AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Une nouvelle porte [Jack, Agate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
❝ LOCALISATION : Laurel
❝ PT. EXPERIENCE : 70
Mystique


 : C

MessageSujet: Une nouvelle porte [Jack, Agate] Mar 27 Nov - 22:49

     Connais ton ennemi, surtout s’il peut devenir ton meilleur allié. Renseigne-toi autant que possible et sois en permanence prêt à intervenir contre ceux qui ne doivent jamais connaître ton existence. Sois en permanence prêt à trahir tout le monde, surtout tes meilleurs amis, et à t’allier à tout le monde, surtout avec tes ennemis mortels. Ce genre d’aphorismes, tirés d’on-ne-sait où, résonnaient dans la tête d’Achille. Agate l’avait entretenu pendant une bonne heure de sa mission, et s’était sentie obligée d’accompagner ses consignes techniques de tout un bagage conceptuel.
     Cet Achille, Achille Virtanen, pour être précis, était un fringuant jeune homme, qui approchait les vingt-deux ans, et avait quitté sa famille dans le Nord Michigan pour rejoindre Laurel. À l’époque, cela lui avait semblé être la destination la plus sensée. Quelques jours après son arrivée, il s’était aussitôt ravisé. On passera sur les détails de ses jeunes années, puis du temps qu’il passa en ville alors que le blocus était installé, de sa rencontre providentielle avec l’Opale, de son recrutement, qui s’était déroulé à son insu – ou prétendument à son insu – et de son service dans l’organisation.
     Rusé, efficace, curieux, et aux dents démesurément longues, Agate voyait en lui un successeur tout à fait correct. Elle avait trente ans, et il était donc un peu tôt pour penser à ce genre de choses, mais quand elle rencontra Achille, elle conçut instantanément le désir d’en faire son meilleur pion. Sa pièce maîtresse. Et comme toute pièce maîtresse, il faut beaucoup de temps pour la ciseler. Pour affûter ses sens, sa réflexion, sa culture, son pouvoir, ses réseaux de connaissances, ses compétences.
     C’était un jeu de dupes à deux entrées, et à d’innombrables niveaux. Le jeu du maître et de l’élève, de l’employé et de la protectrice, de l’agent au chef de section. Achille savait qu’il devait tout à Agate, et qu’elle voulait le hisser à un haut rang de pouvoir dans la mafia qu’elle servait, et qu’elle comptait se servir de lui comme d’un bouclier pour qu’elle puisse continuer à avancer masqué et à ne jamais s’exposer au moindre risque. Il en profitait, mais comptait bien rester indépendant. Et Agate le savait, en en jouait. Et il savait qu’elle savait, et en jouait lui-même. Et ainsi de suite. Ces deux esprits manipulateurs s’étaient bien trouvés.
     Assorti du surnom de Pierre-De-Lune, on avait donné à Achille la responsabilité de la vente de stupéfiants dans les universités, où avec son air de petit malin et sa besace qui contenait toujours quelque épais livre – et un couteau de chasse, il se mêlait très bien à la populace. À ses ordres, une série de personnes peu recommandables, qui trafiquaient à sa place. Achille suivait le modèle organisationnel d’Agate : observer, connaître, mais ne jamais intervenir directement, pour ne jamais se mettre en danger. Sur le papier, il jouait le rôle de simple contact, voire de coursier, entre Agate, qui dirigeait le trafic de drogues, et les petits revendeurs. Dans les faits, elle lui avait donné son blanc-seing. Il pouvait faire et défaire les salaires et les postes de ceux qu’il appréciait ou non.

     Il est bon de le présenter de la sorte, car ce fut lui qu’Agate contacta, pour lui demander d’entrer en contact avec une « cible prioritaire ». Ayant reçu cette seule indication par téléphone, il se présenta dans un des lieux de travail de l’Opale, où elle lui avait donné rendez-vous. Elle était en train de travailler avec Tadao Shironewa, un spécialiste du blanchissement d’argent passant par le marché de l’art et des antiquités. Tout deux étaient penchés sur un écran d’ordinateur.
     « 
Ah, Pierre-de-Lune, entre, je t’en prie. Tout va bien ?
     –
Tout va bien, chef. Onyx, salut.
     –
Salut gamin.
     –
M’avez appelé pourquoi ?
     –
On va à côté. Onyx, tu m’envoies un message si besoin. »
     L’Opale avait quelques dans la ville, souvent achetés à vil prix suite à des pressions sur leurs propriétaires. Certains avaient des salles de réunion insonorisées, et fermées à clef. Seul l’Opale pouvait y accéder, et dès son entrée, elle vérifiait qu’il n’y avait pas de micros.
     « 
Bon. J’ai besoin que tu entres en contact avec un élève de la Heroes’SUP.
     –
Parce qu’il y est élève, ou parce qu’il a quelque chose d’autre d’intéressant ? »
     C’était évidemment les deux. La question était en apparence stupide, mais Achille savait que s’il faisait mine d’être plus idiot qu’il ne l’était, Agate, qui résistait mal à l’envie d’enseigner, lui dirait plus qu’elle ne lui aurait dit en temps normal. Il avait raison, mais ignorait qu’Agate était une alter-humain. Elle avait tellement lu son esprit qu’y naviguer était bien plus aisé, bien moins éreintant, bien plus sûr que dans celui de n’importe qui d’autre. C’était là la petite tragédie d’Achille : il essayait autant que faire se peut de dépasser son maître, de trouver un point d’accroche, d’exploiter la moindre des failles qu’elle laissait, mais jamais il ne pourrait réussir.
     Agate voulut en revanche récompenser l’utilisation de cette tactique. Elle lui donnerait exactement ce qu’elle voulait lui donner, mais prétendrait l’inverse, pour qu’il sente que sa manœuvre avait réussi.
     « 
Quelle question, les deux, bien sûr. Bon, je t’explique. J’ai repéré un certain Jack Falcon. Tu vas l’approcher. Essayer de fraterniser.
     –
Ça ne risque pas de faire un peu bizarre ? Je suis sensé l’aborder comment ?
     –
Je te laisse voir comment tu comptes procéder. L’important, c’est que je puisse entrer en contact avec lui.
     –
Donc il saura sur l’Opale.
    –
L’idée étant de l’intégrer, il saura, bien entendu. Je souhait coopérer au plus haut niveau avec lui. Pas en tant qu’outil, mais véritablement en tant qu’associé précieux. C’est une nouvelle porte, que j’ouvre, un élargissement de nos compétences et terrains d’action. »
      –
Procédure standard de recrutement, en fait.
     –
Pas exactement. C’est un alter-humain. Des précautions supplémentaires sont de mise. C’est pour ça que j’ai fait appel à toi. »
     La flatterie, un outil des plus communs. Mais on ne peut mentir à Agate. Même si Achille faisait tout pour ne pas être affecté, elle savait que ça lui donnait plus envie encore de remplir cette mission.
     Il lui dit au revoir, elle lui souhaita bonne chance, et ils se quittèrent là-dessus.

     Plusieurs approches avaient été pensées par Achille. Il pouvait monter une scène avec des amis à lui, pour le mettre dans une position qui favoriserait le dialogue avec Jack. Cela avait été l’idée la plus tentante, la plus romanesque, donc la plus vite écartée. En lieu et place, il avait accédé aux archives de l’Opale sur cette personne, et monté un réseau de surveillance. Où qu’il aille, un œil attentif, jamais le même, jamais au même endroit, le surveillerait. Ces agents savaient être discrets. Pierre-De-Lune en avait été un, au début ; un œil de l’Opale. Il avait formé ses propres yeux comme il se devait.
     En fin de compte, il choisit un moment où Jack serait seul. Cela pouvait arriver très aisément. Alors qu’il faisait ses courses, qu’il se promenait dans la rue, qu’il prenait le métro. Ce fut la dernière option qui fut retenue. Jack venait de trouver un strapontin, quand Achille s’assit à ses côtés.
     « 
Hé, salut. Phœnix. Impressionnant, tes bandelettes, j’aime beaucoup. On peut pas te rater. Je te dérange pas ? J’aimerais discuter un peu avec toi, si ça t’embête pas. »
     D’instinct, après s’être renseigné un peu sur l’histoire de ce personnage, Jack avait paru sympathique à Achille. En fin de compte, leurs histoires n’étaient pas très différentes. Tout deux avaient connu la rue, et s’étaient fait recueillir suite à un incident gravissime dans leur vie par un organisme qui était devenu leur famille. Les seules différences étant qu’Achille n’était pas un alter-humain, et qu’il n’avait donc pas été recueilli par un des établissements les plus financés des États-Unis.
     Tout bien réfléchi, il était bien possible qu’Achille fût jaloux de Jack. Cela pourrait être vrai, s’il enviait d’une quelconque façon les étudiants de la Heroes’SUP, et s’il regrettait quoi que ce soit de son appartenance à l’Opale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une nouvelle porte [Jack, Agate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
dabberblimp" 5050

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit