AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

[criminel] Deo Vindice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 55
Mystique


 : C

MessageSujet: [criminel] Deo Vindice Ven 26 Oct - 0:11

Agate Cairdiuíl

Avec Tasha de Advance Wars:Dark Conflict

Âge : 30 ans
Sexe : En plein travail, merci.
Groupe : Criminelle
Espèce : caucasienne, ethnie irlandaise
Pays d’origine : Irlande du Nord, nationalité américaine
Métier : patronne d’une petite entreprise d’import-export
Caractère

     Agate a vraiment un caractère de merde. Elle se fout de ce que vous pensez, de qui vous êtes, de ce que vous êtes, est est dotée d’un cynisme acide et d’un mépris complet envers la vie, surtout celle des autres. Et ses poussées d’hormones n’arrangent rien, augmentant son irascibilité. Elle est aussi intelligente et pragmatique, surtout quand il s’agit de sa propre survie. Elle n’hésitera pas à envoyer au diable ceux qui se dressent sur sa route, et elle l’a déjà fait. Toutefois il faut nuancer le personnage, qui peut paraître totalement antipathique : Agate aime bien s’amuser, boire un coup, et envoyer des plaisanteries cyniques et acides à ses amis, qu’elle choisit d’ailleurs avec le plus grand soin.
     Du fait de son activité, et encore plus de son pouvoir, dans un cercle vertueux où ce côté de sa personnalité augmente sa maîtrise psychique, et où sa maîtrise psychique force le développement de cet aspect, Agate peut être caractérisée par sa patience, sa minutie, son calme, sa froideur sans doute, et son sens d’analyse développé. Des qualités requises pour faire un bon tacticien.
     Toutefois, sa condition physique récente inhibe par pics ses capacités intellectuelles, et il est peu rare qu’elle prenne des décisions irréfléchies suite à une poussée d’hormone. Et plus on lui fera remarquer que son jugement est voilé, têtue comme elle est, plus elle s’entêtera.

     Elle reste tout de même assez humaine et peut, envers ses amis, faire preuve d’une grande sympathie. Mais avant d’avoir sa confiance, il faut y aller.
     À ce propos, elle déteste deux choses plus que toute autre : l’hypocrisie et la médiocrité. L’hypocrisie dans le sens où elle accepte qu’on lui mente – elle le fait souvent elle-même –, mais qu’on refuse de lui dire quelque chose par peur de sa réaction, par lâcheté ou par dissimulation, ça, c’est l’équivalent d’un ticket pour un aller simple de son poing dans votre visage.

     Politiquement, elle est de droite conservatrice, soutient la NRA et la GOA, et se dit même pro-confédérée. Agate est en sus protestante, presbytérienne pour être précis, et sans tomber dans la bigoterie, elle accorde une importance certaine à sa foi.
     Depuis toujours, elle a été proche des influences WASP américaines, et partage de très nombreux aspects de leur doctrine, avec quelques exceptions : elle est tout d’abord absolument contre l’association avec les néo-nazis, pour plusieurs raisons personnelles et doctrinales, n’a rien de particulier contre l’immigration, et est Irlandaise, donc même si elle est d’Ulster, les purs Anglo-saxons auront toujours la même attitude avec elle qu’elle a envers les latinos ; ils sont un peu comme nous, mais pas assez pour être nos égaux.
     Elle est certes raciste, mais ce qu’elle déclare être « une réalité scientifique et sociale » ne justifie pour autant pas l’hostilité systématique envers les « inférieurs ». Après tout, l’important, c’est qu’ils ne fainéantent pas et ne fassent pas augmenter les taux de criminalité. Pour elle, il n’y a pas d’égalité des races, mais une égalité devant la loi.


Physique

Particularités : Mains calleuses d’épéistes, cicatrices caractéristiques aux doigts dues aux cartouches enclenchées dans des chargeurs et à l’entretien d’armes diverses. Ah, oui, et elle est enceinte, au cas où vous ne l’auriez par remarqué. Ce qui est curieux, au demeurant, car elle vous l’aurait fait remarquer.

Compétences : Quand elle n’a pas de Goa’uld dans le ventre, Agate est une fine épéiste, puissante et rapide. Elle a une résistance aux coups assez faibles, et ne porte presque pas de protections, mais son agilité est en général une défense suffisante. Mais là du coup, non. En outre, elle a une très bonne endurance, sait manipuler tout un tas d’armes à feu, et a le permis moto – contre toutes attentes, diraient certains. Elle est aussi très débrouillarde et bricoleuse, ce qui est obligatoire, quand on doit entretenir ses armes et armures médiévales.

Tics et manies : Quand on tergiverse, on l’énerve, on tourne autour du pot, ou toute autre situation où Agate est plus ou moins obligée de vous écouter bavasser mais où elle préférerait de loin couper court, elle a la fâcheuse manie de sortir un couteau pour se curer les ongles – qui sont par ailleurs impeccables de propreté. Elle cligne aussi des yeux plus souvent que quiconque.

Passions : Le JDRGN, les armes à feu, les CSA, le second amendement, et le pouvoir, de manière générale.

Phobies : Les Noirs, les Juifs, les Latinos, les anarchistes, les homosexuels, et les « traîtres de race » qui les défendent. Et ces tarés athées et bretzelolâtres de néo-nazis.

But : Étendre son commerce à de nouveaux secteurs et régions.

Rêve : Se faire plein de pognon.





« Essayez de faire des ronds-de-jambe et je vous péterai les rotules, ça vous fera passer l’envie de recommencer. »

Caractéristiques d’alter-humain

Identité secrète : Opale
     Ce nom était celui qu’elle utilisait déjà au Texas. Ses subordonnés ne devaient se référer à elle que par ce terme dans les négociations avec les diverses personnes de son réseau criminel.
     Comme Agate le disait toujours ; le savoir est le pouvoir, plus on en sait sur l’autre, plus on dispose d’armes pour le combattre. Cette règle de sécurité, qui d’utiliser des pierres semi-précieuses, donc des surnoms vagues au possible, pour pseudonyme, se généralisa auprès des membres de sa bande, jusqu’à devenir une règle de base.

Origine du don : Mystique

Don : Bibliothèque mentale.
     La pensée, la mémoire, la réflexion, sont des fluides immatériels, sécrétés par le cerveau, et qui peuvent être manipulés, contrôlés. Le Don d’Agate lui permet de replier sa conscience dans sa pensée dès qu’elle ferme les yeux. Elle visualise alors un bâtiment dont l’architecture et le mobilier peut être modifié à loisir, mais selon le même schéma. Agate apparaît toujours dans une petite pièce, avec trois portes.
     La première est la Salle des Archives. C’est le stockage de sa mémoire. Elle se présente comme une immense pièce pleine de rayons présentant des classeurs contenant des données, sous diverses formes : textuelles, audio, vidéo… Au prix d’un certain temps, elle peut retrouver chacun de ses souvenirs, même le plus infime.
     La deuxième porte mène à la Salle de Simulation. C’est une pièce de taille moyenne, carrée, totalement blanche. La salle lui permet de matérialiser et de sauvegarder des constructions mentales, que ce soit des images, des formules mathématiques, des scènes entières, des objets, etc. Pour faire simple, c’est un espace de travail mental très avancé. Le seul meuble est un bouton sous cloche sur un piédestal, au centre. En l’activant, elle entre dans un état de transe totale durant lequel Agate ressent totalement tout ce qui se passe dans cette pièce, dans une sorte de simulation totale. Se perdre dans cette simulation est très aisé, et le réveil est toujours douloureux s’il est brutal. Plus la simulation est intense, plus elle aura des séquelles.
     La troisième est celle de la Salle de Lecture. Quand elle l’utilise, Agate peut ouvrir les yeux. Dans la salle, il y a un moniteur relié à ses yeux. Quand elle cible quelqu’un du regard, Agate lit ses pensées. Le problème est qu’elle lit toutes ses pensées et sensations. Cela revient à ressentir son corps et celui d’un autre, à entendre ses pensées et celles d’un autre. Encore une fois, il est très aisé de s’y perdre, et celui qu est ainsi « lu » peut y échapper en quittant son champ de vision, ou grâce à un contrôle mental et physique, consistant en se bombarder de sensations et pensées variées et violentes.

Maîtrise : 7/10
     Agate connaît très bien les facultés de son propre pouvoir – il allait avec un manuel d’utilisation dans la Salle des Archives, ce qui est tout de même bien pratique – et s’entraîne régulièrement. Elle manque toutefois de la rigueur intellectuelle et de l’expérience pour en tirer pleinement profit. Elle est trop fascinée par sa bibliothèque pour ne pas être imperméable à ses attraits dangereux, et pour en faire un outil optimisé, rapide d’utilisation et avec des routines de fonctionnement adaptées à l’affrontement direct. Ce n’est pas son genre, que d’être en première ligne.

Points forts :
     Concrètement, il est presque impossible de mentir ou de tenter de faire oublier quoi que ce soit à Agate, et si elle a décidé qu’aujourd’hui ça tomberait sur vous, elle peut faire d’une discussion avec elle un enfer, en pénétrant votre esprit par petites touches, effaçant des bouts de votre raisonnement ou instillant des idées farfelues.
     L’autre énorme avantage de son pouvoir est qu’il est très discret, et ce pour deux raisons. D’une part, c’est un point essentiel, le temps passé dans sa bibliothèque mentale est contracté. Une demi-heure à fouiller dans ses souvenirs, expérimenter, ou faire différentes choses prendra une seconde dans le monde réel. Il lui suffit de cligner des yeux pour se poser sur une chaise avec un café et de la musique classique, retourner le problème dans tous les sens, et prendre une décision mûrement réfléchie, alors qu’elle aura semblé être donnée du tac au tac.
     D’autre part, seul un mentat peut comprendre qu’on tente une intrusion dans son esprit, soit une très faible portion de la population, même au sein des alter-humains. Il faut en outre une certaine maîtrise pour la contrer, voire pour riposter.
     Enfin, c’est un pouvoir extrêmement versatile, et auquel on pourrait imaginer quantité d’applications, si Agate se donnait les moyens de les développer. Par exemple, elle pourrait sauvegarder des types de réécritures mentales à envoyer sur ses ennemis, et ainsi économiser toute l’énergie perdue à concevoir une attaque personnalisée selon la tournure d’esprit de la cible, qui est sûre de fonctionner, mais en terme de qualité-prix est parfois moins intéressant qu’un bombardement mental pur et simple. Bien que son niveau de maîtrise soit haut, Agate n’a fait qu’effleurer la surface des capacités opérationnelles concrètes de son pouvoir.

Faiblesses :
     Elles sont nombreuses. En premier lieu, plus Agate fouillera profond et longtemps, plus elle créera des simulations complexes, prendra du temps pour lire les pensées d’autrui, plus la dépense en énergie sera élevée. Si Agate ferme les yeux pendant une petite seconde, puis semble épuisée quand elle les rouvre, c’est que vous vous êtes fait salement baiser la tête, et il est probable que vous n’en ayez même pas conscience, mais si ça devait arriver, ce serait le moment idéal pour riposter.
     Par ailleurs, ce pouvoir est totalement inutile en combat, à moins de ne pas être impliqué directement. À tout le mieux, Agate peut servir de soutien à une équipe en foutant le bordel dans la tête des autres, ou en analysant la situation et en instillant des conseils tactiques à ses alliés.
     Aussi et surtout, son pouvoir est le reflet de son état mental. Si elle n’est pas dans un mode de réflexion purement rationnelle et froide, elle ne pourra faire que des actions brouillonnes, imprécises, inutiles ou au contraire trop puissantes (et alors épuisantes). Et avec son caractère de merde, il est très aisé de brouiller son esprit par la colère.

     Un autre problème majeur est que la bibliothèque est ouverte. En clair, n’importe quel télépathe peut y accéder, si elle est utilisée. Bien entendu, pour parer à cette éventualité, Agate se ballade toujours dans son propre esprit avec un pistolet à la ceinture, et peut créer à loisir des armes pour détruire l’avatar de l’intrus, et ainsi rompre la connexion mentale, mais ce dernier peut en faire autant. L’intrus peut altérer l’esprit d’Agate par divers moyens propres à ses pouvoirs, ou bien tuer son avatar, et ainsi provoquer un réveil brutal et douloureux. À l’inverse, Agate peut tracer l’esprit de l’assaillant, et pénétrer son esprit sans forcément avoir besoin de contact visuel direct.

     Chaque salle a en outre ses propres failles.
     La Salle des Archives est un endroit très confortable, meublé avec goût, et qui comporte tous les bons moment de la vie d’Agate, toutes les sensations les plus excitantes, les plaisirs les plus vifs qu’elle a connu. S’y plonger un peu trop est une voie royale pour la folie. On a tendance à oublier le temps passé dans ses rêves, car notre avatar mental ne ressent ni la fatigue, ni la faim.
     La Salle de Simulation est aussi enivrante à sa manière, car elle fait d’Agate une démiurge. Heureusement qu’elle n’est pas perfectionniste, sinon elle passerait des années dans son esprit, donc des semaines dans le monde réel, à façonner des idées intrigantes.
     La Salle de Lecture est très dangereuse, car Agate ne peut pas choisir ce qu’elle lit chez l’autre : elle le perçoit comme un tout, et est bombardée en permanence du flux de pensées et de sensations d’un autre. Si un mentat venait à s’en apercevoir, il pourrait tourner son esprit pour le rendre extrêmement hostile, voire monstrueux, ignoble, infernal, ce qui reviendrait à de la torture mentale pure et simple. Et encore une fois, il est aisé de ce perdre dans la tête de quelqu’un d’autre.




Matériel

Costume : Une tenue de combat légère, souple et avec quelques protections mineures, plus conçue pour la liberté de mouvement que la protection, mais qui lui permet tout de même de se protéger assez bien quand elle fait de la moto. Elle possède un costume de femme d’affaire, un peu plus habillé, si besoin.

Arme : Une épée à deux mains en acier d’un mètre trente, aiguisée avec soin, rangée dans son dos. Un Colt Anaconda, calibre .44 magnum. Un FAMAS peint en blanc. Elle a en outre accès à une vaste gamme d’armes à feu, si besoin est.

Outil : Son téléphone portable personnel, et celui de la boîte, avec l’ordinateur portable qui va avec.

Véhicule : Une voiture de fonction, et une une Harley Davidson 2019 Forty-Eight Special, si on veut être précis. Agate peut, du reste, avoir accès à des camionnettes et camions variés.




Histoire

     Agate naquit en Irlande du Nord, d’un père américain, et d’une mère de nationalité britannique. Elle ne resta cependant que les huit premières années de sa vie en Irlande, car ses parents partirent pour Corpus Christi, Texas, et y restèrent.
     Toute petite, c’était une enfant calme, agréable, elle avait plein d’amis et tout le monde la trouvait chou.

     Et puis survint l’adolescence, et avec elle, un changement drastique. Du jour au lendemain elle se mit à détester tout et tout le monde, multiplia les conneries. Il serait trop long de citer tous ses faits d’armes, aussi on se contentera du plus saillant de chaque année.
     À ses seize ans, elle déclencha une alarme incendie dans son lycée et profita de la confusion pour voler des exemplaires des contrôles du mois prochain dans les affaires de ses professeurs.
     À ses dix-sept ans, elle manqua de tuer un élève de sa classe en le faisant passer par la fenêtre du troisième étage.
     À ses dix-huit ans, elle servit de passeuse de drogue, ingérant des sacs de stupéfiants pour les faire voyager du Mexique au Canada. Elle était habituée alors à avoir une double vie, car elle était connue dans les associations de GN texanes dont elle faisait partie. Ses amis la décrivaient comme un bon combattant, une chef éclairée et une emmerdeuse de première, mais assez agréable au final. A noter que si elle utilisait une épée en mousse, elle possédait aussi une véritable lame pour s’entraîner seule, et faire des vrais combats dans des GNs de baston pure. Sa constitution vient de là, et aussi de fait que son père était un ancien marine, donc l’encourageait dans son développement physique. C’était au moins une chose concernant sa fille dont il pouvait être fier.

     Et enfin, à ses dix-neuf ans, tout finit par s’arrêter là. Elle se réveilla un beau matin pluvieux les mains menottées, avec une sévère gueule de bois et au poste de police. Elle ne se rappelait plus vraiment des raisons de sa présence ici, mais l’impression qu’elle avait d’avoir reçue une armée sur le crâne était à la fois éloquent et mutique sur la nuit dernière.
     Agate fut relâchée après un procès pour coup et blessures après quelques mois. Mais ses parents lui coupèrent les vivres et l’expulsèrent de chez eux. Rétrospectivement, elle ne peut pas leur en vouloir, et a toujours des rapports avec eux, quoiqu’assez distants, dans le temps comme dans les sentiments.

     Son petit trafic lui avait tout de même rapporté une jolie somme, et lui avait fait connaître du monde. Agate n’avait pas fini ses études, et n’avait par ailleurs plus les moyens de les payer, avait déjà fait des petits boulots, mais pas assez pour se lancer dans une carrière légale. Cette option fut donc très vite écartée.
     Elle avait par contre le triple avantage de savoir tirer avec bon nombre d’armes, et d’avoir un physique de guerrière, et d’avoir les bons contacts. Il fallut peu de temps pour qu’elle serve d’homme de main à quelque chef de la mafia d’Austin, puis de Chicago, puis de Baltimore. Arrivée sur la Côte Est, elle put développer ses services, ses champs de compétence, ses amis, et monter les échelons bien plus vite que dans sa campagne sudiste natale.
     Comme elle connaissait le terrain, y avait des contacts, et savait parler l’Espagnol, elle fut nommée à ses vingt-six ans à la tête d’un nouveau marché de trafic de migrants d’Amérique Centrale, organisé depuis Baltimore, et se déroulant à proximité de sa ville d’enfance. Elle connaissait alors son pouvoir et savait le maîtriser depuis un peu plus de quatre ans. Elle ne l’avait évidemment révélé à personne, ce qui augmentait son aura ; Agate était considérée comme une petite génie, un ordinateur humain qui se souvenait de toutes les transactions, de tous les détails, et tout le monde semblait tomber d’accord avec elle, comme par enchantement.

     Pour une alter-humain dotée de pouvoirs psychiques, passer à la tête de ce marché était assez aisé. Dès qu’elle eut les commandes complètes, elle s’entoura des meilleurs conseillers et administrateurs à sa disposition, et réorganisa la société pour en faire une nouvelle plaque tournante de la région aussi vite et bien que possible.
     Durant presque trois ans et demi, Agate fit des aller-retours réguliers entre Baltimore et le Texas pour diriger la mise en place, investir dans la pègre locale pour avoir dans son réseau tout un monde de prêteurs sur gage, de receleurs, de passeurs, de logeurs au noir et de personnes chargées de trouver des boulots à la limite de la légalité aux nouveaux arrivants.
     Son pouvoir aidant, elle se roda à l’art de la mise en relations, de la constitutions de réseaux de clientèles, et la subtile alchimie entre passage de pommade, protection, racket et faveur, qui fait tourner tout ce petit monde autour d’elle. Et évidemment le plus important ; travailler à la solidité de la couverture de son entreprise et trouver des moyens variés de blanchir l’argent, et frauder le fisc en toute discrétion.
     Et elle aimait ça, c’était rien de le dire. Certes, Agate bossait pour ainsi dire presque tout le temps, et devait se balader en permanence avec un pistolet et un « gars de la maison » pour assurer sa sécurité, mais étant donné qu’elle aime le pouvoir, en porter les attributs ne la dérangeait pas vraiment. Surtout qu’elle se faisait pas mal d’argent, et pouvait ainsi se permettre d’acheter des jouets de qualité – et d’investir un peu en bourse.

     Il y a un peu moins d’un an, soit après les élections ayant mis les Républicains au pouvoir, et leurs promesses de rehaussement des contrôles douaniers, Agate sut tirer parti de la situation et maintenir un chiffre d’affaire tout à fait correct. Elle se permit même d’investir ses économies dans sa propre société, pour absorber des concurrents légaux dans l’import-export de biens, et illégaux dans le trafic d’être humains.
     Cette réussite lui valut une promotion. Ses patrons à Baltimore lui proposèrent une mutation à Chicago. En effet, depuis la légalisation du cannabis au Canada en 1018, la région des Grands Lacs était devenu la plaque tournante du commerce de drogue de l’Amérique du Nord. Les cartels californiens, qui détenaient l’ancienne hégémonie, étaient en train de finir leur relocalisation, et commençaient à imposer une sérieuse concurrence aux acteurs plus mineurs dans le domaine, mais présents depuis plus longtemps dans la région. En clair, un des secteurs de sa mafia allait mal, et comme on connaissait ses prouesses pour ce qui était du trafic, on attendait d’Agate qu’elle fît des merveilles équivalentes.
     Agate décida de faire les choses comme il fallait. La Côte Est était un marché de grande importance, qu’il fallait absolument pouvoir joindre. Boston, plus au nord, était déjà occupée par des Tongs, Detroit par des mafias bien plus dangereuses que la sienne, et il ne valait pas mieux braconner sur leur territoire, et Chicago était la ville de prédilection des Californiens. Laurel était peu touchée, car la très grande présence d’alter-humains et de Jokers signifiait autant de trouble-fêtes potentiels. Étant elle-même une alter-humaine, Agate y vit là un défi digne de ses talents.

     Après s’être achetée une sympathique petite maison sur place, Agate commença à travailler sur deux tableaux. D’une part, elle enverrait ses hommes de confiance pour s’occuper de maintenir le trafic de drogue dans les Grands Lacs, pendant qu’elle, sur place, se constituerait une société-écran, un réseau d’amis, de contacts, de flics pourris et d’obligés. Il y avait déjà pas mal de labos et de producteurs sur place, qui faisaient pousser de l’herbe dans leurs caves. Cette concurrence était inacceptable. L’absorber permettrait en outre d’avoir des approvisionnements de secours, au cas où si ses fournisseurs au nord rencontraient une difficulté.
     Agate créa donc une société-écran, Tourmaline Exchanges inc., qui officiellement était une quelconque société de livraison canado-américaine, qui proposait une boutique en ligne de biens alimentaires et manufacturés venus de nord.
     Effectivement, au bout d’un certain temps, Agate réussit à s’arroger les services de nombre de petits vendeurs à la sauvette, et de maintenir dans une situation ambiguë de promesse de protection, racket et offres d’opportunités de vente à un certain nombre de producteurs locaux. Sans oublier les inévitables concurrents ou irréductibles qui finissaient dans le fleuve avec des chaussons en ciment.
     En parallèle, Agate mena la vie de plaisirs que sa fortune autorisait. Elle organisa plusieurs soirées, participa à beaucoup d’autres, rencontra des gens – ce qui allait toujours avec une part d’intérêt strictement économique, car on ne s’arrête jamais vraiment de travailler, dans ce milieu. Aussi et surtout, Agate ne rompit pas avec son amour du jeu de rôle, et continua à participer à des JDRGN. Elle put s’acheter une vraie arme pour participer à des tournois d’envergure étatique, voire nationale, et des tenues de reproduction médiévale chères, mais du plus bel effet.
     Son enfant vient d’ailleurs de là : une super soirée hypocras et saucisson avec un grand blond à l’accent scandinave. Les accidents arrivent, mais Agate avait des valeurs chrétiennes. On ne peut pas dire, cependant, que la venue prochaine de son enfant changea quoi que ce soit à ses activités professionnelles. La seule différence notable était qu’elle évita de plus en plus de s’impliquer directement, et ne finit par agir plus que par l’intermédiaire d’agents de confiance.

     Pour dire le moins, l’annonce du blocus fut un coup dur. Agate fut incapable de communiquer directement avec ses patrons, et dut stopper les importations de cannabis dans des pots de sirop d’érable. Heureusement, l’herbe put continuer à passer par ses mains, et l’argent qu,elle générait, grâce au pari qu’elle avait fait de miser sur la production locale.
     Quoi qu’il en soit, ce commerce de subsistance était loin d’être suffisant. Il fallait très vite développer un moyen de faire du pognon, autrement que par la drogue. Agate étant un ordinateur humain, et Tourmaline Exchanges inc. possédant un réseau de contacts dans divers milieux de Laurel, et le climat étant particulièrement explosif suite au blocus, Agate décida de faire de la revente d’informations. Plus d’une fois, des criminels, inspecteurs de la police, ou même des Jokers un peu en marge de la légalité vinrent voir un de ses employés, pour échanger espèces et informations contre d’autres informations, une planque, ou des biens illégaux. Le savoir est le pouvoir ; il faut le monnayer.



Hors du forum

Pseudal : Moriathi
Âge : 20 ans
Avatar : de Khaine
Découverte du forum : C’est la faute de Jonas Cros. Hé oui.
D’où t’as pompé cette magnifique fiche ? D’ici.
Mot de la fin : Forme de vie génétique et d’opération de disque.


Dernière édition par Agate Cairdiuíl le Mer 7 Nov - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 976
Admin


 : ✘

MessageSujet: Re: [criminel] Deo Vindice Mer 7 Nov - 21:03

Bonjour mon poussin !

Voilà une fiche comme nous les aimons ! Ton perso est original et ça fait plaisir de lire ce genre de fiche.

Toutefois, avant ta validation, il y a deux petits détails — venant de ton pouvoir — qui me tic légèrement : le premier concerne les salles. En les lisant, nous nous sommes rendus compte que la quatrième était trop puissante et surtout, impossible à équilibrer. De plus, chaque salle correspondant à un “pouvoir” différent, nous ne pouvons pas l’accepter dans un soucis d’équilibre et d'équité.

Le second concerne le temps passé dans tes salles. Tu dis qu’une heure équivaut à une seconde dans notre monde. Ce temps est trop avantageux. Nous te conseillons de mettre “30min” au lieu d’une seconde.

Dès que tu auras fait les modifications, nous pourrons valider ta fiche !

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
avatar
❝ PT. EXPERIENCE : 976
Admin


 : ✘

MessageSujet: Re: [criminel] Deo Vindice Jeu 8 Nov - 8:51

Fiche validée!


Tu es dès à présent un criminel de rang C. Tu peux maintenant disposer de ton costume, ton arme et ton gadget.

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don, ton métier et ton identité secrète ainsi que réserver ton avatar.

Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Tu peux également t'inscrire dans le sujet recherche de RP ou, si tu veux faire des rencontres totalement imprévues, dans la random roulette !

Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros !

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [criminel] Deo Vindice

Revenir en haut Aller en bas

[criminel] Deo Vindice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Ensuite :: Les Inscriptions :: Les Admis-
Partenaires
dabberblimp"

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit