AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Prêcher un convaincu {à Beathan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Prêcher un convaincu {à Beathan} Dim 7 Jan - 22:57

  Ils commencent à avoir du succès, tes sermons. Le mot est bien passé, les gens savent te reconnaître, et commencent déjà à s’approcher. En ce dimanche froid de janvier, tu es monté sur un muret pour élever ta voix dans les bas quartiers. À peine une semaine depuis les fêtes, et le cœur des gens s’est déjà refroidi. Dans ton laïus, tu t’efforces de rappeler que la grâce du Seigneur n’est pas exclusive à noël, avant de passer à l’eucharistie.

Tu prends la peine de demander s’il y a un intolérant ou un allergique, avant de distribuer le corps du christ : le sacro-saint cookie. Ils sont tous frais, cuis dans le courant de la semaine ; un bon samaritain t’aura prêté sa cuisine pour les préparer. Les gens aiment les cookies, bien plus que les hosties. Tu aimes tout particulièrement ce moment de partage. Comme chaque fois, tu es triste de voir avec quel engouement certain passants te prennent ce qui est sera peut-être leur seul repas en ce jour du Seigneur. Mais que veux-tu ? Tu n’as pas les moyens d’aider chaque personne de cette immense ville.

Et voilà, tout le monde a communié. Évidemment, quelques rigolos ont tenté de passer deux fois, mais tu n’oublies pas les visages, pas encore. La fête est finie, la foule s’éparpille. Le vent reprend sa circulation insidieuse dans la rue et tes vêtements mal recousu. Tu remarques ton frisson partagé par un enfant. Maintenant que tu y penses, il a écouté ton discours religieusement, mais ne s’est pas présenté pour l’eucharistie.

- Alors gamin, t’as pas froid ?

Bien sûr que si, il était frigorifié. Ses vêtements étaient aussi troués que les tiens, mais ni doublés, ni rapiécés. Tu peux presque voir les courants d’air courir sur sa peau blafarde, et emporter ses cheveux de neige dans une douce ondulation. Il est très mignon, ce petit, tu n’en as jamais vu des comme lui.

Proche de lui, tu poses un genou à terre. Tu prends soin de te placer entre lui et ce vent froid qui te mord désormais le dos. Tout son corps crie au malaise ; s’il avait arboré la moindre blessure, tu l’aurais pris pour enfant battu. Par chance, il te reste un biscuit. Tu lui tends, et puisqu’il semble encore craintif, tu continues la discussion.

- Tu as écouté la messe ? Ça ne se voit pas beaucoup, mais je suis un vrai prêtre, tu sais ? Tu peux me faire confiance… Que fais-tu, tout seul, dans la rue ?
 


Dernière édition par Mendoza Schuster le Dim 20 Mai - 20:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Lun 8 Jan - 0:25

C’était la première fois que Beathan voyait ça, un monsieur bizarre avec une coupe banane faisait une messe en plein milieu de la ville basse. Il sortait de son travail de nuit, il était quelque chose comme neuf heures du matin, et l’enfant aux cheveux blancs était fatigué, il avait envie de retrouver son matelas de fortune et de s’étaler dessus… mais quelque chose avait attiré son attention, un homme, habillé en motard, coupe banane, on avait l’impression qu’il sortait d’un dessin animé ou d’un jeu vidéo, il ressemblait à un méchant de double dragon… ça lui faisait peur d’en voir un dans la vraie vie, mais ce qui attira son attention, c’était ses paroles, il lisait la messe ! Le monsieur se comportait en prêtre, même si son déguisement faisait penser le contraire.

Beathan se mêla dans la foule, plutôt nombreuse pour une messe de rue, et il commença à prier lui aussi, pour que ses amis aient l’occasion d’avoir des jours meilleurs. Il s’arrêta de prier lorsque le prêtre s’arrêta en plein milieu de sa liturgie.

« Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheur… vous êtes juste venus pour les cookies, c’est ça ? »


Le silence était pesant, mais l’enfant entendait quelques rires à droite et à gauche, approuvant cette accusation, ce qui attristait un peu le petit garçon, les gens étaient-ils si égoïstes que ça ? Il voyait le prêtre bénir les cookies, et les gens presque se bousculer pour en avoir un. Il ne prit même pas la peine de se déplacer, après tout, il n’avait jamais fait sa première communion, et il n’avait pas le droit au corps du Christ avant de l’avoir fait, alors il resta sur place, essayant de détourner le regard. La seule chose qui le faisait hésiter à aller en prendre un, c’était son ventre, il avait un peu faim, après tout ce travail de nuit, et ces biscuits avaient l’air bon, le monsieur devait les avoir faits lui même, et cela faisait longtemps qu’il n’avait pas touché à un cookie… non, la gourmandise est un péché capital, il est une incarnation de la tentation, Beathan se résigna à rester debout.

« Alors gamin, t’as pas froid ? »


Il sorti de ses songes, tout le monde était parti, après l’eucharistie, ils n’étaient même pas restés pour l’envoi, à part quelques rares personnes, et le monsieur en veste de cuir s’approchait de l’enfant.

« Non m’sieur, ça va, je sens pas beaucoup le froid. »


« Les gens… ils ne sont même pas restés jusqu’à la fin… » chuchota-il, un peu désolé pour le prêtre.

Le monsieur commença à le mettre en confiance, ce qui était compliqué, surtout avec Beathan, il était intimidé par la taille et la musculature du prêtre motard… et puis on lui avait dit de se méfier des prêtres, quand ils te prennaient tout seuls, sans personne à côté…

L’homme à la coupe banane lui posa la question piège, que faisait-il seul dans la rue ? Beathan avait déjà eu affaire à cette question, et il savait à peu près quoi répondre, avec un peu de chance, il ne ferait pas assez attention pour creuser plus loin…

« Je… »

Avait-il vraiment envie de mentir à un serviteur de Dieu ? Il avait envie d’être honnete, surtout qu’il ne saurait pas quoi faire si le monsieur apprenait qu’il avait menti… il décida pour une fois de dire la vérité.

« Je rentre de mon travail pour distribuer l’argent à mes amis, on en a besoin pour vivre… S’il vous plait, mon père, le dites à personne, je veux pas que les gens le sachent »

Il était gêné d’avoir à dire ça à quelqu’un qui, malgré tout, n’avait pas du tout l’air d’un prêtre, il attendit avec frisson la réponse du monsieur.


Dernière édition par Beathan Erikson le Ven 12 Jan - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Lun 8 Jan - 14:15

  Tu en as vu, des nécessiteux, mais rarement de si jeunes. Il se confie à toi, mais n'ose prendre le gâteau. Tu en croques un bout, et tend le reste, jusqu'à presque le plaquer contre ton frêle interlocuteur.

- prend. Ce n'est pas le corps du Christ tant que je ne l'ai pas béni.

Tu poses ta main désormais libre sur ton menton. Profites de cette diversion pour formuler ta question à ce petit en manque de réponse.

- Je ne suis pas une balance. Et puis, à qui vais je raconter tes traquas, dis moi ? C'est un lourd fardeau pour tes petites épaules. Permet moi de partager au moins ton trajet.

À quelques pas de là, attend ta moto. Tu fouilles le side-car, mais ton second casque est introuvable. Alors, tu retires celui que tu venais de mettre, pour le rendre au gamin des rues. Devant son regard perplexe, tu ne peux retenir un éclat de rire.

- Si tu as peur d'être kidnappé, tu ne devrais pas errer ainsi. Allez, si je voulais de l'argent, je m'en prendrais à ceux qui en ont.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Mar 9 Jan - 12:22

Le monsieur était très insistant avec son gâteau, et Beathan avait très faim… il regarda le cookie, le prit timidement dans ses doigts, il hésita d’abord à croquer dedans, et il finit par abandonner. Il avait un peu honte de lui, car il aurait pu le partager avec ses amis, plutôt que de le garder pour lui tout seul, mais il avait déjà tout mangé lorsqu’il commença à éprouver des remords. Le biscuit était vraiment très bon, cela faisait une éternité qu’il n’en avait pas mangé un, et il ne pu empêcher un léger sourire de se tracer sur son visage pâle.

Le monsieur lui tendit aussi le casque de sa moto, il fallu un moment pour Beathan pour comprendre ce qu’il avait en tête, et son sang se glaça légèrement. Lui ? Monter dans une moto ? L’idée même lui faisait trembler les genoux, il était pas question qu’il entre dedans, même avec un prêtre.

« Non merci, m’sieur… j-j’aime pas trop les motos… »


Il tendit le casque au monsieur, l’air désolé, mais néanmoins effrayé, de quelqu’un qui a déçu une grande personne à cause de sa peur.

« C-c’est pas que vous me faites peur… »

Si, le monsieur lui faisait peur, en même temps, Beathan était très facilement effrayable, et ressembler à un méchant du précédent millénaire ne devait pas arranger la chose.

« …C’est que… les motos c’est pas trop fait pour moi… »


Beathan était gêné de devoir refuser quelque chose à une personne qui lui avait offert un cookie, il se sentait un peu mal, alors il releva la tête en haussant légèrement la voix.

« M-Mais ! Si vous voulez, vous pouvez m’accompagner… je crois… ils ne se mettraient probablement pas en colère si je ramenais un prêtre… Vous pouvez m’accompagner… s-si vous voulez…»

Beathan ne savait pas si il pouvait vraiment lui faire confiance, mais ce n’était pas très grave, si les choses se gâtaient, il pourrait toujours disparaitre et réapparaitre plus loin grâce à ses pouvoirs. Il commença à partir, en commençant par marcher lentement pour voir si le monsieur le suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Mar 9 Jan - 18:27

  Il est têtu ce garçon, ou beaucoup trop timide. Tu a un super siège passager, et enfin l'occasion de l'utiliser. Enfin, tu es prêtre, tu ne peux tout de même pas brusquer un enfant. Il est temps pour vos chemins de se séparer, arf ; tu n'avait rien de mieux à faire après tout, et lui là bas il est trop chou pour que tu le laisse filer.

Hop, le casque dans le side car, que tu fermes avec un volet roulant et un cadenas. Les clefs sont dans ta poche, et il y a un antivol. Tu peux laisser ta moto ici sans trop de risques. Tu décolle douloureusement tes doigts de la carrosserie pour rejoindre l'enfant en petite foulée.

- Eh bien, si jeune tu à le sens des responsabilités. Je me demande d'où tu le tiens... Tu es croyant ?

Les enfants suivent souvent les parents dans leurs religion. Mais tu a du mal à imaginer quel genre de parents ferait travailler leurs fils la nuit du dimanche. Ce petit éveille en toi myriades de questions, mais retiens toi. Une à la fois, sinon tu va le braquer. Tu ne peux aider que ceux qui le veulent.

Et ce petit qui marche à tes côtés, il a besoin d'aide.

- Je ne croyais pas du tout en Dieu à ton âge. La foi des enfants est souvent fragile, tu permet qu'on parle un peu de la tienne ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Jeu 11 Jan - 8:57

Le monsieur commence à poser des questions sur la foi de Beathan, c’est vrai que les enfants ne se soucient pas trop de ce genre de questions en temps normal, les gens pensent souvent que la religion est une chose pour les grands, et c’est souvent le cas. Beathan, lui, avait suivi la foi de ses parents, comme beaucoup d’autres enfants avant lui, et ça lui allait comme ça.

« Je suis chrétien depuis tout petit. Dieu, c’est un peu comme un papa pour moi… »

Il essayait d’éviter le sujet de ses parents, une sorte de nœud se formait dans son estomac alors qu’il repensait à ses parents, mais il essayait de passer outre, il ne voulait pas que quelqu’un le remarque.

« Je… je prie Dieu tous les jours, et j’aimerais aller plus souvent à la messe, mais c’est compliqué, y a pas beaucoup d’église dans le quartier… »

Alors qu’il parlait au prêtre, il ne regardait pas devant lui, ne faisant pas attention à la plaque de verglas se rapprochant dangereusement de ses pieds. Il glissa sur ce piège vicieux, et tomba douloureusement sur le sol en pierre.

Lorsqu’il essaya de se relever, il vit que les pièces qu’il avait mit dans sa poche avaient été étalées au sol, dont une bonne partie avait glissé dans le caniveau… Tout son labeur de la nuit, englouti en une fraction de seconde à cause de son inattention…

« Mon… mon travail… »


Il sentit peu à peu les larmes monter en lui… est ce que c’était encore une farce d’un mauvais génie qui avait décidé de ruiner sa vie ? Il commença à sangloter doucement, toujours assis sur le sol…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Jeu 11 Jan - 12:55

 
Tu aimes penser que tu as de bons réflexes ; mais pour le coup, ils ne t'ont pas servi. Tout ce que tu peux faire, c'est ramasser la menu monnaie qui roule dans le caniveau. Malheureusement, le plus gros a fini dans les égouts. Ton nouveau compagnon commence à sangloter. 

Pauvre petit. 

Tu glisses tes mains sous ses aisselles, et le remets sur pied comme si de rien n'était. Sa casquette est tombée ; tu profites de la manœuvre pour la remettre à sa place. Tu as une idée. 

- Écoute petit, c'est pas de chance. Je ne peux pas te rendre ton argent, mais je peux te donner un coup de pouce. 

Tu te remets à genoux. Tu aimes te trouver à hauteur de ses yeux, et tu espères ainsi paraître moins imposant. 

- Je comptais faire les courses de toute façon. Si tu m'aides à les porter, je te laisserai en garder une partie, ok ?

Beaucoup d'échoppes sont fermées pour le jour du Seigneur. Que tu sache, le point de vente le plus proche est à quelques rues d'ici. Une petite tape dans le dos invite l'enfant à reprendre la marche.

***

Au moins, ici, il fait moins froid. Un léger bruit de fond précédent votre arrivée, même un dimanche matin le monde ne cesse de tourner.

Les rayons sont tous droits et bien éclairés ; les allées presque vide. Ce qui ne doit pas déplaire au trouillard qui t'emboîte le pas. 

Il faut dire que votre duo ne passe pas inaperçu. Les quelque clients ont tendance à changer de rayons, et tu remarques une caméra tourner alors que vous quittez son champ. 

Le regard des gens n'a jamais été pour toi un obstacle. Tu saisis pour l'enfant les articles trop surélevés. Tu ne peux quitter du coin de l'œil cette bonne volonté maladroite qui vacille à chacun de tes ajouts. 

Lorsque ton mignon réceptacle semble approcher sa limite de contenance, tu commences à charger tes bras. Farine, beur, œuf, mais aussi quelques conserves, sandwich et du tissus. Et voilà.

Tu as pris ton bonheur, il ne reste plus qu'une chose avant passer à la caisse. Il est temps d'écouter les désirs de ton partenaire. 

- Et toi, qu'est ce qui te ferait plaisir ?
Après une rapide distribution, tu ne gardes que deux gâteaux. Tu t'assois auprès de ton nouvel ami pour lui en offrir un. La journée a déjà été trop longue pour lui, arrive le repos bien mérité. 

 


Dernière édition par Mendoza Schuster le Dim 14 Jan - 22:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Dim 14 Jan - 15:30

Un grand magasin… combien de temps ca faisait depuis que Beathan avait pénétré dans un supermarché ? Ses yeux s’illuminaient en regardant à gauche et à droite, voyant toute cette nourriture à portée de main et pourtant si éloigné de sa panse… Il avait envie de tout prendre et de partir, mais il n’avait pas le droit, après tout, c’est un crime… mais là ou il en était… c’était déjà un peu un criminel…

Beathan avait du mal à porter les courses du monsieur, mais il essayait de ne pas le montrer, car il ne voulait pas décevoir la personne qui voulait lui remonter le moral et qu’il ne pouvait pas se permettre de rentrer les mains vides, sinon les autres seront déçus, même s’ils ne le diront pas.

Arrivé à la fin des courses, le monsieur demanda à Beathan ce qui lui ferait plaisir… plaisir… à lui ? mais… il veut pas quelque chose pour lui, il veut quelque chose pour ses amis…

« Je…je veux quelque chose à emporter à mes copains… »


Le prêtre lui tendit alors une plaquette de…chocolat… ca faisait un bon moment qu’il en avait pas tenu une… il remercia timidement monsieur le prêtre, et la glissa dans une de ses poches après qu’elle fut payée…

Le prêtre semblait vouloir continuer à suivre Beathan, alors il continua jusqu’à la zone abandonnée de Laurel, là il entra dans un vieux bâtiment désaffecté, où tous ses amis résidaient.

« Bonjour tout le monde… » il s’efforçait de sourire alors qu’il avait un peu honte de n’avoir que peu d’argent pour les aider…

Mais ils ne firent pas attention à l’enfant, mais plutôt au colosse qui le suivait, ils le regardaient tous d’un œil très méfiant.

C’est finalement Gordon, celui qui s’occupait le plus de Beathan, qui se leva.

« T’es qui toi, qu’est c’qu’tu viens foutre ici ? T’as rien à voler, alors dégage d’chez nous ! En plus... Utiliser un gosse pour nous trouver...»

L’enfant venait de comprendre, Gordon pensait que c’était un méchant qui avait forcé Beathan à l’emmener à son repère.

« N-non, Gordon..c-c’est pas un méchant… »


Mais rien n’y faisait, le monsieur ne l’écoutait plus, et fixait plutôt son compagnon droit dans les yeux, près à dégainer la seule chose qui lui restait de l’armée… un pistolet de fonction, et les autres aussi avaient des armes de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Dim 14 Jan - 22:08

 
Ce qui semble un jour avoir été soldat te pointe maintenant avec un pistolet de pacotille. Tu prends une grande inspiration ; cette atmosphère t'avait manquée. Une bande de marginaux, rarement par choix, unis par l'envie de vivre. Au coin de la ruelle en cul-de-sac, un baril en feu. Ces bonnes vieilles cheminées de la rue sentent bon là nostalgie.

- Alors !
- Alors quoi ?
- Tu dégages où je tire !
- Oh, excusez-moi, je vous avais oublié. Aussi, vous ne devriez pas utiliser ce genre de pétoire, une fois sur deux, ils s'enrayent. Prenez celui-ci plutôt. 

Tu saisis le canon qui se trouve sous ta veste pour le présenter au vétéran. Tu sens la tension monter d'un cran alors que tu approches ta main de son arme ; mais une voix dans l'assemblée tente de calmer les ardeurs du vétéran. 

- Tu peux lui faire confiance Gordon. Je le connais. 

Tu commences à avoir des fidèles un peu partout. Avec ce soutien inattendu, tu procèdes à l'échange entre vos deux jouets.  

- C'est une automatique, alors soyez délicat avec la gâchette. Et, vous penserez à me la rendre à l'occasion, j'y tiens mine de rien. 

Tu places l'objet confisqué dans un recoin de tes vêtements dont tu sors une poêle flambant neuve. Ta main libre indique à l'enfant de te suivre au milieu des sans-abris, toutes armes dressées. Tu l'emmènes ainsi jusqu'au brasero sous le regard de ses amis. 

Après une immense inspiration, tu te mets enfin à l'action. 

- Petit, sors-moi l'huile. On va y aller à l'ancienne, avant que je ne trouve la foi.

Tu décharges l'enfant de ses œufs, du beurre et du sucre. En tailleur, tu places la poêle sur tes genoux pour y pétrir les ingrédients avec tes mains huilées. 

-tu peux ajouter la farine s'il te plaît ? Ah, tu ne t'es pas lavé les mains... Moi non plus après tout, je suppose qu'on est plus à ça près. 

Ainsi, tu joues de tes doigts quelques minutes. L'objet de ton travail prenant forme sous les ajouts progressif de ton adorable assistant. Quand enfin cette boule eut la texture recherchée, tu fis signe qu'il était temps ; et plaça le fruit de tes efforts entre les mains de Beathan. 

- Bon, tu joues à quoi là, tu vas répondre ? 
- Miiince, quelle tête en l'air je fais ! Je peux te prendre ta tablette ?
- Quoi ?
- Qu'est-ce que tu veux encore ?
- Hey, du calme. C'est moi qui l'ai acheté à la base. 

Même en sachant cela, le regard de l'enfant à qui tu reprends le chocolat te crève le cœur. Mais tu sais faire les choses bien, et quand tout sera fini, tu espères même un remerciement. Les plus malins auront d'ailleurs déjà compris pourquoi tu massacres ce paquet à grand renfort de poings. 

Une fois les éclats de chocolat ajouté à la pâte, il ne reste qu'à en mettre des poignées dans la poële tout juste huilée. Hop, le tout au-dessus du feu. Bien sûr, tu as encore oublié le temps de cuisson ; ça n'est pas grave. Tu as toujours eu un bon instinct. 

- J'ai vu un gars faire ça quand j'étais môme. Bon, j'ai pas son talent, mais quand on a faim, c'est toujours stylé. 

La défiance des regards qui t'entourent se mue lentement en incrédulité ; quand enfin l'odeur deviens celle escomptée, la première fournée est prête. 

- Hop la, tout chaud tout flamme. Je ne sais pas s'ils sont assez réussis pour la messe... Qui veut m'en débarrasser ?
   - moi
- moi     - moi 
- Bon alors toi, tu vas tenir la poêle, et toi là, tu vas garder la pâte. La laisse pas tomber, hein ? On va décharger le petit. Gourmandise et convoitises, heureusement que je suis là pour votre rédemption. 

Après une rapide distribution, tu ne gardes que deux gâteaux. Tu t'assois auprès de ton nouvel ami pour lui en offrir un. La journée a déjà été trop longue pour lui, arrive le repos bien mérité. La chaleur du jour ne va pas tarder à retomber. Il ne te reste que quelque heures pour t'occuper de ses affaires.

- Allez, retire tes fringues. 

Sans te soucier de la réaction du gamin, tu sors ton matériel de couture et le tissus que tu viens d'acheter. Ses vêtements troués te crèvent le cœur depuis votre rencontre, il est temps de montrer tes talents cachés. Tu adores sentir une ouverture se combler sous tes doigts de fée.

Tu réalises soudainement comme certains comportements peuvent être mal interprété. Dans un houleux mouvement de sourcils, tu te tourne vers le sujet de tout les malentendus. Espérons qu'il n'ai pas l'esprit mal tourné.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Ven 19 Jan - 17:32

Le monsieur et Beathan commençaient à cuisiner une pâte bizarre sous l’œil interrogatif des compagnons d’infortune de l’enfant. Beathan ne comprenait pas trop les actions du monsieur, mais il avait l’air de savoir ce qu’il faisait.

Gordon s’énervait contre le monsieur sous l’air attristé du petit garçon qui voulait que tout le monde s’entende bien

« Miiince, quelle tête en l'air je fais ! Je peux te prendre ta tablette ? »

 « Quoi ? » Se demanda l’enfant avec un air surpris et en même temps peureux. Pourquoi voulait-il la tablette qu’il lui avait offerte ?

« Qu'est-ce que tu veux encore ? » Gordon s’énervait, ce qui renforcait la confusion de Beathan, il ne savait plus où donner de la tête…

- Hey, du calme. C'est moi qui l'ai acheté à la base.

C’était vrai, mais pourquoi le prêtre voulait lui reprendre la tablette… il n’avait pas envie de lui donner… mais il s’exécuta, dans un silencieux chagrin, ca lui faisait de la peine d’avoir à redonner cette tablette…

« Si…si vous voulez, monsieur… »

Quelques minutes après, le prêtre se retourna avec… DES COOKIES ! Tout chauds, à peine créées à l’instant, ils avaient l’air encore meilleurs que ceux de la dernière fois, il en distribua à tout le camp, la tournée fut générale.

Il partit s’asseoir à côté de Beathan, en lui tendant un cookie. Il le mangea lentement pour faire durer le plaisir, et fut légèrement déçu à la fin de ce repas qu’il n’en reste pas…

« Allez, retire tes fringues. »

Que…quoi ? Qu’est ce qu’il venait de dire ?

« Attends… J’viens d’entendre QUOI là ?! » Disait Gordon au loin… En fait il parlait juste avec un ami.

Beathan rougissait, ce qui se voyait encore plus avec sa peau de neige, il regardait le sol, ne comprenant pas trop ce que disait le prêtre.

« Me…mes habits ? Je… ma maman elle m’a dit de me déshabiller que quand je serais grand avec une fille que j’aime vraiment… »

« Maman…Maman…Maman……….. »


Des souvenirs douloureux commençaient à revenir à Beathan, des pensées qu’il essayait de chasser de son esprit dès que possible… Et il s’effondra en sanglots sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Lun 22 Jan - 13:54

 
Et voilà, tu as tout raté. Tu aurais dû t'en douter ; ça faisait un moment qu'il s'apprêtait à pleurer. Depuis votre rencontre, en fait, il avait toujours l'aire de s'excuser. Et chaque geste, chaque mot de cet adorable petit d'homme semblait annoncer un sanglot. 

Mais tu as choisi de l'ignorer. Tu t'es sûrement dit que ce n'était qu'une impression. Tu pensais qu'il te suffirait d'être toi-même ; comme si une plâtrée de cookie pouvait effacer toute la peine du monde. 

Et le voilà qui pleures.

Ça t'énerve, les gens qui pleurent. Tu as envie de les secouer, de leur dire que la vie est belle. Mais le cœur humain n'est pas aussi simple qu'un moteur diesel en panne. Au mieux, tu peux tenter le dialogue. 

- ... Allons, pourquoi pleurer ?

La réponse, tu la connais. Il veut sa mère. Tu ravales tes questions sur ses parents. Au vu de sa situation, ils sont au mieux incapable de s'occuper de lui ; le pire étant le plus probable, morts. 

Tu ranges ton matériel de couture, donc. Le petit bout de chou, lui, à rangé ses genoux sous son menton. Ses mains quant à elles, vinrent se poser sur ses yeux, dissimulant son souffle chevrotant. 

Il est adorable. Qu'il t'ai été amené par le seigneur ou par le diable, tu ne le laisseras pas partir. Une mission t'a été confiée ; ce petit a besoin d'aide et tu vas la lui donner. 

- Je ne pense pas que le Seigneur nous ai donné la vie pour nous regarder pleurer. Sèche tes larmes, petit. La vie est trop précieuse pour être utilisée ainsi. 

Le dénommé Gordon revient à la charge alors que tu te lèves. Il t'a vu de loin te déshabiller, et maintenant, il voit son protégé enroulé dans ta veste et couvert de ses larmes. 

- Pourquoi il pleure, qu'est ce que t'as fait ?
- Il fallait que ça sorte, je suppose. Maintenant je vais prier, tu peux te joindre à nous si tu veux. 

Tu te poses en tailleur devant Beathan, bien content d'avoir le brasero de fortune dans ton dos. Tu places tes bras nu entre Beathan et toi. Tes yeux mi-clos remarquent le vieil homme qui vous fixe d'un air réprobateur. Vous pouvez commencer. 

- C'est triste les prières en silence. Petit, tu veux bien réciter quelque chose ? N'hésite pas à improviser. Ça fait du bien de parler en son nom parfois. 

Tu fermes ton regard pour te concentrer sur le reste. Tout autour, le brouhaha diminue légèrement, tu peux discerner la respiration hésitante de l'enfant. Ses premiers mots serons sûrement noyé dans les sanglots et la morve, ce n'est pas bien grave. Tu n'as pas besoin de l'écouter ; c'est lui qui a besoin de parler. 

Tu n'invoqueras pas le nom du seigneur en vain. Mais ce petit en a besoin. Pour cette juste cause, tu en appel à sa grâce. 

- Notre père qui est aux cieux ...
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Lun 22 Jan - 16:04

Le prêtre commença à reciter un début de prière, essayant d’encourager Beathan à le suivre :

« Notre père qui est aux cieux ... »

« Restez-y.»

Le vieux Gordon arrêta la tentative de prier, jugeant silencieusement le prêtre du regard. Le regard d’un homme qui n’avait plus la foi, si tant est qu’il l’eu un jour. Il en avait trop vu, pour croire qu’une entité supérieure puisse vouloir le bien d’un quelconque être humain sur terre. Si un dieu existait vraiment en ce monde, ce serait un dieu vengeur, qui aime voir souffrir sa création, la voir ramper en essayant de se raccrocher à l’auteur de tous leurs troubles.

Le vieil homme s’accroupit en face du jeune garçon, le pris par les épaules, et sortis avec une voix étonnamment douce pour son âge et son caractère :

« Beathan, tu m’entends, hé, calme toi, tout va bien, je suis là, tout le monde est là…»

Mais rien à faire, l’enfant ne pleurait presque plus, c’était autre chose qui s’était emparé de lui, quelque chose qui ne s’éveillait que rarement chez Beathan, les rares moments où il évoquait ses parents, par inadvertance ou non.

« C’estmafautejelesaituéslediableestenmoilesamesdesmortsveulentmetueraussiseigneurjaipéchépardonnemoijevoulaispaslestuer
jevoulaispaslestuerjevoulaispaslestuerjevoulaispaslestuerjevoulaispaslestuerjevoulaispaslestuer »


Une frénésie d’angoisse enfermait Beathan dans un cercle vicieux, il sentait à peine le monde autour de lui…

« Vous voyez, "mon père", ce que sa peur mêlée à sa croyance donne ? Il est tellement traumatisé par ce qu’il a vu qu’il est persuadé d’avoir tué ses parents, et que "Dieu" veut le punir. J’avais déjà vu des trucs pareils sur des camarades, on appelait ça la folie des tranchées au siècle dernier, je crois que maintenant on appelle ça un syndrome post-traumatique, y a aucun moyen d’arrêter ça. C’est putain d’horrible, mais on peut qu’attendre que ça passe… »

Beathan, dans un accès de peur, prit le prêtre par le col, et le regarda avec des yeux en larmes. Il avait du mal à respirer, et encore plus à parler normalement, mais il regarda le prêtre droit dans les yeux, et lui dit :

« Mon…père… exorcisez moi… pitié… le diable est en moi… je le sens… »

Le vieil homme regarda Beathan avec un peu de surprise.

« Il… on avait déjà entendu cette histoire de diable en lui, mais jamais il avait tenté de communiquer avec quelqu’un pendant ses crises… Essayez pas votre petit rituel, ca le ferait encore plus plonger dans la peur. »

Mais pourtant, les paroles de Beathan avaient l’air parfaitement censés, elles semblaient plus être un acte de désespoir que de folie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Lun 5 Fév - 23:12

 
-Un exorcisme ? Hein. On nous a appris un truc dans le genre au séminaire...

Sans aller jusqu’à parler de Satan, ce gosse a de sérieux problèmes. Quel que soit ce qui a pris ses parents, cet enfant a été marqué au fer rouge. Un traumatisme que tu ne peux peut-être pas soigner. Ce que tu peux faire en revanche, c'est d'essayer.

Les paroles du vieux Gordon résonne en toi. Tu as déjà entendu parler de ce genre de syndrome, mais comment pouvais tu savoir ; ce n'est pas comme s'il y avait marqué "Viêtnam" sur son front. Il y a surtout dans ce qu'il a dit mot qui te gêne.

-Le punir ?  

La question s'adressait au grand, mais tes yeux descendent vite sur Béathan.

-Pourquoi le Seigneur punirait un enfant ? Surtout s'il est empli de telles volontés. Ce sont les hommes qui jugent les actes, Celui en qui je crois juge plutôt les intentions.  

Tes mains étreignent délicatement ses trop frêles épaules. L'enfant semble t'écouter. Tu es plutôt honoré de ce traitement de faveur ; c'est peut-être là ta chance de l'aider. Cette histoire de possession en revanche te bloque un peu : il te faut plus d'informations.

-Je n'ai pas encore tout vu en ce monde, mais c'est bien la première fois que je vois un possédé. Qu'est-ce qui te fait croire que le diable t'habite ?  
 


Dernière édition par Mendoza Schuster le Dim 11 Fév - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Jeu 8 Fév - 17:18

L’enfant resombrait dans ses pensées, dans un ouragan de tristesse. Il ne voulait plus rien entendre, vu que le prêtre n’avait pas l’air de commencer à l’exorciser. Il voulait disparaitre, que tout le monde autour de lui arrête de le regarder, au moins un moment, pour qu’il soit seul.

Mais il sentit un poids sur ses épaules, pas un fardeau, non, mais plutôt un support, quelque chose qui le réchauffait. Il se retourna lentement pour voir le père Schuster qui essayait maladroitement de rassurer l’enfant depuis déjà un moment.

Il essaya de lui poser une question, et beathan essaya difficilement de calmer sa respiration... il eu beaucoup de mal à sortir son premier mot, il avait l’impression qu’il allait s’évanouir.


« J-je… je peux voir les morts… autour de moi… il peuvent apparaitre comme ils veulent… et je... j-je les attire… ils ont tués papa et maman… ils veulent me tuer aussi... j’en suis sûr ! C’est ma faute ! J’aurais dû les écouter ! je les ai pas écouté, j’ai désobéi à mes parents et j’ai été puni ! C’est une malédiction ! »

Il se blottit contre le prêtre, en pleurant toutes les larmes de son petit corps. Il ne supportait pas d’avoir à parler de cette histoire, mais il fallait que ça sorte une bonne fois pour toutes.

« Il… il ne m’avait jamais parlé de cette histoire de cette façon. Il ne m’avait jamais rien dit sur cette histoire de fantomes… j’avais remarqué que la présence de Beathan provoquait des choses bizarres, et qu’il pouvait disparaitre… mais jamais plus que… comment vous avez fait pour qu’il vous fasse aussi confiance ?! »

Beathan ne faisait même plus attention à Gordon, il continuait juste de pleurer dans les bras du prêtre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Ven 16 Mar - 16:34

 
Tout autour les habitants de la rue se taisaient. Ils te regardent. Dans tes bras, l’enfant pleur depuis un instant interminable. Tes épaules l’abritent, le cachent des cieux qui lui font peur. Tu souris. Tu n’as peut-être pas la réponse, mais enfin tu as la question. Avec ces nouvelles informations, l’histoire de cet enfant se trace dans ton esprit. Tu compte lui venir en aide, tu n’as plus qu’a essayer.

- Je l’ai déjà dit, non ? Il fallait que ça sorte. Le destin m’aura juste placé devant lui au bon moment.
- Dis pas de conneries.
- Je te propose une explication, tu n’es pas forcé de la croire.

- Alors comme ça gamin, tu sais voir les fantômes ? C’est plutôt exceptionnel. Et donc… tu pense que c’est le diable qui a mis en toi cette singularité ; que Dieu va te punir pour cela ?

Tu arrives à capter le regard de l’éphèbe. Il a besoin d’entendre clairement ces mots.

- Si le Seigneur punissait ses fidèles, pour des choix qu’ils n’ont pas fait, qu’ils ne pouvaient pas faire, serait-Il bon ?

Tu passe maladroitement tes gros doigts sur ses vilaines larmes.

- J’ai envie de croire que Dieu est bon.

Tu prends place sur une caisse au sol. Tu invites l’enfant à s’asseoir auprès de toi. Souviens-toi comme tu détestais les paraboles dans ta prime jeunesse. Quand le prêtre, au lieu de répondre, te posais une longue question. Ça ne t’atteignait pas le moins du monde, pas tout de suite. Mais, le temps passant, tu as trouvé la réponse en toi. Il est temps de te lancer dans cet exercice difficile.

- Beathan, c’est ça ? Connais tu l’historie de Merlin le sorcier ?
- Ça n’a aucun rapport !
- Moi je trouve. Ecoute mon histoire et en suite on en parle.

- Alors. Le diable, jaloux de l’influence du christ au nom de Dieu, décida de mettre au monde son propre prophète. Il planta dans le ventre d’une vierge un enfant doté de la connaissance du passé. Le passé ici c’est une métaphore du mal, cherche pas. Dieu, qui est omniscient, Il sait tout, ‘faut pas décorner, décida de contrecarrer son plan. Pour cela Il donna à l’enfant la connaissance de l’avenir. Cet enfant, tu l’auras compris, c’est Merlin, l’enchanteur, celui qui aidera le roi Arthur dans sa quête du graal. C’est plutôt une bonne utilisation de ses capacités ; tu ne trouves pas ?

Entre ceux qui n’ont écoutés que la moitié, ceux qui n’ont compris qu’un quart, et ceux qui ne te portait même pas attention ; ta parabole passe au-dessus de la tête des sans-abris comme le dôme survol Laurel. Presque vexé par leurs réactions, tu précises bien au gamin qui n’a rien demandé.

-Apres je ne sais pas si c’est vrai. Merlin, je ne sais même pas s’il existe. Mais c’est la morale qui compte. Penses-tu Dieu si faible qu’il te laisserais un levier qu’Il ne veut pas entre tes mains ?

- Et si effectivement tu porte le diable, alors surement veut Il que je t’aide à le vaincre. Mais je ne le ferais pas tant que tu n’auras pas cherché une autre voie.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : La ville basse
❝ EXPERIENCE : 95

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Jeu 22 Mar - 9:00

Merlin… Beathan avait déjà entendu parler de ce magicien, mais pas plus qu’un enfant normal, il avait entendu son nom dans un film Disney, mais pas plus. L’enfant écouta le prêtre avec le plus d’attention qu’il pouvait, mais ne comprenait pas où il voulait en venir, peut être que le prêtre voulait lui faire comprendre quelque chose sur Merlin, mais il ne comprenait pas vraiment le rapport avec lui.

Il suivait attentivement les paroles du prêtre, toujours confus, il essayait de suivre le cheminement de sa pensée, l’origine de Merlin, de ses pouvoirs, de comment Dieu l’avait sauvé de lui-même, en lui offrant la connaissance de l’avenir, et de comment il avait aidé le Roi Arthur dans sa quête au nom de Dieu.

Est-ce que ce pouvoir… Dieu le lui aurait donné pour une raison ? Mais pourquoi le Très Haut aurait voulu voir mourir ses parents ? Quel était le but de toutes ses souffrances ? Beathan se complaisait à se dire que c’était une manière pour lui d’apprendre l’humilité, mais peut-être se mentait-il à soi-même pour ne pas voir qu’il s’agissait d’une punition divine.

Mendoza, lui, avait une façon différente de voir le Père que celle qu’on avait enseigné à Beathan. Il voyait plutôt Dieu comme un Père aimant, qui ne ferait jamais rien pour blesser ses enfants ? L’enfant aux cheveux blancs, lui, pensait le Seigneur comme une personne stricte, qui punirait ceux qui font le mal, ou qui sont engeance du mal.

Peut-être que l’enfant était lui aussi, comme Merlin l’engeance du démon, et qu’il avait reçu une contrepartie de la part de Dieu pour contrecarrer Satan…

Peut-être que… tout était de sa faute, ou bien celle de personne, qu’il ne faisait que reporter la faute sur quelqu’un de plus grand pour ne pas avoir à regarder la vérité en face : personne n’avait jamais voulu voir ses parents mourir, Dieu n’avait rien à voir avec la mort de son père et sa mère, ce n’était pas une punition, mais juste un accident…

"Peut-être…"


L’enfant, pendant ce temps, blotti contre le prêtre, avait continué tout ce temps à pleurer dans les bras du loubard croyant, mais avait fini par s’endormir de fatigue, il avait travaillé toute la nuit, et il avait utilisé toute son énergie pour pleurer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Généralement entre le quartier vegga et la ville basse
❝ EXPERIENCE : 85

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan} Dim 20 Mai - 20:45

 
La journée touche à sa fin. Les pans de vitres qui offraient un peu de soleil ne retiennent pas plus la fraîcheur de s’insinuer. Tes réactions s’espacent, peu à peu, travaillé par la fatigue. Ce qui est supportable pour toi ne l’est pas à huit ans. L’enfant s’est assoupi.

Il n’est pas si tard, pourtant. Les jours d’hivers restent trop longs pour celui qui travaille de nuit. Le corps n’est pas fait pour cela, pas a cet âge.

-Il s’est endormi. Eh, Gordon, il dort ou le petit ?
-Béathan ? Par là.

Vous vous levez ; avec son corps sur les bras. L’antipathique te guide dans le hangar, plus loin. Pointant une porte, il s’arrête rapidement.

-C’est ouvert. On a trouvé un canapé, ça lui sert de lit.
-…

Tu continues seul, sous le regard de celui qui semblerait presque te faire confiance. Un autre démunis vient de l’alpaguer pour continuer la soirée dans le coin des adultes.

Tu atteins donc le quartier du petit. C’était sûrement un bureau, du temps ou ce bâtiment avait un propriétaire. On n’y trouve pas de fenêtre, mais un sofa couvert d’un plaide moisi.

C’est ici que vit cet enfant de la rue. L’endroit le moins froid, le plus douillet de cette demeure reste un infâme taudis.

Tu transfères l’endormi, de ta veste vers sa couette, sans le réveiller. Ta réussite démontre son épuisement.

Un instant, tu penses à le ramener chez toi. Si seulement tu avais tel endroit.

Tes talons tournent.

Un second enfant se dessine dans le cadre de la porte. Surpris, tu te frottes les yeux. Comme si cette ombre n’était pas réelle. Comme s’il disparaîtrait sous tes doigts.

Et puis, ce fut le cas. Tu en es certain, il y avait quelqu’un.

Dans le couloir, pas âme qui vive.

Tu refermes la porte.

Au revoir.

À bientôt.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prêcher un convaincu {à Beathan}

Revenir en haut Aller en bas

Prêcher un convaincu {à Beathan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit