AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ PT. EXPERIENCE : 97
Inné


 : B

MessageSujet: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander} Mer 17 Jan - 1:31

J’en étais à mon troisième job de la journée. À cause de toute cette agitation autour de la quarantaine, je n’avais quasiment pas trouvé de travail le mois dernier. Si bien que j’étais en retard de plus de deux semaines sur mon loyer. Éviter mon logeur n’était pas très difficile, de cette façon, il ne m’avait encore rien demandé. Cependant, si je traînais trop il finirait bien par remarquer le trou dans son budget. J’étais donc bien décidée à régler le plus rapidement possible ma dette et travaillait autant que je le pouvais. Tout cela était exténuant.
J’étouffais mon bâillement au moment où un client entra dans le magasin. Il était déjà passé une fois depuis que j’avais commencé à travailler ici et s’était montré poli. Je lui adressais un hochement de tête lorsqu’en balayant la zone son regard passa sur moi. Il ne le remarqua probablement pas et se contentant de disparaître entre les rayonnages. Seule à la caisse, je m’ennuyais. En théorie, le responsable de rayon devait se trouver dans le magasin, cependant, il avait prétendu aller vérifier les stocks et je ne l’avais pas revu depuis. Ce n’était pas la première fois qu’il le faisait, ce n’était pas grave, il y avait très peu de clients, je pouvais me débrouiller seule et il serait de retour pour la fermeture. M’ennuyant, j’observais la tignasse bleue apparaître de temps à autre entre les étagères.
La porte chouina à nouveau et je tournais la tête pour apercevoir un homme cagoulé. Il s’avança dans la boutique en me pointant avec son arme. C’est un glock 17 de quatrième génération, une arme courante. Avant qu’il n’ait prononcé le moindre mot, l’autre homme sortit d’entre les rayons ses achats en main. Le braqueur se tourna aussitôt vers lui.
« - Allonge toi sur le sol les mains sur la tête. Donnez-moi le contenu de la caisse et il n’y aura pas de blessés. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans ton c...anapé
❝ PT. EXPERIENCE : 67
Technologique


 : SS

MessageSujet: Re: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander} Ven 26 Jan - 0:03

« Love, hope, fear, faith - these make humanity; These are its sign and note and character. »

La foudre…
Le bruit…
La douleur et les cris…
Qu’étais-tu, Alexander ? Qui étais-tu ? Pourquoi as-tu agi de la sorte ce jour-là ?
Depuis combien de temps te poses-tu cette question ?
Ce jour-là, tu étais allongé dans le canapé, dans le salon du manoir des Légendes. Laughing Jack n’y passait que rarement, tu étais seul. Archimède n’était pas aussi abouti que toi, il lui manquait cette étincelle que tu avais retrouvée au plus profond de ton être.

Mais pouvait-on te qualifier « d’être » ? N’étais-tu pas qu’une suite d’impulsions électriques préprogrammées pour simuler un comportement humain ? N’étais-tu pas qu’un simple amas de circuits enfermé dans une armure de métal ?

Tu regardais le lustre au-dessus de la table, seule la lumière du dehors éclairait un peu l’obscurité ambiante. Un rayon de Soleil vint te caresser le visage.
La chaleur, elle ne te parvenait pas comme « dangereuse ». Tu aurais pu rester ici pendant des heures, à sentir la chaleur de l’astre sur ta peau. Etait-ce « agréable » ? était-ce là ce que les humains appréciaient ?
Ta main était en face de toi, tu étais concentré, à essayer de déterminer chaque détail qui la composait, chaque contour, chaque forme.

Pourquoi avais-tu mis tant de temps à réaliser tout ce qui t’entourait ? Avais-tu seulement rêvé de vivre pendant le premier quart de siècle de ton existence ? Ton réveil était-il une bonne chose ?

Tu pris une inspiration, tu te demandais si tu pouvais respirer depuis tout ce temps, ou si c’était simplement un réflexe sans utilité pour ton corps.

La foudre…

Ta main tremblait, ton visage, déformé par quelque-chose qui était sorti de ton for intérieur.

Le bruit…

Tu ouvris la bouche, et saisis ton bras tremblant avec ta main libre. C’était…

La douleur et les cris…

Tu ressentais de la peur. De la vraie peur. Te souvenir de ce que tu avais subi ne te causait que plus de souffrances encore.
Et tu étais seul…

Tu pris congé du manoir, Archimède n’osa rien dire. Il avait juste entendu.
Entendu ce hurlement.

Tu partis à pieds, tu n’étais pas sûr de pouvoir conduire ta moto dans ton état. Du moins pas sans provoquer d’accidents. Tu pouvais entendre la ville autour de toi. Elle donnait l’impression… d’être vivante…
Auparavant, jamais tu n’avais réalisé à quel point les humains étaient submergés par le flux d’informations qui se déversait sur eux dès qu’ils mettaient un pied dehors. Tu avais l’impression d’être écrasé par l’aura de la vie elle-même.
À un moment, ta marche cessa, tu aperçus des enfants qui jouaient avec un ballon dans le jardin d’une maison. La puissance de ton cerveau faisait que tu calculais passivement une quantité de possibilités d’événements impressionnante. Pour la première fois de ta vie, tu « imaginais ». Tu avais anticipé que ce serait un des gamins qui rattraperait la balle, tu avais aussi anticipé le but une seconde avant le tir.
Mais tu avais aussi vu le ballon partir sur la route, et un camion passer malencontreusement. Tu serras les dents, ta main se remit à trembler, tu la mis dans la poche de ton blouson et repris ta route. Rien de ce que tu venais de voir n’était arrivé, tu avais juste imaginé le pire comme le meilleur.
Tu te sentais vulnérable, comme si le monde entier voulait te montrer son horreur. La mort, le désespoir... la peur. En croisant une mère avec son fils, tu levas instinctivement la tête. Ton regard était porté vers les cieux. Tu sentis l’envie de partir dans le ciel. Comme pour rattraper quelque-chose, quelqu’un.

Il y avait une supérette au coin de la rue. Tu venais d’entrer dans la rue commerciale.
Par pure choix inconscient, ou simplement par curiosité, tu fis un pas à l’intérieur du magasin. Tu te souvenais de ce magasin, comme de tous les endroits où tu t’étais rendu. La caissière, tu l’avais déjà vue auparavant également. Une jeune femme brune, à l’air introverti.
Passant entre les rayons, tu te demandais quel goût la nourriture avait. Voyant le même enfant que celui croisé précédemment réclamer un paquet de bonbons à sa mère, tu te posais la question de savoir comment une telle substance pouvait provoquer un désir de cette ampleur, en fait, tu le savais d’un point de vue purement scientifique, mais tu te demandais quelle était la sensation qui s’en dégageait.
Passant après la mère et son enfant, tu te saisis d’un paquet identique, puis partis vers la caisse. Mais c’était le canon d’un pistolet qui t’attendait. Tu étais une Légende, tu te devais de stopper les criminels.
Alors pourquoi doutais-tu à ce point ?

-Mec t’es sourd ou quoi ??? Dernier avertissement avant que tu finisses avec une balle dans la tête !

Tu le fixais droit dans les yeux. Cet homme, tu ne lisais pas la détermination dans ses yeux. Son langage corporel laissait présager qu’il pouvait s’enfuir à tout moment.

-Pourqu…

Un coup de feu. Il t’atteignit en plein dans le front. Mais tu ne ressentais aucune douleur. Il t’en fallait beaucoup plus. En revanche, la balle avait déchiré ta peau à l’endroit de l’impact, ce qui laissait entrevoir ton armature métallique.

-T’es quoi, merde ??? Y en a marre de vous, les dotés ! c’est à cause de vous si on est dans cette m…

Tu ne lui avais pas laissé le temps de terminer, tu voulais qu’il s’arrête, parce que c’était ce que tu avais toujours fait. Ta force de colosse te permit de le soulever du sol d’une seule main en le tenant par la mâchoire. Ton visage était totalement apathique, tu ne savais pas éprouver d’émotion, tu ne savais pas quoi poser sur cette face dans cette situation. Tu ne savais même pas quoi ressentir dans cette situation.

-Pourquoi vouloir tuer ces gens ?

Tu étais curieux, tu voulais comprendre ce qui motivait l’homme à tuer ses semblables pour son propre gain. Le braqueur arqua un sourcil et se débattit de plus belle sans grand résultat. Avait-il peur, lui aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ PT. EXPERIENCE : 97
Inné


 : B

MessageSujet: Re: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander} Sam 3 Fév - 18:08

Lorsque le braqueur se tourna vers le client, j’en profitais pour contourner discrètement le comptoir. Mais avant que j’aie pu agir la balle était partit, je jurais mentalement et le tireur poussa un cri de surprise.
« - T’es quoi, merde !? »
Je constatais avec soulagement que la cible était intacte, enfin vi… toujours debout. L’homme masqué décolla alors du sol, pas de beaucoup, tout juste quelques centimètres, mais à bout de bras, d’un seul bras, ça en restait pas moins une impressionnante démonstration de force. Je parcourus l’espace me séparant encore des deux hommes et les soulageais prestement de l’arme à feu. Tant qu’il l’avait en main, il pouvait toujours tirer et tout le monde n’y était pas insensible.
« - Si vous ne le lâchez pas, il risque d’étouffer. Alors posez-le et surveillez-le pendant que je trouve de quoi l’attacher. »
Je me glissais dans les allées en composant le numéro du commissariat le plus proche. Je ne mis pas longtemps à localiser ce dont j’avais besoin si bien que je revins environ trois minutes plus tard avec une bouteille d’eau, des pansements et une corde à linge. Je tendis les deux premiers objets au héros du jour.
« - Buvez un peu pour vous calmer. La police est en route. »
Je m’agenouillais ensuite près du criminel qui se trouvait assit sur le sol pour lui lier les poignets puis les chevilles. Une fois ma tache faite, je me redressais et regardais l’homme aux cheveux bleus. La peau du milieu de son front était déchirée laissant paraître un éclat métallique. Était-il un robot ? Ou peut-être un Myrkiads avec une de leur combinaison humaine. Il pouvait aussi être un Urfoon ou un Agis, leurs techniques pour prendre une apparence humaine était peu connue. À moins bien entendu qu’il ne s’agisse d’un robot Agis… L’idée me fit sourire, c’était amusant mais pas très réaliste. Si il s’agissait vraiment de Pain, il n’aurait pas eut le place de ranger ses antennes dans un aussi petit crâne.
« - Vous devriez mettre ceci avant que plus de monde ne s’aperçoive que vous n’êtes pas humain. Dans le climat actuel certaines réactions peuvent être excessive face ceux de votre espèce. »
Tout en parlant, je lui désignais la boite à pansement puis tapotais mon propre front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans ton c...anapé
❝ PT. EXPERIENCE : 67
Technologique


 : SS

MessageSujet: Re: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander} Dim 25 Mar - 23:55

La caissière vint te demander de lâcher ta « victime ». Une créature si fragile, si éphémère… si discrète. Elle restait calme malgré la situation, elle restait calme alors que la souffrance semblait être le trait dominant de l’humanité, alors que du jour au lendemain, elle pouvait disparaître. Tes forces semblèrent t’abandonner pendant un bref instant, alors tu reposas l’homme au sol, docilement, tout en gardant ta main appuyée sur son épaule pour l’empêcher de fuir.

Lorsqu’elle revint, la jeune femme attacha le braqueur qui était toujours en train de te fixer, comme un monstre de foire. Puis elle te tendit une bouteille, elle contenait de l’eau. Elle voulait que tu boives, comme si tu en avais besoin, comme si tu étais vraiment un humain. Et pourtant, une sorte d’instinct en toi guida le goulot sur le bord de tes lèvres. Tu n’avais jamais goûté d’eau auparavant. Pas une seule fois tu n’avais pu sentir cette étrange sensation que les humains nommaient le « goût ». L’eau avait un goût… tu n’avais pas les mots pour décrire ce que c’était. Pas un instant tu ne t’étais demandé où partait cette eau, tu t’étais contenté de vider la bouteille d’une seule traite, comme pour satisfaire une avidité naissante en toi.

La gentille caissière te dévisageait, tu étais trop perdu dans tes pensées pour comprendre ce qu’elle te voulait. Un sourire se dessina sur son visage, et tu eus alors l’impression d’être investi d’une sorte de chaleur, une chaleur qui n’était pas en toi, mais que tu pouvais ressentir en ton for intérieur, ça te donnait l’impression d’avoir encore retrouvé quelque-chose que tu aurais dû avoir avec toi depuis longtemps. Elle te tendit un pansement. En le prenant, tu la dévisageas également. Chaque trait de son visage, chaque mimique était lentement en train de se graver dans ton esprit, comme chaque autre visage que tu avais pu voir dans ta vie.
Mais pourquoi celui-ci restait-il aussi près de la surface par rapport aux autres ?

Tu apposas le pansement sur ton front, il dissimulait parfaitement l’impact de balle, et le métal qu’il avait révélé. Tu repensas à ce qu’elle avait dit sur le fait que tu n’étais pas humain. Ça te rongeait, au plus profond de ton cœur, tu avais envie de le hurler au milieu de la foule, jamais tu n’avais réalisé à quel point tu te sentais enfin entier, jamais tu n’avais réalisé que…

-Pourtant… c’est ce que j’ai toujours souhaité… être humain…

Ta main se remit à trembler, tu serrais les dents en la regardant. Tout ça parce que tu avais croisé Carnage, et qu’il avait anéanti toute cette puissance en laquelle tu croyais. Et pourtant, il fallait admettre que si tu te sentais entier aujourd’hui, c’était parce que son éclair psychotique avait débloqué quelque-chose qui dormait au plus profond de ton cœur.
Tout à coup, tu eus l'impression de « suffoquer », trop de choses venaient se bousculer dans ton esprit. Et ce désespoir qui te rongeait, cette peur intérieure qui était lentement en train de te détruire... ça faisait mal. L'eau que tu venais d'ingurgiter fut redistribuée à travers ton corps, aux endroit où elle pouvait s'échapper sans que cela ne soit suspect...
Tu passas ta main sous ton œil, quelque-chose te gênait. Tu vis une légère trace humide sur ton index. Comment pouvais-tu pleurer ? Pourquoi la grotesque marionnette aux airs d'être humain que tu étais avait-elle le moyen de pleurer ? Cette question finit de te briser et tu tombais à genoux, recroquevillé, tu voulais fuir le monde qui t'entourait, tu voulais juste appeler à l'aide, mais aucun son ne sortit de ta bouche. Te tenant le visage avec tes deux mains, tu pleurais l'eau que tu avais emmagasiné, mais cela semblait plus vrai que nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ PT. EXPERIENCE : 97
Inné


 : B

MessageSujet: Re: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander} Dim 3 Juin - 19:36

L'homme s'exécuta et pendant qu'il était distrait je surveillais le criminel qui tenta discrètement de tester la solidité de ses liens. Mon père m'avait appris qu'il n'y avait jamais aucun lien qu'il soit absolument impossible de défaire, il semblait néanmoins que les miens soit assez solide pour ce mec là.
« - Pourtant… c’est ce que j’ai toujours souhaité… être humain… »
Déclara le héros du jour avant de … se mettre à pleurer. Nan mais qu'est-ce qu'il me faisait là ? Je détestais les pleurnicheurs et je n'avais aucune compétence pour consoler les gens. Pensant que personne ne le regarde plus le malfaiteur s'agite de plus belle . Je ressors son arme et pose le canon sur son front, un petit rafraîchissement de sa mémoire pour qu'il se souvienne de ma présence.
Ma main tenant la crosse ne trembla pas une seule seconde lorsque je m'accroupis pour tapoter la chevelure bleu e.
« - Alors soit le. De l'extérieur personne ne remarque que tu ne l'est pas alors il n'y a aucune raison que tu ne puisse pas l'être. »
Après tout Laurel comptait un certain nombre d'Altérés et d'alien et rien ne les distinguaient des humains à moins qu'ils ne le montre. Bien entendu cela impliquait ne pas utiliser son pouvoir, mais j'avais connu un certain nombre de personnes qui s'en passerait volontiers.
Peut-être que lui aussi tentait de le dissimuler au quotidien, mais que l'incident d'aujourd'hui et le fait que sa véritable nature se soit dévoilée lui rappel de désagréables souvenirs. Malheureusement je n'étais pas la seule à être arrivé à cette conclusion.
« - Si tu me relâches personne ne saura que t'es une saleté d'Altéré. Sinon je le dirais à tout le monde. »
Je scrute le prisonnier, sa façon de penser est logique, mais il a oublié un détail. Je n'allais pas le laisser s'en tirer, et même si je dois me confronter à mon sauveur pour cela. Après tout, tout le monde peut être battu, j'en suis persuadée.
« - Et si tu fais ça je dis qu'en plus du vol tu as profité de ta position de force pour tenter de me violer. De combien ta peine sera alourdit ? »
Son regard se rive soudainement sur le mien.
« - Tu n'as pas de preuve, ce sera ta parole contre la mienne. »
Je me redresse et dans un mouvement brusque mon coude vient violemment heurter l'étagère derrière moi, y laissant un bleu.
« - Les preuves ça se fabrique et puis j'ai un témoin pour me soutenir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander}

Revenir en haut Aller en bas

Quelle est la mesure d’un vrai héros ? {PV: Alexander}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le centre ville :: La rue commerciale-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com