AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

[Ouvert] Aux limites du nouveau monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Dim 5 Nov - 0:39

Mais que faisait-elle là ? Aux limites de la ville. Assise sur un banc, les pieds en tailleur à observer le barrage.

Lilou plissait les yeux et tournait la tête dans tous les sens mais elle ne percevait rien. Le champs de force était invisible. imperceptible à l’œil humain.
Peut-être que certains altérés étaient capable de le voir. Cette frontière faisait le tour de la ville.

Mais c'était peut-être le seul endroit qui n'était pas surpeuplé par les touristes et individus curieux.
Lilou l'était aussi. Beaucoup trop.

Le midi de l'annonce Lilou était en cours. Cinq minutes plus tard tout sa famille l'appelait. Que pouvait-il bien se passer pour qu'il y ai tant de remu ménage ? La brune n'avait pas répondu, mais observant ses camarade s'agiter elle en fit de même.

En premier lieu elle eu son Papy Sergueï qui lui donna toutes les marches à suivre pour survivre à un embargo, pour fuir les policiers anti-dotés, qui maintenant ce trouvait être anti-altéré. Le changement de nom était douloureux. Et puis ensuite ce fut le reste de sa famille. qui lui donnèrent tous un millier de conseil.
Les cours furent annulés. Lilou tenta en premier lieu de rejoindre son  mentor, mais il était introuvable et ne répondait pas sur son téléphone. Elle rejoint ensuite le bungalow. Klaus n'y était pas.
Finalement elle se rabattu sur internet. De trop nombreuses théories bizarre y traînaient. Dont une inquiétante et récurrente : "  La ville des héros s'est fermée pour mieux détruire les altérés, bon ou mauvais. La menace serait trop dangereuse pour l'humanité. "

Cette idée était effrayante. Lilou en avait peur. Pourquoi vouloir du mal à des personnes qui ne créait pas de mauvaises choses ?

Mais ce n'était pas ce que les médias révélaient aux informations. Alors il ne fallait pas s'inquiéter, si ?

L'atmosphère serait plus tendu, la rancœur contre ceux qui avaient provoquer ce dôme plus viscérale et agressive, mais normalement il ne devrait pas avoir trop de problème.

Lilou n'était pas sereine, mais elle savait qu'elle aurait beaucoup de travail en tant qu'héroïne empathique pour aider les foules.

Et la voilà qui prenait un vélo pour rejoindre une zone abandonnée, dangereuse pour observer au delà.

Que pouvait-il bien se passer après ça ?

" Vous êtes vraiment nul pour choisir les noms ! " Cria presque la demoiselle à l'intention des militaires qui faisait leur ronde.

Ils ne l'entendraient pas. Mais au moins elle pouvait s'exprimer comme elle le voulait.

" C'est si réducteur et.... bordel ce que c'est discriminant pour ceux qui ont des dons. Altérés, comme si on était abîmé, dégradé, ou qu'on l'avait fait exprès... Vous êtes vraiment pas cool et super flippant..."

Lilou posa sa tête renfrognée sur l'une de ses mains. Elle continua d'observer l'armée faire leur trucs nuls.

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Dim 5 Nov - 20:13

Quel bordel. Combien de fois ai-je entendu les sirènes sonner depuis le début de la quarantaine. Je ne saurais les compter. Pompiers, ambulances, hélicoptères. Les cieux faisaient un bruit du diable. Qui aurait cru qu’une simple annonce créerait autant de bordel. Et pourtant, moi, je m’en fiche éperdument. Même si ma famille n’est pas d’ici, rien ne me lie au “monde extérieur”. Ni amis, ni familles, ni boulot. Ma seule raison de vivre se situait dans les quartiers chics.
Malheureusement, tout le bazar engendré, m'empêchait de voir Urselia. Elle avait beaucoup à faire, tandis que moi, j’observais ce qui se passais. Les agents de la S.A.D devaient être prudents avant que les choses ne se corsent.

Je me suis donc rendu dans les ruines à la con. Zone mal famée et potentiellement dangereuse. J’ai toujours ignoré pourquoi les ruines n’avaient pas été démolies par quelques dotés qui savent si bien le faire.

Mes semelles glissent sur le sol parsemé de débris. Le tout craque, et je continue d’avancer, sans but. On m’a certes prévenu quant aux potentielles volontées de forcer un barrage mais bon, je verrais bien en y allant.

Et puis, me sortant de mes songes, un hurlement féminin se fit entendre, au fin fond des ruines. Je me suis empressé d'identifier d'où cela provenait. Elle était assise, devant une des barrières, ou quelques militaires faisaient leur ronde.

Je l’ai observée. Elle semblait désemparée et déprimée par la situation. Je comprenais, ce n’était pas facile à vivre pour tout le monde. Moi, rien ne m'attendais donc bon, le soucis était réglé.

Sans cacher ma présence, je me suis approché d’elle, et ai posé mon immense main sur son épaule.

“GAU-19. 2000 tours par minutes. Projette des ogives de 10 cm de long. Pour ainsi dire, une seule te touche, et c’est fini.” dis-je froidement.

Je n’avais pas de leçons à lui donner, je voulais juste qu’elle comprenne les risques inconscients qu’elle prenait aussi proche de la barrière.

“Mais visiblement, rien d’aussi dangereux que tes mots. “Pas cool et super flippants”, je suis impressionné” dis-je du même ton neutre, un sourire aux lèvres.

“Tu ne devrais pas trainer ici petite. C’est dangereux, ce serait dommage qu’un cowboy perdre patience comme ceux du tunnel Béthanie. J'imagine que je comprends pourquoi tu es en colère, mais tu ne devrais pas, c’est innutile.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 7 Nov - 15:43

La brune entendit un discret bruit feutré provenant de derrière elle. Et si c'était un criminel ? Cela serait tout de même assez amusant non ? A chaque fois qu'elle sortait de chez elle, des lieux qu'elle fréquentait souvent, elle tombait sur des personnes aux casiers judiciaires juteux.

Une énorme main se posa sur son épaule. Peut-être qu'il allait vouloir la tuer. Encore.

“GAU-19. 2000 tours par minutes. Projette des ogives de 10 cm de long. Pour ainsi dire, une seule te touche, et c’est fini.”

Lilou grimaça, ça en faisait de l’artillerie. Mais en même temps c'est le minimum pour pouvoir arrêter les plus grands criminels.
Mais au moins, il ne semblait pas lui vouloir du mal.

" Mais visiblement, rien d’aussi dangereux que tes mots. “Pas cool et super flippants”, je suis impressionné”

Lilou rit à sa moquerie.
Monsieur l'inconnu était du genre...paternel. C'était étrange, elle n'avait jamais pensé ça de qui que ce soit.
Et non elle n'était pas si petite que ça ! Ce n'était que des abnégations pour l'en convaincre. Mais jamais elle ne se laisserait faire. Jamais elle ne l'avouerait.

" J'ai conscience que c'est dangereux, enfin à cette distance ça va, mais c'est juste qu'il fallait que je les vois. Les gens que j'aime sont de l'autre côté. Et dans peu de temps j'aurais pu aller les voir, cela fait tellement longtemps. "

La brune soupira mélancolique de leur présence. C'était vraiment des gens bizarres, quand ils étaient tous ensemble ils se disputaient tout le temps, Lilou était le seul point d'encrage de toutes ses personnes, sa leur permettaient de s'entendre. Ils étaient folklorique, on pouvait facilement les comparer à la famille du héro dans le célèbre film, Charlie et la chocolaterie. Mais c'était sa famille et ils lui manquaient. énormément.

" Je suis sûr qu'il y a au moins une personne dans ce monde qui vous ai cher, jusqu'à traverser le globe si elle avait besoin de vous. Imaginez, ou peut-être que c'est le cas, qu'elle soit de l'autre côté. "

Lilou observa l'homme un instant puis se tourna pour fixer la frontière. Au moins grâce à cela elle allait avoir beaucoup de travail.

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 7 Nov - 17:10

Elle riait. J’ignore depuis combien de temps j’avais acquis cette capacité. Certainement depuis ma rencontre avec Urselia. Avant, j’étais comme un répulsif à relations sociales; J’étais trop brusque, trop hautain et suffisant. A raison certainement, mais je faisais fuir tout le monde. Mais depuis quelques semaines, les gens me souriaient, et pensaient même que j’étais quelqu’un de “bien”. C’était encore bien trop nouveau pour moi, alors je n’y faisais pas trop attention. Je ne m’emportais pas. Je profitais, juste, même si cela risquait d’être éphémère.


“Oui, enfin, ce genre de petites choses, ça fait des trous entre deux et six kilomètres. Mais bon, je comprends ce que tu veux dire.”

Je me suis laissé quelques secondes pour répondre à la suite de sa remarque. Je ne voulais pas trop la brusquer, ou soulever des choses douloureuses.

“Moi j’ai que mes parents de l’autre côté. Ca va bien faire plusieurs années qu’on ne s’est pas vu, c’est pas vraiment quelque chose qui me manque.”

Je suis passé au dessus du banc, et me suis assis à ses côtés. Cela était plus sympathique, et bien plus agréable pour parler, que de la forcer à se retourner constamment. Elle était plutôt mignonne, même si elle faisait assez jeune. Le genre d’enfants qu’on vois dans les feuilletons vieillots de ma mère. Pas que son style fasse ancien, juste une fraîcheur qui n’est plus trop de ce temps.

“Oui j’ai bien quelqu’un. Heureusement pour moi, elle se trouve ici à Laurel. C’est une personne assez occupée, alors je ne peux pas être avec elle en ces temps troublés. Mais oui, si elle était de l’autre côté de cette barrière, j'aurais tout fait pour la rejoindre. “

Je suivais son regard, qui se dirigeait vers la barrière. Elle semblait déterminée, du moins, moins emprunte à la mélancolie qu’il y à quelque instants.

“Tu n’as pas de famille ici ? Ou d’amis ? Ca m'étonnerait qu’une jeune femme comme toi n’ai personne. En plus si tu as un don, tu dois être à l’académie des ... “ je me suis retenu de dire “maboules”.

Il est vrai que j’avais un certain dédain à l’égard de cet établissement. J’appréciais le geste et l’intention, même la majorité des élèves étaient des jokers prometteurs. Mais bon, la direction, c’était autre chose. Et les professeurs, n’en parlons pas.

“Dotés. C’est ça, des dotés.Ehm. Du coup, tu dois bien avoir des camarades ou même plus ?”

Je n’osais pas trop lui dire que de mon côté, passer ce barrage n’était pas vraiment complexe. Un simple papier du patron, et c’était bon.

“Sinon je m’appelle Osvaald. Et toi ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 7 Nov - 19:06

Ce jeune homme avait l'air très premier degré, ou complètement asocial. A sa remarque sur la distance des trous Lilou failli rire, mais elle se stoppa en remarquant qu'il était sérieux.

Monsieur Baraqué passa en mode ninja et s'assit près de la brune.

Brun, les yeux de la même couleur, il pouvait paraître commun, mais ne l'était nullement. Lilou était persuadé que pour s’entraîner il soulevait des voitures en développé couché. Il avait le physique de Monsieur indestructible dans le dessin animé.

D'ailleurs était-ce un doté ? Dans cette ville il y avait une concentration très impressionnante d'humains améliorés. Si bien qu'on en croisait partout.

Lilou sourit en écoutant l'évocation de son aimé. C'était étrange, mais dans sa voix on pouvait percevoir une légère nuance, un détail émotionnel adorable. Et Lilou était une pro' lorsqu'il s'agissait d'émotion.

“Tu n’as pas de famille ici ? Ou d’amis ? Ca m'étonnerait qu’une jeune femme comme toi n’ai personne. En plus si tu as un don, tu dois être à l’académie des ... “

Il failli révéler son lapsus, malheureusement il se reprit et termina sa phrase de manière adéquat. Lilou était très curieuse de savoir ce qu'il aurait dit. Altéré, monstre ?

" Enchanté Osvaald, je m'appelle Lilou, Lilou Quill, et oui j'ai des amis et des camarades, mais ce n'est pas totalement la même chose. Et oui je suis une dotée, ou plutôt une altérée comme on dit maintenant. Mais rien de dangereux ni même d'utile en cas d'altercation. Éternuer des fleurs serait plus utile" rit-elle.

" Mais dis moi, la personne dont tu parlais, elle fait quoi dans la vie ? "


Qu'est ce qui n'allait pas chez elle ? Pourquoi être amer aujourd'hui ? Pourquoi vouloir parler que des autres aujourd'hui ? Pourquoi refuser de se poser des questions ?

Malheureusement la personne qui lui posait les bonnes questions n'était plus là, elle avait complètement disparu, ou ne souhaitait pas la voir. Cela était compréhensible.

Lilou avait peur de changer de devenir ce qu'elle ne souhaitait pas. Elle avait frappé une personne, l'avait presque insulté et puis elle avait douloureusement largué Jack. Ce n'était pas elle. Enfin si, mais cela l'effrayait. Elle ne devait pas cesser d'être gentille...


_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 7 Nov - 19:32

“Rien de dangereux”. Pourquoi présenter ce genre de détails d’emblée. J’ai un physique qui laisse, certes, penser que je ne travaille pas dans la télécommunication. Mais je suis si effrayant que ça pour qu’elle soit autant sur la défensive ?  Même si au sein de la S.A.D je suis sans conteste l’élément prenant le plus de risques, et faisant le pire boulot. Je ne suis certainement pas quelqu’un d’extrême quant à la condition des dotés. Du moins, maintenant, car avant , c’était une autre histoire.

C’était dommage de voir une si jolie jeune fille, innocente de primabord, autant vexée par les nouveaux termes du gouvernement.

“Ben enchanté Lilou, comme j’ai dit moi c’est Osvaald.”

Je me suis arrêté de parler. Avais-je déjà abordé ma maladresse concernant les relations sociales ? Quand il s’agissait d'appréhender un groupe terroriste à mains nus, il n’y avait pas de problèmes, mais pour parler avec une inconnue, c’était autre chose.

Je me suis raclé la gorge.

“Je t’avoue que je fais difficilement la différence. Mais tu as certainement raison. Je suppose” dis-je en souriant.

“Dit simplement que tu as un don. Si tu veux mon avis, faut pas prendre la mouche pour un simple mot. Si c’est quelques lettres qui te mettent en rogne, c’est que tu dois pas avoir une haute estime de toi même. Y’a des gens qui savent chanter, d’autre se battre, et d’autres ont des dons. Je vois pas ce que ça change. Donc te prends pas la tête car une partie arriérée de la population cherche à en marginaliser une autre, supposée “élue”. Et puis, tu pourrais aussi bien cracher du feu que ça changerais pas grand chose. “ dis-je froidement.

Je n’avais jamais l’occasion d’exposer mon point de vue. Tout le monde pensait que je brisais des dotés pour le plaisir, mais il m’arrivait bien plus souvent d’enquêter sur des événements ou ces gens là étaient les victimes.
J’eu néanmoins un sourire pour son image. Je connaissais bien quelqu’un qui “éternuait des fleurs”.
“Ouh là” dis-je en riant.

“C’est pas évident à décrire. Elle gère un hôtel. Quelque chose d’assez gros dans le milieu il me semble. C’est une femme très particulière, j’ignore d’ailleurs toujours comment on à fait pour s’entendre.” continuais-je un sourir aux lèvres.

Je ne parlais jamais de ma vie privée d’habitude. Certainement car avant quelques semaines, je n’en avais pas. Maintenant, mon existence était rythmée par une personne. Je ne sais pas comment ma personnalité à pu s’acclimater à une telle relation en une seule nuit. Mais la seule chose qui comptait, c’était que j’aimais être à ses côtés.

“Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ? A part les cours je veux dire.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : devant le croisement du Bien et du Mal
❝ POINTS : 255

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 7 Nov - 21:41

Il fallait que je prenne, l'air, j'avais besoin de me changer les idées, toutes ces manifestations d'idiots commençait réellement à me faire perdre patiente, alors pour éviter les foules et les regards, je me suis éclipsé par un petit chemin dérobé du campus... Après tout, on n'est pas en prison, j'ai bien le droit de sortir bon sang !

Comme toute la ville grouillait de potentiels pignoufs anti- dotés, je décidai d'arpenter les ruines, sans but, juste pour prendre l'air... Je boudai les routes et les trottoirs pour l'aventure et le sport qu'offraient les hauteurs des toits, d'accord, les toits des ruines son dangereux, mais je doute qu'ils le soient plus que Bloodshed et puis de toutes façons, un peu plus ou un peu moins... C'est pas comme si le danger était presque mon quotidien...

Après quelques minutes de parcours, j'arrivai au dernier toit qui m'était accessible avant d'arriver au niveau des militaires, alors je m'asseyais sur la corniche faisant face au barrage, je mis mes écouteurs et lançai ma playlist préféré afin de profiter un max du paysage et de souffler un peu...

Un peu plus loin dans la rue, je pouvais deux personnes assises sur un banc, comme ma vue n'était pas assez bonne pour voir de qui il s'agissait, je décidai de ne pas y prêter attention, pourtant, je ne suis pas si éloigné d'eux... S'ils veulent voir qui je suis grand bien leur fassent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mer 8 Nov - 19:05

Lilou planta ses yeux dans ceux de l'inconnu. Ce ton. Personne ne lui avait jamais parlé de façon si abrupt. Pourquoi ?

Pourquoi ne parlait-elle pas plus souvent avec des personnes qui détenait des clés de vérités ? Pourquoi toujours discuter avec des personnes conciliantes et "gentilles".

Osvaald ne semblait pas mauvais, et il disait la vérité, il était franc droit et honnête.

Et c'était tellement rafraîchissant !! Lilou inspira profondément. La douce chaleur de bien-être au fond d'elle revint. L'amertume, la peur, la colère, tout cela s'évanouissaient peu à peu.

C'était amusant de voir ce changement d'expression chez un homme qui revêtait une coquille d'austérité. La façon dont il parlait d'elle était si adorable.

“Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ? A part les cours je veux dire.”

Lilou se posa la question. Que faisait-elle au juste ?

" Eh bien je donne moi même des cours, de langues, et puis grâce à cela je rencontre des personnes toutes plus surprenantes les unes des autres, du coup j'aide comme je peux et je vis simplement. Mais j'aimerais....." Son téléphone portable l'interrompit.

" Excuse moi je dois répondre " Elle décrocha et posa le combiné près de son oreille. Il s'agissait de mamy Daï, sa grand mère tibétaine, si calme habituellement elle parlait très fort dans le combiné totalement paniquée. Lilou se leva et s'éloigna de quelques mètres. Elle s'éloigna seulement pour ne pas importuner Osvaald, de toute façon rare étaient les personne qui parlait tibétain.

" Oui mamy je vais bien, mais ne parle pas si fort je t'entend un peu trop bien.

- [...]
- Oui mamy il y a toujours de la nourriture, nous ne mourrons  pas de faim et les médias ne sont pas coupé comme le prétend papy Sergueï, oui je sais, mais il s'emporte toujours lorsqu'il s'agit de situation spéciale. "  

Lilou marchait de ci de là tentant tant bien que mal de rassurer sa famille. Elle finit par raccrocher dans un soupir de soulagement. Elle revint vers le banc. Quelque chose en hauteur avait attiré son regard.

Une silhouette mouvante était assise au bord du vide. Elle lui disait quelque chose.

Lilou blanchit. Elle revint s'asseoir rapidement près de l'humain super musclé.

" Tu te souviens quand tu disais que si je crachais du feu c'était la même chose."

Lilou fit un sourire gênée.

" Eh bien je connais un doté, qui contrôle le feu, que j'ai largué un peu violemment et...qui est derrière nous. Sur un toit. Du coup tu devrais peut-être y aller, je ne voudrais pas que tu manque à ta belle demoiselle s'il arrive quoi que ce soit. "


Lilou jeta un dernier coup d’œil au Phœnix.

Était-il en colère ? L'avait-il suivi jusqu'ici ? Après tout quel taux de probabilité de se retrouver, si précisément, dans ce vaste lieu en ruine  ?

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Jeu 9 Nov - 1:33

Je la regardait et analysait toutes ses expressions faciales. Rien qui relevait de la paranoïa, juste que j’aimais voir comment les gens réagissent. Dans ce cas précis, elle semblait perdue, mais ma présence ne semblait pas véritablement d'incommoder. Elle resta songeuse quelques instants, avant de me parler d’elle. Et avant d’être interrompue par un appel, elle me disait qu’elle donnait des cours de langue.

Durant ses nombreuses tentatives pour rassurer son interlocutrice, je me disais qu’il était reposant de voir une personne comme ça. Une personne qui vivait plus ou moins normalement malgré son don. Pas de volontée de devenir héros ou vilain. Juste une vie normale, loin de l’action et du danger.
De mon côté, je me demandais ce à quoi ma vie aurait ressemblé sans l’armée, et plus récemment la S.A.D. Je ne m'imaginais pas faire autre chose. Je semblait avoir été assigné à ce genre d’activités à la naissance. J'aurais possiblement repris la suite de mon père, sans vraiment en avoir envie. J'aurais vécu dans l'opulence, sans me soucier de rien. Tss, qu’est ce que ça aurait été ennuyeux. Merdique même.


D’une oreille curieuse, j’écoutais à quelle point sa “grand-mère” s'inquiétait pour elle. C’était adorable, mais de mon point de vue, ça me rendait un peu mélancolique. Combien de nuit ai-je passé à cracher du sang, seul dans un appartement miteux à l’étranger, sans que personne ne s’inquiète. Combien de nuit ai-je passé à l’hosto sans que personne ne s’inquiète. Personne ne pourrait le compter, mais maintenant c’était différent, alors à quoi bon s’en faire ?


Le comportement de la jeune brune m’interpela. Elle se précipita pour revenir à mes côtés, blanche comme un linge. Elle semblait terrifiée. Presque tremblante, elle me prévenait que j'étais en “danger”. Qu’un doté de flammes se trouvait derrière nous, presque belliqueux. Voilà donc l’origine du bruit que j’avais entendu il y à quelques minutes.

“Alors je devrais donc laisser avec quelqu’un de potentiellement dangereux, sous prétexte que tu l’as largué” dis-je en souriant.

“T’en fait pas pour moi. Je suis un grand garçon, j’ai pas bien peur, donc arrête.”
Puis mon air s’est renfrogné.

“N’accepte pas de t’isoler avec quelqu’un de dangereux, à cause du simple fait que tu pense que tu es responsable. A force d’être trop gentille et soucieuse des gens, tu va t’attirer de vrais problèmes. Regarde un peu autour de toi. A quelques mètres il y’a une cohorte de militaires armés jusqu’au dents. Et surtout”

J’ai l’ai forcé à me fixer, en posant mes mains sur ses épaules.

“J’ai vraiment l’air d’être quelqu’un qui fuit les problèmes ? S’il te plaît “Lilou”, ne sois pas insultante envers ton intelligence, ou tu tiendras pas la quarantaine.” dis-je froidement


Puis je me suis redressé, et me suis retourné, près à dégainer.

“Bon toi la haut, soit tu ramène ton derrière et tu m’explique pourquoi tu te tiens sur un toît comme un super-héros du dimanche et que tu suis la miss, ou c’est moi qui le fait. Mais ta présence incommode la demoiselle alors tu as intérêt à te décider rapidement.” dis-je d’une voix forte et inquisitrice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : devant le croisement du Bien et du Mal
❝ POINTS : 255

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Jeu 9 Nov - 13:25

J'étais tranquillement en train d'écouter ma musique en analysant l'organisation des militaires quand soudainement, une voix vint me chatouiller les tympans...

- Bon toi la haut, soit tu ramènes ton derrière et tu m’expliques pourquoi tu te tiens sur un toît comme un super-héros du dimanche et que tu suis la miss, ou c’est moi qui le fait. Mais ta présence incommode la demoiselle alors tu as intérêt à te décider rapidement.


Quand je tournai la tête, je vis une des personnes qui était assis sur le banc dirigé vers moi... Pendant quelques secondes, je me retins de rire, mais finalement, je daignai accéder à sa requête. Je lui fis signe que j'arrivais et commençai à descendre de mon perchoir pour finalement rejoindre la rue.
Tout en avançant vers lui, je resserrais le nœud des bandages de ma tête qui s'était un peu relâché lors de ma descente...

- Alors, pour commencer, quand on s'adresse à quelqu'un qu'on voit pour la première fois de la journée,
c'est plutôt bien vu de dire bonjour, donc, bonjour à vous. Ensuite, mon derrière n'a rien à voir la dedans donc vous allez lui foutre la paix... Ensuite, si j'avais voulu prendre une pose de super-héro du dimanche, je me serais certainement assis au bord du vide avec des écouteurs aux oreilles...


Arrivé à sa hauteur, je le regardai droit dans les yeux et croisai les bras...


- Et pour finir, ce n'est pas parce que vous êtes musclez comme un taureaux de corrida que vous pouvez vous permettre d'adresser de tel menace, surtout quand vous ne savez pas à qui vous vous adressez... Alors si vous avez quelque chose d'important à me dire, je suis à votre écoute, mais si c'est juste pour me faire une réflexion d'anti-doté à la con je préféré me barrer tout de suite... Et j'en ai rien à battre de votre chère et ten...

Oh bon sang... En me décalant légèrement du mec à qui j'étais en train de parler, je me rendis compte que la fille n'était autre que Lilou... Mais bordel, j'ai vraiment le chic pour tomber au mauvais moment au mauvais endroit moi !


Lilou ?!
Dis-je étonné de la trouver là, ma confiance envers moi-même venait en quelques secondes de me quitter, ma main gauche placée sur mon coude droit, ma voix devenait tremblante, c'était à peine audible, mais si on tendait l'oreille, on pourrait sûrement s'en rendre compte

- Je pensais pas te trouver là, je ne te suivais pas, je te le promets, je voulais simplement me changer les idées, touts ses antis-dotés devant l'école me prennent la tête... Je....
Je ferais mieux de partir... Euh... Bonne journée... À vous deux


Je me retournai, et commençai à marcher tout en mettant mes mains dans les poches...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Jeu 9 Nov - 22:40

Lilou l'écouta attentivement, il marqua quelques pauses entre un sourire, un renfrognement primitif, puis des paroles fortes et inspirantes.

C'était horrible comme sensation. Une masse sur son cœur. Comment... Pourquoi ? Il ne lui ressemblait pourtant pas un poil, il était moins grand, moins jovial, moins souriant, beaucoup plus jeune, cet Os' ne ressemblait en rien à Peter Quill. Pourtant il le lui rappelait tant. Son comportement protecteur, ses paroles à visées encourageantes et gentilles.

Lilou haussa les épaules, elle souhaita rétorquer que peut-être il se trompait, qu'en fait Lilou était peut-être un doté méchant. Mais elle n'eu pas le courage de lui mentir. Et finalement les mots qui suivirent la convainquirent de ne plus jouer les jeunes filles.

La brune hocha vivement la tête rassurée. Elle pouvait affronter n'importe quoi, ou qui.

" Merci Osvaald. En tout cas, je ne pense pas que ce soit la peine de l'in....
- Bon toi la haut, soit tu ramène ton derrière et tu m’explique pourquoi tu te tiens sur un toît comme un super-héros du dimanche et que tu suis la miss, ou c’est moi qui le fait. Mais ta présence incommode la demoiselle alors tu as intérêt à te décider rapidement
- ...terpeller.. Bon bah c'est trop tard..."

Jack avait toujours été raisonnable avec Lilou, ce n'est pas maintenant qu'il réagirait à la provocation d'un inconnu. Elle était persuad......

Ah bah non.

Le jeune tout feu tout flamme ne tarda pas à rejoindre l'ours. L'avait-il vu ?

Il était en colère, il semblait touché dans son orgueil. Et finalement plein d'animosité. La brune ne percevait que cela de lui, en l'observant et l'écoutant, il ne l'avait pas remarqué, elle n'était pourtant pas si dissimulée.

Le garçon de feu blêmit soudain. Ça y est, il l'avait vu. Les oreilles du corniaud furent rabattus en arrière pour dévoilé un animal effrayé et gémissant.

Lilou n'entendit pas ce qu'il avait a dire. Elle ne voulait pas se laisser apitoyer.

Elle l'observa faire demi tour.

Elle s'avança, se plaça devant le géant et s'exprima.

" Stop ! "

Elle soupira.

" Tu as remis tes bandes, tu te caches encore." Ce n'était pas une question, mais bien une affirmation.

Elle était déçu, et cela s'entendait clairement.

" Et c'est ça que tu deviens ?! Un garçon au sang chaud, orgueilleux, impatient. Où sont passés tes belles paroles, ta sagacité ? Et si c'était toi qui ne savait pas à qui tu t'adresses ? Et si c'était toi le plus faible ici ? Ou alors pire, et si c'était toi le plus fort ? Tu serais le provocateur d'un événement violent ? Tu gagnerais et après quoi ? C'est le genre de héro que tu veux devenir ? Une personne sans honneur, sans principe et insatisfait ? C'est ça que tu souhaites être, réellement ? "


Lilou en doutait, mais après tout, elle pensait le connaître et voilà qu'il agissait comme un inconnu, fuyant, effrayé par ses démons.

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : devant le croisement du Bien et du Mal
❝ POINTS : 255

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Jeu 9 Nov - 23:41

Un "stop" retentissant m'arrêta net... J'aurais aimé que ce soit une voix d'homme, mais je dus me rendre à l'évidence, c'était bien celle de Lilou, je prêtai l'oreille sans me retourner...

- Tu as remis tes bandes, tu te caches encore. Et c'est ça que tu deviens ?! Un garçon au sang chaud, orgueilleux, impatient. Où sont passées tes belles paroles, ta sagacité ? Et si c'était toi qui ne savait pas à qui tu t'adresses ? Et si c'était toi le plus faible ici ? Ou alors pire, et si c'était toi le plus fort ? Tu serais le provocateur d'un événement violent ? Tu gagnerais et après quoi ? C'est le genre de héro que tu veux devenir ? Une personne sans honneur, sans principe et insatisfait ? C'est ça que tu souhaites être, réellement ?


Je soupirai, baissant la tête, me passant la main au visage... Je fis finalement à nouveau face à celle qui me faisait ressentir des émotions que je ne ressentais pour personne d'autre, j'avançai pour arriver à son niveau et lui parla d'une voix pleine de remords. Voir à nouveau son visage de si près... Ça me faisais vraiment mal...


- Lilou... Quand tu parles de moi, j'ai l'impression que tu parles exclusivement de mon élément... Oui... Le feu est un élément monstrueusement puissant, tu le sais tout comme moi... Mais si j'ai décidé de descendre de mon toit pour parler a ce type, c'est parce que je ne voulais pas que les choses s'enveniment... Il la dit lui-même, "ramène ton derrière, où c'est moi qui le fait".
Si j'avais voulu provoquer un événement violent, je n'aurais pas eu à venir jusque dans ces ruines pour botter le train d'un parfait inconnu, des tas de candidats potentiels sont regroupés devant l'école avec des pancartes... Si je n'avais pas de principe, je les aurais déjà fait fuir depuis longtemps, mais je garde l’espoir qu'un jour, un après l'autre, ils se rendent compte que nous ne sommes pas un danger pour eux, mais une protection au moins tout aussi utile que les militaires... Tu m'as dit toi-même que j'étais beau parleur... Peut-être bien, je m'efforce de parler avec mon cœur afin de toujours rester dans le droit chemin, mais peut-être que certaines personnes ne le voient pas comme ça...

Je pris doucement sa main entre les miennes...

- Lilou, j'ai accepté ton rejet vis-à-vis de moi, et même si j'ai encore peur de ce que tu penses de moi, je veux que, si je reste un monstre pour toi, que tu m'effaces de ta vie... Ne me parle plus, ne m'adresse plus de regards... Si tu es incapable d'être heureuse avec moi, même en tant que connaissance, alors, oublie-moi... Je trouverais bien plus de bonheur en te voyant heureuse dans les bras d'un autre que malheureux dans les miens...

Je lâchai finalement sa main qui était si douce entre les miennes


- Pour ce qui est des bandages, c'est bizarre à dire, mais... J'ai appris à vivre avec comme si c'était mon nouveau visage... Perdre sa propre image, c'est bien plus horrible que ce que l'on pense... Je ne suis pas encore prêt lui faire à nouveau face... Même si je l'ai à nouveau entrevu il y a quelques jours... Je n'arrive toujours pas à m'excuser...

Je me retournai une nouvelle fois et me remis à marcher, les mains dans les poches, priant pour qu'elle ne me retienne pas plus... Avant de ne plus être à portée de voix,
je lui adressai ces derniers mots

- J’espère que tu comprendras... Même s'il te faut des mois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Ven 10 Nov - 2:48

En observant Lilou, et surtout en m’attardant sur ses dires, mon interpellation était une mauvaise idée de son point de vue. Je n’appréciait certes pas me mêler de la vie des autres, mais sa réaction précédente m’avait grandement touchée. Rien de sentimental. Juste par conscience professionnelle. Elle se sentait menacée par un doté, c’était mon travail de régler ce genre de choses, et ça n’allait pas plus loin. Aucune bienveillance de ma part. Du moins, je crois ?
L’autre énergumène s’approcha de moi. Il était couvert de bandelettes, et cela n’était pas vraiment surprenant. Certains dotés de la ville ont retenus mon intention. Ce dernier possédant un don sensiblement identique à ma toute première cible, il était normal que je me renseigne sur un utilisateur des flammes. J’avais bien lu les nombreuses pages à son sujet. Ses blessures provenaient d’un accident, probablement une tentative de suicide dit on. Enfin, rien de bien passionnant.

Il m’incendiait, et par peur que cela aille plus loin, je gardais ma main non loin d’un couteau. Il n'aurait pas eu le temps de bouger un sourcil, que je lui avais offert une trachéotomie gratuite. Que je suis bon seigneur. Mais visiblement, il semblait juste énervé. Il lui fallut un moment avant de remarquer la présence de son ex petite amie. Je restait silencieux à toutes ses critiques. Il était grandement dans le faux, mais je n’allais pas réagir pour quelques accusations fallacieuses.
Si il faisait un mouvement de travers, la journée aurait au moins l'intérêt d’être intéressante, mais je ne désirais pas faire une démonstration de force sur un estropié, et surtout pas face à une civile.

L’atmosphère était certes tendue, mais rien de comparable à ce qui allait arriver. La jeune femme surgit de derrière moi, pour commencer à incendier ce “Phénix”. Il était question de son déguisement de momie, je veux dire de ses bandages. Cette Lilou qui semblait si “innocente” était ici, pleine de véhémence et de déception. Elle attaquait sans retenue, l’orgueil blessé du jeune homme. Ce n’était pas une riposte verbale, juste un assaut préventif semblait-il. Je n’avais absolument pas tout les détails de l’histoire, mais ça avait l’air compliqué.


Ce “jeune héros” se lança dans une tirade larmoyante, du moins pour les sexagénères romantiques et célibataires. Peut être que Lilou trouvait ça triste ou touchant, mais son discours m'insupportait. Ce comportement fataliste et défaitiste. Tout ce que je détestait. Mon air inquisiteur se renfrogna quelques peu, mais je restait droit et impassible, le regardant s’éloigner comme un chien venant de se faire gronder par son maître.
Etais-ce ça l’avenir de Laurel ? Etais-ce ça la nouvelle génération de héros,  succédants aux courageux altérés ayant combattus la flotte Klong ? Encore une preuve que la S.A.D avait besoin d’exister.


J’ignorais ce qu’il ressentait. Les chagrins d’amour et autres conneries m’étaient inconnus. Et si l’on me demandait ce qui se passerait si Urselia me quittait ? Je répondrais simplement que ça n’arriverait pas. Entre nous, cela n'avait rien de commun. C’était puissant et unique. Des sentiments plus puissants et bestiaux que des titans grecs. Rien qui craignait des considérations physiques et mortelles.


“Eh bein, c’est ça l’avenir de la nation. De quoi donner raison aux idiots qui déambulent en ville. Voir unhéros s'énerver autant pour quelques mots, c'est pas terrible. Mais bon, je suppose que comme toutes les personnes à excuses, il à ses raisons dis-je froidement, sans me soucier de que le héros puisse entendre.

J’ai soupiré.


“Tu peux faire ta femme forte, tu trompes personne avec tes mots pleins de fausse violence. Tu ne sais pas faire la méchante, ça se voit. Te flagelle pas pour quelques petits mots. ” dis-je, moins sèchement que précédemment sans regarder la jeune femme.

Cela pouvait paraître étrange. Unique même. J’ignorais si cela était la quarantaine, l’atmosphère ou Urselia, mais aujourd’hui, j’avais envie de m’impliquer dans des interactions sociales. Aujourd’hui, je voulais m'enquérir de l’état d’une illustre inconnue.

“Je te le dit clairement, comme ça tu es fixée. J’ai pas la moindre idée de quoi penser de votre petite dispute là. Je suis pas assistante sociale, et je me sens pas très concerné par les problèmes de coeurs de petits étudiants. Mais visiblement tu me semble affectée alors je pense que je peux au moins te proposer de prendre quelque chose de chaud dans un café du coin.” lui expliquais-je assez maladroitement, en me caressant la barbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Là où l'on a besoin de moi
❝ POINTS : 403

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Mar 14 Nov - 1:55

Il resta de dos pendant qu'elle s'exprimait, il semblait entendre, mais pas écouter. Il soupira ensuite bien fort. Et finalement, enfin, il se retourna.

Elle fronça les sourcils. Elle n'avait jamais parlé de lui en le qualifiant de son pouvoir, elle n’appréciait guère qu'on fasse cela pour elle, pourquoi le réduire à ses capacités ? D'autant plus qu'elle n'avait pas peur de lui, alors que de ses flammes oui.

Il ne s'excusa pas de son comportement, il se justifia, simplement. Il fit un mouvement en direction de la jeune fille, il lui prit la main. Elle souhaita la retiré mais sa poigne était ferme.

Il continuait de parler, d'expliquer que sa vie était incroyablement dure à cause d'elle, mais qu'il souhaitait quand même son bonheur. Lilou déglutit. Il la manipulait.

Elle retira sa main. Dans son discours si inspirant elle semblait être la méchante de l'histoire, celle qui brise des cœurs et réduit à néant de beaux espoirs. Une méchante un peu idiote qui ne comprenait pas les choses tout de suite.

Lilou soupira, lassée.

Les paroles d'Osvaald raisonnèrent alors.

Il avait ses raisons. Oui. Peut-être était-ce vrai après tout. Peut-être que dans ce conte c'était elle la mauvaise sorcière...

Lilou se retourna surprise. De nouveaux mots, étranges et durs sortaient des lèvres du guerrier.
Elle baissa les yeux. Était-elle si pitoyable menteuse ?

A la référence du métier social la brune sourit. Elle hocha la tête penaude. Ses yeux semblaient...humide. Mais aucune goutte ne tomba. Elle en avait marre des larmes.

Oui, faire le plein de boissons chaudes et sucrés allait lui remonter le moral à coup sûr.

Sur le chemin elle réussi enfin à articuler.

" Je suis désolée, tu avais surement mieux à faire que consolé une inconnue de ses récents émois. D'habitudes ce genre de chose ne m'arrive pas. Car d'habitude je refuse de m'impliquer dans des relations si complexes. Avoir des amis est tellement plus simple et sain. "

_________________
Ich bin hier ~ Jam këtu ~ أنا هنا ~ Ovde sam ~ 我在这里 ~ 나는 여기에있다 ~ Olen täällä ~ Tha mi an seo ~ Είμαι εδώ ~ אני כאן ~ मैं यहाँ हूँ ~Aku di sini ~ Ég er hérna ~ 私はここにいる ~ Hie ego sum ~ Eto aho ~
Kei konei au ~ Jeg er her ~ Men bu erdaman ~ من اینجا هستم ~
Я здесь ~ Halkaan ayaan joogaa ~ I'm here ~ Estoy aquí ~ Mimi niko hapa ~ ฉันอยู่ที่นี่ ~ Tôi ở đây ~ Buradayım ~ Ngilapha



~ Je suis là ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En train de bosser.
❝ POINTS : 275

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde. Ven 17 Nov - 0:31

Mes paroles n’eurent pas l’effet escompté visiblement. Après mes mots, tout devint silencieux. Un vent léger mêlé aux respirations peinées de la jeune femme brisait ce silence de mort. Je ne savais pas trop quoi faire.  Même si j’ai réussi à lui arracher un léger sourire, je sentais sans trop de difficulté qu’elle était triste. Il m’était très compliqué de consoler une jeune femme inconnue. Car au fond, j’ignore si ce sentiment à déjà été miens un jour. Un sentiment étrange me parcouru l’estomac. Comment faisais-je pour être tellement écarté des considérations sociales des gens normaux ? Je fus interrompu dans mon schéma de pensée par des paroles penaudes de la jeune brune.
C’est au même moment que nous approchions de bâtiments encore debout. Je savais de mémoire qu’un café se trouvait dans le coin. J’ai soupiré à ses paroles.

« Tu sais, je pense qu’il faut que tu cesse de penser que les gens te côtoient par dépit. Il est vrai qu’objectivement j’ai quelques choses à faire qui sembleraient bien plus importante que de s’occuper d’une quelconque inconnue. Mais au fond, si je reste avec toi, ce n’est en aucun cas pour me donner bonne conscience, ou faire une bonne action de la journée. Tu n’es pas bien, et j’essaie de faire mon possible pour que ça ailles mieux. » Dis-je froidement, avant d’esquisser un sourire.

« J’ai conscience que tu es assez malchanceuse de tomber sur moi pour ce genre de choses. Tout mon entourage soutient que même les robots ressentent plus de choses que moi, et au fond, je suis persuadé qu’ils ont raison. Malheureusement, je vais avoir à te donner des conseils sur tes relations amicales. Je n’ai pas d’amis, pas de relations amicales en dehors de mon travail. Celui-ci me prends tout mon temps libre, et le peu d’heures que j’arrive à en dégager viennent de trouver preneuse »
dis-je en souriant, pensant à mon amante.

Nous arrivions dans le café, légèrement désert. J’ai attendu que nous soyons installés et que nous ayons commandés pour discuter un peu plus. Pour moi, un café bien noir, pas de lait, pas de sucre, juste du café.

« J’imagine que les relations amoureuses sont complexes. Ce n’est pas quelque chose qui m’affecte beaucoup non plus, mais je vais te dire ce que j’en pense. Je m’excuse par avance si je suis un peu « sec ». Rien à voir avec toi. » Dis-je sèchement, justement.

Je me suis raclé la gorge.

« Je ne sais rien de te relation avec Phénix, mais comment dire. Si tu t’en veux de ce que tu lui à fait « subir » comme il le dit, c’est que tu as tenu, ou tiens à lui. Si tu es si ferme dans tes mots, c’est que tu veux qu’il s’éloigne. Alors sois tu te considère comme une horrible personne et que pour le sauver tu es « abjecte » pour l’éloigner. Sois votre relation te faisait souffrir alors tu as essayé de te sauver toi.  Je vote pour la seconde option. Si tu étais si affreuse, premièrement, il n’aurait pas tenté de faire des suppliques en rampant pour te récupérer, et tu n’aurais pas accepté d’inclure un inconnu dans cet affaire.  J’ai raison ? » lui demandais-je, curieux de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Ouvert] Aux limites du nouveau monde.

Revenir en haut Aller en bas

[Ouvert] Aux limites du nouveau monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La zone abandonnée :: La rue du Molière-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit