.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Mugen yolo !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
avatar
Invité

MessageSujet: Mugen yolo ! Sam 11 Avr - 16:27


Les textes de KaiiMorceau de Roman, Fiction, Ecrit sans but ...

Bonjour/Bonsoir

Ici se tiendront les textes en tous genres de Rhea ou Kaii, voir du graph aussi. Puisez-vous trouver cela à votre goût, aimez et peut-être même voyager en ces lieux. Rien d'extraordinaire cependant, ne vous attendez pas à des textes exceptionnels ou du graph de malade hein, il n'y a rien de ce genre. Vraiment, ne vous attendez à rien de transcendant. Cependant, j'espère sincèrement que vous aimerez me lire et me suivre dans mes aventures, si vous en avez envie ~

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos critiques et autres. J'apprécie que l'on me guide et me donne des avis négatifs ou positifs, peu importe ! Néanmoins, je souhaite que ce soit constructif, un "J'aime pas." ça ne sert pas à grand-chose et quand bien même, ça ne ferait que me blesser sans raison !

En attendant, merci de me lire mes amours ou pas ... /meurt/

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Mugen yolo ! Sam 11 Avr - 16:35

    Ceci est tout d'abord un texte random sorti d'une chanson de Eminem : "When I'm gone." Vous pouvez d'ailleurs l'écouter en lisant ceci, c'est en rapport. A la suite de quoi, ceci est devenu l'histoire d'un de mes personnage. Il y a peut-être des fautes dedans, excusez-moi pour cela, j'avoue ne pas l'avoir relu depuis l'avoir écrite en premier lieu haha !
    Voilà voilà !



Dady, look at me.Histoire d'une jeune fille.

Refrain.

« Papa, ne t'en vas pas. Il n'est pas trop tard pour faire demi-tour. Je t'en prie, pense à moi, pense à nous ! Tu fais souffrir maman pour une gloire éphémère et moi, je ne pourrais pas te le pardonner si tu continues sur cette voie. »

Premier couplet.

La gloire. Mon père a toujours eu une vie difficile, je le sais parce que j'en ai entendu parler encore et encore. Non pas par lui, mais par ma mère qui était si fière de ce qu'il était devenu. Je voyais dans ses yeux la joie qui s'y dessinait quand elle prononçait son prénom, comme si c'était là, la seule voie pour nous trois : la victoire. La revanche de mon géniteur sur ce monde. Quelque part, je me dis que dans le fond, je ne pouvais pas comprendre parce que moi, j'ai toujours eu tout ce que je voulais. Un claquement de doigt et j'aurais pu avoir la voiture de mon choix. L'argent coulait à flots depuis bien avant ma naissance. Le monde faisait son chemin sans moi parce que je vivais dans un conte de fées, mais celui-ci s'est écroulé avant même de m'en apercevoir. Je te haïssais avant de le comprendre moi-même alors que tu étais pour moi, le modèle que je suivais dans la vie. Je voulais être comme toi, papa. Maman était si fière que moi-même je l'étais sans pouvoir vraiment voir toute l'étendue de la chose. En réalité, je souffrais d'avoir tout ce que je voulais. Même si tu as eu une vie compliquée, que ta mère te battait sous drogues diverses et que ton beau-père profitait de sa faiblesse, que ta soeur n'avait que toi sur qui compter, j'aurais aimé rencontrer cet homme que tu avais été, peut-être qu'aujourd'hui je comprendrais. Seulement, je ne peux pas le faire.

Deuxième couplet.

Ton chemin s'est écarté de nous, petit à petit tu es devenu quelqu'un que je n'aurais jamais voulu voir. Enfermé dans cette pièce à écrire tes futurs succès, tu vivais dans une autre galaxie et je ne pouvais pas l'atteindre. Même en tendant le bras vers toi, je ne t'atteignais jamais. Tu balayais ma main en prétextant que tu étais trop occupé avec ta fausse gloire qui te donnait le sentiment d'avoir gagné. Mais papa, aujourd'hui, qu'est-ce que tu as ? Oui, tes fans te suivent, ils t'aiment peut-être, mais cet amour est-il aussi fort que le mien aurait pu l'être ? Je sais, peut-être suis-je égoïste de penser cela de moi, mais j'aurais cru être ton plus grand amour et succès dans ce monde. Dis-moi papa, est-ce que tu as un jour pensé à moi ? D'aussi loin que je m'en souviens, tu ne voyais rien. Tu passais ton chemin sans me remarquer, me faisais croire parfois que je comptais pour toi. Quand tu avais le temps, tu posais ton regard sur moi et j'étais la fille la plus heureuse de cette terre, mais au final, ça ne comptait pas pour toi. Je t'avais pourtant dit que l'heure était grave quand j'étais en âge de comprendre enfin ne serait-ce que l'essentiel. Moi j'étais capable de le voir, mais toi, tu ne voyais rien.

Refrain.

« Je t'en prie, papa, regarde-moi ! Papa, aide maman parce qu'elle pleure de ne plus te voir ! Pourquoi tu ne tends pas la main vers nous ?! Qu'est-ce qui est le plus important, nous ou ta gloire ?! »

Troisième couplet.

Tu as perdu maman et moi-même avant même de faire machine arrière et même en te prévenant, tu as fait un pas en avant encore une fois et c'était terminé. Maintenant, je suis incapable de dire ce que tu es devenu. Pourtant, je devrais le savoir en suivant la musique de près, mais je n'ai même pas l'envie de le faire parce que me rendre compte que tu es heureux me briserais un peu plus. Je n'ai plus le courage de faire demi-tour, j'ai pris ma décision de ne plus revenir vers toi une nouvelle fois, pardonne-moi. J'ai pourtant tellement essayé de te faire comprendre que tu nous perdais un peu plus à chaque fois que tu posais un pied sur cette foutue scène que tu aimes tant ! Si tu voulais tellement ce semblant d'amour de tes fans, pourquoi est-ce que je suis née dans ce cas ? Pourquoi m'avoir donné la vie avec maman si c'est pour me laisser derrière toi ensuite, me laissant entrevoir ton dos sans jamais pouvoir le toucher du bout des doigts ? Papa, je te déteste, sache-le, mais je t'aime tellement plus encore ! Parfois je me demande pourquoi je n'arrive pas à te rayer de ma vie totalement, même mon nom est toujours le tien. Mon esprit est obsédé par toi parce que je sais toutes les souffrances que tu as du supporter, mais j'aurais pu être ton oxygène et ta lumière. Je le sais. Ai-je tort de croire que j'aurais pu être ta vie ? … Non, je ne peux plus penser comme cela aujourd'hui. Mon nom changera et je partirai tellement loin que tu ne pourras plus m'atteindre sans venir me chercher. Je suis une gamine égoïste, peut-être bien, mais c'est à toi de faire un pas vers moi !

Refrain.

« J'ai pris mon billet, c'est terminé, je m'en vais. Maman est déjà partie, elle. Sans m'attendre, elle a pris l'avion pour retourner chez elle, au Japon et j'y vais moi aussi. Papa, tu as foiré ! »

Quatrième couplet.

J'ai attendu que tu le fasses, tellement longtemps que je ne compte plus le nombre de jours où j'ai regardée par ma fenêtre en espérant t'y voir. Mes larmes coulent sans que je puisse les arrêter. J'ai mal à chaque fois que ton souvenir m'apparaît en rêve ou dans la réalité. Tu me hantes à tel point que j'ai parfois l'impression d'en devenir folle. J'aime maman, mais toi, je t'aime bien plus encore. Je sais, c'est atroce ce que je dis, mais je ne peux rien, y faire, tu es pour moi, ce que j'ai de plus important. Mon amour pour toi est si profond et ancré que je ne peux m'en détacher. Mes yeux ne veulent voir que toi ! Quand je regarde dans le miroir, je te vois et mes yeux ne veulent s'en détourner. Maman est limite une étrangère pour moi, c'est pour cela que nous ne vivons plus ensemble maintenant. J'ai abandonné maman parce que comme moi, elle ne voit que toi. C'est peut-être pour ça que je ne l'aime pas autant que toi, parce que maman a toujours seulement vu toi et ta gloire. Moi ? je n'existais que parce que tu m'avais désiré, je l'ai compris au fil des années et je me suis quand même battue pour cette femme plus jeune. Pourtant … Ce n'est pas le cas non plus, que tu me désirais, n'est-ce pas ? Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que j'existe au juste ? Je suis une gamine perdue qui cherche désespérément qu'on lui réponde enfin. Regarde-moi et dis-moi pourquoi je suis là si c'est pour que tu me tournes le dos ! J'ai parfois le souvenir que tu m'avais aimée au point de rendre maman jalouse au tout début. Elle enviait notre relation. Pendant des années j'ai cru que c'était un rêve que j'avais fait, mais c'était pourtant bien vrai, ce souvenir est réel et me bouffe plus encore. Et je pense sincèrement aujourd'hui que ce n'était pas la relation que moi j'avais avec toi, mais l'inverse. Parce que tu m'aimais plus qu'elle, elle t'en voulait. Est-ce que j'ai raison ou bien est-ce mon imagination ? Pourrais-tu me donner une réponse que je puisse t'aimer encore et encore jusqu'à ce que j'en meurs enfin ! Je veux sourire parce que tu me souris ! Mon sourire n'existe que parce que tu es là.

Refrain.

« Papa, je t'en supplie, viens me chercher. Prouve-moi que je n'ai pas tort de ne pas abandonner, comme toi tu n'as jamais abandonné l'idée de t'en sortir dans ce monde pourri jusqu'à la moelle. S'il te plaît, dis-moi que tu m'aimes ! Je veux que tu me dises encore une fois que cette chanson, tu l'as écrite pour moi, que c'est moi qui t'inspire ces sentiments de joie. Tu m'as dit que, lorsque tu serais mort, je devrais me nourrir de ton sourire pour sourire moi-même, mais tu disparais avant même de mourir ! POURQUOI ?! »

Cinquième couplet.

Est-ce que tu connais ma vie ? Est-ce que tu sais ce que je voulais devenir, ce que je voulais faire de mon existence ? Tu m'as offert la vie avec maman et tu m'as tourné le dos sans un mot. Aujourd'hui, je regarde le monde en me demandant si ma naissance est une bonne chose. Peut-être est-ce à cause de moi que le bonheur de maman a disparu avec toi et peut-être est-ce à cause de moi que tu t'es enfermé dans ce monde de victoire et de gloire … Je ne sais plus ce que je dois croire, mais quand je ferme les yeux, tes chansons résonnent dans ma tête et tes mots me disent encore et toujours de continuer à faire un pas en avant, de croire en toi. Mais papa, comment suis-je supposée croire en toi si tu n'es plus là ? Je ne le dirai qu'une seule et dernière fois :

« Papa, regarde-moi, aime-moi et prouve-moi que je suis quelqu'un d'unique pour toi. Fais un pas vers moi et je ferais le reste du chemin pour te retrouver. Je ne te demande pas de soulever des montagnes ou d'aller chercher la lune pour moi, juste d'appeler mon prénom comme si j'existais encore dans ton monde. Je veux avoir la sensation d'être la plus belle chose de ce monde à tes yeux et surtout ta plus grande gloire que rien ni personne ne pourra jamais surpasser. »


© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

Mugen yolo !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Prologue :: Le journal Minute Papillon :: L'atelier-
Partenaires
bouton partenariat