AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Mer 6 Déc - 20:32

Pour une raison qu’il ignorait, Fioré avait de plus en plus de mal a maintenir les couleurs qu’il arborait habituellement sous sa forme humaine. Aussi suffisait-il qu’il touche un objet quelconque pour que tout à coup cette couleur apparaisse sur son corps, que ce soit ses yeux, ses cheveux ou une partie de sa peau. C’était souvent furtif, mais l’enfant était très inquiet : et s’il ne parvenait plus du tout à garder une apparence humaine ? Et si ses parents adoptifs s’en apercevaient ? Devait-il leur annoncer la vérité avant qu’ils ne finissent par la découvrir eux-mêmes ? Dans les deux cas, y avait-il seulement une chance que cela se termine bien ?

Ce qui devait arriver un jour arriva. Alors qu’ils étaient à table en train de manger tranquillement, ce phénomène de changement de couleurs eu de nouveau lieu. Alors que Fioré se servait de la sauce ketchup, ses doigts, ses yeux et une partie de sa chevelure avaient viré au rouge sous le regard ébahi de ses parents adoptifs. Fioré finit par s’en apercevoir et paniqua totalement :

- Je… Je…

Que dire ? Que faire ? Par où commencer ? Sous le choc, l’enfant ne parvint plus à garder son apparence humaine.

- J’en étais sûr ! S’indigna le père adoptif en se levant brusquement de sa chaise et en tapant du poing sur la table.
- Je… Je peux tout expliquer ! Paniqua Fioré dont le teint était devenu livide.

Mais tandis que son père adoptif s’emportait, Fioré décela le dégoût dans le regard de sa mère adoptive qui le fixait comme s’il était un parfait étranger. L’enfant en fut d’autant plus perturber. Ses explications serviraient-elles seulement à quelque chose ?

- Je suis désolé ! Je voulais vraiment vous le dire ! Mais je ne savais pas comment m’y prendre, j’avais peur et… vraiment pardon de vous avoir menti !

Tout se passa ensuite très vite. Le père adoptif ordonna à sa femme d’appeler la police : il était hors de question qu’ils puissent être mêlé à des manigances d’extra-terrestre, allant même jusqu’à dire que Fioré les avait manipulé.

Les larmes longèrent le visage de l’enfant sous le choc d’entendre de tels propos. La police ? Des manigances ? De la manipulation ? Alors voilà ce qu’ils pensaient de lui ? Non, ils devaient être sous le choc eux aussi, les mots dépassaient leur pensée. Il fallait qu’il se reprenne, qu’il leur explique, qu’il se rattrape. Pourtant, il n’en eut pas l’occasion : l’homme qu’il avait si souvent appelé “papa“ l’attrapa violemment.

- Papa, tu m’fais mal ! Se plaignit Fioré en tentant de se libérer.
- Ne m’appelle plus jamais comme ça, espèce de monstre !

A ces mots, Fioré eu la gorge nouée. Il fit usage de son pouvoir pour se libérer de l’emprise de son père adoptif en créant des ronces et s’enfuit aussitôt. Il courut à en perdre haleine, avec l’horrible impression de suffoquer. Il ne savait pas où aller, mais ses pieds le menèrent tout naturellement dans un des endroits où il aimait trouver refuge : le parc. L’enfant se dissimula dans un buisson et tenta de recouvrer son calme pour reprendre son apparence humaine et faire le point de la situation. Mais les émotions qui le secouaient étaient trop fortes et recroquevillé sur lui-même, il n’arrivait à rien d’autre que pleurer.


Dernière édition par Fioré Saku le Sam 9 Déc - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 7:09

L’épée à la main, je survolais la ville à la recherche de l’emplacement des forces de polices, il semblerait qu’un extraterrestre particulièrement dangereux se cachait dans une famille humaine, que sa véritable nature fut révélée, ce qui encouragea cette famille à appeler la police, et je ne comptais pas laisser une occasion d’affronter un ennemi aussi fort.

J’avais beaucoup entendu parler de ces « Klongs », comme ils les appellent, des combattants acharnés et des guerriers puissants, mais celui dont on m’avait le plus parlé, c’était ce « Carnage », qui possédait nombre de capacités surhumaines. Si un être aussi dangereux se trouve quelque part dans cette zone, il est de mon devoir de le mettre hors d’état de nuire.

La police recherchait l’individu dans le quartier Asselus, mais ils ne pouvaient pas couvrir toute la zone, ils avaient laissé le parc sans fouiller dedans, alors je me décidais à survoler le parc à la recherche de cet être.

Après quelques minutes de recherches, un mouvement dans un buisson attira mon attention, trop important pour que cela soit juste un petit animal… la garde de mon épée empoignée fermement, je me posai, avant de m’approcher délicatement du buisson… voyons à quoi ressemble ces formes de vies qui ont fait trembler l’humanité.

Un enfant… vert ?

Un petit garçon dont la couleur était étrangement proche de celle du buisson sanglotait, seul dans sa cachette, il n’était évidemment pas humain, mais il était loin d’être le monstre de puissance auquel je m’attendais, surtout après une brève analyse de son aura, révélant uniquement de bonnes intentions…

Je ne sais pas si je dois être déçue, attendrir, ou en colère par ce spectacle, entre ma désillusion sur ces combattants des étoiles, cet enfant seul, sans personne pour le consoler, ou le fait que « extraterrestre dangereux » inclue de simples enfants.

Je m’empressais de rengainer ma lame, avant de m’accroupir à son niveau, et de lui tendre la main. J’essayais de prendre la voix la plus douce possible, en utilisant mon pouvoir pour lui donner un aspect reposant, voire angélique.

"Bonjour mon petit, j’espère que je ne t’ai pas fait peur, sors de ta cachette, je ne te ferais aucun mal."

[HORS RP : Gabrielle ne sait presque rien sur les aliens et est persuadée qu'il n'y a que des klongs dans cette définition ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 10:04

Fioré entendit du bruit autour de lui, quelqu’un approchait du buisson. Il fallait absolument qu’il recouvre son calme et qu’il reprenne son apparence humaine, autrement – il en était persuadé – il serait fichu ! Malgré ses efforts, il ne parvenait toujours pas à recouvrer son apparence humaine et il lui sembla que son cœur qui battait la chamade allait exploser dans sa poitrine quand il fut découvert.

Terrorisé et ne sachant que faire d’autre, Fioré se recroquevilla un peu plus sur lui-même. Il aurait tant voulu disparaitre en cet instant précis ! Il lui semblait que sa dernière heure était arrivée. Pourtant, c’est une voix douce et gentille qui s’adressa à lui, lui assurant qu’elle ne lui ferait aucun mal.

Fioré osa alors relever la tête et faire face à son interlocutrice qui avait rengainé son épée et lui tendait une main qu’il n’osait prendre.

- Je… Je voulais leur dire, mais j’avais peur de leur réaction… Maintenant ils savent et ils me détestent. Ils me détestent !! Même maman qui disait qu’elle m’aimait et que je pourrais toujours compter sur elle, elle m’a juste regardé avec dégoût sans rien dire. Et papa, papa, il m’a traité de monstre ! Moi je voulais juste être heureux avec eux. Je voulais juste des parents qui m’aiment.

Fioré était secoué de sanglots tandis qu’il vidait son sac. Tout ce temps il n’avait osé révéler sa nature extra-terrestre à ses parents adoptifs, tout ce temps où il avait culpabilisé d’ainsi leur cacher ses origines et cette peur toujours croissante de voir son secret révélé qu’il avait enduré… Et finalement, ses craintes s’étaient révélées exactes. Ses parents adoptifs s’étaient retournés contre lui. S’il n’avait jamais osé le leur dire, c’est aussi parce qu’il y avait des petits indices qui ne trompaient pas : des petites réflexions et commentaires lors de la lecture du journal ou au moment de la diffusion du journal télévisé lorsque les extra-terrestres étaient évoqués. Des petites conversations entre ses parents ou entre amis… Il savait bien que ses parents détestaient les extra-terrestres. Pourtant, il avait tout de même espérer que tous ces moments vécus ensemble, tous ces souvenirs leur permettraient de faire la différence. Pourtant, son père l’avait traité de manipulateur, comme si tout cela n’avait été que du vent, comme si rien n’avait eu d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 11:14

Mes doutes sur l’identité du « dangereux extraterrestre » qui avait manipulé de « braves gens » s’envolaient peu à peu alors que le petit éclatait en sanglots toujours plus forts… finalement, que ce soit sur Terre ou dans d’autres mondes, les enfants sont tous les mêmes, ils cherchent tous un peu d’affection là où ils espèrent en trouver…

Avec sa confession, je pu reconstituer l’histoire, il vivait probablement dans cette famille qui appelé la police, avant que sa nature leur soit révélée… Et sa nature extraterrestre n’a pas plu à ses parents adoptifs.

Est-ce qu’on peut vraiment leur en vouloir de se sentir trahi, de détester ces étrangers à cause de la mauvaise réputation qu’ils possèdent ?  Peut-être pas, mais l’on ne chasse pas un enfant de chez soi, peu importe la raison, les enfants ne sont pas les responsables de la haine des adultes.

Le petit être se sentait abandonné, peut-être trahi par ceux qu’il appelle ses parents, ce genre de chagrin ne peut pas être stoppé par les mots, et je le sais mieux que quiconque, lorsque l'on se sent seul au monde, rien ne peut vraiment vous apaiser, il faut qu’il extériorise sa peine.

Voyant qu’il ne se décidait pas à prendre ma main, je me mis à genoux et le pris dans mes bras, il avait besoin d’une épaule sur laquelle pleurer…

"là..là…c’est fini…shhhhhht……..Tu n’as plus besoin de te cacher… Je ne te jugerais pas… Personne ne te jugeras tant que je serais là…"

Mes ailes se refermèrent doucement autours du petit bonhomme pour lui tenir chaud en cette journée d’hiver, le contact avec les plumes rappelait celui d’un matelas chaud et douillet

Alors que les sanglots résonnaient encore dans le parc, j’entendais au loin les sirènes de polices, ils arriveront bientôt, mais rien ne presse, il n’y a aucune bête dangereuse par ici, juste un petit ange tombé du ciel…et je ne parlais pas de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 13:02

Son interlocutrice s’approcha, elle s’agenouilla et le serra dans ses bras, l’enveloppant de ses ailes. Fioré qui d’ordinaire était plutôt distant et réticent au contact physique avec des inconnus, se laissa faire. En fait, en ce moment, c’est peut-être ce dont il avait véritablement le plus besoin. L’enfant se détendit un peu et se laissa aller contre sa bienfaitrice qui lui dit doucement que c’était fini, qu’il n’avait plus besoin de se cacher, qu’elle ne le jugerait pas et que personne ne le ferait tant qu’elle serait là.

Au loin, on entendait les sirènes des polices. Était-ce lui qu’on recherchait ? Et si oui, qu’avaient-ils l’intention de faire de lui ? Qu’allait-il advenir de lui à présent qu’il n’avait plus de famille pour veiller sur lui, ni même d’endroit où se réfugier dans cette ville hostile ?

- C’est moi qu’ils recherchent ? S’inquiéta Fioré tandis qu’il avait finit par cesser de pleurer au bout d’un moment.

Le petit garçon tenta une nouvelle fois de reprendre son apparence humaine. En vain. Ses petits doigts se crispèrent sur le vêtement de sa bienfaitrice. Pourquoi ? Que lui arrivait-il ? Ne pourrait-il plus jamais se camoufler comme il l’avait si longtemps fait ? Serait-il obligé de vivre caché du monde en gardant sa véritable apparence pour toujours ?

- Qu’est-ce qu’ils vont me faire s’ils me trouvent ? Est-ce qu’ils vont me mettre en prison ? Est-ce qu’ils vont me tuer ? Ou alors faire tout un tas d’expérience sur moi dans un laboratoire ? Fioré secoua la tête. Ce n’est pas juste, je n’ai rien fait de mal ! Je ne suis pas comme tous ces extraterrestres qu’ils montrent à la télé ! Moi, je veux juste vivre normalement…

Vivre en paix, voilà un rêve qui semblait désormais hors d’atteinte pour lui. Cette déduction lui paraissait d’autant plus vraie s’il n’arrivait plus à se mêler incognito aux humains en arborant leur apparence.

Fioré relâcha doucement le vêtement de sa bienfaitrice et resta encore un peu dans ses bras en essayant de réfléchir à ce qu’il devait faire. Devait-il s’enfuir ? Aller se cacher ailleurs ? Mais où ?... Il aurait tant aimé se rendre au jardin suspendu comme il en avait l’habitude. Là-bas, il se sentait bien et il y avait toutes ces fleurs qu’il aimait tant observer, mais il savait bien que cela lui était impossible… De nouvelles larmes longèrent silencieusement ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 15:51

L’enfant se remettait à pleurer… la vie ne lui a pas fait de cadeaux, la vie normale qu’il espérait s’écroulait sous ses yeux, mais pas question de le laisser sombrer dans la mélancolie ! Si il n’arrive pas à sourire, je sourirais pour nous deux jusqu’à en voir un sur son visage !

Le pauvre fut paniqué par les sirènes de polices, il se demandait si c'était lui qu'ils cherchaient, et ce qu'il allait lui faire. Evidemment qu'ils le cherchaient, même si la police pensait plutôt rechercher une sorte de second Bloodshed plus qu'un enfant sanglotant.

Je relâche doucement mon étreinte, avant de lui essuyer ses larmes avec un mouchoir en soie, puis je lui remonte la tête avec ma main, pour qu’il me regarde dans les yeux.

« Tu es un grand garçon, il ne faut pas pleurer comme ça, que ferais-tu si tes amis te voyaient pleurer ? Il faut que tu leur montre que tu peux être fort. et ne t’inquiète pas pour la police, cela fait un moment déjà que les extraterrestres sont considérés comme des êtres normaux, même si certaines personnes disent que non. Ils ne feront pas de mal à un enfant, et même s’ils le voulaient, je te protégerais. Viens, allons nous asseoir sur un banc en les attendant »

Je lui pris la main et le guida pendant un moment. Après une ou deux minutes de marche nous arrivâmes près d’un banc, où nous nous installâmes. Il me faisait un peu penser à moi lors de mon réveil… perdu, abandonné, ne sachant pas où aller, j’ai juste fait ce que j’aurais aimé ce que l’on me fasse ce jour-là. Je lui adressais ensuite quelques questions sur lui.

« Bien, c’est quand même mieux qu’un buisson, non ? Je m’appelle Gabrielle, enchantée ! Et si tu me disais ton nom, et pourquoi étais-tu sur Terre, dans cette famille ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 17:16

Sa bienfaitrice finit par lâcher son étreinte et par essuyer ses larmes à l’aide d’un mouchoir en soie. Fioré apprécia le doux contact du tissu contre sa peau. Elle lui relève doucement la tête et l’encourage à regarder dans les yeux. Fioré plante alors ses yeux bleus dans ceux de l’ange qui est venu le consoler alors qu’il lui semblait que le monde, son monde, basculait dans le désespoir.

Elle finit par lui dire qu’il était un grand garçon et qu’il ne fallait pas pleurer ainsi, demandant ce que feraient ses amis s’ils le voyaient pleurer ainsi. Fioré baissa les yeux, se gardant bien de dire qu’il n’avait aucun ami. Aucun ami ? Ce n’était pas tout à fait vrai, il avait bien ses amies les fleurs, mais il savait bien que ce n’était pas courant de considérer les fleurs comme tel.

Fioré avait un peu de mal à la croire lorsqu’elle disait qu’il ne devait pas s’en faire au sujet de la police, en lui expliquant que cela faisait déjà un moment que les extraterrestres étaient considérés comme des êtres normaux, malgré le fait que certaines personnes affirmaient le contraire. Elle lui assura qu’ils ne lui feraient pas de mal et que si malgré tout c’était le cas, elle le protégerait.

Elle lui prit la main et l’encouragea à sortir de son buisson. Fioré se laissa faire et guider près d’un banc sur lequel ils s’assirent. Mal à l’aise d’être sous sa véritable apparence, il ne pouvait s’empêcher de lancer des regards furtifs et inquiets autour de lui. Il avait tellement pris l’habitude de se cacher en adoptant une forme humaine qu’il ne supportait plus sa propre apparence. Tandis qu’ils étaient assis, le jeune garçon frissonnait, prenant seulement conscience du froid. Comme il était parti dans la précipitation, il ne portait qu’un sweat léger, un pantalon et ses pantoufles. Il se frotta frénétiquement les bras pour tenter de se réchauffer.

Sa bienfaitrice commenta que c’était mieux qu’un buisson. Fioré ne répondit pas. A vrai dire, il ne savait pas trop… Il aimait bien la nature, lui. Il se sentait en sécurité dans son petit buisson, ici, tout le monde pouvait le voir et cela l’effrayait quelque peu… Il craignait tellement les réactions que pouvaient susciter son apparence extraterrestre ! Il apprit que sa bienfaitrice s’appelait Gabrielle. Cette dernière lui demanda d’ailleurs comment il s’appelait et pour quelle raison il était sur Terre dans cette famille.

- Je m’appelle Fioré. Quand j’étais plus petit, mes vrais parents sont venus sur Terre et ils m’ont laissé là. Je les ai attendu longtemps au même endroit, mais ils ne sont jamais revenus me chercher… Puis un passant m’a vu et a commencé à me frapper parce que je suis un extraterrestre. C’est ce qu’il disait, que les gens comme moi n’avaient rien à faire ici et que je devais disparaitre. J’ai réussi à m’enfuir et pour que ça ne m’arrive plus jamais, j’ai pris une apparence humaine. Après, je ne me souviens plus trop bien, j’ai beaucoup marché… Et en fin de compte, je me suis réveillé à l’orphelinat. J’y suis resté quelques temps avant que mes parents adoptifs ne m’emmènent avec eux. Personne ne savait que j’étais un extraterrestre. C’était un secret. Je ne voulais pas disparaitre ni qu’on me déteste…
J’ai toujours été sage et poli, je faisais bien tous mes devoirs et j’avais de bonnes notes à l’école, je mangeais tout ce qu’il y avait dans mon assiette même quand je n’aimais pas, je rangeais toujours bien ma chambre et j’aidais même maman à éplucher les légumes, à faire les courses ou à étendre le linge. Je pensais que ça suffirait… Mais je me suis trompé. J’ai été stupide de croire que c’était possible.


Un sourire triste se dessina sur le visage de Fioré qui fixait le sol tandis qu’il racontait tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 20:38

Le sourire sombre de Fioré révélait beaucoup de choses sur lui, ses espoirs avaient été brisés par tous ceux en qui il avait confiance, tous ceux qu’il aimait le haïssaient en retour.

« Tu sais Fioré… »

Je me délaissais de mon manteau pour recouvrir l’enfant qui grelotait à cause du froid.

« Cacher ce que tu es pour que les autres t’aiment ne servira jamais à rien, ces personnes ne t’aimeront jamais vraiment, il faut leur montrer qui tu es vraiment, leur montrer ton vrai visage, et seulement là, tu pourras voir qui tient vraiment à toi. Tu n’es pas stupide, les seules personnes stupides dans cette histoire sont ceux qui n’ont pas pu t’accepter pour ce que tu es. »


Le bruit des sirènes se faisait de plus en plus proche, il n’y en avait plus pour longtemps avant que la police n’arrive pour inspecter le parc, aussi je terminais de lui parler.

« L’univers est vaste, il existe forcément quelqu’un dans l’univers qui verra à quel point elle a de la chance de vivre à tes côtés, je suis sûre que tu trouveras cette personne, un jour ou l’autre, peut-être même plus tôt que tu ne pourrais le penser. »

Cette fois, c’est moi qui commençait à frissonner. Sans manteau, je pouvais sentir l’agressivité du froid sur ma peau… mieux vaut que ce soit moi qui le ressente, je peux l’endurer.

« Je travaille dans une école spécialisée pour apprendre aux enfants à maitriser leurs dons, beaucoup d’élèves comme toi étaient perçus comme des monstres par leur famille, et pourtant, ils ont réussi à aller de l’avant, à grandir, s’épanouir, avoir des amis, voire pour certains, une nouvelle famille. Tu y arriveras aussi, j’en suis sûre. »


Des bruits de pas sur le chemin de pierre commençaient à résonner au loin, notre calme allait être interrompu sous peu. J’enroulais mon bras autours de ses épaules pour le rassurer, et je lui fit un grand sourire, avant que les forces de l’ordre ne commencent à se profiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Ven 8 Déc - 22:02

Gabrielle ôta son manteau pour le poser sur Fioré qui tout d’abord voulu refuser, mais fini par accepter et s’y emmitoufler. Cette attention lui réchauffa un peu le corps et le cœur. Sa bienfaitrice lui expliqua qu’il ne devait pas cacher qui il était pour plaire aux autres, l’encourageant à montrer qui il était vraiment afin qu’il sache sur qui il pourrait réellement compter. Elle lui dit également qu’il n’était pas stupide, que ceux qui l’étaient, c’étaient les personnes qui n’avaient pas su l’accepter tel qu’il était réellement. Fioré écouta, cela le réconforta bien sûr, pourtant tout cela lui semblait tellement éloigné de la réalité, de sa réalité.

Le bruit des sirènes se rapprocha encore. Cela faisait du mal à Fioré de se savoir rechercher comme s’il était un dangereux criminel.

Gabrielle lui dit que l’univers était vaste et qu’elle était persuadée qu’un jour, il trouverait quelqu’un qui l’accepterait tel qu’il était, peut-être même plus tôt qu’il ne le pensait avait-elle même ajouté.
Fioré acquiesça doucement d’un hochement de tête. Il l’espérait sincèrement.

Elle lui parla ensuite d’une école spécialisée où elle apprenait aux enfants à maîtriser leur don. Fioré acquiesça. Il avait déjà entendu parler de cette école, ses parents avaient d’ailleurs voulu l’y inscrire en raison de sa capacité de faire pousser des fleurs et des plantes par imposition des mains. Ses parents n’avaient pas rejetés son pouvoir, au contraire, ils semblaient même en être plutôt fiers. Si seulement il avait été humain, les choses auraient probablement été plus facile pour lui !

Le petit garçon vit sa bienfaitrice frissonner et culpabilisa.

- Pardon, à cause de moi vous avez froid…

Il voulu enlever le manteau pour le rendre à Gabrielle, mais au même moment, voilà que des bruits de pas se rapprochaient de plus en plus et que les lumières des lampes-torches éclairaient les endroits les plus sombres du parc. Fioré se crispa. L’envie de s’enfuir loin le tenaillait. Mais il savait bien qu’il ne le pouvait plus et que cela ne le mènerait nulle part. Il senti le bras de Gabrielle entourer ses épaules. Lorsque les hommes en uniforme arrivèrent, l’enfant baissa la tête sans dire un mot. Il pria intérieurement pour que Gabrielle ait eu raison et que tout se passe bien. Un policier prononça des paroles que Fioré n’entendit pas, car il était bien trop tétanisé par la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Sam 9 Déc - 2:16

Les hommes en uniformes s’approchaient, leurs armes de service dégainée, ils surveillaient tous les coins, à la recherche d’un autre Bloodshed, on pouvait sentir leur panique d’ici… mais je ne me laissais pas emporter par l’émotion, je restais calme, souriant toujours à Fioré. S’approchant de nous, le premier policier nous interpella.

« Pardon madame, mais vous et votre fils êtres priés de…Bordel c’est un Krazentz ! Madame, écartez-vous tout de suite de- »

« Du calme messieurs, nous ne cherchons pas querelle, nous allons vous suivre sans faire d’histoire. »

Mais on dirait que le prix Nobel de la paix l’entendait d’une toute autre manière, pas étonnant, son aura ne m’inspirait pas confiance à la base.

« Bordel, vous avez pas entendu ?! J’ai dit à terre, ou je tire, vous avez bien- »

Son collègue, qui était resté silencieux jusqu’à maintenant, interrompit son collègue, qui n’avait définitivement pas réussi à terminer une seule réplique.

« Putain mais calme toi, tu vois bien qu’ils veulent pas se battre ! Bon, suivez-nous, Madame. »


« S'tu le dis... putains de monstres »

Ce petit moment de tension passé, je pris Fioré par la main, suivant les deux agents, qui nous conduisirent au poste de Laurel, qui semblait agité, déjà avec la quarantaine, de plus à cause de l’alerte donnée par des parents irresponsables.

Nous fûmes rapidement amenés au dirigeant du poste, qui me pénétra du regard, me posant une question à laquelle je ne m’attendais pas.

« C'est vous qui avez fait déplacer la moitié de mes hommes dans la ville ? »


Un de ses adjoints lui pointa Fioré du doigt, ce qui sembla désespérer le dirigeant.

« Bordel… C’est ça l’extraterrestre dangereux ? Y a des jokers qui se sont déplacés dans la ville pour capturer… un enfant ? Bloodshed, ça c’est dangereux ! Lui il est juste terrorisé. Bon… vous deux, veuillez me suivre. »

Nous arrivâmes dans une salle d’interrogation des témoins, où le supérieur nous avait pris à part, et ouvrit le dossier de son PC.

« Ton nom humain était donc Fioré Saku, 11 ans…. Ah, un doté ? contrôle des plantes… les Krazentz ne contrôlent pas les plantes pourtant… un alien doté ? Enfin bref, raconte-moi tout mon petit. »

Alors qu'il parlait, je pouvais voir un couple... le mari en colère, en train de hurler sur celui prenant les notes, et la femme silencieuse... mais je ne pouvais voir grand chose depuis cette salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Sam 9 Déc - 8:36

Le policier avait dit des gros mots et l’avait traité de monstre. Fioré était resté silencieux, se faisant aussi petit et discret que possible, serrant ses doigts fins et frigorifiés sur le manteau que Gabrielle lui avait prêté. Un autre policier leur demanda de les suivre. Encouragé par Gabrielle, l’enfant se leva et s’apprêtait à suivre docilement les policiers quand tout à coup celui qui avait dit des vilains mots voulu lui faire passer les menottes. Son collègue s’y opposa, mais ce dernier répliqua que c’était la procédure et que ce n’était pas parce que Fioré était un enfant qu’il ne fallait pas s’en méfier : ça restait un extraterrestre tout de même ! L’autre policier n’était pas d’accord et répliqua, mais Fioré tendit courageusement ses petites mains tremblantes, sans dire un mot.

Le méchant policier eut un rictus de satisfaction et passa les menottes à l’enfant sans scrupule, tandis que son collègue qui faisait preuve de plus d’empathie semblait désolé de l’attitude de son collègue.
Le contact du métal froid contre ses poignets était terriblement désagréable. Comment avait-il pu en arriver là ? Heureusement, il n’était pas seul : il y avait Gabrielle qui veillait sur lui. Il était sincèrement soulagé d’avoir pu rencontrer quelqu’un d’aussi gentil. Malgré les menottes, Gabrielle lui avait pris la main, ce qui le rassura un peu et lui permit de faire abstraction de cette situation désagréable pendant un court instant au moins.

Arrivés au poste de police, on les amena dans une pièce où ils rencontrèrent le dirigeant du poste de police semblait très fâché. Quelqu’un vient lui enlever les menottes. On les mena ensuite dans une salle d’interrogation comme Fioré en avait déjà vu dans les séries à la télé. En passant devant une pièce vitrée, il reconnu ses parents à l’intérieur et son cœur se serra. Gabrielle et lui pénétrèrent dans une pièce à proximité… L’homme de loi regardait l’écran de son pc, tandis que Fioré fixait ses poignets endoloris sur lesquels les menottes avaient laissés leur marque. L’homme connaissait déjà son nom, son âge et le pouvoir dont il était doté. Fioré acquiesça doucement. Il lui demanda de tout lui raconter. L’enfant dégluti avant de se lancer en serrant ses petits poings fermés qu’il fixait sans oser regarder son interlocuteur.

- J’ai menti. Dit-il d’une voix tremblante. J’ai menti à tout le monde et à mes parents adoptifs en me faisant passer pour un humain…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
avatar
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 346
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Sam 9 Déc - 12:42

Je restais silencieuse pendant l’interrogation, ce n’était pas moi que l’on interrogeait de toute façon, mais je n’ai pu m’empêcher de faire une grimace lorsque je vis les poignées endoloris de l’enfant…franchement, menotter quelqu’un déjà terrorisé… Ce qui me fit réagir, ce fut l’existence d’un don dans cet enfant, selon cette personne, Fioré pouvait contrôler les plantes, c’était peut-être pour cela qu’il avait choisi le parc.

Après qu’il eut avoué à la police son mensonge, il y eu un moment de silence où l’interrogateur écrivait quelque chose sur son ordinateur. Il semblait ennuyé, d’abord par cette fausse alerte, ensuite par la paperasse, mais il n’avait pas l’air mauvais. Il posa alors une question à l’extraterrestre.

« Pourquoi avoir menti sur tes origines ? »

J’imagine que c’était surtout une question de procédure, mais cela m’ennuyait un peu alors que cela faisait sens.

« La peur monsieur, il avait peur des humains, de leur réaction, de se faire attaquer à tous les coins de rues juste à cause de son apparence. Regardez, vous avez déplacé des forces de polices juste parce que deux personnes avaient vu ce qu’elles ne comprenaient pas, il se fondait dans la masse avec son apparence humaine, au moins. »

Il tourna le regard vers moi, il semblait que cela ne lui plaisait pas que je réponde à la place de Fioré, mais qu’importe, cette fois, la question m’était destinée.

« Et qui êtes vous, au juste ? »


« Gabrielle De Paris…. Oui, « De Paris » est mon nom de famille, je suis professeur à la Sup et héroïne civile, j’ai remarqué que les forces de polices se mouvaient de façon anormale, et j’ai décidé, après avoir appris le pourquoi du comment, d’aider la police à trouver l’individu recherché. »

L’homme continuait à pianoter sur son clavier sans grande ambition, il semblait que la fatigue l’avait gagné, la quarantaine était rude pour tout le monde, mais elle devait particulièrement l’être pour les bras armés de la justice.

Je demandais la permission de m’éclipser un moment, ce qui fut autorisé, puis je tendis l’oreille dans la pièce d’à côté… c’est bien ce que je pensais, les parents de Fioré… et ils n’avaient pas l’air d’être désolés du tout… J’ai en horreur ce genre de personnes qui ne savent même pas ce qu’ils sont en train de perdre, rien de ce qu’ils ont vécu avec Fioré n’avait plus d’importance pour eux, même pas un seul bon souvenir… Tsss.

De retour dans la pièce, il commençait à devenir clair que la garde de l’enfant allait revenir au foyer de Laurel, le temps de lui trouver une famille d’accueil qui saura vraiment l’apprécier.

L’interrogateur nous fit signe de sortir, et de patienter, mais moi… mon travail était terminé, je ne pouvais rien faire de plus.

« Hé bien Fioré, je crois qu’il est temps pour nous de nous dire au revoir, j’espère que tu grandiras et deviendra quelqu’un qui sera fier de ce qu’il est. »


Pendant que je parlais, un scénario commençait à se construire dans ma tête, mais pour cela, il faudrait attendre qu’il retourne en foyer avant… mais je préférais ne rien lui dire pour le moment.


Dernière édition par Gabrielle De Paris le Sam 9 Déc - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 369
Mystique


 : F

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris] Sam 9 Déc - 13:58

Après qu’il eu répondu, le policier pianota sur le clavier de son ordinateur avant de lui demander cette fois pourquoi il avait menti sur ses origines. Cette fois, c’est Gabrielle qui répondit à sa place. Elle avait l’air un peu agacée, mais Fioré était rassuré en sa présence. Le policier lui demanda qui elle était. En fin de compte, même des héros s’étaient lancés à sa recherche en pensant qu’il était dangereux. Quelle drôle d’histoire ! Si seulement il avait pu en rire, mais c’était bien loin d’être le cas… Gabrielle demanda à sortir, puis revint pour dire au revoir à Fioré et l’encourager à être fier de lui en grandissant. L’enfant regretta le départ de sa bienfaitrice. L’idée de se retrouver à nouveau tout seul, dans un lieu inconnu, entouré de personnes qui lui étaient totalement étrangères et ne pas savoir ce qui allait advenir de lui le tourmentait. Pourtant, il ne dit rien de ce qu’il éprouvait, se contentant d’acquiescer.

- Merci pour tout. Dit-il doucement.

Il voulait la remercier pour sa gentillesse, pour sa présence et son soutien, ainsi que pour son manteau. Il était triste de la voir partir, il avait peur aussi… Mais il estima qu’il avait déjà eu beaucoup de chance de l’avoir rencontrée. Elle parti et l’entretien se poursuivit. Fioré dû à nouveau raconté son histoire : son arrivée sur Terre, l’abandon de ses parents, son adoption… On lui demanda également s’il connaissait d’autres extraterrestres, s’il avait des liens avec eux, s’il savait des choses concernant des plans d’invasions.

- Non. Répondait Fioré épuisé qui ne comprenait pas pourquoi on le mêlait à ce genre d’histoire.
- Tes parents adoptifs ont parler de manigances, de quoi s’agissait-il ?

L’enfant secoua la tête.

- Il n’y a pas de manigances, c’est peut-être ce qu’ils croyaient, mais je vous l’ai dit : je voulais juste vivre normalement.

Le policier reposait parfois les mêmes questions mais posées différemment. Le temps s’écoulait et Fioré épuisé ne comprenait pas ce qu’on attendait de lui. Il ne savait rien d’autre, il avait déjà tout dit ! Il s’était remis à pleurer, mais avait rapidement essuyé ses larmes du revers de la main.

Au bout d’un temps qui lui paru être une éternité, Fioré put enfin sortir de la salle d’interrogatoire. En longeant les couloirs du commissariat en suivant le policier qui l’accompagnait, Fioré passa à côté de ses parents adoptifs. Il voulu leur adresser la parole, mais sa mère l’ignora délibérément, passant à côté de lui comme s’il n’existait pas et son père eut un nouveau regard empli de dégoût avant de détourner les yeux. Fioré fut parcouru d’un frisson et baissa la tête.

- Pardon… Murmura-t-il doucement tandis que les larmes roulèrent le long de ses joues.

Finalement, Fioré fut emmené dans un foyer où cette nuit cauchemardesque pu enfin se terminer pour laisser place à un avenir incertain.
SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teren.forumactif.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris]

Revenir en haut Aller en bas

La fin d'un rêve [PV: Gabrielle De Paris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le quartier Aselus-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit