AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Un toit de Gotham/PAN
❝ EXPERIENCE : 105

MessageSujet: Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka) Lun 11 Déc - 1:04

L'air empestait.
Pas la sueur et la charogne, ni la Mort et le désespoir, ça puait comme dans une poubelle remplie de repas moisis et de déchets immondes. Une odeur à faire vomir... Et j'avais beau monter ou changer d'endroit, l'atmosphère était pareille, au point que j'avais l'impression qu'elle me collait à la peau maintenant! Fais chier, il me faudra combien de douches avant qu'elle parte? J'aurais préféré me balader dans un abattoir avec de la tripaille jusqu'aux genoux tiens! Rectification, même ça, ça m'aurait fait péter les plombs...

Au moins, il faisait bon, malgré la température basse à cause de la saison. Les chaudières en surchauffe et les pertes en chaleur faisait que l'air était tiède, mes mains n'étaient donc pas frigorifiées bien que mon souffle s'échappait en divers volutes de vapeur. Ma cible? Un ex-taulard, doté -pardon, "altéré", bien qu'au final, c'est la même chose... Qui est le con qui a changé de terme sérieux?-, du genre pas commode et assez dangereux au vu de ses talents. Bref, une proie à se faire à distance et à éviter au corps à corps, donc l'idéal était d'avoir un bon vieux fusil de précision qui dégomme des clebs en un coup de gâchette. Un taff pour moi.

Et autant le dire, pour le retrouver, ça n'a pas été une mince affaire! Samael est une ombre à Laurel, il sait comment se faire tout petit et qui il faut aller voir pour couvrir ses arrières. Heureusement que le SAD n'est pas pauvre en ressources, il est si facile d'avoir des indics via la police et de convaincre quelques bougres de causer en échange de notre silence sur leurs rapportages...

Mais ça, ce n'était rien comparé à la phase la plus importante de la mission: la traque. Et là, autant dire que la situation était... comique. De ce que j'avais compris, Samael était un tueur à gages, donc pour le débusquer, il fallait lui donner une raison de quitter sa planque. J'ai donc tout simplement forcé un de mes "contacts" à appeler la cible et lui donner un nom, bien sûr, la paie tomberait uniquement s'il faisait son boulot. Dans un autre pays, ce que je venais de faire serait considéré comme scandaleux, mais la personne à liquider n'était pas connu pour son innocence, j'avais bien cherché dans les dossiers de la justice qui pourrait faire l'affaire. Ce type était une véritable enflure et je m'en foutais royalement s'il subissait des dégâts ou pas, tant que j'atteignais ma proie de mon coté.

Et ça faisait maintenant un moment que j'attendais dans l'immeuble en face de celui de la cible de ma cible -ah ah-, sniper armé, fenêtre légèrement entrouverte et rideaux fermés, lumières éteintes. Entre les deux appartements, il ne devait y avoir qu'un mètre cinquante et des cordes à linges s'entre-croisaient de part et d'autres. Si je me foirais, j'avais la possibilité de pénétrer dans l'autre bâtisse et de poursuivre Samael jusqu'à le mettre hors d'état de nuire. Mais il y avait peu de chances, j'avais dans mon viseur l'ensemble du couloir de l'appartement, s'il entrait, je l'aurais automatiquement dans mon viseur.

Et il me suffira d'une balle pour le clouer au mur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ville basse
❝ EXPERIENCE : 192

MessageSujet: Re: Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka) Sam 23 Déc - 15:18

La quarantaine n'était pas bonne pour le commerce de tout le monde. Mais étant le meilleur, je ne manquais pas de client au contraire, les commandes battaient des records. Les acheteurs étaient bien souvent les mêmes à une exception un homme qui empestait la peur. J'ai pour habitude de toujours vérifier d'ou viennent mes clients. Et cette vieille habitude montrait encore une fois ces preuves, je suivis le cancrelat
Celui-ci se nourrissant de pourriture alla se restaurer dans un commissariat. Il est bien rare qu'un petit cancrelat de ce genre ce risque à venir me trouver pour ensuite aller dans un commissariat la police aurait, elle trouver une piste sur moi ? Non-impossibles, ils sont bien trop occupés avec leur tôt de cholestérol trop élevé. N'ayant pas de réponse, je décidais de suivre le petit cancrelat celui vain ensuite faire escale dans ce qui semblait être une maison de très mauvais goût. Il regarda frénétiquement à droite et à gauche
Puis il entra aucun doute quelqu'un voulait ma mort peut être un concurrent ou un chasseur de doter. Nous allions jouer
Le cancrelat voulait que je tue une personne dans un immeuble. Ça puait à des kilomètres, c'est sûrement à cet instant que l'on tenterais de me tuer.
Son nom était Frédéric jeune homme d'affaires portant presque exclusivement des smoking ; il était marié et père de deux enfants. À la sortie de son travail, je lui offris une visite guidée de la ville basse

Ces fous ce qu'un père de famille est prêt à faire pour sa famille, haha il accepta mon marché et devait simplement allez se balader dans un immeuble le jour J. Je n'avais pas pris Frédéric pour rien si je l'ai choisi, c'est pour deux raisons :
La première, c'est le citoyen parfait
La seconde, nous nous ressemblons physiquement, il suffisait de lui mettre un masque et le tour était joué
Frédéric pénétra dans le bâtiment. Moi, j'étais entre les deux bâtiments tapis dans l'ombre à attendre que mon assassin ce montre. Que je suis bête, j'ai oublié de vous dire ce chère Frédéric portais un message écris de son sang. Celui-ci était bien soigneusement rangé dans ça poche le message était "échec et mat"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Un toit de Gotham/PAN
❝ EXPERIENCE : 105

MessageSujet: Re: Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka) Jeu 8 Fév - 2:00

Cela faisait un moment que j'attendais, observant du coin de l'oeil les allers et retours du "citoyen" que je devais protéger. Plus je le regardais déplacer sa carcasse et plus je me demandais comment les flics infiltrés faisaient pour supporter pareille situation. Je le savais coupable de crimes dont il ne sera probablement jamais puni et pourtant, je devais faire en sorte qu'il vive... La prochaine fois, je prendrais moins compliqué! Mes doigts me démangent atrocement...

Je baillais une énième fois quand un léger tintement me fit sursauter. Par réflexe, et parce que j'étais sur les nerfs, je fis volte face, main sur mon flingue. Il était déjà là? Oh c'est pas vrai, où?! Dans le couloir? Derrière le canapé? Le tintement persistait et il me fallut plusieurs secondes pour comprendre que c'était mon portable qui vibrait. Quelle abrutie je vous jure! Les dents serrés, je décrochais tout en reprenant position.

- Ouais?
- Commissariat de Laurel, je vous appelle suite à une conversation avec mes collègues... Il semblerait
que notre indic' soit venu il y a quelques jours, après avoir contacté Samael et...
- Pardon?! Ma... Attendez deux secondes!
m'exclamais-je avant de raccrocher.

Dans mon viseur, le proprio était devant la porte d'entrée, et il causait avec un type. Bon sang, les gens ne savent pas qu'il faut pas ouvrir la porte aux inconnus?! Heureusement que j'étais attentive, et que ce chasseur de prime aime prendre son temps, il aurait très bien pu tuer l'autre puis repartir sans fermer l'entrée... Il semblait discuter avec sa cible, comme n'importe quel citoyen l'aurait fait, dommage qu'il n'en soit pas vraiment un... A peine entra t-il dans le couloir, invité par l'autre type, que la détonation retentit à travers la pièce et mon arme tapa doucement contre mon épaule. La fenêtre vola en éclat et la balle bleutée pénétra dans sa cheville, endommageant le talon d'Achille au passage. Il ne tarda pas à hurler évidement mais il y avait quelque chose d'étrange dans sa façon de gesticuler... "Pourquoi ne s'en prend t-il pas à la cible? ... Et chiottes!?"

Du bout de mon canon, j'ouvris complètement la fenêtre de l'appartement puis sautai de l'autre coté, m'accrochant brièvement à une corde à linge pour prolonger mon élan. Inconscient de la situation, le quadragénaire vivant dans l'appart' me regarda avec des yeux ronds alors que je me dirigeais vers le blessé à grands pas. Le pervers qui m'avait servi d’appât tenta bien de me faire reculer, menaçant d'appeler la police, la bonne blague... Un bon coup d'épaule contre son plexus solaire me suffit pour le faire reculer, me laissant reprendre mon chemin. Rageuse, j'arrachais le masque ridicule que portait le soit-disant criminel et me retrouvais face à un homme en larmes, jeune et plus terrifié qu'autre chose. La blessure était sévère mais pas mortelle, chaque chose en son temps!

- Où est-il? Allez, parle, nom de dieu! criais-je tout en fouillant dans ses poches.

Incapable de répondre, assommé par la douleur probablement, je me préoccupais plutot de ce que j'avais trouvé. Outre son porte-feuille, il y avait un papier dont le message me fit tiquer:
"Echec et mat."

Il était donc bel et bien au courant! Sans attendre, je changeais de tactique et prenais mon pistolet en main, chargé de balles en plomb. Je n'avais pas prévu un tel retournement de situation dans mon plan mais ce n'était pas ça qui allait me faire hésiter pour autant. "Allez, viens là, enflure!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka)

Revenir en haut Aller en bas

Entre poudre et hémoglobine, une grande histoire d'amour (feat Dzaka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit