AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Une première fois mémorable [Ft. Dzaka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ PT. EXPERIENCE : 54
Fantastique


 : SS

MessageSujet: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Sam 19 Aoû - 1:11



First time


Feat Dzaka Rein

« Archimède ? »

« Oui monsieur ? »

« Est-ce que je serai plus cool si je fumais ? »

La question se posait vraiment selon Jonas. Il se demandait de plus en plus s’il manquait vraiment quelque chose à son image de Légende et avec l’arrivée de Pain, un robot-androide ultra sophistiqué, rien ne s’arrangeait. Il faut dire qu’à cause de son aspect… métallique, Pain réfléchissait pas mal la lumière, donc il était plus facilement le centre d’attention. Peut-être était-il enfin l’heure du nouveau départ pour le Laughing Jack, un départ vers une carrière saine, emplie de haut fait et pas du tout sur l’étoile de la défaite et de la honte médiatique.

Ou peut-être pas de suite, Jonas ne se sentait pas vraiment en forme pour commencer ce grand renouveau tout de suite. Il n’était passé par le manoir des Légendes après une journée de travail que pour récupérer la mallette de Pandore et se mettre au travail. Il n’y avait pas d’appel d’urgence aujourd’hui mais une petite ronde de temps en temps ça ne fait pas de mal. Et puis, le Laughing Jack avait accumulé tellement d’équipement ces derniers jours qu’il devait bien tenté de les mettre à contribution.

Une fois la valise métallique en main, la Légende passa par le sous sol pour accéder à son nouveau véhicule de fonction. Un magnifique jet digne des meilleurs comics capable d’emmener les Légendes au milieu de l’action à toute vitesse. Il fallait inaugurer son premier vol et le faire découvrir à la population de Laurel. Le super supposait que ça ferait au moins peur aux petites frappes de se rendre compte que les héros pouvaient leur tomber dessus en quelques secondes sans prévenir.

« Je ne pense pas que le risque représenté par la cigarette compense le gain de popularité qui… »

La voix robotique d’archimède sortait par la porte du jet qui s’ouvrait automatiquement à l’arrivé du héros. Jonas ne le laissa pas terminer, ayant bien compris le message.

« Je comprend… et puis je ne pense pas qu’Alphée ou Liliana supporte l’odeur de la cigarette… »

Il déposa simplement ses affaires sur le sol du véhicule avant de s’installer sur le siège pilote alors que le panneau de commande s’alluma progressivement.

« On part pour une simple balade au dessus de la ville pour se faire au bestiaux. »

« Très bien. »

Le vrombissement du moteur se fit rapidement entendre le véhicule commença à prendre de l’altitude. Quelques secondes plus tard la Légende et une extension de l’Intelligence Artificielle du manoir filaient à toute vitesse dans le ciel de Laurel. Au bout d’une petite demie-heure ils avaient fait le tour de la ville sans trop pousser les moteurs afin d’apprendre au mieux les commandes de l’appareil. Jonas n’était pas un pilote née mais Archimède pouvait toujours rectifier ses erreurs, la Légende fantastique n’avait jamais appris autrement que par la pratique.

« Archimède, je vais me lancer au dessus de la décharge. J’ai des trucs à vérifier là bas depuis quelques temps. Prend entièrement les commandes à partir de là. »

« Monsieur, vous n’avez jamais fait de saut en parachute. Est-ce une bonne idée que de… »

« Il suffit de tirer sur la cordelette du sac avant de touche le sol. Et puis au pire qu’est-ce qui va m’arriver ? Il faut plus qu’une mauvaise chute pour me tuer et c’est pas comme si j’allais vraiment souffrir. Ouvre la trappe, je prend pas Pandore. »

L’aspiration était plus forte qu’il ne l’avait prévu mais bon, Jojo avait appris à lâcher prise et c’est sans crainte qu’il se laissa tomber. Le jet disparu rapidement et au bout de cinq secondes de chute Laughing Jack tira sur la sangle de son parachute. Ce fut une première expérience… instructive, même s’il finit par atterrir en roulant pour amortir la chute.

« Bon. » dit-il en s’époussetant un peu « Voyons voir ce qui se cache par ici. »

© code by Lou' sur Epicode



Dernière édition par Jonas Cros le Mer 26 Sep - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Mar 22 Aoû - 18:29

Je vis un homme sauter de ce qui m'avait l'aire d'être un jet. Il déploya un parachute avant de faire une roulade puis de se redresser
Il revêtait une longue veste blanche ainsi qu'un masque monochrome
Aucun doute, c'était ma cible

"Voyons voir ce qui se cache par ici. »


J'avais été engagé pour tuer cet homme. Il s'agissait du laughing jack la légende de je ne sais plus qu'elle merde d’après ce que j'ai trouvé sur lui, il est sadique et ne ressent pas la douleur en d'autres thermes:

ce type tu l'envoies au fin du perou le lendemain il est chez toi en train de siroter un un café avec ta femme. Je le vois comme une bête affamé prêt a tout pour dévorer sa proie. Malgré son titre de légende les journalistes ne lui faisait pas de cadeau à cause de sa fâcheuse habitude a torturé les gens
Il était crains
Pas étonnant que des gens veulent voire mort mais de là à allez jusqu'à payer un tueur à gages. Très peut de gens pouvait se payer se luxe
En tant, normale, j'aurais usé de perfidie afin de le tuer lentement le blessant de manière discrète avec un poison, il serait mort sans rien pouvoir faire et je n'aurais eu qu'à récupérer ça tête
Mais aujourd'hui j'étais désormais un autre homme, je ne tuerais plus j'en avais assez de cette vie. Je ne serais plus le chien de riche client. Je lui est promis, promis de devenir un héros. Et je n'ai qu'une parole et aujourd'hui pour la première fois, je vais faire le bien. Le bien a tout de même un coup en refusant de tuer cet homme, je refusais l'équivalent de plus d'argent qu'un homme pourrait en dépenser en 3 vie
Nous étions dans la décharges plus précisément c'était le coin des tsigans il aurait put vivre avec les autre dans la ville basse mais il preferait rester ici loin de la ville. Il récupérait tout les dechet ceci était meticulesement trié et recyclé afin d'en faire quelque chose de meilleur. Qui s'est lilou était peux être une sorte de super tsigane. Imaginer cette eventualité me fit avoir un léger sursaut de rire
Je décidais de sortir de l'ombre

"excuser moi laughing jack j'ai à vous parler c'est important des gens veulent votre mort et son prêt à payer le prix fort pour vous voire hors course. Pourriez vous venir un instant s'il vous plaît ?"

j'avançais les mains en l'air en direction de la légende qui avait d'avantage une allure de criminel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ PT. EXPERIENCE : 54
Fantastique


 : SS

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Sam 2 Sep - 18:29



First time


Feat Dzaka Rein

Jonas se débarrassa du sac contenant le parachute. Il nota que même si la taille du sac était tout à fait convenable pour son rôle, pour éviter les dépenses inutiles il faudra penser à ajouter une fonction qui permet de ranger le parachute après l’avoir utilisé. Même s’il n’est pas utilisable tout de suite après, cela permettrai de ré-utiliser le même en permanence. Jonas avait besoin de ses marques, il utilisait toujours les mêmes ustensiles, ça lui donnait un sentiment de sécurité. Chaque homme a ses faiblesses vous savez ? Entre ça et son manque d’attention lorsqu’il n’était pas directement menacé la Légende fantastique avait des choses à améliorer…

« Excusez moi Laughing Jack, j’ai à vous parler, c’est important : des gens veulent votre mort et sont prêt à payer le prix fort pour vous voir hors course. Pourriez vous venir un instant s’il vous plait ? »

Le Laughing Jack tourna la tête vers l’inconnu, son masque monochrome toisant le costard équivalent. Qui était cet homme ? Aucune idée ? Peut-être Archimède en avait une idée ? Non, le héros abandonna vite cette idée. Le majordome était en train de garer le jet le déranger maintenant était certainement une très mauvaise idée. Il ne voulait pas apprendre qu’il avait causé un crash pour rien. Certainement pas non.

Autant dire que la nouvelle que lui portait cet individu ne le secoua pas plus que ça, malheureusement pour le postier. À vrai dire, ça n’était pas vraiment nouveau que des gens lui en voulait. Sa simple existence, et plus encore ses actes, devaient être mauvais pour le business de pas mal de monde dans le monde souterrain de Laurel. De plus ses antécédents violent avaient aussi du lui attirer pas mal de foudre. Pourtant, il était toujours vivant et la menace ne datait pas d’hier.

« Mh… euh… Ouais… Je sais que tout le monde m’aime pas forcément. » commença-t-il, incertain de la manière à adopter pour répondre à ce genre de personne « Mais désolé, je suis un peu occupé là. Si tu veux me dire un truc suis moi plutôt. J’aimerai rentrer chez moi pour le diner. »

Abandonnant le sac derrière lui, Jonas descendit la pile de débris sur laquelle il avait atterri avec agilité. S’époussetant une fois en bas il scruta du regard les environs, à la recherche de repères. Il s’était un peu renseigné sur l’organisation de l’endroit en amont mais il n’était pas vraiment familier avec l’environnement. Il devait trouver une plaque d’égout qui ne devrait pas être trop loin d’ici…

« Tu vois, y’a des trucs étranges qui se sont passé y’a pas trop trop longtemps ici… quoi que ça commence à dater. Et je préfèrerai être sur qu’il n’y a plus de danger. »

Il était clair qu’il n’était pas prêt à permettre la naissance d’un autre kaiju prêt à exploser sa précieuse ville. Un seul adulte avait déjà causé assez de soucis comme ça.

« Ça serait bête de se faire bouffer un bon matin par un truc qu’on aurait pu arrêter avant. »

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Dim 5 Nov - 12:02

« Mh… euh… Ouais… Je sais que tout le monde m’aime pas forcément. »

Je ne comprenais pas, j'étais stoïque, je ne savais pas quoi faire ou dire.

« Mais désolé, je suis un peu occupé là. Si tu veux me dire un truc suis moi plutôt. J’aimerais rentrer chez moi pour le diner. »

Je ne savais pas quoi faire, j'étais perdu. Soit cet homme est un génie capable d'arrêter tout ceux qui lui veulent du mal soit c'est un idiot qui ne comprend pas la menace que représente ses ennemis.

Malgré tout, le suivre me parait une bonne idée. S'il se révèle être dangereux, je l'abandonne et s'il est faible, je lui expliquerai la situation et négocierais avec.

« Ça serait bête de se faire bouffer un bon matin par un truc qu’on aurait pu arrêter avant. »

Cette phrase résonnait dans mon crâne. Et si Lilou m'avait ensorcellé ? Et si tout ça n'était qu'un jeu ? alors il n'y aurait aucun mal à vouloir gagner. Je décidais de volontairement d'effacer ce bonheur de mon être, car je demeure le venin de dieu, Samael, et par conséquent ma place n'est nullement au paradis. Je ferais don à mes victimes du paradis, je le leur offre. Qu'ils règnent sur le ciel, dans la lumière moi, je triompherai dans l'ombre.

" En effet ce serait dommage. Si vous voulez je peux toujours vous donnez un coup de main. "

Il est temps que je revienne en grande pompe et tout comme une araignée, je vais lentement attendre que cet individu se piège de lui-même dans ma toile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ PT. EXPERIENCE : 54
Fantastique


 : SS

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Dim 5 Nov - 18:20



First time


Feat Dzaka Rein

Jonas ne faisait plus face à l’inconnu, il lui avait dit qu’il avait d’autres priorité, qu’il suive le rythme s’il devait vraiment transmettre son message. Le héros continuait son investigation, une trappe d’égout ne devait pas être bien dure à trouver, à part si elle se trouvait sous une montagne de débris, mais bon, il espérait que le destin en soit pas ainsi contre lui.

« En effet ce serait dommage. Si vous voulez je peux toujours vous donner un coup de main. »

Son intonation avait changé. Jonas s’arrêta un instant, le temps de réfléchir. Peu de messager perdaient aussi vite leur objectif de vue, il n’était pas très professionnel ou pas très impliqué dans sa cause. C’était dommage au yeux du héros blanc, les gens assez empli d’abnégation pour penser utile de prévenir un héros qu’il était en danger étaient rares. Surtout lorsque ce héros avait une aussi mauvaise image.

Heh. Que pouvait-il y faire ?

Il se retourna vers l’inconnu avant de pointe négligemment la plaque d’égout à quelques mètres de lui. Si cet homme se pensait assez compétent pour suivre une Légende dans son travail il devait soit avoir de sacrée cheville, soit de sacré compétence. Dans les deux cas Jonas ne pouvait pas le laisser aller plus loin sans le prévenir des dangers qu’il encourait. Une fois que ce serait fait la décision reviendrait simplement à cet homme, il avait l’air majeur et vacciné, le Laughing Jack n’était ni sa mère, ni son père.

« Je pense pas avoir besoin d’aide, c’est purement préventif mais je vais pas t’empêcher de venir. Par contre si t’y vas c’est en sachant que je descend à la recherche de créatures capable de casser un homme en deux sans soucis et qui ont besoin de plus d’un chargeur dans le bide pour rendre l’âme. » il fit une petite pause durant laquelle il dégagea la bouche d’égout à moitié recouverte par des morceaux de carton « M’enfin, ça c’est le pire des cas. Ils sont censé tous avoir tué mais comme j’ai dis, je préfère être sur. »

Après tout, quel mal pouvait-il y avoir à avoir un peu de compagnie durant le travail. Il n’avait vraiment pas envie d’être accompagné par un autre héros ou un élève durant toutes ses missions mais une fois de temps en temps. En forçant un peu il souleva la plaque de metal, libérant les effluves des égouts. Génial, les pieds dans le plat, pensait-il. Enfin, il avait déjà vécu pire qu’un peu de saleté et c’est sans plus d’hésitation qu’il descendit les barreaux de métal.

L’homme en costard ne tarda pas à descendre derrière Jonas, il avait décidé de venir lui aussi. Intéressant aux yeux du héros qui voyait là un bon moyen de comprendre le changement entre ses mots. Les gens mentent, c’est bien connu. Mais bon, ça ne l’empêchait pas de les sauver quoi qu’il arrive.

« Au fait, pourquoi je devais te suivre ? Tu avais un truc à me dire finalement ? »

L’éclairage jaune était moyen mais suffisant pour progresser dans le dédale, c’était le début d’une longue et désagréable recherche.

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Sam 16 Déc - 18:02

« Au fait, pourquoi je devais te suivre ? Tu avais un truc à me dire finalement ? »

Des gouttes de sueur perlaient sur mon front, c'était le moment idéal. Il était face à moi dans un couloir assez étroit la lumière était assez faible ; je n'avais qu'à tirer 4 aiguille la première viserai la partie haute de son corps plus particulièrement sa gorge, la deuxième, son épaule gauche, la troisième, sa jambe droite et la dernière visera le ventre
L'histoire est écrite par les lâches et je n'ai serte pas la force de maître karisu ou la puissance de ce héros, mais j'ai le pouvoir de survivre, j'ai toujours survécu, je dois survivre.
Lilou, je te remercie, tu as essayé de changer l'être stupide et fétide que je suis. Mais les bonnes personnes ne pourront pas changer ce monde, leur étique, leur bienveillance leur empêche d'atteindre l'apogée. Ils ne sont pas prêts au sacrifice, et je dois avouer que même si je le pensais, je n'y étais pas prêt, car j'ignorais ce qu'était l'amour. Désormais, je sais grâce à toi ce que j'ai sacrifié, mais j'ai aussi découvert que cela en valait la peine...
Je pouvais entendre tous les bruits qui m'entouraient. Les cafards qui grimpaient sur les murs en passant par les rats qui grognait en nous observant. Il y avait aussi son souffle, si fort, je l'entendais venir à mon oreille celui-ci résonnais comme un appel ; et enfin, il y a mon cœur : boum.. Boum.. Boum.. J'entendais chaque une de ces pulsations, j'inspirais profondément, puis je façonnais doucement, mais aiguilles dans l'ombre puis d'un seul coup, je lançais mes aiguilles elle filait à vive allure, je me précipitais ensuite de courir le plus vite possible, je me hâtais pendant ma course de placer un léger bouclier de sang dans mon dos. Je ne pouvais m’arrêter de courir avec un peu de chance, il finira paraplégique et tout le monde sera heureux lui pourra avoir une vie tranquille profité de sa gloire passé relater ces récits à des amis et pourquoi pas écrire un livre il sera bien plus heureux handicapé et moi, j'empocherais le pactole et j'aurais une certaine renommé non-négligeable. Et puis pourquoi je pense à ça, c'est sa faute, il n'avait qu'à m'écouter après tout ! Je me dépêchais de remonter avant de m'enfuir en direction de la ville basse en espérant qu'il ne met pas suivi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ PT. EXPERIENCE : 54
Fantastique


 : SS

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Dim 18 Fév - 12:09



First time


Feat Dzaka Rein

« Vraiment ? »

C’était sa seule réaction face à l’attaque surprise de l’homme en costard. Un profond ennui l’empli alors qu’il esquiva les coups lancés à la va vite. Il devait tout de même reconnaitre un minimum d’expertise dans les attaques. Elles étaient lentes, nerveuses et précipitées mais elles avaient leur propre logique. Bien que capable d’éviter toute blessures graves les aiguilles d’hémoglobine parvinrent tout de même à laisser quelques lignes rouges sur son corps. Une légère sur la jambe et une un peu plus profonde au niveau de l’épaule. Les coups les plus dangereux que le Blanc a évité en priorité étaient ceux destinés à son cou et son ventre. On ne peut pas tout faire, s’en sortir parfaitement indemne dans ce genre de boulot était une idylle à oublier.

Il faut accepter les conséquences de ses choix.

Voilà une leçon que chacun dans cette ville doit retenir et le bonhomme classieux qui est en train de courir vers une destination inconnue le long des tunnels des égouts devrait l’imprimer dans son esprit. Et ce durant les quelques secondes qui suivait le départ de sa fuite. On aurait presque pu dire que la Légende laissait quelques secondes d’avance à celui qui venait « d’attenter » à sa vie. Ce n’était pas le cas évidemment, mais pour la beauté de la scène on retiendra cette explication.

Après cette courte latence de préparation physique, Jonas s’élança à la poursuite du criminel. Ce don qu’il avait longtemps pensé inutile et handicapant se révélait petit à petit aux yeux de son détenteur. Par exemple, il avait appris a abandonné petit à petit son instinct de conservation déjà inexistant. User de ses muscles au delà de ce qui est naturel, fatiguer son corps, ses articulations, tout cela n’est qu’un piètre sacrifice face à cette utilité immédiate dont il a tant souffert l’absence toutes ces années.

Sortir ses armes n’était pas nécéssaire pour le moment, arrêter un simple bonhomme qui usait maladroitement de son don ne devait pas le pousser dans de tels retranchements. La distance qui séparait les deux hommes en blanc fut rapidement effacée. Quelle décision stupide que de se mettre à courir à l’aveugle alors que remonter l’échelle aurait été une bien meilleure garantie de succès.

Dommage.

Une fois juste dans le dos de l’individu la Légende remarqua l’étrange surface rougeâtre et mouvante qui couvrait son dos. Une sortie de protection ? Mieux valait ne pas y toucher dans ce cas. Stabilisant sa vitesse de course à une allure « normale » sans se laisse distancer, Jonas tira de sa ceinture l’arme que le Centre Joker lui avait concocté au cas ou s’acharner au corps à corps ne suffisait pas. Il n’était pas à l’aise avec les armes à feu mais il ne s’agissait pas vraiment de cela, il suffisait de presser la détente et…

le recul surpris la Légende qui n’avait jamais utilisé l’arme, son bras se laissa entrainer en arrière mais ses doigts ne lâchèrent pas prise. L’onde de choc était partie violemment et l’inconnu s’était retrouvé violemment projeté contre le mur mousseux tandis que Jonas se retrouvait à perdre l’équilibre et à se cogner de l’autre côté du couloir obscur. Plus de quoi fuir pour notre homme désormais, qu’il retienne ce jour comme étant une leçon de vie qui lui laisserait probablement des marques…

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ PT. EXPERIENCE : 54
Fantastique


 : SS

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Mar 25 Sep - 20:13



First time


Feat ???

Quelques secondes, c’était tout ce qu’il avait fallu à la Légende pour se relever un fois le choc initial avec le mur fétide des égouts encaissé. Il n’avait pas perdu sa concentration pendant son vol plané, pas plus que le choc ne l’avait gêné, voilà un des avantage de ne pas sentir la douleur, on peut rester lucide et maître de soi même en toute circonstance. Mais bon, quelques secondes c’est parfois tout ce qu’il faut pour un doté afin de s’enfuir, une pointe de vitesse, une téléportation, de l’invisibilité ou toutes ces autres choses plus compliquées pour lesquelles Jonas ne connaissait pas les termes.

D’un mouvement agile il se releva sans les mains afin de pouvoir réagir au plus vite si une menace comptait profiter de l’ouverture béante qu’avait laissé cette arme dans sa garde. Mais non, rien. Rien si ce n’est le bruit de l’eau boueuse et pollué des égouts et le cliquetis de quelques animaux qui avaient élu domicile dans les égouts et qui se trouvait dérangés par le capharnaüm causé par les humains. Un rapide coup d’oeil en direction du postier bien belligérant lui fit comprendre qu’il avait été sonné par le coup. Un choc à la tête contre le mur probablement, une commotion, ça passera.

Le Laughing Jack couvrit la distance qui le séparait du corps inconscient en quelques secondes supplémentaire avant de lever son poignet gauche instinctivement.

Archimède ?

Pas de réponse. C’était compréhensible, d’un côté le Majordome était une intelligence artificielle occupée et l’histoire du jet devait demander des calibrage supplémentaire pour une première fois et d’un autre côté la couverture réseau dans les égouts semblait assez pitoyable. Il faudra le signaler afin d’améliorer la communication avec le réseau des Légendes.

Jonas leva un sourcil. C’était étrange tout de même. Il pouvait rester en communication aux quatre coin de la ville et même à l’autre bout du pays. Probablement que Brooke dans l’espace pouvait rester en contact avec lui. Un simple égout était suffisant pour l'empêcher d’entrer en communication avec lui ? Il n’arrivait pas très bien à se concentré sur la question, les bruits parasites des petits animaux gênaient sa réflexion. Bien bruyant ces animaux, pourtant d’habitude la vermine disparaît bien vite après quelques couinement.

Pourquoi était-ce différent cette fois ?

La Légende renifla un coup. Ça ne sentait pas bon. Quelque chose empêchait la vermine de retourner à ses terriers sécurisés et ça ne devait pas être une petite bestiole. Après tout les animaux fuient d’une manière générale la présence du Laughing Jack. Soudainement sur ses gardes le héros attrapa le costard blanc par le col avant de commencer à le tirer en direction de l’échelle. Elle ne devait pas être loin, une minute grand maximum à une allure calme. Il ne voulait pas avoir une victime collatérale en cas d’attaque par une prédateur inattendu.

Il n’eut pas cette chance. Dans un fracas terrible le mur des égouts explosa laissant apparaître la silhouette monstrueuse d’un reptile. Mais Jonas n’eut pas le temps de détailler le monstre, son attention était focalisé sur la mâchoire qui brillait de mille feu et fonçait dans sa direction. La Légende resta stoïque, aucune panique ne pouvait se lire dans ses yeux, il ne pouvait pas, un faux mouvement pouvait sonner sa mort ou celle de l’inconscient désormais incapable de se défendre. Sa main glissa dans un réflexe félin derrière son dos afin de dénicher une des lames dissimulée dans sa tenue de héros avant de plonger en direction de la gueule de la créature.

Le choc fut brutal. Moins brutal que le tir d’arme expérimentale précédent tout de même. Jonas glissa sur quelques mètre uniquement rattrapé par le poids mort qu’il continuait de tenir fermement. Le coup avait tout de même fait son office, la bête était assommé, au moins un peu. Sans plus hésiter la Légende s’élança dans une course effrénée en direction de l’échelle sans lésiner sur l’utilisation de sa nouvelle capacité. Ses muscles s’embrasèrent et les dalles sur le sol vibraient à chaque pas. C’était une sensation nouvelle pour la Légende qui n’était pas encore totalement habitué à gérer une telle vitesse mais il ne devait pas ralentir pour un rythme plus supportable, les feulements derrière lui se rapprochaient, ce n’était pas un petit coup dans la caboche qui allait retenir bien longtemps un monstre comme ça.

Stoppant subitement sa course, imprimant la trace de ses semelles sur la sol, le Laughing Jack s’arrêta, lâcha le poids mort, fit glisser sa main jusque dans son dos de nouveau, laissant des traces de sang sur ses hanches, il avait été blessé par le coup précédent, attrapa une nouvelle arme, se laissa tomber afin d’éviter la morsure qui tenta de lui arracher la tête et une partie des épaules, traça un long trait rouge le long du thorax de la créature avant de lui enfoncer la lame profondément à l’arrière de la cuisse droite et de se relever.

Emportée par son élan la créature lui était passé par dessus sans s’arrêter, elle heurta de nouveau un mur des égouts. Quelques secondes plus tard elle faisait de nouveau face au héros. Jonas eut tout de même le temps d’observer l'état de son bras, un vilaine entaille commençait déjà à le vider de son sang, sans compter qu’être mordu par un truc comme ça sentait l’infection à plein nez. Tirant deux nouvelles lames de son costume il fit face à la créature et s’adressa à elle comme si elle était un simple criminel capable de comprendre l’ampleur de la situation dans laquelle elle se trouvait.

Sa voix était aussi blanche que sa peau et son regard empli de ton sinistre éclat.

Est-ce que tu es sur que c’est une bonne idée ?

Le reptile bipède s'immobilisa pendant un instant, comme gelé sur place par une peur indicible qu’un humain ne pourrait comprendre. Cependant c’était son territoire, il avait déjà mangé de nombreux humains qui passaient par là, il était le fier fils de sa mère et ces pitoyables êtres n’étaient que de la nourriture prête à être dévoré.

C’est donc plein de confiance et d'orgueil qu’il s’élança de nouveau vers le frêle humain qui lui faisait face. Il n’avait plus l’effet de surprise ? Et alors, il était au moins deux fois plus lourd et était capable d’infliger un coup mortel d’une simple morsure. Cet humain n’avait que de petites lames et les égratignures qu’il avait subi ne l'handicapait même pas. Le seul qui était un peu gênant était celui planté dans son palais depuis le premier échange.

Le combat dura dix minutes. Dix minutes durant lesquelles le reptile ne toucha pas le Laughing Jack. Dix minutes durant lesquelles ses puissantes écailles furent écorché à maintes et maintes reprise. Dix minutes durant lesquelles le reptile perdit petit à petit du sang et de l’energie. Dix minutes qui se soldèrent par une profonde entaille de plusieurs centimètre de profondeur et d’une bonne dizaine de centimètre de longueur au niveau du cou de la créature. Artères, œsophage et trachée sectionnée, incapable de respirer, déversant sur le sol des égouts des litres de liquides vitaux, le Kaiju juvénile s’écrasa sur le sol.

Vivant.

Incapable de mourir.

Incapable de fermer les yeux et s’abandonner à l’inconscience.

Incapable d’être libéré de la sensation brûlante qui grignotent petit à petit son esprit.

Une sensation de douleur.

Le Laughing Jack le regarda quelques instant d’un air désolé avant de se tourner vers le poids mort. Il n’était plus là tient, probablement qu’il avait repris conscience durant le combat, après tout dix minute c’est long. Mais bon, il avait probablement quelques côtes cassés, une commotions et une terrible envie de vomir avec tous les traumatisme que son corps venait de subir, il n’irait pas très loin seul. Jonas s’approcha de l’endroit ou il l’avait déposé, il ne restait rien de sa présence ici à part un paquet à moitié écrasé de cigarette. Se baissant pour le ramasser le Héros eut un aperçu de la gravité de sa blessure.

Tss.

Quelques minutes plus tard il était dans la décharge, il s’était fait un garrot autour du bras, au cas.

Archimède ?

“Oui Monsieur ?”

Tu peux venir me chercher avec le jet ? J’aurai besoin du kit de premier soin.

Un court silence eut le temps de s’installer puis d’être brisé.

“Très bien monsieur, je vais sortir le jet.”

La communication se coupa sur ces paroles quelques peu sèches. C’est fou ce qu’Archimède pouvait sembler humain, c’était réconfortant. La Légende repensa au costard blanc. Plus de nouvelles de lui et probablement qu’il n’en aurait plus jamais. Ce n’était pas une grande perte à ses yeux mais il ne pouvait se permettre de le dire tout haut.

Il observa le paquet de cigarette quelques instants avant de l’écraser entre ses doigts et de le jeter dans la déchèterie.

Pas besoin de cigarette quand on a un jet.

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : A ta fenêtre
❝ PT. EXPERIENCE : 99
Mutation


 : D

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka] Mer 26 Sep - 14:28



Une dernière fois.

Un jeune frac émerge du par terre d’ordures. Jonas. Cros. Laughing Jack. Legende fantastique de Laurel. Plusieurs mains courantes contre lui. Des pétitions, et vidéos théories. Toutes les informations d’internet s’impriment sur son visage, en transparence sur la visière chaire d’une nouvelle protagoniste. Des légers mouvements de ses doigt, elle dirige cette simple recherche. La peur saisis son petit cœur à l’idée qu’il la remarque, ou pire, qu’il en ai fini avec l’homme qu’elle recherche. Va-t-il regarder vers elle ? Ce petit brin de rose dans un champs marronnâtes ? Peut-être surestime-t-elle sa condition. Ce n’est là qu’un rebut de plus dans la grande décharge de Laurel. Bien vite, Laughing Jack quittera les lieux en laissant dans le vent quelques mots que personne n’entendra.

Quand enfin le véhicule à réaction eut éloigné la justice des lieux, l’ordre des choses reprit son chemin. Chaloupant entre les plus gros et les plus sales, Barbara piétina les déchets qui la séparaient du trou où était entré son homme. Il n’avait pas pu en ressortir ; elle l’avait bien surveillé, et toutes autre sortie sur un kilomètre était soigneusement verrouillée. Après avoir rangé dans son front l’écran que dissimulait sa peau, l’ombre rose s’enfonça dans l’obscurité jaunâtre qui sentait tout ce qu’évoque sa couleur. Un simple foulard n’était que trop léger pour entièrement la protéger, mais ainsi Barbara se couvrit d’une partie des odeurs. Il le fallait bien, car l’un des flacons d’insecticides qui venait de sa ceinture se déversait maintenant de sa main. La vermine qui, partout autour, imposait sa présence n’oserait pas s’approcher, pas de trop.

A portée de vue de ce point d’entrée gisait quelque chose de laid. Autour de cette silhouette vaguement bipède, nombre d’organes jonchaient le sol humide. Le sang qui tachetait les murs apparaissait noir ou sombre, mais aucun ne retint son attention. La fouineuse était concentrée sur ses sentiments, et une marque retint son attention. Un corps y avait été jeté, sans qu’aucune goutte de sang n’y reste. Le plus plausible, la seule explication qui soit acceptable à l’esprit de Barbara, était qu’on avait emporté ce sang à l’aide d’un don. C’est ce sentiment que suivit l’ombre rosâtre dans les couloirs putrides de la ville. Chaque embranchement était pour elle une nouvelle hésitation, mais son amour la guida invariablement jusqu’à cet homme.

Elle le trouva frêle, adossé et ensanglanté. Son bras était, comme dans ses souvenirs, écorché jusqu’à l’os ; celui de Barbara se faisait douloureux. Le sentiment qui tennait son articulation n’avait que faire des limites de son corps, et la jeune femme n’avait pas le pouvoir d’ignorer comme il était douloureux d’aimer. Le sang qui reposait sur le corps de l’homme glapit en voyant la silhouette féminine, tendue dans l’obscurité. Celle-ci s’assied sur ses talons, relevés, à quelques centimètres de l’autre seulement. Les sourires défilaient sur son visage, sans qu’elle ne puisse choisir le meilleur. Il y eut un regard long et partagé, puisque l’homme, souffrant, n’engageait pas la conversation.

-Je tvous ai beaucoup recherché, tvous savez..
-… ?
-Ttu êtes blessé, cc’est ça ?
-Oui. Ce Laughing Jack m’a vraiment mi hors d’état. Eh he, c’est les risques de ma vie, voyez-vous ?
-Je sais, oui. M-mais je suis là… tenez, j’ai pensé que vous auriez soif.


Dans sa main, une bouteille. Barbara approcha ses genoux, contre les hanches du gisant. Une main soutint la nuque de son protégé, quand l’autre guidait vers ses lèvres un peu de cette eau. Du menton jusqu’à son manteau noir, la boisson fuyait, tachait son patient. Alors l’ange gardien Déposa sur ses lèvres un baiser d’où glissait le brevage, doucement. Les yeux fermés, elle prit encore quelques instants après avoir tout donné. Du dos de ses doigts, elle chassait les larmes qui tombaient sur l’homme qu’elle aimait. Ils avaient un gout, cet homme avait l’arome d’une pointe de fer.

-Merci bien, ma demoiselle.
-Non. C’est à moi de te remercier. Ça fait quelques mois, déjà, que nous ne nous sommes plus parlé. Et grâce à toi, j’ai pu vivre presque normalement. Les hommes, tu sais, ils ne sont pas tous comme toi. Ils sont si fades, eux. J’en vois, certains, ils sont beau. Il y en a des méchants, ou manipulateurs. Certains sont plein d’idéaux, tu sais, j’en ai rencontré plein. Mais il n’y en avait pas un comme toi. Je n’ai jamais vraiment réussi à t’oublier.
-Je comprend, mais qui est tu ?
-Je me doutais que tu m’aurais oublié. Je n’étais pas grand-chose, pour toi. Des fois, j’attendais plusieurs jours, et tu ne venais pas me voir. Mais quand tu étais là, je croyais vraiment être importante à tes yeux. Tu te souviens comme tu m’avais nourri à la petite cuillère ? C’était quand tu m’avais cassé la mâchoire. Comme tu étais doux, ces jours-là.
-Oh, je vois.
-Tu étais resté si longtemps, pour moi. Je suis contente de voir que tu t’en souviens. Gabrielle, elle ne me nourrit pas comme un bébé, elle. Je l’aime bien, elle est gentille. Mais, ce n’est pas comme pour toi.


Barbara remit ses bras ballants entre ses genoux. Son regard s’était perdu dans le vide, et le doute. Après un effort de concentration, elle s’enfonça plus confortablement sur le pavé pour continuer son cœur a cœur.

-Je t’aime, tu sais. Je t’aime encore.
-Ha ha, vraiment ?
-Je sais que je ne devrais pas. Tu me fais beaucoup de mal. Mais même si je ne te vois plus, je pense toujours à toi. Des fois, j’ai envie de retourner vivre chez toi. Des fois, j’ai failli me lever en pleine nuit pour te retrouver.


Relevant la tête, elle précise.

-Je ne devrais pas. Je ne suis pas bête, je fais très attention à ne pas le faire. Mais des fois, quand je ne suis pas concentré, je commence à te chercher des yeux.
-Je vois. Tu devrais revenir à la maison. Ce n’est plus l—
-Je ne veux pas revenir avec toi.
-… mais tu le feras.
-Je sais. Si tu restes en vie, tant que tu seras en vie, je risque de revenir vers toi. C’est pour ça que je suis venu. Je dois t’en empêcher… m’en, je dois m’en empêcher.


Barbara tira de sa veste une lame jaune par ses reflets.

-Tu t’en souviens ? C’est le couteau de cuisine. Je suis allé le chercher chez toi. Tu m’avais ouvert le coup, avec, tu te souviens ? J’ai cru que j’allais mourir ce jour-là.
-Donne moi ce couteau.
-Je suis tellement désolé, si tu savais.


Les yeux du mâle s’écarquillèrent mollement sur l’ombre rose. Derrière elle il dessina une aiguille rouge. Un éclat de sang qui se refléta sur la peau moite de l’épaule. Trop faible, le sang refusait de garder la forme de l’arme. Haletante, Barbara senti dans son dos cette tentative. Humide, ses yeux remontaient le torse ensanglanté. Tranchante, le couteau suivait le long des formes humaines. L’amoureuse se reposa au creux du coup de l’homme ; ses larmes dissimulées derrière l’oreille de celui qu’elle éventrait.

-C’est un anti coagulant, que tu as pris. Tu ne pourras plus durcir ton sang, pour l’instant. Plus jamais.

La gorge serrée, elle écoutait la vie qui s’échappait de cet ange aux ailes de sang. Maintenant le risque évacué, il n’y avait plus de raison d’avoir peur. Sans danger, elle pouvait librement l’aimer. Blottit contre lui, comme elle l’avait toujours voulu, Barbara donnait au pire des hommes un doux départ.

Adieu, Dzaka Rein.

Ne reviens pas.

ft. Jonas & Dzaka Rein




Attend Invité. Je ne te veux pas de mal. Je vais juste continuer à te regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une première fois mémorable [Ft. Dzaka]

Revenir en haut Aller en bas

Une première fois mémorable [Ft. Dzaka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Les alentours :: La décharge-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit