AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Beathan Erikson
❝ LOCALISATION : A l'école, ou chez Edwin ! Ou bien dans la ville basse ! Ou encore dans l'au delà
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mythologique


 : F

MessageSujet: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptySam 13 Oct - 16:49

« Tu es prêt, Beathan ? »

« Je… je crois oui… »

« Eh bien je crois que tout est rondement mené, monsieur Bonners, c’est donc le moment de te dire bienvenue à la Heroes SUP, Beathan ! »


Le monsieur aux cheveux blancs effrayait un peu Beathan, il parait qu’ils étaient tous dotés dans cette école, et le monsieur aussi devait être doté… l’enfant avait le cœur noué à l’idée de se retrouver seul dans un bâtiment pareil, entourés de personnes aux pouvoirs titanesques. Des aliens, des démons, des futurs super méchants, autant de raisons pour Beathan de refuser… mais lui aussi faisait partie des monstres, quelque part.

Après l’accident qui avait causé sa mort… en quelque sorte, Edwin avait décidé de prendre Beathan en mains pour empêcher que cela se reproduise, et avait expliqué à l’enfant qu’il ne devrait plus aller travailler, et plutôt apprendre des choses, et comme son pouvoir était incontrôlable, le choix idéal dans une ville comme Laurel City était l’école des héros, la SUP.

Bien sûr il avait fallu passer par la case police pour identifier l’enfant. La tâche la plus complexe étant donné le blocage que faisait Bea quand il en entendait parler, mais au fur et à mesure, la voix douce de la fée avait su convaincre la petite mort. Beathan Erikson, supposé mort dans un accident de voiture, mais au corps inexistant, n’était plus porté disparu.

Mais maintenant il était seul dans la gueule du loup. Edwin était parti à l’infirmerie, où il travaillait… au moins il avait un point de repère ici. L’homme aux allures de lunatique en costard l’emmenait dans les bâtiments d’apprentissage, plus exactement en direction de la classe des primaires. Là, un certain nombre d’enfants écoutaient une jeune femme aux cheveux blonds donner un cours de français avec un accent irréprochable. Monsieur Tsukito lui fit signe depuis l’extérieur de la classe, et elle se dirigea vers l’homme aux cheveux blancs, en demandant aux élèves de ne pas faire de bruits.

« Gabrielle, voilà le nouvel élève de ta classe, je te le laisse, essaye de pas l’empaler cette fois. »


Cette pique irrita fortement la professeure, mais suscita l’incompréhension de Beathan. Empaler ? C’était probablement du jargon de professeur, ou quelque chose comme ça…

L’enfant suivit la professeure dans la salle de classe, puis elle s’adressa à tous les élèves.

« Les enfants, voici Beathan, votre nouveau camarade, il suivra vos cours à partir de maintenant. »


« Booooonjour beeeaaathaaaaaan »


L’enfant regardait autour de lui, la plupart d’entre eux avaient l’air humain, mais certains étaient vraiment monstrueux, comme l’homme araignée dans le fond… Et la seule place libre se trouvait dans le fond.

Devant chaque pupitre, un petit papier en forme de toblerone indiquait le nom de chaque étudiant, ainsi que leur pouvoir : « Cassandra, Medium », « John, homme-araignée », « Hanna, téléportation », et ainsi de suite. Lequel d’entre eux allait être le super-méchant qui hanterait les cauchemars des autres ? Peut-être la fille qui volait, le regard mauvais, autour des gens. La petite mort et la fille se fixèrent longuement. Elle semblait être surprise de l’arrivée de l’enfant, comme si elle venait de voir un fantôme.

Beathan sortit un crayon avec une gomme pikachu que Edwin lui avait offert, et, après avoir réfléchi quelques instants à son pouvoir, se demanda ce qu’il était. Quelqu’un qui ressuscitait ? Qui passait chez les fantômes ? Qui voyait ces derniers ? Il marqua juste sur sa feuille « Beathan, spectre ». Il n’avait pas d’autre idée sur sa vraie nature.

Le cours se déroula plutôt vite, mais malgré tout il se sentait observé, un poids sur ses épaules, la fille qui volait et ne notait rien, et qui observait de loin Beathan.

A la fin du cours, Beathan s’appretait à ranger ses affaires quand un autre enfant, particulièrement musclé, s’approcha de lui. La fille volante se tenait derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aequilius Fenrirdóttir
❝ LOCALISATION : Flâne encore dans les Jardins
❝ PT. EXPERIENCE : 90
Mythologique


 : E

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyMar 13 Nov - 1:43

Aux muses permettais moi de compter la rencontre entres Ares et Thanatos, le jour ou leur destin sera liée.


Le soleil brillera légèrement en cette matinée d'automne, l'Aeroteknon sera assis sur sa chaise, il saura que la fantôme est là, rodant autour de lui, même s'il ne la voit pas.
C'était à cette condition et celle qu'elle n'empêche pas le déroulement des cours et ne souffle pas non plus les réponses des contrôles qu'elle pourra rester dans la classe.
Elle lâchera encore moins le demi-dieu depuis que celui-ci lui aura sauvé la "vie" dans le parc d'attractions hanté.

La fantôme brûlant du feu d'éros et de vénus pour le jeune enfant se contentera de le dévorer du regard, observant chacun de ces gestes et ce méfiant de toute créature mortelle de sexe féminin qui rôderait autour de son Aequilius.
Seule la mère adoptive de l'enfant et sa professeur seront toléré par la poltergheiste, qui est même allé jusqu’à chasser violemment les anciens amis d'Aequ.
L'enfant hanté restera sur le bord de la classe, il aura pardonné à Gabrielle la fois ou de sa lance de lumière, elle lui avait appris la dure leçon de la douleur et il sera content qu'elle soit revenue.

Ce sera à ce moment où l'Artémis de l'archipel de l’extrême-est arrivera dans la salle, il parlera avec la professeur et présentera un nouvelle élève.
Son nom sera Beathan.
Au moment ou celui-ci rentrera, Eliza commencera à prendre peur. Il sera la raison de son réveil, ainsi que la seule chose qui aura empêché son vieil ami l'astrologue de quitter ce monde.
Elle le surveillera avec une certaine distance avant de s'approcher de celui qu'elle aime et de lui dire à l'oreille.

"- Fait attention à toi, il est bien plus dangereux que son apparence peut le laisser entendre.
Si tu t'approches de lui, prends garde à toi. Je t'en reparlerai plus tard."


Il ne sera pas temps pour elle de dire tout ce qu'elle saura sur la petite mort, elle restera cependant toujours sur la défensive.
L'enfant sera sensé détruire le monde, mais de cela la fantôme s'en moque. Le monde peut brûler tant qu'elle à son amant à ces côtés.
Mais le thanatosséen sera le seul à la couper définitivement de celui qui sera l'objet de son affection.
Elle se verra comme une simple marionnette aux yeux de l'enfant, situation qui la remplit d'un sentiment rare pour un fantôme, la peur.




Lorsque la sonnerie de fin des cours retentira, l'enfant aura en avance rangé ces affaires afin de pouvoir allé à la rencontre du nouvel arrivant.
Comment un enfant aurait put faire peur à un être déjà mort.
Le fils de la guerre verra écris spectre au-dessus du prénom de Beathan, serait-il comme Eliza, un mânes ?
L'enfant sera d'autant plus intrigué par la méfiance de sa protectrice.
Il s'approchera de l'enfant et lui lancera avec une certaine assurance pointée de méfiance, mais lui tendant tout de même la main.

"- Bonjour,.... je suis Aequilius Laghertason Fenrirdottir."

Se rappelant qu'il devait ce méfié, il tentera une approche plus neutre, il lui sourira.

"Bienvenue parmi nous."


Il continuera à regardé le panneau avec son nom écris dessus.

"Spectre ?
Ça veut dire que tu es un fantôme ?
Où que tu as un pouvoir en rapport avec les fantômes ?"


L'enfant se posera une question, il se rappellera des parole du vieux fantôme le soir où il aura rencontré Eliza.
"Il était le dernier, il est l'ultime."
Ces mots n'ont pas de sens, mais quand on parle de fantôme, se sont surtout, ces mots qui feront surface.
Le garçon chuchota.

"Peux-tu là voir ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beathan Erikson
❝ LOCALISATION : A l'école, ou chez Edwin ! Ou bien dans la ville basse ! Ou encore dans l'au delà
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mythologique


 : F

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyLun 19 Nov - 16:24

L’enfant le mettait mal à l’aise, il avait l’air de n’exprimer aucune émotion, comme s’il était vide, et pourtant il ne semblait pas en être dépourvu, surtout avec son sourire maladroit. La fille derrière lui, quant à elle, lui rappelait un film d’horreur qu’il avait vu à une époque, sur une casette hantée, mais Beathan avait assez vu de fantômes pour savoir qu’ils ne fonctionnaient pas du tout comme ça… Fantôme… vu comment la fille se promenait à travers la classe sans aucune réprimande, aurait-il été possible que cette fille soit invisible à leurs yeux ? C’était peut-être encore un fantôme, ce qui ne rassura pas la petite mort.

"- Bonjour... je suis Aequilius Laghertason Fenrirdottir. Bienvenue parmi nous."

« Je…euh… bonjour ? Moi c’est Beathan, Beathan Erikson. »


L’autre enfant commença à lui poser des questions sur son pouvoir, c’était peut-être une tradition à la sup ce genre de chose. Beathan n’aimait pas son don, ni les dons en général. Là où les autres enfants de son âge voyaient des super pouvoirs super cools, Beathan voyait plutôt des monstres dangereux qui avaient envie de le tuer lui ainsi que tout le monde, ou encore des pauvres personnes qui n’avaient rien demandés et qui se retrouvaient à tuer tout le monde autours d’eux à cause d’une malédiction. Beathan se considérait dans la seconde catégorie. Et il ne savait pas vraiment où placer ses camarades, ni même Edwin, ils n’avaient pas vraiment l’air méchants, mais ils restaient dotés…

« Je… je sais pas trop, je peux voir des fantômes, disparaître, ce genre de chose… c’est arrivé comme ça, et je sais pas pourquoi… »

Et puis il y a cette fois-là aussi… il était pourtant mort ce jour-là, et il était sorti du cercueil vivant, comme si de rien était. Un autre côté de son pouvoir peut-être ? il n’était pas vraiment sûr de ce qui c’était passé à ce moment… ça le perturbait.

« …peux-tu la voir ? » chuchota l’enfant interrogeant Beathan.

« La… la petite fille derrière toi ? Je… oui, je peux la voir, pourquoi ? Est-ce que c’est… un fantôme, c’est ça ? »

Plus l’enfant en voyait, plus il arrivait à les reconnaitre, et moins il en avait peur. C’était devenu son quotidien macabre de voir une ombre le fixer la nuit, dans sa chambre, de voir des êtres décapités traverser les murs, ou de sentir observé par un être malveillant dans les endroits sombres, où encore de voir une femme en rouge dans le miroir. C’était presque devenu… normal.

« … »

Après une légère hésitation, il prit soudainement son sac évoli et se dirigea vers la sortie en marchant rapidement. Il n’avait pas envie de s’attacher à quelqu’un dans cette classe, pas même la maitresse. En plus il était obligé de voir les spectres, mais ça ne voulait pas dire qu’il voulait s’en approcher pour autant. Il se dirigea d’un pas rapide vers la cour de récréation, et se mit à la recherche de « son coin », une petite manie qu’il avait avant qu’il ne rencontre ses… « amis », un petit endroit qu’il se trouve dans la cour, un peu loin des autres, où personne ne l’embêterait.

Il trouva finalement un endroit de l’autre côté d’une haie, avec un muret en ciment qui pourrait parfaitement servir de banc. Il s’installa, regardant les autres de loin. L’homme araignée de tout à l’heure jouait à chat perché, il gagnait depuis le haut de l’arbre dans lequel il s’était confectionné une toile. A un autre endroit, une petite fille tirait les cartes de tarot, et ses prédictions se réalisaient instantanément. Cet endroit était vraiment une anomalie, on aurait presque dit un autre monde…

Beathan aimait bien être loin des autres, il n’avait jamais vraiment été quelqu’un de social. La tranquillité d’un sanctuaire personnel lui était préférable aux piaillements des autres enfants. C’était comme ça depuis qu’il était petit, il se complaisait dans le silence, il n’avait pas peur du noir, ce genre de chose qui normalement n’étaient pas normales pour un enfant de son âge.

Et pourtant quelqu’un brisa son petit monde de rien, en brisant l’espace vital de la petite mort : c’était le garçon de tout à l’heure, accompagné du fantôme qui flottait autour de lui. Beathan, qui était d’habitude souriant et timide, commença à froncer les sourcils.

« J’ai pas envie de parler, laissez-moi, vous deux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aequilius Fenrirdóttir
❝ LOCALISATION : Flâne encore dans les Jardins
❝ PT. EXPERIENCE : 90
Mythologique


 : E

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyDim 9 Déc - 18:33

L'enfant aura ses réponses, oui, il peut voir la mâne et oui son pouvoir à un rapport avec eux.

"- Oui, elle est une fantôme, enfin, je crois."

Après une légère hésitation, il se lèvera et prendra la direction de la porte, voulant trouver la solitude et le calme.
Mais le fils de la guerre regardera l'enfant partir avec étonnement.
Sera-t-il vraiment une créature à craindre ?
L'enfant en doutera.

" Il n'a pas l'air aussi effrayant."

La non-vivante à ces côtés s'insurgera contre cette phrase.

"- C'est parce que tu ne sais pas ce qu'il est. Les animaux le craignent et la plupart des vivants refuseraient de le fréquentait s'il savait qui il est."

L'aeroteknon tournera la tête vers son éternelle amie.

"- Si tu sais qui il est, pourquoi tu ne me le dis pas ?

- Tu te rappelles du vieil astronome qui devait absolument prophétiser quelques choses ?"

L'enfant affirmera par un mouvement de tête qu'il s'en souviendra.

" C'est ça venue qu'il avait prophétisé, il est le dernier à venir pour annoncer la fin du monde. Il est la mort.

- Ah !"

L'enfant regardera dans le vide avant de lui aussi ce dirigé vers la cours de l'école.
La fantôme commence à avoir peur de l'idée qui a put germer dans sa tête.

"- Mais où tu vas ?"

L'enfant ne répondra pas. La poltergheist tentera d'arrêter l'enfant en gelant l'air autour de son pied.

" Je t'interdis d'aller le voir, il est vraiment dangereux et il pourrait te tuer."

La peur aura empli le cœur de la poltergheist donc la seule pensée d'êtres détachés de la seule personne qui lui donnait encore un but dans ça non-vie lui sera insupportable.

"- Alors toi aussi, tu le juges sans le connaître ?

- Non, c'est toi qui prends une décision sans savoir. Je ne te laisserai pas prendre un tel risque, il est vraiment dangereux et je t'en supplie crois moi sur parole et oublie le."

L'enfant lèvera juste le pied, brisant la glace qui ne pourra retenir sa force et continuera d'avancer.
La mâne sera prêt à tous pour le protégé, elle regèlera les pieds de l'enfant.

"- Tu sais quand je suis arrivée à l'école, j'étais perdu. Ma maman était morte, je n'était plus chez moi et les gens disait que j'étais méchant.
J'étais comme lui, seul.
Mais des gens gentils comme maman Lagherta, dame Gabi, Tata Barbara, Cassandra, Catherine, John, et même toi mon aider à ne plus être seule.
Je te remercierai jamais assez pour ça.
Mais maintenant, c'est lui qui se retrouve seule."

Les mots de l'enfant auront touché le vieux cœur tous froids de la poltergheist.
Mais pas suffisamment pour la faire lacher l'affaire.

"- Il y a des gens qui veulent rester seuls, tu ne peux pas les changer.

- Peut-être, mais si personne n'essaye de lui tendre la main, il restera seul.
Je veux juste essayer.


- Mais... mais.... si tu y vas, il peut te blesser, et même te tuer.......

- Qu'il essaye, je ne laisserai pas faire. J'ai déjà affronté un gros fantôme que je n'arrivais pas à blesser, je peux recommencer."

Elle aurait pu débattre en vain avec lui longtemps. Une fois que l'enfant aura pris une décision de ce genre, il sera rempli d'une détermination à toute épreuve.
Elle l'appréciera aussi pour cela.
Elle baissera la main et lâchera son aimé.

"- Bien, mais à la condition que si ça deviens trop dangereux, tu te retires, tu ne le combat pas."

L'enfant se contentera de sourire en réponse.

"- Merci Eliza.

- De rien."

Ils continueront leur chemin non sans qu'Eliza donne quelques indications et avertissement à propos de l'enfant mystérieux.

..........


Ils le trouveront dans un coin de la cour seule.
Le jeune demi-dieu voudra s'approcher et entamé la discutions, mais par où commencer et quoi dire.
Aucun mot ne remontera jusqu'à ça bouche.
Sauf que le petit Thanatos les aura vus et leur dira sèchement.

" J’ai pas envie de parler, laissez-moi, vous deux. "

La fantôme n'aura qu'une seule envie, exécuté cet ordre, mais le demi-dieu plantera ses yeux dans ceux de l'enfant.

"- Désolé pour tout à l'heure si je t'ai fait peur, j'ai du mal à montrer ce que je pense.
Pendant, longtemps, on m'a traité de monstre qui n'est bon qu'a apporté la mort et à blesser.
Ce que je vais te dire peut te sembler bizarre, mais un fantôme dans un observatoire m'a parlé de toi et de ton pouvoir.
Je ne te jugerai pas sur juste des mots qu'un vieil homme mort depuis longtemps mort m'a dit.
Dans cette école, on nous dit toujours que c'est la personne et non le pouvoir qui est important, c'est ce que tu en fait et la façon donc tu agis qui est importante.
Alors même si tu fais lever des morts ou quoi que se soit d'autres, ton pourvoir compte pour du flan et ne laisse personne te laisser croire à la bêtise qui est que tu es forcément quelqu'un de mauvais."


L'enfant le regardera droit dans les yeux.
L'aura de mort et d'Ares qui se dégagera de la scène et qu'Eliza ressent, lui fait bien comprendre que ceci n'aurais jamais dut avoir lieu.
Ces deux créatures sentant le surnaturel.... Même elle a l'impression qu'elle n'y a pas ça place.

"- Si tu veux être seule et bien alors tant pis, mais se sera parce que tu l'as voulue, pas parce qu'on ne ta pas tendue la main.
Bonne journée."


L'enfant tournera les talons et se préparera à partir, il comptera bien sûr garder un œil sur le petit Beathan au cas où on l'embête. Il lui laissera juste le temps de dire quelque chose si l'envie lui prend avant d'êtres trop loin pour l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beathan Erikson
❝ LOCALISATION : A l'école, ou chez Edwin ! Ou bien dans la ville basse ! Ou encore dans l'au delà
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mythologique


 : F

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyMer 13 Fév - 11:41

Le gamin aux cheveux presque aussi clairs que ceux de la petite mort commença à parler bizarrement de choses que Beathan ne comprenait pas vraiment. Et honnêtement ? Il s’en fichait un peu. La petite mort ne voulait pas se faire d’amis surnaturels, il avait déjà essayé et ça c’était mal passé, il voulait juste avoir la paix. On dirait que « son coin » n’était pas là finalement.

« …Je veux juste être tranquille, j’ai pas envie d’avoir des copains dans cette école. »


Sur ces mots, le garçon aux cheveux blancs passa de l’autre côté de la haie d’un seul coup, et il se retrouva dans la grande cour de nouveau, à la recherche d’un autre endroit pour s’installer. Il n’aimait pas cette école, il avait l’impression que tous ces gens autour de lui étaient des bêtes qu’on avait enfermé dans un zoo, et que, lui aussi, comme l’abruti qu’il était, avait accepté d’être enfermé avec eux. Et pourtant, ils semblaient se plaire là-dedans, dans une cage à monstres de foire, pourquoi est ce que ça ne gênait personne à part Beathan ? Même dans une école de monstres il se sentait différent des autres, on dirait.

Dans ses songes il ne remarqua pas la personne qui le bouscula plus ou moins volontairement de l’épaule, qui se roula dramatiquement se douleur sur le sol. Il semblait que ce soit le garçon qui brillait dans le noir, et quelques-uns de ses copains, qui s’approchaient de l’enfant.

« Aïeuuh, tu m’as fait mal, fais attention où tu vas ! »

« … Pardon, je… je ferais plus attention… »

« Faut plus que des excuses, tu m’as fait vraiment mal, il va falloir que tu me donnes quelque chose pour te faire pardonner. »

Beathan voyait clairement ce qui se passait, une forme de bizutage des nouveaux, on dirait. Il n’avait pas vraiment la tête à ça. Il voulait juste disparaitre de la circulation, repartir loin d’ici, de cette école, c’était une mauvaise idée de venir ici

« On t’a vu parler avec le sauvage, et le sauvage il approche que les monstres. Tu vas faire quoi pour t’excuser, le monstre ? »


Même parmi les horreurs de la nature, il y avait des monstres ? Et il en faisait partie. Même dans l’enclos des bêtes de foire il était rejeté sans même que les gens le connaissent. Beathan, d’habitude très timide, sentit quelque chose monter en lui qu’il aurait préféré garder enfoui.

« Eh tu m’écoute quand je te pa- »

C’est assez dingue comme un gamin qui jouait au dur était moins terrifiant que tout ce que tu pouvais voir dans le monde des morts. Beathan effectua une technique d’autodéfense qu’un des gens de la rue (celui qui vendait la farine magique) lui avait apprise, il fit trébucher la personne devant lui d’un rapide mouvement de la jambe dans un sens, accompagné par un mouvement des bras dans l’autre, qui l’accompagna au sol. Beathan plaça son genou sur son dos, prit son bras droit, et tira jusqu’à ce qu’il entende un léger « crac » : il venait de lui déboiter l’épaule. Il n’aurait jamais pu utiliser cette technique sur un adulte, ou même un adolescent, mais sur un gamin qui n’a jamais mit les pieds dans la ville basse et dans la zone abandonnée, il n’avait même pas eu besoin de forcer.

L’enfant mit au sol se mit à crier et pleurer de douleur, ce qui attira l’attention de toute la cour de récréation. Tous pouvaient Beathan, lâchant le bras qui ne bougeait plus de la petite brute. Ils avaient peur de lui, ou alors ils étaient dégoutés. Beathan, lui, n’était pas très choqué de ce qu’il venait de faire, par rapport à une mort par surinage, un petit déboitage d’épaule n’était pas grand-chose. En fait, il était même plutôt fier de lui, d’avoir réussi à appliquer une technique d’auto-défense en situation réelle, ce qu’il n’avait jamais pu faire avant. Et l’autre gamin continuait à doucement sangloter.

« C’est booon, arrête de pleurer, je vais te la remettre en place, chochotte. »

Il mit le bras à 90 degrés par rapport au corps, puis poussa un coup, ce qui fit de nouveau un bruit étrange dans son épaule, et un cri de la part du gamin sous le genou de la petite mort, mais son épaule était de nouveau dans une position naturelle. Du coin de l’œil il voyait l’enfant de tout à l’heure accompagné de son fantôme de compagnie, qui semblait dire à son ami quelque chose comme « je t’avais dit qu’il était dangereux ».

Il se leva et sortit du cercle qui s’était formé. Même si les regards suivaient Beathan, ils préférèrent rester près de la pauvre petite chose qui n’était même pas vraiment blessée. Au moins, après ce joli petit spectacle, peut-être que les autres arrêteraient de l’embêter une bonne fois pour toutes, même si Madame de Paris allait un peu lui crier dessus plus tard, quand ses camarades iraient lui en parler.

Mais contre toute attente, deux personnes le suivirent : le petit grec et sa copine fantôme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aequilius Fenrirdóttir
❝ LOCALISATION : Flâne encore dans les Jardins
❝ PT. EXPERIENCE : 90
Mythologique


 : E

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyMer 20 Fév - 23:32

Le gamin enverra en l'air toutes les belles paroles du demi-dieu.
Il voudra juste rester tranquille, dans cet environnement qui ne lui sera pas habituel cette réaction n'a rien d'anormal.
Aequilius sera prêt à accepter de le laisser tranquille et a lui laisser le temps de s'acclimater, il sera lui-même passé par là.
Mais un étrange pressentiment, certainement son sixième sens de dieu de la guerre s'activera peu après.
Sentant les ennuis approcher, le mini olympien se mettra en retrait, mais gardera un œil sur Beathan.

Il verra quelques secondes après celui qu'il surnommera non sans un certain dégoût "la loupiote" arrivée.

"- O Popoi

- Pas ce sale mioche."

Le gamin viendra embêter le petit nouveau, histoire de marquer son territoire entouré par sa petite armée.
Mais le petit Thanatos calmera la situation par une simple clé de bras.
La fantôme se retournera vers son amant, elle avait perçu une étrange aura autour du petit Beathan.

"- Je t’avais dit qu’il était dangereux.

- Pas mal, même si pour ce que tu m'en as dit, je m'attendais à quelque chose de plus....... violent."

Le demi-dieu n'aura pas perçu l'aura comme Eliza.

"- Dit moi aequ, tu as déjà détruit quelqu'un devant du public."

L'enfant réfléchira.

"- Il y a bien, se type, a qui je lui ai arraché le bras pour le frapper avec. Il y a aussi la banshee, mais elle compte pas parce qu'on était deux et qu'elle était déjà morte, mais non je n'ai jamais fait ça devant du public. Et je ne compte pas non plus la fois où loupiote a fait un vol plané dans le couloir, mais la encore pas de gens pour le voir a part Catherine qui la gentiment rattraper grâce à ces ombres. Je ne me suis même pas fait punir.

- Tu vois, il cache, c'est pouvoir, il est dangereux."

Ce sera à ce moment qu'une surveillante se dirigera vers le lieu du litige.

"- Dangereux ou pas il va avoir des soucis à cause de l'enluminer.

- Autant dire que ce gosse qui attaque tête baissé des créature aussi puissante que vous deux, n'est pas une lumière."

La fantôme se mettre a rire toute seule alors que le fils d'Ares se contentera de sourire et de sauté la haie pour arriver au plus vite à côté de Beathan.

Il arrivera alors que la surveillante fera sa brimade.

"- Désolé madame....

- Attends aequ, je suis occupé.

- Justement, j'ai tout entendu et vue, le groupe était venue ....... Comment on dit en anglais ?"

La fantôme toujours invisible s'approchera et lui dira a voix basse.

"- Le bizuté.

- Le bizuté, voilà, merci."

La surveillante soulèvera un sourcil circonspect, mais pas plus que l'enfant en face d'elle entend des voix. Il sera plus ou moins de notoriété public qu'une poltergheist le suivra continuellement.

"- Ok Aequilius, vue qu'il est nouveau et que ce n'est pas la première fois que se groupe agis ainsi, je lui accorde le bénéfice du doute. Monsieur Kyoshi et Madame De Paris seront mis au courant et ils recevront une punition, y compris toi Beathan. Et puisque tu veux être son ange gardien, à la prochaine bêtise qu'il fera vous serai punis tous les deux."

La surveillante laissera les deux enfants alors que se sera le groupe de la dryade qui se dirigera vers les deux protagonistes.
John l'homme arachide, Catherine l'ombro-mancienne et Cassandra l'oracle.

"- Et Aequ attrape."

John lancera de ces mandibule une de ces soies collante sur la main du fils de la guerre collant ces doigts entres eux.

"- John, tu sais combien de temps, je vais devoir passer pour nettoyer ça ?"

D'un simple mouvement de ses doigts puissant, la toile se déchirera.

"- Je ne sais pas, mais je trouve assez drôle avec qu'elle facilité tu arrives toujours à briser ma toile alors qu'elle est soit disante aussi solide que celle de la Caerostris Darwini.

- Je sais, tu me l'as déjà dit. L'araignée qui peut produire la plus grande toile et la plus résistante au monde.

- Oh, mais tu es avec le nouveau !"

L'enfant arachnide s'approchera de Beathan suivie de près par Catherine.

"- Bonjour le nouveau, moi, c'est John et toi, c'est Beathan ?
En tout cas bienvenue dans notre école, tu verras les élèves ont l'air bizzare, mais personne n'est pire que lampe de chevet.


- Bonjour moi c'est Catherine, mais tu peux m'appeler Cat."

Cassandra reste à bonne distance de Beathan.

"- Alors moi, je m'appelle Cassandra, mais tu t'en fous, tu veux juste rester seul et la, tu as cinq personnes bizarre qui t'agresse.

- Cassandra, on est que quatre....

- Avec la groupie de monsieur muscle ça fait bien cinq.

- C'est qui que tu appelles la groupie ?"

La fantome prendra une apparence plus visible et se mettra face à Cassandra.

"- Et bien toi ma vieille."

Aequ verra que la situation dégénère et se tournera vers Beathan.

"- Désolé pour l'agression, je sais que tu veux rester seul. Je voulais juste que tu n'es pas d'ennuie à cause de "la lumière". Je vais écarter les deux filles avant qu'Eliza décide de faire du mal Cassandra. Si tu as besoin de quoi que se soit, n'hésite pas.
Passe une bonne journée."


Puis le demi-dieu et John se mettent entres les deux filles.

Le demi-dieu ne dira rien, il se contentera de regarder la fantôme droit dans les yeux.

"- Ne me regarde pas comme ça, toi. Je n'ai rien fait de mal et c'est elle qui a commencé.

- Tu te rappelles de ce que tu as promis a dame Gabi pour qu'elle t'autorise à rester dans l'école et ce qu'elle t'as dit."

La fantôme bouillonne à l'intérieur, elle fait la moue et croise les bras.

"- Oui, j'ai 400 ans et je dois me comporter comme telle......

- Bien."

Le demi-dieu se retourne.

"- Mais c'est elle qui a commencé d'abord."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beathan Erikson
❝ LOCALISATION : A l'école, ou chez Edwin ! Ou bien dans la ville basse ! Ou encore dans l'au delà
❝ PT. EXPERIENCE : 165
Mythologique


 : F

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyJeu 7 Mar - 11:06

Alors que Beathan attendait patiemment sa sanction bien méritée, le garçon de tout à l’heure s’interposa, pour le défendre malgré qu’il avait lancé les hostilités physiques. Il avait un peu de mal à comprendre ce qui le motivait à faire ça, il n’avait pas été vraiment très agréable à vivre depuis qu’il avait tenté de lui parler, mais cette fois, il lui en devait une.

Ses amis, tous plus étranges les uns que les autres, s’étaient rassemblés autour des deux enfants. Et l’on dirait qu’une autre personne pouvait voir la fantôme, une fille nommée Cassandra. Elle parlait bizarrement, mais l’on dirait que tous les enfants de cette école parlaient bizarrement.

« Euh… moi c’est Beathan, je suis nouveau… j’aime pas trop la compagnie des gens… et pour être honnête les dôtés m’ont toujours fait un peu peur… »

C’est l’araignée qui lui répondit :

« T’inquiète, c’est pas comme si on était pas habitués à ce qu’on fasse peur. N’empêche tu dis qu'ils te font peur, mais t’as du lui faire vachement mal vu à quel point la lampe de chevet brillait. »

Beathan fit un peu la moue.

« Il a commencé le premier, s’il voulait pas avoir mal fallait pas m’embêter. »

A peu près tout le monde à part les deux furies qui se fusillaient du regard rigolèrent.

En parlant de furies, la petite bizarre s’approcha de Beathan brusquement pour l’observer de plus près, de quoi mettre mal à l’aise n’importe qui de normal.

« Il y a quelque chose qui… attends une seconde. »

Elle retira son gant et posa le doigt sur l’enfant… puis ses yeux s’ouvrirent d’horreur.

« Qu’est-ce que… »

Perdant l’équilibre, elle recula de quelques pas. Elle regarda Beathan quelques instants, puis la petite fantôme.

C’est Aequilius qui la rattrapa pour lui permettre de rester debout, puis lui demanda :

« Qu’est ce que tu as vu, Cassandra ? »

Après un silence qui lui permit de se calmer, puis après un moment de reflexion, elle regarda de nouveau Eliza et répondit :

« Rien de plus important que d’habitude. Laissez tomber… Fais attention à ta « groupie », Phylonmay… ça pourrait mal finir. »

Cassandra s’éloigna du groupe pour aller se passer de l’eau sur le visage aux toilettes, toujours un peu chancelante.

Le garçon araignée arqua ses 4 sourcils droits, et dit :

« Wah. Elle n’avait jamais réagi comme ça en utilisant son don. T’en penses quoi, aeq ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aequilius Fenrirdóttir
❝ LOCALISATION : Flâne encore dans les Jardins
❝ PT. EXPERIENCE : 90
Mythologique


 : E

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] EmptyJeu 14 Mar - 16:27

Une fois les tensions calmées, Cassandra utilisera ces pouvoirs pour connaître le passé de Beathan.
Elle finira par perdre l'équilibre et tombera dans les bras d'Aequ qui lui demandera comment elle va.
Il la sentira apeurée et horrifiée, il voudra comprendre et lui demandera ce qu'elle a vue.
Sa seule réponse sera de mettre en garde le demi-dieu contre sa groupie et de s'enfuir.
John arquera ces sourcils et dira :

"- Wah. Elle n’avait jamais réagi comme ça en utilisant son don. T’en penses quoi, aeq ?"

Le demi-dieu restera silencieux, plongé dans ces pensées.

"- Aaaaaeeeeeeeequ ? La lune, ici la terre."

L'enfant sursautera.

"- Euh, quoi ?

- Tu en penses quoi ?

- Je ne sais pas."

John et Catherine se regarderont en s'interrogeant.
Quelque chose de louche se tramera.
Mais ce qu'ils sauront, c'est que dans ce genre de moment, il ne faut pas poursuivre Cassandra.
Cassandra sera depuis toujours une fille a part, se mettant de côté et parlant peu. Ce ne fut qu'avec l'arrivé d'Aequ qu'elle rentrera dans le groupe même si elle sera toujours un peu en marge. Elle semblera assez intriguée de voir se que le fils d'Ares sera capable.
Leur première rencontre sera un peu étrange, le groupe de la dite lanterne la poussera par terre. Le demi-dieu viendra les calmer par sa seule présence, la lampe n'ayant pas envie de faire un nouveau vol. Il aidera la pauvre Cassandra à se relever, mais ces gants de soie auront été troués et par mégarde, elle se plongera dans son passé, voyant au travers de ces yeux la mère sylphide de l'enfant brûler.
Elle le prendra dans ces bras alors qu'Aequ, ne comprenant pas du tout, sera totalement bloqué.
Tout deviendra plus clair lorsqu'elle leur expliquera son pouvoir, gardant bien pour elle, qu'elle n'avait pas fait qu'explorer le passé de l'enfant.

Le demi-dieu se tournera vers Beathan.

"- Ne t'inquiète pas Cassandre est assez spécial même pour une dotée, elle peut voir le destin des gens qu'elle touche, sauf qu'a chaque fois elle est toujours malade après."

Ce fut à ce moment qu'il se tournera vers l'endroit ou se trouvait Eliza.
Elle n'y sera plus.

"- Elle est encore passer où celle-là ?"

...............

Alors que les enfants discuteront, la poltergheist sera parti de son côté. Elle sera curieuse de savoir ce que la petite oracle aura vue.
Cassandra se sera réfugiée aux toilettes pour se mouiller le visage.
Elle sera seule, car elle sera montée aux toilettes du troisième étage normalement vide durant la récrée.
Un air glacial emplira la pièce, Eliza se tiendra devant elle.

"- Cassandra qu'as-tu vue ?

- Rien, je te les, déjà, dis."

Les ombres s'agitent autour d'elle, faisant claquait les toilettes autour d'elle.

"- Ne me ment pas. Qu'as-tu vue ?"

Les lumières des toilettes se mettront à clignoter violemment.

"- Tu es bien une tueuse."

Pendant un instant, la fantôme cherche puis elle se met à rire.

"- Je vois, tu as bien vu son passé. J'ai bien tué ces parents, ces amis me l'avait si gentiment demander. Dire que je n'y ai pas prie plaisir serait te mentir."

Cassandra connaîtra son destin, elle sera ce qui lui restera à faire.

"- Eliza, bien que je ne t'apprécie pas, je te demanderai de laisser Aequ tranquille. Il est déjà pris dans bien des jeux qui le dépasse."

La fantôme se trouve en un battement de cils devant l'oracle.

"- C'est mignon, la divine Cassandre amoureuse du fils d'Ares. Tu sais qu'une de tes homologues a rejeté l'amour d'un dieu grec et tu sais aussi bien que moi que personne ne l'a écouté depuis. Ta veine tentative de m'écarter de lui ne fonctionnera pas."

Le visage d'Eliza prit une allure monstrueuse.

"- Il est à moi, et à personne d'autres.

- Non ce n'est pas ça Eliza, tu te trompes, son destin finira par ta main, tu finiras par le condamner."

Une ombre soulèvera Cassandra, elle pleurera de désespoir de tenter de changer un destin inéluctable.

"- Aequ m'appartiens, toute créature qui se mettra entre lui et moi sera détruite."

Dans un dernier cri, le corps de Cassandra sera transpercé par une gigantesque stalactite de glace, alors que la poltergheist jubilera de joie.

Et c'est donc ainsi que je vais mourir ?

Et c'est donc ainsi que tu vas mourir.

Je ne peux rien faire pour changer cela ?

Ceci est ton destin, c'est à toi de tenter.

........................................................................................................



Cassandre regarde son visage dans la glace, elle sait ce qui va lui arrivé.
Sa dernière heure, son requiem.
Après avoir vue des gens souffrir continuellement dans ces visions, enfin elle n'aura plus a supporter tous cela.
Elle n'aura pas à attendre la fin des temps.
Aussi précis qu'une horloge, elle sentit l'air se rafraîchir autour d'elle.
Elle se retourne et fait face à l'agente de la faucheuse.

"- Cassandra qu'as-tu vue ?

- Rien, je te les, déjà, dis."

Elle sait que cela ne marchera pas, mais voir les pouvoirs d'Eliza en action à quelque chose de grisant.
Comme prévues, les portes des toilettes se mettent à claquer, les ombres feront des action totalement non-naturelles.

"- Ne me ment pas. Qu'as-tu vue ?"

Voulant garder les apparences d'une certaine surprise Cassandra répond.

"- Tu es bien une tueuse."

"- Je vois, tu as bien vue son passé. J'ai bien tué ces parents, ces amis me l'avait si gentiment demander. Dire que j'en ai pas prie plaisir serait te mentir."

Elle connait son destin, elle sait que quoi qu'elle dise elle est condamné, alors autant tout tenter.

"- Eliza, vas y tue moi si sa te chante, mais s'il te plait, veille sur Aequ. Il en aura bien plus besoin que tu le crois. Beathan est....

- La mort, oui je sais et tous comme toi, je me débarasserai de lui si il se met en travers de ma route.

- Mais..... je ne me suis jamais mit au travers de ta route......"

Eliza prend le cou de Cassandra dans sa main.

"- Alors pourquoi vouloir être aussi proche de lui si ce n'est pour me le voler ? Il perd son temps avec une fille comme toi."

L'heure étant venue aux révélations imprévue par le destin, Cassandra essaye d'articuler.

"- Tu ne sais rien de nous, nous sommes Aequ et moi des êtres maudits par notre sang, des pions dans un échiquier gigantesque. Je suis la fille de Tyr, le dieu nordique de la justice et je suis condamné a affronté Aequilius laghertason, dieu du sang et de l'agonie lors du Ragnarök et crois moi, dans notre futur, tu ne vis pas heureuse avec lui.

- Alors si tu es son ennemi, laisse-moi t'achever.

- Me tuer ne fera que m'envoyer à Asgard.
Il n'est pas encore devenu le monstre que je suis sensé affronté, dans notre intérêt, il peut encore être sauvé, alors s'il te plaît, aide moi à empêcher ça."


La fantôme hésite un instant, puis relâche son étreinte.

"- D'accord, mais au premier écart, je te tue. Je suis bien claire."

L'oracle se gratte la gorge et se masse le cou.

"- Ok, ça me vas."


..................................

Dans la cour de récré, les enfants n'ont aucune idée de ce qui a bien put se passer la-haut.

Aequ se tourne vers la petite mort.

"- J'en ai un peu marre de courir après Eliza, elle doit certainement encore bouder.
Beathan, tu vois souvent des fantômes comme ça ?
Parce que d'après Eliza, il y en a beaucoup et de toute sorte, mais je n'y comprends pas grand chose.
Elle m'a parlé d'une histoire d'esprit frappeur, de poltereist et de choses inachevé, mais j'ai pas tous compris."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La Heroe's Sup :: Les bâtiments d'apprentissage-
Partenaires
dabberblimp" Je suis pas mort, c'est toi qu'est trop vivant [Aequilus] 50-50-2 5050

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit