.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Sur la route du succès
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+] Lun 7 Aoû 2017 - 8:33

Rappel de la mission :
 

***

Une statue mouvante évolue en direction du point de rendez-vous.

Il s’agit évidemment de Canacé.

La grande et froide icône est en tenue de guerre : pantalon, bottes, gilet, mitaines militaires. L’héroïne porterait bien la casquette si sa crête osseuse pouvait lui laisser pareille occasion. Elle ferait sans, malgré son goût pour l’apparat. Elle n’avait pas froid : toute sa combinaison ne servait en fait à rien. Mais c’était pour le plaisir du geste, pour faire croire aux autres que l’homoncule partageait leur goût pour les uniformes sévères.

Son attitude, plutôt, faisait tout le travail : elle avançait vers l’hélicoptère comme une ennemie.

Pas de stress à avoir, cependant. Canacé était dans son fief, son bastion composé d’amis, ou plutôt, de collègues.

Il ne lui restait plus qu’à croiser l’autre. La machine, le héros.

Celui dont elle jalousait le rang…


Canacé était en avance, en fait. Elle n’avait pas vraiment dormi. Elle avait fait des choses, à la place. Un peu n’importe comment, mais ce n’était pas grave : l’essentiel était de calmer ses ardeurs, pour ne pas être déconcentrée en mission. Elle avait déjà faim, cela dit, parce qu’il était impossible d’éteindre ces pulsions pendant plus de quelques heures. Une longue et infinie bataille inutile, ou un prétexte finalement : Canacé ne se plaignait absolument pas de sa situation.

Elle avait dû faire un détour auprès d’un vieux marchand d’épave. Un petit commerce des bas quartiers. Un endroit où elle s’y sentait à sa place…

Contre quelques sous, Canacé s’était procurée une de ces vieilles machines terrestres, passées de mode, uniquement prisée par les collectionneurs, si son modèle était encore reconnaissable…

Elle l’avait mangé en son entier. Et après, elle s’était essuyé le menton, pour chasser la poussière dans un mouvement nerveux, alors que ses mains étaient encore plus sales que ses lèvres.

Puis elle était partie au travail.


Une suite de mots clés défilait dans son petit crâne pendant qu’elle se nettoyait la face avec un gant de toilette. Elle s’empara d’un paquet de clope situé non-loin, qu’elle malaxa (broya ?) à la façon d’une boule anti-stress.

Les cigarettes prenaient chez Canacé la place de ses brosses à dents. De ses produits de beauté, de ses shampoings. De son matériel de premier secours.

Elle n’avait pas de carte de fidélité, alors qu’elle consommait comme une plus-qu’esclave.

C’était pire que de la dépendance, c’était de l’asservissement consenti.

Encore une fois, ce n’était pas grave.

Elle mordit dans le carton, et le dépeça, petit bout par petit bout, pendant qu’elle préparait ses affaires.

Si elle prenait des rations de survie, ce n’était que pour se servir des boîtes. Des vieilles bricoles, déjà utilisées, auxquelles Canacé donnait une seconde vie en les gavant de pilules, de morceaux de bois, de pierres surtout, et de cigares.

Quelques bandages, tout de même, mais ce n’était pas pour elle.

La mission qu’on lui avait assignée supposait qu’il y aurait forcément des blessés. Preneurs d’otage, prisonniers, qu’importe : des deux côtés il y avait des victimes. Des vivres, peut-être… Oui, il fallait prendre quelques vivres.

Autant profiter des moyens que le Gouvernement offrait pour ses bons petits soldats, de toute façon.

Le partenaire de Canacé ne mangeait pas, lui non plus. C’était une espèce d’androïde, une grande boîte de conserve articulée, avec une médaille posée sur le torse.

Canacé voulait cette médaille, et ce n’était que chose légitime : la justicière et l’objet partageaient la même couleur. Mais peut-être pas la même valeur, et c’était bien ça qui posait problème.

L’héroïne ferma son grand sac, et, cigarette au bec, prit le chemin en direction de l’hélicoptère qui n’attendait plus qu’elle.

Elle connaissait un peu son camarade de légende, à travers les journaux, mais ce n’était pas quelque chose de convaincant : Canacé savait comment cela fonctionnait.

Elle attendait plutôt de le voir pour de vrai, afin de discuter avec ses tripes. Il ne devrait plus tarder maintenant.


Dernière édition par Canacé Flamel le Lun 14 Aoû 2017 - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton c...anapé
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+] Ven 11 Aoû 2017 - 17:00

Alex avait passé la nuit au centre Joker. Pourquoi, me demanderez-vous ? et bien parce qu’il s’agissait de sa première mission en duo avec un autre héros. Et pas n’importe lequel.
Il avait entendu parler de Drake, au détour de discussions du personnel du centre. Il ne l’avait jamais croisée, mais avait eu vent de sa force et de son efficacité… elle n’était pas du genre à faire dans la dentelle.
Cependant, il y avait un trait que les deux héros partageaient : ils n’étaient que des constructions, que des êtres artificiels élevés parmi les humains : un homoncule, né de l’argile, façonné par l’alchimie, né sur la Terre, et un androïde, fait de métal, construit quelque part dans l’espace.
Pain avait donc voulu se renseigner plus en profondeur sur sa collègue, apprendre ses points forts et faibles, étudier son don. Il était donc entré dans la base de données du centre et avait consulté son dossier, des archives de reportages où elle apparaissait, ainsi que des vidéos sur Internet filmées depuis la foule. Tout ce qui lui était accessible lui fournissait une base afin de comprendre quel genre de personne elle était.
C’était une guerrière, qui exultait au combat, qui se complaisait dans la gloire. Là où Pain préférait être discret au niveau des médias malgré le fait qu’il ait été reconnu par le passé comme une force de frappe majeure au sein des Jokers, puis qu’il ait été promu en tant que Légende grâce à ses capacités de combat et sa prouesse d’avoir évité une catastrophe diplomatique de grande ampleur, Drake semblait toujours chercher à s’afficher, à entretenir son image, elle semblait chercher à ce qu’on la remarque. Il devait très certainement y avoir une raison à cela, sans doute un attrait pour les richesses ou la célébrité. Cependant, il fallait reconnaître qu’elle était douée dans ce qu’elle faisait.
Plusieurs rapports anonymes provenant de civils témoignaient également d’un léger souci d’agressivité, le plus souvent verbale. Ainsi, selon les dires de ces personnes, Drake était une personne à fort caractère, et qui ne supportait pas l’autorité. L’androïde prit cela en compte dans sa conclusion qu’elle pourrait éventuellement se montrer imprévisible, ce qui pouvait représenter un réel risque lors de l’extraction des otages.
Concernant ses aptitudes au combat, Pain ne pouvait que constater ses performances. Elle avait à plusieurs reprises terrassé des groupes de dotés , et les quelques vidéos montrant sa façon de se battre la présentaient comme un combattante-née, particulièrement douée avec ses poings bien qu’elle soit présentée comme armée.
Plusieurs heures passèrent, l’androïde avait conscience du temps qui passait, et avait conscience qu’il devait organiser son temps de telle sorte à ce qu’il puisse avoir de l’avance en arrivant au point de rendez-vous. Une heure avant le départ, il se leva de son fauteuil, éteignit l’ordinateur et se dirigea vers l’infirmerie du centre. Il y récupéra des bandages, préférant éviter d’avoir à utiliser des vêtements sales pour arrêter d’éventuelles hémorragies, et en profita pour remplir deux grandes gourdes d’eau, mettant ensuite le tout dans un sac qu’il avait pris soin d’emmener avec lui.
Repassant sous sa forme humaine, vêtu d’un pantalon cargo,, d’une paire de rangers, d’un T-shirt noir des Pink Floyd avec le logo plus que célèbre de Dark Side of the Moon moulant les contours de ses muscles synthétiques, et d’une veste en cuir brun usée qui avait autrefois fait partie de la garde-robe son père, il sortit du complexe et enfourcha sa moto avant de partir en vitesse vers l’aire de décollage.
Arrivant aux abords de la forêt, il aperçut l’hélicoptère de combat mis à leur disposition par le gouvernement. Alexander gara son véhicule à une centaine de mètres environ de l’appareil et activa un petit gadget de sa conception : un antivol à base de décharges électriques placé à l’intérieur de sa moto et qui garantissait que toute personne tentant de la toucher sans avoir la télécommande adéquate se prenne un méchant coup de jus.
L’androïde décida de la jouer naturelle, il imaginait bien comment fonctionnait sa collègue au niveau de ses rapports sociaux : il fallait être cash, pas nécessairement montrer qu’on en avait une plus grosse qu’elle, mais au moins montrer qu’elle devait vous respecter.
D’ailleurs, en parlant de collègue, il venait de l’apercevoir, elle était en train de prendre place dans l’hélico. Sa tenue était étonnante par rapport à l’armure qu’elle portait sur les vidéos que l’androïde avait pu voir, mais cela semblait normal étant donné la nature de la mission, qu’elle choisisse une tenue un peu plus discrète et moins encombrante. Pain prit place sur un siège en face d’elle, posant son sac à côté de lui et fermant la porte au passage. Maintenant, il était temps de faire les présentations, il était intrigué par cette créature qui, d’une certaine façon, était comme lui.
Il lui serra la main.

-Drake, je présume ? Je suis Pain, enchanté de pouvoir coopérer avec vous durant cette mission, j’ai eu l’occasion de collecter quelques données sur vous avant de partir et je dois dire que j’étais curieux de vous rencontrer.

Il avait adopté un ton relativement sympathique, et était resté sous forme humaine, non pas afin de ne pas être intimidant, mais plutôt pour éviter d’avoir l’air d’une personne cherchant à se montrer imposante. Alex avait cette faculté à pouvoir comprendre les émotions et à pouvoir faire en sorte de les simuler à peu près, mais il se rendait compte qu’il manquait toujours quelque-chose qui empêchait sa façon de parler d’avoir l’air authentique, ça ne se remarquait pas la plupart du temps, mais en tête-à-tête, il ne savait pas s’il pouvait cacher ce défaut efficacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sur la route du succès
❝ POINTS : 80

MessageSujet: Re: Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+] Lun 14 Aoû 2017 - 23:54

Elle le regardait faire. Aller, venir. S’installer en face d’elle avec une démarche peu hostile, relever le menton pour croiser son regard, afficher une espèce de sourire, puis lui tendre la main.

Et lui parler.

Il n’y avait eu aucune chaleur dans leur accolade : pas un héros ne fut en mesure de rattraper l’autre sur ce coup. Les deux entités ne pouvaient en venir qu’à ce constat relativement amer : pour s’en tirer, il fallait parler. Ceci dit, Alex l’avait bien vite compris. C’est pourquoi Canacé le laissa faire, sans envier un seul instant sa bienveillante initiative.

Ils étaient déjà en altitude, mais ils ne sentirent à aucun moment l’emprise du froid. L’hélicoptère était bien isolé, et eux-mêmes, également.

C’est en notant l’apparence avec laquelle la Légende la saluait que l’homoncule se rappela que son camarade disposait de plusieurs facettes. Deux, cependant, ça ne faisait pas beaucoup. Canacé trouvait intéressant de savoir combien Alexander était capable d’en accumuler en-dessous de sa peau artificielle. Peut-être qu’il n’en avait tout simplement pas, qu’il était une personne solide et entière vis-à-vis de ses opinions. Qu’il n’avait besoin que d’une belle armure et rien d’autre…

Dans ce cas, les deux justiciers auraient beaucoup à apprendre l’un de l’autre. Avoir un autre corps, aux proportions et aux qualités excessivement exagérés, ça c’était un plan qui faisait naître des étoiles pleines d’envie dans les yeux de la justicière en argile. Le genre de service que l’on peut sans doute s’offrir lorsque l’on est une Légende. Ou bien était-ce le fait d’avoir une version de soi différente et améliorée qui permettait d’atteindre ce titre placé au-delà des astres et de tous les nuages ? Pourquoi pas. Mais dans ce cas la tâche s’avérait difficile : Canacé ne savait même pas voler.

Cela dit, son choix était vite fait. L’héroïne avait besoin d’apprendre, aussi elle comptait mettre toutes les chances de son côté afin d’enregistrer les conseils et cas pratiques judicieux que voudrait bien lui transmettre Alex’. Faire de lui un modèle, ou un moyen d’atteindre plus rapidement une position bien confortable, peu importe : les deux mots commençaient pareil…

« Moi aussi, je voulais vous rencontrer, et voir ce dont vous êtes capable de mes propres yeux. »

En lui répondant, Canacé avait la fermeté d’un jury d’examen. Pourtant, sa mine n’était pas fermée, et encore moins grave. Elle était sérieuse, bien consciente qu’elle n’était pas là à l’occasion d’un petit voyage bucolique avec le robot, avec son panier pique-nique sous le bras et sa nappe prête à être déployée sur la verte pelouse d’une colline verdoyante. Ici, il était question d’ennemis, d’otages, de batailles et de guerre. Un planning idéal pour les deux puissants moteurs de destruction engagés par le gouvernement.

Pour ne pas avoir envie de sauter au cou du garçon afin de lui faire l’amour, l’homoncule reprit plusieurs pilules. Elle les mâcha longuement plutôt que de les avaler d’une traite, afin d’occuper un maximum son esprit. La matière constamment concassée par ses mâchoires devint rapidement un bruit de fond. Cela ne sembla aucunement déranger le grand héros, ni même le pilote du véhicule, qui avait lui aussi une stature bien particulière.

Comme ce n’était qu’un élément annexe, la justicière préféra se concentrer sur la machine qui faisait l’objet de son obsession.

« Et à part moi, vous avez des informations fraiches à propos de notre affaire ? »

Elle disait ça entre deux bouchées, avec une articulation parfaitement claire, performance qu’elle pouvait accomplir avec brio grâce à ses innombrables entraînements, comme lorsqu’elle commandait des pommeaux de douche par téléphone en parlant la bouche pleine, ou durant ses entretiens via webcam où personne ne remarquait qu’elle était en train de se flatter l’entrejambe avec un vibromasseur. Un véritable travail d’équilibriste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton c...anapé
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+] Ven 18 Aoû 2017 - 1:17

Les deux héros se jaugeaient mutuellement, chacun voulait savoir de quoi était fait l’autre, au sens figuré bien entendu…
Alex cherchait à comprendre ce qui motivait Canacé, il se demandait comment elle pensait, il se demandait ce qui l’avait poussée à prendre le chemin de l’héroïsme.
Quant à Canacé, Alex imaginait dans un coin de son très vaste esprit toutes les pensées qui passaient probablement par sa tête. Il ne faisait aucun doute, au vu de la façon dont elle se faisait remarquer, et de l’efficacité dont elle faisait preuve, qu’elle aspirait à devenir une Légende, et elle voyait sûrement Pain comme un moyen de se hisser à leur niveau d’une façon ou d’une autre. Il ne détectait aucune animosité de sa part, en tout cas dans sa gestuelle et ses expressions faciales, ce qui indiquait qu’elle savait faire preuve d’une humilité relative, après tout, une personne avec un ego un peu trop développé aurait très bien pu prendre mal le fait de se voir attribuer comme camarade de mission un héros que le rang et les actes désignaient comme supérieur, ce qui aurait relégué n’importe quel justicier au second plan.
Pourtant, Alex savait que l’homoncule disposait d’un immense pouvoir latent, il l’avait vue à l’œuvre à travers des vidéos, elle n’avait sûrement jamais eu l'occasion d'atteindre ses propres limites.
La question était de savoir où se situaient ces limites, voire même de déterminer si elles existaient ou non. La Légende s’était déjà demandée si elle en avait elle-même, ou si son évolution pouvait se dérouler indéfiniment. Après tout, rien que le fait de faire sauter son inhibiteur de violence et de se servir de sa force auparavant restreinte avait fait prendre conscience à Alex qu’il disposait d’une puissance de destruction qu’il n’avait jamais soupçonnée jusqu’ici.
En tout cas, ce que l’androïde percevait clairement dans ses propos et sa façon de les énoncer, c’était sa détermination. Elle n’était pas là pour faire mumuse, elle voulait des résultats, elle voulait constater d’elle-même la force d’un héros de la trempe d’une Légende.
Pain savait qu’il n’avait pas l’expérience du Laughing Jack dans le métier, il réfléchissait encore trop comme une machine de défense et pas assez comme un véritable héros bien que la balance se soit légèrement rééquilibrée récemment, il imaginait aussi qu’au vu de son statut de seul héros digne jusqu’à il y a peu, il en avait très certainement bien plus bavé que l’androïde. Si Pain était conçu pour être un héros, il ne faisait aucun doute qu’il lui manquait le savoir-faire que l’on acquérait avec le temps et l’apprentissage, et que la Légende fantastique possédait en plus grande quantité que lui.
Cependant, il restait digne de figurer parmi les cinq grands héros de Laurel et des Etats-Unis, il n’était plus un Joker et devait par conséquent montrer l’exemple car il était un symbole aux yeux des citoyens de Laurel, de la nation, et même peut-être du monde héroïque tout entier.
L’androïde remarqua la consommation de pilules de l’homoncule. Il se demandait ce qu’elles contenaient, mais au vu de sa façon de les mâcher sur la durée comme des chewing-gum, elles devaient probablement lui fournir un moyen de se libérer d’une quelconque forme de stress. Alexander assimila cette action à une façon de palier à une addiction, un peu comme la boulimie présente chez certains anciens fumeurs. Les addictions pouvaient révéler des fragilités mentales, l’androïde le savait, et nota qu’il fallait faire attention à la façon dont sa collègue consommait ces pilules.
Mais il était vrai qu’au-delà de leurs personnalités et de leurs motivations respectives, il y avait un sujet bien plus important : la mission. Ce fut Drake qui le lui rappela. Il n’avait pas d’informations supplémentaires par rapport à ce qu’on lui avait fourni, la mission était top-secrète jusqu’à ce que les héros la mènent à son terme et aucun renseignement n’avait fuité. Ceci dit, avec les éléments dont il disposait, il en était arrivé à un début de conclusion :

-Malheureusement, le reste des données sur la mission est confidentiel, même pour nous. Il nous faut donc supposer que les otages ne sont pas n’importe qui, et qu’ils sont sûrement d’une importance capitale pour le gouvernement qui semble vouloir dissimuler leur identité. Si l’on suit cette idée, cela signifie que les preneurs d’otages recherchent quelque-chose de précis, et que le gouvernement ne tient en aucun cas à ce qu’ils l’obtiennent. Dans ce cas, le fait que nous ayons été envoyés ici ne peut vouloir signifier que deux choses : premièrement, ils tiennent absolument à récupérer les otages vivants du fait de la valeur de ce qu’ils possèdent ou savent, et deuxièmement, ils savent qu’ils ne peuvent pas y arriver sans nous, ce qui signifie qu’ils estiment que même l’armée et les services secrets ne disposent pas des moyens nécessaires pour mener à bien cette mission. Il y a fort à parier que nous aurons affaire à des dotés ou à une technologie extrêmement développée.

Ce qui expliquerait le déploiement des engins de démolition connus sous le nom de Pain et Drake. L’armée ne disposait sûrement pas de la puissance de feu, ni des aptitudes nécessaires à la réussite de cette opération, il fallait donc faire appel à de la meilleure qualité en moins grande quantité. Et ils faisaient tous deux partie des meilleurs lots sur le marché.
L’androïde pouvait voir les montagnes se dessiner à quelques kilomètres à travers la vitre. Il allait bientôt pouvoir vérifier son hypothèse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+]

Revenir en haut Aller en bas

Peau de terre et peau de fer [Alexander & Canacé] [16+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Le reste du monde :: Les autres pays-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit