AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

La psychologue [ft: Alphée Keegan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mystique


 : E

MessageSujet: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Dim 27 Aoû - 14:38

Tout commence lors d'une intervention de routine pour Metalium. Il avait décidé de patrouiller dans la ville basse car on lui avait signalé que le quartier était rempli de malfrat en tout genre .

En effet, son indicateur ne lui avait pas mentit ! A peine était t'il arrivé qu'il croisa le chemin de petits criminels qui rackettaient des petits commerçants. Metalium se rapprocha un maximum des deux racketteurs, il remarqua que ses proies étaient armées d'un couteau, grâce à son don il retira les armes des bandits et leur lança : 

Metalium :"Hey les mecs ! Faites gaffe c'est pas des jouets ça !"

Les bandits se retournèrent vers Metalium quelque peut ... Choqués. Ils le dévisagèrent pendant quelques secondes avant de répliquer:

Bandit 1: "Eh mais t'es qui toi ?!! T'as rien à nous dire !"

Bandit 2: "Ouais mon frangin a raison ! Et rend nous nos couteaux!" 

Metalium les regarda une dizaine de secondes les yeux dans les yeux . Quelque peut contrarié, Metalium leur renvoya leurs couteaux ... Dans leurs épaules . Les bandits fuyèrent, Metalium ne chercha pas à les rattraper mais leur dit juste : 

"Au plaisir de vous revoir !" 

Il se retourna vers le marchand et lui demanda :

"Vous allez bien ils ne vous ont pas blessé ?"

Marchand : " Non ca va aller merci beaucoup"

Metalium salua l'homme et continua d'avancer . Une femme qui semblait avoir vu la scène s’avança pour lui parler ... C'était Alphée Keegan .  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ PT. EXPERIENCE : 506
Fantastique


 : A

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Mer 13 Sep - 11:17


La psychologue

Un ami dans la vie est très bien ; deux c'est beaucoup, trois, c'est à peine possible. L'amitié nécessite un certain parallélisme dans la vie, une communauté de pensée, une rivalité de but.
Erdain & Alphée

La violence était une chose que tu n’appréciais pas spécialement. Tu détestais quand les gens se battaient. Pourquoi se battaient-ils ? Aucune raison sur terre ne pardonnait cet acte. Enfin, c’était ce que tu pensais et il fallait dire que dans ce domaine, tu n’étais absolument pas objective. Après tout, dans ce monde, il existait deux types de personnes : ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Toi, tu faisais partie de la seconde catégorie. Aussi longtemps que tu t’en souviennes, tu ne t’étais jamais battu. Il fallait dire que pour toi, les humains ne valaient rien. Ce n’était que des créatures stupides dont le cerveau ne s’était pas développé depuis des millénaires. Même si récemment, ta vision commençait à changer. Tu avais découvert un sentiment, une sensation grâce à un humain. Non, grâce à deux humains. Ce sentiment, c’était l’amour. Ils étaient les premiers êtres vivants à réussir à faire naitre ce sentiment en toi. C’était aussi grâce à eux que tu commençais à changer de tactique de travail : avec ta nouvelle vie, tu devais prendre du temps pour toi, pour eux. Un temps que tu pouvais prendre seulement sur ton « temps libre ».

Depuis quelques semaines, tu avais enfin une soirée pour toi et rien que pour toi. Une soirée que tu attendais depuis plusieurs semaines, voire quelques mois. En effet, depuis maintenant 3 mois, tu étais la mère d’une petite fille. Tu l’avais rencontré dans la rue et vue son état, tu avais décidé de la prendre sous ton aile. Tu savais que c’était mal, quel cela pouvait être considéré comme un kidnapping par les forces de l’ordre. Mais tu préférais être en prison pour avoir sauvé une enfant de la rue, plutôt que d’être en liberté tout en sachant sa détresse. Tu ne le supporterais pas. Mais ce que tu ne savais pas à ce moment-là, c’était la difficulté de la tâche. Du jour au lendemain, tu devenais maman sans aucune préparation, sans aucune notion de ce qu’il fallait faire. Dans ces moments-là, tu bénissais le destin. Grâce à lui, tu avais un ami chez qui, tu pouvais demander conseil. C’était d’ailleurs grâce à lui que tu avais pu te libérer cette soirée ; tu lui avais confié ta jeune enfant pour la soirée. Il n’avait pas d’enfant mais il semblait content – même si c’était un grand mot pour décrire son comportement face à cette demande – de l’accueillir pour la soirée.

Pour cette pause, tu avais décidé d’aller dans le lieu qui regorgeait le plus de criminel : la ville basse. Sans savoir le pourquoi du comment, depuis un certain temps, cette partie de la ville était le lieu de rendez-vous des bandits, des malfrats et d’autres personnes peu fréquentables. C’était le lieu parfait pour toi. Tu savais très bien que dans ce genre de lieu, les pseudo héros, les vrais malades allaient venir. Ils avaient soif de sang, de combat, de mort. Des symptômes qui te disaient que la maladie était à un stade très avancé. Plus tu pensais à ça, plus tu te disais que ton petit ami n’était pas si malade que ça, comparer aux autres. Après tout, il était le seul à avoir la réputation de tuer aucun criminel. Même si tu considérais la torture au même niveau que le meurtre, tu savais qu’il ne pratiquait que ça ; contrairement à d’autres qui faisaient les deux. Mais avant de commencer ton travail, tu allais boire un verre dans un bar. Et malheureusement pour toi, quand ce n’était pas toi qui cherchait le travail, c’était le travail qui venait à toi. Avant même que tu puisses entrer dans le bar en question, tu entendis des bruits, comme un cambriolage. Tu décidas donc d’aller voir.

Les bruits n’étaient pas très loin du lieu où tu étais. C’était tellement près que tu ne mis pas longtemps pour arriver sur les lieux. C’était tellement près que tu pus voir toute la scène du début jusqu’à la fin. Dans la scène que tu voyais, tu observais un pseudo héro. Tu le reconnaissais ; c’était Metalium. Tu ne le connaissais que de réputation, mais tu l’avais mis sur ta liste des malades à soigner. Tu décidas d’aller le voir.

« Monsieur, je vous conseille de vous éloigner de cet individus masqué. », dis-tu sur un ton un peu méfiant. « ça se trouve, il est complice de ces bandits. », ajoutes-tu en fronçant légèrement les sourcils. Tu avais l’apparence d’une femme sans défense, mais les apparences étaient souvent trompeuses.

En disant ces mots, tu voyais que le marchand était un peu perplexe. Tu t’avanças vers eux.

« L’avantage avec les masques, c’est qu’on peut masquer notre visage et de ce fait, notre vrai nature. », dis-tu. « ça se trouve, il a payé ces bandits pour vous attaquer pour jouer aux héros… », ajoutes-tu.

Après avoir rajouté ce petit monologue, tu sentais que le marchand commençait à avoir peur de cet individu masqué. Dans un sens, tu n’avais pas tort… sous ce masque, personne ne pouvait savoir qui s’y cachait et tu comptais jouer sur cette peur de l’inconnu pour en connaitre un peu plus sur cette personne.

_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mystique


 : E

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Sam 23 Sep - 17:35

Erdain fut à la base surpris qu'une personne mette en doute son travail de Héro, il songea alors à directement attaquer la femme qu'il pensait être une complice des bandits . Puis il se ravisa, il n'était pas ici pour attaquer des civils potentiellement innocent . Il émit donc juste un geste de recul, pour calmer le jeu et rassurer le commerçant . Il laissa sortir un soupire avant de dire :

"Pensez ce que vous voulez, très chère. Il n’empêche que si je n'avait pas été là ce pauvre homme aurait perdu beaucoup de chose, si ce n'est sa vie. Bref je n'ai pas de temps à perdre avec vous ! Bonne journée Madame ." 

Il détourna son regard de la femme, puis continua d'avancer ... Même si il savait que c'était faux, la supposition de cette personne l'avait intrigué ... Comment pouvait elle dire ca ? Pensait elle également que les Jokers et Légendes étaient des malfrats payant des bandits pour jouer aux Héros ? Cette personne était très intrigante ... Il ne se retournait pas pour vérifier si la femme le suivait ... Et si elle le suivait ? Quelle importance ça a ? Viendrait elle lui parler ? S'interposerait elle entre des méchants et lui si du grabuge se présentait à nouveau ? Ce flot de question apparaissait peut à peut dans la tête de Metalium ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ PT. EXPERIENCE : 506
Fantastique


 : A

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Mer 27 Sep - 15:33


La psychologue

Un ami dans la vie est très bien ; deux c'est beaucoup, trois, c'est à peine possible. L'amitié nécessite un certain parallélisme dans la vie, une communauté de pensée, une rivalité de but.
Erdain & Alphée

Le comportement de ce pseudo-héros en disant long sur son caractère. Comment une personne saine d’esprit pouvait-elle se comporter de cette manière ? Le comportement d’une personne était révélateur sur sa personnalité. C’était pour cette raison que tu n’avais pas eu peur de dire à la victime de faire peur. Cet homme ne semblait pas être leur complice, mais juste un être malade en quête de sensation forte. Il faisait semblant d’être troublé par ton monologue. Tu le voyais bien. Tu savais aussi qu’à la moindre faille, il allait te mettre la main dessus. Tu devais donc faire attention.

Tu ne croyais pas son discours et en même temps, tu y croyais. Personne ne savait, même pas toi, ce qu’un malade était prêt à faire pour montrer aux gens qu’il ne l’était pas. Etait-il prêt à tuer ? ta réponse était oui. Et le problème était là. Comment pouvait-on faire le bien si on était prêt à apporter la mort pour toute personne ne partageant pas ses convictions, sa vision du monde ? Tu te mis presque devant la victime. Tu lui demandas s’il allait bien. Il te répondit qu’il allait bien et tu l’invitas à rentrer chez lui. Ce lieu n’était pas sûr, surtout maintenant.

« Parce que vos complices l’auraient tué s’il s’était défendu tout seul ? », demandes-tu en voyant qu’il commençait à partir.

Voyant qu’il se moquait bien de ce qu’il pouvait bien penser de toi, de tes paroles, tu décidas de le suivre. Tu ne savais pas te battre, tu le savais. Tu savais aussi que si ce héros décidait de te combattre, de te montrer qu’il était un véritable héros, tu n’avais aucune chance contre lui. Malgré cette connaissance, tu le suivais. Tu savais très bien qu’il n’était pas complice de ces bandits, mais tu savais aussi qu’il était plus dangereux qu’eux.

Marchant derrière lui, essayant de te faire discrète, tu décidas de te faire encore plus silencieuse en te cachant dans une rue perpendiculaire à celle où vous étiez. Tu ne voulais pas qu’il sache que tu étais là. Malheureusement, tu avais pris la mauvaise rue. Alors que tu voulais le prendre par surprise, tu fis une drôle de rencontre ; celle des bandits. Ils avaient presque entendu toute la conversation.

« Alors chérie… comme ça, tu penses qu’on bosse pour l’autre ? », dit l’un des bandits, surement le chef. « Désolé pour toi, mais tu te trompes. On ne connait pas ce mec, mais grâce à toi, on pourra rapidement le savoir. », ajoute-t-il en te mettant un coup de poing.

Tu n’eus pas le temps de prendre ton instrument pour te défendre. D’ailleurs, l’un des bandits prit ton sac et commença à fouiller dedans. Heureusement pour toi, tu n’avais pas beaucoup d’argents dans ton sac. Juste de quoi payer un verre. Tu remarquas qu’ils étaient déçus par ton sac. Ils le balancèrent ton sac et te traina par les cheveux jusqu’à dans la rue où se trouvait le héros.

« Dis-moi Monsieur le héros… est-ce que tu veux que je tue la demoiselle ? », demande-t-il en gueulant. « ou préfères-tu que je m’amuse avec elle pour la remettre à sa place ? », ajoute-t-il en te forçant à te relever et caressant ta joue.

HRP:
 


_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mystique


 : E

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Dim 10 Déc - 11:08

Hrp ::
 

Elle c'était fourré dans de beaux draps ... "Comment a t-elle pu faire pour recroiser ces bandits" songea Erdain ... La réponse était évidente... il songea plus intensément : "Les bandits ont du me suivre et par un coup du hasard elle les a croisé ... Non ca ne peut pas être ca ... Ces bandits semblent désintéressé par elle, je pense qu'ils ne cherchent qu'à me provoquer pour me faire fuir ou essayer de me tuer" ... 


Erdain analysa la situation : Les bandits étaient un groupe de 4, celui qui tenait la fille semblait être le chef ... Seul contre 4 Metalium n'avait pas la moindre chance, il y avait peut être même un doté parmi ces brigands ... Erdain devait la jouer fine, il commença à songer à un plan. Tout en avançant vers le groupe il s’exprima : 

"Voyons messieurs pas la peine de vous emporter elle ne vous a rien fait cette jeune dame, vous êtes lâches de vous en prendre à elle" 

Le bandit qui tenait Alphée rétorqua : 

"Tu te prends pour qui toi ? T'es personne ici ! ON fait régner la loi, ON fait ce qu'on veux" 

Pendant que celui qu'Erdain considérait comme le chef des bandits disait ceci, cet odieux personnage commençait à caresser la joue d'Alphée. Mais ceci n'allait pas durer très longtemps, en effet Metalium c'était assez approché pour être en mesure d'utiliser ses pouvoirs . C'est ainsi qu'il pris le contrôle de la chevalière en métal d'un des brigands. D'un geste brusque il envoya la main du brigands à la chevalière dans la mâchoire de son chef qui, sous l’effet de la douleur, relâcha la jeune femme. 

Metalium fonça vers les bandits à toute allure avant qu'ils n'aient le temps de rattraper Alphée. Metalium sorti la poussière de metal de sa bourse et la lança en l'air avant de la faire foncer à toute vitesse vers les visages des bandits qui s’effondrèrent sur le coup. Metalium aida la jeune femme à se relever :

"Ca va ? Ils ne vous on pas fait de mal ? Ca vous apprendra à jouer les rabat-joie ..."  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ PT. EXPERIENCE : 506
Fantastique


 : A

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Jeu 1 Fév - 11:14


La psychologue

Un ami dans la vie est très bien ; deux c'est beaucoup, trois, c'est à peine possible. L'amitié nécessite un certain parallélisme dans la vie, une communauté de pensée, une rivalité de but.
Erdain & Alphée

Visiblement, le héros indépendant qui se trouvait devant toi n’était pas de mèche avec les criminels… comment tu savais ça ? Parce que tu te retrouvais en otage. Ils te prenaient comme otage pour faire chanter ce doté. Tu soupiras à cette conclusion. Tu n’avais donc aucune raison pour te battre contre lui. Du moins, pas sous ta forme civile. Tu devais donc te forcer à supporter d’être considéré comme un objet. Après tout, tu n’étais pas en état de te battre. D’ailleurs, cette discipline t’était inconnue. Après cette soirée, tu allais prendre des cours de self-défense pour mieux te préparer à ce genre de situation.

Alors que le mec te caressait la joue, tu commenças à grimacer. Il n’y avait qu’un seul humain qui pouvait te toucher, qui pouvait connaitre la douceur de ta peau. Et ce n’était certainement pas lui. Plus tu grimaçais, plus il souriait. A un moment, il te chuchota quelques mots à ton oreille. En quelques mots, il te disait qu’il allait s’occuper de toi, avant que ses amis ne s’occupent de toi après. Ces mots te donnèrent des frissons dans le dos. Les criminels étaient aussi malades que les héros, mais d’une autre manière. Il fallait que tu t’en occupes en urgence, aussi.

Perdue dans tes pensées, planifiant tes prochaines tâches pour créer un monde meilleur, tu fus ramené à la réalité quand ton ravisseur se donna un coup de poing. Cette action te permit une ouverture, ouverture que tu pris sans chercher à comprendre. Tu tombas par terre et commenças à marcher par terre. Ta robe allait être salie, mais tu t’en fichais. Du moins, pour le moment. Tu ne sus comment, mais ce héro avait réussi à les faire tomber à terre sans les toucher. Les héros avaient bien plus de ressources que tu ne le pensais. Maintenant que tout était fini, tu vis une main se pencher vers toi : il te proposa de l’aide pour te relever. Une aide que tu acceptas volontiers, même si sa réplique ne te plaisait pas spécialement.

« M…merci pour votre aide. », dis-tu en essuyant un peu ta robe. Toutefois, une tournure de phrase te tiqua l’esprit. « ça m’apprendra à jouer les rabats joies ? Vous voulez dire que cette attaque et cette menace de viol étaient justifiées ? », demandes-tu interloquée. « Vous savez, de nos jours et surtout à notre époque, il faut de se méfier de tout le monde. Et encore plus des bandits qui sont de plus en plus rusés pour fuir et / ou combattre les jokers. Etre héros indépendant est une chose dangereuse pour les civils. Alors oui, je suis peut-être une rabat-joie mais en aucun cas, je ne mérite d’être menacée. », ajoutes-tu, en le sermonnant et en le toisant.

Cet homme venait, en quelques secondes, de descendre au plus bas dans ton estime. Pour lui, une personne devrait écouter le premier venu et si ce n’était pas le cas, elle méritait de se faire agresser. Tu ne savais à quelle époque tu vivais, mais cet homme ne vivant certainement pas à ton époque.

« D’ailleurs, vous vous êtes même pas présentés. Quel est votre nom de super héros ? », demandes-tu un sèchement.

HRP:
 

[/quote]

_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mystique


 : E

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Mar 27 Fév - 9:45

Metalium devait être entrain de rêver, celle qu'il venait de sauver était entrain de le sermonner comme on sermonne un petit enfant qui a fait une bêtise. Au moins elle était correcte et l'avait remercié. Ce dernier était quelque peut troublé par la manière de penser de cette jeune femme, même si cela n'avait pas vraiment de grande importance pour lui vu qu'il connaissait sa propre valeur il était intrigué par la jeune femme. Tentant d'engager une conversation Metalium répondit :


"Je me nomme Metalium madame, et vous non plus vous ne vous êtes pas présentée ... Comment vous prénommez vous ?"


Cette conversation l'aurait certainement occupé pendant une bonne partie de la journée bien sûr mais cela ne le dérangeait pas, il n'était pas le seul héros dans la ville à chercher à arrêter les criminels après tout. Mais l'inconnue comptait elle le sermonner sur ses actes pendant tout le reste de la journée ou juste exposerait-elle sa manière de penser sans chercher à l'imposer à Metalium? Pour ça il n'y a qu'une seule manière de le savoir, ce dérnier pris la parole à nouveau : 


"Désirez vous continuer notre discutions à l'intérieur de ce café ? Ceci vous permettra de m’exposer On m'en a dit beaucoup de bien, je vous invite ne vous inquiétez pas" 


Tout en disant cette phrase Metalium pointait avec son bras un café nommé "O'ptit délice", bien évidement le jeune Héros espérait une réponse positive ceci lui aurait permis de pouvoir continuer à parler avec la jeune femme tout en étant à l'abri d'autres brigands qui viendraient à sortir des ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ PT. EXPERIENCE : 506
Fantastique


 : A

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan] Dim 18 Mar - 18:15


La psychologue

Un ami dans la vie est très bien ; deux c'est beaucoup, trois, c'est à peine possible. L'amitié nécessite un certain parallélisme dans la vie, une communauté de pensée, une rivalité de but.
Erdain & Alphée

La vie pouvait parfois réserver des surprises. La première fut celle de ton poste pour le centre Joker. Comment une personne comme toi pouvait travailler pour eux ? Toi qui voulait les soigner, tu travaillais pour eux. D’ailleurs, ton expérience chez eux te faisait douter de beaucoup de choses. Et en particulier sur la façon dont tu gérais tes traitements. Depuis le début, quasiment aucun de tes patients n’avaient survécu. Aucun d’eux ne pouvait exercer avec l’âme en paix. Tu te demandais donc si tout cela était une bonne chose, s’ils pouvaient vraiment être sauvés. Puis vint l’arrivé de ce joker. Ou plutôt de cette légende. Il était venu à toi. L’âme brisée. Tu voyais qu’il avait plus vu l’enfer que le paradis. Et en le traitant comme la psychologue que tu étais, tu avais réussi à le sauver, à soigner son âme. Tu te demandais donc si la voie que tu suivais était la bonne, si elle pouvait t’amener à la rédemption que tu cherches pour l’humanité, pour cette planète.

Toutefois, si ton travail avec le Laughing Jack était une réussite, c’était une autre histoire pour Metalium. Ce pseudo-héros te donnait des envies de meurtre. Surtout quand il fit une réflexion sexiste. Limite misogyne. Comment pouvait-il avoir des propos comme ça à notre époque ? Cette réflexion te donnait envie de lui donner une bonne leçon. Mais tu ne fis rien. Tu devais garder ton identité secrète. Pour la société, Alphée était une psychologue civile, dotée, mais psychologue. Personne ne devait pouvoir faire le lien entre toi, Alphée Keegan, et ton identité criminel, la reine de cœur. Voyant qu’il t’écoutait, tu ne fis rien de plus à son égard. Du moins, pour le moment. Quand il répondit à ta question pour son nom, tu le notas quelque part dans ta tête. Dès que tu en auras la possibilité, tu iras voir ton meilleur ami. Il avait des relations, il pourrait te donner des informations sur ce héros.

« C’est vrai. Je n’ai pas encore eu l’occasion de me présenter. », dis-tu comme excuse. « Je m’appelle Alphée. Alphée Keegan. », ajoutes-tu.

Alors que tu allais lui dire autre chose, pour le sermonner encore, il te proposa de continuer cette discussion dans un bar, autour d’un café. Une proposition qui te surprit. Tu fus tellement surprise que tu en perdis tes mots. La seule chose que tu pus faire, ce fut un hochement positif de la tête. « b… bien sûr. Ce sera avec plaisir. », dis-tu, surprise.

Quand tu acceptas l’invitation, tu te dirigeas vers le bar qu’il venait de désigner du doigt. Le bar n’était pas loin de là où vous étiez. Et surtout, il semblait être calme. C’était parfait pour discuter. Quand tu arrivas devant le bâtiment, tu attendis le pseudo-héros. À ce moment-là, une serveuse vint les voir. Elle demanda s’ils voulaient une table et pour combien de personne.

« Une table pour deux personnes, un peu à l’écart si vous avez. », répondis-tu. Tu ne cherchas pas à confirmer ta réplique en regardant Metalium. Pour toi, il était logique que vous deviez être dans un endroit à l’abri des regards pour discuter tranquillement. Lorsqu’elle vous donna une table, répondant à ces critères, tu t’installas. Tu savais déjà ce que tu allais prendre. Tu attendis donc que ton compagnon se décide à prendre une boisson.

« Maintenant que nous sommes là, nous pouvons discuter tranquillement. », dis-tu en donnant la carte des boissons. « vous vouliez qu’on discuter de nos divergences de point de vue, non ? », demandes-tu sur un ton sérieux.


_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La psychologue [ft: Alphée Keegan]

Revenir en haut Aller en bas

La psychologue [ft: Alphée Keegan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit