AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Que la fête commence!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Que la fête commence! Jeu 5 Mar - 21:44

Que la fête commence!




Voilà déjà trois jours que la fête de la justice à commencer. Aujourd'hui, c'est l'apothéose, vous êtes sur votre trente-et-un, c'est le grand gala dans toute la ville et il n'était pas question de rater ça! Vous voilà donc sorti pour aller voir la grande sortie des ballons géants, ce soir, plusieurs concerts auront lieux un peu partout dans Laurel, un immense feu d'artifice est prévu. Bref, la ville a mis tout en oeuvre pour que cette année soit l'année à ne pas rater. Mais manque de chance, il fait plutôt froid, normal nous sommes encore en hiver et la neige n'a pas encore rentré son manteau, c'est ça aussi la beauté de ce jour, la météo.

Bien, il est temps pour vous de faire la fête, amusez-vous!

Vous êtes sortis au quartier Aselus, dans les jardins suspendus. Les botaniques à ouvert une grande scène accueillant un grand show pour ce soir. Tout est décoré pour ce moment, vous vous sentez vraiment dans un autre univers, totalement différent de la ville.





■ ILS SONT ICI ■

- Rayleigh
- Christobalt
- Jonas
- Naya
- Florence
- Nikolaï
- Carnage


• Postez à la suite de ce message dans l'ordre que vous voulez.
• Vous pouvez poster plusieurs fois pour répondre à vos compagnons durant ce tour.
• Vous avez jusqu'au dimanche 15 pour répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 6 Mar - 8:59



« Fête de la justice : Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »




La fête qui se préparait aujourd’hui allait faire du bien au moral des deux cancres de la classe Iota : Kiyo et Naya. Et franchement, ils en avaient besoin et tout particulièrement Naya. La petite demoiselle avait vu ses pulsions ressortir et surtout, appliqué aux gens qui se trouvaient autour d’elle. Elle qui détestait le sang, toutes sortes d’armes, elle avait été servie. Fort heureusement, cette soirée allait lui faire du bien. C’était un peu comme une fête nationale : la fête de la justice. Pour une ville qui regroupait tout plein de super-héros, c’était un bon nom, non ? D’ailleurs, ce nom avait toujours fait rire le garçon. Pourquoi avoir donné ce nom ? Les gens manquaient vraiment d’imagination. Mais du moment qu’il s’y amusait, qu’il mangeait à sa faim, il s’en foutait un peu. Il allait même en profiter pour voir si Brune était là ou non. Et si ce n’était pas le cas, voir s’il y avait des filles à se mettre sous la dent.

Pour naya, cette fête était juste une façade pour faire de la propagande aux « héros » et elle ne voulait pas y participer. Elle n’avait rien à voir avec ces gens-là. Elle en appréciait seulement un, mais comme elle savait qu’il n’allait pas y participer, elle ne voulait pas non plus. Malheureusement pour elle, Kiyo le voulait. C’était pour ce genre de moment qu’elle était heureuse d’avoir son nouveau pouvoir : celui d’échanger autant l’âme que le corps avec Kiyo. De cette façon, il allait pouvoir y aller corps et âme à cette fête. Et elle, pendant ce temps-là, elle allait pouvoir rester tranquille.

Kiyo n’eut pas beaucoup de mal à trouver une tenue à se mettre pour cette soirée : les gens devaient s’habiller « chic », il avait donc adopté un costume trois pièces noir et rouge. La veste du costard et le pantalon étaient noir avec des rayures gris foncés et sa chemise était rouge sang. Une belle couleur pour ce garçon, surtout quand on savait comment c’était fini son avant dernière rencontre avec Fanny. Enfin bref, son costume en main, enfin sur le dos, il se mit en marche pour le gala. Il espérait au moins voir des personnes qu’il connaissait : Brune, Jonas, Isatis, … n’importe qui. Il ne voulait pas se retrouver seul à bouffer comme quatre. Il avait une « réputation » à tenir après tout.

© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 6 Mar - 11:48




La fête commence!

La fête de la justice
____________________________________________________________________
Rendez-vous

Oh Ray', tu t'étais apprêtée comme jamais. C'était bien la première fois que l'on pouvait te voir si coquette. De quoi faire des jaloux aux bras de ce cher Christo. Tu étais un peu nerveuse quant à ce dit "rendez-vous", tu n'avais jamais envisagé que le travail dans ta vie, sans jamais penser aux sentiments. Ta carrière était bien plus importance. Pourtant lui... Il était différent de tout ce que tu aurais pu imaginé. Il t'intriguait. Il était une énigme à tes yeux et tu voulais le percer à jour, apprendre à le connaître. C'était vraiment devenu une de tes priorités. Ça t’obnubilait. Qui pouvait être cet homme qui te faisait ressentir de tels sentiments? Tu espérais en apprendre un peu plus sur lui durant cette soirée.

Tu attendais sagement, assise sur le tabouret haut de ton appartement. Fixant la porte. Il avait dit qu'il viendrait te chercher, en bon gentleman qu'il était, ça ne t'avait pas étonnée. Cet homme avait une classe naturelle, un charme envoûtant. Puis... Tu eus un sursaut... Il allait voir ton appartement! Tu poussas un petit cri de panique. Mon dieu, un homme aussi classe allait voir ton appartement minable... Tu aurais du lui donner rendez-vous à l'extérieur. Tu t'insultas d'idiote dans plusieurs langues tout en courant dans tout les sens pour que tout soit bien à sa place. Tu cachas particulièrement le dossier de ta mère. Personne ne devait tomber sur lui. Tu l'enfermas dans ton coffre derrière un cadre, ta petite planque secrète quand quelqu'un frappa à la porte.

Tu allas ouvrir, plus paniquée que s'il s'agissait d'une bombe à désamorcer. Sauf que là, c'était ton cœur qui allait sauter.

Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 6 Mar - 15:20



   
   
Valsons dans la nuit.
   

   by ashling sur epicode

   
   


   
Christobalt aimait jouer avec les gens. Leurs sentiments, leurs pensées, leurs actions, tout. Il aimait à planter les graines de ses fleurs du mal personnel dans l’esprit d’autrui pour les voir se développer. Souvent, il espérait un sursaut d’originalité, quelque chose qu’il n’aurait pas prévu dans ses calculs pour le divertir. Malheureusement, rien ne venait. Tout était d’un banal. L’être humain n’est pas foutu d’être inventif pour deux sous, pensait-il, un peu amer, en s’habillant comme à l’accoutumée.

Ce soir, il avait ‘rendez-vous’. La demoiselle nommée Rayleigh Harkness – qu’il connaissait depuis plusieurs semaines maintenant – allait rejoindre la fête de la justice et il allait l’y accompagner, en bon gentleman qu’il était.

Sortant de chez lui après avoir salués ses ‘filles’, l’Haddaway prit donc la direction de l’appartement de la jeune femme. Qu’elle avait été sotte de lui donner son adresse si aisément. Toutefois, Christobalt ne pouvait la blâmer, c’était normal. Il faisait toujours tout pour paraitre agréable et avenant. Qui aurait pu soupçonner que derrière ce visage se dissimulait Orca, le cannibale dont la ville craint les méfaits ? Certainement pas le commun des mortels.

Le psychiatre était une pointure dans ses jeux d’ombres et de lumières sur sa propre personne.

Son propre talent lui permettait de se rendre insoupçonnable auprès de n’importe qui. Il ravala un sourire satisfait une fois parvenu devant la porte de la rousse. Frappant élégamment, il attendit qu’on vienne lui ouvrir. Lorsque ce fut fait, il déploya automatiquement son panel de flatteries dont il avait tant l’habitude d’user.

« Bonsoir Rayleigh, vous êtes très élégante ce soir. »

Nouveau sourire qui se veut sincère sans pour autant l’être.
Décidément Christobalt, t’es un bel enfoiré.



   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En cours ou chez moi.
❝ POINTS : 159

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 6 Mar - 16:38




Que la  fête commence !

« Amusez-vous bien, nous nous croiserons peut-être plus tard. »

Petit inclination de la tête. Florence regarda son « père » d'adoption, ou plutôt son bienfaiteur, refermer la porte derrière lui. Puis, une fois le silence revenu dans la maison, elle poussa un léger soupir et ajouta d'une voix passablement basse et un peu sombre

« Ne faites pas de bêtise cette fois-ci. »

S'étirant de façon peu élégante -Chose qu'elle ne faisait que seule-, elle se dirigea vers sa chambre pour se préparer. Ce soir, c'était la grande fête des Héros, le genre de fête qui réveille toute la ville, et pousse les étudiants comme les professeurs à être présents, mais pas seulement. Florence, qui n'avait pas participé à ne serait-ce qu'une simple fête depuis très longtemps, se sentait un peu anxieuse. De plus, Christobalt ne serait pas « là » ce soir, car ce dernier avait rendez-vous. Il n'avait, comme à son habitude, pas été très loquace sur le sujet, et Florence n'oserait jamais l'assaillir de questions plus que nécessaire. Mais elle savait que c'était, probablement, une charmante jeune femme.

Le temps filait, et rapidement elle commençait à voir et entendre l’excitation de la ville depuis la fenêtre de sa chambre. Enfilant un manteau et prenant son sac sous le bras, elle vérifia l'endroit où elle devait se rendre. Il n'était pas rare qu'elle se rende dans ce quartier, pourtant elle ne le connaît pas si bien ; en effet, hormis pour quelques bâtiments, elle ne connaissait pas grand chose. Cependant, malgré sa légère anxiété, elle était ravie de se rendre dans un grand jardins suspendus, surtout elle qui aimait tant les plantes. D'ailleurs, elle était déçue d'en entendre parler qu'aujourd'hui, mais il vaut mieux tard que jamais, n'est-ce pas ?

C'est ainsi apprêté et joliment habillée qu'elle se rendit dans les jardins, refermant à double tour la maison derrière elle, après avoir préalablement tout éteint. Elle prit les grandes allées, contemplant la foule légèrement excitée. Au fond, il n'était pas désagréable de sortir un peu, surtout dans une ambiance aussi rayonnante. Rapidement, elle atteint les jardins, espérant au fond d'elle voir quelques visages familiers, même lointain, pour se sentir moins seule.


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 6 Mar - 16:38



Fête de la justice !




La fête de la justice ! Moment important de l’année pour les citoyens de Laurel et quand on dit « citoyens » on compte aussi les héros évidemment, qui dit ville de héros, dit fête pour les héros. Et pour cette raison Jonas était invité à la fête, bon il était aussi invité parce qu’il était légalement habitant de Laurel, aussi parce qu’il n’y avait pas besoin d’invitation, aussi parce que qui dit fête dit Jonas, etc. Bon ! Pour toutes cette raison Jonas pouvait participer à la fête avec le reste de ses concitoyens et il n’allait pas se gêner. Il s’était donc élégamment apprêté à sa manière, c'est-à-dire avec un pantalon de toile (blanc), un gilet (blanc) et d’une veste (blanche), le tout rehaussé avec une cravate (blanche). Trois pièces classique en somme qui s’accordait assez parfaitement à sa peau (blanche) et à ses cheveux (blanc), quelle harmonie de couleur.

Vous aurez beau dire qu’il n’a aucun gout vestimentaire, que ses habit son mal repassés, que sa cravate est mal mise, que son gilet dépasse légèrement, au moins il a fait un effort. En sortant de chez lui il s’était décidé à aller au quartier Aselus, pourquoi me direz-vous ? Et bien tout simplement parce qu’il ne profitait pas souvent des jardins suspendu et qu’en tant que fleuriste il adorait cet endroit. Il a donc joyeusement fait le trajet, saluant ses clients qu’il croisait au hasard dans les rues, achetant ça et là des friandises et autres sucreries, sans vraiment se soucier du froid porté par le vent en cette fin d’hiver. En arrivant aux portes du quartier vert il se demandait si il allait rencontrer un de ses amis, ou tout simplement une connaissance, avec lequel il pourrait profiter de la fête, se remplir la panse et chanter des chansons beaucoup trop fort.

En tout cas il était heureux de voir que tout se passait bien, mais si il était présent en tant que citoyen pour profiter de la fête, il n’en restait pas moins soucieux. Il n’arrivait pas à complètement oublier le danger qui pouvait surgir de n’importe ou, il avait trop de mauvais souvenir pour ça, mais même si par moment il était sur ses garde il n’en restait pas moins toujours lui-même : souriant, joueur et gourmand. Il attendait avec impatience tout ce que la ville leur avait promis, feu d’artifice et ballons géant allaient certainement faire un beau spectacle.

© Dragibus

_________________

Best Avava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ?
❝ POINTS : 1547

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 9 Mar - 19:43

Carnage était gigantesque.

Il observait la foule, depuis l'un des grands toits, grimé en policier à la manière des vigiles qui quadrillaient le périmètre afin d'assurer la protection des civils face à des monstres comme lui. A l'aide de son terrible éclair, il se faisait passer pour un autre, trichait, passait sans se soucier au travers des mailles du filet de la justice, à laquelle on était pourtant censé consacrer l'évènement d'aujourd'hui. Du haut des bâtiments Carnage se moquait, il riait aux dépends de ceux qui ne comprenaient pas, tous victimes de son terrible pouvoir ou de leur propre imprudence. Son grand uniforme lui faisait une espèce de cape qui claquait au vent, comme deux grandes ailes impatientes de se déployer. Les points brillants qui représentaient pour lui les membres du cortège étaient encore plus ridicules à voir depuis sa position. Il eut un grand sourire, qui s'étira rapidement pour se muer en rictus. Ses grandes dents luisirent sous l'éclat argenté que projetait la lune. Il s'exaltait d'un plaisir macabre, rendu presque fou devant cette brochette si gigantesque et appétissante qui était presque capable de combler son appétit. Les ténèbres décuplaient la grandeur de son manteau et donnaient à ses yeux une acuité de hyène. Ils étaient si nombreux à gigoter tout en bas.

Il pencha son regard lourd sur la foule pour mieux l'écraser de sa hauteur. Il attendait de voir, qui, parmi cette masse infâme de petits, allait finir par attirer toute son attention. Il guettait une proie plus appétissante que le reste informe, traquant avec espoir le moindre signe qui pourrait trahir dans cette ville la présence de Strider. Malheureusement personne ne semblait être de taille. Qu'importe. Il plia ses gros genoux pour reluquer de plus près les rangs des moutons, attendant de voir à quel moment il lui serait possible de s'emparer du plus gras, et, si possible, du plus fort d'entre tous.

Mais leur pelage était terne, et ils avaient tous l'air malade. La morsure du froid allait rendre leur chair moins goûteuse, et rien qu'à voir leur mine effacée, le géant n'aurait plus d'appétit. Malgré la chaleur des lumières et des feux d'artifice, il n'aurait jamais assez pour faire son barbecue. Par dépit, le colosse réajusta son képi.

Il crissa, il siffla, et finalement suivit le cortège. Avec un peu de chance un accident allait arriver pour égayer cette soirée, qui à son goût était vraiment trop triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 9 Mar - 23:28



« Fête de la justice : Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »




La tenue complètement prête, il partit enfin pour le gala. Dans un sens, il était heureux d’y participer, mais dans un autre sens, il aurait préféré que ce soit Naya qui y aille à sa place. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’elle devait profiter de ce genre d’évènement pour se faire des nouveaux amis, de nouvelles connaissances. Malheureusement, ce gala n’arrivait pas au bon moment pour elle. Mais ce n’était pas grave, Kiyo allait être là pour en profiter. Il allait être là pour en profiter un maximum. Toutefois, il devait rester prudent : la nouvelle évolution de Naya pouvait leur valoir de petits soucis pendant la soirée. Il devait donc prévoir un sac à dos avec des affaires de rechange : un second costard pour lui et deux robes pour Naya. Il n’était pas très branché mode, alors il lui avait pris des robes, conseillé par une vendeuse fort aimable. La première robe était une robe noire avec des rubans émeraude. De cette façon, elle était assortie aux cheveux – par le noir – et aux yeux de la demoiselle grâce au vert.

Quand il fut complètement prêt, il partit en direction de la fête. Il ne savait pas encore ce qu’il allait y faire, mais une chose était sûr : il comptait bien manger comme un porc. Malgré les apparences, ce corps demandait beaucoup de carburant pour fonctionner et vu qu’il ne voulait pas vider le frigo des parents de sa créatrice, il allait se nourrir au frais de la princesse. Après tout, pourquoi ne pas en profiter ? Les soirées étaient faites pour bouffer, non ?

Arrivant sur les lieux, il repéra deux choses : un buffet qui commençait à se perdre de vu à cause des nombreuses personnes qui s’y trouvaient et une magnifique demoiselle aux cheveux roux et à la robe verte. Elle avait de très bon goût ; cette robe la mettait en valeur. Toutefois, il fut surprit quand il se rendit compte que c’était une fille de sa classe : Florence Saudan. Les deux élèves n’étaient pas spécialement proche, mais ils étaient en cours ensemble. Il connaissait donc le pouvoir de la demoiselle, même si sur le coup, il ne s’en souvenait plus. C’était les effets secondaires de ne pas aller souvent en cours. Alors qu’il allait quitter des yeux cette créature, il s’aperçut que le buffet était blindé. Il eut un moment de déprime avant de se dire que c’était une bonne occasion pour aller lui parlé.

Il s’avança donc vers elle.

Kiyo – « hey salut ! », dit-il sur un ton familier. «Toi aussi tu profites de la soirée pour te détendre ? », demanda-t-il.
© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : En cours ou chez moi.
❝ POINTS : 159

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 10 Mar - 12:34




Que la  fête commence !

Lorsque Florence atteignit les Jardins suspendues, son visage prit une expression qu'il était assez rare de voir ; les yeux ronds, brillants, la bouche entre-ouverte de façon peu élégante, et elle ne pu empêcher un léger juron en français. Oui, sale habitude ; la demoiselle préférait jurer dans une langue qui ne pouvait pas être comprise pour la majorité des habitants de Laurel. Portant sa main à l'arrière de sa tête, elle leva les yeux pour voir jusqu'où s'étendait ces Jardins. Pour une fan de botanique comme elle, cela lui donnait l'impression d'être au Paradis, coupée du reste du monde. Elle entendait encore au loin les festivités et, sur place, il y avait pas mal de monde de par le banquet qui attirait la foule.

S'approchant de ce dernier, elle remarqua que la foule était bien plus dense que ce qu'elle pensait. Abandonnant donc l'idée d'y faire un tour, elle s'approcha de certaines plantes, les caressant du bout des doigts avec un sourire à peine dissimulé. Puis, sentant un mouvement près d'elle, elle tourna légèrement la tête pour voir un jeune homme qui lui rappelait quelqu'un. Il était habillé avec une classe certaine, et surtout il était assez grand par rapport à Florence qui se sentait d'un coup bien petite. Mais elle avait l'habitude de ce genre de ressentis ; les USA regorgent de géants.

« hey salut ! Toi aussi tu profites de la soirée pour te détendre ? »

La familiarité de ce dernier ne la dérangeait pas ; elle-même faisait preuve de grandes manières, mais celles-ci découlent plus de son éducation que de sa propre volonté. Même loin de la Suisse, même rejetée par sa famille, elle continuait, inconsciemment, à suivre scrupuleusement ces règles. Et c'est malheureusement pour cela qu'elle paraissait si snob ou hautaine, elle qui ne demande qu'à socialiser. Soudain, elle se rappela du jeune homme, qu'elle avait déjà croisé une ou deux fois.

« Bonsoir ! Vous êtes … Kiyo, c'est ça ? Je me souviens, vous êtes le jeune homme qui protège Melle Thompson … Je veux dire, Naya ? Pardon, je ne vous ai pas souvent vu à l'école, j'ai eu un peu de mal à me souvenir. »

Elle esquissa un léger sourire gênée. Elle se tourna complètement, pour lui faire face. Furtivement, elle vit quelqu'un apparaître derrière son épaule et, sans beaucoup de discrétion -Comme d'habitude-, ses yeux se posèrent avec insistance à cet endroit. Secouant la tête -Ce n'était peut-être pas ce qu'elle pensait finalement-, elle reprit, de son timbre de voix douce et calme

« Oui, effectivement … C'est la première fois que je peux profiter d'une fête à Laurel, alors, j'en ai profité pour me rendre ici. Mais je ne pensais pas qu'il y aurait autant de monde … »

Elle jeta un œil vers le banquet avant de reprendre.

« Mmh … Est-ce que vous … Est-ce que tu es venu accompagné ? J'ai l'impression que beaucoup de personnes sont venues en duo. J'espère que je croiserais quelques personnes que je connais, lors de la grande fête. »

De nouveau, elle vit furtivement quelque chose bouger derrière lui. Décidément, même pendant la fête, on ne la laissait pas tranquille.

© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mar 10 Mar - 15:45



Fête de la justice !




Ainsi, Jonas s'était mêlé à la foule qui parcourait les jardins suspendus du quartier Aselus sans trop de problèmes. Il avait beau sembler un peu bizarre à bondir vers chaque nouvelle chose qui attirait son attention, abandonnant la précédente sans aucune autre forme de respect, toute les cinq minutes avec sa joie habituelle de gamin, on se faisait vite à sa présence. Il s'attarda plus ou moins longtemps sur différents types de fleurs qui décoraient le lieu des festivités, sur les magnifiques robes ou autre costume de certain de ses concitoyens ou encore sur les lumières mises en place spécialement pour l'occasion. Toutes ces choses (et j'en oubli à coup sûr) l'émerveillaient, il avait beau les connaitre, en avoir déjà vu, ou simplement en avoir déjà entendu parler il ne pouvait s'empêcher de les redécouvrir avec ce fameux entrain de la première fois.

Au fil de ses pérégrinations il croisa la route de quelque connaissance et de certain purs inconnu avides de discussion avec lesquels il avait échangé quelques paroles avant de les quitter afin de poursuivre sa route. Il se faufilait facilement à travers les gens et si certaine rencontre voulaient le suivre, elles abandonnaient rapidement, ne pouvant suivre la cadence du fleuriste. Finalement, comme vous pouvez vous y attendre, il arriva dans un lieu à forte densité de population comme disant les géographes, un lieu qui attirait les gens comme un pot de confitures attire les abeilles, un lieu qui... Oui bon d'accord j'arrête. Il arriva finalement devant un banquet !

Ces grands lieux ou une quantité impressionnante de nourriture en tous genre était disposé pour que les pauvres citoyens comme Jonas puissent se servir en toute impunité. Vous devez bien vous douter qu'en apercevant pour la première fois un tel endroit l'albinos s'arrêta de longues secondes afin de contempler ce qu'il y avait à contempler c'est-à-dire la nourriture. Une fois ce moment d'absence passé il s'approcha de la table pour commencer à grignoter çà et là, certes il y avait beaucoup de monde, vraiment beaucoup, mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter ! Après avoir quelque peu forcé le passage il put se saisir d'un verre rempli d'une boisson non-identifiable (certainement de l'alcool) et d'un toast. Maigre récompense pour tant d'effort mais au moins il avait quelque chose, ces éléments en main il s'éloigna un peu du centre du maelström pour avoir un peu de calme et –tenter de se comporter en adulte.

Il sirota donc tranquillement le liquide bel et bien alcoolisé de son verre et regarda le ciel. Oui c'était une manière commune de tenter de se libérer du monde qui nous entoure. Les yeux plongés dans le ciel sans étoile il laissa son esprit divaguer... Et ses oreilles aussi. Pourquoi ses oreilles me direz-vous ? Très simple, vraiment très simple, perdu dans la foule qui l'entourait il entendit un petit morceau de phrase, celui ou celle qui l'a dit ne devait pas se trouver bien loin. Et cette personne parlait de choses et d'autres, je sais pas moi comme « Kiyo... Naya... » Ce genre de chose.

Non pas que Jonas a un côté stalkeur qui viendrait à se réveiller aujourd'hui mais il tenait beaucoup à ses deux petits élèves et si il pouvait partager la fête avec eux il serait très heureux. D'autant plus qu'avec les événements de la mission ce serait un bon moyen de renouer des liens positifs avec la jeune fille. Ainsi sorti de sa rêverie il jeta des regards à droite et à gauche tel un radar afin de repérer une petite tignasse brune, mais non rien. Il arriva tout de même à retrouver la voix à travers la foule et se rendit compte qu'elle venait simplement de la jeune fille à moins de trois mètres habillés d'une longue robe verte absolument magnifique et parfaitement en accord avec le thème botanique du lieu.

Il fit donc quelques pas dans la direction de la demoiselle tout en vidant le maigre contenu de son verre, il ne put s'empêcher de remarquer qu'elle était accompagné d'un grand bonhomme habillé classieuse ment avec lequel elle faisait la discussion. Bon au pire il leur demanderait seulement des informations à propos de Naya et les laisserait tranquille. Se trouvant donc derrière la demoiselle il
lui tapota l'épaule afin d'attirer son attention.

« Excusez-moi, je veux pas vous déranger trop longtemps, j'ai juste entendu que vous parliez de Naya... Vous ne savez pas où elle est par hasard ? »

Pendant qu'il prononçait ces mots il croisa le regard du grand brun en costar noir et rouge et franchement leur échange de regard était plutôt étrange. En tant que fleuriste, mais surtout en tant que Joker il sentait (pas avec son nez) que quelque chose clochait.

© Dragibus

_________________

Best Avava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 6:42



« Fête de la justice : Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »




Contrairement à ce qu’il pensait, la belle rousse se souvenait un peu de lui. Il était vrai que ça ne pouvait pas être facile pour elle : au début, elle le voyait à travers le corps de Naya. Ce détail faisait qu’elle pouvait connaître son comportement, son caractère, mais pas son physique. Puis, quand son pouvoir avait évolué, il n’allait pas spécialement en cours. Il savait très bien que sa créatrice avait besoin de se changer les idées, de ne pas voir des gens qui allaient la plongée un peu plus dans les abysses de sa folie. Donc oui, il était très peu présent. Il ne pouvait donc pas lui en vouloir de ne pas se souvenir de lui. Toutefois, il remarqua un tic de langage chez cette demoiselle ; elle n’arrêtait pas de le vouvoyer. Il trouvait ça assez… mignon et perturbent à la fois, mais il en faisait abstraction vu qu’à chaque fois, elle se reprenait. Cette reprise le faisait même un peu sourire. Lorsqu’il vint la voir pour ne pas être seul, demandant à la belle Florence si elle était là pour détendre ou quoi que ce soit d’autres, il fut assez surpris de l’entendre dire son prénom. Finalement, il ne passait pas si inaperçu que ça. Et c’était une bonne chose : même les gens qu’il ne connaissait pas spécialement se souvenaient plus ou moins de lui, de son visage. Elle le définissait comme « le jeune homme qui protégeait Naya ». À cette définition, il ne put s’empêcher d’afficher un tendre sourire. Avant de répondre positivement avec sa tête. Il allait bien apprécier cette demoiselle.

Kiyo – « Oui, c’est bien moi. », dit-il en finissant les hochements de la tête. « Je pensais pas que tu allais te souvenir de mon prénom, Florence ? c’est bien ça ? Je vais tellement peu en cours que ça ne m’aurai même pas vexé que tu te souviennes pas de moi. », avoua-t-il en rigolant à moitié. « mais tu sais, même si ça me gêne un peu, ça me dérange pas que tu me vouvoies. On est là pour s’amuser alors ne te prend pas la tête à te reprendre. », ajouta-t-il.

Même s’il ne faisait pas dans la dentelle, le trois quart du temps, il savait - de temps en temps – faire preuve de civilité, surtout devant les belles demoiselles.

Voyant qu’elle semblait perturber par quelques choses, ou quelqu’un, il prit l’initiative de l’emmener un peu plus loin que le buffet pour discuter un peu. Pour que cela ne fasse pas très louche, il « l’invita » à danser. Oui, le verbe était entre guillemets puisqu’il ne lui laissa pas vraiment le choix. Mais il n’avait pas été très violent avec elle pour la forcer à participer à cette danse avec lui. Dans ce domaine, il ne se débrouillait pas trop mal. Dans son monde, un homme devait connaitre l’art de la guerre, mais aussi celui de la danse. Après tout, la guerre ou la séduction avait le même but à la fin : conquérir un « territoire ». Il savait donc à peu près danser. Du moins, assez pour ne pas passez pour un abruti dans ce genre de soirée en ayant pas le même tempo que les autres ou de marcher sur les pieds de sa demoiselle.

Maintenant qu’ils étaient assez « dans la foule », mais en même temps pas très loin du buffet, il se mit en position, attendant les mains de la demoiselle pour commencer la danse. Elle lui répondit que oui, vu que c’était l’une des premières fêtes faites dans cette ville, elle voulait en profiter pour se détendre, voir des gens qu’elle connaissait en dehors du contexte de l’établissement. Il était que cette soirée était une bonne excuse pour se détendre entre pote. En entendant sa réponse, il repensa à Naya et afficha une mine à moitié triste. Toutefois, ce visage ne resta même pas un dixième de seconde. Avec Naya, il s’était mis d’accord que ce serait à lui de participer à l’évent. Il ne devait pas rebrousser chemin. Ensuite, voyant qu’elle regardait le buffet, elle lui demanda s’il était venu accompagner. Pour lui, enfin eux, ce terme ne voulait plus rien dire puisque techniquement, il était tout le temps accompagné de Naya.

Kiyo – « ça dépend ce que tu entends par « accompagné ». », dit-il. « techniquement, en ce moment, je suis accompagné par deux demoiselles : une belle rousse qui a accepté de passer un peu de temps avec moi et d’une petite brune qui ne souhaitait pas venir, donc elle est restée dans la console. », répondit-il en rigolant à moitié. « Après, si en disant « accompagné », tu parles d’une tierce personne, je te dirai non, je suis pas venu accompagné. A la base, j’étais seulement venu pour profiter du buffet gratuit, mais ya trop de monde. », ajouta-t-il, un peu, voir beaucoup déçu.

Puis, alors qu’il allait rajouter quelque chose d’autre, il fut interrompu par un garçon qu’il reconnut très vite : Jonas. Et d’après ce qu’il entendait de ses paroles, il ne l’avait pas reconnu. Et il fallait l’avouer, il était un peu – beaucoup – vexé par ses paroles. Mais vu qu’il ne le reconnaissait pas, il allait jouer un peu. Il força un peu Florence à se mettre derrière lui et lui susurra à l’oreille de ne rien dire à propos de lui, et surtout de Naya. Il ne voulait pas les mettre en danger.

Kiyo – « Qu’est-ce que tu lui veux à Naya ? », demanda-t-il sur un ton assez froid. « Elle est restée chez elle, elle ne voulait pas venir à la soirée. », ajouta-t-il sans rien affiché sur son visage. « Et qu’est-ce que t’as à me regarder comme ça ? », demanda-t-il en grognant à moitié.

Il appréciait bien Jonas, mais il voulait juste jouer un peu.

Naya – « Qu’est-ce qui se passe Kiyo ? », demanda-t-elle. « pourquoi il me demande ? », ajouta-t-elle, perplexe.

Il lui répondit, en faisant mine qu’il envoyait un sms, qu’il ne savait pas. Mais qu’il allait le découvrir.

© Dragibus
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ?
❝ POINTS : 1547

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 8:32

-Pfffffffffffffffrrrrrr....

Carnage rugissait et soupirait à la fois. Il s'ennuyait à mourir.

Le jardin, comme tout le reste, était décevant. C'était ici que venait se rassembler une grosse partie du bétail et pourtant pas une des plantes n'était capable d'être carnivore. Ainsi il ne pourrait pas compter sur ces forces de la nature pour lui offrir la moindre petite orgie de chair et de sang. L'ambassadeur était tellement dégoûté par cette mièvrerie qu'il était en train de mâchonner avec insistance une branche un peu molle qu'il avait arraché à l'une des fleurs, sans que personne ne le remarque. Ses dents concassaient avec rage la faible écorce qui tentait tant bien que mal de protéger une vie déjà condamnée. Alors qu'il cracha cette bouillie informe sur une personne quelconque (à qui il fit aussitôt oublier la provenance de cette étrange mélasse), il joignit ses mains ensemble et commença à méditer sur un moyen de donner à cette fête un peu plus de vitalité.

Pour nourrir ses machinations haineuses il attarda son gros regard sur le buffet, et eut une expression de dégoût devant la vision terrible qu'il avait de la situation. Toute cette bande d'assistés en train de se gaver comme des oies, de cette nourriture qui avalait de la nourriture, cette sale pitance qu'on enfermait dans une cage pour mieux l'engraisser sans pour autant lui donner le moindre attrait appétissant. Dieu du ciel comme c'était dégoûtant. Carnage les regarda encore, comme un voyeur, achevant d'être répugné par tous ces petits jeux de marionnettes, quand alors, l'idée vint. Il eut un grand sourire lorsqu'il réalisa qu'il avait trouvé le moyen de les faire vivre tous un peu.

-Ne vous en faites pas, mes agneaux, je crois que je vous ai trouvé une raison d'exister... Fredonna l'ambassadeur sur un petit air de chanson.

De là où il se trouvait, en hauteur, aucune des proies réunies ici n'échappait à son regard. Par extension cela signifiait que son pouvoir ne pourrait échapper à personne. Il allait tous les rendre fous sans en oublier un seul, et il comptait s'y prendre avec la même passion qu'une maladie. Le premier éclair fusa dans le dos d'un invité, et fit monter en lui une irrépressible envie de violence, que Carnage fit grimper jusqu'à l'explosion afin que sa victime se déchaîne. Les premiers coups incontrôlés qui tombèrent furent les pas de danse de ce début d'émeute. N'y avait-il pas d'ailleurs de la musique ? Sa prochaine cible se mit à chanter des injures et hurler des horreurs sur son entourage avec une ferveur de possédé, pendant qu'un autre tenta d'agresser sexuellement un partenaire situé à proximité. Méthodiquement, Carnage redonnait du peps à ces vies ennuyeuses, par des petites touches pleines d'attention. Il faisait sortir les pulsions, tomber les masques les uns après les autres, pour qu'enfin s'exprime malgré la civilisation, les prétendues volontés premières qui faisaient se bouger l'humanité.

-Allez-y, mes pourceaux, dansez, dansez !

Carnage exultait alors qu'il déchaînait chez la foule de multiples comportements tous plus incohérents les uns que les autres. Quand son éclair décidait de changer de cible, les réactions provoquées par les erreurs que l'alien venait de semer suffisaient à entretenir la débandade, faisant qu'il n'avait même plus besoin de s'occuper de ces gens-là. A la fin, le chaos et le désordre finirent par s'installer tous seuls. Les moindres petites tensions qui régnaient au sein des relations avaient dégénéré pour prendre des proportions monstrueuses. Tout le monde finissait par se dire ses quatre vérités et les plus subtiles traces de rivalité explosaient jusqu'à faire éclater le sang. La fureur gigotait en eux comme un serpent.

L'extraterrestre remua les pieds dans le vide avec un air d'enfant. Maintenant qu'il venait de donner un gros coup de pied dans la fourmilière, il la laissa patauger dans son incompréhension et sa haine. Toutes ces petites choses se complaisaient dans leur réaction de bassesse et de violence, elles s'y roulaient dedans avec une joie si spontanée que Carnage lui-même trouva cela impressionnant. C'était toujours ravissant de constater à quel point un bateau tangue.

Alors que les cochons continuaient de provoquer le naufrage, Meknes fit l'inventaire de la liste des actes qu'il venait de faire commettre à ces petites gens. Il eut un sourire en pensant au jeune homme étrange qui dansait avec la rousse et à qui il lui avait fait dire à l'oreille qu'il avait sauvagement envie d'elle. Très certainement que dans le jeune monde, ce genre de réplique peut les avoir détruit. Il constaterait bien, vu que maintenant, il n'avait plus que cela à faire. Il prit une posture plus confortable pour admirer le spectacle.

-Que la fête commence, krrkrrkrrkrr... ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 14:56

Une émeute explose?!




Une bagarre éclate dans le jardin central, les gens sont tendus tout comme l'ambiance. Mais très vite les premiers semeurs de troubles sont expédiés hors du jardin par les vigiles et les policiers. La fête peut recommencer sans trop d'accroche et la bonne humeur reprend rapidement son plein.
La fête ne fait que commencer!





■ MAINTENANT ■

Le pouvoir de Carnage a été neutralisé par on ne sait quoi. Vous pouvez reprendre vos activités normalement où dire que vous avez été touché par son éclair du mal. A vous de décider.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 15:26




La fête commence!

La fête de la justice
____________________________________________________________________
Rendez-vous

Tu rougis sur le premier compliment de la soirée. Mon dieu Ray' ressaisis toi. Si tu savais à qui tu avais affaire, tu n'aurais pas du tout agis ainsi... Tu lui aurais même cassé la figure plutôt deux fois qu'une. Ramollie, voilà ce que tu étais face à cet homme beaucoup vieux que toi en plus! Mais comme le dit si bien le dicton, l'amour rend aveugle. Même si tu ne savais pas encore bien ce que c'était d'aimer. Imbécile que tu étais.

« Je vous remercie, je vous trouve très charmant aussi... »

Tu te mords la lèvre inférieure. C'est vrai que tu le trouves très beau dans son costume, comme d'habitude. Pas une épingle de travers, pas un pli, tout était parfait. Trop parfait. Ça aurait du te mettre la puce à l'oreille, Rayleigh, les gens parfaits, ça n'existe pas. Sans même le savoir tu tombais droit dans un piège qui allait se refermer sur toi et tu y allais tout droit, les deux pieds joints. Mais c'était ainsi. Personne n'aurait pu t'en empêcher.

Tu lui proposas d'entrer dans ton appartement, mais voyant l'heure, il te proposa de ne pas traîner et te présenta son bras, grand gentleman qu'il était. Bras que tu attrapas avec joie, refermant derrière toi la porte de ton appartement. Direction les jardins suspendus!

Tu aurais voulu dire quelques mots de plus mais tu t'en sentais incapable, trop intimidée.

Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : En cours ou chez moi.
❝ POINTS : 159

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 19:34




Que la  fête commence !

« Oui, c’est bien moi. Je pensais pas que tu allais te souvenir de mon prénom, Florence ? c’est bien ça ? Je vais tellement peu en cours que ça ne m’aurai même pas vexé que tu te souviennes pas de moi. Mais tu sais, même si ça me gêne un peu, ça me dérange pas que tu me vouvoies. On est là pour s’amuser alors ne te prend pas la tête à te reprendre.

Ne t'en fais pas, pour le vouvoiement, c'est simplement un réflexe. J'ai eu une éducation très stricte, et « Une jeune femme ne doit pas tutoyer les personnes qu'elle ne connaît pas ». Et malheureusement, il arrive que ces enseignements prennent le pas sur ma propre volonté, je m'en excuse. »

Légère inclination de tête.

« Et si je me souviens de toi, c'est parce que c'est toujours très étonnant de voir un jeune homme, qui semble nouveau, connaître aussi bien l'école. Et, bien que les bruits de couloir ne sont pas des plus tendre avec Naya, alors qu'elle m'a l'air plutôt adorable, je « connais » son pouvoir et j'ai facilement fait l'association. »

Florence remarqua assez vite que, malgré sa discussion vive et calme, Kiyo avait vu que cette dernière avait été « interpellé » par quelque chose. Ce dernier lui proposa, d'un geste de la tête et d'une voix très calme si elle désirait danser. Elle était un peu gênée de danser en public -Elle l'a toujours été-, mais elle accepta, se laissant entraîner un peu plus loin par le jeune homme. Se laissant porter par le rythme de la musique et les mouvements de Kiyo, elle fit beaucoup d'effort pour ne pas laisser pondre sur ses joues un voile rosé ; non pas qu'elle se sentait mal à l'aise avec lui -Elle ne connaît pas assez bien les relations homme/femme pour cela-, mais elle avait toujours peur de rater un mouvement, un pas, et de paraître ridicule aux yeux des autres. Mais tout se passait bien, heureusement.

« ça dépend ce que tu entends par « accompagné ; techniquement, en ce moment, je suis accompagné par deux demoiselles : une belle rousse qui a accepté de passer un peu de temps avec moi et d’une petite brune qui ne souhaitait pas venir, donc elle est restée dans la console. Après, si en disant « accompagné », tu parles d’une tierce personne, je te dirai non, je suis pas venu accompagné. A la base, j’étais seulement venu pour profiter du buffet gratuit, mais ya trop de monde. »

Florence laissa un petit rire lui échappé, aucunement moqueur mais comme si elle approuvait la dernière phrase de Kiyo.

« Merci pour le compliment, c'est gentil. Effectivement j'ai bien l'impression que le buffet motive plus de personnes que la beauté des lieux … Je suis particulièrement proche des plantes et de la nature, et je trouve ça formidable d'avoir un endroit aussi beau dans Laurel. Et … Je suis désolée que Naya n'ait pas voulu venir. Si jamais … Elle change d'avis … J'accepterais volontiers de danser avec elle également ! »

Florence était toujours sincère, gentille mais sincère. Lorsqu'elle ne pense pas quelque chose, elle ne dit simplement rien. Sa déclaration vis-à-vis de Naya n'était en rien de la pitié, bien au contraire, son ton était calme, doux et à la fois chaleureux, le regard rieur car elle s'amusait plutôt bien. Elle qui redoutait de rester seule, dans son coin, avec pour unique compagnie quelques fantômes, elle était à la fois rassurée et heureuse. Mais subitement, l'intervention d'un jeune homme, fort atypique avec un costume entièrement blanc, était venu abordé Kiyo … Qui eu soudain une expression peu ravi. A sa demande, Florence se mit derrière lui, et hocha de la tête lorsqu'il lui demanda de ne rien dire. Elle cru entendre quelque chose d'autre, mais le bruit ambiant soudain bien plus fort fit qu'elle ne comprenait pas, et ne posa pas de question.

D'un œil, Florence vit qu'il y avait beaucoup de mouvement près du buffet, comme une agitation soudaine. Elle tira légèrement la manche de Kiyo, plus de façon inconsciente que pour interpeller. Elle n'aimait pas trop ce changement soudain dans l'air. Mais presque aussitôt, tout se calma, et les fauteurs de troubles s'en allèrent accompagnés des autorités. Soupirant de soulagement, elle tourna de nouveau les yeux pour observer la discussion entre l'homme en noir et l'homme en blanc.
Ainsi que ombre, humanoïde, qui se tenait derrière l'homme en blanc, qui arracha à Florence un déglutit perceptible à l'oreille.

© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 11 Mar - 21:36



   
   
Valsons dans la nuit.
   

   by ashling sur epicode

   
   


   
Un nouveau jouet pour s’amuser, de nouvelles perspectives. Christobalt adorait ce panel si vaste de possibilités soumises à ses propres caprices de dément. Depuis qu’il s’était débarrassé sans honte de son précédent Epic – dont il ignorait tout désormais, même ce qu’il avait provoqué bien malgré lui pour une fois – il ne concentrait son attention que sur la forme de Rayleigh. Il devait bien admettre que, par certains vagues aspects, elle lui renvoyait un vague flash de sa défunte épouse. Il ferma les yeux pour mieux les rouvrir. Non, il ne devait pas penser à tout ceci. Le passé ne pouvait être changé, il avait eu l’occasion de s’en apercevoir tout au long de ses années d’existences.

Il eut un sourire franc, cette fois.

« C’est très flatteur d’être ainsi complimenté par les mots d’une si ravissante apparition, en tous les cas. »

Puis, la jeune Harkness a son bras, il ouvrit la marche en direction des jardins suspendus. Essayant de faire la conversation – ce que toute personne normale chercherait à faire dans une situation pareille sans doute – il entama les fausses hostilités sur un terrain banal au possible.

« Je ne m’y suis jamais rendu ; comment est-ce ? »

Un petit silence flotta. Il reprit.

« A vrai dire, maintenant que j’y repense, je n’ai que très peu visité cette ville depuis que j’y habite… Pourtant en deux ans j’aurais dû avoir beaucoup de possibilités. Me feriez-vous le plaisir de m’escorter pour d’autres sorties telles que celle-ci, par la suite ? Je dois dire que notre précédente, au café, fut un véritable plaisir pour moi. »

Continuant son jeu de masques malsains, il ne voulait tout de même pas monopoliser tout le temps de parole.

« Oh, je suis navré, quel bavard je suis, je dois probablement vous importunez ! »

Il jouait au plus bête, ce qui ne lui allait pas forcément.



   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Jeu 12 Mar - 20:52



Fête de la justice !




Jonas s'était donc subitement retrouvé, tel un chien de chasse, a flairer et chercher l'origine de ces quelques mots qui avaient attiré son attention. Évidemment évoqué à travers la foule, perdu dans le fond sonore, les noms de ses deux élèves avait forcement intéresse le joker. Il était assez... Tactile ? Pot de colle ? quoi qu'il en soit passer du temps avec eux lui ferait le plus grand bien et à eux aussi ! Enfin, il supposait. Il était donc arrivé à la source, aux personnes qui parlaient d'eux, une jeune fille très élégante dans sa longue robe verte et son compagnon ( ?) de la soirée, un grand brun.

Ces deux-là étaient certainement en train de discuter de tout et de rien, de faire leur présentation si c'était leur première rencontre, de se faire la cour si telles étaient leurs intentions, c'était presque criminel de les interrompre. Jonas lui ne se posa pas la question, après tout son passage ne serait certainement qu'éclair et ils auraient vite fait de reprendre là ou il les avait arrêtés. Il se contenta de tapoter légèrement l'épaule droite de la demoiselle avant de lui poser simplement la question, pas de détour, pas besoin. Cependant la réponse ne vint pas de la manière qu'il l'espérait, si la jeune fille ne semblait pas avoir de problème particulier l'empêchant de répondre, son cavalier lui en avait.

Bon, il est vrai que Jonas l'avait dévisagé d'une manière peu respectueuse mais il ne pouvait s'en empêcher, il ne savait pas pourquoi mais il sentait que ce bonhomme allait lui causer beaucoup de problèmes. Comme pour protéger sa princesse l'homme en noir et rouge se plaça entre elle et le nouvelle arrivant et s'adressa d'une manière peu civilisée et agréable au fleuriste. Au moins il eut l'obligeance de donner des réponses simples, Naya n'était pas là, ok pourquoi pas. Mais vous vous demandez peut-être (ou pas du tout) pourquoi des réponses simples était les bienvenues ? Très simple, la voix de l'inconnu fit bugger Jonas.

Vous savez c'est ce genre de situation ou vous faite face à quelqu'un de plus grand que vous d'une dizaine de centimètres, que vous clignez largement des yeux en signe d'incompréhension. Que vous vous approchez de lui malgré la différence de taille pour mieux entendre sa prochaine phrase avant de re-cligner des yeux en signe d'incompréhension. Voilà, exactement ce genre de situation. Après avoir écouté avec un air sacrement débile la réponse complète du bonhomme en rouge et noir il resta assez silencieux, ce fameux air de profonde réflexion imprimé sur le visage. Alors encore une fois « Pourquoi ? » Me direz-vous, mais vous ne vous rendez pas compte que vous vous savez que c'est Kiyo en face du fleuriste alors que lui ne l'a jamais vu et l'a seulement entendu dans sa tête aussi bizarre que ça puisse paraître.

Bien sûr en réfléchissant quelque seconde il paraissait évident pour le joker que cet inconnu et son élève ne faisaient qu'un, enfin deux avec Naya, peut être trois ? Quoi qu'il en soit, cette façon de parler, cette façon de protéger Naya et cette façon aussi peu civilisée et gentille de parler correspondaient forcement à Kiyo. Et puis franchement, envoyer un sms comme ça alors que tu as complètement ruiné l'atmosphère de fête, vraiment pas crédible.

(le narrateur s'excuse pour avoir donné son avis parfaitement impartial)

D'accord, le fleuriste bien que silencieux pouvait presque affirmer que son élève se tenait devant lui mais malheureusement il ne put l'exprimer. À peu près au même moment des troubles et autres cris s'échappèrent de la foule un peu partout, des agitateurs ? Certainement. Si pendant un instant Jonas était presque prêt à quitter la discussion pour revenir plus tard mais l'intervention rapide et efficace des forces de la police chargées de garde la paix durant cette fête le soulagea. Ils faisaient un sacré bon boulot quand même. Alors qu'il s'apprêtait enfin à exprimer son plaisir de voir Kiyo ici la princesse du jeune homme laissa entendre un bruit peu séduisant, traduisant un certain stress.

Maintenant qu'il y faisait attention Jonas pouvait presque sentir quelqu'un derrière lui et avec cet instinct qui lui est propre une grande envie de meurtre, aaah les psychopathes se comprennent si bien entre eux. Il se retourna légèrement pour avoir un aperçu de celui qui se trouvait dans son dos et... Rien. Il n'y avait personne, aucune raison de s'inquiéter ! En tout cas ce n'était pas ce que se disait l'albinos qui avait un mauvais pressentiment. Quoi qu'il en soit il avait enfin une ouverture pour saluer Kiyo !

« J'aurai jamais imaginé que tu ressemblerais à ça gamin, vous ne m'avez pas prévenu que vous étiez passé au stade supérieur ! Ah, au fait ! »

Il lui donna un petit coup de poing chaleureux sur le haut du crâne.

« Ça, c'est pour le croche pate de la première fois Kiyo. Maintenant je peux enfin te rembourser. » Il sourit largement et le regarda droit dans les yeux « 'Soir Naya, ne t'inquiète pas je ne suis pas venue t'embêter juste passer un bon moment à la fête et si c'est avec vous pourquoi pas ! Aaaaah» il venait de se rendre compte que la situation devait paraitre bien étrange à la jeune femme qui accompagnait son élève, il se tourna vers elle avec un grand sourire « Excuses moi je ne me suis pas présenté, je m'appel Jonas ! Et je suis le « prof' particulier » de ces deux-là. » Dit-il en pointant du pouce le grand brun derrière lui. « Dites-moi si je vous dérange ! Je voulais simplement prendre des nouvelles de Naya. »

A ces mots, il avala le toast qu'il tenait toujours en main d'un trait, la soirée allait être bonne pour sûr !

© Dragibus

_________________

Best Avava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 13 Mar - 8:54



« Fête de la justice : Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »




Finalement, la soirée ne se passait pas si mal que ça : il se retrouvait en charmante compagnie. Il avait croisé le regard – ou plutôt son corps, mais chut, c’est pas très classe de dire ça – de cette belle rousse et comme elle semblait aussi perdue, ennuyée par cette soirée, il avait décidé de passer ce bal avec elle. Toutefois, il la reconnut quand il s’approcha d’elle pour faire connaissance : c’était Florence, une élève de sa classe et contre toute attente, elle se souvenue de lui, mais aussi de Naya. Brune avait vraiment raison : tous les humains n’étaient pas comme ceux qui avaient insulté son existence ou la santé mentale de Naya. Et comme elle semblait bien sympathique, il commença à discuter avec elle. Contre toute attente, elle semblait gênée par ces tics de langage : elle vouvoyait tout le monde.

Kiyo – « là, je me vexe. Tu me considères comme une personne que tu ne connais pas alors qu’on est en cours ensemble ? Je suis triste. », dit-il en faisant mine de pleurer.  « mais vu que tu sembles pas néfaste pour Naya, je veux bien te pardonner pour ce pincement au cœur que tu viens de me faire. », ajouta-t-il avant de sourire comme un con.

Son regard changea à moitié quand elle commença à parler des bruits qui couraient sur Naya. Elle n’était pas vraiment « folle » de penser qu’on parlait d’elle derrière son dos. D’ailleurs, en parlant d’elle, elle se replia sur elle-même, ne voulant même plus écouter cette conversation : elle avait raison et cela lui suffisait. Elle ne voulait pas en savoir plus.

Kiyo – « Et… qu’est-ce qu’on dit sur elle ? Si ça ne te dérange pas de me le raconter. », demanda-t-il.  « Tu es bien observatrice pour une humaine ! C’est une très grande qualité. Et merci pour elle. Tu es l’une des seules personnes qui ne doit pas la prendre pour une folle bonne à interner. D’ailleurs, comment ça se fait ? Tu es une humaine, tu devrais penser comme un humain alors. », ajouta-t-il en arquant un sourcil.

Ensuite, voyant qu’elle semblait un peu perturbée par quelque chose ou quelqu’un, il la força à aller danser avec lui. Au début, il paniquait un peu : même s’il avait appris à danser, cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas pratiqué cette activité qu’il avait peur de lui marcher sur les pieds. Mais tout se passait bien : personne ne marchait sur les pieds de personnes. Et le fait de voir Florence un peu tendu faisait qu’il se décontractait un peu plus. Il devait lui montrer que quoi qu’il arrive, il était là pour que la danse ce passe bien. Il lui susurra à l’oreille qu’elle n’avait pas à être tendue de cette façon et qu’au pire, si elle avait besoin, elle pouvait monter sur ses pieds pour la danse. Vous savez, comme pour les enfants. Lorsqu’elle lui demanda s’il était venu seul ou pas, il lui fit un petit discours sur le terme « accompagné » avant de lui répondre que non, il était venu « seul ». Après tout, il était seulement là pour la bouffe, pourquoi venir avec des gens ? D’un autre côté, il aurait pu faire un concours de bouffe avec Brune. Mais non, il ne l’avait pas vu et il fallait dire aussi, qu’il ne l’avait pas vraiment cherché : une jolie fille et de la bouffe, on venait de perdre Kiyo. Fort heureusement pour nous, Naya était là pour le remettre sur le droit chemin. Enfin, c’était son boulot à la base. Quand il lui répondit, il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle s’était mise à rire, jusqu’ à ce qu’elle lui explique que le trois quart des gens étaient venus seulement pour la nourriture. Elle, par contre, elle était là vraiment pour la fête et pour profiter du paysage : elle était une grande fane de botanique.

Toutefois, alors qu’il allait lui répondre, il fut interrompu par une personne qu’il connaissait très bien : Jonas. Il ne le détestait pas vraiment, bien au contraire, mais il savait très bien que Naya ne voulait pas le voir. Elle venait à peine de lui reparler et il savait très bien comment cette histoire allait se terminer si elle le voyait, surtout ici. Déjà qu’elle n’aimait pas trop les lieux où il y avait beaucoup de personnes, mais si en plus, c’était pour voir des gens qu’elle détestait… imaginez bien le sentiment que Naya ressentait. Enfin bon, pour ça, il demanda à Florence de se mettre derrière lui. Sans comprendre pourquoi, il se mit à lui dire qu’il avait envie d’elle, de la prendre maintenant. Heureusement qu’elle n’entendit pas ses propos à cause du bordel qui régnait dans la salle. En ce moment précis, il répondit à Jonas – sur un ton peu chaleureux – qu’elle était restée chez elle. Il demanda aussi ce qu’il lui voulait et surtout, qu’est-ce qu’il avait à le dévisager de cette façon. Même si c’était Jonas, il avait horreur de ce regard. Il se sentait comme une bête de foire. Malheureusement pour Naya, Jonas reconnut la voix de Kiyo. Maudite mission ! Il resta donc avec eux.

Kiyo – « ouais, j’ressemble à ça ! T’es impressionné par mon physique ? », demanda-t-il sur un ton taquin. « Hey ! Qu’est-ce qui te prend ! Pourquoi tu me fous une pichenette ? », demanda-t-il même s’il avait déjà la réponse. « Jonas… », commença-t-il à dire alors qu’il le voyait motivé à parler à Naya. « Notre pouvoir a évolué juste après d’être sortie de l’hôpital. Elle ne supportait plus les dégâts de la mission qu’elle a actionné le pouvoir qu’on venait d’avoir et maintenant, elle ne veut plus sortir. », dit-il pour lui faire comprendre qu’il devait faire attention. « Déjà qu’elle a dû mal à me parler, de temps en temps, alors ne la brusque pas. Tu pourras lui parler quand elle voudra ressortir. », ajouta-t-il avec un regard dur. Il parlait comme un grand-frère ou un père.

Puis, sans comprendre pourquoi, il resserra Florence, préférant la remettre à côté de lui plutôt que derrière. Malgré l’incident de la mission qui avait – à moitié détruit – le capitale confiance de Naya, Kiyo savait parfaitement bien que sa nouvelle conquête n’avait rien à craindre avec lui. Lorsque Jonas expliqua à Florence la relation qu’il avait Kiyo, celui-ci - en parlant de Kiyo – se mit à soupirer. Quand il l’entendait parler, il avait l’impression d’entendre un animateur pour jeune enfant avec des problèmes psychologiques.

Kiyo - « Ouais. Enfin il nous emmène en mission avec lui quoi. Vu qu’on est plus « pratique » que « théorie », on fait des missions avec lui. », dit-il en espérant qu’elle ne demande pas de lui expliquer leur dernière mission.

© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 30

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 16 Mar - 20:09

Que la fête commence!




Toutes vos activités ont commencées, c'est une pure ambiance de festivité, seulement vous avez l'impression de voir quelqu'un qui vous ressemble dans la foule! Puis tout d'un coup, toutes les lumières s'éteignent, toute la ville est plongée dans le noir. Les écrans géants qui dominent la ville sont grisés puis une image apparaît. Vous pouvez apercevoir une femme, ou plutôt, une petite demoiselle à la voix criarde et au regard rouge comme la braise. Vous avez l'impression qu'elle vous scrute d'un air mauvais. Elle commence : "Chers concitoyens de Laurel, moi et mes frères sommes prêt à vous annoncer une grande nouvelle. Cette nuit, sera votre dernière. Vous ne reverrez jamais le jour tel que vous l'avez connu. Votre monde va être bouleversé. Nous sommes les Knightmares et en ce grand jour où les planètes vont s'aligner, votre chère terre va être plongée dans le chaos le plus total. Profitez bien de votre petite fête avant que tout cela ne change!" Et elle disparut de l'écran dans un éclat de rire sinistre. Les gens ne disaient plus rien, pétrifié par ce qu'ils venaient d'entendre. Les lumières de la ville resplendirent à nouveau, mais le silence avait pris place. L'angoisse ne faisait que commencer... Et pour vous?





■ Particularité ■

Carnage vient de rencontrer son double... Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel? Ils se fixent... Le double ne semble pas bouger pour l'instant.


• Postez à la suite de ce message dans l'ordre que vous voulez.
• Vous pouvez poster plusieurs fois pour répondre à vos compagnons durant ce tour.
• Vous avez jusqu'au mercredi 25 mars pour répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 20 Mar - 21:28




La fête commence!

La fête de la justice
____________________________________________________________________
Rendez-vous

La soirée avait plutôt bien commencée au bras de ton nouvel ami. Il s'était montré charmant et poli comme à votre première rencontre. Il s'était même excusé de trop parler, ça t'avait fait sourire et tu lui avais répondu que ce n'était pas pour te déplaire. Vous aviez continué à discuter de tout et de rien, quoi de plus normal. Surtout de votre première rencontre en fait. Puis vous étiez arrivé tranquillement aux jardins suspendus. Le doux parfums des fleurs venaient chatouiller tes narines et le spectacle attendu n'était pas des moindres, de quoi en éblouir plus d'un. Tu tirais sur le bras de ton partenaire d'un soir, voulant lui montrer toutes les merveilles de cet endroit que tu trouvais envoûtant. En fait, les jardins te rappelaient ta mère qui venait souvent t'y promener lorsque tu étais petite. Tes yeux pétillaient comme ceux d'une enfant nageant en plein bonheur. Vous vous étiez ainsi promené quelques temps, jusqu'à arrivé au point tant attendu, la grande scène.

« J'espère que le concert en vaudra la chandelle... Ça fait bien longtemps que je n'ai plus été à ce genre de chose...»

Une bagarre éclata à un autre étage, vous pouviez entendre des cris mais le calme revint vite. Tu soupiras, en imaginant qu'il s'agissait juste d'un petit kéké qui avait déjà trop bu dès le début de la soirée. Pff, quel malheur. Tu te tournas alors ta tête vers Christobald, il fallait quand même vous désaltérer.

« Je vais aller nous chercher quelque chose à boire, avez-vous une préférence? »

Toujours ce sourire, prête à tout pour lui faire plaisir... Tu écoutas sa réponse et tu filas dans la foule pour aller chercher de quoi boire un peu quand même -avec modération-. Tu fonças mais dans ta course et dans tout ce petit monde, tu bousculas une demoiselle, elle se releva sans trop de difficulté, tu ne la distinguas pas bien car elle continua sa route sans faire attention à ton geste, mais toi, fine observatrice tu avais constaté quelque chose d'étranges, même si tu ne l'avais pas bien distinguée, elle te ressemblait comme deux gouttes d'eau... Tu secouas la tête. C'était impossible, tu devais avoir trop chaud... Tu continuas donc sur ta lancée. Une fois les boissons en main, tu retournas jusqu'à ton grand orque en plein milieu d'un banc de poissons. Pas compliqué de le repérer. Tu lui présentas son rafraîchissement et le concert commença presque aussitôt. Au moins, tu n'avais rien raté.

Seulement, après une trentaine de minutes, tout s'éclaira, les musiciens n'avaient plus de sons, l'écran géant qui se trouvait derrière eux était simplement rempli de neige. Puis ce qui suivit fut invraisemblable. Tu serras la main de cet homme que tu connaissais à peine. Merde. Pour qui cette gamine se prenait-elle? Où plutôt, qui était-elle exactement? Tu savais que les apparences pouvaient être trompeuse et c'est pour cela que tu prenais la menace au sérieux, comme tout agent du S.A.D. qui se serait respecter, toutes menaces venant du ciel, pouvait-être la pire abomination possible... Même si tu ne t'étais pas préparée à vivre une fin du monde ce soir, tu ne resterais de toute façon pas sans agir, puis, tu avais le kirner sous ta jupe, et une montre de pointe.

Revenir en haut Aller en bas
❝ LOCALISATION : En cours ou chez moi.
❝ POINTS : 159

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Ven 20 Mar - 22:27




Que la  fête commence !

« Ouais. Enfin il nous emmène en mission avec lui quoi. Vu qu’on est plus « pratique » que « théorie », on fait des missions avec lui.

Vous avez quelqu'un derrière l'épaule. »

Florence se mit à faire des yeux ronds, plutôt intense, et à la fois très sombre. Pointant du bout de son indexe l'épaule de l'homme en blanc face à elle, son visage affichait une mine assez sombre et presque effrayé. Elle voyait un homme derrière lui, un homme qui flamboyait de par la couleur de son aura -rouge sang- et de par son visage empli de haine. Il se mordait violemment la lèvre et, si ce dernier avait encore été vivant, il en saignerait sûrement. Si l'on regardait de plus près, le doigt de Florence tremblait très doucement. L'homme, le fantôme, se tenait, sans bouger, ses yeux animés d'une colère terrible. Au fond d'elle, Florence sentait que ce fantôme en voulait terriblement à cet homme en blanc -Jonas, c'est ça ? Comme si … Comme si ce dernier était responsable de sa mort. Ou bien pire encore. Puis, subitement, après que le fantôme eu jeté un œil vers Jonas, il passa son doigt sur sa gorge, mimant un égorgement de façon plutôt équivoque, puis disparu tout aussi vite. Baissant son doigt et reprenant un visage calme et plus tendre, elle souffla, comme légèrement fatiguée sur l'instant.

« Il est partit. »

Elle prit une pause.

« Je crois qu'il vous en veut, Monsieur Jonas. Méfiez-vous. »

Elle disait cela sans aucune animosité, sans aucune menace aucune. Plus comme un conseil, elle tourna les yeux vers Kiyo, un poil gênée. Elle ne pensait pas voir un fantôme maintenant, ni devant des personnes qu'elle connaissait à peine ; mais là est le grand problème de son pouvoir, elle ne peut le contrôler, c'est inné, c'est ainsi, et elle vit avec. Faisant un sourire qui se voulait rassurant et tendre, elle lui dit avec sa voix habituellement calme et douce

« Voilà pourquoi je ne réagis pas comme les autres. Je vois des fantômes. Des anges. Des démons. Personne ne peut vraiment « comprendre » ce que cela fait, pourtant beaucoup de gens me jugent et me critiquent, voir bien pire. Simplement je sais que je peux aider grâce à ce pouvoir, alors … Je ne peux en vouloir à ces personnes. Pardon je suis un peu étrange, j'espère que je ne t'effraie pas outre mesure. »

Presque pile à la fin de sa phrase, elle vit que les lumières s’éteignirent subitement. S'en suivit une situation quelque peu … Stupéfiante. En haut des Jardins, grâce aux écrans, elle vit et entendit le discours d'une jeune femme, à la fois certes peu agréable et aiguë, prononcé une sorte de menace directe contre la ville de Laurel. Une fois les écrans de nouveau éteints, les lumières se rallumèrent. Sans s'en rendre compte, elle s'était agrippé à Kiyo, tremblant de tout son corps. Florence, bien que capable de voir des fantômes -choses effrayantes s'il en est une-, avait terriblement peur du noir, ou plus exactement, elle se sentait tétanisée lorsqu'elle ne pouvait plus rien voir par elle-même. C'est comme ça. Mais une fois les lumières revenues, elle fit mine de rien, relâchant presque aussitôt Kiyo et tournant la tête à son opposé, comme pour remettre une mèche de cheveux en place, afin de cacher son visage un peu honteux. Rapidement, la foule se montra inquiète, voir stressée, et il y avait de quoi.

« Je me demande bien qui est cette jeune femme. Elle me rappelle un peu Dark Hours sur certains points … Je n'aime pas beaucoup ça. »

Elle s'adressait aux personnes présentes, sans faire vraiment de distinction. Tournant la tête autour d'elle, elle vit au loin la jeune femme qui l'avait préalablement bousculé un peu plus tôt … Aux côtés d'un homme qu'elle connaissait bien. Sans vraiment réfléchir, elle tourna la tête brusquement, comme si elle espérait que ces derniers -ou plutôt, « ce » dernier- ne l'avait pas vu. Elle se refusait de savoir ce qu'il faisait, et avec qui. Et surtout, elle refuse de mettre le nez dans ses affaires ; c'était bien trop dangereux, et elle le savait, autant pour lui que pour elle.

« Au faite Jonas, pardon pour tout à l'heure. Je n'arrive pas à mentir, et j'ai réagis de façon bien trop instinctive. »

Ce n'était peut-être pas le moment idéal pour s'excuser, mais tant pis.

© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Certainement dans sa boutique
❝ POINTS : 29

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Dim 22 Mar - 22:02



Fête de la justice !




Si on avait dit à Jonas qu'il allait rencontrer Naya ou Kiyo durant la fête de la justice il aurait certainement fait plus de choses pour se préparer. Par exemple il aurait fait plus attention à sa tenue... En fait non il se aurait simplement emmené des confiseries pour Naya, il savait que la jeune fille aimait bien ça. Par contre il est vrai que voir son second élève, Kiyo, en chair et en os l'avait un peu surpris pendant disons une seconde et puis après il s'est simplement dit que ça devait bien arriver un jour. La rencontre s'était donc faite dans le plus grand des bonheurs avec une petite cachoterie de la part de l'adolescent, rien de grave, et le fleuriste pouvait enfin discuter face à vrai visage avec le jeune homme. Ses petites vantardises arrachèrent un sourire au Joker, cela ressemblait à ces fameuses paroles que tout bon héros prononce devant la fille. Par contre le passage à propos de l'enfermement de Naya sur elle-même fit disparaitre son sourire pour qu'il laisse place à un petit air triste, cette mission n'avait décidément pas été une réussite. Le regard de Kiyo ne laissait pas d'équivoque sur le sens profond de ses paroles et si avec d'autres Jonas aurait certainement adopté une attitude légère, ils étaient ses élèves, et ça c'est quelque chose d'important.

« Je comprends Kiyo ne t'inquiète pas, faut juste qu'elle sache que si un jour elle a besoin de taper quelqu'un pour se défouler je suis là pour ça. Sinon pour ton physique... » Un sourire moqueur apparu sur le coin de ses lèvres «T'es pas très impressionnant en fait, et puis je suis sûr que tu ne peux pas me battre même avec tout ces muscles. »

Le geste protecteur de Kiyo envers la jeune fille en vert était très romantique, même du point de vue du fleuriste, par contre il fut un peu surpris par la petite phrase de Kiyo. Révéler si facilement qu'il était un « héros » était à la fois un moyen pour Jonas d'apprendre que la jeune fille était une étudiante de l'école des héros et que son élève ne savait pas mentir, ou qu'il n'avait aucun tact. Cependant la demoiselle ne semblait pas intéressée par ça et était absorbée par autre chose, quelque chose d'effrayant il semblerait. Au début le joker pensait qu'elle se contentait de le fixer en faisant des yeux plus grands que des yeux d'autruche mais non, elle regardait quelque chose derrière lui comme tout à l'heure. Au départ il avait pensé que ladite personne fixée avait disparu mais depuis il avait appris que cette jeune fille était une dotée de la Hssup, ce qui expliquait qu'il ne pouvait pas forcement voir ce qu'elle voyait mais ça ne devait pas être beau à voir vu sa tête.

Après un petit moment elle reprit une expression faciale normale et se mit à expliquer ce qui venait de se passer. Le fleuriste l'écoutait avec de grands yeux, fasciné par cette histoire de fantôme et le pouvoir de la jeune fille. Ça ne devait pas être commun ou agréable tous les jours de voir des fantômes ou des démons mais en tout cas ça avait la qualité d'impressionner Jonas qui glissa d'ailleurs un petit « elle est déjà plus impressionnante que toi tu vois ? » à l'oreille de Kiyo. Cependant sa blaguounette n'eut pas le temps de faire effet, étouffée par les lumières qui s'étaient soudainement éteintes pour laisser place à une retransmission peu avenante. Plus les paroles de la gamine criarde pré pubère criminelle parvenaient au joker et plus sont esprit se vidait de toute la positive attitude qu'il avait emmagasinée durant la fête. Il fixait les écrans d'un air mauvais, ses mains se crispaient et une simple idée traversait sa tête, cette gamine et tous ses copains allaient payer pour avoir ruiné la fête.

Lorsque les lumières revinrent Jonas laissa son regard balayer la foule à la recherche de personnage suspect et n'écouta pas la demoiselle qui accompagnait Kiyo parlé. Une fois qu'il eut fait un tour complet il se retourna vers ses deux jeunes amis, son regard était à la fois inquiet et énervé, mais il conservait son calme, du moins il essayait.

« Je suis désolé mais je ne sais pas de quoi tu parles, tu fais ce que tu veux. Tu n'as rien fait de mal donc il n'y a pas de soucis. D'ailleurs il y a quelque chose de plus important que ça ! Je ne sais toujours pas comment tu t'appelles ! »

Certes il posait ces questions surtout pour combler le silence et pensait à autre chose à côté mais il ne voulait pas rendre la situation plus sombre qu'elle ne l'était déjà. Une fois que la jeune fille lui ait répondu il se tourna vers Kiyo.

« Cette soirée va être plus agitée que prévu gamin, je sais que ça va t'énerver mais pense d'abord à la mettre en sécurité. » dit-il en pointant la demoiselle en vert « je sais que tu aimerais montrer tes muscles à tout le monde mais penses que cette gamine et ses amis se montrent en public, ils ne vont pas être au même niveau que les derniers qu'on a croisé. Donc une fois que ce sera fait on se retrouvera si tu veux toujours te joindre à la fête, j'ai toujours mon portable sur moi. »

Une fois qu'il eut prononcé ces quelques mots Jonas se fondirent dans la foule en direction du buffet. Non, il n'était pas question de se servir d'autre petit toast mais de s'équiper pour une situation délicate. Grace à son petit gabarit il réussit à se faufiler à travers la foule de gens immobile, pétrifié par l'annonce et à rejoindre la longue table remplie de divers plats et boisson. Évidemment ces tables étaient servies par des gens qui utilisaient des ustensiles pour ça, des ustensiles comme des couteaux par exemple ? Heureusement pour le joker c'était le cas et après avoir longé sur quelques mètres la longue table il attrapa une petite lame utilisé pour couper les gateau.

La chasse était ouverte.


© Dragibus

_________________

Best Avava:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 333

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 23 Mar - 8:37



« Fête de la justice : Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »




La seconde rencontre entre Kiyo et Jonas était assez drôle, mais aussi assez froide : Jonas voulait prendre des nouvelles de Naya, mais lui ne voulait pas qu’il la voit. Elle avait trop souffert et il était encore trop tôt pour qu’il puisse encore plaisanter avec elle. Elle avait déjà du mal avec lui, son propre « double » alors imaginez avec la personne qui lui fait – quasiment – le plus peur. Toutefois, même s’il avait utilisé un ton assez grave, méfiant vis-à-vis de Jonas, il fut surprit par sa réaction. Lui qui était assez « gamin », il avait pris les paroles de celui-ci au sérieux. Il comprit qu’il pouvait lui faire confiance sur ce coup : il avait compris comment les deux âmes fonctionnaient. Cependant, il grogna – gentiment – aux paroles sur son physique… d’où est-ce qu’il osait lui dire ça ? Cela se voyait qu’il ne l’avait vraiment jamais vu en combat.

Kiyo – « tu sais bien qu’elle ne te tapera jamais. Même une mouche à plus de force qu’elle dans les bras. Mais je le ferai à sa place. », dit-il pour lui dire qu’elle acceptait son offre. Kiyo – « Et ta gueule de vieux ! Si tu veux, j’te démonte en deux secondes ici et maintenant ! », ajouta-t-il en grognant violement.

Toutefois, il se calma presque aussitôt quand Florence semblait assez… apeuré par quelque chose qu’elle semblait avoir vu. Il ne connaissait pas spécialement son don, mais il avait l’impression qu’elle avait vu un fantôme. Il la serra un peu plus dans ses bras pour lui faire comprendre qu’elle n’avait rien à craindre dans ses bras. Bon, face à quelque chose qu’il ne pouvait pas voir, il ne pouvait rien faire, mais l’intention était là. Kiyo était un chevalier servant, peu délicat, peu raffiné, mais un chevalier servant quand même. Alors quand elle commença à raconter ce qu’elle avait vu, avec un fantôme qui semblait en vouloir à Jonas, il se mit à légèrement se crisper : Naya venait de hurler de peur. Elle avait peur des fantômes. Alors savoir qu’il y avait un esprit avec eux, elle tremblait de tous ses membres.

Kiyo – « Il ressemblait à quoi ton fantôme ? à un scientifique ? à un rugbyman ? ils avaient la gorge tranchée ? », demanda-il, curieux. Kiyo – « Jonas, je croyais que tu tuais personne. », répliqua-t-il en essayant de ne pas rire. Il n’y avait rien de drôle pourtant.

Alors qu’il allait ajouter quelque chose, les lumières se coupèrent. Le beau discours de la demoiselle et de ses compagnons donnait envie au brun de se préparer pour un petit combat au corps à corps. Mais comme s’il le connaissait comme si c’était son propre fils, Jonas lui annonça qu’il devait plutôt penser à mettre sa belle demoiselle en sécurité et les autres personnes avant de venir combattre. Il se mit à faire la moue. Mais en voyant Florence et son don, il se doutait qu’elle ferait parti de ceux qui ne pourraient pas combattre. Il marmonna quelques conneries avant de la prendre sur son épaule comme un sac à patate pour la mettre à l’arrière de la salle. Oui, la galanterie n’était une notion vaste pour ce prince « charmant ». Quand il la reposa, il sortit une espèce de bipeur.

Kiyo – « J’te laisse ce machin. Naya me dit que si tu as un souci quelconque, tu peux l’utiliser. », dit-il en lui donnant. Kiyo – « Je vais aller aider le joker, mais si tu as besoin, tu bip et je rapplique. Ok ? », demanda-t-il sans vraiment attendre de réponse. Il n’avait pas envie d’être mis à l’arrière. Surtout que maintenant il avait son corps.

Il attendit la réponse de la demoiselle à la chevelure de feu pour partir rejoindre. Si Jonas avançait comme une souris dans la foule, Kiyo, lui, bousculait les gens comme un éléphant. Il eut un peu de mal pour rejoindre Jonas à au buffet. Avant de dire quoi que ce soit, ou de prendre des trucs, il bouffa comme un porc : il avait faim et la suite des évènements semblaient s’annoncer rude. Il devait donc prendre des forces.

Kiyo – « Je viens avec toi le vieux ! je vais pas te laisser récolter toute la gloire de cette affaire.. », dit-il en affichant un sourire aux lèvres. Kiyo – « Et t’inquiète pas pour la médium, elle de la HSSUP aussi, elle saura se défendre. Et au pire, je lui ai donné un bipeur pour qu’elle me prévienne en cas de problème.», ajouta-t-il avant d’entendre Jonas lui dire qu’il aurait dû rester là-bas pour les protéger. Il prit des couteaux. « Prêt pour un peu de sport ? », demanda-t-il, heureux de pouvoir combattre un peu.  

© Dragibus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : ?
❝ POINTS : 1547

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Lun 23 Mar - 20:46

Carnage était une fois de plus satisfait de faire naître les raisons de son surnom au milieu de la foule. Sa maladie était en train de se propager et semblait être le prélude de résultats aussi catastrophiques que prometteurs. Un petit sourire commençait à naître sur son grand visage d'ambassadeur, presque béat. L'alien avait même entamé une petite chansonnette qui divertissait son esprit avec allégresse pendant qu'on s'entretuait en bas. Mais il y eut comme un souci quand les agents de sécurité parvinrent à arrêter les possédés sans pour autant en devenir eux-mêmes. L'extraterrestre fronça un sourcil, énorme barre oblique qui empiétait partiellement sur son front.

Le temps qu'il laisse une grimace exprimer son mécontentement face à cette humanité qui lui faisait de la résistance, l'ambassadeur réalisa alors que son emprise ne s'exerçait plus sur les terriens. L'unique lien qu'il entretenait avec eux venait d'être perdu, ou plutôt rompu... Il se dressa de toute sa hauteur sur les sommets de l'immeuble, balayant d'un regard sévère tout ce qui l'entourait, pendant que ses traits inquisiteurs criaient à sa place des monstrueux "QUOI ?" et "QUI ?" tant ils étaient expressifs. L'illustre 3MAJ n'eut pas à chercher longtemps les raisons du problème: lorsqu'il se retrouva nez-à-nez face à lui même, il fut intimement convaincu qu'un ou plusieurs intrus avaient décidé de perturber ses jeux en lieu et place de ses propres volontés. Devant cette pâle copie, qui aurait selon le goût du modèle original extrêmement bien porté le nom de Bloodshed, Carnage s'apprêtait à formuler un injonction quelconque, histoire de titiller et de comprendre ce personnage qui imitait son style. Quand tout à coup, un étrange discours se fit entendre...

"Chers concitoyens de Laurel, moi et mes frères sommes prêt à vous annoncer une grande nouvelle. Cette nuit, sera votre dernière. Vous ne reverrez jamais le jour tel que vous l'avez connu. Votre monde va être bouleversé. Nous sommes les Knightmares et en ce grand jour où les planètes vont s'aligner, votre chère terre va être plongée dans le chaos le plus total. Profitez bien de votre petite fête avant que tout cela ne change!"

Ce fut comme si le géant se gelait sur place. Ne quittant pas des yeux son clone physique (sans pour autant le regarder, tant le sens des mots qu'il venait d'entendre l'atteignait), Meknes eut de nouveau une espèce de grimace, beaucoup moins amusée mais tout aussi effrayante que d'ordinaire. Une expression de rage se mêlait avec une autre plus perverse, presque de plaisir, dans un horrible rictus. On l'empêchait de profiter de ses jouets mais en même temps on lui en proposait des nouveaux, et apparemment bien plus vendeurs que ceux avec lesquels il avait l'habitude de passer le temps. Il faut dire que pour Carnage, ceux qui venaient de prononcer à l'instant ce flot de paroles en tenaient une sacrée couche. La profonde envie qu'il avait de leur hurler des horreurs se coupla avec celle un peu folle de rire aux éclats. Il en sortit finalement un ricanement impossible à suivre. Une hilarité terrible semblait surgir de sa gorge mais elle était parasitée par des grognements haineux. Le résultat était assez irrégulier et faisait plutôt passer l'instigateur pour un dément, chose qu'il était assuré de ne pas être lui-même.

-Haha... C'est une blague ?

Il avait enfin réussi à contenir les flots de délires qui s'échappaient de lui depuis qu'il avait entendu les Knightmares. Très certainement que ces-derniers, lorsqu'ils avaient évoqué l'alignement des planètes, n'avait pas pensé que celle de Carnage serait de la partie, et lui avec. Il tenait donc ainsi sa vengeance. Il allait saboter le plan des saboteurs qui venaient de saboter son propre sabotage ! Ça s'était un coup qui méritait d'être énoncé.

De nouveau hilare, Carnage considéra encore une fois Bloodshed (qui devrait, cela ne faisait aucun doute, recolorer son armure en rouge et se tailler les dents en pointe pour mieux coller à son nouveau nom), alors qu'il faisait de grands pas lents pour pouvoir le considérer tout en admirant les efforts que la foule faisait pour se défendre en bas. Lui observait Bloodshed, eut quelques autres remarques esthétiques qui lui vinrent à l'esprit, mais, lassé par ce petit jeu vite agaçant, il reprit tout son sérieux pour s'apprêter à faire de la charpie de son clone, à qui il s'adressa d'un ton soupçonneux:

-Qu'est-ce-que tu es, toi...?

Il attendait de voir ce qui allait arriver. Ici, ou en bas, qui allait venir, qui allait réagir et quelles seraient les conséquences désastreuses provoquées de tout cela. Ce serait à qui se défendrait le mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Que la fête commence! Mer 25 Mar - 21:01



   
   
Valsons dans la nuit.
   

   by ashling sur epicode

   
   


   
« C’est une bien délicate attention de votre part, miss Rayleigh. Je prendrais bien volontiers une Pina Colada, s’ils en font. Dans le cas contraire, je fais entièrement confiance à vos jugements avisés. »

Il se réjouissait tout de même de cette sortie, ça le changeait de ses aller-retours au cabinet qu’il possédait, des diverses soirées mondaines ou il devait se rendre pour faire bonne figure et le reste. Un sourire glissa sur le visage du psychiatre alors qu’il prenait le temps de contempler l’assemblée, ses vieux réflexes de chasseurs reprenant un peu le dessus – bien qu’il ne les aurait pas laissé s’exprimer pour ce soir.

Il y avait beaucoup de monde, bien plus qu’il ne l’aurait imaginé, pour dire vrai. Cependant, alors qu’il laissait ses yeux sombres vaquer en toute tranquillité, il lui parut apercevoir… sa propre image dans la foule. Mais la seconde suivante, ce n’était plus le cas. Christobalt secoua la tête ; il avait probablement dû se faire des idées. Un deuxième lui n’était ni envisageable ni permissible, après tout. Il accueillit la boisson de sa jeune amie avec délice.

Et puis une vidéo de mauvais goût fut présenter au public, ce qui ne fit même pas ciller notre individu tant il trouvait cette individu ridicule. Quoi qu’elle pourrait faire un bon sujet de recherche potentielle sur le cerveau. Intéressant. Idée à développer. Mais pour cela, encore fallait-il la dégoter.

« Souhaitez-vous rentrer chez vous, Rayleigh ? »

Avant de penser à quoi que ce soit, il devait mettre en sécurité la jeune femme. Il eut une pensée pour ses filles. Il espérait qu’elles allaient bien.




   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Que la fête commence!

Revenir en haut Aller en bas

Que la fête commence!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Le quartier Aselus :: Les jardins suspendus-
Partenaires
bouton partenariat