AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

" J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 145
Fantastique


 : C

MessageSujet: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Jeu 8 Fév - 13:33

"J'aurais aimé être la muse d'un humain."
____________________________________________________________________
N'est-ce pas glorifiant d'avoir pu inspirer un grand artiste ? Et vous quelle est votre muse ?




Le dôme était comme une oasis naturelle, un jardin secret, il y faisait bon. Le soir des musiciens venaient jouer, échanger entre eux, créer.

Un homme, simple et grand, s'était adossé à un arbre, les mains derrières la tête, les yeux clos il écoutait les différentes mélodies qui se succédaient. A côté de cet étrange personnage un chien, un immense chien, de mauvais caractère et vieux, c'était une femelle du nom de Mamy. Son seul plaisir dans la vie était dormir, Wolverine, et la musique.

A cette instant son museau reposait sur les jambes de son maître. Habituellement elle s'asseyait près des musiciens, faisant rire plus d'un spectateurs. Mais aujourd'hui c'était différent, la vieille dame était fatiguée. Plus que d'habitude, elle voulait s'endormir et ne plus se réveiller. Elle avait eu une vie bien remplit, des enfants, puis des petits enfants, des aventures rocambolesques dans un cirque, puis dans la rue, elle finissait ses jours paisiblement chez un humain singulier. Enfin humain. Elle avait déjà vu ses ailes...

Il était doux avec elle et la meute, il les nourrissaient, prenait soin d'eux lorsque les enfants se blessaient, et puis parfois il sentait, lorsque Mamy n'allait pas très bien, un peu plus fatigué, malade, ou simplement le regard mélancolique il la levait, il la déposait dans la voiture, à l'avant, c'était sa place préférée, il mettait de la musique et se dirigeait vers le dôme. Avec John Snow ou Carl il pouvait largement aller au dôme à pied, en quelques minutes seulement, mais la grand-mère dépassait les 18 ans, ses articulations lui étaient douloureuses.

Elle sentit la main de son maître sur sa tête. Oui, elle s'inquiétait trop. Il fallait profiter. Ce moment était pour elle. Elle ferma les yeux et stoppa ses gémissements.

Edwin était proche de l'endormissement. Sa journée avait été épuisante, à cause d'une urgence à la SAD il avait du quitter rapidement et discrètement son travail à la Sup', la plaie démentielle de l'agent ne fut pas des plus simple à soigner.

Il était ensuite retourné à l'école des héros pour s'occuper de trois jeunes ayant eu une intoxication alimentaires. Lorsqu'il était rentré à la maison, les chiens étaient beaucoup plus calme que d'habitude. La fée avait surprit Pantoufle et Chaussette blottit contre le lévrier irlandais, ainsi que julien voler un plaid pour lui apporter.

Edwin ne mit pas longtemps à comprendre, c'était bientôt la fin pour la doyenne.

Quelqu'un s'assit à ses côtés. La chienne remua un peu, mais l'être créa quelques notes, avec un instrument qu'Edwin n'identifia pas.

C'était doux, cela contait une histoire, belle et émouvante. Pleine d'aventure et de passion. Il ouvrit ses yeux d'or et observa sa belle.

Elle regardait l'inconnu, elle pleurait. Edwin la serra dans ses bras.

" N'ai pas peur ma belle. C'est comme une autre aventure qui commence. Tu n'auras plus mal, tes amis te manqueront mais tu te réincarnera dans une grande personne."

Le chienne lui lapa le visage et se coucha entre les deux hommes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Ven 9 Fév - 0:08

Andrej se promenait, comme à son habitude, dans Laurel. S'étant particulièrement ennuyé aujourd'hui, et ayant parlé dans un bar axé musique d'un quartier très artistique où des musiciens se réunissaient pour jouer, il avait décidé de partir explorer cette partie de la ville, ce fameux quartier Aselus. Et il ne n'explorait pas seul, il avait emmené un trio d'instruments à cordes qu'il portait par on-ne-sait quel miracle dans trois housses sur ses deux épaules et dans son dos.

Il s'assit sur un banc à l'orée du quartier et, profitant qu'il avait tout son temps devant lui, ouvrit les sacs pour se remémorer de bons souvenirs. Il y avait tout d'abord sa vielle à roue. Un instrument de grande valeur, aussi bien monétaire que sentimentale. Il l'avait récupérée chez un luthier, sa toute première, celle qu'il avait reçu du Vieux Nowy étant malheureusement morte, comme tout le reste. Il avait eu la chance d'en trouver une similaire à sa toute première. Elle était pareille, à la différence qu'elle était plus moderne, de meilleure facture, et avec un son qui faisait frissonner de plaisir rien qu'en l'imaginant. Il l'aimait, à tel point qu'il hésitait à lui donner un prénom. De tous ses instruments, d'ailleurs, c'était peut-être son préféré, et Dieu seul savait combien il en avait en tout. Il se plaisait à laisser glisser ses doigts sur la roue, à mettre la sangle sur son épaule, à faire tourner l'instrument tout en laissant les notes fuser, le plus simplement du monde, comme si ... comme si la vielle décidait de la mélodie d'elle-même.

Et puis il y avait son luth. Aussi fidèle que sa vielle. Il croyait même qu'il l'avait acheté au même endroit, d'ailleurs. Vu l'argent qu'il avait donné au luthier, il avait sans doute pu vivre deux mois sans faire aucune vente. Son luth, c'était quelque chose. Un son si doux, si mélodieux. Et la sensation du toucher de la corde par ses doigts usés par la corne à force de jouer. Il en avait fait, des choses, avec. Il en avait chanté, des berceuses, calmé des nuits difficiles d'un certain petit Soubarov, tué des gens. Toujours en pinçant ces cordes.

Et enfin, sa dernière acquisition, un petit bijou, son nyckelharpa. Celui-là était magnifique, et il l'avait acheté il y a de cela six mois, à un collectionneur. Cet instrument était, eh bien, sans doute le seul à réussir à rallier les deux adjectifs étrange et familier ensemble. Il ressemblait à la fusion entre un violon, un cercueil, et un orgue. Cela émettait un son magnifique, et c'était drôle d'en jouer, que fallait-il demander de plus ? De ne pas coûter si cher, peut-être, car c'était loin d'être l'instrument au prix le plus abordable. Il fallait dire qu'une merveille comme celle-là, qui plus est aussi rare, ne pouvait coûter que l'équivalent de trois fois un salaire moyen. Et c'était lui qui l'avait. Et il en était fier.

Et pourtant, aussi vieux et extravagants, et magnifiques soient ces trois instruments, un seul se trouvait toujours sur lui. Un seul et unique, sans doute le moins cher, d'ailleurs. C'était aussi le seul instrument à vent auquel il aimait jouer, préférant d'habitude avoir la voix libre pour chanter. Mais ce petit instrument était pourtant le plus utile, son couteau suisse, en quelque sorte. Et il s'agissait de son harmonica. Son pauvre petit harmonica à l'air assez pathétique, légèrement usé, mais qui marchait toujours du feu de Dieu. Celui-là même qui lui servit à sauver son petit-fils. Le seul qui alliait facilité de transport, valeur sentimentale, et ergonomie.

"Allez, assez rêvassé. Visitons donc ce beau quartier."

Il referma ses sacs, puis se releva et se dirigea vers ces jardins géants.

Il marchait au milieu de ce sanctuaire de la nature qui trouvait le moyen d'être à la fois de niveau technologique abracadabrantesque et écologiquement viable. Il marchait, lentement, à son rythme, jusqu'à tomber sur ce dôme d'où émanait une douce mélodie. Il s'agissait sans doute de ce lieu dont on lui avait tant parlé. Il rentra sous la structure pour trouver des musiciens, quelques uns, venus jouer, et dont certains discutaient entre eux. Il sentait qu'il allait bien se plaire, ici.

Il vint s'asseoir près d'une chienne qui n'avait pas l'air en forme. C'était dommage de la voir ainsi, alors que la mélodie régnait. Mais il pouvait faire quelque chose. La seule question qu'il se posait était de quel instrument il allait bien pouvoir jouer. Mais après tout, il avait toute la soirée, alors il prit un instrument au hasard, et cela tomba sur le nyckelharpa. Il avait de la chance, il comptait justement faire découvrir cet instrument qu'il avait découvert si tard lui-même.

Il le prit, et laissa les notes fuser.

Spoiler:
 

Il jouait, mais décidait de n'utiliser son pouvoir que sur la pauvre chienne affaiblie par le temps. Les autres pouvaient toujours simplement profiter de la musique. Et lorsqu'il s'arrêta de jouer, il remarqua que la chienne semblait être triste. Peut-être son pouvoir ne marchait-il pas sur les animaux, ou avait-il fait erreur sur la musique à employer ? Peut-être simplement avait-il préféré suivre ce que son cœur souhaitait jouer. Toujours était-il qu'il n'était visiblement pas le seul à vouloir réconforter le vieux canidé. Un homme s'approcha d'elle, et dit :

"N'ai pas peur ma belle. C'est comme une autre aventure qui commence. Tu n'auras plus mal, tes amis te manqueront mais tu te réincarnera dans une grande personne."


La chienne semblait enfin avoir trouvé le confort, car elle lapa le visage de l'inconnu, puis se coucha entre lui et le vieux Soubarov. Il était impressionné, cette personne devait vraiment savoir s'y prendre, avec les animaux. Et il avait en plus l'air d'être mélomane, pour venir ici. C'était la raison principale qui poussa Andrej à lui parler.

"Dites donc, vous savez y faire, vous, avec les animaux. Elle n'a pas l'air d'être heureuse, mais vous êtes sûr qu'elle va bientôt mourir ? C'est triste."

Il baissa la tête un instant, et regarda ses sacs. Il rangea rapidement celui qu'il avait pour en prendre un moins encombrant avec lequel il pouvait s'amuser tout en discutant, à savoir son luth.

"Euh, cela vous dérange si j'en joue ? J'aime bien discuter avec les gens, mais en jouant, c'est encore mieux."

C'était lui ou il parlait pour ne pas dire grand chose ? Bah, ce n'était pas bien grave.

"Vous ... vous venez souvent ici ? Vous aimez la musique ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 145
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Ven 9 Fév - 12:22

"J'aurais aimé être la muse d'un humain."
____________________________________________________________________
N'est-ce pas glorifiant d'avoir pu inspirer un grand artiste ? Et vous quelle est votre muse ?


Edwin jeta un coup d’œil à son voisin il paraissait surprit. Il croisa son regard mature.

La couleur de ses yeux étaient très particulière, jaune, pas dorée, non scintillante, mais d'un jaune clair assez prononcé. Était-il un doté lui aussi ?

Jusqu'à ce jour toutes les personnes ayant une couleur d’œil particulière qu'Ed avait rencontré, ils se révélèrent tous être des dotés.

L'homme lui demanda si jouer en même temps que discuter le dérangeait, Edwin fit non de la tête en écoutant la question suivante.

Il baissa ses pépites d'or sur sa belle et sourit.  

" Je viens de temps en temps, j'aime la musique, mais c'est principalement pour elle que je viens. Cette ambiance, voir les artiste et écouter la musique, elle adore. J'aurais aimé être musicien, une branche lointaine de ma famille se consacre à la musique. Mais petit ma mère ne m'en a pas laissé l'occasion. Je ne me plains pas, parce que grâce à ce que je suis devenu je peux aider tout le monde sans distinction. Y comprit cette vieille dame. " Il gratta entre les oreilles de la concerné. " Cela fait quelque temps qu'elle vit chez moi, j'ai apprit à bien la connaitre, et oui, là je pense qu'à la fin de la semaine elle aura rejoint les esprits. "

Le brun laissa un court silence puis demanda à son tour.

" Et vous monsieur, je vous retourne la question, c'est la première fois que je vous aperçois ici, je n'aurais pas oublier une présence comme la votre. " Sourit-il.

Edwin n'était pas un menteur. Habitué à retenir le fonctionnement de toutes les cellules, il n'avait aucun mal à retenir le visage d'une personne et le contexte de leur rencontre. L'homme à qui il parlait lui semblait être une personne mature, et sage. En tout cas Mamy l’appréciait, elle avait tendance a grogner contre tout le monde. Mais pas lui, il jouait pour elle, comme un petit fils souhaitant faire plaisir à sa grand-mère,ou comme un jeune homme complimentant une femme esseulée.

Se vieille homme était son Don Juan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Dim 11 Fév - 11:07

L'homme aux yeux dorés lui répondit de manière sympathique. C'était déjà un bon point, Andrej ayant eu peur de le déranger à lui parler, et s'étant même trouvé très maladroit. En y pensant, c'était assez drôle de se dire qu'il pouvait avoir du mal à s'exprimer en pareille condition alors qu'il était sorti pratiquement indemne de situations bien pires.

Il le regarda un bref instant dans les yeux, avant de répondre d'un signe de la tête que la musique d'Andrej ne le dérangeait pas. Il soupira légèrement de soulagement. Cela faisait un petit moment qu'il n'avait pas eu l'occasion de se lâcher sur ses instruments, et quand il avait l'audace de le faire dans sa chambre d'hôtel, ses voisins venaient frapper à sa porte pour râler, et le seul côté de lui qu'il en venait à déchaîner, c'était son côté vieux grincheux.

L'homme aux yeux dorés baissa la tête, sourit, puis répondit à la deuxième question du vieux Soubarov. Il dit que même s'il appréciait la musique, il venait davantage pour la nouvelle auditrice canine d'Andrej. Il parla des musiciens de sa famille, et du fait qu'il n'ait pas travaillé son potentiel, mais que cela lui avait permis de devenir quelqu'un qui aide tout le monde. Puis il dit qu'elle habitait chez lui, et confirma qu'elle allait bientôt mourir.

"C'est bien triste." fit Andrej à voix basse, baissant la tête.

Puis, après un court blanc, l'homme demanda :

"Et vous monsieur, je vous retourne la question, c'est la première fois que je vous aperçois ici, je n'aurais pas oublier une présence comme la votre."

Andrej lui sourit à son tour. Il n'était pas faux du tout de dire qu'il avait un physique plutôt reconnaissable. Ce n'était pas tout le monde qui avait les yeux jaunes, des cheveux blancs, et une bardée de cicatrices à en faire pâlir de jalousie un gladiateur, le tout en étant musicien.

"Moi ? Et bien, il s'agit de ma première fois ici, voyez-vous. A vrai dire, je ne suis même pas Laurelien. J'habite dans une petite ville à la frontière entre le Canada et le Montana. Là-bas, le climat me rappelle celui de mon pays natal. Et comme je vagabonde très souvent, avec mon vieux side-car, qui m'a lâché en arrivant ici, à travers l'Amérique du Nord, je me suis retrouvé piégé par la quarantaine. Et je n'ai appris l'existence de ce lieu que très récemment. Donc me voici."

Il haussa les épaules tout en continuant de jouer de son luth. C'était-là le seul sentiment qu'il pouvait retranscrire, un haussement d'épaules, un "bon bah tant pis" nonchalant, et pourtant empli de regrets. Ce qu'il n'aurait pas donné pour revoir sa famille. Il avait raté les fêtes, bon sang ! Il savait pourtant que ce n'était pas sa faute, il était obligé de passer par là. Mais il s'en voulait tout de même. Il se ressaisit, et continua de faire connaissance.

"Enfin bref. Nous n'avons pas fait les présentations. Je suis Andrej Soubarov, musicien, et historien. Si vous vous intéressez à l'histoire de la Pologne et la vie là-bas avant l'invasion allemande en 1939, peut-être avez-vous pu tomber sur un de mes livres. Enfin, je suis loin d'être le seul écrivain à en parler, mais j'en fais partie, alors ce n'est pas impossible. Et à qui ai-je l'honneur de m'adresser ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 145
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Sam 17 Fév - 22:44

" J'aurais aimé être la muse d'un humain"
____________________________________________________________________
N'est-ce pas glorifiant d'avoir pu inspirer un grand artiste ? Et vous quelle est votre muse ?


Cet homme était donc un de ceux enfermé à leur insu. C'était bien malheureux pour ce genre de personne, privé de leur famille, de leur ami, parfois même de leur travail. Edwin avait entendu l'histoire bien macabre d'un homme ayant perdu son travail pour avoir été "enfermé" à Laurel. Et celle d'une autre ayant loupé le jour de son mariage, elle s'était retrouvé seule dans cette grande ville.

Apparemment il n'était pas des plus à plaindre, ayant ses instruments avec lui, il ne semblait pas malheureux. Mais il n'était surement pas emplie de bonheur, qui pouvait l'être.
La fée avait-été appelé la veille de la mise en quarantaine, la SAD lui avait clairement ordonné de rentrer avant une heure précise.
Sa famille était restée de l'autre côté, mais il n'était pas là par contrainte.  

A sa nouvelle prise de parole Edwin lui souri et se présenta.

" Enchanté Andrej, je m'appelle Edwin Tristan Bonners, mais appelez moi Ed'. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire vos ouvrages, mais j’apprécie beaucoup la lecture de qualité, si vous me les conseillez, je les lirais avec plaisirs. Je suis médecin à Laurel, chirurgien urgentiste à la "retraite" diront nous, et voici Mamy " dit-il en désignant la  vieille lévrier irlandaise." C'est une grincheuse, mais également la "maman" du reste de la meute. "

Curieux de sa situation Edwin lui demanda :

" Mais dites-moi vous avez facilement trouvé à vous loger ? Si jamais vous le souhaitez je peux vous aider à trouver du travail, je travail dans une école qui chercherait peut-être un professeur d'histoire ou de musique pourquoi pas. "

Entre adorateur de musique ils pouvaient bien s'aider non ? De plus Andrej avait réussi d'une manière assez troublante à calmer une des crises d'angoisse de la chienne.

Il semblait être un homme sage et bon. Edwin l'imaginait également capable de se montrer dur et ferme. Mais après tout il ne faisait peut-être qu'imaginer. Ce n'était un inconnu rencontré au détour d'une mélodie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Dim 18 Fév - 23:10

Le jeune homme sourit et se présenta. Edwin Tristan Bonners, ou Ed'. Effectivement, cela faisait plus court. Il disait ne pas avoir lu ses livres. En réalité, cela ne faisait aucun doute pour le Vieux Soubarov. Mis à part les vieux polonais, personne ne s'intéressait vraiment à l'histoire de la Pologne. Malheureusement pour lui, d'ailleurs. Ses livres ne s'étaient d'ailleurs bien vendus que là-bas, les autres pays faisant preuve d'un je-m'en-foutisme assez conséquent.

Ainsi donc, il était médecin. Il ne mentait donc pas quand il disait qu'il pouvait aider tout le monde. Andrej en vint à se demander ce qu'il aurait fait dans la vie si il n'avait pas été tué durant la guerre. Peut-être aurait-il pu devenir musicien dans un groupe. Peut-être à son compte. Il avait eu l'impression d'avoir péri trop tôt quand il entendit que depuis, on utilisait de plus en plus les vieux instruments dans la musique. Ce "metal symphonique", ou "metal folklorique", comme ils l'appelaient. C'était un peu violent à son goût, mais il aurait pu devenir célèbre en en jouant. Mais l'heure n'était pas au conditionnel, ce qui était fait était fait, et avec des si, on coupait du bois, mais on ne changeait pas le monde, comme il se plaisait à dire.

Puis Ed' lui présenta sa nouvelle auditrice canine. La doyenne de ce qui semblait être une meute. Sans doute des animaux adoptés par Bonners.

"Eh bien, Mamy, je suis ravi de faire ta connaissance."

Il sourit à la chienne, posa sa main sur sa tête, et lui gratta entre les oreilles. Il aimait bien les chiens, ces seuls êtres capables de vous aimer inconditionnellement de ce que vous êtes. Et si en plus ils aimaient la musique ... que demander de plus d'un animal de compagnie ? Mis à part qu'il sache faire le café ?

"Mais dites-moi vous avez facilement trouvé à vous loger ? Si jamais vous le souhaitez je peux vous aider à trouver du travail, je travail dans une école qui chercherait peut-être un professeur d'histoire ou de musique pourquoi pas."

"Ah euh et bien ..."

Ses joues s'empourprèrent légèrement, contrastant avec la pâleur du reste de son visage. Il ne savait que dire, il bafouillait, légèrement confus d'une telle proposition. Il n'avait aucune raison de refuser, mais avait-il ce qu'il fallait pour être professeur ?

"Je me débrouille économiquement, je dirais, et je n'aimerais pas rester trop attaché à cette ville, je suis et je reste un vagabond, après tout, mais ... je vais y réfléchir."

Un sourire vint se graver sur son visage, un sourire de sympathie, et de reconnaissance. Ce jeune homme, à peine le connaissait-il, qu'il lui proposait déjà de l'aider à se trouver un travail. Souhaitait-il quelque chose en retour, ou était-il simplement généreux ? La réponse se serait trouvée d'elle-même, à la lumière de ce qu'il avait dit un peu plus tôt, mais tant de générosité impressionnait tout de même le Vieux Soubarov.

"Et d'ailleurs, si jamais vous souhaitez vous-même apprendre à jouer d'un instrument, quel qu'il soit, je peux vous l'apprendre. Comme ça, si jamais vous vous ennuyez, vous pourrez jouer pour vous. Il n'y a rien de plus beau que la mélodie de la disparition de l'ennui."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 145
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Sam 24 Fév - 16:16

" J'aurais aimé être la muse d'un humain"
____________________________________________________________________
N'est-ce pas glorifiant d'avoir pu inspirer un grand artiste ? Et vous quelle est votre muse ?



Edwin rit en apercevant le visage de l'homme rougir. Cela n'était peut-être pas une expression courante chez lui. Gêné il lui donna une explication plutôt rationnel. Puis il lui fit lui-même une proposition.

" C'est très gentil de votre part, j'aurais aimé cela enfant, mais maintenant je me contente d'écouter. Je n'ai pas assez de temps pour me consacrer pleinement à une autre passion. Vous avez le temps de vous décider, de toute façon, je ne suis pas sûr que le dôme soit rapidement enlevé. "

Le jeune homme sorti un papier de sa poche et y gribouilla quelque chose. Il lui tendit.

"Si vous avez besoin d'un bon chirurgien ou d'un lit pour une nuit voici mon numéros."

Au loin une femme grondait son enfant car il s'était trop éloigné d'elle. La peur se lisait dans ses yeux.

" En ces temps compliqués, il faut que les humains...Enfin je veux dire, il faut nous nous entraidions, beaucoup plus qu’auparavant. Si j'ai l'occasion d'avoir besoin d'un musicien émérite, je vous contacterais pour sûr. "
sourit-il.

La mère tenant fermement son enfant par le bras s'éloignait rapidement. Ou pouvait-elle se sentir en sécurité ?
Les criminels n'avaient plus de frein à pénétrer chez les particuliers, pour les piller ou les tuer. Sous cette cloche de verre, peu de personne pouvaient se sentir à l'abris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Ven 2 Mar - 21:13

Ed rit en voyant la réaction gênée du Vieux Soubarov. Il devait être drôle à rougir comme cela, mais il fallait bien avouer qu'il n'était pas du tout habitué à ce genre de propositions.

L'homme aux yeux dorés répondit à sa proposition par la négative, lui expliquant que s'il l'aurait bien voulu étant enfant, le temps lui manquait aujourd'hui pour s'encombrer d'une nouvelle passion. C'était dommage, au vu de son physique, il aurait pu avoir un succès immense en jouant devant des gens, en particulier auprès du public féminin. Tant de potentiel perdu fit pousser un soupir discret à Andrej qui lui afficha un sourire compatissant.

Puis Bonners expliqua à l'homme aux cheveux d'albâtre qu'il avait le temps de se décider avant d'accepter ou non la proposition du médecin, faisant sortir la terrible vérité que le Vieux Soubarov se refusait à entendre : la quarantaine ne se terminerait pas de si tôt. Le grand-père baissa la tête. Cette idée ne lui plaisait pas le moins du monde. Rester coincé ici, quelle pensée absurde. Sa vie n'était pourtant pas ici, mais auprès de son petit-fils, de sa famille. Serait-ce encore une intervention divine ? Dieu se décidait-il à jouer avec sa seconde vie, comme s'il était condamné à payer pour ses crimes ? Un douloureux sentiment de culpabilité le submergea. Si seulement il n'avait pas décidé de partir pour une affaire au New Hampshire, si il était parti une demi-journée plus tôt, ou une journée plus tard. Si il avait pour une fois décidé de se saouler à l'absinthe après son contrat. Si ... si ... bah, à quoi bon ressasser le passé quand tout ce qu'on pouvait faire, c'était d'assumer ? Avec des si, on coupait du bois, on ne changeait pas le monde.

Et puis ce n'était pas l'heure d'être triste, l'ambiance était paisible, et la musique fusait de tous les côtés, de quoi égayer même le plus dépressif. Il se redressa, et constata qu'il n'avait pas cessé de jouer malgré la peine. Son don était décidément étonnant, même dans le pire des états mentaux, il était capable de jouer.

Il regarda Ed, qui gribouillait quelque chose sur une bout de papier, avant de le lui tendre. Andrej prit la note en cessant celle qu'il était en train de faire sur son luth. Il s'agissait d'un numéro de téléphone. Ainsi, en cas de besoin, il pourrait l'appeler. Le jeune homme regardait une femme gronder son enfant, avant de sortir qu'en ces temps troublés, nous avions plus que jamais besoin de nous entre-aider. Il l'avertit également qu'il le contacterait si jamais il avait besoin d'un musicien, un sourire plein le visage.

"Merci, Ed, si j'arrivais à me servir de mon téléphone aussi bien que de mon luth, je pourrais vous appeler en urgence."

Un rire sonore sortit de sa gorge.

"Ah ces objets modernes, je crois bien qu'il s'agit là de ma bête noire !"

Puis il reprit sur un ton plus sérieux et sage.

"Cela dit, vous avez raison, le monde va mal. Et moi qui croyais qu'après la guerre, cela se calmerait, j'avais tort. Ah, cela donne presque envie de se battre pour éviter le plus de souffrances évitables. Si je pouvais avoir tous les orphelins du monde sous la main, je crois que je leur jouerais une berceuse, et que je les borderais, quitte à ce que j'en crève. Et si j'avais les criminels sous la main ... et bien disons qu'il vaudrait mieux pour eux que cela n'arrive pas ... Mais je radote, je dois vous ennuyer avec mes divagations ! C'est ce qui arrive, lorsqu'on est un peu vieux, et qu'on s'ennuie. Et maintenant que j'ai dis ça, j'ai presque l'impression d'être ma grand-mère quand j'avais votre âge !"


Un rire d'autodérision résonna une nouvelle fois. Oh oui, il se sentait vieux, bien plus qu'il ne l'était physiquement. Et pourtant, bien qu'il ait connu l'Enfer, l'ennui lui semblait toujours aussi insupportable. Heureusement qu'ici, il était libre de jouer ce qu'il souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 145
Fantastique


 : C

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej] Lun 5 Mar - 16:51

" J'aurais aimé être la muse d'un humain, dans une autre vie peut-être."
____________________________________________________________________
Nous nous reverront, j'en suis certain.



Edwin rit avec son nouvel ami. Il n'était pourtant pas si vieux, malgré sa chevelure entièrement blanche le médecin ne lui donnait pas plus de 65 ans, pourtant son regard, à quelques courts moments semblaient avoir vécu bien plus.

Avait-il vécu la guerre en tant que combattant ? Et si oui la quelle ?

Edwin aurait été curieux de le savoir. Mais ce n'était pas le ton, ni l'ambiance adapté pour le questionner sur ce genre de sujet, lui même aurait du, en contre partie, parler de ses années de services.

Et c'est bien la seule chose qu'il redoutait. Parler de lui.

Les deux compagnons d'un soir discutèrent encore quelques minutes. Ils rirent, ils écoutèrent, ils chantèrent même une chanson connu des deux hommes. Et finalement vint le temps de rentrer.

Le vieux lévrier irlandais se leva, il étira ses pattes et fit quelques pas entre les musiciens. Edwin se leva à son tour, il serra la main de l'historien et lui promit de l'appeler en cas de besoin, s'il faisait la même chose. Il se saluèrent et se fut dans un sentiment de sérénité et de satisfactions qu'ils se séparèrent.

De son côté Edwin rentra dans son petit chez lui, il nourrit les bêtes, lui comprit et parti ce coucher. Les mélodies de l'instrument bercèrent le reste de sa soirée et sa nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: " J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej]

Revenir en haut Aller en bas

" J'aurais aimé être la muse d'un humain" [PV Andrej]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: District Aselus :: Le dôme-
Partenaires
dabberblimp" 5050

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit