AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : A ta fenêtre
❝ PT. EXPERIENCE : 69
Mutation


 : D

MessageSujet: Bloody Stalking {for Dzaka} /! -18 /! Sam 2 Déc - 23:49

Bloody Stalking ~

Tout est né il y a deux semaines. Cette petite ombre rose errait dans la ville basse, filant probablement un quelconque bel homme qui l’avait entraîné dans son sillage. Et puis, elle assista à cette agression, ce règlement de comptes ? Un contre tous, des battes de baseball, des crampons, une horrible scène ; quoique la jeune femme pris un certain plaisir à l’observer. Après tout, elle n’est pas le genre de héros qui s’interpose là ou on ne l’attend pas. En fait, elle évite même d’apparaitre quand on l’attend. Sa place favorite était là, entre deux poubelles, au coin d’une ruelle abandonné par un éclairage défectueux. Elle s’était promis mainte fois, et hier encore, de devenir une bonne personne. Mais que pouvait-elle faire ? Ils étaient nombreux et armés.

C’est dans ce recoin froid de la ville isolé que s’alluma le cœur de Barbara. Un passant, oui, il passa sans même s’arrêter. Quand ce grand brun frôla les malfrats, tous s’effondrèrent. Aucune blessure, sauf quelques giclées de sang. Aucun témoin, sauf elle. Dans sa marche, ce grand homme passa devant la petite femme. Il daigna même lui accorder un regard. En cet instant, toutes les lumières de la ville s’étaient éteintes du cœur de Barbara. Il n’existait plus en elle que ce brasier aux mèches brunes. En cet instant, elle jura de lui rendre ce regard au centuple.

...

Il était secret le bougre. Même pour une stalkeuse expérimenté, sa trace fut presque introuvable. Mais son amour était plus fort que la discrétion de ce mystérieux inconnu. Il couchait dans les squattes des bas quartiers. Ses allers et venues ne suivaient aucun paterne régulier, mais ses absences étaient particulièrement longues de nuit. Ce soir, un peu avant minuit, son visage entra sous le clair de lune. Après sa sortie, la petite fouine rose pénétra le terrier de son amant. Oui, il ne la connaissait pas, mais elle l’aimait, et ne demandait rien de plus.

La cage d’escalier sentait le bois mort et l’abandon, l’immeuble semblait en ruine. Mais l’atmosphère était différente dans l’appartement. L’odeur d’hémoglobine imprégna les sinus de l’indiscrète. En temps normal, elle détestait ce parfum. Mais aujourd’hui, il lui rappelait cet homme au bras ensanglanté, cet ange aux ailes de démon, son ami, son amoureux. Sous un mur délabré gisais la couche de l’hôte. Un bac en bois orné de ce qu’on appela un jour un matelas. Et ces draps, un tissu imprégné de cette odeur de sang caractéristique de celui qu’elle aime. Il lui sembla qu’elle pourrait rester des heures dans les bras de ces langes.

Mais elle ne pouvait pas. L’occupant pouvait revenir à tout moment. Les adieux furent douloureux, mais l’intru quitta le lit. Un coup d’œil par la fenêtre ne révéla aucune présence extérieure. Barbara s’approcha en catimini de la porte de sortie, mis un pied dans la cage, sursauta. Le bel homme venait de la saluer.

ft. Dzaka Rein


Dernière édition par Barbara Crumble le Dim 3 Déc - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Dim 3 Déc - 14:46


Bloody Stalking
ft. Barbara
Crumble

Encore, encore, et il m'en fallait encore, toujours plus en effet j'en ai besoin, besoin de savoir qui je suis. C'est si bon de laisser tout, tout s'exprimer tout se dégager et pour ça rien de tel que d'écraser une vermine. C'est pour cela que chaque semaine, je prends au hasard un petit criminel de base étage ou même un passant égaré voir solitaire. Je le capture fait de lui le réceptacle de toute ma haine aah, c'est si bon je me sens vivre je me sens supérieur à toutes ces vermines, ces cloporte le simple fait de les torturer et de me sentir au-dessus d'eux fais disparaître la moindre parcelle de colère pour la transformer en bonheur ; l'ultime jouissance pour moi.
Depuis quelques semaines, j'avais l'impression ne pas être seul, j'avais l'habitude, je savais très bien que l'on m'observait, mais cette fois-ci, j'en avais la certitude, je suis sûr que quelqu'un en veut à mon rituel. Mais ça n'avait aucune importance personne ne pourra l'arrêter personne ne pourrait m'arrêter.


Un soir, je m'occupais cette fois-ci d'un vieillard violeur et pédophile. Je voulais commencer par lui ôter son outil de profession, mais celui-ci mourut d'un arrêt cardiaque. Extrêmement vexé et énervé, je décide de rentrer chez moi plus tôt que prévu.

Quelle ne fut pas ma surprise ! Une jeune femme se trouvait dans mais escaliers. Elle avait peut-être senti ma présence et décida d'y aller. Mais maintenant que j'avais un nouveau jouet, je ne comptais pas le quitter. J'ignore par quel miracle elle a trouvé ma cachette ; mais elle va vite regretter de  si être introduit. Alors qu'elle se retournait, je souhaitais lui dire bonjour à l'aide d'un grand coup dans la nuque.

Il était temps pour elle de dormir. Le temps qu'elle était assommé, je décidais de l'emmener à la cave. J'ai pris soin de lui retirer toutes parcelles de vêtements. Puis à l'aide de chaîne de chantier, j'attachais ses bras à une poutre. Je fixai ensuite un étau sur sa cheville. Puis je vis lentement ses yeux s'ouvrirent à moi


"Oooh Te voilà réveillé, j'espère que tu as bien dormi."
Je refermai alors l'étau sur sa cheville, ces hurlements était d'une jouissance inégalable
"Chuuut ne cries pas comme ça."

Je luis caressais doucement la joue avant de légèrement l'embrasser.
"Je m'excuse mais je devais te casser cette jambe afin de m'assurer que tu resteras la tu ne m'en veux pas j'espère."

Je me relevais ensuite afin de la regarder.
"Mmm ton corps est vraiment sublime."


Son corps nue uniquement vêtu de larme et de sang était magnifique. C'est larme venait doucement créer une sorte de voile qui venait lentement orner les tétons de la jeune femme. Magnifique.


"Pendant que j'y pense pendant que tu es encore capable de parler je peux savoir ce que tu faisais ici ?"


Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : A ta fenêtre
❝ PT. EXPERIENCE : 69
Mutation


 : D

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Dim 3 Déc - 20:07

Bloody Stalking ~

C’est une vive douleur sur la base du crâne qui l’avait cueilli à la sortie de l’appartement. Son regard s’éteint. Le parfum de sang flétrit. La jeune femme en fleur fut posée sur un par terre humide et poussiéreux. Elle s’éveilla sous son soleil ; son homme qui venait la cueillir. Il avait délicatement placé sa tige dans cette épaisse pince, puis il commença à tourner la manivelle. Tour après tour, il serra, demi-cercle par demi-cercle, sa jambe s’écrasait. Sa chaire plia, son os rompit.

"Huaaaaaaaa"

Tout son corps se raidit un instant sous l’intense douleur qui venait de la parcourir. Elle n’était donc pas la bienvenue dans cet éden. Et l’Adam qui s’occupait d’elle ne pouvait pas l’accueillir. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle qui n’était qu’une mauvaise herbe. Encore une fois, elle avait planté son nez là où elle n’avait pas sa place. Ses ongles fuchsias s’enfonçaient dans ses cuisses nues. Ses douloureuses joues se couvrirent d’un liquide, produit de sa honte et de sa frustration.

Mais l’ange de sang n’en tint pas compte. Il s’excusa et daigna même l’embrasser. La jeune fille aux aires de chardon ravala sa salive et sa honte. Ses bras tremblaient encore un peu, mais ce n’était que par le froid et l’humidité de la pièce. Sa situation semblait sombre, mais la présence de celui qu’elle aimait suffisait à l’illuminer.

"Je suis désolée. Je ne souhaitais pas vous importuner. Où sont mes vêtements ? Je ne souhaite pas paraître disgracieuse sous vos yeux."

Alors la fleur en tenue d’Eve se couvrit de pétales sanglants. Elle s’en doutait bien, mais ce grand brun était un doté, un manipulateur sanguin. Et malgré toutes ses erreurs, elle se sentait pardonnée. Ce grand homme pouvait il la tolérer dans son jardin ? En cet instant, elle ne souhaitait rien d’autre. Et même la perte d’une jambe semblait tolérable si c’était pour une si belle cause. Alors quand la question lui fut posé, le chardon pris appuis sur sa jambe valide pour s’agripper aux membres de son hôte.

"C’est pour vous, j’ai fait tout ça pour vous. Je voulais vous voir, me sentir proche de vous."
Elle plaqua son visage contre son tuteur pour ne plus avoir à soutenir son regard.
"Je… je sais que c’est stupide. Je vous aime."

Le sang monta aux joues de la jeune pousse. Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’elle sentait quelque chose éclore chez celui qu’elle aimait ; preuve ultime de son amour, de son acceptation. Leur histoire avait commencé sur de mauvaises bases, mais elle pouvait prendre, grandir, pousser. Alors le petit être rose leva les yeux pour voir ce que son homme lui prévoyait

ft. Dzaka Rein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Sam 16 Déc - 22:14


Bloody Stalking
ft. Barbara
Crumble


Cette révélation me fit l'effet d'un éclair. Cette humaine est littéralement sous mon emprise, elle m'aimait plus que tout, elle s'excusait même ! Ahahah quelle joie, quelle chance ! Je devais maintenir cet être en vie, mais je devais empêcher toute possibilité de fuir.


Tu aurais dû me le dire, comment est-ce que je peux savoir ces choses-là moi, je suis terriblement désolé.


Je me retourne, crée une masse de sang, avant de lui bloquer sa jambe fonctionnelle.


Je vais devoir la casser afin d'être sûr que nous restons ensemble.


Je lui assainis ensuite un immense coup de masse sur la cheville. Mon visage était aussi souriant que celui d'un chérubin, ses cris résonnaient dans ma tête comme une divine mélodie. Je créais ensuite des bandages afin d'arrêter le saignement, puis je vins doucement lui susurrer à l'oreille.


Je vais m'absenter afin de trouver de quoi te soigner, te nourrir ainsi qu'un nouvel endroit digne de toi.


Je l'embrassais tendrement puis partis. Je pris soin de brûler tout effet personnel au cas où quelqu'un voudrait nous retrouver. Par la suite, je me rendis dans une pharmacie tenue par un vieux monsieur nommé Gerard.

« Alors vieille branche comment vont les affaires ? »


Il me répondit en rigolant.

« Hoho, c'est vous, et bien ma fois un peu mieux depuis que vous êtes là ! »

Gérard était un ancien dealer à la retraite, il se fichait pas mal de qui on était. Il s'était rangé afin de mener une vie tranquille. J'étais un des rares clients de ce vieil homme.

« Je te prendrais 2 kits de secours. »


Je luis laissais un généreux pourboire puis lui dit.

« Tu devrais travailler moins tard, à ton âge c'est pas raisonnable. »

« Si je travaillais pas si tard, des gens comme toi ne pourraient plus venir. »

Par la suite, je me rendis chez Berta une cuisinière assez spéciale.

« Est-ce qu'une jolie dame pourrait t’elle me donner un poulet rôti à une heure si tardive »


Berta est une immigrée, je l'ai aidé à obtenir des faux papiers.

« Pour toi mon chou aucun problème ! »


Je revins par la suite dans le purgatoire ou se trouvait mon nouveau martyr afin de l'emmener dans son nouveau chez soi. Je pris soin de lui couvrir les yeux afin qu'elle ignore le chemin. Une fois arrivé, je lui retirais son bandeau. Son corps nu était collé contre moi, je pouvais sentir ça chaleur ainsi que son cœur battre.


« Voici notre nouveau chez nous, le diable loge désormais dans la maison de dieu, ou plutôt ce qu'il en reste ! »


J'avais choisi une vieille église abandonnée depuis 30 ans par les gens à cause de mort suspect ayant eu lieu certains parlaient même de malédiction... Je n'ai que faire de ces superstitions. Je l'emmenai ensuite soigneusement au sommet de l'église afin qu'elle contemple la voûte céleste. Une fois arrivé en haut, elle pû admirer le poulet rôti, je la déposais à côté de celui-ci, puis je la soignais avec la plus grande délicatesse. Une fois ses deux jambes désinfectées, je décidais de lui donner la bectée.


J'espère que tout ça te plaît, c'est ma plus belle planque. J'ai passé beaucoup de temps et d'argent pour cette soirée.


Au bout d'un certain temps, je remarquais qu’elle n'avait plus faim.

« COMMENT OSES-TU ?!! Tu sais combien de temps il m'a fallu, quel effort j'ai dû effectuer pour toi ?! Et maintenant que j'y pense, tu ne m'as pas remercié, encore un affront ! TU VAS ÊTRE PUNI POUR TON INSOLENCE !! »

Je l'attrapais par les bras la traînais par terre puis la suspendais au-dessus du vide, les miens liés au-dessus de sa tête au-dessus d'elle une gouttière de laquelle tombais des gouttes d'eau. Elle subira le froid de la nuit sur son corps nu, le poids de son corps sur ses bras vas disloquer ses deux épaules, et enfin, le supplice de la goutte lui fera souffrir le martyr.

« Je te détacherais demain, si tu m'en veux ou que tu meurs, c'est que tu ne m'aimais pas vraiment, car après tout je fais ça pour le bien de notre relation. »

Je l'embrassais ensuite délicatement avant d’aller me coucher.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : A ta fenêtre
❝ PT. EXPERIENCE : 69
Mutation


 : D

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Lun 18 Déc - 0:03

Bloody Stalking ~

Une jeune femme brisée sur le sol, tentait d’atteindre la porte. La sortie, l’échappatoire. L’homme était parti, c’était sa seule chance. Serrant entre ses doigts chaque imperfection du sol froid, elle traînait son corps nu et meurtri. Cette fuite effrénée pris fin quand le bout de rose vit ce qu’elle aurait du savoir. Au travers de la porte entrebâillé se dessinait un escalier, muraille infranchissable pour qui n’a plus de jambes. Quelques larmes glissèrent sur ses joues maculées de sang, alors que Barbara se recroquevillait sur son désespoir, troublé par la vision d’un tas de cendres cramoisi, peuplé de débris de plastiques roses. Dedans, peut-être, son téléphone fonctionnerait-il encore. Il a tout brûlé, mais on parle d’un mobile de marque.

La lente progression de la jeune femme s’interrompit à l’entente du pas régulier de son homme. Son pouls instable prit une telle puissance que son cœur la fit souffrir. Elle tourna sa tête pour voir celui qu’elle ne pouvait cesser d’aimer. Il venait lui offrir un ruban, orner ses yeux. Elle était tombée sur un psychopathe. Barbara connaissait ses propres déviances, elle devait trouver la force de lutter. Elle était presque convaincue qu’il était nocif, elle devait s’en persuader, elle ne le pouvait pas. Elle était fatiguée, fragile, un oisillon tombé du nid. Et la voilà soulevée, son homme venait de la prendre. Il l’emmenait. Le petit oiseau senti la fraîcheur de la rue sur son duvet rosé, se serrant contre le tronc de sa seule source de chaleur. Elle ne devait pas l’aimer, elle l’enlaçait, juste. Son étreinte s’amoindrit alors que le froid cessait de la mordre, et que les derniers pas du ravisseur résonnaient religieusement. Le ruban tombait, une église apparue.

Le poussin fut posé sur un édredon pourpre au plus haut de la maison de Dieu. Le grand brun consenti à la nourrir, quoique Barbara n’avait pas le droit de refuser. Ce qu’elle tenta, une fois que sa faim fut suffisamment amoindrie, et son esprit reposé. Décliner l’aide de l’ange de sang n’est que rarement une bonne idée ; la jeune femme l’apprit à ses dépens. Et pour punition, la voilà liée à la voûte gothique, son poids ne reposant que sur ses deux bras, ficelé dans son dos. Elle tenta bien de s’excuser, elle supplia, en pleurant. Mais n’eut pour seule réponse que le claquement d’une porte grinçante ; le choc faible mais régulier d’une fuite d’eau sur son front, troublé par le chaos léger que le vent amenait d’une fenêtre brisée, elle n’avait plus que cela.

Les premières heures n’opposèrent pas de résistance, mais alors que la lune se cachait sous quelques neigeux nuages, la fatigue devint pour l’ange pendu un doux danger. Ses poumons ne semblaient plus pouvoir fournir le léger effort qu’imposait cette fâcheuse posture. Chaque inspiration se faisait plus faible que son ainée, et ses paupières orangé s’approchaient lourdement du sol qui manquait tant à Barbara. Un ultime sommeil venait l’emmener, uniquement troublé par le cliquetis de l’eau froide sur son visage gelé. Refusant son destin, Barbara tenta d’appeler. D’une voix haletée, à peine audible.

"S’il vous plaît. Revenez."

Elle ne croyait plus en rien, mais ses prières furent exaucées. Un grincement troubla sa complainte, alors que le grand brun passait la porte. La jeune femme posa sur son sauveur un regard dithyrambique, rassemblant ses forces pour formuler son souhait.

"Je ne veux pas mourir. Je veux rester avec vous. "

Ce furent ses dernières forces, les yeux se clorent sous le poids de cette nuit éreintante. Elle ne soufrait pas, pas encore. Ses sens lui revinrent alors qu’un air nouveau emplissait sa gorge. Délicieuse douleur que celle qui annonçait à la jeune femme sa survie. Les larmes sur ses joues, l’air dans ses poumons, le crissement de son tibia brisé, le regard du sauveur, toute ces sensations brûlantes se mélangeaient dans l’esprit malade de Barbara. Elle n’était plus sûre que d’une chose.

"Je vous aime."

Malgré son épuisement, elle poussa sur sa jambe valide pour s'approcher de son maître. Mais alors qu'elle tentait de l'enlacer, ce furent deux appendices inertes qui se plaquèrent mollement sur le brun. Ses épaules disloquées n'avaient plus la force ; pas plus qu'elle ne pouvait se maintenir debout sans appui extérieur.

"Je... vous..."

Plaquant toute la surface de sa poitrine nue sur le torse de l'homme, Barbara frotta quelques instants sa joue sur son seul espoir. Elle tenta une nouvelle fois de l'entourer de ses bras mous. Enfin, elle lâcha l'objet de sa demande.

"Je peux vous servir. Je..je sais être agréable... Ne me laissez pluuus. Gardez moi avec vous. Je vous ferai c..ce que vous vou..drez, t..tout..."

Les frottements de sa chevelure rose sur la chemise brune lui indiquèrent que son corps commençait à s'afesser. Refusant la chute, le petit démon remua son visage, jusqu'à passer son menton sous la ceinture de l'homme.

"Je vais... Vous verrez... Vous... avez besoin de moi..."

ft. Dzaka Rein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Sam 13 Jan - 14:13

Dzaka Rein a écrit:

Bloody Stalking
ft. Barbara
Crumble





"Je vous aime."


Était-elle euphorique ? Pourquoi avoir dit ça ? Les premières lueurs venaient caresser sa peau et parole

"Je peux vous servir. Je..je sais être agréable... Ne me laissez pluuus. Gardez moi avec vous. Je vous ferai c..ce que vous vou..drez, t..tout..."

Pourquoi ? Pourquoi ? Elle ne me déteste pas, je ne comprenais pas, je venais de lui faire subir les pires tortures et pourtant elle était prêt à tout pour moi. Mon teint pale qui faisait habituellement contraste avec la ville se couvrait de la rosée du matin nous dirons. Je rougissais et ne savais pas quoi faire. Elle était la blottis contre moi ne pouvant même pas se tenir sur ces jambes aux risques de s'envoler telle une feuille-morte, je caressais doucement ces cheveux de framboises.

"Je vais... Vous verrez... Vous... avez besoin de moi..."


Je luis laisser paraître un léger sourire, j'approchais ma tête de son oreille et lui dit

"Ne parle pas, tu es bien assez fatigué"

Je remarquais qu'elle avait l'aire d'avoir froid, je décidais d'enlever ma veste afin de l'enrober dans celle-ci

"je tiens beaucoup à cette veste je t'ai fais confiance pour en prendre grand soin, je vais malheureusement devoir m’éloigner de toi le temps de te trouver des vêtements dignes de ta personne. Je suis fier de toi, tu as accepté ta punition et es resté fidèle. Ta dévotion a réussi à me prouver ton amour, tu devrais en être fière"

Je l'emmenais ensuite délicatement dans le lis avant de prendre soin de refermer à clef. Je souhaitais ensuite lui trouver un habit de luxe ce qui n'est pas chose simple dans la ville basse. Vous vous souvenez de cette chère Berta ; ça, mère était une grande couturière. Je sais cela, car Berta ma a de nombreuse fois inviter boire au bar, donnez lui quelque verre et vous serez tout de ça vie. C'est d'ailleurs comme cela que j'appris qu'elle conservait un ensemble fait d'hermine unique héritage de sa mère qu'elle, c'était refusé de vendre. Je décidais donc d'aller lui rendre visite. Je pénétrais dans son magasin ; mais cette fois-ci aucun sourire aucun bonjour

" Tu veux quoi ? Je suis réglo maintenant donc je n'ai rien à faire avec tes affaires"

Mon visage ne laissait plus transparaître aucune émotion, je me fichais pas mal du passif cette personne a quelque chose que je veux rien d'autre

"Hélas pour vous si. Vous possédez une tenu en hermine, je vous laisse 3min pour me la donne ce délai écoulé, je vous tuerai et irai la chercher moi-même"

Berta était sidérée, stupéfaite. Elle resta néanmoins de marbre face a mes menaces

" Tu oserais me tuer ? Malgré nos histoires communes ? Dans tous les cas, comprends que je ne peux pas te laisser la prendre; cette tenu est a moi et je ne laisserai personne la prendre"

Berta s'avança prêt du comptoir elle passa sa main gauche sous le comptoir et tenta de me surprendre avec son vieux fusil d'occasion je n'eu aucun mal a l'a transpercé. Tandis qu'elle gisait au sol, j'enjambais son corps et lui dis

"Ne sois pas triste, une si belle tenue mérite bien mieux qu'un misérable cloporte comme toi. Une tenue comme celle-ci mérite une vision qui sublime l'œil pas qui le répugne"

Je récupérais ensuite la tenue et revins dans la chambre

"Je suis de retour mon amour pour excuser mon absence voilà pour toi, une tenue d'hermine ça valeur est inestimable, et j'ai énormément de mal à l'avoir, j'espère qu'elle te plaira ; je t'en pris essaye là "



Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ LOCALISATION : A ta fenêtre
❝ PT. EXPERIENCE : 69
Mutation


 : D

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\ Mar 16 Jan - 12:57

Bloody Stalking ~

La voilà de nouveau couchée, mais toujours pas pour dormir. Les bras gisaient au côté de Barbara. Leurs douleurs auraient dû remonter jusqu'aux épaules, mais son corps était fatigué d'avoir mal. La jambe qui pendait du lit était toujours brisée ; son esprit avait simplement plus important à étudier. Ses doigts étaient encore réactifs, quoique picotant. Ses poignets aussi étaient fonctionnels, contrairement aux coudes et aux épaules. Ils bougeaient, oui, sans plus. Elle pouvait les trainer le long des draps, oui ; mais quand il s'agissait de les lever, la gravité devenait une force plus insurmontable même que son amour. Le séjour au clocher avait privé ses membres de la force qui était leur essence. Ce mystère élucidé, Barbara pu couvrir son visage de ses mains alors que se bousculaient les vraies questions.

Pourquoi avoir dit tout cela ? Mais qu'est-ce qui a bien pu traverser cette petite tête rose pour qu'elle se rende chez un tel psychopathe ? Leurs premières rencontre était lors d'un crime ; où il a sauvé un homme ; tué tout les autres. Barbara n'était pas morte ; le bel homme l'avait sauvé elle aussi. Elle était donc du bon côté : le sien. Pourtant, il l'avait puni ; elle était de l'autre, le côté des méchants. Ses petits doigts s'écartèrent, comme si le plafond allait répondre à cette question. Était-elle spéciale ? À ses yeux, sûrement. Était ce ce qu'elle voulait ? Sûrement pas comme cela, pas au prix de ses bras. Barbara regretta. Sa venue, ses propos, tout cela n'était que folie. Au bout de la pièce étriqué l'attendait la raison : une porte de bois brut, à la poignée d'or. 

Saisir cette chance impliquait de se lever. Quand son corps quitta les draps, Barbara réalisa sa nudité. Quand ses jambes quittèrent le lit, elle réalise sa bêtise. Quelques pas douloureux l'amenèrent auprès de l'échappatoire. Fuir tout cela, enfreindre cette règle, c'était s'exposer au châtiment. Il avait été bon là première fois ; aurait-elle une troisième chance ? Dans les reflets dorés de la porte, Barbara vit le sien ; un visage plein de doute, de la douleur du simple fait d'être debout. Pourquoi était-elle venue ? Peut-être pour tout cela.

Le bouton d'or se mit à tourner. Suivis d'un bruit de serrure, et de l'homme. Barbara, elle, était retournée dans le manteau brun qui gisait sur le lit. 

"Je suis de retour mon amour pour excuser mon absence voilà pour toi, une tenue d'hermine sa valeur est inestimable, et j'ai eu énormément de mal à l'avoir, j'espère qu'elle te plaira ; je t'en pris essaye là." 

L'accueil fut aussi chaleureux que ne pouvait l'être une femme. Son homme était revenu, comme dans un vrai couple ; mieux, il amenait à sa compagne un présent. Barbara était comblée. Elle s'efforça de se relever pour enfiler sa nouvelle robe. Magnifique. 

L'essayage fut douloureux, mais elle s'en fichait. Pour lui, elle tenait à être belle. Glissant tant bien que mal ses bras dans les hautes coutures, elle put bientôt rejoindre les genoux de son bienfaiteur, qui venait de s'asseoir. 

"Alooors, vous me pardonnez ?"

Ce regard qu'il promenait sur elle. Les vêtements qu'elle venait de poser sur son corps ne semblaient pas empêcher ces yeux de dévorer chaque détail de sa peau. C'était pour ce regard qu'elle était venue. Et pour le reste. 

Il était beau, par son visage déjà ; mais son col ne cachait que trop peu un torse presque blanc. Les reliefs de ses muscles se perdaient sous ce tissu qui le cachait jusqu'au bas des épaules, où l'on retrouvait ses bras à vifs. L'un semblait lacéré ; plusieurs cicatrices béantes laissaient voir couler le sang de son maître, couler, circuler en attendant le bon moment pour en sortir. 

Le sang ; Barbara n'entendait plus que le sien qui battait dans ses oreilles. Un rythme allant croissant quand ses doigts glissaient le long de l'objet de ses convoitises. Elle arrêta sa main sur ce bras vengeur. Celui qui avait semé la mort chez ceux qui l'avaient mérité. La manifestation tangible d'une volonté profonde battant sous sa paume. 

Par curiosité et par envie, la femme voulait faire parti de ce corps. Les fissures qui couraient le long de son homme était juste plus petites que ses doigts roses. Elle en caressa tout d'abord les parties extérieures quelques instants, puis céda à la tentation. Poussant légèrement sur son annulaire, elle le vit s'enfoncer sensiblement. Elle avait peur, peur de sa réaction, mais son désir était plus grand encore.

À l'intérieur, tout n'était que chaleur. Tout autour de son doigt les muscles de contractant à tour de rôle. Enfin, elle toucha quelque chose de plus chaud ; un liquide de vie qui glissait sur le bout de son ongle. Tout son corps fut traversé d'un frémissement, allant d'un partenaire à l'autre. La femme voulait gouter son homme. Imprimant de légers mouvements, elle sentit le sang remonter le long de son doigt. 

Toute tremblante et soupirante, elle retira sa main pour la porter à sa bouche. Déposant son propre doigt sur sa langue, elle pris quelque instant pour oublier. Ses yeux clos vinrent se poser sur l'épaule dominatrice. Elle n'avait plus besoin de la vue tant qu'il était la, coulant dans sa gorge. 

Ce doigt encore humecté, elle le remit à son homme. Commença à le promeneur le long de ses formes viriles. Jamais elle n'oserait le formuler, mais en cet instant, elle souhaitait qu'il soit à elle, rien qu'à elle, tout à elle. 

Tout le corps de la femme, à cette idée, s'humidifiait de plus belle. Ses cuisses ruisselantes se plaquèrent sur sa main libre. Déjà, la robe qu'elle venait de mettre devenait une gêne. Ses genoux imprimèrent l'un contre l'autre quelques mouvements circulaires. Sa main quant à elle, remontait, écartant cet odieux tissu qui la séparait de son homme. 

Elle avait peur, peur de le vexer, de perdre ces privilèges. Mais son désir suintant la consumerait. Sa bouche entrouverte cherchait la formulation. Elle souhaitait exprimer ses sentiments. Enfin, ses lèvres se contractèrent au son de sa demande. 

"J'aime cette robe... Maintenant, retirez-la-moi."

ft. Dzaka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\

Revenir en haut Aller en bas

Bloody Stalking {for Dzaka} /!\ -18 /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse :: Les habitations-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit