AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

i can't wait to see you again || Mischa ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Sam 22 Nov - 23:42


...what?
feat. mischa <3


« Russianov, on nous signale un règlement de compte à proximité des maisons closes. Rendez-vous y le plus rapidement police. Terminé. »

Ce soir-là, André était seul dans sa voiture de fonction. Il était parti sans coéquipier et n’avait pas pris le temps de demander du renfort. En ce moment, il avait besoin d’être seul. Réellement, seul. Dans sa tête, c’était le bordel intégral d’une manière magistrale et violente. Il ne savait plus vraiment ou il en était. Il réfléchit cinq fois plus qu’à l’accoutumée et ça se voyait facilement ; autant sur son visage que dans sa vie. Tout était comme embrouillé. Pour tout dire, André ne savait juste plus où donner de la tête ; dans quelle direction.

Tout ce qui c’était passé récemment n’était pas pour lui plaire. Entre un scientifique complétement barge et les pétages de câbles qu’il a commis par la suite à cause de cette tâche sur son conscient, le Russianov avait un peu de mal à assumer ce qu’il était maintenant. La peur lui cisaillait le ventre aussi, constamment. Il avait peur de replonger. Bon, il savait bien que c’était fort peu probable, mais le doute était venu se taper joyeusement l’incruste dans ses entrailles, pour le simple plaisir du fun.

Dès qu’il fermait les yeux, il revoyait des bribes de souvenirs lui revenir vicieusement, au moment où il s’y attendait le moins, en plus. Pire encore ; plus le temps passait et plus ces flashs étaient précis. Ainsi, il s’était revu parfaitement en train de blesser des gens, des êtres aimés et tout détruire sur un simple ordre envoyé dans son cerveau aussi simplement que l’on enverrait un texto. Le jeune homme stoppa finalement sa voiture dans une allée somme toute sordide – bien que cela ne l’atteignait présentement pas. Sans déclencher les gyrophares, il s’en extirpa et soupira un grand coup.

Il n’avait pas envie d’y aller. Mais c’était son devoir et il se devait d’obtempérer. C’était comme ça et pas autrement. Alors, André fit bien attention à fermer correctement son véhicule de fonction et vérifia que ses deux armes – celle de service et sa personnelle – étaient bien chargées tous les deux. Ceci fait, il réarma les réservoirs et partit à pieds, sans un bruit superflu, vers l’endroit où l’on paraissait avoir besoin de lui.

Ce ne fut guère long avant qu’il ne parvienne jusqu’à un petit coin reculé, uniquement éclairé par les rayons blafards de la lune. Il distinguait encore mal les deux individus mais il sentait très clairement que ce n’était pas de grands amis. Alors, s’emparant de son pistolet de flic lambda, il s’avança un peu dans l’ombre, jusqu’à pouvoir tenir en joug l’agresseur.

« Plus un geste, police ! »

La phrase habituelle, bien sûr. La routine. Il l’avait dit des dizaines de fois dans des contextes différents. Pourquoi en serait-il autrement maintenant ? Ca n’avait pas de sens, pas de raison de se dessiner autrement, n’est-ce pas ? Pourtant, il y avait ce parfum qui lui chatouillait le nez. Une senteur féline. Sans qu’il ne se l’explique vraiment, un frisson remonta la colonne vertébrale d’André.



© EPINE


Dernière édition par André L. Russianov le Ven 13 Mar - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 23 Nov - 11:28


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Soirée ordinaire pour лев. Pas Mischa, non. Le Lion avait du travail, contacté comme bien souvent par son oncle depuis sa Russie natale, lequel lui demandait simplement « va tuer ce mec » ou bien encore « va chercher mon pognon ». Et  лев obéissait, sagement. De toutes manières cela lui ferait du bien de tabasser un individu à mort, ça le détendrait. Le jeune homme avait donc enfilé sa tenue noire teinté d'un soupçon de touche mauve habituelle et était sorti patrouiller dans la ville après que cette dernière n'ai revêtu son habit de nuit. Sa cible était un proxénète qui apparemment travaillait pour Nikolaevich et aurait semble-t-il, tenter de doubler ce dernier et de profiter de l'océan les séparant pour se faire une part plus généreuse qu'elle ne devrait l'être sur la recette des maisons closes appartenant au russe. A Mischa de lui faire comprendre que tenter de voler son supérieur, c'était mal.

Retrouver le type en question avait été un jeu d'enfant. Depuis qu'il était arrivé à Laurel, voilà quelques mois désormais, le Russianov connaissait la ville basse comme sa poche, l'ayant parcouru en long, en large et en travers, à pieds ou bien à pattes quand il revêtait sa forme féline. Il l'avait attrapé à la sortie d'un lupanar et trainé sans lui demander son avis dans un coin sombre à l'écart, il y a de cela quelques minutes déjà. Cela avait suffit pour que déjà des giclées de sang n'aient maculées les phalanges de Mischa, lequel s’exécutait presque mécaniquement, détaché face à la propre violence dont il était capable et s'offrant même le lux de se perdre dans ses pensées.

Car cependant, dans les faits, cette affaire le titillait et лев commençait à se poser de plus en plus de questions. L'influence américaine de son oncle se faisait de plus en plus importante, l'homme l'avait déjà envoyé lui à la base – ou plutôt Mischa avait prit l'initiative de partir sans demander l'avis de Nikolaevich – mais le nombre de contacts qu'il possédait déjà sur place était alarmant. " Tu penses qu'il a l'intention de venir jusque sur le territoire américain ? " s'enquit Bastet, partageant les craintes et les hypothèses de son hôte. Mischa ne put retenir un sourire filer sur ses lèvres. La présence de la déesse était sa bouée de secours. Il lui répondit, mentalement cependant, que c'était une probabilité. Il enverrait Didi se pencher d'avantage sur la question une fois rentré à la maison.

Jude cessa pourtant rapidement de sourire, le rictus devant douloureux. La faute à la cicatrice impressionnante qui lui traversait la pommette gauche en trois griffures distinctes qui s'étalaient sur son visage descendait jusqu'à son menton, traversant ses lèvres au passage. Cela faisait quelques semaines déjà, mais la blessure bien que cicatrisée dans presque son intégralité, restait douloureuse sitôt qu'il étirait la peau de son visage. Un voile de tristesse passa dans le regard de Mischa alors qu'il songeait à comment il avait récolté cette marque et il pût distinctement sentir la colère de Bastet gronder en lui, en écho à ses pensées. Si lui ne tenait nul rigueur à l'individu qui l'avait balafré, la déesse en revanche, brûlait de désir de vengeance. Mais l'un comme l'autre ne pouvait que ruminer. Il n'avait après tout, pas revu André depuis l'incident... cela valait d'ailleurs probablement mieux.

Se concentrant de nouveau sur sa cible, Mischa plissa le nez et tendit l'oreille, aux aguets. On approchait... le russe pesta entre ses lèvres et se tourna vers le proxénète. L'ordre de son oncle était simplement de le passer à tabac et de repartir après avoir empoché l'argent demandé... Mais Jude avait la fâcheuse manie de toujours écouter d'une oreille simplement. Les yeux de l'homme s’agrandirent de terreur en voyant le carnassier à visage humain s'approcher et le prendre presque tendrement dans ses bras, une main sur la nuque.

« теперь спать [ dors maintenant ]. » chuchota Mischa à son oreille.

Le temps d'une inspiration et l'homme s'effondra dans les bras du russe, la nuque brisée. Tué net. L'avantage d'être à moitié-lion, c'est que la force physique devenait également plus conséquente, il suffisait ensuite de simplement connaître précisément le mouvement à employer et c'était un jeu d'enfant de broyer des cous. En lui, le blond entendit Bastet, à moins que ce ne soit Sekmeth pur le coup, ronronner de satisfaction. Mischa soutient le corps pour ne pas qu'il s'écroule, avant de le déposer contre le mur et de se redresser en soupirant. Restait simplement à s'en débarrasser maintenant. Il se figea cependant en entendant la voix derrière lui.  Familière. Beaucoup trop.

Le sang de Jude se gela dans ses veines alors qu'il se tournait lentement vers la personne venant de l'interpelé, la lueur blafarde de la lune éclairant son visage traversé par sa balafre et tâché de quelques gouttes d’hémoglobines. Sa voix n'était qu'un murmure et il entendait à peine la déesse lui hurler de courir et de partir d'ici. Impossible cependant, ses jambes étaient comme de plombs désormais.

« ...André ? »

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mar 25 Nov - 13:53


...what?
feat. mischa <3


Il devait être en train de rêver. Oui, voilà, c’était très certainement quelque chose dans ce goût-là ? Il ne pouvait pas s’agir de Mischa ; il ne pouvait pas être ici de son cousin. Jude l’abruti, Jude qui ne sait jamais rien faire tout seul sans faire une bavure… Jude qui n’est au fond pas un vrai mafieux comme André l’avait été. C’était précisément cette image que le métis gardait de son lien de sang. Celle-ci et pas une autre. Au fond, sans doute ne voulait-il pas être en mesure de croire que les gens changent, que les gens peuvent mentir. Comme lui. A son encontre.

Un frisson contraire vint lui picoter la colonne, se diffusant dans chacune des fibres de son corps comme s’il s’électrocutait. La douleur vint ensuite, poignardante, atroce. Son souffle était devenu bien plus rapide et sa prise sur son arme de service s’était soudainement encore plus resserrée. S’il continuait dans cette voie, bientôt, il était presque possible d’imaginer de manière comique que son flingue ait soudain la capacité de fusionner avec ses paumes. Il tenait toujours en joug le personnage en face de lui. La vue de la cicatrice qui balafrait son vis-à-vis lui tirait une expression de dégoût. Il se souvenait de comment cette chose était venue au monde et une boule naquit alors dans sa gorge.

Sauf que non. Le russe était un foutu borné. Il ne voulait pas croire ce que lui renvoyaient ses yeux. Depuis son arrivée ici, dans cette ville, il avait apprit –bien souvent à ses dépens – que les cinq sens pouvaient être énormément tronqués sans même que l’on puisse s’en apercevoir avant le dénouement final –et bien souvent dramatique. Faisant grincer ses dents les unes contre les autres, trahissant ainsi son énervement. Il allait régler les choses vite fait bien fait ; du moins c’était ainsi qu’il voyait les choses.

« Bien jouer connard d’imitateur. Et sinon, t’es qui sous ce masque ? Vas-y, montre-toi, t’as plus rien à perdre de toute manière maintenant. »

S’il y avait bien une chose que l’expatrié ne supportait pas, c’était que l’on s’en prenne aux gens qui lui étaient proches. Notamment sa famille. Tout du moins, celle qui n’avait pas vraiment de lien avec la mafia. Mischa était une exception. De facto, Loukas voyait d’un très mauvais œil le fait que quelqu’un lui dérobe son identité. Surtout pour commettre ce qu’il voyait comme un meurtre de premier ordre.

Chargeant son arme en faisant coulisser la sécurité, le policier tira une balle suffisamment loin pour ne pas blesser l’individu lui faisant face mais pour lui faire comprendre qu’il n’était pas tombé face à un rigolo. Car lorsque Loukas disait faire quelque chose, il faisait son maximum pour honorer ses paroles. Il avait beaucoup de défauts et l’âme souillée à vie, certes. Mais il était aussi quelqu’un ayant de l’honneur. Maintenant plus que jamais.

« T’attends quoi ? Que je te fasse un piercing avec mon neuf millimètres ? »

Son regard paraissait luire dans le noir sous l’effet de la rage qui se déversait dans ses veines.




© EPINE
[/q
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mar 2 Déc - 0:41


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Cela devait probablement être une blague du Destin. Le genre de petit coup de troll que vous envoie votre ange gardien pour vous rappelez que vous êtes un salopard fini et qu'il est bien temps que la chance cesse de vous sourire. Du moins c'est ainsi que l’interpréta Mischa sur l'instant. Il avait toujours tout fait pour cacher 'qui' il était réellement à son cousin, dans le soucis de protéger ce dernier. André n'avait pas besoin de savoir ce dont il était capable, il avait déjà assez de soucis ainsi, sans que le blond n'en rajoute. Alors il avait joué son rôle, préservé comme il le pouvait son cadet et tout était très bien ainsi... jusqu'à ce soir.

La respiration de Mischa se bloqua dans sa gorge. Le souffle lui manquait, il avait l'impression de se faire engloutir par les ténèbres l'entourant et si jamais le sol venait à s'ouvrir sous ses pieds pour l'aspirer en son sein, là tout de suite, probablement ne l'aurait-il même pas remarqué. Son regard restait rivé sur la silhouette d'André lui faisant face. Dans son esprit, Bastet le sommait de partir, de fuir tant qu'il état encore temps. Rester là n'apporterait rien de bon. " Vous n'êtes plus du même monde Mischa, il est du côté de la Justice humaine, il est capable de t'emmener au poste de police... voir pire ", souffla la déesse à l'oreille de son hôte.

Il préférait ne pas penser à ce que son cousin était réellement capable de lui faire. Une part de lui souhaiterait qu'André pointe son pistolet sur son cœur ou sa tête et tire. Une autre s'acharnait à espérer que le fils de Nikolaevitch l'aimait malgré tout et ne lui ferait jamais le moindre mal... jusqu'à ce que la cicatrice à son visage ne lui tiraille la peau et lui rappelle que c'était déjà fait. André lève son arme, les mots se déversent comme de l'acide. Il ne parvint à croire ce qu'il a devant les yeux, il le refuse de toute la force de son être et cela ne tire qu'une grimace attristée à l'aîné des Russianov. La balle ricoche contre le mur, à moins d'un mètre de distance de la tête de Mischa. Lui ne bougeait toujours pas.

« Je suis désolé, André. J'aurais préféré que tu ne me vois jamais comme cela. » souffla-t-il du bout des lèvres.

Il se tient là, devant lui, tête basse. Il n'a pas le cran de le regarder en face. Au fond, il avait toujours été incroyablement lâche, songea Jude. Incapable de faire face à la réalité, préférant s'enfermer dans une personnalité joyeuse pour ne pas voir, préférant fuir et vadrouiller de droite à gauche plutôt que de rester au manoir tout seul... Et maintenant le voilà, son secret percé à jour. Qu'est-ce qu'il a l'air con, se dit-il.

Mischa releva doucement la tête. Il croisa le regard brûlant de haine de son cadet et son cœur se serra un peu à cette vision, bien que c'était rassurant en un sens. André était fort. C'était un guerrier, un enragé qui s'accrochait à la vie comme un chien affamé à un os. Le blond était tellement fier de son cousin. Un sourire attristé fleurit sur son visage.

« Alors Loulou, on traine tard le soir dans les quartiers mal-famés ? C'est pas sérieux ça ! Et ne crispe pas tes doigts ainsi sur ton arme, ça me dérangerai de tâcher ma chemise avec du sang, ma tenue est propre d'aujourd'hui. »

Une petite tentative d'humour pour détendre l'atmosphère et surtout lui faire comprendre que, non il ne rêvait pas. C'était bien lui et même s'il venait de briser la nuque d'un homme à mains nues, il restait le même... ou presque. Et également camoufler les larmes qui menacent de déborder.

   
© Pando
luv tout plein ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Sam 6 Déc - 12:11


...what?
feat. mischa <3


Non. Ce n’était pas possible, pas envisageable. Il ne pouvait pas s’agir réellement de Mischa. Ca ne pouvait pas être la réalité. André devait forcément être en plein bad trip. Sérieusement. Oui, voilà, c’était ça, oui. Il avait dû fumer un truc pas net sans même s’en apercevoir et voilà ou ça l’avait mené. Il ne pouvait y avoir une autre explication que celle-ci de toute manière. C’était juste inconcevable putain. La vision qui s’offrait à lui lui paraissait bien trop décalée de la réalité pour qu’il puisse lui accorder une once de crédit. Il déglutit difficilement cependant en entendant les mots prononcés. Bordel de m-… ce copycat savait ce qu’il faisait, décidemment. C’était rare de croiser des individus si doués dans l’art de l’imitation. Loukas estimait qu’une prise pareille pourrait vraiment être pas mal du tout au niveau de sa carrière, s’il parvenait à ramener ce fils de cul de tétine au poste de police sans trop de problèmes.

« Ta gueule. Contre le mur et plus vite que ça. »

Il avait parlé d’une voix cassante et impossible à trouver chaleureuse. C’était le cas. Entre les mâchoires d‘André il n’y avait présentement qu’un hiver polaire et rien de plus. C’était le paradoxe avec son sang qui bouillait dans ses veines sous le coup de l’énervement et d’une certaine dose d’angoisse. Il faisait de son mieux pour contrôler ses respirations, ses mouvements et surtout son self-control. S‘il s’était écouté, son vis-à-vis aurait déjà une balle dans la tête depuis un bon moment maintenant. Sauf que voilà, il avait pris du plomb dans la tête au court de ces derniers mois et ce n’était pas un simple coup de sang qui allait lui faire faire une bavure. Non. Il savait bien ce que ça voudrait dire par la suite s’il s’abandonnait à de telles pulsions.

Morgan lui avait suffisamment parlé de son passif à ce niveau-là pour qu’il puisse imaginer clairement la chose. Il ne voulait pas que quelque chose de similaire lui arrive… encore. Certes, auparavant, il avait exécuté des hommes pour le compte de son père mafieux et ce n’était pas vraiment le même contexte mais Loukas se contre-fichait des circonstances. Un crime reste un crime et ses mains étaient déjà bien trop tapissées de sang pour qu’il ne veuille réitérer ce genre de solutions pour régler un souci, si personnel soit-il. Ainsi, il s’approcha de son adversaire, le faisant reculer droit contre le mur juste derrière lui.

« Un seul mouvement et je te plombe, c’est clair ? »

Au moins, il avait été clair dans ses propos. Il commença donc une fouille au corps avec sérieux, ne trouvant rien de très suspect de prime abord. Puis, alors qu’il ne fit pas vraiment attention aux détails, l’un des boutons de sa manche se coinça dans un morceau de tissu présent sur le buste du type qu’il fouillait et s’accrocha à lui lorsqu’il se redressa.

« Rah, putain de bouton de m- » manqua-t-il de dire.

Seulement, sous les rayons de lune, quelque chose le surpris. La chemise venait de retomber mais il avait eu le temps d’entre-apercevoir une cicatrice sur l’abdomen de celui qu’il fouillait, là, tout de suite. Ses gestes se stoppèrent immédiatement. Il sentit comme une lourdeur lui tomber sur les épaules avant de réaliser qu’il commençait à avoir du mal à respirer. Pourtant, sa cible n’avait pas bougé. André ne comprenait pas. Ou plutôt, il ne voulait pas comprendre l’évidence même qu’il avait droit devant les yeux.

Déglutissant encore, le regard grand ouvert et plein de sentiments tortueux, il confronta celui de son supposé adversaire.

« ….Mischa ? »

La douleur ne faisait que commencer.




© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 7 Déc - 10:50


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Il était en colère. C'était compréhensible après tout. Un voile de culpabilité passa dans le regard de Mischa. Si seulement il pouvait revenir en arrière ! Si seulement il pouvait avoir les mêmes pouvoirs que l'autre gamine de l'école là, celle qui tire toujours la tronche, et arrêter le temps, le figer à jamais. Non... s'il avait réellement ce genre de pouvoirs, il voudrait remonter le fil du temps bien plus loin, revenir à une époque lointaine et heureuse où il avait encore un soupçon d'innocence – une vraie, pas juste un masque qu'il portait pour se protéger – et où son monde se résumait à Marie et André. La belle époque, qui avait volé en éclats tel un miroir brisé, tâchée à jamais par le sang du crime et du pêché.

Mais tout cela était impossible évidement. Mischa n'avait pas ce genre de capacités. Lui il pouvait juste se métamorphoser en félin et influencer plus ou moins les sentiments des gens – en théorie cependant, sa maîtrise était tellement mauvaise et instable qu'il n'avait jamais réussi à découvrir cette facette de son pouvoir. Très utile actuellement, c'est certain, songea le blond avec ironie. " Mischa... " résonna la voix de Bastet en son esprit,une pointe de tristesse distinguable au fond de sa voix. Le slave se reprit et s'excusa auprès de la déesse. Ce n'était pas sa faute et ruminer sur des détails pareils ne changeraient rien de toutes manières. Il se devait de faire face à la réalité, telle qu'elle était. Et aussi dur ce soit...

Le brun le fixe de son regard polaire. Lui n'admet toujours pas que c'est la vérité, que cette situation est bien ce qu'elle semble être, malheureusement. André le somme de se plaquer contre le mur, le faisant reculer. Mischa obéit, docilement, au damn de la déesse égyptienne qui observe, impuissante. Elle lui dirait bien encore une fois de fuir, de le prendre par surprise et de filer sans demander son reste. En se concentrant, il devrait même réussir à se transformer – chat ou lion peu importe, du moins que ça court vite. Mais c'est inutile et Bastet le sait. Mischa ne fuira pas. Pas maintenant.

« André... »

Pas de 'Loulou', ni autre petit surnom mielleux qui avait toujours le don de faire grincer des dents son cadet. L'heure n'est plus vraiment à la plaisanterie et il le sait parfaitement. Les mots se coincent dans sa gorge, comme s'ils cherchaient à ce qu'il s'étouffe avec eux. Le blond baissa légèrement la tête, ses mèches claires venant ombrager son regard résigné. Mentir dans cette situation ne servait désormais plus à rien. C'était fini. Il était démasqué.

A moins qu'il n'arrive à convaincre Loukas qu'il souffrait d'une violente hallucination – ce qui paraissait peu probable, soyons réalistes deux secondes pour une fois (sait-on jamais, genre des relents de drogue qui reviennent comme des vapeurs, malgré qu'il soit techniquement clean depuis quelques années et que son organisme doit déjà avoir éliminé toutes les toxines depuis belle lurette.) – sa couverture était foutue. Mischa tourna légèrement la tête sur le côté, n'osant toujours pas confronté le regard de son cousin tandis que ce dernier pratique sa fouille et, finalement, relève assez sa chemise pour dévoiler sa cicatrice à l'abdomen.

Il la connaît. Il sait que ce n'est pas une imitation. Il sait désormais que c'est lui. Jude sent son cœur se serrer en l'entendant prononcer son nom d'une voix pareille, aussi faible, aussi perdue. Ça fait mal. Affreusement même, il a l'impression que sa cage thoracique se resserre, compresse son cœur comme dans un étau, pour mieux le réduire en miette. Il voudrait tellement le prendre dans ses bras, le rassurer, lui expliquer. Expliquer quoi ? Qu'il est un monstre sans cœur qui tuait et se comportait comme un gentil chien de chasse pour le compte des Russianov « mais je fais ça uniquement pour toi, te protéger » ? Conneries.

« Excuses-moi. T'étais pas censé voir ça, ni te trouver là ce soir. »

Les pensées de Mischa s'emballèrent. Bordel. Nikolaevitch. Si son oncle avait vent de cet incident – et il ne doutait pas qu'il en entendrait parler, tôt ou tard, car les yeux du parrain russe étaient partout – il allait vouloir le punir. De sa main de préférence. Le slave à la tignasse blonde se mordit la lèvre inférieure. Bon sang, pourquoi les choses devaient-elles prendre une tournure pareille ?

L'hôte de Bastet se redressa légèrement, s'écartant un peu du mur. Ses gestes sont lents et doux, comme s'il ne voulait pas effrayer André d'avantage. C'est comme apprivoiser un animal sauvage. Il esquissa un vague sourire, mais le cœur n'y était pas.

« Avant toute chose, tu ne voudrais pas baisser ton flingue ? Certes, cela arrangerait bien du monde que tu me tires une balle et ça te soulagerai sans doute, mais si je dois t'expliquer et répondre à certaines questions que tu dois certainement te poser, je préfère le faire sans me vider de mon sang.

Tentative de mise en confiance foireuse numéro 2. Et est-ce qu'il arriverai seulement de nouveau à le regarder en face un jour désormais ?

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mer 17 Déc - 11:56

https://www.youtube.com/watch?v=T5q04zThdeo


...what?
feat. mischa <3



Putain de sa mère, ce n’était ni un rêve, ni une illusion quelconque. Bordel. La tête d’André commençait à lui faire mal à force de trop réfléchir et d’être prit dans des conclusions hâtives mais pas fausses pour autant. Qu’est-ce que… Non. Non, ce ne pouvait pas être possible, pas imaginable ! Mischa était un idiot, un incapable ! Il n’était pas en mesure de tuer correctement un homme assis juste en face de lui ! Telle était l’image que le châtain avait conservée de son ainé ; aussi, ce qu’il voyait présentement ne correspondait absolument pas à ce qui pouvait se rapprocher de la vérité, un tant soit peu.

Et pourtant, son cœur lui faisait mal et il sentait son sang pulser dans ses veines jusque dans ses temps où il pouvait entendre les battements vigoureux de son organe de vie. Il déglutit avec difficulté, ne sachant plus vraiment que faire. Tout d’abord, le mieux à faire aurait été de mettre de l’ordre dans ses pensées, chose un peu hors du cadre, pour l’heure. Sa respiration devenait irrégulière, imprécise. Loukas avait l’impression qu’on lui serrait la gorge avec un étau de fer et ce n’était en rien agréable. Se sentir ainsi vulnérable, c’était déplaisant.

Pourtant, quoi qu’il aspire à faire, il lui fallait bien se rendre compte que les crocs de la vérité ne l’avaient pas épargné sur ce coup-ci. Ca faisait un mal de chien, putain. D’habitude, c’était lui qui mordait et les autres qui hurlaient. Cette inversion des rôles ne lui plaisait absolument pas. Sans doute était-ce pour cela, qu’au fond, il avait d’abord cherché une solution du côté d’un éventuel copycat. C’était toujours plus facile d’accuser un tiers plutôt que de prendre pleinement conscience des faits, après tout. La mascarade, tombée maintenant en désuétude, se faisait brulante et incisive, rajoutant une couche de venin suintant dans le corps du plus jeune des deux Russianov.

La suite se passa également très vite. André ne suivit pas vraiment lui-même les mouvements instinctifs que son corps avait entamé mais ce n’était pas bien grave puisque le résultat lui convenait… un peu. Il fit tourner son arme de service de manière à encercler le canon avec la paume et gratifia son vis-à-vis d’un coup de crosse dans les mâchoires. La force injectée dans cette démonstration de colère était non-négligeable, même Loukas sentait qu’il avait des fourmis dans les mains, maintenant.
Mais s’arrêter là aurait été trop beau, trop simple. Jetant finalement son revolver de flic sur le sol, le métis vint empoigner le col ensanglanté de Mischa pour mieux le plaquer de nouveau au mur, avec la violence et la force du désespoir pour alliée.

« POURQUOI PUTAIN, POURQUOI ?! » hurla-t-il dans un russe parfait, la situation le faisant revenir à sa langue primaire.

C’était là ce qu’il voulait savoir en premier lieu. Car pire que de savoir que son homologue baignait dans de sales affaires, le pire aurait été de se rendre compte qu’il avait toujours été comme cela et qu’André n’avait jamais rien soupçonné ; jamais. Qu’il était tombé dans le panneau de la tronche d’imbécile dans jamais voir au-delà que ce que l’autre voulait bien lui montrer. Ca, oui, c’était blessant. Très blessant. Autant pour lui que pour son égo fichtrement mal placé, en prime. Alors il ne valait pas mieux aux yeux du blond que tous ceux qui l’avaient entouré tous ces années au manoir de son paternel ? Il ne valait pas suffisamment pour avoir droit à la vérité, c’est ça ?

André était… perdu. Il ne savait pas comment réagir. Jamais il n’aurait un jour pensé que ce simple d’esprit – qui en fin de compte ne paraissait pas l’être réellement – puisse se retrouver dans une telle situation ni même qu’il aurait à intervenir pour, logiquement, le foutre en taule, derrière des barreaux bien solides. Il déglutit, encore, ses mains tremblantes agitant le col de Mischa. Non, ils ne pouvaient pas rester ici. Primo c’était dangereux, l’obscurité était mère féconde de tous les dangers possibles et imaginables. Secundo, André devait réfléchir à comment se tirer de là avec son homologue avant que d’autres patrouilles de flics n’arrivent sur les lieux.

Bon, pas de panique ; rester professionnel. Ce n’était pas bien compliqué, il lui suffisait d’utiliser ses connaissances d’ex-mafieux pour les mettre à profit ici du côté de la justice. Tirant le blond par le bras, il le laissa à deux mètres de lui tout en fouillant dans la poche arrière de son pantalon.

« Toi tu bouges pas de là. »

Puis, rapidement, André sortit petit rouleau de ruban jaune, très utilisé chez les forces de l’ordre. Un ‘police line do not cross’ cercla vite le cadavre – qui heureusement ne prenait pas trop de place – en s’accrochant à des canalisations et autres objets vacillants sur le sol. Ceci fait, Loukas entraina Mischa son douceur vers sa bagnole de service et le fit monter comme s’il avait été le pire des criminels – quoi que en soit, c’était un peu le cas aux yeux du plus jeune.

Décrochant sa radio, il se brancha sur la fréquence de son commissariat et fit chauffer le moteur de sa voiture.

« Ici Russianov, un cadavre découvert dans la zone indiquée. J’ai délimité le périmètre, il faut une unité sur place rapidement, je poursuis un suspect.
-Bien reçu Russianov. » répondit une voix féminine.

Ainsi ils partirent sur la route sombre, André prenant bien soin d’éviter les avenues principales pour ne pas croiser ses collègues. Les comptes devaient être réglés et ce n’était pas en étant perpétuellement dérangé qu’il allait y parvenir, après tout.




© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Jeu 18 Déc - 17:15


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Il n'avait probablement jamais eu aussi mal qu'aujourd'hui. Pourtant, il en avait prit des coups. Entre les affrontements au cours des missions, les entraînements pour le faire devenir ce qu'il était et les 'punitions' particulières de son oncle, il avait dégusté souvent. Mais rien, non absolument aucune douleur physique n'était comparable à ce qu'il ressentait actuellement, à ce que la déception et la tristesse dans le regard et la voix d'André causait en lui.

Mischa aurait voulu hurler, pleurer, s'excuser, expliquer. Il n'en fit rien. Mischa ne pleurait plus depuis longtemps. On croyait que c'était parce qu'après tout, il était un tel imbécile heureux que rien ne pouvait l'affecter. Faux. Simplement, il avait oublié comment faire. A force de porter un masque à longueur de temps, on oublie parfois qui l'on est vraiment. Et bien que son cœur se déchirait actuellement dans sa cage thoracique, comme transpercé par des milliers d'aiguilles, aucune larmes ne vint souiller le visage de Mischa. Seul un vague sourire triste et résigné, qui n'avait du soleil que l'éclat terne d'une étoile mourante, trahissait ses états d'âme.

L'incompréhension d'André, lorsque la vérité s'ancra profondément en lui, laissa place à la colère. Aa fureur se fracassa sous la forme d'un coup empli de rancoeur et de non-dits mille fois mérité sur la mâchoire de Mischa, qui ne fit rien pour l'esquiver. La douleur irradia, fulgurante, dans son visage et sa bouche alors que l'impact le forçait à baisser la tête et dévier son regard.

Le slave porta d'instinct sa main à l'endroit blessé alors que déjà un liquide au goût de fer et à la couleur carmin familier venait taquiner la barrière de ses lèvres et emplissait sa bouche. Il cracha au sol une gerbe de sang pour s'en débarrasser et éviter de s'étouffer avec. L'autre n'y avait pas été de main morte... Mais c'était presque trop gentil comparé à ce que l'aîné des Russianov estimait mériter.

Il sentit les mains de son cousin agripper son col et le plaquer avec violence contre le mur, la pierre râpant son dos désagréablement. Son hurlement lui déchira d'avantage le cœur. Il aurait tant voulu le prendre dans ses bras et revenir en arrière, à cette soirée si particulière qu'avait été leurs retrouvailles quelques mois plus tôt. Cette nuit-là, Mischa avait été 'lui' plus que jamais et il s'était senti heureux comme jamais, peu importe qu'André ait passé son temps à le frapper et le traiter de tous les noms. C'était comme des caresses comparé à ce qu'il vivait actuellement. Le blond baissa les yeux.

« … Parce que c'est ainsi que certaines choses doivent être. » murmura-t-il, si bas qu'il n'était pas certain que l'autre l'ait entendu.  

Docile et n'ayant de toutes manières aucune volonté de résister, Mischa se laissa trainer par son cadet et le laissa faire son boulot, admirant même le professionnalisme dont il arrivait encore à faire preuve et attendant la suite des événements, les redoutant un peu également.

Il prit place dans la voiture, profitant de ce bref interlude pour laisser ses pensées s'égarer. Encore une fois, Jude avait tout fait de travers. Encore une fois, il avait échoué dans son désir de protéger son cadet, aujourd'hui dans les règles de l'art d'ailleurs. Quand son oncle apprendrait, car évidemment Nikolaevich finirait par le savoir, le blond ne pouvait que prier pour qu'il parvienne à calmer ce dernier d'une manière ou d'une autre. Il baissa la tête, des mèches dorées lui tombant sur les yeux.

Il foirait tout... il n'avait pas été en mesure de protéger Marie, ni André la première fois. Il avait laissé des choses terribles arriver aux deux seuls êtres qui comptaient réellement pour lui – sa mère était une autre histoire, bien assez compliquée comme cela et il éprouvait pour sa génitrice des sentiments contradictoires qui ne seront par décortiqués par son âme aujourd'hui. De quel droit se proclamait-il l'aîné d'André ? Il ne pouvait pas le préserver comme il le désirait... tu parles d'un ' grand frère ', songea le slave avec ironie.  

Réfugié mentalement dans les tréfonds de son esprit, Mischa se tenait assis en chien de fusil dans son intérieur, aux côtés de Bastet. La déesse ne disait pas un mot. Parler était inutile actuellement, surtout pour eux. Même si elle ne portait pas le brun dans son cœur, elle savait mieux que quiconque à quel point ce dernier était important pour son hôte. Tout ce que la déesse était en mesure de faire, c'était rester à ses côtés, l'épauler silencieusement et le réconforter de sa présence. Bastet s'approcha, regardant avec calme ce pathétique petit homme qui avait enfoui son visage dans ses bras entourant ses genoux. Doucement, la déesse à tête de chat posa sa main sur sa tête et commença un maladroit mouvement de va-et-vient dans sa chevelure, s'essayant à une caresse maternelle pour le réconforter.

Les tentatives affectueuses quoiqu'un peu maladroites de Bastet suffirent à arracher un sourire à Mischa, qui quitta son monde mental pour revenir à la réalité après avoir soufflé un remerciement à la divinité. Il leva les yeux vers André, qui conduisait, le regardant de biais. Son cousin n'avait plus décroché un mot depuis qu'il avait contacté ses collègues via sa radio, concentré sur leur trajectoire.

« Où va-t-on ? » osa finalement demander le blond à son cousin, brisant le silence pesant qui régnait entre eux, plus épais que la glace du Nord. « Tu ne vas pas me foutre derrière les barreaux ? Depuis le temps que tu me menaces avec ça, c'est l'occasion, aha. Ou bien tu préfères régler cette histoire 'à la russe'. »

Le slave s'était esclaffé sans joie. Il savait parfaitement que plaisanter maintenant n'était probablement pas la chose la plus avisée à faire et surtout la plus utile, mais voilà c'était ainsi qu'il était. Lorsqu'il se retrouvait dans une position de faiblesse, il ne pouvait s'empêcher de continuer de l'ouvrir, peu importe les coups ou les conséquences qu'il se prenait ensuite en pleine face. Un sale gamin provocateur, vola ce qu'il était, doublé d'un abruti bien évidemment. Cependant, avec André en face de lui, il était inenvisageable pour l'aîné des Russianov de chercher à mettre son bien-aimé cousin d'avantage en colère qu'il ne l'était déjà.

Au point où ils en étaient de toutes manières, il était inutile de mentir d'avantage. Mischa se promit de répondre aussi honnêtement que possible aux questions de son cadet, du moins que cela n'amènerait pas l'autre à courir un nouveau danger. Honnêteté, oui. Mais il n'impliquerait pas, du moins autant que possible, Loukas dans ses affaires peu recommandables. Ce dernier avait suffisamment œuvré pour se construire une vie respectable et Mischa refusait de gâcher cela.

Après tout, André possédait actuellement quelque chose de magnifique et précieux, qui remplissait son cousin de joie et que lui-même n'avait pas. Il avait un avenir. Mischa tenta de sourire, mais dû porter aussitôt sa main à sa mâchoire douloureuse et sensible.

« P'tain, t'y es pas aller de main morte... »

Et encore, il pouvait probablement s'estimer chanceuse pour le moment de n'avoir eut que ce coup dans la gueule. Il méritait pire, bien pire après tout. Le russe se massas un instant le menton, cherchant à calmer les sensations qui le harcelaient telles des petites piques de douleur.

« André... je ne sais pas si tu vas me croire, mais il y a une bonne raison pour que je t'ai caché 'tout ça'. » souffla-t-il en glissant de nouveau son regard sur son homologue, choisissant ses mots comme il le pouvait. Jude prit une inspiration avant d'ajouter, à mi-voix : « Toutes ces années... c'était en pensant à toi uniquement. »

L'aîné des Russianov se renfonça dans son siège. La nuit s'annonçait longue et riche en révélation. La seule chose qui le terrifiait réellement pour le moment en réalité, au-delà des répercutions futures, c'était de savoir s'il aurait encore le droit de se revendiquer comme étant du même sang qu'André à la fin de la soirée...

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Lun 22 Déc - 15:29

https://www.youtube.com/watch?v=spUOHX0aRWc On change de musique :D ♥


...what?
feat. mischa <3



Les yeux rivés sur la route frappée par les phares puissants de sa bagnole, André ne desserrait pas les dents. Sa paume était toujours comme parcourue par de petits insectes, mais il n’y prêtait plus attention. Mâchoires serrées et phalanges blanchies jusqu’aux jointures à force de compresser ce putain de volant, il essayait de trouver quelque chose à dire, n’importe quoi. Mais rien de vint. Rien de rien. C’était comme s’il était revenu à son état originel, pour lequel on l’avait de base façonné. Sa condition de mafieux. Un frisson lui parcouru les épaules avant qu’il ne le réprime en grommelant quelque peu. Non, il ne devait pas raisonner ainsi, ce n’était pas la solution. Ni maintenant ni jamais d’ailleurs. Il s’était promis suffisamment de fois de ne pas tourner un regard vers l’arrière alors il ne me ferait pas.

Pourtant, qu’est-il en train de faire, sinon cela, en étant là avec Mischa, présentement ? Dire qu’il ne se dévissait pas le cou pour entre-apercevoir l’horreur de ses jeunes années aurait été mentir, bien sûr. Alors pourquoi se voiler la face, pourquoi continuer à avancer malgré tout en cherchant une solution à un problème de toute manière existentiel ? La réponse était atrocement simple : André était un désespéré. Il était faible et ne voulait pas l’admettre. Bien sûr, il n'avait aucun mal – ou presque - à parler de sa faiblesse d’antan, mais il ne se considérait plus comme tel aujourd’hui et là se trouvait son erreur, justement. Il pensait avoir changé. Oh, bien sûr il avait évolué en bien, il avait appris, cogité et pansé la plupart de ses plaies. Mais ce n’était pas suffisant encore. Et là se trouvait la frontière en ce qu’il croyait être et ce qu’il était vraiment ; ce petit rien qui représente tout.

Soupir lourd s’extirpant de sa gorge, sans rien ajouter de plus, il redresse le petit bitoniau de sa radio, la coupant la seconde suivante. Ainsi personne ne saura ou il est et nul ne pourra espérer le poursuivre. Pour l’heure, ce n’était pas qu’il se défilait, mais il avait besoin d’être seul à seul avec ce fragment de son passé qui venait de brusquement ressurgir d’entre les tréfonds de son âme – aidé d’une trépanneuse bien sur sinon où est l’intérêt, sans douleur ? Aucun, bien évidemment. Il se mordit la lèvre presque à sang avant de convenir d’un lieu désert ou s’arrêter.

Prêt des entrepôts, ce serait parfait pour le moment. C’était un endroit ou peu de gens venaient. Même les criminels n’y mettaient pas vraiment leurs pieds pour la simple et bonne raison qu’il n’y avait rien à faire, ici. C’était vide, mort et n’offrait aucune cachette décente. L’abandon personnifié, en somme. Et dire que cela avait été si vivant il n’y a pas si longtemps…

Se raclant la gorge, Loukas arrêta le moteur, finalement et jeta un regard à son homologue slave en pointant son regard dans le rétroviseur.

« Pas de main morte… Ouai t’as raison, ma mère aurait dû m’appeler Nikolaevitch, je sais. »

Et sur ces mots, il prit quelque chose rapidement dans sa boîte à gants et sortit du véhicule, claquant la portière. Il faisait sombre au dehors mais les nuages les plus importants avait bougés et maintenant la lune éclairait bien les alentours. André laissa son regard voguer sur le cercle brillant dans le ciel, les yeux indéfinissables par de simples mots. Il déglutit puis vint prendre place sur le capot tiède de sa voiture de fonction et s’y allongea. Il attendait que Mischa le rejoigne – au moins à l’extérieur. Il ne voulait pas régler ça dans un espace confiné, ça le mettait trop mal à l’aise et l’angoissait. Déjà il lui semblait que sa gorge se serait bien trop à son goût pour qu’il laisse les faits trainer ainsi.

Sans regarder sa trouvaille, il resserra sa prise sur la flasque et la déboucha de l’autre main avant de la porter à sa bouche. Bwarf, alcool américain supposément appelé ‘vodka’. C’était dégelasse et ne valait absolument pas la vraie ‘petite eau’ de sa Russie natale mais ça ferait l’affaire pour le moment. Si au moins ça pouvait apaiser ses pensées noires, ce serait une victoire certaine en soi.

Car Loukas réfléchissait encore et encore. Il murissait les paroles assourdissantes que Jude. Pour le protéger, il avait fait tout ça ? Bordel de merde. Le brun se passa une main sur le visage. Il hésitait encore se relever pour aller lui en foutre une d’oser se moquer de lui ouvertement comme cela ou, au contraire, aller le prendre sans ses bras pour le remercier. Il était perdu. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. C’était trop gros pour lui.

Pour la première fois depuis longtemps, le cœur d’André se fissura. Et il n’aimait pas ça du tout. Absolument pas, même.

« Bon alors ? T’attends que je vienne te tirer moi-même de la bagnole ou tu vas venir poser ton cul dehors pour qu’on parle ? »

Douceur slave, pour sûr. Pourtant André sentait que s’il ne bougeait pas les choses, elles risquaient de se gangréner par la suite. Et donc, fatalement, de devenir encore plus incisives, plus mauvaises et douloureuses qu’elles ne l’étaient déjà. Loukas était du genre tête brulée. Il soignait le mal par le mal, le feu par le feu. Et s’il le fallait, il était prêt à devenir un ouragan de flammes pour anéantir définitivement cette partie de son passé. D’un autre côté, il voulait aider celui qui avait toujours grandit à ses côtés comme son cousin mais le tiraillement ne l’aidait pas à prendre une décision rapide et cohérente.

Une seconde plus tard ses pensées divaguait vers sa mère. Il se demandait bien si elle pouvait les voir, depuis le paradis ou elle était très certainement. Loukas sera les poings en songeant qu’il avait perdu les cendres de sa génitrice à cause de sa récente perte de contrôle. Il s’en voulait, pour ça et pour plein d’autres choses encore. Certes il avait clamé haut et fort qu’il ne voulait pas de ses ‘choses’ chez lui, que ce n’était de toute façon pas sa vraie ‘mère’ mais au final, ce n’avait pas été si vrai que cela. Il avait fini par mettre un peu de lui-même dans cette urne avant qu’elle ne soit brisée totalement, elle et son contenu libéré dans la nature.

Bordel de merde, il aurait tant aimé que sa mère soit là. Elle aurait su comment agir, elle. Au moins, elle, elle avait la fibre pour ça. Lui pas. Ce qu’il se sentait minable et stupide, là maintenant.





© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 28 Déc - 22:48


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Le trajet se poursuivit sans plus un mot pour le moment. Le silence est pesant. Mischa n'insista pas, se pelotonnant contre la vitre et regardant défiler le paysage et se réfugiant en son esprit, en compagnie de Bastet. La divinité ne disait rien, se contentant d'observer la scène. Elle ne savait que dire, que faire. Ces sentiments humains lui échappaient, l'affection presque désespérée de son hôte pour André lui était incompréhensible même. Plus elle cohabitait avec Mischa, moins elle le comprenait à vrai dire. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était rester à ses côtés – et maudire silencieusement le cadet Russianov pour ce qu'il provoquait comme chaos dans l'esprit de son hôte.

Le blond osait parfois jeter des coups d'oeil en coin à son cousin, sa gorge serrée. Il avait l'impression d'être redevenu ce petit garçon qui venait se cacher en tremblant dans la chambre de sa tante ou au pied du berceau de son « petit-frère » les nuits d'orage. Ridicule... il était pitoyable, il n'avait pas évolué depuis cette époque, sinon en mal. Il aimerait tant revenir en arrière, changer les choses. Mais c'était impossible et Mischa le savait parfaitement de toutes manières. Il tourna finalement la tête en sentant la voiture ralentir et constata qu'André les avait conduit jusque vers les entrepôts. Difficile de faire plus désert comme endroit, effectivement. Au moins ici, ils auraient le loisir de parler sans être dérangé, effectivement.

Le brun coupa le moteur et se tourna vers son homologue. Mischa ravala sa salive, son cœur se serrant simplement à la vision des orbes vertes malachites de son cadet, lequel ouvrait la bouche, amère. Une expression douloureuse traversa le regard de l'hôte de Bastet tandis que la déesse grondait intérieurement, traitant le fils de Nikolaevich de tous les noms.

« André je suis dé - »

Pas le temps de finir sa phrase, la portière se claqua sur la silhouette du concerné qui venait de sortir de la voiture, tandis que ses mots résonnaient douloureusement dans l'esprit du slave aux cheveux blonds. Le plus âgé s'en serait donné des baffes. Des conneries... il ne savait que dire des conneries. N'empêche, ça faisait mal. Vraiment. André n'avait pas le droit – enfin si parfaitement et c'était mérité – de lui sortir la carte « Marie ». Sa tante et son cousin étaient les deux gros points faibles du russe. Ce dernier se passa une main sur le visage, la respiration tremblante et tressaillant quand ses doigts effleurèrent sa mâchoire douloureuse et encore à vif.

Il serra les poings, faisant blanchirent ses jointures. Comment allait-il se sortir de ce bourbier de sentiments qui l'engluaient et de cette situation qui lui décortiquait le cœur au scalpel, il n'en avait aucune idée. Mais Mischa savait qu'il devait arrêter avec les faux-semblants, les sourires et les pitreries. C'était inutile maintenant.

Le jeune homme se redressa légèrement en entendant André l'appeler depuis l'extérieur, ses paroles lui arrachant un sourire sans joie. " Tu sais que tu pourrais fuir si tu le désirais vraiment... mais ce n'est pas là ce que tu veux, n'est-ce pas ? ". Les paroles de Bastet retentirent dans son esprit alors que Mischa sortait à son tour de la voiture, les mains dans les poches. Il expira un peu de buée par la bouche, frissonnant, et leva les yeux vers le ciel.

Le blond fit quelques pas, sans pour autant venir s'installer près de son cousin. Il n'osait pas. Il arrivait à peine à regarder André en face alors venir s'asseoir à ses côtés... Etrange à croire venant d'un pot-de-colle comme lui, mais actuellement, ce n'était pas un comportement approprié et maintenant que Mischa avait fait tomber son masque, il n'osait plus, pour le moment du moins. Il préférait attendre de voir si André avait décidé de le renier complètement – ce qui ne l'étonnerait qu'à moitié après les révélations que le brun venait de se prendre en pleine face. Jude releva les yeux et s'arrêta, à quelques pas de ce dernier. Il scruta un instant la voûte céleste et un sourire, sincère mais triste, fleurit sur ses lèvres. Un souvenir lui revint alors.

« Je me souviens une fois... Marie était enceinte jusqu'aux yeux. C'était genre, juste deux semaines avant que tu ne viennes au monde. Il faisait super froid et il avait neigé toute la journée, le ciel était sombre on voyait rien. Mais je voulais qu'on sorte voir si on trouvait des étoiles, je comprenais pas où elles étaient passées. » Mischa ferma les yeux, repartant dans les méandres de ses souvenirs. « Alors Marie et moi on a enfilé nos gros manteaux et on est sorti ''a la chasse aux étoiles''. Y en avait aucune et on était gelés évidemment, mais c'était marrant. »

Le blond se tût. Il ne savait pourquoi il parlait de cela maintenant, pourquoi cela lui revenait là tout de suite. Il avait le sentiment qu'il devait se raccrocher autant que possible à son enfance, la partie heureuse de celle-ci du moins, tant qu'il le pouvait encore. Tout changeait. Rien ne serait plus pareil et cette certitude bouleversait et terrifiait intérieurement le Russianov.

Mais il n'en laissa rien paraître. A la place, il préféra se tourner pour faire face à André, faisant un pas pour se rapprocher, son sourire résigné aux lèvres, insensible au froid régnant sur la ville de Laurel, qui était ridicule en comparaison de celui des nuits russes.

« Bon... Je suis là. Je supposes que t'as pas mal de questions du coup maintenant. » souffla Jude.

La lueur de la lune, blafarde, vint éclairer la silhouette du slave de ses rayons froids, révélant aux yeux d'André la cicatrice qui lui traversait le visage, donnant à Mischa un air étrange et vaguement inquiétant, durcissant ses traits maintenant qu'il avait cessé de sourire.

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Lun 29 Déc - 23:49


...what?
feat. mischa <3



Bon, et maintenant ? Non parce que ce n’était pas de laisser les secondes s’écouler qui allait régler la question actuelle, n’est-ce pas ? Non pas qu’il faisait spécialement froid en cette soirée lunaire mais tout de même. André avait amené son cousin ici pour régler les comptes une bonne fois pour toute et faire table rase.

Okay, sur le papier, ça paraissait être, somme toute, une bonne idée. Mais en pratique ? Comment il allait s’y prendre, ce crétin pas fichu de savoir se tenir dès lors qu’il a des humeurs ou qu’il est contrarié ne serait-ce qu’un peu ? Grande question que voici, Shakespeare n’a qu’à bien se tenir, hell-yeah, c’moi qui vous le dit.

Tout en continuant de siroter son jus de … il ne savait trop quoi tellement c’était infect, en fait, Loukas regardait son vis-à-vis d’un regard assez indescriptible. Il n’était pas en colère, il n’était pas déçu ni même envieux ou heureux. Non, rien. C’était sans doute cela le plus perturbant dans l’histoire. On ne lisait strictement rien dans ces yeux là ; comme s’ils étaient morts, sans aucune ressource vivante à l’intérieur pour les faire briller naturellement. La vérité, c’était que le châtain était blasé. Réellement. Il prenait conscience de l’imbécilité de l’utopie dans laquelle il s’était volontairement enfermé tout ce temps. Une bonne claque dans la gueule pour la table un, s’il vous plait, ça fait toujours du bien. « Lol.»

Tout ça pour dire…. Que dalle, en fait. André tentait toujours de mettre en ordre ses pensées mais au fond, il n’avait rien à clarifier, il savait déjà tout. Ce qu’il devait admettre, par contre, c’était qu’il n’était pas le seul à pouvoir faire tourner des têtes. En l’occurrence, il avait surtout l’impression que c’était sa tête à lui qu’on s’était payé et forcément il n’aimait pas ça du tout. Pour autant, il ne cria pas ni ne s’énerva à en cogner le premier mur du coin. Primo parce que le premier mur était à plus de dix mètres – et il avait la flemme de bouger son cul, l’asticot – et secundo parce que c’aurait vraiment été malvenu de sa part de se mettre en rage pour un truc si évident que c’aurait dû lui sauter au visage depuis le début.

En vrai, dans cette histoire tordue, ce qui était le plus blessée, c’était sa fierté très mal placée, son égo. Le grand chasseur n’était décidément plus ce qu’il était. Son talent s’était émoussé et ça se sentait clairement. Même lui s’en rendait compte. Il avait l’impression d’avoir pris dix ans d’un coup, ce qui n’était pas des plus agréables. Loin de là. Il soupira et ravala à regret une gorgée de sa liqueur d’alcool déguelasse. Y’avait pas à dire, la vrai Vodka russe lui manquait… parfois. Le mythologique laissa échapper un grognement de sa gorge, sa lèvre lui ayant fait ressentir un tantinet la connerie que c’était de laisser de l’alcool sur une coupure fraîche. C’est vrai qu’il s’était entaillé tout seul la lèvre inférieure tout à l'heure, avant de claquer –enfin…. Le terme est générique, hein, on se comprend… - Mischa à la russe, comme on l’avait fait tant de fois avec lui par le passé.

Il écouta d’une oreille distraite le discours que tenait Jude à propos de sa mère et de la ‘chasse aux étoiles’. Cool mec, c’est vrai que toi au moins blondasse, t’as eu l’occasion de connaitre Marie un peu plus longtemps que son propre fils. Sympa la vie, tu dois avoir pleins de souvenirs en rab et des bons avec ça. Pas comme André qui lui ne conservait pas beaucoup de ces précieuses parcelles de mémoires aux côtés de sa mère. Ce qu’elle pouvait lui manquer, bordel.

Mais trêve de bavardages inutiles, il ne tenait pas à s’éterniser davantage sur le sujet sensible qu’était sa mère. Refermant la flasque, le flic se redressa sur le capot de sa bagnole, avisant le côté vide de vie à côté de lui. Il haussa un sourcil et regarda Mischa avant de répondre.

« J’vais pas te refrapper, hein. J’sais que je suis impulsif mais ça va, reste zen, t’as eu ton compte pour la soirée, j’crois. »

Puis il laissa son dos prendra appui sur le pare-brise, cette fois. Ainsi il était mieux installé et le confort allait aider à la discussion…. Sans doute – en vrai il ne savait absolument pas ce que ça allait donner, ce bourbier. Il reprit.

« Pour te répondre, en vrai j’ai pas tant de questions que ça. Ou plutôt, j’en ai mais pour moi-même, tu vois ? J’en reviens pas d‘être tombé dans le panneau de ton jeu de masque, salopard. Et Bastet n’a pas à juger ce que je suis en train de dire. Quand bien même elle ne peut pas m’encadrer, j’aimerais bien savoir comment elle réagirait dans une situation pareille, la schizophrène de service. Je veux bien être gentil, mais y’a des limites, comme tu as pu le voir. Ca va ta mâchoire, au fait ? Réponds honnêtement, j’ai eu assez de tes mensonges pour vingt ans, au moins. »

Il laissa échapper un soupire lourd – et c’est repartit, youpi. Secouant la tête, un rire amère secoua ses cordes vocales alors qu’il sortait un paquet de clopes de sa veste et se l’allumait comme si de rien n’était. Il tendit il paquet à Jude.

« T’en veux une ? »

Puis il rangea le petit conteneur en carton de nicotine et entama quelques lattes, laissant un petit silence retomber. Pourquoi est-ce qu’il avait ressenti le besoin de se justifier auprès de la déesse qui habitait son homologue slave ? Aucune idée, mais ce qui était fait ne pouvait plus être changé.

« J’imagine que ça va bien pour mon père du coup. Il va bien ? En tout cas la dernière fois qu’il est venu me voir il avait l’air en forme puisqu’il m’a cassé quelques côtes ce jour-là. »

Il riait jaune, juste pour tenter de détendre une atmosphère trop lourde, trop suffocante. En réalité, André appréhendait grandement la réponse à venir. A trop jouer de faux-semblants, on finit par se vautrer dans son propre piège, en y pensant bien.




© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Jeu 1 Jan - 0:00


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
C'était souvent que Mischa préférait fuir la réalité. Le jeune homme généralement se réfugiait dans son 'intérieur', qu'il avait apprit à apprivoiser et surtout à utiliser à son plein escient suite au débarquement dans sa vie de Bastet. Pour la plupart des gens, l'Intérieur se résume juste à penser et à se remémorer quelques souvenir, ils étaient inconscients de ce à quoi leur refuge mental pouvait ressembler. Le blond avait développé cet endroit car c'était le 'lieu' ou il se retrouvait pour converser avec la déesse, il avait été en quelque sorte obligé d'apprendre à mieux comprendre comment son propre mental fonctionnait et à s'en servir de son mieux s'il voulait pouvoir communiquer avec Bastet.

Du coup c'était fréquent pour lui d'avoir des absences désormais. La compagnie de la divinité était rassurante même si elle râlait fréquemment contre lui et le traitait un peu comme un gosse – ce qu'il était, déjà d'un point de vue mental, et même si on compare leurs âges respectifs, elle a tout de même quelques siècles de plus que lui. Mais il aimait aussi pouvoir replonger dans son passé, revisiter ses souvenirs qu'il retrouvait et conservait bien plus facilement bizarrement depuis que Bastet squattait un coin de son esprit. Toujours les mêmes. Tous les souvenirs heureux qu'il avait impliquait Marie et André. Certains sa mère aussi. Il en avait quelqu'uns qui lui restait, quand elle avait de vagues sursauts de lucidité et n'était pas en train d'essayer de le tuer ou d'éclater subitement en sanglots.

Le slave baissa les yeux. Cela faisait quelques moins maintenant qu'il avait quitté la Russie, les seules nouvelles qu'il avait de la famille consistait en des ordres provenant de son oncle. Son père ne l'avait pas contacté une seule fois. Il ne savait non plus comment allait sa mère – mais il savait qu'elle n'avait aucune forme d'intérêt pour Nikolaevich et qu'il ne lui fera pas de mal, donc elle était en 'sûreté', merci la névrose mentale. Ça le rassurait un minimum. De toutes manières, la faire venir à Laurel était impossible et inenvisageable.

Il secoua la tête. Y penser ne servait à rien. Tout comme se réfugier dans les souvenirs de son enfance ne l'aiderait nullement. Il fallait qu'il cesse, il le savait de toutes manières. Mischa se tourna vers André et un vague sourire, un peu plus assuré, étira ses lèvres. Il se décida à rejoindre son cousin et s'installa sur le capot de la voiture à ses côtés. C'était pas parfait, mais il se sentait déjà un peu mieux.

« Je le mérite pourtant, tu me foutrais un deuxième coup dans la gueule que je comprendrais parfaitement. Puis j'suis solide tu peux y aller aha ! Mais... je n'aurais pas dû te cacher tout cela, je sais. Simplement... je sais pas, je crois que c'était plus facile pour moi d'agir ainsi. »

Il pensait qu'en agissant ainsi il aurait été plus à même de mieux le protéger, mais en fin de compte, il avait foiré. Royalement même. Jude écouta le discourt du plus jeune sans l'interrompre. Ce n'était pas souvent que André parlait tant, mais il avait des choses qui pesait sur le cœur, par sa faute à lui qui plus est. " Je l'emmerde. Petit con d'humain qui pleure sur son sort. Qu'il passe donc les quinze prochaines décennies enfermé dans un sarcophage on verra s'il se plaint après ", grogna Bastet depuis sa place quand le brun mentionna son nom. Le slave eut un rire mental et tenta de la calmer, mais peine perdue, la déesse était touchée dans son orgueil et boudait désormais. Que son abruti d'hôte se démerde avec son cousin. Mais un jour, elle trouverait le moyen de dire ses quatre vérités à Loukas. Elle s'en léchait les babines d'avance même.

Mischa porta par réflexe sa main à sa mâchoire quand son cadet mentionna cette dernière. plus de mensonges hein ? Il aimerait bien. Malheureusement, tant qu'il serait mafieux, ce sera son quotidien. Et il n'était pas prêt de changer de vie.

« Bof, c'est trois fois rien, ça me lance un peu et j'vais avoir un bleu, mais rien d’insurmontable. J'ai connu pire et contrairement à ce dont tu sembles vouloir te persuader, tu n'es pas et ne sera jamais ton père. Ton coup c'est une caresse comparé aux mandales qu'il m'a filé. »

Du genre à vous laisser à moitié mort sur le parquet... mais cela non plus, André n'avait pas forcément besoin de le savoir. Le blond s'appuya contre le pare-brise, s'installant un peu mieux malgré le confort somme toute relatif de son support, et prit la cigarette que lui proposait son cadet. Mischa ne fumait pas de manière régulière, mais de temps en temps, exceptionnellement, il craquait et prenait une clope. Et le moment semblait plutôt bien choisi pour l'occasion.

Il tira sur le bâtonnet de nicotine tandis qu'un silence s'installait entre eux, avant que l'aîné des Russianov ne se sente obligé de le rompre.

« Bast' boude maintenant. » souffla-t-il avant qu'un rugissement venant de la part de cette dernière ne retentisse dans tout son esprit, le faisant grimacer alors qu'il reprenait une taffe.

Il allait ajouter quelque chose, mais André l'interrompit et l'ambiance retomba de nouveau alors que Mischa entrapercevait à l'instant une lumière pointer au loin dans le marécage ténébreux. Le sujet Nikolaevich n'était pas non plus un que le mythologique appréciait aborder. Mais au point ou ils en étaient après tout …

« Ouais, ça va toujours aussi mauvais, influent et désespéré à l'idée que je revienne en vie à chaque fois qu'il m'envoye quelque part. » un rire secoua ses épaules, brièvement et sans joie. Mischa baissa la tête « Excuse-moi. J'étais en mission quand il est venu, en Ukraine. C'est pour ça qu'il en a profité. En fin de compte, je suis un pitoyable protecteur … »

Il avait très mal joué son coup ce jour là. Il s'en souvenait encore quand il était rentré au manoir, pour apprendre de la bouche de son père que Nikolaevich était parti rendre une petite 'visite de courtoisie' à son fils. Il avait fallut trois personnes pour le retenir d'aller prendre l'avion et débarquer en Amérique.

Le rictus de satisfaction, quand son oncle était finalement rentré à la maison et qu'il lui avait dit qu'il avait 'bien discuté' avec André, le faisait encore grincer des dents aujourd'hui. Mischa serra la mâchoire, se fichant de la douleur qui ressurgissait et qu'il accueillait même avec plaisir. Il écrasa sa cigarette entre ses doigts, se brûlant un peu au passage, avant de jeter le mégot au sol et de se tourner vers son cadet.

« J'avais promis que je te protégerais toujours. Je croyais qu'en agissant ainsi j'y arriverai, mais j'me suis planté. Au final, que je sois loin ou proche de toi, je peux pas faire les choses correctement en ce qui te concerne. »

Et ça faisait mal... Peut être que la solution était de sortir définitivement de la vie d'André. Mais avant, il fallait qu'il s'assure de faire disparaître ceux qui pourraient nuire au bien-être de son cousin, et le père de ce dernier figurait en tête de liste.

   
© Pando
LOVE TOUT PLEIN <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Lun 5 Jan - 1:02

[NC-17; attention, langage un peu cru parfois ♥]

...what?
feat. mischa <3



«  Rah, ta gueule un peu. Tu racontes n’importe quoi putain. »

C’était vrai quoi, s’il y avait bien une chose que Louas détestait, c’était les justifications dans le vent, vides de sens, creuses.
Hors, c’était ce que Jude était en train de faire, dans l’absolu. Hors, déjà que le flic ne le tolérait que peu des inconnus et pas du tout de la part de ses amis, il n’allait pas faire de quartiers pour Mischa qui faisait partie de sa famille – même s’il prétendrait le contraire car André restait un fondamental sentimental qui ne s’assumait pas, point à la ligne. Il tira une grande latte sur sa cigarette, qu’il n’apprécia guère autant que d’habitude. Au final, il comprenait plus qu’il ne le laissait voir les dires de son homologue. Et le pire dans tout cela, c’est qu’il était certain – ou presque- qu’il aurait fait la même chose, dans le cas contraire. Mais là n’était pas la question, en fait.

« Écoutes, je sais que tu voulais bien faire, mais ce n’est pas ne faisant le crétin borné que tu vas pouvoir aider qui que ce soit. Ni moi ni toi non plus, d’ailleurs. »

Un petit silence s’installa. André sentit qu’il avait peut-être manqué de tact dans ce tournât de la conversation.

« J’crache pas sur tes efforts, je te remercie. Masi y’avait pas besoin. Tout comme tes excuses n’y changeront rien. Si y’a quelqu’un à blâmer ici, c’est moi. Je suis parti sans me retourner, juste par égoïsme. Toi t’aurais du faire pareil et ne pas te soucier de moi, t’occuper plus de toi, ce genre de conneries habituelles, quoi. »

Il n’aimait pas cette ambiance, tout ça. Le loup se sentait très mal à l’aise et avait du mal à savoir quoi ajouter de plus pour ne pas passer pour le salaud de service – qu’il était un peu, au fond – destructeur de belles images et d’illusions préconçues. Quoi que… A bien peser le pour et le contre, il réalisa qu’il n’avait sans doute pas le choix s’il voulait faire ouvrir les yeux à son cousin. Et encore, il n’était pas certain que la technique bourrine du ‘je te fonce dedans et après je t’explique pourquoi’ ait été particulièrement efficace avec ce crétin qui l’était bien moins que ce qu’il laissait croire. André expira lourdement avant de fixer les étoiles.

« Tu te cherches des excuses, t’es au courant ? En vrai, le crime, la mafia, t’adores ça, pas vrai ? Au moins un petit peu. Ne me dis pas non, j’ai été comme toi aussi. Mais avant. Avant quand je ne connaissais que ça, ouai, j’avoue, j’adorais ça. Ma taper des putes soumises à mon paternel étaient bien l’un des seuls avantages que j’y retrouvais mais au fond, je jouissais pas mal de ce milieu. Ma mère aurait pas voulu ça, pour aucun de nous deux, tu ne penses pas ? »

A son tour de faire son petit malin et d’évoquer un sujet qui fâche. Marie, sa mère. Celle dont il ne parlait quasiment jamais mais qui ne quittait pourtant en aucun cas ses pensées. D’ailleurs, ses réflexions le menèrent à glisser une main sous son haut et en tirer un médaillon argent dont il fut glissé l’opercule afin de dévoiler une photographie, un visage. Celui de la française qui l’avait porté, mis au monde et élevé avec autant d’amour que possible pendant neuf ans. C’est long, neuf ans. Et pourtant pas tant que ça, à bien y regarder. Ses lèvres slaves tremblèrent quelque peu mais il surpassa bien vite cet état de fait.

« Elle me manque. »

Il en avait marre de parler comme un moulin. André avait l’impression de se perdre dans un long discours inutile et sans saveur, sans impact. Il voulait agir, pas s’égarer en parlotte. C’était un homme d’action, de terrain. Le concret marchait bien mieux sur lui que la théorie. Il en avait toujours été ainsi, même du temps où il avait été un mafieux pur et dur qui n’hésitait pas à abattre de sang-froid n’importe quel type sur lequel on lui avait dit de tirer.

Depuis il en avait fait du chemin. C’avait été douloureux, oui, et après ? Il ne regrettait rien. Ou presque rien, si l’on incluait son récent pétage de plomb, bien sûr. Se passant une main sur le visage, Loukas rangea son petit trésor personnel et vint se rallonger sur le pare-brise de sa bagnole. Il croisa les bras derrière la tête et entrelaça ses propres jambes, fixant le ciel plein d’étoiles sans rien ajouter de plus. Il avait déjà bien suffisamment blablaté à son sens pour le moment. A vrai dire, il ne savait même plus quel sujet aborder, maintenant. Ou plutôt quel pan du sujet il était supposé traiter en premier car mine de rien, le crime organisé façon mafia, ce n’est pas rien. Pourtant, quelque part, loin en lui-même, le métis espérait qu’un jour, il pourrait rêvé à un monde – sinon à une Russie – sans aucune trace de tentacules mafieuses.

Un bien long chemin lui restait à parcourir, surtout vu comment il s’y prenait comme un manche d’un bout à l’autre. Il ne mesurait pas encore à quel point il n’avait pas souffert autant qu’il l’avait cru.



© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mar 6 Jan - 11:47


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Il ne disait rien. Il approuvait en silence, supportant les remontrances de son cadet, docilement. Bastet s'agaçait et s'énervait dans son esprit, le sommant de ne pas se comporter comme un chat apprivoisé, un chiot stupide, devant André. Mais ses remontrances glissaient sur Mischa comme l'eau. Ça le faisait même presque rire, tout ça. Ils croyaient quoi, les deux là ? Jude n'était pas quelqu'un bien, ni même de fort. Il portait des masques pour se protéger du monde, s’enlisait dans ses propres jeux de rôles au point de ne plus savoir qui il était réellement, se cachant derrière des excuses et s'accrochant à un morceau de son passé.

Pathétique, était un mot qui le définissait bien. Ainsi que borné et stupide, probablement. C'est pourquoi, entendant André lui dire qu'il aurait mieux fait de 'prendre soin de lui', Mischa se décida à intervenir tout de même, histoire de clarifier les choses. Il était conscient de tout cela.

« Je suis l'ainé. » souffla-t-il, comme si c'était une justification suffisante. « J'ai fais la promesse de veiller sur toi, je m'y suis tenu, même si j'ai foiré pas mal. Je l'ai fais en parfaite conscience et connaissance de causes, c'est tout. »

Le blond expira, son regard perdu vers le ciel étoilé. Qu'est-ce qu'il pouvait dire ? André n'avait pas tord, à vrai dire il avait raison sur la plupart des points même. Un rictus vaguement ironique étira les lèvres du jeune homme, qui tourna la tête vers son cadet, l'observant de biais. Une lueur particulière, prédatrice, celle-là même qui faisait frissonner la plupart de ses victimes, passa dans son regard, voilé par les quelques mèches blondes qui tombaient devant ses yeux. Regard de lion, celui-là même qui lui avait valut le surnom de 'Neb' – contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'était pas à cause de son pouvoir, bien que c'était là une douce ironie du destin tout à fait plaisante.

« Disons plutôt que c'est tout ce que je sais faire. Tuer, c'est la seule chose pour laquelle je suis un tant soit peu doué. »

Mischa cligna des yeux et l'ombre dans son regard disparu, comme si elle n'avait jamais existé, comme si ce n'était là qu'une illusion. Il se détourna, soufflant un peu de buée par la bouche. Son cœur se serra à la mention du nom de Marie. Si seulement il avait été plus fort, il aurait pût la protéger peut-être... Chimère stupide, il en était conscient. Il était un gosse à l'époque. Qu'est-ce qu'il aurait pût faire ? Rien, pas contre Nikolaevich en tout cas. Le blond se passa une main sur le visage. Patience... l'heure viendra ou le daron Russianov paiera pour ses crimes, en temps et en heure. Le lion préparait doucement sa vengeance dans l'ombre, en secret.

En attendant, ce n'était pas le lieu pour y penser et le sujet de son oncle n'était et ne serait jamais quelque chose qui sera agréable d'aborder avec André pour lui. Aussi, entendant la dernière phrase murmuré à voix basse, il ferma les yeux, laissant les souvenirs revenir, pour mieux les retransmettre à son cadet aussi exactement que possible.

« Tout à l'heure, quand je te parlais de cette 'chasse aux étoiles' avec Marie, » souffla le jeune homme, cherchant ses mots. « Il y a une suite à cette histoire. Environ dix jours après cette nuit, elle accouchait de toi. Quand Marie m'a fait entrer dans la chambre pour que vienne voir, elle m'a demandé si j'avais vu des étoiles ce soir. J'ai dis que non, qu'il faisait encore trop sombre. Elle m'a alors dit : '' ne cherche plus, la plus belle des étoiles est avec nous désormais'', avec son sourire si doux. »

Le blond se tourna vers son cousin. Il n'en avait pas conscience bien évidemment, mais le sourire qui étira ses lèvres à l'instant, adoucissant ses traits tandis qu'un éclat chaleureux passait dans le mordoré de ses yeux, ressemblait considérablement à celui de la femme qui les avait élevés à cet instant. Il avait toujours regretté un peu au fond de lui ne pas être réellement le fils de Marie, mais ce n'était là qu'un détail au fond. Mischa avait été élevé par la jeune femme jusqu'à ses douze ans, Marie avait eut largement le temps de laisser son empreinte sur sa personne, influençant subtilement sur son caractère.

L'hésitation l'effleura une seconde, mais Mischa se dit qu'au point ou il en était, un nouveau rejet ne pourrait le détruire d'avantage. Il tendit donc la main avec hésitation, posant sa paume dans la chevelure ébouriffée de son cadet. Un simple geste, fraternel, qui transmettrai du moins il l'espérait tout ce qu'il ressentait au sujet de ce drôle de gamin qui avait illuminé sa vie et lui permettait de tenir, jour après jour. Le blond plongea son regard dans celui du plus jeune.

« C'était toi. L'étoile de sa vie, de nos vies. André, tu n'as vraiment pas idée à quel point cette femme t'a aimé, ni combien tu es précieux à mes yeux. Marie serait fière de voir ce que tu es aujourd'hui. »

Il n'en doutait pas une seconde. Il s'humecta les lèvres. Faire dans le sentiment – dans le 'vrai' sentiment il entends, l'honnêteté du cœur, les discutions sérieuses tout ça, c'était pas son fort – n'était pas vraiment un exercice qu'il pratiquait avec facilité ou plaisir. Il préférait mille fois s'exprimer par des gestes, il était une personne plus tactile. Un poing dans la gueule ou une étreinte était plus parlants à ses yeux pour dire s'il appréciait une personne ou non. Mais maintenant qu'il était lancé, autant terminé.

« C'est pour ça... que tu ne peux pas me dire que je n'aurais pas dû me soucier de toi. C'est une chose impensable et impossible à faire pour moi. Quoique tu dises, je resterai toujours aussi chiant et pot-de-colle avec toi, Loulou. »

Il essayait de terminer sur une note plus légère. Première fois dans la soirée qu'il osait réutiliser ce surnom mielleux à souhait qui lui vaudrait probablement une tarte en pleine tronche – et peut-être un commentaire du genre 'ait un peu le sens du dramatique, crétin'. Mais si au moins ça pouvait leur éviter de trop s’empêtrer dans leur conversation... c'est qu'il était pas vraiment doués pour la parlote, les Russianov.

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mar 6 Jan - 23:30


...what?
feat. mischa <3



Ouai bon okay, il avait compris. Ca ne servait à rien, Mischa était un entêté et trouverait à redire à chacun de ses arguments.  Une cause perdue, voici ce qu’il était. Et avec le sourire, en prime. Comme si ce n’était pas déjà suffisamment chiant de constater qu’un membre de sa famille baignait dans le malsain – alors qu’on y avait soi-même foutu les pieds il n’y a de cela pas si longtemps -, il fallait que ce soit avec une certaine motivation personnelle pour le faire. Genre tuer était son seul tremplin, son seul talent.

Rah, putain ce qu’il pouvait l’emmerder à tenir un tel discours. On croyait entendre un dépressif parler. Ce n’est pas comme ça qu’on peut s’en sortir. Ouai ceci est une putain de phrase moralisatrice et pourtant André le pensait fermement. Merde quoi, c’était quoi cette propension qu’on tous les gens à baisser les bras et se dévaloriser si facilement ? Comme si ce n’était pas déjà suffisamment dur et complexe de s’accrocher à un sens moral dans ce monde pourrissant soi-même.

Le métis secoua la tête, ne relevant pas le regard lancé par Mischa – même s’il ne l’ignorait pas non plus. Le pire dans tout ça, c’est qu’il comprenait le foutu raisonnement de l’autre, là. Plus ça allait et plus il en comprenait les rouages. C’est justement ça qui le faisait râler et rager. Il ne voulait pas comprendre car c’était trop simple pour lui de justifier les actes commis par ce grand benêt par la suite. Trop tard. Il sera l’un de ses poings. Merde, plus de vodka bon marché pour s’en rejeter une lampée derrière la cravate. De mieux en mieux. Quelques nuages commençaient à obscurcir le tableau enchanteur de la nuit pleine d’étoiles. Tant pis, ça aussi c’était une fatalité. Il fallait composer avec. Le monde n’allait pas s’arrêter de tourner sous prétexte que la lune allait être dissimulée sous peu, pas plus que ce n’aurait été le cas si Louas de prenait une balle, là, de suite.

Car au fond tout ce qui vit n’est individuellement que bien peu de chose.

André ne savait pas trop pourquoi il partait dans un tel débat philosophique avec lui-même mais une chose est sure, il ne partagerait pas une once de ses pensées là avec le blond à côté de lui. Ce n’était pas le moment. Et puis il n'avait pas envie de faire dans le blablatage inutile. C’était bien assez ainsi. Redresser la barre de la conversation, si ce devait être fait, n’emprunterait pas cette voie-là.

« Bon et après tout si tu veux rester un pantin à la solde de quelqu’un toute ta vie, c’est toi que ça regarde. Je trouve ça juste… dommage. Tu mérites mieux. Imprimes toi ça dans le crâne parce que je ne le dirais qu’une fois. »

Inspirant profondément, Loukas faisant son possible pour ne pas croiser à nouveau les yeux de Jude avec les siens. Ça va, les eye-contacts pleins de feelz mais il estimait avoir eu sa dose pour ce soir. Ça lui était égal de passer pour un insensible –ce qu’il était un peu au fond, inutile de se voiler la face trop longtemps non plus – ou un idiot qui se bornait et s’enfonçait dans sa propre bêtise. Il en avait marre. Marre de cette situation, marre de cette vie. Bordel de merde, il n'aurait pas juste pu naître dans un endroit normal ou quoi ? Le destin s’était quand même acharné sur lui, à croire qu’il avait servi de punching-ball, quelque part. Bon heureusement ça allait un peu mieux maintenant mais merde, un peu de normalité, non, jamais ?

Et en plus il allait devoir bientôt faire une halte par la case ‘prison’ s’il ne voulait pas avoir de représailles encore plus graves par la suite. Ouai, les mecs du gouvernement avaient été plutôt longs à la détente mais quand ils avaient compris que le loup-garou déchainé qui avait pendant deux jours foutu le bordel en éviscérant quelques passants au passage, ça avait moyennement plu. Et André comprenait pourquoi. D’ailleurs rien qu’en se souvenant des rares bribes de souvenirs qu’il lui restait de cette atroce période, Loukas fut saisit par un froid polaire dans les entrailles. Quelle horreur. Jamais il n’aurait songé à avoir une telle perte de contrôle, même lorsque ses relations avec Fenrir n’étaient pas au beau fixe.

Tiens, d’ailleurs, Fenrir, parlons-en. André avait encore mal aux côtes, là où la créature mythologique l’avait frappé pour aider ses camarades à le maitriser. Ce soir-là, le faux dieu aurait pu le tuer, mais il n’en avait rien fait. Quelque part en lui, c’était peut-être égoïste et il en avait conscience, mais André regrettait que les choses ne se soient pas déroulées ainsi. Il déglutit. Putain, il avait l’alcool mauvais ce soir. Foutu piquette qui n’arrivait même pas à lui faire oublier son désarroi.

Le métis se releva sur le capot de sa bagnole.

« Bon, et si on parlait de truc un peu plus joyeux, hein ? »

Ce n’était qu’ironie et agacement mêlés l’un à l’autre tels deux amants mais c’était tout ce qu’il avait trouvé pour pousser les aveux un peu plus loin dans leurs retranchements. Sautant sur le sol, se réceptionnant avec une grâce mitigée, c’est en se redressant qu’il posa la question qui tue par-dessus tout.

« Et sinon tu fais quoi exactement ici ? Tu bosses pour Nikolaevitch ? Il est là ? »

Il n’était pas certain de vouloir savoir mais maintenant que la machine était lancée…




© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Ven 9 Jan - 12:03


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Un rire léger s'échappa d'entre les lèvres de l'aîné des Russianov à l'entente des mots d'André. Entendre ce dernier le 'réconforter' était quelque chose d'assez surprenant et amusant. Et adorable, du point de vue de Mischa. Dommage oui peut-être, mais cela dépendait surtout du point de vue selon lequel on se plaçait. Pour lui, les choses étaient très bien ainsi pour le moment. En restant le pantin de Nikolaevich, il pouvait également garder un œil sur les agissements de ce dernier et donc ne pas être totalement prit au dépourvu le moment venu.

Le jeune homme leva les yeux vers le ciel, observant les nuages qui commençaient à obscurcir la voûte céleste, laquelle demeurait insensible au tableau qu'offrait les deux cousins, cachant les étoiles. Il n'était plus un petit garçon désormais. Ce spectacle qui autrefois suscitait son excitation et son questionnement était devenu somme toute banal. Il se détourna de sa contemplation, se demandant brièvement à quel moment il avait cessé de passer ses nuits à observer le ciel nocturne en rêvassant à toutes sortes de choses.

« T'en fais pas pour moi... je sais ce que je fais. » souffla-t-il finalement sans regarder André, d'un ton doux, peut-être même un peu trop pour être complètement rassurant en réalité.

Il n'ajouta rien de plus, se contentant de fermer les yeux et d'inspirer profondément. Il était plus calme. Il arrivait à composer avec cette nouvelle situation, peu importe le résultat finale de cette soirée, il saurait faire face. Si André ne l'avait pas tué d'une balle dans la tête – quitte à envisager les possibilités, autant voir la pire au passage également – ou complètement renié d'ici à ce que la nuit se termine, tant mieux. Leur relation risquait d'en être un peu chamboulée, difficile de faire autrement en même temps vu les circonstances, mais Mischa tâchait de voir cela comme un mal pour un bien.  

Et si jamais dans le pire des cas, l'autre lui disait finalement ne plus vouloir le voir... et bien il reprendrait sa surveillance et son protectionnisme de loin, tout simplement, sans plus d'avantage s'impliquer – du moins de façon directe – dans la vie de son cadet. " Je ne sais jamais si ton éternel optimisme m'impressionne ou me désespère ", souffla au passage Bastet. Sa réflexion arracha un petit sourire amusé à son hôte.

Ce dernier leva les yeux vers Loukas en l'entendant parler tandis qu'il se relevait. La mention cependant de Nikolaevich suffit à lui provoquer la sensation d'une douche froide. Intérieurement, la déesse à tête de chat traita le cadet Russianov d'idiot. On pouvait dire que l'un comme l'autre, les cousins avaient l'art et la manière de choisir les sujets de conversations. Jude ne releva pas sa remarque, se contentant de cligner des yeux et de se tourner vers le brun.

« Nan, heureusement d'ailleurs. » souffla le jeune homme.

Un frisson traversa Mischa. Son oncle n'était pas sur le sol des Etats-Unis et c'était une bonne chose, mais l'étendue de son 'royaume' et l'influence toujours plus grandissante qu'il avait sur ce territoire l’inquiétait tout de même. Il n'avait pas l'intention cependant de parler de cela avec André, ce n'était pas son problème pour le moment. Seule Bastet était consciente des doutes et des élucubrations de son hôte pour le moment, partageant ses hypothèses avec lui. Même à Didi, son bras-droit et nounou officieuse, il n'avait rien dit, n'ayant pas une totale confiance en l'homme malgré toutes ces années passées à travailler ensemble. La loyauté des mafieux allait toujours à leur parrain après tout... sauf dans le cas précis de l'aîné des Russianov, qui était l'exception qui confirme la règle.

Le concerné se redressa et étira ses bras derrière sa tête, faisant craquer les muscles de ses épaules pour en délier les nœuds et tensions. Il descendit à son tour du capot de la voiture, reprenant ses explications, taisant simplement ses propres craintes concernant Nikolaevich.

« Je bosse pour lui disons en tant que 'représentant de la branche américaine de la famille'. Enfin ça c'est la version officielle qu'il utilise pour dire qu'il m'a toujours sous son contrôle. J'me suis barré peu après mon retour de mission, sans vraiment attendre sa permission vu que … bah j'voulais te voir. »

C'était un peu simple comme argument certes, mais en même temps c'était l'exact vérité. Le blond se frotta la nuque et offrit un sourire un peu hésitant à son cadet.

« Et … maintenant ? Je me doute que c'est un peu le bordel dans ta tête, mais tu veux pas qu'on rentre boire un truc chaud ? Ou au moins une vodka digne de ce nom si tu veux rester dans le thème. » il se pinça les lèvres ajoutant d'un ton plus bas ; « Enfin t'as peut-être pas envie que je traîne dans tes pattes plus que je ne l'ai déjà fais ce soir. C'que je comprendrai. »

Ok, Mischa qui propose de lui-même de foutre la paix à son cousin, c'est carrément un fait historique pour le coup. Mais bon, le slave était comme quoi moins con qu'il en avait l'air – parfois – et il se doutait que c'était bien le bordel dans la tête de Loukas actuellement. Ce dernier avait découvert une nouvelle part de sa personnalité et de son histoire ce soir, il avait probablement envie et besoin de temps et de calme surtout. Cependant, c'était bien loin d'être tout ce qu'il y avait à apprendre sur Mischa... le slave avait encore quelques secrets bien gardés, qu'il conservait pour le moment pour lui seul.
   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 11 Jan - 16:49


...what?
feat. mischa <3


« Rah tu me soules à parler pour dire des conneries, te répéter, ou ne rien dire, aussi. » fit André, cinglant.

Oh, bien sûr, dire que ce n’était pas le bordel intégral dans sa tête aurait été un mensonge éhonté. Il tournait et retournait des tas et des tas de choses, parfois pas forcément de la bonne manière, en prime. S’il n’avait pas été alcoolisé, Loukas aurait très probablement sombré dans une petite déprime en se laissant abattre bien comme il faut. Seulement l’avantage qu’il avait a commencé à ressentir les picotements de la vodka de pacotille dans le fond de sa gorge, c’est que ça le tenait à l’écart de l’erreur qu’il aurait pu faire de broyer du noir à ne plus savoir quoi faire d’autre. Une bonne chose en soit dans tout ce capharnaüm d’idioties toutes plus grandes les unes que les autres.

Le métis le savait, il ne serait en relative sécurité – ou en paix, plutôt – que lorsque son paternel serait six pieds sous terre à mâchonner les pissenlits par la racine. Pas avant. Le problème était que jamais il ne pourrait rien faire de lui-même face à cet homme. C’était rageant de le reconnaitre, tant pour sa fierté que pour sa propre tranquillité mais il avait toujours peur de son père.

Et ce, même s’il ne voulait pas l’admettre. Après tout, André restait un être humain de base et sa fierté était à peu de chose près la seule chose qui n’avait pas été trop défoncée par ses vies précédentes, tant quand il était mafieux qu’en cavale pour échapper plus ou moins à cet empire du crime slave. Il poussa une expiration lourde avant de se passer la main sur le visage, dépité.

« Et sur tout les Etats-Unis, il a fallu que ce soit cette putain de ville qu’il vise, hein ? Je crois que le destin se joue de ma gueule, c’est pas possible. »

Il avait l’impression que cet endroit avait le don de faire graviter des choses désagréables autour de lui. Il se passait tellement de choses qu’il aurait été impossible de résumer le tout en un seul discours sans s’y mettre à plusieurs. Il ferma les yeux, secoua la tête et renfonça ses mains dans ses poches de pantalon de service. Bon, puisqu’il fallait composer avec, de toute manière…

« Aller, monte, on va se foutre un peu à l’abri. J’crois qu’il va pleuvoir bientôt et ce serait con qu’on se retrouve sous la drache froide, tu penses pas ? »

A vrai dire il ne lui avait pas vraiment laissé le choix et s’engouffra dans son véhicule, laissant son homologue prendre place là où il le souhaitait. Faisant jouer les muscles de ses mâchoires alors qu’il reprenait la route en direction de chez lui, André demeurait silencieux de prime abord. Ce n’était pourtant qu’une impression car dans son crâne ça partait à trois mille à l’heure, au moins. Il cherchait un moyen de se sortir de là, de s’évader et d’emmener Mischa avec lui, en même temps. Car ce connard devait comprendre qu’il y avait une autre vie que la Mafia, plus fun et moins dangereuse – dans une certaine mesure, cela dit. Lui aussi il était comme ça, avant. C’était son délire malsain que de tuer juste par plaisir, sans se poser de questions outre faits. Il avait été un chien, il était aujourd’hui un loup. Il n’était pas plus fort, simplement plus libre – du moins le croyait-il. C’était précisément ce sentiment qu’il voulait communiquer au blond.

Il était persuadé qu’il y avait forcément un moyen de lui faire entendre raison. Au final il s’était fourvoyé sur toute la ligne à son sujet aussi. Jude était diablement intelligent. Il avait réussi à se faire passer pour le dernier des cons mais en réalité, ce n’était qu’une façade. Il était un mafieux bien meilleur en tout point que ne l’avait jamais été André qui lui s’était constamment caché derrière un masque fermé et sans émotions aucunes.

Il s’arrêta devant son bâtiment, fit sa manœuvre et s’extirpa de la carlingue, non sans claquer la porte avec un peu plus de force qu’à l’accoutumée – sans même s’en rendre compte, l’instinct, sans doute. Il gravit ensuite les escaliers qui menaient jusqu’à son domicile, faisant confiance à son camarade russe pour lui emboiter le pas – et si pas il irait le chercher le lendemain pour lui foutre une autre dérouillée ahah – jusqu’à sa porte d’entrée.

Un fois ladite porte ouverte, il s’engouffra chez lui, ôta sa veste qu’il jeta négligemment sur le canapé tout proche.

« Fermes la porte derrière toi, tu seras gentil merci. »

Une tentative pour être un tant soit peu buvable, c’était miraculeux venant de lui. Se dirigeant immédiatement vers son frigo – heureusement qu’il avait été en course récemment – il scruta le contenu avant de demander, sans détourner le regard des étals pleins :

« Bon alors, tu veux quoi ? »

Quitte à être rendu là où ils en étaient tous les deux, autant éponger un peu l’alcool dans son estomac. André n’était pas non plus inconscient et il voulait juguler cet état le plus rapidement possible. Il n’aimait pas se sentir partir à la dérive comme cela, ça ne rimait à rien. Ni pour lui, ni pour personne, d’ailleurs.




© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 11 Jan - 20:33


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Il ne répondit pas, ne relevant pas non le fait que Loukas semblait légèrement imbibé. Il ne pouvait expliquer pourquoi son oncle s'intéressant tant à Laurel, il n'avait pas encore suffisamment de réponse pour cela. Mischa serra les poings, discrètement, les cachant dans les poches de son pantalon tandis qu'il contractait ses jointures et enfonçaient ses ongles dans ses paumes. Nikolaevich préparait quelque chose, mais l'aîné des Russianov n'avait cependant pas l'intention de rester sans rien faire, à attendre les bras croisés. Cette fois, il était présent et pas à l'autre bout du monde, coincé dans un tombeau égyptien – sans vouloir t'offenser Bast'.

Non cette fois il serait là, prêt à intervenir si jamais l'homme tentait de nouveau quoique ce soit vis-à-vis de son cousin. Il ne le laisserai pas faire. Certainement pas. Le blond avait fait une promesse après tout. Envers Marie et lui-même. Et il la tiendrait.

Le jeune homme redressa légèrement la tête et leva les yeux vers le ciel. Effectivement, les nuages continuaient de s'amonceler au-dessus de leurs têtes, de plus en plus sombres, masquant totalement la lune désormais. Il allait certainement pleuvoir d'ici peu. La nuit s'annonçait orageuse même... quoique pour elle, elle l'était déjà depuis un moment. Mischa et André se trouvait dans ce moment un peu étrange, ou on ne sait si l'éclair va tomber et tout explosera à la suite, ou bien si la noirceur de la voûte céleste va se dissiper et les éléments de la nature s'apaiser d'eux-même. C'était un entredeux un peu étrange pour la peine.

Le slave se passa une main dans ses cheveux blonds, les ébouriffant quelque peu, avant d'emboîter le pas à André.

«  Bwarf, faut que je prenne une douche de toutes manières. J'ai du sang qui a coulé dans la chemise, c'est désagréable en plus. Mais je préférai une douche chaude pour le coup, ouais. » ajouta-t-il, éternel optimiste qui voyait toujours le verre à moitié plein.

C'était cela aussi qui lui permettait de tenir, depuis toutes ces années. Continuer de voir la lumière, la petite étincelle qui illuminait ses propres ténèbres et à laquelle il s'accrochait, voyant le positif même quand tout était sombre autour de lui, gardant le sourire malgré tout. Cette lueur, c'était André. Quand Mischa se retrouvait assis dans une pièce froide sur une chaise les mains attachées dans le dos et qu'il se faisait tabasser, sa seule pensées était : « c'est pas grave, il va bien lui ». Cela suffisait à lui mettre du baume au coeur et à lui permettre de redresser la tête et de provoquer d'avantage ses tortionnaires, insouciant qu'il était. Heureux les simples d'esprit après tout disait-on.

Le jeune homme s'installa sur la place du passager, devant cette fois-ci. Il s'appuya contre la portière tandis que son cousin mettait le contact et démarrai, les ramenant chez lui. Il jeta quelques coups d’œil à ce dernier, remarquant ses mâchoires crispées et préféré ne rien dire, laissant le silence s'installer durant le trajet, inconscient des pensées qui traversaient actuellement l'esprit de son cadet. Bastet lui jeta un regard. " Et maintenant ? " demanda-t-elle, simplement.

Dans leur refuge mental, Mischa haussa les épaules. Qu'est-ce qu'il pouvait dire de plus ? Maintenant, ils attendaient de voir ce qui allait se passer. Tant au sujet d'André que pour le reste d'ailleurs. Le blond se demandait combien de temps il avait devant lui avant que toute cette affaire ne remonte jusqu'aux oreilles de son oncle. Probablement guère plus d'une semaine. L'embêtant étant qu'il n'avait aucune idée de quand et comment l'homme frapperait pour le 'punir' – car il y aurait punition, il n'en doutait pas. " Reste sur tes gardes et ne commet pas d'avantage d'imprudences ", souffla simplement la déesse tandis que Jude se redressait en voyant qu'ils arrivaient finalement devant l'immeuble d'André.

Le blond promit. C'était tout ce qu'il pouvait faire pour le moment. Il inspira, et sorti du véhicule à la suite de son cousin. S’engouffrant dans l'appartement de ce dernier, il s’exécuta et claqua la porte derrière lui. Il se laissa tomber sur le canapé, faisant comme chez lui, comme toujours en fait. Il avait un peu fait du sofa d'André son deuxième lit après tout, c'était fréquent qu'il se tape l'incruste chez son cousin pour venir passer la nuit quand il recherchait sa compagnie, se mangeant quelques coups sur la tête au passage par le concerné qui râlait à chaque fois de le voire squatter.

Il se passa une main sur le visage, se sentant fatigué. Ou plutôt carrément épuisé par cette soirée riche en émotions pour le coup. Il tourna paresseusement la tête vers Loukas.

«  J'ai faim. J'ai envie d'un sandwich, pas toi ? Et de vokda aussi, si jamais tu as. Mais surtout le sandwich en fait. »

Ouais parce qu'avec tout ça, il avait rien bu lui et pourtant un peu d'alcool pour l’empêcher de trop penser ne serait pas de refus. Et puis il avait rien dans l'estomac non plus et mine de rien, ça creusait de buter un mec et de faire dans l'émotion et les grandes discutions. Mischa fit craquer ses cervicales nonchalamment. Il baissa les yeux vers sa chemise, constatant qu'elle était pleine de sang. Ah merde, il y avait ça aussi...

«  Loulouuu j'peux rester dormir chez toi cette nuit ? S'il te plait. » gémit-il en se tournant vers André, roulant sur le canapé en position allongé sur le ventre, les bras ballants le long du sofa tel un gosse.

...Non mais ça va bien, t'as pas l'impression que t'as déjà suffisamment fait chier comme ça pour ce soir ? Apparemment, c'était fini le Mischa sérieux qui fronce les sourcils. Bastet soupira. Ça n'avait pas duré longtemps en fin de compte.
   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Lun 12 Jan - 19:40


...what?
feat. mischa <3


Naïvement, il avait pensé que rentrer chez lui pourrait, en plus de le protéger de la pluie, lui permettre d’avoir les idées un peu plus claires et surtout de se débarrasser de ce poids qu’il ressentait sur la nuque. Mais non, ça revenait au même, finalement. Il n’aurait pas bougé des entrepôts que ça n’aurait même pas changé quoi que ce soit. Il était blasé. De tout, de rien, de lui, de sa putain de vie jamais simple sur tous les points. Il ne demandait qu’un peu de simplicité, pour une fois. Jamais il n’avait eu droit à ça jusque-là. Merde à la fin, ce n’était pas la lune qu’il souhaitait, après tout.

Des tas de gens avaient une vie simple sans avoir rien eut à quémander. Pourquoi pour lui c’était si dur à obtenir ? Il souffla avant de se redresser sur le plan de travail, ayant sorti machinalement tout ce qui était nécessaire à la concoction d’une paire de sandwichs, comme l’avait demandé Mischa. Et puis bon, accessoirement, lui aussi, il avait les crocs – insérez ici une petite joke de merde sur les loups histoire d’alléger un peu l’ambiance. Non mais si, je vous assure que moi, auteure, je trouve ça très drôle. Mais passons.

Son regard croise celui de son vis-à-vis. Dans ses rétines, c’est froid, c’est mort, c’est inexpressif. Il n’a plus envie de penser, de réfléchir. Quoi qu’il fasse, de toute manière, rien ne changera d’un iota. Il n’est plus maître de son propre destin, plus capitaine de sa propre âme, apparemment – vu le désastre de la fois dernière. André se passa une main sur la nuque, se la faisant craquer pour se délasser un peu. Ça, au moins, c’était efficace sur le moment. Il fit de même avec les épaules avant de ré-entamer la conversation.

« Commences déjà par prendre une douche, ouai, on avisera après. J’fais les case-dalles pendant ce temps. »

Et il l’envoya de passer un coup d’eau sur la gueule aussi simplement que cela, tournant ensuite le dos au blond pour mieux retourner en cuisine – pièce qui n’était même pas à deux mètres mais là n’était pas le sujet, sans doute. Il suivit ensuite un schéma presque mécanique pour préparer ce qui devait l’être.

André était comme absent sans l’être, mais il n’était pas non plus totalement présent. Il agissait à l’instinct et l’habitude, c’étaient là ses deux seuls moteurs qui le maintenaient encore en mouvement un tant soit peu structuré. Il vint ensuite remplir deux grands verres de vodka à presque raz-bords et emmena le tout sur la petite table basse de son salon, laquelle fut rapprochée de son canapé à l’aide d’une jambe russe. Il y déposa ses victuailles sans vraiment y prêter attention, faisant juste gaffe que le liquide ne se renverse pas – parce que le parquet risquait d’apprécier moyen cette eau de vie slave, en fait.

Il entendit Mischa déverrouiller la porte de la salle de bain et la gagna à son tour.

« Bon, y’a tout sur la table, t’es pas obligé de m’attendre pour bouffer. Je vais prendre une douche aussi, j’reviens. »

Aussitôt dit, aussitôt fait, mister courant d’air enlevait ses vêtements pour ‘engouffrer sous le pommeau chaud de la douche, laquelle le revigorait quelque peu. Ça faisait du bien après ce début de soirée réfrigérant. Pourtant, André n’était d’ordinaire pas sensible au froid. Avec ses quarante degré constant, ce n’était pas une chose aisée que de le faire frissonner de la sorte. Pourtant, les gelures qu’il ressentait étaient internes et vicelardes. C’est pour cela qu’il avait tant de mal à se débarrasser de cette sensation désagréable.

Sa douche prise, pourtant, il ne trainassa pas plus qu’il n’aurait dû le faire, déjà. S’étirant un peu, il s’empara d’un peignoir pendu là, bien chaud et molletonné – il ne savait plus qui le lui avait offert mais sur le coup, il bénissait cette personne pour avoir eue eut une idée pareille. C’était vraiment le top, à bien y regarder. Bon, Loukas n’aimait pas son apparence dans le miroir mais ceci n’était jamais qu’un détail de plus dans l’immensité de son actuel mindfuck.

Sortant de la pièce d’eau, il resserra la ceinture de son vêtement avant de s’avancer vers l’endroit qu’il avait quitté il y a peu de temps encore.

« Tu sais, tu peux te servir dans mon armoire, tant qu’à faire. »

Ce serait toujours plus confortable pour tout le monde s’il ne restait pas dans ses fringues tâchés de sang, tout ça. Puis, ne sachant que dire de plus, André vint se rassoir aux côtés de Jude, sans rien dire. Rapidement, il s’empare de sa victuaille bien méritée, quand bien même le goût n’y était pas. C’était comme si tous les sens avaient été mis en berne. C‘était à la fois passablement étrange mais aussi très effrayant. Un bon meltpot bordélique, tout ça. Pour ne pas changer.

« Bon, alors ? »

Parce que oui, fallait bien parler un peu, entre deux bouchées, tout de même. Un peu de respect pour l’acharnement russe.





© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mer 14 Jan - 15:18


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa

Au moins, il n'avait pas dit non, souligna silencieusement Mischa tandis qu'il se faisait envoyer à la salle de bain pour se laver par son cousin, comme un enfant se ferait chasser par sa mère. De toutes manières, André semblait trop fatigué pour le virer aussi énergiquement qu'à son habitude, ce qui se comprenait. Ni l'un ni l'autre n'avait l'habitude de tenir une conversation aussi à cœur ouvert et c'était plus épuisant encore que de courir après ses proies ou pour échapper à la justice. Néanmoins, une douche ne serait pas de refus en effet et le blond fit donc un dernier effort pour se relever du canapé et se diriger vers la salle de bain, connaissant le chemin par cœur si bien qu'il aurait pût le faire les yeux fermés.

Là, il s'enferma dans la pièce d'eau et poussa un lourd soupir, désireux de sortir depuis un moment. Il était las. Il n'avait pas prévu que les événements prennent pareille tournure à dire vrai. Mischa baissa la tête, repensant au regard que lui avait lancé son cadet précédemment. Voir une telle expression dans les yeux d'André lui brisait le cœur. Il préférait largement quand il le fusillait du regard en grinçant des dents comme s'il était prêt à lui dévisser la tête. Au moins c'était vivant. Il n'avait pas l'impression de se faire admirer par un zombie au bout de sa vie – ahah vous avez comprit ? Zombie, mort-vivant, vie … ok bon je sors. Le slave se passa une main dans sa tignasse blonde, cherchant à y remettre de l'ordre. Pour l'heure, se laver et retrouver une apparence décente.

Ôtant rapidement ses vêtements souillés, Mischa s’engouffra dans la cabine de douche une fois dévêtit et fit couler l'eau sur son corps, frissonnant quelque peu quand les premières gouttes glissèrent sur sa peau, froides. Il régla la température de manière à ce que la température avoisine les vingt degrés – il n'aimait pas les douches brûlantes en réalité et préférait l'eau tiède. En lui, il entendait Bastet râler, comme quoi ces humaines n'étaient pas doués et qu'un coup de langue sur le pelage et un passage de patte derrière l'oreille était bien plus efficaces en matière de toilettage. Cela eut le mérite d'arracher un bref et léger éclat de rire au Russianov.

La douche eut au moins le bénéfice de détendre les muscles noués de son corps, à défaut de délester le poids pesant sur son esprit. Mischa ne perdit pas de temps ensuite et se sécha rapidement, n'enfilant que son jean et gardant une serviette autour du cou pour se frictionner les cheveux. Il ramassa ensuite sa chemise tâchée d’hémoglobine et sorti, libérant la pièce pour qu'André y aille. Laissant son cousin se laver à son tour, le blond retourna s'affaler sur le canapé et prit le verre de vodka s'y trouvant, en prenant une grande gorgée. L'alcool laissa derrière lui la sensation familière de brûlure dans sa gorge, mais cela faisait du bien.

Il attendit que Loukas revienne cependant pour entamer le sandwich. Un sourire un peu forcé et se voulant amical étira ses lèvres alors que son cadet revenait s'asseoir prêt de lui.

« Ça va, j'suis bien comme ça. » répondit-il en étirant ses bras derrière sa tête, faisant craquer ses épaules. «De toutes manières tes chemises me vont pas. »

Il se rendit compte un peu trop tard que souligner leur différence de taille n'était peut-être pas la chose la plus intelligente à faire dans l'immédiat et laissa Bastet le traiter d'abruti fini, préférant se concentrer sur son sandwich pour mordre dedans avec appétit. Il se tourna vers André.

« Alors... je sais pas. C'est le bordel là dans ma tête. Y a encore beaucoup de choses que je voudrais te dire, sur moi, sur toi, sur Marie, sur ma mère même, mais j'crois qu'on eu notre dose de séquence émotion pour ce soir ahah. Faut que j'en garde pour la prochaine soirée pyjama ! »

Une connerie au passage pour essayer de détendre l'atmosphère, de provoquer une réaction. Il aimerait bien que Loukas le frappe, le traite d'abruti et soupire en levant les yeux au ciel, exaspéré par son comportement. Ça lui permettrait de se dire que rien à changer entre eux, même si c'est faux, il le sait.

Jude croqua de nouveau dans le sandwich, essayant de se concentrer sur les saveurs qui titillaient ses papilles, sans vraiment y parvenir cependant. Mischa se rendit compte qu'il ne parlait jamais de sa génitrice d'ailleurs. Avait-il seulement déjà abordé le sujet de cette dernière avec André ? Il ne savait même plus. Tout était confus dans son esprit.

« Je sais que c'est très con comme question mais, comment tu te sens ? Honnêtement. »

Il acheva sa victuaille, se sentant quelque peu mieux maintenant que le vide de son estomac était comblé – ça en faisait au moins un. Mischa se tapota le ventre, baissant les yeux sur son torse nu, observant sans vraiment les voir les cicatrices diverses qui parsemaient sa peau et qu'il exposait sans honte ni gêne. Sans complexe. Ces blessures là, elles ne le dérangeaient pas, il en était fier même. Chacune d'elles racontaient un morceau de son histoire. Elles faisaient partie de lui, elles étaient la preuve qu'il était vivant, la preuve qu'il avait traversé quelques épreuves. Elles avaient fait mal, mais c'était avant, c'était du passé, maintenant elles avaient cicatrisées et n'étaient plus que souvenirs.

Les plaies de son âme en revanche, continuaient désespérément de suinter. Et il ne faisait rien pour soulager sa douleur et son fardeau un tant soit peut.
   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 230

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Mer 14 Jan - 22:56

Le pitite musique qui va avec https://www.youtube.com/watch?v=3MVqdYcbDp8

...what?
feat. mischa <3


« Le bordel, hein… ? »

Ouai, on allait dire ça, ouai. Ce serait plus simple pour tout le monde. André termina ce qu’il était en train de manger sans grand appétit – même si son estomac le remerciait plutôt deux fois qu’une sur ce coup. S’essuyant les lèvres, il inspira puis expira à fond, écoutant les commentaires de Mischa sans pourtant y répondre dans l’immédiat. En lieu et place d’ajouter quoi que ce soit de plus, il prit son verre et le descendit d’une traite. Ca niquait la gorge mais ça faisait du bien quand même. Ca semblait même lui remettre un petit peu les idées en place. Genre pate à fixe. Ouai bon c’était d’la merde mais ça suffirait pour ce soir. Il était déjà un peu alcoolisé avant, maintenant c’était carrément le cas et honnêtement, ce n’était pas un mal. Du tout, même.

Craquant sa nuque, Loukas se leva, ne répondant pas à Mischa immédiatement. Il attendit quelque seconde avant de lâcher un bref : « ‘Sais pas. », ce qui était en soit l’horrible vérité, il en savait plus sur quel pied danser avec lui-même. Il n’allait pas mal mais il n’allait pas bien non plus. En réalité, il lui semblait que la seule chose qui motivait encore un peu son corps et son instinct était la conviction de devoir se battre, se défouler. C’était primaire, rudimentaire comme besoin mais pourtant, c’était bien ça qu’André laissait s’infiltrer en sa personne. Dans un geste fluide, il partit jeter un coup d’œil par sa fenêtre, juste comme ça. Il voulait fumer.

Mais, alors qu’il allait ouvrir la vitre pour prendre un bâton de nicotine et le laisser se consumer dans la brise fraiche qui ne l’aurait pas déranger plus que ça, une vision attira son attention. En bas, trois silhouettes. De ce qu’il pouvait en voir, deux gugusse – et sans doute pas les plus recommandables qui soit – et une femme enceinte. Bordel mais elle foutait quoi dehors à cette heure-là, déjà, elle ? André soupira de dépit. Seulement…

« Hey, Mischa, ça te tente une petite baston rapide ? Faudra juste faire gaffe à pas se retâcher de trop mais y’a deux potentiels candidats, en bas, là. »

Il n’avait pas regardé son homologue pour autant mais pour lui, c’était clair qu’il ne resterait pas là à regarder cette nana se faire violenter. Il n’était alors plus un policier mais avait revêtit le temps d’une petite escapade la peau du truand qu’il avait dû être pendant quinze ans, presque. Un sourire sur les lèvres, il fit volte-face. Attrapant juste son jean qui trainait là, il l’enfila et une fois la ceinture bouclée sur ses hanches, ouvrit la porte.

« En tout cas, moi j’y vais. »

Il n’attendit pas l’approbation de son ainé qu’il était déjà dans l’escalier. Avançant presque quatre à quatre en sautant même les dernières marches de chaque étage, André parvint en deux temps trois mouvements jusqu’à l’entrée de son immeuble. Le regard acéré, brillant dans la nuit, il sortit des murs protecteurs, s’avançant jusqu’aux trois silhouettes ombrées qui, heureusement, n’avait pas trop bougés. Apparemment ces types appréciaient plus de faire peur que d’agir vite et bien. Pas bon pour le commerce, ça. Petites frappes incapables, ils n’auraient pas fait long feu dans la mafia se dit alors l’héritier Russianov.

Torse nu et tignasse châtain assombrie par l’obscurité ambiance et les jeux de lumières des lampadaires, Loukas vint taper sur l’épaule du premier type qu’il avait rejoint, le faisant se retourner avec un air incrédule sur la face.

« Dis donc, tu peux pas trouver un adversaire à ta taille ? »
« T’es jaloux ? »
« Carrément.»

Le coup ne tarda pas juste derrière. Les réflexes d’André étaient toujours les mêmes. Il vit vaguement le camarade de son assaillant foncer vers lui aussi mais pas terminer sa course.

Seulement, comme il lui tournait le dos, il ne put que faire des suppositions. Mischa était là. Dans son angle mort, certes, mais il était très certainement ici. Cette pensée le motiva d’autant plus à se battre, malgré la sueur qui coulait un peu le long de ses muscles. Mine de rien, même s’il esquivait à chaque fois, l’autre était réactif. Ça le faisait rire de ne le balader un peu.

Cependant, le jeu n’était pas non plus éternel. Et bien vite, André était lassé. Un peu mieux dans sa tête – comme quoi chasser le naturel, il revient au galop – mais lassé. Il avait espéré mieux. Vite, mettre un terme à tout ça avant qu’il ne le tue vraiment de ses mains slaves.

Baillant donc un peu, il colla un uppercut de folie à son agresseur, l’envoyant au tapis dans un gémissement plaintif qu’il ignora. Le métis prit une nouvelle inspiration avant de remarquer un paquet de cigarettes qui dépassait d’une poche intérieure du pauvre type sonné. Parfait, lui qui en avait eu envie juste avant.

Dérobant donc le paquet et le briquet qui allait avec, il prit une cigarette qu’il alluma immédiatement.

« Ah ouai, c’pas de la merde celles-là. » dit-il après la première latte.

Il en proposa à Mischa avant de regarder la jeune femme enceinte, terrorisée.

« Un conseil, vous promenez plus toute seule le soir comme ça, vous pourriez vous attirez des ennuis. Rentrez chez vous et appelez quelqu’un pour venir ramasser ces blaireaux, vous serez gentille, merci. »

Elle prit presque ses jambes à son cou, du moins autant que son ventre le lui permettait. André, lui, terminait son bâton de drogue légale sans rien ajouter le plus. Son torse luisant dans le noir ne souffrait pas de frisson. La chaleur qui s’évadait de son unité était presque palpable.

Puis, il se mit à pleuvoir. Super. Et dire qu’il était rentré avec son homologue pour éviter de prendre la sauce. Bon ben, pas grave. La cigarette était foutue mais il avait encore tout un paquet. Il leva les yeux vers le ciel sombre.

« La prochaine fois on ira voir maman au cimetière, aussi. »

Ouai, c’est vrai qu’il avait enterré le peu de cendre qu’il lui restait.

« Va falloir reprendre une douche, mec, finalement. »

Il ria quelque peu. L’eau avait trempé ses cheveux, les rabattant sur son visage et sa nuque, tout en dévalant son torse musclé et ses cicatrices toujours présentes sur ce dernier. N’empêche, vu comment les choses avaient débutées, c’était plutôt une bonne fin de soirée.






© EPINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥ Dim 18 Jan - 14:16


   
❝Oh dear, we are in trouble❞
   André & Mischa
Affalé sur le canapé, il s'était étendu de tout son long une fois que Loukas s'était levé pour aller à la fenêtre, un léger silence s'installant entre eux, sans être trop lourd ou le mettant mal à l'aise pour autant. Ils avaient juste l'air de deux types complètement épuisés, rien de plus. Mischa inspira doucement, son ventre aux abdominaux dévoilés se contractant à chaque respiration qu'il prenait. Une main passée en travers de son visage, il se serait doucement laissé tombé dans un état de demi-sommeil si la voix du plus jeune ne l'en avait arraché avant.  

« Une baston ? Comment ça... André, attends ! »

Trop tard, son cadet a déjà disparu par l’embrasure de la porte et Mischa peut l'entendre qui dévale les escaliers. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres. Comme s'il avait le choix maintenant... Néanmoins, fracasser la gueule d'un mec ou deux n'était pas de refus, en effet. Ça aurait au moins le mérite de le défouler et puis c'était pas comme s'il allait laisser le plus jeune se foutre dans des emmerdes tout seul non plus, il pouvait bien partager – très ironique de la part d'un type qui ne cesse de se fourrer dans des ennuis plus gros que lui et qui s'échine à toujours tout faire par lui-même pour ne pas impliquer ses pairs, ce qui foire.

Bastet gronda, alléchée par l'idée également. La déesse agissait souvent comme une conscience, mais elle n'était pas une divinité à la double-face guerrière pour rien. En soit, elle se fichait bien que son hôte soit un tueur et ait du sang sur les mains. Tant qu'il ne se blessait pas trop et restait en vie jusqu'à ce qu'elle trouve le moyen de retrouver sa liberté et l'entièreté de ses pouvoirs, ça lui convenait très bien, au moins c'était distrayant. La déesse ne dit donc rien pour le retenir quand Mischa se releva du canapé et s'en alla rejoindre son cousin, toujours vêtu uniquement d'un jean et pieds-nus par la même occasion.

Il arriva juste à temps pour voir un des deux types foncer vers André, lequel avait apparemment entamé les hostilités avec son flegme habituel. L'homme cependant n'eut jamais l'occasion de poser ne serait-ce qu'un doigt sur le brun. Mischa venait de l'intercepter habilement, le hachant de son bras au niveau du coup ce qui arracha une exclamation étranglée au type qui s'écroula avec les yeux révulsés au sol, à moitié étranglé qu'il était. Le blond sourit et le laissa se relever, gardant au passage son cadet sous sa surveillance du coin de l'oeil. Mais en un-contre-un contre des petites frappes pareil, la victoire d'André était assurée. Il pouvait donc se concentrer sur l'adversaire qu'il avait sous les yeux et qui était de nouveau debout.

« Salut ~ » sourit le blond de toutes ses dents, d'un air trop joyeux et doucereux pour être sincère.

Le type eut un mouvement de recul en voyant les pupilles mordorés de Mischa briller doucement dans la pénombre, pupilles félines qui le fixait comme s'il était une proie. Le slave fit craquer sa nuque et roula des mécaniques, tandis que les muscles de ses bras et ses épaules se contractaient et semblaient danser sous sa peau. Il balança son poing le premier.

Le combat – si on peut seulement appeler cela ainsi vu la dérouillée que leur mit les Russianov – fut bref. Mischa était à peine essoufflé quand il envoya finalement son adversaire, qui avait répliqué comme il pouvait, au sol. Le blond se redressa et rejoignit son cadet, acceptant la cigarette que ce dernier lui tendait avec un sourire. Il l'alluma et prit une première bouffée, la faible lueur du bâtonnet éclairant son visage. Il regarda la gonzesse s'enfuir sans rien ajouter, avant de se tourner vers André.

« J'crois qu'on lui a fait plus peur que les types en fait, aha ! »

Il cligna des yeux en entendant l'autre proposer d'aller au cimetière, la prochaine fois, avant d'hocher la tête en souriant. 'Maman' oui. Ce serait bien, se dit-il. Et puis, André venait de lui avouer ce qu'il n'osait demander à voix haute. Oui, il l'aimait toujours. Non il n'allait pas le supprimer de sa vie. Malgré ça, malgré tout. Rien n'aurait put le rendre plus heureux.

Son torse nu se soulevait d'un rythme légèrement plus rapide, les gouttes d'eau du ciel qui tombaient sur eux désormais, roulant sur sa peau et traçant des sillons humides sur celle-ci tout en traversant ses cicatrices qui semblaient ressortir d'avantage. Mischa, peu perturbé par la pluie, sourit et passa négligemment une main sur ses cheveux gorgés d'eau et rabattus sur sa nuque et ses yeux pour les plaquer en arrière.  

« Eheh. » ricana le blond avec un sourire, un vrai.

Sincère, amusé et lumineux comme un soleil qui viendrait se montrer après la pluie et le brouillard pour illuminer de nouveau la voie à suivre à ceux qui seraient perdu dans la pénombre. Mischa rejoignit son cadet en quelques pas agiles tandis qu'ils se dirigeaient vers l'appartement, passant son bras autour de son cou dans une accolade affectueuse, l'attirant contre lui.

« T'veux qu'on prenne notre bain ensemble comme ava- Aïe aïe ! Non p'tain pas l'oreille Loulou ! Eh, on n'utilise pas une clé de bras sur son aîné, c'est pas du jeu ! »

Les choses ne seront plus jamais comme avant entre eux, c'était un fait. Mais, se dit Mischa en couvant son cadet d'un regard affectueux tandis que ce dernier grognait comme un loup agacé, c'était probablement mieux ainsi. Car il avait le sentiment que désormais, plus que jamais, leur lien fraternel était indestructible.

[ RP FINI ♥ ]
   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i can't wait to see you again || Mischa ♥

Revenir en haut Aller en bas

i can't wait to see you again || Mischa ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit