AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 105
Inné


 : B

MessageSujet: J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère. Mar 24 Juil - 17:03




JOKER



Je vous ai manqué ?


Swan
Prénom
Melenthil
Nom
324 années
Age
Femme
Sexe
Humaine
Espèce
Pologne (Transylvanie)
Origine
1M76
Taille
Médecin Légiste
Métier
15 septembre 1794
Date de naissance
Une seule
Année à Laurel
En plus

❝ PARTICULARITÉS : Sa peau est marquée par d'étranges runes violettes qui se mettent à luire quand elle anime un mort. Ses longs cheveux noirs sont toujours bien peignés, et jamais attachés.
Malgré son âge avancé, Swan n'a que 23 ans physiquement, et ne vieillira plus suite à une malédiction. Jeune éternellement, mais pas immortelle pour autant !

❝ TICS ET MANIES : Elle déteste les jours ensoleillés, à tel point qu'elle ne quitte jamais son ombrelle.
 Quand elle est bloquée, qu'une situation lui échappe, elle se mord la lèvre et passe une mèche de cheveux derrière son oreille.
Quand elle réfléchit, elle se ronge le pouce gauche.

❝ PASSIONS : Ses petits plans, et les nouveautés du monde… Même si maintenant, elle a commencé à en faire le tour.

❝ PHOBIES : Swan est claustrophobe. Maintenant, elle n'a plus peur des robots, qu'elle a assimilé comme faisant partie intégrante de notre monde. Elle est aussi gérontophobe. Toute image la vieillissant entraînera chez elle d'illogiques réactions.

❝ BUT : retrouver sa place dans le monde, ou reforger le monde pour le faire à son image.

❝ RÊVE : Faire de Carnage son nouveau jouet.

Caractère

Si Swan a longtemps été quelqu'un de seulement intéressé par les rares personnes à même de la surpasser dans son domaine, ou capables de lui tenir tête, les récents événements de sa vie la poussent à revoir son jugement.

À l'origine, elle ne veut rien d'autre en ce monde que satisfaire ses désir, jugeant tout être vivant indigne d'exister à ses yeux si ils ne lui apportent rien… Elle se retrouve à apprendre à devoir dépendre des autres, leur faire confiance et… développer plus de subtilité pour les mener où elle le veut.

Elle reste persuadée d'avoir toujours raison, certaine que ses choix sont toujours les bons, et en a développé un complexe du héros. Elle est tant dévouée à ses projets qu'elle n'hésite jamais à utiliser son propre corps pour arriver à ses fins.
Seuls deux élus ont eu la chance de toucher son cœur : Blue Anderson, que Swan voit comme une attache à la réalité, et Carnage, qui représente pour elle sa dernière chance de vaincre celui qui s'est présenté à elle comme étant Satan.

A côté de ça, Swan s'est construit une image publique très positive. Aux yeux de tous, elle a juste l'air d'une gamine, ayant parfois des mots qui la dépassent. Elle semble gentille, attentionnée, prête à tout pour aider son prochain et sauver ceux qui en ont besoin. Si son pouvoir est très sombre, très poussé sur la mort, Swan mettra publiquement tout en œuvre pour n'utiliser que des corps de criminels qui se sont entre tués ou des corps d'otages lâchement abattus, leur offrant ainsi la vengeance qu'ils méritent et dédramatisant la morbidité qui l'entoure… Avec un succès… Mitigé.

Parfois, Swan se montrera joueuse et moqueuse, tant avec ses adversaires qu'avec ses amis… Mais toujours dans cette fausse joie et cette bonne humeur qu'elle porte avec elle en public.

Swan est très vague sur son passé, et n'en parle que très peu. Déjà parce qu'elle a officiellement 25 ans, et qu'elle est officiellement la fille de deux banquiers morts lors d'un assaut criminel… Alors elle évite de parler de son vrai âge, de son aventure avec Méphisto, des années passées enfermée dans les asiles du pays… Et si qui que ce soit y fait référence en public, elle feindra de s'effondrer en larmes, expliquant que c'était dû au décès de ses deux parents, qu'elle était perdue, dévastée. En fin de compte, pour le grand public, Swan n'est qu'une fille ordinaire, qui lutte pour la sécurité de ses concitoyens, ne cachant à aucun moment son identité de Joker.

Mordren
■■■ LE DON ■■■

❝ ORIGINE : Le don de Swan est un don inné.

❝ DON : Nécromancie : Animation et asservissement des morts (Elle l'appelle le Carnival Corpse)

Si elle a perdu la capacité de corrompre et décomposer les vivants, Swan n'en est pas devenue plus faible et moins dangereuse. Bien au contraire. Elle a encore repoussé les limites de son pouvoir à un point qu'aucun Nécromancien n'a jamais osé imaginer.

Ses goules sont devenues une extension d'elle-même, comme un nouveau muscle. Elle n'en perd pas le contrôle, et arrive maintenant à tirer parti de leur plein potentiel.
Une goule a la force, la vitesse et la férocité de deux hommes… Et Swan peut en tenir jusqu'à cinq en même temps.

❝ MAÎTRISE : 9 / 10
Swan a passé un an à se remettre en forme. Et elle l'a trèèèès bien fait. Après, elle ne sait pas si elle peut en tenir plus de cinq en même temps… En même temps, elle n'a jamais eu besoin de pousser plus que ça. Qui sait, peut être qu'avec le temps, elle pourra faire comme avant, envoyer des dizaines et des dizaines de goules au combat.

❝ POINTS FORTS : Swan n'a pas besoin de prendre part aux combats pour les gagner. Et ça, c'est cool.
Elle peut tenir un zombie pendant 12 heures non stop, et eux… Ne connaissent pas la fatigue.
Elle peut utiliser le même cadavre indéfiniment, mais une fois le lien rompu, il lui faut attendre une heure pour le relever de nouveau.
Swan peut faire des zombies à partir de n'importe quel être vivant non-végétal. Une fois, elle l'a fait avec une huitre, c'était hyper impressionnant ! Seulement, les Zombies faits à partir de non-humains seront très fragiles, et pourraient être détruits par une pichenette d'un nourrisson. Ils sont plus là pour meubler en fait...



❝ FAIBLESSES : On est plus à la renaissance, les gens qui disparaissent, ça se voit… Du coup, bah Swan ne peut pas tuer. Surtout que Madame a rejoint les héros.
S'il n'y a pas de cadavres dans les environs, Swan est juste une connasse hautaine.
Tout objet sacré ou béni peut détruire un Zombie s'il est enfoncé dans son crâne. Les balles en argent fonctionnent aussi.
Le feu brûle le lien entre Swan et son Zombie, lui infligeant la douleur d'une réelle brûlure dans tout son corps sur une bonne minute.
Les Zombies refusent de traverser des étendues d'eau, et son plus lent sous la pluie, moins forts, et moins résistants.
L'or ne sert à rien. 'Faut pas croire tout ce qu'on raconte non plus… Et rangez-moi cet ail, c'est pas un vampire… Et ce pieu en bois ?! Oh non mais je vous jure…


■■■ LE MATÉRIEL ■■■

❝ COSTUME : Nouveau départ, nouveau costume ! Si Swan a gardé le design de base, la Robe est maintenant dans un tissus plus résistant et ignifugé, et son masque est une copie moderne de l'ancien.

❝ ARME : La canne de marche de Swan est faite dans un bois enchanté, ce qui la rend très solide. Elle contient une rapière bénie par un ange, son acier est celui de la Lance ayant été plantée dans le corps du Christ. Une arme sacrée lui permet d'éliminer instantanément ses zombies si ils doivent se retourner contre elle, et d'avoir un réel avantage si elle rencontre un autre nécromancien.
 
Swan se promène aussi avec un révolver sept coups, ayant appartenu à un célèbre cow boy. Elle le garde contre sa jambe, et il est accessible via une doublure de sa robe.

❝ GADGET : Mieux qu'un gadget, Swan est accompagné d'un familier, une sorte de pie, un peu plus grosse que la moyenne, avec laquelle elle est liée. `Son instinct de charognard surpasse toutes les technologies quand il s'agit de trouver du mort pourrissant ! (Ou du mort tout frais)

❝ VÉHICULE : Une grosse voiture noire, aux vitres fumées. Les motos, c'est pour les manants.
Histoire

Il était déjà une première fois…:
 


Pourquoi Swan est-elle partie ?:
 

Venise, 14 aout 2018 : comment tout commence.


Sortir… Vite… Sortir…

Du fond de ma geôle, je patiente. Chaque instant me paraît durer une éternité. De longues minutes… De longues heures… Pas un bruit, pas un chat. Juste quatre murs, une grille, et moi, la robe déchirée, les mains liées par de lourds chaînes, les jambe attachées l'une à l'autre, immobilisée. En me fouillant, ces barbares n'y sont guère allés de main morte, palpant chaque centimètre carré de mes vêtements. J'aurais pu les tuer, tous. J'aurais dû. Mais non. J'ai un but.

Je me mets à angoisser, rémanentes séquelles de mes trois siècles de supplice infligés par cette abominable et pathétique créature provenant de je ne sais quel cercle infernal… Les murs semblent se rapprocher, grandir, la porte me semble disparaître. Quand ai-je donc pu penser qu'il s'agissait d'une bonne idée ?! Une goutte de sueur perle le long de mon cou, mes poils se hérissent, la chair de poule gagnant peu à peu mes bras, mes jambes, mon dos… Je tremble, terrorisée.

Puis des bruits de pas dans le couloir me ramènent à la réalité. D'autres cris, une autre femme. Alors je ne suis pas la seule ? Parfait. Cela n'en sera que plus simple. Je les vois passer avec elle, ses vêtements dans un aussi piteux état que les miens, si ce n'est pire. Ils l'insultent en italien, et l'enferment dans la geole voisine. De mieux en mieux. Je me hisse jusqu'à la porte, rampant comme si j'étais une de ces larves mortelles qui ont osé me jeter en ces lieux, et laisse passer mes mains par la grille.

" Pitié, laissez-moi sortir, je ferai tout ce que vous voulez… Je… Je serai même tout à vous s'il le faut."

Bien qu'ancien, mon italien reste impeccable. L'homme s'avance, pose sa main dans la mienne parfait et m'aboie que quand son boss en aura fini avec lui, il me fera connaître bien des choses sur lesquelles je préfère ne pas m'attarder. Puis cet imbécile me saisit les bras et colle mes mains sur son entrejambe durcissant. Alors je lui fait ce genre d'effet ? Imbécile.

Sans faire le moindre geste, je laisse une vague de mon pouvoir hanter son corps. Discrète, impossible à sentir. Une seule cellule. Je la relâcherai le moment venu.

Puis son camarade me saisit les bras et le repousse, lui expliquant que je suis une sorcière de la pire espèce. Il subira le même sort pour cet affront… Bien que jamais je ne l'aurai laissé vivre, j'aurais préféré tous les tuer rapidement. Mais cette vermine grouillante… Elle connaîtra les joies de l'agonie avant de me servir.

Ils s'en vont ensuite, m'insultant en riant.

La femme d'à côté se met à pleurer, et mon angoisse me revient. Je suis décidément bien ravagée par mes mésaventures. Je tente alors de repenser à Blue, mais non, rien n'y fait. La joie et la chaleur de ces moments de joie partagés avec elle ne suffisent pas.

" Vous… Vous… Comment ? Ils vont ont eue comment ? "

Les sanglots étouffant sa voie auraient pu m'empêcher de comprendre ce qu'elle me dit.

" Un soir au casino, j'accompagnais un de leurs gars… Il m'a un peu trop aimée visiblement. Après m'avoir fait monter dans sa voiture, il m'a droguée et je me suis réveillée ici. "

Je ne lui dis pas que je les suis depuis un mois et que je convoite un livre que leur patron a dérobé dans ma collection privée à Genève. Un braquage surprenant m'avait dit le banquier. Seuls trois objets avaient disparus de certains coffres : un livre et un bâton dans le mien, et un médaillon dans un autre. Au diable ma canne de marche, inutile de nos jours. Mais le livre, lui…

Deux jours durant, j'alterne entre les crises d'angoisses, les supplications aux hommes de main passant devant moi, et les discussions avec ma voisine. Non pas que je la considère, elle n'est qu'un faire-valoir et passe-temps, mais plus parce que son insistance est bien plus exaspérante que ses réponses. Elle a besoin d'être rassurée, de parler… J'ai besoin de quelque chose me faisant oublier que je suis ici. Elle est parfaite pour ça.

Puis c'est le grand jour. Les gars sortent les filles des cachots une à une, les traînant sur le sol comme de vulgaires sacs de fiente. Vient mon tour, je regarde le type d'un air de défi, et il se jette sur moi, enroulant mes longs cheveux noirs dans son poing… Avant de s'immobiliser. La nécrose atteint en même temps son cœur et son cerveau. Délicatement, il me relâche, m'attrape dans les chaînes qui entravent mes mains et me traîne derrière lui. Les goules sont si serviables !

Je le fais me charger lourdement dans le camion et partir. Quand ses camarades l'interrogent, ses cordes vocales pourrissantes répondent simplement " aux toilettes. " Ils comprennent, se moquent de lui, et s'en vont.  

Je ne sais guère trop combien de temps durera le voyage. Une fois arrivé, le camion est inspecté, puis nous sommes déchargées et conduites dans une grande salle, remplie de types armés jusqu'aux dents. Alors ce ne sera pas aussi simple… Quoi que.

Les types nous posent une boite à côté de chacune d'entre nous et nous détachent, nous aboyant de nous changer. J'ouvre la boîte pour y trouver de la lingerie, et un short en jean… Enfin " short "… Jamais je ne porterai ça. Et le haut… Par les enfers !! Quelle humiliation est-ce là ? Tant pis… Je me résigne. Toutes les filles ont déjà commencé à se déshabiller, et ces porcs les matent allègrement. Dire que je pourrais mettre fin à tout cela dés maintenant. Mais non. Je me change aussi, profitant de ma robe pour ne rien leur dévoiler de mon intimité, puis la jette. Je l'aimais bien cette robe quand même. Je l'avais achetée avec Blue, un jour… Elle avait même réussi à me faire sortir dans ombrelle ! Enfin…

Puis le gros bonnet que je vise entre. On nous fait nous aligner, nous ordonne de nous pencher légèrement en avant, de danser… Pathétique. Je reste droite fière. Et ça a l'air de lui plaire. Il aboie à ses sbires de me guider vers son bureau et leur laisse " le reste pour prendre du bon temps. "

Arrivés dans son bureau, il me jette sur son lit et se met à me mater d'un air des plus vicieux. Il me caresse le visage, et me murmure de doux mots emplis de poésie décrivant la façon dont il va briser " la fière salope " que je suis à ses yeux.

" Essaie donc. "

La claque qu'il me colle fait siffler mon oreille. Il se saisit de ma main et la glisse dans son pantalon… Puis hurle de surprise. Sa main se décompose peu à peu, complètement nécrosée. Il essaie d'appeler à l'aide, mais il suffoque. Ce sont ses poumons qui ont cessé de fonctionner. Son teint vire lentement au bleu violassé. Il essaie de se diriger vers la porte, et s'effondre, lamentablement.

Pendant qu'il agonise comme il se doit, convulsant, le visage tordu de douleur, je me dirige vers la bibliothèque derrière son bureau, tranquillement, ne manquant pas de lui marcher dessus. Il est si pitoyable, remuant lentement au sol comme un insecte que l'on aurait empalé sur une aiguille.

Sa collection de livres uniques me fait froid dans le dos. Tous des ouvrages sur la nécromancie, parfois inutiles, comme les soi-disant traités de Nécromancie Avancée, ou les travaux de Nicolas Flamel sur l'immortalité… Mais aussi l'original du Livre des Morts égyptiens, que je connais presque par cœur, mon grimoire et un autre grimoire juste à côté. Comment aurait-il pu savoir que mon coffre en suisse existait toujours ? Comment savait-il ce qu'il contenait ? Et pourquoi ne s'était-il pas préparé à se faire massacrer pour avoir pillé le coffre de la plus puissante nécromancienne que cette terre aie jamais portée ?

Laissant ces questions en suspens, je prends sa serviette, la vide et y glisse les deux grimoires… Avant de ranger aussi les notes que je venais de sortir. Il s'est un peu trop intéressé à mes travaux visiblement. Machinalement, je ramasse la canne qui se trouve à côté de sa chaise. Ma canne. Et délicatement, j'en extrais la rapière qui s'y cache… Avant de me diriger vers ma victime et la transpercer méthodiquement. Les jambes. Un spasme. Les bras. Un spasme. L'estomac. Un spasme. Le cœur. Un dernier spasme.

Puis je l'anime. Sortons d'ici.

La suite… N'est qu'un massacre. Chaque mort de cette planque se relève, tuant un autre type. Les femmes enlevées en seront les seules survivantes. Quand la police arrivera, elle trouvera une longue trainée de sang noir, pourrissant, les menant au bureau de leur chef. Les filles seront ramenées chez elles. Personne ne parlera de moi.

Ancienne pyramide Aztèque, Mexique, 27 février 2019 : comment je perds une part de mon pouvoir.

Tout semblait vouloir me mener ici. Mon grimoire, celui de l'autre sorcier, les notes de type… Tout. J'avais donc mis en place, après des mois de recherche, le rituel que l'autre malade avait voulu accomplir.

Une fois tout en place, je prononce la formule, d'une voix forte, assurée. Les ombres ondulent, frémissent, longuement. Le temps semble s'arrêter. Si les notes de l'autre grimoire, et les travaux du dégénéré sont exacts, ce rituel là pourrait bien me mener à ce que je cherche. Ce que je cherche bien plus encore que ma vengeance. Et là… Enfin…

Les ombres convergent vers un seul point… Cette sensation m'est familière. Très familière. Puis des flammes noires tout autour du pentacle… Trop familière. Une ombre apparaît au milieu des flammes. Un être beau, grand, souriant. Heureux de me voir. De me revoir.

" Toi… "

Devant moi, l'homme qui avait fait de ma vie une éternelle torture se dressait, fier, beau, sûr de lui.

" Moi. En personne. Méphistophélès pour te servir. "

Il m'avait donc bel et bien menti quant à sa réelle identité… C'est pour cela que la première fois, le pentacle ne m'avait pas protégée de lui et que… Oh non. L'occuper. Vite.

" Tu ne sembles pas surpris de me savoir dehors. "

Il se tourne, regarde autour de lui.

" Pas franchement, ma douce. Un monstre tel que toi devait bien finir par trouver un moyen de duper ses pairs. Car c'est ce que j'ai fait de toi, ma chère… "

" Dis mon nom une seule fois et je te tue plus tôt que prévu, Méphisto. "

" Tu t'en es rendue compte, Elwina. Ton regard te trahit. Et ta surprise lorsque je suis arrivé aussi, d'ailleurs. Ton incantation était incorrecte, comme la première fois. "

Je laisse mon pouvoir irriguer les tatouages qui parcourent mon corps. Puis une énergie sombre apparaît entre mes mains. Méphisto me regarde, déglutissant, inquiet.

" Tu ne vas pas… "

Je laisse tout mon pouvoir prendre la forme d'une lame noire, silencieuse comme la mort.

" Si. C'est fini pour toi, Méphisto, Lucifer, Satan… Peu importe ton vrai nom. "

La lame noire part se ficher dans son torse, en plein cœur, se déversant dans son corps entier. Peu à peu, sa peau se craquèle, se couvre de poussière. La mort à l'état brut.

" Elwina… Je… "

" Meurs. Et aujourd'hui… Mon nom est Swan. "

Il s'effondre, lentement. Son corps convulse, il hurle de toute ses forces. Satisfaite, je tourne les talons et commence à sortir… Quand le silence s'installe. Il met donc si peu de temps à mourir ? Non. Un rire vient rompre ce silence.

" Et donc c'est ainsi que tu renonces à ce qui faisait ta force, Elwina… Oh, pardon… Swan. Toi, la Nécromancienne la plus puissante de cette terre, tu viens de te priver de ton pouvoir. "

Je claque des doigts, et une goule se jette sur le démon, plantant ses griffes dans son bras, le lui arrachant au passage.

" Non, Méphisto. Bien sûr que non. Ce n'était que… "

Je commence à canaliser mon énergie pour faire pourrir le moignon de son bras… Mais rien. Pourquoi ?

" Alors… Il semblerait que tu aies perdu une part de ton pouvoir. Pas tout. Juste ce que tu n'aurais jamais dû obtenir, humaine. "

Je claque des doigts de nouveau, la goule lui tranche la gorge. Il s'évapore lentement, hurlant de rire. Alors… Tout n'est pas fini ? Pourquoi…

" Je ne prends jamais rien sans donner en retour. "

Sa voix résonne dans les airs. Il est toujours là.

" Alors voici une information. Tu as une fille Swan. Son nom est Ananse, et elle a le même âge que celui que tu sembles avoir."

Mon souffle se coupe. Une fille ? Quand ? Comment ? Si elle a la vingtaine d'années, C'est que je l'ai eue quand j'étais… Non, je m'en souviendrais, à cette époque, j'étais consciente. Du moins il me semble… Ou alors… Il y a vingt ans, ils auraient… Non. Je refuse d'y croire.

" Quelle est la preuve que tu ne me mens pas à nouveau. "

Son rire envahit la salle.

" Retourne donc à Laurel, et va donc faire un tour là où tu étais enfermée. Ils sauront peut-être t'aider. Je te fais confiance pour être… Persuasive. "

entrée de Laurel, camp militaire, 13 juillet 2019

Mon familier sur l'épaule, mes valises autour de moi, ma canne à la main, j'attends. Tous mes papiers sont en ordre, j'ai la permission du Conseil, pourtant le militaire continue de me fixer comme si j'étais un monstre. Enfin… J'en suis probablement un. Un être tel que moi, pour quelqu'un qui a vécu dans la haine des dotés, ne peut être qu'un monstre. Il aurait eu une réelle érudition, peut être que tout aurait été différent. Peut être ne nous serions pas méprisés mutuellement.

" Madame… Melenthil, c'est ça ? "

Je soupire, exaspérée.

" Elle-même. Pour la troisième fois déjà. Que me voulez-vous donc ? Je n'ai pas assez de recommandations ? Je suis trop quelque chose ? Éclairez-moi donc. "

Il va pour me répondre, mais son chef arrive.

" Je suis désolé pour l'attente, madame, mais nous avons des ordres. Nous ne voudrions pas renforcer l'influence de Bloodshed en ville, ni lui offrir le moindre allié. Je tenais simplement à vérifier que tout était réellement bien en ordre vous concernant. "

Je me vexe légèrement, mais n'en laisse rien paraître. Le monde a bien changé... Je n'inspire plus ni respect, ni terreur. La soldatesque, peu importe son rang, ne s'écarte pas sur mon passage, je n'ai plus autant de laisser passer...
 
" Merci pour votre attention, Caporal. Je ferai en sorte que votre travail ne soit pas vain. "
 
Je ne sais guère que lui dire. Je ne sais plus. Mon orgueil en prend un coup, encore. Mais ça va changer... Oh oui.
 
Je ramasse mes affaires, et traverse le dôme, tranquillement. Carnage, Blue, attendez moi. Je vais changer le monde.
 
Blue...


Toi, derrière ton écran

❝ Pseudo : Little Swan, Spider Gipsy, Hariett, Chapeau…
❝ Age : 23, encore et toujours !
❝ Avatar : Liliana Vess (Magic The Gathering)
❝ Passions & Hobbies : CF La fiche d'Hariett (emmerder le monde, aussi)
❝ Découverte du forum : C'est plus une redécouverte, en fait !
❝ Un petit mot pour la fin : Et ta prochaine réplique sera…




Dernière édition par Swan Melenthil le Lun 24 Sep - 11:33, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 976
Admin


 : ✘

MessageSujet: Re: J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère. Sam 22 Sep - 19:15

Bonjour mon petit poussin !

Avant ta validation, il faudrait que tu changes plusieurs éléments. Mais ne t’inquiète pas, on t’aidera à peaufiner ta fiche.

Commençons par ton caractère : dans les premières lignes, tu expliques que ton personnage est plus narcissique que Narcisse, qu’il est plus égoïste et égocentrique que Tony Stark. Cependant, avec de tels défauts, tu ne peux pas te donner une image publique de personne altruiste, solidaire et dévouée. Le naturel revient toujours au galop et il te sera très difficile de cacher ta vraie nature au monde. Nous ne te demandons aucune modification sur ce point, mais nous voulions que tu en aie conscience.

Tu expliques aussi qu’elle a des allures de gamine et de personne maladroite. Or, personne ne peut et ne veut faire confiance à une Joker qui ne donne pas l’air d’être sûr d’elle ni même qu’elle n’ait pas la tête sur les épaules. Surtout que tu accentues ces caractéristiques par “qui ne sait pas toujours ce qu’elle fait”. Dans le contexte actuel où se trouve Laurel, surtout dans la relation entre les altérés et les non altérés, il est impensable que la population fasse confiance à une personne comme ça.

Je te conseille vivement de revoir ces deux points de ton caractère.

Passons ensuite à ton pouvoir. Sans tourner autour du pot, il faut que tu le revois entièrement. Il est bien trop puissant et surtout mal équilibré. Je m’explique :
- une goule ne peut pas avoir la force et la vitesse décuplées. Il te faut choisir entre les deux. De plus, les deux décuplées par 10 ; cela voudrait dire que tes goules pourraient soulever 1 tonne et courir à 100 km/h. Il ne sera possible pour personne  de lutter contre des créatures avec des statistiques pareilles. Il est plus logique que tu multiplies les capacités par 2, ce qui est déjà très bien ;

- pour le nombre de goules que tu peux contrôler : 10, c’est trop. C’est comme si tu pouvais maîtriser une équipe de foot. Il faut que tu réduises le nombre de goules que tu peux contrôler ;

- le contrôle d’une goule (ou zombi comme tu le notes) pendant 24 h est beaucoup trop en dehors des limites et non cohérent, du moins, pour une validation de fiche ;

- ton personnage ne  possède aucune faiblesse exploitable par les autres joueurs. Certes, elle ne peut pas tuer, mais elle est très facilement trouver des corps, même à notre époque : les cimetières regorgent de potentiels soldats. Certaines rues sont le théâtre de crimes sordides. Et surtout, les cadavres d’animaux se trouvent assez facilement, même aujourd’hui. Ce n’est donc pas une faiblesse. De plus, peu de gens possèdent des objets bénis/sacrés chez eux. Quand on parle de faiblesses exploitables, on parle de faiblesse que tout le monde peut utiliser dans un combat (temps limité, condition particulière d’activation, immobilité, etc.).

Si tu as besoin d’aide pour ton don, n’hésite pas à MP un membre du staff. On sera ravi de t’aider pour mieux l’équilibrer.

Pour le matériel, les armes et les gadgets, quelques détails nous turlupinent. En effet, le fait qu’un nécromancien manie une arme bénie me semble incohérent, surtout étant donné la faiblesse des goules pour cette “élément”. Je pense donc qu’une petite phrase pour expliquer cette possibilité serait intéressante. Pour ce qui est du révolver, il est impossible que tu puisses le ranger dans la doublure de ton soutien-gorge. Cette arme est trop grosse et trop lourde pour que cela tienne.
Concernant ton gadget, ton familier ne peut pas te servir de vecteur pour animer un corps. Cela nuit à l’équilibrage du don.

Maintenant, attaquons-nous à l’histoire. Dans l’ensemble, il n’y a rien à redire. Il y a cependant un détail qui me tracasse : le passage de Swan aux frontières de Laurel. Le contexte explique bien que le dôme a été créé pour arrêter Bloodshed. De ce fait, ils sont au courant que les altérés existent, qu’ils possèdent des pouvoirs et objets pouvant en avoir. Tous les objets sont donc considérés comme dangereux et ce n’est pas en draguant le lieutenant que tu peux passer sans problème… Bien au contraire.

De plus, ces hommes étant des soldats entraînés physiquement et psychologiquement, ce n’est pas avec une simple tentative de drague que tu pourras passer. Même si ce sont des PNJ, ce sont des personnes intelligentes avec beaucoup d’expériences à leurs actifs.

J’ai tout dit à propos de ta fiche. Si tu corriges tous ces éléments, mon prochain poste sera pour ta validation.

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 976
Admin


 : ✘

MessageSujet: Re: J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère. Lun 24 Sep - 14:30

Fiche validée !


Tu es dès à présent un Joker Inné au rang B. Tu peux maintenant disposer de tout ton matériel de héros ! Cependant, tu ne disposes pour l'instant que de ta canne-épée. Il faudra acheter ton revolver à la boutique.

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don, ton métier et ton identité secrète ainsi que réserver ton avatar.

Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Tu peux également t'inscrire dans le sujet recherche de RP ou, si tu veux faire des rencontres totalement imprévues, dans la random roulette !

Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros !

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère.

Revenir en haut Aller en bas

J'aurais pu être ton arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand mère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Ensuite :: Les Inscriptions :: Les Admis-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com