AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Je veux un calin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Je veux un calin ! Dim 17 Déc - 15:49



Civil



And I heard a voice in the midst of the four beasts


And I looked and behold, a pale horse


And his name that sat on him was Death


And Hell followed with him.
- Revelation (6, 7-8)



Beathan Erikson
____________________________________________________________________
C'est pas que j'ai peur de vous, c'est juste... que je vous connais pas...


❝ Âge : Il a 8 ans !
❝ Sexe : Petit garçon
❝ Origine : L’Etat de New York
❝ Race : Cavalier de l’apocalypse Humain
❝ Orientation : Il sait se repérer grâce au Soleil !
❝ Métier : Il nettoie parfois un pub en échange de nourriture !
❝ Statut social : Gamin des rues
❝ Situation amoureuse : Une fois, il était secrètement amoureux d’une fille, ça compte ?
❝ Date de naissance : 31/10/2010


Caractère
____________________________________________________________________
Il faut toujours voir le bon côté des choses, il parait, alors j'essaye de faire mon maximum !


Beathan est un petit garçon particulièrement timide, il n’aime pas trop se mêler aux autres personnes qu’il ne connait pas. Ce n’est pas qu’il ne les aime pas, c’est plutôt qu’il ne sait jamais trouver les mots justes, qu’il ne sait pas faire le premier pas, malgré qu’il aimerait bien le faire. Peut être parce qu’il est peureux, et qu’il préfère rester dans sa zone de confort. N'empêche qu'il devient très câlin avec ceux qu'il apprends à connaitre.

L’enfant, après plusieurs mois à vivre dans la zone abandonnée en compagnie de ses amis, a fini par devenir débrouillard. Il a appris à prendre soin de lui tout seul, comme un grand ! Il possède quelques rudiments de survie qu’il a appris avec le temps, comme fabriquer quelques objets pour lui faciliter la vie. Pour se nourrir, il se déplace la nuit dans la ville basse vers un petit pub, le propriétaire lui offre à manger en échange de nettoyer le bar, pour qu'il soit propre à son ouverture. Il trouve que le propriétaire est vraiment gentil !

Oui, cela peut paraître étrange, mais Beathan est un optimiste à presque toute épreuve. Il cherchera toujours un bon côté à tout ce qui lui arrivera, même si certains événements ou souvenirs peuvent briser sa bonne humeur apparente, comme se rappeler de ses parents par exemple.

Beathan pense que rien n’arrive par hasard. Si telle ou telle chose de mal s’est produite, c’est que c’est une épreuve d’origine divine, à laquelle il doit faire face pour la surmonter. Il est par exemple plutôt satisfait de sa condition actuelle, car cela lui permet d’apprendre l’humilité.

Beathan évite surtout d’avoir des idées noires par peur, plus exactement la peur que ce qui lui est arrivé un jour se reproduise de nouveau. Il fera son nécessaire pour avoir l’impression de n’avoir que peu de problèmes. Plus que de son propre don, il a peur de tous les dotés en général, surtout à cause de la paranoïa ambiante autour de Carnage, et de l’aversion envers le Laughing Jack, cette légende qui torture ses victimes.

En parlant de son don, il en ignore presque tous les tenants et les aboutissants. Il sait juste qu’il peut voir des fantômes et que de temps en temps. Lorsque sa volonté est assez forte, certains peuvent même lui obéir. Ce qui le dérange, c’est qu’il a peur des fantômes, et cela l’effraie de savoir que pendant toute sa vie, des fantômes répondront à son appel. Il a aussi appris à passer du monde des vivants au monde des morts, même si il l'utilise seulement pour échapper aux personnes qui lui veulent du mal.


❝ Particularités : Les cheveux blancs de Beathan ont déjà surpris plus d'une personne, surtout avec son jeune âge. il a aussi une peau dépourvue de tout cicatrice, comme si elles disparaissaient mystérieusement.

❝ Tics et manies : renifler très fort et s'essuyer dans sa manche juste après, poser des questions sur tout ce qu'il ne comprends pas, se cacher dans le monde des morts dès qu'il pense apercevoir quelque chose qui le met en danger.

❝ Passions : Il aime beaucoup pokémon, il a d'ailleurs réussi à trouver une peluche de bulbizarre en fouillant dans les poubelles, c'est son starter préféré ! Il est aussi un fan de parkour, mais il est trop jeune et trop peureux pour se lancer lui-même à en faire.

❝ Phobies : Il est effrayé par beaucoup de choses, mais ses deux plus grandes peur, paradoxalement, sont les fantômes et les dotés. Même si ces deux peurs sont extrêmement liés à son propre don, il en a très peur, et évite autant que possible les interactions avec son don, et les autres dotés.

❝ But : Se débarrasser de son don, ne pas aller en prison ou dans un asile.

❝ Rêve : Devenir un super chirurgien capable de tout soigner !


Doté
____________________________________________________________________
Comme sur un cheval pâle...


❝ Origine : mythologique
❝ Don : Cavalier de la Mort
Il est Mort, le cavalier qui fermera la chevauchée infernale de l’apocalypse. Il n’est ni vivant, ni mort, il est juste l’incarnation sur Terre d’un concept simple, qui devra libérer son pouvoir lors de l’Apocalypse.

Maîtrise des esprits : Mort influence les défunts, ou plus exactement les défunts l’aident. Les fantômes errants autours de lui l’aident à leur niveau, qu’ils soient bons, mauvais, des âmes de héros ou des poltergeists. Influencer ces esprits nécessite une grande volonté de la part de Mort pour pouvoir être effectif, les morts ne se manifesteront donc pas pour de simples désirs.

Mort brouille d’ailleurs autours de lui les frontières entre monde des spectres et monde des humains les fantômes ne sont pas (forcément) visibles, mais ils peuvent interagir sur le monde des humains. La frontière est tellement brouillée que lorsque certains fantômes deviennent visibles, ils deviennent aussi tangibles. Ils peuvent aussi posséder des objets ou des corps autours d’eux, tant que ce corps n’abrite pas déjà une âme.

Il peut aussi se déplacer vers le monde des morts, mais cela le coupe de tout vivant, devenant invisible et intangible aux yeux des humains, mais il devient aussi tangible aux yeux des fantômes.

Immortalité : Mort est rejeté par la tombe, lorsqu’il meurt, il se réveille quelques jours, voire semaines plus tard, comme si de rien était. S’il était blessé quelque part avant sa mort, ces blessures disparaitront mystérieusement.

Faucheuse : la faux légendaire de Mort, qu’il peut invoquer à volonté. Cette faux ne blesse pas et ne tue pas : elle déchire l’âme de son opposant, provoquant une douleur atroce, et pourtant non mortelle. Faucheuse, en vérité, peut tuer, mais uniquement les personnes condamnées, qui n’ont plus que peu de temps à vivre. Cette faux fait figure d’autorité pour tout spectre, car la peur d’être fauché et blessé par cette faux est importante pour tout âme errante.
L’invocation de cette Faux noircit et allonge les cheveux de Mort et pâlit sa peau, de plus, une légère brume se manifeste, fusionnant totalement le monde des morts et celui des humains autours de Mort. Des fantômes du passé des personnes piégés dans la brume peuvent resurgir.
Faucheuse révélera ses vrais pouvoirs au jour de l'apocalypse, devenant une moissonneuse d'âmes dont la seule blessure pourrait s'avérer mortelle.

Peur : le cheval de Mort, considéré comme inarrêtable, peu importe les efforts déployés pour le stopper. Il trouvera toujours la plus minuscule faille pour passer un obstacle. Peur peut aussi galoper dans le ciel, tant qu’il ne s’arrête pas.

❝ Maîtrise : 3/10 Il ne sait ni invoquer Faucheuse, ni Peur, de plus, il n’arrive pas à utiliser son influence correctement lorsqu’il essaye.

Le seul pouvoir qu'il maîtrise un minimum, c'est le passage du monde des vivants au monde des morts.

❝ Points forts : Sa capacité à se trouver des alliés spectraux en de nombreuses circonstances est non-négligeable.

Sa faux, si bien maniée, peut être une arme redoutable.

Peur est le moyen de transport pas forcément le plus rapide, mais le plus efficace : il vous emmènera toujours à destination.
❝ Faiblesses : Il faut une grande volonté pour influencer les âmes des morts. Des fois, cette influence prend une forme qu’il n’aurait pas demandé, même si il est possible d’influencer cette forme, avec une volonté toujours plus puissante.

Lorsqu'il influence les esprits, il doit se concentrer sur cette action, ne pouvant rien faire d'autre que de les influencer, il devient donc vulnérable pendant cette influence.

Les fantômes qu'il attire ne sont pas forcément ses amis, bien au contraire, ils sont souvent neutres ou hostiles à Mort, les poltergeist ne l'épargnent pas du tout.

Lorsqu'il s'échappe dans le monde des morts, son retour dans celui des vivants est extrêmement brutal. Il a besoin de plusieurs minutes pour récupérer, avant de pouvoir faire quelque chose de nouveau.

Sa faux est très utile pour incapaciter un ennemi, mais elle ne peut tuer avant l’apocalypse.

Enfin, le fait que les fantômes deviennent tangibles permettent à ses adversaires de les attaquer sans grande difficulté.


Histoire
____________________________________________________________________
Parfois, il faut juste savoir accepter ce que l'on a.



Chapitre 1 : Le miracle d’Halloween


La nuit d’Halloween, cette nuit où les morts sont censés revenir hanter les vivants et se mêler à eux. Cette nuit où les humains se déguisent pour se fondre dans la masse des créatures de la nuit. Cette nuit du 31 octobre 2010, fut témoin d’un miracle que personne n’aurait pu prévoir.

Nous sommes dans le secteur maternité d’un Hôpital de New York, et des pleures résonnent dans le bâtiment, plus exactement des pleurs de désespoir. Madame Serena Erikson, qui occupait la chambre 10, était inconsolable. Son enfant était mort quelques minutes avant, alors qu’il venait à peine d’être enfanté. Une infirmière, et un homme, de son nom André Erikson, restaient à ses côtés, regardant la pauvre petite chose qui n’avait même pas eu le temps de sortir ses premiers cris, avant que la tombe ne le reprenne à ses parents.

André, lui, était un homme fort, et pourtant, si l’on se rapprochait un peu de son visage solennel, on pouvait y apercevoir quelques petites perles liquides qui frayaient son chemin dans son visage creusé par la fatigue… Il avait attendu ce moment depuis le début de la journée, et il était maintenant 3 heures du matin.

L’infirmière, elle, ne savait pas réellement quoi dire. Elle était nouvelle dans le métier, et même si sa formation l’avait préparée à ce genre de chose, les vivres en vrai… C’était bien plus dur que tout ce qu’elle avait imaginé.

« Nous sommes désolés, madame, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir, mais il était condamné… »

Cette phrase qui brisait le chant des larmes fut oubliée aussitôt après être sortie de la bouche de l’interlocutrice. Les parents du petit garçon sans vie n’arrivaient juste pas à faire autre chose que pleurer… Pourquoi Dieu les mettaient-ils dans une si terrible épreuve, est-ce un moyen d’éprouver leur foi, ou cet enfant n’était-il pas destiné à vivre ? Avaient-ils péché et était-ce leur punition ?

Ces questions, contre toute attente, eurent une réponse.

La mélopée funèbre fut interrompue par d’autres pleurs, mais ces pleurs ne venaient ni de la mère, ni du père, ni même de l’infirmière, ils venaient du petit corps… sans vie ? Non, le nouveau-né était bien là, vivant, respirant pour la première fois l’air du monde des mortels. L’incompréhension des parents fut vite abandonnée au profit d’un flot discontinu de bonheur. Les larmes de désespoir devinrent des larmes de vie, mais l’infirmière, elle, elle était préparée par sa formation à ce genre de cas de figure. Elle sortit dans le couloir, appeler ses collègues, qui emmenèrent la petite chose pleine de vie loin de ses parents, qui pleuraient toujours de joie.

« Il est vivant, chéri, il est vivant ! »

Le nouveau père, qui n’avait rien dit jusque-là, commença à sangloter doucement de joie, tenant sa femme par la main.

« Mon ange, tu te souviens du nom qu’on lui avait proposé, Beathan ? La vie ? Je crois que Dieu à choisi ce nom à notre place… »

Les deux parents s’enlacèrent doucement, dans un doux silence. Lorsqu’André regarda par la fenêtre, il lui sembla apercevoir un cheval pâle galopant dans le ciel, s’éloigner vers l’horizon…

L’ambiance chez les infirmiers et les spécialistes était pourtant beaucoup plus tendue qu’autre chose, ils devaient faire en sorte que ce miracle ne soit pas gaché, Mais l’un des médecins était sceptique.

« Comment ce gosse a pu être décédé une heure entière et revenir à la vie d’un coup comme ça, ce ne serait pas un doté par hasard ? »

« Nan, à mon avis c’est surtout une erreur clinique, faut arrêter de voir des dons partout. Enfin, on va quand même marquer un possible don dans son carnet médical, on attendra de voir si ce don se manifeste de nouveau, OK ? »

« M’ouais, on va dire ça… »

L’enfant était sauf, et c’était tout ce qui comptait…


Chapitre 2 : Juste un gamin un peu timide


Nous sommes dans une petite ville périurbaine de l’Etat de New-York. Beathan Erikson, un enfant de 3 ans comme les autres, était à l’entrée d’une école comme les autres, et comme beaucoup d’autres, il pleurait, il ne voulait pas quitter sa maman, et aller vers l’inconnu d’une nouvelle vie.

« Je veux pas ! Maman ! Je veux pas y aller !!! »

« Ne t’inquiète pas Beathan, je te récupérerais plus tard dans la journée, amuse-toi bien et fait-toi plein de nouveaux amis, d’accord ? »

Il reniflait, essayant de retenir ses sanglots du mieux qu’il pouvait, pour que sa mère soit fière de lui, mais il n’était pas rassuré du tout.

« D’accord, je vais essayer… »

Sa mère lui ébouriffa ses cheveux noirs de jais, avant de parler avec la maitresse d’école et de partir. C’est avec la gorge nouée que Beathan commença son cycle scolaire, il entra en salle de classe, remplie d’enfants de son âge qui avaient tous l’air rassuré depuis le départ des parents, mais Beathan, lui n’était pas dans son assiette, il avait froid, comme si il était piégé dans un bloc de glace le coupant de l’extérieur…

« Beathan Erikson ? Beathan n’est pas là ? »

Il sortit violemment de sa presque-transe lorsqu’il entendit son nom.

« Présent… »

Et pendant tout le cycle de la Pré-école, Beathan se sentit incroyablement seul. Il n’avait pas ses parents près de lui, il n’avait pas non plus de personnes qui venaient le voir, à part de temps en temps la maitresse pour essayer de le faire jouer avec les autres enfants, sans beaucoup de succès. Beathan ne se liait pas facilement d’amitié avec les autres. Il avait peut-être deux ou trois personnes sur qui il comptait de temps en temps, mais il préférait de loin rester tranquillement loin des autres à dessiner, ou à jouer à des jeux en solitaire, et éventuellement à deux.

Ses parents observaient avec inquiétude le comportement de leur fils, le soir, après la prière d’avant-repas, ils posaient nombre de question à leur enfant, et ce régulièrement.

« Est-ce que tu es malade ? »

« Un autre enfant te fait du mal ? »

« Il y a un problème avec la maitresse ? »

Les réponses étaient toujours les mêmes, un simple « Non. », Beathan était juste timide de nature, ce qui était de plus en plus difficile pour lui. Malgré sa préférence pour la solitude, il aurait bien aimé pouvoir jouer avec d’autres amis.

Ce désir grandit peu à peu dans le cœur de l’enfant au fur et à mesure que les années passèrent, il avait envie de pouvoir avoir plein de copains cools pour pouvoir jouer avec eux.

Et son souhait fut exaucé.


Chapitre 3 : Ses amis de l’au-delà


Beathan avait 7 ans, il était en 1er grade quand c’est arrivé, il tentait de résoudre son jouet, un Rubix-cube sur lequel il penchait depuis un moment. C’était dur, mais il ne désespérait pas, il y arriverait, coute que coute !

Alors un enfant s’asseyait sur le banc de l’enfant aux cheveux de jais, puis un deuxième, puis un troisième. Ils étaient comme fascinés par le jouet du jeune homme, le voyant se tourner dans tous les sens. Ils observaient le possesseur du jouet qui, dans sa passion, n’avait même pas vu les trois camarades qui s’étaient installés près de lui.

Le plus grand, un blond, brisa le silence par une question.

« Excuse-moi, je peux essayer ? j’en faisais plein avant. »

Dans sa concentration, il sursauta, lâcha son Rubix-cube, qui fut rattrapé par la fille juste à côté de lui, qui lui tendit son jouet.

« Fait attention, c’est fragile ces machins-là. »

L’enfant repris timidement l’objet, avant de le tendre au grand blond, qui voulait l’essayer. Dans ses mains, l’objet dansait dans une fluidité presque inhumaine, tout était d’une vitesse qui ferait peur à n’importe quel humain. A la fin, il lui rendit son Rubix-cube, complètement résolu, avec un sourire fier et amical.

« Waaaaah, t’es super fort, tu peux m’apprendre s’il te plait ?! »

Alors le groupe se passa le petit cube de main en main, alors que le blond expliquait comment faire. Beathan n’avait jamais été aussi heureux à l’école, il avait enfin un vrai groupe d’amis !

Son groupe était composé de Kilian, le grand blond, c’est lui qui prenait les initiatives, il y avait aussi Mariam, la fille brune, qui était un garçon manqué parfait, elle était plutôt du genre à foncer dans le tas. Enfin, il y avait Adam, le petit roux qui était presque aussi timide que Beathan. Tous les quatre, ils formaient la communauté du cube, ce fut les semaines les plus heureuses de la vie de Beathan

Mais toute bonne chose a une fin.

Beathan avait remarqué que quelque chose n’allait pas depuis quelques semaines. Les professeurs avaient l’air inquiet de quelque chose le concernant, ils avaient tous l’air dérangés par quelque chose, mais quoi, qu’est ce qui les dérangeait autant ? Il avait aussi remarqué qu’au lieu de l’ignorer, les autres élèves l’évitaient maintenant, quelque chose n’allait pas ? Cela importait peu à Beathan en réalité, il avait ses supers meilleurs amis pour la vie, et ça, c’était mieux que tout au monde !

Mais un soir, ses parents avaient l’air plus inquiets que d’habitude… après la prière habituelle du soir, un silence pesant s’était installé, qui fut brisé par Serena, la mère de Beathan.

« Mon chaton… il parait que tu as de nouveaux amis à l’école, c’est vrai ? »

« Oui maman, c’est mes meilleurs amis dans le monde entier ! »

Le silence reprit un moment, qui fut de nouveau déchiré, mais cette fois par André.

« Beathan, ta mère et moi sommes inquiets pour toi, des gens trouvent tes... amis... étranges, tu pourrais nous en parler ? »

Cette question noua la gorge de Beathan… quel était le problème, ses amis étaient méchants ? Il avait fait quelque chose de mal ? Il ne comprenait pas pourquoi tout le monde était inquiet pour lui. Il ne comprenait pas…

Beathan se leva brusquement et fuya dans sa chambre pour pleurer… personne ne voulait accepter qu’il ait enfin des vrais amis, et qu’il se plaisait avec eux… et lorsqu’il n’eut plus la force de pleurer, il tomba de fatigue.

Avant de s’endormir, il lui sembla apercevoir un cheval pâle, qui se rapprochait dans le ciel… doucement vers lui…

« Le pauvre… Tu crois que c’est vrai…qu’il a un don ? »

« Je ne sais pas, Serena… mais il ne faut pas qu’il l’apprenne, tu sais bien ce qu’ils pensent des dotés ici, il se sentirait plus rejeté qu’il ne l’est déjà. Il faudra lui expliquer en douceur quand le moment sera venu. »

« C’est ses amis qui m’inquiète…tu crois que ça fait partie de son don aussi ? »

« Je ne sais toujours pas, Serena… »

Quelques jours plus tard, il se préparait pour aller en vacances  avec ses parents. Il avait fait toutes ses valises, mais quelque chose n’allait définitivement pas… mais quoi ? Ce ne fut qu’une fois dans la voiture que ses parents lui expliquèrent…

« Beathan, nous avons quelque chose d’important à te dire… »

Il se figea sur place… il n’arrivait plus à bouger, il pensait déjà deviner la suite.

« Tu n’es pas vraiment… un enfant comme les autres, tu as quelque chose de spécial, et nous l’avons découvert il y a peu de temps nous aussi… et nous avons décidé de te mettre dans un établissement spécialisé. Tu dois le savoir, ces amis que tu avais, ils n’étaient pas réels…»

Son cœur s’emballait… alors ils voulaient se débarrasser de lui, ils avaient peur de lui ?! Pourquoi ?! Ils le détestaient, c’est ça ?!

« Mais… ils sont réels !!! Je les ais vu, ils sont aussi réels que tous les autres, pourquoi vous ne voulez pas que j’aie des amis ?! Je suis pas fou !!! Ramenez-moi à la maison ! Papa ! Maman ! Je veux pas aller dans un hôpital pour les fous !!! »

Sous cette dernière phrase, il se recroquevilla en souhaitant de toutes ses forces que cette voiture s’arrête…

Et son souhait fut exaucé.

Une femme, en robe blanche, le pouce levé, attendait patiemment que quelqu’un la prenne en stop, mais André, qui conduisait la voiture, ignora la demoiselle. Il était trop préoccupé. Il s’engouffra dans le tunnel juste en face, laissant la femme en robe de l’autre côté.

Mais lorsqu’il sortit du tunnel, il continua quelques 200 mètres, avant de retomber sur cette femme, devant un nouveau tunnel… nouveau tunnel ? Non… C’était le même tunnel, exactement le même…

Le père crut d’abord à une hallucination, et reprit le tunnel, et puis… Encore le même tunnel, la même femme, encore une fois, le même résultat, peu importe le nombre d’essai, ce fut la même chose…

« Qu’est ce que ça veut dire… qu’est-ce que c’est que ça… ? »

C’est là qu’il le vit, le visage de cette femme… horriblement décomposé sous la capuche, cette créature semblait lui sourire… à lui… toujours tendant son pouce démoniaque en l’air, cette dame pâle tout droit sortie de la tombe… André eut la pire idée de sa vie pour s’en débarrasser. Il fonça sur cette créature tout droit sortie d’un cauchemar pour y mettre un terme une bonne pour toute.

Mais alors, la femme disparue, ne laissant place qu’à une pente qui ne semblait pas là avant, la voiture glissa et se retourna avant de s’écraser en contrebas.

Beathan avait très mal, il avait aussi sommeil, il avait envie que tout ceci ne soit qu’un mauvais rêve… Alors il s’endormit, bercé par l’étreinte de sa ceinture de sécurité… qui ne lui avait finalement servi à rien. Avant de s’endormir il crut apercevoir un cheval pâle, debout à côté de la carcasse de la voiture…


Chapitre 4 : Bienvenue dans la ville des héros


L’enfant sortait se sa torpeur peu à peu, il ouvrit un premier œil, puis l’autre, avant de voir qu’il était quelque part en forêt, à l’extérieur de la voiture de ses parents… Cette voiture était horriblement abimée, pas seulement pas le crash, mais aussi par le temps.

« …Maman… ? Papa… ? »

Il se relevait difficilement, pour aller voir dans le voiture s’ils allaient bien, mais une main le stoppa… Kilian ? Qu’est-ce qu’il faisait ici ?

« Arrête Beat, tu veux pas voir ça… »

Beathan ne compris pas… ou alors il ne voulait pas comprendre.

« …Pourquoi Kilian, pourquoi ils avaient peur de vous ? SI tu es là c’est que…c’est vrai, tu es dans ma tête ? »

« Non Beat, c’est plus compliqué que ça… Moi et les autres, nous ne sommes pas vraiment… »

« Mes parents…ils vont bien… ? »

Kilian avait l’air impassible, et pourtant, il se sentait désolé pour le petit être qui ne comprenait toujours pas.

« Ils sont morts Beat… Pardon, c’est ma faute. »

« …Ta…faute ? Je comprends pas… ils peuvent pas mourir… ils peuvent pas me laisser seul… »

Des larmes silencieuses coulaient sur les joues du garçon… Pourquoi, comment c’était arrivé, qu’est ce qui s’était passé ?

« Pourquoi… C’est ta faute ? »

« Tu voulais désespérément des amis… et ton don nous as attiré à toi, moi et les autres… tu attire les esprits comme une lanterne dans la nuit Beat. Si nous t’avions laissé tranquille, tout se serait bien passé… »

« Tu es…un fantôme… et la dame en blanc… c’était aussi un fantôme ? Pourquoi, Kilian ? »

« On voulait pas te faire peur, je te le jure, on te voulait aucun mal… »

Beathan sortis son Rubix-cube, il l’avait toujours sur lui après tout ce temps… et le jeta loin dans la forêt.

« Va-t’en… toi, et les autres, je veux plus vous voir. »


Kilian, hésitant entre partir pour lui laisser un moment, et rester pour le consoler, fut influencé par le pouvoir de l'enfant, et n'eut qu'à s’exécuter, disparaissant peu à peu du monde des vivants.

« Pardon. »

Et l’enfant se retrouva seul de nouveau, pleurant silencieusement devant la voiture de ses parents… Il savait que c’était uniquement de sa faute, que son pouvoir avait attiré le spectre qui les avait tué… Il resta plus d’une journée entière dans ce silence plat.

Lorsqu’il décida enfin de bouger, il se rendit compte qu’il n’avait nulle part où aller… il ne pouvait pas aller voir la police, ils allaient le mettre en prison, ou pire, le tuer, comme ils avaient tué Dark Hours. Il devait se cacher, s’éloigner le plus possible, avant qu’on le retrouve. Il se leva difficilement, affaibli par le désespoir et la faim, et se dirigea vers la ville la plus proche, que l’on reconnaissait entre mille : Laurel City, la citée des héros… La pire ville pour se cacher de la police, mais il n’y en avait pas d’autre plus proche, alors il y jeta son dévolu.

Il entra dans une partie de la ville qui semblait étrangement délabrée pour ce qui était censé être la ville la plus technologiquement avancée au monde. Il avançait, cherchant un endroit pour s’installer, pour dormir… et finalement s’effondra d’épuisement et de chagrin en plein milieu des ruines de la zone abandonnée…

« Hé les gars, j’crois qu’le gosse s’réveille ! »

Beathan se réveillait durement… il y avait un de ces odeurs autours, cette odeur à réveiller un mort venait des personnes autour de lui… des sans-abris, une bonne vingtaine… Beathan avait peur, qu’est-ce que ces gens allaient lui faire ? Il ne savait pas, mais il n’avait pas la force de bouger de toute façon… l’un d’entre eux s’approcha, et commença à lui parler.

« Dit gamin, qu’est-ce qu’tu foutais dans la zone abandonnée ? C’est pas un endroit pour les mômes, t’sais ? Y sont où tes vieux ? »

Ses vieux… Papa…maman… il pleura toutes les larmes de son corps, il n’arrivait pas à s’arrêter, malgré le SDF qui essayait de le consoler.

« Pardon, j’suis désolé, j’voulais pas… Argh, j’ai foiré, j’aurais pas du te parler de ça… Un gosse seul dans la zone abandonnée c’était forcément un orphelin… »

Le vieil homme l’enlaça, essayant de calmer un peu sa peine… même si l’odeur était atroce, Beathan avait besoin d’un peu de chaleur humaine…







Cela faisait maintenant 5 mois que Beathan avait rejoint ce groupe, il lui avait fallu du temps pour faire le deuil de ses parents, mais il avait finalement réussi à retrouver un peu de bonheur. Les sans-abris avaient bien essayé de le renvoyer dans un orphelinat, ce n’était pas sa place de vivre dans la zone abandonnée, mais dès qu’on évoquait la police ou les services sociaux, il disparaissait avec son pouvoir de passage dans le monde des morts (nouvellement acquis depuis son accident de voiture, en même temps que ses cheveux blancs). Ces personnes, sans véritable alternative pour le convaincre, ils décidèrent de l’héberger avec ce qu’ils avaient.

Il était plutôt heureux avec ses nouveaux amis, il les aidait à trouver de la nourriture en allant travailler dans la ville basse, après que tout les clients soient partis, il part nettoyer un pub la nuit, pour qu'il soit tout beau tout propre le matin. Le vieil homme, Gordon, se faisait passer pour son père pour que la police ne se pose pas de questions, de toute façon, Beathan disparaissait dès que les choses tournaient mal. Sa vie était plutôt compliquée, mais il s’en accommodait avec le sourire, car Gordon lui apprenait qu’il fallait toujours positiver dans la vie, précepte qu’il suit à la lettre depuis.

Une nuit, avant de se coucher, il entendit Gordon parler avec un autre du groupe.

« Tu sais qu’on ne pourra pas le garder éternellement, il est encore jeune, il peut encore devenir quelqu’un, et tu le sais, il va falloir le ramener dans une école, on l’a gardé parce qu’il voulait aller nulle part, mais ça durera pas, et tu le sais. »

« J’sais bien bobby, mais c’est juste que… c’pas l’bon moment, l’est encore trop fragile… Il le supporterait pas j’crois… »

« Tôt ou tard Gordon, faudra qu’il se retrouve dans un orphelinat. »

« J’ai vécu dans c’genre d’endroit, c’l’enfer pour un gosse fragile comme lui, encore un moment, bobby… »

« Si tu veux Gordon, encore un moment, de toute façon on peut rien faire pour le déplacer de force… »

« J’vais l’aider jusqu’à qu’y s’sente prêt, on verra ensuite. »

Il le savait bien lui aussi, il allait devoir abandonner ses amis, mais il préférait ne pas y penser… Il s’emmitoufla dans sa couverture et dans les bras de Morphée, songeant à demain…

Dans ses songes, il accompagnait le galop d'un cheval pâle…





Toi, derrière ton écran

❝ Pseudo : vicmat
❝ Âge : 18 ans \o/
❝ Avatar : Lag Seeing
❝ Passions & Hobbies : jeux vidéos, mangas, rp
❝ Découverte du forum : Remplaçant de Raph
❝ Un petit mot pour la fin : UN CAFAAAAAAAAAAAAAAARD






Dernière édition par Beathan Erikson le Sam 23 Déc - 23:43, édité 33 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Mar 19 Déc - 12:37

Fiche "terminée" ! Voici votre offrande, Ô pigeon tout puissant !

Câlins, bonheur et chocolat sur vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ EXPERIENCE : 933

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Mar 19 Déc - 23:58

Bonjour petit cavalier,

Ta fiche se lit sans trop de soucis et toute cette histoire de cavalier de l’apocalypse semble se concrétiser donc j’ai hâte de voir ça en rp. Cependant, il y a des points à corriger dans ta fiche, des points importants.

Déjà pour ton pouvoir je pense que tu n’as pas saisi l’utilité et l’importance des parties Maîtrise, Points forts et Faiblesse. La partie Maîtrise est censée développer ce que ton personnage sait faire au moment de la validation de ta fiche pour qu’on puisse avoir une idée de sa marge de progression par rapport à la description « complète » que tu nous fais plus haut. Pense à plus nous expliquer ce que Beathan sait de son don et utilise, consciemment ou non, dans sa vie à Laurel.
Ensuite les parties Points forts et Faiblesses sont censées décrire les avantages et inconvénients du don et non pas du personnage dans son intégralité. Dire qu’en progressant il sera dangereux est une évidence qui n’explique en rien pourquoi son don est fort. De même, dire que son jeune âge l’empêche de tirer le potentiel de son don, d’autant plus que ce n’est pas une faiblesse exploitable de manière rp et donc qui n’appesantit en rien l’utilisation du don pour l’équilibrer.
Pour ce qui est du don en lui-même, tu l’avais fait remarqué en privé ou sur le discord mais il est probablement un peu trop fort et c’est pourquoi je te propose une solution. Autant conserver le fait que la présence de Beathan facilite l’apparition de fantôme et autres créatures de ce registre mais lui retirer le contrôle global des fantômes. Lui donner une facilité à les influencer pourquoi pas, mais couper le contrôle permettrait de modérer sa capacité de deus ex machina et surtout donnerait au don cet intérêt rp d’être utilisable par les différents partenaires d’un même sujet.
Après, dans le long terme tu peux aussi donner à la faux de mort ce poids « persuasif » pour les fantômes qui doivent particulièrement craindre d’être fauché une seconde fois et donner un minimum de garantie à ton personnage.
D’ailleurs dans ton don la phrase « mais il devient aussi visible et tangible aux yeux des fantômes. » sous entend que les vivants (ou du moins lui) sont invisibles aux yeux des morts, je pense que tu devrais retirer la partie « visible » pour que ça fasse plus sens.

Enfin ton histoire soulève plusieurs points non-négligeables.
Déjà, c’est peut-être un détail mais c’est important, enlève les résumés au début de tes chapitres. Tu as peut-être peur d’avoir fait une fiche un peu plus longue que d’habitude mais ils n’apportent rien de concret et surtout ils entrent parfois en contradiction avec le contenu des chapitres.
Ensuite, la question des amis imaginaires de Beathan prend une ampleur non-négligeable dans ton histoire. Sache qu’avoir des amis imaginaires est important dans le développement d’un enfant et très commun alors je ne comprends pas pourquoi l’intégralité du monde qui l’entoure réagit aussi violemment. Que ce soient ses parents, ses professeurs ou les autres enfants, ça à l’air de choquer absolument tout le monde et c’est à la fois peu crédible et un peu ridicule.
Ensuite, beaucoup plus tard dans l’histoire, le comportement des sans-abris est assez incohérent lorsqu’ils décident de garder Beathan à leurs côtés alors qu’ils savent qu’ils ont l’opportunité de le laisser entre les mains d’un établissement comme un foyer ou la Heroe’s Sup. La vie de SDF n’est pas facile et je pense que chacun de ces personnages en est conscient, l’hiver nous rappelle encore plus à quel point les conditions de vie sont complexes lorsqu’on n'a pas de toit. Vu le comportement des SDF avec Beathan jusqu’à ce moment de l’histoire, on s’attend à ce qu’ils cherchent le meilleur pour lui et cette décision est très surprenante, pour ne pas dire incohérente.
Enfin, et pour finir avec le thème de la survie d’un enfant des rues, le « travail » de Beathan. Huit ans semble très jeune pour travailler, mais ça n’est pas totalement exclu. J’aimerais que tu prennes le temps de nous expliquer un peu plus ce qu’il fait, notamment pour éviter de le laisser travailler dans un pub sous le regard de dizaines de clients chaque jour.
La vie d’enfant des rues est assez difficile à justifier dans un contexte comme celui de la Heroe’s Sup et je comprends que ça semble être tout un tas de détails de cohérence dispensables mais le forum se déroule au XXIème siècle, pas au moyen age. La différence doit se faire sentir même si la vie est dure de nos jours pour certain et que personne ne va le nier. D’ailleurs, pour la culture générale, le patron qui « engage » Beathan est coupable d’esclavagisme moderne.

Sur ce, je te laisse à tes modifications et te souhaite bon courage dans ces derniers efforts.
Pavé man

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Mer 20 Déc - 22:49

Modifications apportées ! ^^

- Beathan ne controle plus les esprits, il les influence juste, et Faucheuse devient crainte de ces derniers

- réécriture des points forts, des faiblesses, et de la maitrise.

- petite faute d'écriture, effectivement, dans ma tête les humains étaient visible des fantomes ^^'

... POUR L'HISTOIRE. Prends une grande inspiration... Very Happy

- Beaucoup d'idées étaient claires dans ma tête, mais il y a eu quelques non-dits, à cause du point de vue interne de Beathan, par exemple ce n'est pas les amis imaginaires qui les effrayent, mais les événements surnaturels qui arrivent autours de lui lorsqu'il joue avec eux, enfin bref, quelques dialogues hors du point de vue de Beathan ont étés rajoutés dans le chapitre 3 pour clarifier ces situations !  Désolé de ne pas avoir été clair sur ces points  euh

-  Beathan maîtrise maintenant un autre de ses pouvoirs qu'il  possédait déjà avant : celui de passer dans le monde des morts, j'ai donc passé sa maîtrise à 3. C'est pour cela que les SDF ne le renvoient pas dans un foyer : il disparaît dans le monde des morts dès qu'il entend parler de foyer ou de police, ce qu'il utilise pour échapper à ses poursuivants lorsqu'il est coincé. Alors les SDF le gardent, car il ne veut aller nul part ailleurs. (expliqué dans le chapitre 4)

- enfin, petite précision sur le travail dans le chapitre 4, il travaille de nuit, lorsqu'il n'y a personne, car un enfant qui travaille peut effectivement être étrange.

Voilà voilà, j'espère que tout est en ordre, si il y a quelques points sur lesquels vous voulez discuter, je suis disponible à tout moment sur discord et/ou en mp (sauf entre 2 heures et 6 heures du matin pour des raisons évidentes)

Calin, bonheur et chocolat sur vous,

Beathan I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ EXPERIENCE : 933

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Ven 22 Déc - 22:06

Mon chou,

Je vois que tu as un peu reprit ta fiche, cependant il semblerait que tu n’ai pas comprit certaines de nos recommandations.
C’est bien d’avoir réorganisé ton pouvoir. Mais si l’on t’a fait remarqué que ton don manque de faiblesses exploitable c’est qu’il fallait en ajouter. Pour le moment ton don n’est absolument pas équilibré.

En ce qui concerne ton histoire, tu dis qu’il faut « un moment » pour que son entourage se rende compte qu’il possède un don. Le cube qui vole est à mon avis assez explicite. Et si il a un don pourquoi l’emmener chez un psy ?

Enfin un dernier point suite à la modification de ton contrôle sur les esprits, tu as oublié de modifier ton histoire en conséquence. « Kilian, forcé par le pouvoir de l’enfant, n’avait d’autre choix que de s’exécuter… »

Voilà mon poussin, c’est tout pour le moment

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Sam 23 Déc - 0:05

Fiche corrigée ! (oui ça a été rapide  Embarassed )

- ajout de plusieurs points faibles proposés par fanny ! (merci d'ailleurs !)

- enfin, passage de "un moment" à plusieurs semaines, les gens ne faisant pas attention à Beathan, ça a pris un moment pour qu'ils remarquent ses pouvoirs

- suppression du passage du psy, ses parents décident rapidement de l'emmener à la Sup, au lieu de passer par un psy

Si il y a encore autre chose à changer, je suis dispo tout le temps \o/ (sauf peut-être le 24 décembre au soir)

Calin, fraise tagada et amour sur vous,

Beathan I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ EXPERIENCE : 933

MessageSujet: Re: Je veux un calin ! Dim 24 Déc - 16:24

tu es validé !


Tu es dès à présent un civil au niveau 8.

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don, ton métier et ton super-pseudo ainsi que réserver ton avatar.

Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Tu peux également t'inscrire dans le sujet recherche de RP ou, si tu veux faire des rencontres totalement imprévues, dans la random roulette!

Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros!

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je veux un calin !

Revenir en haut Aller en bas

Je veux un calin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Paperasse :: Les Inscriptions :: Les admis-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit