AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

" Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Fantastique


 : C

MessageSujet: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Dim 4 Fév - 19:25

" Je pourrais te greffer des ailes "
____________________________________________________________________
Une lapine volante, qu'elle adorable vision.



Il est 17h30 et demain c'est son premier jour d'école.

Un bouvier australien, du nom de Carl, vint rôder entre les jambes du brun. Assis sur son canapé, il relit les dernières notes qu'il s'est écrites pour la rentrée. C'est un peu stupide, il connaît déjà chaque mot, mais il est nerveux. Son premier jour de travail, dans un nouvel endroit, avec de vraies personnes.

Ce n'est pas que la SAD ne possède pas de vraies employés, mais... C'est juste que personne n'est vraiment très amicale. Donner son nom ou prénom est déjà une question plus que tabou, sortir boire un verre avec des collègues après le travail : juste inconcevable. Travailler pour cette agence ultra secrète était la meilleure occasion de sa vie. Sauf pour sa vie sociale. La seule personne qu'il côtoyait souvent, chez les agents secrets, c'était le STALKER, un nom de code ne correspondant pas du tout au caractère "jovial" et "sociable" du guerrier. Ce dernier n'était pas du genre à harceler qui que ce soit au boulot, d'ailleurs, Edwin s'était renseigner auprès de quelques collègues, tous lui confirmèrent ses soupçons, personne ne semblait être proche de lui. Du coup, depuis son arrivée à la SAD, c'est Ed' qui jouait les Stalker auprès de celui-ci. Enfin juste le temps de s'enquérir de sa santé, savoir s'il avait besoin de soins et quelques banalités, sans jamais révéler qui il était.

Carl remue la queue, il s'assoit face à son maître, et lui donne la pâte. La fée lui sourit.

" Mais oui mon beau, je sais, je ne devrais pas autant m'inquiéter."

Un braque Allemand s'approche, il gémit, en remuant lui aussi la queue. Edwin rit, il gratifie tous ses compagnons puis se lève.

" Bon, j'ai compris. Vous avez faim n'est-ce pas ? Je n'ai plus de croquettes, je vais aller en acheter. Je reviens tout de suite d'accords ?"

Le damoiseau enfila son manteau imitation cuir, une longue et épaisse écharpe de couleur rouge, il mit rapidement ses chaussures, et jeta un dernier coup d'œil en arrière. Tous ses compagnons l'observaient. Même les deux félins, sur une comode, semblaient attentifs à son départ.

" Je reviens dans peu de temps, pas de bêtise ! À toute suite ! "


Il ferma la porte et disparu dans le crépuscule. La nuit tombait déjà, enfin, il le supposait, car le ciel était d'un gris sombre. Il espérait de tout cœur que la pluie attende son retour pour tomber. Il était confiant.

Edwin vivait dans un appartement, au rez-de chaussé, à la limite du centre-ville et du quartier Aselius, un coin parfait pour et se détendre, profiter des commerces du centre et de la proximité de son emploi officieux.
D'un pas non-chaland, il se dirigea vers un petit super marché. Il acheta un sachet de sucettes, pour ses futurs patients, ainsi que la nourriture de ses chiens. Dix kilos grammes de croquettes bio. De quoi tenir cinq jours, seulement. À raison de 300g de croquettes par chien et par jour, il était facile d'imaginer qu'Edwin était un des meilleurs clients de cette marque.

Il se rendit à la caisse, salua le caissier qu'il voyait souvent et régla. Pour un sourire, on lui offrit même un petit sac en carton pour son sachet de bonbons. Edwin le remercia et sorti. Il s'arrêta quelques centimètres après le pas de la porte.

Une pluie diluvienne tombait. Il rit. Le comble. Edwin avait espéré, il avait même été persuadé qu'il ne pleuvra pas. Non, pas sur une sortie d'à peine 20 minutes. Eh bien si.

Il remonta son col. Serra son écharpe. Il se préparait à petit sprint. À l'instant où il allait se lancer, une jeune fille le percuta légèrement. Muni d'un parapluie protégeant son visage, elle ralenti quelques secondes avant de reprendre sa course effrénée à travers les rues.

La fée observa sa silhouette s'éloigner. Il haussa les épaules. Une demoiselle très pressée. Soudain ses yeux d'or se figèrent sur un objet, sur le sol, de forme rectangulaire. Le jeune médecin le ramassa. Elle avait fait tomber son portefeuille. Sans hésiter une seconde, son sachet kraft, et son sac de croquette de 10kg, il s'élança à la poursuite de la jeune femme. Il l'aperçut au loin, son regard perçant la suivant. Il gagna un peu de terrain, mais pas assez, lorsque plusieurs fois, il l'appela "Mademoiselle ! ", elle ne ralentit point. Apercevant lorsqu'elle tournait le poursuivant courrait dans ses traces. Pas encore essoufflé, il décida d'augmenter sa vitesse et distinguer dans le portefeuille de la demoiselle un nom.

Il trouva d'abord le prénom et augmenta son rythme ensuite. Les virages dans les rues et avenues le ralentissaient toujours un peu. Jusqu'où allait courir cette lapine, et après quoi ou pour fuir quelle sorte de chose allait-elle si vite ?

Il n'était plus très loin d'elle.

" Mitsue Yoshiji ! " Il ne prononça sûrement pas très bien la seconde partie, mais la première était clairement audible.
Et même par des passants au bout de la rue qui se retournèrent.

L'avait-elle entendu ? Ralentissait-elle ?

Edwin était complètement trempé, de ses chaussettes à son caleçon, sans parler sa chemise sous son blouson. L'écharpe qu'il s'était tricotée n'était plus qu'une éponge imbibée.
Il arriva à la hauteur de la demoiselle. Il entra furtivement sous le parapluie, sa main gantée attrapa délicatement le bras du lièvre.


" Mademoiselle Mistue..." Il reprit son souffle en trois inspirations. " Vous êtes une rapide !"


Il repositionna son sac à croquette. Il lui tendit sa trouvaille.


" Vous l'avez fait tomber tout à l'heure, près du Super-marché. Il s'agit de votre portefeuille n'est-ce pas ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ PT. EXPERIENCE : 382
Inné


 : B

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Lun 5 Fév - 20:54








I believe I can fly ?




Ah la la.

Ah la la la la.

On en a déjà eu des mauvaises journées, ça arrive à tout le monde après tout. Le réveil qui oublie de sonner, l'eau froide sous la douche, plus de lait pour les céréales, plus de filtre à café, une tâche sur la chemise tout juste sortie du propre, l'orteil qui rencontre un pied de table, le chat qui a vomit sur les chaussures, … Toutes ces mauvaises chosent qui, mise bout à bout sur une seule matinée, peuvent faire perdre la tête à n'importe qui.

Et, avec tout ça, les pneus crévés du vélo qu'on a pas pensé à réparer durant le week-end, trop occupée à essayer de jouer à l'héroïne et à sauver le monde. En vain. Tu auras bien réussi à mettre un agresseur entre les barreaux, moyennant le bras d'un camarade Joker grâce à ta maitrise approximative du pouvoir de puissance que tu avais récupéré sur le coup.

En clair ?

Un dimanche pathétique et un lundi matin qui avait une tête de lundi matin.

Autant rester dans ton lit, c'est ce que tu te dis sur le moment. Prétexter à Bao un mal de crâne, ou une douleur aux mains. Rabattue sur toi même fixant ton vélo inutilisable, tu pèses le pour et le contre. Pendant une longue minute. Tu ne peux pas aller faire les livraisons à pied, le resto recevra des coups de fil de plainte par centaine. D'un autre côté, le petit fils peut toujours venir faire ton remplacement... Mais est-ce qu'un vrai héros fuit comme ça ces responsabilités... ?






« Bao ! Je suis là ! », annonce la voix plus essoufflée du monde.

Dans l'encadrement de la cuisine, le visage souriant de la vieille asiatique se présente.

« Tu ne t'es pas occupé de ta roue, pas vrai ? », s'amuse-t-elle en lançant sur une table le journal du jour.

Journal qui relatait habilement les activités héroïques de la veille auxquelles tu avais participé. Tu te morfonds encore d'excuses, excuses bien vite tues par un bout de brioche venu se planter entre tes dents.

« Mange quelque chose va, tu n'auras qu'à t'occuper de la salle. Yu ira faire les livraisons. »

Toujours réponse à tout, jamais dans l'inquiétude. Le respect que tu as pour Bao et ses nerfs en acier trempé grandit de jour en jour. Tout semble tellement simple avec elle, comme s'il n'y avait jamais de problèmes à rien. Rapidement, les premiers coups de midi sonne, et la salle s'emplit de client. Yu râle pendant un moment de perdre la gestion des commandes pour se retrouver dehors, mais il se met vite au travail.

Finalement, tout se passe au mieux, et il ne reste vers la fin de l'après-midi que les habitués restés pour parlementer sur tout et rien avec la patronne. Tranquillement, l'esprit vague, le nez dans la vaisselle, tu essayes de penser à ce que tu feras ce soir. Une patrouille ? Un plateau télé ? Tu n'es pas du genre à aimer rester chez toi à ne rien faire, mais d'un autre côté, tu as déjà fait bien assez de bêtise pour le reste de la semaine. Va t'occuper de ton vélo plutôt, histoire d'être prête au travail demain.

Manteau sur le dos, tu salues la troupe de vieillards. Tu n'es là après tout que pour le service du midi. Dehors, le temps se grise et s'assombrit. On sent que la fin de la journée approche. Sur les routes déjà, les premiers sortit du travail s'accumulent. Dans les rues, la masse de piéton augmentent. Les écoles et les bureaux se vident pour se déversser dans la ville. Quelque part, sentir que tu fais partie intégrante de ce mouvement te perturbe. Oh non, petite Mitsue, tu n'aimes pas te fondre dans la masse, pas vrai ? Tu veux être une étoile qui brille plus que les autres. Une étoile qui accorde les vœux. Une étoile qui sauve les ge...

La sonnerie de ton téléphone qui s'élève te tire de ta rêverie.




Ah la la.

Il a des journées qui commencent mal, et d'autres qui se finissent mal. Tu auras mangé cette journée par les deux bouts, ma chère. Une livraison de dernière minute pour un client des plus précieux, dont Bao acceptait les requêtes même les plus tardives. Déjà remise en cuisine lorsque tu arrives enfin, tu n'as pas le temps de poser ton manteau qu'elle te fourre dans les bras le sac contenant le repas à livrer.

« Avant 18h, tu connais l'adresse. Je compte sur toi, Légende. »

Urgh. Elle nous pouvait décemment rien lui refuser lorsqu'elle l'appelait comme ça...

A l'horloge, les prémises de 17h45 qui s'annoncent. Sur la carte, presque 20 minutes de route à pied. Tu te contentes d'insulter intérieurement Yu qui s'était déjà fait la malle -sans même avoir aider à faire la vaisselle en plus- te forçant à effectuer ce dernier boulot de la journée en catastrophe. Pas le choix, il va falloir tracer. Bien entendu, pour ne rien laisser au hasard, la pluie décide de se montrer. Slaloment entre les gens et les gouttes, tu pousses ton corps à bout afin d'arriver dans les temps, jusqu'à pénétrer dans la rue de ta destination.

« Mitsue Yoshiji ! »

Mmh... ?

Il faut un temps à ton cerveau pour comprendre que ce nom que l'on criait était le tien, et un temps encore pour comprendre que l'on te demandait d'arrêter ta course. En relevant la tête de sous ton parapluie. Face à toi, un homme qui semble aussi essouflé. Sans écouter ce qu'il te dit -car sûrement que ses lèvres qui s'agitent doivent prononcer des mots, mais tu ne les entends pas- tu scrutes l'heure sur ta montre.

18h02.

Tu restes dans les temps. Ignorant complétement le personnage qui t'avait rejoint tantôt, tu te hâtes d'aller sonner chez le client quelques portes plus loin. Une adulte vient t'ouvrir et s'excuse d'avoir commander aussi tard, n'ayant pas prévu un contre temps dans sa soirée. Tu récupères l'argent de la livraison et la claquement de la porte qui résonne dans tes oreilles signe là définitivement la fin de ta journée de travail. Tu soupires de contentement.

Il était temps que tout s'arrête. Toujours pantelante, tu fouilles dans tes poches pour ranger l'argent dans ton porte-feuille en attendant de tout donner à ta patronne demain. Tu fouilles. Poche gauche. Poche droite... Sac. Pantalon. Poche droite. Intérieur. Sac. Poche gauche.

« Waah ! Mon porte-feuille ! »

Une journée qui n'a pas finit d'être sous un mauvais signe visiblement.





(c) ♥



Dernière édition par Mitsue Y. Tsukito le Mar 6 Fév - 0:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Mar 6 Fév - 0:30

" Je pourrais te greffer des ailes "
____________________________________________________________________
Une lapine volante, qu'elle adorable vision.


Des yeux améthystes se posèrent sur lui. Il la fixa à son tour, mais il se senti pas..vu. Elle ne semblait pas vraiment le regarder.

Edwin en fut intrigué. Ils étaient sous le même parapluie à se dévisagé, le demoiselle était plus petite, d'une vingtaine de centimètre. Son regard perdu dans un désert sans fin possédait une couleur singulière. Était-ce une fée ?

Au moment où il décida de s’enquérir de son état, elle disparu de nouveau, s'échappant par un côté.
Quelle mouche l'avait piquée ?

Le médecin trempé jusqu'à l'os resta immobile, surprit de ce qu'il venait de se passer.

Peut-être que Mistue n'est pas elle ? Pourtant il était persuadé que c'était tombé de sa poche. Ce parapluie si grand, comment le confondre, cette silhouette svelte, comment l'amalgamer ?

Il l'observa sonner, peut-être chez une amie, ou ses parents ? On ne sonnait pas chez soit, sauf si on oubliait les clés. Sur la sonnette d'Edwin était écris un petit mot, il fallait sonner, surtout pas frapper à la porte, sinon les chiens devenaient complètement fou.

Un homme ouvra la porte. Ah, son petit ami ? Elle a vraiment oublier les clés de chez elle.

Non plus, elle lui tend un paquet, des excuses son faites, c'est une livreuse, mais pourquoi le fait-elle a pied ?

Toujours devant la porte elle semble chercher une chose. Soudain elle s'exclame.

Edwin rit. Une jeune femme bien pressée.

" Mistue Yoshiji, C'est surement ceci que vous chercher non ? "

Il sourire amusé aux lèvres, des vêtements plaqué contre lui, les cheveux aplatis et collé sur son front, un énorme sac de croquettes dans un bras, un sac en papier se désagrégeant dans l'autre, il ne devait pas avoir l'air d'un bel inconnu, simplement d'un type. D'un genre de type assez fou pour courir sous la pluie pour rattraper quelqu'un, ou pour faire cent kilomètres pour retrouver un chien.

" Comment cela se fait que vous n'ayez pas de moyen de transport ? "

Lui demanda t-il curieux. Il s'approcha. Une demoiselle seule, dans une ville où croiser un criminel au détour d'une avenue est courant, ne le rassurait pas beaucoup.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ PT. EXPERIENCE : 382
Inné


 : B

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Mar 6 Fév - 21:19








I believe I can fly ?




« Mistue Yoshiji, C'est surement ceci que vous chercher non ? »

Indeed.

L'homme de tantôt est revenu à la charge. Sur le coup tu n'es pas bien sûre de pourquoi. Ton cerveau travaille quelque peu au ralenti maintenant que tu as balancé toute ton énergie dans cette course folle. Déjà qu'il ne travaille pas très rapidement en temps normal. Sans penser à le remercier -ou peut-être l'as-tu fait sans trop y prendre garde- tu récupères ce précieux porte-feuille qu'il te tend et te hâtes de ranger l'argent qui te servira de salaire à la fin du mois.

Un petit coup de presssion dont tu te serais bien passé, mais tout est bien qui finit bien, on va dire. Tu profites d'une seconde de clairvoyance pour prévenir Bao que tu as fait ton travail dans les temps. Tu n'en es pas peu fière, il faut le dire. C'était une mission des plus serrée après tout.

« Comment cela se fait que vous n'ayez pas de moyen de transport ? »

Mais ! Il est encore là ! Rebranche les neurones, Mitsue, ça risque d'être utile pour la suite. Tu prends enfin quelques instants pour étudier cet étrange personnage qui connaît maintenant ton nom. Avec ses deux têtes de plus que toi, tu avoues qu'il ne t'inspire pas bien confiance. Dans la précipitation, tu n'as même pas penser à vérifier que tous tes papiers étaient bien dans ton porte-feuille. Peut-être est-ce un habile voleur... Tu as naturellement bien trop confiance dans les gens pour t'en méfier au premier abord. C'est ton côté un peu bisounours.

Bon, en vrai, il n'a pas une tête de méchant ou de bandit, juste du gars un peu désespéré qui vient de se faire larguer et qui vogue sans but dans la rue alors qu'il pleut averse.

Ah.

« Vous êtes complétement trempé ! », balances-tu presque surprise.

Merci pour cette intervention de qualité, mais peut-être serait-il enfin temps de rallumer ton cerveau, tu ne penses pas ? Tu tends ton parapluie au dessus de sa tête, quitte à mettre ton dos à la merci de la pluie. Au début un rien méfiante, tu te retrouves juste triste pour ce pauvre homme. Et après un zoom de scène, tu le vois avec son pauvre sac de croquette, du genre à vivre seul avec 150 chats et à ne pas savoir se faire à manger.

Cliché n'est-ce pas ? Tu ne réfléchis jamais beaucoup plus loin dès que tu te fais une première idée de quelqu'un. Et du coup, sans chercher à en savoir plus -sans même répondre à sa question plus tôt, tu l'as oublié de toute façon- tes penchants chevalresques reprennent le dessus sur tout le reste.

« Vous habitez loin ? Je peux vous ramener peut-être ! Les héros n'hésite jamais à aider après tout ! »

En temps normal, tu lui aurais bien proposé d'embarquer ton parapluie, quitte à te retrouver toi-même imbibée d'eau par la suite. Mais comme il s'agit là de ton outil de travail, ça ne serait pas bien intelligent.





(c) ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Mer 7 Fév - 0:59

" Je pourrais te greffer des ailes "
____________________________________________________________________
Une lapine volante, qu'elle adorable vision.



Ça y est, elle le regardait a nouveau, cette fois-ci elle le voyait. En fait, elle semblait l'observer attentivement. Il lui sourit, cela dura des secondes ou des minutes, le temps n'était plus très bien  défini. Puis soudain. Elle fit une remarque. Il rit une nouvelle fois et hocha la tête.

" Oui, c'est parce qu'il pleut beaucoup."

Il se passa encore une minute dans le silence, un fond clair et léger. Pendant se temps là elle se rapprocha et installa le parapluie au dessus de lui. Dans l'état des choses cela ne servait plus à grand chose, mais l'intention était honorable.

Il aperçu au coin de la rue un homme se déplacer à lente allure. La fée ouvrit la bouche, pour lui proposer de la raccompagner, ou lui payer un taxi, mais finalement elle commença à parler. De peur de ne plus entendre sa voix il ne la coupa pas.

Edwin fut surprit de la proposition de la demoiselle, habituellement n'était-ce pas les hommes qui le proposaient ? Ou du moins les personnes inquiètes ? L'était-elle ?

Il passa une main dans ses cheveux, les dégageant de ses yeux. Toujours en souriant il lui répondit.

" C'est gentil à vous Mademoiselle, j'accepte seulement si en retour vous acceptez que je vous ramène ensuite en voiture, vous serrez plus au sec, et je serais plus rassurée de vous savoir à l'abris. De toute manière ce n'est pas très loin à pied. "

Edwin attendit sa réponse, ou un regard acquiesçant et commença a faire un pas, il attendit la demoiselle au regard épuisé. La tête légèrement baissé pour ne pas entrer en contact avec le parapluie, il s'adapta au rythme de la demoiselle.

" Mais dites moi, vous n'avez pas répondu à ma question tout à l'heure, vous n'avez pas de moyen de transport pour effectuez vos livraison ? "

Edwin remit une nouvelle fois ses cheveux en arrière, pour apprécier cette compagnie, il avait besoin de ses deux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ PT. EXPERIENCE : 382
Inné


 : B

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Lun 26 Fév - 13:34








I believe I can fly ?




Mmh. Il sourit beaucoup pour un mec qui vient de se faire larguer, tu trouves. Peut-être est-il juste dans une phase de déni, ou de post-dépression. Tu te questionnes beaucoup sur la vie privée des gens, sale curieuse que tu es. En même temps, quand on sait que tu dépens constemment d'autrui pour pratiquer tes devoirs héroïques -pour le moment en tout cas- ton petit côté voyeuriste a bien vite vu le jour.

Le pauvre. Même sous sa gestuelle de bimbo à peine dissimulée, il te fait pitié avec sa tenue qui lui colle tellement au corps qu'on en dirait presque du bodypaint.

« C'est gentil à vous Mademoiselle, j'accepte seulement si en retour vous acceptez que je vous ramène ensuite en voiture, vous serrez plus au sec, et je serais plus rassurée de vous savoir à l'abris. De toute manière ce n'est pas très loin à pied. »

Qu'il dit d'un coup, sorti de nul part. Si tu as quelque peu du mal à réagir sur le coup, tu décides d'en rire un rien, secouant la main en signe de refus. Tu commences à avancer, le forçant à se caler à ton rythme et à ta hauteur (putain d'occidentaux massifs). Tu mets un petit temps avant de répondre clairement à sa proposition, cherchant surtout tes mots pour exprimer au plus simplement ta pensée.

« Okay j'ai ! Imagine, tu es une pauvre petite femelle sans défense qui se balade toute seule dans la rue. Comme t'es une meuf sympa, tu décides de venir en aide à un pauvre inconnu. Inoffensif peut-être, mais on en sait rien. Et là, BAM ! L'inconnu te propose de monter dans sa voiture. Toi, petite femelle sans défense, tu acceptes ou pas ? »

Ouais, retourner et décrire la situation dans laquelle tu étais déjà, c'est ça qu'il t'a fallu chercher pour partager le fond de ta pensée. On ne te le dira jamais, Mitsue, mais tu es un génie. Bon, espèrons au moins qu'avec ça, il comprendra qu'il n'a pas à faire à une idiote qui monte dans les camionettes blanches des gens pour une poignée de bonbons. Son instinct de survie déconne pas à ce point, faut pas rigoler.

Durant la route, même si tu sembles avoir prit la tête de la marche, tu t'adaptes sagement aux changements de direction de... Du gars sans prénom. Il reste dans des coins de la ville que tu reconnaîs plus ou moins, et évite au moins les adorables petites ruelles sombres. Quelle galanterie. Galanterie qui s'arrête bien vite pour revenir te poser des questions, que tu commences à trouver un rien insistantes. Juste un rien.

« Et toi, pourquoi tu n'as même pas un gros blouson pour les temps de pluie? », souris-tu.

Deux choses à savoir. D'une, Mitsue déteste et détestera toujours qu'on la vouvoie, et de devoir vouvoyer. De deux, ça commence à devenir flagrant, mon grand. Quoi, tu te renseignes sur ta prochaine victime ? Sera-t-elle capable de te fuir si tu décides de lui courir après un jour ? Comment se déplace-t-elle usuelement ? Oh ! Un stalker ? Un fan peut-être ? Mais c'est bien sûr ! Mitsue, le voilà, ton jour de gloire. Ton tout premier fan.

Te voilà émue.

Toujours sans répondre à cette question -qui va finir par devenir un running gag à force- il finit par s'arrêter devant une bâtisse dont tu devines habilement que ça doit être chez lui. Ça va, la route n'aura pas été si longue que ça, et tu n'es même pas si loin de ton chez toi à toi. Une bonne action d'une rare efficacité que tu ne manqueras pas de noter dans ton journal intime ! Tu es prête à abandonner le bonhomme à sa super vie de fan de la grande Alice quand, au travers d'une fenêtre, un petit museau pointe.

Un potit chat. Que tu regardes. Qui te regarde -avec un dédain notable, c'est un chat après tout. Mais que tu regardes malgré tout, avec beaucoup d'amour. Tu te souviens alors de ce qu'un grand homme à dit un jour.

« Ne jamais croire les gens qui n'aiment pas les chats. »

Assumons que la réciproque est vraie, et que l'on doit croire ceux qui les aiment ?





(c) ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Lun 5 Mar - 16:51

" Je pourrais te greffer des ailes "
____________________________________________________________________
Une lapine volante, qu'elle adorable vision.


La demoiselle refusa d'un geste, Edwin s’apprêtait à négocier quand elle sortit un argument de masse. La fée grimaça face à cette explications bien montée et logique.

A son  tour il se tu. Quant à la deuxième réponse, le sourire malicieux revint orner son visage, après une réplique de parade.

Ils marchèrent encore un instant, sans que ni l'un ni l'autre ne répondent. Ils s’arrêtèrent devant chez lui. Devait-il le préciser ? Cela semblait évident.

Il aperçu Wolverine au bord de sa fenêtre observer le monde. Edwin se tourna vers sa raccompagnatrice. Elle semblait également observer le félin.  

Il repositionna une énième fois le sac de croquettes de ses canidés. Il inspira profondément et déclara :

" Je ne pensais pas qu'il pleuvrait. Je n'ai donc pas prit la peine de prendre un parapluie, ou un blouson plus épais." Il marqua une courte pause, puis reprit sans lui laisser le temps de répondre.

" Je m'appelle Edwin Tristan Bonners, je suis médecin, je travaille dans une école près d'ici, j'ai sept chiens et deux chats, ma mère et française et mon père américain. Et voilà Mademoiselle Tsukito, livreuse de repas à emporter, nous ne sommes presque plus des inconnus. Et je n'accepterais pas de te voir rentrer seule, peu importe que tu sois la femme la plus forte du monde ou la plus rapide. Ce n'est pas polie de laisser une demoiselle rentrer seule chez elle. Si tu le souhaite, je te laisse conduire. Ou alors laisse moi me changer et je te raccompagne à pied. Je ne te laisserais, de toute façon, pas de cette manière. "

Ses pensées formulées en chemin furent toutes exprimées. Elle était mignonne, même dans la pénombre. On ne pouvait savoir ce qu'il pouvait arriver, qui elle pouvait rencontrer. Le célèbre extra-terrestre, un petit pickpocket, ou juste une vieille grand-mère. Il n'en avait cru, sa mère l'avait durement élevé, ce n'était pas pour qu'il laisse une jeune femme s'engouffrer seule dans l'obscurité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ PT. EXPERIENCE : 382
Inné


 : B

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Mer 16 Mai - 18:35








I believe I can fly ?




Tu le regardes, ne sachant pas trop si tu ne comprends pas pourquoi il fait ça ou si quelqu'un de normalement constitué dans sa tête fait légitimement ce genre de biographie à des inconnues croisées dans la rue. Sans t'en rendre compte, tu lui présentes une moue un peu bizarre. Une moue qui exprime de la pitié compatissante envers un homme qui n'avait visiblement pas une tête de méchant mais qui n'a pas l'air de s'avoir spécialement bien s'y prendre avec les... Femmes ? Les gamines ? Les autres êtres humains ?

Ce qui expliquerait en soit la taille du paquet de croquette sous son bras et le nom de bestioles qui sont apparues à la fenêtre en entendant leur maître devant la porte de la maison.

Mais mine de rien, il a une bonne tête. Une bonne tête de gars qui vit tout seul avec tous ses animaux et qui ne doit pas beaucoup sortir, mais une bonne tête quand même. Allez, au pire, il te raccompagne juste que chez toi et peut mettre une adresse sur ton visage. Est-ce que toutes les grandes stars mondiales n'ont pas très justement ce problème aussi ? Au pire du pire, c'est un paparazzi. Ça te fera de la pub. Et au pire du pire, un criminel qui t'en veux car il comprend bien que tu seras bientôt la plus dangereuse héroïne qui puisse exister. Un bon coup dans la nuque et on en parle plus.

Puis tu te rappelles d'un certain détail, voir même d'un détail certain, et tu lèves le museau vers le bronzé.

« Awai par contre, jamais de la vie je monte dans une voiture moi. »

Tu n'en es déjà plus au fait que monter dans la voiture d'un inconnu pour qu'il te ramène chez toi te dérange pour des raisons évidentes, mais au fait que monter dans des voitures... Bah tu n'aimes pas ça. La seule personne avec qui tu le supportes à peu près, c'est cet empiafié de Sam', mais l'enculé conduit tellement vite que tu n'as pas spécialement le temps de te rendre compte de quoi ou qu'est ce que vous êtes déjà arrivé à destination.

Mais tu ne soulèves pas ce point à voie haute. Assumer devant un fan que tu as une peur parfaitement raisonnée et logique des véhicules motorisés, c'est pas tout à fait la classe. Tu sors donc l'excuse que tu sors à chaque fois dans ces cas là. L'excuse qui marche toujours, on ne saurait dire pourquoi.

« J'ai mes 10.000 à faire par jour pour me maintenir en forme, et je les ai pas encore atteins. C'est pas sérieux quand on veut une hygiéne de vie respectable. »

Hygiène de vie respectable, dis-tu.

Quand est-ce que tu as sortis tes poubelles pour la dernière fois, Mitsue ? Rappelle-le moi rapidement, vilaine menteuse que tu es.





(c) ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 130
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Ven 1 Juin - 18:36

" Je pourrais te greffer des ailes "
____________________________________________________________________
Une lapine volante, qu'elle adorable vision.


Le médecin semble maintenant avoir l'habitude d'attendre de long moment la réponse de la jeune femme. Celle-ci semblait peu à peu se laisser convaincre quand soudain elle sembla se souvenir d'une chose importante.

Elle refusa une nouvelle fois catégoriquement. C'est comme un poids qui lui tomba sur les épaules.

L'excuse illogique qu'elle prétexta ensuite ne fit qu'appuyer sur son désarroi.

" Bon, ne bougez pas, attendez moi deux minutes, et ne partez pas sans moi."

Il fila vers la porte, il posa tous ses sacs et fonça vers la chambre. La porte d'entrée resta ouverte, mais aucun chien ne sorti. Les chiots étaient trop occupés à tenter de faire trébucher leur maître pendant qu'il changeait de t-shirt. Trois canidés par contre surveillait la porte d'un air suspicieux. Edwin se sécha les cheveux rapidement, il prit sa veste un grand parapluie et sortie.

" John Swon sort de là. "

Un grand chien blanc, de type berger suisse sortie tout heureux. Son maître ferma la porte à clé et rejoins l'étrange femelle. Le canidé la renifla mais ne lui témoigna pas de sa jubilation habituelle lorsqu'il rencontrait de nouvelles têtes. Elle sentait bizarre. Un peu comme les chiots qui ont une tare à la naissance et qu'on est obligé de tuer pour ne pas qu'il souffre. Elle sentait un peu ça.

Le berger se mit en marche suivant son maître marchant au côté de la demoiselle. Edwin prit la parole. Ses cheveux était presque sec, très ébouriffé mais presque sec.

" Vous savez, ce n'est pas grave de refuser, mais soyez au moins franche, vous ne semblez pas savoir mentir... Quel livreur à pied se préoccupe de son minimum de pas par jour ? Surtout s'il l'a déjà surement dépassé... "

Ce n'était plus un silence serein qui régnait, mais, du côté du grand brun un silence gêné. Légèrement blessé par son mensonge il préféra ne rien rajouter. Il la raccompagnerait chez elle et repartirait ensuite nourrir ses chiens. John semblait impatient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ LOCALISATION : Dans son lit sûrement
❝ PT. EXPERIENCE : 382
Inné


 : B

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue] Mer 13 Juin - 1:53








I believe I can fly ?




Perspicace, l'animal. Le chien aussi semble-t-il. Tel maître, tel chien, dit-on parfois.

Bien éduqué, son refuge -car tu n'osais plus parler là d'une maison avec quelques animaux de compagnies- reste à la porte et t'observes. Tu te sens attendrie par temps de boules de poil et de fluff, mais aucun ne s'avance vers toi, et tu ne te sens pas d'aller ne serait-ce que jusqu'au palier pour venir à eux.

Tant pis, tu te contentes de profiter de cet amas de fourrure de loin. Dans la maison, tu entends malgré la pluie les pas précipités de l'habitant de ces lieux. Il n'a visiblement pas prévu de te faire poireauter trop longtemps dehors, et tu l'en remercies silencieusement. Déjà, le voilà de retour, avec à ses côtés une grosse peluche blanche. Elle te rappelle un peu Band', mais en plus mignon et en plus propre. À l'instar de ses camarades tantôt, le chien ne semble pas tout à faire à l'aise à l'idée de t'approcher.

Toi qui as toujours eu une certaine fame auprès de la gente animal, tu en es presque vexée. Mais tu te rassures comme tu le peux en te disant que cela vient sûrement de l'éducation de leur maître.

Maître perspicace, disions-nous alors, car il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps pour démonter ton excuse la plus travaillée pour éviter les transports à moteur. En temps normal, les gens ne s'embêtent pas plus que ça à chercher le pourquoi du comment, mais il semble faire parti de la race des insistants. Mais tu ne te démontes bien sûr pas, il en faut plus pour te mettre à terre !

« J'ai un vélo normalement pour mes livraisons, mais il a été victime d'une... Crevaison sauvage. J'ai passé ma journée en cuisine aujourd'hui et j'ai ce furieux besoin de me dégourdir les jambes. »

Tu ne tiens de toute façon jamais en place. Ce n'est plus une question de te dégourdir effectivement un peu, mais plutôt de contenter ta nature profonde qui ne sait rester inactive. La route d'ici à chez toi n'est pas spécialement longue, un quart d'heure tout au plus en vitesse de croisière, mais tu n'es déjà pas trop fan de l'idée de marcher comme ça sans rien dire.

Tu t'essayes donc à lancer une discussion en posant ton regard sur le chient toujours étonnement sage.

« Et sinon, Monsieur Ed... Ward -ta mauvaise mémoire des prénoms te causera un jour des problèmes- Pourquoi autant d'animaux chez toi ? Tu fais petsitter entre deux étudiants malades ? »

Pourquoi pas après tout ? Tu n'es pas très inspirée, mais c'est mieux que rien.




(c) ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: " Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue]

Revenir en haut Aller en bas

" Je pourrais te greffer des ailes " [P.V Mistue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le centre ville-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit