.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Va te faire lobotomiser [PV: Naya] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 18 Jan - 19:12

Depuis que j’avais ces plâtres je m’ennuyais à mourir. Je ne pouvais pas aller courir, ni m’entrainer à tirer, j’avais dû prendre un congé maladie pour mon job et je regrettais presque de ne plus pouvoir participer à certain cours, combat, couture… Quoique je n’étais pas encore désespérée au point de regretter les cours de coutures. Mais peut-être que ça finirait par arriver si je devais rester deux mois dans ces plâtres, en plus ces truc me grattaient horriblement.
Ce matin j’avais commencé à me réveillé beaucoup trop tôt, c’était mon heure habituelle mais comme je ne pouvais pas aller faire mon footing j’étais resté au lit. Après vingt minutes à contempler le plafond, j’avais dû admettre que je ne me rendormirais pas. J’avais finis par me lever, prendre ma douche et passer le reste du temps jusqu’au début des cours à regarder mes céréales se ramollirent dans mon bol.
Après ce loong petit déjeuné je mis un temps fou pour rejoindre le bâtiment de cours car les allées y menant étaient toute minée par des plaques de verglas. Et si certains élèves s’en amusaient en faisant des glissades mais je craignais de tomber avec mes plâtres et ma béquille. Le point positif était qu’il était de voir certaines personnes se viander, surtout celles qui se la racontaient. Je laissais échapper un petit rire particulièrement satisfait en voyant deux personnes que je n’appréciais pas déraper, ce crétin de Jimmy et l’autre folle de Naya. Après tout quoi de plus réjouissant que de voir des "camarades" de classe insupportable se casser la gueule ? Mais n’étant pas si méchante que ça je rattrapais un junior lorsqu’il dérapa en me dépassant même si ça ne lui servit qu’à repartir de plus belle pour se vautrer trois mètres plus loin et se mettre à pleurer. Heureusement une des éducatrices arriva à ce moment et je pus ramasser ma béquille, que j’avais lâchée pour rattraper le gamin, et repartir.
Le reste de la matinée se déroula normalement, après la pause midi ne pouvant pas participé au cours de combat j’étais allée emprunter un livre à la bibliothèque et je m’étais installée dans le salon du manoir. Il y faisait chaud, les fauteuils étaient confortables et surtout j’y étais au calme puisque les autres étudiants étaient normalement en cours. Je tirais une chaise jusqu’à un siège près d’une fenêtre pour y poser ma jambe plâtrée et m’assis dans le fauteuil en face.
Assez peu de temps après la porte s’ouvrit, je levais les yeux de mon livre pour voir miss parano entrer dans le salon, ou peut-être était-ce "Kiyo". Je retins une grimace et retournais à mon livre, tout irais bien, si elle ne me remarquait pas… Et je la surveillais tout de même du coin de l’œil au cas où l’idée de venir m’ennuyer lui traversait l’esprit. Je me tenais prête à lui lancer mon livre en pleine face si il s’agissait effectivement de Kiyo et qu’il m’approchait puisque ce dernier avait une fâcheuse tendance à vouloir m’attaquer, bien qu’il n’y ait aucune raison à cela.


Dernière édition par Fanny Sharp le Lun 2 Mar - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 18 Jan - 20:26



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Pour la misanthrope qu’elle était, Naya passait beaucoup trop de temps avec des gens et elle commençait à littéralement pété mes plombs. Elle ne supportait tellement plus cette situation qu’elle se réveilla directement dans son jeu vidéo. Elle voulait voir personne, rester seule et il fallait croire que pour le moment, c’était chose impossible : sa rencontre avec son futur tuteur et la dernière visite de Mischa l’avaient complètement fatiguée. Elle avait usé son quota de patience pour ces deux monstres de câlins. L’un comme l’autre, ils étaient des gros gamins, surtout avec elle. La journée commença donc parfaitement bien pour Naya, mais un peu moins pour Kiyo. Si Naya était tranquille dans la console de jeu, Kiyo, lui, allait devoir se coltiner les cours. Et tout comme sa créatrice, il n’avait point l’envie de voir la tronche de ses camarades de classe et tout particulièrement une ; celle de Fanny. Il prit donc son petit déjeuner avant de ronchonner tout le long du trajet de la chambre jusqu’à la salle de cours parce qu’il y avait plein de plaques de verglas. Il faillit se casser la figure plusieurs fois. Fort heureusement pour lui, le corps de Naya était dans la catégorie poids plume et de ce fait, il pouvait facilement se rattraper.

Maintenant en cours, il fit comme à son habitude : il ne fit rien, se faisant engueuler par les professeurs. Tout le monde savait quand les deux élèves étaient en cours ou non : quand ils étaient là, les profs n’arrêtaient pas de gueuler sur eux alors qu’ils ne parlaient pas, ils ne faisaient que jouer à la console. Quand ils n’étaient pas là, le programme avançait bien plus rapidement, comme par hasard. Il supporta donc toute la matinée, sortant en démolissant la porte du dernier cours du matin. Avec seulement quatre heures de cours, il était déjà au bord de la crise de nerf. Les deux élèves n’étaient vraiment pas faits pour les cours. Durant la pause déjeunée, il s’installa dans la salle informatique pour être sûr d’être en paix. Pendant cette période, personne n’allait ici, préférant manger dehors ou dans la cafétéria, ils étaient sur d’être libre.

Quand il regarda son emploi du temps, il se rendit compte que le prochain cours était celui de cours de combat. Si Naya y aurait été juste pour regarder les gens – et parce qu’on lui avait demandé d’être présente à tous les cours – Kiyo, lui, en avait strictement rien à branler. Il préférait ce promener dans l’institut plutôt que de voir ses camarades et sa professeur. Alors qu’il se promenait dans l’établissement, il se retrouva dans le salon du manoir. Ce n’était pas la première fois qu’il allait dans cet endroit, mais ce n’était pas son plus grand plaisir non plus : il préférait aller dans sa boutique de jeu vidéo plutôt que de rester dans ses murs. Mais bon, alors qu’il allait partir pour s’acheter des jeux, il s’aperçut qu’il y avait une autre personne et pas n’importe laquelle : celle qu’il ne voulait pas voir, Fanny. Il afficha un sourire sadique lorsqu’il vit ses plâtres quand il s’approcha d’elle. Il s’installa sur l’accoudoir du fauteuil de cette demoiselle.

Kiyo – «  Alors ma belle! Qu’est-ce que tu fais ici et surtout, le bras et la jambe dans le plâtre ? », demanda-t-il en allongeant un de ses bras sur le dessus du dossier de la belle. « Je savais pas qu’une tête d’ampoule comme toi pouvait avoir des ennuis… tu as encore fait chier la mauvaise personne ? », dit-il pour l’emmerder.

Si du point de vue de Kiyo, il pouvait être « menaçant » ou surtout de ressembler aux mecs bien lourd dont les filles ne voulaient pas se retrouver seule par peur de se faire violer, du point de vue de Fanny – ou d’une tierce personne – on voyait seulement Naya agir de cette façon. Franchement, il y avait de quoi rire… même si Kiyo n’était pas la bonne personne à emmerder à cause de son sang chaud.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Lun 19 Jan - 20:23

Je continuais à lire en espérant que l’autre folle allait faire demi-tour et me foutre la paix. Mais à ma grande déception Kiyo, ça ne pouvait être que Kiyo, s’approcha de moi, cependant il avait l’air d’humeur particulièrement bonne. Je tournais ostensiblement la page, le regard rivé sur mon livre faisant mine de ne pas l’avoir vu. Cependant il était difficile d’ignorer quelqu’un qui s’assoit sur l’accoudoir du siège qu’on occupe. Cette chieuse s’installa même d’un air très à l’aise passant son bras derrière ma tête. Je retins un soupir exaspéré.
«  - Alors ma belle! Qu’est-ce que tu fais ici et surtout, le bras et la jambe dans le plâtre ? »
C’était donc cela qui réjouissait tant. Et c’était quoi ce "ma belle", elle prenait encore cette attitude de dragueur macho tellement ridiculement. Vraiment ce n’était pas dans une école qui fallait l’envoyer, mais dans un hôpital. Ces parents avaient dû trop regarder la télé et avait confondu super pouvoir et schizophrénie. Il était vrai que depuis quelques années beaucoup d’enfants naissaient avec des pouvoirs mais ça ne voulait pas dire qu’on était entrée dans le monde fantastique des licornes. Les maladies mentales existant encore et il fallait avoir un gros problème de drogues pour ne pas voir que cette fille avait des gros problèmes.
« -  Je savais pas qu’une tête d’ampoule comme toi pouvait avoir des ennuis… tu as encore fait chier la mauvaise personne ? »
Je levais les yeux de mon livre,  affichais un grand sourire totalement faux qui faisait paraitre le mot hypocrite sur mon visage plus clairement qu’une enseigne au néon et pris un accent de pouffiasse.
« - Oh, ma chérie, ne t’en fais pas pour moi, je vais parfaitement bien.  Ce n’était pas la peine de sécher les cours pour me tenir compagnie. Ou alors tu tenais tellement à laisser un mot sur mes plâtres ? Je comprends, tu désespérais d’avoir été trop occupée à te faire engueuler ce matin pour le faire ? »
Certains autres élèves avaient signés durant la pause midi, je retirais mon bras de l’écharpe et lui tendis comme si j’espérais vraiment qu’elle allait le faire à son tour. Après un petit instant de silence je repris la parole.
« - Oh ! Mais c’est vrai, j’avais oublié. Si c’est manuscrit tu ne sais pas écrire. C’est pour ça que tu n’arrives pas à suivre en cours… tu devrais peut-être demander à être transféré chez les Upsilons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mar 20 Jan - 22:40



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Fanny était la seule personne – de ce monde et jusqu’à présent – à donner des envies de meurtres à Kiyo. Elle était le genre de fille qu’il ne pouvait pas supporter et chaque seconde, chaque minute qu’il passait près d’elle, il se retenait pour l’égorger et entendre hurler de douleur : il ne se retenait pas pour faire le bon petit étudiant, mais seulement pour pas que du sang se retrouve sur les mains de sa créatrice. Cette fille était le pire cauchemar de Naya et il comptait bien le lui faire payer de toutes les manières possibles. Mais pour le moment, il ne pouvait rien faire d’autre de l’emmerder avec des mots. Alors quand il la vit avec des plâtres, il ne put s’empêcher de lui demander si elle avait encore fait chier une personne qui ne fallait pas et qui, contrairement à lui, pouvait la frapper. Alors qu’il s’attendait à une réponse plutôt physique, il fut agréablement surpris qu’elle l’agressait, mais que verbalement. De cette façon, il allait pouvoir la faire chier sans pour autant nuire à Naya, enfin pas comme il le pensait du moins.

Alors qu’il était installé sur l’accoudoir du fauteuil de la demoiselle qui était en pleine lecture, il lui demanda donc qu’est-ce qu’elle s’était fait au bras et à la jambe. Il demanda aussi si elle n’avait pas emmerdé la mauvaise personne. En guise de réponse, il fut un peu « triste » d’entendre des répliques aussi basses que celle qu’elle venait de faire : elle l’attaquait sur son quotient intellectuel, disant qu’il devrait plutôt retourner en classe Upsilon. A cette réponse, il soupira avant d’afficher un sourire un peu sadique. Il prit le menton de la demoiselle, tout en gardant son autre bras derrière la tête de celle-ci, et approcha assez près les lèvres de Naya des siennes pour faire croire aux autres, si des gens passaient, qu’il allait l’embrasser. Les lèvres se frôlèrent légèrement, sans pour autant dire qu’il l’embrassait.

Kiyo – « Bah alors ma princesse, tes attaques sont si faible que ça me donne même pas envie de te répondre. Qu’est-ce qui t’arrives ? Tu n’es pas inspiré ? Tu as besoin d’inspiration peut-être ?», demanda-t-il en laissant cette proximité entre eux deux. « mais dis-toi que tu as de la chance ma chère ! Si je n’étais pas dans le corps de ma créatrice, je t’aurai prouvé que je sais écrire avec ton sang que j’aurai pris en arrachant chacun de tes organes. », ajouta-t-il en souriant encore plus sadiquement avant de tirer son visage, laissant un espace plus grand entre les deux.

Si Kiyo s’amusait de cette situation, Naya, elle, ne s’amusait pas du tout : à cause de lui, Fanny allait croire qu’elle voulait l’embrasser. Elle se sentait encore plus honteuse et elle ne voulait plus retourner dans son corps. Mais d’un autre côté, cela la rassurait de voir Kiyo détester Fanny de la sorte à cause d’elle. Tandis que Naya paniquait pour ce que les autres allaient dire à propos d’elle, Kiyo, lui, prit un stylo de son sac pour écrire quelque chose sur le plâtre de la demoiselle : « Va te faire foutre salope ! Amicalement, Kiyo ». Il restait toutefois à sa place, juste pour emmerder la brune. Cette fille le prenait pour une personnalité multiple de sa créatrice. Il allait s’amuser avec elle jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’il était bien plus que cela. Même si ce petit jeu pouvait durer des jours, voir des mois.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Ven 23 Jan - 0:19

Je me gardais bien de réagir lorsque Kiyo simula un baisé. Si il s’était réellement agit d’un garçon j’aurais sans nul doute rougit mais dans le cas présent j’étais plus surprise que gênée par son geste. Un peu comme lorsqu’on se fait attaqué à coups de langue par un chien. Cependant cette fille m’ennuyait quand même et j’allais lui donner une bonne raison de ne pas recommencer à m’approcher si près alors que je n’en avais pas du tout envie.
« - Bah alors ma princesse, tes attaques sont si faible que ça me donne même pas envie de te répondre. Qu’est-ce qui t’arrives ? Tu n’es pas inspiré ? Tu as besoin d’inspiration peut-être ? »
Lorsque j’étais petite je m’étais faite prendre à voler dans un magasin. En soit ce n’était pas si grave et cela pouvait arriver une fois à tout le monde tant qu’on est jeune me faire engueuler par le vigile, le directeur du magasin, attendre mes parents que l’appel au micro n’avait pas fait venir, de nouveau me faire engueuler par les flics et questionner, non sur mon petit larcin, mais sur un trafiquant présumé de la région n’avait rien eut d’agréable. Et pour plus que cela arrive il y avait trois solutions ; ne plus voler, ne pas se faire attraper, ou réussir à subtiliser le portefeuille du vigile pour en retirer l’argent nécessaire à l’achat de l’article. Je m’étais donc mise à l’athlétisme et au pickpocketing. C’est cet art que je mettais en pratique à pendant que Kiyo était occupé à me railler.
« - Mais dis-toi que tu as de la chance ma chère ! Si je n’étais pas dans le corps de ma créatrice, je t’aurai prouvé que je sais écrire avec ton sang que j’aurai pris en arrachant chacun de tes organes. »
Charmant programme. Décidément cette personnalité était vraiment dérangée.
« - Oooh. Naya. C’était une si belle déclaration d’amour. Malheureusement pour toi je ne suis pas de ce bord là. Mais je peux te dire quelles filles de l’école le sont. »
La jeune fille se mit à écrire sur mon plâtre.
« - Mais promis, je t’attendrais le jour où tu auras réussie à sortir du corps de ta… propriétaire Kiyo.»
J’utilisais le prénom qu’il se donnait lui-même alors qu’habituellement je prenais un grand plaisir à l’appeler par des qualificatifs féminin. C’était une preuve que je la prenais au sérieux. Même si le faite qu’elle puisse se dissocier de Naya n’était pas, à mon sens, possible rien ne disait qu’elle ne finirait pas simplement par péter un câble et faire, enfin essayer, ce qu’elle disait. Après tout elle était skyzophrène.
Je n’avais toutefois pas peur d’elle. Je jetais un coup d’œil au message. "Va te faire foutre salope ! Amicalement, Kiyo " et après elle disait que je manquais d’imagination …
« - En attendant je devrais garder ceci, qu’en penses tu ? »
J’agitais sous son nez l’objet que j’avais piqué un instant plus tôt, un objet auquel, je le savais, elle tenait énormément, même  si j’ignorais précisément pourquoi, sa console.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 25 Jan - 17:46



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




C’était surtout à cause de la présence de Fanny que Kiyo détestait cette situation : cette fille ne croyait pas en son existence et à force de gueule sur tous les toits qu’il n’existait pas que Naya était folle. Malheureusement pour sa créatrice, vu que Fanny était plus « populaire » que Naya, tout le monde avait tendance à plus la croire. Chose qui énervait encore plus ce grand bêta puisqu’en plus à vraiment exister, sa créatrice était loin d’être folle. Elle pouvait être extravagante, chiante, ou avoir d’autres qualifications négatives, elle restait quand même une personne saine d’esprit. Tandis que Naya pleurait parce que, plus il agissait de la sorte, plus il montrait que Naya était « folle » vu que Fanny voyait les agissements de Kiyo, mais à travers le corps de celle-ci. Autant dire que la petite brune détestait encore plus ce genre de situation que lui.

Toujours assit sur l’accoudoir du fauteuil de Fanny, il s’approcha assez d’elle pour lui faire croire qu’il était sur le point de l’embrasser, mais à la place de ça, il lui énonça ce qu’il comptait lui faire quand il pourra venir dans ce monde, avec son propre corps : en plus de moins faire la maline devant son 1m87, elle aura mal, très mal puisque ses mots n’étaient pas des paroles en l’air, loin de là même. Mais pour le moment, elle semblait prendre ses menaces pour de la rigolade, remerciant même Naya pour cette déclaration, mais qu’elle n’était pas de ce bord-là. Toutefois, elle se plaisait à lui dire que si elle le voulait, elle pouvait lui en présenter par contre. Trêve de rire, Kiyo commença à soupirer d’agacement quand il vit que cette salope venait de prendre la console de jeu, cette console -là.

Error 404 dans les deux cerveaux quand ils virent que Fanny avait la console. Déjà qu’ils avaient peur de voir Xavier toucher à cette console, mais que Fanny pose ses doigts dessus, c’était bien pire que tout. Autant des fois, Naya était le garde-fou de Kiyo, autant, cette fois-ci, elle en était l’accélérant. Elle se mit à paniquer de mille feux à cette vision. Et sans perdre une seconde, Kiyo sortit sa paire de ciseau du sac de cours, mit une de ses mains autour de son cou pour commencer à l’étrangler et il utilisa son autre main pour ouvrir la paire et la mettre au niveau de la nuque. Il s’était mis à califourchon sur Fanny et on pouvait lire bien plus que de la haine dans son regard.

Kiyo – « Repose ça de suite ! Si tu veux rester en vie. », dit-il en accentuant son empire sur son cou et en appuyant la lame du ciseau sur sa nuque. Il ne rigolait plus maintenant.

Naya – « Mais tue-la ! Pourquoi tu la menaces ! Autant la tuer directement… », dit-elle, paniquée de voir sa console dans ses mains.

Kiyo – « Si on la tue maintenant, on sera poursuivi comme des criminels… tu veux vraiment qu’on soit pourchasser par toute l’école ? Même si je t’avoue que ça me démange un peu, voire beaucoup. », dit-il à Naya sans pour autant perdre Fanny du regard. « Je te conseille de reposer doucement cette console si tu ne veux pas mourir. Aucun de nous deux n’a peur de voir ton sang sur nos mains et tu as de la chance, tu es tombé sur celui qui a le plus de sagesse. », rétorqua-t-il sans bouger un seul cil. « Alors repose cette console, très doucement, avant que je ne m’énerve. », demanda-t-il, toujours sur le même ton et avec le même visage.

Si Fanny cherchait à énerver les deux « cancres » de la classe, elle allait découvrir qu’ils pouvaient être très calmes et minutieux quand il s’agissait de leur survie.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mar 27 Jan - 0:28

Je prenais la folie de Naya très au sérieux c’est pourquoi lorsqu’elle me sauta dessus avec ses ciseaux disant qu’elle me les planterait dans la gorge si je ne reposais pas sa console je la croyais. Du moins je croyais qu’elle y croyait, parsque je n’allais pas non plus me laisser faire gentiment. Bon, il fallait avouer que dans cette position avec une main occupée à tenir la console hors de porté de la jeune fille et l’autre dans le plâtre mes options étaient assez limitées. En plus le poids de cette folle allégrement  porté sur ma jambe plâtrée me faisait ressentir un élancement très peu agréable. Cependant ce n’était pas la première fois que je me trouvais en mauvaise posture, Dark Hours, la femme serpent et maintenant Naya il semblait qu’essayer de m’étrangler devenait peu à peu à la mode. Du coup je ne me sentais pas tellement en danger.
« - Des ciseaux à bout rond ? Tu n’as rien trouvé de plus menaçant ? »
Cela ne m’empêcha de pencher ma tête en arrière en sentant la lame des ciseaux s’enfoncer légèrement  dans mon cou mon bras glissa de son écharpe.
« - Je te conseille de reposer doucement cette console si tu ne veux pas mourir. Aucun de nous deux n’a peur de voir ton sang sur nos mains et tu as de la chance, tu es tombé sur celui qui a le plus de sagesse. Alors repose cette console, très doucement, avant que je ne m’énerve. »
Qui était le plus sage des deux ?
Alors il était calme en ce moment ? Pas très crédible, je voyais très bien dans les yeux froids de Kiyo la haine qui y flamboyait. Mais même dans cette situation je n’avais pas peur de la jeune fille et il n’était pas question d’obéir au moindre de ses ordres.
Je lui donnais un coup de tête mais pas sans avoir coincé son bras contre le dossier avec le miens. Ma tête légèrement dégagée je lui donnais un coup de plâtre dans le ventre. Je sentis un léger filet chaud couler dans mon cou. Je n’étais pas pour autant tirée d’affaire car elle se trouvait toujours sur mes genoux et ce n’était pas du tout sa place.
Je fis donc basculer la chaise où reposait ma jambe et laissais le poids m’entrainé vers la station debout ce qui fit chuter Kiyo. Je contournais le fauteuil en m’appuyant sur ma jambe cassé ce qui était sans doute contre indiqué mais tant pis. J’ouvris la fenêtre.
« - Dire excuse-moi Fanny et s’il-te-plais rend moi mon jeu, ça t’a traversé l’esprit ? »
Si il le disait je comptais effectivement lui rendre, je voulais emmerder Kiyo etlui fermer son clapet, pas risquer ma vie pour un stupide jouet même si dans son délire il était surement plus que ça pour Naya.
Je passais mon bras et la console par la fenêtre.
« - Sinon tu penses que ça résistera à la chute ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mar 27 Jan - 10:09



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Ahah ! Kiyo était en train de bouillonner de l’intérieur rien qu’en voyant la console dans la main de Fanny. Si d’habitude, il aurait demandé, même beaucoup de difficulté, la peur de voir la console détruite, celle que Naya avait et ses sentiments négatifs envers elle faisaient qu’il ne pouvait pas réfléchir et comme à tous ces moment-là, il agissait bêtement. Dans d’autre circonstance, ça aurait pu être une preuve d’amour mais dans ce cas-là, c’était signe que Fanny allait sans doute mourir de ses propres mains, dans un futur plus ou moins proche, ou loin, cela dépendait de comment on voyait les choses. Mais le moment n’était pas à imaginer la mort de cette élève, mais plutôt à récupérer l’objet de leur pouvoir.

Kiyo était donc à califourchon sur elle, une main prenait son cou pour l’étrangler et l’autre était prise par les ciseaux de Naya et qui étaient disposés derrière, près à lui ouvrir la nuque, même s’ils étaient à bout rond. Ils les maudissaient même à ce moment-là : des ciseaux ronds, ça ne faisaient pas peur. Il lui ordonnait, calmement, de lui rendre la console si elle voulait rester en vie. Alors qu’il attendait une réponse de sa part, il n’eut droit qu’à un coup de tête. Avant de recevoir un coup dans le ventre, il lâcha le cou de Fanny pour lui mettre un coup de poing dans la figure, puis un second avant de se retrouver à terre parce qu’elle avait lâché sa jambe. Il tomba donc sur le dos. Et avant même qu’il eut le temps de se relever, elle le menaça de jeter la console par la fenêtre.

Il se releva encore plus vite qu’il ne fallait pour le dire : sa créatrice était dans la console et si elle jetait la console, elle allait mourir. Alors que Fanny proposa l’alternatif de s’excuser et de demander gentiment de lui rendre la console, Kiyo prit sur lui-même et s’excusa comme dans son pays d’origine : le japon. Il s’inclina en grognant : son honneur venait de prendre un sacré coup, il venait de perdre sa fierté, mais pour Naya, il ferait n’importe quoi. Toutefois, si l’inclinaison était plus ou moins facile, les mots étaient une toute autre histoire.

Kiyo – « Je… je m’excuserai de tout ce que tu veux, mais pose cette putain de console. », dit-il en grognant. « L’… l’âme de Naya est à l’intérieur. Si tu lâches la console, tu la tues. », ajouta-t-il. Il avait envie d’égorger Fanny.

Naya était vraiment la seule personne pour qui, il pouvait se rabaisser à ce point surtout que, techniquement, il n’avait rien à se reprocher avant que Fanny lui prit la console.

Kiyo – « mais t’es vraiment une conasse. Tu menaces de tuer Naya et c’est à moi de m’excuser ? », demanda-t-il. « T’es vraiment une belle salope, dans ton genre. », ajouta-t-il.

Naya – « Tais-toi Kiyo ! à cause de toi, juste parce que tu l’as pas tué, elle nous menace ! », dit-elle en commençant à paniquer. « Je t’… », commença-t-elle à dire avant de se rendre compte que Kiyo était à deux doigts de resauter à la gorge de Fanny.

C’était dans ces moment-là que ces deux enfants faisaient apparaître leur côté sombre. Et fort heureusement pour leur « victime » le corps de Naya n’était pas assez fort, résistant pour pouvoir supporter les combats de Kiyo.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Sam 31 Jan - 15:40

Je m’attendais à voir Kiyo, râler, crier, me maudire et m’insulter mais il ne fit rien de tout cela. Sans un seul instant d’hésitation il s’inclina et s’excusa.  Si j’avais eu la moindre once d’estime pour cette chieuse de Kiyo j’aurais été déçu mais comme ce n’était pas le cas savoir que cette console représentait un tel point faible pour elle et la voir ainsi obéir sans discuter était assez jouissif.
« - L’… l’âme de Naya est à l’intérieur. Si tu lâches la console, tu la tues. »
J’eus un reniflement méprisent qui reflétait assez bien ce que j’en pensais. Ce truc n’était rien de plus qu’un vulgaire jouet et peu importait à quel point elle croyait à sa propre histoire rien de spécial se passerait si je cassais ce truc. Mais je n’allais pas m’étendre sur ce sujet, comme c’était une folle je n’avais aucune chance de la raisonner donc inutile de m’étendre sur le sujet. Et puis je ne voulais pas non plus perdre mon moyen de pression.
« - Mais t’es vraiment une conasse. Tu menaces de tuer Naya et c’est à moi de m’excuser ? T’es vraiment une belle salope, dans ton genre. »
Ah ! Des insultes, je m’y attendais, même si venant d’elle ça ne me faisait ni chaud ni froid. En plus dans son petit monde délirant ça devait sans doute être vrai. Mais si ça avait été vraiment vrai dans le vrai monde je n’aurais peut-être pas fait cela. Si ça ce trouvait Naya avait vraiment un pouvoir … Ha ha ha ! Impossible.
Je n’avais aucune intention de tuer "l’âme de Naya", d’ailleurs si je devais choisir entre les deux ce serait plutôt Kiyo que je choisirais de tuer. Après tout même si la personnalité de la jeune fille était geignarde, peureuse et paresseuse sa double personnalité était mille fois plus pénible.
« - On va imaginer que ce que tu dis est vrai. Ce sont de très bonnes raisons pour ne pas m’insulter. »
Mais même dans le cas de Kiyo là je n’en étais pas encore arrivé à avoir envie de la tuer. Mais il ne fallait pas non plus penser que j’aurais eut d’hésitation ou de remord à briser cette console si je m’étais réellement sentie en danger face au menaces de Kiyo. Comme ce n’étais pas le cas je ramenais ma main à l’intérieur sans pour autant fermer la fenêtre ni m’en éloigner.
« - Hum… Je ne pense pas que tu sois capable de faire des excuses sincères, n’es-ce pas ? Et puisque c’est impossible je vais y renoncer.  En revanche je ne t’ai pas encore entendu dire s’il-te-plais. »
Kyio semblait vraiment être angoissée à l’idée que je casse la console et je me demandais si je le faisais es-ce qu’elle ressentirait réellement le sentiment de perdre un être chère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Lun 2 Fév - 11:05



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Naya était le plus grand point faible de Kiyo et quand on la menaçait, il pouvait devenir très violent. Malheureusement pour lui, Fanny avait le dessus et quoi qu’il arrivait, à n’importe quelle tentative, il arrivait toujours à la même conclusion : elle aurait le temps de balancer la console de Naya par la fenêtre et il serait obligé de sauter pour la récupérer. Dans ce cas-là, ils resteraient bloquer à l’infirmerie plusieurs jours, voire semaines ou même mois à cause des blessures que son corps aurait reçu. Autant dire qu’il n’avait pas vraiment le choix sur les choses à faire : il devait s’excuser. Intérieurement, il maudissait sa faiblesse, son incapacité à pouvoir faire quelque chose pour elle. Il ne perdit donc pas une seconde pour s’incliner et s’excuser. Quand on voyait la scène d’un point de vu extérieur, on pouvait s’interroger sur le pourquoi de son inclinaison, mais quand on connaissait un peu ce bougre, on savait que dans le monde des humains, on pouvait dire qu’il était d’origine japonaise ; il s’excusa donc de la façon de son « pays » ou plutôt de ses origines.

Alors qu’il s’excusait, il avait envie de la tuer à cause de son comportement ; elle agissait comme une petite princesse pourrie gâtée. Plus il l’entendait, plus il avait envie de l’étrangler, mais il se retenait pour Naya. Toutefois, les excuses ne semblaient pas la satisfaire : alors qu’il lui disait que c’était une belle connasse dans son genre puisqu’elle menaçait de mort sa créatrice, elle continua de la menacer, en disant à Kiyo que c’était une bonne raison pour qu’il soit gentil avec elle. Alors qu’elle lui demandait de lui dire « s’il te plait », elle remit sa main – avec la console -  à l’intérieur de la pièce, sans pour autant la fermer. Tant qu’il ne saura pas que la console serait hors de danger, il sera toujours sur ses gardes, prêt à lui sauter à la gorge.

Kiyo – « Je… pourrai… je pourrai récupérer la console… », dit-il, toujours dans la même position. « S’il… te… plait… », dit-il en grimaçant. « Je… il faut que tu éloignes cette console de la fenêtre. Tu risques de la tuer. », dit-il, inquiet.

Pour prouver qu’il n’allait rien lui faire, il retourna s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil. Il ne comprenait pas pourquoi elle ne voulait pas admettre son existence : il était aussi vivant qu’elle, alors pourquoi ? Il était assis, impatient de reprendre sa console, mais aussi de lui casser la gueule. Cette fille méritait sa haine.

Kiyo – « je peux la récupérer maintenant ?v», demanda-t-il. « D’ailleurs, j’ai une question : pourquoi est-ce que tu crois pas en mon existence, ni même au pouvoir de Nay ?», ddemanda-t-il, curieux « Je suis aussi vivant que toi, alors dis-moi pourquoi. », dit-il, en fronçant les sourcils. Suivant la réponse de Fanny, il allait réfléchir à ce qu’il allait faire d’elle quand il en aurait l’occasion.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mer 4 Fév - 1:19

« - Je… pourrais… je pourrais récupérer la console… S’il… te… plait… »
Le seul pouvoir magique qui semblait avoir cours ici était celui que ce jouet exerçait sur Kiyo. Bien sûre je savais que si les positions était inversée j’aurais accepté de faire pareille, voir bien pire. Il fallait le savoir, ma plus grande peut était de perdre quelqu’un à qui je tenais. Cela ne rendait pas ma menace moins sombre, bien au contraire elle ne pouvait qu’en être un peu plus horrible. En revanche si je menaçais Naya avec sa propre vie c’était une toute autre histoire et c’était ainsi que je voyais la chose.
« - Je… il faut que tu éloignes cette console de la fenêtre. Tu risques de la tuer. »
Je ne bougeais pas d’un pouce hésitant un instant à embêter encore un peu la jeune fille avant de décidé que je m’étais assez amusée avec et qu’il était tant de lui rendre sa précieuse console. Cependant un problème me retenait encore un peu. J’étais à peu prêt certaine que Kiyo m’attaquerais dès que je lui aurais remis ce qu’elle voulait. Et même si j’avais réussit à retourner la situation en ma faveur un instant plus tôt je n’étais pas tout à fait certaine de pouvoir recommencer, pas dans mon état actuel. Mais toute folle qu’elle était Naya avait oubliée d’être stupide, à tel point qu’elle sembla presque avoir lu dans mon esprit. En tout cas elle comprit d’une façon ou d’une autre et retourna s’assoir sur l’accoudoir. Même si ce calme affiché était sans doute tout juste apparent il me décida tout de même. Je m’apprêtais donc à lui rendre sa conso…
« Je peux la récupérer maintenant ?»
Oui, oui. Je m’apprêtais donc à lui ren…
« - D’ailleurs, j’ai une question : … »
Elle la voulait vraiment sa console? Parsqu’il allait falloir arrêter d’interrompre mon même pas encore début de geste pour lui rendre sa console.
« - … pourquoi est-ce que tu crois pas en mon existence, ni même au pouvoir de Naya ? Je suis aussi vivant que toi, alors dis-moi pourquoi. »
Il pensait donc il était ? Sa question me fis sourire légèrement, elle avait la même logique qu’un serpent qui se mord la queue.
« - Pourquoi je perdrais mon temps à expliquer cela à quelqu’un qui n’existe même pas ? »
D’ailleurs croire qu’"il" n’existait pas était pas tout à fait exact, c’était juste un peu plus compliqué. D’une certaine façon il existait, mais pas comme une âme entière, juste une erreur dans le programme du cerveau de Naya. Même pas un virus juste une petite erreur. C’était pourquoi il existait quand même un peu mais pas beaucoup. Si il n’existait pas du tout je n’aurais jamais pris la peine de chercher à le ridiculiser. Mais renier complètement son existence servait aussi à le dévaluer.
Maintenant pourquoi je croyais que Naya était folle ? C’était assez évident, pour moi au moins. Déjà sans parler de Kiyo, elle était paranoïaque et bipolaire. Si on y rajoutait entendre une voix dans sa tête et changer de personnalité cela ressemblait plus à de la schizophrénie qu’à un quelconque pouvoir. Si encore Kiyo apportait quelque chose à Naya, une quelconque connaissance, une sorte de sagesse ou que savais-je encore, j’aurais peut-être put y croire. Mais ce Kiyo n’avait pas la moindre utilité réelle.
« - D’ailleurs même dans l’improbable hypothèse ou tu existerais pourquoi je perdrais mon temps à expliquer quoi que ce soit à quelqu’un qui de toute façon me déteste sans raison? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mer 4 Fév - 22:50



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




La situation semblait s’améliorer entre les deux individus : Fanny avait décidé de ne pas balancer la console à travers la fenêtre. C’était déjà un bon point pour débloquer la tension qu’il y avait entre les deux élèves. Toutefois, Kiyo était surtout sur la réserve, prêt à bondir au moindre geste néfaste envers sa créatrice. D’apparence, Naya semblait être accros à sa console, au point d’être prête de sauter par la fenêtre pour la récupérer. Mais la réalité était tout autre, mais l’élève semblait croire les apparences. Alors que Kiyo s’excusa, lui disant le « s’il te plait » qu’elle attendait. Cette fille semblait « jouir » de cette situation, tout en étant toujours sur ses gardes, elle savait bien que Kiyo –ou du moins, Naya pour elle – était prêt à faire tout pour récupérer cette console. Pour éviter tout malentendu, Kiyo s’éloigna de Fanny, se réinstallant sur l’accoudoir du fauteuil pour lui montrer sa bonne foi.

Quand il était installé, il demanda à Fanny de lui rendre sa console, mais aussi pourquoi elle pensait qu’il n’existait pas. Ecoutant ses réponses, il se mit à rire. Finalement, cette fille n’était qu’une pauvre humaine qui manquait d’ouverture d’esprit. Elle n’était une gamine, trop égocentrique pour pouvoir comprendre que le monde ne se résumait pas à la terre ou à cette dimension. Alors quand elle lui rétorqua que cela ne servait à rien qu’elle explique à « quelqu’un qui n’existe pas » pourquoi elle ne croyait pas en son existence, il explosa de rire, sous la tension : soit il la tuait, soit il rigolait et les nerfs de Naya avaient décidé pour lui, pour le bonheur de tout le monde.

Kiyo – « Oh putain ! c’est la première fois que j’entends autant de merde sortir de la bouche d’une seule personne. », dit-il en essuyant ses larmes, tellement qu’il rigolait. « Juste pas curiosité. Je voudrai savoir à quel point tu es stupide et renfermée. », ajouta-t-il en prenant la bouteille d’eau qui était dans le sac. « Te détester sans raison ? », demanda-t-il, comme s’il n’avait pas compris sa phrase. « Je ne déteste personne sans raison, rassure-toi. Si je veux ta mort, c’est parce que tu aggraves la peur de Naya. Tu t’amuses avec elle en utilisant ton pouvoir alors qu’elle a peur de cette sensation d’être observé. », répondit-il en continuant à boire. « Mais comme tu as l’air d’avoir un peu de mal à comprendre, je vais donc reformuler les chose autrement : comment apprécier quelqu’un qui fait souffrir la personne la plus importe pour son cœur ? », dit-il en affichant un sourire sadique. Il la prenait pour une conne ? Oui.

Il savait très bien que son comportement n’était pas très intelligent, surtout que Fanny avait encore la console dans la main, mais il n’avait pas pour habitude de brosser les chiennes dans le sens du poil. Alors il n’allait certainement pas être tendre avec elle. De toute façon, elle avait son putain de « s’il te plait » alors si elle ne lui rendait pas la console, il allait tout simplement se laisser aller et voir ce qui allait se passer.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Sam 7 Fév - 23:59

Je rangeais ma main, et la console avec, dans ma poche de sweet car la maintenir par la fenêtre dans l’air froid l’avait quelque peu engourdie et je voulais la réchauffer en attendant le moment propice pour rendre la console. Et je pensais avec contrariété que ce n’était pas pour tout de suite puisque Kiyo trouva ma réponse … drôle ? La plupart des gens avaient du mal à se souvenir de mon existence lorsque je n’étais pas dans le coin mais pas au oint de la renier lorsque j’étais face à eux. Si tel était le cas j’aurais sans doute été plus vexée que cela. Cependant je ne réagis pas du tout a son éclat de rire pas plus qu’à ses insultes, je m’intéressais plus à ce qu’il dit par la suite.
« - Je ne déteste personne sans raison, rassure-toi. Si je veux ta mort, c’est parce que tu aggraves la peur de Naya. Tu t’amuses avec elle en utilisant ton pouvoir alors qu’elle a peur de cette sensation d’être observé. »
Hein ? C’était donc ça !
Si j’avais une bonne mémoire des gens, que je remarquais parfois des détails qui ne l’étaient habituellement pas et que je découvrais parfois certains secrets  de personnes qui ne me connaissaient même pas était que j’observais beaucoup. Alors l’impression de Naya n’en était pas une, même si personnes ne s’en rendait compte j’observais tout le monde, tout le temps, partout. Pas plus Naya qu’une autre… peut-être un peu plus Naya pour éviter les attaques surprise de Kiyo. Je savais que Naya était paranoïaque mais je n’avais pas du tout pensé que mon pouvoir pouvait avoir cet effet là. Je n’y avais jamais pensé et ce n’était pas non plus comme si je m’amusais à le faire exprès, c’était juste ma nature.
« - Mais comme tu as l’air d’avoir un peu de mal à comprendre, je vais donc reformuler les choses autrement : comment apprécier quelqu’un qui fait souffrir la personne la plus importe pour son cœur ? »
Eh bien … Je devais avouer que c’était une très bonne raison, cependant ce n’était pas quelque chose que je pouvais changer, surtout que je n’avais aucune envie de faire un quelconque effort pour Naya. Alors avec un haussement d’épaule j’acceptais la fatalité de la haine de Kiyo.
« - Oh… pauvre choupinette ! Je ne vais tout de même pas arrêter de me servir de mon pouvoir pour tes beaux yeux. Mais ça tu ne peux pas le comprendre. Et puis… »
D’un seul coup je sortis main de mon vêtement et la tendant de nouveau par la fenêtre je lâchais l’objet qu’elle tenait.
« - … je t’avais dis de ne plus m’insulter. »
Mon geste avait sans doute été trop soudain pour autorisé une quelconque action, quoi qu’il en soit on entendit distinctement le bruit de fin de chute avant que Kiyo ne réagisse.
Mon portable avait été cassé la même nuit que mon bras et ma jambe mais je l’avais gardé dans ma poche par habitude, comme je le savais définitivement hors d’usage je n’avais pas hésité à le balancer par la fenêtre sachant que Kiyo le prendrait pour sa console, toujours au chaud dans ma poche, et que ça le ferais chier. Si je n’avais pas jeté son joujou c’était que comme dis plus tôt que je comptais vraiment lui rendre si il le demander poliment et qu’il l’avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Lun 9 Fév - 18:37



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




La colère de Kiyo n’était pas vraiment apaisée et ce n’était pas la suite des évènements qui allait le faire. Il semblerait que Fanny ne comprenait pas l’importance de cette console pour les deux âmes : Kiyo et Naya ne connaissaient pas spécialement leur don, mais les peu de choses qu’ils connaissaient, ils y faisaient attention et la première chose qu’ils savaient, c’était que la console servait de « portail » à leur pouvoir et de ce fait, ils devaient y faire très attention. Alors imaginez un peu leur panique, leur peur quand ils voyaient Fanny s’amuser avec cette machine, sans penser aux conséquences pour Naya et encore plus pour Kiyo. Alors plus elle continuerait, plus elle gagnerait leur haine. Et contrairement à ce qu’elle pensait, elle allait bien comprendre que Kiyo et Naya étaient deux personnes distinctes, pour son plus grand malheur.

Toutefois, pour le moment, Kiyo semblait gagner – peu à peu – son calme face à cette demoiselle qui réveillait tous ses instincts de tueur. Quand il la voyait, il avait juste envie de la tuer, de l’égorger, de repeindre les murs de l’institut avec son sang. Enfin bref, elle ne lui inspirait aucune sympathie et ce n’était pas parce qu’il lui parlait calmement, qu’il commençait à l’apprécier. Il lui expliqua donc qu’il ne la détestait pas « sans raison » et que, contrairement à ce qu’elle pensait, il avait une raison, une très bonne raison même de la détester. Autant, il était vrai que certaines personnes – comme Brunehilde, Deliahl ou pire en ce qui concernait Jonas – faisaient peur à Naya sans pour autant que Kiyo ne les déteste, mais elle, elle était une exception. Les personnes, comme les trois cités, terrifiaient la demoiselle sans le vouloir et surtout alors qu’ils ne cherchent à faire le contraire. Mais elle, elle le faisait exprès. Alors non, il ne pouvait pas. Et comme s’il la prenait pour une idiote, il reformula la question de la demoiselle de façon à ce qu’elle comprenne plus facilement.

Alors qu’il était toujours assis, rigolant encore à moitié aux conneries sorties par Fanny, il stoppa net de rire aux paroles de l’étudiante, mais surtout à son geste. Son cerveau eut un bug de quelques secondes avant de courir vers la fenêtre, près à sauter par la fenêtre pour aller récupérer la console. En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, il courut par la fenêtre et fit l’action auquel il pensait, sans penser aux conséquences sur le corps de sa créatrice. Tandis qu’il venait de mettre sa main sur le rebord de la fenêtre pour sauter dans le vide, il fut stopper par les hurlements de Naya.

Naya – «  Arrête ! », hurla-t-elle aussi fort qu’elle le pouvait. « regarde, ce n’est pas la forme de la console et je suis toujours là. Cette connasse a voulu jouer avec nos nerfs. Cette pute… a voulu qu’on se suicide… », dit-elle, en commençant à se perdre dans ses pensées. « Elle… elle a… elle a voulu nous tuer… pou… pourquoi ? », demanda-t-elle, commençant aussi à trembler.

Quand elle se mit à hurler, il eut le réflexe de tourner et dans un même temps, donner un coup de pied dans la tête de Fanny. Cette fille jouait avec leur nerf et cette action venait de signer l’arrêt de mort de Fanny. Cette fille était bien suicidaire. Aussitôt après, il prit la première chose qui se trouvait sous ses mains : un coupe papier. A cette sensation dans la main, il afficha un sourire sadique : cette arme était bien meilleure que les ciseaux pourris de Naya.

Kiyo – « Ne t’inquiète pas Naya. », dit-il, toujours le sourire aux lèvres. Il profita de ce moment pour fermer la fenêtre. « Elle nous a pris pour des cons, elle m’a forcé à m’excuser alors que cette pute n’a même pas tenu sa promesse. », commença-t-il à dire. « Alors ne t’en fais pas, je vais la saigner à mort cette chienne. », dit-il, sur les nerfs.

S’il y avait bien une chose qu’il ne fallait pas faire devant Kiyo, c’était de le prendre pour un con. Il avait horreur de ça. Alors même si c’était une fille, assez mignonne même, elle venait de signer son arrêt de mort. Pour calmer les nerfs, la seule chose qui pourrait l’aider, ce serait de lui rendre la console maintenant. De cette façon, même s’il comptait toujours la tuer, il n’aurait plus de prétexte de le faire. Ce geste ajouta une crise de panique pour Naya. Il fallait croire que cette fille avait le don de faire ressortir les côtés les plus sombre des deux adolescents.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 15 Fév - 20:46

Il était bien trop tard lorsque Kiyo se précipita à la fenêtre mais pendant un instant je cru qu’elle allait tout de même sauter. Ce n’était pas mon but et je l’aurais retenue … peut-être…  En tout cas quelque chose le stoppa avant que j’ais fait plus d’un pas dans sa direction. Presqu’aussi tôt le pied de Kiyo me frappa la tempe envoyant ma tête heurter une armoire de l’autre côté, je trébuchais sur mon plâtre et tombai au sol. Assise sur le plancher je sentis quelque chose dégouliner dans mon œil, c’était du sang. Sans doute ma blessure au crâne s’était rouverte, ce n’était rien de grave mais ça saignait beaucoup et me bloquait à moitié la vue.
La plaisanterie était peut-être allée un peu trop loin. Mais il faillait dire que Naya, ou Kiyo, me tapait régulièrement sur les nerfs. Et alors que je m’ennuyais gravement elle était venue m’embêter sauf que c’était moi qui avait trouvée le moyen de m’amuser à ses dépends. Pour une fois que je n’avais rien d’autre à faire et m’amusais un peu avec Kiyo j’en avais profité. Même si c’était un jeu peu cruel face à Kiyo je m’en moquais, puisqu’elle n’était pas une vraie personne. Enfin c’était entrain de dégénérer et les conséquences commençaient à être bien réelles alors il était plus que temps d’y mettre fin.
Je frottais mon œil du revers de ma main mais je ne réussis qu’à l’étaler d’avantage. Ainsi occupée je ne levais le regard qu’au moment où une ombre me recouvrit. C’était Naya qui se tenait entre moi et la fenêtre. Seulement bouger la tête déclencha une nuer d’étoiles. J’étais plus sonnée que je l’avais d’abord cru, Kiyo n’y était vraiment pas allée de main (pied ?) morte. Entre les étoiles, le contre jour et le sang ma vue se trouvait considérablement réduite, je papillonnais pour l’éclaircir et vit le sourire mauvais et le coupe papier de Kiyo.
« - Sérieusement ? Après les ciseaux un coupe papier ? Tu n’as vraiment aucune arme digne de ce nom Naya ? »
Peut-être que je devrais arrêter d’être de mauvaise foi ou carrément apprendre à la fermer.
Une courte évaluation de la situation me fit comprendre que j’étais désavantagée. Même si je n’avais pas la tête sonnante, mes plâtres m’empêchaient de me relever avant qu’elle n’attaque, au moins je pouvais utiliser mon bras gauche pour encaisser le coup. Et si j’envisageais brièvement d’utiliser mon SIG il se trouvait dans mon sac toujours posée près du fauteuil et tirer sur une camarade de classe n’était pas la meilleure idée du monde.
« - Je ne suis pas experte en arme blanche mais je pense que poignarder quelqu’un avec un coupe papier est plutôt difficile et salissant. Et de toute façon tu vas avoir besoin de tes deux mains pour attraper ça. »
Je sortis la console et la lançais à la jeune fille.  
« - Tu peux la reprendre. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Mar 17 Fév - 11:37



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Kiyo n’était pas le genre de garçon spécialement méchant, violent de nature, mais plutôt calme. Pas vraiment sociable, mais pas violent : si tu ne venais pas le faire chier, il ne viendrait pas te casser la gueule. Malheureusement pour Fanny, même si elle ne le faisait pas chier directement, il ne supportait pas qu’on touche à sa protégée, sa créatrice. Elle était la personne importante à ses yeux et même s’il aimerait bien la mettre dans son lit, juste le temps d’un soir, pour l’entendre hurler jusqu’au matin, il ne pourrait la laisser en vie. Cette fille faisait souffrir Naya de la pire façon que quelqu’un pouvait le faire : entretenir sa paranoïa et même lui donner de la matière pour la faire grandir. Lui qui essayait de limiter les dégâts, de lui faire comprendre que les gens n’étaient pas des fantômes, qu’ils en avaient rien à foutre d’elle, Fanny faisait exactement l’inverse. Finalement, on pouvait comparer ce « couple » à un petit ange et une démone, tous les deux logés sur une épaule de Naya. Et elle devait vivre avec les deux, chaque jour.

Le coup de Fanny faillit envoyer les deux étudiants dans le royaume d’Hadès. Fort heureusement pour eux, Naya remarqua juste à temps que ce n’était pas console : la forme n’était pas la même et surtout, elle était toujours là, vivante. Cette fille avait voulu les envoyer dans le royaume des morts et pour cette tentative, c’était elle qui allait y aller. Quand ils comprirent, Kiyo frappa Fanny en donnant un coup de pied dans la tête de Fanny. Il avait dû y aller un peu trop fort vu qu’elle se cogna sur l’armoire – derrière elle – et se mit à saigner de la tête. A la vue du sang, Naya commença à reprendre ses esprits, mais Kiyo, lui, commença à le perdre, son esprit. Dans le monde où il était, il était le héros principal parce qu’il n’avait aucune pitié à tuer ses adversaires et le sang de ses ennemis lui donnaient encore plus l’envie de repeindre les alentours en rouge. Mais comme Kiyo calmait la paranoïa de Naya, elle, elle calmait les pulsions de ce guerrier.

Suite à cela, il ferma la fenêtre pour qu’elle ne puisse pas s’échapper, et prit la première chose qui lui vint sous la main : un coupe papier. Malgré le fait que ce n’était pas une arme pour tuer, à la base, il pouvait très bien s’amuser avec elle. La torture n’était pas un mal en soi, pour lui. Et du moment qu’il ne tuait personne, personne ne pourra le blâmer. Alors qu’il commençait à caresser le cou de la demoiselle, avec son coupe papier, elle s’amusa encore avec ses réflexions à la merde. Pas une arme digne de ce nom ? Cette fille était bien trop matérialiste. A cette réflexion, il se mit à rire.

Kiyo – « Tu sais ma chérie, l’habit ne fait pas le moine. », dit-il en léchant le sang qui se trouvait près d’un des yeux de la demoiselle. « Et ce n’est pas parce que tu as une grosse arme que tu es puissant. Tu vois, personnellement, je préfère prendre les armes sur place, quand je veux tuer des gens. Ça m’évite de transporter le matériel sur place. », expliqua-t-il. ajouta-t-il en nettoyant – avec le pouce - le sang qui coulait légèrement de sa bouche « vous, les humains, vous pensez qu’une grosse arme compte alors que la force d’un homme se voit grâce à sa capacité de s’adapter aux armes qu’il possède. Personnellement, je pourrai te tuer avec ce truc, mais je n’ai pas le droit. Du moins, pour le moment, je me suis interdis de tuer quiconque… alors tu as de la chance. », finit-il en entaillant légèrement la peau du cou de Fanny.

Il n’avait pas spécialement bougé, il s’était juste levé pour éviter de lui planter l’arme dans son cou. Mais sa réflexion était quand même très pertinente : malgré tout, un coupe papier n’était pas spécialement la meilleure arme pour tuer quelqu’un… sauf si on voulait le torturer en même temps. Mais son avis changea quand elle lui balança la console. Maintenant, il était déjà plus rassuré : la console était en sécurité entre ses mains. Il s’éloigna donc de Fanny pour la mettre dans son sac avant de se poser dans le fauteuil et de fouiller dans le sac de Fanny.

A ce moment-là, il vit qu’elle avait une arme dans son sac. Est-ce qu’elle allait compter l’utiliser contre lui ? Quand il voyait l’arme, il comprenait mieux le comportement de Fanny : elle comptait que sur le physique de l’arme pour faire peur. Alors qu’il avait envie de balancer l’arme à travers la pièce, il s’amusa plutôt à la pointer sur Fanny. Comment allait-elle réagir en voyant sa propre arme contre elle ? Il resta donc assis sur le canapé, mais le pointa contre elle.

Kiyo – « Je comprends mieux pourquoi tu parles d’une arme « digne de ce nom » en parlant du coupe papier. C’est vrai que ton arme n’est pas mal, mais il manque d’originalité… », dit-il en jouant avec cette arme. « Dis–moi… est-ce que tu connais la sensation d’avoir tout le temps les mains sales à cause du sang qui a déjà coulé par ta faute ? », demanda-t-il, hypnotiser par l’arme. Il était un peu perdu dans ses pensées.

© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 1 Mar - 0:28

Ma vue n’était pas des plus net mais je vis l’ombre de Kiyo qui bloquais la lumière avec son coupe papier et son sourire mauvais. Je n’étais pas dans la meilleure position qui soit. Lorsqu’elle se pencha vers moi je ne pus pas réagir avant de sentir la lame glisser le long de ma gorge et la réplique que je dis alors n’eut pas d’autre effet que de la faire rire.
« - Tu sais ma chérie, l’habit ne fait pas le moine. »
La jeune fille se pencha d’avantage vers moi jusqu’à que je sente son souffle sur mon visage puis sa langue qui lécha le sang sur ma tempe. Non mais c’était quoi son problème ! Non mais fallait pas abuser non plus, qu’es-ce qui lui prenait de léchouiller les gens comme ça ?
« –Hé ! » Réagis-je en la repoussant légèrement.
A la base c’était quand même pour avertir la jeune fille de ne pas de s’approcher trop prés de moi à sa convenance que j’avais prit la console. Mais force était de constater que le résultat n’était pas des plus probants.
« - Et ce n’est pas parce que tu as une grosse arme que tu es puissant. Tu vois, personnellement, je préfère prendre les armes sur place, quand je veux tuer des gens. Ça m’évite de transporter le matériel sur place. »
C’était un raisonnement qui ce tenait sauf qu’on ait jamais sûr de pouvoir trouver ce dons on a besoin sur place. Et chercher un objet utile faisait perdre bien trop de temps, non décidément ce n’était pas mon truc.
« - Vous, les humains, vous pensez qu’une grosse arme compte alors que la force d’un homme se voit grâce à sa capacité de s’adapter aux armes qu’il possède. Personnellement, je pourrai te tuer avec ce truc, mais je n’ai pas le droit. Du moins, pour le moment, je me suis interdis de tuer quiconque… alors tu as de la chance. »
Sa petite mise en scène avec le sang et sa petite réplique de "quand je veux tuer des gens", comme si ça lui arrivait tout les jours, la faisait vraiment passer pour une …
« - Psychopathe.  »
Et après elle s’étonnait que je la traite de folle.
« - T’as vraiment un problème. J’imagine que tes bonne résolutions ne vont pas jusqu’à accepter de te faire soigner ? C’est dommage parsque tu devrais avant de faire quelque chose qui te vaudra d’être définitivement enfermée dans un asile. »
Pour toute réponse je sentis la froide lame du coupe-papier s’enfoncer dans ma peau. L’entaille était douloureuse, après tout ce n’était pas eut arme assez affûtée pour faire cela proprement, mais à peine assez profonde pour faire couler un filet de sang.
Ce fut ce moment là que je choisis pour rendre la console à la jeune fille.
« - Tu peux la reprendre. »
Elle l’attrapa et s’éloigna. Je profitais de ce brève moment de répit pour pousser un discret soupire de soulagement. Je me rendais assez bien compte de ce que ma connerie actuelle aurait pût valoir mais j’étais trop obstinée pour faire marche arrière si facilement. La prochaine fois que j’ennuierais Kiyo je ferais attention à être dans un meilleur état pour ne pas prendre autant de risque. (Comment ça je ne retiens jamais la leçon ?)
Hé ! C’était mon sac que cette chieuse était entrain de fouiller ! Dans cette situation la chose à faire était de se lever d’un bond et se précipiter vers elle pour lui reprendre mon sac des mains mais avec une jambe dans le plâtre c’était un peu plus long. Je détestais qu’on touche à mes affaires même si la plus part de ce que contenait mon sac était des plus banal, affaires de cours, gants, clés, portefeuille … C’était mes affaires et elle n’avait pas le droit de fouiller dedans et puis il y avait aussi mon SIG même si il était dans un poche à l’écart elle n’était pas si difficile à remarquer donc inévitablement Kiyo la trouva et en sortit l’arme.
Je me figeais au milieu de mon parcourt.
« - Je comprends mieux pourquoi tu parles d’une arme "digne de ce nom" en parlant du coupe-papier. C’est vrai que ton arme n’est pas mal, mais il manque d’originalité… »
Qui se souciait de l’originalité ? A voir comment elle tenait le pistolet elle n’avait sans doute pas l’habitude des armes à feu. Premièrement même si à cette distance viser n’était pas très important il faillait tout de même stabiliser assez l’arme pour évité que le recule ne lui renvoi le canon en plein visage. Deuxièmement elle regardait plus l’arme que sa cible. Et troisièmement elle me menaçait sans avoir ôté aucune sécurité et c’était le genre d’arme conçut pour que les coups ne partent pas à tort et à travers. Donc il y avait peu de chance qu’elle l’enclenche par erreur. Je me détendis un peu.
« - Dis-moi… est-ce que tu connais la sensation d’avoir tout le temps les mains sales à cause du sang qui a déjà coulé par ta faute ? »
Ah ! Finalement elle doutait d’être capable de tuer quelqu’un. Mais je n’allais pas l’encourager, ni partir dans une discussion à ce sujet. Je répondis d’un air grognon.
« - Oui. Tu crois que je me serve de cette arme seulement comme d’une décoration ? »
J’aurais dû saisir l’occasion pour lui faire un peu peur en faisant valoir que j’étais capable de tuer mais la façon dons elle avait posé la question m’ennuyais. Je ne tenais pas tellement à en parler puisque justement je ne ressentais ni culpabilité, ni regret au sujet des personnes que j’avais tué. Et j’avais conscience que ne rien ressentir était sans doute anormal.
« - Pourquoi ? Finalement tu hésites à me tuer ? »
En faite ce n’étais peut-être pas tellement une question qu’il était judicieux de poser.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 398

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Dim 1 Mar - 20:43



« Va te faire lobotomiser : On ne fait pas chier un lion quand on est pas sûr de pouvoir s'en sortir vivante. »




Le retournement de situation à l’avantage de Kiyo ne lui déplaisait pas du tout, bien au contraire. De cette façon, Fanny allait enfin comprendre ce qui en coutait de s’en prendre à Naya. En aucun point elle était folle : son pouvoir existait bien et il allait lui prouver d’une façon ou d’une autre. La chose qui semblait illogique dans le comportement de Kiyo était le fait qu’il voulait prouver à cette « femme » que sa créatrice était saine d’esprit et de ce fait, qu’il existait vraiment. Pourquoi voulait-il autant lui prouver cette chose alors qu’il n’en avait rien à foutre d’elle ? Tout simplement parce que de ce fait, elle allait arrêter d’insulter sa protégée de cette façon. Lui, personnellement, même s’il détestait ça, il en avait strictement rien à foutre que Fanny le considère de cette manière. Le problème venait de Naya : en la traitant de cette façon, elle lui aggravait sa santé mentale et avec le temps, elle allait vraiment devenir folle.

Dans ce dernier acte de cette pièce qui mettait Kiyo et Fanny en scène, ce dernier avait un léger avantage sur sa victime. D’un autre côté, comment ne pas en avoir un quand celle-ci avait un bras et une jambe dans un plâtre ? Certains ou certaines diront même que c’est de la mauvaise foi de l’attaquer alors qu’elle était dans cet état-là. A cette réaction, il répondrait qu’il agit comme elle : elle attaquait bien Naya alors qu’elle était plus que faible psychologiquement. Il ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce, mais à sa manière. Il n’avait donc aucun regret à frapper une fille déjà blesser. De nature, il ne faisait jamais de discrimination entre les filles et les garçons et encore moins en combat. A force de trainer dans cet institut et aussi dans son monde, il avait appris avec l’expérience que les créatures les plus faibles possédaient de grand pouvoir. Le plus bel exemple – à ses yeux – était Naya puisque son pouvoir était lui. Arrogant ? Pas du tout.

Après l’avoir à moitié assommé, il vint sur elle pour lui lécher le sang qu’elle avait sur la tempe et pour lui faire une petite entaille dans le cou. Avant ces deux mouvements, elle traita Naya de « Psychopathe ». Son sang bouillonnait encore plus quand il entendit ces mots. Pourquoi traiter Naya alors qu’elle n’avait rien fait dans cette histoire ? C’était lui et lui seul qui faisait ça. C’était lui qui avait envie de la tuer, même si Naya l’encourageait à le faire. C’était lui qui avait le « courage » et surtout l’envie de la tuer, de repeindre les murs de la pièce avec son sang. Alors pourquoi ? Tandis qu’il lui faisait un discourt sur les armes, comme quoi il préférait les prendre sur place pour éviter de s’encombrer par la suite, après sa pulsion. Il ne savait pas si elle était stupide, très intelligente ou suicidaire, mais les paroles de Fanny l’énervèrent encore plus : en plus de l’insulter, elle venait de lui dire qu’elle ferait mieux de se faire interner. Finalement, ce coupe papier n’était pas aussi « nul » qu’elle le pensait vu la tête qu’elle faisait quand il la lui enfonçait dans le cou, juste assez pour y laisser une jolie trace.

Heureusement pour elle, et malheureusement pour lui, elle eut l’intelligence de redonner la console à Kiyo. Ou du moins, à Naya , vu qu’elle pensait avoir à faire à elle. Lorsqu’il l’eut en possession, il l’abandonna. Il rangea la console dans son sac avant de s’installer sur le fauteuil et de fouiller à son tour dans le sac de Fanny. Elle s’était permise de lui emprunter sa console, pourquoi ne pourrait-il pas lui emprunter un truc à son tour ? Il regarda dans le sac quand il remarqua son arme. En comparaison, il était vrai que son arme à feu avait plus de gueule que son coupe papier. Mais quand on voyait l’état physique des deux, il en était très satisfait. Mais il lui prit quand même. Pourquoi ne pas jouer un peu avec son jouet ?

Lui parlant à elle, à lui-même et un peu à Naya, il contempla l’arme tout en le pointant sur Fanny. De cette façon, si un coup partait « sans faire exprès », peut-être qu’il aurait la chance de lui enlever un ou deux membres. Il admira l’arme en lui disant qu’il comprenait parfaitement bien pourquoi elle parlait d’une arme « digne de ce nom », mais lui fit remarquer son manque d’originalité. Les armes à feu, ce n’était pas vraiment son trip. S’il devait choisir une arme, ce serait plutôt des poings américains ou une batte de baseball. Oh oui ! Fracasser un crâne avec une batte de baseball. Un peu comme dans « Inglorious bastard » où l’ours brun explosa le crâne d’un nazi avec son arme. Cette idée lui fit afficher un large sourire. Tout en gardant l’arme pointée  sur elle, il lui demanda si elle avait eu la sensation d’avoir tout le temps les mains sales à cause du sang qui avait déjà coulé par sa faute. Alors qu’il s’attendait à une réponse négative ou mélodramatique, il fut agréablement surpris par sa réponse sincère. Même si elle avait un arrière goût de sarcasme. Il garda son sourire avant de le baisser sur son autre jambe, celle qui n’était pas blessé.

Tandis qu’il baissait son arme, elle lui posa une bien étrange question : hésitait-il à la tuer ? à cette question, il se mit à rire. Il se leva et se pointa devant elle. Il prit l’arme par le canon, comme s’il voulait lui rendre son arme. Mais il ne fit rien, mis à part lui répondre.

Kiyo – « Moi hésité à tuer quelqu’un ? tu me prends pour une sous-merde ou quoi ? », rétorqua-t-il sans mâcher ses mots. « Je ne tuerai jamais avec le corps de Naya. Je ne veux pas qu’elle ait cette sensation, je ne veux pas qu’elle la connaisse un jour. Mais je te fais une promesse ma princesse… », commença-t-il à dire. « le jour où je pourrai ramener mon corps dans ce monde, tu seras la première dont je ferai couler le sang. », promet-il en l’embrassant sur la bouche.

Après ce baiser, il se releva et utilisa l’arme de Fanny comme une batte de golf et frappa le crâne de Fanny. Il n’avait pas envie de la laisser consciente après tout ce qu’elle lui avait fait enduré : elle l’avait prise pour un con, elle avait insulté Naya, elle avait fait les deux choses qu’il supportait le moins au monde. Mais comme il se l’était promis, jamais il ne tuerait de gens avec le corps de sa créatrice. Il la laissa donc inconsciente, balançant son arme juste à côté d’elle et s’en alla sans un mot pour elle.

Kiyo – « Naya, cette connasse m’a donné faim. Tu sais s’il reste de la glace au Nutella à la maison ? », demanda-t-il, entendant son ventre gargouillé.

Naya – « Je crois que oui. », répondit-elle, heureuse. « mais si tu veux, on peut passer au magasin pour en prendre d’autres. Après tout, tu l’as bien mérité. », dit-elle avec le sourire aux lèvres.

En guise de réponse, il soupira. Toutefois, un sourire s’afficha sur ses lèvres. Il était bien heureux d’avoir pu défendre l’honneur de Naya.

© Dragibus


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Sous tes yeux et depuis un moment déjà
❝ POINTS : 1306

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] : Lun 2 Mar - 21:05

Je laissais Kiyo rire et en profitais pour remettre mon écharpe en place car mon bras plâtré en était sortit à un moment et le garder suspendu ainsi tirait sur mon épaule, m’appuyer sur ma jambe aussi commençait à être inconfortable. Elle finit par se lever et me tendre l’arme en la tenant par le canon, cette meuf n’était vraiment pas familière des armes à feu, mais passons.
« - Moi hésité à tuer quelqu’un ? Tu me prends pour une sous-merde ou quoi ? » Je prenais effectivement Kiyo pour une sous-merde mais ça n’avait rien à voir avec le faite de pouvoir tuer ou pas. Hésiter à tuer n’était pas forcement une mauvaise chose. Et puis tout cela n’était que des paroles en l’air, c’était seulement une fois qu’on avait tué ou abandonnée l’idée de la faire qu’on pouvait dire si on en était vraiment capable. Même moi je n’avais pas su jusqu’au dernier moment si j’en étais capable, puis j’avais pressé la détente et j’avais su que oui.
« - Je ne tuerai jamais avec le corps de Naya. Je ne veux pas qu’elle ait cette sensation, je ne veux pas qu’elle la connaisse un jour. Mais je te fais une promesse ma princesse le jour où je pourrai ramener mon corps dans ce monde, tu seras la première dont je ferai couler le sang. »
Encore cette histoire de vrai corps, la conversation devenait redondante. Bien sûre je ne croyais pas une seconde que ce jour arriverais. C’était le problème avec Naya elle était enfermée dans sa folie si bien que la communication se heurtait toujours au même mur de non compréhension. De toute façon je n’eus pas l’occasion de répondre quoi que ce soit car Kiyo m’en empêcha d’un baiser. Je n’eus pas de réaction à cela, par manque de temps mais surtout par manque total d’intérêt envers les filles. Peut-être si elle ou il avait son "vrai corps" les choses aurait été différente …  Finalement à force d’entendre Kiyo me répéter cette histoire j’avais presque faillit me l’imaginer.
Quand au manque de temps il était dû au coup que je reçu à la tête. Les étoiles se multiplièrent devant mes yeux, je pensais que cette connasse allait me le payer… enfin lorsque je serais entièrement rétablit… et le reste de mes pensées se perdirent dans le brouillard de l’inconscient.

[Fin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Va te faire lobotomiser [PV: Naya] :

Revenir en haut Aller en bas

Va te faire lobotomiser [PV: Naya] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: Le manoir :: Le salon-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit