.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Switchback || Nikolaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Switchback || Nikolaï Sam 22 Nov - 18:12

HRP : du coup c'est partie pour un rp kidnapping 8D. Je ne pense pas qu'on tiendra plus de 10 posts en tout mais, ENJOY! ♥


   
PV. NIKOLAI

   
Switchback

   
Help myself.


   
Minuit moins le quart. André était en patrouille dans le quartier où il avait été assigné depuis un moment déjà. Bientôt, son service serait terminé et il pourrait rentrer chez lui pour profiter d’une bonne nuit de sommeil et d’un jour de repos, demain. De satisfaction, il sourit à cette pensée. Il lui tardait déjà de se reposer correctement puisque ce n’avait pas vraiment été le cas ces derniers temps. Entre le retour de Mischa dans sa vie, la fusillade qui avait manqué de lui prendre la vie et tout le reste, ses nuits depuis lors n’étaient eu très spartiates, pour être honnête.

Heureusement, il passait cette dernière patrouille aux côtés de Morgan, un officier de police, tout comme lui. A la différence que plus de vingt ans les séparaient. Pourtant, le Russianov s’entendait très bien avec son collègue – bien plus qu’il ne l’aurait jamais imaginé au départ, même. C’est vrai que lorsqu’il l’avait rencontré pour le première fois, Loukas avait eu la méchante manie de se dire ‘wow, lui avec sa gueule aimable, je ne vais pas l’apprécier des masses’. Le destin l’avait cependant mis devant le fait accompli de son erreur et il constata bien vite que derrière cet ogre aux allures de dragon se dissimulait en fait une bien sympathique personne.

André aimait bien passer du temps avec lui et surtout apprendre à ses côtés. Mine de rien, l’agent Curtis cumulait pas mal d’années de service au compteur, maintenant. Du coup, il était tout désigné pour être une sorte de ‘modèle’ pour le métis qui lui n’avait jamais vécu autrement que comme un malfrat pendant dix-sept longues années d’existence. Il avait du retard à rattraper avant de devenir enfin ‘quelqu’un de bien’. Et même s’il ne l’aurait jamais avoué à voix haute, il admirait son camarade policier ; réellement.

Perdu dans ses pensées, l’expatrié sursauta lorsque la radio de leur véhicule crachota quelques mots à l’arrache, signalant un mouvement désigné comme ‘suspect’ dans la zone abandonnée. apparemment, des gangs voir des tueurs pourraient être en train de s’y promener le plus tranquillement du monde façon promenade de santé. André s’empara de la radio pour annoncer qu’ils s’y rendaient avec Morgan pour une courte inspection avant de revenir au commissariat et terminé cette journée.
Les deux hommes n’étaient pas très bavards mais il n’y avait pas besoin de long discours pour se comprendre. C’était sans doute cela qui était si appréciable avec leur lien, très certainement.

Quoi qu’il en soit, parvenu à l’endroit dit, André sorti de la bagnole sitôt celle-ci arrêtée et entreprit quelques étirements des muscles de ses bras. Puis il se tourna vers son collègue.

« Bon, je vais commencer par la zone la plus sombre, comme ça, se sera vite régler s’il y a du monde !  A tout de suite! »

Et il était ainsi parti. Comme si c’était du gâteau paraissait-il presque dire. Sauf que non, André n’était pas imperméable aux balles ni aux coups et il ignorait justement que dans l’ombre se cachait un danger prêt à lui fondre dessus sans la moindre hésitation.

   

   
© Yamashita sur épicode

   

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Mar 30 Déc - 19:21


Alors que les derniers échos de coups de feu se perdaient dans le mutisme faussement apaisant de la nuit, une étrange quiétude s’installa dans l'assistance, voir même une légère tension, si bien que tous restèrent coi, fixant avec de grands yeux ébahis l’intrus qui venait d'essuyer un tir nourri sans dommage apparent. Ce dernier, un sourire qui aurait pu paraître lui traverser le visage d'une oreille l'autre si ce n'était de son casque qui lui masquait intégralement la face, fit sereinement quelques pas en avant.
Du reste, la bande de petites frappes qui s'était réunie ici pour ... Eh bien, pour des raisons qui font que de petits dealers, des voleurs à la petite semaines et autres racailles en tout genre se réunissent je suppose, toujours est-il que ceux là revinrent à leurs esprit trop tard et se mirent à recharger leurs feux alors que la tempête était déjà lâchée sur eux. Seuls quelques-uns, peut-être plus éveillés que les autres, eurent le reflex salvateur de réapprovisionner leurs armes en munition un peu plus tôt que leurs collègues. Seuls eux donc eurent l'occasion de décocher quelques balles supplémentaires sur l’intrus en question, en vain, puisque toutes celles qui ne ricochèrent pas vinrent comme précédemment s'écraser contre sa cuirasse de métal, sans aller plus loin.
Le bâton qu'il tenait en main se mit à crépiter furieusement, et en un flash, tout fut finit.

Nikolaï n'était pas franchement un grand fan des démonstrations de forces à la sauvette, surtout contre des opposants aussi minable que ceux-ci, incapable d'opposer une résistance autre qu'une fusillade nourrie ou un pugilat tout ce qu'il y a de plus primaire. Pas de charisme, pas de défi, pas même la moindre petite punchline bien sentie. Si il s'était arrêté deux secondes pour y penser, le savant fou aurait presque pu éprouver du remord de les avoir attaqué de cette façon. Mais comme il ne le fit pas, à défaut de se sentir un minimum désolé de devoir faire ça, ses sentiments en restèrent donc à une profonde et coutumière lassitude. Il était là au nom de la Science, et sous cette égide là, il était parfaitement capable de mettre ses pensées personnelles de cotés tant qu'il avait matière à faire avancer ses recherches.
Désactivant l'arme qui lui avait permis de mettre hors d'état de nuire la bande de zonard au point qu'ils soient tous allongés au sol, les membres crispés au possible, le regard torve et la bouche pleine de bulles, Niko baguenauda un peu entre les corps étendus, faisant mine de choisir lequel retenait le plus son attention. En vérité, aucun. Il avait une telle aversion envers ce genre de personne là - à savoir les criminel à la petite semaine, qui ne se donne même pas la peine de se lancer dans quelque chose de plus grand que leurs basses œuvres habituelles - qu'il finissait presque par oublier que cette aversion concernait plus la médiocrité du genre humain dans son ensemble que celle de ce petit groupe là en particulier.

Après cinq bonnes minutes à détailler un à un et plusieurs fois chacune de ses proies, c'est le dépit qui finit par en choisir une pour lui, peut être le moins moche, peut être le mieux fringué, allez savoir. Toujours est-il que notre génie diabolique s'agenouilla auprès de lui et procéda à un check up médical rapide, histoire de s'assurer que son "patient" soit bien en état de subir les quelques menues expérimentation qu'il lui destinait. Un grand basané, vingt-cinq, peut être trente ans, plus baraqué que lui, aux dents jaunies par la cigarette et à la pilosité faciale mal entretenue, surement grand consommateur d'alcool, de malbouffe et de quelques substance illicite, comme pouvaient en constater certains signes évocateurs tels que les traces de piqûres sur ses avant-bras, la rougeur au niveau des narines, les taches de gras sur ses vêtements et l'haleine aux relents d'alcool bon marché.
Un vrai docteur avec un vrai diplôme et deux sous de jugeote aurait sans doute pu décréter cette homme cliniquement bon pour la poubelle, mais aucune de ces caractéristique n'était éliminatoire pour Nikolaï. Au contraire, il trouvait que cet homme était plutôt le cobaye idéal.
Après tout, le but final étant d'implanter une puce électronique grosse à peu prés comme un timbre poste dans le cerveau dudit cobaye, il y avait moins de chance qu'un type avec déjà un tas de problème vienne à se poser des questions vis à vis de sa santé qu'un type bien portant. Qui risquait de croire un junkie au passif d'ivrogne qu'il s'était fait enlevé, greffé contre sa volonté un truc dans le crane puis recoudre à la va vite, dans le fond ?

Concluant d'une manière positive la phase une de son examen de sélection, le scientifique se lança sans trop d'espoir dans la phase deux. Posant un doigt contre son oreille et soulevant sa paupière avec un autre doigt, il diffusa dans sa boite crânienne un son strident généré dans le seul et unique but de stimuler le cervelet de son cobaye, le but la-dedans étant de voir si oui ou non ce drille là supporterait la puce une fois qu'elle serait activée. Ses pupilles dansèrent la gigue dés que la fréquence fut diffusée dans son oreille, les veines de ses yeux pétaient une à une, et le test se termina finalement sur des saignements simultané du nez et des oreilles du sujet. Ce qui ne fut pas une si grande surprise que ça pour Nikolaï, qui s'empressa d'aller tester un autre patient.
Aucun d'entre eux ne fit l'affaire. Sur la vingtaine de gugusse paralysé, pas un seul n'avait un cerveau suffisamment costaud pour pouvoir résister un tant soit peu à ce simple test. Il y avait pourtant bien eu une petite lueur d'espoir avec le sept ou peut-être le huitième gars, qui avait connu une légère montée de fièvre et quelques vomissement dans les première seconde (ce qui était un signe que l'organisme de battait et en soi une bonne chose), mais malheureusement, comme une bombe à retardement qui vous pète à la gueule pile au moment où vous pensez l'avoir désamorcer avec succès, il s'était mis à pisser le sang de par tout les orifices et avait lui aussi lamentablement trouvé sa place sur le banc des recalés.

Bougon, déçu et terriblement frustré, notre ami tacha de se remonter le moral en faisant les poches des malfrats, et obtint, en maigre consolation pour un travail pourtant acharné, quelques billets verres, des sachets de dope à la pureté douteuse et les clés de quelques véhicules, qui à n'en pas douter, pourraient servir de matière première à la fabrication de système mécaniques une fois démontées, fondues et retravaillées. Mais à part ça, pas grand chose de bien folichon, pas de quoi vous remonter le moral lorsque vous vous attendiez à trouver quelqu'un à charcuter en tout cas.
Et puis des lumières passèrent devant les fenêtres de l’entrepôt désaffecté. Une voiture. A demi dissimulé derrière l'encadrure du carreau, Nikolaï observa une silhouette sortir du véhicule une fois que les phares se soient éteint, gesticuler un moment, puis se mettre en marche. Et c'est alors qu'un certain intérêt envers cette silhouette germa dans l'esprit malsain du génie diabolique. Sans bouger de son observatoire, notre ami activa sa main mécanique, qui après s'être un peu décrassé les joints en expectant quelques gestes simples, s'allongea, et s'allongea encore jusqu'à atteindre un interrupteur.
L'intérieur de l’entrepôt passa donc du jour à la nuit, de la lumière aux ténèbres inlassablement, dans l'espoir que la silhouette en question soit suffisamment intriguée pour venir jeter un œil au pourquoi du comment d'un phénomène aussi singulier. Ce n'était peut être pas le plan le plus subtil, mais bon, si lui se retrouvait face à une battisse avec des lumières clignotantes sans raisons quelconque, il se disait que dans son cas, il irait y jeter un œil.
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Jeu 1 Jan - 20:05

HRP : Pardon c'court :'x

   
PV. NIKOLAI

   
Switchback

   
Help myself.


   
André n’était pas ce que l’on pourrait qualifier dans le jargon rural un ‘trouillard’. Au contraire. L’obscurité ne l’effrayait pas, pas plus qu’elle ne le rebutait. S’y engouffrer faisait partie de son quotidien et par le passé il avait suffisamment côtoyé la noirceur pour ne plus en être apeuré ou terrorisé. C’était là une époque bien lointaine de son passif et elle lui avait au moins apporté cet avantage de pouvoir lutter contre les ténèbres semblables à ceux qui lui faisait face sans trop ciller. Son regard vert se promenait sur les alentours, guidant ses pas avec légèreté – contrairement à ce qu’il pensait, il y avait bel et bien une menace en ces murs branlants. Il entendit les pas de Morgan disparaitre dans la lointain et se concentra uniquement sur sa partie du travail.

A première vue, rien de suspect. Cependant ce jugement fut très rapidement revu depuis son terme puisque l’instant qui suivit, un ancien hangar se para d’une lumière artificielle ; probablement celle des néons encore accrochés – et en état de marche miraculeux – au plafond de taule à moitié en ruine dudit bâtiment. Loukas réprima tout de même un sursaut avec difficulté, ne s’étant absolument pas attendu à ce genre de choses-là. Pour un endroit désert, il venait de drôlement s’animer d’une seule traite pour mieux se ré-éteindre par la suite. Et le russe se doutait bien qu’il ne pouvait pas vraiment s’agir d’un court-circuit qui aurait rallumé les lampes, comme ça. Non, il y avait sans doute autre chose. Pourtant le flic était toujours persuadé que ce n’était pas dangereux. Enfin, pas autant que la majeure partie de ses collègues l’auraient vu, en tout cas. Il n’avait encore aucune idée de l’ampleur de ses pensées et surtout de sa bêtise.

Pensant que c’était là seulement quelques dealers de bas étage, André s’approcha à pas furtifs de l’entrepôt désaffecté et se mit en position d’inspection rapide, de loin. Seulement, ne voyant rien de prime abord, il mit un pied dans l’enceinte du lieu à la lumière fugace et tréssautante avant qu’une odeur de sang et autres substances ne vienne lui agresser le nez. Il fut forcé de se la couvrir avec un revers de manche tandis qu’il armait son pistolet de service tout de même – sécurité et prudence avant tout, même dans un cas pareil. Loukas avait un odorat un peu plus développée que la moyenne des êtres humains du fait de la coexistence qu’il avait eu avec Fenrir auparavant. Ce qu’il ressentait – et qui lui piquait un peu les yeux, soit dit en passant -, probablement un autre officier de police – humain – ne l’aurait pas relevé. Pourtant ceci gênait prodigieusement André dans son affaire. Il pesta vaguement dans un jargon russe. Il ne déguerpissa pourtant pas le moins du monde des lieux malgré que son instinct lui hurlait de se sauver le plus vite possible. Une sorte de sixième sens animal s’était alors déclenché, lui intimant de fuir. Mais le brun étant ce qu’il est, difficile de le raisonner, même si cela venait d’un profond pressentiment intérieur.

« … Y’a quelqu’un ici ? »

Il avait parlé sur un ton suspicieux, sans hurler. Sa voix avait pourtant fait écho dans les entrailles de l’entrepôt. Pour être francs, il s’attendait à ce qu’on lui tire dessus – peut-être que les dealers n’apprécieraient pas d’être dérangés outre mesure par un policier en service – et se tenait donc prêt à esquivé dès qu’un cliquetis de barillet se ferait entendre. Mais rien de cette sorte ne vint lui chatouiller les tympans, l’intriguant encore plus. Est-ce que les types essayeraient de lui tendre un traquenard ? Pourquoi pas. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’il entendait des collègues à lui avoir été victimes de ce genre de stratagèmes.

Lui-même, du temps où il avait été un mafieux aguerri, avait déjà pris plaisir à coincer des représentants des forces de l’ordre dans un piège, histoire de se distraire plus qu’autre chose. Il faisait donc montre d’une extrême prudence, veillant à regarder là où il mettait les pieds, tout de même. Se casser la gueule maintenant aurait mené à un qwack total de son organisation de départ. Il ne put pourtant pas éviter les morceaux de verres pilés qui le firent repérer comme un bleu. Bon, tant pis pour la discrétion…

« Sortez de l’obscurité, les mains en évidences derrière la tête, police ! »

Oui, il avait vraiment cru pouvoir intercepter des individus de la sorte, tout seul, qui plus est. Ce fait se rappela à son esprit comme une comète de passage dans la stratosphère. Il se dit que finalement, l’agent Morgan ne serait pas de trop dans cette inspection. Il voulut se saisir de sa radio portable personnelle mais ne la trouva pas immédiatement. Il baissa les yeux pour regarder à sa ceinture. Erreur, grave erreur. En plus de remarquer qu’il avait oublié sa radio dans la bagnole, il était maintenant une proie des plus faciles pour qui savait bien plonger dans l’angle mort d’une proie. Bye bye, André.

   

   
© Yamashita sur épicode

   

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Dim 4 Jan - 13:39


Un flic. De son coin retranché dans l'ombre du hangar, Nikolaï pestait contre lui même de ne pas y avoir pensé plus tôt. C'est vrai, qui traînerait dans un quartier aussi mal famé à une heure pareil, poussant l'inconscience jusqu'à arriver seul dans un lieu menaçant, sinon qu'un de ces glorieux représentant de l'ordre ? Ce n'était même plus de l'inconscience, à ce niveau là, mais de la naïveté portée à un tel niveau que c'en était presque touchant. Et voilà même qu'il se mettait à en appeler aux hypothétiques personnes présente de se rendre sans opposer de résistance. Malgré son cœur d'acier et de rouages, le génie du mal se retrouva aussi attendri qu'une gamine de six ans devant un petit chaton lui faisant les yeux doux. Aussi, jugeant que cet état de grâce ô combien rare méritait d'être marqué d'une pierre blanche, Nikolaï décida de se montrer magnanime et laissa donc tranquille la gentillette petite créature. Lorsqu'il finirait par dominer le monde, plus tard, il adorerait en avoir plus des comme ça pour le divertir. Peut-être organiserait-il lui même une rébellion dirigée contre son propre régime, ne recrutant que de grands idéaliste aux cœurs purs et aux idées d'un optimiste étincelant pour son plus grand plaisir.
Jugeant cette idée excellente, il la rangea dans un coin de son cerveau, puis entreprit de se faufiler vers le dehors pour regagner son repaire.

Un demi-millième de seconde plus tard, c'en était déjà finit de l'état de grâce. Tournant son regard une fois de plus sur le petit humain, il finit par lui trouver un tout autre intérêt, un étranger à sa candeur qui plus est, si bien qu'il en revit ses plans. A la base, si il était venu là vérifier si les petites frappes étaient compatibles à son projet de leur insérer une puce dans le crâne, c'était surtout pour se trouver des cobayes.
Le but premier de la dite puce étant d'enregistrer tout les comportements humains sous formes de données afin de les traduire et de les intégrer plus tard à un système informatique complexe, tester le produit sur des sujets humain était devenu plus que crucial, à ce stade du processus d'expérimentation. D'autant que les caribous et autres bestioles du grand nord y réagissaient plutôt bien, jusque là. Oh, certes, si l'une de ces racailles avait été compatible, il ne s'attendait pas à avoir des résultats follement folichon, ils serviraient surtout à tester la viabilité de la puce à long terme sur un cerveau humain, en fin de compte.
Mais maintenant qu'il y pensait, une légère candeur ne serait-elle pas tout aussi intéressante à analyser ? Et si ce système informatique qu'il comptait améliorer via l'étude du cerveau humain et des mécanisme de leur émotions, cette fameuse Intelligence Artificielle qui lui tenait tant à cœur, et si elle ne pouvait avoir qu'à gagner de se retrouver avec une naïveté pareille ? Une pureté d'esprit intégré à un système informatique ... Il y avait de quoi faire de sacré avancées dans le domaine, à ce point là.

De plus en plus intrigué par le jeune homme en uniforme, il ne restait plus qu'un frein qui empêchait l'horrible scientifique de fondre sur sa proie. Cette puce n'en était qu'à un stade expérimental, en ce qui concernait les humains. La logique de pensée des cobayes animaux étant simple, enregistrer leurs données n'était pas du domaine de l'impossible. Mais concernant une logique de pensée humaine, bien plus complexe ... Eh bien, disons que dans ce cas là, ce modèle de puce avait la fâcheuse tendance à surchauffer. Et à faire fondre tout ce qu'elle était censé analyser. Ce qui n'était pas vraiment productif dans le cadre d'un pareil cadre de recherche, vous en conviendrez.
Risquer de perdre ce qui l'intriguait tant dans ce jeune homme par fonte subite de l'occipital turlupinait donc notre savant fou. Il y avait toujours la solution de le claquemurer dans une cellule le temps de développer un modèle plus fiable, voir même d'en bricoler un à la va vite sur le chemin du retour, mais le risque avec les bidouillage de dernière minutes, c'est que ça foirait plus souvent que ça ne fonctionnait ...

Bah, de toute façon, les humains étaient des primates comme les autres. Il n'y aurait qu'à chercher un peu pour en trouver un autre avec un fonctionnement plus ou moins similaire au premier.

Décidant donc de passer à l'action, Nikolaï commença tout d'abord par rappeler sa navette. Procéder à un rapt était chose facile, surtout si on avait les moyens de décoller et de fuir vitesse Mach 3 dans les secondes qui suivaient. Suites à cela, notre génie du mal attendit patiemment d'entre le sifflement bien particulier de sa navette à l'approche, puis commanda à sa main artificielle de s'occuper des lumières du hangar. Jouer encore une fois avec l’interrupteur aurait certes été une solution plus simple, mais question mise en scène, un prédateur en imposait bien plus lorsqu'il ne laissait aucune chance d'espérer à sa proie. Ainsi donc, la paume de la main mécanique se mit à irradier, et dans un long trait ardent qui fit fondre une partie du plafond, les quelques ampoules qui éclairaient le lieu furent mise hors service. C'est alors que l'aéronef débaroula sur la scène, se posant tout juste devant l'entrée, bloquant toute fuite par cette issue à la malencontreuse victime en devenir, déployant une horde de bras mécanique et de projecteurs.
Et c'est à cet instant bien précis, contenté par toute cette mise en scène, que Nikolaï décida de sortir de l'ombre, non sans faire résonner un de ses fameux rire sardonique, qui sonna particulièrement glauque avec l'écho métallique du hangar. Les pixels des pupilles de son casques s'étaient embrasée d'une lueur jaune pétante, la paume de la main mécanique qui surplombait sa tête luisait elle aussi d'une manière inquiétante, il s'était même permis le luxe de dégainer son jouet fétiche, sa matraque de foudre, qui crépitait entre ses mains, enrobée de petits arcs électriques bleutés.
Doucement, il leva peu à peu les mains, puis les porta au niveau de sa nuque, et éclate de rire une seconde fois.

CLOCKWORK ••• MWAHAHAHAHAHA. Je me rends ! Passez-moi les menottes, si vous y arrivez !

Ceci dit, il activa mentalement les commandes des bras mécanique de son aéronef. En soi, il n'aurait pas grand chose d'autre à faire que de voir sa proie se débattre - en vain - contre ses assaillants d'aciers et d'engrenage et ce jusqu'à épuisement total de ses forces.
Tout se passait parfaitement bien aujourd'hui, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Mar 6 Jan - 13:26


   
PV. NIKOLAI

   
Switchback

   
Help myself.


   
André n’avait très probablement aucune idée de la situation ô combien périlleuse dans laquelle il s’était lui-même fourré, sur ce coup-ci. Ses sens lui hurlaient de dégager, pourtant. Mais non, pour une fois il avait voulu aller au-delà de ses impressions, au-delà de ses ressentis. Il allait bien sur le regretter amèrement mais ne le savait encore. Sans doute était-ce bien mieux ainsi, que le jeu se déroule sous cette angle sans laisser à la proie – le flic, en l’occurrence - l’occasion de se trouver une issu ou une échappatoire. Enfin, tout dépendait du point de vue, ben évidemment. Si l’on prenait en compte celui de Loukas, il était évident que ce n’était pas la meilleure chose qui lui soit jamais arrivé dans sa courte – mais pourtant bien chargée d’événements en tout genre – existence jusque-là. Un réprima un frisson avec difficulté avant que le tableau sombre dans lequel il venait de s’enliser ne change du tout au tout.

Le plafond du hangar se mit à trembler et André n’eut qu’une petite seconde pour comprendre que le chemin qu’il avait emprunté pour entrer ici ne venait d’être brutalement mit hors d’état de marche. Super, il était bloqué, maintenant. Un sifflement s’échappa de ses lèvres tant il était contrarié. Il tenait toujours son arme à la main mais bien qu’il eut tiré une balle par réflexe vers l’engin qui lui bloquait alors le passage, il comprit rapidement que cela ne rimait à rien et ne l’avancerait guère plus dans sa tentative de comprendre ce qu’il se passait là. Mais il était encore loin de la fin de ses surprises. Il sursauta en voyant plusieurs choses fondre sur lui – on aurait dit des bras mécaniques.

D’instinct, toujours, il activa sa transformation en loup et tomba sur le sol, se dépêtrant de ses vêtements humains au dernier moment. Des appendices tentaculaires tentèrent bien de l’attraper mais heureusement, il fut plus rapide et parvint à en abattre deux en leur tranchant ce qui s’apparentait à leurs têtes.
Mais le clou du spectacle fut de voir un énergumène en armure apparaitre de nulle part et lui lancer une sorte de défi, à savoir lui passer les menottes. Oh, s’il pensait que ses engins bizarres allaient dissuader le métis d’attaquer, il se trompait lourdement. La bête chargea la seconde d’après sur l’immensité de métal, essayant de le griffer, de le mordre et d’en retirer ne serait-ce que des boulons ou morceaux de vis mal accroché. Mais rien ne vint si ce n’est une égratignure sur la carcasse laissée là par les crocs de l’animal blanc qu’était alors André.

Il grogna de dépit mais à bien y regarder, il aurait pu faire montre d’un peu plus de réflexion que ce n’aurait pas été un mal. A bien y regarder, s’il avait connecté ses trois neurones actifs, il aurait peut-être pu trouver une faille a harcelé sur cette armure géante. Mais non, il n’avait rien fait de la sorte. Et il se retrouvait alors à la merci totale d’un criminel enragé et inaccessible. Tout ça parce qu’il se décida a écouté son instinct… un poil du trop tard. Ahah.


   

   
© Yamashita sur épicode

   

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Dim 11 Jan - 14:38


Chose inentendue, il semblait que cet humain était détenteur d'un don. Certes, un don relativement utile dans cette situation, encore qu'il aurait profité de cette forme canidé bien plus agile et rapide que son enveloppe humaine, il aurait peut-être réussi à fuir. Au lieu de ça, le voilà qui tentait de se débattre, de tenter d'affronter son assaillant. Une fois encore, Nikolaï fut attendrie par la réaction primitive du primate. Ne pouvait-on pas faire plus mignon que ça ? Pourtant acculé et bien loin d'avoir la moindre chance de pouvoir s'offrir une chance de prendre le dessus, il tentait tout de même le diable en attaquant à coup de crocs et de griffes un adversaire d'acier. Le génie diabolique ne savait pas si cette forme de loup qu'il prenait n'incluait que l'apparence ou prenait en compte l'instinct animal aussi, mais fort à croire que, si ce dernier était bien présent, il foirait légérement. Les animaux n'étaient ils pas censé savoir instinctivement quand fuir face à plus fort que soi ?

Enfin, cela arrangeait les affaires du criminel, en fin de compte. Bien que l'expérience eu été amusante, il n'aurait pas à pourchasser son futur cobaye à travers toute la ville. D'une pensée, il intima l'ordre à son aéronef et ses bras télescopique de se saisir une bonne fois pour toute de la cible. C'était un flic, après tout. Mieux valait couper court pour éviter de se retrouver avec d'autres patrouilles sur le dos. A travers d'horribles grincements métallique, la machine s'avança donc doucement vers le loup, ses bras se déployant autour de lui pour lui couper toute retraites ...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï Dim 11 Jan - 19:33

Et merde. André sentait qu’il avait foiré sur toute la ligne. Il s’était laissé envahir par l’envie d’en découdre, ce qui l’avait manifestement mené à une coupure nette de toutes ses possibilités de retraite. Il ne pouvait plus s’enfuir, tout ça à cause de l’envie qui l’avait alors envahi de vouloir bien faire. Bordel de… s’il arrivait à sortir de là en un seul morceau, il aurait de la chance. Au passage, il se promettait aussi d’être plus prudent par la suite et de ne plus réitérer la même erreur une fois encore.

Il se cabra, prêt à réattaquer si besoin était car il n’était guère décidé à se laisser attaquer et tuer sans réagir. Il avait tout de même une certaine volonté de vivre, il ne fallait pas déconner non plus. Grondant de nouveau, il aurait voulu pouvoir profiter d’une faible opportunité d’échappatoire pour empêcher ce taré de lui mettre le grappin dessus. Problème, la carlingue laissa échapper un grésillement métallique qui vrilla les oreilles du canidé, le forçant à fermer les yeux un instant et secouer la tête.

Ce fut l’erreur de trop. Avant même qu’il ne puisse réagir, des bras tout de métal fait fondirent sur lui, l’immobilisant et l’élevant au-dessus du sol, de sorte à ce que même en se débattant, il ne puisse rien retirer de cette affaire. Il perdit connaissance peu de temps après, n’ayant même pas eu le temps d’hurler pour signaler éventuellement sa position à Morgan, qui devait toujours roder dans le secteur. C’était le début d’une bien longue nuit.

HRP : no prob! Du coup j'ai fais une sorte de conclusion, tout çaaaaaa

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Switchback || Nikolaï

Revenir en haut Aller en bas

Switchback || Nikolaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La zone abandonnée :: La rue de la gare-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit