les deux hommes, ne laissant apparaître que leurs silhouettes noires, au milieu de la gerbe de flammes.

Dzaka se rapprocha de Karisu avant de s’asseoir par terre, en jetant le mégot de son cigarillo. Il se tourna ensuite vers le télépathe.

"Et maintenant on fait quoi ?"

Karisu aussi s'était assis par terre, a ses cotés, et s'alluma une autre cigarette, avant de tendre son Zippo a son compagnon.

"Ce qu'on va faire ? Un massacre. Les flics et les pompiers vont mettre un bout de temps a venir ici, on est dans la ville basse faut pas déconner, ils vont prendre leur temps. Du coup je propose de les attendre ici, et de s'amuser un peu. Tu va me demander quel est l’intérêt de tuer d'innocents policiers ? Et bien le truc c'est que je suis recherché, mais pour des raisons qui ne me convienne pas. J'ai agressé quelques héros, et j'en ai tué un par le passé, mais c'était mérité. Et quand au pourritures que je tue régulièrement, je ne fais que leur faciliter le travail, et ces pourris trouvent encore le moyen de me mettre des bâtons dans les roues... Sans oublier ce qu'ils ont fait a mon père. Oui, je vais en tuer un maximum, histoire d'être recherché pour une bonne raison. Je ne te demande pas de m'accompagner la dedans, ils seront nombreux et on risque d'y laisser la peau, mais ça risque d'être fort amusant de détruire ces pseudos porteurs de la justice. Et au moins ça nous donnera l'occasion de nous battre ensemble.

Karisu marqua une pause, avant de lancer un sourire sardonique a Samael aussi fou qu'effrayant. Un sourire d'une atrocité sans nom, digne d'un véritable diable, cette fois ci.

"A toi de voir, les cartes sont dans tes mains, moi je reste la."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ POINTS : 35

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Lun 24 Juil - 23:08

"Ce qu'on va faire ? Un massacre. Les flics et les pompiers vont mettre un bout de temps à venir ici, on est dans la ville basse, faut pas déconner, ils vont prendre leur temps. Du coup je propose de les attendre ici, et de s'amuser un peu. Tu va me demander quel est l’intérêt de tuer d'innocents policiers ? Et bien le truc c'est que je suis recherché, mais pour des raisons qui ne me conviennent pas. J'ai agressé quelques héros, et j'en ai tué un par le passé, mais c'était mérité. Et quant au pourritures que je tue régulièrement, je ne fais que leur faciliter le travail, et ces pourris trouvent encore le moyen de me mettre des bâtons dans les roues... Sans oublier ce qu'ils ont fait à mon père. Oui, je vais en tuer un maximum, histoire d'être recherché pour une bonne raison. Je ne te demande pas de m'accompagner là dedans, ils seront nombreux et on risque d'y laisser la peau, mais ça risque d'être fort amusant de détruire ces pseudos porteurs de la justice. Et au moins ça nous donnera l'occasion de nous battre ensemble. "

il me regardait avec un sourire amusant.

"A toi de voir, les cartes sont dans tes mains, moi je reste la."


"Parfait j'avais justement besoin de faire de l'exercice. Mais quitte à tuer autant que se soit pour une bonne cause, voila ce que je te propose :
compte tenu de la situation un immeuble qui explose dans la ville basse vue l'heure est notre position ils devraient pas être plus de 15 et devraient par contre être bien armé. Je te propose te tirer profit de l'arrivé de nos amis policer. L'endroit où il y a le plus de pourri est la prison, si on est trop gentil on finira en garde à vue dans un poste de police minable attendant une décision, un jugement ...
NON! il faut du grandiose, et pour ça, je sais que je peux compter sur toi on élimine  tous les flics à l’exception de deux on se laisse capturer, et on atterrit en prison. Une fois dans celle-ci il me suffira de me procurer un objet tranchant, ce qui ne sera pas compliqué car j'aurais préalablement caché un morceau de verre dans mon bras. Une fois cela fait je pourrais utiliser mon pouvoir pour pulvériser le mur une fois cela fait ma mission sera de te rejoindre car il y aura d'autre dotés en prison, et une fois cela fait on tue le plus de personne pendant 5 minutes puis j'explose le mur et on se tire. Il ne faudra pas négliger le temps car beaucoup de héros risqueraient d'arriver en plus de l'artillerie lourde. Qu'en dis-tu, prêt pour la danse ?"


A ce moment les sirènes retentirent, il n'y en avait plus pour longtemps j'avais hâte de voir la réaction de Karisu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 73

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Mar 25 Juil - 0:50

Karisu éclata de rire, juste après que les premières sirènes retentirent, créant comme une sorte de mélodie de Requiem. La fin était proche.

"Et comment que je te suis ! Je suis toujours prêt pour une petite danse. Mais je te prévient t'a pas intérêt a me gêner !"

Soudain les lumières bleutées se rapprochaient de plus en plus, en laissant filtrer leur lumière a travers les feuillages des quelques arbres qui entouraient l'entrepôt. Plusieurs sirènes étaient distinguables, les pompiers étaient de la partie eux aussi. Karisu se lécha les lèvres avant d'enfiler son masque d'Oni. Il allait encore une fois devoir taper sur sur des hommes en rouges un peu trop énervant a son gout. Tant pis.

Les sons se rapprochaient de plus en plus, tandis que les deux hommes étaient de plus en plus éclairés a tour de rôle, d'azur et d'écarlate. Une première voiture arriva, en reconnaissance. Elle arrivait a pleine vitesse, et c'était arrêtée en dérapant sur le coté, dans la terre meuble, envoyant par conséquent, un immense nuage de poussière en l'air. Karisu pu a peine distinguer les deux premiers policiers sortir, qu'une autre voiture vint elle aussi épaissir l'ocre nuage de terre. Puis une autre, et encore une autre.

La visibilité était devenue très faible, entre le nuage de fumée noire que provoquait l'incendie de l'entrepôt et toute la poussière qu'avaient levé les véhicules de secours et de police. Au bruit, le télépathe avait distingué dix véhicules. Sept faisaient un bruit identique a la première voiture de police, il y avait donc huit voiture de polices, donc en comptant le maximum de deux officiers par voitures, seize policiers étaient présent sur les lieux. Dzaka n'était pas loin du compte. Il devait surement déjà avoir eu affaire aux force de l'ordre pour des cas similaires. Le bruit des deux derniers véhicules était totalement différent, aussi bien au niveau de la sirène que du moteur, c'était donc les secours.

Karisu lança un énorme rire machiavélique, avant de foncer tête baissée dans la brume poussiéreuse.

"Il faut que je profite de cette occasion de non visibilité pour bénéficier de l'effet de surprise."

Le télépathe s'était suffisamment rapproché pour apercevoir la silhouette des différentes voitures de police. Elles étaient toutes disposées de travers, en arc de cercle, comme une sorte de barrage faisant face a la porte principale du bâtiment en feu, afin d'empêcher toute fuite. Evidemment ils n'avaient pas jugés utile de placer des voitures de polices derrière l’entrepôt en feu, puisque les flammes intenses empêchaient tout type de fuite. Les autres camions de pompiers devaient par ailleurs se trouver la.

"Quels bandes d'idiots, ils n'ont pas imaginé la moindre seconde qu'un de nous soit un doté qui contrôle l'eau. Si Klaus était avec moi, notre fuite aurait été si facile...Mais je ne suis pas la pour fuir, et Klaus n'est plus mon ami, qu'est ce que je raconte !"

Le barrage policier était divisé en deux parties, quatre voitures a gauche, quatre a droite. Karisu esquissa un sourire malsain, avant de se diriger a droite et de foncer sur les silhouettes noires des officiers de police qu'il distinguait de plus en plus, face a l'éclaircissement de la brume.

"Samael, a gauche !!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ POINTS : 35

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Mar 25 Juil - 14:42

"Samael, à gauche !!!"

"J'ai toujours aimé la chaconne de Bach. Elle m'inspire toujours de nouvelles idées quand elle résonne dans mon crane; et dommage pour vous, je l'ai maintenant en tête."

J'avançais d'un pas lent et léger vers eux

"ne bougez plus ou nous serons forcés d'ouvrir le feu !"


"Tu m'en diras temps. 1 litre de sang slash. Qu'en pensez vous? moi j'aime bien le titre. "


A ce moment mon sang formais une très fine lame légèrement courbée qui mesurait 2 mètres 50, je dirais; puis d'un simple geste de la main, celle ci avec une vitesse atteignant largement celle d'une voiture,  alla tranché en deux 2 des 8 policiers.

" Bon on passe au chose sérieuses ?"
Je créais ensuite un fouet de sang dans ma main gauche et un sabre dans la droite

" Tirez ! Tirez! "

Je bondis, et assénais un coup de fouet tranchant horizontale, ce qui décapita de manière propre 1 agent. Une fois dans la mêlée, j'enfonçais mon sabre dans le ventre du plus proche; puis dans un enchaînement de kung fu, j'en frappais un dans le dos, puis d'un saut vrillé je fendais le crane d'un autre qui avait tenté de me tirer dessus. Et là, au moment ou j'allais m'occuper de celui qui devant moi était totalement tétanisé, j'entendis la sécurité d'une arme. Je me retournais, et assénait un coup de fouet ce qui trancha la main de l'homme. Je m'approchais de lui et lui murmura.

"Les hommes courageux ne vivent jamais longtemps. "

j'enfonçais alors mon sabre dans sa gorge; puis quand je voulus me retourner, le dernier policier pointais son arme sur moi. Tout se passait comme prévu

"Ne tirer pas! je me rends !"

le policier étonné me passa les menottes et avant que celui-ci me fasse entrer dans la voiture je hurlais
"ON SE RETROUVE EN ENFER ERISTOS!! N AI CRAINTE JE VIENS D AVOIR LE PASSE VIP"

puis je hurlais d'un rire diabolique qui glaçais le sang du policer.
il ne me restait plus qu'à attendre Eristos..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Ville basse de Laurel.
❝ POINTS : 73

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael Mar 25 Juil - 21:35

Après que Karisu eut crié ses brèves "instructions" a Samael, il fonça en direction de la première voiture de police qu'il put apercevoir. Le pauvre Dzaka, n'avait malheureusement pas la moindre idée de ce qu'il se tramait contre lui. Quel inconscient.

La poussière avait presque totalement disparue. La fumée elle aussi commençait a se dissiper, a cause de l'action des pompiers. Karisu sauta sur le toit de la voiture qui se situait le plus a gauche du barrage, surplombant les occupants de celle ci, qui se servaient de la voiture comme protection. A peine eurent t-ils l'occasion de lever la tête en direction de Karisu que celui ci leur avait déja bondit dessus.

En effet, le télépathe, avait sauté sur le premier policier et lui avait tranché la jugulaire, tout en dégainant sa rapière, pour gagner du temps. Puis il s'était retourné en faisant un rapide tour sur lui même pour transpercer le crâne du deuxième policier, d'un impressionnant coup d'estoc. Les coups étaient partis si rapidement, que les policiers n'avaient eu le temps de faire le moindre bruit. Ils s'étaient même écroulés en même temps, face contre terre, chacun d'un des deux cotés du criminel.

Une balle arracha le rétroviseur de la voiture, en passant a quelques centimètres de l'escrimeur qui n'arrêtait pas de danser. Karisu sauta pour se cacher derrière  la face opposée a ses attaquants. Il se faisait véritablement canarder par les six policiers restants.

"Merde, les autres m'ont déjà remarqué. Pas grave."

Eristos regarda brièvement par la fenêtre de la carcasse désormais criblée de balles qui lui servait d'abris de fortune. Enfin, plutôt a travers ce qu'il restait de cette fenêtre, c'est a dire l'encadrement. A peine eut-il pointé le haut de son crâne, qu'une balle ricocha tout près de celui ci, sur la fenêtre, puis une dizaine d'autres. Le criminel se jeta au sol.

"Oh la vache. Il en ont après moi la. Ils sont au taquet, j'ai juste a montrer le bout de mon nez et je me fais défoncer. Je pourrais en éliminer au hasard, en fonction des pensées que j'entend, mais cela ne serait pas très stratégique. Alors que si j'ai un visu, je saurai sur quels cerveau me concentrer."

Le visage du télépathe s'illumina, il frappa son crâne contre la paume de sa main avant de rire, tandis que les balles continuaient de pleuvoir sur la carcasse du véhicule de police.

"Je vais utiliser ma technique de l'Hystérie Collective. On va bien se marrer.... J'ai déjà une petite idée. Je vais plonger ces six policiers en enfer."

Plutôt que de regarder par la fenêtre, ce qui était bien trop dangereux, l'escrimeur s'allongea sur le ventre et jeta un coup d’œil en dessous de la voiture. Parfait, il arrivait a voir les jambes de policiers qui lui faisaient face, et leur disposition. Ils étaient tous accoudés deux par deux sur les capots des trois voitures encore intactes. Il était enfin venu le moment de semer la discorde. Karisu dirigea son regard vers la voiture qui se trouvait au milieu, entre celle la plus proche de Samael et celle qui était  la plus proche de lui.

Il posa la main sur son masque et commença a s'atteler a sa sombre tâche. Il commença par chuchoter faiblement aux deux policiers du milieu. Des chuchotements intenses, graves et effrayant, très nombreux et mélangés, créant un supplices mental particulièrement insupportable.

"Tuer, tu dois tuer, La mort n'est qu'illusoire les vivants sont des menteurs. Oublie toi, dans la noirceur de ton âme. Deviens mon arme. Deviens mon bras. Ton corps m'appartient, tue pour te libérer... Oui tue les, et tu sera libre. Abandonne toi a tes pulsions... Tu veut tuer, tu aime tuer. Ce ne sont pas tes frères, nous sommes frères dans les ténèbres. Vient par ici, et embrasse le détenteur des clefs de la vérité et de ta liberté mon enfant."

Les deux policiers du milieu lâchèrent leur arme au sol et commencèrent a se tenir la tête.

"C'-c-c-c'est q-quoi ce bordel.... Aaaaaah, arrête de me parler... J-j-je ferais tout ce que vous voulez, faites que ça s'arrête !!!!!" s'écria le premier policier.

"Aaaaaahhh... j'en peut plus... aidez moi !! J'ai mal !" supplia le second.

"Hé ! Les gars il vous arrive quoi la ? Hé, vous m'entendez au moins ? Bordel... Du renfort ! Il nous faut du renfort !"

Le télépathe commença ensuite a tisser son piège mental. Il insuffla des images connectées aux deux policiers. C'est en cela que constituait l'Hystérie Collective. Son fonctionnement se rapprochait en effet grandement du Choc Cauchemardesque puisque le fonctionnement restait le même, de la transmission de voix et d'images.

Cependant avec l'Hystérie Collective, ce n'est pas un mais deux cerveau qui était connectés a celui de Karisu. Et c'était bel et bien un échange a trois, puisque que les deux victimes étaient toutes deux prises au sein du même cauchemar, au point de pouvoir interagir mutuellement au sein de cette réalité alternative, dont Karisu serait le dieu. Cette technique n'avait donc par pour but de faire disjoncter le cerveau de manière brutale, a l'instar du choc cauchemardesque, mais bel et bien de créer une réalité alternative dans l'esprit de toutes les personnes concernées.

Tel était le plan de Karisu. Les deux policiers étaient entourés de flammes, dans un véritables fourneau. Le premier policier se tourna vers ses collègues de droite. Il tomba au sol, sur les fesses, tétanisé. D'immondes créatures noires, dégoulinante et totalement difformes, habillées d'un uniforme de police en lambeau se rapprochaient de lui.

"Tue les. Regarde tes collègues. Ils se sont fait avoir. Tu est bien plus fort que ça, toi et ton coéquipier... vous êtes les seuls survivants, vous devez éliminer ces engeances du démon pour vous en sortir. Ne vous en faites pas, je suis de votre coté. Nous allons nous en sortir ensemble."

Le policier ramassa son arme et jeta un regard a son coéquipier. Il était en position fœtale et pleurait en boule.

"Hé, ne t'en fais pas, on va se sortir de cette horreur !" le rassura le premier policier.

"R-r-r-regarde leur visage... Ils sont horribles...." lui répondit son coéquipier dont les paroles étaient entrecoupées de sanglots.

"Battez vous. Ou vous allez mourir. Attention vous deux ! Ils s'approchent de vous ! Oh mon dieu faites attention... Tirez !" leur cria Karisu faussement inquiet.

Le premier policier hurla de rage en direction des deux créatures qui se trouvaient a sa droite tandis que son coéquipier se plaça dos a lui pour tirer sur les créatures provenant de la gauche. Ils hurlèrent et pleurèrent tout les deux de toutes leurs forces, avant de tirer sur les ignobles monstres qui se rapprochaient d'eux. Ils appuyèrent une fois sur la détente. Puis deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois.

Six fois.

Les deux hommes tombèrent a genoux dos a dos, dans la piscine de liquide visqueux et noirâtre qu'avait crées les monstruosités. Ils pleuraient.

Karisu s'adressa au plus faible des deux policiers, celui qui pleurait en position fœtale avant leur combat contre les monstres

"Ton ami. Lui aussi est contaminé. Tu va devoir l'éliminer avant qu'il ne te tue. Dépêche toi, sa transformation en monstre ne va pas tarder. Il va souffrir énormément. Abrège ses souffrances, si tu en a le courage."

En un instant le second policier, se releva et braqua son coéquipier.

"J-j-j-je suis désolé ! Je ne veut pas mourir, j'ai une femme et des enfants.... C-c-c'est pour toi que je fais ça aussi !"

"Attends deux seconde ? Qu'est ce qu...." tenta de répondre le premier policier, avant de s’effondrer au sol, le crâne transpercé de part en part.

Le coup de feu retentit comme une cloche, sonnant le glas, au milieu des hurlements de rire de Karisu qui s'approchait doucement du policier restant en faisant tournoyer sa canne.

"T'est qui toi ! Meurs !"

Clic. Clic. Plus de balles.

Karisu tendit son bras et baissa l'arme du policier.

"Et bien mon grand ? Tu ne sais plus compter jusqu’à sept. Tu te souviens que je t'avait dit que tous les tuer te libérerait ? Je n'ai pas menti."

Le télépathe claqua des doigts. Et en un instant, le visage du policier devint totalement livide. Il se pencha en avant, et commença a vomir, au milieu de ses larmes.

Ici pas de monstres, mais une véritable boucherie. Des cadavres de policiers criblés de balles. Du sang partout. Une odeur de charogne. Le criminel lança un regard en direction de Dzaka qui se faisait emmener par les policiers, comme le disait son plan.

"ON SE RETROUVE EN ENFER ERISTOS!! N AI CRAINTE JE VIENS D AVOIR LE PASSE VIP"

Le télépathe s'approcha du dernier policier, en état de choc, face aux atrocités qu'il venait de commettre, puis lui planta sa rapière dans le crane. Dzaka qui était déjà dans la voiture de police n'avait pas eu le temps de voir cet acte.

"Désolé Dzaka, j'ai quelques peu menti. Les renforts ne devraient pas tarder a arriver. Mais il n'y aura aucune trace de moi. Je ne te suivrai pas en prison, tu aura toute la responsabilité de ce qui s'est passé aussi...."

Le télépathe éclata de rire.

"Comme si je souhaitais m'attirer les foudres de tout les héros de Laurel juste avant de monter une organisation secrète.... je t'ai bien eu espèce de crétin, tu me servira de bouc émissaire, pour mon amusement. J'ai eu l'occasion de bien m'amuser et je vais en sortir blanc comme neige. Tu est bien naïf pour un diable. Et tu risque de le payer de ta vie. Et si tu réussit a t'en sortir tu deviendra l’ennemi numéro un de Laurel. Tu sera traqué puis exterminé par une légende."

Karisu ôta son masque, le cacha dans sa veste puis quitta les lieux, avant d’appeler un taxi.

"J'ai une ou deux leçon de vie a t'apprendre le diablotin de pacotille. Et voila la première, tu ne peut te fier a personne. Puisse cela te servir de leçon. Crétin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le pacte avec karisu et samael

Revenir en haut Aller en bas

Le pacte avec karisu et samael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit