AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Solitude [PV: Alphée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 290

MessageSujet: Solitude [PV: Alphée] Dim 8 Oct - 9:49

Fioré avait fini ses devoirs en quatrième vitesse sans faute – sa maman avait pris la peine de vérifier, surprise qu’il ait eu fini si vite – et en avait aussitôt profité pour filer aux jardins suspendus où il aimait passer du temps. L’enfant se promena un moment, salua quelques autres habitués qu’il croisa sur son chemin, puis s’arrêta pour prendre place dans un lieu un peu plus isolé où fleurissaient toutes sortes de fleurs, dont des pensées de toutes les couleurs !

Le petit garçon s’accroupit et raconta sa journée d’école à ses amies les fleurs.

- Aujourd’hui, on s’est encore moqué de moi à l’école. Je n’ai rien dit à maman, je ne veux pas l’inquiéter... Et puis, je savais que je vous verrais aujourd’hui, alors c’était plus facile pour moi de supporter toutes leurs méchancetés. Oui, heureusement, que vous êtes là, mes amies les fleurs.

Fioré ferma les yeux et esquissa un petit sourire chargé d’une bien étrange mélancolie. Quelle ironie ! Fioré aimait tant les fleurs, elles le réconfortaient, orientaient ses choix de vie – il voulait devenir horticulteur – et pourtant elles étaient aussi à l’origine des moqueries qu’il subissait… Mais Fioré savait faire la part des choses : ce n’était pas de la faute de ses amies les fleurs si les autres y étaient insensibles. Le petit garçon avait même de la peine pour ses bourreaux qui étaient incapables de sortir de la prison que leur imposait leur étroitesse d’esprit, incapables de voir les choses au-delà de ce qu’elles représentent pour l’opinion publique…

Fioré était triste que les choses soient ainsi. Il aurait aimé être accepté tel qu’il était. Que ce soit pour les fleurs ou pour son origine extra-terrestre qu’il était obligé de dissimulé – même à ses parents adoptifs – pour vivre en paix… Sans s’en apercevoir, les larmes avaient perlés au bord de ses yeux. Le petit garçon s’empressa de les sécher du revers de la manche de son sweat-shirt en souriant.

- Haha ! Je pleure tout seul ! C’est idiot ! Je ne devrais pas pleurer, je devrais être content. Après tout, j’ai une maison, je vais à l’école, j’ai des parents qui m’aiment…

Le sourire sur le visage du petit garçon s’effaça. Ses parents adoptifs l’aimaient-ils vraiment ? Et l’aimeraient-ils toujours s’ils apprenaient qu’il n’était pas humain comme il le laissait croire ? Fioré se recroquevilla sur lui-même et se balança doucement d’avant en arrière sans détacher ses yeux verts empli de tristesse de ses amies les fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ POINTS : 313

MessageSujet: Re: Solitude [PV: Alphée] Sam 21 Oct - 8:33


Les parcs d'attractions,
c'est pour les enfants.
L'amour, c'est peut-être la pire et la plus belle des maladies, parce que n'importe qui l'attraper et en mourir.
Fioré & Alphée

L’amour guidait tes pas. Et ton rendez-vous avec Jonas accentuait cette sensation. Tu vivais sur un petit nuage. Ton esprit divaguait d’une idée à une autre. Entre lui et Aidan, la jeune enfant que tu avais accueilli, ton plus grand rêve semblait prendre forme. Tu te demandais même si tu ne rêvais pas ses années, tes années. Ton monde était trop parfait pour que tu puisses y croire. Pourtant, rien qu’en y pensant, tu fondais. Tu ne pouvais pas résister à cet appel, à l’appel de l’amour. Tu fondais tellement que depuis plusieurs jours, ton inconscient te faisait travailler dans les jardins suspendus. Ce lieu respirait la bonté, la paix, l’amour. Ce lieu était parfait pour toi. Ce lieu exprimait parfaitement ce que tu ressentais, ce que tu vivais en ce moment. Ce lieu était ton jardin Eden.

Vagabondant dans les allées, cherchant un lieu qui t’inspirant, tu vis un petit garçon. Il n’était pas très âgé. Tu ne savais même pas s’il avait une dizaine d’année. Tu te demandais ce qu’il faisait là, seul. Tu observais autour de toi. Aucun adulte semblait faire attention à lui. Les gens étaient d’une stupidité à faire peur, à faire sourire le diable. Tu t’approchas donc de ce garçon. Tu entendis une voix, surement sa voix, mais tu ne compris pas ce qu’elle disait. Tu t’approchas un peu plus de lui pour essayer de voir ce qui se passait. Il semblait pleurer. La seule chose que tu compris de sa bouche, c’était qu’il avait des parents qui l’aimaient. A ces mots, tu te mis à sourire. Ce garçon devait avoir plus d’une dizaine d’année et surtout… tu te doutais que ce lieu était son jardin secret. Un peu comme pour toi.

Tu t’approchais de lui, puis tu te mis à groupie.

« ça va mon garçon ? », demandes-tu, inquiète. « Qu’est-ce qui te plait pleurer comme ça ? Tu as perdu tes parents dans le parc ? », demandes-tu, cherchant une raison à ses pleurs.

Alors que tu le voyais se changer de position, tu te positionnas en tailleur pour te mettre à côté de lui. Tu posas ta main sur ses cheveux, les caressant quelques secondes avant de les enlever.

« Si tu veux, je peux t’aider à les retrouver. Je connais assez bien ce parc. », ajoutes-tu. « Et dans le pire des cas, on demandera aux fleurs de nous aider. Tu sembles assez proche d’elles. Je suis sûr qu’elles voudront bien nous aider. », finis-tu de dire en souriant.

Il était vrai que les fleurs ne parlaient pas vraiment, mais tu savais aussi que chaque chose était vivant et tu espérais à croire que dans des moments difficiles, comme pour la musique, les fleurs pouvaient aussi protéger les gens qui les aimaient beaucoup.


_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 290

MessageSujet: Re: Solitude [PV: Alphée] Sam 28 Oct - 11:04

Une jeune femme vint s’accroupir près de Fioré et lui demanda avec inquiétude si ça allait et ce qui le faisait pleurer ainsi. Elle émit la possibilité qu’il ait perdu ses parents dans le parc et lui suggéra même dans l’aider à les retrouver.

Fioré avait relevé la tête pour porter son attention sur son interlocutrice qui avait posé sa main sur sa tête pour lui caresser doucement les cheveux. Cela lui fit bizarre, car il ne connaissait pas cette personne, mais il ne dit rien. Il sécha ses larmes et esquissa un sourire :

- Je suis désolé de vous avoir inquiéter. Tout va bien, je ne suis pas perdu, c’est juste que j’ai parfois tendance à me faire du souci pour pas grand-chose, mais ça va aller. En tout cas, merci de vous être inquiéter pour moi.

Fioré souriait, mais il ne s’agissait que d’un sourire de façade, un sourire poli et de circonstance comme il en affichait souvent.

- C’est vrai que j’aime beaucoup les fleurs. Dit-il. J’aime beaucoup venir les observer ici. Il y en a tellement et de toutes sortes !

Le petit garçon affichait un sourire sincère lorsqu’il parlait des fleurs. Il avait d’ailleurs reporté son attention sur ces dernières.

- Vous venez souvent ici ? S’enquit-il pour tenter de dévier le sujet lié à sa tristesse.

Fioré pour sa part passait le plus clair de son temps libre aux jardins suspendus. Il ne restait pas nécessairement au même endroit et à vrai dire, il était même plutôt distrait par rapport au monde qui l’entourait, car lorsqu’il venait dans ce petit paradis fleurit, il n’avait bien évidemment d’yeux que pour les fleurs ! Il ignorait d’où lui venait cette passion pour les fleurs, mais il lui semblait qu’elle avait toujours fait partie inhérente de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
❝ LOCALISATION : Dans la même rue que toi
❝ POINTS : 313

MessageSujet: Re: Solitude [PV: Alphée] Mar 21 Nov - 19:13


Les parcs d'attractions,
c'est pour les enfants.
L'amour, c'est peut-être la pire et la plus belle des maladies, parce que n'importe qui l'attraper et en mourir.
Fioré & Alphée

Il était vrai que la première chose, à laquelle tu pensais quand tu voyais un enfant seul, c’était qu’il s’était perdu. Une manie que tu avais adopté depuis longtemps, bien avant que tu avais adopté Aidan. Depuis que tu étais petite, tu avais toujours eu cette envie de protection envers ses êtres plus petit, plus faible pour toi. Limite, tu les aimais tellement que tu hésitais à devenir enseignante. Après tout, c’était un bon moyen pour défendre ces êtres purs et innocents, de les protéger. C’était avec le temps que tu avais trouvé ta véritable vocation, ta vocation de soigner l’âme des gens.

Lorsqu’il leva la tête, tu enlevas ta main. Tu ne voulais pas le mettre mal à l’aise. Quand tu le voyais essuyer ses larmes, tu avais un pincement au cœur. Qu’arrivait-il à cet enfant ? Tu l’entendais t’expliquer le pourquoi de ses pleurs. Il s’excusa même de l’inquiétude qu’il provoquait en toi. Quand tu le voyais, tu avais juste envie de le prendre dans tes bras.

« Et qu’est-ce qui te cause autant de soucis, surtout à ton âge ? », demandes-tu, inquiète. « As-tu des soucis avec ta famille ? des gens de ta classe ? », ajoutes-tu, sur le même ton. Tu t’inquiétais pour lui.

Ensuite, tu observais bien le fait qu’il avait une affinité avec les fleurs. En le regardant, tu te posais même des questions. Mais en voyant comme il parlait d’elles, tu te disais que c’était seulement de l’amour. Tu voyais la différence sur son visage. Il parlait de la diversité des fleurs dans ce lieu.

« C’est vrai, ce jardin a la réputation d’être très fournis dans ce domaine. », dis-tu en observant le paysage autour de toi.

Puis, il te posa une question.

« De temps en temps, surtout quand j’ai besoin de réfléchir. », répondis-tu. « Je viens surtout ici quand il pleut. La pluie aussi m’aide à réfléchir quand j’ai des soucis dans mon travail. », ajoutes-tu. « Et toi, tu passes beaucoup de temps ici ? », demandes-tu.

Tu voyais très bien que cet enfant n’allait pas bien. Mais tu voyais très bien aussi qu’il n’allait pas se confier comme ça. D’un côté, tu t’en doutais. Tu venais de le rencontrer. Il ne te connaissait ni d’Eve, ni d’Adam.

« Ça te dis qu’on discute de parler tout ça en visitant les jardins ? », proposes-tu. « J’ai l’impression que tu as besoin de revoir toutes ces fleurs pour remettre de tes émotions. », ajoutes-tu en te relevant et en lui proposant ta main.

_________________

Mes cadeaux <3:
 

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 290

MessageSujet: Re: Solitude [PV: Alphée] Mar 5 Déc - 10:25

L’inconnue lui avait demandé ce qui lui causait autant de soucis à son âge. Dans ses suggestions, il y avait un peu des deux, mais l’enfant préférant ne pas aborder les sujets qui le tracassaient avait dévié la conversation. La dame aussi aimait bien venir au jardin suspendu, surtout quand elle avait besoin de réfléchir. L’enfant acquiesça. Elle disait qu’elle venait aussi quand il pleuvait. Cela lui était déjà arrivé également. Il s’était déjà fait grondé quelques fois pour être rentré trempé à la maison. Mais c’était plus fort que lui : il avait le sentiment que la pluie le lavait de tous les mensonges qu’il racontait. Au moins pour un moment…

Son interlocutrice lui demanda alors s’il passait beaucoup de temps ici.

- Oui, c’est l’endroit que je préfère. Je m’y sens bien. Expliqua Fioré.

Le jeune garçon fut enchanté par la proposition de visiter le jardin. La dame lui fit par de l’impression qu’elle avait du besoin qu’il semblait avoir de revoir toutes ces fleurs.
Fioré acquiesça tandis qu’il se levait également. La femme lui tendit sa main, mais le jeune garçon l’ignora, songeant qu’il était un peu grand pour qu’on lui donne la main, il se contenta d’esquisser un sourire poli.

- Oui, j’aime revoir toutes ces fleurs. C’est comme si elles veillaient sur moi depuis toujours. Et puis, les fleurs ne jugent pas et ne se moquent pas, elles. Elles m’accepteront toujours comme je suis vraiment. Se confia Fioré sans trop en révéler pour autant.

Sans les fleurs, le monde serait si triste ! Sans les fleurs, son monde à lui se serait probablement déjà effondré depuis longtemps… Aussi loin qu’il s’en souvienne, il avait toujours aimé les fleurs et elles avaient été là pour l’aider à surmonter les épreuves, à leur façon. D’ailleurs, n’offrait-on pas des fleurs en toutes circonstances ? Que ce soit pour des bonnes ou des mauvaises nouvelles ? Pour un déménagement, pour déclarer ses sentiments, pour souhaiter un prompt rétablissement, pour apaiser les âmes des défunts… Les fleurs ont toujours été là, discrètes et bienveillantes en toutes circonstances.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Solitude [PV: Alphée]

Revenir en haut Aller en bas

Solitude [PV: Alphée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le quartier Aselus :: Les jardins suspendus-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com