AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Lucifer Von Morgenstjerne
❝ LOCALISATION : Bois un verre en regardant la ville brûlé.
❝ PT. EXPERIENCE : 125
Mythologique


 : C

MessageSujet: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyVen 12 Oct - 1:08

Le démon était en train de se perdre dans l'enfer de l'administration de ces limbes infernal.
Il lit les derniers comptes-rendus envoyé par son chambellan en enfer, aucune erreur à signalé, son administration est lente, mais efficace.

Tout le monde imagine le seigneur des enfers comme un être assis sur un trône profitant des plaisir de son royaume, fondant son pouvoir sur la violence, mais dans la réalité, le seigneur des enfers reste un chef d’état. Ce n'est pas parce qu'il est sur terre qu'il peut se permettre d’échapper à tous ces devoirs.

Quand il eu finit sa lecture, le démon vérifie l'heure sur sa montre. Il est à peine 15 heures.
D'habitude il finissait vers 18 heures de faire son travail pour les enfers, mais depuis quelque temps, il ne restait plus toute la soirée dans son club.
Quelque chose ne collait pas dans certaine de ces affaires, ce qui l'empêche de profiter pleinement de son petit enfer sur terre.
Ces démons l'avaient bien compris, mais Lucifer se contenta de repousser leur aide.

Même s'il n'a plus rien à faire, le père du péché est assez content de finir son travail tôt.
Il se lève de sa chaise et se dirige vers la salle principale de son club.
Quand il ouvre la porte, c'est la voix de Frifri, de Furfur et de Nostria qui l'accueil.

"- Je me demander dame Nostria, comment, c'était la renaissance ?"


La succube dans sa magnifique apparence humaine jubile.

"- Une époque merveilleuse. L'Italie et c'est charme, j'ai préféré Florence à Rome. Luci a voulu s'installer à Rome pour avoir une vision d'ensemble de ce qui se passait au Vatican. Les papes qui se succéder, c’étaient quelques choses à voir, on y était rarement pour grands choses, mais cela nous a pas empêché de nous investir dans quelques meurtres bien sentit de pape bien corrompu.
Genre Alexandre VI."


Furfur était en train de rire.

"- Ce qu'elle ne te dit pas, c'est qu'elle c'était trouvé un petit humain est qu'elle lui a fait des gosses."

La démone s'insurge contre la remarque du diablotin, sous le regard amusait de Frifri très friand de ses prises de bec.

En bref rien de nouveau sous le soleil, ils se chamaillent.
Lucifer n'en prend pas compte outre mesure.
Le démon monte sur la scène des instrumentistes.
Un des zombies qu'il a prie à son service durant la soirée ou l'ange est devenue chérubin, lui passe sa guitare électrique.

"- Merci Jaky, tu peux disposer. Je ne suis pas sûr que tes vieux os supportent le son que je vais faire hurler à cette beauté."

Le zombie recule devant l'archange déchu qui fait lui-même tous les branchement ce qui ne lui prend que quelques secondes, dire qu'un mort est plus efficace que ces démons.
Tout d'abord, il fit doucement coulisser ses doigts pour accorder son instrument.
Au son préparatoire les démons s'arrête immédiatement de ce chamaillé et se tourne vers leur maître.

Lucifer, après avoir accordé son instrument, se prépare à déchaîner les enfers. Partant dans un solo qui laisse libre court à la frustration de ces derniers jours.
Trouvant la catharsis dans le pur plaisir du hurlement de sa guitare crée par la main de l'homme.
Depuis tous jeune, il a toujours était bon dans les arcanes de la musique et du chant.
Il a même la réputation exagéré que ces solos à la harpe sont tellement bandant qu'il arrive même à faire mouiller les pucelles.
Puis laissant libre court à son envie et abandonnant ces mauvaises pensées, il partit dans un solo donc la puissance dépasse les notions humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle De Paris
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 331
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyMar 16 Oct - 14:06

L’ange était arrivée à destination. Dans ce quartier d’art, de culture, et de parcs naturels, aucun lieu n’était aussi mal famé que le Crusader. A première vue il ressemblait à une simple boîte de nuit de luxe, mais de l’autre, c’était un phare, une lumière pour les gros bonnets de la ville. Les grands criminels, les jokers, les journalistes peu scrupuleux, même certains politiques visitaient cet endroit dans le but de commercer une monnaie toute particulière : l’information. La banque ? Louis l’honnête, achetant, revendant et troquant des informations plus ou moins utiles. Un business intéressant, mais néanmoins inutile pour la dame que les années avaient rattrapés d’une façon peu conventionnelle.

Le Crusader était fermé, des techniciens étaient en train de faire quelques préparations pour le soir, afin que la fête ne soit pas interrompue par un quelconque problème technique

Le videur était déjà présent, et semblait ne pas parler, et juste indiquer qui entre ou qui n’entre pas, mais quand l’ange aux allures de gamine pointa le bout de son nez, ses ailes cachés du mieux qu’elle pouvait sous son manteau, le videur lui barra la route. Gabrielle pouvait sentir le karma de l’homme se teinter de noir rien qu’en l’observant… Mais c’était à peine perceptible sous son énergie démoniaque, qui empestait à plein nez pour quiconque pouvait la ressentir.

« Monsieur, s’il vous plait, laissez-moi passer. »


Pas de réponse.

« J’ai besoin de parler à votre patron. »

Pas de réponse.

« Je ne suis pas une enfant malgré mon apparence, vous savez ? Attendez, je vais chercher ma carte d’identité… Je dois l’avoir quelque part… »

Elle sortit de ses affaire sa carte d’identité, en faisant glisser une petite carte rose, celle que Lucifer lui avait laissé. Le videur démoniaque la ramassa, et après l’avoir longuement étudié, la tendit à l’ange, en s’écartant de son chemin.

« Je… merci ? »


Pas de réponse. Décidément les démons ne sont pas bavards.

La boite de nuit ne comportait pas de barre de pôle dance, ce qui surprit franchement l’ange, qui s’attendait à un peu plus de… matière, pour un repère de démons, mais les gens semblaient plutôt calmes, avec quelques danses pour égayer la soirée.

Il fallait qu’elle trouve la pièce « staff only », le tout sans se faire bousculer par des personnes peu précautionneuses. Les personnes étaient en réalité facilement esquivables avec un peu de pas sur le côté, similaire à une esquive en duel, mais avec 4 attaques à la fois.

« Mais qu’est ce que tu fais là, petite, tu es perdue ? »

Une femme… non, une démone, s’approchait d’elle avec un grand sourire, elle s’accroupit en face de l’ange, la regardant dans les yeux. Gabrielle hésita un moment à lui révéler son identité, mais… hm, si elle réagissait comme le démon de l’entrée, il valait mieux garder un minimum de secret. Elle sortit la petite carte qui avait fait céder le cerbère, et la montra à la démone.

« Je… je cherche un grand monsieur aux cheveux blancs, il m’a donné ça, vous savez où est ce qu’il se trouve ? »

La démone posa prit la carte, la regarda, la rendit à l’ange, et posa sa main sur sa tête.

« Bien sûr que je sais où il est, c’est un peu comme mon papa, viens, je vais te montrer. »

Elle tendit la main, que Gabrielle saisit sans une pointe d’humiliation… mais au moins elle allait l’amener à l’archange déchu.

Arrivées aux abords d’une pièce, elle sentit une sorte de vibration, une puissante guitare électrique jouait un solo démoniaque, c’était le cas de le dire, Lucifer en personne jouait la musique du diable, qui faisait vibrer à chacun de ses doigts les fenêtres autour de lui.

Après son solo, il s’arrêta un moment, et joua une mélodie plus douce, plus mélancolique, il avait envoyé sa haine dans un seul coup puissant, et il ne restait plus qu’une douce tristesse, une musique fataliste, lancinante mais chaude en même temps.

Il continuait à jouer quand la démone s’approcha avec Gabrielle de la justice incarnée.

« J’ai trouvé cette petite ange qui trainait dans le Crusader, elle voulait te voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Von Morgenstjerne
❝ LOCALISATION : Bois un verre en regardant la ville brûlé.
❝ PT. EXPERIENCE : 125
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyDim 4 Nov - 18:59

Alors que le démon joue de son solo infernal, deux auras familières se rapprochaient.
C'est Nostria qui était sortie pendant que le démon faisait vibrer les cordes de son instrument et elle est revenue avec la jeune Gabrielle de Paris.

Le répurgateur des rois calme son air partant sur quelques choses de plus doux, une jeune enfant se trouve dans la pièce, il vaut mieux ne pas choquer ces chastes oreilles.
La succube se rapproche de son paternel.

« J’ai trouvé cette petite ange qui trainait dans le Crusader, elle voulait te voir. »

Le démon arrête vite son solo de la façon la plus harmonieuse possible, puis il se tourne vers la jeune ange.

"Alors mademoiselle, que penser-vous de mon repère ?
Cela manque peut-être de lave, de soufre, de cris de souffrance, enfin ce qu'on imagine êtres l'enfer."


Le démon laisse le temps à l'ange de répondre.
Puis il se tourne vers Nostria.

"Nostria, je te présente la dame Gabrielle Crystal Eliza Vera Latasha Beaufroy de Paris, descendante de mon chère petit frérot préféré, ce bon vieux Djibril, annonceur de la bonne nouvelle."

La démone sourit toujours à Gabrielle.
Le démon se retourne vers l'intéressé.

"Gabrielle, voici Nostria ma protégée et la personne qui va pouvoir nous aidé à régler ton problème. C'est une succube oniromancienne et elle va nous permettre de rencontrer ton ancêtre, enfin si tu es toujours partante."

En parlant de Gabriel sous le terme d'ancêtre, Lucifer sent comme le poids des sciècles le rattrapé.
Nostria prend la parole.

"Ne t'inquiète pas, tu ne risques rien, je suis une professionnelle. Je fais ce genre de chose depuis très longtemps. Je vais juste te faire rentrer dans l’esprit de Lucifer et il se chargera de faire en sorte que tu rencontres la bonne personne."

Puis elle se tourne vers Lucifer.
C'est lui qui prend le plus de risque en réalité.
Faire cela, c'est s’exposer au risque de rencontre son frère Michel et personne ne sait comment ça pourrait se passer une confrontation entres les deux tyrans.
Le démon s'entend l'inquiétude de sa fille adoptive, mit une main sur son épaule.

" J'ai bien fait des recherches sur mes notes, ce cas est inédit et j'ai besoin de son expertise. L'énergie démoniaque ne fonctionne pas totalement sur la même logique que l'énergie angélique. Il serait trop dangereux et imprudent d'utiliser les méthodes de contrôles et de limitation classique."

Il sourit à la démone puis il tourne la tête vers la jeune fille.

" Les cas d'enfant née de l'union d'un ange et d'un mortel sont rares, je ne connais pas grands choses sur le sujet.
Ce que je sais, c'est que j'ai promis de l'aider et je tiendrais parole."


Lucifer est calme, la situation est certes inédite pour lui, mais un roi garde son sang-froid en toute circonstance. Il n'a pas vu le messager de dieu depuis des siècles.
Accepterait-il juste de l'aider ?
Malgré que la jeune fille soit de sa descendance, les affaires du royaume céleste passe au-devant des affaires plus personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle De Paris
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 331
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyLun 11 Fév - 17:36

Une succube, un démon muet, Lucifer en personne, mais dans quelle galère venait-t-elle de s’embarquer ? Si ça se trouve, c’était encore une ruse du malin, une technique pour la faire sombrer… Oh et puis qu’est-ce qu’elle avait à perdre, de toute façon ? Sa foi ? Déjà fait, elle ne voulait plus avoir affaire avec le sacré, assez paradoxal pour une ange. Et puis… il avait pas l’air mauvais, contre toute attente. Le porteur de la fausse lumière était censé être un loup déguisé en agneau, mais les peaux qu’il portait étaient étrangement inversées. Peut-être que tout cela n’était qu’un énième piège du démon, mais…

Il faut bien croire en quelque chose, n’est-ce pas ?

« Finissons-en, plus vite ce sera fini, plus vite j’aurai retrouvé une apparence décente. »


L’ange se posa sur le sofa, pendant que le démon posait tranquillement les pieds sur son bureau et abaissait le dossier de son siège. L’oniromancie est une sorte de magie des rêves, qui demande qu’au moins une personne dorme. Dans le cas de ce sortilège, il s’agissait de l’étoile du matin et de la petite chevalière. Elle tenta de se relaxer, et, dans une vitesse assez folle, finit par tomber de sommeil, alors qu’elle était en pleine forme quelques secondes avant.

Il faisait sombre. Un peu froid… humide aussi, une odeur de forêt et de renfermé à la fois. Un peu comme du bois vermoulu. L’air était difficile à respirer, il faisait lourd.

« Debout là d’dans ! faut se réveiller ! »


Gabrielle ouvrit les yeux sur un lapin blanc, dont les traits rappelaient celle du directeur adjoint de la Sup.

« Pas le temps de niaiser, t’as cours demain, ce serait dommage que je sois obligé de virer, la trainée ! »


Avant de poser la moindre question, elle regarda autour d’elle, elle était chez elle… pas son manoir à Laurel, non… elle était chez elle, en France… mais quelque chose n’allait pas, tout semblait s’effondrer, comme si son petit château de nobliau avait pourri sur place.

Elle se secoua la tête avant de se souvenir d’où elle était et de ce qu’elle faisait ici. C’était une sorte de rêve lucide, ou quelque chose dans le genre. Mais pourtant tout paraissait si… réel. Comme si la soie déchirée de son lit était vraiment là, tout comme le lapin qui appuyait sur ses jambes.

« Même dans mes rêves tu ne me laisses pas en paix ? Va-t’en sale bête. »

« A ta guise poupée, mais crois moi tu préfèrerais largement ma compagnie à celle des autres colocataires de ce château, m’enfin c’est toi qui décide. »

Sur ces paroles, le lapin descendit du lit, et quand l’ange en sortit, il avait disparu. D’une surprise à une autre elle se rendit compte qu’elle mesurait bien plus qu’un mètre vingt : elle était de retour à la normale !

« C’est juste un rêve… C’est normal que je me représente comme ça j’imagine… Il faut que je trouve une sortie de mon propre rêve j’imagine. Probablement la sortie du palais… »


C’est ce qu’elle avait lu quelque part dans dieu-seul-sait livre de conte de chevalier perdu par le temps. Elle commença à se mouvoir, le plancher irrégulier craquait sous ses pieds, et menaçait de se craquer à chaque pas. Elle s’arrêta devant une petite boite, décolorée par le temps. C’était une petite boite à musique. Gabrielle la prit dans ses mains, et fit tourner la petite manivelle, comme par reflexe. Un timide « Ave Maria » se jouait de façon distordue. Sans même faire attention, un léger liquide coula le long des joues de Gabrielle, qui, le cœur serré, reposa la boîte.

Quand elle ouvrit la porte de sa chambre, ce n’était plus son ancien palais, mais le manoir de Laurel, qui s’ouvrait devant elle. Elle venait de sortir de sa chambre, comme si elle était de retour chez elle, mais quelque chose n’allait pas : Que faisait-elle dans ce manoir, pourquoi elle se trouvait ici ?

« Tu m’as fait attendre, petite sœur. »

Une femme, habillée dans un costume trois pièces noir, attendait, assise sur la rambarde de l’escalier. Une femme quasi identique à Gabrielle, avec un sourire trop sincère pour être honnête.

Pourquoi. Elle ici ? Elle est morte. Elle a disparu avec mon passé, pourquoi est-elle là ?

« T’affoles pas, je suis pas là pour t’embêter, c’est juste que j’avais envie de te parler un peu, ça fait longtemps qu’on s’est pas vu en même temps. T’as fait du bruit dans les médias, tu sais ? Tout le monde sait ce que t’as fait. Je te blâme pas, je sais pas ce que ce type a sorti comme sort bizarre de son chapeau, j’étais pas vraiment à ta place... En plus, entre nous, le gamin il avait une sale tête. »

« … Pourquoi tu es ici ? QU’est-ce que tu fais là ? »

« Vu qu’on est dans un rêve je pense que je vais me nommer « le fantôme de ton passé qui revient te hanter », ça te va ? Non, bien sûr que non ça te va pas. En plus c’est pas très flatteur pour moi. En fait, je suis là pour te demander si tes idéaux de chevalerie sont pas un peu vieillots. »


Elle était donc la représentation du doute de Gabrielle ? Elle ne savait pas vraiment où donner de la tête… La demoiselle avait perdu son sourire pour arborer un rictus d’ennui.

« Gabrielle, tu es ma sœur, je tiens à toi, et c’est pour ça que je veux t’aider. Tes croyances et tes idéaux t’empoisonnent la vie, et ça se sent d’autant plus depuis que tu es devenue une pseudo héroïne. T’en as pas assez de tout ça ? tu voudrais pas genre… lâcher prise avec ces idioties ? »

« Je… non, C’est… c’est ma façon de vivre… »


« Mais réveille-toi un peu ma pauvre ! Tout ça ne t’a apporté que du malheur ! Tu as un don, utilises-le pour toi, fais toi plaisir avec, sans te soucier de foutus codes flous de contes de fée que même les chevaliers ne respectaient pas ! Tu gâches ta vie et tu détruis celle de ceux qui t’entourent ! »

Gabrielle resta figée, elle ne savait pas quoi lui répondre… peut être parce qu’elle avait raison.

« Ah… on dirait que mon temps dans ce rêve arrive à terme… je pense qu’on aura une longue discussion à avoir toutes les deux dans le futur. »


La jeune femme devint peu à peu translucide avant de disparaitre, comme si elle n’avait jamais vraiment été ici… Mais elle était différente du reste du rêve, comme si elle n’avait jamais fait partie de l’esprit de Gabrielle… quelque chose n’allait pas avec elle…

Quand elle regagna le contrôle de ses mouvements, elle se dirigea lentement vers la sortie, toujours regardant derrière elle, comme si elle cherchait un fantôme.

Après hésitation, elle ouvrit doucement la porte, qui donnait sur un monde étrange, une sorte d’espace infini empli d’étoiles. Et en face de la porte, le démon attendait la sortie de Gabrielle de son propre rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Von Morgenstjerne
❝ LOCALISATION : Bois un verre en regardant la ville brûlé.
❝ PT. EXPERIENCE : 125
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyDim 3 Mar - 0:40

La vieille enfant accepte le marché non sans démontrer une certaine réserve.
Elle s'allonge dans le sofa et laisse Nostria faire son office alors que le démon se met à l'aise entres sa chaise et son bureau.
Alors qu'elle s'est endormi le démon prends un morceau de tissu qu'il avait placé sur son bureau et se bande les yeux.

"- Pourquoi, tu fais cela ?

- Si on réussi, elle va retrouver sa taille adulte et je ne pense pas que l'idée d'êtres dans sa tenue d'Eve devant moi lui plaise.


- Non, tu m'as bien compris, pourquoi fais-tu cela ?"

Le démon tourne sa tête vers Nostria.

"- Je te demande de me faire confiance, elle pourrait bien te sauver la vie un jour, surtout vue comme le futur est incertain en ce moment avec ces cavaliers de l'apocalypse et ces créatures anciennes et innommables qui se baladent dans la nature.

- Vous allez loin, juste pour elle.

- Nostria ce n'est pas le moment, tu crois que ça me fait plaisir de devoir demander de l'aide a un de mes frères même si Djibril vaut mieux que les autres.

- D'accord, je ferais ce que j'ai à faire."

La succube se promit de fouiller dans sa tête une fois le rituel commençait.

"- Sinon pour régler les problèmes de nudité, je peux faire apporter des vêtements, je peux savoir ces mensurations ?"

Le roi des enfers réfléchit un court instant fouillant dans ces souvenirs.

"- Je dirais du M.

- Et pour le tour de poitrine ?

- ça fait bizarre de parler du tour de poitrine d'une enfant endormis juste à côté, sur le coup, je pencherais pour un C.

- Ok, c'est noté, je vais faire le nécessaire."



..................................................................



Après cette discution très constructive, le démon se concentra sur sa respiration pour faire le vide dans sa tête et commençais à méditer. Bien vite, c'est un autres décors qui l'acceuille.

C'est son palais en enfer construit en onyx et en un étrange marbre noir qu'on ne trouve que sur ce monde. Lucifer n'a pas non plus la même apparence, ces cheveux sont un peu plus long lui arrivant aux épaules, et il a une auréole de lumière ternie qui ceinture sa tête telle une couronne. Il a aussi deux gigantesques ailes de chauve-souris noires et dans sa main droite il tient une gigantesque lance fait de métal qui arbore un étrange mélange des couleurs noir, dorée et ruby.
Il est habillé par une sorte de toge pourpre rehaussé aux bordures par du violet, une grand partie de son torse reste visible et ces parties les plus intimes sont rendu inaccessible par un pagne pourpre.

L'archange déchu pousse une porte se trouvant devant lui et se retrouve dans un espace entres son esprit et celui de la dame de lumière. Un espace où des centaines d'étoiles représentant les centaines d'âme présente autour d'eux.
Le seigneur attend la demoiselle.

Enfin l'ange pousse la porte de son esprit se retrouvant face a Lucifer auréolé de sa véritable forme.
Il la regarde tendrement et calmement.
Puis il lui tant sa main dans l'idée qu'elle lui donne la sienne.

"Mademoiselle, si vous me le permettez."



Une fois devant la porte le démon lui dit.
"- Maintenant, il est trop tard pour reculer autant pour moi que pour vous.
Nous allons pénétrer mon esprit et je ne sais pas ce qui va se passer une fois que nous allons ouvrir la porte.
Je peux juste vous dire que je suis extrêmement vieux et qu'il y a des choses que j'ai fait et que je regrette.
Si je me souviens bien nous avions fait un petit parie lors de notre première rencontre et j'avais le droit de vous donner un gage.
Ce que je vous demanderez et de bien vouloir ne pas me juger trop durement et de garder ce que vous verrez pour vous, je n'ai pas envie que ce vieux lapin taquin de Kiyoshi vienne me narguer à propos de choses qui sont assez ....... Personnelle."


Après cette demande, le démon ouvrit la porte, mais ce ne sera pas les marbres de son palais qui vont les accueillir, mais le chaud soleil du pays de Canaan, frapant le haut des murailles de Jérusalem.
Les deux visiteurs marche sur la pierre couleur sable qui a servi à la construction de la muraille de la ville trois fois sainte.
Des tas de cadavres jonche la pierre de couleur sable alors qu'un homme à la chevelure argenté son épée posée sur le sol contemple un quartier de la ville en train de brûler, un autre homme se trouve à ces côtés.

"- Messire Louis, je ne comprends pas ce qui s'est passé, je leur ai pourtant dit de ne piller que les maisons vide et voici qu'ils me font un massacre.

- La nature de l'homme est comme cela, Messire Godefroy, ils s'emportent et cause moult destruction, mais par malheur nous ne pouvons plus rien faire à part éteindre les incendies, mais dans un tel chaos."

Un autre homme arrive essoufflé.

"- Monseigneur Godefroy de Bouillon, la synagogue brûle et des gens s'y sont réfugié pour échapper au siège."

Godefroy se tourne vers l'homme.

"- Nous devons réagir vite, nous allons tenter de sauver ce qui peut l'être.

- Je vais tenter de sauver quelque famille dans le quartier musulman.

- Bien messire de L'honneste, faites de votre mieux."

Le souvenir s'efface peu à peu dans une sorte de fumé et Lucifer repends.

"- Le feu de la synagogue a était causé par nos hommes, Messire Godefroy, le plus grand chevalier de son temps, n'a pas put les sauver. De mon côté, je n'ai pu sauver que 10 personnes. Une vraie boucherie due à la folie qui prend les hommes des qu'ils ont plus de pouvoir qu'un autre, mais les 2000 morts qu'il y eut ce jour-là ne furent rien face au massacre que les Musulmans, on fait bien plus tard pour se venger à Edesse et à Acre."




..................................................................




Et ainsi, ils marchèrent sur un paysage de sable, les grandes structures pyramidales en pierre surmontées d'or indique l'Egypte comme possible destination dans une maison en dehors de Thèbes.
Puis un autre homme à la chevelure blonde arrive.

"- Tiens Gabriel."

Le vrai Lucifer sourit en regardant son frère.

"- Alors il a accepté ?"

Gabriel fait un geste de la tête pour indiquer la réponse négative.

"- Mais ce n'est pas vrai."

Le Lucifer se met à tourner comme un lion dans une cage.

"- Tu as changé le Nil en fleuve de sang. On leur a envoyé des grenouilles, des moustiques, des taons, la grêle, les sauterelles. On est même aller jusqu'à détruire leur troupeau, les défiguré par des furoncles et on les a recouverts par les ténèbres. Mais rien, cette tête de mules enturbannée qui leur sert de chef ne veut pas comprendre les souffrances de son peuple, et on a droit plus qu'a une seule plaie, une dernière chance.....
Et qu'a dit le grand Michel."


Gabriel s'éclaircit la voix et la rend beaucoup plus grave.
"- Que son fils doit mourir.

- Je... Je vois, il souhaite que l'on détruise cet homme, nous assurant a tous les coups la victoire.

- Il a rajouté que si tu ne le fais pas toi-même, votre accord tombe à l'eau.

- L'enfoiré, il me met à l'épreuve pour voir si je suis prêt a tous pour protéger mon peuple. La vie d'un bébé où la vie de centaine voir de millier de démons tous innocent, tous ça parce que ce mégalomaniaque à envie de montrer même a un pauvre mortel qu'on ne lui barre pas la route impunément.

- D'ordinaire, je te dirais de ne pas sacrifier tes valeurs, mais....


- La fin justifie les moyens. La vie de cet enfant, ainsi que mon honneur ne vaux pas les milliers voir les millions de morts innocentes que Michèle pourrait faire parmi mes sujets justes pour me punir moi..... Surtout pour sauver la vie d'un enfant qui va mourir dans moins de cent ans de toute façon. Bien, je ferais ce que le devoir exiges.

Le souvenir s'efface remplacé par une chambre du palais de Pharaon les cris seuls d'un bébé déchire le silence, puis un bruissement d'ailes et l'ombre du seigneur des enfers se pose au-dessus de l'enfant qui commence a gazouillé.
Le démon sort une lame et se prépare a frapper, puis il baisse son arme.

"- Une vie innocente pour des milliers de vies libres, pourquoi ce choix est-il si dure ?"

Les gazouillements du bébé s'intensifient.

"- Je t'en prie ne rend pas les choses plus dures qu'elle ne le sont déjà."

Le démon regarde l'enfant.


"- Je suis le seigneur des enfers, celui qui punis les âmes des damnés, tuer un enfant ne devrait pas être un problème."

Le démon cherche à trouver le courage de faire ce que son devoir royal lui exigeait.

"- Aux enfers, je condamne mon âme pour que des millions de vies puissent naître et s'épanouir, je jure en tant que Satan d'êtres au service de mon peuple et d'affronter même les plus terribles bêtes pour le protéger."

Alors que le Satan du passée cité son credo, le vrai Lucifer a des larmes qui commencent a couler de ces joues.
"- Partons, tu connais déjà la fin de cette histoire."
Les poings du seigneur du mal se serre.
"- Je ne vaux pas mieux que les milliards d'âmes qui sont enfermer chez moi."

Au moment où les pleures de l'enfant s'intensifient, le Lucifer de cette époque lève son bras et au moment où il abaisse son coup l'image se désintègre.



..................................................................




Elle prennes ensuite la formes d'un chantier de construction ou des hommes meurt sous les coups de fouet en Egypte, suivie d'un champs de bataille quelque part durant le moyen-âge où un chevalier au cheveux argenté une de ces mains sur son épée et l'autres tenant la bannière aux trois lys se trouvais au milieux d'un tas de cadavre au couleur de l’Angleterre et pour finir les reste d'un champs de bataille dans un endroits où une pluie de cendre tombe doucement.
Des tas de créatures cornues et écailleuses forment d'étranges tas.
De gigantesques machines à forme humaine se trouvent éventré gisant près d'une sorte de dragon.
Aux milieux de se massacre une toute petite créature qui ressemble à une petite fille avec des cornes, des petites ailes de chauve-souris, une queue pointue et des pattes de chèvre marche doucement en appelant de toutes ces forces.

"- Maman, où es-tu maman ?"
Un démon aux grandes ailes sombre et en armure noire avance vers elle. La gamine se tétanise sur place en voyant le chevalier infernal arrivée. Mais étrangement, c'est une voie calme qui sort de l'armure.

" - Doucement petite, je ne te veux aucun mal."

Le démon enleva son heaume, le visage d'un Lucifer fatigué, mais aux traits plus jeune se présente.

"- Cet endroit n'est pas vraiment le lieu pour une petite succube comme toi, mais ne t'inquiète pas, reste avec moi et où que soit ta maman on la retrouvera. "

Le démon prie la jeune succube dans ces bras et il l'emmena.




..................................................................




Puis à nouveau, l'image se dissipa encore sous forme d'ombre et ils se retrouvèrent dans une grande structure de marbre blanc rehaussé d'or, au centre d'une sorte d'arène entouré de gigantesque gradin.
Toute la structure par sa majesté donne l'impression d'êtres insignifiants.

" - Nous sommes arrivée, bienvenue dans ce qui était au paradis la partie la plus importante de mon palais, le tribunal de la cité Élyséenne.
Je vais à partir d'ici pouvoir rentrer en contact avec ton ancêtre, je vais te laisser un instant pour le chercher.
Ne quitte absolument pas cette salle, je n'ai pas envie de venir te repêcher dans les parties les plus sombres de mon esprit, je ne sais même pas moi-même ce qui s'y cache. "


Sur ces mots l'archange déchu prit son envol et il traversa une sorte de portail invisible.

Ce fut à ce moment ou les gradins et le centre sableux de la petite arène se peuplèrent d'une foule d'anges.
Un archange présent sur une haie d'honneur prit la parole.

" - Frère, sœur, je vous demande, je vous prie le silence. En l'absence de l'illustre Lucifer Mane Stellam, c'est moi, Uriel, archange de la connaissance et de la lumière, qui vais présider cette séance. "

L'archange se tourne ensuite vers les anges dans l'arène.

"- Ces gens sont accusé de blasphème et de parjure ce qui est un crime contre notre communauté.

Le fait de commettre un crime contre notre communauté ne leur enlève pas le droit d'êtres jugé par l'archange qui fut habilité pour cela. "

Un Lucifer au trait proche de ceux d'un adolescent, mais qui garde un certain calme et une certaine sagesse apparaît à l'intérieur de l'arène.

" - Je suis désolé Lucifer, mais notre frère Michel tiens a ce que cette affaire soit réglé au plus vite et que ces gens fasse un exemple.

- Ton dévouement est exemplaire Uriel, mais permet moi de mettre en doute tes capacités a juger correctement ces gens, une enquête prend du temps et j'appliquerais seulement la justice de notre créateur, je ne m'abaisserai pas à laisser tomber mes convictions et mon honneur a jugé sévèrement pour faire naître la peur dans le cœur de nos gens.
Mais puisque tu souhaites si hardament les juger, cite moi au moins la liste de leur méfait.



- Et bien, ils sont accusé de Parjure et de Blasphème....


- En effet, ils ont ouvertement montre leur mépris pour le système mis en place par notre saint frère Michel, mais ils ont juste supplié notre père de les protéger et seul le nom de notre père est sacré, pas le nôtre ou celui de notre frère. Cela n'est pas un crime aux yeux de la loi.

- De l'ancienne loi.

- Pour moi, il n'y a pas d'ancienne loi, il n'existe que celle de père. À moins que notre frère ne décide de changer toutes les lois, car il est supérieur à notre créateur. "

À cet instant, tous les anges de l'assistance se mirent à parler en même temps.
Des anges armés de lance, d'arc et d'épée apparurent de tous côté tentant de maîtriser la foule.
Uriel descendit d'un bond de son estrade et se planta devant Lucifer et prend à voix basse.

" - Mon frère, je ne souhaite que ton bien, mais comprend nous, père nous a donner la charge de son royaume. Les temps ont changé et nous devons changer nous aussi.
Ce n'est pas une raison pour transformer notre système en dictature, nous pouvons changer en prenant des mesure juste et pas en gratuitement envoyant à l'exil toute forme d'oppositions.


- Mon frère, met ton idéologie un peu de côté, c'est pour notre bien, les créatures qu'il y a au-dehors de notre royaume serait capable de nous détruire.

- Si tu parles des bêtes de l'apocalypse, je préfère encore les affronter et mourir la tête haute que de devoir m'abaisser a lécher les pieds de mon frère pour avoir sa protection.
Nous devons nous rendre à l'évidence, nous avons échoué et au lieu de rectifier le tir et faire mieux nous nous laissons tomber dans un gouffre.


- Ne dis pas ça, ai foi en père et nous réussirons.

- Vois où la foi nous a conduits et contemple notre royaume se détruire de l'intérieur.

- Tu sais que c'est gens sont condamné, ne les protège pas, je t'en prie.

- C'est dommage mon frère, j'ai juré sur mon honneur de les protéger."

Lucifer reprit a voix haute.

" - Puisque la nouvelle loi supplante l'ancienne car plus parfaite, je condamne ces gens a commencé par moi-même, Lucifer Mane Stellam, pour avoir critiqué le nouveau dirigeant et remit en question l'ordre établit aussi pourrit soit-il. Que vous soyez à jamais envoyer dans les terres infernales, a mourir libre et fier tandis que vous autres vous vous complaisez dans les ruines de notre royaume jadis vertueux, aujourd'hui débonnaire et corrompu. "

Un vent de surprise mêlé a de la terreur souffle alors sur la sainte bâtisse.

" - Lucifer, que fais-tu ?


- J'applique la loi et ramène la justice, que tous ceux qui souhaite être libre me suive. "

Quelques anges qui étaient dans les gradins sautèrent prenant la suite de Lucifer, certains anges armée venue pour ramener l'ordre décidèrent de suivre cet archange qui se révolta et se destitua pour une question d'honneur et de principe.
Ce fut au moment ou le jeune Lucifer quitta l'assemblée que le vieux Lucifer descendit des cieux avec un autre archange qu'ils avaient vue plus tôt.

" - Désolé pour l'attente madame, voici votre ancêtre, l'illustre Gabriel messager des cieux. Gabriel, je te présente ton arrière arrière arrière arrière arrière petit fille, Mademoiselle Gabriel Crystal Eliza Vera Latasha Bauffroy de Paris. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle De Paris
❝ LOCALISATION : Dans le parc, ou quelque part dans l'école.
❝ PT. EXPERIENCE : 331
Mythologique


 : C

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] EmptyMar 26 Mar - 15:27

L’ange déchu. Ça lui allait bien, pensait Gabrielle. C’était donc sa vraie forme. Tout dans ce monde des rêves était perturbant, à la fois surréaliste et dangereusement logique. Et ils n’avaient même pas encore pénétrés dans la psyché du démon.

Première marche dans la Descente aux enfers, les massacres des croisades. La mort de personnes, toutes plus innocentes et effrayées les unes que les autres, juste pour prouver à un peuple quel leur façon de vénérer un dieu était la meilleure.

Seconde marche, les Sept plaies d’Egypte, faire chanter une personne pour la forcer à tuer l’enfant d’un dirigeant un peu borné. Le tout pour un conflit opposant deux frères voulant chacun le bien de leur peuple.

Troisième marche, une succube qui cherche sa mère, perdue au beau milieu de flammes infernales, elle tombe sur le maitre des lieux. Elle ressemble à la demoiselle du crusader.

La dernière marche dans la descente aux enfers. Le paradis lui-même. C’est le jugement de Lucifer. Il chute avec les innocents dans la terre des coupables. Alors voilà le fameux dirigeant des cieux. Ce n’était pas Lui qui prenait les décisions, mais cet archange véreux… Saint Michel était son nom. Et Gabrielle ne l’oubliera pas.

Gabriel l’archange était apparu en face de la jeune femme et du démon. L’ancêtre lointain révéré de sa famille.

Elle s’approcha lentement pour le voir de plus près… Elle le regarda sous toutes les coutures… Puis le frappa au ventre. Il se plia de douleur contre toute attente. La puissance dans la vraie vie n’avait aucune importance dans les rêves.

« Relevez-vous. Je n’aime pas frapper une personne qui ne me regarde pas en face. »

Il toussa quelques secondes avant de difficilement se relever.

« Alors c’est vous le fameux archange annonciateur de la bonne nouvelle… »

Elle le frappa le visage avec une violence qui aurait pu envoyer quelqu’un à l’hôpital dans le monde réel.

« Et où était l’archange messager de dieu quand mon père, ton lointain descendant, s’est fait attaquer par la garde royale ? »

Ce n’est pas un coup, mais plusieurs coups au visage qui fusent envers la petite tête blonde qui fait face à Gabrielle. Ils deviennent de plus en plus intenses au fur et à mesure qu’elle continue de parler.

« Où il était, l’archange messager de dieu, quand une personne s’est fait passer pour Dieu et a contrôlé des anges en plein milieu du centre-ville ?! Où il était quand j’ai failli, à cause de ça, tuer un enfant et une de mes plus précieuses amies ?! »

Après qu’il arrête de tenter de se relever, Gabrielle se calme peu à peu, regarde les deux « sommets » de la hiérarchie des anges, et crache sur le sol.

« J’en ai marre que des créatures mythologiques viennent aléatoirement détruire le peu de vie que j’ai réussi à reconstruire ! alors je ne sais pas ce que votre Père a encore dans ses réserves contre moi, mais je compte bien lui dire qu’il peut tout ramener, je vais tout encaisser, et chaque coup qu’il m’enverra gratuitement parce que ses pseudo voies sont impénétrables, eh bien je les renverrais, tous, chaque saloperie qu’il placera sur mon chemin ! »


Elle respira un grand coup, et se retourna ves le démon.

« J’en ai assez de jouer avec un code d’honneur de chevalerie, maintenant je joue selon mes règles. Je n’ai pas envie de son aide, Lucifer. Il a beau dire le contraire, il est aussi lâche que les archanges qui ont laissé ta peine être prononcée sans agir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] Empty

Revenir en haut Aller en bas

L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: District Aselus :: Le Crusader-
Partenaires
dabberblimp" L'enfant dans l'antre du plaisir [Ft. Gabrielle de Paris] 50-50-2 5050

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit