.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Que la fête commence!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Message
❝ LOCALISATION : Dans une bibliothèque ou une ruelle sombre
❝ POINTS : 208

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 17 Mar - 21:08



Fête de la justice !




Lucie ne savait pas vraiment ou se placer ce soir, elle n'avait pas de groupe avec qui partager cette grande fête alors elle se contentait d'errer. Elle progressait à travers les fêtards un verre à la main histoire de se donner un genre, elle savait qu'elle n'allait pas le boire. À vrai dire elle faisait une horrible fêtarde, elle ne tenait pas du tout l'alcool, certes elle aimait la musique et l'ambiance mais elle n'arrivait pas à totalement lâcher prise, en tout cas pas en étant seul. Alors pour se trouver un peu de compagnies, elle allait de groupe en groupe, personne ne refusait d'accueillir une belle jeune femme mais lorsque le groupe se mettait finalement à bouger, elle restait derrière et finalement, s'en allait.

Elle s'était tout d'abord éloignée de ce gros chien qu'elle avait aperçu peu après son arrivé à la fête, elle n'aimait pas particulièrement les chiens... Non en fait elle ne supportait juste pas les chiens, elle avait juste envie de les frapper pour les faire fuir aussi loin que possible d'elle. C'était donc tout naturel pour elle de s'éloigner de ce petit groupe, bon évidemment il y avait aussi la question du « Vais-je passer du temps avec mes élèves hors de l'école » qui tournait dans sa tête. L'histoire avec Delilah n'était toujours pas close et laissait un mauvais souvenir plein de remords.

Elle avait donc pris la décision d'éviter au maximum les élèves, après tout il y avait tellement de gens ici, dans les vieux quartiers, qu'il n'était pas nécessaire de rester forcement avec les étudiants de la hssup. Cependant, en déambulant ainsi de groupe en attroupement, sans vraiment penser à ou elle se dirigeait la ramena à son point de départ. Ça ne lui avait pas prit tant de temps et peut être que c'était la bonne solution finalement ? Peut-être que c'était le destin ? (où peut être juste une lubie du narrateur). Quoi qu'il en soit elle ne se trouvait pas si loin du petit groupe, qui s'était agrandit au passage, quand le noir survint.

Pour tout vous dire elle était franchement surprise de cette intervention, après tout rare étaient les groupes terroristes à revendiquer librement leurs actions en plein cœur de la ville des héros. Bon il n'y a pas si longtemps ClockWork avait attaqué l'école des héros, mais ce criminel était particulièrement fort. Si l'on suit cette logique ça voulait dire que ces « KnightMares » étaient eux aussi puissants, ce qui n'était franchement pas une bonne nouvelle. Elle fut surprise d'entendre, une fois que les lumières étaient de retour, une étrange discussion à propos de la qualité de cette intervention.

Elle écouta vaguement la discussion, son esprit toujours plongé dans une profonde réflexion à propos de ces agitateurs et le maître des machines, qui se déroulait entre le gros chien noir et sa maîtresse, jusqu'au moment où elle se rendit compte que c'était le chien qui parlait. Quand elle s'en rendit compte ce n'est pas la surprise de voir un chien qui parle qui pouvait se lire sur son visage mais le dégoût de voir un... un... un chien parler comme un être humain. Oui elle n'aime pas les chiens. Par contre elle ne pouvait s'empêcher d'être d'accord avec son discours (à partir du moment sur Ben Laden du moins, le moment où elle s'est intéressée à ses paroles) et si elle restait toujours une inconnue pour le groupe, les voir s'agiter de manière constructive la poussait à s'intéressait à eux.

Ce comportement ne devait pas être mal interprété, après tout si il y avait un moyen d'aider la ville et que c'était de suivre les informations qu'ils pouvaient lui donner, elle était preneuse. Elle prêta donc attention à ce blond qui semblait suggéré que lui ainsi que son ami étaient des criminels, le tout soutenu par le retour de l'étudiante au bandeau. C'était plutôt étrange pour une professeure comme Lucie de voir ses élèves côtoyer des hors-la-loi avec autant de légèreté mais bon... Actuellement, elle ne pouvait rien dire. Alors que la discussion commençait à prendre de l'ampleur la Française décida de marquer sa présence. Elle se plaça en évidence sous le regard de tous, saluant au passage ses deux élèves, elles étaient toutes deux des Iotas donc elles n'avaient pas cours de sport depuis longtemps donc elle espérait qu'elles se souvenaient d'elle. Elle posa ensuite son regard sur les deux hommes avant de se présenter d'une manière plus développée.

« Bonsoir, appelez-moi Lucie, je suis une professeur de ces deux jeunes femmes. Pas la peine de parler de vous outre mesure, on a des problèmes plus importants. Si vous avez une idée de quoi faire, je suis partante. »

hrp:
 

© Dragibus

_________________

cadeaux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 18 Mar - 22:19


   
The Justice Party
   

   

Bon. Dire qu'il n'avait pas apprécié être le témoin de la dispute entre André et Mary était un euphémisme. Les poings de Mischa s'étaient crispés jusqu'à ce que ses ongles rentrent dans la peau de ses paumes. Ce genre de scène lui en rappelait d'autres, bien plus violentes cependant, mais qu'il haïssait. D'autant que les mots mentionnés par son cousin n'était pas pour le laisser tranquille. Prison ? Il n'eut cependant le temps d'y repenser dans l'immédiat.

Son premier réflexe, en voyant André s'éloigner, fut de tendre la main vers ce dernier et de lui courir après. Il n'écoutait que d'une oreille la jeune femme brune et les autres, plus concentré sur son cousin – il était bien le seul capable de lui faire perdre toute considération pour le reste du monde, pour focaliser entièrement son attention sur sa personne.

Cependant, le cadet des Russianov avait prévu sa réaction, car Mischa reçu un sms qui le stoppa net dans son élan. Dans leur langue natale qui plus est, cela afin de s'assurer que les autres ne liront pas. Il resta donc en dehors de la discutions pour le moment, occupé à répondre à ce dernier, les dents serrés.

Finalement, il rangea son portable dans la poche arrière de son pantalon et revint vers le petit groupe, jetant un regard à Elliot, le genre de ceux qu'il ne donnait qu'à lui quand ils opéraient ensemble, sérieux, profond et qui voulait dire “ au boulot ”. Sa main se posa sur l'épaule de Marilyne – il avait bien l'intention de veiller sur elle, qu'André l'ait demandé de base ou non de toutes manières. Il lui offrit un sourire rassurant et se pencha pour murmure à son oreille ;

« T'inquiète pas, il ira bien, tu le connais. » il se redressa et se tourna vers l'ensemble ; « Bon l'un de vous a une suggestion ? Visiblement on est les rares qui vont se bouger rapport à ce charmant message, mais trouver cette gosse pour lui rendre ses politesses risque d'être un peu compliqué, à moins que ce soit dans ses compétences de la trouver à l'odorat ? » demanda-t-il à la jeune fille accompagnée du chien, le désignant d'un geste du menton.

Il tourna les yeux vers la foule. Mais impossible de trouver André parmi cette dernière... il devrait remettre cela a plus tard, pour le moment mieux vallait rester avec Elliot et Marilyne de toutes manières.

   
© charney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 19 Mar - 14:27





Une nuit mouvementée ?

Les lumières étaient vives et bien trop présentes, cela allait finir par lui donner des maux de tête à n’en pas douter. Ses yeux allaient et venaient tout de même pour regarder tout autour d’elle. Il était possible qu’elle ne finisse par reconnaître quelqu’un au milieu de toute cette foule, qui sait ? Seulement pour le moment, ça ne semblait pas être le cas du tout. À croire que finalement, elle avait très peu d’amis dans ce monde. Ce n’était pas plus mal maintenant qu’elle y pensait bien en fait. Tout ce qu’elle espérait, c’était surtout de ne pas croiser André ou bien Mischa, les deux Russianov la mettait plus mal à l’aise que quiconque ne pourrait jamais le faire. La culpabilité se lisait toujours dans son regard lorsqu’elle croisait celui du flic. Rien que l’idée la faisait déjà frissonner sur place, elle se détestait lorsqu’elle était ainsi. Inspirant profondément, planté sur place depuis quelques secondes, les lumières finissaient par disparaître brutalement. Sans sourciller, la jeune femme arquait un sourcil avant d’entendre un bourdonnement qui n’était pas agréable pour un sou. Une fillette faisait tout d’un coup son apparition sur un écran. Sa voix était une torture et la mettait sur les nerfs. C’est surtout elle qui finirait par lui donner des maux de tête à n’en pas douter. Un long soupir passait ses lèvres, écoutant ce qu’elle avait à débiter comme connerie et effectivement, c’était bien des conneries qui sortaient de ses lèvres juvéniles. Le jour ne se lèverait plus sur Laurel ? Quelle bonne blague.

Sa première pensée sur le moment était naturellement de se dire que si elle voulait se battre, qu’elle vienne donc la voir. Isatis était une combattante de par sa race et vu les nerfs à vif qu’elle avait simplement à cause de sa voix criarde, imaginez un peu ce que ce serait si elle l’avait en face. Probablement qu’elle ferait en sorte que la moindre cellule de son corps se nécrose lentement pour bien la faire souffrir. Quoique, ce n’était pas une bonne idée, elle crierait trop, il faudrait l’égorger pour arrêter cet enfer.

Alors que la médecin se faisait des films dans sa tête -plus gore les uns que les autres- et qu’elle imaginait déjà la manière dont elle ferait taire cette gamine, une présence qu’elle reconnaissait instantanément venait de se stopper de justesse à ses côtés. Cette voix qui résonnait soudainement dans les airs, elle tournait lentement son regard, le posant sur lui avant de déglutir difficilement. Fermant les yeux une demi-seconde, elle inspirait profondément. « Zen. » La Krazentz affichait une mine neutre au possible qui lui était douloureuse de prendre face à lui. Combien elle aurait aimé le prendre dans ses bras pour le câliner et lui dire que c’était elle et dans un sens, combien elle aurait aimé prendre la fuite pour ne pas lui parler. Contradictoire. Se retrouver face à lui était toujours autant difficile. Elle remarquait bien vite, cependant, qu’André ne semblait pas dans son assiette et une certaine inquiétude, qui ne voyait le jour qu’avec lui, prenait place, balayant tous ses autres sentiments.

« Bonsoir Monsieur Russianov. Effectivement, je profite aussi de ma soirée si l’on peut dire ainsi, mais il semble que nous allons bientôt avoir quelques soucis. J’aurais bien envie d’écraser cette jeune fille entre mes doigts ! »

Flippante ? Un petit peu, surtout quand on voyait le regard noir qu’elle prenait en prononçant cette dernière phrase, comme si elle avait songé que le mal-être qu’elle ressentait chez André venait de cette gamine et qu’elle devait payer pour cela. Isatis ne pardonnerait pas à quiconque s’en prendrait à son ancien coéquipier, bien que finalement, c’était peut-être elle la pire. Son calme revenait instantanément. Oui, elle était bien pire. Un léger soupir passait à nouveau ses lèvres alors que son regard se posait à nouveau sur lui, un léger sourire presque imperceptible rayant quelque peu sa froideur. Dans son mouvement des yeux, son regard avait capté quelques secondes une tête blonde qu’elle avait reconnu comme son cousin, Mischa.

« Vous n’avez pas l’air très bien. » Dit-elle en se permettant de poser une main sur sa tête comme elle faisait parfois avant, laissant celle-ci quelques secondes avant de l’enlever rapidement, elle n’aurait pas dû. « Vos amis doivent vous chercher, vous devriez peut-être retourner avec eux pour ne pas les inquiéter. Avec ce qui se passe avec cette enfant, la foule risque de vite devenir affolée et vous risqueriez d’être séparé d’eux, ils vont vous chercher après. » Ajoute-t-elle en détournant son regard sur cette dite foule. « Je vais probablement avoir du travail si cela devient anarchique par ici. » Lance-t-elle dans un chuchotement pour elle.


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 19 Mar - 23:06


Party timeAvec le peuple



Non mais là, ça n'allait plus, genre le monde avait décidé de se liguer contre lui en fait. Genre sa vie s'était transformée en comédie dramatique à la noix, avec un budget pourrie, il était le héros et il allait mal finir dans un ou deux actes. Quoique, non, en fait c'était encore pire. Il y avait trop de gens qu'il ne supportait pas dans les alentours – en soit André remplissait une bonne partie du quota à lui tout seul – et Elliot commençait sérieusement à se dire qu'il allait rentrer plus tôt que prévu. Voir tout de suite, avant que ça ne dégénère – encore. Mais comme d'habitude, les choses s'enchaînent, et il n'a pas le temps de protester qu'il se retrouve embarqué dans une histoire pourrie jusqu'à la moelle.

- Pour toi ? Non mais la grosse blague, t'as cru que j'allais pas profiter que ce sale petit clébard soit là pour pas m'amuser au moins un peu ?

Le sale petit clébard restait bien sur le cadet des Russianovs. L'autre chien, il s'était contenté de reculer un peu en le voyant montrer les crocs – phobie stupide quand tu nous tiens. Il avait bien senti que André n'était pas vraiment d'humeur, en même temps il ne l'était jamais en général, mais de là à se faire sermonner par cet autre imbécile heureux de Mischa, ça, non. Il pouvait accepter plein de trucs, vraiment, surtout venant du blond, mais fallait pas abuser non plus. Désolé chaton si ton cousin est le Némésis de ton meilleur ami.

Mais le pire, c'est qu'il allait obéir, en maugréant dans sa barbe inexistante. Et puis patatra, flahs info spécial, on coupe les lumières. Elliot a un instant de latence, il se passe quoi au juste ? Lorsque l'image de la gamine en pleine puberté apparaît, sa première réaction est de regarder la foule autour de lui – oui non la gosse il s'en tamponne – est-ce que tout le monde regarde vraiment la vidéo ? Les autres eux ont l'air bien choqués, ou au moins surpris, la mignonne petite Marilyne prend la main de son amoureux, c'est trop touchant. Ouais il aurait bien voulu être avec sa copine lui aussi, pas au-devant des emmerdes, encore une fois, comme d'habitude. Les lumières reviennent et il sent le vent de panique qui souffle dans la foule. Oho. Ça s'annonce bien.

En fait, les autres s'éclatent déjà à réagir. André s'énerve tout seul, le chien – qui parle mais ça l'étonne même pas – se prend la tête avec sa maîtresse, Mischa devient soudain trop professionnel – mon Dieu ça lui va pas – et Mary... Mary vient lui parler, genre, comme s'ils étaient collègues depuis toujours. Euh, attendez. Non mais sérieux. Il avait rien demandé lui, vraiment, il comptait même pas aider en fait.

- … euh j'en sais rien moi, je suis pas devin, et je côtoie pas ce genre d'ado. D'ailleurs j'en ai un peu rien à battre qu'ils détruisent Laurel vous sav-...

Elliot se tait. Non, là, il allait mentir, cruellement jouer l'hypocrite. Il lance un coup d’œil à Mischa, et puis à André qui se noie dans la foule – c'est peut-être mieux comme ça. L'arrivée d'une jeune femme inconnue lui permet de rattraper la gaffe qu'il allait commettre, ou déjà commise. Un idée ? Une idée de quoi faire ? Là, tout de suite, il pensait plus à la manière de prévenir Brooke que le bordel total venait de commencer, il sortit rapidement son portable de sa poche et vit les deux messages non lus. Si le premier le fit sourire, le second lui redonna une mine un peu plus soucieuse. Il répondit brièvement et reporta son attention sur ses nouveaux compatriotes.

- Ils ont bien du pirater la chaîne de l'écran, nan ? Il y a pas moyen de savoir d'où et comment ? Ou alors, si vous voulez moins technique, je suppose qu'il faut chercher à l’œil dans la foule des types qui vous paraissent louches.

En soit, le groupe qu'ils formaient étaient déjà louche, mais bon, ils allaient pas chipoter. Il se serait jamais cru devoir un jour jouer les héros avec la copine de son pire ennemi et des gens totalement randoms de la rue juste à cause d'une bande psychopathe souhaitant détruire la ville. Enfin, tout arrive. Il prit le temps d'observer les alentours, repérant les gens en panique, les gens calmes et les gens... bien trop sûrs d'eux pour pareille situation.

- Bon, la nana et son chien, et toi qui viens de débarquer, vous avez des compétences particulières ? Non parce que quitte à trouver des gens utiles, autant que vous soyez dotés.

Un peu ironique quand on connaissait son don à lui, mais ils allaient pas chipoter. Elliot était désagréable et il le savait, mais présentement la situation ne l'enchantait pas assez pour qu'il décide d'être aimable et touche à la politesse. Il avait au moins conscience qu'il fallait agir, et vit.


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Dim 22 Mar - 9:52



 
 
JUSTICE PARTY
 

  by ashling sur epicode

 
 


 
André était partagé entre plusieurs sentiments contradictoires. A la fois il était ravi de tomber nez à nez avec la doctoresse qui l’avait soigné après sa minable tentative pour retrouver son ex-coéquipière et à la fois… l’exil un peu forcé dans lequel il s’était mit tout seule le mettait mal à l’aise. Il secoua la tête, tâchant de ne plus y penser. Focalisant son attention sur les dires de la femme médecin, il arqua un sourcil vu la violence des premiers mots avant de sourire chaudement. Ca faisait du bien un peu d’humour après ce qu’il avait vu- oui il était persuadé que ça ne pouvait pas être sérieux, tout ça.

Il aurait bien voulu que le sujet ne tombe pas sur sa personne – ce qui fut déjà beaucoup trop le cas depuis le début de la soirée - mais visiblement, là aussi on ne lui laissait pas le choix. Bon bah, entre la peste et le choléra, quitte à choisir…

« Hum, non, je ne pense pas, justement. Vous en faites pas, ce n’est pas grand-chose, ce sera vite espérer. »

Oui, enfin ça, il l’espérait plus qu’il ne le pressentait.

« Je peux peut-être rester avec vous ? Je veux dire, je suis policier, c’est aussi mon travail que de savoir gérer ce genre de choses. »

Un soupir, un souvenir fugace et un sourire étiré comme par obligation sur le côté en regardant vers le bas suivit de près ces paroles-ci.

« Ce serait plus simple si elle était là… Elle bossait super bien et aurait surement su quoi faire dans ce cas de figure. »

Qui ça ? Sa coéquipière disparue, bien sûr ! Ahah, s’il savait à qui il parlait…





 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 25 Mar - 14:51





Une nuit mouvementée ?

Ses yeux fixaient en coin son ancien coéquipier et la personne la plus proche d’elle qu’elle avait abandonnée sans rien dire un peu plus d'un an auparavant. Ce genre de réunion était toujours compliqué et surtout très dur à supporter pour elle. Non pas qu’elle doutait que c’était dur pour lui aussi, mais dans un sens, des deux, elle était la seule à savoir la vérité. Intérieurement, désolée et ennuyée, extérieurement, neutre et limite froide. Il fallait sauver les apparences et tout faire pour garder le secret bien gardé. Obligation pour ne pas donner des indices ou faux espoirs à cet homme qu’elle avait considéré comme de sa famille.

Quelque peu ennuyé aussi, elle remarquait bien vite que le fait de parler de lui n’était pas une chose à faire pour le moment. La curiosité voyait le jour et savoir qu’est-ce qui pouvait bien le rendre ainsi encore un peu plus. La question aurait bien passée ses lèvres, c’était presque le cas sans y faire vraiment attention, elle avait failli lâcher une question intime qu’elle n’avait plus la légitimité de poser aujourd’hui. Quand bien même, sa vie lui passait à côté maintenant alors qu’elle aurait souhaité savoir pour l’aider et lui tendre la main si besoin. Un soupir bref et une oreille attentive.

« Cela ne me regarde pas, donc je vous souhaite simplement ce que vous espérez. »

Une phrase brève et qui stoppait là, la conversation sur sa personne qu’elle avait engagée et qui ne plaisait apparemment pas. Isatis ne voulait pas le déranger outre mesure et être trop insistante. Elle avait toujours pensé que le mieux était de le laisser venir à elle et ça ne changeait pas, même si en ce jour, il ne viendrait plus à elle et c’était pour le mieux. Il proposait néanmoins de rester avec elle. Une mauvaise idée probablement, mais s’entendre dire non n’était jamais agréable et avec lui, elle était toujours plus gentille que la normal, même si fuir aussi loin que possible semblait être le mieux à faire vu le passé. Elle ne se sentait pas le cœur de le faire cependant et dans un sens, rester avec lui s’imposait comme sa seule envie.

« Bien entendu, si tel est votre désir, vous êtes le bienvenu pour m’aider en cas de soucis. Un policier est toujours extrêmement utile et une source de soutien sur ce genre d’affaire pour un médecin. »

Ses dents venaient se planter dans ses lèvres un instant en entendant un « elle » qui devait la concerner. Ce n’était pas de l’égocentrisme, mais simplement la tournure de sa phrase qui laissait entendre qu’il parlait d’elle. La culpabilité. Ses yeux se posaient néanmoins sur la foule, cherchant à s’évader et surtout à fuir le fait qu’il pourrait remarquer son état et se poser des questions qu’il ne devrait pas. Déglutissant difficilement, ses lèvres s’entre-ouvraient un instant avant de se résigner, réfléchir à ce qu’elle ferait dans cette situation et répondre ensuite. Quelques secondes s’écoulaient avant que des mots fendent enfin le silence entre eux, son regard se posant sur lui.

« Et bien, pourquoi ne pas commencer par savoir ce que vos collègues ont prévu de faire et quand est-ce qu’ils seront là ? Penser également à délimiter un endroit sûr pour les civils et essayer de calmer les tensions ambiantes pour qu’ils ne se blessent pas inutilement ? Également voir si des dotés dans le coin pourraient venir en aide, mettre à plat leurs capacités afin de distribuer des tâches bien distinctes et ainsi mettre un plan en place afin de collecter rapidement des informations utiles ? Je pense qu’elle ferait ensuite, bien que ce ne soient que des suppositions, je ne connais pas votre amie, mais logiquement, elle garderait aussi dans un coin de sa tête que tout ceci ne peut être qu’une mauvaise blague engendré par un doté isolé qui essaye de s’amuser et penserait donc au moyen de savoir ce qu’il en est. Après tout, malgré cette vidéo, il n’y a eu encore aucun incident dans le coin. »

Ses yeux se détournaient, regardant la foule pour voir si l’ambiance ne se dégradait pas plus encore et qu’ils ne commencent pas à tous paniquer dans tous les sens, créant un danger eux-mêmes pour tout le monde. Il fallait contenir les personnes paniquées et s’assurer que personne ne se blessait dans une fuite vaine et sans logique, mais qui résumait l’instinct de survie des humains.

« Et si nous nous déplacions un peu ? J’aimerais voir de mes propres yeux si personne n’est déjà blessé sous la peur et la panique. Si cela ne vous dérange pas, bien évidemment. »


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 25 Mar - 18:57



 
 
JUSTICE PARTY
 

  by ashling sur epicode

 
 


 
La froideur apparemment de la doctoresse ne surprit pas André plus que de de raison. S’il devait se formaliser à chaque fois que quelqu’un s’adressait à lui sur ce ton, autant abandonner son job de suite. Mais ce n’était pas dans ses desseins prochains. Il n’y tenait pas plus que ça, en fait. Son travail lui permettait de se sortir du carcan mafieux dans lequel il avait tant baigné pendant plus de quinze longues putains d’années. Il prenait donc sur lui ; un miracle pour ceux qui auraient pu en témoigner en l’ayant connu ‘plus jeune’.

Ainsi, prenant en compte les avis précieux de sa camarade plus âgée, il se permit d’exprimer son avis à voix haute.

« Il faudrait trouver un endroit ou orienter la population. J’ai peur, cependant, que les magasins ne soient une mauvaise idée. Trop de risque ‘d’attaque’, au cas où. Je ne tiens pas spécialement à mâcher le travail d’un potentiel psychopathe au cas où en livrant une foule compacte dans un espace au sorties peu nombreuses. »

Le lieutenant Russianov refaisait surface. Il posait cartes sur table et essayait de faire de son mieux.

« La meilleure solution ne serait-elle pas de séparer la foule, justement ? J’entends par là de faire se disperser les civils pour les faire rentrer chez eux. »

Il avait aussi besoin de se concerter, bien trop conscient que la moindre erreur de jugement pourrait lui montrer son revers. Bon, ça revenait à ruiner un peu la fête s’il faisait ça mais entre une fiesta dont il avait perdu tout envie de prendre part et la sécurité de centaines de gens, le choix était vite fait.

« Au fait Doc’, je n’ai pas eu le temps de vous le dire la dernière fois mais merci pour les soins sur mes blessures, j’ai guéris vite et je n’ai plus eu mal tout aussi rapidement ! »

Il lui sourit.



 



_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 25 Mar - 19:34


Que la fête commence !




« I wanna run away, anywhere out this place. »


Mary esquissa un geste d'une main, comme pour rattraper André, mais lorsqu'elle le vit se fondre dans la masse, elle rabattu son bras le long de son corps frêle. Elle aurait pu le suivre, rien qu'avec son pouvoir, il était aisé de reconnaître sa « colère » parmi la foule. Elle aurait pu courir, mais non, elle resta plantée là, la bouche serrée. Poussant un soupir de colère, elle se retourna. Les mots de Mischa, qui se voulait rassurant, ne réussirent pas cependant à la calmer. Elle savait qu'elle avait merdé au fond, elle et sa grande gueule, mais elle lui en voulait. Pourquoi devaient-ils toujours finir par s'engueuler comme deux loups enragés ? Elle savait qu'elle aurait pu lui dire plus « gentiment », mais après tout ce qui s'était passée récemment … Elle ne voulait surtout pas qu'on la rendre plus « précieuse », comme une petite chose fragile.

Mais surtout, Mary se mordait la joue comme une punition. Cela pouvait sembler débile, voir affligeant mais … Elle avait « oublié ». Oublier que la date de l'emprisonnement d'André se rapprochait à grand pas. Avec les récents événements, son père, son retour à Laurel, Mary vivait dans une sorte de bulle un peu spécial en permanence, et la notion du temps n'en faisait pas parti. Mais elle vivait avec lui, merde quoi, elle pouvait faire un effort. Elle se massa les tempes, sa rage contre elle-même grandissait au fur et à mesure des propos qu'elle entendait autour d'elle ; elle qui avait prit le « risque » de parler à Elli, ce dernier jouait encore la carte du gamin je m'en foutiste. Rah. Elle lui jeta un œil noir, comme pour l'avertir qu'elle n'était pas du tout d'humeur, mais ce dernier se reprit sans même qu'elle n'est quoi que ce soit à dire.

« Ils ont bien du pirater la chaîne de l'écran, nan ? Il y a pas moyen de savoir d'où et comment ? Ou alors, si vous voulez moins technique, je suppose qu'il faut chercher à l’œil dans la foule des types qui vous paraissent louches.

C'est pas l'idée la plus lumineuse du monde, mais c'est p'tete l'une des moins pires de la soirée. Bon, je vais essayer d'inspecter les alentours, avec mon pouvoir si quelqu'un me semble suspect je le saurais assez vite. De ton côté, vu que clairement on va avoir du mal à s'entendre, arrange-toi avec Mischa pour utiliser au mieux vos dons ou talents respectifs. »

Alors qu'elle allait se retourner, elle tomba nez à nez avec une prof. Elle l'avait déjà vu, du coin de l'oeil, mais elle ne pensait pas qu'elle viendrait à leur rencontre … Surtout qu'elle comme la fille avec le chien des Enfers traînaient avec deux crimos. Mais au vu de la situation, Mary se foutait bien de ce que l'école pouvait lui dire.

« Bonsoir, appelez-moi Lucie, je suis une professeur de ces deux jeunes femmes. Pas la peine de parler de vous outre mesure, on a des problèmes plus importants. Si vous avez une idée de quoi faire, je suis partante.

'Soir madame, ça faisait un moment. Écoutez, le soucis c'est que la foule commence petit à petit à s'énerver, et il faut en profiter pour chercher des indices ou des gens plutôt bizarres, comme l'a dit El … Le gars là. Est-ce que ça vous dérangerait de chercher avec moi et … »

Tiens oui, elle venait de se rendre compte que la jeune demoiselle, celle avec une tête qui pourrait faire pleurer les pierres, n'avait pas encore dit son prénom. Et comme Mary n'écoute pas le chien des Enfers -Et puis quoi encore-, elle n'en avait aucune idée.

« … Tu t'appelles comment au faite ? Moi c'est Marilyne, mais appelle-moi Mary c'plus court. »

Tout en disant cela, elle regarda la jeune fille avec un sourire qui se voulait sympathique. Mais d'un coup, elle sentit une vague de colère qui venait d'un peu plus loin, assez forte pour recouvrir les vibrantes sensations de stress et de panique de la foule. Mary tourna la tête et, se mettant sur la pointe des pieds, elle écarquilla les yeux en voyant une jeune femme -Plutôt canon, il faut le dire-, avec … André. Mary se mit soudainement à serrer les poings. En colère ? Un peu. Jalouse ? Ah mais carrément. Surtout que cette vague qu'elle avait sentit venait de la jeune femme, mais ne semblait pas à l'encontre d'André. Se maîtrisant, elle essaya de calmer sa colère ; maintenant que son pouvoir avait « écoulé », elle se méfiait de ses excès de colère. A ce moment précis, elle regretta de pas avoir ses clopes sur elle pour se calmer.
© Lavandes pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 26 Mar - 16:40





Une nuit mouvementée ?

La doctoresse écoutait avec grande attention son vis-à-vis comme toujours. Exprimant à haute voix son opinion sur ce qu’il fallait faire ou non dans cette situation. Plusieurs avis semblaient toujours être une bonne idée dans ce genre de situation afin de trouver le meilleur compromis qu’il soit pour tout le monde. Un instant, elle avait la sensation de redevenir une flic comme le bon vieux temps -même si ça ne faisait pas si longtemps que cela.- et sa mine en disait long. Réfléchissant avec beaucoup de soin et analyser ce qu’il proposait. Il n’avait pas forcément tort, loin de là même.

« Effectivement, un magasin ne serait pas une bonne idée. Ce serait un endroit bien trop confiné pour placer autant de monde et surtout avec les menaces prononcées par ces gens-là. Nous ne savons d’ailleurs pas s’ils sont sérieux en sachant que rien ne semble arriver depuis que la vidéo est passée. Néanmoins, je ne pense pas que ce soit une bonne chose de laisser tous ces gens sans personne pour les guider. »

Une main venait se poser sous son menton, réfléchissant encore. Quel serait le mieux ? Faire rentrer tous ces gens chez eux et prendre le risque qu’un quartier entier puisse disparaître en un seul instant avec tous les habitants ou bien garder tout ce monde dans le coin après s’être assuré d’un endroit sûr ? Elle ne savait pas réellement ce qui serait le mieux.

« Nous pourrions tout aussi bien déjà les rassembler dans un endroit pour ensuite les ramener chez eux en toute sécurité ? J’ai peur que si on propose à tout le monde de rentrer chez soi, cela provoque une panique générale et que tout ce joli monde se bouscule pour se dépêcher, pensant qu’il y a urgence… Peut-être devrions-nous réfléchir au meilleur moyen de ne pas les affoler plus que nécessaire et agir ensuite, mais d’un autre côté, nous ne savons pas si le temps nous est manqué ou non. C’est une affaire bien difficile à gérer, surtout avec tous les gens d’une ville comme Laurel. C’est bien trop vaste comme endroit. »

Sa main ne bougeait pas de sous son menton, ses yeux se perdant dans le vide en cherchant la meilleure solution possible. Pour elle, le mieux rester de ne pas affoler tous ces gens et créer un danger. Ce qui l’ennuyait le plus restait bien entendu que rien n’était encore réellement arrivé. Malheureusement dans ce monde, il fallait souvent attendre que quelque chose se passe pour pouvoir l’enrayer vraiment. C’était comme pour les meurtres, ils devaient arriver avant de pouvoir arrêter le tueur. C’était horrible de penser ainsi, mais c’était surtout très vrai. Là, la situation semblait être la même aux yeux de la brune, mais ils devaient tout de même essayer. Son côté flic avait du mal à se remettre en route apparemment. En réfléchissant, la voix d’André la sortait de sa rêverie. Culpabilité le retour.

« C’était avec plaisir, si vos blessures ont vite guéri, j’en suis réellement ravi ! »

En faisant un pas en avant, son corps se stoppait soudainement. Quelqu’un la regardait ou regardait tout du moins dans leur direction. Son regard se tournait naturellement vers la personne en question. Les sens de la brune semblaient toujours aussi aiguisés, mais en même temps, vu la jalousie qui s’en dégageait, dur de passer outre et de ne pas la remarquer. Ses yeux se posaient donc sur elle, voyant une jeune femme bien plus jeune qu’elle d’ailleurs -en même temps, ce n’était pas si dur vu son âge réel.- et qu’elle reconnaissait comme étant probablement amoureuse d’André. Un léger sourire s’affichait sur son visage.

« Il me semble que cette jeune femme là-bas, ne semble pas tout à fait satisfaite de vous voir en ma compagnie. Ne serait-il pas bon pour vous d’aller lui expliquer les choses avant qu’elle ne comprenne de travers ? »

Elle n’était pas ici pour devenir une gêne ou un obstacle dans la vie de son ancien coéquipier, loin de là.


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 27 Mar - 15:53



Feat : Lucie; Elliott; Mischa; André; Marilyne; Isatis
Que la fête commence





A mon grand désarrois, le monde avait décidé de tourner trop vite autour de moi. Les paroles de Salomon m'avaient tant troublées que je n'avais rien remarqué des paroles des autres à mon égard. Le voir, l'écouter dire des propos aussi blasphématoires m'avait mise dans une colère noire, si noire que même lui se faisait petit sous mon regard mauve. Cette colère avait zappée toutes mes idées noires pour les remplacer par des questionnement sur la marque que j'allais utiliser sur son pelage qui devait être rempli de crasse. Ma grogne était telle que je ne répondit pas au compliment du garçon avec un sale caractère, trop absorbée en mon fort intérieur pour retrouver un semblant de contrôle sur ma personne.

Mais il fallait se faire une raison. J'étais tombée au milieux d'autres dotés, je pense qu'il y en a beaucoup dans ce groupe au moins. Je n'appréciais pas la tournure des événements, je ne suis pas faites pour être une héroïne. Je ne suis allée à cette école que pour les désirs de mère et père, pas pour satisfaire le moindre idéal de justice qui, selon moi, est voué à être faux. Une seule personne qui répand une seule justice n'est pas bon, plusieurs personnes qui en répandent des différentes encore moins. Certains seront plus sévère, d'autres plus laxiste. Le simple terme super-héro est erroné, un héro est un être capable de grands exploit mais il n'a jamais été question de rendre justice. Oui, je n'étais pas faite pour être un super-héro... Ne serait-ce pas ma vision des choses...

Mais quoi qu'il arrivait, la venue de notre professeur de gym me rassura un peu. Juste un peu, les souffrances physiques que m'infligent son cours m'assaillant dans un rappel de mes mauvaises performances corporelles. J'écoutais, j'étais passive quand on me demanda enfin mon nom. Et à ce moment là, mes manières revinrent enfin, mon air profondément snob comme certains aimaient l'appeler revenant sur mon visage. Mes allures nobles et la prestance de mon statut social revenait enfin pour rappeler que je n'étais pas une fille mal élevée mais bien quelqu'un qui se devait d'être parfaite jusque dans sa posture.

"Oh, excusez-moi j'ai dû oublier mes manières avec toutes cette agitation. Je me nomme Eden, Eden MacAlyster, du moins je suppose que vous devez le savoir Mlle Latimer.

_ Eden, juive, bourgeoise, coincée et ici présente pour vous servir avec son humble serviteur; retentit ainsi la voix de Salomon dans un air profondément moqueur, il semblait déjà avoir repris ses moyens face à la menace du bain.

_ Et... Ceci est Salomon, mon chien noir... Et je tiens à préciser que même si il est infernal, il est bel et bien sans lien avec les enfers.

_ Charmant jeu de mot, Eden."

Je soupirais aux remarques de Salomon, je ne pouvais pas me faire obéir plus d'une fois dans la même journée sans subir ses paroles les plus dures et insultantes. Pourtant, il sembla fixé sur Mary, comme elle m'avait dit de l'appeler, comme si il était amusé de ses réaction. Un monstre, j'avais un monstre près de moi et que je ne pouvais m'empêcher de caresser en regardant Mary se calmer de ce qui semblait être une crise de jalousie. Je n'avais jamais été jalouse avec Jack, mon ex. Elle en revanche l'avait purement et simplement était à chaque homme ou femme qui m'approchait... Je suppose que c'est ce qui a ruiné notre couple.

"Tu ne devrais pas être jalouse. Ca ruine la confiance qu'il y a dans un couple, crois-moi...

_ Elle se faisait harcelée par son ex qui était immensément jalouse, à ma grande satisfaction. Cette fille à auto-ruiné ses chances de revoir Eden."

Je ne disais rien... Il avait raison...


(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 27 Mar - 21:49



 
 
JUSTICE PARTY
 

  by ashling sur epicode

 
 


 
Il lui offrit un sourire en coin, aimable, lorsqu’elle lui dit avoir été ravie de le soigner. Mais André pensait avant tout à son travail, maintenant. Il tressauta lorsque la doctoresse aborda le sujet Maryline. A l’image d’un anime japonais, on aurait presque pu imaginer le Russianov se geler sur place, comme pour éviter le sujet. Ironique en sachant qu’il était né tout près d’un des pays les plus froids du globe mais bon, les plaisanteries seraient définitivement pour plus tard. Reprenant constance, le jeune homme tira sur la chaine du cadenas qu’il portait autour du cou, par instinct. Ce réflexe lui était venu très vite lorsqu’il avait la sensation d’étouffer ou de s’étrangler.

« Oh non, croyez-moi, il ne vaut mieux pas qu’on se confronte maintenant. Le mieux, c’est encore qu’on ne se parle pas de la soirée pour se calmer chacun de notre côté. On a pas vraiment des caractères faciles. Ni elle… ni moi. »

Il soupira. Dans un sens, il n’aimait pas être ainsi. Mais bon, ça n’allait pas arranger ses affaires actuelles, tout ça.

« Bref. Et que dites-vous des métros ? C’est un point difficile d’accès mais suffisamment sur en cas de tremblement de terre ou d’attaque terroriste. Ces gens-là, qui qu’ils soient et s’ils ont réellement projetés quelque chose contre les participants à la fête, ne se seront pas attendus à ce que la foule se mettre à l’abri hors du champ de vision. Sous terre, donc. »

Et puis il capta soudainement qu’il entrainait la femme mûre sur un tout autre domaine que son champ de compétence.

« Pardon Doc’, je dois vous embêter à vous entrainer là-dedans. J’avais juste eu l’impression de retrouver mon ancienne co-équipière en fait. Navré. »

La naïveté.



 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 27 Mar - 23:40


Que la fête commence !




« I wanna run away, anywhere out this place. »


« Oh, excusez-moi j'ai dû oublier mes manières avec toutes cette agitation. Je me nomme Eden, Eden MacAlyster, du moins je suppose que vous devez le savoir Mlle Latimer.

Eden, juive, bourgeoise, coincée et ici présente pour vous servir avec son humble serviteur.

Et... Ceci est Salomon, mon chien noir... Et je tiens à préciser que même si il est infernal, il est bel et bien sans lien avec les enfers.

Charmant jeu de mot, Eden. »

Mary se contenta d'hocher la tête, léger sourire plus de politesse. Les poings toujours serrés, elle entendit cependant la voix d'Eden qui s'élevait de nouveau.

« Tu ne devrais pas être jalouse. Ça ruine la confiance qu'il y a dans un couple, crois-moi...

Elle se faisait harcelée par son ex qui était immensément jalouse, à ma grande satisfaction. Cette fille à auto-ruiné ses chances de revoir Eden. »

La regardant, elle jeta un œil à son chien pas-des-Enfers, puis elle soupira. Bon. Eden n'avait pas tord, surtout que, Mary n'était pas étrangère dans leur dispute. Elle s'approcha d'Eden, puis, sans prévenir, lui tira un peu la joue, ce genre de geste très enfantin mais qui témoignait, de la part de Mary, un amusement et une sympathie assez grande. Pas mal pour une fille qui se donne des airs snob.

« T'es mignonne. Merci du conseil. » Elle lui fit un petit signe, puis, commença à se diriger vers André, mais au bout de quelques pas s’arrête pour la regarder de nouveau. « Je suis désolée pour ton ex, mais si elle a agit ainsi, elle te méritait pas. L'amour ça se garde, et t'es plutôt mignonne, désespère pas. »

Sincérité. Mary faisait, depuis son retour à Laurel, beaucoup d'effort pour être plus sincère. Ce qu'elle avait dit, elle le pensait, et elle sentait les émotions d'Eden. Elle sentait que, sous ses airs un peu hautaine, elle ressentait une vraie peine vis-à-vis de ce sujet. Reprenant son chemin, elle arriva assez rapidement devant la jeune femme -Définitivement trop jolie-, et André. Rougissant d'une manière bien trop visible, et presque inhabituelle dans son cas, elle tira le bas de sa manche pour attirer son attention, en attendant qu'il finisse sa discussion. Une fois son attention attirée, elle trifouilla au niveau de son cou et, sortant une jolie chaîne de couleur argenté de son décolleté, elle montra furtivement une petite clé. André, lui, comprendrait. Puis, toujours les joues rouges, elle dit de sa voix grave habituelle, mais légèrement plus aigüe

« … Pardon, je suis allée trop loin tout à l'heure. Je ne voulais pas te vexer, mais comprend-moi, je veux pas être inutile, et je veux te protéger autant que je veux protéger cette ville. J'm'y suis attachée je crois. »

Elle soupira, un sourire plutôt tendre sur les lèvres, puis, rangeant son pendentif dans son décolletée de nouveau, elle s'approcha et fit un bisou assez mignon et enfantin sur sa joue, avant de reculer de nouveau.

« J'vais aider Eden et Mme Latimer dans nos recherches. Je promet d'être prudente. On s'retrouve chez toi tout à l'heure. »

Mary regarda la jeune femme, puis, inclinant un peu la tête, elle se présenta, avant d'ajouter

« J'vous confie mon idiot de copain, faites attention à vous deux. Et pardon de m'être imposée. »

Une Mary aussi polie et gentille, c'était rare. Mais elle était sincère ; oui elle est jalouse, de par son manque de confiance en elle. Oui, elle trouve cette femme plus jolie qu'elle, et plus adulte, mais c'est ainsi. Puis, faisant un geste de la main à Mary, elle retourna auprès de Lucie et d'Eden, puis, le faisant un geste de la main, elle dit avec un sourire non dissimulé

« Bon, on y va ? On a du boulot. Mme Latimer, avez-vous identifier des gens qui vous paraissent suspect ? Eden, tu vas m'aider à les choper si besoin, j'aurais besoin d'établir un contact physique pour exploiter mon pouvoir au mieux. »
© Lavandes pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans une bibliothèque ou une ruelle sombre
❝ POINTS : 208

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Sam 28 Mar - 0:36



Fête de la justice !




Les jeunes gens du groupe qu'elle venait de rejoindre semblaient déjà en train de s'organiser et elle n'allait certainement que les assister. Cependant ce rôle convenait à Lucie, il allait bien arriver un moment ou ses élèves ne pourrait pas gérer les problèmes ou autre obstacles sur leurs routes. Pour le moment elle se contentait d'assimiler ce qui se disait autour d'elle et de trouver un moyen « d'entrer en contact » avec ceux qui venaient de ruiner ce qui devait être une belle fête. Ce qui allait arriver aux civils n'était pas de son ressort et elle faisait de son possible pour ne pas s'en préoccuper, les force de l'ordre allaient certainement pouvoir faire évacuer les gens « normaux ».

Entrant donc dans le cercle elle observa un peu ses membres, histoire d'avoir un apriori rapide sur chacun, il y avait d'abord ce jeune homme qui affichait un air excédé comme si la situation l'embêtait plus que ne l'inquiétait. Il était le premier à la remarquer et à l'inclure dans le plan, peu être était-il celui sur lequel il fallait compter pour trouver des idées lumineuses ? Lucie n'était ni une inquisitrice, ni dans de l'humeur la plus joyeuse et si grâce à ce bonhomme qu'elle avait d'abord identifié comme un criminel elle pouvait trouver quelque chose sur lequel elle pouvait se défouler elle n'allait pas se plaindre. Cette dernière phrase donnait de la Française une image bien brutale mais comprenez là, elle venait de passer une soirée lamentable par l'absence de fun ou de compagnon de fête. L'idée de déporter sa frustration sur des psychopathes l'enchantait. Il y avait ensuite cette fille, étudiante de l'école des héros, qui semblait diriger en grande partie le groupe. C'était celle qui avait stimulé ses compagnons pour s'occuper de cette situation, une grande qualité qu'elle avait là, pouvoir garder son calme et rester en activité dans de sales moments était un très bon atout. Restant silencieux il y avait aussi cette autre étudiante accompagnée de son chien noir et le blond qui pour l'instant ne faisait que partie du décors.

Bon, première impression sur le groupe selon Lucie ? Tout allait bien se passer. Elle acquiesça à la proposition du brun bien qu'elle n'eut aucune compétence dans l'informatique comme... Personne dans le petit groupe malheureusement. Bon ils allaient devoir avoir recourt à la bonne vieille méthode de la recherche à l'œil ce qui était assez compliqué avec la quantité astronomique de gens réunie dans le centre commercial. Marilyne lui fit un point sur la situation (même si elle avait déjà assisté à une grande partie) puis se tourna vers sa camarade pour faire des présentations, Lucie se tourna vers le jeune homme dont le prénom commençait visiblement par « El ». Il avait beau être désagréable elle sentait que dans cette situation on pouvait lui accorder une certaine confiance et puis notre pro' de sport n'était pas du genre à douter de tous ceux qu'elle croisait. Elle lui répondit simplement sans faire attention au ton acerbe qu'il venait d'utiliser.

« Personnellement je n'ai pas à me plaindre mais je dois avouer que je serai plus utile lorsque l'on trouvera les fauteurs de troubles plutôt que pour les trouver. » ses paroles étaient accompagnées d'un petit sourire « En tout cas si il faut quelqu'un pour foncer dans le tas à un moment appelles moi si c'est ça la question. Au fait, c'est quoi ton nom ? »

Question naturelle lorsque l'on s'apprête à travailler de concert avec un inconnu, posée d'une manière peu galante certes mais la situation s'y prêtait assez mal. Pendant ce temps Marilyne et Eden, la fille au chien, avait probablement fini de discuter puisque la première était allée retrouver l'homme qui l'accompagnait tout à l'heure. Lucie n'y fit pas attention, ça ne devait pas être trop important, du moins pas pour elle, et ils avaient d'autre chat à fouetter. Elle s'était donc retournée vers la iota et son repoussant molosse et fixa l'animal.

« Bon, avant que l'on se mette au travail je tiens à te dire quelque chose... Salomon c'est ça ? J'ai bien remarqué ton amusant cynisme mais ce soir je ne suis pas d'humeur donc je te déconseille de trop te sentir à l'aise avec moi. » Courte pause « Chut, chut, je sais qu'il te vient certainement beaucoup de réflexions à l'esprit mais je peux t'assurer que je ne suis pas le genre de personne que tu voudrais énerver, surtout pas. »

Elle avait fini sa phrase avec un petit ton suave particulièrement désagréable, elle venait d'annoncer la couleur : elle n'aimait pas les chiens et elle n'était d'humeur donc si il ne voulait pas faire partie de ses moyens de se défouler ce soir il fallait qu'il se calme. Ses paroles devaient avoir été accompagnées de quelques souvenirs dans l'esprit de son élève qui pourrait lui donner la soudaine envie de calmer son cabot. Cependant le temps n'était plus aux menaces car la jeune fille aux yeux vairons était de retour et contrairement à ce qu'elle pouvait penser Lucie ne s'était pas mis au travail.

« Non, je dois t'avouer que je n'ai pas encore cherché mais dans une telle foule la tache n'en sera que plus ardue. Par contre avant qu'on se mette à bouger vous pouvez abandonner les « Mme Latimer », on est pas à l'école et c'est beaucoup trop long. Si on doit se prévenir rapidement autant que l'on soit rapide pour parler. Si tu as besoin que l'on t'attrape des gens pour que tu utilises ton pouvoir tu peux me demander aussi. » elle regarda autour d'elles pour voir par ou elles pourraient commencer avant de pousser un petit soupir « J'espère que je ne vais pas trop abîmer ma robe quand même... »

Ne pensez pas que Lucie soit particulièrement attachée à ses vêtements pour une raison un peu légère mais avec son don elle allait certainement se trouver en première ligne si affrontement il y a. Elle était donc celle qui risquait théoriquement le plus de se faire abîmer pour le plus grand plaisir du chien certainement. Bon dieu, mais elle devenait carrément parano à penser ça.

© Dragibus

_________________

cadeaux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Dim 29 Mar - 19:02





Une nuit mouvementée ?

Nul doute que son cher ancien coéquipier aimait cette femme et qu’elle aussi, surtout en l’entendant parler d’elle. Peu importe qu’il soit en train de dire que tous les deux avaient des caractères difficiles et de ce fait que tout n’était pas toujours rose, il était évident qu’il tenait à elle. Cela lui faisait plaisir de savoir qu’André avait quelqu’un à ses côtés pour le soutenir, quelqu’un qui était même plus important qu’elle finalement. Rassurée dans un sens, mais pas déculpabilisé pour autant, il ne fallait pas pousser non plus. Sa main venait se loger instinctivement à nouveau sur le haut de sa tête comme pour lui dire que tout était normal. Après tout, un couple n’en était pas un sans dispute et confrontation. À nouveau elle avait osé poser sa main sur lui, elle la retirait donc rapidement.

« Il est normal que… Dans un couple, tout ne soit pas toujours rose et simple. Chacun doit faire des sacrifices de son côté et accepter les défauts de l’autre, cela peut prendre parfois du temps, mais il faut se l’accorder pour l’amour que l’on porte à cette personne. »

Elle n’était pas spécialement une grande connaisseuse question amour et couple, mais disons qu’avec les années, elle avait accumulé quelques informations sur la question. Et oui, aussi étonnant que cela puisse être, Isatis n’avait jamais eu quelqu’un réellement. Ses premières années, elle était fuie par son peuple à cause de son visage et ensuite, sur Terre, elle n’avait pas le cœur à cela. Enfin, ça n’avait rien d’intéressant, retournons à ses affaires actuelles. Comme auparavant, son écoute était toujours extrême avec lui, prenant en compte son avis et le moindre mot qu’il prononçait avant de soupirer intérieurement et se gifler également. La vie était si dure parfois avec vous. La façade devait être tenue jusqu’au bout en tout cas.

« Vous n’avez pas à vous excuser, cela ne me dérange aucunement, j’apprécie de pouvoir vous aider en réalité ! Les métros me semblent être une très bonne idée à vrai dire, cela donnerait effectivement un effet de surprise. Après, rien ne nous dit qu’ils n’ont pas visé les métros… Il faut dire que c’est souvent un endroit bondé et en prenant en compte les menaces qu’ils ont soulevées, il est évident que les gens vont se ruer dans les métros pour rentrer chez eux. C’est à double tranchant, mais il faut prendre des risques parfois. »

Sa réflexion reprenait son cours, mais une phrase passait ses lèvres sans qu’elle ne le veuille, attendrit par André comme souvent, une phrase qu’elle espérait passer inaperçu par l’arriver simultané de Mary et le fait de sa voix base à ce moment-là.

« Tu as bien grandi, j’en suis heureuse. »

Une autre gifle mentale, comment pouvait-elle dire cela aussi facilement ? Est-ce que c’était ainsi que la Reine espérait ne jamais donner d’indice à André ? Quelle stupidité !
Une main se passait sur son front nerveusement et l’espace d’un instant plus tard, son impassibilité était revenue alors que Mary s’exprimait, rougissante. Qu’ils étaient vraiment mignons tous les deux, un léger sourire ne pouvait que s’afficher sur le regard froid d’Isatis, un léger presque imperceptible d’ailleurs. Alors qu’elle s’expliquait avec son amoureux, elle finissait par s’incliner et se présenter à la doctoresse. Évidemment, elle en faisait de même sans dire son prénom qui n’avait pas changé depuis le temps où elle était flic. Oui, Isatis avait changé son nom, mais pas son prénom, c’est pour cela qu’elle faisait en sorte de ne jamais le dire à André et/ou Mischa, au cas où. De plus, sur sa blouse ou sur son cabinet, on ne lisait toujours que Wolfenstein et rien d’autre. Un peu comme si elle avait senti qu’un jour ça arriverait, qu’elle rencontrerait à nouveau André.

« Docteur Wolfenstein, enchanté et ne vous en faites pas, vous ne vous êtes pas imposé et je veillerais sur votre petit ami. Faites attention à vous également, si jamais vous êtes blessée ou avez besoin d’un médecin, je suis là ! »

Professionnelle comme toujours alors qu’elle regardait cette jeune femme très mignonne partir de là où elle venait. Ils étaient vraiment adorables tous les deux, elle était contente d’avoir pu rencontrer cette jeune femme même l’espace d’un instant. C’était une personne vraiment importante pour André après tout, vraiment très importante même.

« C’est une très jolie jeune femme et agréable quand bien même je soupçonne qu’elle ait du caractère ! »


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
❝ POINTS : 5

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 6 Avr - 18:42

Que la fête commence!




On pense souvent, à tort, qu'un sens en moins, ce n'est rien dans une vie lambda. Quel est votre opinion sur la question? Oh, ne vous fatiguez pas à répondre puisque vous aller pouvoir expérimenter ce principe en live! En effet, sans que rien ne l'annonce, tout le monde perd son ouïe!

Pas facile de tenir une foule tranquille dans ses conditions, pas vrai?





• Postez à la suite de ce message dans l'ordre que vous voulez.
• Vous pouvez poster plusieurs fois pour répondre à vos compagnons durant ce tour.
• Vous avez jusqu'au mercredi 19 Avril pour répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Dim 12 Avr - 12:48



Feat : Lucie; Elliott; Mischa; André; Marilyne; Isatis
Que la fête commence





Non pas que l'idée de sentir de la joie en Eden me rebutait, au contraire car plus dur en sera la chute. Mais qu'on lui pince la joue comme une grand-mère qui va faire des cookies jusqu'au dégoût en la complimentant au point que sa bisexualité ressorte dans une rougeur avait le don de me faire grogner de colère. Allait-il vraiment falloir que je marque mon territoire en lui urinant sur les jambes pour qu'on comprenne que c'était ma propriété privée ? Ce serait certes fort amusant mais je savais me tenir un minimum, cependant mes grognements de rage parlaient pour moi. Pas touché, à moi, rien qu'à moi, jusqu'à ce que la fin vienne la frapper comme la fatalité qu'elle est. Je ne supportais pas qu'on touche à MA propriété privée ! Oui, je me répète, mais c'est énervant ! Imaginez qu'on vienne s'approcher de trop près de votre bichon pur race. Là, vous voyez que c'est énervant !

Mais pas autant que la suite... La prof de sport venant commenter mon humour que j'estime être d'un impact à toutes épreuves. J voulais bien lui répondre après le blanc de quelques secondes mais elle me coupa en me demandant cordialement de fermer ma gueule. J'avais vu du manque de respect avant, mais là c'est trop ! Alors qu'elle avait le dos tourné, elle me donna une idée. On ne veut pas voir sa robe abimée ? Alors autant la raccourcir mademoiselle ! Ainsi recommença le numéro de l'arrière de la robe coupé à ras, mais cette fois pour la robe de cette insolente. Non mais, oser me parler sur ce ton...

"Ne vous en faites pas, avec cette nouvelle coupe aucun mal ne pourra être fait à cette magnifique robe."

Je souriais grandement à ma pique avant de glapir de douleur, Eden m'ayant donné un coup sur le flanc en... Me criant dessus... En silence... Mais quel était donc cet étrange phénomène. Même si je tendais l'oreille, rien à faire... J'étais sourd ! MOI, SOURD ?! Cependant le pire était à venir... Eden mettait une main sur son oreille en panique. Je n'étais pas le seul. Mais Eden sourde, c'était la faim de ses rêves. Ce serait bien si... Si ça n'avait pas l'air général. Réduire mon Eden à un dommage collatéral ?! Oh, je vois... Putain de petit branleur de terroristes... Vous allez regrettez de m'avoir mit en colère, j'ai toujours un odorat et des crocs mes petits porcs. Quand je vous trouverez, vous aurez mal aux fesses. Je me mis à mordre la main d'Eden pour attirer son attention, tendant la laisse à mon cou. D'abord hésitante, elle s'y accrocha finalement. Je pouvais commencer à renifler le sol à la recherche d'odeurs... Inadéquate. Alors que je trainais Eden, elle saisit la fameuse Maryline avec elle dans notre périple.


(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 14 Avr - 15:00


   
The Justice Party
   

   


Bon ok, c'était le gros bordel. Bastet avait suivi une partie seulement de ce truc ridicule que les humains appelaient “fête de la Justice”, se sentant peu concernée. Cependant, désormais la déesse était obligée de s'intéresser d'un peu plus près à l'affaire, car Mischa venait tout bonnement de... devenir sourd. Rien que ça ouais. Et les fameux électrons libres intervenus plus tôt pour gâcher la partie n'étaient certainement pas étranger à tout cela. La déesse enfermée dans le corps de son humain suivait la scène. Mischa lui, en se retrouvant brutalement privé de tout son, avait eu un instant d'interdit, pas certain de comprendre ce qui se passait.

Il avait essayé d'appeler Elliot, mais ne s'était pas entendu le faire. Par réflexe, le blond avait tourné la tête pour regarder dans la direction ou André était parti, mais il était avec le docteur Isatis, donc il ne se faisait pas trop de soucis, son cousin n'avait pas foncé tête baissé dans les ennuis -c'est l'hopital qui se fout de la charité là. Mary était partie les rejoindre faire dieu sait quoi et a vrai dire, le blond ne voulait pas se retrouver mêler à tout ça. Non en fait, de base, il se fichait qu'on gâche la fête. Deux choses lui importaient actuellement, que ses proches aillent bien et retrouver son ouïe.

Se rapprochant d'Elliot, leur petit groupe s'étant dispersé un peu partout, il l'attrapa par l'épaule pour lui signaler sa présence, ne pouvant lui parler puisqu'apparemment la surdité était générale. Mischa saisit son portable et tapa un texto avant de le présenter à son ami.

[ bon on fait les boutiques en attendant que ce bordel s'arrange, ou on essaie de comprendre ce qui se passe et on joue les héros pour changer ? ]

Mischa toujours le mot léger quand il faut... ou pas du tout en fait. Il balaya la foule du regard, laquelle commençait à paniquer d'ailleurs. Les gens courraient, paniqués entre l'apparition des Knightmares et la perte de leur sen, criant en silence. Mischa attrapa son ami par l'épaule et le tira vers lui pour lui éviter de se faire percuter par un type qui ne faisait plus attention à rien si ce n'est fuir vers la sortie. Le blond le fusilla du regard et pas besoin de mots pour lui faire comprendre qu'il avait tout intérêt à dégager.

Il se tourna de nouveau vers Elliot et lui fit signe d'un hochement de menton qu'ils feraient mieux de s'éloigner du gros de la foule s'ils ne voulaient être entraîner dans leurs mouvements de bêtes d'abattoir affolées. Et pendant ce temps André était dieu sait ou et la fille nommée Eden avant embarqué Marilyne avec elle. Génial.


   
© charney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 14 Avr - 20:01


Party timeAvec le peuple



Mais bon sang de... qu'est-ce que c'était encore que ce bordel sans nom ? Elliot ne suivait plus, plus du tout, il ne comprenait plus non plus, ça allait trop vite, dans tous les sens. Et en plus il commençait à se sentir mal, il ne savait même pas trop pourquoi. La foule, les plans foireux, les remarques des gens autour de lui, les inconnus qui arrivaient, les autres qui échangeaient. Il regardait les choses se passer sans même être sûr de ce que cela signifiait, la ramasse, un peu dépassé par les événements, la fatigue qui s'emparait de lui soudain. C'était pas bon pour son cœur ça, pas bon du tout, les battements allaient devoir ralentir s'il ne voulait pas déjà faire un malaise.

Alors il avait essayé de parler, de s'imposer un peu dans cette situation rocambolesque, répondre à Mary peut-être, lui expliquer qu'il était pas un héros, lui, que c'était pas son boulot de gérer ce genre de chose et que si elle n'était pas contente elle avait qu'à aller se faire voir. Mais non. Il ne peut pas. Enfin, peut-être qu'il le fait, mais il ne l'entend pas. Ça le bloque, complètement, sa voix, bordel, sa voix a disparu. Non. Attendez. Tout à coup il réalise que c'est carrément tous les sons autour de lui qui se sont éteints, d'un seul coup, sans raison. Son ouïe s'est stoppée et c'est une terrible sensation. Il déteste ça, ça le met encore en plus grand stress. Putain mais c'est quoi cette situation de fou ? Pourquoi est-ce que tout arrive comme ça, maintenant ?

Elliot sursaute en sentant une main sur son épaule et se retourne aussitôt, sur la défensive, prêt à se battre, ses réflexes revenant avec sa méfiance désormais qu'il ne peut plus user ses oreilles pour appréhender son environnement. Mais ce n'est que Mischa. Lui est toujours là, il a l'air aussi paumé que lui, c'est pas plus mal, l'anglais se sent moins con. Les autres se sont dispersés apparemment. Mais ils n'étaient pas sensés trouver un moyen d'empêcher les Knightmares de sévir ? On dirait que l'idée est un peu partie en vrille, pas étonnant, c'est pas avec leur équipe de bras cassés qu'ils allaient pouvoir faire quoi que ce soit après tout. Il lit rapidement le message écrit du slave, seul moyen pour eux de communiquer désormais et malgré qu'il fut quelque peu irrité par cette impossible situation, il sourit faiblement. Au moins lui ne perdait pas son sens de l'humour. Il aurait presque voulu répondre affirmatif à l'idée des boutiques tellement les choses le soûlaient. Il sort son portable à son tour, constate qu'il a un message de Brooke en passant, et puis pianote une réponse rapide.

Pas assez rapide pour la foule autour de lui apparemment, il se sent empoigné par Mischa, encore une fois, et ramené en avant. Il allait relever la tête pour lui demander ce qu'il foutait, avant de se souvenir qu'il ne l'entendrait pas, et puis il constata qu'il venait juste de l'empêcher de se prendre un type pressé de plein fouet. Dans sa tête, il ne put s'empêcher de jurer, il n'avait, mais alors, pas besoin d'un Mischa protecteur, pas maintenant, pas du tout. Il suivit pourtant son indication muette et attrapa son bras pour le tirer en dehors des amas de gens en panique. Étrange tableau silencieux que toutes ces personnes courant dans tous les sens dans le plus parfait calme, ç'aurait pu être beau si les choses ne semblaient pas si dangereuses. Une fois sortis de la masse, il termina son message et le tendit au blond.

Je sais pas où sont les autres mais de toute façon en étant sourd ça va être dur de les retrouver. Cela dit il y a deux chiens et une gosse qui ressent les émotions donc eux nous trouveront si besoin. En attendant il faut qu'on chope le programmeur de la télé, ou l'endroit où il bosse. Il doit forcément y avoir un lien, les choses ont pas pu apparaître toutes seules.

Elliot leva le bras vers un des étages, surplombant un peu le grand hall se trouvait une baie vitrée, il l'avait repéré presque dès le début de la soirée, c'était là que se trouvait probablement toutes les caméras de surveillances et autres outils techniques. Il trouvait ça proprement stupide d'exposer le lieu ainsi, mais au moins ils avaient le mérite de pouvoir prendre le contrôle sur l'ensemble du bâtiment depuis les hauteurs si quelque chose se passait. Il reprit son clavier et écrivit un nouveau texte à destination du russe.

Dis moi que t'as pris ton grappin ce soir.

C'est marrant, il en doutait. Enfin, c'est pas comme s'il était habitué. Resté à savoir si Mischa devrait prendre les escaliers en courant ou si Elliot aurait la volonté de le porter.
Il eut trois secondes de réflexions.
Puis il décida qu'il devrait prendre l'escalier.


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 17 Avr - 22:30



 
 
JUSTICE PARTY
 

  by ashling sur epicode

 
 


 
André sourit lorsque la doctoresse complimenta Maryline. Oui, il l’aimait comme un dingue, c’était une chose assurée. Au moins une certitude réellement stable dans sa vie. Difficile à croire étant donné son passif, certes, mais pourtant tout à fait réel. Et le métis ferait tout ce qui était en son pouvoir – façon de parler – et même plus encore pour préserver ce noyau de bonheur qui l’aidait grandement à se sentir bien dans ses chaussures.

Puis, quelque peu gêné, il se racla la gorge et se passa une main dans la nuque pour tenter d’orienter le discours sur un nouvel axe.

« Il fait chaud ou c’est moi ? »

Tentative pathétique et ratée d’une plaisanterie. Lui-même s’en rendit compte et toussota pour reprendre son sérieux.

« Bon, je vais prévenir la population du c- »

Son idée était terriblement simple, grimper sur le rebord d’un lampadaire public et, à l’aide de son badge de police – qu’il baladait sur lui histoire de faire foi de sa profession, tout de même – faire comprendre aux civils que se mettre à l’abri dans les métros les plus proches. Ca paraissait être la solution la plus adaptée au problème présent.

Sauf que.

Avant même qu’il n’ait pu finir sa phrase, André sentit bien que quelque chose n’allait pas. Il n’entendait plus rien. Réellement, plus rien. Ramenant ses mains à ses oreilles, il constata qu’il n’était, apparemment, pas le seul dans ce cas de figure. Il apparaissait que c’était général comme situation. Et ça, c’était une très mauvaise situation. Car fatalement, les gens se mirent à paniquer dans tous les sens, se bousculer et tout le toutim.

Et même si André avait une certaine force, ce cas de figure le dépassait et de bien loin.

Il se fit renverser par un type courant de façon aléatoire et un autre lui enfonça même –involontairement- son talon au milieu du torse, en plein sur la cage thoracique. Il en eut le souffle coupé mais se releva presque aussitôt après, se tenant le thorax. La foule était de plus en plus agitée et lui ne pouvait rien faire à sa mesure. Alors, sans lui demander son avis, André pensa d’abord à protéger la femme médecin devant lui.

Il la porta comme une princesse et grimpa sur un petit promontoire ou il l’a déposa. Ici, au moins, ils seraient un peu plus en sécurité. Et puis ils pourraient évaluer la situation d’un œil surélevé ce qui n’était pas un mal.

Puis, le métis se retourna et hurla par réflexe le nom de Maryline… avant de se gifler tout seul, réalisant qu’elle ne risquait sans doute pas de l’entendre. Il ne distinguait aucun visage connu dans cette cohue pour le moment. Ca l’inquiétait. Il ne pouvait que prier pour que tout aille bien pour les autres…




 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 23 Avr - 17:40





Une nuit mouvementée ?

Notre jeune Krazentz discutait tranquillement -ou autant que possible- avec son ancien collègue et ami. Tout semblait plutôt bien se dérouler malgré les menaces de cette gamine et tout le reste. Plutôt fière d'elle de s'en sortir aussi facilement avec lui, plus qu'elle ne l'aurait cru -bien que celui lui demandait énormément d'effort- la tension redescendait quelque peu quand il essayait de faire une blague en vain. Tout du moins, cela aurait pu être vain si la doctoresse n'avait pas sourit légèrement. Ce n'était pas pour la blague en soi, mais plus pour André en lui-même. Dans le fond, elle le trouvait vraiment adorable.

Son regard se portait un peu partout autour d'eux. La situation restait la même que précédemment et alors que son attention se reportait à nouveau sur lui, l'écoutant, un vide se fit sentir. Le néant. Ses yeux regardaient tout autour, elle voyait les gens s'affoler, elle voyait André qui parlait, mais … Rien, le silence, le calme complet. Qu'est-ce qui se passait maintenant ? Instinctivement, sa main droite venait à son oreille la plus proche, donc la droite et la frottait rapidement comme pour essayer de déboucher le vide qui l'envahissait, mais rien. Le silence et le calme plat alors que pourtant, les gens s'affolaient toujours plus autour d'elle. Cette sensation de perdre un sens très précieux était dès plus désagréable, autant le dire franchement, ça faisait clairement chier même !

Pas de panique.
La Krazentz ne paniquait pas, mais soupirait longuement, très longuement même.

Sortant de sa poche son téléphone, elle commençait à tapoter dessus pour dire quelque chose à André, sauf que, c'était pas de tout repos avec ceux qui couraient dans tous les sens. D'ailleurs, son téléphone se voyait vite valdinguer au sol quand quelqu'un lui rentrait dedans. C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'elle remarquait son ancien coéquipier au sol, se faisant littéralement marcher dessus. Un grognement passait ses lèvres bien que personne ne pouvait le percevoir, même pas elle d'ailleurs. Seulement, la colère laissait vite place à un autre sentiment. Son inquiétude se lisait dans ses yeux quand il se relevait et venait vers elle pour … La porter comme une princesse ? Elle ne disait rien et suivait le mouvement, se retrouvant sur une estrade. D'ordinaire, elle aurait probablement dit qu'elle n'avait pas besoin d'aide, mais comme c'était un homme et que c'était André, elle voulait bien mettre sa fierté de côté un moment.

Ses yeux se posaient sur le lupin une seconde, il était inquiet, normal à vrai dire. La femme qu'il aimait tant était quelque part dans ce foutoir. Chercher d'ici semblait être la meilleure idée pour l'instant alors elle parcourait la foule avant de reconnaître une tête blonde. Fronçant un peu les sourcils, elle finissait par reconnaître le fameux cousin, celui qui squatte son cabinet sans raison et qu'elle frappe tout le temps du coup, Mischa.

Donnant un coup de coude à André, elle … lui faisait des signes du coup, enfin essayait tout du moins. C'était un peu compliqué à vrai dire. La seule chose qu'elle pouvait faire -en sachant qu'elle n'avait plus son téléphone du coup- c'était de pointer du doigt dans sa direction pour montrer où il était. En espérant que cela soit suffisant pour qu'il puisse aussi le voir. D'ailleurs, pour que Mischa regarde par ici ou bien remarque leur présence, elle aurait bien fait des grands signes mais … Non, elle ne pouvait pas faire ça, fierté mal placée !


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Dans une bibliothèque ou une ruelle sombre
❝ POINTS : 208

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 23 Avr - 22:12



Fête de la justice !




Ce qu'il y avait de bien à être un professeure craint par les mauvais élèves de l'école des héros, et de la plupart des élèves en général, c'était qu'au bout d'un ou deux paires d'heures à cracher leurs poumons sur le sol du terrain de sport les vaillants chevaliers qui venaient la braver comprenait la leçon. Cette recette miracle venait à bout de presque toutes les mauvaises graines. Par contre ce jour-là, en cet instant de fête décadente Lucie allait comprendre que même les animaux de compagnie mal élevés devaient être considéré comme des mauvaises graines, surtout s'ils parlaient et qu'ils étaient doués d'un cynisme des plus désagréable. Pensant que sa petite tirade sur les mauvaises blagues était bien partie de sa bouche et avait rejoint sans encombre l'oreille du chien noir elle s'était retournée vers la seconde élève, Maryline. Mais qu'elle ne fut pas sa stupéfaction lorsque la terrible vérité s'imposa à son esprit : ladite oreille était bouché et indécrottable. Elle eut donc à peine le temps de se rendre compte qu'elle allait perdre quelques centimètre de sa magnifique robe de soirée avant de les voir s'envoler, cette scène était tellement pleine d'émotion qu'elle aurait presque pu laisser couler une petite larme.

Sa réaction ? Elle entra dans une grande phase méditative. Vous savez, celle des moines bouddhistes qui se répète jours et nuits qu'être zen c'est bien et qu'il fallait extérioriser sa colère à travers des formes calmes d'art. Elle ne se retrouvant donc même pas vers le repoussant canidé et se contenta de baisser les yeux, un air sombre imprimé sur le visage, et de se répéter intérieurement que ce n'était pas grave. Ce chien était juste un peu joueur c'est tout ! Elle détestait les chiens. Il fallait qu'elle se concentre sur ses vrais ennemis de la soirée ! Celui-ci était aussi valable que les autres. Mais un robe plus courte faciliterait ses mouvements ! Vous avez une idée du prix ? Il prit une longue inspiration, elle le savait un de ses pires défauts était sa tendance quelquefois excessive à s'énerver. Calme. Ce mot devait être le mot d'ordre de sa pensé pour qu'elle reste aussi lucide que possible. Mais malheureusement il résonnait comme une énorme blague dans sa tête.

N'en pouvant plus elle se retourna brusquement vers l'immonde animal pour lui hurler sa colère, rendez-vous compte ! Elle cria si fort qu'elle ne s'entendit même pas crier, ou peut être était-elle juste devenue sourde entre-temps sans s'en rendre compte ? Une nouvelle blague on dirait. Elle étouffa un rire frénétique, elle qui avait pour plus grand plaisir ses longues périodes où elle pouvait écouter librement sa musique se retrouvait sourde. Ça pouvait sembler être une bien mauvaise raison de se plaindre mais elle y accordait beaucoup d'importance dans sa petite existence. Peut-être que dieu dans sa grande miséricordieuse objectivité avait trouvé sa colère trop déplacée et l'avait puni ? Dieu ? Une autre blague on dirait, la jeune femme ne put s'empêcher de sourire à outre mesure en pensant à cette étrange coïncidence. Elle murmura sans même l'entendre un petit nom avec une grande signification et il ne fallut pas longtemps pour que l'ombre si caractéristique de son pouvoir ne s'étende sous ses pieds. Vous l'aurez compris elle était vraiment en colère contre ce chien et la drôle de coïncidence à propos cette soudaine surdité n'arrangeait rien.

Mais par contre peu être qu'elle avait un peu exagéré sur ce coup-là, non pas qu'elle venait de faire appel à démon qu'elle ne maîtrisait qu'à moitié et qui jusqu'à aujourd'hui n'était réservé qu'au grand événement tellement son pouvoir était insupportable pour son corps mais quand même. Heureusement avant qu'elle ne prenne la décision de balancer son pied sur la mâchoire inférieur de l'animal elle eut la brillante idée de lever les yeux vers sa maîtresse. Non pas que la vision d'un pauvre visage innocent adoucirait sa colère mais elle semblait aussi perdue qu'elle. Niveau surdité je veux dire. Oubliant soudainement sa colère et dissipant par la même occasion son contrat elle jeta un rapide coup d'œil sur la foule qui l'entourait lui fit comprendre que bizarrement, cette soudaine incapacité digne des chevaliers des zodiaques affectait toutes les personnes présentes.

Ça alors...

Et pendant ce temps-là Salomon ne se doutait probablement pas qu'il venait de risquer sa vie, au sens propre du terme.

© Dragibus


hrp:
 

_________________

cadeaux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Dans ton dos.
❝ POINTS : 229

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 28 Avr - 16:41



 
 
JUSTICE PARTY
 

  by ashling sur epicode

 
 


 
André n’aimait pas ça. De base, être privé de l’un de ses cinq sens n’était jamais une expérience agréable mais là, les instincts du métis étant rehaussé par ses apparats lupin, la chose en était encore plus délicate. Et puis même, voir toute cette foule s’agiter alors qu’il ne pouvait rien faire pour remédier à la peur de tous le rendait nerveux. Il tachait d’essayer de réfléchir, de rassembler ses idées, mais c’était plus simple à dire qu’à faire. Beaucoup plus simple. La pratique était de toute matière plus compliquée que la théorie, ce n’était pas nouveau pour un sou, tout ça.

Ce n’est que lorsque la doctoresse se mit à faire de grands signes en direction de la masse grouillante qu’André prit le temps d’observer un peu mieux. Là, dans la foule, se trouvait Mischa. Sa tête blonde avait au moins l’avantage, en cet instant crucial, d’être facilement repérable. Le métis fit un signe de tête à sa camarade d’infortune, indiquant qu’il avait bien comprit. Puis, usant de son téléphone portable, il tapa un message avant de lui présenter l’écran de l’appareil.

[Je vais tâcher de contacter mon cousin pour le faire venir vers nous, plus vite on arrivera à se rassembler et plus vite on pourra agir en conséquences !]

Oui, il croyait vraiment, en prime. André était ainsi. Nul n’aurait su dire d’où lui venait cette soudaine motivation mais il savait cependant une chose, il ne se laisserait pas impressionner par les événements de ce soir. Il combattrait.

 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 5

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 28 Avr - 20:31

Que la fête commence!




Après cette affreuse démonstration de retrait sensoriel, tout le monde panique - à juste titre. Cependant, plutôt que d'avoir peur et de laisser tout partir à vau l'eau, pourquoi ne pas essayer de vous concentrer sur les sens qu'il vous reste? Qui sait, si ça se trouve, vous pourriez peut-être finir par trouver l’instigateur de tout ça.
Bon courage!




• Postez à la suite de ce message dans l'ordre que vous voulez.
• Vous pouvez poster plusieurs fois pour répondre à vos compagnons durant ce tour.
• Vous avez jusqu'au mercredi 10 Mai pour répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Probablement chez elle.
❝ POINTS : 50

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 28 Avr - 22:54


Que la fête commence !




« I wanna run away, anywhere out this place. »


Et soudain, le silence. Mary, près d'Eden, était subitement sortie de sa réflexion lorsque cette dernière pris son bras pour l'emmener plus loin. Bien avant cette événement, bien avant de se rendre compte que sa propre voix ne lui parvenait pas, elle se rendit bien vite que la foule était devenue … Trop silencieuse. Alors qu'elle fit quelques pas auprès d'Eden, elle regarda autour d'elle, avec un mélange de crainte et de surprise. Bien que la foule était silencieuse -Enfin, elle n'entendait surtout plus rien-, Mary voyait que, petit à petit, les gens semblaient en proie à une panique terrible, se marchant dessus, bousculant tout sur son passage : personnes, objet, tout. Alors qu'une masse informe de civils fonçaient en direction de Mary, cette dernière tira subitement Eden vers elle, la réceptionnant contre elle, sans gêne aucune. C'était ça ou finir en steak-haché, à choisir elle préférait cette alternative.

Profitant de ces quelques minutes de calme, trouvant refuge dans un recoin, protéger par la devanture d'un magasin, Mary soupira. Elle ne s'entendait pas, mais la fatigue s'affichait sur son visage. Décidément, dans cette ville de « fou », elle n'aura jamais une soirée ou un moment de calme, c'était impossible. Bon. Mary respira un grand coup puis, tournant les yeux vers Eden, lui fit un sourire qui se voulait le plus rassurant possible. Faisant quelques signes maladroit, elle tenta tant bien que mal de lui « dire » de ne pas bouger et de prendre quelques minutes pour réfléchir. Mary leva donc les yeux, laissant Eden se remettre sur ses pieds et ne plus l'utiliser comme un oreiller. Elle regarda la foule, qui poussait et affichait l'image d'une foule désordonnée, paniquée et en proie à l'hystérie. Au loin, elle vit Lucie, la robe arrachée plus tôt par le chien monstrueux d'Eden, et elle lui fit un grand signe de la main, espérant que cette dernière puisse les rejoindre.

Ne voyant pas de réaction de sa part, elle fouilla son sac et, trouvant un vieux briquet qui traînait là, elle le prit et elle le lança en direction de Lucie, avec une certaine précision, puisque ce dernier fini sa course … Directement dans la tête. Bon. Au moins elle la remarquera. Mais alors que Mary tournait les yeux, elle vit quelque chose se distinguer de la foule. Elle se concentra le plus possible, et au sein de la panique et du stress, elle ressenti comme … Une sensation de satisfaction, ou de plaisir un peu malsain, qui la mettait mal à l'aise. Cette forme était plutôt humaine, un peu grande et très sombre. Mais Mary n'arrivait pas à distinguer des formes précises, que ce soit au niveau du « visage », ou même des vêtements. Mais quelque chose, dans sa tête, la prévenait qu'elle tenait une piste, ou au moins quelque chose d'inhabituelle.

Fouillant encore dans son sac, elle sortit un stylo, mais n'ayant aucune feuille, elle gribouilla sur sa main un mot en direction d'Eden. « Regarde le truc là-bas », puis elle tendit son bras en direction de la forme. Frottant le message pour l'effacer, elle écrit par-dessus « Toi, Salomon, on saute dessus ». Puis, prenant le bras de la jeune fille, elle se fraya un chemin dans la foule, grâce à sa taille naturellement fine et son agilité plutôt développer. Son étreinte, autour du poignet d'Eden, se faisait puissante pour être sûre de ne pas la perdre dans la foule.

Elle espérait au moins, au fond d'elle, que Mischa allait bien. Et André.
Surtout André.
© Lavandes pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 1 Mai - 21:13





Une nuit mouvementée ?

La situation n'allait pas en s'arrangeant, loin de là même. Après cette gamine horripilante, voilà que l'ouïe lui était enlevé. C'était perturbant au possible d'être enfouis un calme olympien. Aucun son ne filtrait jusqu'à elle, rien. Même le son de sa voix lui devenait inconnu. Comment pouvait faire les sourds dans la vie de tous les jours ? Peut-être que si elle avait été de naissance, tout ceci aurait été une partie de plaisir ? Probablement même. Seulement, la Krazentz ne se laisserait pas affaiblir par si peu. Certes, ce n'était pas non plus rien du tout, mais elle trouverait le moyen de compenser, forcément.

Pour l'instant cependant, nous la voyons faire des grands gestes en direction d'une tête blonde. Il ne semblait pas seul selon ce qu'elle pouvait voir. C'était déjà une bonne chose, n'est-ce pas ? Mais bémol, pour qu'il se tourne dans leur direction, il faudrait un miracle et ce miracle en question, elle ne l'avait pas à porté de main. Malchance. Surtout que l'endroit où la doctoresse se trouvait grâce à André, était plutôt à l'abri des moutons qui couraient dans tous les sens. Si seulement elle avait pu crier qu'ils se calment tous, elle était certaine que cela lui ferait le plus grand bien. En attendant, tout ce qui était à sa portée, c'était de se faire plus ou moins comprendre par André, chose qui allait être difficile vu que son portable était on ne sait où.

Heureusement pour elle, il semblait avoir compris ce qu'elle souhaitait lui dire et celui-ci finissait même par sortir son téléphone, lui écrivant un message. Un hochement de tête suffisait à dire à son ancien coéquipier qu'elle était totalement d'accord avec lui. En prime, elle offrait même un sourire pour essayer de détendre cette atmosphère bien que cela ne fonctionnerait probablement pas. Il valait mieux essayer que de ne rien faire, n'est-ce pas ?

En parlant de faire quelque chose, notre froide reine tournait soudainement son regard dans la foule. Un mauvais pressentiment ? Allez savoir, mais elle avait cru sentir quelque chose d'anormal. Tout du moins, c'est ainsi qu'elle le décrirait. Ses yeux parcouraient cette foule en question, cherchant d'où provenait son malaise avant de croiser une coupe de cheveux qui lui parlait. Mary ? Ce fut difficile d'en être certaine vu comment cette personne se faufilait au milieu des gens. Cependant, son sentiment était toujours là, mais cela semblait minime également donc elle détournait à nouveau son attention sur Mischa.

Maintenant, encore fallait-il pouvoir trouver le moyen de le faire venir jusqu'ici et aussi trouver d'autres personnes susceptibles de les aider. Autrement dit, si c'était bien Mary qu'elle avait vu passer, il fallait qu'elle vienne aussi jusque là. Sa main se posait donc sur l'épaule d'André pour lui montrer la foule et essayer tant bien que mal de lui faire comprendre quelque chose. Autrement dit, probablement rien du tout en fait. Surtout qu'elle faisait un truc bizarre avec sa bouche pour lui dire que c'était sa copine, qu'elle avait peut-être vu passer. En plus elle devait avoir l'air con, rien que d'y penser, ça lui foutait les boules et blessait sa fierté.

Ils n'étaient pas sorti de l'auberge, façon de dire.


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Que la fête commence!

Revenir en haut Aller en bas

Que la fête commence!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Les vieux quartiers :: Le centre commercial-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com